Sociologie Terminale préparation bac

690 vues

Publié le

Préparation au bac par Jocelyne Giambiaggi, professeur lycée Carnot Dijon

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
690
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
35
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sociologie Terminale préparation bac

  1. 1. - Jocelyne Giambiaggi - 1 Sociologie par Jocelyne Giambiaggi Méthode pour la dissertation A- Definir les termes du sujet: Structure sociale: façon dont la société est organisée Classes sociales = groupes hiérarchisés ; ensemble de grande dimension qui sont issues soit de la division du travail, soit de l’inégale répartition du pouvoir. Marx a construit et utilisé le concept de classe sociale pour décrire la lutte des classes. B- Expliciter la question 1) Si la société est organisée en groupes hiérarchisés, il existe des différentes notables entre ces groupes: - s’il existe des différences de pouvoir (diplômes), de revenus, de patrimoine - s’il existe des différences de consommation alors la notion est encore pertinente 2) Si au contraire la société n’a plus de hiérarchies, a des consommations homogènes, si les revenus perçus sont très proches, alors la notion n’est pas pertinente. C - Utiliser les documents à la lumière de ce qu’on veut montrer: Document 1: Si selon Marx, la classe sociale existe indépedemment du ressenti des individus. La perception et le sentiment d’appartenance d’une classe sociale ne modifie en rien la réalité des différences et des intérêts divergents. Si selon Weber, il n’existe pas de groupe en dehors de la théorie du sociologue, le ressenti des individus est important pour juger de la pertinence de la notion. En considérant l’approche de Weber (nominaliste), le document 1 montre le fait que la notion devient de moins en moins pertinente: le sentiment de ne pas appartenir à une classe sociale a aumenté de près de 50% de 1966 à 2002. Cependant cette augmentation n’a pas été linéaire puisque le sentiment d’appartenance à une classe sociale a augmentée de 1966 à 1976. En revanche, à la fin des Trente Glorieuses (selon l’expression de Fourastié), le sentiment d’appartenance à une classe diminue de façon significative, ce qui est probablement lié à la personnalisation des carrières et aux pressions économiques sur les entreprises (suite aux chocs pétroliers). Document 2: Il existe des différences notables de consommation selon les PCS (parler des différents critères), différence entre ouvriers/cadres sur l’écoute de TV et nouveaux écrans. ; on constate des différences également selon le diplôme : les non diplomés du CEP regardent 2x plus la TV
  2. 2. - Jocelyne Giambiaggi - 2 que les plus diplômés. S’il existe des différences très fortes dans les habitudes de consommation selon les différents groupes d’âges, cela suppose que l’organisation sociale est plutôt groupée selon des catégories d’âges et a priori moins selon des classes sociales. D- Rédige en utilisant tes connaissances Méthode analyser les documents A - Présenter le document 1/ Lire le titre et le paratexte 2/ Rédiger la présentation du document (décrire le type de document, source, donner le cadre, définir les termes employés) 3/ Observer les chiffres, les tendances et décrire ce qui est inhabituel B- Analyser 1/ Ecrire les faits saillants: les tendances, les chiffres les plus marquants 2/ Expliquer, donner du sens aux chiffres Chapitres : I- Conflits et changement social Définition du conflit: Le conflit est une opposition à une entité (ce qui est vrai pour une personne, également au niveau de la société). La sociologie s’intéresse à l’organisation de la société et aux phénomènes dynamiques qui font évoluer la société. On s’interesse à la façon dont les différents groupes (par forcément des classes sociales) s’opposent afin de défendre leurs intérêts (par exemple des inégalités jugées trop fortes). Par exemple, le droit de vote a été accordé aux femmes en 1928 après dix ans de manifestations et de conflit par le mouvement des suffragettes. Pourquoi existe-t-il des conflits? => Les richesses limités implique des conflits potentiels => il existe des intérêts divergents => Il existe un idéal égalitaire selon TOCQUEVILLE Les inégalités sont mal vécues dans les sociétés démocratiques en raison de l’idéal égalitaire selon TOCQUEVILLE. L’idée de conflit social provient d’une inégalité distribution des ressources
