DOSSIER	
  de	
  PRESSE	
  
Lundi	
  13	
  janvier	
  2014	
  
	
  
L’Hépatite	
  C	
  aujourd’hu...
 

Sommaire	
  
	
  
	
  
	
  
	
  

Communiqué	
  de	
  presse	
  -­‐	
  7e	
  congrès	
  PHC	
  2014	
  	
  
Hépatite	
 ...
 I	
  -­‐	
  L'hépatite	
  C,	
  une	
  maladie	
  fréquente,	
  très	
  répandue	
  dans	
  le	
  monde	
  
	
  
	
  

	
...
Chez	
   les	
   usagers	
   de	
   drogues,	
   particulièrement	
   exposés	
   à	
   l’infection	
   à	
   VHC,	
   la	...
 
Ce	
   dépistage	
   ciblé	
   des	
   hépatites	
   C	
   qui	
   repose	
   sur	
   une	
   dizaine	
   de	
   facteur...
 II.	
  L'hépatite	
  C,	
  une	
  maladie	
  potentiellement	
  mortelle,	
  qui	
  donne	
  lieu	
  à	
  des	
  
complic...
 III.	
   Dans	
   un	
   avenir	
   proche	
   presque	
   tous	
   les	
   malades	
   atteints	
   d‘hépatite	
   C	
  ...
Dans	
   les	
   essais	
   publiés	
   récemment,	
   d’autres	
   types	
   d’association	
   orales	
   (sofosbuvir/dac...
 
Conclusion	
  	
  
	
  
	
  
L’hépatite	
  chronique	
  C,	
  une	
  victoire	
  médicale	
  sans	
  équivalent	
  
	
  ...
Références	
  bibliographiques	
  
	
  

Meffre	
  C,	
  Le	
  Strat	
  Y,	
  Delarocque-­‐Astagneau	
  E,	
  Antona	
  D,...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier de presse 7th Paris Hepatitis Conference

415 vues

Publié le

En raison des progrès spectaculaires accomplis dans la prise en charge des patients victimes de l’hépatite C, maladie virale fréquente et potentiellement grave, le 5e congrès sur l’hépatite. Paris Hepatitis Conference [1], qui s’ouvre ce lundi 30 au Palais des congrès de Paris, lui est entièrement consacré. Grâce aux trithérapies, les ¾ des personnes atteintes d’hépatite C peuvent désormais guérir. Les 1 000 spécialistes internationaux réunis à Paris vont examiner comment en faire profiter leurs malades. Pour les experts français, il faut d’abord améliorer le dépistage et faciliter l’accès aux consultations thérapeutiques pour prescription et suivi de traitement, en augmentant le nombre des professionnels de santé dédiés. C’est le suivi du patient qui va permettre le traitement le plus adapté, le plus efficace et le plus court possible.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
415
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier de presse 7th Paris Hepatitis Conference

