Samedi 1er
Février 2014, il est 20h00.
Il fait sombre et froid sur la plaine Saint Denis.
Et pourtant, la clameur sortie d...
Les fonds d'investissement
envisagent des voies alternatives
D’après le « Global Private Equity
Report 2013/14 » de Grant ...
Overall, private equity as an asset class
remains as attractive as ever to investors.
There remains a deep focus on drivin...
La France de 2012 souffre d’une dépression nerveuse collective.
Pourtant, pour la remettre sur le chemin de la croissance,...
Pendant ce temps, la nouvelle croissance
mondiale s’organise : Google veut rendre ses
clients immortels, Amazon projette d...
Témoignage Client
BNP Paribas Rental Solutions transforme
sa Direction Comptable et son système
d’information : la pluridi...
Pour croître, les entreprises ont sans cesse besoin de se rénover
et d’apporter de la valeur ajoutée à leurs clients. Tran...
8
L’OPTIMISATION DES CHARGES
SOCIALES DE L’ENTREPRISE :
et si les taux élevés de charges patronales
n’étaient pas une fata...
9
L’optimisation des charges est une nécessité de première importance pour l’entreprise.
Face aux déferlements incessants ...
Pour tout dirigeant faisant le choix d’une croissance
externe à l’échelle internationale, le constat est
sans appel : la m...
11
Quelques données du Global Dynamism Index 2013 :
L’Australie se positionne avantageusement selon
les 5 critères de l’ét...
Les directions générales de grands groupes expriment
de fortes attentes vis-à-vis de leurs directeurs financiers.
Pour les...
Ces travaux ne sont pas porteurs de valeur ajoutée
immédiate pour des groupes de taille importante, qui
appuient leur dyna...
Notre expertise
sectorielle au
service de l’industrie
agroalimentaire
Depuis quelques années,
Grant Thornton a déployé
et ...
Investir pour la croissance et la productivité
Le matériel, la Recherche et le Développement,
ainsi que l’infrastructure i...
Grant Thornton est désigné
“Employeur idéal” dans le secteur
dédié aux activités d’Audit
et de Conseil.
Universum, organis...
www.universumglobal.com
Pour en savoir plus sur l’étude :
Cette récompense est le reflet de leur engagement.
Tout comme no...
© 2013 Grant Thornton. Tous droits réservés.
Impression sur papier provenant de forêts gérées durablement.
Grant Thornton
...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Grant Thornton_Newsletter_Fevrier_2014

96 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
96
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Grant Thornton_Newsletter_Fevrier_2014

  1. 1. Samedi 1er Février 2014, il est 20h00. Il fait sombre et froid sur la plaine Saint Denis. Et pourtant, la clameur sortie du stade réchauffe les 80.000 supporters présents. La France vient de battre l’Angleterre sur un score de 26 à 24, après quasiment deux ans de disette au plan international. Le pessimiste ambiant est balayé, le French Flair est de retour… ». Cet exemple sportif est emblématique de la capacité de notre pays à se sublimer dans les moments les plus difficiles, à savoir réinventer afin de renaître… Dans un registre aux antipodes, l’ensemble des chroniques développées dans cette Newsletter démontre la capacité d’adaptation de la sphère économique au cœur même de l’hexagone… Et si la thématique est différente, il est néanmoins question de la même persévérance, du même esprit gaulois de résistance et de bataille. A titre d’exemple, la lecture des articles ici-proposés, permettra d’apprécier un sondage réalisé auprès d’un panel de fonds d’investissements tendant à démontrer un regain d’optimisme, 58% d’entre eux se disant plutôt confiants pour le futur contre 28% l’année précédente… Mais cette confiance fragile doit passer par une politique de réforme volontariste. A l’extrême, Nicolas Bouzou, essayiste, économiste et chroniqueur de renom, envisage « l’hyper destruction créatrice », afin de libérer les talents. Moins radicalement, l’adaptation nouvelle des entreprises à travers des processus optimisés est une évolution vécue par bon nombre d’entre elles et les exemples ne manquent pas : transformation d’une organisation comme chez BNP Paribas, optimisation des charges sociales, ou encore une approche sectorielle différenciante, autant d’approches pragmatiques proposées par les experts de Grant Thornton, bien souvent piliers des entreprises innovantes et en croissance. Par stratégies d’adaptation, nous entendons tous les changements engagés par une entité dans le but d’améliorer ou de stabiliser ses résultats. La finalité des stratégies d’adaptation réside donc dans le souci d’améliorer l’adéquation entre les comportements de l’entreprise, sa stratégie et les caractéristiques de son environnement concurrentiel. La solution passe également par une vision économique globalisée illustrée par « le puzzle coulissant » de la croissance… Good game nous disent les anglais quand nous perdons…. Mais cette fois-ci, sans dire que nous avons tout gagné, n’est-il possible d’envisager l’avenir en parlant d’autre chose que de crise ? * Le crunch du tournoi des six nations : match confrontant la France et l’Angleterre durant la compétition de rugby à XV disputée chaque année par les équipes d'Angleterre, d'Écosse, de France, du pays de Galles, d'Irlande et d’Italie. La lettre des décideurs Objectif CROISSANCE : Edition 1er Février 2014 - n° 4 Frédéric Zeitoun Directeur National du Conseil Financier “ Le crunch 2014 ”* , et tout devient possible…