  3. 3. - Jocelyne Giambiaggi - 3 “Quand l’inégalité est la loi commune d’une société, les plus fortes inégalités ne frappent point l’oeil ; quand tout est à peu près au même niveau, les moindres les blessent.” TOCQUEVILLE Les manifestations (par exemple celles de mai 68) sont une expression du conflit social pour les sociologues. Problématique: Le conflit social et ses différentes formes (comme les manifestations) doit-il être considéré comme pathologique (mauvais) ou comme intégrateur (bon)? Sous quelles formes s’expriment le conflit social? Les classes sociales existent-t-elles réellement? En dehors du regard du sociologue? > Pour Karl Marx, les classes sociales existent réellement > Pour Karl Marx, les classes sociales et le conflit dans leur opposition est le moteur de l’histoire ; les conflits sont donc “normaux” et positif. Karl Marx a théorisé l’opposition des classes (aujourd’hui ouvriers contre capitalistes / prolétaires contre bourgeois) ce qui est selon lui le moteur de l’histoire. Dans la conception de Marx, l’inégalité de pouvoir, de ressources est illégitime. En revanche, pour MAX WEBER le pouvoir est reconnu comme légitime relevant d’un conflit latent. Aujourd’hui les conflits ne sont plus seulement liées aux richesses limitées, intérêts divergents, mais portent également sur des revendications identitaires. Doit-on considérer la multiplication des conflits comme un problème, un dysfonctionnement? Si les conflits sont un problème, la permanence des conflits/le fait qu’il y en ait toujours constitue-t- il une menace pour la société? Pourquoi se maintiennent-ils s’ils sont dangeureux? Selon PARSONS (de l’école des fonctionnalistes) qui reprend DURKHEIM, derrière l’augmentation du nombre de conflits, il existe un défaut d’intégration. Dans une société moderne, marquée par la solidarité organique (chacun est spécialisé), il est plus probable qu’apparaisse une “guerre des classes”. Les conflits relèvent donc d’une pathologie pour PARSONS. Il faut aller plus loin dans l’analyse et s’intéresser aux formes, aux degré aux intensité des conflits. Une grève, une manifestation peut être considérée comme “normale”, révelant des normes de la société français. Au contraire une séquestration d’un dirigeant d’entreprise relève plutôt de la pathologie. La grève est autorisée par la loi, le conflit a été institutionnalisé. Pour Robert CASTEL (dans “Les Métamorphoses de la question sociale”), il y a eu une institutionnalisation du travail et des conflits liés au travail.
  4. 4. - Jocelyne Giambiaggi - 4 Les conditions de travail ont progressivement été encadrées par la législation. Les risques comme les accidents du travail ont été pris en charge par l’assurance sociale. Les conflits ont été réglés à travers des conventions collectives. L’institutionnalisation: un phénomène est reconnu (accepté) et formalisé par la société. Il peut y avoir une organisation suite à l’institutionnalisation, il peut y avoir des lois. Par exemple la grève a été institutionnalisée puisqu’elle est rentrée dans les normes & valeurs. Pour Marx et Simmel, Le conflit social permet de dégager un sentiment de conscience collective - la classe en soi devient une classe pour soi pour Marx - l’adversité est facteur de cohésion pour Simmel Pour SIMMEL le conflit a une fonction de cohésion sociale. En effet, le conflit n’est pas le contraire d’une relation sociale mais bien un certain type de relation social. L’opposition contre un ennemi commun est facteur de solidarité à l’intérieur d’un groupe. Dans les manifestations, les manifestants sont bien plus solidaires que la normale. Le conflit est d’ordre intégrateur pour SIMMEL. Conflit & changement social Marx évoquait déjà la lutte des classes en tant que moteur de l’histoire (moteur du changement social). Or les différentes lois favorables aux salariés: les congés payés ont été obtenus face à la mobilisation des ouvriers en 1936 ; les mobilisations pendant le Front Populaires ont conduit à un assouplissement des conditions de travail. La forte de croissance des Trente-Glorieuses (FOURASTIE) avec une certaine mobilité sociale a permis des évolutions positives. Le fait que les conditions de vie se soient améliorés à conduit à un essoufflement des conflits. Les nouveaux mouvements sociaux portent plutôt sur des enjeux plus personnel ou identitaires: au premier lieu desquels les mouvements altermondialistes, environnementaux (dénonciation du réchauffement climatique ; pour le droit des animaux); identitaires (pour et contre le mariage homosexuel). On passe de valeurs matérialistes (de revendications sur le salaire, niveau de vie, inégalités) à des valeurs post-matérialistes (aux Etats-Unis le mouvement des Tea-Party).
