Pascal TARTARY
2014
TARTARY P. 2014. Suivi de la transplantation des pieds d’ail rose (Allium roseum) sur la commune de Cu...
Maitre d’Ouvrage
COSEA / LISEA
Rédaction
Structure : Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine
Antenne : Gironde
Présid...
Table des matières
Introduction :............................................................................................
Introduction :
Dans le cadre de la mise en œuvre des actions de suivis des mesures de réduction liées à la réalisation
de ...
Localisation
La parcelle de transplantation de l’ail rose se situe sur la commune de Cubzac-les-Ponts au nord de la
Dordog...
Rappel sur le protocole retenu pour la transplantation1
En amont de l’opération de transplantation, un repérage et un bali...
Rappel sur les modalités de gestion retenues sur la parcelle
transplantée
Modalités de gestion initiales
Dans le protocole...
Modalités de gestion 2014
En 2014, le CEN Aquitaine a préconisé une organisation nouvelle du parcours technique de gestion...
Présentation des protocoles successifs retenus pour le suivi de la
population transplantée
Protocole du 04 octobre 2012 de...
Numéro de la
modalité de
transplantation
Nb de caïeux ou de
bulbes initialement
transplantés
Nb de hampes
florales
comptab...
 Prairie de fauche (Corine biotope : 38.21), il s’agit d’un milieu ouvert, presque entièrement
dominé par les graminées (...
Résultats des suivis pour l’année 2014
L’ensemble des éléments de suivi, à l’exception du suivi des actions de gestion, a ...
Figure 8 : Vue sur la zone pavillonnaire
au Nord-Est de la parcelle
Figure 9 : Vue sur la friche au Nord de
la parcelle
Fi...
La gestion qui devait permettre de limiter la colonisation des espèces de fourré a été peu efficace.
Au-delà de cela, elle...
Numéro de la
modalité de
transplantation
(Quadrat)
Nb de caïeux ou
de bulbes
initialement
transplantés
Nb de hampes
floral...
Les résultats des observations sur les quadrats 9, 13 et 14 sont flagrants de ce point de vue. Alors
que le quadrat 16 sem...
Numéro de la modalité
de transplantation
(Quadrat)
Nb de caïeux ou de
bulbes initialement
transplantés
Nb de hampes floral...
Détourage du peuplement d’ail rose
Cet outil permettra à terme de visualiser les modifications spatiales de la population ...
Suivi des actions de gestion
Comme nous l’avons dit plus haut, le CEN Aquitaine a choisi pour l’année 2014 de revenir à la...
Les actions de fauche et
d’export ont été menées
en 2014 conformément
aux prescriptions. En
revanche, le hersage
entrepris...
Discussions
Les conclusions du suivi, concernant la transplantation de l’ail rose sur la parcelle, restent
particulièremen...
Annexe
FICHE STATION Suivi de la transplantation d’ail rose – LGV SEA
SUIVI PLURIANNEL
IDENTIFIANT Observateur
Nom(s) obse...
FICHE RELEVE PHYTO Suivi de la transplantation d’ail rose – LGV SEA
SUIVI PLURIANNEL
IDENTIFIANT Observateur
Nom(s) observ...
Numéro du relevé N°…33CUBZPhyto1 – 05/05/2014. N°33CUBZPhyto2 – 05/05/2014 N°33CUBZPhyto3 – 05/05/2014.
Coordonnées GPS 44...
Numéro du relevé N°33CUBZPhyto1 – 05/05/2014. N°33CUBZPhyto2 – 05/05/2014 N°33CUBZPhyto3 – 05/05/2014
Strates A1 A1 a1 a2 ...
Suivi de la transplantation de l’ail rose sur la commune de Cubzac-les-ponts – Gironde, année 2014
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Suivi de la transplantation de l’ail rose sur la commune de Cubzac-les-ponts – Gironde, année 2014

127 vues

Publié le

Dans le cadre de la mise en oeuvre des actions de suivis des mesures de réduction liées à la réalisation de la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique (LGV SEA), LISEA a missionné le Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine (CEN Aquitaine) pour mener le suivi de la transplantation des pieds d’ail rose sur la parcelle de transplantation sur la commune de Cubzac-les-Ponts.

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
127
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Suivi de la transplantation de l’ail rose sur la commune de Cubzac-les-ponts – Gironde, année 2014

  1. 1. Pascal TARTARY 2014 TARTARY P. 2014. Suivi de la transplantation des pieds d’ail rose (Allium roseum) sur la commune de Cubzac les Ponts dans le cadre de la LGV SEA - Année 2014 : Deuxième année de suivi. CEN Aquitaine, LISEA. 22 p + annexes. CEN Aquitaine – Association Loi 1901, membre de la Fédération nationale des conservatoires d’espaces naturels
  2. 2. Maitre d’Ouvrage COSEA / LISEA Rédaction Structure : Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine Antenne : Gironde Présidente : Eliane VILAFRUELA Directeur : Hervé CODHANT Responsable Scientifique et Technique : David SOULET Chargé de secteur Gironde : Julie WALKER Chargé de mission – Ecologue : David LESSIEUR Chargé de mission – Ecologue : Pascal TARTARY Crédits photographiques P. TARTARY – CEN AQUITAINE (2014) D. LESSIEUR – CEN AQUITAINE (2014) Personnel Poste Action Date TARTARY P. Chargé de mission - Ecologue Rédaction initiale V1 13 août 2014 LESSIEUR D. Chargé de mission - Ecologue Relecture V1 14 août 2014 WALKER J. Chargé de secteur Gironde Validation finale V1 01 septembre 2014 TARTARY P. Chargé de mission – Ecologue Prise en compte des remarques V2 04 février 2015
  3. 3. Table des matières Introduction :........................................................................................................................................... 5 Localisation.............................................................................................................................................. 6 Rappel sur le protocole retenu pour la transplantation ......................................................................... 7 Rappel sur les modalités de gestion retenues sur la parcelle transplantée ........................................... 8 Modalités de gestion initiales ............................................................................................................. 8 Modalités de gestion entreprises en 2013.......................................................................................... 8 Modalités de gestion 2014.................................................................................................................. 9 Présentation des protocoles successifs retenus pour le suivi de la population transplantée.............. 10 Protocole du 04 octobre 2012 de suivi de la reprise des bulbes ...................................................... 10 Paramètres retenus et aspects méthodologiques ........................................................................ 10 Principaux résultats....................................................................................................................... 10 Suivi de la parcelle transplantée ................................................................................................... 10 Suivi des habitats naturels de la parcelle transplantée................................................................. 