Grandes
figures.

JAN
KOCHANOWSKI
Jan Kochanowski (1530-1584)
• Né en 1530 à Sycyna près de Radomsko, dans une famille de
la noblesse terrienne relativement...
Plan de cours
• Premières œuvres (en polonais)
• Pieśni
• Fraszki
• Odprawa posłów greckich
(Le Renvoi des messagers grecs...
Premières œuvres (en
polonais)
• le poème sur la mort de Jan Tarnowski
(1561) et Zuzanna, publiée vers 1562, avec
l’Hymne ...
Pieśni (Carmina)

• publiées en deux volumes en 1589,
• deux sources d’inspiration: tradition
mélique médiévale polonaise,...
Fraszki (publiés en 1584)

‘Fraszka’ (it. ‘frasca’), signifie à l’origine ‘petite branche couverte de
feuilles’, par exten...
Odprawa posłów greckich
(Le Renvoi des messagers grecs)

- le premier drame humaniste polonais, paraît
en 1578,
- sa premi...
Odprawa posłów greckich
(Le Renvoi des messagers grecs)

- La composition suit celle que proposait la
tragédie antique : p...
Psałterz Dawidów, publiée en
1579

- le travail de traduction
- une autre conception du poète :
représenté par la figure d...
Horace, Odes,
[Carmina], III, 33
•

Jan Kochanowski, Psalmy
Dawidow, poeme dedicace

« J'ai achevé un monument plus durabl...
Le torse Belvédère
Treny (Thrènes), publié en 1580
• dix-neuf élégies funéraires,
• inspirés de plusieurs genres classiques :
epicedium - poè...
6 jan kochanowski (1)
6 jan kochanowski (1)
6 jan kochanowski (1)
6 jan kochanowski (1)
6 jan kochanowski (1)
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

6 jan kochanowski (1)

225 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
225
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

6 jan kochanowski (1)

