CANDIDAT pourquoi? DÉPUTÉ pourquoi faire?

1 221 vues

Publié le

Dans ce livret de campagne, Jerry Tardieu explique les raisons pour lesquelles il a fait choix de se présenter aux élections législatives de 2015. Il se porte candidat à la députation de Petion-Ville.

Dans cette publication, il partage, avec les citoyennes et citoyens de Petion-Ville dont il sollicite le vote, ses idées, sa vision, le sens de son engagement et sa compréhension du devoir parlementaire.

Aux citoyens de Petion-Ville, il demande de lui faire confiance. Il partage son opinion sur les thèmes qu’il juge prioritaires pour la cinquantième législature.

Publié dans : Direction et management
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 221
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

CANDIDAT pourquoi? DÉPUTÉ pourquoi faire?

  1. 1. 1Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | pour quoi faire ? pourquoi? Candidat député
  2. 2. mai 2015 pour quoi faire ? pourquoi? Candidat député
  3. 3. Ce livret est dédié à tous les Pétion-Villois… sans exception !
  4. 4. Avant-propos Page 07 Une deuxième chapitre de vie Page 10 Pourquoi Pétion-Ville ? Page 14 La plateforme VERITE Page 19 De la 49ième à la 50ième législature : Bilan et perspectives Page 26 Conclusion Page 29 Annexe 1 Page 32 Annexe 2 Page 33 Annexe 3 Page 35 Annexe 4 Page 38 Annexe 5 Page 41 Annexe 6 Page 45 TABLE DES MATIèRES
  5. 5. 7Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Avant-propos En cette année électorale 2015, Haïti se retrouve à un carrefour de son histoire. L’arrivée de nouveaux élus sur la scène poli- tique, dont 20 sénateurs et 119 députés, est un moment de véri- té pour la nation. Partout les électeurs haïtiens vont se pronon- cer sur les valeurs au nom desquelles ils veulent être gouvernés. Partout les citoyens et les citoyennes vont élire des hommes et des femmes qui devront représenter dignement les intérêts de leurs départements, leurs communes et leurs villes. Dans la méfiance anti dictatoriale des années 80, l’anti prési- dentialisme a sérieusement influencé l’élaboration de notre loi mère. Pour protéger la nation d’un éventuel retour à la dictat- ure, les constituants de 1987 ont déplacé le centre du pouvoir de l’Exécutif vers le Législatif en confiant au Parlement la mission de façonner la démocratie haïtienne. Les constituants haïtiens de 1987 n’y ont pas été par quatre chemins. Ils ont carrément placé le Sénat et la Chambre des députés au cœur même de la gouvernance du pays. Résultat : Aucune ambition de changer Haïti ne peut se faire sans disposer d’une majorité claire au niveau du Parlement. Au- cune stratégie de développement économique ou de projet so- cial n’est aujourd’hui envisageable sans le vote de nouvelles lois clefs dans les années à venir. C’est donc au niveau du Parlement que va se jouer le futur d’Haïti. C’est à ce niveau que j’aimerais servir mon pays. Au spectacle des difficultés récurrentes qui accablent notre pays depuis si longtemps et qui a réussi à refouler dans le si- lence d’innombrables compétences pleines de générosité, il est facile de se laisser convaincre qu’Haïti ne peut plus avoir un des- tin d’exception. Mais la vérité, c’est que nous pouvons échap-
  6. 6. 8 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? per au conformisme dont nous nous accommodons trop facile- ment. Nous pouvons inverser le cours de l’histoire. A partir du Parlement, nous pouvons engager Haïti sur la voie du progrès et de la modernisation. J’en suis convaincu. Ayant fait le choix de me présenter aux élections législatives, il était important pour moi à travers ce livret de partager, avec les citoyennes et citoyens dont je sollicite le vote, mes idées, ma vision, le sens de mon engagement et ma compréhension du de- voir parlementaire. A celles et ceux auxquels je demande de me faire confiance, je tenais également à partager mon opinion sur les thèmes qui devraient être prioritaires pour la cinquantième législature dans le cadre des nouvelles lois à voter. Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? C’est la double question à laquelle je tente de répondre dans les quelques lignes qui suivent.
  7. 7. 9Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | A quarante-sept ans, j’ai pris la décision de rentrer en poli- tique. Après avoir écrit un premier chapitre de vie au niveau de l’entreprenariat privé, j’en ouvre maintenant un autre au service de la collectivité. La raison en est simple. Je ne conçois pas une trajectoire de vie exemplaire sans que celle-ci ne comporte une période dédiée au service du bien public. Mieux. Dans un pays comme Haïti, avec les retards accumulés, le devoir de servir est impératif. Plus que jamais, notre pays a besoin qu’une nouvelle génération de citoyens et citoyennes s’impliquent en politique et plus spécifiquement dans la vie par- lementaire. Parce qu’on n’ose plus regarder la réalité en face, on n’ose plus l’écrire. En Haïti, il nous manque souvent les com- pétences nécessaires au niveau des trois pouvoirs de l’Etat et notamment au niveau du Corps législatif qui est un pouvoir hé- gémonique puissant par les prérogatives que lui attribuent la Constitution de 1987. Pour rentrer en politique, plusieurs options étaient possibles pour moi. Comme certains, j’aurais pu choisir la voie nominative en servant comme Ministre, Secrétaire d’état, Directeur Géné- ral, diplomate… et j’en passe. Sans hésitation, j’ai fait le choix de rentrer en politique par la voie électorale. Certes plus difficile, cette voie offre aussi à celui qui l’emprunte la perspective d’une aventure patriotique exaltante. En effet, muni d’un mandat populaire, un serviteur public se sent galva- nisé et porteur d’une vision qui n’est pas seulement la sienne, mais celle d’une équipe, d’une population, d’une région. Les joutes électorales charrient une grande charge émotionnelle. Je Candidat Pourquoi ?
  8. 8. 10 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? les trouve passionnantes, enrichissantes au niveau des contacts humains. J’aime le travail en équipe. J’aime les émotions collec- tives et les défis qui nécessitent un rassemblement de forces ainsi qu’une proximité avec la population qu’on entend servir. Les batailles électorales offrent à celles et ceux qui s’y engagent cette magnifique opportunité de se rapprocher de la population pour mieux comprendre leurs problèmes aux fins d’y apporter des solutions adéquates. La décision de me porter candidat répond aussi à une demande émanant du directoire d’un collectif citoyen auquel j’appartiens : Le Kolektif Abitan Petyonvil (KAP). Cela fait déjà plusieurs mois que les militants et associations du KAP m’ont demandé avec insistance de me porter candidat pour représenter la com- mune au sein de la prochaine législature. Le KAP regroupe plus de deux-cent associations disséminées à travers les cinq sections communales de Pétion-Ville. Cette de- mande de mes amis du KAP n’est certes pas étrangère au fait qu’ils savent que je nourris, depuis très jeune, de grandes af- finités à la chose publique et politique. Dans les années 90, déjà marié et père de deux enfants, j’ai pris deux années sabbatiques pour étudier l’administration publique à l’Université de Harvard. Je l’ai fait car je savais qu’un jour viendrait ou je ferais le grand saut du privé au public. Et pour cela, je tenais à être pourvu de la meilleure des formations académiques afin de servir le mieux que possible. Dans l’entreprenariat privé, certaines de mes méthodes ont porté fruit. Je dois le succès de mes entreprises aux qualités de dur labeur, de discipline, de vision stratégique dont j’ai fait preuve durant mes vingt-cinq années de vie professionnelle ac-
  9. 9. 11Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | tive. Je dois également ma réussite à mon sens de responsabil- ité sociale et à un tempérament de battant et de rassembleur. Toutes ces qualités, j’espère les transposer sur le champ par- lementaire et les mettre au service de mon pays sur le terrain politique. Par exemple, mon tempérament de rassembleur peut être mis à profit dans les négociations inhérentes à la vie parle- mentaire. Trop souvent, il nous manque au parlement des es- prits lucides et ouverts pour concilier les positions, tempérer les ardeurs des plus radicaux ou tout simplement porter les parties adverses à se parler pour mieux se comprendre.