11 Suivi de la parcelle en exclos......................................................................................................... 12 Nouveau protocole de suivi de la station.......................................................................................... 12 Résultats des suivis pour l’année 2014 ................................................................................................. 13 Description paysagère....................................................................................................................... 13 Caractérisation des habitats.............................................................................................................. 14 Cartographie des habitats ................................................................................................................. 15 Décompte de l’ail rose....................................................................................................................... 15 Détourage du peuplement d’ail rose ................................................................................................ 19 Suivi des actions de gestion............................................................................................................... 20 Préconisations de gestion ..................................................................................................................... 21 Discussions ............................................................................................................................................ 22
  4. 4. Introduction : Dans le cadre de la mise en œuvre des actions de suivis des mesures de réduction liées à la réalisation de la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique (LGV SEA), LISEA a missionné le Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine (CEN Aquitaine) pour mener le suivi de la transplantation des pieds d’ail rose (Allium roseum) sur la parcelle de transplantation sur la commune de Cubzac-les-Ponts. Ce suivi fait suite aux dispositions de transplantation de l’espèce située sur les emprises de la ligne conformément aux arrêtés inter-préfectoraux du 24 février 2012 et du 21 décembre 2012. Les modalités de recueil, de stockage et de réimplantation des bulbes ont fait l’objet d’un protocole soumis pour approbation au Conservatoire Botanique National Sud Atlantique et à la DREAL Aquitaine en septembre 2012. Celui-ci intègre également des éléments de description et de gestion de la zone d’accueil ainsi qu’une méthode de suivi pour mesurer l’efficacité de l’opération de transplantation des pieds d’ail rose réalisée en 2012 et le maintien des populations situées immédiatement en marge de l’emprise travaux ayant fait l’objet d’une mesure d’évitement. En l’absence du suivi de la parcelle riveraine (refus d’accès par le propriétaire) directement impactée, l’ensemble de la méthodologie de septembre 2012 ne peut être appliqué. Il a dont été proposé, à LISEA, d’alléger le dispositif pour réellement suivre des éléments mesurables et comparables d’une année sur l’autre (Cf. Note de propositions de suivi des mesures environnementales liées à la construction et l’exploitation de la LGV SEA Tours Bordeaux). Cette nouvelle méthodologie a fait l’objet d’une réflexion conjointe entre le CEN Aquitaine et le CBNSA. Ce document présente l’ensemble des données récoltées dans le cadre de la mise en œuvre des suivis sur la parcelle d’accueil des individus d’ail rose déplacés lors des opérations de transplantation effectuées entre le 1er octobre 2012 et le 5 octobre 2012. Il fait également suite à un rapport de BIOTOPE présentant le suivi lors de la première année de suivi (2013).
  5. 5. Localisation La parcelle de transplantation de l’ail rose se situe sur la commune de Cubzac-les-Ponts au nord de la Dordogne dans le département de la Gironde (33). Figure 1 : Localisation communale de la parcelle de transplantation Cette parcelle se trouve à près de 200 m à l’Est de l’emprise des travaux de la LGV SEA et à moins de 400 m du lieu d’origine d’ail rose. Figure 2 : Localisation de la parcelle au sein de la commune de Cubzac- les-Ponts
  6. 6. Rappel sur le protocole retenu pour la transplantation1 En amont de l’opération de transplantation, un repérage et un balisage précis des pieds d’ail rose à transplanter ont été effectués le 28/06/2012 et le 12/07/2012 (périodes favorables au repérage des individus). Le déterrage des bulbes a eu lieu à l’automne de la même année. La majorité des bulbes ont été déterrés manuellement puis des essais de décapage de sol à la pelle mécanique suivis d’une récolte manuelle ont été réalisés. Enfin, la transplantation des bulbes et caïeux d’ail rose a eu lieu concomitamment et dans la continuité des opérations de récolte et menée par une équipe chantier dédiée de 5 personnes. Compte-tenu du caractère expérimental de cette opération de transplantation, plusieurs modalités de replantation (en termes de profondeur, de densité de plantation et de nombre de caïeux par trou) ont été testées prenant en compte la diversité des situations dans lesquelles l’ail rose a pu être observé. Le schéma récapitulant les différentes modalités d’implantation sur la parcelle d’accueil est présenté ci-dessous. Profondeur 5 cm Profondeur 15 cm Profondeur 5 cm Profondeur 15 cm  N CHEMIN ET VIGNES Densité de 1 caïeu / m² F O U R R E S (Q1) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 160 caïeux (Q5) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 160 caïeux (Q9) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 160 caïeux (Q13) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 160 caïeux C H E M I N E T V I G N E S Densité de 1 caïeu / 2 m² (Q2) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 90 caïeux (Q6) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 90 caïeux (Q10) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 90 caïeux (Q14) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 90 caïeux Densité de 1 caïeu / m² ou 5 caïeux / m² (Q3) 5 caïeux par trou 6 rangs soit 510 caïeux (Q7) 5 caïeux par trou (et 1 bulbe par trou en rangs 2 et 4) 10 rangs soit 740 caïeux (Q11) 5 caïeux par trou 10 rangs soit 850 caïeux (Q15) 5 caïeux par trou 9,5 rangs soit 805 caïeux Densité de 1 bulbe / 2 m² ou 5 caïeux / 2 m² (Q4) 5 caïeux par trou 5 rangs soit 200 caïeux (Q8) 1 caïeu par trou 10 rangs soit 80 caïeux (Q12) 5 caïeux par trou 9 rangs soit 315 caïeux (Q16) 1 caïeu par trou 9 rangs soit 63 caïeux HABITATIONS Figure 3 : Schéma de transplantation de l’ail rose sur la parcelle Au total, 5 592 bulbes d’ail rose ont été réimplantés sur la parcelle d’accueil dont 4 393 selon 16 modalités qui seront suivies. Il est à noter que la parcelle d’accueil abritait déjà avant les opérations de transplantation une population d’ail rose, dont nous ne connaissons pas avec précision l’effectif. 1 Protocole CODO4 80118 C1 transmis et validé par les services de l’Etat le 04 octobre 2012 et compte rendu des opérations transmis le 30 octobre 2012.