  5. 5. - Jocelyne Giambiaggi - 5 Ce tableau issu d’une enquête INSEE (Emplois & salaires) présente les différentes formes du conflit social en 2008 en fonction de la taille des entreprises. Pour une taille d’entreprise, le tableau donne le volume d’entreprises concernées ainsi que le % de salariés par un conflit qui se solde par une négotiation. 1/6 de l’ensemble des entreprises en France en 2008 ont connu des négociations, concernant 2/3 des salariés. Ceci signifie que les entreprises de plus gros tailles sont davantage concernés par les négociations que les petites entreprises. En effet presque tous les employés (97%) dans les grandes entreprises sont potentiellement concernés par les négociations collectives ; alors que 11% seulement pour les petites entreprises. Sur l’ensemble des entreprises qui ont connu des conflits, dans 80% des cas ceci s’est soldé par la signature d’un accord (résolution pacifique et positive) tandis que 2,4% des cas par une grève (opposition, persistence du conflit). La plupart des conflits est donc résolu de façon pacifique et les grèves concernent une très faible minorité des cas. La moyenne de 2,4% de grève dans les entreprises française masque des disparités importantes : en effet pour les grandes entreprises, 40% d’entre elles connaissent des épisodes de grèves contre moins d’1% pour les petites entreprises. Non seulement les grandes entreprises sont davantage concernés par les négociations, mais il y a plus de résolutions par signature d’accord
  6. 6. - Jocelyne Giambiaggi - 6 collective ainsi que plus de grèves que les petites entreprises. Plus l’entreprise est de taille élevée, plus la capacité de négotiation et d’organisation des salariés semble élevée. Autrement dit, les grandes entreprises s’exposent davantage aux manifestations du conflit social (Jocelyne Giambiaggi). Les conflits sont-ils facteur de changement social? Oui, les conflits ont amené un changement social majeur à travers d’abord des grèves puis progressivement un dialogue social. Les conflits sont bien plus régulés à travers les discussions entre entreprises et syndicats. De façon globale, le nombre de conflits a diminué depuis 2000. Ceci est lié à plusieurs facteurs: - la situation économique s’est dégradée (les entreprises ont plus de pouvoir et les travailleurs sont davantage en concurrence) - le chômage, les formes de précarités - paradoxe du passager clandestin (Mancur OLSON) : l’individu a intérêt à ne pas faire grève pour être bien vu mais à ce que ses collègues fassent grève pour toucher le supplément de salaire. Il existe une contradiction entre l’intérêt et le fait d’agir au niveau collectif. Les conflits ont aujourd’hui changé de forme: - les revendications sont bien moins liées au travail
  7. 7. - Jocelyne Giambiaggi - 7 - les revendications sont bien moins exprimées par des syndicats, mais bien plus par des associations d’individus - les revendications sont bien plus médiatisées (féministes défilant nues, altermondialistes détruisant des champs d’OGM, etc). Les conflits sont à la fois facteur d’intégration (MARX, SIMMEL) mais peuvent aussi être l’expression d’un désodre sociaux. Les conflits ont évolué: des conflits au travail jusqu’au à des revendications bien plus personnels et identitaires. Les conflits sont toujours un facteur important du changement social. Le travail est une instance de socialisation. Les changements dans son mode d’organisation ont un impact très important sur la structure sociale et la solidarité. Taylorisme => Fordisme => Toyotisme 1870 - 1910 > Taylor réfléchit à la façon d’organiser le travail scientifiquement. A partir de ses recherches, naît l’OST (l’organisation scientifique du travail), qui recherche la productivité la plus élevée possible. La division du travail (cf. manufacture d’épingle de SMITH) permet d’augmenter la productivité de façon très forte. Le problème du taylorisme est le manque de responsabilité des ouvriers qui sont très spécialisés (O.S) ce qui conduit à une aliénation (de forte grèces ont suivi). 1910 - 1973 > Selon Henry Ford, il est important de bien réttribuer ses salariés afin qu’ils achètent sa production et afin d’avoir des gains de productivité. Un système gagnant-gagnant (entreprise / salariés) s’est donc mis en place. Ford produisait un seul modèle de voiture. Selon lui, ce qui important c’était le prix plutôt que la différenciation (ce qui a conduit à une production standardisée de masse). 1973 à aujourd’hui: Toyota à partir des années 1950 a retourné la logique de production (just- in-time): c’est à partir de la demande des clients que la production de voitures qui est personnalisées est lancée. L’ouvrier est donc polyvalent et beaucoup responsable. Ce qui importe pour ce mode de production n’est pas la quantité de voitures mais bien la flexibilité des équipes. Les Trente-Glorieuses: 1945 - 1975 II- Intégration sociale : Définitions de (cf. fiche)
  8. 8. - Jocelyne Giambiaggi - 8 - integration - l’individualisme - instance de socialisation (lieu dans lequel se tisse le lien social) Quelles sont les instances de socialisation? 1/ La famille A partir de 1970, on observe moins de mariage, plus de divorces, de nouvelles formes d’unions (PACS). On peut dire que la famille se “désinstitutionnalise”, beaucoup de famille recomposée. - divorce et célibat qui ont largement progressé sont liés à moins d’intégration sociale - les familles monoparentales touchent bien plus le RSA que les autres familles, La recomposition de la famille et l’ensemble des transformations conduit à une certaine fragilisation des liens sociaux. La solidarité est cependant loin d’avoir disparu dans les familles: - les personnes agées dépendantes sont plutôt aidées par leurs famille. 2/ L’Ecole L’école a connu un phénomène de démocratisation : beaucoup plus d’élèves ont eu accès au collège, lycée notamment. Alors que 5% d’une classe d’âge avait le bac en 1950 ; 67% d’une classe d’âge ont le bac en 2010 L’Ecole est une instance de socialisation en ce qu’elle véhicule et permet d’intégrer les normes, valeurs, règles de conduites et autres attitudes qui permettent une insertion dans le monde du travail. L’Ecole remplit son rôle de certification mais il demeure plus de 40 000 élèves qui sortent du système scolaire sans qualification. => Le paradoxe d’Anderson: le diplôme ne garantit aujourd’hui plus un travail (notamment le baccalauréat). Ceci est lié au fait que trop de diplômes ont été décernés, ce qui peut caractériser d’ ”inflation des diplômes” tandis que moins de poste de travail ont été crées. Il y a eu un déséquilibre entre l’offre de diplômés et la demande des entreprises. (Jocelyne Giambiaggi) L’école républicaine est confrontée à plusieurs défis: - Critique de Bourdieu: L’Ecole serait uniquement un lieu de reproduction des élites - L’Ecole est laïque : elle doit refuser tout compris sur le contenu du programme et doit préserver le caractère indépendant - pourtant les inégalités demeurent: les fils d’ouvriers sont moins bacheliers que les fils de cadre (cf. mobilité sociale).