  2. 2. Les fonds d'investissement envisagent des voies alternatives D’après le « Global Private Equity Report 2013/14 » de Grant Thornton, publié ce jour, l’heure est à l’étude de nouvelles façons de concilier les intérêts des GPs et des LPs. Car les levées de fonds demeurent incertaines. Un regain d’optimisme à l’échelle mondiale. C’est ce que traduit le « Global Private Equity Report 2013/14 » que publie Grant Thornton, ce lundi 4 novembre 2013. En effet, les 156 professionnels du capital-investissement interrogés en juillet et en août dernier expriment un sentiment bien plus positif qu’ils n’avaient pu le faire, par le passé. En particulier sur l’environnement des levées de fonds. Un an plus tôt, ils étaient seulement 28 % à le considérer positif ou neutre ; cette fois-ci, ils sont 54 %. Par voie de corollaire, ils ne sont que 13 % à estimer qu’il est très négatif aujourd’hui – à comparer avec les 39 % d’opinions similaires, en 2012. « Il convient d’examiner ce résultat à l’échelle mondiale, prévient Thierry Dartus, associé responsable du transaction advisory services de Grant Thornton, en France. En effet, les professionnels actifs aux Etats-Unis connaissent plus de croissance et d’activité, récemment. Et les quelques levées de fonds d’envergure qui ont pu voir le jour ces derniers temps, comme celles d’Apollo ou d’Advent International, peuvent influencer le ressenti des participants à notre sondage. » Il est vrai qu’un tel mouvement de marché, combiné à un desserrement marqué du marché de la dette outre-Atlantique, concourt au retour d’un certain optimisme. Alors que tel n’est pas vraiment le cas dans l’Hexagone. Il suffit de se remémorer les derniers chiffres publiés par l’Afic et les inquiétudes quant aux levées de fonds – relayées par le président de l’association, Louis Godron (à lire ici) – pour pressentir que l’enthousiasme n’est pas de mise, en France. La question étant de savoir si, comme souvent, les Etats-Unis ont, une fois encore, une « longueur d’avance » et laissent augurer de ce qui pourra se produire dans notre pays, à court terme. Auditions des auteurs des due diligences Cela étant, les participants au sondage de Grant Thornton évoquent de façon unanime la façon dont ont évolué les processus de levées de fonds. Afin de se préparer au mieux pour le jour J, les GPs jouent leur va-tout. Ainsi, 53 % de ceux qui ont été interrogés par Grant Thornton concèdent avoir élargi l’étendue des due diligences pour les LPs (demandes d’informations, visibilité sur le pipe-line, rencontres avec les sociétés du portefeuille, etc.). « En juillet dernier, un LP qui examinait la possibilité d’investir chez un GP français nous a auditionnés pour comprendre la façon dont nous avions mené les due diligences¸ témoigne Thierry Dartus. Les interrogations vont alors assez loin, et surtout bien au-delà d’un processus de due diligence classique. » Une phase qui complète le fait que les contacts avec les souscripteurs sont désormais récurrents – et non plus sur la seule période effective de levée – et plus fournis sur le contenu des informations échangées. Il est donc indéniable que les relations GPs-LPs évoluent – en particulier pour ceux qui ne disposent pas d’un track record sans faille. Deux éléments de l’étude de Grant Thornton viennent en apporter une nouvelle preuve. A la question « quelles structures alternatives voyez-vous émerger au cours des trois prochaines années ? », les LPs ont répondu à 48 % le deal-by-deal – loin devant toute autre éventualité. Quant aux GPs, ils concèdent regarder de près les solutions de co-investissement pour emporter les faveurs d’éventuels souscripteurs. CQFD. Très positif Positif Neutre Négatif Très négatif 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 2012 2013 Par Franck Moulins | 04/11/2013 Comment considérez-vous l'environnement des levées de fonds ? Source : Grant Thornton 2
  3. 3. Overall, private equity as an asset class remains as attractive as ever to investors. There remains a deep focus on driving value through business performance and finding companies where the growth is not linked just to arbitrage or market developments. With investors having increased power and options, private equity fundraising remains the key indicator to the current and future health of the industry.With hints of optimism running through this year’s results and the general sense of improving economic conditions, there is evidence that momentum is being slowly built ensuring the longevity and success of the private equity industry, albeit within a new framework of accepted practice and regulation in place. Market forces are driving change to size, structure and practice but, with an improving economic environment, returning confidence and a regenerating General Partner (GP) base, the industry is right to feel optimistic about its future as we approach the start of a potentially exciting new phase of private equity growth. Martin Goddard Global services line leader - transactions Grant Thornton International Ltd Thierry Dartus Directeur de la ligne de services Transaction Advisory Services Grant Thornton France Le regain d’optimisme évoqué dans l’étude est observé dans toutes les zones géographiques. Le pourcentage du panel se prononçant en faveur d’une embellie est en hausse en Amérique du Nord, Asie-Pacifique, Moyen-Orient et Afrique du Nord. Les GPs constatent aujourd’hui que les modèles alternatifs peuvent comporter de nombreux avantages : mettre en place des programmes incluant davantage de flexibilité, donner la possibilité d’investir dans des secteurs différents de ceux du LP, accélérer les process de rétrocession aux investisseurs, et sortir des modèles de structurés contraignants ne donnant pas la place à d’autres alternatives. Comme évoqué dans l’article, les GPs pointent le “deal-by-deal” comme l’alternative la plus pratique pour les LP’s. De plus, face au pouvoir croissant des LP’s, les GP’s sont désormais contraints de faire des concessions (réductions de charges, sièges au Conseils de Gouvernance, droits de co-investissement, transfert de tout ou partie du « carried interest »), pour inciter les premiers à s’engager particulièrement en amont sur les premiers closing importants. Alors que les résultats de cette étude indiquent que bon nombre de challenges restent encore à surmonter pour les professionnels du secteur, l’amélioration continue du marché de la dette en Amérique du Nord (qui pourrait se propager sur d’autres pays), la légère reprise économique observée aux Etats-Unis et les taux de croissance en hausse constante en Asie-Pacifique soulignent que le retour de la confiance à l’échelle mondiale apparaît aujourd’hui plus évident. 3