  7. 7. Rappel sur les modalités de gestion retenues sur la parcelle transplantée Modalités de gestion initiales Dans le protocole de déplacement de l’ail rose2 , les modalités de gestions étaient définies de la façon suivante :  N Profondeur 1 Profondeur 2 Profondeur 1 Profondeur 2 Densité 1 Q1 Q5 Q9 Q13 Densité 2 Q2 Q6 Q10 Q14 Densité 3 Q3 Q7 Q11 Q15 Densité 4 Q4 Q8 Q12 Q16 Opérations de gestion Fauche annuelle avec exportation des produits de fauche à partir de la mi-juillet (hauteur de coupe = 8 cm) Fauche annuelle à partir de fin juin et hersage du sol en juillet-aout Figure 4 : Modalités initiales de gestion de la parcelle de transplantation Ce dispositif permettait de comparer l’effet de la gestion sur l’évolution de la population d’ail rose. Par exemple, les individus d’ail rose au sein des quadrats 1 et 9 ont été transplantés en respectant le même protocole mais devaient être gérés de façon différenciée. Modalités de gestion entreprises en 2013 Les premières mesures de gestions préconisées dans le protocole de déplacement de l’ail rose (fauche avec exportation) ont été effectuées courant juillet pour l’ensemble de la parcelle. Cette opération a été réalisée par COSEA. Après quoi un hersage de la moitié de la parcelle a eu lieu. Cependant, ce hersage n’a pas été effectué sur les quadrats prévus initialement, les opérations de gestion ont été réalisées de la façon suivante :  N Profondeur 1 Profondeur 2 Profondeur 1 Profondeur 2 Opérations de gestion Densité 1 Q1 Q5 Q9 Q13 Fauche annuelle avec exportation des produits de fauche à partir de la mi-juillet (hauteur de coupe = 8 cm) Densité 2 Q2 Q6 Q10 Q14 Densité 3 Q3 Q7 Q11 Q15 Fauche annuelle avec exportation des produits de fauche à partir de la mi-juillet et hersage du sol en juillet-aoutDensité 4 Q4 Q8 Q12 Q16 Figure 5 : Modalités de gestion pour l’année 2013 de la parcelle de transplantation Ainsi, pour une même modalité de transplantation, il devient impossible de comparer l’effet de la gestion. En revanche, cette comparaison sera bien effectuée sur la globalité entre les deux modes de gestion permettant de suivre l’évolution des habitats naturels et de la population d’ail rose. 2 CODO4 80118 C1
  8. 8. Modalités de gestion 2014 En 2014, le CEN Aquitaine a préconisé une organisation nouvelle du parcours technique de gestion, tout en maintenant les modalités de gestion. Ainsi, pour limiter la prolifération des essences constituant le fourré, il semble judicieux de réaliser le hersage du côté de ce dernier. Les modalités de fauche restent les mêmes. La gestion entreprise en 2014 sera donc conforme au plan d’entretien suivant :  N Profondeur 1 Profondeur 2 Profondeur 1 Profondeur 2 Densité 1 Q1 Q5 Q9 Q13 Densité 2 Q2 Q6 Q10 Q14 Densité 3 Q3 Q7 Q11 Q15 Densité 4 Q4 Q8 Q12 Q16 Opérations de gestion Fauche annuelle à partir de fin juin et hersage du sol en juillet-aout Fauche annuelle avec exportation des produits de fauche à partir de la mi-juillet (hauteur de coupe = 8 cm) Figure 6 : Modalités de gestion pour l’année 2014 de la parcelle de transplantation
  9. 9. Présentation des protocoles successifs retenus pour le suivi de la population transplantée Protocole du 04 octobre 2012 de suivi de la reprise des bulbes Paramètres retenus et aspects méthodologiques Plusieurs modalités ont été testées lors des opérations de transplantation. Ces modalités sont présentées sur le schéma de la page précédente (Figure 1). Au total 16 quadrats ont été réalisés avec des modalités de transplantation différentes. Les variables suivantes ont été mesurées dans chacun des quadrats : - le nombre d’individus fleuris (il est difficile de localiser les individus non fleuris au sein de la végétation. En effet, les feuilles de l’ail rose peuvent être facilement confondues avec celles de graminées) ; - la hauteur de la hampe florale (sur 25 individus) ; - le nombre de feuilles par plant fleuri (sur 25 individus). Les deux derniers paramètres visaient à suivre les effets de la variabilité naturelle de la population et à évaluer sa dynamique par rapport à une population témoin. En plus de ces paramètres, début juillet 2013, un passage sur la parcelle a été effectué afin de vérifier si les individus fleuris au printemps avaient fructifiés. En parallèle du suivi sur le succès de reprise des individus transplantés, un suivi sur les habitats naturels a été mis en place. Il vise à suivre l’évolution de la composition floristique et à appréhender les changements évolutifs des habitats naturels se trouvant sur la parcelle d’accueil. Ce suivi permettra dans les années à venir, de valider les principes de gestion retenus et/ou d’adapter au mieux ces opérations de gestion afin que les conditions restent optimales pour le maintien et le développement de la population d’ail rose transplantée. Enfin, il a été vérifié que la station se trouvant au lieu-dit des Vignaux, à proximité immédiate des travaux n’a pas été impactée. Le but de ce suivi et de vérifier que cette population mise en exclos avant les travaux de défrichement n’a pas été impactée pendant la phase de terrassement et de construction de la ligne à grande vitesse. Principaux résultats Suivi de la parcelle transplantée Les premiers résultats de l’année 2013 ont permis de dénombrés 1163 individus sur la parcelle transplantée. Un peu plus de 26% des individus transplantés ont produit des hampes florales. Il faut avoir à l’esprit que la parcelle abritait déjà des individus d’ail rose, ce qui oblige à nuancer l’évaluation de l’opération de transplantation et met en avant l’importance du choix des sites de transplantation. En effet, le nombre de hampes florales est supérieur au nombre de caïeux transplantés dans certains quadrats (Q9, Q10, Q13, Q14).
