Longue Vue

210 vues

Publié le

Le skateboard et le graffiti sont deux pratiques issues de la rue et cette appartenance est toujours aussi présente. Longtemps considérées comme marginales, elles font aujourd’hui parti du paysage urbain. Elles ne sont cependant pas toujours comprises et peuvent même parfois susciter une certaines craintes auprès des non-pratiquants. Partant de ce constat, nous avons décider d’entreprendre une démarche pédagogique au sein de la ville de Toulouse afin de sensibiliser à ces pratiques.

Comment rendre accessible la street culture par de l’aménagement urbain ?

Publié dans : Design
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
210
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Longue Vue

  1. 1. ( EDITO ) Le skateboard et le graffiti sont deux pratiques issues de la rue et cette appartenance est toujours aussi présente. Longtemps considérées comme marginales, elles font aujourd’hui parti du paysage urbain. Elles ne sont cependant pas toujours com- prises et peuvent même parfois suciter une certaine crainte auprès des non-pratiquants. Partant de ce constat, nous avons décidé d’entreprendre une démarche pédagogique au sein de la ville de Toulouse afin de sensibiliser à ces pratiques. Comment rendre accessible la street culture par de l’aména- gement urbain ? En tant que pratiquants du skateboard et du graffiti, nous aborderons ce questionnement à travers une démarche im- mersive, nous impliquant personnellement dans le projet. Puis nous tâcherons de prendre du recul pour en dégager des por- positions pertinentes. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau2 longue vue
  2. 2. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 3
  3. 3. UN ETAT D'ESPRIT PHILO- SOPHIE URBAINE Le skateboard est pour moi une pratique avant tout personnelle. Il offre une certaine indépendance, une flexibilité, on peut faire du skate presque quand on le veut. Il requiert patience et obstination pour dévelop- per des aptitudes techniques, un style, une aisance. (1) Spot : Lieu (plus ou moins) propice à la pratique (2)Trick : Figure, mouvement Mais le skate est aussi une pratique collective impliquant un certain res- pect des autres pratiquants et du spot (1) commun. C’est un sport de partage, on se motive mutuellement face à la difficulté de son apprentis- sage, on a besoin des autres pour pro- gresser. C’est un formidable moteur d’échange social. L’échec a une part importante dans la pratique du skateboard. Il faut accep- ter d’essayer et réessayer, continuelle- ment et de manière répétitive. L’ap- prentissage d’un nouveau trick (2) en devient un moment de très grande satisfaction. Le skateboard est aussi un sport à sensations. Il implique une prise de risques, pousse à se dépasser, s’en- voyer en l’air, se blesser aussi souvent. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau4 longue vue
  4. 4. J’aime bien alterner, prendre du plaisir durant une journée avec mes amis à peindre un mur entier ou bien me retrouver seul et m’enfermer dans ma « bulle artistique ». Se faire plaisir avant tout, le graffiti me permet de sortir du schéma assez structuré des cours et de créer exacte- ment ce qui me plaît sans contraintes avec l’outil que j’affectionne. Cela reste une pratique transgressive mais c’est pas pour autant que je cherche à transgresser, j’ai une certaine éthique et un certain respect d’autrui qui font que je ne m’exprime pas n’importe où. Cela signifie quelque chose pour moi, je laisse une trace de mon passage dans un lieu, une sorte d’empreinte avec mon propre style. C’est en pratiquant qu’on prend de l’expérience et que l’on progresse. A chaque peinture je fais du mieux possible, les rencontres et le partage avec d’autres graffeurs font beaucoup progresser aussi, la di- mension humaine me semble impor- tante. C’est un formidable moteur d’échange social. " " Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 5
  5. 5. Autour du skateboard se développe aussi un esprit de compétition, souvent bon enfant. Il est naturellement présent lors des contests (3) organisés au sein des skateparks, mais s’exerce également dans la rue. Il faut toujours faire mieux, plus gros, plus technique, se démarquer en abordant le spot différemment, imposer sa personnalité. Le tout est très souvent immor- talisé par la photographie ou la vidéo, pour le revoir, le partager via les réseaux sociaux ou les sites spécialisés. Il se développe également toute une pratique artistique, tant par la prise d’images que par l’univers de la culture urbaine, la mode, le graphisme qui gravitent autour. Le skate est plei- nement ancré dans la culture urbaine et ils se nourissent mutuellement. (3) Contests : Compétitions, évènements Le skate est pleinement ancré dans la culture urbaine et ils se nourrissent mutuellement. " " Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau6 longue vue
