Résumé cardio cathy

330 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
330
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Résumé cardio cathy

  1. 1. CARDIOLOGIEPrévention des maladies cardiaques (Rôle infirmier)-Fièvre rhumatismale: (RAA) Valvulopathies acquises • Si pharyngite ou amigdalite : écouvillon pharyngé pour déceler un strepstocoque et expliquer les complications possibls dune angine.-Maladies cardiaques congénitales • pas dautomédication pendant la grossesse • Rubéole: vaccin ou si non immunisée et exposée pendant la grossesse, envoyer chez le médecin (injection prophylactique de gamma-globulines) • Diagnostic précoce-Maladie coronarienne Déterminer les facteurs de risque: • cholestérol • hérédité, stress, tabac • obésité • diabète et hypertension • sexe masculin-Décompensation cardiaque • contrôle régulier chez le médecin • Autosurveillance! enseignement préventif (régime diététique, surveillance du poids pour détecter la rétention deau, tension, saturation, complience traitement...) • Symptômes principaux D cardiaque D : -jugulaire saillante -hépatomégalie -oedème MI • Symptômes principaux D cardiaque G: -DyspnéeObservations lors de l’examen clinique-Coloration de la peau et des muqueuses-Respiration,toux expecto.-Température-Transpiration-Pouls-TA-Douleur-Œdème-Diurèse (min ½ cc/kg/h)-Poids-Fatigue-État psychologique (rassurer)-État de conscienceL’anamnèse: âge, antécédents médicaux et chir, symptômes subjectifs récents,l’auscultation, et la palpation (médecin) complètent l’examen clinique.Constantes biologiquesÉlectrolytes: - Na: 135 à 145 meq/L – K: 3, 5 à 5 meq/L
  2. 2. – Ca:8,8 à 10,4 mg/dl – Urée: 15 à 50 mg/dl – créatinine: 0,8 à 1,3 mg/dlEnzymes sériques-Troponine: normale: < ou = à 0,6mg/L angor instable: 0,6 à 1,5 mg/L infar: > ou = à 1,5mg/L-CK-MB: 0 à 12 UI/Lces enzymes augmentent en cas dinfarctus.Coagulation-INR: 0,8 à 1,2 (zone thérapeutique entre 3,5 et 4 pour les P sous sintrom) mais dangerdhémorragie si = à 5-TCA: 25 à 39 sec-Fibrinogène: 150 à 400 mg/dl (si trop élevé, risque de trop grande coagulation)Hématlologie-Globules rouges: 4 à 6 millions/mm3-Hématocrite: 35 à 54%-Globules blancs 4.000 à 10.000/mm3-hémoglobine: 12 à 16 gr/dl-CRP: - de 1 mgr/dl-Cofo: déceler Hb (si – de 9gr/dl) déceler HT (si – de 30%) alors transfusion!Examens fonctionnels-ECG, Holter, ECG d’effort-Rx Thorax-Echocardiogramme (mesure la fraction déjection des ventricules)-Explorations isotopiques: angiocardioscintigraphie et scintigraphie myocardique (permet desavoir si le coeur est suffisamment perfusé)Fraction déjection des ventricules = % du volume sanguin éjecté par le coeur à chaquecontraction par rapport au volume total ventriculaire.Electrophysilogie du coeurLe tissus a différentes fonctions: 1. Excitation: Repos, Dépolarisation, Repolarisation Cest leffet bathmotrope Problèmes si pome à sodium défecteueuse ou/et si troubles ioniques 2. Conduction: Le noeud sinusal est responsable de la conduction, cest le tissus conducteur! Cest leffet dromotrope
