ÉCOLE	
  DU	
  LOUVRE	
  	
  
	
  
	
  
	
  
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
  
	
  	
  
	
  
	
  
	
  
La	
  Conférence	...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Jean-­‐Baptiste	
  JAMIN	
   LA	
  CONFÉRENCE	
  DE	
  MADRID	
  (1934)	
   École	
  du	
  Louvre	
  2013-­‐2014	
  
	
  
...
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne

694 vues

Publié le

Adoptant comme référence la Conférence de Madrid organisée par l'Office International des Musées en 1934, ainsi que sur le manuel Muséographie – architecture et aménagement des musées d'art qui en découle – dont il s'agira de démontrer en quoi ils constituent des jalons –, cette étude s'intéresse plus largement à l'évolution de la muséographie au XXe siècle.

De l'analyse critique de Louis Réau sur l'organisation des musées aux leçons de Georges Henri Rivière, en passant par le discours d'Henri Focillon, l'œuvre de l'Office International des Musées, l'Exposition internationale de 1937 et les cours de Germain Bazin à l'École du Louvre (entre autres), ce mémoire s'attache donc, à défaut d'en retracer l'histoire, à présenter la muséographie à travers quelques moments clés.

Et si l'architecture muséale et les techniques de mise en valeur des collections constituent le principal du développement, l'aspect éminemment social et pédagogique du musée en demeure le corolaire permanent.

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
694
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mémoire master II - La Conférence de Madrid (1934) : origines et fortune de la muséographie moderne

