Revue de presse kylia semaine 48

621 vues

Publié le

Retrouvez une sélection des meilleurs articles de presse immobiliers de la semaine.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
621
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Revue de presse kylia semaine 48

  1. 1. LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE Du 21 novembre au 25 novembre 2011Les taux des crédits immobiliers vont remonterLe 21/11/2011Poussés par la hausse du taux demprunts de lEtat français, les taux des prêtsimmobiliers devraient progressivement augmenter, selon Meilleurtaux.com.Sans pour autant affecter le pouvoir dachat car les prix devraient baisser.Les taux des crédits immobiliers devraient remonter progressivement, poussés par la hausse du tauxdemprunts dEtatFlickr/Guillaume Cattiaux 1
  2. 2. Les taux des crédits immobiliers devraient remonter progressivement, poussés par la hausse du tauxdemprunts dEtat, sans pour autant affecter le pouvoir dachat si une baisse des prix de limmobilierintervient, estime le courtier Meilleurtaux.com. "Nous privilégions le scénario dune hausse graduellemais modérée des taux", a déclaré Hervé Hatt, directeur général de Meilleurtaux.com, lundi lors duneconférence de presse.Les écarts se creusent déjà dune banque à lautre, note lObservatoire du Crédit ImmobilierMeilleurtaux.com. En novembre, 39% des banques on relevé leur taux fixe de crédit, de 0,10 point enmoyenne, mais seuls 10% les ont baissés, selon létude. La forte volatilité des Obligations Assimiléesau Trésor (OAT) à 10 ans, passées de 2,45% en septembre à 4,01% le 17 novembre à cause de lacrise des dettes souveraines, devrait soutenir cette tendance haussière. "Les écarts de tauxsaccentuent, pour atteindre jusquà 0,80 point, y compris au sein dune même région", a souligné M.Hatt.Par ailleurs, létude indique que le pouvoir dachat immobilier est en forte baisse car le prix moyen aquasiment doublé depuis 2000. "La demande de logements croît fortement, notamment du fait dunedémographie dynamique et de taux dintérêt bas. Parallèlement, loffre de logements ne suit pas,contrainte notamment par la rareté du foncier constructible là où la demande est forte. Les revenusdes ménages ont certes progressé depuis 2000, mais de manière bien plus contenue que les prix delimmobilier", explique léconomiste Nicolas Bouzou.Une baisse de la demande due au contexte économique, combinée à une remontée des taux ainsique la disparition des dispositifs fiscaux avantageux, pourrait entraîner une baisse des prix en 2012."Une baisse des prix denviron 5% en 2012 compenserait une hausse des taux de 0,50 point,maintenant un pouvoir dachat stable", a affirmé Hervé Hatt. Enfin, létude constate depuis peu uneévolution des profils demprunteurs, avec une baisse du nombre des moins de 35 ans, une hausse delapport personnel et une baisse de la part des primo-accédants.Source : LExpansion.com 2
  3. 3. Mandat exclusif : les agents immobiliers fixés débutdécembreLe 22/11/2011Les agents immobiliers luttent contre le projet de suppression du mandatexclusifLes agents immobiliers vont-ils finalement obtenir gain de cause ? Réponse en décembre, lors del’examen du projet de loi qu’ils dénoncent par le Sénat. Le projet de loi renforçant les droits, laprotection et l’information des consommateurs déposé par Frédéric Lefebvre, Secrétaire d’Etat chargéde la Consommation, a été adopté en première lecture à l’Assemblée Nationale le 11 octobre dernier.Parmi les mesures, plusieurs concernent les agents immobiliers dans leur activité quotidienne.Le texte s’attaque au mandat exclusif, mais surtout en annulant la clause pénale selon laquelle levendeur doit verser une indemnité à lagent immobilier, auquel il a pourtant confié le la vente dulogement en exclusivité, sil trouve un acquéreur par ses propres moyens. Cette disposition a suscitéune levée de boucliers