  10. 10. 12 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Le corps législatif a toujours exercé chez moi une grande fas- cination. J’aime l’institution parlementaire et je ne m’en cache pas. J’aime le travail parlementaire qui exige un haut niveau de compétence, de connaissance des grands problèmes nationaux et internationaux. J’aime aussi l’histoire de cette institution qui a connu des fig- ures emblématiques, immortalisées par leurs discours et leurs engagements en faveur de justes causes. Je pense surtout à Ed- mond Paul, qu’Anténor Firmin appelle « la plus haute incarna- tion de notre conscience nationale ». L’histoire de cet homme m’a permis de comprendre que ce ne sont pas uniquement les fonctions qui font les hommes. Ces derniers peuvent aussi don- ner de la valeur et de l’étoffe aux fonctions, par la dimension des rêves et des ambitions qu’ils nourrissent. La fonction parlementaire exige une capacité de s’élever à la hauteur des enjeux nationaux souvent au delà des particularités des régions. Je l’aime parce qu’elle offre aux élus des instru- ments puissants pour secouer le système et agiter les idées. J’aime la fonction parlementaire parce qu’elle invite les élus à faire preuve d’imagination, de subtilité, de tact pour tisser des alliances et résoudre de graves problèmes nationaux. Etre député signifie être dépositaire des plus grands pouvoirs conférés par la constitution haïtienne en vigueur. Etre député, c’est faire partie d’une élite de serviteurs publics qui peuvent à eux seuls – s’ils savent s’élever à la hauteur des attentes de la nation - impulser un nouveau rythme et changer à tout jamais le cours des choses. Député pourquoi faire ?
  11. 11. 13Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Comme beaucoup d’autres candidats aux prochaines élections législatives, je ne suis pas un militant de parti politique. Ce n’est pas nécessairement une bonne chose car la démocratie haïti- enne doit être portée par des partis politiques forts et struc- turés. J’y crois fermement. Pour le moment, je me réjouis que les partis politiques et plateformes électorales aient écumé les talents de la société civile pour y trouver des hommes et des femmes de courage disposés à servir leur pays. Je retrouve avec plaisir dans la liste des candidats et candidates aux élections lé- gislatives de 2015 des personnalités que je respecte au plus haut point. Trop souvent, l’opinion publique n’est pas favorable au corps législatif haïtien accusé de tous les maux. Mais on oublie trop vite que ce prestigieux corps a rempli un rôle d’importance dans la vie politique haïtienne depuis l’indépendance. On oublie trop vite que le parlement haïtien a produit des échantillons de leaders qui ont marqué leur temps et notre histoire politique de façon générale. Même les dernières législatures, souvent décriées – ont mis en valeur des élus de qualité qui se sont bat- tus pour contrôler l’exécutif, défendre la démocratie, les droits de l’homme tout en défendant les intérêts de leurs régions. Ce serait un honneur pour moi d’être élu à la chambre des dépu- tés et de rejoindre ainsi le cercle des parlementaires qui se sont distingués par leurs combats pour une Haïti plus juste, plus prospère et socialement plus solidaire. Etre parlementaire en Haïti, député ou sénateur, c’est jouir des plus grands privilèges accordés par l’Etat. Dans l’exercice de son mandat, le Parlement bénéficie de moyens considérables éten- dus au Corps dans ses deux branches et aux membres pris indivi-
  12. 12. 14 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? duellement ou en groupe selon la répartition des appartenances partisanes. Chacune de ses deux branches dispose d’une souve- raineté tempérée seulement par l’obligation d’harmonisation dans la production des lois. Chacune jouit séparément du priv- ilège extraordinaire de défaire le gouvernement. A l’origine de la formation du gouvernement, le Parlement a également la responsabilité de contrôler et de sanctionner le Pouvoir exécutif sans s’exposer à la dissolution. Il détient le pouvoir constituant et celui de participer à la Haute Cour de Justice. Ce n’est pas rien !
  13. 13. 15Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Les relations entre l’exécutif et la quarante-neuvième légis- lature ont été tendues, houleuses et difficiles. C’est ce qui ex- plique probablement les piètres résultats de cette législature nettement improductive. L’ensemble de lois votées par les deux chambres est au nombre de quinze (annexe 1). Seulement cinq Instruments Internationaux ont été ratifiés en Assemblée Na- tionale par la 49ième législature (annexe 2). La nécessité pour Haïti de rentrer dans la modernité impose aux parlementaires de la cinquantième législature de voter certains projets de lois en souffrance au parlement mais aussi et surtout d’en élaborer d’autres. Des 56 lois déposées au parlement, la Chambre des députés en a voté seulement vingt-quatre et le sénat vingt-huit. La cinquantième législature a le devoir de mieux faire. Les prochains élus devront faire preuve de patriotisme, de courage et de vision mais surtout de sens de responsabilités. Au-delà de Pétion-Ville, j’ai toujours fait le pari qu’une autre Haïti est possible et que la nation peut être refondée à partir de ré- formes – donc de nouvelles lois – qui visent à briser le statu quo. De façon générale, les préoccupations de la nouvelle législature doivent tourner autour de thèmes et d’actions prioritaires dans divers domaines: dans le domaine social : • l’éducation et la formation professionnelle • La protection sociale des couches défavorisées • La condition féminine et le droit des femmes • La sauvegarde du patrimoine national • L’encadrement de la jeunesse La cinquantième législature : défis et perspectives
  14. 14. 16 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? • La reforme technique et professionnelle de l’enseignement supérieur • L’exercice des professions de la santé • La production, la distribution, les conditions d’importation et d’exportation et la consommation des médicaments. • La protection des consommateurs. • Le service social et la résidence des professionnels techniciens de la santé • L’orientation du système éducatif haïtien. La législature pré- cédente a déjà approuvé une proposition de loi sur cette question mais qui n’a pas encore été mise en œuvre par le Gouvernement. • Les personnes handicapées • La réforme de l’adoption • La protection des mineurs par rapport à l’alcool et aux sub- stances psychotropes. Sur proposition du Sénateur Wester Polycarpe, le Sénat a été saisi d’un projet de loi qui a été voté au niveau de cette chambre. dans le domaine économique. • La création d’emploi. • Le développement des Petites et moyennes entreprises (PME). • Le développement de l’entreprenariat. • La modernisation du cadre des affaires. Cette action requiert la modification du Code de commerce et de diverses législa- tions relatives à la formation des Entreprises, à la création et au fonctionnement des sociétés commerciales en Haïti. • La levée des contraintes pour stimuler l’investissement immo- bilier en Haïti. • L’accès au crédit pour les petites, micro et moyennes entre- prises
  15. 15. 17Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | • La micro-finance • La formalisation des actifs informels en milieu urbain • La réforme du secteur des assurances • La réforme fiscale. L’initiative ne peut venir que du Pouvoir Exécutif, tenant compte des exigences de l’article 111-2 de la Constitution de 1987. Les projets de lois qui en découleraient seront soumis à l’examen et au vote du Parlement. • Le développement économique, avec l’objectif, d’élargir la classe moyenne haïtienne, pilier de toute société moderne. • L’environnement et l’aménagement du territoire • La création et l’organisation de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique. • La réforme du secteur des télécommunications électroniques, déposée au sénat le 01 aout 2013, votée le 12 mai 2014, trans- mise à la chambre des députés. • L’organisation et fonctionnement du Fonds National pour l’Education (FNE), voté le 21 aout 2013 à la chambre des dépu- tés et en attente de vote au Sénat. Le Sénat pour compléter le vote dudit projet de loi, réclame un rapport sur la gestion des fonds collectés depuis l’entrée en vigueur des mesures in- stituant les redevances devant alimenter ce Fonds par la BRH et le CONATEL . Dans le domaine du renforcement de l’Etat de droit et de la réforme de l’Etat. • La justice sociale • L’Etat de droit • La modernisation du fonctionnement de la Police Nation- ale d’Haïti. Pour cela, il faudra une modification de la loi de décembre 1995. • Le cadre général de la décentralisation ainsi que les principes de fonctionnement des collectivités territoriales.
