L’AIRSOFT1- Histoire2- Et alors, pourquoi pas le Paintball?3- Législation et règlements4- Mais dis moi? T’achète ca ou?5- ...
Histoire•    Kézako qu’ça ?L’airsoft tel que nous le connaissons aujourd’hui, comme un cousin (éloigné) du paintball, est ...
• Evolution :Petit à petit l’airsoft se démocratise au Japon, et on assiste à la naissance des « survival game », littéral...
• Le HophupLe hophup, nom générique servant à décrire le mécanisme est arrivé en même temps que l’alimentation électrique ...
• Le GBBParallèlement à l’AEG, une autre famille à continuer à évoluer et à se perfectionner, le GBB, ou Gaz Blow Back (re...
Enfin, les répliques à gaz utilisent bien évidemment du gaz, soit du CO2 (en sparclet), ou du gaz en bouteille, les types ...
Et Alors, pourquoi pas le paintball?• Parce que le paintball ca fait mal !Ben oui, le paintball pour ceux qui ont déjà ess...
Pour une réplique tirant en automatique (full auto) : 350 FPS au maximum, soit 106m/s, soit 1,14j.Pour une réplique tirant...
• Pour le coté reconstitutionLe dernier point important dans la différence avec le paintball est que les pratiquants de ce...
• Et coté uniforme ?Outre l’accessoirisassions des répliques, on retrouve un gout pour les tenues militaires en général, e...
Nous aimons aussi les poneys!
Législation et règlements• Encadré mais pas censuré !En effet, la pratique de ce loisir est très règlementée par la loi, c...
-Ensuite, chaque réplique d’airsoft ne doit pas dépasser les 2 joules (467fps), auquel cas elle serait automatiquement cla...
1°) Tes lunettes de protection tuporteras2°) Honnête et fair-play tu seras3°) Bonne humeur et sourire tuapporteras4°) Au v...
• Et ailleurs, c’est comment?Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en matière d’airsoft, chaque pays dispose de sa propre législa...
•La répression? Ah bon?!Malheureusement oui, depuis quelques temps, les répliques sont détournés de leur utilisation premi...
• La peinture du canonLa plus grosse blague de cette commission, sachant qu’une bonbonne de peinture coute 7,5€ en moyenne...
Mais dis moi, t’achète ca ou?• L’Asie, cœur du marchéLa plupart, si ce n’est toutes les répliques sont fabriqués en Asie, ...
•    Le cheap, c’est chic!Ces nouvelles marques débarquant sur le marché avec des répliques à bas prix, et en grande quant...
• Le phénomène CBGCybergun, abrégé en CBG (ou cyberdaube chez les airsofteurs), est une entreprise française qui rachète d...
Comment ca se passe une partie?•    L’associationAujourd’hui, l’airsoft n’est pas considéré comme un sport, il n’y à pas d...
•    L’OPL’airsoft ne dispose peut-être pas d’un organisme représentatif, mais il est un milieu très collectif et soudé, b...
• Jamais d’incidents?Comme partout, il y a des gens bêtes, ceux qui ne respectent pas les règles entres autres, et selon l...
C’est un sport de jeunes machos !• Même pas vrai !Celui qui a pensé cela est complètement dans le tort, en effet, la volon...
• Y a quoi comme gens?Nous accueillons de tout, des techniciens, des ouvriers, des chefs d’entreprises ou avocats, étudian...
Communauté• Très représenté !On ne dirait pas, mais l’airsoft regroupe aujourd’hui en France entre 10 000 et 20 000 joueur...
