Le Catholicisme à Lyon Vivant ou Mort

68 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
68
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le Catholicisme à Lyon Vivant ou Mort

  1. 1. Jonathan Chew Université de Lyon 2 Automne 2007 Français 58 Le Catholicisme à Lyon : Vivant ou Mort ? Regardez. Regardez dans les parages, dans les rues, et dans les métros. Mais en particulier, regardez dans les institutions religieuses. Regardez les gens. Qu’est-ce que vous voyez ? Beaucoup ? Peu ? Rien ? C’est vrai qu’il y a une baisse des pratiques religieuses aujourd’hui partout dans le monde en toutes les religions sont concernées. Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Un nouveau mouvement rationaliste ? Un déplacement des croyances vers une autre religion ? En France, où la plupart des gens sont Catholiques, il y a de moins en moins de personnes qui actuellement pratiquent les traditions Catholiques. Pourquoi ? Quel en est la cause ? C’est surprenant qu’un pays avec une telle histoire du Catholicisme ait une forte baisse de pratiques religieuses. On doit prendre l’exemple des plus grandes villes parce qu’elles reflètent la société entière et l’on peut donc voir s’il y a une progression perceptible de la religion. À Lyon, qui est la troisième ville la plus grande en France après Paris et Marseille, on peut interroger les habitants et voir quel est le rôle de la religion dans leur vie. On peut demander pourquoi il y a une baisse des pratiques chez les habitants et si le Catholicisme peut survivre au XXIème siècle. D’ailleurs, on peut demander si le Catholicisme à Lyon est encore une vraie religion ou juste une fausse image ou façade. Ces quatre questions aideront à trouver la solution à cette problématique. Quel est le rôle de la religion dans votre vie ? Quand je suis arrivé en France, j’ai été très surpris qu’il n’y ait pas beaucoup de gens allant à l’église chaque dimanche. Depuis que j’étais jeune, je croyais que la France était plutôt catholique. Certes, c’est encore vrai, mais cela porte surtout sur le fait que les personnes seraient très pratiquantes et dévotes. Hélas, non, la France est comme tous les autres pays avec une baisse des pratiques religieuses. C’est une réalité très apparente au sein de la société lyonnaise. J’ai interrogé 26 personnes dans la ville. Je les ai choisis par hasard dans les métros, dans les tramways, dans les rues, et enfin, dans les églises. La diversité que j’ai trouvée à Lyon est vraiment étonnante. J’ai commencé mes sondages avec des informations basiques comme l’âge, le sexe, et le statut marital. J’ai décidé de ne pas demander leur nom parce que j’ai voulu que les résultats restent anonymes. En outre, j’ai décidé de ne pas interroger les gens de moins de 16 ans parce que cela est l’age où
  2. 2. l’on commence à devenir plus indépendant et dans la religion catholique, on fait le sacrement de Confirmation et l’on choisit d’être catholique. Pour mon projet, il fallait que tout le monde ait le choix de choisir sa religion. Les autres informations que j’ai mises sur mon questionnaire comme le nombre de personnes au foyer et le métier exercé étaient moins importantes et n’ont pas eu un grand effet sur les résultats obtenus. Cependant, j’ai découvert que beaucoup de gens prenant le métro sont célibataires et habitent seuls dans un appartement. Ensuite, j’ai demandé une importante question pour mon enquête à savoir : « Quelle est votre religion ? ». Selon une enquête parue dans Le Monde-La Vie/CSA en mars 2003, 62% des habitants de France sont catholiques, suivi par 6% de musulmans, 2% de protestants et 26% sans religion. Les autres religions ne sont pas vraiment présentes à Lyon et sont trop faibles pour ce projet. J’ai fini mes sondages presque exactement avec la même répartition. À la fin, il y avait 13 catholiques, 6 musulmans, 2 protestants, et 5 sans religion. Ce qui est surprenant c’est que presque toutes les personnes sauf les musulmans et les protestants sont nées catholiques. J’ai établi une échelle de 0 à 10 où les personnes ont entouré un numéro décrivant le rôle de la religion dans leur vie. 0 veut dire « Rien » : la