  6. 6. L’esprit de compétition est plus présent dans la pratique vandale que « légale ». Le van- dal entretient une grosse part d’égo du fait de sortir dans la rue avec marqueurs et bombes et po- ser son nom le plus possible afin d’avoir un maximum de visibilité auprès des gens. C’est le fait de déjouer les règles et les lois, se définir les siennes, la recherche de l’adrénaline emmène à pratiquer le graffiti vandal. Le côté légal sert plus à montrer son esprit créatif et ce qu’on sait faire avec une bombe de peinture, la concurrence y est déjà plus saine. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 7
  7. 7. Souvent appropriée par le monde de la mode, la culture skate est réglièrement passée par des phases de grande popularité. Elle se développe cependant de ma- nière constante et pérenne. Elle peut être un véritable mode de vie, certains skateurs professionnels son même élevés au rang de stars et gagnent des millions de dollars grâce aux contests, mais surtout par le biais de juteux contrats de sponsoring avec de grandes marques tels que Nike, Adidas, ou encore Converse. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau8 longue vue
  8. 8. Je pense qu’il faut avant tout s’intéresser à la culture hip hop avant de porter de l’intérêt pour le graffiti, sachant que celui ci en fait parti, il faut connaître ses codes, c’est devenu un «mode de vie» pour moi, beaucoup de choses que j’effectue dans ma vie gravitent autour de cette pra- tique et inversement. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 9
  9. 9. UNE PRATIQUE AU COEUR DE LA VILLE TRANS- GRESSION ET ACCEPTATION Le skate cultive un esprit transgressif, pas tant pour braver l’interdit mais plutôt par la volonté de ne pas s’interdire de faire les choses. Ne pas entrer dans un lieu privé alors qu’il renferme un bon spot est presque un sa- crilège. La montée d’adrénaline provoquée par l’interdit est cependant très excitante et peut même en devenir galvanisante, mettre son trick avant de se faire déloger devient un défi. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau10 longue vue
  10. 10. L’intéraction avec les gens extérieurs à cette pratique est pour moi un des points les plus im- portants. Lorsque je peins dans des lieux publics, j’apprécie que les gens viennent vers moi et me posent des questions. Sachant que celle-ci est connotée illégale, le fait d’échanger avec les gens permet de leur apporter une vision plus saine et artistique de cette pratique. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 11
  11. 11. L’interaction entre pratiquants est es- sentielle sur le spot, on partage l’effort, on discute, on se motive mutuellement. L’in- teraction, parfois forcée, avec les badauds est toute aussi intéressante. Ils regardent juste d’un oeil en passant, s’arrêtent, s’in- terrogent, ils nous interrogent parfois, prennent des photos, s’attroupent, sont parfois réfractaires aussi, nous demandent de partir ou appellent la police. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau12 longue vue
  12. 12. La visibilité permet au graf- fiti de s’insérer dans les moeurs des gens. Pour exemple, de plus en plus d’artistes graffeurs de re- nommée mondiale se retrouvent exposés dans les musées et des expositions leur sont dédiées. Le monde du street art connaît un vrai essor depuis quelques an- nées, les artistes se retrouvent cô- tés sur le marché de l’art contem- porain et vendent leurs oeuvres à des prix exorbitants. Des artistes incontournables de la scène street art et graffiti tels que Banksy, Jo- none, Seen ou bien Tilt voyagent constamment pour leur passion qui en est devenue un véritable métier. Ils alternent entre le mur et la toile. Des médias se spé- cialisent dans le graffiti et per- mettent donc aux gens d’obtenir un nouveau rapport vis à vis de cette pratique. Le graffiti reste une pratique sauvage dans le sens où elle est illégale. Le vandal emmène à bouger constamment au sein de la ville afin de pouvoir recouvrir un maximum de surfaces en un minimum de temps. Le « légal » permet de rester plus longtemps devant un mur mais cela n’em- pêche pas pour autant d’en ar- river à se faire déloger que ce soit par des riverains réfractaires ou bien par les forces de l’ordre, car malgré tout, cela reste dans l’ordre du délit, de la « dégrada- tion » de biens publics ou privés. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 13