  9. 9. - Jocelyne Giambiaggi - 9 L’Ecole Coefficient d’évolution : (Valeur d’arrivée - Valeur départ )/valeur départ exemple: Le rapport interdécile (D9/D1) passe de 4,8 à 3,3, baisse de 30% La moyenne augmente de 800 à 1200 (donc 1200 - 800 = 400 ; 400 / 800 = 50%) ; augmentation de 50% Le niveau de vie moyenne augmente ; tandis que les inégalités se réduisent ; ainsi le niveau de vie des plus classes les moins favorisés augmentent plus rapidement que le le niveau de vie
  10. 10. - Jocelyne Giambiaggi - 10 3/ Le travail Dans la société moderne, la place de l’individu (“l’organe”) est déterminé par sa fonction, donc par son travail. Par son travail, l’individu s’insère dans la collectivité et participe au bon fonctionnement de la société: celui ci paye des impôts qui finance la retraite des retraités actuels et l’assurance sociale ainsi que potentiellement les allocations chômage. Les mutations sur le marché du travail remettent en cause cette instance de socialisation. - chômage, différents formes d’emploi plus ou moins précaires 4/ Le citoyenneté - citoyenneté civique : droits civiques, liberté, égalité - citoyenneté politique: droit de vote - citoyenneté sociale: droits économiques, protection sociale La citoyenneté est facteur d’intégration sociale mais semble remis en cause par un fort abstentionnisme lors des élections.
  11. 11. - Jocelyne Giambiaggi - 11 III - Inégalités Cumul des inégalités économiques et sociales: Economiques: - revenus - patrimoine Sociales: - inégalités d’accès à l’éduction (réussite avec Boudon & Bourdieu) - inégalités d’accès à la santé - inégalités d’accès aux loisirs et biens culturels qui se traduit en espérance de vie moindre, accès au logement moindre Inégalités homme/femmes Il existe une égalité de droit, en pratique Inégalités négatives: - moins de femmes ont accès aux postes de pouvoir (“plafond de verre”) - à un même niveau, les femmes sont payés moins, inégalité de salaires Inégalités positives: - les femmes ont une espérance de vie plus élevé - les femmes ont une réussite scolaire meilleure que les hommes
  12. 12. - Jocelyne Giambiaggi - 12 Il s’agit d’un tableau (type de document) issu de l’Enquêtes Patrimoines réalisée par l’INSEE (source) en 2010 en France (cadre). Ce tableau présente la concentration du patrimoine immobilier (appartements, maisons, villas etc) et mobilier (actifs financiers) des français selon les déciles (catégorie représentant 10% de la population). Caractériser les inégalités du patrimoine (2/2) Les 10% des français les plus riches ne detiennent pas 10% ou 20% du patrimoine français mais près de la moitié. Il reste près de 50% du patrimoine pour 90% des français et 50% des français les moins riches ne disposent que de 7% du patrimoine. Les inégalités de patrimoine en France en 2010 sont donc très marquées selon l’Enquête INSEE. Travail: on remarque que 50% des français ont 93% du patrimoine, ce qui veut dire que 50% des français ont 7% du patrimoine Intro: sur inégalités et démocratie (Tocqueville, idéal égalitaire) ; définir l’inégalité I- Les inégalités écononomiques font système A- Inégalités de salaires (les plus gros salaires sont autour de 5 à 10 fois le salaire minimum) B- Inégalités de revenues = salaires + patrimoine
  13. 13. - Jocelyne Giambiaggi - 13 II- Les inégalités socio culturelles aggravent ces inégalités écomiques: A- Mobilité sociale et éducation => l’égalité des chances est faible (BOUDON - stratégie familiale ; BOURDIEU et la reproduction) B- Inégalité en termes d’espérance de vie, inégalité d’accès à la santé C- Générations futures CCL = Synthèse: Inégalités très forte en patrimoine moins forte en salaire ; ce qui s’explique par une mobilité sociale faible ; des stratégies familiales familiales. Ouverture : Il se peut que la croissance atone des dernières années (avec crise depuis 2007) ait contribué à renforcer les inégalités économiques et socioculturelles. Définition: Une inégalité est une différence qui se traduit sur une échelle de prestige, de valeurs et de normes (résultant en différence de salaires notamment). Revenu = ressources financières provenant du salaire, loyers (en faisant fructifier le patrimoine), dividendes Le revenu est lié au niveau de vie mais peut être différent : exemple on peut avoir un haut niveau de vie avec des revenus moyens ; tandis qu’on peut avoir un niveau de vie faible avec un patrimoine élevé (dans le cas d’un héritage notamment). Loi psychologique fondamentale de Keynes 2000€ par mois => consommation de 1800€, il reste 200€ d’épargne 3000€ par mois + 2000€ => revenu de 5000€ mois ; consommation de 2500€, il restera 2500€ d’épargne Keynes parle de consommation et d’épargne en terme marginale. Dans notre exemple, notre professeur consomme 90% de ses revenus (10% d’épargne) ; puis seulement 50% de ses revenus (50% d’épargne). L’individu consomme proportionnellement moins en fonction de l’élévation du niveau de vie. IV - Mobilité sociale