  10. 10. Numéro de la modalité de transplantation Nb de caïeux ou de bulbes initialement transplantés Nb de hampes florales comptabilisées Commentaires Q1 160 caïeux 14 Le secteur de pelouse du quadrat concentre le plus de hampes florales Q2 90 caïeux 20 Le secteur de pelouse du quadrat concentre le plus de hampes florales Q3 510 caïeux 2 Secteur de prairie avec un fort recouvrement de Brachypode Q4 200 caïeux 34 Secteur de prairie très productive Q5 160 caïeux 85 Le secteur de pelouse du quadrat concentre le plus de hampes florales Q6 90 caïeux 40 Le secteur de pelouse du quadrat concentre le plus de hampes florales Q7 714 caïeux et bulbes 16 Secteur intermédiaire entre pelouse et prairie Q8 80 bulbes 27 Secteur de prairie très productive Q9 160 caïeux 159 Quadrat qui devait déjà accueillir de l’ail rose avant la transplantation au vu du nombre de hampes florales comptabilisées Q10 90 caïeux 214 Quadrat qui devait déjà accueillir de l’ail rose avant la transplantation au vu du nombre de hampes florales comptabilisées Q11 850 caïeux 21 Secteur intermédiaire entre pelouse et prairie Q12 315 caïeux 17 Secteur de prairie très productive Q13 160 caïeux 179 Quadrat qui devait déjà accueillir de l’ail rose avant la transplantation au vu du nombre de hampes florales comptabilisées Q14 90 caïeux 252 Quadrat qui devait déjà accueillir de l’ail rose avant la transplantation au vu du nombre de hampes florales comptabilisées Q15 805 caïeux 58 Secteur intermédiaire entre pelouse et prairie Q16 63 bulbes 25 Secteur de prairie très productive Total 4 393 plants 1 163 hampes florales Si l’on ne prend pas en compte ces quatre quadrats un peu moins de 10% (9,22%) des individus transplantés ont produits des hampes florales moins d’un an après les opérations de transplantation. Cette première année de suivi intervient moins d’un an après les opérations de transplantations, il est encore prématuré de dégager des conclusions sur le succès de l’opération. En ce qui concerne la fructification, l’ensemble des quadrats abritant des individus d’ail rose avait fructifié. Cette fructification peut laisser supposer une certaine viabilité dans le temps des individus transplantés. Suivi des habitats naturels de la parcelle transplantée Les relevés ont permis de mettre en évidence la présence de 2 habitats naturels différents au sein de la parcelle d’accueil (un troisième se trouve à proximité immédiate) :  Pelouse calcaire (Corine biotope : 34.32), il s’agit d’un milieu ouvert dont le cortège floristique est principalement dominé par le brome dressé (Bromus erectus) et la laîche flasque (Carex flacca). Il est fréquent de trouver un nombre important d’espèces d’orchidées au sein de ces milieux comme par exemple l’ophrys bécasse (Ophrys scolopax), l’orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis) et l’orchis à odeur de bouc (Himantoglossum hircinum). Il s’agit d’un habitat naturel patrimonial ;
  11. 11.  Prairie de fauche (Corine biotope : 38.21), il s’agit d’un milieu ouvert, presque entièrement dominé par les graminées (Dactylis glomerata, Festuca pratensis, Arrhenatherum elatius). Ces prairies sont beaucoup plus productives et hautes (hauteur moyenne de la végétation comprise entre 60 cm et 70 cm contre 20 cm pour les pelouses) que les pelouses calcaires décrites précédemment. La présence immédiate de fourrés en marge de la parcelle menace directement la population d’ail rose. Il faut noter la présence quasi systématique d’espèces ligneuses issues des fourrés arbustifs dans les relevés réalisés au sein de la parcelle. Il s’agit du cornouiller sanguin (Cornus sanguinea), du prunellier (Prunus spinosa), de l’églantier (Rosa canina) et dans une moindre mesure des ronces (Rubus spp.). Ces espèces se trouvent en nappe (présentes sur l’ensemble de la parcelle de manière diffuse). La fauche réalisée par COSEA durant le mois de juillet vise à bloquer l’évolution dynamique des prairies et pelouses vers des ourlets puis des fourrés, habitats non favorables au maintien des populations d’ail rose transplantées. Suivi de la parcelle en exclos Une station d’ail rose se trouve à proximité immédiate de l’emprise des travaux (parcelle cadastrale 260). Cette station a été mise en exclos afin d’éviter la destruction d’individus. L’objectif du suivi est de vérifier le bon état de conservation de la population (mise en exclos respectée et vérification que la station n’a pas été impactée) et de vérifier le maintien des populations en place et de leur dynamique. Seul le premier objectif de ce suivi a pu être réalisé. En effet, le droit d’accès à la parcelle n’a pas été accordé à l’époque au Bureau d’études BIOTOPE, rendant impossible le suivi de la population d’ail rose. A la lumière des résultats obtenus et des conditions d’exercice de ces suivis, le Conservatoire d’espaces naturels d’Aquitaine propose pour la suite, une version allégée des suivis d’ail rose. Nouveau protocole de suivi de la station Ce nouveau protocole vise les mêmes objectifs que le précédent, mais s’attache à recadrer le suivi sur la parcelle transplantée. Ainsi, il s’attachera à :  Entreprendre une description paysagère dans un rayon de 100 m autour de la parcelle pour évaluer les modifications locales qui pourraient influencer les populations d’ail rose sur la parcelle transplantée. Par ailleurs, la parcelle et son environnement feront l’objet d’une suivi photographique ;  Relever les conditions stationnelles de la parcelle ;  Caractériser les habitats : 3 relevés phytosociologiques de 4m² chacun sur 3 milieux différents de la parcelle transplantée (avril/mai). Les espèces présentes sont notées ainsi que leur coefficient d’abondance-dominance (compris entre + et 5) sur la placette ;  Dénombrer la population d’ail rose : 1 relevé en période d'inflorescence sur l’ensemble de la parcelle. Les résultats devront faire la différence entre les différentes modalités de transplantation (16 quadrats). Une cartographie de la population sera réalisée pour voir s’il y a des modifications dans la répartition des plants ;  Suivre les modalités de gestion en mesurant les hauteurs de fauche et les profondeurs de hersage au moment des travaux.
  12. 12. Résultats des suivis pour l’année 2014 L’ensemble des éléments de suivi, à l’exception du suivi des actions de gestion, a été mené le 05 mai 2014. Description paysagère La parcelle de transplantation se situe dans un contexte péri-urbain pavillonnaire, au contact de la viticulture. Eléments du paysage Surface (en m²) Proportion Chemin d'exploitation 4066 8% Fourrés 3204 6% Friche 9029 17% Jardins 8752 16% Praire (parcelle transplantée) 2795 5% Route 2950 5% Urbanisation 11132 21% Vignes 11766 22% Total 53694 100% Tableau I : Proportion surfacique des différents éléments paysagés dans une bande de 100 m autour de la parcelle transplantée Figure 7 : Cartographie des éléments paysagés dans une bande de 100 m autour de la parcelle transplantée Ainsi, dans le détail, l’environnement proche de la parcelle est dominé pour 2/5 par la viticulture et l’urbanisation, puis par une friche (ancienne vigne) qui devrait être, à l’avenir, replantée en vigne et par les jardins qui ceinturent ici les résidences pavillonnaires. Viennent ensuite, les chemins d’exploitation, les fourrés et les routes.