  16. 16. 18 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? • La nationalité haïtienne • L’intégration de la diaspora • Le processus traitant des décharges pour les gestionnaires des deniers publics. A ce propos, la constitution établit le cad- re et les Institutions prévus pour traiter ce processus. • La création des services publics de base dans les sections communales. Certaines des actions prioritaires identifiées ont déjà fait l’objet de propositions de lois au niveau du Sénat de la République, notamment celles présentées par le Sénateur Jocelerme Privert et qui pour lesquelles le Senat s’est déjà prononcé par un vote favorable. Les propositions de lois en question sont en attente de vote par la Chambre des Députés. Il s’agit entre autres : • Proposition de loi portant établissement du cadre légal de la décentralisation • Proposition de loi créant un service public de base dans les sections communales • Proposition de loi portant modification du décret du 16 février 2005 relative au processus d’élaboration et de contrôle de l’exécution des lois de Finances • Proposition de loi sur la résidence et le domicile. • Proposition de loi sur le crédit-bail. Des discussions sont en cours au niveau du MEF et de la BRH autour de cette proposi- tion. • Proposition de modification du Code de Commerce. La modi- fication de ce code a été l’objet de nombreuses rencontres et discussions entre le Sénateur Jocelerme Privert et les mem- bres du Conseil d’Administration de l’Association des Industri- els Haïtiens (ADIH)
  17. 17. 19Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | • Proposition de loi à introduire sur l’Etat civil. Le Sénateur Privert a déjà initié des consultations avec plusieurs secteurs de la vie nationale et même au niveau de la communauté in- ternationale, impliquées dans la problématique, autour de l’élaboration d’une proposition de loi sur cette question. Il est à noter qu’au niveau de la plateforme Vérité, il existe ac- tuellement des discussions avec plusieurs secteurs organisés de la société pour en arriver à dégager un consensus national sur un paquet de lois à faire voter par la cinquantième législature.
  18. 18. 20 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Un élu à la députation est un élu du peuple. Théoriquement, sa responsabilité est envers la nation et non la commune qui l’a élue. Toutefois, l’élu doit son élection d’abord aux habitants de la Circonscription qui ont placée en lui leur confiance. Sur base de cette confiance, le député devra tout faire pour défendre les intérêts de sa communauté envers et contre tout. Tout en légiférant pour la nation, un député responsable doit faire un lobbying permanent pour orienter l’attention, la priorité et les ressources disponibles vers le développement de sa circonscrip- tion. Député, je travaillerai en étroite collaboration avec les maires, les CASEC et les ASEC pour nous assurer ENSEMBLE que Pétion- Ville devienne une commune modèle et moderne, vivante et inclusive, un territoire riche de ses quartiers, sa dimension cul- turelle, ses montagnes, ses sites historiques, ses vallées, ses es- paces verts, sa vitalité touristique avec ses monuments, ses hô- tels, ses boutiques, ses bars et ses restaurants... J’ambitionne d’être un TRAIT d’UNION entre les élus municipaux et locaux et le gouvernement central pour plaider la cause de Pétion-Ville. Cette cause est celle de s’attaquer aux problèmes de gestion des détritus, de circulation routière, de la remise en état des centres de santé et de la construction d’un hôpital moderne de réfé- rence. L’hôpital de la communauté haïtienne est en passe de fer- mer les portes faute de moyens. La question de la dépendance énergétique de Pétion-Ville doit trouver une solution. Les com- munes principales du département de l’Ouest ont chacune leurs propres unités de production. En terme environnemental, il fa- udra décider de la nouvelle vocation de la carrière de Laboule aujourd’hui fermée. Le débat est ouvert. D’aucun parle de jardin botanique. D’autres pensent à un centre culturel multifonction- nel ou un gymnase. Pétion-Ville
  19. 19. 21Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Il faudra définitivement penser aux délimitations exactes des communes voisines de Pétion-Ville. L’empiètement de Tabarre et de Delmas sur Pétion-Ville cause une perte de revenus impor- tants pour la commune. Dans la grande majorité des quartiers ceinturant Pétion-Ville, l’infrastructure de distribution en eau et en électricité est inexistante. En fait, les ressources en eau de Pétion-Ville sont captées pour souvent desservir d’autres com- munes alors que les régions d’ou elles sont extraites en sont pas adéquatement desservies. La liste des défis à relever pour Pétion-Ville est nombreuse. L’inventaire des problèmes à résoudre a déjà été établi par les instances étatiques concernées et des collectifs de citoyens en- gagés. En ce sens, la réflexion et les propositions du CUSM con- stituent une bonne base de travail et doivent impérativement être prises en compte. Le rôle du député de Pétion-Ville est non seulement de travailler avec les élus municipaux et locaux mais aussi et surtout de s’assurer que les citoyens soient effective- ment partis prenantes de l’élaboration et de l’exécution d’un plan de développement de la commune. Je me présente aux élections à Pétion-Ville parce que j’aime passionnément ma commune. J’y ai connu les meilleurs mo- ments de ma vie notamment ceux de mon adolescence et de ma jeunesse. J’ai vu Pétion-ville se métamorphoser au cours des ans. D’un faubourg résidentiel calme, j’ai vu le carré commercial se trans- former en mégapole bouillante des activités économiques et commerciales de la capitale. On peut dire qu’en vingt-cinq ans, Pétion-Ville est passée d’un statut de ville résidentielle à celui de
  20. 20. 22 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? « capitale économique et commercial » d’Haïti. Cette nouvelle réalité implique un sérieux défi. Celui du renforcement de ses capacités institutionnelles, administratives, organisationnelles et infrastructurelles. L’enjeu est de faire de Pétion-Ville un es- pace où il fait bon de vivre pour toutes ses citoyennes et tous ses citoyens. De façon générale, je récuse le discours résigné des éternels pessimistes. Le sort de Pétion-Ville serait scellé, affirment cer- tains, qui estiment que la prolifération de quartiers communé- ment appelés « bidonvilles » empêchent de planifier un amé- nagement urbain moderne. C’est faux. La présence de quartiers jugés précaires au flanc des montagnes n’est pas un fléau à combattre. Au contraire, ce sont des lieux de vie extraordinaires et des espaces que nous avons le devoir d’encadrer pour qu’ils deviennent des quartiers ou la population peut vivre en paix, en sécurité et dans des meilleures conditions. Il suffit de très peu pour apporter une amélioration sensible dans ces quartiers précaires de Pétion-Ville. Pensons à des aires de jeu, des chemins piétons, des postes de police, des biblio- thèques, des cyber café, des terrains de sport multifonction- nels, des fontaines d’eau, des mini parcs de recréation… La réalisation de ces projets demande beaucoup de moyens – sur- tout l’implication des habitants de la commune et du secteur des affaires. Les élections de 2015 arrivent dans un contexte particulier : celui d’une commune en mutation accélérée depuis le séisme du 12 janvier 2010. Le fait marquant est la transformation du centre urbain de Pétion-Ville en véritable poumon économique, com- mercial et financier de la grande région de la capitale Haïtienne.