  1. 1.     ÉCOLE  DU  LOUVRE           Jean-­‐Baptiste  JAMIN             La  Conférence  de  Madrid  (1934)  :     origines  et  fortune  de  la  muséographie  moderne               Mémoire  de  recherche   en  muséologie   Deuxième  année  de  Second  Cycle       Présenté  sous  la  direction  de   Monsieur  François  MAIRESSE   Professeur  à  l'Université  Paris  III  Sorbonne  Nouvelle       Septembre  2014  
  2. 2. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       La  Conférence  de  Madrid  (1934)  :     origines  et  fortune  de  la  muséographie  moderne  
  3. 3. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       RÉSUMÉ     Adoptant  comme  référence    la  Conférence  de  Madrid  organisée  par  l'Office  International   des   Musées   en   1934,   ainsi   que   sur   le   manuel   Muséographie   –   architecture   et   aménagement  des  musées  d'art  qui  en  découle  –  dont  il  s'agira  de  démontrer  en  quoi  ils   constituent   des   jalons   –,   cette   étude   s'intéresse   plus   largement   à   l'évolution   de   la   muséographie  au  XXe  siècle.     De  l'analyse  critique  de  Louis  Réau  sur  l'organisation  des  musées  aux  leçons  de  Georges   Henri   Rivière,   en   passant   par   le   discours   d'Henri   Focillon,   l'œuvre   de   l'Office   International  des  Musées,  l'Exposition  internationale  de  1937  et  les  cours  de  Germain   Bazin   à   l'École   du   Louvre   (entre   autres),   ce   mémoire   s'attache   donc,   à   défaut   d'en   retracer  l'histoire,  à  présenter  la  muséographie  à  travers  quelques  moments  clés.     Et   si   l'architecture   muséale   et   les   techniques   de   mise   en   valeur   des   collections   constituent  le  principal  du  développement,  l'aspect  éminemment  social  et  pédagogique   du  musée  en  demeure  le  corolaire  permanent.         Mots-­‐clés  :     Muséographie  –  Architecture  muséale  –  Office  International  des  Musées  –  Conférence  de   Madrid   –   Mouseion   –   Réau   –   Focillon   –   Hautecœur   –   Foundoukidis   –   plan   Verne   –   Exposition   internationale   1937   –   Musées   d'art   Moderne   –   École   du   Louvre   –   Bazin   –   Georges  Henri  Rivière    
  4. 4. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       AVANT-­PROPOS     Pompidou-­Metz,  Louvre  Lens,  Mucem,  Louvre  Abu  Dhabi,  …     Ban  et  de  Gastines,  Sanaa,  Ricciotti,  Nouvel,  …     Ces  noms,  désormais  familiers  du  plus  grand  nombre,  sont  issus  des  abondantes  listes   de  musées  récemment  construits  et  des  «  starchitectes  »  à  qui  nous  les  devons.  S'ils  font   suite  à  ceux  par  exemple  de  la  Neue  Gallerie  de  Mies  van  der  Rohe,  du  Centre  Pompidou   de  Piano  et  Rogers  ou  du  Guggenheim  Bilbao  de  Gehry,  ces  projets  architecturaux  de   plus  en  plus  nombreux  et  ambitieux  ne  cessent  de  faire  l'actualité,  au  point  que  certaines   revues   généralistes   leurs   consacrent   des   numéros   spéciaux1,   qui   viennent   s'ajouter   à   une  littérature  toujours  plus  abondante2.   Ce   sujet   de   l'architecture   muséale   m'intéresse.   Cet   intérêt   m'a   conduit   tout   d'abord   à   consacrer   mon   mémoire   d'étude   au   site-­‐musée   gallo-­‐romain   de   Vesunna,   édifié   à   Périgueux  par  Jean  Nouvel  ;  la  curiosité  m'a  également  poussé  à  réaliser  un  stage  au  sein   du  Pôle  Muséographie  du  Service  des  musées  de  France,  au  cours  duquel  j'ai  pu  côtoyer   les  architectes-­‐conseils  désignés  par  le  Ministère  de  la  Culture  et  de  la  Communication   pour  superviser  les  projets  en  cours  de  réalisation.     Cependant,   afin   de   mieux   comprendre   cette   tendance   qui   désormais   s'apparente   quasiment  à  un  phénomène  de  société  –  de  nos  jours,  quel  élu  ne  rêve  pas  de  (se)  faire   construire  un  musée  par  une  de  ces  stars  de  l'architecture  ?3  –  j'ai  également  souhaité   mettre  à  profit  mon  année  de  master  II  pour  tenter  de  mettre  en  évidence  les  origines  de   cette   «  fièvre   muséale   »,   mais   aussi   de   comprendre   les   principes   directeurs   relatifs   à   l'architecture  et  l'aménagement  des  musées.                                                                                                                     1  Voir  notamment  «  La  folie  des  nouveaux  musées  »,  Beaux-­Arts  Magazine  n°344,  01  février  2013  ou  «  Les   nouveaux  musées  de  France  »,  Géo  Voyage  n°18,  mars  –  avril  2014.     2  Outre  le  rétrospectif  ouvrage  rédigé  sous  la  direction  de  ARIS  D.,  HENRY  E.,  PITARD  A.,  Architecture  de  la   Culture  –  Culture  de  l'architecture  (1959-­2009),  Paris  Éditions  du  Patrimoine  –  Centre  des  monuments   nationaux,  2009,  351  p.,  et  sans  compter  les  multiples  monographies  consacrées  à  certains  architectes  ou   certaines  de  leurs  réalisations,  citons  ainsi  parmi  les  plus  récents  :  les  deux  volumes  publiés  par  Actes  Sud,     BASSO  PERESSUT  Luca,  Musées  :  architectures  1990-­2000,  Arles  1999,  278  p.  et  SUMA  Stefania,  Musées  2  :   architectures  2000-­2007,  Arles  2007,  278  p.  ;  l'imposant  ouvrage  de  UFFELEN  C.  van,  Museums  :   Architektur  –  Musées  :  architectures  –  Museos  :  Arquitectura,  Postdam,  H.  F.  Ullmann,  2010,  511  p.  ;  et  le   très  bon  guide  de  DESMOULINS  C.,  25  musées,  Paris  AMC  2005,  160  p.   3  GUILLEMINOT  Adrien,  «  Mais  pourquoi  tant  de  nouveaux  musées  ?  »,  Géo  Voyage  n°18,  mars  –  avril   2014,  pp.  19-­‐21.  
  5. 5. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       Ayant  découvert  quasi  fortuitement  –  à  travers  la  récente  réédition  par  la  Réunion  des   Musées  Nationaux,  à  l'initiative  d'André  Desvallées  –  le  cours  donné  à  l'époque  par  Louis   Hautecœur4,  j'avais  été  marqué  par  la  modernité  du  point  de  vue  alors  développé  dans   ce  qui  s'apparente  à  un  véritable  manifeste  pour  ce  sujet.     De  fait,  cette  lecture  attisa  mon  intérêt  pour  la  thématique  et  m'incita  à  approfondir  mes   recherches   et   à   m'intéresser   à   l'importante   publication   à   laquelle   il   se   rattache   :   le   manuel  Muséographie  paru  à  la  suite  de  la  Conférence  de  Madrid  de  1934.       REMERCIEMENTS         Bien   évidemment,   pour   être   confirmé,   le   choix   d'un   tel   sujet   nécessitait   d'obtenir   l'accord  de  personnes  habilitées  à  superviser  ces  recherches.  Je  tiens  donc  à  remercier   Monsieur  François  Mairesse,  Professeur  à  l'Université  Sorbonne  Nouvelle  Paris  3,  ainsi   que   Madame   Cecilia   Hurley-­‐Griener,   Docteur   en   histoire   de   l'art   (Oxford/   Neuchâtel),   Chercheuse   rattachée   aux   collections   spéciales,   Responsable   du   pôle   patrimonial   de   l'Université  de  Neuchâtel,  qui  ont  tous  deux  accepté  de  suivre  mon  travail.     Toute   ma   gratitude   va   ensuite   à   Madame   Marie   Caillot,   Archiviste   Paléographe,   pour   avoir   bien   voulu   me   communiquer   à   plusieurs   reprises   d'utiles   renseignements,   en   espérant  que  ce  travail  l'intéressera.     De  même,  outre  à  Madame  Anne-­‐Sophie  Godot,  chargée  de  cours  à  l'École  du  Louvre,  qui   m'a   très   généreusement   accordé   plusieurs   entretiens,   j'aimerais   exprimer   toute   ma   reconnaissance   aux   personnels   des   services   d'archives   qui   m'ont   assisté   avec   bienveillance   lors   de   mes   recherches   :   Madame   Marie-­‐France   Cardonna   et   l'ensemble   des  agents  du  Service  de  documentation  du  Service  des  musées  de  France,  ainsi  que  les   responsables  des  Archives  des  Musées  Nationaux  pour  leur  très  grande  disponibilité  ;   Monsieur   Jean-­‐André   Assie,   Chargé   des   archives   administratives   du   Musée   du   Quai   Branly,   et   Monsieur   Alexandre   Coutelle,   du   centre   d'archives   de   l'UNESCO   qui   auront   facilité  mon  travail  en  m'aidant  dans  mes  recherches.                                                                                                                   4  HAUTECŒUR   Louis,   Architecture   et   aménagement   des   musées.   Paris,   Réunion   des   Musées   Nationaux,   1993,  76  p.    
  6. 6. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       Par   ailleurs,   je   ne   saurais   oublier   de   remercier   mes   camarades   de   promotion,   et   tout   particulièrement  Julie  Paulais  et  Marie  Camus,  avec  qui  j'ai  pu  échanger  tout  au  long  de   l'année  sur  nos  sujets  de  recherches  respectifs  .   Enfin,  le  rendu  ce  travail  n'aurait  pu  être  possible  sans  l'aide  de  différentes  personnes,   parmi  lesquelles  je  souhaite  remercier  tout  particulièrement  Marie  Adamski,  pour  son   soutien   tant   amical   qu'intellectuel,   ainsi   que   mes   amies   Sophie,   Zoé,   Olivia   et   mes   parents  pour  leurs  relectures  et  leur  soutien.    