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
L’airsoft
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L’airsoft

2 118 vues

Publié le

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 118
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L’airsoft

  1. 1. L’AIRSOFT1- Histoire2- Et alors, pourquoi pas le Paintball?3- Législation et règlements4- Mais dis moi? T’achète ca ou?5- Technique et fonctionnement6- Communauté
  2. 2. Histoire• Kézako qu’ça ?L’airsoft tel que nous le connaissons aujourd’hui, comme un cousin (éloigné) du paintball, est une discipline reconnue noncomme sport mais comme simple loisir. Il est pratiqué dans toute la France, dans toute l’Europe et même dans le mondeentier (sisi !). Ce loisir un peu étrange nous viens du Japon, pays dans lequel règne une grande tradition concernant les armes(aussi bien blanches qu’à poudre). Si en France la tendance serait de dire : « Oh ! Une arme ! Quelle engin de mort horrible ! »,au pays du soleil levant, les mœurs sont sensiblement différents, un japonais voyant une arme s’exprimerait plutôt ainsi « quelbel objet, son propriétaire doit en être fier! », ouverture d’esprit ou cultures divergentes, toujours est-il que l’airsoft apparaiten France comme étranger.• Histoire de l’airsoft :Bien, nous en étions à comprendre d’où viens ce divertissement, et pour cela, il nous faut remonter au lendemain de laseconde guerre mondiale, c’est-à-dire en 1945, après la capitulation du Japon face aux Etats-Unis d’Amérique (USA pour lesintimes), un peu avant celle de l’Allemagne nazie. Le Japon étant du coté des vaincu, il s’est vu, tout comme l’Allemagneinterdire toute forme d’armée nationale (celle-ci étant remplacée par une force d’occupation américaine). En plus de cela, legouvernement a interdit la possession d’armes à feu par des privés sur l’ensemble du territoire.Nous voilà donc au lendemain d’une guerre mondiale, dans un pays possédant un culture des armes, et avec l’interdictionabsolue d’en posséder. Les collectionneurs se sont donc d’abord tournés vers des reproduction en plastique inertes.Cependant, aucune de ces reproductions ne pouvant tirer de projectiles, les amateurs se sont ensuite tournés vers des jouets,ce que l’on appelle des répliques aujourd’hui, ces premiers modèles appelés « Classic airsoft » reprenaient le design des armesà feu modernes, tout en permettant par une bonbonne d’air comprimé externe de propulser une bille de plastique à une faibledistance, c’est la naissance de l’airsoft.
  3. 3. • Evolution :Petit à petit l’airsoft se démocratise au Japon, et on assiste à la naissance des « survival game », littéralement « jeu de survie »,le principe étant simple, il suffit d’éliminer ses adversaires. Nous sommes déjà dans les années 80, cependant, les répliquesfonctionnent toujours avec d’imposantes bonbonnes de gaz ou d’air comprimé, pour une portée utile d’une vingtaine demètres (variant bien évidement selon la puissance développé).La technologie évoluant, dans les années 90 (soit plus de 45 ans après la seconde guerre mondiale !), une entreprise fait unbond de géant dans le domaine en apportant deux innovations totalement révolutionnaires (ah! Ces japonais!), cetteentreprise n’est pas connue dans le milieu, et pourtant, elle va rapidement devenir LE fabriquant, elle s’appelle Tokyo Marui etconstruisait jusqu’alors des maquettes!Ces deux inventions révolutionnaires sont l’AEG (automatic electric gun), et le Hophup.• L’ AEG, un concept novateur !Plutôt que de miser uniquement sur la fabrication de répliques à gaz, la marque se lance sur le marché avec une répliqueélectrique.Le fonctionnement, simple, devient vite une référence et tous les fabricants se mettent à copier ce système pour l’adapter àleurs répliques. C’est le début de la suprématie des AEG dans le monde de l’airsoft, et surtout, le facteur déclencheur decroissance en dehors du Japon.Cependant, ces jouets ne seraient pas aussi performant sans la seconde invention, et certainement la plus importante :
  4. 4. • Le HophupLe hophup, nom générique servant à décrire le mécanisme est arrivé en même temps que l’alimentation électrique desrépliques, c’est un mécanisme basique qui utilise un joint de caoutchouc de manière à donner un effet à la bille, celle-cilorsqu’elle est propulsée passe dans le bloc hophup, est mise en rotation par le bucking (joint hophup), un peu comme on lifteune balle de pingpong, en sortant de la bouche du canon elle est donc soumise à deux forces : la gravité, et une force contraireprocurée par sa rotation, elle peux donc aller beaucoup plus loin !Concrètement, ce mécanisme permet de doubler la portée efficace du projectile !
  5. 5. • Le GBBParallèlement à l’AEG, une autre famille à continuer à évoluer et à se perfectionner, le GBB, ou Gaz Blow Back (recul par gaz).Cette technologie est depuis l’apparition des répliques électriques principalement employé dans les répliques de poings, legaz se loge dans le chargeur, qui sert alors de réservoir, lorsque le chien du pistolet heurte le percuteur, une dose de gaz estlibérée pour propulser la bille, une partie des gaz non utilisés sert à renvoyer la culasse en arrière afin de réarmer le pistoletpour le coup suivant et ainsi de suite. Ces répliques offrent un fonctionnement en tout point similaire aux vrais armes, avectoutefois un recul moins puissant.• Le spring actionCette catégorie regroupe aussi bien les fusil de précision « sniper », que les fusil à pompe, c’est le système le plus simple, unressort pousse un piston qui propulse la bille, comme pour l’AEG, cependant, c’est l’utilisateur qui recharge à la force de sesbras. Peu onéreux, fiable, ce système ne s’adapte toutefois qu’à une gamme de répliques.• Le GBB/RDepuis deux ans, les répliques de ce types deviennent de plus en plus fréquentes, le système est le même que pour le GBB,mais adapté à des répliques longues (R=rifle), elles permettent d’obtenir une sensation de recul relativement puissantes, maiscoutent énormément, tans dans le prix de la réplique et des accessoires que dans l’entretien et les consommables.• Parlons consommables tiens !Comme je l’ai déjà dis, nos répliques tirent des billes (bbs) de 6mm ou de 8mm, dont le poids peut varier entre 0.12 et 0.48g.La plupart des associations rendent obligatoire l’utilisation de billes biologiques (ceci étant sujet à discussion). Un sachet de1kg de billes coute entre 10 et 18€ selon la marque, la qualité etc.Les répliques utilisent également des batteries pour fonctionner, ces batteries sont les mêmes que pour les avionsélectriques, il en existes plusieurs types (NiMh, NiCd, LiPo, LiFePo) de différents voltages et ampérages.