  13. 13. Figure 8 : Vue sur la zone pavillonnaire au Nord-Est de la parcelle Figure 9 : Vue sur la friche au Nord de la parcelle Figure 10 : Vue sur la partie Sud de la parcelle L’environnement immédiat de la parcelle ne devrait pas fondamentalement changer dans les prochaines années. L’étalement urbain étant ici en limite des terrains agricoles et se situe assez près de l’emprise de la LGV SEA. La parcelle transplantée est tout de même enclavée au sein d’une zone particulièrement anthropisée, avec très peu d’espaces naturels à proximité. Cet isolement pourrait être à l’avenir défavorable à la conservation de l’ail rose sur le site. La recherche de corridors fonctionnels entre des noyaux de biodiversité de l’espèce et la parcelle pourrait-être mise en œuvre dans le cadre de la mise en conformité du PLU de la commune avec la déclinaison des prescriptions du SRCE au niveau local. Caractérisation des habitats Trois relevés ont été menés sur la parcelle sur les trois principaux milieux de la parcelle. Les relevés phytosociologiques réalisés sont présentés dans les tableaux en annexe. Le relevé 1 montre une composition floristique essentiellement basée sur les espèces des prairies méso-eutrophile de fauche caractérisées par Festuca pratensis, Lotus corniculatus et Centaurea jacea. Cependant, cet habitat à forte productivité se voit coloniser par des espèces de friche et d’ourlet avec Daucus carota, Rubus sp. et Agrimonia eupatoria. La présence de ces espèces dans le relevé traduit d’une part le caractère ancien de sa mise en culture et d’autre part de la présence à proximité d’un fourré. Le relevé 2 est caractérisé par la présence de Bromus erectus, Sanguisorba minor et Hieracium pilosella. Ces trois espèces, entre autres, caractérisent l’habitat de pelouses calcaires. Sur la parcelle, cet habitat est composé d’un petit nombre d’orchidées : Ophrys scolopax, Himantoglossum hircinum et Orchis purpurea. Cependant, cet habitat se trouve en mosaïque imbriquée avec l’habitat précédant. Par ailleurs, cette station montre également une dynamique de fermeture avec la présence de Cornus sanguinea. Enfin, le relevé 3 placé sur la partie haute de la parcelle montre une diversité florale amoindrie par rapport aux autres relevés et par rapport à 2013. De plus, la composition floristique est dominée par les espèces communément présentes à proximité des cultures avec Veronica polita, Lathyrus aphaca, Medicago arabica et Rapistrum rugosum. La gestion entreprise en 2013 a changé la composition floristique de ce secteur. Elle a affaibli les espèces de prairie (ce qui n’est pas un mal), tout en banalisant les espèces pionnières des cultures, sans pour autant favoriser les espèces de pelouses sèches.
  14. 14. La gestion qui devait permettre de limiter la colonisation des espèces de fourré a été peu efficace. Au-delà de cela, elle a très probablement été un peu violente sur le milieu en modifiant les conditions stationnelles, conduisant à l’apparition d’un nouvel habitat. Pour limiter la banalisation du milieu liée aux actions de gestion, deux séries de préconisations sont faites plus loin, l’une permettant d’adapter les modalités au regard des actions de gestion 2013 et l’autre sous forme de piste qui seront adaptées en fonction des résultats du suivi (2015) de la population. Cartographie des habitats La cartographie des unités écologiques matérialise au niveau surfacique les résultats de la caractérisation des habitats. L’habitat fourré arboré se cantonne en marge de la parcelle ; l’habitat de pelouse sèche se maintient au centre de celle-ci et un milieu de friche rudérale tend à se développer au Sud de la parcelle en lien avec le hersage entrepris en 2013. En l’absence de couches SIG antérieures à 2014, il nous est difficile de comparer avec précision l’avancement des habitats entre eux et d’une année sur l’autre. Cependant, les fourrés arborés ne semblent pas particulièrement prendre le dessus sur la prairie ou la pelouse sèche. En revanche, quelques espèces caractéristiques de ces conditions colonisent le centre de la parcelle. La pelouse sèche semble se maintenir sur les mêmes surfaces, bien que cet habitat tende à se voir coloniser par des espèces caractéristiques de la prairie. En revanche, l’habitat prairial a considérablement régressé en faveur d’un milieu plus banal : la friche rudérale. Dans les prochaines années, il sera nécessaire de suivre de près l’évolution de l’ensemble de ces milieux entre eux et dans le temps. Les actions de gestion devront avoir pour objectif de contenir l’étalement des fourrés arborés, tout en limitant le développement de la friche rudérale. La finalité étant de retrouver des conditions favorables à l’ail rose, c’est-à-dire des milieux ouverts peu remaniés. Décompte de l’ail rose Comme il a été fait référence plus haut, le protocole de suivi de l’ail rose sur la parcelle de transplantation a été allégé par apport à celui de 2013. Au vu des conditions climatiques du début de printemps 2014, il a été décidé d’avancer le suivi de près de deux semaines par rapport à l’année 2013. Ainsi, un seul passage a été réalisé le 05 mai 2014, pour comptabiliser l’ensemble des hampes florales d’ail rose. Les résultats obtenus du comptage sont présentés dans le tableau suivant : Figure 11 : Cartographie des habitats naturels du site
  15. 15. Numéro de la modalité de transplantation (Quadrat) Nb de caïeux ou de bulbes initialement transplantés Nb de hampes florales comptabilisées en 2014 Commentaires Q1 160 caïeux 12 Les hampes florales sont régulièrement réparties sur le quadrat Q2 90 caïeux 10 Les hampes florales sont régulièrement réparties sur le quadrat Q3 510 caïeux 26 Les hampes florales se développent au contact du fourré. Secteur rudéralisé Q4 200 caïeux 50 L’ail se développe sur les talus. Secteur rudéralisé Q5 160 caïeux 41 Peu de hampes se développent au centre de ce quadrat. Q6 90 caïeux 23 L’ail se développe en bordure Est de ce quadrat, en contact avec l’habitat de pelouse. Q7 740 caïeux et bulbes 18 Secteur rudéralisé. L’ail se développe sur les talus. Q8 80 caïeux 46 Secteur rudéralisé. L’ail se développe sur les talus. Q9 160 caïeux 230 L’ail rose est fortement présent sur la partie haute de ce quadrat, sur l’habitat de pelouse. Q10 90 caïeux 37 Les hampes florales se développent majoritairement sur l’habitat de pelouse. Q11 850 caïeux 11 Secteur rudéralisé. L’ail se développe sur les talus. Q12 315 caïeux 29 Secteur rudéralisé. L’ail se développe sur les talus. Q13 160 caïeux 323 L’ail rose est fortement présent sur la partie haute de ce quadrat, sur l’habitat de pelouse. Q14 90 caïeux 283 Les hampes florales se développent majoritairement sur l’habitat de pelouse. Q15 805 caïeux 59 Secteur rudéralisé. L’ail se développe sur les talus et en limite de parcelle. Q16 63 caïeux 58 Secteur rudéralisé. L’ail se développe sur les talus et en limite de parcelle. TOTAL 4 393 1 256 Contre 1 163 lors du comptage 2013 Avec : Quadrat devant accueillir de l’ail rose avant la transplantation (observation 2013) Quadrat devant accueillir de l’ail rose avant la transplantation (observation 2014) Tableau II : Résultats du décompte des hampes florales d’ail rose en 2014 par quadrats. Le suivi des hampes florales d’ail rose en 2014 a permis de dénombrer 1 256 individus sur la parcelle transplantée. Ce qui fait que plus de 28% des individus transplantés ont produits une hampe florale. Cependant, il ne faut pas interpréter ces résultats au pied de la lettre. Tout d’abord la parcelle transplantée abritait déjà des individus d’ail rose et nous ne connaissions pas la population d’origine.
