Revue de presse kylia semaine 23

374 vues

Publié le

Retrouvez une sélection des meilleurs articles de la presse immobilière de la semaine.

Publié dans : Immobilier
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
374
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Revue de presse kylia semaine 23

  1. 1.  La revue de Presse KYLIA 1  LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINEDu 3 au 9 juinLES ARTICLES DE LA SEMAINEBaisse des taux et des prix : Hausse dupouvoir dachat et des m² !Le 3/6/2013Selon Cafpi, la baisse conjuguée des taux et des prix observée fin mai profiteaux emprunteurs et permet un gain de surface jusquà plus de 15 m² parrapport à janvier 2012.A la fin mai 2013, la baisse conjuguée des taux et des prix immobiliers permet un gain de surfaceintéressant dans de nombreuses villes. A Marseille, on peut désormais acheter plus de 7 m² en pluspar rapport à janvier 2012. Purestock/SIPA
  2. 2.  La revue de Presse KYLIA 2  Fin mai, Cafpi, réseau de courtiers en prêts immobiliers, constate de nouvelles baisses de taux. Sur15, 20 et 25 ans, les taux perdent ainsi 0,05 % en moyenne et se situent à 2,40 % sur 10 ans, 2,70 %sur 15 ans, 3 % sur 20 ans et 3,30 % sur 25 ans.Alors que les taux de références (OAT 10 ans se situe à 1,92 % et Euribor 1 ans à 0,48 % contre 0,51% le mois précédent) restent historiquement bas, créant ainsi « des opportunités pour lesemprunteurs », selon Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi, les prix continuent euxaussi de baisser. Dans ce contexte, les emprunteurs retrouvent du pouvoir d’achat immobilier.En janvier 2012, pour 1000 euros de mensualités sur 20 ans, il était possible d’emprunter 164 305euros avec un taux moyen fixe hors assurance de 4,05 %. Avec la baisse de ce taux d’1,5 points etavec les mêmes mensualités, il est désormais possible d’emprunter 180 310 euros, soit un gain dumontant total emprunté de 9,74 %. Le coût des intérêts qui était de 75 693 euros en janvier 2012passe ainsi à 59 689 euros, soit une économie non négligeable de 16 004 euros sur le coût du crédit.Jusqu’à 15 m² supplémentaires à Metz, 7 m² à MarseilleCette importante amélioration conjuguée à la baisse des prix permet de gagner des mètres carréssupplémentaires. Et c’est à Metz que la situation est la plus parlante : en passant de 1961 €/m² enjanvier à 1822 €/m² fin mai, cumulé à la hausse générale du pouvoir d’achat dans l’immobilier de 9,74%, la ville de Metz affiche un pouvoir d’achat en hausse de 18,11 %, soit 15 m² supplémentaires. Avecle même raisonnement, ce contexte favorable permet de gagner plus de 7 m² à Marseille ou à Rouen.Si les villes comme Lyon ou Paris affichent elles aussi un pouvoir d’achat en hausse, le gain desurface reste très marginal du fait des prix sensiblement plus élevés et en légère augmentation depuisjanvier 2012. Ainsi il est possible de gagner 1,79 m² à Lyon et seulement 1,49 m² à Paris. Onremarque toutefois que les prix n’ont pas suffisamment augmenté dans ces villes pour faire passer lepouvoir d’achat en négatif.Le premier semestre 2013 enregistre ainsi une reprise de l’activité par rapport à l’an dernier. Enparticulier chez les secundo accédants qui font un retour remarqué et n’hésitent plus à souscrire descrédits relais. « Il est plus pertinent de faire une opération d’achat/revente conjointe que d’attendred’avoir revendu pour racheter, car contrairement à une idée reçue, le prêt relais ne coûte pas cher dèslors que le bien à vendre est mis au bon prix », poursuit Philippe Taboret.