  6. 6. Enfin, les répliques à gaz utilisent bien évidemment du gaz, soit du CO2 (en sparclet), ou du gaz en bouteille, les types etmarques peuvent varier. Une bouteille de gaz coute aux alentours de 10€.Voila ! Maintenant vous avez toutes les clefs en main pour comprendre comment ca marche tout ca ! Mais avant d’aller plusloin, et de vous apprendre quelques petites autres subtilités, répondons à la question que beaucoup se posent (ou pasd’ailleurs!)
  7. 7. Et Alors, pourquoi pas le paintball?• Parce que le paintball ca fait mal !Ben oui, le paintball pour ceux qui ont déjà essayé, cela fait mal, en plus les lanceurs sont plutôt moches (avec leursgros réservoirs et leurs bonbonnes de gaz), on est en bleu de travail, on porte des gros masques qui font étouffer, et onest tout taché quand c’est finit (et c’est qui qui nettoie ?).En évitant de dire que le paintball c’est nul, mais en disant plutôt « c’est une approche différente », on peut voir dansl’airsoft une pratique totalement étrangère!• Le paintball fait mal (bis).Oui, les lanceurs de paintball font beaucoup plus mal que les nôtres, bien que la puissance légale soit mesurée enjoules, dans le domaine de l’airsoft, on préfère utiliser l’unité de nos voisins Outre-Atlantique (ceux là qui boivent duthé et qui mange du poisson avec des frites!), le FPS, autrement dis, Feet Per Second, re-autrement dis le Pied parSeconde, qui permet de mesure une vitesse en… Pied par Seconde (vous jetez un truc, et le pied court à coté pour vousdire à combien ca va).Cette unité plus échelonnée permet de mesurer avec plus de précision la vitesse des billes tirées, en générale, dans lapratique de l’airsoft, 3 limites sont communément admises :
  8. 8. Pour une réplique tirant en automatique (full auto) : 350 FPS au maximum, soit 106m/s, soit 1,14j.Pour une réplique tirant uniquement en semi-automatique : 400FPS au maximum, soit 122m/s ou 1.49j.Pour une réplique de fusil à verrou, réarmement manuel (Bolt action): 450 FPS soit 137m/s ou 1.88j.Comme vous le voyez, la limite est fixé aux alentours de 2j, ce chiffre étant la limite légale que nous ne pouvons dépasser (maisj’y reviendrait!), et déjà, à 450 FPS nous n’autorisons pas le tir à moins de 10 ou 15 mètres.Un lanceur de paintball développe en sortie de bouche une puissance de 10j pour un projectile environ 50 fois plus lourd, 10fois plus gros, et une portée n’atteignant que la moitié de la nôtre.Je crois que les chiffres parlent mieux que tout.• Par rapport à la loi.Du fait de sa puissance, un lanceur de paintball est soumis à déclaration en mairie, il est considéré comme une arme de 7èmecatégorie. Les répliques d’airsoft sont libres d’achat, la seule condition étant d’être majeur. Elle ne sont ni soumise àautorisation, ni à déclaration. Chacun peut donc en acheter une pour le peu qu’il ai 18 ans, mais attention, ce n’est pas à mettreentre toutes les mains !La encore la loi est claire, nos répliques ressemblant à des répliques d’armes, il est interdit de les transporter de façon visiblesur la voie publique (et c’est tout naturel!), elles peuvent porter à confusion dans l’esprit du public et créer un phénomène depanique, il faut donc être un minimum responsable lorsque que l’on veut pratiquer ce loisir. Malheureusement, la limite d’âgene semble pas régler le problème.Cf. : Décret no 99-240 du 24 mars 1999
  9. 9. • Pour le coté reconstitutionLe dernier point important dans la différence avec le paintball est que les pratiquants de ce sport (le paintball est considérécomme un sport), ne portent que peu d’attention à l’apparence de leurs lanceurs et de leurs tenues. En airsoft, une grandepartie des amateurs pratiquent pour le coté reconstitution. Cette notion est un chapitre à part entière mais il n’est pas troptôt pour l’évoquer. Ainsi, dans les répliques comme dans les tenues, il existe moult accessoires (vrais ou copies) afin d’avoir lestaïle !On peut par exemple prendre l’exemple du M4 RIS Block1 (oui, j’argumente avant d’avoir finit la découverte! My bad!), armestandard (arme pour le réel, réplique pour l’airsoft!) de l’armée américaine actuellement en dotation en Irak et enAfghanistan, doté d’une interface RIS (Rail Integration System), en clair, un système de rail permettant de monter toutessortes d’accessoires disposant de la même norme. Voici ce qu’il est possible de faire :Modifier sa réplique c’est comme faire du tuning (en plus mieux!), sauf que chez nous on appelle ca un custom voir custaumesi vous êtes bien francois!