  4. 4. La France de 2012 souffre d’une dépression nerveuse collective. Pourtant, pour la remettre sur le chemin de la croissance, une poignée de réformes déjà identifiées suffirait : fiscalisation progressive des charges sociales, réorganisation de l’hôpital et de l’assurance-maladie, extinction progressive du statut de la fonction publique pour la partie non-régalienne de l’Etat, adoption d’un régime de retraites par points, adoption d’une vraie flex-sécurité sur le marché du travail, autonomie des établissements scolaires du primaire et du secondaire… De Gallois à Attali en passant par l’OCDE, tout a été dix fois écrit. Mais une grande partie de l’opinion publique refoule encore ces nécessaires changements dans son inconscient. Au Gouvernement, plusieurs Ministres savent ce qu’il faudrait faire, mais ils jugent que le coût politique immédiat de ces réformes serait supérieur aux bénéfices économiques qu’on peut en attendre à moyen terme. La droite, elle, est encore traumatisée du quinquennat précédent, si dense en matière d’annonces, si pauvre en matière de changements institutionnels profonds. Elle aussi n’est pas encore sortie de dépression. Les élus locaux de tous bords font une analyse de gens de terrains : ils observent que leur temps et leurs ressources sont consacrées à un travail de pompier qui consiste à convaincre un groupe national ou international de ne pas fermer la grande usine du territoire, dire aux syndicats que la puissance publique œuvre jour et nuit à la sauvegarde de l’emploi, montrer à la presse locale qu’on est à pied d’œuvre. Mais faire le pompier ne laisse pas beaucoup de temps pour jardiner, c’est-à-dire pour s’occuper de développement économique. TRIBUNE NICOLAS BOUZOU Un discours de politique économique enthousiasmant est possible 4
  5. 5. Pendant ce temps, la nouvelle croissance mondiale s’organise : Google veut rendre ses clients immortels, Amazon projette de nous livrer avec des Drones, Volvo nous prépare des voitures sans chauffeur et les Chinois sont partis coloniser la lune. La France, empêtrée dans ses discussions sur le travail le dimanche, l’Ecotaxe et la rétroactivité de la fiscalité sur les produits de placements loupe l’essentiel : nous sommes aux prémices d’une nouvelle belle époque, l’électricité et la voiture se nommant désormais génétique, biologie moléculaire, intelligence artificielle ou nanotechnologies. C’est bien cette histoire là qu’il conviendrait de raconter : notre monde schumpétérien est une formidable promesse de croissance, surtout pour un pays débrouillard et créatif comme la France. Mais dans une économie basée sur l’innovation, ce ne sont pas le passé et les traditions qu’il faut défendre à coups de principes de précaution inconséquents, mais les talents qu’il faut libérer et attirer. Dans la phase d’hyper-destruction créatrice qui s’amorce, freiner la destruction ne fait qu’entraver la création. A ce propos, que le Parlement ait voté à l’unanimité il y a quelques semaines une disposition interdisant à Amazon d’offrir les frais de port, ceci pour protéger les libraires indépendants, est tristement dérisoire. D’ailleurs, malgré les apparences, l’économie française ne détruit pas d’emplois outre-mesure. Mais à force de charges et de protection, elle ne créé quasiment plus rien. Il ne faut alors pas s’étonner de l’absence de croissance. Evidemment, l’entrepreneur, qui transforme l’invention technologique en innovation, c’est-à-dire en croissance, doit être au cœur de la politique économique. Pas pour des raisons idéologiques mais parce que, dans ces périodes de mutation, il est le principal agent du changement. Un bon projet politique devrait permettre de faire affluer en France ce que les anglo-saxons nomment « les classes créatives ». Mais c’est l’ensemble de la Société qu’il faut emmener autour d’un tel projet de croissance, en donnant à chacun la capacité d’y contribuer, des jeunes aux retraités. C’est pourquoi la question de la formation tout au long de la vie est absolument centrale. Mais, en dehors du débat raté sur les rythmes scolaires et des digressions désormais récurrentes autour de PISA, que nous disent le Gouvernement et l’opposition sur ce sujet ? Servir à un malade dépressif ce qu’il attend est lui rendre le pire des services, et il n’en sera même pas gré. Les OGM n’ont jamais tué personne, les jeunes qui travaillent le dimanche ne sont pas des Oliver Twist, et réformer la fonction publique n’est pas mépriser les fonctionnaires mais les respecter. Enoncer clairement des vérités est possible dans notre pays, encore faut-il essayer. Le monde qui vient ressemblera plus à la Renaissance qu’au Moyen-âge et un programme de réformes tout sauf punitif permettra d’y prendre part. Pense-t-on sérieusement qu‘un tel projet serait électoralement moins payant qu’un énième débat sur la politique fiscale ? Nicolas Bouzou Economiste et directeur-fondateur d'Asterès 5