  21. 21. 23Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Cette transformation doit être gérée. Pas seulement par les au- torités municipales mais par les Pétion-Villois eux-mêmes. Pétion-Ville, c’est aussi des sections communales ou la popula- tion – à majorité paysanne - vit de l’agriculture. Trop souvent, les habitants des sections communales de Pétion-Ville sont traités en parents pauvres tant par les autorités municipales que le gouvernement central. On ne se soucie guère de l’étang du Jong (3e section), de Aux cadets (2e section) malgré l’énorme potentiel économique, agricole et touristique de ces régions. Il est grand temps de corriger ces injustices faites aux sections communales de Pétion-Ville. Il est inadmissible que dans une commune comme Pétion-Ville, des pans entiers de la population vivent quasiment à l’âge de la pierre alors que les immeubles du centre-ville de la commune rivalisent de modernité. Les popula- tions de coins reculés comme Degout sont démunis de tout. Pas d’électricité, Pas de centres de sante, pas de restaurant com- munautaire… Un paysage souvent apocalyptique et une misère de plus atroces.
  22. 22. 24 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Avec mes parents Gérard et Michèle Tardieu qui m’ont servis de modèles dans la vie. J’ai connu une enfance heureuse au sein d’une famille unie et soudée. Ici, âgé de deux ans !
  23. 23. 25Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Le jour de ma première communion, entouré de mes grands-parents, Dr Amerlin Argant et Carmita Bretoux. En classe de 9e à l’Institution de Saint-Louis de Gonzague où j’ai fait toutes mes études primaires et secondaires.
  24. 24. 26 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? L’équipe minime du Club Sportif Saint-Louis lors d’un tournoi international à Saint-Domingue. En 1983, au Stade Silvio Cator, je fais partie de la Sélection Nationale Haïtienne Junior qui affronte victorieusement le Venezuela en finale du « Tournoi international des jeunes ». C’est l’un des meilleurs moments de ma carrière sportive.
  25. 25. 27Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Avec Serge Cantave Jr et Maryse Penette Ministre Conseiller à l’Ambassade d’Haïti en Belgique le jour historique de l’admission officielle d’Haïti à la Convention de Lomé. Entouré de mes collaborateurs, lors de ma première expérience comme Directeur Général d’une grande entreprise : la Société Internationale de Fabrication et de distribution (SIFED SA), une usine nationale de fabrication de chaussures et d’articles en cuir.
  26. 26. 28 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? En 1992, à Cité soleil, lors d’une visite de terrain dans le cadre d’une enquête sur l’impact économique de l’Embargo. A l’Université de Harvard, j’ai eu le privilège de côtoyer des condisciples de classe qui deviendront des grandes personnalités dans leurs pays. Sur cette photo, prise en 2000, j’ai en face de moi Felipe Calderon qui deviendra Président du Mexique et à ma droite le professeur Roberto Hunger. Au fond, Gilberto Carasquero banquier Vénézuélien et Samuel Moreno qui deviendra Maire de Bogota (Colombie).
  27. 27. 29Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | En 2006, devant la presse, je rencontre Robert Manuel et Jacques Edouard Alexis, membres de l’équipe de transition du Président élu René Préval. Au nom de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCIH) dont je suis le Vice-Président, je remets un document fixant la position du secteur privé sur les réformes à engager par l’état. En 2004, je reçois le Premier Ministre Gérard Latortue qui visite les locaux du journal le Matin dont je suis le Vice-Président du Conseil d’Administration.
  28. 28. 30 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Avec mon épouse Johanne.
  29. 29. 31Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | En 2004, avec mon père Gérard Tardieu et mes frères Fabrice et Patrick Tardieu. Mes parents entourés de leurs quatre enfants : à gauche, Patrick et Jerry, à droite, Fabrice et Régine.
  30. 30. 32 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Au Palais National, S.E.M. le Président René Garcia Préval salue les membres de la commission présidentielle devant travailler sur une propo- sition d’amendement à la constitution de 1987. En 2005, Avec le Président Lesly François Manigat.
  31. 31. 33Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Avec le Président du Conseil de développement économique des Nations-Unies. Le conseil d’Administration de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti dont j’ai été le Vice-Président.
  32. 32. 34 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Vue aérienne de l’Hôtel Royal Oasis. Le 12/12/12, lors de la soirée d’inauguration de l’Hôtel Royal Oasis en présence du président de la République S.E.M. Michel Joseph Martelly et du Premier ministre, Laurent Salvador Lamothe.
  33. 33. 35Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Dans les jardins de l’Hôtel Royal Oasis, lors de la première vente signature de mon ouvrage « Investir et s’investir en Haïti : un acte de foi ». Lancement officiel des activités du Kolektif Abitan Petyonvil (KAP). A ma gauche : Pasteur Holly Florestal, Arnaud Vixamar. A ma droite, Nancy Vilce.
  34. 34. 36 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Avec Wyclef Jean, au Boston Museum of Fine Arts je suis co-récipiendaire du Aksyon Visionary Award.