  10. 10. • Et coté uniforme ?Outre l’accessoirisassions des répliques, on retrouve un gout pour les tenues militaires en général, et ce en chaque joueur, àdes degrés plus ou moins élevés. Ainsi, certains joueurs pourront dépenser plusieurs centaines, voir des milliers d’euros dansdes tenues, objets, et matériels militaires. Cela peut paraitre étrange, mais quand on compare ces dépenses à celle decertains sports il est facile de relativiser :La pratique de l’équitation coute environ 1000€/an si l’on ne comprend que le matériel du cavalier et la licence.L’apprentissage du piano reviens environ à 600€ par an auquel s’ajoute le prix d’un instrument et des manuels.Les sports mécaniques coûtent eux aussi extrêmement cher !Bien entendu, ces personnes qui dépense des milliers d’euros sont plus que de simples airsofteurs, on les considèrentcomme des collectionneurs à part entière, sauf qu’en plus d’entasser des effets, ils les utilisent. Dans le jargon, ils sontcommunément appelé geardos, à prononcer guirdos (ou jirdosse selon l’patois!), mot d’origine anglaise (gear signifiantl’équipement). On retrouve des geardos dans le monde entier, et des rencontres sont souvent organisées sur des thèmesspécifiques.Ce geardos est donc un collectionneur, il est souvent spécialisé, comprenez par là qu’il à un faible pour une certaine armée,on retrouve des amateurs d’effet russes, américains (et parfois français) et se focalisent souvent sur un conflit (Irak, WWII,Vietnam). Le principal objectif étant d’acquérir des objets dis RD, real deal, utilisé par les vrais, et pour cela chacun à sescontacts, bien que la référence en matière d’équipement soit ebay !
  11. 11. Nous aimons aussi les poneys!
  12. 12. Législation et règlements• Encadré mais pas censuré !En effet, la pratique de ce loisir est très règlementée par la loi, ce qui parait évidemment naturel si l’on part du principe queles accessoires principaux sont des répliques d’armes, dont l’apparence est extrêmement proche des modèles réels. Laquestion est bien évidement de se demander « que feriez vous si vous voyiez quelqu’un avec une arme en pleine rue? ».Alors?Voilà pourquoi la loi interdit ce genre de comportement, elle punit d’une amende voir même d’une peine de prison le fait dese promener sur la voie publique avec un objet ayant l’apparence d’une arme, donc, si jamais vous souhaitiez transportervotre jouet, il parait censé de le mettre dans une housse de transport.• Mais je fait comment alors pour jouer?La loi a bien pris en compte ce fait, sans quoi, la pratique de notre loisir ne serait pas possible. Ainsi, certaines conditionsdoivent être remplies pour pouvoir jouer en toute quiétude.- Premièrement, la pratique de l’airsoft doit se faire sur un terrain privé, ou, bénéficiant d’une autorisation émanant d’uneautorité administrative. Dans les faits, vous pouvez jouer chez vous (mais les meubles risquent de ne pas apprécier), ou surun terrain communal gracieusement prêté par votre mairie (un bois, une usine désaffectée) ou bien un terrain loué/prêté parson propriétaire.