  6. 6. Témoignage Client BNP Paribas Rental Solutions transforme sa Direction Comptable et son système d’information : la pluridisciplinarité de Grant Thornton au service de la performance 6
  7. 7. Pour croître, les entreprises ont sans cesse besoin de se rénover et d’apporter de la valeur ajoutée à leurs clients. Transformer leur organisation interne offre un effet de levier important pour générer les économies nécessaires à leurs investissements stratégiques, gagner en réactivité sur leur marché et offrir plus de services. BNP Paribas Rental Solutions a choisi Grant Thornton pour l’accompagner dans sa transformation. A l’origine, il s’agissait de porter un regard extérieur sur le fonctionnement de la Direction Comptable et de présenter des recommandations permettant de renforcer l’efficacité et le niveau de contrôle des processus comptables, en conformité avec les exigences du Groupe BNP Paribas, et ceci à moindre coût. Ce diagnostic mené en 3 mois par une équipe d’experts en processus, contrôle interne et système d’information, a permis d’aboutir à une série de mesures concrètes à déployer à court et moyen termes. La transformation de la Direction Comptable a ainsi démarré avec la conception d’une organisation cible en 4 mois, sous validation de la maison mère BNP Paribas Leasing Solutions. Grant Thornton a donc renforcé son équipe d’intervention afin d’avancer de manière réactive face à un calendrier très serré. Plusieurs groupes de travail ont avancé en parallèle, tant au niveau de la Direction Générale (pour arrêter l’organisation cible et concevoir le plan d’évolution du système d’information Finance) que de la Direction Comptable (pour renforcer le dispositif de contrôle interne au travers de processus repensés), qu’au niveau, enfin, des opérationnels comptables (avec la mise en place d’outils de travail concrets, accessibles et documentés). Cette cible Finance s’est en outre inscrite dans un projet plus large d’amélioration de l’efficacité opérationnelle entrepris par BNP Paribas Rental Solutions qui vise notamment une répartition optimisée des tâches entre le middle office et l’équipe comptable. Cette double transformation, bien qu’amenant une complexité supplémentaire, permettait de concevoir de manière cohérente des organisations Métier et Finance pouvant se répondre de façon optimale (notamment en termes de répartition des tâches entre les équipes, de jonction des processus opérationnels et comptables et d’intégration des systèmes d’information). L’équipe de Grant Thornton a ainsi pu apporter à l’entreprise, conseil et expertise pour préparer le plan de déploiement de la solution globale, pointer les zones de risques et proposer des solutions créatives. J’ai choisi Grant Thornton pour sa capacité à comprendre notre contexte et être force de propositions. Son engagement à nos côtés permet de sécuriser notre projet et de garantir la parfaite intégration des aspects Métier et Finance dans le respect de la feuille de route que j’ai fixée. Joseph Pulicano Directeur Général de la ligne de métier Technology Solutions et PDG de BNP Paribas Rental Solutions Pour Emmanuelle Muller-Schrapp, Associée au sein de l’activité Conseil Opérationnel et Outsourcing, accompagner la transformation de son client implique l’intervention de diverses expertises de Grant Thornton, et mettre à sa disposition une équipe agile, proactive et pluridisciplinaire. L’intérêt pour BNP Paribas Rental Solutions était d’avoir à ses côtés des interlocuteurs qui puissent apporter des solutions pragmatiques et faire le lien entre les attentes de la Direction Générale et celles des équipes opérationnelles. Le Groupe accompagne désormais BNP Paribas Rental Solutions dans l’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage Globale pour la mise en place de la cible Métier et Finance. Grâce à une équipe mixte composée des consultants présents depuis le démarrage de la mission, et de collaborateurs BNP Paribas Rental Solutions dédiés au projet, Grant Thornton est ainsi en charge de superviser l’évolution des systèmes d’information et garantir que les diverses maîtrises d’ouvrage et maîtrises d’œuvre avancent avec la même méthodologie et soient coordonnées au niveau du planning. Par ailleurs, Grant Thornton assure également la conduite de la gestion du changement liée à la mise en place des nouveaux processus administratifs, pour faciliter l’appropriation par les équipes opérationnelles de la nouvelle organisation lors de son démarrage. Pour Grant Thornton, accompagner la transformation de BNP Paribas Rental Solutions, signifie s’engager à chaque étape dans la réussite du projet et développer une relation de confiance fondée sur l’écoute, la préconisation de solutions concrètes mises en place avec des méthodologies éprouvées, portées par une équipe de spécialistes en conseil et en expertise, habitués à œuvrer ensemble. Emmanuelle Muller-Schrapp Associée, Conseil Opérationnel Outsourcing Performance et évolutivité des Systèmes d’Information A propos de BNP Paribas Rental Solutions BNP Paribas Rental Solutions est l’entité spécialisée de BNP Paribas commercialisant des solutions de location avec services et de gestion de parc auprès des entreprises. • L’un des leaders européens de la location d’équipements avec services, • Un accompagnement de ses clients tout au long du cycle de vie de l’actif, depuis le choix de l’équipement jusqu’à sa restitution, • Un spécialiste sur le marché des équipements technologiques (informatique, téléphonie, bureautique, logiciels, équipements spécialisés).