  7. 7. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       TABLE  DES  MATIERES       RÉSUMÉ     AVANT-­PROPOS     REMERCIEMENTS       INTRODUCTION   ............................................................................................................................................... 1     DEFINITION  -­‐  AVERTISSEMENTS  .............................................................................................................. 2       I  –  LE  CONTEXTE  :  LA  MUSÉOGRAPHIE  AVANT  LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID ...........12     1. Les  institutions  muséales  à  l'aube  du  XXe  siècle    .........................................................13   a. Crise   des   musées   et   professionnalisation   de   la   fonction   de   conservateur.......................................................................................................................13   b. Le  développement  du  rôle  social  et  pédagogique  des  musées ..............18   c. À  la  recherche  du  «  Musée  idéal  »  moderne  :  architecture  muséale  et   mise  en  valeur  des  œuvres,  premières  réflexions  .......................................27     2. L'Office  International  des  Musées  et  sa  revue  Mouseion.........................................40   a. La  création  de  l'institution..........................................................................................40   b. Mouseion   et   les   Informations   Mensuelles   :   la   diffusion   de   la   muséographie  par  les  revues....................................................................................44   c. L'Office  International  des  Musées,  organisateur  de  manifestations    49     3. Préparation  de  la  Conférence  de  Madrid..........................................................................53   a. Objectif ...................................................................................................................................53   b. Organisation  générale  –  modalités........................................................................55   c. Élaboration  du  discours  scientifique  ...................................................................61     II  –  LA  CONFERENCE  DE  MADRID  ET  LE  MANUEL  MUSEOGRAPHIE  :  PRECEPTES......66   1) Principes  généraux  concernant  le  programme  architectural  du  musée    ......69  
  8. 8. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       a. Conception  globale  du  musée  –  question  de  l'adaptation  des   monuments  anciens  –  programme  ........................................................................70   b. Implications  architecturales......................................................................................77   c. Aménagements  intérieurs...........................................................................................80     2) Gestion  des  collections ................................................................................................................87   a. Les  problèmes  soulevés  par  l'accroissement  des  collections   ...............87   b. Organisation  des  dépôts,  réserves  et  collections  d'études  .....................94   c. Les  expositions  temporaires   ....................................................................................97     3) Mise  en  valeur  des  œuvres      ..................................................................................................100   a. l'éclairage...........................................................................................................................100   b. Principes  généraux  de  la  mise  en  valeur  des  œuvres  d'art   .................103     III  –  FORTUNE  ET  POSTERITE  :  LA  MUSEOGRAPHIE  APRES  1934 ..................................109     1) Les  réalisations  :  aménagements  et  constructions     ................................................110   a. Les  nouvelles  installations  du  Louvre...............................................................111   b. Les  nouveaux  Musées  d'art  moderne  à  Paris  ...............................................114     2) L'Exposition  internationale  de  1937  comme  lieu  de  diffusion  de  la   muséographie   ...............................................................................................................................124   a. La  participation  de  l'Office  International  des  Musées.............................125   b. L'exposition  de  la  Muséographie   ........................................................................127     3) Muséographie  :  leçons,  applications  professionnelles  et  réflexions   ............132   a. L'enseignement  à  l'École  du  Louvre  ..................................................................132   b. Le  personnel  ....................................................................................................................137   c. L'architecture  muséale  –  perspectives  ............................................................139   CONCLUSION..................................................................................................................................................141     BIBLIOGRAPHIE...........................................................................................................................................143      
  9. 9. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       1   INTRODUCTION     «   C'est  en  1926  que  l'Institut  International  de  Coopération  Intellectuelle  entreprenait  la   publication  de  la  revue  «  Mouseion  »  :  elle  répondait  si  bien  à  une  mise  au  point  nécessaire   qu'en  1934  le  Congrès  de  Madrid  réunissait  les  principaux  conservateurs  du  monde,  venus   de  partout  pour  proposer  des  solutions  et  les  discuter.  C'est  donc  à  cette  date  de  1926  que   l'on  peut  faire  remonter  la  naissance  officielle  de  la  Muséographie  en  tant  que  science,  avec   ses  règles  et  ses  lois.  […]  Il  s'agissait  de  montrer  au  public  que  les  musées  ne  sont  pas  de   simples  dépôts  où  sont  exposées  les  œuvres  d'art  avec  plus  ou  moins  de  goût,  mais  que,   pour  que  ce  public  y  soit  attiré,  éduqué  et  retenu,  il  faut  trouver  les  moyens  propres  à  fixer   son  attention  et  conserver  et  présenter  les  œuvres  d'art  suivant  certaines  règles.  Ce  sont  là   les  buts  que  poursuit  la  muséographie  ».     Si,   parmi   d'autres   citations,   le   discours   inaugural   du   Comité   de   Rédaction   de   la   Conférence  de  Madrid  aurait  légitimement  trouvé  sa  place  en  ouverture  de  ce  mémoire,   ces  mots,  issus  de  la  préface  signée  par  Albert  S.  Henraux  –  Président  de  la  Société  des   Amis  du  Louvre  –  dans  le  numéro  VI  de  l'Amour  de  l'Art  de  juin  19375,  constituent  une   parfaite  introduction  à  l'étude  qui  sera  ici  développée.     En  effet,  alors  qu'il  sera  ici  question  de  tenter  de  déterminer  en  quoi  la  Conférence  de   Madrid  constitue  un  jalon  dans  l'histoire  de  la  muséographie  moderne,  il  convient  dès  à   présent  de  ne  pas  rester  exclusivement  centré  sur  cet  évènement  mais  au  contraire  de   s'intéresser  plus  largement  à  la  muséographie  telle  qu'elle  fut  envisagée  à  partir  de  la   première  moitié  du  XXe  siècle.     Afin  de  répondre  à  cette  question,  il  importait  tout  d'abord  d'assimiler  le  contexte  dans   lequel  a  pris  place  cet  évènement.  Ainsi,  nous  dresserons  tout  d'abord  un  état  des  lieux   des   musées   au   début   du   XXe  siècle,   et   nous   présenterons   l'organisme   à   l'initiative   de   cette  manifestation,  dont  nous  expliquerons  dans  un  troisième  temps  comment  elle  fut   préparée.     Une  fois  le  décor  planté,  il  s'agira  alors  de  mettre  en  évidence  les  préceptes  énoncés  lors   de   cette   Conférence.   Ceux-­‐ci   seront   donc   présentés   selon   une   logique   permettant   la   meilleure  appréhension  possible  :  ainsi,  nous  traiterons  tout  d'abord  de  la  conception                                                                                                                   5  Exposition  internationale  de  1937  :  Groupe  1.  Classe  3.  Musées  et  expositions.  Section  1.  Muséographie.   Paris,  Éditions  Denoël,  1937,  32  p.  
  10. 10. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       2   générale  des  musées,  puis  de  la  gestion  des  collections  et  enfin  de  la  mise  en  valeur  des   œuvres.   Enfin,  la  question  se  posera  de  l'impact  et  de  la  postérité  qu'ont  rencontré  les  préceptes   émis  en  1934.  Nous  étudierons  donc  deux  exemples  de  réalisations  architecturales  se   rattachant   à   ce   moment,   puis   la   diffusion   et   les   perspectives   d'enseignement   de   la   muséographie  à  la  suite  de  la  conférence  de  Madrid.     DEFINITION  –  AVERTISSEMENTS     Avant  toute  chose  cependant,  il  convient  de  bien  préciser  les  termes  constitutifs  de  notre   sujet,   à   commencer   bien   évidemment   par   celui   de   "muséographie".   En   effet,   si   la   définition  exacte  de  ce  mot  n'est  pas  ici  notre  objectif  –  un  mémoire  d'une  année  n'y   suffirait   d'ailleurs   certainement   pas   –   il   est   néanmoins   nécessaire   de   spécifier   dès   à   présent  dans  quel  cadre  ce  sujet  sera  traité  et  selon  quelles  limites  il  sera  ici  développé.     La  muséographie  comprend  un  certain  nombre  d'acceptions,  qui  ont  pu  varier  selon  les   époques,  les  langues  et  les  auteurs6,  et  il  importe  de  préciser  le  sens  qui  nous  concerne.     La  première  mention  de  ce  terme  remonte  à  1727,  lorsque  le  marchand  hambourgeois   Caspard  F.  Neickel  fait  paraître  un  ouvrage  intitulé  Museographia,  dans  lequel  il  recense   les  lieux  de  collections  (cabinets  et  bibliothèques)  de  différentes  villes  européennes.  Si  le   titre  complet  de  cette  publication  –  Museographia  oder  Anleitung  zum  rechten  Bregriff   und  nüsslicher  Anlegung  der  Museorum  oder  Raritäten-­Kammern  (traduit  en  français  par   Paillot  de  Montabert  en  1829  sous  le  titre  Muséographie,  ou  de  l'utilité  des  musées  et  des   collections)  –  laisse  à  penser  qu'il  s'agit  d'un  manuel  pratique,  cette  idée  est  à  nuancer   puisque,  bien  que  des  conseils  pour  la  collecte,  la  conservation  et  le  classement  soient   proposés,   le   propos   général   se   rapproche   plutôt   d'un   répertoire   que   d'un   véritable   traité.  Le  frontispice  de  la  publication7  nous  renseigne  d'ailleurs  sur  le  sens  même  que   l'auteur  donne  au  terme  de  muséographie,  qui  s'entend  alors  comme  la  description  d'un   musée  –  tant  celle  de  son  contenu  que  son  organisation  générale  –,  discipline  conçue   pour   faciliter   la   recherche   des   sources   documentaires   d'objets   afin   d'en   développer   l'étude  systématique  (au  même  titre  que  la  bibliographie  pour  les  livres).                                                                                                                     6  Voir  MAIRESSE  François,  Muséographie,  p.  321-­‐342  in  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,   Dictionnaire  encyclopédique  de  muséologie.  Paris,  Armand  Colin,  2011,  722  p.     7  Annexe  0.  