  13. 13. -Ensuite, chaque réplique d’airsoft ne doit pas dépasser les 2 joules (467fps), auquel cas elle serait automatiquement classée enarme de 7ème catégorie (soumise à déclaration).-Enfin, comme dis précédemment, il faut être majeur pour pouvoir participer aux parties.Contrairement à ce que l’on peut penser, cette pratique n’est que peu encadré au regard du danger qu’elle présente au yeux dugrand public, soit, c’est en partie parce qu’elle est encore méconnue, mais également parce que jusqu’à aujourd’hui, aucunproblème majeur n’a été recensé!•Et la sécurité?Toute en restant de le domaine des règlements, mais en quittant celui de la loi pure, voici que nous arrivons dans le vif du sujet,c’est-à-dire les règles qui encadrent la pratique de l’airsoft, celle-ci ont été fixés par la communautés et sont communémentadmises par tous (ou presque), cela dis, elle peuvent varier selon les endroits, ce sont en quelque sorte les commandements del’airsoft. Elles peuvent paraître de bon sens, et le sont, mais il est toujours bon de les rappeler :
  14. 14. 1°) Tes lunettes de protection tuporteras2°) Honnête et fair-play tu seras3°) Bonne humeur et sourire tuapporteras4°) Au visage tu ne viseras5°) Si rafale tu reçois, râler tu neferas6°) Grossier tu ne seras7°) Nature tu respecteras8°) Alcool tu napporteras9°) Mature tu seras10°) Te prendre au sérieux tu ne feras
  15. 15. • Et ailleurs, c’est comment?Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en matière d’airsoft, chaque pays dispose de sa propre législation, un peu comme sur le droit deposséder ou non des armes. Ainsi, voici quelques exemples de pays différents du notre au niveau des lois encadrant ce loisir :- En Allemagne, la pratique est autorisé, seulement, les répliques ne peuvent tirer qu’en semi-automatique.- En Angleterre, les lanceurs sont également autorisés, mais doivent avoir un cache-flamme de couleur orange fluo afin debien pouvoir les différencier des vrais armes.- En Belgique, l’airsoft est autorisé dès 16 ans.- Au Canada, les répliques doivent être transparentes afin de permettre leur distinction avec des armes réelles, ce qui pose degros problèmes pour les joueurs canadiens (peu de marques s’y intéressent). Qui plus est la loi est floue, en effet, pourimporter une réplique, il faut comme dis juste avant qu’elle soit transparente (en cas de contrôle à la douane, toute infractionest pénalement sanctionnée), cependant, si un utilisateur arrive à faire importer une réplique « normale », un fois entrée surle territoire, aucune loi ne l’empêche de la posséder.Enfin, au Philippine et en Chine, l’airsoft est interdit.Finalement, nous sommes plutôt bien lotis en France, même si il y a quelques temps, nous avons frôlés la répression.
  16. 16. •La répression? Ah bon?!Malheureusement oui, depuis quelques temps, les répliques sont détournés de leur utilisation première, qui est de s’amuser,pour commettre des actes délictueux. Souvenez vous, l’an dernier le braqueur du McDonald’s abattu d’une balle dans la têtepar le policier qu’il braquait alors qu’il retenait en otage une serveuse. On à alors parlé d’armes factices!Cet évènement à donné suite à de nombreuses indignations sur le fait que ces armes factices soit en vente libre aux majeurs,et sur le fait que, d’après les médias, le nombre d’agressions commises avec serait en constante augmentation. Avant d’allerplus loi, qu’en pensez vous ?Cette affaire à mené à une réflexion sur le sujet, et à la création de la commission Leroux (du nom du député) chargé d’établirdes règles concernant les Airsoft Gun. Plusieurs hypothèse ont étés retenues, interdire simplement la vente des ces objets,les soumettre à déclaration, ou peindre le canon en orange.Maintenant, passons par-dessus les premiers à priori, et démontrons de manière simple que la censure de ce loisir n’est pasla solution à ce problème :L’interdictionCe qu’il faut savoir avant tout, c’est que le plus gros revendeur de répliques est une société française, Cybergun SA (dont lapolitique est douteuse et très contesté), en interdisant purement et simplement ces jouets, on le prive de son plus grosmarché. L’entreprise à donc entamé des négociations avec le député Leroux (parlons plutôt de lobbying).Les soumettre à déclarationL’idée peut sembler bonne, mais que fait on des répliques déjà en circulation? Qui plus est, les braquage avec armes facticesétant le fait d’une minorité, nullement impliqué dans la pratique du loisir, cette mesure serait elle utile? Les joueurs honnêtesle feraient, mais pas les autres, ainsi, le loisir serait pénalisé par une poignée d’individu. Enfin, il était question d’une licence(payante donc!) à acquérir auprès de la Fédération Française de Tir, rejeté en masse par la communauté de l’airsoft enFrance, nous utilisons des jouets, et non des armes.