  16. 16. Les résultats des observations sur les quadrats 9, 13 et 14 sont flagrants de ce point de vue. Alors que le quadrat 16 semble être beaucoup plus problématique à interpréter. Enfin, le quadrat 10 faisait apparaitre en 2013 la présence d’une population autochtone, en 2014, ce n’est plus le cas. Ainsi, si nous n’intégrons pas les résultats des quadrats 9, 10, 13, 14 et 16 dans le décompte du taux de reprise, nous tombons à 7% de reprise des individus transplantés après deux années en terre. Par ailleurs, entre 2014 et 2013, nous observons une augmentation de 7% du nombre de hampes florales (1163 en 2013 à 1256 en 2014), mais avec des résultats très fluctuants d’un quadrat à l’autre comme le démontre la figure suivante.  N (Quadrat) Evolution population 2013 / 2014 (Q1) -14% (Q5) -51% (Q9) 44% (Q13) 80% (Q2) -50% (Q6) -42% (Q10) -82% (Q14) 12% (Q3) 1200% (Q7) 12% (Q11) -47% (Q15) 1% (Q4) 47% (Q8) 70% (Q12) 70% (Q16) 232% Avec Baisse forte de plus de 55 % de floraison entre 2013 et 2014 Baisse de la floraison entre 2013 et 2014 comprise entre 16% et 54% Maintien du taux de floraison (entre -15% et + 15%) Augmentation de la floraison entre 2013 et 2014 comprise en 16 et 54% Augmentation forte de la floraison de plus de 56% Figure 12 : Evolution de la population d’ail rose en fleur entre 2013 et 2014 A première vue, 5 quadrats (Q2, 5, 6, 10 et 11) marquent une baisse du taux de floraison. Cette baisse est significative pour le quadrat 10 (-82%). Un maintien du taux de floraison pour 4 quadrats (Q1, 7, 14 et 15) et une augmentation dans les 7 quadrats restants (Q3, 4, 8, 9, 12, 13 et 16), avec une forte progression pour quatre d’entre eux. Il est extrêmement difficile d’appréhender ces résultats sans avoir à disposition la taille initiale de la population d’ail rose sur la parcelle et sans avoir de référence sur la phénologie de l’espèce en particulier pour l’année 2014, notamment en l’absence d’une parcelle témoin qui permettrait de distinguer le rôle que joue la gestion par rapport aux évolutions normales d’une population. Cependant, la gestion entreprise en 2013 semble avoir dynamisé la population d’ail rose située en périphérie des quadrats ; alors que les populations du cœur de ces quadrats semblent ne pas avoir supporté la gestion.
  17. 17. Numéro de la modalité de transplantation (Quadrat) Nb de caïeux ou de bulbes initialement transplantés Nb de hampes florales comptabilisées en 2013 Taux de reprise 2013 / transplantation Nb de hampes florales comptabilisées en 2014 Taux de reprise 2014 / transplantation Gestion entreprise en 2013 Q1 160 caïeux 14 -91% 12 -92% Fauche simple Q2 90 caïeux 20 -77% 10 -88% Fauche simple Q3 510 caïeux 2 -199% 26 -94% Fauche et hersage Q4 200 caïeux 34 -83% 50 -75% Fauche et hersage Q5 160 caïeux 85 -46% 41 -74% Fauche simple Q6 90 caïeux 40 -55% 23 -74% Fauche simple Q7 740 caïeux et bulbes 16 -97% 18 -97% Fauche et hersage Q8 80 caïeux 27 -66% 46 -42% Fauche et hersage Q9 160 caïeux 159 -2% 230 143% Fauche simple Q10 90 caïeux 214 237% 37 -58% Fauche simple Q11 850 caïeux 21 -97% 11 -98% Fauche et hersage Q12 315 caïeux 17 -94% 29 -90% Fauche et hersage Q13 160 caïeux 179 111% 323 201% Fauche simple Q14 90 caïeux 252 280% 283 314% Fauche simple Q15 805 caïeux 58 -92% 59 -92% Fauche et hersage Q16 63 caïeux 25 -60% 58 -7% Fauche et hersage TOTAL 4 393 1163 -73% 1 256 -71% Avec : Baisse forte de plus de 55 % de floraison entre 2013 et 2014 Fauche et hersage Baisse de la floraison entre 2013 et 2014 comprise entre 16% et 54% Fauche simple Maintien du taux de floraison (entre -15% et + 15%) Augmentation de la floraison entre 2013 et 2014 comprise en 16 et 54% Augmentation forte de la floraison de plus de 56% Tableau III : Taux de reprise de la floraison d’ail rose entre 2013 / 2014 et la transplantation En 2014, il n’est plus possible de conclure quoique ce soit sur la reprise des aulx en fonction des profondeurs de plantation des bulbes. Les modalités de gestion ont remis en suspension nombre de bulbes, ces derniers ne se retrouvant plus aux profondeurs initiales de plantations.