  11. 11. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       3   Cette  première  définition  étymologique  perdurera  durant  tout  les  XVIIIe  et  XIXe  siècles,   et   c'est   dans   la   continuité   de   cette   acception   que   Murray   entend   encore   ce   terme   lorsqu'il  publie  en  1904  Museums  :  their  History  and  their  Use.  En  effet,  dans  cet  ouvrage,   la  muséographie  –  regroupant  des  notions  d'histoire  des  collections,  de  philosophie  et   d'organisation  générale  des  musées  –  est  présentée  dans  un  chapitre  distinct  de  celui   consacré  à  la  préparation  et  la  préservation  des  collections.     En  réalité,  il  faut  donc  attendre  le  début  du  XXe  siècle  pour  voir  le  début  d'une  certaine   reconnaissance  de  la  muséographie  en  tant  que  véritable  technique  muséale.  Dans  un   article  sur  L'organisation  des  musées  publié  en  1908,  Louis  Réau  est  le  premier  à  appeler   de  ses  vœux  la  considération  de  la  muséographie  dans  sa  dimension  pratique,  comme   quelque  chose  de  nécessaire  au  bon  fonctionnement  d'un  musée  et  qui,  à  ce  titre,  se  doit   d'être  enseignée  aux  personnes  susceptibles  d'occuper  la  fonction  de  conservateur8.  Il   l'envisage   ainsi   comme   une   discipline   dont   l'enseignement   permettrait   notamment   la   maîtrise  de  «  l'art  de  rédiger  un  catalogue,  de  classer  ou  de  présenter  des  tableaux  »9.     Cette  vision  va  durablement  marquer  les  esprits  durant  l'entre-­‐deux-­‐guerres,  entrainant   de   fait   une   transformation   du   sens   de   la   muséographie.   Comme   l'indiquait   Albert   S.   Henraux   dans   notre   introduction,   Mouseion   a   joué   un   rôle   important   dans   le   développement   de   cette   science   désormais   technique   puisque   c'est   elle   –   plus   encore   que   d'autres   revues   –   qui   va   œuvrer   à   la   diffusion   de   cette   nouvelle   définition   de   la   muséographie,  terme  dorénavant  utilisé  «  pour  décrire  l'organisation,  la  vie,  le  rôle  social,   la  formation  historique  des  musées,  mais  surtout  pour  préciser  les  méthodes  d'exposition,   de  conservation  ou  de  diffusion  utilisées  »10.     À  cette  époque,  la  muséographie  s'entend  donc  dans  un  sens  large  comme  la  manière   d'organiser   un   musée   dans   tous   ses   aspects   pratiques,   mais   également   dans   ceux   théoriques  :  en  effet,  des  questions  philosophiques  mais  aussi  sociales  et  éducatives  sont   intégrées  à  cette  définition,  notamment  dans  la  continuité  des  réflexions  initiées  à  la  fin   du   XIXe   siècle   par   le   secrétaire   général   de   la   Smithsonian   Institution,   George   Brown   Goode11.  Ainsi,  à  la  suite  de  celle  de  Madrid  en  1934,  il  était  prévu  que  se  tienne  une                                                                                                                   8  REAU  Louis,  «  L'organisation  des  musées  »,  Revue  de  synthèse  historique,  1908,  tomes  XVII-­‐2  et  XVII-­‐3,   n°50  et  51.     9  REAU  Louis,  «  L'organisation  des  musées  »,  Revue  de  synthèse  historique,  tome  XVII-­‐2,  n°50,  octobre   1908,  p.  159.   10  MAIRESSE  François,  Muséographie,  in  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  2011,  p.  323.   11  Principles  of  Museum  Administration,  1895.    
  12. 12. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       4   Conférence  sur  la  mission  sociale  et  éducative  des  musées  durant  l'été  1940,  conférence   qui  devait  donner  lieu  à  la  publication  d'un  troisième  volume  intitulé  Muséographie.   Cependant,   en   raison   du   déclenchement   de   la   Seconde   Guerre   Mondiale,   cette   manifestation  n'aura  finalement  pas  lieu,  et  la  distinction  progressive  qui  sera  opérée   par  la  suite  entre  muséologie  et  muséographie  ne  permettra  pas  le  développement  de   telles  considérations  sous  la  dénomination  de  muséographie.     En  effet,  à  l'instar  des  réflexions  menées  par  Georges  Henri  Rivière,  directeur  de  l'ICOM   de   1948   à   1965,   qui,   dès   1958,   définit   la   muséographie   comme   «   l'ensemble   des   techniques   en   relation   avec   la   muséologie   »12,   un   courant   de   pensée   conduira   à   la   différenciation  entre  d'une  part  la  muséologie,  «  science  du  musée  »  et  d'autre  part  la   muséographie,  «  corps  de  techniques  et  de  pratiques,  appliqués  au  musée  »13.     Ainsi,  de  nombreux  muséologues  vont  participer  à  l'instauration  de  ce  dédoublement  de   terme,   tel   Burcaw   qui   explique   à   son   tour   que   «   la   muséographie   est   l'ensemble   des   techniques  liées  à  la  muséologie.  Elle  couvre  les  méthodes  et  les  pratiques  liées  à  l'activité   des  musées,  dans  tous  ses  aspects  »14.     Une   dichotomie   sera   même   instaurée   par   certains   chercheurs   entre   d'un   côté   la   muséologie  théorique  "pure"  et  de  l'autre  la  muséographie,  encore  appelée  muséologie   pratique  (les  anglo-­‐saxons  parlent  d'applied  museology  ou  de  museum  practice),  souvent   considérée   par   les   partisans   de   la   muséologie   scientifique   comme   hiérarchiquement   inférieure.  Ainsi,  Vinos  Sofka  explique  à  propos  de  la  muséographie  que,  «  subordonnée  à   la   muséologie   générale   et   régie   par   ses   conclusions,   [elle]   s'occupe   de   la   technique   muséologique  pratique,  qui  est  utilisée  pour  remplir  ses  fonctions  »15.     Chez   l'ensemble   de   ces   auteurs,   la   muséologie   –   entendue,   dans   une   acception   large,   comme  «  l'ensemble  des  tentatives  de  théorisation  ou  de  réflexion  critique  liées  au  champ   muséal  »16  –  est  alors  systématiquement  placée  au  sommet  de  la  gradation  de  valeurs,   vision  qui  sera  contestée  parmi  les  professionnels  de  musée.                                                                                                                     12  RIVIERE  G.  H.,  Stage  régionale  d'études  de  l'Unesco  sur  le  rôle  éducatif  des  musées  (Rio  de  Janeiro,  7-­‐30   septembre  1958).  Paris,  Unesco,  1960,  p.  12.   13  La  muséologie  selon  G.  H.  Rivière,  Dunod,  1989,  p.  84.   14  BURCAW  G.E.,  Introduction  to  Museum  Work,  Walnut  Creek  –  London,  Altamira  Press,  1997  (3e  édition),   p.  21.  Traduction  de  MAIRESSE  François  in  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  2011,  p.325.     15  SOFKA  V.,  «  Provocations  muséologiques  1979  »,  Muwop/Dotram,  1,  1980,  p.  13.   16  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  «  Muséologie  »,  in  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,   2011,  p.  344.  
  13. 13. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       5   À   l'opposé   de   ce   courant   intellectuel,   une   forme   de   rejet   de   la   muséologie   sera   effectivement  exprimée  notamment  par  Kenneth  Hudson  ou  Ralph  Lewis17,  expliquant   que  les  tâches  qui  sont  quotidiennement  dévolues  aux  conservateurs  et  directeurs  de   musées  dont  ils  se  font  les  porte-­‐paroles  –  l'étude,  la  conservation  et  la  mise  en  valeur   des   collections,   la   gestion   du   personnel   et   des   finances   du   musée,   la   définition   d'une   programmation  culturelle  ou  la  promotion  de  l'institution  vers  de  nouveaux  partenaires   et  publics,  etc.  –  prennent  le  pas  sur  les  réflexions  concernant  la  conceptuelle  «  relation   spécifique  entre  l'homme  et  la  réalité  caractérisée  comme  la  documentation  du  réel  par   l'appréhension  sensible  directe   »,   à   laquelle   s'intéressent   les   muséologues   mais   qui   ne   permet  pas  forcément,  du  moins  à  court  terme,  d'applications  concrètes.   Des   points   de   vue   antagonistes   existent   donc   entre   d'une   part   les   muséologues   et   d'autre  part  les  professionnels  du  monde  des  musées,  qui  n'appréhendent  pas  tous  la  vie   de   ces   institutions   de   la   même   manière.   Toutefois,   l'opposition   frontale   qui   peut   être   ainsi  exprimée  sera  également  nuancée  par  certaines  personnalités,  à  commencer  par   Zbynek   Stransky,   qui,   tout   en   étant   un   des   principaux   penseurs   de   la   muséologie,   s'efforce   de   présenter   la   muséographie   comme   l'application   rationnelle   du   dispositif   théorique   :   pour   lui,   la   muséographie   fait   «   organiquement  partie  de  la  muséologie  et   couvre   le   domaine   de   la   pratique   de   muséalisation.   […]   À   (s)on   avis,   la   muséologie   appliquée,  ou  muséographie,  est  orientée  vers  la  pratique,  mais  sa  fonction  est  d'étudier  et   d'expliquer  les  moyens  concrets  grâce  auxquels  on  peut  réaliser  l'appropriation  spécifique   de  la  réalité  et  l'appliquer  concrètement  à  la  société.  L'objet  de  la  muséographie  est  donc   d'étudier  les  procédés  d'organisation,  les  méthodes,  les  techniques  et  les  technologies  qui   permettent  de  réaliser  cette  appropriation  de  la  réalité  »18.     Cette   conception   tendant   à   instaurer   une   complémentarité   entre   muséologie   et   muséographie,   également   exprimée   par   Waidacher   –   «   L'objectif   de   la   muséologie   appliquée   est   de   développer   des   procédures   et   des   règles   générales   qui   permettent   de   rendre   possible   la   mise   en   œuvre   et   la   vérification   pratique   des   découvertes   de   la   muséologie   théorique   » 19  –   est   encore   développée   par   Maroevic   pour   qui   «   la                                                                                                                   17  LEWIS  R.,  Manuel  for  Museums,  Washington,  National  Park  Service,  1976.   18  STRANSKY  Z.Z.,  Muséologie.  Introduction  aux  études,  Brno,  Université  Masaryk,  1995,  p.  54.     19  WAIDACHER  F.,  A  short  Introduction  to  Museology,  München,  Müller  Straten,  1996  (disquette).  Traduit   et  cité  dans  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  2011,  p.  331.  
  14. 14. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       6   muséographie  maintient  un  lien  ininterrompu  avec  les  autres  niveaux  de  la  muséologie,  car   elle  confirme  constamment  la  pensée  théorique  muséologique  »20.       Nous  voici  donc  arrivés  à  un  stade  de  la  définition  où,  même  si  les  aspects  pratiques  et   théoriques   sont   finalement   présentés   comme   indissociables   –   Maroevic   l'explique   en   disant  que    «  le  «  pourquoi  »  est  tellement  lié  avec  le  «  comment  »,  au  sens  littéral  du  mot,   qu'ils  forment  un  tout  inséparable  »21  –  et  que  des  liens  demeurent  indispensables  entre   la  muséologie  et  la  muséographie22,  cette  dernière  apparaît  clairement  plus  comme  une   technique  qu'une  véritable  science  muséale.  Reste  cependant  à  préciser  le  champ  que   recouvre   cette   pratique   muséographique   puisque   plusieurs   disciplines   vont   être   regroupées  sous  cet  intitulé  au  fil  des  époques.     Ainsi,  dans  l'ouvrage  considéré  comme  le  «  premier  traité  de  muséographie  moderne  »,   The   Principles   of   Museum   Administration,   George   Brown   Goode   dresse   un   large   panorama   du   travail   muséal   dont   il   présente   tous   les   aspects   à   partir   des   relations   qu'entretient  le  musée  avec  sa  communauté23.     De  même,  dans  son  ouvrage  paru  en  1918,  le  principal  détracteur  de  Goode,  Benjamin   Ives   Gilman,   même   s'il   recentre   son   propos   –   après   une   première   partie   sous   forme   d'introduction   générale   aux   institutions   muséales   –   en   abordant   successivement   la   formation  des  collections,  la  construction  des  musées  et  les  questions  d'installation  des   œuvres,  ne  peut  s'empêcher  de  développer  plusieurs  autres  thématiques  certes  liées  à  la   vie  des  musées,  mais  qui  s'éloignent  de  l'aspect  purement  technique  d'aménagement24.                                                                                                                   20  MAROEVIC  I.,  Introduction  to  Museology  -­  the  European  Approach,  Munich,  Müller-­‐Straten,  1998  p.  99.   21  MAROEVIC  I.,  Introduction  to  Museology  -­  the  European  Approach,  Munich,  Müller-­‐Straten,  1998  p.  101.   22  «  La  reformulation  théorique  des  problèmes  pratiques  du  musée  constitue  souvent  la  manière  la  plus   cohérente  d'envisager  de  nouvelles  perspectives  et  pistes  de  solutions  »  MAIRESSE  François,  Muséographie,   in  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  2011,  p.  332.     23  Y   sont   ainsi   abordés   la   place   du   musée   dans   la   société   et   ses   relations   avec   d'autres   institutions,   la   responsabilité   du   musée   envers   sa   communauté   ou   les   autres   institutions   muséales,   les   points   fondamentaux  nécessaires  au  fonctionnement  des  musée,  la  classification  des  musées.  Après  avoir  évoqué   de   la   sorte   la   philosophie   générale   dans   les   premiers   chapitres,   l'auteur   consacre   les   six   suivants   aux   fonctions  muséales  à  proprement  parler  :  il  développe  la  question  de  l'objet,  puis  présente  les  méthodes   de  préservation,  celles  d'exposition,  d'inventaire  et  de  catalogage,  mais  aussi  celles  relatives  à  la  rédaction   des  cartels,  des  catalogues,  et  autres  livrets.  Enfin,  il  consacre  sa  dernière  partie  à  l'évolution  future  du   travail  muséal.     24  GILMAN  B.  I.,  Museum  Ideals  of  purpose  and  method,  The  Riverside  Press,  Cambridge,  1918,  434  p.     Le  manuel  est  composé  de  deux  grandes  parties  –  But  et  Méthode  –  elles-­‐mêmes  divisées  en  nombreux   chapitres  :  les  premiers  sont  dédiés  aux  questions  de  la  nature  et  la  place  du  musée  de  Beaux-­‐Arts,  de   l'éducation  populaire  au  musée  des  Beaux-­‐Arts  et  des  buts  des  musées  et  de  l'idéal  culturel  (où  se  trouve   d'ailleurs  une  section  intitulée  «  La  thèse  du  Dr.  Goode  et  ses  antithèses  »).  Cinq  thématiques  sont  ensuite   développées  :    développement  ;  construction  -­‐  l'idéal  de  l'éclairage  diagonal  et  de  l'expansion  radiale  ;  
  15. 15. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       7   Le   Précis   de   Muséologie   pratique   publié   en   1920   par   les   lauréats   de   l'Académie   des   Sciences,   le   Dr.   Adrien   Loir   et   M.   Legangneux,   est   quant   à   lui   basé   sur   la   question   principale  du  public  et  des  musées,  problématique  constituant  la  première  partie,  après   laquelle  sont  traitées  celles  de  la  direction  et  de  la  technique  du  Muséum25.   Par  la  suite26,  et  alors  que  le  champ  muséographique  s'est  élargi  avec  l'intégration  des   musées   de   sciences   et   de   techniques,   le   terme   semble   encore   englober   de   nouvelles   compétences,  au  point  qu'il  soit  confondu  avec  le  domaine  de  l'organisation  du  musée   (museum  administration).  Cela  est  notamment  illustré  avec  la  publication  en  1959  par   l'UNESCO  d'un  guide  en  la  matière  ,  ouvrage  présenté  comme  suite  possible  aux  deux   volumes  Muséographie  de  1934,  et  qui  intègre  désormais  des  questions  administratives,   s'ajoutant  à  celles  précédemment  évoquées27.     L'élargissement   de   la   définition   est   encore   renforcé   avec   Georges   Henri   Rivière   qui,   selon   son   idée   de   musée   laboratoire,   intègre   à   la   muséographie   la   question   de   la   recherche28.   Dans   ses   leçons,   le   fondateur   du   Musée   national   des   arts   et   traditions   populaires   développe   des   thématiques   telles   que   «   musée   et   société   »,   «   musée   et   patrimoine  »,  «  musée,  instrument  d'éducation  et  de  culture  »,  les  questions  relatives  à  l'   «  institution   muséale   »   telles   que   les   statuts   et   l'organisation   ou   «  l'architecture   et   programmation  »  n'étant  traitées  que  dans  l'ultime  développement.     Dans  la  continuité  de  la  vision  de  Rivière,  consacrée  par  la  définition  de  l'ICOM  de  1974,   et   avec   la   théorisation   du   système   PRC   –   musée   comme   lieu   de   Préservation,   de   Recherche  et  de  Communication  –  par  Peter  van  Mensch,  la  muséographie  se  voit  définie   de   la   sorte   :   «   La   muséologie   appliquée   concerne   les   implications   pratiques   de   la   muséologie,  assistée  par  un  grand  nombre  de  disciplines  auxiliaires.  La  subdivision  de  ce                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             installation  -­‐  la  visite  reposante  idéale  ;  exégèse  -­‐  les  idéaux  de  l'accompagnement  officiel  et  du  catalogue   interprétatif  ;  gouvernement  -­‐  l'idéal  de  la  commission  composite  –  quelques  problèmes  généraux.     25  LOIR  A.,  LEGANGNEUX  H.,  Précis  de  Muséologie  pratique,  Le  Havre,  muséum  d'Histoire  naturelle,  1922   (?),  107  p.   Après  la  relation  entre  le  public  et  le  musée,  sont  ainsi  évoquées  les  fonctions  d'administration  et   d'aménagement,  celles  de  publications  et  de  conservation  des  collections.     26  Nous  occultons  volontairement  la  période  autour  de  1930  qui  fera  l'objet  du  développement  principal.   27  UNESCO,  L'Organisation  des  musées.  Conseils  pratiques.  Paris,  Unesco,  1959,  202-­‐44  p.   Ce  manuel,  dont  l'épilogue  est  signé  par  Georges  Henri  Rivière,  comporte  des  chapitres  –  après  le  premier   présentant  le  rôle  des  musées  –  désormais  consacrés  aux  questions  d'administration  et  de  personnel,  de  la   place  de  la  recherche  dans  le  musée,  de  celles  du  visiteur  et  de  l'éducation,  d'autres  traitant  de  l'analyse  et   des  techniques  de  conservation  puis  celles  d'exposition  et  enfin  celles  qui  sont  liées  à  l'architecture  des   musées.   28  Comme  en  témoigne  les  «  Quelques  exemples  de  relation  entre  recherche  et  muséographie  »  publiés  à  la   suite  de  la  leçon  «  Recherche  »  dans  RIVIERE  G.-­‐H.,  La  muséologie  selon  Georges  Henri  Rivière  :  cours  de   muséologie,  textes  et  témoignages.  Paris,  Dunod,  1989,  pp.  169-­‐194.  
