Le combat du père Pedro Madagascar

8 384 vues

Publié le

Le Père Pedro, missionnaire à Madagascar, est le fondateur de l’association Akamasoa. Il a dédié sa vie à ses frères et sœurs malgaches qui vivent dans la misère.

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 384
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7 635
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Le riz contribue pour moitié à la ration calorique de la population de Madagascar
  • Le riz contribue pour moitié à la ration calorique de la population de Madagascar
  • Le combat du père Pedro Madagascar

    1. 1. Père Pedro missionnaire à Madagascar – fondateur de l’association Akamasoa "Ces plus petits de mes frères" Mt 25,40 ©France3
    2. 2. Le père Pedro Opeka est né le 29 Juin 1948 en Argentine, à San Martin, une banlieue de Buenos Aires, de parents d'origine slovène. Il apprend le métier de maçon avec son père, lui-même maçon.
    3. 3. A 15 ans, il décide de devenir prêtre et entre au séminaire chez les Pères lazaristes. A vingt ans, il va approfondir sa formation à Ljubljana, en Slovénie yougoslave, la terre de ses parents. Deux ans plus tard, il part à Madagascar où il va travailler comme maçon, dans les paroisses lazaristes. Slovénie Buneos Aires
    4. 4. Il acquiert la conviction qu’il sera missionnaire, et termine ses études à l’Institut catholique de Paris. Il rencontre la communauté de Taizé et voyage dans toute l’Europe. Le 28 septembre 1975, il est ordonné prêtre à Buenos Aires et nommé curé dans une paroisse rurale à Madagascar (Vangaindrano).
    5. 5. Pendant 13 ans, il vivra avec ces paysans pauvres du Sud-Est de la Grande Île, mettant en pratique l’exemple de Jésus et de sa fraternité évangélique, c’est-à-dire oeuvrant au service des autres. wwf.mg A Madagascar, l'un des pays les plus pauvres de la planète, 70 % de la population vit au- dessous du seuil de pauvreté.
    6. 6. Avec quelques prêtres, il va travailler dans les rizières, au côté des paysans, montrant ainsi qu’aucun travail n’est indigne. Le riz contribue pour moitié à la ration calorique de la population de Madagascar ©www.yannarthusbertrand2.org
    7. 7. En même temps que cet enthousiasme d’une vie parmi les plus pauvres à l’exemple du Christ, il découvre une population qui survit la faim au ventre et dont les enfants meurent au quotidien.
    8. 8. Face à ces morts et ces maladies qui frappent des familles résignées qui s’en remettent à la Providence, il se révolte très vite et tente de les persuader qu’il n’y a rien dans cette mort de l’oeuvre de Dieu.
    9. 9. Le Père Pedro, découvrant à Madagascar toutes ces familles vivant dans une misère effroyable sur une décharge à ciel ouvert, s’agenouille et crie à Dieu : « Tu ne peux pas laisser ces enfants, ces familles vivre ainsi sur ce champ d’ordures. Bien que je n’ai rien, je m’offre à toi afin que tu te serves de tout ce que je suis, pour aider ces frères et sœurs qui sont dans la misère. »
    10. 10. Partageant les conditions de vie de ces paysans, il tombe lui aussi plusieurs fois malade, mais peut heureusement se faire soigner. Après 13 ans de cette vie, affaibli, il pense demander une année sabbatique, pour récupérer des forces. fabienflore.wordpress.com
    11. 11. Mais 1989, ses supérieurs le nomment à Tananarive, la capitale malgache, pour diriger un séminaire. C’est là qu’il trouvera la mission que la Providence lui a réservée. Une autre histoire commence.
    12. 12. Une semaine après son arrivée dans la capitale, alors qu’il rend visite à des malades dans la banlieue, il découvre la décharge de la ville. madagascar-foundation.org
    13. 13. Là, il tombe nez à nez avec un millier d’enfants et de parents qui vivent sur une montagne de déchets et se disputent leur nourriture parmi les chiens et les cochons.
    14. 14. Au même instant où il est confronté à cette image apocalyptique de la déchéance de l’être humain dans l’extrême pauvreté, il se dit qu’il faut agir pour en faire sortir les familles et surtout les enfants qui y vivent.
