A l’attention de M. Vansnick                               Réalisé par Karger Véronique,                                  ...
Slide 1Je vais vous présenter le livre « To buzz or not to buzz » de Georges Chétochinequi était professeur de marketing à...
Slide 10 Les opérations de street marketing. Il s’agit en fait de créer un événement dans larue, sur les parkings des maga...
Slide 16Il doit être fier de la publicité qui est faite sur la cause. Les personnes qu’il vaévangéliser doivent elles auss...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

To buzz or_not_to_buzz

712 vues

Publié le

le texte du pecha kucha to buzz or not to buzz

Publié dans : Technologie, Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
712
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

To buzz or_not_to_buzz

  1. 1. A l’attention de M. Vansnick Réalisé par Karger Véronique, 2ième Marketing, année académique 2010-2011
  2. 2. Slide 1Je vais vous présenter le livre « To buzz or not to buzz » de Georges Chétochinequi était professeur de marketing à l’université IX- Dauphine à Paris pendant plusde 20 ans. Il nous explique dans son livre comment on crée et alimente du buzz.Slide 2Pour créer du buzz positif, la chose la plus importante est de transformer sesclients en évangélistes. Les évangélistes d’une marque sont des clients qui sonttellement satisfaits d’un produit qu’ils vont donc créer du bouche à oreilleautomatique. L’évangélisation est le vrai moteur de la stratégie buzz.Slide 3Imaginez vous qu’une femme aime son nouveau shampoing, elle croit au produitet à la marque qu’elle utilise. Elle veut donc partager sa joie, sa satisfaction et sonsavoir à tous ceux qui l’entourent. Donc elle va parler à toutes ses copines de ceshampoing. Elle crée du bouche à oreille.Slide 4Une stratégie buzz nécessite impérativement des évangélistes qui trouvent laraison de leur volonté évangélique et qui ont une cause à véhiculer, une idée viruset des stickness factors, parce que cela est beaucoup plus performant que lespublicités ordinaires.Slide 5Une idée typiquement virus c’est l’exemple des Macs de Apple. Le fait qu’avec cetype d’ordinateur on ne risque pas d’avoir un virus. Cette propriété du Macfrappe et séduit tous ceux qui un jour ont eu un problème avec leur ordinateur.Slide 6A coté de l’idée virus, il y a des mots, des images qui collent au cerveau et qui fontque l’on n’oublie jamais ce qui vient de nous être dit. Ce sont les stickness factors,comme les mots « I have a dream » de Martin Luther King ou encore « to be ornot to be » de William Shakespeare ou tout simple l’enseigne de Nike avec le« Just do It »Slide 9Pour recruter des évangélistes, il faut utiliser des opérations précises pour arriverà sont but, un buzz positive.
  3. 3. Slide 10 Les opérations de street marketing. Il s’agit en fait de créer un événement dans larue, sur les parkings des magasins. Certaines sociétés utilisent des trains ou desbus podiums dans lesquels il se passe quelque chose. On peut inviter le public àdes réunions d’information, à des débats, à des projections de films, à desbarbecues, etc.Slide 11Les opérations basées sur la publicité. Il est toujours possible d’attirer desvecteurs en faisant de la publicité. Cela peut aller de la petite annonce en passantpar une campagne radio, une campagne magazine, voire une campagne TV ouune campagne d’affichage.Slide 12Les opérations d’influence marketing. Certaines personnes sont influentes, il fautdonc les utiliser comme moyens d’influencer des vecteurs à s’inscrire. Il ne s’agitpas ici de se servir des leaders d’opinion pour vendre le produit mais depersonnes influentes pour créer un fichier de vecteurs possibles pour unecampagne de buzz marketing.Slide 13Les opérations de Consumer to Consumer. Il s’agit d’utiliser le viral marketing pourcréer une chaîne de vecteurs. On envoie par Internet un jeu, une vidéo quel’intéressé renverra à un ami qui partage les mêmes idées.Slide 14Animer les évangélistes. Les évangélistes doivent être en permanence animés,faute de quoi ils vont oublier leur mission et leur rôle. Une campagne de buzzmarketing peut durer plusieurs mois, voire une année.Slide 15On est plus ici dans le cadre d’une opération de propagande. Cela implique doncun point de vue créatif plus lié à la propagande qu’à la publicité classique. Levecteur est donc seul juge de la qualité créative du contexte. En écoutant la radio,en regardant la TV, en lisant des prospectus, l’évangéliste doit adhérer.
  4. 4. Slide 16Il doit être fier de la publicité qui est faite sur la cause. Les personnes qu’il vaévangéliser doivent elles aussi avoir été attirées, motivées, intéressées par cecontexte. Le succès du recrutement, de l’animation, de la formation desévangélistes dépend de cette création du contexte.Slide 17 Compagne softDans son livre BUZZMARKETING, Mark Hughes explique qu’on peut aussi faire dubuzz dans certains cas en poussant la presse et les médias de parler de vous. Pourfaire un tel buzz il faut appuyer sur les boutons - le tabou, l’insolite, l’excessif, l’hilarant, Le remarquable, Le secret, - le tabou, parler de quelque chose que personne n’ose clairement dire - l’insolite, parler de l’inattendu - l’excessif, forcer le trait sur certains faits - l’hilarant : lancer une idée qui va faire rire tout le monde et qu’on aura envie de répéter pou faire rire - Le remarquable, l’histoire extraordinaire qui vous invite à la raconter - Le secret, la chose que l’on va vous dévoiler et que vous vous empresserez de dire aux autresSlide 18 overweight date.comIan Klein voulait vite gagner de l’argent et il pensait que le marché des rencontrespour mariages soit un secteur rentable. L’idée lui est venu en discutant avec sasœur qui était célibataire et non pas obèse mais dirons très enveloppée. Enconséquence le site overweightdate.com a donc été lancé.Slide 19Parce que Ian Klein n’avait pas suffisamment de fonds propres, il se concentraitsur le bouche oreille. Il a donc loué une boutique dans un centre commercial trèsfréquenté. Il avait engagé des hôtesses obèse qui ont distribuées des t-shirt avecle nom de son site.Slide 20Il a aussi distribué des prospectus dans les restaurant Fast Food avec le slogan« Ne mangez plus vos hamburgers seul, choisissez-vous une compagne ou uncompagnon qui fait le poids !»Sur 18millions de célibataires obèse aux Etats-Unis, plus que 20% connaissaient lesite un an après son lancement.

×