religion prend un très petit rôle et 10 veut dire « Grand » : la religion prend un rôle important. Les réponses que j’ai reçues étaient exactement ce à quoi je m’attendais. Les catholiques que j’ai interrogés dans les paroisses m’ont répondu forcément entre 9 et 10. Ils m’ont dit, « Oui ! Ma religion fait partie de ma vie ! » Quand j’ai demandé si leurs pensées et croyances étaient fondées plutôt sur la raison ou plutôt sur le spiritualisme, ils m’ont répondu « Spiritualisme » ce qui signifie encore que leur religion influence leur vie. Aussi, les musulmans que j’ai interrogés dans les tramways et métros m’ont répondu assez nettement entre 7 et 8 sauf une personne qui m’a dit 1. Cette personne montre qu’il y a aussi une baisse des pratiques religieuses aujourd’hui dans toutes les religions. On peut deviner justement les réponses des personnes sans religion. Bien sûr ils m’ont dit entre 0 et 1. Mais les réponses des catholiques que j’ai interrogés en dehors des églises et des paroisses étaient très différent sur l’échelle de 0 à 10 et le rôle de la religion est évidemment plus bas que les musulmans. Toutes les réponses se situaient entre de 1 et 6 mais la moyenne était entre 2 et 3. Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que le rôle de la religion dans la vie de plusieurs personnes catholiques à Lyon est presque nul. J’ai trouvé que la plupart des gens qui étaient nés catholiques ou protestants ont déjà lu parfois au moins une partie de la Bible parfois dans leur vie. C’est quelque chose d’incroyable en
  3. 3. comparaison d’autres pays. Cela montre qu’il y a encore une influence religieuse dans leur vie. En revanche, quand j’ai posé la question concernant leurs pensées et leurs croyances, ils m’ont répondu que leurs croyances étaient plutôt fondées sur le rationalisme. Qui m’a dit cela ? Quel groupe de gens ? Ce furent les réponses de jeunes entre 16 et 30 ans. Cela montre que l’influence religieuse s’amoindrit de plus en plus parmi les jeunes. Quant aux catholiques plus âgés, tous sont presque dans le groupe qui a répondu entre 9 et 10. Ceci est peu surprenant. Donc, y aurait-il un nouveau mouvement rationaliste parmi la nouvelle génération ? Au vu des réponses, on constate que « Peut-être ». Pourtant, Mattieu Bernard, un séminariste à St. Nizier m’a dit, « Non, je ne crois pas qu’il y ait un nouveau mouvement rationaliste, seulement un manque de communication avec les jeunes dans notre société. » C’est vrai que l’Eglise catholique s’éloigne de plus en plus des préoccupations des jeunes. Les étudiants que j’ai interrogés dans les métros croient que le Catholicisme est une chose du passé ou un mythe parce que ce n’est pas une réalité dans leur vie. Je pense réellement que c’est une des causes de la baisse de la pratique religieuse partout dans le monde. Pourquoi pensez-vous qu’il y a cette baisse des pratiques religieuses aujourd’hui à Lyon ? C’est une question difficile avec plusieurs facettes. Néanmoins, les réponses furent les mêmes pour toutes les religions et tous les âges. Même si les réponses étaient très générales, elles avaient toutes la même signification. Il y a eu quelques réponses majeures. Les gens ont le plus souvent que « le matérialisme » était essentiel dans notre société moderne. Dans ce monde avec les « iPods » et les « iPhones », l’individu prend une place de plus en plus importante et les gens se préoccupent surtout d’eux-mêmes. Le concept de « Je » et pas « Nous » est la manière de penser maintenant. Peut-être que cette religion de communauté ressent davantage les effets de cette société de consommation. Sinon, la religion catholique a aussi trop de contraintes. Il n’y a pas assez de liberté et trop d’autorité pour les gens. « Il prend beaucoup de temps pour un bénéfice qui est assez faible » dit Virginie Balas, la fille dans ma famille d’accueil. Les personnes ont trop de travail à faire aujourd’hui et n’ont donc pas le temps d’aller à la messe ou de pratiquer leur religion librement. À cause de la pauvreté des étudiants, plusieurs sont forcés de travailler pour gagner de l’argent et, dans notre société de richesse et d’égoïsme, les valeurs ont changé aujourd’hui. Les gens simplement ont différentes priorités et ils ne veulent pas pratiquer une religion qui