  18. 18. Détourage du peuplement d’ail rose Cet outil permettra à terme de visualiser les modifications spatiales de la population d’ail rose aux grès des actions de gestion. En 2014, les populations d’ail rose se répartissaient de façon homogène la parcelle, et selon deux modes d’occupation : en population dense ou clairsemée. La première partie Nord de la parcelle accueille des populations d’ail rose plutôt denses avec une répartition assez compacte sous forme de 3 noyaux. La seconde moitié de la parcelle (au Sud) est colonisée de façon plus lâche par l’ail rose, en une multitude de petits noyaux, qui pour certains sont particulièrement clairsemés. En comparant la répartition des populations d’ail rose et les unités écologiques présentes sur le site, il apparait clairement que la zone rudérale (fauché et hersé en 2013) accueille plutôt des populations éclatées de petite taille, jusqu’à avoir des individus clairsemés. A l’inverse, la partie basse du site (en altitude) présente de belles populations denses, mais peu nombreuses qui s’inscrivent dans des milieux plus naturels de type prairie de fauche ou pelouses calcaires. Les effets de la gestion de 2013 sont ici mis en évidence. L’action de hersage a fragmenté les populations présentes sur la partie Sud de la parcelle. L’effet de cette fragmentation devra être suivi de près dans les années à venir, tant l’évolution des populations peut conduire dans ce genre de situation : soit à un renforcement par dispersion, soit à une disparition par manque d’offre d’individus reproducteurs dans un périmètre restreint. Figure 13 : Répartition de la population d’ail rose sur la parcelle
  19. 19. Suivi des actions de gestion Comme nous l’avons dit plus haut, le CEN Aquitaine a choisi pour l’année 2014 de revenir à la gestion initiale prévue sur le site, telle qu’elle a été définie dans le protocole de déplacement3 , avec cependant quelques adaptations de pratique :  une inversion de la moitié hersée. Il parait plus opportun de contenir l’avancé du fourré en combinant la fauche et le hersage ;  une fauche pour les deux parties de la parcelle à partir de la mi-juillet. La gestion a été ainsi faite selon le schéma suivant :  N Profondeur 1 Profondeur 2 Profondeur 1 Profondeur 2 Densité 1 Q1 Q5 Q9 Q13 Densité 2 Q2 Q6 Q10 Q14 Densité 3 Q3 Q7 Q11 Q15 Densité 4 Q4 Q8 Q12 Q16 Opérations de gestion Fauche annuelle à partir de la mi- juillet et hersage du sol en juillet- aout Fauche annuelle avec exportation des produits de fauche à partir de la mi-juillet (hauteur de coupe = 8 cm) Figure 14 : Modalité de gestion 2014 de la parcelle Sur ces bases, la fauche et l’export des résidus de fauche ont été menés le 30 juillet 2014 sur une végétation s’élevant à près de 1,30 de moyenne. La faucheuse a entrepris une coupe à hauteur de 5 cm de moyenne, avec sur certains secteurs des atteintes au sol. Vu les micros variations topographiques sur la parcelle, il devient difficile de régler avec précision la hauteur de fauche Figure 15 : Fauche de la parcelle Le hersage est intervenu le 04 août 2014 à une profondeur de 20 cm de moyenne. La profondeur, la technique ou l’outil employé semble particulièrement agressif sur le site. Figure 16 : Vue de l’action différentiée sur la parcelle 3 CODO4 80118 C1
  20. 20. Les actions de fauche et d’export ont été menées en 2014 conformément aux prescriptions. En revanche, le hersage entrepris cette année a été un peu fort. Dans ces conditions, de nombreux bulbes ont été remontés à la surface. Figure 17 : Bulbe d’ail rose mise à l’air libre lors de l’action de hersage Les actions de gestion doivent être mieux cadrées au moment de la rédaction du cahier des charges permettant de lancer l’appel à prestataires, et par la suite, il sera indispensable de bien caler l’intervention avec l’entreprise retenue et de prévoir une présence physique en continue du CEN Aquitaine au moment de la réalisation de toutes les actions de gestion. Préconisations de gestion Il persiste un problème de coordination entre les intervenants. Les actions de gestion sont à la rencontre entre deux mondes : l’un naturaliste qui prescrit les actions et ne jure que par les résultats, et l’autre agricole qui les réalise et s’accroche plutôt aux moyens. A cette interface, la communication et la coordination n’est pas aisée. La transmission d’ordres permettant la conservation d’espèces remarquables peut paraitre farfelus (aux yeux du prestataire) et la volonté de la part du prestataire, de réaliser un travail parfait n’est, au final, pas l’objectif de l’action. Ainsi, le point de vigilance pour les années à venir portera sur la traduction conforme des volontés de gestion en action de gestion, notamment par une présence de l’expert naturaliste à toutes les étapes de la gestion. Cette année, le CEN Aquitaine n’a été présent qu’au début du chantier pour fournir ses préconisations de gestion, à la fin de la phase de fauchage et après la phase de hersage. Enfin, aux regards des prochains résultats sur la population d’ail rose sur la parcelle, il sera probablement nécessaire d’ajuster :  la période d’intervention : les mois de juillet et août semblent particulièrement peu propice à la profondeur de hersage définie actuellement. A cette période, le sol est très compact et pour décompacter le sol, il est nécessaire de faire plusieurs passages ;  la profondeur du hersage au regard de l’objectif de cette action et du maintien de la population d’ail rose sur la parcelle. La profondeur actuelle conduit à un déchaussement des bulbes ;  la mise en œuvre du hersage, qui bien que conforme aux volontés de gestion, est trop impactante sur le milieu. La parcelle après hersage fait penser à un labour superficiel. Le CEN pourrait par ailleurs prescrire un itinéraire technique adapté au moment de la rédaction du cahier des charges technique dans le but de rechercher un prestataire.
  21. 21. Discussions Les conclusions du suivi, concernant la transplantation de l’ail rose sur la parcelle, restent particulièrement difficiles à analyser, tant les paramètres non contrôlés sont nombreux : climatologie, phénologie de l’ail rose, présence d’une population d’ail rose sur la parcelle, modalités de gestion fluctuantes, ainsi que le biais « observateur » (deux intervenants pour le suivi en 2 ans) reste un facteur important de l’interprétation. Les éléments qui peuvent être maitrisés (modalité de gestion et biais observateur) devront l’être dans les prochaines années du suivi. En comparaison avec d’autres sites de transplantation de plantes à bulbe amène à constater que si la reprise des bulbes est bonne les premières années, les populations déclinent par la suite. Certains paramètres cités au-dessus, et notamment le choix de la parcelle d’accueil, auraient pu être mieux appréhendés par les experts botanistes intervenants sur cette problématique. Dans ce cas, il aurait fallu définir clairement les objectifs initiaux de la transplantation d’ail rose au-delà de la simple action de réduire l’impact de la LGV sur l’espèce. Ainsi, est ce que l’objectif secondaire était le renforcement d’une population existante d’ail rose ? Et dans ce cas, la parcelle d’accueil aurait dû faire l’objet d’un diagnostic détaillé pour comprendre les tenants et les aboutissants du déclin de la population d’ail rose sur cette parcelle avant de pratiquer le renforcement. Ou bien, la transplantation de la population d’ail rose avait un vocation bien plus global pour les métapopulations du plateau viticole de Cubzac-les-ponts, à savoir, recréer sous forme de pas japonais une continuité de population ou de créer une nouvelle population permettant une dispersion sur un secteur en marge de l’aire de répartition de l’espèce ? Dans cette situation, la parcelle d’accueil aurait dû être définie au travers d’une étude fine des populations en place sur cette partie de la Gironde. En terme de conclusion sur cette aspect, il est indéniable que le renforcement de la population d’ail rose sur la parcelle est un plus pour la conservation de l’espèce sur le secteur, mais à quel prix ? Atteinte à la population préexistante ou réelle plus-value de l’état de conservation de l’ail sur cette parcelle ?