  1. 1. Grandes figures. JAN KOCHANOWSKI
  2. 2. Jan Kochanowski (1530-1584) • Né en 1530 à Sycyna près de Radomsko, dans une famille de la noblesse terrienne relativement aisée, il suit un • parcours d’études assez typique pour les humanistes polonais: l’Académie de Cracovie,, puis à trois reprises (1552/1555, 1557, 1558) à Padoue, plusieurs séjours à l’université de Königsberg (1551/1552, 1555/1556), séjours en France et familiarisé avec les poètes de la Pléiade (il « voit », selon les dires du poète lui-même, Ronsard), • le retour en Pologne, en 1559, où il est lié pendant plusieurs années (à la fin des années 1560) avec les cours de la haute noblesse et royale (le maréchal Jan Firlej, l’évêque Piotr Myszkowski, et le roi Zygmunt August), • après son mariage avec Dorota Podlodowska en 1575 Kochanowski, passe les dernières années de sa vie (il meurt en 1584 à Lublin) dans son village de Czarnolas.
  3. 3. Plan de cours • Premières œuvres (en polonais) • Pieśni • Fraszki • Odprawa posłów greckich (Le Renvoi des messagers grecs) • Psałterz Dawidów • Treny
  4. 4. Premières œuvres (en polonais) • le poème sur la mort de Jan Tarnowski (1561) et Zuzanna, publiée vers 1562, avec l’Hymne Czego chcesz od nas, Panie, • Zgoda (La Concorde) et Satyr albo Dziki mąż (Satyre ou l’homme sauvage), 1564, • Wróżki (Les Présages), écrite vers 1564 et publiée seulement en 1587, • Traduction de l’Iliade d’Homère, les années 1560, • Muza (La Muse), 1567.
  5. 5. Pieśni (Carmina) • publiées en deux volumes en 1589, • deux sources d’inspiration: tradition mélique médiévale polonaise, et la tradition antique des carmina d’Horace, • nombreux traits autobiographiques, • ensemble composant le manifeste artistique: une conception du poète représenté par la figure du poète Orphée. • partie singulière à part du recueil: Pieśń świętojańska o Sobótce (composé de douze chant).
  6. 6. Fraszki (publiés en 1584) ‘Fraszka’ (it. ‘frasca’), signifie à l’origine ‘petite branche couverte de feuilles’, par extension, au sens figuré, ‘personne / chose de peu d’importance’, ‘forme d’écrit courte, humoristique’; un autre aspect de ce terme ‘petit bijoux, décoration’ (Boccace). Ce genre particulier est issu de plusieurs types de textes, notamment : - l’épigramme, qui était au départ une brève inscription tombale, introduite dans la littérature par Simonides de Keos (VIe av. J.-C.) en tant que court poème consacré à une personne, un objet, une anecdote, un événement, etc. La Renaissance revient vers ce type d’écrits avec la publication de l’anthologie grecque (1494) et celle d’Anacréontiques (1554 en grec et en latin), - Les textes antiques écrits en prose ont également servi aux humanistes pour la composition d’épigrammes et d’autres formes proches des proverbes : les dicta (p. ex. Erasme de Rotterdame, Apophtegmata sive scite dicta, 1531). - Les fables (notamment dans la tradition d’Esope), - Les emblèmes, construite selon un schéma comportant titre, souvent sous forme de sentence, image symbolique (« imago » ou « icon »), et le développement, souvent sous forme d’épigramme. - certains poèmes sont de véritables prières, - certains fraszki sont aussi des sonnets, se rapprochant de leur variante
  7. 7. Odprawa posłów greckich (Le Renvoi des messagers grecs) - le premier drame humaniste polonais, paraît en 1578, - sa première mise en scène a lieu en janvier de la même année à Ujazdów à l’occasion du mariage de Zamoyski. Une dédicace sous forme de lettre est adressée à Jan Zamoyski, le bienfaiteur du poète, - la pièce présente une adaptation du mythe de Troie, placé dans un contexte proche des réalités polonaises (le conseil s’apparente à la diète polonaise).
  8. 8. Odprawa posłów greckich (Le Renvoi des messagers grecs) - La composition suit celle que proposait la tragédie antique : prótasis, epitasis, katastasis et katastrophé, - les parties marquant l’évolution de l’intrigue sont ici bien présentes dans différents epeisodions, opposant des personnages par paires, entrecoupés par les stasimons du chœur, représenté ici par les demoiselles de Troie, - les unités classiques sont respectés: un prologue ouvre la pièce, un épilogue la ferme, - La progression est conçue de telle sorte que
  9. 9. Psałterz Dawidów, publiée en 1579 - le travail de traduction - une autre conception du poète : représenté par la figure du roi David qu’il place aux côtés de celle, élaborée essentiellement dans ses carmina, du poète Orphée.
  10. 10. Horace, Odes, [Carmina], III, 33 • Jan Kochanowski, Psalmy Dawidow, poeme dedicace « J'ai achevé un monument plus durable que l'airain, plus haut que les royales pyramides, que ni la pluie qui ronge, ni l'Aquilon ne pourront détruire, ni l'innombrable suite des années, ni la fuite des temps. Je ne mourrai pas tout entier, et une grande part de moi-même évitera la Déesse funèbre. Je grandirai dans la postérité, rajeuni par la louange, tant que le Pontife gravira le Capitolium avec la vierge silencieuse. On dira de moi que là où retentit le violent Aufidus, où Danus, en un pays aride, régna sur des peuples agrestes, j'ai, le premier, triomphant de mon humble origine, transporté le chant Æolien dans les mètres Italiques. Prends un orgueil légitime, et viens, Melpoméné, ceindre ma chevelure du laurier Delphique. » […] Tymżeś mi serca dodał, żem się rymy swymi Ważył zetrzed z poety co znakomitszymi I wdarłem się na skałę pięknej Kalijopy, Gdzie dotychmiast nie było znaku polskiej stopy. I teraz ci z Libanu niosę Dawidow Złote gęśli, a przy nich polskie pieśni nowe: Psałterza pięd książeczek, którym ty łaskawy Wzrok ukaż, twej nieowszem niegodnym zabawy.
  11. 11. Le torse Belvédère
  12. 12. Treny (Thrènes), publié en 1580 • dix-neuf élégies funéraires, • inspirés de plusieurs genres classiques : epicedium - poème funéraire, naenia – chantée lors des enterrements, épitaphe (epitaphium) – un bref poème inscrit sur un monument, et enfin threnoi – chant funèbre, élégie, • Originalité du receuil: l’epicedium était une œuvre, et non un cycle avec une composition interne qui contenait. Ainsi dans un epicedium, on avait affaire à trois personnages : le mort, le consolé et le poète (alors que le mort était le personnage principal).

×