  17. 17. • La peinture du canonLa plus grosse blague de cette commission, sachant qu’une bonbonne de peinture coute 7,5€ en moyenne, et qu’elle sècheen 3h. Pas mal hein?Au final, aucune solution n’a été adopté, et décision à été prise de laisser les choses en l’état, la FF tir à développé son proprelanceur, et les choses se sont calmés. On peut même se demander si ce n’est pas mieux ainsi, car même si dans le feu del’action, il est impossible de différencier le vrai du faux, n’est-il pas préférable d’être braqué par une fausse arme que par unevrai? C’est en tout cas l’avis de beaucoup de policier interrogés sur le sujet.Cependant, il faut garder à l’esprit que chacun est responsable de ses actes, et que toute personne qui braquerait quelqu’unavec un lanceur (airsoft ou non) commet un délit d’agression à main armée!
  18. 18. Mais dis moi, t’achète ca ou?• L’Asie, cœur du marchéLa plupart, si ce n’est toutes les répliques sont fabriqués en Asie, le constructeur déjà cité Tokyo Marui est un constructeurJaponais, bien qu’intéressé seulement dans le marché japonais, ses répliques s’exportent très bien.Ainsi, du début des années 90 jusqu’à la moitié des années 2000, les principaux fabricants de répliques d’airsoft était TM,Classic Army, Tanaka, Marushin, ou encore G&P. Ces marques sont japonaise ou taïwanaises et ont profité de ces années pourdévelopper leur gamme et étendre leur marché. Comme toutes les marques, elle se concurrencent, chacune ayant ses pointsfaibles et forts et fabriquant des modèles différents.Ainsi, la première réplique de Tokyo Marui est le FAMAS (fusil français), et le tout premier AEG. D’autres marques se sontspécialisées dans les répliques d’Armalites ou de Kalashnikovs.•Et à par ceux là?Ces grandes marques, les premières à avoir réalisé des répliques fiables, en copiant les deux inventions de TM, sontaujourd’hui qualifiées de Hi-end, « haut de gamme », même si certaines d’entre elles ne sont pas à la hauteur de cet adjectif.Cependant, TM est considéré comme le constructeur possédant les modèles les plus fiables. Une réplique coutait alorsenviron 500€.Jusqu’au milieu des années 2000 aucune autre marque n’existait à pars celle-ci, cependant, avec l’essor de la Chine et de sonindustrie on a vu débarquer sur le marché de l’airsoft des copies à bas prix des répliques japonaises pour une qualitémoindre.
  19. 19. • Le cheap, c’est chic!Ces nouvelles marques débarquant sur le marché avec des répliques à bas prix, et en grande quantité font l’effet d’unebombe dans le monde de l’airsoft, certains adhèrent immédiatement, d’autre crient au scandale (les marques chinoisescopiant sans acheter de brevet), ont les appelle alors marques « cheap », terme péjoratif qu’on pourrait traduire enfrançais par « toc ». Il n’empêche que ces répliques permettent à beaucoup de bourses plus modestes de se lancer dansl’airsoft, et ceci n’est pas sans conséquence, en effet, cette invasion chinoise amène avec elle une baisse des prixconséquente, une chute de près de 50% en 5 ans chez certaines marques !En 2005, une réplique de la marque G&P coutait 450€, l’équivalent chinois seulement 200€. Malgré tout, ces répliquessouffrent d’une moins bonne fiabilité, sont souvent trop puissantes d’origine et sont moins bien finies.Mais le marché évolue, et depuis plus d’un an, les répliques cheap coutent environ 150€ contre 300€ pour une répliqueG&P, parallèlement, la qualité des lanceurs chinois à augmenté et les deux gammes sont en passe de ne faire plusqu’une, certains modèles chinois dépassant en terme de performances et de finition leurs ainés japonais!• Tout ca ca me dis pas comment j’achète?Aujourd’hui donc, la plupart des joueurs commandent leurs répliques sur des sites à HK, tels que rsov, wgc, ehobbyasiaou encore gunnerairsoft. Les prix étant très attractifs, même en comptant les frais de port et de douanes, ceux-ci n’étantpas systématiques.L’autre méthode consiste à acheter sa réplique en armurerie, cependant, le prix y est souvent excessif, on trouve desrépliques cheap pour le prix du hi-end… J’en viens donc au plus grand fournisseur mondial, l’entreprise françaiseCybergun SA.