  4. 4. ne leur apporte rien. Ils ne veulent pas pratiquer une religion qui ne répond plus à leurs besoins quotidiens. Mais, quelle en est la cause ? C’est à cause de l’évolution de notre société des temps modernes. La religion devient plus à l’écart de la vie courante probablement à cause des lois sur la laïcité. Tout le monde est très familier avec la loi qui a séparé l’état de l’église en 1905. Bertrand Souchard, auteur de théologie et professeur de philosophie, m’a exprimé, « Je me sens comme un schizophrénique entre ma profession publique et ma vie privée. » Malgré le fait que la France était nommée « la fille de l’église » dans le passé, elle est le pays qui refuse le plus fort la religion dans le cadre public. Aux Etats-Unis, c’est vrai que le président jure par la Bible quand il est élu. Mais, d’après Monsieur Souchard, on ne parle jamais de la religion dans les situations politiques comme cela. Parmi tous les autres pays catholiques comme l’Italie, l’Espagne et la Belgique, la France est le seul pays avec le concept de laïcité le plus radical. Même si c’est possible que ceci en soit la cause majeure, n’oublions pas que c’est également tout ce que j’ai déjà décrit auparavant. À mon avis, toutes les réponses sont correctes. Il faut donc que nous passions à la prochaine question. Le Catholicisme peut-il survivre au XXIème siècle à Lyon ? Quand j’ai posé cette question, tout le monde a répondu « Oui ! Sans aucun doute ! ». Même, les personnes qui ne sont pas croyantes, aussi bien les des catholiques que les musulmans ou les gens sans religion ont répondu positivement. J’ai été très choqué par leurs réponses. Par contre, bien sûr, il y a eu un petit pourcentage de personnes qui détestent l’église catholique et croient qu’elle ne survivra pas. Mais, de toute façon, il y a toujours quelques exceptions. « Pourquoi les réponses ont été si positives ? » je me suis demandé. En dépit de toutes les idées en faveur de la baisse continue de la pratique religieuse, pourquoi étaient-ils sûrs que le Catholicisme survivrait au XXIème siècle ? J’ai trouvé la solution en posant une autre question. Je leurs ai demandés si le catholicisme devait changer dans l’avenir pour s’adapter au temps moderne. Ceci était la clé du problème. Les gens ont encore répondu que le catholicisme survivrait si la religion évoluait avec la société aujourd’hui. Mattieu Bernard, séminariste, m’a expliqué « Faites Attention ! Ce n’est pas la foi qui doit changer, mais les moyens pour annoncer la foi au peuple. Les pratiques et les manières doivent changer dans l’avenir. » Un prêtre que j’ai interrogé le dernier soir de la fête des lumières à St. Nizier m’a donné une analogie très fascinante. Il a décrit la foi catholique comme une maison. Une maison est construite avec des fondations. On a besoin de matériaux comme le bois, le
  5. 5. ciment, et le métal. Dans le Catholicisme, ceci représente la Bible et les sacrements. Une fois que le cadre de la maison et les structures sont finis, on peut décorer l’intérieur comme on le souhaite de toute façon. On peut peindre les murs de n’importe quelle couleur. On peut acheter n’importe quel meuble. On peut organiser les choses de n’importe quelle façon. C’est au peuple de décider. Ceci est aussi valable pour les pratiques religieuses. Il a continué en disant que bien sûr le Catholicisme devrait changer simplement parce que l’homme change. Une personne qui a cinq ans n’est pas la même personne qui a trente-cinq ans. La communauté de l’Eglise catholique constitue des hommes. Donc, l’Eglise a besoin d’évoluer avec le peuple. De plus, le Catholicisme a survécu à beaucoup de crises dans le passé : les réformations des protestants qui sont entamées par Martin Luther au XVIème siècle, au siècle des lumières en le XVIIIème siècle, et la révolution industrielle au XIXème siècle. Toutes les crises ont apporté un renouvellement de la pensée sociale et nouvelles idées intellectuelles, culturelles, et scientifiques. Si le Catholicisme a continué d’exister après