  16. 16. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       8   champ   est   fondée   sur   les   trois   fonctions   muséologiques   de   base   :   la   préservation   (acquisition,  inventaire,  documentation,  conservation),  la  recherche  et  la  communication   (présentation,  éducation),  accompagnée  par  l'administration  et  la  gestion  »29.   À   la   suite   de   cela,   Zbynek   Stransky   «   conçoit   la   muséographie   comme   l'ensemble   des   aspects  organisationnels  et  techniques  des  fonctions  spécifiques  du  musée,  c'est  à  dire  la   gestion,  la  commercialisation,  l'architecture,  la  conservation,  l'information,  l'expographie   (exhibition  design),  les  relations  publiques  et  la  promotion  »30.     Il   est   en   ce   sens   suivi   par   Waidacher,   pour   qui   «   les   enseignements   de   la   muséologie   appliquée  trouvent  une  application  muséale  concrète  dans  quatre  domaines  :  la  sélection   des   objets   et   leur   documentation,   la   formation   et   l'administration   des   possessions,   la   communication  des  possessions  et  les  relations  publiques,  la  planification,  l'organisation  et   la  gestion  »31.     Ce  dernier  champ  –  qui,  nous  l'avons  vu,  trouvait  déjà  sa  place  dans  le  manuel  de  1959   (dans  lequel  l'administration  est  présentée  comme  englobant  la  plupart  des  activités)  –     va   progressivement   s'imposer   dans   la   vie   des   institutions.   Si   le   développement   des   aspects   de   gestion   sera   un   peu   retardé   en   raison   de   l'application   du   modèle   PRC   ne   laissant   que   peu   de   place   aux   personnes   autres   que   le   conservateur,   cette   prise   de   pouvoir  sera  matérialisée  par  la  très  riche  littérature  notamment  à  la  toute  fin  du  XXe  et   en  ce  début  de  XXIe  siècle  :  à  la  suite  de  publications  telles  que  Manual  of  curatorship  :  a   guide  to  museum  practice  (1992)  et  Museum  Basics  (1993)  qui  se  présentent  comme  des   manuels  essentiellement  pratiques,  de  même  que  The  Handbook  for  Museums  (1994)  et   le  Standard  Practices  Hanbook  for  Museums  (2001)  qui  sont  en  grande  partie  consacrés     aux  questions  de  marketing,  de  gestion  de  personnel  ou  de  recherche  de  financement,   un  courant  s'est  ainsi  développé,  entraînant  d'ailleurs  la  création  de  métiers  spécifiques   au   sein   même   des   équipes   de   musées.   Cette   orientation   semble   même   soutenue   par   l'ICOM  et  l'UNESCO,  qui  participent  à  la  publication    et  à  la  diffusion  de  Comment  gérer   un  musée,  un  manuel  pratique  de  Patrick  Boylan32,  manuel  –  conçu  à  l'origine  dans  le  but   d'offrir  un  outil  de  travail  aux  personnels  des  musées  irakiens  et  ayant  «  pour  objet  de                                                                                                                   29  MENSCH  P.  van,  Professionalising  the  Muses.  Amsterdam,  AHA  Books,  1989,  p.  87.   30  MAIRESSE  François,  Muséographie,  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  2011,  p.  330,  d'après   STRANSKY,  Z.  Z.,  Muséologie.  Introduction  aux  études.  Brno,  Université  Masaryk,  1995,  p.  55.   31  WAIDACHER  F.,  A  short  Introduction  to  Museology,  München,  Müller  Straten,  1996  (disquette).  Traduit   et  cité  dans  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  2011,  p.  331.   32  http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001478/147854f.pdf    
  17. 17. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       9   présenter   les   aspects   essentiels   de   la   gestion   de   musées   ouverts   sur   le   monde   contemporain  »33  –   fait   la   part   belle   à   cette   discipline,   puisqu'un   quart   des   chapitres   contient  le  terme  "gestion"  dans  son  titre.  Dans  la  même  veine,  citons  enfin  les  ouvrages   de   Jean-­‐Michel   Tobelem   –   Manuel   de   muséographie   :   petit   guide   à   l'usage   des   responsables  de  musée  (1998)  et  Le  nouvel  âge  des  musées  :  les  institutions  culturelles  au   défi  de  la  gestion  –   qui   s'est   également   fait   le   spécialiste   de   ces   questions   des   enjeux   contemporains  de  la  gestion  des  musées.       Le   terme   de   "muséographie"   a   donc   compris   différentes   acceptions   et   a   regroupé   différentes  notions  au  cours  des  décennies  et  selon  les  auteurs,  au  point  d'ailleurs  que   François   Mairesse   suggère   la   possibilité   «   de   retrouver   par   le   biais   de   l'analyse   de   la   structure   des   manuels   de   muséographie   […]   celle   du   monde   des   musées   lui-­même   »34.     De  fait,  nos  recherches  nous  ont  mené  à  nous  intéresser  à  de  nombreux  aspects  de  ce   sujet   particulièrement   large,   mais,   si   nos   lectures   furent   variées,   nous   ne   pouvons   ici   traiter  de  l'ensemble  de  la  thématique.     Au  contraire,  nous  nous  contenterons  de  rappeler  la  définition  désormais  en  vigueur  –   selon  laquelle  «  actuellement,  la  muséographie  est  essentiellement  définie  comme  la  figure   pratique  ou  appliquée  de  la  muséologie,  c'est  à  dire  l'ensemble  des  techniques  développées   pour  remplir  les  fonctions  muséales  et  particulièrement  ce  qui  concerne  l'aménagement  du   musée,  la  conservation,  la  restauration,  la  sécurité  et  l'exposition  […]»35  –  et,  en  raison  du   temps  qui  nous  est  imparti,  nous  envisagerons  la  muséographie  durant  le  reste  de  cette   étude  sous  l'angle  de  l'architecture  et  de  l'aménagement  des  musées  d'art.     En  effet,  un  tel  choix  s'apparente  tout  d'abord  à  la  réflexion  de  Wolfgang  Klausewitz,  qui,   approfondissant   la   distinction   entre   muséologie   et   muséographie   plus   encore   que   d'autres,   avait   conclu   que   «   la   muséographie   a   une   orientation   purement   technique   et   comprend   les   techniques   et   méthodes   relatives   à   la   sécurité   et   aux   collections,   en   particulier  les  divers  systèmes  techniques  d'exposition  »36.                                                                                                                     33  BOYLAN  Patrick,  «  Introduction  »,  p.  VI  in  BOYLAN  Patrick,  Comment  gérer  un  musée,  un  manuel   pratique,  2006.   34  MAIRESSE  François,  Muséographie,  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  2011,  p.  337.   35  MAIRESSE  François  «  Muséographie  »,  in  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  2011,  p.  321.   36  Elle  s'oppose  ainsi  à    la  muséologie  appliquée  «  qui  a  une  orientation  plus  pratique  et  comprend  toutes  les   questions  concernant  toutes  les  activités  dans  le  domaine  des  collections,  la  documentation  sur  les  objets,  la   publication,  la  pédagogique  (sic)  et  les  méthodes  didactiques  de  musée    KLAUSEWITZ  W.,  «  Provocations  
  18. 18. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       10   De  plus,  cela  répond  également  à  une  tradition  française,  selon  laquelle  la  muséographie   est  plus  précisément  envisagée  comme  la  discipline  liée  aux  techniques  d'exposition  :   «  L'usage   du   mot   muséographie   a   eu   tendance,   en   français,   à   désigner   l'art   (ou   les   techniques)   de   l'exposition.   […]   Ce   qu'on   intitule   le   «   programme   muséographique   »,   recouvre  la  définition  des  contenus  de  l'exposition  et  ses  impératifs,  ainsi  que  l'ensemble   des   liens   fonctionnels   entre   les   espaces   d'exposition   et   les   autres   espaces   du   musée   »37.   Ainsi,  Danièle  Giraudy  la  définit  comme  «  la  technique  qui  présente  les  collections  »,  Gob   et  Drouguet  comme  «  une  activité  intellectuelle  tournée  vers  l'application  pratique,  celle   qui  consiste  à  définir  ou  à  décrire  et  analyser  la  conception  d'une  exposition,  sa  structure,   son   fonctionnement   »,   tandis   que   Chaumier   et   Levilain   appréhendent   la   fonction   de   muséographe  comme  étant  celle  de  «  coordonner  l'ensemble  des  compétences  nécessaires   à  la  réalisation  de  l'exposition  »38.   Enfin,   ce   choix   de   se   concentrer   sur   cette   acception   de   la   muséographie   s'explique   évidemment   par   le   fait   que   le   cœur   même   de   notre   sujet   concerne   la   conférence   de   Madrid   et   le   manuel   qui   fut   publié   à   la   suite   de   celle-­‐ci   –   ouvrage   à   l'origine   de   la   signification  française  –  dont  le  titre,  rappelons-­‐le,  est  :  Muséographie  –  Architecture  et   aménagement  des  musées  d'art.     