  14. 14. - Jocelyne Giambiaggi - 14 Classes sociales = groupes hiérarchisés ; ensemble de grande dimension qui sont issues soit de la division du travail, soit de l’inégale répartition du pouvoir. Autres systèmes: les castes (très fermées), les ordres (noblesse, clergé, tiers ; un peu moins rigide que les castes) => question de l’existence véritable des classes Comment l’analyser dès lors? On classe les individus sur une échelle unique => les catégories socioprofessionnels (PCS) : il s’agit d’un nomenclature (ensemble de règles, convention) statistique (486). Quels sont les critères? (selon INSEE) - professionel - condition juridique: salarié (caissière, PDG d’une entreprise) / indépendant (médecin par exemple) - hiérarchie (dans l’entreprise/dans l’institution) par exemple fonctionnaire : secrétaire / prof / inspecteur des impôts (du moins haut au plus haut) - secteur d’activité: agriculture/industrie/services On a 6 groupes: 1. Agriculteurs : 2,5% de la population active 2. Artisans, commerçants et chefs d'entreprise (pas de niveau de diplôme requis) : 6% 3. Cadres et professions intellectuelles supérieurs: (pas de niveau de diplôme mais catégorie A (bac +3) dans la fonction publique ; médecins)) : 14% 4. Professions intermédiaires: 23% 5. Employés: 30% 6. Ouvriers: 25% => Les chômeurs sont classés dans le dernier groupe dans lequel ils ont exercé => Ces groupes (ou strates) seraient de moins en moins pertinents: montée de l’individualisme (carrières des gens de moins en moins prévisibles); monté du taux de féminisation de l’emploi (on pose la question des PCS aux ménages, il devient plus difficile de classer le ménage dans une strate si les statuts sont différents (femme est cadre ; l’homme est ouvrier ou contraire) ; montée de l’écléctisme (les goûts sont être moins différenciés). On a une massification des consommations (unification => tout le monde va en vacances) ; derrière lequel se cache un maintien des différences (par exemple cadres vont à St Tropez ; employés vont à dans le Nord) > Bourdieu (La Distinction) parle de reproduction sociale. Selon lui, la société est structurée par l’existence d’une classe dominante. On peut définir tout individu / classe sociale par 3 types de capitaux: - capital économique: ressources financières - capital social: ressources liées à un réseau / aux personnes (permet d’accéder au premier
  15. 15. - Jocelyne Giambiaggi - 15 travail exemple) - capital culturel: ressources culturelles (savoir (bagage intellectuelle), savoir-faire ; possession d’objets culturels; titres et diplômes scolaires)) La position d’un individu dépend à la fois volume et de la structure. > Selon Weber il existe des différences entre les individus qui sont identifiées par le sociologue qui leur donne un nom (il n’existe pas de groupe en dehors de la théorie du sociologue). > Selon Marx, les classes sociales proviennent directement du système de production. Dans la système capitaliste, existe une “lutte des classes” ouvriers contre capitalistes (qui sont détenteurs des moyens de production). C’est la division des tâches qui va définir des places aux individus. Selon Marx ces classes existent indépendant de l’observateur, elles une existence tangible.Aujourd’hui on observe plutôt des “nouveaux mouvements sociaux” qu’une véritable lutte des classes. Définition : La mobilité sociale (intragénérationnelle) désigne le changement de catégorie sociale (PCS pour l’INSEE) entre les enfants et les parents; Ce changement peut être ascendant ou descendant. Il ne surtout pas confondre avec la mobilité professionnelle (intragénérationnel) changement au cours de sa carrière. >Que deviennent les enfants qui était dans un milieu social donné? (destiné) > De quels milieux viennent en moyenne les personnes dans une position sociale donnée? (recrutement) Analyse de documents: Groupe socioprofessionnel des hommes, de 40 à 59 ans, en 2003 en fonction de celui de leur père, en milliers - en ligne, on lit les fils, la destiné (dans l’exemple, les fils d’agriculteurs) - en colonne, on lit les pères, le recrutement > En terme de destiné, on se demande que sont devenus les 285 000 fils d’agriculteurs? 88% (252/285) des fils d’agriculteurs deviennent agriculteurs (uniquement 12% des fils d’agriculteurs sont dans une autre PCS)