tous ces mouvements, c’est très possible qu’il puisse alors survivre au XXIème siècle. Même s’il y a de moins en moins de personnes qui vont à l’église chaque semaine, il y a beaucoup de personnes qui prient encore chez eux. Aussi, il y a toujours des gens curieux qui sont intrigués par la foi. Tout spécialement à Lyon, où de nombreuses fêtes catholiques sont célébrées, beaucoup de gens sont toujours attirés par la religion et se demandent pourquoi il y a autant de fêtes religieuses aujourd’hui. Vraie Religion ou Fausse Image à Lyon… Alors, est-ce que le Catholicisme à Lyon est encore une vraie religion ou juste une fausse image ? À mon avis, il s’agit d’une vraie religion. En fait, toutes les personnes interrogées dans mes sondages ont répondu clairement, « Oui ! », ajoutant la phrase, « Oui ! Si on parle de Lyon spécifiquement, puis Bien Sûr ! ». Je crois fortement que cette conclusion est la vérité. Toutefois, c’est difficile de voir la réalité et ce n’est pas une question très évidente au premier abord. J’ai eu quelques doutes après avoir interrogé les gens dans les métros où ils m’ont dit que le rôle de la religion dans leur vie était entre 2 et 3 sur l’échelle de 0 à 10. Mes doutes ont disparu plus tard quand j’ai participé à la messe à Fourvière le 8 décembre qui est la fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie. Alors que la plupart des gens ont terminé l’enquête après avoir dit deux phrases à ce sujet, quelques-uns m’ont dit la religion est à la fois une vraie religion et une fausse image. C’est une vraie religion pour quelques personnes et une fausse image pour quelques autres. Je dois donc ajouter quelques éléments à ma conclusion. Je crois que le Catholicisme à Lyon est
  6. 6. encore une vraie religion. Cependant, si l’Eglise ne s’adapte pas très vite, et que la progression du rôle de la religion dans la vie des gens reste encore entre 0 et 1, le Catholicisme deviendra une fausse façade dans l’avenir. De même, si la vielle génération, qui se trouve plutôt dans le groupe entre 9 et 10 meurt, et la communication entre les jeunes et l’Eglise reste fermée, alors le Catholicisme dans la ville de Lyon disparaîtra. En résumé, on peut dire que mes sondages ne sont pas suffisamment complets et il n’y a alors aucune vraie conclusion. Mais, il s’agit juste d’un petit échantillonnage de la population lyonnaise où l’on peut observer le sentiment perçu sur les idées religieuses aujourd’hui. Peut-être qu’il y a un nouveau mouvement rationaliste comme au siècle des lumières, mais il est trop tôt et il reste trop faible pour pouvoir l’affirmer. Il n’y a définitivement aucune augmentation du nombre de croyants ou déplacement des gens d’une religion à une autre. On peut certainement remarquer qu’il y a une diminution des pratiques religieuses dans toutes les religions dans la ville de Lyon et partout dans le monde. Pourtant, ce n’est pas simplement les pratiques religieuses qui baissent, c’est la croyance dans la foi elle-même qui décroît. À cause d’une mauvaise communication entre l’Eglise et la population, il y a une séparation entre les deux se creuse de plus en plus tous les jours. Avec l’évolution de la société moderne, les pensées des gens s’éloignent plus en plus de la religion. C’est la faute de qui ? Si c’est vraiment le manque de communication entre l’Eglise et le peuple ou l’intérêt des gens simplement pour les technologies, le matérialisme, et la consommation, on ne peut pas le noter au travers de l’enquête. L’examen des réponses et résultats des sondages indique tout de même que le Catholicisme à Lyon est encore vivant. Mais, est-ce que le Catholicisme restera comme cela dans l’avenir ? C’est une problématique complexe à laquelle il est impossible de répondre dans l’immédiat. Seul l’avenir pourra le dire.
  7. 7. Bibliographie Drouelle, Carole. La France aujourd’hui. Vanves, Fouchner, 2005, 127 p. Histoire du Christianisme, [en ligne]. Adresse URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_christianisme#L.27.C3.89glise_catholique _et_la_modernit.C3.A9 Mermet, Gérard. Francosocopie 2007, Paris, Larousse, 2006, 510 p. Les 26 Sondages [ci-joint].

×