  22. 22. Annexe FICHE STATION Suivi de la transplantation d’ail rose – LGV SEA SUIVI PLURIANNEL IDENTIFIANT Observateur Nom(s) observateurs(s) :…TARTARY Pascal ; LESSIEUR David . ……………………………………………………………………….……………………… Nom organisme : CEN d’Aquitaine……………………………………… Adresse :…5 Allée Ronsard – 33 320 LE TAILLAN MEDOC …… Courriel :…p.tartary@cen-aquitaine.fr ……………………………… Téléphone :……05 56 57 67 73 …………………………………………. IDENTIFIANT Station Taxon :……Ail rose Allium roseum…… …………………..……………… Numéro :…1……… …………………………………………………………………. Code station :…33CUBZ …………………………….…………………………. N° relevé simple :…RS1……………………….…………………..……………. N° relevé phytosociologique : …PHYTO1 PHYTO 2 et PHYTO 3 Commentaires :…Transplantation LGV SEA …………………………. LOCALISATION : Département :…Gironde.………………………………………..…………………… Commune :…Cubzac les Ponts ……………………….………………………….. Précisions géo. :…Sur le plateau calcaire au dessus de la plaine alluviale de la Dordogne …… …………………………………………………… Coordonnées GPS :……………………………………………………..…………….. Lieu-dit :…………………………………………..………………….……………………. ………………………………………………………………………………………………….. ………………………………………………………………………………………………….. CONDITIONS STATIONNELLES : Altitude :……………..………………………………………..………………m Exposition (relevé/versant) :.……………………………….………….. Roche-mère :…………………………………………..………………………. Eclairement :…100%……………………………………………………………..…… Inclinaison/topographie :……5 à 10 %…………....………… ….………….. Type de sol (texture, trophie, acidité/basicité, humidité) :..Argilo- calcaire…………………………………………………………………………………………. Etat général de conservation :  mauvais  moyen/inadéquat  bon Menaces de disparition à court terme (état critique) :  oui  non Type de gestion – fréquence – période :…Fauche tardive avec export à la mi juillet sur l’ensemble de la parcelle + Hersage sur une moitié de la parcelle………… …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. Facteurs d’influences : Positif (+) ; Négatif (-) ; Indéterminé ( ?) Agriculture  mise en culture, travail du sol  traitement de fertilisation et pesticides  pâturage  fauchage  abandon cultures ou prairies Sylviculture  coupes, abattages, déboisements  plantation de ligneux  aménagement forestier, pistes Fréquentation  sufréquentation, piétinement  sport et loisir de plein-air Infrastructures, aménagements  urbanisation  route ? transport d’électricité, de gaz…  extraction de matériaux  dépôt de matériaux, décharge Autre  fermeture du milieu  eutrophisation  envahissement d’une espèce exotique  compétition espèce animale sauvage Aménagement zones humides  comblement, assèchement, drainage  mise en eau, création de plan d’eau  modification des berges, endiguement  dégradation de la qualité des eaux  pisciculture (pour vente ou pêche)  atterrissement (hors aménagement)  submersion (hors aménagement)  érosion  incendie
  23. 23. FICHE RELEVE PHYTO Suivi de la transplantation d’ail rose – LGV SEA SUIVI PLURIANNEL IDENTIFIANT Observateur Nom(s) observateurs(s) :… TARTARY Pascal ; LESSIEUR David . ……………………………………………………………………….……………………… Nom organisme :… CEN d’Aquitaine …………….……………………… IDENTIFIANT Station Taxon :……Ail rose Allium roseum…… …………………..……………… Numéro :…1……… …………………………………………………………………. Code station :…33CUBZ …………………………….…………………………. Commentaires :……………………………………….……………………………. MILIEU : Description :……Prairie sur ancienne friche viticole dans un environnement de vignes et péri-urbain + développement de fourrés en bordure de parcelle + quelques tâches de pelouses sèches au centre de la parcelle. ……………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. Schéma :
  24. 24. Numéro du relevé N°…33CUBZPhyto1 – 05/05/2014. N°33CUBZPhyto2 – 05/05/2014 N°33CUBZPhyto3 – 05/05/2014. Coordonnées GPS 44,97136 N 0,43033 W 44,97128 N 0,43023 W 44,971 N 0,43040 W Numéro photo 104 – 0366 104 – 0368 104-0369 Groupement Code Végétation PVF Code Habitat Natura 2000 Gestion appliquée Fauche Fauche Fauche + hersage Temps passé (min) Qualité du relevé (1 à 5) Surface (m²) 6 6 6 Développement (linéaire ou surfacique) Surfacique Surfacique Surfacique Profondeur (m) Ombrage (0 à 4) 4 4 4 Sol nu (%) 0 0 15% Pente (°) -5° -5° 0 Exposition N N Zénithal Type de sol Argilo-calcaire Argilo-calcaire Argilo-calcaire Strates A1 A2 a1 a2 h m A1 A2 a1 a2 h m A1 A2 a1 a2 h M Hauteur strates (m) 0 0 0 0 0,3 1 0 0 0 0 0,3 1 0 0 0 0 0,3 1 Recouvrement strates (%) 0 0 0 0 95% 100% 0 0 0 0 80% 100% 0 0 0 0 85% 100%
  25. 25. Numéro du relevé N°33CUBZPhyto1 – 05/05/2014. N°33CUBZPhyto2 – 05/05/2014 N°33CUBZPhyto3 – 05/05/2014 Strates A1 A1 a1 a2 h m A1 A1 a1 a2 h m A1 A1 a1 a2 h m 1 Centaurea gr. jacea 3 3 2 Festuca pratensis 4 3 Trifolium pratense 2 4 Dactylis glomerata 1 + 5 Poa trivialis + + 6 Lotus corniculatus 4 1 7 Plantago lanceolata 1 2 8 Bellis perennis 1 + 9 Leucanthemum vulgare + 2 1 10 Vicia sativa 1 4 11 Potentilla reptans 1 12 Tragopogon pratensis + i 13 Linum bienne 1 + 14 Trifolium dubium 1 15 Bromus erectus 2 4 16 Carex flacca 1 1 17 Sanguisorba minor 1 3 18 Ranunculus bulbosus + 1 19 Anacamptis pyramidalis i i 20 Ophrys scolopax i + 21 Himantoglossum hircinum i i 22 Medicago lupulina. i 23 Orchis purpurea i 24 Hieracium pilosella 2 25 Allium roseum i + i 26 Agrimonia eupatoria 1 2 27 Rubus sp. 2 + 28 Daucus carota 3 3 1 29 Muscari neglectum i i 30 Cornus sanguinea + 31 Lathyrus nissolia 1 32 Geranium dissectum + 33 Origanum vulgare + + 34 Orobanche sp + 35 Crepis vesicaria subsp vesicaria 1 + 36 Picris hierassoides + 37 Pulicarias dysenterica i 38 Lathyrus aphaca 2 39 Veronica polita 3 40 Medicago arabica 2 41 Rapistum rugosum 2 42 Bromus sterilis + 43 Sinapis arvensis +

×