  3. 3.  La revue de Presse KYLIA 3  Les taux les plus faibles en PACA et Rhône-AlpesAvec des taux fixes moyens hors assurance fin mai à 2,70 % sur 15 ans, 3 % sur 20 ans et 3,30 % sur25 ans, les régions PACA et Rhône-Alpes se détachent pour se hisser à la tête du tableau desrégions où il fait bon emprunter. Grâce à une forte concurrence entre les banques dans ces deuxrégions, sur les durées de 15, 20 et 25 ans, ces deux régions affichent des taux extrêmementattractifs, respectivement 2,50 %, 2,80 % et 3 %. En revanche, sur la durée de 10 ans, c’est la régionLorraine qui prend la tête du peloton avec un taux à 2,29 %, suivie de près par les régions PACA etRhône Alpes, toutes deux à 2,30 %.En bas du tableau on retrouve en revanche la région Midi-Pyrénées sur la durée de 10 ans (2,55 %),l’Auvergne pour les prêts sur 15 et 25 ans (respectivement 2,80 % et 3,85 %) et la Bretagne sur ladurée de 20 ans (3,20 %).Malgré tout, les écarts entre les minima et les maxima tendent à se resserrer entre les régions, n’étantplus que de 0,26 % sur 10 ans, 0,30 % sur 15 ans, 0,40 % sur 20 ans et 0,85 % sur 25 ans.Hélène TerzianSource :LeNouvelObs.com
  4. 4.  La revue de Presse KYLIA 4  Les professionnels de limmobilier veulentaméliorer leur crédibilitéLe 4/6/2013Copyright ReutersLes agents immobiliers qui ont pignon sur rue espèrent gagner en crédibilité vis à vis de leurs clientsgrâce à la réforme de la loi Hoguet de 1970 qui régit leurs pratiques. Une nécessité à lheure dudéveloppement fulgurant des offres incontrôlables sur internet.En immobilier, les Français privilégient encore lachat "non virtuel". Daprès un sondage réalisé par leréseau dagences immobilières Guy Hoquet et le CSA, le logement est en effet, après lautomobile etlalimentaire, le secteur le plus cité pour lequel les Français privilégient un achat "physique" de leursproduits. Près dun Français sur deux déclarent ainsi préférer conclure lopération immobilière dans unpoint de vente physique plutôt que dématérialisé.Cécile Duflot va réformer les pratiques des agencesAttachés à ce mode de transaction, les ménages pourront donc profiter de la nouvelle loi de CécileDuflot, dont la présentation est prévue fin juin en Conseil des ministres, et qui aura notamment pourbut daméliorer les pratiques des professionnels de limmobilier qui ont pignon sur rue. Ce, en
  5. 5.  La revue de Presse KYLIA 5  réformant la loi Hoguet de 1970 sur les activités dachat et de ventes immobilières. "La réforme vise àrenforcer la professionnalisation des métiers de limmobilier : formation continue des agentsimmobiliers, contrôle plus strict du respect de la déontologie. Il sagit également daméliorerlinformation et la protection du consommateur", indique le ministère du Logement. Une bonne idée,selon Jean-François Buet, président de la Fédération nationale de limmobilier (Fnaim), pour qui il estimportant "que le consommateur sache ce quil paie".Créer une institution de contrôleUn Conseil national de lentremise immobilière, où siégeront les syndicats représentatifs de laprofession ainsi que des associations de consommateurs proches du logement, sera créé. Son rôlesera de contrôler les attributions des cartes professionnelles, ainsi que de définir léthique et ladéontologie de la profession. Il devrait être accompagné dune commission de discipline nationaleprésidée par un magistrat, et qui pourra, en cas de rétention dinformation au consommateur ou mêmede pratique frauduleuse, sanctionner certains professionnels jusquà linterdiction dexercer.Une meilleure formation initialeEtant donné que la profession immobilière devient et plus en plus complexe et multitâche, le niveaude formation initiale exigé pour devenir agent immobilier, ainsi que pour les partenaires commerciaux,sera renforcé dans la loi. Une formation continue deviendra en parallèle obligatoire pour améliorer lescompétences dans le temps "sur des sujets comme le viager, le bail commercial, lurbanisme, lepatrimoine, ou la fiscalité", indique Jean-François Buet.Encadrer le mandat exclusifLa ministre du logement Cécile Duflot compte également mieux encadrer la clause dexclusivité avecune agence en cas de vente dun