En  effet,  à  cette  époque  –  et  nous  garderons  cette  définition  comme  référence  pour  les   développements   suivants   –   la   muséographie   «   comprend   non   seulement   des   questions   relatives   à   l'architecture   (bâtiments   nouveaux   ou   appropriation   des   bâtiments   anciens,   éclairage,   ventilation,   température,   chauffage,   préservation   contre   l'incendie   et   le   vol),   mais   encore   toutes   les   questions   se   rattachant   à   l'organisation   intérieure   du   musée   (inventaire,   étiquetage,   catalogues,   présentation,   personnel,   bibliothèque,   réserves,   entretien  des  œuvres,  etc.)  »39.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             muséologiques  1979  »,  Muwop/Dotram,  1,  1980,  p.  11.  Cité  dans  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,   2011,  p.  330.   37  MAIRESSE  François  «  Muséographie  »,  in  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  2011,  p.  321.   38  MAIRESSE  François  «  Muséographie  »,  in  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  2011,  pp.  325-­‐326.   Preuve  que  la  sémantique  est  sujet  au  débat,  des  précisions  ont  encore  été  apportées  afin  d'établir  une   distinction  entre  la  muséographie  et  d'une  part  la  scénographie  –  étymologiquement  plus  ancien,  mais  qui   concernait   principalement   le   décor   du   théâtre   avant   que   certains   scénographes   ne   proposent   leurs   services   dans   les   musées   à   partir   des   années   1980   –   et   d'autre   part   l'expographie,   terme   élaboré   par   André  Desvallées  dans  le  but  de  désigner  la  technique  relative  à  la  conception  d'expositions  temporaires.   MAIRESSE  François  «  Muséographie  »,  in  DESVALLÉES  André,  MAIRESSE  François,  2011,  pp.  325-­‐329  et   http://invisibl.eu/fr/lapport-­‐de-­‐la-­‐scenographie-­‐dans-­‐le-­‐processus-­‐dacquisition-­‐des-­‐savoirs-­‐23/.   39    Office  International  des  Musées,  Programme  de  l'Office  international  des  musées,  Mouseion  n°1,  1927.    
  19. 19. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       11   Ces  précisions  sémantiques  étant  établies,  nous  pouvons  débuter  notre  étude,  qui  aura   donc  pour  but  de  démontrer  que  la  muséographie  telle  que  nous  l'avons  définie,  loin   d'être   une   simple   «   technique   auxiliaire   »   (Georges   Henri   Rivière)   ou   un   «   livre   de   cuisine   »   (Stransky),   est   en   fait   une   véritable   discipline,   nécessitant   l'intervention   de   multiples  compétences,  qui  participe  au  processus  d'acquisition  des  savoirs  en  facilitant   la  transmission  du  message  scientifique.       Plus  prosaïquement,  d'autres  avertissements  s'imposent  encore  :       Tout  d'abord,  les  lecteurs  doivent  ici  être  prévenus  du  choix  qui  a  été  pris  de  faire     régulièrement   appel   aux   citations   ;     de   fait,   celles-­‐ci   peuvent   être   nombreuses,   notamment  dans  le  deuxième  partie,  mais  cela  s'explique  par  la  volonté  de  respecter  le   texte   original   dont   la   tonalité   aurait   été   déformée   dans   le   cas   de   l'utilisation   de   paraphrases.     Ensuite,  il  convient  également  d'expliquer  le  système  de  renvois  bibliographiques   mis  en  place  dans  les  notes  en  bas  de  page  :  si  lors  de  la  première  mention  les  références   sont  indiquées  de  manière  complète,  par  la  suite  seules  figurent  les  mentions  du  nom  de   l'auteur,  de  la  date  de  la  publication  et  du  numéro  de  page.       Enfin,  par  commodité,  ont  peu  être  employées  certains  abréviations,  dont  vous   trouverez  ici  les  significations  :       SDN  :  Société  des  Nations   OIM  :  Office  International  des  Musées   CICI  :  Commission  Internationale  de  Coopération  Intellectuelle   IICI  :  Institut  International  de  Coopération  Intellectuelle     UNESCO  :  Organisation  des  Nations  Unies  pour  l'Education,  la  Science  et  la  Culture   ICOM  :  Conseil  international  des  musées     ICAMT  :  Comité  International  pour  l’Architecture  et  les  Techniques  Muséographiques     MQB  :  Musée  du  Quai  Branly      
  20. 20. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       12                             PREMIERE  PARTIE  :     LE  CONTEXTE  :  LA  MUSÉOGRAPHIE  AVANT  LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID    
  21. 21. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       13   1. Les  institutions  muséales  à  l'aube  du  XXe  siècle         «   Il  y  a  vingt-­cinq  ans,  personne  ne  pensait  qu'un  musée  put  être  autre  chose  qu'un  lieu   solennel  et  à  peine  accessible,  où  l'on  se  rendait,  pour  ainsi  dire,  en  pèlerinage.  Les  musées   n'avaient   pas   d'autre   but   que   de   pourvoir   à   la   conservation   –   certains   ont   même   dit   à   l'  «  ensevelissement   »   –   des   œuvres   d'art.   Le   personnel   supérieur   des   musées   aurait   été   sérieusement  alarmé  si  les  visiteurs  étaient  venus  en  trop  grand  nombre.  On  se  préoccupait   peu  de  l'intérêt  du  public  quand  il  s'agissait  d'organiser  un  musée,  et  encore  ne  tenait-­on   compte  que  du  très  petit  nombre  de  personnes  possédant  un  sens  artistique  naturellement   délicat  et  déjà  suffisamment  cultivé  »40.     a. Crise   des   musées   et   professionnalisation   de   la   fonction   de   conservateur   Institué   à   la   fin   du   XVIIIe  siècle,   le   musée   en   tant   qu'institution   publique   traverse   au   début   du   XXe  siècle   une   importante   crise.   Ainsi,   à   l'image   du   rédacteur   du   Burlington   Magazine  –  qui,  en  septembre  1908  écrit  :  «  The  time  has  arrived  when  the  question  of   exactly  what  their  function  is,  and  what  it  ought  to  be,  must  be  asked  and  solved  »41  –,  la   tendance  à  l'époque  est  de  s'interroger  sur  la  fonction  et  le  rôle  de  ces  institutions.     Et  si,  à  l'image  de  celui  opposant  Goode  à  Gilman,  des  débats  ont  lieu  pour  déterminer  si   ces  lieux  devraient  tendre  plus  vers  la  science42  ou  vers  l'esthétisme43,  d'autres  points   de   vue,   plus   radicaux,   sont   également   exprimés,   remettant   en   cause   leur   existence   même  :   avant   même   Paul   Valéry   –   «   Quelle   fatigue,   quelle   barbarie   !   Tout   ceci   est   inhumain  »44  –  Louis  Réau,  qui  s'est  intéressé  de  très  près  à  l'organisation  des  musées45,   explique   :   «  on   a   surnommé   les   Musée   les   prisons   de   l'Art   ;   ce   sont   plutôt   de   vastes   cimetières  où  les  œuvres  d'art  du  passé  reposent  pêle-­mêle  comme  des  corps  sans  vie  »46.                                                                                                                     40  Mouseion  n°9,  décembre  1929,  pp.  290-­‐291.     41  Édition  du  15  septembre  1908,  citée  dans  GILMAN  B.  I.,  Museums  ideals  of  purpose  and  method,   Cambridge  1918,  p.  X.     42  Le   musée   une   considéré   par   Goode   comme   une   «  très   bonne   collection   de   cartels,   de   labels   –   ou   d’étiquettes,  chacune  illustrées  par  le  spécimen  adéquatement  choisi  »   43  Pour  Gilman,  qui  conçoit  le  musée  comme  l'exposition  permanente  d’objets  réunis  en  fonction  de  leurs   qualités  artistique  ou  éducative,  «  lorsque  le  règne  de  l’éducation  commence,  le  règne  de  l’art  se  termine  ».     44  Le  problème  des  musées,  1923  :   http://classiques.uqac.ca/classiques/Valery_paul/probleme_des_musees/valery_probleme-­‐musees.pdf     45  Voir  l'article  éponyme  paru  en  deux  parties  dans  La  revue  de  synthèse  historique  n°50  (1908a)  et  n°51   (1908b),  déjà  cité.     46  REAU  Louis,  1908a,  p.  147.  Il  ajoute  d'ailleurs  qu'ils  constituent  un  «  mauvais  exemple  pour  certains   artistes  modernes  ».  
  22. 22. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       14   Pourtant,   le   même   Réau   va   défendre   ces   institutions47,   qu'il   juge   comme   un   «   mal   nécessaire  ».  Basant  son  diagnostic  sur  la  comparaison  avec  les  musées  allemands  –  qu'il   érige,   et   Wilhelm   von   Bode48  en   tête,   en   modèles   –   il   ne   fait   pas   pour   autant   de   concession  :  «  il  est  indéniable  que  leur  organisation  actuelle  laisse  beaucoup  à  désirer  »  ;   déplorant  que  la  France,  pourtant  précurseur,  soit  désormais  en  retard  dans  le  domaine   muséal,   il   propose   :   «   ne   pouvant   abolir   cette   institution   déjà   séculaire,   ne   vaut-­il   pas   mieux,  plutôt  que  de  s'acharner  contre  elle,  la  fortifier  par  d'utiles  réformes  ?  »49.     Et   s'il   énonce   le   fait   qu'   «   il   est   urgent   que   Musées   et   Bibliothèques   se   spécialisent   étroitement   pour   éviter   des   déperditions   d'efforts   et   de   ressources   »50,   le   principal   des   réformes   que   Réau   appelle   de   ses   vœux   concerne   le   statut   de   conservateur,   qu'il   souhaite  voir  se  professionnaliser  :  tandis  que  «    le  recrutement  des  directeurs  de  Musées   devrait   être   entouré,   semble-­t-­il,   de   garanties   aussi   sérieuses   que   le   recrutement   des   professeurs  d'Universités  ou  des  fonctionnaires  de  l'Etat  »,  il  déplore  que  l'  «  on  persiste  à   considérer  en  France  la  conservation  des  Musées  moins  comme  une  fonction  que  comme   une  sinécure  »51.     Effectivement,   à   cette   époque,   sont   alors   nommés   comme   conservateurs   de   musées   aussi  bien,  à  Paris,  «  des  hommes  de  lettres  retraités,  des  poètes  fourbus  et  besogneux  »   que  de  «  simples  professeurs  de  dessins,  artistes  de  clocher  ou  riches  amateurs,  qui,  s'ils  ont   quelque  fois  du  goût,  manquent  totalement  de  préparation  scientifique  »  dans  les  Musées   de   province.   