  35. 35. 37Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Je suis nommé citoyen honoraire de North Miami par le Maire Philippe Bien Aimé qui me remet les clés de la ville. Avec KAKO lors d’une activité sociale à Pétion-Ville.
  36. 36. 38 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Photo souvenir avec la philo du Collège Marie Dominique Mazzarrello. Lors d’une visite d’une école primaire de la capitale.
  37. 37. 39Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Selfie avec les élèves de l’Institution des Sœurs du Sacré-Cœur de Turgeau. Accueil chaleureux des jeunes de Verettes lors d’une causerie débat suivie de vente signature.
  38. 38. 40 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Avec mes filleuls de la classe terminale du Lycée Nationale de Pétion-Ville lors d’une journée récréative à la Plage Publique de Carriès . Je me prépare à prononcer mon discours de circonstance comme parrain de la promotion 2014 du lycée National de Pétion-Ville.
  39. 39. 41Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Echange avec un notable de la ville de Verrettes lors de ma vente signature et conférence au Collège La Providence. Avec le dynamique Père …. Larosiliere, responsable de l’église des sept douleurs a FESA localité de la 3ieme section étang du Jong ou je compte de solides amitiés.
  40. 40. 42 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Clinique mobile à Thomassin avec l’association AFADETH Asosyasyon fanm devwe Thomassin. Avec le pasteur Joseph Wilson de l’église de Chambon accompagnée de ses filles lors de la fete …
  41. 41. 43Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Après l’inscription au BED, Conférence de presse des candidats Jerry Tardieu, Don Kato et Alix Didier Fils-Aime accompagnés de René Monplaisir. Causerie avec les habitants de la commune de Aux Cadets.
  42. 42. 44 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Dans la vie, je suis un homme d’équilibre et d’ouverture. En poli- tique aussi ! C’est pour cela que je me considère un CENTRISTE. Pour qu’une société fonctionne efficacement, il faut autant de marché que possible mais autant d’état que nécessaire. Cela n’étonnera personne qu’au Parlement, je sois porteur d’un discours d’équilibre, d’apaisement et de réconciliation. Un dis- cours non complice, soucieux du relèvement national, tant sur le plan économique, politique que culturel. Une fois élu, je compte être parmi les députés qui diront les choses telles quelles sont. Je travaillerai avec les parlementaires de toutes tendances pour un nouveau leadership parlementaire, celui capable de redonner confiance à la nation. MANTI KABA. Je serai un élu qui s’attaquera très tôt aux grands défis notam- ment ceux de l’amendement de la constitution. A ce propos aussi, nous avons trop attendu, trop traîner. Accepter de con- tinuer à vivre sous l’emprise d’une loi mère en déphasage par rapport aux réalités haïtiennes fait que l’avenir a cessé d’être une promesse pour devenir une menace. Je suis centriste car l’économie de marché ne peut pas fonction- ner sans un Etat régulateur fort élaborant des règles strictes et claires et exerçant ses fonctions régaliennes sans complaisance. L’Etat doit être muni des moyens qui empêchent que le riche devienne chaque jour plus riche et le pauvre chaque jour plus pauvre. Etant de sensibilité centriste, mes valeurs sont, d’un coté, celles du travail, de la famille, de la responsabilité indivi- duelle et du mérite, et de l’autre, celles de la justice sociale, de l’équité, de la responsabilité de l’Etat à accompagner les plus démunis. La plateforme VERITE
  43. 43. 45Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Je n’ai jamais compris que l’on puisse opposer l’État au marché. Quand l’État est tout, la bureaucratie triomphe et la corruption gagne du terrain. À l’inverse, le laisser-faire total conduit fatale- ment au chaos. Tout est dans l’équilibre. Tout est dans la bonne mesure. Il faut une bonne balance entre l’Etat et le marché, en- tre le privé et le public, entre l’économie et le social. C’est pour cela que je souhaite en Haïti l’avènement d’une grande mou- vance politique centriste qui puise donner le ton. J’ai retrouvé dans la plateforme VERITE les grandes valeurs d’un mouvement centriste et progressiste. Pour cela, j’ai choisi de me porter candidat sous « cette bannière ». Plusieurs raisons justifient mon choix. D’abord parce que je me retrouve dans l’énoncé de vision de cette plateforme. Ensuite parce que la démarche qui soutient la création de cette plateforme est une démarche inclusive visant à allier des forces de progrès qui se retrouvent dans les secteurs paysans, populaire, économiques et universitaires. Au sein de la plateforme VERITE, les représentants de ces quatre secteurs ont apporté leurs compétences et domaines d’expertise respectifs pour dégager les grandes lignes d’une vi- sion dans laquelle je me reconnais. J’aime l’idée de mettre en- semble les compétences diverses pour en arriver à des formules de gouvernance consensuelles. L’objectif n’est autre que d’en arriver à l’établissement d’un véritable état de droit, au ren- forcement des institutions démocratiques, à la dynamisation de l’économie vers une croissance inclusive bénéficiant les plus pauvres et libérant l’énergie créatrice. J’ai beaucoup aimé l’approche inclusive de la plateforme VER- ITE et l’esprit d’ouverture de ses forgerons. De plus, je me re-
  44. 44. 46 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? trouve également dans les valeurs fondamentales prônées par cette plateforme dont celles d’équité, de justice sociale, de soli- darité, de reddition de comptes, de transparence et d’éthique, de bonne gouvernance. Parmi les objectifs affichés de la plateforme figure l’ambition d’en arriver à l’élaboration d’un GRAND PROJET NATIONAL consensuel. Cette idée m’a plu ! En Haïti, durant les dernières décennies, aucun gouvernement n’a eu l’initiative de réunir les Haïtiens autour d’un pacte consensuel à long terme auquel une majorité d’Haïtiens et d’haïtiennes pourrait adhérer. C’est diffi- cile de penser qu’une telle initiative serait possible en Haïti. Une révolution des mentalités s’imposerait chez nos dirigeants, qui aussitôt élus, ou nommés, s’enferment dans l’exiguïté de leurs mandats. Comme si la faune politique haïtienne n’était condam- née qu’à « penser court terme ». Ce trait caractéristique de notre siècle – une vision à cour terme - est sans doute dû à notre histoire tumultueuse et particulière. Nous avons tellement dû nous battre continuellement pour préserver nos minces conquêtes. L’indépendance acquise, il a falluladéfendretouslesjoursdevantlesmenacesconstantesde la France. La démocratie revenue en 1986, nous avons dû nous battre quotidiennement contre les coups d’état qui la mettaient à chaque fois en danger. Les services de base – eau, électricité, téléphone – sont pour une majorité d’Haïtiennes et d’Haïtiens des conquêtes de tous les jours. Deux jours de grève, et c’est la garantie d’un « mauvais mois » pour l’étalagiste comme le grand commerçant du bord de mer ! Comment comprendre ce travers de notre mentalité, cette incapacité de regarder plus loin qu’un trimestre, qu’un plan quinquennal, qu’un mandat présidentiel?