  3. 3. 3. Contraction (quest-ce que lon entend par le volume déjection?) Cest leffet inotropePour la fréquence, cest leffet chronotrope (médicaments)La polarisation = repos de la cellule musculaireLa dépolarisation = stimulation de la cellule musculairela repolarisation = phénomène actif, pompe à sodiumVoir schéma page 10, anatomie du tissu de conductionVoir schéma page 11, le cycle cardiaqueCONTRACTION: Volume d’éjectionQuantité de sang que le ventricule éjecte à chaque contraction-Précharge: tension des fibres myocardiques qui se développe en fin de diastole dans la paroidu ventricule (la volémie entraîne une augmentation de la précharge)-Postcharge: la résistance contre laquelle le ventricule doit lutter pour éjecter son volume(+élevée si tension haute, plus basse si tension basse)-Contractilité: capacité intrinsèque des fibres myocardiques à se contracter et à éjecter lecontenu ventriculaireL’ECGest la représentation graphique de l’activité électrique du coeurLes 12 dérivations de l’ECGUne dérivation permet d’enregistrer l’activité électrique du cœur à partir d’un angle de visiondéterminé.6 dérivations périphériques (plan frontal)3 dérivations bipolaires des membres D1, D2, D3 (2 mains et le pied G)
  4. 4. 3 dérivations augmentées des membres AVR, AVL, AVF (2 mains et pied G)6 dérivations précordiales thoraciques (plan horizontal)on place une éléctrode neutre à la jambe droite et les électrodes ventouses à 6 endroitsdifférents sur le thorax.V1,V2,(cavités droites)V3, V4,(septum)V5,V6.(cavités gauches)Voir schéma page 15Quand l’onde de dépolarisation se déplace vers une électrode positive, on enregistre unedéflexion positive (D2, V5, V6).Inversement ,si elle s’en éloigne, la déflexion sera négative (AVR, V1, V2)Surveillance de l’ECG: – Fréquence : Le nœud sinusal, pace maker principal du cœur, engendre un rythme sinusal. – Repérer l’onde R sur une ligne épaisse et compter: 300, 150, 100, 75, 60, 50 – Le centre ectopique = foyer dautomaticité donnant des rythmes déchappement (si le noeud sinusal ne fonctionne plus) – Le rythme prore des - oreillettes: 60 à 80 b/min - jonction AV: 40 à 60 b/min - ventricule: 20 à 40 b/min – en cas de bradychardie sinusale, compter les cycles sur un tracé dune longueur de 15 cm qui représente 6 secondes denregistrement (4 cycles) et faire x10. – Rythme: – A l’ECG: distance égale entre des ondes similaires (R) car le nœud SA maintient une durée constante entre les influx dépolarisants qu’il engendre. – Ondes: – Présence de chaque onde: P QRS T – Conduction: – Espace PQ< 0,20 sec (5 carrés)
  5. 5. – Espace QT<0,40 sec – Espace QRS< 0,12 sec(Dia 35)Les arythmiesArythmie: sans rythme, mais on utilise ce terme pour désigner tout rythme anormal.Troubles du rythme niveau oreillettes, niveau du nœud AV et niveau ventricules.Arythmies atriales (oreillettes):1.Bradycardie sinusaleCorrespond à un rythme qui prend naissance dans le sinus, à une fréquence régulière< à 60/min.2.Bloc sinusalLe noeud sinusal peut cesser de décharger pendant au moins un cycle faisant apparaître unBLOC SINUSAL et puis il reprend son rythme (pause)peut être régulier ou irrégulier.3.Rythmes rapides-tachycardie auriculaire paroxystique (TAP):150 à 250 bat/min • décharge rapide et soudaine dun seul foyer ectopique auriculaire très excitable • QRS: oui-Flutter auriculaire: 250 à 350 bat/min • prend naissance dans un seul foyer ectopique auriculaire • les ondes P se succèdent rapidement et chacune est identique à la suivante • le QRS naura pas loccasion dapparaître régulièrement (espacé)- Fibrillation auriculaire: 350 à 450 bat/min • prend naissance dans de nomlbreux foyers ectopiques • La réponse ventriculaire est irrégulière.RISQUE DE FORMATION ET MOBILISATION DE CAILLOTS!!!