  13. 13. Le graffiti est devenu moins marginal du fait de sa « dé- mocratisation », on ne peut passer une journée sans voir un tag ou un graffiti autour de nous. Des associations ou des collectifs se forment autour de la pratique du graffiti afin de pouvoir toucher les collectivités dans un but lu- cratif, menant à un projet commun et encadré aux seins des villes, dans le but de donner un regard positif d’un projet réfléchi en assemblée et non plus en tant que pra- tique marginale. Le graffiti est de base un milieu fermé, une sorte de famille en interne, les temps actuels font que pour le démocratiser il faut parfois en arriver à prendre du recul et sortir de la sphère puriste présente dans le monde du graffiti. Le skateboard est aujourd’hui de moins en moins marginal de part sa démocratisation et en est donc plus accepté. Il sucite un nouveau regard sur sa pratique, no- tamment par les municipalités qui investissent dans des infrastructures coûteuses mais plus durables. Ces dé- marches sont favorisées par la profusion d’associations qui voient le jour, permettant l’encadrement de ces pra- tiques et la mise en place de projets concrets. Le skate n’en reste pas moins une pratique issue de la rue. C’est là qu’elle s’exprime en toute liberté et il est impor- tant qu’elle conserve cette authenticité. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau14 longue vue
  14. 14. (REFE- RENCES) Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 15
  15. 15. Streetpark, Ivry-sur-Seine, France Pierre André Senizergues, 1998 Situé face à la mairie d’Ivry-sur-Seine, ces modules colorés offrent un espace d’appropriation pour la pratique du ska- teboard au cœur de la ville. Créé avec la volonté de faire se rencontrer skateurs et simples passants, il devient un lieu de mixité et de partage. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau16 longue vue
  16. 16. StreetDome, Haderslev, Danemark Cebra Architecture et Rune Glifberg, 2014 Ce projet est né de l’initiative de Rune Glifberg, skateur profesionnel, à proposer et confronter différentes pratiques au sein d’un même espace. Avec une superficie de 4500m2, ce skatepark veut établir un réel paysage urbain transdisciplinaire, mê- lant différents sports tels que le basket, le parkour, l’escalade ou encore le canoë. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 17
  17. 17. Roberto Cuellar, Allemagne, 2011-2013 Roberto Cuellar est un artiste mexicain qui a souhaité allier deux de ses passions : le skate et l’art contemporain. Ses grandes sculptures aux formes géométriques sont pensées et construites pour permettre de réa- liser des figures en skate tout en évoluant dans une structure lumineuse, colorée. Une expérience sportive et esthétique pour le spectateur comme pour le skateur. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau18 longue vue
  18. 18. Matt Reilly - Live Skateboard Painting, 2014 Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 19
  19. 19. Gil Lebon Delapointe et François Perrin Pas House, Malibu, 2011 Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau20 longue vue
  20. 20. Blu, Quartier du Kreuzberg, Berlin, 2006. Internationalement connue depuis son apparition en 2006, cette fresque de l’artiste Blu est l’un des emblèmes de la capitale allemande et dénonce les déviances du système capitaliste. Cette même fresque dans le quartier du Kreuzberg a été totalement re- peinte en noir dans la nuit du 11 au 12 décembre 2014. L’artiste italien est lui-même à l’origine de ce geste radical ayant pour but d’empêcher l’exploi- tation de son oeuvre à des fins monétaires. Un complexe immobilier doit bientôt voir le jour sur le terrain vague attenant, offrant une vue imprenable sur les personnages cultes, ceux-ci justifiant des prix élevés.  Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 21
  21. 21. Graff’Me, Université Toulouse II Le Mirail, Mars 2012. Le projet Européen GRAFF ME a été effectué en mars 2012 au sein même de l’université du Mirail. Le département des arts plastiques et des arts appli- qués de l’université a accueilli sur trois jours des graffeurs renommés de toute l’Europe et du Mexique qui ont performé sur de nombreux murs de la fac. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau22 longue vue