des professionnels : « Cette relation permet au professionnel de se concentrersur la vente, en mettant en œuvre tous les moyens techniques et commerciaux à sa disposition dansla recherche d’acheteurs potentiels, déclare René Pallincourt, président de la FNAIM. La suppressionde la clause pénale créée une concurrence déloyale entre le professionnel et le vendeur, et romptl’équilibre économique d’un grand nombre d’agences immobilières. Partager l’exclusivité revient, enfait, à annuler la dite exclusivité ».Dans une interview accordée à nos confrères des Echos, le député UMP du Pas-de-Calais, DanielFasquelle, auteur de l’amendement à l’origine de ces mesures, s’est déclaré prêt à revenir sur letexte, du moins pour la clause pénale. Pas sur la suppression de la tacite reconduction afin de «protéger le consommateur et fluidifier le marché », a-t-il indiqué.Car le texte prévoit également de supprimer les clauses de tacite reconduction dans les mandats devente ou de location, mais également de gestion. En pratique, pas sûr qu’un agent, qui peut gérerplusieurs centaines de logements mis en location, gagne en efficacité s’il doit envoyer à chaquepropriétaire bailleur un nouveau contrat tous les ans.Source : Le NouvelObs.com 3
  4. 4. Inégalités : les 10% les plus riches possèdent 50% dupatrimoine des ménages françaisLe 23/11/2011Selon la nouvelle enquête "Patrimoines des ménages" de lInsee, parue cejeudi, les inégalités de patrimoine se sont accrues en France entre 2004 et2010.Plus de 150.200 euros, cest le patrimoine brut que déclaraient posséder la moitié des ménages vivanten France début 2010. La nouvelle enquête "Patrimoine des ménages" de lInsee montre égalementque ces mêmes Français concentrent 93% des avoirs. Les 10% les plus dotés ont au moins 552.300euros de patrimoine brut et détiennent près de la moitié de la masse totale de celui-ci.Quant au 1% des ménages les plus riches en termes de patrimoine, ils détenaient chacun plus de 1,9millions deuros davoirs. A lopposé, les 10% des ménages les moins dotés détiennent chacun moinsde 2.700 euros de patrimoine et collectivement moins de 0,1% de la masse totale. Entre 2004 et2010, les inégalités de patrimoine se sont accrues, le rapport entre le patrimoine moyen des 10% deménages les plus dotés et celui des 50% les moins dotés a ainsi augmenté de près de 10%.La résidence principale au cœur du patrimoineEn 2010, le patrimoine brut des ménages était principalement constitué de biens immobiliers (62%).En France, six ménages sur dix sont propriétaires de leur résidence principale ou accédants à lapropriété. Ce qui nest vrai que pour 22% des ménages faisaient partie des 50% le moins dotés enpatrimoine, contre la quasi-totalité des 10% des ménages le plus riches. 4
  5. 5. Selon lInsee, "lachat de la résidence principale représente donc une étape importante dans laconstitution dun patrimoine". De fait, le montant du patrimoine brut moyen des propriétaires de leurrésidence principale est en moyenne 8,3 fois plus élevé que celui des locataires et logés gratuitement.Ce constat doit toutefois être relativisé au regard du fait que plus dun tiers des ménages propriétairesdoivent encore rembourser des emprunts.Le patrimoine croît jusquà 70 ans, mais décroît ensuite. De manière générale, le montant dupatrimoine détenu par les ménages, brut comme net, croît avec lâge de la personne de référencejusquà 70 ans, puis décroît ensuite. Ainsi, le patrimoine net moyen passe de 32.700 euros pour lesménages dont la personne de référence est âgée de moins de 30 ans, à 345.500 euros pour ceuxdont la personne de référence a entre 60 et 69 ans, puis retombe à 259.800 euros pour les ménagesle plus âgés.LInsee indique également que "les disparités des montant et de composition du patrimoine parcatégorie socioprofessionnelle de la personne de référence du ménage montrent quau-delà