  8. 8. 8 L’OPTIMISATION DES CHARGES SOCIALES DE L’ENTREPRISE : et si les taux élevés de charges patronales n’étaient pas une fatalité ? Le taux de charges patronales, et a fortiori, salariales, est souvent vécu comme une fatalité par la plupart des dirigeants. Pour autant, notre arsenal législatif offre de nombreuses possibilités d’optimisation (et donc d’allégement) des dites charges. La plus connue, et la plus utilisée, est sans aucun doute l’attribution de tickets restaurant à ses salariés. Mais de nombreuses options alternatives existent. Même si celles-ci ne peuvent parfois s’appliquer à l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise, elles peuvent néanmoins générer de substantielles économies de charges. Quel recours choisir ? Et comment s’y prendre ? 8
  9. 9. 9 L’optimisation des charges est une nécessité de première importance pour l’entreprise. Face aux déferlements incessants de taxations, les dirigeants doivent aujourd’hui avoir recours à des expertises spécifiques, afin que les charges auxquelles ils sont soumis n’entravent pas trop lourdement le développement, voire la performance, de leur structure. C’est dans cette optique que les équipes de GT Société d’Avocats, alliés aux experts Paie de Grant Thornton, s’emploient à élaborer des solutions sur-mesure et accompagnent au mieux les dirigeants pour contribuer à la croissance de leur entreprise. La pluridisciplinarité est assurément l’une des forces vives de notre groupe et sans aucun doute un atout sur lequel les dirigeants peuvent compter sans coup férir. • La première démarche consiste à réaliser un état des lieux de sa population de salariés et de dirigeants : - Cadres et non cadres, - Salariés travaillant à l’international ou non, - Salariés recrutés à l’étranger, sous permis de travail ou non, - etc. • Puis, il convient d’inventorier les pratiques existantes au sein de l’entreprise/du groupe : - Quels sont les avantages en nature et en argent d’ores et déjà attribués aux salariés ? - Trouve-t-on les mêmes pratiques dans toutes les filiales ? Dans toutes les Business Units ? Cette phase va permettre de mettre à jour les différences de traitement entre les salariés, et déterminera dans le même temps les zones de risques liées notamment à une rupture d’égalité entre les populations, source de complications en cas de contentieux prud’homal. • Ensuite, il s’agit de ressortir des textes légaux, de manière exhaustive, les avantages donnant droit à une réduction ou à une exonération de charges sociales, et d’identifier les conditions pour en bénéficier. La liste est longue, mais doit être précise afin de s’assurer que toutes les situations soient couvertes : - Avantage logement pour des salariés mobiles, - Indemnité de déménagement pour des salariés venant de l’étranger, - Indemnité de grand ou de petit déplacement, - Transport, - Etc. • L’étape concomitante consistera à faire correspondre les avantages listés à chaque catégorie de salarié à chaque situation donnée, dans le contexte propre à l’entreprise. • Enfin, il n’y a plus qu’à !... Il s’agit de la phase de mise en œuvre des avantages retenus. Cette étape est certainement l’une des plus délicates du processus, car il est question ici de la mise en place de la documentation et d’avenants aux contrats de travail le cas échéant. Anne FREDE Associée - Présidente de GT Société d’Avocats 9
  10. 10. Pour tout dirigeant faisant le choix d’une croissance externe à l’échelle internationale, le constat est sans appel : la mondialisation offre aujourd’hui des possibilités d’expansion que nous ne soupçonnions pas dans un passé encore récent. Au cœur de cette mondialisation se trouvent aujourd’hui en libre-circulation le savoir, les biens, les services, le capital, l’innovation, et ce, par-delà les frontières politiques et les territoires, non sans apporter de « petites » révolutions. De nouveaux marchés ont émergé. Les fluctuations économiques, inégales et quotidiennes dont nous sommes les spectateurs, ne sont que le miroir d’un monde en mutation au sein duquel il convient de trouver un équilibre. L’instantanéité de l’information, que chaque marché à dû intégrer, a trop souvent remplacé le temps de la réflexion. L’incertitude des réglementations locales et des environnements financiers, impose plus que jamais la nécessité d’une agilité sans failles… Faire aboutir les ambitions internationales des organisations dynamiques que nous accompagnons et apporter une information différenciante grâce à notre Global Dynamism Index, fait partie de nos objectifs pour conseiller au mieux les entreprises. La deuxième édition de cet outil permet de mesurer le dynamisme d’un panel de 60 pays. Par « dynamisme », nous entendons les leviers mis en place par chaque pays au cours des douze derniers mois pour favoriser la croissance des entreprises de son économie. Notre baromètre souligne les points où les différents pays ont fait preuve d’audace. Global Dynamism Index 2013 : le « puzzle coulissant » de la croissance 10 Le dynamisme d’un pays s’évalue entre autres par le biais de sa stabilité politique, ses aptitudes commerciales, mais également son potentiel de développement technologique et scientifique. Le Global Dynamism Index apporte des données novatrices, le classement ne reposant pas uniquement sur le dynamisme économique d’un pays, mais sur 5 critères, illustrant par là même notre vision de la croissance. Et contre toute idée reçue, les pays leaders de l’économie mondiale (en termes de croissance du PIB) ne sont pas les économies les plus dynamiques et plus les attrayantes pour un dirigeant en quête d'un nouvel air. Le baromètre de Grant Thornton en est la parfaite illustration : le renouvellement intégral du Top 5 démontre la rapidité avec laquelle les économies évoluent et de ce fait, la mobilité des opportunités. En 2012, Singapour, la Finlande, la Suède, Israël et l’Autriche étaient en pôle position. En cette fin d’année, l’Australie, le Chili, la Chine, la Nouvelle-Zélande et le Canada sont désormais aux nouvelles places de tête. Economie croissance Sciences Technologies Capital Humain Environnement économique Dynamisme global Financement Pour produire des classements sur Un panel de 50 pays 22 indicateurs de recherche 406 entretiens
  11. 11. 11 Quelques données du Global Dynamism Index 2013 : L’Australie se positionne avantageusement selon les 5 critères de l’étude. Le pays, qui occupait le 8ème rang mondial du classement l’année dernière, a gravi 7 places en 2013 grâce à des améliorations significatives en termes de productivité du travail et croissance du PIB. Le Chili, désormais dans le classement, a fait de considérables progrès ces dernières années liés à l’environnement économique, la croissance et le progrès social (il est devenu en 2010 le premier pays d'Amérique du Sud à rejoindre l'OCDE), et arrive en tête des économies émergentes dans les domaines de l’environnement économique (17ème rang mondial) et du financement (3ème ). La Chine progresse de 17 places et se hisse au 3ème rang du classement global. Il s’agit de la meilleure progression dans la catégorie « Sciences et Technologies », due à des investissements accrus dans les domaines de la Recherche et du Développement. Calculez le dynamisme d’un pays sur : www.globaldynamismindex.com Environnement économique : Irlande, Canada, Suède, Pays-Bas, Finlande Un environnement économique et financier équilibré est le résultat d’une stabilité concrétisée sur plusieurs années par l’ensemble des parties prenantes, raison pour laquelle les marchés matures réalisent un meilleur score dans cette catégorie par rapport à l’an passé. Sciences et Technologies : Corée du Sud, Israël, Finlande, Suède, Japon L’investissement en Sciences Technologies indique la capacité des infrastructures d’un pays à être en concordance avec les besoins des entreprises. Cette adéquation fait partie des indicateurs qui mènent a priori un pays vers la croissance. Capital Humain : Chine, Australie, Finlande, Jordanie, Philippines Il est nécessaire d’avoir les meilleurs talents pour développer et donner vie à de nouveaux concepts. Ce sont eux qui assureront la productivité et la rentabilité, et feront croître, in fine, les organisations. Dans ce domaine, ce sont les marchés émergents, l’Asie-Pacifique et l’Amérique latine qui s’imposent. Financement : Singapour, Canada, Chili, Slovénie, Pologne Il est la clé des ambitions de croissance de toute structure. L’impact de la crise financière et le credit crunch qui en ont résulté, ne font que confirmer l’importance d’un système financier sain pour une potentielle croissance économique. Economie et Croissance : Vénézuela, Chine, Nigéria, Pérou, Philippines Savoir répondre à une demande prégnante (en termes de produits, de services, etc.) impacte inévitablement les perspectives de croissance de chaque organisation dynamique. Les marchés émergents excellent dans cette catégorie, partant en général d’un niveau inférieur et ayant, de ce fait, un potentiel de croissance plus important.