N'étant   pas   rémunérés,   tous   ont   tendance   «   à   considérer   leurs   fonctions   comme  purement  honorifiques  ou  comme  un  poste  d'attente  et  ne  se  croient  pas  tenus  de   fournir  aucun  travail  régulier  »52.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Avant  lui,  Julien  Guadet  disait  des  musées,  «  ces  grandes  nécropoles  des  arts  qu'on  appelle  les  musées   officiels  […]  qu'ils  sont  une  des  créations  les  plus  funestes  aux  arts  ».  GUADET  Julien,  Eléments  et  théorie  de   l'architecture  :  cours  professé  à  l'École  nationale  et  spéciale  des  Beaux-­Arts,  1915,  Paris  Librairie  de  la   Construction  moderne,  Tome  II  Chapitre  VII  «  Les  édifices  d'instruction  publique  »,  p.  334.   47  «  Quand  les  musées  n'auraient  d'autre  raison  d'être  que  la  nécessité  de  préserver  les  œuvres  d'art  contre   touts  les  risques  de  destruction  qui  les  menacent,  leur  existence  serait  suffisamment  justifiée  ».  REAU  Louis,   1908a,  p.  147.     48  Dont  on  dira    qu'il  est  effectivement  «  l'archétype  du  directeur  de  musée  du  second  XIXe  siècle  ».  POULOT   Dominique,  Musée  et  muséologie,  Paris,  Editions  La  Découverte,  2005,  p.  47.   49  REAU  Louis,  1908a,  p.  148.     50  REAU  Louis,  1908a,  p.  153.   51  REAU  Louis,  1908a,  p.  158.   52  REAU  Louis,  1908a,  p.  158.  
  23. 23. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       15   Cette  situation,  également  rapportée  par  Jean  Capart53  et  encore  déplorée  par  Charles   Kunstler54,   a   malheureusement   des   conséquences   désastreuses   tant   sur   l'état   des   musées  que  sur  la  conservation  des  collections,  comme  l'a  par  exemple  constaté  Louis   Hautecœur  à  propos  de  la  restauration  de  peinture,  lui  qui  se  vit  expliquer  lors  de  visites   qu'il  effectuait  en  province,  par  un  conservateur  :  «  mon  pauvre  prédécesseur  est  mort   trop  tôt  :  il  n'a  pas  eu  le  temps  de  repeindre  tous  les  tableaux.  Aussi  vous  excuserez  ceux  qui   sont  un  peu  vieux  »55.   «  L'incompétence  et  l'inertie  sont  de  règle  dans  ce  personnel  dont  le  recrutement  demeure   tout  à  fait  arbitraire  »56  dénonce   Réau.   Vigoureux   dans   sa   critique,   il   explique   que   le   maintien  de  ce  système  –  qu'il  qualifie  d'antidémocratique  et  d'antiscientifique  –  est  dû  à   l'inefficacité  «  des  Commissions  omnipotentes  où  les  incompétences  sont  presque  toujours   en  majorité  »57  –  selon  lui  les  historiens  et  collectionneurs,  plus  à  même  de  prendre  les   décisions  concernant  les  musées,  devraient  remplacer  les  artistes  –  auprès  desquelles   les  conservateurs  ne  disposent  que  du  seul  droit  d'initiative  et  non  de  celui  de  vote.     Là   encore,   comparaison   est   faite   avec   le   cas   allemand,   où   les   conservateurs   –   «   des   spécialistes   et   non   des   dilettantes   »58  –   ne   sont   pas   confrontés   à   un   tel   véto,   mais   bénéficient   au   contraire   de   certaines   libertés,   à   l'image   de   Bode   qui   fait   preuve   d'initiative   au   moment   de   diriger   une   importante   campagne   d'acquisition   pour   les   musées  qu'il  dirige.     En  confrontant  les  méthodes  appliquées  en  France  et  en  Allemagne,  Réau  –  qui  explique   que  «  quand  les  directeurs  de  Musées  sont  bien  choisis,  il  n'y  a  aucun  inconvénient  à  leur   laisser  carte  blanche  »59  –   met   également   en   évidence   l'écart   existant   au   niveau   de   la   formation  des  directeurs  de  musées,  pointant  notamment  du  doigt  l'École  du  Louvre  qui                                                                                                                   53  Retraçant  la  chronologie  des  Musées  Royaux  de  Belgique,  il  explique  ainsi  que,  à  la  mort  du  quatrième   conservateur,    «  la  place  fut  donnée  à  un  journaliste  politique,  que  les  circonstances  obligeaient  à  se  retirer   de  sa  carrière,  le  Baron  Prosper  de  Hauleville.  Il  était,  en  effet,  de  tradition  de  considérer  la  conservation  des   musées  comme  une  sinécure  permettant  d'accorder  à  des  personnalités  une  sorte  de  «  bénéfice  »  ».   CAPART  Jean,  «  Aperçu  historique  sur  les  musées  –  Depuis  l'origine  jusqu'en  1929  »,  Le  temple  des  Muses,   Bruxellles,  Musées  Royaux  d'Art  et  d'Histoire  –  Parc  du  Cinquantenaire,  1932,  p.  49.     Voir  également  CAPART  Jean,  «  Le  rôle  social  des  musées  »,  Mouseion  1930,  volume  12  n°3,  pp.  219-­‐238.   54  Voir  l'article  «  Le  recrutement  des  conservateurs  en  France  »  dans  Musées  et  Monuments  Informations   mensuelles  n°  IX  –  Novembre  1932,  p.  14.  Annexe  1.     55  Expérience  déconcertante,  cocasse  si  elle  n'était  pas  dramatique,  relatée  dans  HAUTECŒUR  Louis,  Les   Beaux-­Arts  en  France.  Passé  et  avenir,  Paris  A.  et  J.  Picard  1948,  p.  196.   56  REAU  Louis,  1908a,  p.  158.   57  REAU  Louis,  1908a,  p.  160.   58  REAU  Louis,  1908a,  p.  160.   59  REAU  Louis,  1908a,  p.  160.  
  24. 24. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       16   ne  répond  pas  selon  lui  à  sa  mission.  Ainsi,  tandis  que  les  allemands  appelés  à  devenir   conservateurs   sont   progressivement   familiarisés   avec   «   tout   ce   qui   regarde   la   muséographie  »  à  travers  un  enseignement  complet  à  l'Université  et  en  passant  par  les   grades  d'attaché  volontaire  puis  d'assistant60,  à  l'École  du  Louvre  –  «  qui  aurait  dû  être   en  même  temps  qu'un  séminaire  d'histoire  de  l'art  et  un  laboratoire  de  travail  scientifique,   une  école  théorique  et  pratique  de  «  muséographie  »  […]   la  pépinière  des  directeurs  de   Musées  »  –  Réau,  au  contraire,  «  constate  que  le  programme  des  conférences,  si  riche  en   superfluités,  ne  comporte  pas  un  seul  cours  où  l'on  enseigne  l'art  de  rédiger  un  catalogue,   de  classer  ou  de  présenter  des  tableaux  »  mais  plutôt  des  «  conférences  de  vulgarisation   antistatique  à  l'usage  des  gemmes  du  monde  »61.   Si  de  tels  manquements  sont  effectivement  regrettables  –  concernant  l'École  du  Louvre,   nous  y  reviendrons,  ils  seront  comblés  à  partir  de  1929,  –  la  professionnalisation  gagne   petit  à  petit  le  monde  des  musées,  notamment  à  travers  la  création  d'Associations  de   conservateurs,   instituées   justement   afin   de   coordonner   les   actions   tout   d'abord   aux   points  de  vue  nationaux.     Ainsi,   la   British   Isles   Museum   Association,   l'American   Association   of   Museums,   la   Deutscher  Museumbund  et  l'Association  des  Conservateurs  des  Collections  Publiques  de   France  notamment  voient  respectivement  le  jour  en  1888,  1905,  1917  et  191962.     La  création  de  telles  structures  qui,  nous  le  verrons,  est  accompagnée  par  la  publication   de  revues,  est  particulièrement  intéressante  en  ce  qu'elle  participe  de  la  formation  des   conservateurs.  En  effet,  alors  qu'émerge  justement  cette  idée  selon  laquelle  la  fonction   de   directeur   de   musées   nécessite   des   compétences   spécifiques,   ces   associations   vont   tout  d'abord  organiser  des  conférences  permettant  le  partage  des  connaissances.     Ainsi,  l'Association  Américaine  des  Musées  est  par  exemple  à  l'initiative,  à  l'occasion  de   sa   réunion   de   Chicago   à   l'été   1933   consacrée   à   la   question   «   les   musées   dans   la   vie   contemporaine  »  de  «  plus  de  cent  communications  »,  réparties  dans  plusieurs  comités   qui  sont  constitués  pour  traiter  des  différentes  questions  se  rapportant  à  la  thématique   déterminée63.                                                                                                                     60  REAU  Louis,  1908a,  p.  160.   61  REAU  Louis,  1908a,  p.  159.   62  Notamment  :  l'on  peut  par  exemple  y  ajouter  la  Japanese  Association  of  Museum  en  1932,  etc.   63  Voir  l'article  issu  des  Informations  mensuelles,  juillet  1933,  p.  3.    
  25. 25. Jean-­‐Baptiste  JAMIN   LA  CONFÉRENCE  DE  MADRID  (1934)   École  du  Louvre  2013-­‐2014       17   Surtout,   si   des   cours   portant   sur   l'histoire,   l'administration   des   musées   ainsi   que   des   travaux  et  recherches  muséographiques  sont  dispensés  par  les  universités  (à  Harvard   notamment)  à  partir  des  années  1920  –  à  l'image  de  ceux  donnés  dans  le  Wisconsin  par   Charles   E.   Brown   et   par   le   Professeur   W.   H.   Varnum64  –,   désormais   des   formations   diplômantes   tendent   à   être   instaurées   à   l'initiative   de   ces   Associations.   Ainsi,   l'association  anglaise  instaure  des  cours  spécifiques65,  accessibles  uniquement  à  certains   étudiants  répondant  à  certains  critères  et  visant  l'obtention  d'un  diplôme66,  qui,  pour   l'année  1933,  sera  finalement  attribué  à  cinq  d'entre  eux.  De  plus,  toujours  à  propos  de   l'Association  britannique,  celle-­‐ci  est  à  créditer  du  projet  de  publication  d'un  Manuel  du   Conservateur  «  traitant  de  la  technique  muséographique  »67.   De  fait,  si  l'on  déplore  toujours  que  «  la  situation  n'a  guère  progressé  en  ce  qui  concerne   la  question  si  difficile  du  statut  des  conservateurs  »68  notamment €

×