bien. Sa durée sera réduite à entre 3 et 6 mois et sa reconductiontacite interrompue. Le but étant de permettre au client, sil nest pas satisfait de son mandataire, deremettre plus rapidement son mandat sur la table des négociations. En outre, pour limiter les conflitsdintérêts, une agence ne devrait plus avoir le droit dêtre mandatée et par le vendeur et par lacheteur.Il sera nécessaire dans ce cadre de développer la coopération "inter-cabinet" entre deux agences,propose Jean-François Buet.La profession désarmée face aux dérives sur internetReste que la Fnaim se sent "un peu désarmée" face à la multiplication des offres sur internet. Car ilest "délicat de contrôler ceux qui nont pas de locaux", déplore Jean-François Buet, contrairement à la
  6. 6.  La revue de Presse KYLIA 6  vitrine dune agence, qui est déjà obligée de montrer patte blanche sur les honoraires et le diagnosticde performance énergétique du logement. Les professionnels de limmobilier espèrent en tout cas queles nouvelles exigences qui seront retranscrites dans la loi serviront à renforcer la confiance desparticuliers vis-à-vis des intermédiaires agréés.Source : LaTribune.fr
  7. 7.  La revue de Presse KYLIA 7  Immobilier: le palmarès des villes de France oùil fait bon investirLe 5/6/2013Explorimmo.com publie son palmarès annuel des 10 villes françaises les plusattractives dun point de vue immobilier. A la tête du classement, on retrouveBordeaux, Toulouse et Paris.Bordeaux, Toulouse et Paris sont les trois villes françaises où il faut investir en immobilier.© Jérôme Chatin/LExpansionQuelles sont les villes où il faut investir? Pour la deuxième année consécutive, Explorimmo publie sonclassement des villes françaises qui possèdent les meilleures performances en termes dedynamisme économique et dattractivité immobilière. Huit critères sont pris en compte dans cetteétude: le nombre dhabitants, détudiants et demplois, le prix moyen au m² du neuf et de lancien,lévolution des loyers et du nombre de transactions.Comme lannée dernière, Bordeaux remporte la palme avec la multiplication des projets, deconstruction décoquartiers, de rénovation du centre-ville. Bordeaux profite aussi dune importanteévolution démographique de presque 10%. De plus, la ville prévoit daccueillir 1 million dhabitants dici2030 avec la construction 50.000 logements. Létude relève que le nombre de transactions
  8. 8.  La revue de Presse KYLIA 8  immobilières a baissé, passant à 3016 ventes contre 4763 en 2011 mais que les prix, eux, "font de larésistance", avec un m2 neuf qui sétablit à 3955 euros, soit une progression de 5,7%.Toulouse, autre ville du Sud-Ouest, sempare de la deuxième place. "6ème lannée dernière, cetteville est montée en puissance en 2013", analyse Explorimmo. Ses forces résident dans laconservation dun immobilier local fort malgré la crise. Le nombre important de quartiers porteurs fontde la ville rose, une valeur sûre en termes dimmobilier. Toulouse mise aussi sur le développement dela ligne "Euro Sud-Ouest". Ce projet ambitieux accompagnera larrivée de la future ligne à grandevitesse qui la reliera à Bordeaux en 2018-2020 et la mettra à 3 heures 15 de Paris.La capitale française monte sur la troisième marche du podium. Paris a gagné une place depuislannée dernière et simpose comme une valeur stable. Lattractivité de la capitale et son dynamismeéconomique compensent le prix élevé à lachat. A noter que, dans le privé, les loyers sont enmoyenne deux fois plus chers quà Lyon et Marseille. A lachat, dans le neuf, le prix du m² atteint10.750 euros. Explorimmo constate une hausse de 2,5% contre 11,3%, en 2011.Marseille et Montpellier font leur apparition dans le classementA la 9ème place, la cité phocéenne fait son entrée dans le baromètre grâce à la rénovation du VieuxPort, à la construction de son stade vélodrome et à lextension du Centre Bourse. Même si la criseaffecte le marché marseillais, lactivité locative enregistre toujours des hausses de loyers. Les studiossont tout autant concernés que les 2 pièces, avec une augmentation respectivement de 1,5 et de 2,7%. Le centre-ville et les quartiers Sud où la demande locative est forte restent les meilleures zonesdinvestissement.De son côté, Montpellier, au 10ème rang, sattelle à lélaboration dun grand programme urbain,Montpellier 2040. Le but est de redessiner la ville, de ladapter à la population en abordant le sujet dela croissance démographique, de lemploi, des pôles universitaires, mais aussi des transports et lamobilité.Source : L’Expansion.fr