  1. 1.           DOSSIER  de  PRESSE   Lundi  13  janvier  2014     L’Hépatite  C  aujourd’hui  :  Etre  dépisté,  pour  guérir         Pr Daniel Dhumeaux, Hépatologue, CHU Henri Mondor (AP-HP – Créteil Université Paris Est), Président du Comité national du Plan de lutte contre les hépatites B et C 2009- 2012 Pr Patrick Marcellin, Président du 7ème Paris Hepatitis Conference, Hépatologue et directeur de l’Unité de recherche INSERM sur les Hépatites Virales Hôpital Beaujon (AP-HP), Inserm CRB3, Université Paris-Diderot Eric Merlet, Directeur, SOS Hépatites-Fédération, Paris Pr Raymond Schinazi, Center for AIDS Research Director, Laboratory of Biochemical Pharmacology, Department of Pediatrics, Emory University School of Medicine, Atlanta, USA, Veterans Affairs Medical Center, Decatur, USA     Contacts  presse     Sylvie du Cray-Patouillet et Maryam De Kuyper Tél. : 01 45 03 89 93 – 01 45 03 89 94 Email : s.ducraypatouillet@ljcom.net - m.dekuyper@ljcom.net
  2. 2.   Sommaire           Communiqué  de  presse  -­‐  7e  congrès  PHC  2014     Hépatite  C  bientôt  éradiquée  ?  Dépistage  systématique  et  nouveaux  traitements  sont  une  priorité   pour  guérir  !       I  -­‐       II  -­‐        
   III  -­‐       L’Hépatite  C,  une  maladie  fréquente,  très  répandue  dans  le  monde       P.  3 L’hépatite  C,  une  maladie  potentiellement  mortelle,  donne  lieu       à  des  complications  graves  dont  la  prise  en  charge  est  très  coûteuse     P.  6   Dans  un  avenir  proche,  presque  tous  les  malades   atteints  d’hépatite  C     vont  pouvoir  être  guéris     -­‐  Nouveaux  traitements   -­‐  Accès  au  traitement     P.  7     Conclusion     Références  bibliographiques                           2    
  3. 3.  I  -­‐  L'hépatite  C,  une  maladie  fréquente,  très  répandue  dans  le  monde             En   France,   les   dernières   données   épidémiologiques   sur   la   prévalence   des   hépatites   chroniques   C   datent   de   1 2004.  A  cette  date,  on  estimait  à  370.000  le  nombre  de  porteurs  de  l’anticorps  contre  VHC    (signant  le  contact   2 avec   le   virus),   deux   tiers   d’entre   eux   étaient   positifs   pour   l’ARN  du   VHC   (donc   toujours   infectés).   57%   des   sujets  infectés  par  le  VHC  connaissaient  leur  statut  vis-­‐à-­‐vis  de  ce  virus.       En  2004,  environ  100.000  sujets  atteints  d’une  hépatite  chronique  C  n’avaient  pas  été  diagnostiqués.  Il  s’agit   d’une   infection   le   plus   souvent   silencieuse,   reconnue   habituellement   de   façon   fortuite.   La   progression   du   pourcentage   de   sujets   dépistés   pour   le   VHC   au   cours   de   ces   10   dernières   années   n’est   pas   connue   avec   précision.  Le  pourcentage  des  sujets  porteurs  du  VHC  qui  restent  à  dépister  est  estimé  aujourd’hui  à  environ   35  %  (environ  90.000  individus).                                                                                                                                                                           Depuis  2004,  la  prévalence  de  l’infection  par  le  VHC  a  diminué  du  fait  de  la  disparition  des  hépatites  liées  à  la   transfusion,   du   renforcement   des   précautions   universelles   d’asepsie,   de   l’amélioration   de   l’efficacité   des   traitements   et,   dans   une   moindre   mesure,   de   la   politique   de   réduction   des   risques.   Ceci   a   probablement   contribué  à  réduire  le  nombre  de  sujets  nouvellement  infectés.                                                                                                                       1 2    VHC  =  Virus  de  l’hépatite  C    ARN  =  Acide  ribonucléique     3    