  6. 6. Arythmies jonctionnelles:1.Tachycardie supraventriculaireTAP ou TJP issu de foyers d’automaticité prenant naissance au dessus des ventricules2.Blocs auriculo-ventriculaires (BAV)retardent ou font disparaître la conduction des oreillettes vers les ventriculesLe bloc AV 1(du premier degré) • retarde ou fait disparaitre la conduction des oreillettes vers les ventricules • prolongeant l’intervalle PRBAV 2° (de Wenckebach) • L’intervalle PR s’allonge progressivement jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de réponse ventriculaire. (onde P isolée) Ces séries se répètent. • PR allongé puis disparaitBAV 2° (Mobitz) • Bloque complètement plusieurs dépolarisations atriales avant qu’il y ait conduction aux ventricules • Bloc AV 2/1: 2 ondes P pour un seul QRS • Bloc AV 3/1: 3 ondes P pour un seul QRSBAV 3° (complet)Aucune dépolarisation atriale n’est transmise aux ventricules. Il y a alors activation d’un foyerautomatique situé sous le bloc. Celui-ci va entraîner le ventricule à sa fréquence intrinsèque(succession dondes P).Les oreillettes et ventricules sont complètement desynchronisées.Arythmies ventriculaires:1. Extrasystoles ventriculairesL’ESV est un battement ventriculaire prématuré. Il naît d’un foyer d’automaticité irritablefaisant apparaître un complexe QRS géant • si + que 6, il faut traiter:anti-arythmique ventriculaire et traiter la cause (infar, brady, kaliémie...)2. Tachycardie ventriculaire paroxystiqueLa TVP ou TV est engendrée par un foyer d’automaticité ventriculaire irritable qui déchargebrusquement à une fréquence de 150 à 250/ min • traitement durgence: si conscient anti arythmique ventriculaire IV, sinon défibrillateur!3. Flutter ventriculaireEst engendré par un seul foyer d’automaticité qui décharge à 250- 350/min; Il évolue vers lafibrillation ventriculaire et nécessite une réanimation cardio-pulmonaire et la défibrillation!
  7. 7. 4.Fibrillation ventriculaireEst due à des décharges rapides provenant de nombreux foyers d’automaticité faisantapparaître des secousses chaotiques du ventricule;les ventricules ne sont plus efficaces, ils néjectent plus rien! RCP + DEFIBRILLATEUR!Modifications électriques1.En cas d’ischémie: • onde T inversée (pour les dérivations où elle est généralement positive D1, D2 etV2 à V6) • pas de nécrose, mais souffrance2.En cas de lésion: • un sus-décallage ou sous décallage du segment ST témoigne d’un infarctus. • Onde de Pardee3.Nécrose (Infarctus) • L’onde Q profonde et large d’un petit carré témoigne d’une nécrose. • Diagnostic: -Troponine augmentées -Douleur+++ -Modif ECGLe cathétrisme , la coronarographie et l’angioplastie. • Cathéterisme: injection rapide d’un produit de contraste dans le ventricule gauche. Voie dabord: fémorale ou radiale • Coronarographie:opacification du réseau coronaire • Angioplastie:dilatation coronaire par gonflement d’un ballonnet. Cette opération s’accompagne souvent de l’insertion d’un stentSchéma coeur:
  8. 8. Préparation du patient à l’examen1. Anamnèse: Si allergie aux produits iodés... Si diabète...(ID, NID) Si insuffisant rénal...2. Surveillance de la biologie sanguine : • Fonction rénale • Équilibre électrolytique • Hémostase (pas d’HBPM le jour du cathé. mais peut recevoir les AAP) • Cofo • enzymes3.Rasage en short4. ECG5. TA et paramètres de référencePréparation psychologique • Informations à donner au patient • Livret d’information à remettre Explications • Réponses aux questions par rapport à la douleur éventuelle, la durée de l’examen, la participation du patient. • Patient cardiaque =patient anxieux!Préparation physique • Prise de paramètres • Prise des médicaments prévus avec un peu d’eau • A jeun au moins 4 heures avant l’examen • Si anxiété 10 à 15 gttes de Lysanxia®2 heures avant l’examen • Blouse d’opéré+ bracelet • Faire uriner • Placement d’une voie d’entrée • Compléter la feuille de protocole •Surveillances du patient après l’examenSi pansement compressif au niveau du pli inguinal: • Le patient doit rester coucher au moins 6h • Eviter de plier la jambe ponctionnée) • Prise des paramètres et pouls pédieux • Surveillance de la perf • Observation du pansement compressifLe patient remonte avec un Angioseal®: • si coronarographie simple, le patient peut se lever 1h après l’intervention • si angioplastie, le patient peut se lever 4h après l’intervention • + idem surveillances précédentes