  12. 12. Les directions générales de grands groupes expriment de fortes attentes vis-à-vis de leurs directeurs financiers. Pour les accompagner, Grant Thornton a identifié 3 principaux enjeux de la fonction financière : • Enjeu de réduction des coûts : cette réduction peut être atteinte par le biais de deux leviers, éventuellement actionnés conjointement : - Le levier d’augmentation de la productivité : il se traduit par des projets de mutualisation et de centralisation de la fonction afin de standardiser et d’industrialiser les processus transactionnels : création de Centres de Services Partagés, et de centres d’excellence par processus, externalisation… - Le levier de la délocalisation : l’objectif est alors de diminuer le coût de main d’œuvre par le recours partiel ou total à des solutions « offshore ». • Enjeu d’accélération des délais de production : il se matérialise par des projets de refonte des processus et des systèmes d’information. • Enjeu de mise en place d’une relation de Business partnership : la mise en place d’une telle relation vise au renforcement du support de la fonction financière aux métiers « Front office », en passant notamment par la contractualisation de la relation de service. Les projets déployés pour répondre à ces enjeux ont souvent pour conséquence une diminution des effectifs alloués aux directions comptables. Néanmoins, le niveau d’attente sur les missions de la fonction reste identique : • Assurer la qualité de l’information financière, • Respecter les délais de publication, • Assurer le respect des obligations réglementaires : production des comptes statutaires et fiscaux, documents liés à la prévention des difficultés des entreprises, relation avec les auditeurs internes, externes, fiscaux… • Garantir la conformité avec les règles Groupe, notamment en matière de contrôle interne. Dans ce cadre, la production des comptes statutaires et fiscaux peut poser un souci d’organisation du fait de leur saisonnalité, notamment en générant une inadéquation ponctuelle entre les ressources disponibles et la charge des travaux à fournir. L’ASSISTANCE A LA PRODUCTION DES COMPTES STATUTAIRES ET FISCAUX : Une réponse pragmatique aux besoins des directions comptables des grands groupes 12
  13. 13. Ces travaux ne sont pas porteurs de valeur ajoutée immédiate pour des groupes de taille importante, qui appuient leur dynamique de suivi de gestion sur des reporting mensuels, souvent établis avec des normes comptables spécifiques (IFRS, USGAAP…). Or, c’est précisément parce qu’ils ont une valeur légale qu’ils peuvent être porteurs de risques financiers potentiellement importants, dans un contexte législatif très mouvant. La combinaison de ces 3 facteurs (saisonnalité, risque financier, connaissances techniques à jour) fait que le recours à un conseil spécialisé trouve là tout son sens. Grant Thornton accompagne ainsi régulièrement de grands groupes et leurs filiales dans la production des comptes statutaires et fiscaux. Cet accompagnement s’appuie sur une démarche d’intervention structurée (planning d’intervention, programme de travail, établissement de dossiers justificatifs pérennes), définie dans le temps, et qui constitue un véritable support des opérationnels. La connaissance acquise des spécificités du groupe et du secteur d’activité nous permet de rester en veille technique, et de reconduire régulièrement ces missions dans le temps. Hervé Sauce Associé Expertise Conseil Charge de travail type répartie sur une année Peak season Zone de charge maximun de l'équipe Reporting annuel Comptes statutaires Xxxxxxxxxxxx Commissaire aux Comptes Clôture trimestrielle Clôture semestrielle Clôture trimestrielle ETP Temps Dans notre Groupe, il arrive régulièrement que la direction financière connaisse des pics d’activité. Ceux-ci ne peuvent pas toujours être palliés par des ressources supplétives type CDD ou intérimaire, et ce, en raison du caractère technique du sujet (production des liasses fiscales) ou de la nécessité d’une connaissance approfondie de la structure (production des annexes aux comptes). En général, ces situations ne peuvent tout simplement pas être anticipées (à titre d’exemple, dans des cas de restructuration financière, croissance externe ou encore absence ou départ d’un collaborateur clé pendant une période chargée, etc). C’est précisément dans ces périodes qu’une aide qualifiée et immédiatement opérationnelle devient d’une utilité absolue. Nous avions fait appel aux professionnels de Grant Thornton sur un premier dossier, qui s’est révélé très satisfaisant. Qui plus est, le fait que les travaux de l’équipe soient structurés puis revus par un encadrement constitue un gage de qualité et de sérénité indéniable. Nous n’avons pas hésité à réitérer l’expérience un an plus tard pour une mission de deux semaines, sur une thématique différente mais concernant les mêmes entités. Joel Jung Directeur de la Consolidation, de la Comptabilité Groupe, du Financement et de la Trésorerie du groupe SOLOCAL (ex-Pagesjaunes). 13