  22. 22. Djerbahood, Erriadh, Tunisie, 2014. En Tunisie, dans le village traditionnel d’Erriadh sur l’île de Djerba, un véritable musée à ciel ouvert, Djerbahood, a été investi par des ar- tistes venus du monde entier. Le village d’Erriadh à Djerba a accueilli les oeuvres de 150 artistes de 30 nationalités différentes. Erriadh, lieu authentique  et traditionnel, village tout en bleu et blanc, est devenu un espace d’expression pour chacun des artistes issus de cultures diverses.  Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 23
  23. 23. L’Atlas, Place du Palais Royal, Pa- ris, Mercredi 18 mai 2011. En partenariat avec le Musée en Herbe ainsi que la Lebenson Gallery, Place du Palais Royal, l’artiste L’Atlas a envahi toute la Place du Palais Royal le temps d’un après-midi pour réaliser une oeuvre éphémère. Afin d’arriver à bout de ce projet spectaculaire, une cinquantaine d’enfants de 7 ans et plus, ont été invités gracieusement à participer à cet événement. L’ATLAS a réalisé cette oeuvre participative après celle de la gi- gantesque boussole au centre Pom- pidou. La place du Palais Royal s’est vue à son tour décorée d’une boussole de l’artiste. Une performance réalisée avec des cartons peints en blanc qui donnent du volume à la création et qui augmentent le coté labyrin- thique de l’oeuvre. L’Atlas, Place du Capitole, Tou- louse, 2012.  Lors de l’édition 2012 du Prin- temps de Septembre, L’Atlas, en collaboration avec de jeunes tou- lousains, a réalisé ce labyrinthe géant en performance sur la Place du Capitole. L’Atlas est maître du crypto-tag : il renouvelle l’art du « tag » en promouvant un type par- ticulier de signature stylisée de son surnom d’artiste dans l’espace pu- blic. Son travail sur le logo et la cal- ligraphie a fait le tour du monde.  Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau24 longue vue
  24. 24. Tour Paris 13, Paris, 13ème arrondissement, 2013. Un projet mené des mois durant dans la plus grande confidentiali- té par la Galerie Itinerrance, avec le soutien de la Mairie du 13ème et l’accord du bailleur de l’immeuble. Un projet qui a mobilisé plus d’une centaine d’artistes de Street Art, de 15 nationalités différentes, venus bé- névolement des quatre coins du monde, pour investir cette tour avant sa destruction le 8 avril 2014, pour laisser place à de nouveaux logements sociaux. Un projet hors normes, avec plus de 4 500 m2 de surface au sol et autant de pans de murs et plafonds, 9 étages et des sous-sols, 36 appar- tements de 4 à 5 pièces, parfois encore meublées. Un projet en cohérence totale avec le mouvement du Street Art, puisqu’à la fin, tout disparaitra dans les gravats. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 25
  25. 25. CAHIER DES CHARGES Ces premiers constats autour des pratiques urbaines nous permettent de dégager les enjeux de ce projet. Afin d’aider à leur compréhension, nous tâcherons de créer un échange, un dialogue entre pratiquants et non-pratiquants par des infrastruc- tures ludiques dédiées aux passants. L’objectif est de proposer un point de vue différent sur le lieu, induisant un nouveau regard sur ces pratiques. Cette démarche implique de définir des zones ou spots dans la ville de Toulouse et ces alentours. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau26 longue vue
  26. 26. ETAT DES LIEUX " Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 27
  27. 27. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau28 longue vue
  28. 28. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 29
  29. 29. ZONING /3 spots où les pratiques urbaines sont présentes dans la ville de Toulouse Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau30 longue vue
  30. 30. Port de Ramonville-Saint-Agne Square Charles de Gaulle L’arsenal Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 31
  31. 31. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau32 longue vue
  32. 32. La cour de l’Arsenal, d’apparence délaissée, appartient pourtant à l’Université Toulouse I Capitole, ou bien Fac de l’Arsenal, ce qui lui confère ce même nom. La cour est isolée dans un coin de la faculté, derrière le parking lui attenant. Elle fait le lien entre la ville et l’université. Cette cour recouverte de graffitis est un lieu de passage quotidien pour les étudiants et les habitants du quartier. La petite taille de la cour, avec ses grands murs latéraux, laisse paraître une ambiance particulière, un certain confinement qui conforte cet endroit dans une idée de lieu de passage. C’est pour cela que cette cour reflète un fort potentiel pour un pro- jet de réaménagement urbain. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 33