  16. 16. - Jocelyne Giambiaggi - 16 > 23% des fils de cadres supérieurs deviennent cadres supérieurs (1-23% = 77% des fils de cadres supérieurs ne deviennent pas cadres supérieurs). Immobilité sociale = situation dans laquelle tous les individus seraient sur la diagonale du tableau (la diagonale donne une indication sur le degré de mobilité: si la diagonale est très élevé, la mobilité sociale sera très faible) Mobilité structurelle: (mobilité contrainte, liée aux changements de l’emploi): si les emplois d’agriculteurs se réduisent, les fils d’agriculteurs vont être obligés de changer de métier et donc de PCS Mobilité totale (mesuré par ce qui n’est pas sur la diagonale) = Mobilité structurelle + mobilité nette Comment mesurer la mobilité structurelle? > Regarder la différences (marge) des ensembles (positions). > Exemple: En 2003 (cf. table au dessus): il y a 20 ans, on avait 1143 agriculteurs contre aujourd’hui 285 (il y a donc eu 858 000 emplois d’agriculteurs en moins). Comment de fils d’agriculteurs sont devenus ouvriers? > 426 sur une population de 2364 ouvriers (18% d’ouvriers aujourd’hui sont fils d’agriculteurs) Parmi les fils d’agriculteurs que représentent ceux devenus ouvriers? > 426 sur une population de 1143 pères agriculteurs Limites des tables: - les résultats dépendant des groupes choisis (avec 6 groupes, on a l’impression d’une mobilité ; plus on rajoute de groupes, moins on aura l’impression d’une mobilité) - il s’agit de statistique globale, qui ne correspondent pas au vécu: un ouvrier qui devient technicien va changer de groupe sociale dans cette enquête INSEE. En réalité l’individu n’a pas l’impression d’avoir bougé et monté dans l’échelle sociale - la mesure de la mobilité est collective or le prestige est souvent individuel - le prestige associé à une position peut changer dans le temps: un professeur en secondaire était auparavant très préstigieux, beaucoup moins aujourd’hui. Jocelyne Giambiaggi. Les changements des structures de l’économie (par exemple du primaire au secondaire => du secondaire au tertiaire) => conduit les fils d’agricultures et d’ouvriers à changer de classe. On peut mesurer la mobilité structurelle (liée au destruction ou création d’emploi) ainsi que la mobilité nette (ce qu’il reste). Exercice: PDF de connaissances: 1/ Connaître le % de population active chaque groupe 2/ Définition d’un travailleur indépendant?
  17. 17. - Jocelyne Giambiaggi - 17 Il s’agit d’une personne qui travaille à son compte, il n’est pas salarié. On ajoute aux agriculteurs les commerçants, artisants, professions libérales (médecins, paramédicaux, avocats)) Les travailleurs indépendants représentent 9% de la population active en France. 3/ PCS “Employés” et “Ouvriers” Points communs: il s’agit d’emplois à faible prestige et faible rémunération ; ils nécessitent un faible niveau d’étude Différences: la plupart des employés sont des femmes (à 80%) ; 20% chez les ouvriers ; Les ouvriers font partie de l’industrie (secteur secondaire) ; les employés sont dans le service. 4/ Moyennisation de la société française Il s’agit d’une thèse de Henri Mendras : la classe moyenne devient de plus en plus large réduisant les positions extrêmes (les niveaux et mode de vie se rapprochent) 5/ Citez 3 preuves de la moyennisation - le poids de la classe moyenne (professions intermerediaires) - modes de vie et consommation deviennent homogène (massification de la consommation: bcp plus de gens font des études, équipements electroménagers) - ouvriers ne sont plus une population très pauvres et ne sont plus syndicalisés / 6/ Bourdieu et les différents types de capitaux Capital social :réseau de connaissances, amis de la famille valorisé lors de la recherche d’emploi (phénomène du piston, recommendation) Capital culturel: objet d’art, diplôme Capital économique: ressources financières. ex: revenus, compte banque fourni ; patrimoine : appartement Capital symbolique: résulte des trois autres capitaux: notoriété
  18. 18. - Jocelyne Giambiaggi - 18 Quelle est la conception des classes sociales chez Marx? Les classes sociales résultent du mode de production, le système capitaliste. Les classes sociales existent objectivement selon lui (classe en soi). Il existe la classe des ouvriers qui sont exploités par la classe des capitalistes qui détiennent les moyens de production. Pour que la lutte des classes advienne, il faut selon Marx que les ouvriers prennent conscience de leur condition et de leur conscience de groupe pour défendre leur intérêt (il faut qu’ils deviennent une classe pour soi). Selon Marx, la lutte de classe est le moteur de l’histoire (esclave contre le maître, serf contre le seigneur, ouvrier contre le capitaliste). 10/ Expliquez pourquoi le marché est défaillant en présence d’externalités négatives Externalité = n’est pas pris en compte par le marché Négatif = ce qui est néfaste Conséquence négative non pris en compte dans le marché <=> qui n’est pas tarifié => le prix ne joue pas son rôle de signal pour cette production => les producteurs ne prennent pas en compte ces conséquences négatives. ex: pollution qui est la conséquence de production sans taxe écologique. Comme le marché est défaillant en présence d’externalités, il faut que les pouvoirs publics interviennent pour limiter les dommages environnementaux. ex: passager clandestin lors de revendications syndicales (tous les ouvriers ont intérêt à ce que le syndicat demande le salaire le plus élevé pour eux; pour autant ils savent que sans manifester personnellement ils vont obtenir le bénéfice => l’augmentation de salaire constitue une externalité positive). Sociologie de l’éducation Bourdieu a également publié Les Héritiers en 1964 