  14. 14. Notre expertise sectorielle au service de l’industrie agroalimentaire Depuis quelques années, Grant Thornton a déployé et structuré une plateforme sectorielle solide et spécialement conçue pour apporter des réponses adaptées aux dirigeants d’entreprises opérant dans les domaines tels que l’agroalimentaire, le Cleantech, la Santé, le Secteur Public, Real Estate Construction ou encore l’hôtellerie. Analyser les enjeux de demain, cerner les attentes des dirigeants, appréhender les marchés de manière globale, tel sont les objectifs de nos groupes de travail composés de professionnels multi-métiers (Commissaires aux Comptes, Avocats, Conseils). La force de notre expertise locale se trouve enrichie par les synergies entre les professionnels des 124 pays composant notre organisation mondiale, grâce à laquelle nous pouvons analyser les enjeux stratégiques de ces filières quelle qu’en soit la zone géographique. Au-delà des mandats de CAC de groupes à la notoriété établie, notre spécificité sectorielle en matière d’industrie agroalimentaire a été récemment illustrée par la publication de l’étude intitulée « Un appétit pour la croissance : regards sur l’avenir du secteur de l’agroalimentaire » réalisée à l’échelle mondiale par Grant Thornton international Ltd et parue en novembre 2013. Afin d’établir un panorama pertinent et complet des tendances de la filière, l’étude s’est non seulement penchée sur les principaux défis rencontrés par les dirigeants, mais également les tendances à venir, dont : • les stratégies de croissance, • l’innovation, l’amélioration des processus et la réduction des coûts, • les relations clients, les régulations et programmes gouvernementaux, • les changements et évolutions par pays. S’il est une filière qui doit « vivre avec son temps », c’est bien celle de l’agroalimentaire ; elle subit fréquemment des bouleversements directement liés à l’évolution de la Société : nouveaux besoins des consommateurs, urbanisation, environnement durable, démographies changeantes. Une mutation constante. Premier secteur industriel national, l’industrie agroalimentaire représente un atout majeur pour l’économie française et fait d’elle l’un des plus grands pays producteurs et exportateurs de la planète, réel facteur de dynamisme et de compétitivité. Malgré ce constat, et si l’étude souligne un regain de confiance généralisé à l’échelle mondiale, les données mettent aussi en exergue la dichotomie entre la vision optimiste des dirigeants à l’étranger et la situation complexe du secteur en France, récemment ébranlé par quelques faits divers mais également l’éco taxe, les difficultés de plusieurs PME bretonnes et les scandales sur la traçabilité des filières. La hausse des exportations mènera à des opportunités de croissance Le rapport souligne qu’en moyenne et au cours des deux prochaines années, les producteurs s'attendent à ce que les exportations doublent. Ces perspectives permettraient ainsi de multiplier leurs revenus sur les différents continents et de ne pas miser uniquement sur leur propre marché. Les entreprises françaises performantes, quant à elles, profitent de leur positionnement à l’étranger sur des marques fortes et compensent ainsi la croissance atone du marché hexagonal. Car en dépit des fluctuations inhérentes aux zones géographiques, la trajectoire générale est à la hausse. A titre d’exemple, les entreprises agroalimentaires australiennes exportent actuellement 15 % de leurs biens et s'attendent à une augmentation de 25 % dans les deux ans à venir. En Europe, une hausse de 7 % à 10 % est espérée, en Amérique du Nord, de 4 % à 8 %. 14
  15. 15. Investir pour la croissance et la productivité Le matériel, la Recherche et le Développement, ainsi que l’infrastructure informatique, arrivent en tête des priorités d’investissement des industriels du secteur, leur but étant de stimuler l'efficacité des organisations, améliorer leur processus de fabrication et développer de nouveaux produits. A ce titre, 26 % du panel interrogé à l’échelle mondiale a l'intention d'augmenter de 10 % ou plus les investissements dans les équipements, et 20 % d’entre eux envisagent le même taux pour ce qui concerne la Recherche et le Développement. Au niveau régional, c’est l’Amérique du Nord qui souhaite investir le plus massivement dans le matériel (86 %), suivie par l’Australie-Asie (85 %), et enfin par l'Europe (77 %). Concernant les investissements liés à la Recherche et au Développement de nouveaux produits, les perspectives sont équivalentes entre l'Europe (81 %) et l’Australie- Asie (79 %), bien que ce soit l'Amérique du Nord (86 %) qui se montre la plus enthousiaste dans ce domaine. Transformer les problématiques en opportunités Sans surprise, l’étude souligne que ce sont les réglementations fiscales et environnementales qui sont aujourd’hui considérées comme les plus néfastes par les dirigeants, avec un effet négatif de 39 % pour les premières et 33 % pour les secondes. Les lois sur la traçabilité, ainsi que les bourses gouvernementales et aides financières, sont les actions menées par l’Etat évaluées comme ayant un effet positif, à hauteur de 30 % par les professionnels interrogés. Inévitablement, le pouvoir des distributeurs reste la contrainte majeure pour 27 % d’entre eux. Néanmoins, le pouvoir de négociation des producteurs pourrait être renforcé par différents moyens : diversification de leur portefeuille de clients et de leurs gammes de produits, et développement des marchés de niche, à titre d’exemples mentionnés dans l’étude. Les marchés de niches d’hier deviennent les tendances d’aujourd’hui L’émergence rapide de nouveaux procédés de fabrication et de produits révèle la vitesse à laquelle cette industrie évolue désormais. Les entrepreneurs répondent aux exigences changeantes des consommateurs, et de ce fait, les plus grands acteurs cherchent à acquérir des concepts alimentaires innovants, afin de conquérir de nouveaux marchés. En 2013, le top 5 des tendances alimentaires se traduit par : • Le haut de gamme : 60 % • Les aliments