  9. 9. Si le patient revient avec un pansement compressif au niveau de l’artère radiale • lever autorisé, • pas de pression sur la main • observation de la main • bracelet à dégonfler: 2cc ttes les 2heures, puis à oter après 6hDans tous les cas: • Le patient peut boire dès son retour pour permettre l’élimination du produit de contraste • Le patient peut manger 2h après son retour Surveillance du DU si IR • Prendre connaissance du protocole post- cathéterisme: • La sténose d’une artère coronaire s’exprime en % par rapport à la lumière normale d’une artère • si le patient a une sténose du tronc commun ou si il a subi une angioplastie,il faut lui placer une télémétrie • Si angioplastie et insertion d’un stent,un traitement d’antiagrégants plaquettaires est prescrit pour au moins un moisComplicationsProblèmes locaux: • Angor • Déchirure ou spasme d’un vaisseau • Troubles du rythme • Hématome, hémorragie, pseudoanévrysme (hématome important) • InfectionProblèmes généraux: • Chaleur, • nausée, • réflexe vagale • Choc • OAP • Embolie-> AVC • T° • Insuffisance rénale aigueLes chocs électriques:1 .Défibrillation • Choc électrique externe d’un voltage élevé et d’une durée brève capable de dépolariser toutes les cellules myocardiques. Il est effectué en urgence • La défibrillation permet de réduire une TV ou FV • La défibrillation ne s’effectue jamais sur un patient conscient • La défibrillation s’accompagne d’une RCP
  10. 10. Les défibrillateurs automatiques ou semi- automatiques sont de plus en plus utilisés enservice d’ hospitalisation ainsi que dans les lieux publiques2. Cardioversion • Choc électrique externe (planifié) • En cas de flutter ou fibrillation auriculaire • But: rétablir un rythme sinusalLe patient doit avoir arrêté les digitaliques et doit être bien anticoagulé (+ contrôle KLe patient, à jeun, sera sédaté 10min (prothèse dentaire ôtée) et surveillé par monitoringjusqu’au lendemain du choc.Lever autorisé après 24h (sur PM)3. Le stimulateur cardiaque • Est un appareil électronique qui émet des stimuli électriques pour régulariser le rythme cardiaque lorsque le mécanisme naturel est défaillant. • Il peut être -temporaire: p ex à la suite d’un infarctus ou d’une opération cardiaque. Il est laissé jusqu’à ce que l’état du patient s’améliore ou qu’un stimulateur permanent soit implanté. • La stimulation temporaire peut se faire par voie transthoracique ou transveineuse • Permanent: surtout en cas de bloc complet irréversible. Son implantation consiste généralement à introduire l’électrode par voie trans veineuse jusqu’au ventricule droit et ensuite placer le générateur sous la peau dans la région thoraciqueIl existe des pace- maker.. • A rythme fixe (asynchrone): de fréquence et d’intensité variable mais indépendant de l’activité cardiaque spontanée • A la demande ou sentinelle :qui détecte l’activité cardiaque spontanée et n’émet aucun stimulus lorsque le cœur fonctionne normalement • Certains peuvent comporter une fonction « défibrillation »Education sanitaire... • Avoir sur soi un carnet « porteur de pace- maker » contenant des infos telles que la fréquence cardiaque, type de pace-maker, date d’implantation... • Se présenter régulièrement aux consultations quand l’épuisement des piles est imminent • Avertir si la fréquence programmée est > aux pulsations, si dyspnée, fatigue,douleurs locales, oedèmes.. • Pas de sports violents (éviter les traumatisme)... et Interférences néfastes: • Proximité de champs magnétiques puissants
  11. 11. • La RMN est contre-indiquée • Proximité d’un four micro-onde non étanche • Gsm allumé à moins de 10cm du boîtier • Traitement à ondes courtes (kiné) est à éviter • Attention aux portiques détecteurs de métauxInfar:Actes infirmiers • Installation • Placement d’électrodes • Prise de paramètres • Administration d’O2 si nécessaire • Prise de sang et pose de perfusion • Sur PM administration de dérivés nitrés, antidouleur, anticoagulant et/ou fibrinolytique • Calmer le patient • Si TV et perte de conscience, défibriller • Préparer le patient pour une éventuelle coronarographieInfar: diagnostic 1. plaintes du patient (douleurs caractéristiques) 2. prise de sang: enzymes (+ pose perf) 3. ECG+ pose cardiomonitoringDeux des trois points sont présents=>le diagnostic d’infar est pose

×