  4. 4. Chez   les   usagers   de   drogues,   particulièrement   exposés   à   l’infection   à   VHC,   la   prévalence   de   l’infection   est   passée   de   60%   en   2004   à   44%   en   2011.   Elle   reste   cependant   élevée,   justifiant,   dans   cette   population,   un   renforcement  de  la  politique  de  réduction  des  risques.       La  surveillance  des  hépatites  C  recueillie  dans  les  pôles  de  référence  a  montré  un  retard    à  la  prise  en  charge   pour   une   proportion   importante   de   patients.   Les   services   hospitaliers   spécialisés   ont   signalé   à   plusieurs   reprises   le   nombre   insuffisant   de   professionnels   de   santé   dédiés   à   cette   maladie,   rendant   ainsi   les   délais   de   prise  en  charge  très  longs.       On  ne  peut  guérir  l'infection  que  si  elle  est  connue  ...  Dépister,  dépister,  dépister  !       La   découverte   rapide   des   patients   infectés   permet   l’instauration   d’un   traitement   à   un   stade   plus   précoce,   avec   au  niveau  individuel  une  réduction  du  risque  de  la  morbidité  et  de  la  mortalité.  Au  niveau  collectif,  l’obtention   de  l'indétectabilité  du  virus  chez  tous  les  patients  réduit  le  risque  de  transmission.       Idéalement,   un   meilleur   dépistage   et   une   prise   en   charge   avec   un   traitement   très   efficace   de   tous   les   sujets   virémiques   pourraient   aboutir   à   l’éradication   de   l’infection   à   VHC.   Les   traitements   anti-­‐VHC   pourraient   ainsi   être   utilisés   comme   outils   de   prévention,   à   l’instar   des   données   accumulées   dans   le   modèle   VIH   (TasP  [Treatment  as  Prevention]).     Ceci  est  d’autant  plus  réalisable  que  nous  vivons  actuellement  une  révolution  de  la  thérapeutique  de  l'hépatite   C.   En   effet   dès   2014,   nous   disposerons   pour   le   VHC   de   traitements   courts   de   12   semaines,   bien   tolérés,   susceptibles  de  guérir  la  majorité  des  malades.       Ces   nouvelles   thérapeutiques   de   l’hépatite   C   représentent   un   gain   de   chances   formidable   pour   les   malades.   Encore  faut  ils  qu'ils  connaissent  l'existence  de  leur  infection...     Le  dépistage  peut  être  optimisé     Les  recommandations  émises  en  France  sur  le  dépistage  de  l’hépatite  C  sont  maintenant  anciennes.  Elles  ont   été   actualisées   en   2001   et   préconisaient   pour   le   VHC,   un   dépistage   ciblé   centré   sur   une   exposition   au   sang   (sujets   ayant   reçu   des   produits   sanguins   avant   1988,   ayant   fait   même   une   seule   fois   un   usage   de   drogue,   exposés  à  des  gestes  invasifs,  hémodialysés,  incarcéré  ou  l’ayant  été,  VIH+,  ayant  reçu  des  soins  dans  un  pays   de  forte  prévalence,  ayant  fait    tatouage,  piercing,  séances  d’acupuncture  ou  de  mésothérapie  sans  matériel  à   usage  unique,  ou  ALAT  élevées).  La  plupart  des  pays  européens  ont  émis  des  recommandations  de  dépistage   similaires  à  la  France,  mais  elles  sont,  comme  en  France,  mal  suivies.       4    
  5. 5.   Ce   dépistage   ciblé   des   hépatites   C   qui   repose   sur   une   dizaine   de   facteurs   de   risques,   rend   très   difficile   sa   faisabilité.   Une   enquête   réalisée   en   2009   auprès   de   2.083   médecins   généralistes   a   montré   que,   pour   l’ensemble  des  patients  concernés  par  ces  recommandations,  le  dépistage  de  l'hépatite  C  n’est  pas  pratiqué.   L’hépatite  est  en  fait  diagnostiquée  de  façon  fortuite  dans  2/3  des  cas.   En  route  vers  un  dépistage  systématique  de  la  population  ?   «  Pourquoi   ne   pas   systématiser   le   dépistage   une   fois   dans   sa   vie,   s’interroge   le   Pr   Marcellin.   En   2014   être   dépisté  de  l’hépatite  C  c’est  être  guéri  ».       Depuis  2012,  les  Etats-­‐Unis  ont  préconisé  un  dépistage  systématique  des  sujets  nés  entre  1945  et  1965,  les  plus   susceptibles  d’avoir  pu  être  contaminés  dans  la  période  de  forte  incidence  d’hépatite  C  des  années  1970-­‐90.   Les  canadiens  préconisent  un  dépistage  systématique  des  sujets  nés  entre  1945  et  1975.    La   France,   pour   l’infection   à   VIH,   a   émis   en   2010   une   recommandation   de   dépistage  systématique   au   moins   une  fois,  dans  la  population  générale,  sans  tenir  compte  des  facteurs  de  risques.     Dans  le  même  esprit,  toutes  les  conditions  sont  réunies  en  France  pour  aboutir  à  un  dépistage  systématique   des   hépatites   B   et   C   en   médecine   générale,   dans   une   tranche   d’âge   qui   reste   à   définir.   S’il   était   retenu,   le   dépistage  systématique  simultané  des  3  virus  deviendrait  alors  plus  facile  à  proposer  pour  les  médecins  et  plus   facile   à   accepter   par   les   malades.   L’efficacité   d’une   telle   stratégie   passe   par   une   information   du   grand   public  (réclamée  par  les  médecins  généralistes  pour  faciliter  la  proposition  du  dépistage  du  VIH  en  population   générale).  L’information  doit  également  être  apportée  à  l’ensemble  des  professionnels  de  santé.                                5    
