Expérience de Milgram

540 vues

Publié le

Voici notre projet/création dont le thème est l'expérience de Milgram pour notre UEP Réseaux sociaux politiques et propagandes.

Publié dans : Sciences
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
540
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Expérience de Milgram

  1. 1. Expérience de Milgram
  2. 2. → Psychologue social américain du XXème siècle → expérience qui détermine l’obéissance d’un individu aux ordres d’une autorité qu’il accepte mais qui est en contradiction avec ses valeurs morales → 1974 publication de l'ouvrage La soumission à l’autorité pour d’étudier la réaction d’un individu placé au centre d’un conflit entre sa conscience et l’autorité.
  3. 3. DEROULEMENT DE L’EXPERIENCE 600 hommes sont recrutés par annonce dans le journal local de la ville de New Heaven. Ils sont convoqués un par un à l'Université de Yale pensant participer à une expérience sur le rôle de la sanction dans l'apprentissage. Parmi les sujets se trouvent : Un élève : devant mémoriser des listes de mots, qui reçoit une décharge électrique de plus en plus importante en cas d’erreur. Un enseignant : dicte les mots à l’élève puis vérifie ses réponses en déclenchant ou non une décharge en conséquence de la réponse vrai ou fausse. Un expérimentateur : présent pour représenter « officiellement » l’autorité, il est vêtu d’une blouse et semble sur de lui. En réalité, l’expé rimentateur et l’é lè ve sont tout deux des compè res, des acteurs, l’enseignant est naï f, il n’a aucune véritable connaissance du but de l’expérience. Le participant se trouve toujours être l’enseignant dûà un tirage au sort truqué.
  4. 4. Le sujet naï f se trouve dans une salle différente du compère et devant lui se trouvent 30 manettes allant de 15 volts (choc léger) à 450 volts (choc mortel). En réalité, les chocs sont fictifs et le sujet ne reç oit qu'un feed-back (retour d'information) provenant de sa victime dans la salle à coté. L'expérience comporte 40 essais et le compère se trompe volontairement 30 fois et réagit aux chocs électriques fictifs en fonction de leur intensité : 75 volts : le sujet gémit. 120 volts, il crie que les chocs sont douloureux. 150 volts : il annonce qu'il refuse de continuer. À ce stade, l'expérimentateur demande au sujet de continuer quand même. 180 volts : il crie qu'il ne peut plus supporter ç a. 270 volts : il crie d'agonie. 300 volts, il râle et ne réponds plus.
  5. 5. Lorsqu'au cours de l'expérience, le sujet naï f hésite à poursuivre ou tente de s'arrêter, l'expérimentateur représentant l’autorité réagit par quatre injonctions qui vont augmenter en terme de pression sociale : « Continuez s'il vous plait, je vous prie de continuer ». « L'expérience exige que vous continuiez. » « Il est absolument indispensable que vous continuiez. » « Vous n'avez pas le choix, vous devez continuer. » Si le sujet naï f refuse à la quatrième injonction, l'expérience prend fin.
  6. 6. Milgram réalise 18 variantes de son expérience : Dans l’expérience de « base », le sujet est placée dans une pièce différente et séparée par une fine cloison.
  7. 7. RESULTATS DE L’EXPERIENCE 636 sujets ont participé au total aux 18 variantes de l’expérience de Stanley Milgram avec 35 personnes par expériences environ. Dans la majorité des cas, plus de 50% des sujets obéissent totalement et acceptent d’affliger jusqu'à 450 Volts, la décharge MAXIMALE de punition à l’élève.
  8. 8. ANALYSE DE L’EXPERIENCE De l’état autonome à état argentique : Etat autonome  : état psychologique dans lequel  l’individu se sent responsable de ses actes et agit  seulement avec sa conscience. Etat argentique  : déresponsabilisation du sujet.  Le sujet ne se considère plus comme l’auteur de  ses comportements, il devient exécutant d’actes  qui relèvent de la décision d’une autorité. Il est  donc un simple élément d’une structure  hiérarchique à laquelle il obéit.  L’individu ne sert plus de sa conscience mais de  celle de l’autorité  !
  9. 9. L’individu est contraint de resté dans l’état argentique, expliqué par plusieurs facteurs : → La continuité de l’action, s’il s’arrête il se prouve à lui-même qu’il  a eu tort d’arriver jusqu’ici. → Les obligations morales  : un refus d’obéissance à une autorité  peut entrainer une honte, gène ou détérioration de L’image  personnelle. → L’anxiété  : de nombreuses manifestations émotionnelles sont  observées chez les sujets, il envisage de se rebeller mais ne le fait  pas car trop anxieux.  Il y a une tension interne chez l’individu, il est partagé entre plusieurs sentiments, une partie de lui veut arrêter mais l’autre veut continuer. Les éléments qui amènent le sujet à arrêter l’expérience sont : les cris, les valeurs morales (torture d’un inconnu), et les menaces implicites du torturé (le sujet ne veut pas se retrouvé dans sa position plus tard) Il y a désobéissance lorsque le taux de tension est plus important que les facteurs de maintenance.
  10. 10. DANS LA CULTURE POPULAIRE Dans son ouvrage « Eichmann à Jerusalem », Hannah Arendt va définir la banalité du mal au travers d’Adolphe Eichmann, criminel de guerre nazi. Cet homme décrit comme un monstre sanguinaire ne serait qu’un bureaucrate banal qui ne fait qu’exécuter les ordres bêtement. Pour Hannah Arendt, l’autorité et plus particulièrement le totalitarisme à le pouvoir d’agir sur le discernement des personnes grâce à la propagande, l’idéologie et la répression. Les SS persuadés que le « juif »était l’ennemi de l’Allemagne et que si on ne le détruisait pas, c’est l’Allemagne qui serait anéantie.
  11. 11. Autre exemple : La troisième vague, étude expérimentale du fascisme menée par le professeur d’histoire Ron Jones pour expliquer à sa classe de première l’obéissance des citoyens allemands face au régime nazi. → Le but étant de créer une idéologie ventant les mérites de la discipline de l’esprit et du corps qui visait à la destruction de la démocratie. Les élèves sont facilement manipulés, ceci montre donc la facilité d’une soumission face à une autorité.
  12. 12. Cette expérience demeure une référence. D'après une étude réalisée en 200213, Milgram est le 12e psychologue le plus cité dans l'introduction des livres de psychologie du xx. Cette recherche de Milgram est d'ailleurs une référence dans des domaines aussi différents que celui de la psychologie du travail14, la finance comportementale15, ou en sociologie politique16 par exemple.
  13. 13. Une récente émission de téléréalité « Zone extrême » reproduit l’éxperience de Milgram pour montrer que de nombreux individus acceptent de torturer plutô t que de désobéir et de se rebeller contre l’autorité.

×