  20. 20. • Le phénomène CBGCybergun, abrégé en CBG (ou cyberdaube chez les airsofteurs), est une entreprise française qui rachète des répliqueschinoises à bas prix (60€ à 90€), et les revend aux alentours de 300€. Oui, c’est une arnaque monumentale. Actuellement,CBG est en procès avec plusieurs constructeurs pour dépôt de marque abusif (ils ont déposés le mot airsoft!) et possède lemonopole (illégal) de l’airsoft en France. Cependant, la marque continue de proliférer, en effet, la plupart des nouveauxjoueurs par manque d’informations se dirigent vers cette marque, la seule trouvable en France, et se rendent ensuite comptede leurs erreurs.La marque souffre ainsi d’une très mauvaise réputation en France, malgré des produits d’assez bonne qualité, mais vendus àdes tarifs prohibitifs!Il est important de savoir que la marque détient pratiquement toutes les licences de marques d’armes à feu, et que toutes lesrépliques chinoises importés par des particuliers sont donc considérés comme des contrefaçons, cependant, cela n’empêchepas l’importation, et on pourrait estimer à 0.001% la part de répliques saisies… Sachant que certaines marques ne sont pasdistribués par CBG, il est donc impossible de se les procurer légalement.Il est à noter également, que comme dis plus tôt, l’airsoft est illégal en Chine, ce qui amène à des fermetures d’usines et dessaisies de répliques. Dernièrement le marché chinois à subit de nombreux coups dur et depuis Mars les répliques se sontfaites de plus en plus rares, les stocks se reconstituent progressivement depuis environ 1 mois.
  21. 21. Comment ca se passe une partie?• L’associationAujourd’hui, l’airsoft n’est pas considéré comme un sport, il n’y à pas de fédération, et la plupart des joueurs seregroupent en associations afin d’être reconnus, puis, selon les affinités par équipes. Ces associations formés depersonnes motivés se chargent de trouver des terrains en démarchant mairies et propriétaires, et la tâche est loind’être facile.Une fois le terrain trouvé, la plupart des parties se déroule le dimanche. Si l’association est sérieuse, une partie estorganisée de cette façon : - de 9h à 10h selon les associations : début de journée, les joueurs sont accueillis, ils se préparent.-Un passage au chrony (chronographe) est réalisé durant le temps de préparation, le chrony est un appareil permettantde mesurer la vitesse de la bille (dans le but de respecter les limitations), cette mesure est effectué avec une bille de0.2g.-Un « speech sécu », c’est le rappel des règles de sécurité, de fair-play (essentiel!), et la prévention des dangers.-On explique le scénario s’il y en a un.-Jeu jeu jeu !Ce fonctionnement est commun à la plupart des associations, seuls peuvent varier les règles de puissance, tans qu’ellene dépassent pas les limites fixés par la loi, et les règles de jeu. Toutes ces associations bénéficient d’une assurancecouvrant les joueurs.
  22. 22. • L’OPL’airsoft ne dispose peut-être pas d’un organisme représentatif, mais il est un milieu très collectif et soudé, beaucoupd’association sont en contact les unes avec les autres, et des forums existent. On à donc vu la partie dominicale, celle-ciregroupe entre 40 et 60 joueurs la plupart du temps, mais un autre type de partie existe, les OP, de opération, une OP est unepartie plus importante, dont les modalités peuvent varier. Elle peut regrouper de 30 à 4000 joueurs, et se déroule le plussouvent sur plusieurs jours. Elle est souvent annoncé via internet, et peut être libre d’inscription, ou imposer des conditionstelles qu’un dress code (OP à thème tels que la WWII), le dress code est, comme son nom l’indique un code vestimentaire, afinde créer une ambiance et de rendre la partie immersive !Malgré tout, il est important de préciser que la grande majorité des airsofteurs ne sont pas des paramilitaires, ou desfanatiques, mais plutôt de grand enfants qui veulent continuer à jouer au pistolet! La bonne humeur, le fairplay, et lacamaraderie sont les valeurs essentielles de notre loisir, et n’importe quel joueur sait qu’en venant sur le terrain un dimanche,il trouvera des amis, de l’adrénaline, et un barbecue ! Nous ne sommes pas des militaires, et ne voulons pas en être, le seulbut c’est de s’amuser, et ca marche!Voici un exemple d’OP, organisé par l’association bretonne West-Airsoft, sur un terrain dis de CQB (Close Quarter Battle), louépour un week-end :A titre informatif, la plus grande OP en France et qui se déroule tous les ans dans le village d’Amnéville s’appelle AmnévilleConquest, elle regroupe 300 à 400 joueurs et se joue dans l’ensemble du village, y compris le château, avec la participation deshabitants.Dans le monde, la plus grande OP est celle de Berget (suivi du numéro), elle se déroule en Suède et regroupe plus de 4000joueurs pours 4 jours sur une île entière, y sont utilisés des 4x4, blindés et hélicoptères.