  9. 9.  La revue de Presse KYLIA 9  Immobilier: "Le marché est en train, petit àpetit, de se débloquer"Le 6/6/2013Voilà cinq mois, Orpi a demandé à certains de ses clients de baisser le prix de leurs biensimmobiliers. Bernard Cadeau, président du réseau immobilier, fait le bilan de cette opération etrevient sur les perspectives du marché. Interview.Bernard Cadeau, président du réseau Orpi.DR"Revisitons les prix". Face à la saturation du marché immobilier, Orpi avait lancé une opérationoriginale il y a cinq mois en demandant à certains de ses clients de baisser le prix de leurs biens.Faisant le bilan jeudi de cette initiative originale, le réseau dagences immobilières a affirmé queplusieurs centaines dentre eux avaient joué le jeu en concédant un rabais moyen de 11%. Et il aannoncé une nouvelle opération visant toujours à débloquer un marché grippé. Orpi propose en effetdavancer 3.000 euros aux personnes contractant un emprunt auprès du Crédit Foncier, ce qui leurpermettra de diminuer de 50 euros leurs 60 premières mensualités de remboursement et ainsi,demprunter un montant plus élevé quils nauraient pu le faire sans cette aide. Le point sur le marchéavec Bernard Cadeau, le président du réseau Orpi.
  10. 10.  La revue de Presse KYLIA 10  Comment se porte le marché immobilier ?Bernard Cadeau. Le marché est en train, petit à petit, de se débloquer, grâce au réajustement desprix. Orpi a observé une hausse de 5% au niveau du volume de transactions, pour les trois premiersmois de lannée 2013. Les vendeurs sont plus à lécoute que ce soit au niveau de lestimation du bienmais aussi par rapport à la négociation avec de futurs acquéreurs. Ils ont pris conscience desconséquences de la hausse des prix et ont surtout réalisé que le marché était saturé. Limmobilierencaisse encore une très difficile année 2012. Limmobilier est devenu atone en contrecoup de labonne santé du marché entre 2010 et 2011.Les prix des maisons et des appartements ont baissé en moyenne de 2,6% sur un an aupremier trimestre, selon la Fnaim. Une baisse encore limitée. Peut-on sattendre à uneffondrement des prix?Je ny ai jamais cru. Le marché ne connaîtra pas de chute brutale des prix. Nous allons vers unebaisse certes, mais cest un mouvement lent. Cela répond tout simplement à une question de flux. Lesnouveaux vendeurs arrivent sur le marché et constatent, au bout de quelques mois quunréajustement des prix est nécessaire. Les transactions sont plus longues à éclore à cause de lasituation anxiogène du marché. Le manque de confiance naident pas les vendeurs, qui hésitent avantde se lancer dans la vente de leur bien. Cette attente résulte principalement de la difficulté à financerles différents projets et la crainte de lavenir.A court terme, le marché va continuer son déblocage mais à long terme on néchappera pas à unproblème de taille, celui du manque de produits. Il est important de construire et de rénover desensembles immobiliers, de façon à ce quil ny ait pas la pression de loffre et de la demande. Legouvernement doit aussi arrêter tout le matraquage financier envers ceux qui veulent investir.Quelles sont les principales victimes de cette situation ?Les primo-accédants et la classe moyenne ont complètement décroché du marché et destransactions. Ils sont ceux qui prennent de plein fouet ce manque de confiance. Autre élémentaggravant, la suppression du PTZ +, qui ne peut que les mettre sur le côté. On peut espérer les voirrevenir grâce à la baisse du taux de crédit, sous la barre des 3%, mais cela reste quand même pluscompliqué. La baisse des taux seule, ne suffit pas. La durée de lemprunt joue aussi un rôle important.Actuellement, les banques proposent des durées qui sétendent sur dix-sept ans. Il est nécessaire derallonger ces perspectives demprunt de cinq ou six ans.