sur les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur (fac, prépas, écoles,.), il parle de l’élimination des élèves lorsqu’on descend les échelons sociaux. Selon Bourdieu, l’école diffuse une certaine culture, qui avantage les catégories supérieurs (à l’aise avec la dissertation, avec un vocabulaire scolaire etc.) au détriment des classes inférieurs. Dans La Reproduction (1970) l’école ne diffuse pas simplement le savoir, mais reproduit les inégalités en leur donnant une certaine légitimité (diplôme, concours). Le système scolaire est assujetti à la structure sociale. Selon lui, une certaine violence de type symbolique s’impose aux enfants des catégories inférieurs (ouvriers, employés). L’école n’est donc pas une institution neutre. Boudon dans L’Inégalités des chances montre que les inégalités d’éducation ne reposent pas uniquement sur la structure sociale. Boudon part de l’analyse de l’individu (individualisme méthodologique) pour mettre en exergue (pour souligner) les stratégies personnelles. Selon Boudon, il existe des carrefours stratégiques (fin du collège, seconde, fin du lycée) dans lequel se jouent le futur de l’élève. Or l’information n’est pas la même selon les familles et les choix qui en résultent sont différents. Une famille qui disposent d’un capital social et économique élevé va sous-estimer le coût d’une éducation longue (par exemple: médecine, recherche) tandis qu’une famille qui dispose d’un
  19. 19. - Jocelyne Giambiaggi - 19 capital social et économique faible va sur-estimer le coût d’une éducation longue. Le système éducatif est une succession de carrefours, de décisions qui renforcent les différences à travers des stratégies. Le paradoxe d’Anderson : le lien entre diplôme et statut social est de moins en moins important liée à l’inflation des diplômes Si un voit le diplôme comme une monnaie, il y a eu inflation: il s’agit de l’augmentation des tissus, en économie de la masse monétaire => à la perte de valeur de la monnaie ; ici du diplôme plus il existe de diplômes à une offre d’emploi fixe ; moins ces diplômes ont de valeur => le phénomène de dévalorisation du diplôme sur le marché du travail Il s’agit d’un paradoxe puisque par rapport à sa génération antérieur (père, mère etc), le fait que le fils dispose d’un diplôme supérieur ne correspond pas à un statut social supérieur. Evaluation sociologie (correction)
  20. 20. - Jocelyne Giambiaggi - 20 > Quelle est la différence entre la mobilité intergénérationnelle et intragénérationelle? Mobilité intragénérationnel = mobilité professionnelle, les changements de statut d’une personne au cours de sa vie, au sein d’une même génération (trajectoires professionnelles) Mobilité intergénérationnelle = mobilité entre les différentes générations = mobilité sociale ANNALES 2013 Quelles sont les caractéristiques des groupes de statut selon Max Weber ? >Analyse au niveau de l’individu , parle de stratification ; 3 dimensions ; approche nominaliste => les groupes n’existent pas en soi , il existe une mobilité sociale
  21. 21. - Jocelyne Giambiaggi - 21 Méthode pour analyser les documents A - Présenter le document 1/ Lire le titre et le paratexte 2/ Rédiger la présentation du document (décrire le type de document, source, donner le cadre, définir les termes employés) 3/ Observer les chiffres, les tendances et décrire ce qui est inhabituel B- Analyser 1/ Ecrire les faits saillants: les tendances, les chiffres les plus marquants 2/ Expliquer, donner du sens aux chiffres Synthèse 2004: Après avoir caractérisé les inégalités économiques, vous montrerez que d’autres constituent un facteur aggravant. Capital culturel et capital social >Marx et Weber: Dans la vision de Marx, il existe deux classes : le prolétariat et la bourgeoisie (ou les capitalistes) ; les rapports entre ces classes se définissent par la production ; Marx distingue la classe en soi (l’existence objective) => lorsque les ouvriers ont conscience d'apporter à une même classe, d’avoir des intérêts en commun, ils deviennent une classe pour soi. Il n’existe pas de mobilité sociale.Jocelyne Giambiaggi. Pour Max Weber, les rapports entre les individus doivent être analyser au niveau des individus. Weber distingue 3 dimensions (origine des capitaux de Bourdieu) - la richesse (dimension économique) - le pouvoir (dimension politique) - le prestige (dimension sociale) Il s’agit d’une approche de la société de stratification sociale => il existe de la mobilité sociale Marx et Weber partagent une vision holiste mais tandis que Marx est réaliste ; Weber est nominaliste. >Durkheim a fondé la sociologique avec une oeuvre clef: Les règles de la méthode sociologique en 1895. Selon lui, les faits sociaux doivent être analysés en se détachant des “prénotions” (ce qu’on peut aujourd’hui appeler les préjugés). Durkheim constate la complexité des sociétés modernes ce qui résulte de l’augmentation du nombre de personnes tandis que le poids des groupes devient de plus en plus faible.