des effetsdâge et de revenus, les logiques daccumulation de patrimoine et les motifs dépargne(investissement, précaution...) diffèrent nettement entre salariés et non salariés".Les indépendants possèdent un patrimoine plus élevé. Ainsi, les ménages dindépendants enactivité possèdent un patrimoine brut en moyenne beaucoup plus élevé que celui du reste de lapopulation. La moitié des ménages dagriculteurs détiennent plus de 642.100 euros de patrimoine brutglobal et celle des ménages dartisans, commerçants et chefs dentreprise plus de 338.700 euros,alors que la médiane du patrimoine des ménages de salariés en activité est de 126.900 euros.LInsee lexplique notamment par le fait que leffort dépargne destinée à financer des investissementsprofessionnels est souvent important pour les ménages indépendants : 45% de leur patrimoine brutest composé dactifs professionnels, pour la plupart directement en lien avec leur activité et dont ils sedéfont au moment du passage à la retraite, notamment par le biais de donations dans le cadrefamilial. Conséquence : parmi les retraités, le patrimoine moyen des anciens agriculteurs (260.900euros) est proche de celui des ménages danciens salariés (254.600 euros).Le patrimoine des cadres est 35 fois supérieur à celui des ouvriers non qualifiés Enfin, lanouvelle enquête "Patrimoine des ménages" montre que parmi les ménages de salariés en activité,les inégalités de patrimoine selon la catégorie socioprofessionnelle - comme les disparités salariales -sont très marquées : le patrimoine médian des cadres est ainsi 35 fois supérieur à celui des ouvriersnon qualifiés.Source : La Tribune.fr 5
  6. 6. Immobilier: les prix au delà des 8300 euros à ParisLe 24/11/2011Même si le nombre de ventes commence à baisser, les prix à Paris ne faiblissent pas. Dans lesmois qui viennent, ils devraient se maintenir au-dessus de 8300 euros selon les notaires.Toujours pas de baisse en vue pour limmobilier parisien. Alors que bon nombre de professionnelsavaient déjà indiqué que le troisième trimestre marquait un début de retournement du marché de lapierre, les notaires dIle de France relèvent, eux, une «surprenante résistance sur les prix». Leursstatistiques du troisième trimestre indiquent ainsi un mètre carré à 8360 euros en moyenne, enprogression de 2,7 % sur un trimestre et de 19,1 % sur un an.Pire encore, les chiffres de leur «indicateur avancé», celui qui recense les promesses de vente qui seconcrétiseront en moyenne le trimestre suivant, sont du même ordre. Après une «micro-diminution»en août, les dernières promesses enregistrées en octobre place le mètre carré à 8340 euros. Aupassage, les notaires relèvent également une présence plus importante des étrangers dans les achatsen Ile-de-France qui représentent 7,3 % des acheteurs, lun des plus hauts niveaux en dix ans. 6
  7. 7. Cest sans doute limportance de la demande et le statut de valeur refuge plus présent que jamais quimaintiennent le marché à ces niveaux. Récemment encore un somptueux hôtel particulier du quartierInvalides (VIIe) sest négocié à 29 000 euros le mètre carré tandis que dans le quartier Odéon, dans leVIe arrondissement, le prix médian du mètre carré sétablit à 13750 euros.Moins de transactionsLe seul indicateur orienté clairement à la baisse concerne les volumes de ventes. A Paris, lestransactions dappartements anciens ont reculé de 9 % au troisième trimestre par rapport à landernier, bien plus quen petite couronne (-4 %) alors que les ventes ont progressé de 3 % en grandecouronne.Face à des prix qui se maintiennent à des niveaux aussi élevés, de nombreux acheteurs sont poussésà séloigner. Le département du Val dOise est lun des gagnants de cette évolution puisque les ventesdappartements neufs et anciens y ont connu des bonds significatifs (+8 % et + 12 % sur un an).Source : Le Figaro.fr 7