  11. 11.  La revue de Presse KYLIA 11  Les banques freinent le retour des acquéreurs sur le marché ?Elles ont resserré leurs conditions doctroi du crédit à cause des normes internationales comme Bâle3. Depuis la crise, la posture différente des banques a engendré un découragement de la part desclients, une forme de désespérance. Certains nous disent quils nosent même plus déposer dedossier. Lapport personnel demandé doit être de plus en plus élevé. Il est important de remettre leschoses dans le bon ordre et que chacun retrouve sa place et son rôleSource L’Expansion.fr
  12. 12.  La revue de Presse KYLIA 12  Locataires : vous avez aussi des obligations !Le 7/6/2013Daprès la Cour de Cassation, un locataire ne doit pas cesser de payer son loyer au moindretrouble, sous peine dune résiliation du bail et dune indemnisation du propriétaire. Le droitdusage entraîne aussi des obligations.Daprès une décision de la Cour de Cassation, le locataire ne doit pas cesser de payer au moindreproblème. (c) AfpLe moindre trouble ne justifie pas quun locataire cesse de payer son loyer, a rappelé la Cour decassation. Celui qui prend cette initiative prend le risque de voir le juge résilier le bail à ses torts et dedevoir indemniser le propriétaire.En effet, si la jouissance paisible des lieux a été troublée par le fait du propriétaire qui na pas assuméses obligations, la justice nautorise pas pour autant le locataire à suspendre ses paiements. Elleajoute que la consignation des loyers entre les mains dun tiers « ne vaut pas paiement ». Lepaiement du loyer étant obligatoire, selon la loi et le bail, ne pas payer revient à se faire justice à soi-même, ce qui est interdit. La justice nautorise à suspendre le paiement du loyer que sil devientimpossible dutiliser les locaux.
  13. 13.  La revue de Presse KYLIA 13  Conformément à ces principes, la Cour vient de juger que malgré des infiltrations deau de pluie dansune pièce durant plusieurs mois, le non-paiement du loyer nétait pas justifié, même si lentretien de latoiture incombe au propriétaire. Les juges reconnaissent quil y a eu un trouble de jouissance pour lelocataire, du fait de linexécution des obligations du propriétaire qui doit maintenir les lieux en bon état.Mais, le non-paiement du loyer était cependant injustifié car disproportionné au regard du trouble.Le droit dusage entraîne un minimum dobligationsLorsquun droit dusage ou dhabitation est accordé sur un immeuble par son propriétaire, celui qui enprofite doit, selon la Cour de cassation, respecter un certain nombre dobligations qui nont pas à êtreprécisées dans le contrat.La Cour estime notamment que le bon entretien des lieux est une exigence logique quil nest pasnécessaire de préciser par écrit.Un vendeur en viager, qui avait permis à lacquéreur de disposer du jardin alors que lui-mêmeconservait lhabitation de la maison, se plaignait de la transformation de cet espace en terrain vague,voire en dépotoir, avec mauvaises herbes, animal divagant, carcasse de voiture et immondices divers.Lacquéreur répliquait que le contrat de mise à disposition du jardin nétait assorti daucune condition,obligation ou interdiction et quil en usait donc comme bon lui semblait. Mais même si le code civilprécise que le contrat doit fixer ces conditions dutilisation, la justice estime que les lieux doiventdemeurer conformes à leur destination et que le jardin ne pouvait pas être transformé en dépôtdordures.Hélène Terzian avec lAFP.Source : LeNouvelObs.com
  14. 14.  La revue de Presse KYLIA 14  A propos de KYLIAKYLIA, nouvel acteur du marché immobilier, est un réseau 100% web composé d’une familled’enseignes immobilières toutes spécialisées dans un domaine de transaction.Le concept KYLIA repose sur 3 idées fortes :• La dématérialisation de l’agence avec vitrine permettant une meilleure rémunération des agents et lapratique de taux de commission jusqu’à deux fois inférieurs par rapport aux agences immobilièrestraditionnelles.• L’hyperspécialisation des agents engendrant une plus grande réactivité sur le terrain, plus deprofessionnalisme mais surtout plus d’efficacité vis-à-vis des clients.• La culture du partage permettant de fédérer l’ensemble des équipes autour d’un objectif commun :La croissance !Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.comContact Presse : KYLIA ImmobilierMarie LAURENT / pub@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18

×