  45. 45. 47Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Des analystes ne cessent de nous rappeler que refonder Haïti impose une vision synthétique globale et des propositions con- crètes préférablement consensuelles. Avec eux, je plaide pour cette refondation nationale qui appelle à trouver les moyens de fédérer toutes les compétences disponibles et les canaliser dans un prisme de réflexion commune pour l’élaboration d’un projet national à long terme. De nombreuses voix et non des moindres se sont fait l’écho de cette nécessité historique. L’ancien sénateur Turnep Delpé en a fait son cheval de bataille durant plusieurs années appelant à une conférence nationale. Dès 2004, la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti (CCIH), a plaidé pour une table-ronde des différents secteurs de la vie nationale pour en arriver à un pro- gramme national consensuel. Plusieurs groupes organisés de la société civile se sont exprimés sur la question. Ils veulent in- verser la courbe de la dégénérescence nationale en réunissant les forces vives du pays, sur des valeurs consensuelles, autour d’un dialogue serein. Plus près de nous, en décembre 2014, dans son rapport au Président Michel joseph Martelly, la commission consultative présidentielle devant formuler des propositions de sortie de crise pré-électorale a appelé sans équivoque à la convocation des « états généraux de la nation ». L’objectif n’est autre que l’établissement d’un pacte national patriotique qui devrait in- clure - entre autres - un protocole de bonne gouvernance, de croissance et de compétitivité. Le Président Martelly a accepté l’intégralité des recommandations de la commission dont la proposition des états généraux. En ce sens, le président Martelly rejoint le Président René Préval
  46. 46. 48 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? qui nourrissait le désir de travailler durant son mandat sur un plan de développement à long terme pour Haïti en associant les forces vives de la nation, toutes tendances confondues : organi- sations populaires, politiques, patronales, religieuses, universi- taires, paysannes, syndicales, socioprofessionnelles. Si le Président Préval n’a jamais réussi à atteindre cet objectif, il en avait déjà semé les graines avec sa décision audacieuse de nommer cinq commissions présidentielles organisées en groupes de travail sur des grands thèmes d’intérêt publics. Ces commissions – plurielles, non partisanes et sous la coordination de Jacky Lumarque - réunissaient au total plus d’une centaine de professionnels, venant du secteur non public, de partis poli- tiques, de la société civile. Ces citoyens avaient intégré bénév- olement ces structures de réflexion pour participer à un projet collectif à mettre en oeuvre tant par l’Etat que par les citoyens. Le résultat des travaux de ces commissions n’est autre qu’un diagnostic de l’état d’Haïti, de ce qu’il faut changer. Haïti a déjà trop attendu pour décider si elle veut épouser son temps ou si, à contre-courant du monde, elle se refuse aux changements. Le défi des prochaines années est de réconcilier la nation autour d’un effort collectif et consensuel. En Haïti, un véritable dialogue national est possible. Un pacte national aussi ! Il peut s’inspirer déjà des travaux des cinq com- missions nommées par le Président René Préval en 2009 pour engager encore plus profondément la réflexion sur le problème haïtien. Il peut également recourir au Plan de développement stratégique haïtien (PDSH) conçu par le Ministère de la Planifi- cation et de la Coopération Externe (MPCE) qui offre des pistes intéressantes. D’autres initiatives passées ou en cours peuvent
  47. 47. 49Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | contribuer à la réflexion. Je pense par exemple aux travaux du GRAHN de Samuel Pierre, le document stratégique de réduction de la pauvreté (DSRP) élaboré sous le gouvernement de Jacques Edouard Alexis, les excellents énoncés de politique général de Laurent Salvador Lamothe, de Michèle Pierre Louis, Jean-Max Bellerive… et d’autres réflexions stratégiques valables.
  48. 48. 50 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Dans mon dernier livre intitulé « Investir et s’investir en Haïti : Un acte de foi », j’ai livré mon opinion citoyenne sur certains sujets économiques et politiques souvent polémiques qui ont fait l’actualité en 2013. Ce livre m’a offert l’occasion de m’inscrire en faux contre ceux qui ont renoncé à croire qu’Haïti peut avoir un destin d’exception. Mais ce dont je me réjouis le plus, c’est l’accueil positif et enthousiaste réservé à ce livre par une jeu- nesse Haïtienne que je pensais résignée et désintéressée des af- faires de la cité. Au contraire ! Lors de mes nombreuses ventes signatures tant en Haïti qu’en diaspora, et surtout sur les campus de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) à Port-au-Prince et en province, j’ai trouvé une jeunesse haïtienne désireuse de s’impliquer, assoiffée de changement et même … de révolution ! Oui de révolution tant elle est désireuse d’une rupture intégrale avec nos mœurs et coutumes dépassées, avec nos pratiques et habitudes archaïques, avec une offre politique pauvre et désu- ète. Dans tout le pays, comme en diaspora, j’ai rencontré une jeunesse avide d’un parlement, et de parlementaires aux idées novatrices. Haïti a besoin d’un parlement ou des élus d’une nou- velle génération impulsent un rythme capable de transgresser les habitudes, les conformismes, les traditions et pousser tout un pays vers l’excellence. Un parlement qui impose les réformes nécessaires pour engager le pays sur la voie de la modernité. Un parlement qui contrôle l’exécutif sans complaisance. Devant la situation actuelle, aucun acteur, aucun groupe, aucun parti, aucune force ne peut prétendre pouvoir apporter une solution durable aux problèmes d’Haïti sans un consensus mini- mum à l’échelle du parlement d’abord et de la société ensuite. Conclusion
  49. 49. 51Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Le parlement haïtien est le lieu de dialogue politique par excel- lence. La cinquantième législature devra compter sur des par- lementaires prêts à mettre de coté les intérêts de leur chapelle politique pour voter les lois dont nous avons besoin. Au parlement haïtien, je serai un rassembleur, celui qui fera tout pour fédérer les esprits de bonne volonté et faciliter la réalisa- tion des états généraux de la nation. C’est le passage obligé à l’adoptiond’unprojetnational.Unpactequineseraitnipartisan, ni bipartisan mais non partisan. Non pas une sorte d’inventaire dans lequel un gouvernement pourrait picorer à sa guise mais une œuvre commune engageant les différents gouvernements à venir durant les 25, et pourquoi pas, 50 prochaines années. A quoi bon se présenter au suffrage électoral quand on est persuadé par avance que son élection ne peut rien contre le chômage, la misère, l’analphabétisme, l’inculture, l’injustice ou l’insécurité. À quoi bon se faire élire si l’on est par avance per- suadé de son incapacité à résoudre les problèmes qui rongent la région que l’on aspire à représenter et à défendre. A partir du Parlement, Je crois en ma capacité de faire bouger les choses pour ma commune et pour mon pays. Je suis prêt. Faites-moi confiance.