  8. 8. Les banques resserrent leurs critères de crédit sur lesemprunts à plus de 15 ansLe 25/11/2011Les banques ne réduisent pas leurs enveloppes de crédit mais durcissent leurscritères sur les crédits de plus de 15 ans, favorisant les clients les plussolvables.Officiellement, les banques ne réduisent pas la voilure sur le crédit immobilier. Mais elles tendenttoutefois à durcir leurs critères doctroi, privilégiant les emprunteurs les plus solvables au détriment deceux qui affichent une moindre capacité financière. La nouvelle publicité de BNP Paribas, récemmentcritiquée par lun de ses salariés sur France Inter, illustre la difficulté de lexercice.Dans sa campagne, à la question dun client qui demande si la banque continuera de prêter avec lacrise, BNP Paribas répond par laffirmative, en mettant en avant la croissance de 6 % de son total decrédits. Mais le salarié interrogé par la radio publique indique que, en début de semaine, la banque adécidé daugmenter ses taux sur les crédits de plus de vingt ans, tout en réduisant ceux de moindredurée. En clair, sont privilégiés les clients dont lapport est suffisamment significatif pour ne pas avoirà emprunter sur les durées longues.Ce choix commercial nest pas isolé. La Caisse dEpargne Rhône-Alpes ou celle de Loire DrômeArdèche ont relevé aussi leur taux sur les durées longues. Certaines, comme la Banque Palatine, nefont plus de crédit à 25 ans. Quant à larrêt des prêts à 30 ans, cest la norme. Plusieurs nenaccordent plus, comme le Crédit du Nord.Dans le même temps, certains établissements ont assoupli leur exigence de taux sur les durées pluscourtes, de 10 à 15 ans. Entre juin et début novembre, on observe ainsi un effet de ciseaux : alors quele taux moyen des prêts à 15 ans a baissé de 3,7 % à 3,61 %, celui des prêts à 30 ans a été relevé de4,19 % à 4,35 %. « Certaines banques veulent réduire leur clientèle au profil le plus social, qui amoins dapport ou qui présente plus de risques. Elles mettent laccent sur la rentabilité qui se fait surlépargne, et donc via les emprunteurs à plus court terme, explique Philippe Taboret, directeur généralde Cafpi. Cela étant, les établissements spécialisés se recentrent sur leur métier de prêts à long termeet à taux variable et pourront se substituer à ces établissements. »La baisse prévisible des prix de limmobilier explique aussi cette tendance. « Il ny a pas de discoursde restriction, à quelques exceptions près, indique Hervé Hatt, le patron de Meilleurtaux. 8
  9. 9. Parmi les banques qui resserrent leurs critères et remontent leurs taux, certaines anticipent unedégradation du risque. » Si un emprunteur à plus de 20 ans doit vendre son bien dans les cinq ansalors que son prix a chuté, il naura remboursé que les intérêts du crédit et ne pourra pas rembourserla banque.Dans ce climat, certains établissements tentent cependant de tirer leur épingle du jeu. « Il ny a eneffet aucune raison de "durcir" les conditions doctroi », affirme par exemple la BPI pour 2012.Source : Les Echos.frA propos de KYLIA Immo.comKYLIA-Immo.com, nouvel acteur du marché immobilier, est un réseau 100% web composé d’unefamille d’enseignes immobilières toutes spécialisées dans un domaine de transaction.Le concept KYLIA repose sur 3 idées fortes : La dématérialisation de l’agence avec vitrine permettant une meilleure rémunération des agents et la pratique de taux de commission jusqu’à deux fois inférieurs par rapport aux agences immobilières traditionnelles. L’hyperspécialisation des agents engendrant une plus grande réactivité sur le terrain, plus de professionnalisme mais surtout plus d’efficacité vis-à-vis des clients. La culture du partage permettant de fédérer l’ensemble des équipes autour d’un objectif commun : La croissance !Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.comContact Presse : KYLIA ImmobilierMarie LAURENT / pub@kylia-immo.com / 01 46 51 93 39 9

×