  33. 33. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau34 longue vue
  34. 34. Le square Charles de Gaulle fait partie de l’épicentre de Toulouse. Il est un des points né- vralgiques de l’acheminement des rues du centre ville. Point dynamique situé juste derrière la Place du Capitole, il est un lieu convivial où aire de jeu, bancs publics et skaters se côtoient quo- tidiennement. Ce grand square a été réhabilité il y a peu de temps, cela offre une vue dégagée sur son ensemble où le béton, la dalle et les espaces verts se partagent l’espace dans un accord harmonieux. De quoi aspirer à l’insertion d’un module réinterprétant tous les codes propres à ce lieu. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 35
  35. 35. Port RSA Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau36 longue vue
  36. 36. Le port de Ramonville St Agne est un endroit où il fait bon vivre, un havre de paix le temps d’une balade en famille, en vélo ou d’une journée entre amis à peindre ses grands murs et skater son mobilier urbain. Ce lieu excentré du centre ville de Toulouse est en quelque sorte la « campagne toulousaine » à portée du métro. Haut lieu culturel de la ville de Toulouse, il en devient un endroit de passage quotidien pour un certain nombre de toulousains en recherche d’évasion. Insérer un mobilier urbain au sein même de ce grand espace peut permettre de créer un lien entre toutes les pratiques recensées sur ce lieu, et cela avec un regard global et total de l’ensemble. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 37
  37. 37. I N S - PIRA- TIONS Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau38 longue vue
  38. 38. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 39
  39. 39. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau40 longue vue
  40. 40. RECHERCHES Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 41
  41. 41. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau42 longue vue
  42. 42. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 43
  43. 43. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau44 longue vue
  44. 44. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 45
  45. 45. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau46 longue vue
  46. 46. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 47
  47. 47. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau48 longue vue
  48. 48. PROPO- SITIONS FINALES Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 49
  49. 49. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau50 longue vue
  50. 50. L’arsenal étant un lieu de passage li- néaire, nous avons choisi d’induire un par- cours sinueux, invitant l’usager curieux à prendre le temps d’observer les fresques qui recouvrent les murs. En plus d’un mur d’escalade, cette infrastructure propose un espace d’assise et un point de lumière. L'ARSENAL Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 51
  51. 51. Le square Charles de Gaulle a une topologie horizontale. Nous pro- posons à l’usager de s’arrêter et prendre de la hauteur pour observer le balais incessant des passants et des skateurs. Pour en descendre, il suffit de se laisser glisser le long de la «rampe de pompier». SQUARE CHARLES DE GAULLE Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau52 longue vue
  52. 52. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 53
  53. 53. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau54 longue vue
  54. 54. PORT DE RAMONVILLE SAINT-AGNE Le Port de Ramonville-Saint-Agne est un espace vaste. L’infrastruc- ture que nous y implantons propose un point de repère au coeur de cette place en induisant un mouvement circulaire. Située à la frontière entre le mur de graffiti et le spot de skate, elle offre un panorama à 360° sur ces pratiques. Clément Desplos Julien Bidet-Emeriau longue vue 55
  55. 55. CLÉMENT DESPLOScLÉMENT DESPLOS JULIEN BIDET-ÉMERIAU JULIEN BIDET-ÉMERIAU http://cargocollective.com/julienbidet-emeriau julien.bidet.emeriau@gmail.com 06.77.72.20.46 http://clementdesplos.wix.com/clementdesplosclement.desplos@gmail.com 06.32.92.69.30

×