    15. 15. Il retourne dès lors quotidiennement sur la décharge, rencontre les personnes qui y vivent et leurs représentants. nicolebertin.blogspot.com
    16. 16. Il se présente, leur disant qu’il est prêtre, et que s’ils aiment leurs enfants, il faut faire quelque chose pour leur donner un avenir digne d’un être humain.
    17. 17. Ce n’est qu’après six mois de longues discussions, et des visites quotidiennes, qu’il réussit à convaincre 70 familles de quitter la décharge pour créer un nouveau village sur une terre à 60 km de la ville, mise à sa disposition par les autorités. www.perepedro-akamasoa.net
    18. 18. Ce sera Antolojanahary, le premier village, dont le nom signifie « don de Dieu ». commons.wikimedia.org
    19. 19. : « Dès le début, nous avons compris que pour réveiller la confiance des plus pauvres il fallait agir avec et au milieu d’eux ; jamais sans eux. Car on ne pourra jamais réinsérer dans la société des personnes qui ont été marginalisées pendant des dizaines d’années ; et de même, il faudrait encore des dizaines d’années pour faire revenir ces personnes dans la communauté humaine. » Extrait du site : www.perepedro-akamasoa.net
    20. 20. Pour officialiser juridiquement cette action déjà entamée en faveur des démunis, le Père Pedro fonde, en janvier 1990, l’Association Humanitaire du nom d’Akamasoa (« les bons amis » en malgache).
    21. 21. Akamasoa vise à redonner une dignité humaine aux familles que l’extrême pauvreté avait forcé à vivre dans des conditions inhumaines.
    22. 22. Le Père Pedro est convaincu que cette dignité peut être retrouvée avec un logement, une école pour scolariser les enfants, un travail rémunéré. commons.wikimedia.org
    23. 23. : « Au fur et à mesure que les années passaient, les plus pauvres ont commencé à croire en nous. La raison était que nous avons accompli toutes les promesses et tous les projets que nous avions créés ensemble. Ils ont vu que nous restions avec eux et que nos paroles se traduisaient immédiatement en actions.» Extrait du site : www.perepedro-akamasoa.net
    24. 24. Au travers de ces structures, mais d’abord avec beaucoup de passion et de foi en l’homme, Akamasoa cherche à aider la personne sans l’assister, mais en lui donnant les moyens de gagner son autonomie et de construire son avenir. commons.wikimedia.org
    25. 25. : « Quand un pauvre survit dans la rue ou dans une décharge, il vit dans un monde de l’incertitude totale. Pour lui, le futur ce n’est pas demain, mais le soir même : est-ce que j’aurai ce soir quelque chose à me mettre sous la dent et à donner à mes enfants ? Est-ce que je pourrai dormir dans un lieu sûr ? .» Extrait du site : www.perepedro-akamasoa.net
    26. 26. : « Dans cette situation inhumaine, la réponse la plus adéquate que nous dicte le bon sens, c’est d’être avec lui, de l’encourager, de créer des projets, du travail, de l’encourager à s’occuper de sa famille, et surtout d’être responsable de ses enfants, pour qu’ils puissent avoir une vie meilleure que la sienne.» Extrait du site : www.perepedro-akamasoa.net
    27. 27. L’Association Akamasoa a aujourd’hui (en 2016) 27 ans d’existence. 27 ans de combat permanent et de lutte contre la pauvreté qui sévit dans le pays, mais aussi 27ans d’amour pour tout un peuple d’exclus.
    28. 28. Le père Pedro se bat pour autofinancer une grande partie de son Association., en effet, bien que Reconnue d’Utilité Publique par l’Etat malgache en 2004, Akamasoa ne bénéficie que ponctuellement d’une aide matérielle de l’Etat, et d’aucun financement par de grands organismes internationaux.
    29. 29. Partager les richesses est un devoir humain
    30. 30. Coauteur de deux livres avec l’Abbé Pierre, le Père Pedro est régulièrement interrogé par la presse malgache et internationale. Des reportages sur son action sont fréquemment diffusés sur diverses chaînes de la télévision française et dans d’autres pays d’Europe. Des livres lui sont consacrés.
    31. 31. Réalisation : www.kt42.fr Textes : www.perepedro-akamasoa.net et www.perepedro.com Photos : www.google.fr commons.wikimedia.org www.perepedro.com www.perepedro-akamasoa.net

    ×