sains / nutritifs : 59 % • Les produits locaux : 49 % • Les produits bio : 46 % • Les produits faciles à utiliser : 44 % La plupart de ces tendances positionne les produits dans une gamme supérieure en termes de coût, en raison de leurs caractéristiques uniques ou innovantes. Pourtant, les entreprises agroalimentaires doivent néanmoins rester vigilantes face à la sensibilité des consommateurs par rapport aux prix. A la recherche de financements et de partenariats stratégiques Près de la moitié des cadres du secteur (48 %) considère les possibles fusions et acquisitions comme un moyen de renforcer leur position sur les marchés au cours des 12 prochains mois. A fortiori, 52 % des structures nécessiteront un financement supplémentaire, même si en toute logique, les situations devraient varier en fonction de l’accessibilité au financement local. L’industrie agroalimentaire en France est principalement composée de PME à caractère familial, qui doivent se développer pour répondre aux défis constants de cette économie. Les entreprises ne pouvant financer leurs projets d'expansion grâce à leurs réserves de liquidités devront faire preuve d'ingéniosité dans la recherche de financements, du prêt bancaire à l’opération de Private Equity. Ces acquisitions leur permettraient sans aucun doute d'obtenir une plus grande influence sur les prix de leurs marchés respectifs et de générer des économies d'échelle au niveau de leur production. Cette étude est le fruit d’une réflexion commune entre les experts sectoriels de notre organisation internationale, et l’état des lieux faits par nos clients. Au sein de ce paysage sectoriel versatile, notre ambition est de mettre à profit nos connaissances multiples au service des structures à la recherche de la croissance, de délivrer des solutions à haute valeur ajoutée dans un marché toujours plus innovant et compétitif. Téléchargez l’étude sur www-grant-thornton.fr 15
  16. 16. Grant Thornton est désigné “Employeur idéal” dans le secteur dédié aux activités d’Audit et de Conseil. Universum, organisme d’études intervenant dans le secteur de la marque employeur, réalise une étude annuelle menée auprès de 200 000 étudiants provenant d’Ecoles de Commerce ou d’Ingénieurs. Celle-ci a classé Grant Thornton au 35ème rang des 50 employeurs les plus attractifs à l’échelle mondiale. Les étudiants interrogés proviennent de 12 économies dynamiques : Australie, Brésil, Canada, Chine, France, Allemagne, Inde, Italie, Japon, Russie, Royaume-Uni et Etats-Unis. Accompagner les dirigeants dans leur quotidien ne s’improvise pas. Nous avons pour cela les meilleurs talents : des professionnels accessibles, exerçant leur activité avec passion et enthousiame. Des collaborateurs soucieux de voir les organisations dynamiques se développer, se structurer, soucieux également de voir se libérer leur potentiel de Croissance au coeur même des fleurons de l’économie. Le Capital Humain : notre plus belle réussite 16
  17. 17. www.universumglobal.com Pour en savoir plus sur l’étude : Cette récompense est le reflet de leur engagement. Tout comme nous libérons le potentiel de Croissance de nos clients, l’une de nos ambitions est de comprendre, attirer et retenir les meilleures ressources, et ainsi de voir s’épanouir chacun de nos collaborateurs, dans tous les aspects de leur activité. C’est également dans ce domaine que nous faisons la difference. Ce classement représente une grande fierté pour les 35 000 associés et collaborateurs qui ont fait le choix de rejoindre Grant Thornton à travers plus de 100 pays et qui ont fait de l’organisation ce qu’elle est aujourd’hui : un groupe leader d’Audit et de Conseil, en France et dans le monde. 17
  18. 18. © 2013 Grant Thornton. Tous droits réservés. Impression sur papier provenant de forêts gérées durablement. Grant Thornton Membre français de Grant Thornton International 100 rue de Courcelles 75849 Paris Cedex 17 www.grant-thornton.fr Agnès de Ribet Directrice du Marketing et de la Communication T 01 56 21 03 03 E agnes.deribet@fr.gt.com A propos de Grant Thornton en France Grant Thornton, groupe leader d’Audit et de Conseil, rassemble en France 1 500 collaborateurs dont 103 associés dans 22 bureaux, en se positionnant sur 5 métiers : Audit, Expertise Conseil, Conseil Financier, Conseil Opérationnel Outsourcing, Conseil Juridique et Fiscal. Grant Thornton accompagne les entreprises dynamiques (sociétés cotées, entreprises publiques et privées) pour leur permettre de libérer leur potentiel de croissance, grâce à l’intervention d’associés disponibles et impliqués, épaulés par des équipes délivrant une expertise à très haute valeur ajoutée. Les membres de Grant Thornton International constituent l’une des principales organisations d’Audit et de Conseil à travers le monde. Chaque membre du réseau est indépendant aux plans financier, juridique et managérial. Grant Thornton, l’instinct de la croissance. www.grant-thornton.fr A propos de Grant Thornton International Grant Thornton International, groupe leader d’Audit et de Conseil, est un réseau intégré et indépendant, rassemblant plus de 35 800 collaborateurs dont 2 600 associés implantés dans 124 pays. La puissance de notre organisation internationale nous permet de mobiliser des équipes multiculturelles à travers 108 pays et de répondre aux problématiques de nos clients de manière globale, garantissant ainsi les mêmes standards de qualité, de risk management, de process et d’excellence, partout dans le monde. Grant Thornton, an instinct for growth. www.gti.org

×