  22. 22. - Jocelyne Giambiaggi - 22 L’évolution est liée à la spécialisation des tâches. Les sociétés traditionnelles sont déterminées par une solidarité mécanique: il existe peu de différences entre les individus, il s’agit d’une société cohérent. La solidarité s’exerce fortement (via la religion, la vie ritualisée), il y a peu de dissemblance et de déviance. Les sociétés modernes sont déterminées par la solidarité organique: les membres de ces sociétés sont spécialisés et tous différents, ils fonctionnent à la façon d’organes d’un corps vivant: chacun rempli une fonction particulière. Durkheim constate l’affaiblissement de deux institutions: - la religion : un phénomène collectif qui permet d’intégrer les individus au prétexte (religion signifie à l’origine relier les personnes entre elles). - la famille: le noyau familial se restreint tandis que la capacité à intégrer semble de moins en moins élevée. D’autre part, la famille perd son aspect économique ; tandis que le nombre de divorces augmente. Ces évolutions conduisent à une perte de repère pour les individus, ce qui est interdit ou permi n’est plus clairement établi par rapport aux sociétés traditionnelles. Il existe aujourd’hui en réalité une multiplicité de valeurs en concurrence les uns par rapport aux autres ce qui conduit au phénomène d’anomie. Une société anomique est une société à l’intérieur duquel les groupes et individus souffrent de l’absence de règles de bonne conduite. Certaines règles peuvent promouvoir l’isolement, la prédation plutôt que la vie collective en société. L’anarchie concerne uniquement l’organisation politique (la définition: absence de commandement). L’anomie se réfère à l’absence de structure, règles et organisation sociale. Le Suicide (étude célèbre de Durkheim par son approche). Alors que le suicide semblait relever de considérations personnelles et psychologiques, Durkheim va s’attacher à montrer la réalité sociale. A partir de cette étude, le suicide est désormais compris comme un phénomène qu’on retrouve dans la plupart des sociétés à partir des statistiques. Durkheim révèle des tendances: les vieux se suicident plus que les jeunes ; les parisiens davantage qu’en province, plus de fin de semaine qu’en début; plus de célibataires. Durkheim va établir une typologie des suicides selon les raisons. - le suicide égoiste: lorsque l’individu n’est pas suffisamment intégré à la société - le suicide altruiste: lorsqu’on individu sont intégré en excès (dans les armées, sectes,...) - le suicide anomique: lorsque l’individu est perdu par rapport au bien et au mal, lorsqu’il existe un défaut par rapport aux règles (de régulation) - le suicide fataliste: lorsque l’individu n’a plus de pouvoir par rapport aux règles Le contrôle social est l’ensemble des moyens dont dispose une société pour amener ses membres à adopter des conduites conformes aux règles, aux modèles, aux normes pour assurer la cohésion sociale. > Des comportements sont jugés positivement ou négativement:
  23. 23. - Jocelyne Giambiaggi - 23 - frapper quelqu’un dans la rue (négativement) - bavarder en cours (négativement) - excès de vitesse (négativement) - concours général, donner un concert récompensé par : ovation, bon point, félicitation, récompenses La déviance désigne un comportement de transgression des règles ; le controle social cherche à minimiser la déviance. Louis CHAUVEL et l’identité de classe: Selon lui, la conscience de classe disparaît mais les inégalités entre les classes subsistent. Par rapport au phénomène de dévalorisation des diplômes dans les sociétés modernes, il est bien plus difficile pour les fils des classes moyennes de s’élever socialement (de compter sur la mobilité sociale ascendante). Il a écrit Classes moyennes à la dérive. La sociabilité = fait d’être sociale, soit la capacité à évoluer au sein d’un groupe PAUGAM classe les différents statuts de travail selon la précarité (voir tableau). Bac 2013 http://www.letudiant.fr/boite-a-docs/document/sujet-et-corrige-bac-es-2013-sciences- economiques-et-sociales-ses-obligatoire.html Annales 2004: (question synthèse) http://www.sujetdebac.fr/sujets/2004/es-sciences- economique-obligatoire-2004-metropole-sujet.pdf

×