  23. 23. • Jamais d’incidents?Comme partout, il y a des gens bêtes, ceux qui ne respectent pas les règles entres autres, et selon les associations (aucuneloi ne définit de règles de sécurité autre que celle sur le port d’arme), les sanctions peuvent être plus ou moins lourdes, d’unblâme à un renvoi de partie.Autre problème, les highlanders, non, pas les guerriers des hautes-terres d’écosses à la Mel Gibson, mais ce que l’on appellecommunément des tricheurs. Le jeu étant basé sur le fairplay, car sans trace de peinture pour prouver que l’on a touchél’adversaire, chaque joueur s’il est honnête doit se déclarer « out » lorsque tel est le cas. Cependant, certains n’acceptentpas d’être sortis, et malgré ce que l’on peut penser, ils sont vite remarqué, et on leur explique calmement les règles du jeu,aucune violence n’est toléré sur le terrain, et c’est ainsi partout! Si la personne continue, elle sera mise à l’écart, puiscongédié.Enfin, du fait de la nature de l’activité, il est évident que certains dangers existent, comme le fait de se blesser en chutant, oude se fouler la cheville. Rarissime mais déjà vécu, il est possible de se casser une dent avec un bille, ou bien que celle-cilaissent de légères marques (beaucoup moins imposantes que le paintball!). C’est pourquoi seules les lunettes de sécuritésont obligatoires!
  24. 24. C’est un sport de jeunes machos !• Même pas vrai !Celui qui a pensé cela est complètement dans le tort, en effet, la volonté de ce loisir et de ses pratiquant est de briser lestabous et les aprioris ! Pourquoi le fait d’aller courir dans la forêt serait-il le seul privilège de jeunes machos?En réalité, de plus en plus de jeunes filles s’intéressent à cette pratique, une fois passé le cap du « sport de mec », elles selaissent vite prendre au jeu. Actuellement, elles sont plusieurs centaines à y avoir pris goût, que ce soit en jouant directement,en venant prendre des photos, en participant à l’organisation d’OP etc. ! Dans l’association Alpha-Team (Guidel), on compte unequarantaine de membres dont 5 filles, c’est tout de même un bon début, quel sport réputé masculin peut en dire autant?Quand au fait qu’il faille être jeune pour jouer, c’est encore une idée reçue, une bonne moitié des joueurs ont plus de 25 ans, eton approche certainement les 20% de plus de 45 ans. Dans cette même association, nos doyens ont respectivement 65, 50 et49 ans, papy fait de la résistance?Au contraire, cet engouement des générations plus âgées montre une réelle ouverture d’esprit, et même si certains ressortentsystématiquement la même rengaine « service militaire blabla », « moi j’ai fait ceci cela », les démarches faites dans le butd’effacer les préjugés semble porter leur fruit. Naturellement, les gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas, et c’est enagissant de manière responsable, en expliquant la nature même de l’activité que l’on peut changer le jugement du grand public.Aujourd’hui, nombreuses sont les associations engagés de façon humanitaires, la Rackham Team, association de Sérent reversel’intégralité de ses bénéfices à la lutte contre la mucoviscidose, beaucoup d’OP réservent une part de leur budget au orphelinsou à l’aide aux personnes en difficultés! Car rappelons le, le credo de cette activité est la solidarité et la camaraderie !
  25. 25. • Y a quoi comme gens?Nous accueillons de tout, des techniciens, des ouvriers, des chefs d’entreprises ou avocats, étudiants ou chômeurs. Chacunest libre de participer pour peu qu’il corresponde à l’éthique de l’activité (Fair-play et bonne humeur!), il est évidentqu’une personne qui ne correspond pas sera rejeté, et pourra si son comportement est abusif être congédié. Parmi nosjoueurs nous trouvons même des militaires, voir des anciens militaires (le fameux doyens de 65 ans).Ce loisir se veut ouvert à tous!
  26. 26. Communauté• Très représenté !On ne dirait pas, mais l’airsoft regroupe aujourd’hui en France entre 10 000 et 20 000 joueurs, et malgré une faiblemédiatisation conquiert de plus en plus de monde . Cependant, une grande majorité des joueurs nouent des relationsaux travers des forums internet !Les plus connues étant :France-airsoft : La référence en matière de site communautaire français !ACM-Forum : Le forum consacré à la communauté cheap.AirsoftNews : Blog rapportant toutes les nouveautés, informations importantes etc.Sniperland : Forum dédié à la pratique du tir de précision.Pour peu que le sujet vous intéresse, ces endroits sont des mines d’informations, et vous trouverez toujours quelqu’unpour vous rendre service!Grâce à toutes ces sources d’échange, beaucoup de joueurs parcourent les 4 coins de la France (et du reste du monde)pour participer à des Ops.

×