  50. 50. 52 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Annexe 1 Ensemble des lois votées par la 49ieme législature (15) : 1. loi sanctionnant le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, voté le 9 Septembre 2013 par la Chambre des Députés et par le Sénat de la République le 11 Novembre 2013. 2. loi électorale votée le 9 Septembre 2013 par la Chambre des Députés, transmis au Sénat le 13 Septembre 2013 retourné avec modifications. Notifications votées le 27 novembre 2013, transmises à l’Exécutif le 4 Décembre 2013 3. loi sur les échanges électroniques 4. loi sur la Signature Electronique 5. loi relative aux Banques et autres Institutions Financières (voté le13-03-12) 6. loi sur la paternité, maternité et la filiation (déposé le 11-12- 2007, voté le 12-01-2012 et publié dans le moniteur le 04-06- 2014) 7. loi portant sur l’exercice fiscal 2011-2012, 8. loi régissant le fonctionnement de l’Office de la protection du citoyen (OPC), déposée au sénat le 25 janvier 2012, votée le 6 mars 2012 (première lecture), 03 mai 2012 (2ième lecture, publié dans le moniteur) 9. loi portant formation, fonctionnement et financement des partis politiques, déposée en 2009, votée le 12 avril 2012, pub- liée dans le moniteur le 16 janvier 2014. 10. loi portant modification du décret du 16 janvier 1963 sur l’aliénation des biens immeubles du domaine privé de l’Etat, déposée au sénat le 19 janvier 2012, votée le 3 mai 2012, trans- mise à l’exécutif le 13 mars 2014. 11. loi d’application sur expédition des affaires courantes par un gouvernement démissionnaire, déposée le 20 mars 2012, vo- tée le 3 mai 2012, transmise à l’exécutif. Annexes
  51. 51. 53Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | 12. loi portant création de kreyasyon akademi kreyòl ayisyen an, déposée au sénat le 10 décembre 2012, votée le 10 décem- bres 2012, publiée dans le moniteur. 13. loi sanctionnant le blanchiment des capitaux et le finance- ment du terrorisme, déposée au sénat le 03 octobre 2012, votée le 28 février 2013 (1ière lecture), le 11 novembre 2013 (2ième lecture), publiée dans le moniteur. 14. loi portant prévention et répression de la corruption, dépo- sée au sénat le 31 octobre 2012, votée le 10 mai 2013, publiée dans le moniteur le 12 mars 2014. 15. loi sur la lutte contre la traite des personnes, déposée au sé- nat le 28 aout 2013, votée 23 avril 2014, publiée dans le moni- teur le 30 avril 2014. Annexe 2 : Les Instruments Internationaux ratifiés en Assemblée Nationale par la 49ième législature. 1. L’accord de base de coopération technique et scientifique en- tre le Gouvernement Mexicain et le Gouvernement de la Ré- publique d’Haïti, signé le 20 mars 2003 2. Le protocole facultatif à la Convention relative aux Droits de l’Enfant concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés 3. Le Protocole à la Convention relative aux droits de l’Enfant et la pornographie mettant en scène des enfants 4. L’Accord conclu le 17 novembre 2012 entre le Royaume d’Espagne et la République d’Haïti sur la promotion et la pro- tection réciproque des investissements 5. L’accord modifiant pour la deuxième fois l’accord de parte- nariat entre les membres du groupe des Etats d’Afriques
  52. 52. 54 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? Annexe 3 : Quarante-neuvième législature : Inventaire des 56 lois déposées au parlement. 1. Le Projet de loi de Finances de l’exercice 2012-2013 2. Le projet de loi portant organisation et fonctionnement de l’office de la Protection du Citoyen (OPC) 3. Le projet de loi relatif aux Banques et autres Institutions Fi- nancières 4. Le projet de loi relatif à la protection du consommateur 5. Le projet de loi portant création du Centre National de la Nor- malisation, de Certification et de Promotion de la Qualité 6. Le projet de loi sur la Signature Electronique adaptation et élargissant les compétences du Conseil National des Télécom- munications 7. Le projet de loi sanctionnant le Blanchiment des Capitaux et le Financement du Terrorisme 8. Le projet de loi sur l’organisation et le fonctionnement des Services Centraux de la Primature 9. Le projet de loi fixant le Nombre ainsi que la Dénomination des Ministères 10. Le projet de loi modifiant les articles 42-1, 48, 49, 54, 62, 62-1, 62-2, 65, 66 et 69 de la loi du 10 juin 2009 fixant les règles gé- nérales relatives aux Marchés Publiques et aux Conventions de concession d’ouvrage Public 11. Le projet de loi relative au contrôle de la qualité des Denrées Alimentaires 12. Le projet de loi sur les échanges électroniques 13. Le projet de loi de Finances 2013-2014 14. Projet de loi portant création à l’Organisation et Fonctionne- ment du Fonds National pour l’Education (FNE) 15. Le projet de loi électorale 16. Le projet de loi portant ratification des crédits supplémen- taires ouvert pour intervention d’urgence de Gouvernement suite au passage de l’ouragan Sandy, exercice fiscal 2012-2013 17. Le projet de loi sur la dette publique 18. Le projet de loi sur la taxation des carrières 19. Le projet de loi portant création, organisation et Fonctionne- ment de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique de la Le Projet de loi portant réorganisation de la Direction Générale du Budget
  53. 53. 55Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | 20. Le projet de loi portant organisation et Fonctionnement des Services Centraux de la Primature 21. Le projet de loi portant modification de certains articles de la loi sur la passation des Marchés Publics 22. Projet de loi portant sur le service social et la résidence des professionnels techniciens de la sante 23. Projet de loi portant création et organisation de l’ordre na- tional des infirmières et infirmiers 24. Projet de loi sur la fortification des aliments en micro nutri- ment 25. Projet de loi sur le SIDA 26. Projet de loi organique du ministère de la santé publique et de la population ; 27. Projet de loi établissant le service social obligatoire pour les étudiants des universités bénéficiant du financement public 28. Projet de loi réglementant la production, la distribution, les conditions d’importation et d’exportation, le stockage et la consommation des médicaments ; 29. Projet de loi portant création et organisation de l’Ordre des médecins d’Haïti (OMH) 30. Projetdeloiorganisantl’AgenceNationaledel’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ; 31. Projet de loi régissant l’exercice des professions de la santé 32. Projet de loi de finances de l’exercice 2014-2015 33. Projet de loi portant la réorganisation et la modernisation de la reforme technique et professionnelle de l’enseignement supérieur. 34. Le Projet de loi portant sur les personnes handicapées 35. Le projet de loi sur la paternité, maternité et la filiation (dé- posé le 11-12-2007) 36. Le projet de loi de Finances 2011-2012 (déposé le 16-04-2012) 37. Le projet de loi réformant l’adoption, déposé au sénat le 06- 05-2010 38. Proposition de loi portant sur l’orientation du système édu- catif haïtien 39. Proposition de loi régissant le fonctionnement de l’Office de la protection du citoyen (OPC) 40. Proposition de loi portant sur l’utilisation des emblèmes de la croix rouge, croix sans rouge et du Crystal rouge. 41. La proposition de loi portant formation, fonctionnement et financement des partis politiques
  54. 54. 56 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? 42. Proposition de loi portant modification du décret du 16 janvier 1963 sur l’aliénation des biens immeubles du domaine privé de l’Etat. 43. Proposition de loi d’application sur expédition des affaires courantes par un gouvernement démissionnaire. 44. Proposition de loi portant sur la protection des mineurs par rapport à l’alcool et aux boissons alcoolisées. 45. Proposition de loi pou kreyasyon akademi kreyòl ayisyen an. 46. Proposition de loi sanctionnant le blanchiment des capitaux et le fi- nancement du terrorisme. 47. Proposition de loi portant amendement du décret fixant le cadre gé- néral de la décentralisation ainsi que les principes d’organisation et fonctionnement des collectivités territoriales haïtiennes. 48. Proposition de loi portant prévention et répression de la corruption. 49. Proposition de loi modifiant les articles 85, 231 et 2331-1 de la loi élec- torale du 9 juillet 2008. 50. Proposition de loi fixant le taux de compétences des tribunaux de paix en matière civile et commerciale. 51. Proposition de loi sur la lutte contre la traite des personnes 52. Proposition de loi portant reforme du secteur des télécommunica- tions électroniques. 53. Proposition de loi portant amendement du décret du 16 février 2005 sur les lois de Finances. 54. Proposition de loi portant sur la fortification des aliments en micronu- triment 55. Proposition de loi portant création des services publics de base dans les sections communales de la république. 56. Proposition de loi portant sur la souveraineté et la sécurité alimentaire et nutritionnelle.
  55. 55. 57Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | Annexe 4 : Biographie de Jerry Tardieu Jerry Tardieu nait en Haïti le 13 Juillet 1967. Il fait ses études primaires et secondaires à l’Institut Saint-Louis de Gonzague une école haïtienne de renom. Elève modèle il saura préserver les valeurs précieuses que lui a in- culqué cette Institution telles que la loyauté, la discipline, la persévérance et le gout d’exceller. Dès le plus jeune âge il développe une grande passion pour les activités sportives et en particulier pour le football. Footballer du Club Sportif de Saint-Louis de Gonzague, il rejoindra ensuite le Violette Athletic Club en première division nationale. En 1983, il fera partie de l’équipe Nationale Junior d’Haïti. Il poursuit ses études universitaires en Belgique, obtenant un diplôme en gestion d’entreprise de l’Université Européenne de Bruxelles. En 2000 il obtient une Maîtrise en Administration Publique de l’Université de Harvard avec une spécialisation en Macro Economie. Aujourd’hui il est, en Haïti, Président de l’Association des anciens diplômés de l’Université de Harvard résidant en Haïti. Entrepreneur dynamique Jerry Tardieu est profondément engagé dans la vie économique, politique et sociale de son pays. De 2006 à 2008 il recouvre le rôle de Vice-Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti. En 2010 il est fondateur et porte parole du Kolektif Abitan Petyonvil (KAP), un regroupement citoyen militant dans le social dans la Commune de Pétion-Ville. Son parcours académique et ses compétences lui valent d’être régulière- ment consulté dans la mise en place de partenariats institutionnels impli- quant l’Etat et le patronat. En 2010, il devient membre de la Commission Présidentielle de travail sur la Constitution, une Commission ayant pour mandat de formuler des propositions d’amendements à la loi-mère du Pays. En 2015, Jerry Tardieu décide de participer aux élections Législatives et se présente comme candidat à la Députation pour la Circonscription de Pétion-Ville. Jerry Tardieu est également l’auteur de plusieurs ouvrages traitant d’Haïti, parmi lesquels: - « Haïti : l’Avenir en Face » un essai à grand succès sur les défis et les grands enjeux qu’attendent le pays, publié en 2006;
  56. 56. 58 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? - « Investir et s’investir en Haïti: Un acte de foi » son dernier ouvrage pub- lié en 2014 qui enregistre a Port-au-Prince la meilleure vente en librairies. Ses intérêts et ses activités touchent également au paysage médiatique. De 2003 à 2011 il œuvre en qualité de Vice-président du Nouveau Matin S.A., un groupe de presse ayant racheté le quotidien le Matin et la radio MBC. Entre 2006 et 2008, il est l’auteur d’une chronique qui parait ré- gulièrement dans les colonnes du Journal Le Matin. Jerry Tardieu est récipiendaire de nombreux prix, médailles et distinctions honorifiques : En 1993, il reçoit le prix de « Jeune entrepreneur de l’année » octroyé par le Ministère de l’Education Nationale, de la Jeunesse, des Sports et du Service Civique. En 1996, il est élu membre du « Caribbean Leadership Group » (CLG) par le « Center for Strategic and International Studies ». Le CLG est un re- groupement de jeunes leaders de la Caraïbe rassemblé en think tank pour réfléchir aux défis géopolitiques et économiques auxquels fait face la ré- gion. En 1999, il est récipiendaire du HARVARD–SOGEBANK fellowship award. En 2000, il est honoré du Edward S. Mason Program pour sa contribution à la vie intellectuelle de l’Université de Harvard à travers ses chroniques sur la mondialisation et son impact sur les pays pauvres publiées dans « THE CITIZEN » le journal du Kennedy School of Government. En 2011, il est récipiendaire avec Wyclef Jean du AKSYON VIsionary award, une distinction honorant les haïtiens faisant preuve d’un leadership vi- sionnaire et éclairé tant en Haïti qu’en diaspora. En 2014, il reçoit les clefs de la Ville de North-Miami et est nommé citoyen honoraire de cette ville par le Maire (nom du Maire) pour ses réalisations en Haïti et son apport à la communauté haïtienne vivant à l’étranger notamment en Floride.
  57. 57. 59Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? | En décembre 2014 il reçoit le prix « Honneur Mérite » du Leadership Development Program (LDP) pour ses innovations dans l’entrepreneuriat haïtien. En décembre 2014 l’Assemblée de l’Etat de New-York lui confère le prix« Honneur Mérite ». Prix qui lui est conféré aussi par la Ville de New Hemp- stead. En 2014, il est décoré par le Maire de Boston M. Martin J. Walsh qui in- staure le 25 Janvier 2015 le « JERRY TARDIEU DAY in BOSTON ». En janvier 2015 il est élevé au rang de défenseur de l’ordre, de la plume et du sceau par le syndicat des notaires des juridictions d’Haïti. En février 2015 l’Association des Volontaires pour la démocratie le nomme Gardien De La Jeunesse.
  58. 58. 60 | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ?
  59. 59. Formulaire de contribution Oui, je supporte la candidature Jerry Tardieu à la députation de Pétion-Ville www.jerrytardieu.com Jerry, tu peux compter sur moi pour : Une contribution financière Une contribution en nature (nourriture, cartes de téléphone, carburant maillots, matériels promotionnels…) Une réception en support au candidat Des appels téléphoniques afin de rallier d’autres personnes à ta candidature Être volontaire. Prière d’émettre les chèques à l’ordre de JERRY TARDIEU et nous les faire parvenir sous pli cacheté accompagné de cette forme à l’adresse du QG de campagne sis au 36 Rue Faubert à Pétion-Ville. Pour informations, contactez nous au 509-36551300 Contribution : $ 100 $ 500 $ 1,0000 Autre G 5,000 G 25,000 G 50,000 Autre Prénom Nom Adresse Email Tel
  60. 60. | Candidat pourquoi ? Député pour quoi faire ? www.jerrytardieu.com

×