  6. 6.  II.  L'hépatite  C,  une  maladie  potentiellement  mortelle,  qui  donne  lieu  à  des   complications  graves  dont  la  prise  en  charge  est  très  coûteuse     Près   de   80%   des   patients   infectés   par   le   VHC   développent   une   infection   chronique,   et   10   à   20%   progressent   vers   une   cirrhose.   Environ   7%   des   patients   cirrhotiques   développeront   un   cancer   du   foie.   Il   faut   savoir   que     l’hépatite  C  est  la  principale  indication  de  transplantation  hépatique.      L’hépatite  C  ayant  une  évolution  prolongée,  les  personnes  infectées  peuvent  développer  une  cirrhose  après  20   à  30  ans  d’évolution.  Si  l’on  estime  que  de  nombreuses  personnes  ont  été  infectées  par  le  VHC  dans  les  années   1970  à  1980  (avant  la  découverte  du  virus  et  avant  qu’un  test  diagnostique  soit  disponible),  la  morbidité  liée  au   VHC,  atteint  maintenant  son  apogée.       A    partir  des  données  épidémiologiques  sur  le  VHC  et  sur  l’évolution  du  dépistage  de  cette  infection,  le  nombre   de   cirrhoses   attendues   sur   les   dix   prochaines   années   en   France   est   estimé   à   32.800,   le   nombre   de   complications  de  la  cirrhose  à  30.800  et  le  nombre  de  décès  liés  au  VHC  à  30.400.     On  comprend  dès  lors  la  nécessité  d’optimiser  le  dépistage  :   La  mise  en  place  d’une  stratégie  de  dépistage  efficace,  permettant  de  dépister  75%  de  sujets  anti-­‐VHC  positifs   fin  2015  permettrait  d’éviter  800  cirrhoses,  450  complications  de  la  cirrhose  et  300  décès  liés  au  VHC  sur  les  dix   prochaines  années.       Pour   la   moitié   des   malades   atteints   d’hépatite   C,   la   guérison   virologique   entraîne   une   régression   de   la   cirrhose  et  une  disparition  des  évènements  hépatiques     La   survenue   de   complications   hépatiques   que   l’on   qualifie   d’événements   est   directement   liée   au   degré   de   fibrose   hépatique   générée   par   l’infection   virale   C.   Le   degré   de   fibrose   est   le   facteur   pronostic   le   plus   important   et  un  enjeu  majeur  dans  la  prise  en  charge  du  patient.  Il  existe  une  forte  corrélation  entre  le  degré  de  fibrose  et   la   morbidité   hépatique.   Le   traitement   antiviral   permet   une   éradication   définitive   du   VHC,   ce   qui   est   unique   pour   une   infection   virale   chronique.   Cette   réponse   virologique   soutenue   a   pour   corollaire   une   diminution   de   la   3 morbidité   et   de   la   mortalité   liée   au   foie.   Il   a   été   démontré,   à   la   fois   pour   le   VHC   et   pour   le   VHB ,   en   cas   de   réponse   virologique   soutenue,   une   réversion   de   la   cirrhose   dans   plus   d’un   cas   sur   deux.   La   régression   histologique   prouvée   de   la   cirrhose   entraînant,   pour   sa   part,   une   disparition   des   événements   hépatiques.   Néanmoins   La   surveillance   doit   être   maintenue   chez   les   malades   atteints   d’une   cirrhose   virale   C   guérie   virologiquement.  Chez  ces  malades,  une  prise  en  charge  efficace  des    comorbidités  permet  de  réduire  le  risque   de  cancer.                                                                                                                            3    VHB  =  Virus  de  l’hépatite  B     6    
  7. 7.  III.   Dans   un   avenir   proche   presque   tous   les   malades   atteints   d‘hépatite   C   vont  pouvoir  être  guéris     Nouveaux  traitements   Depuis   15   ans,   nous   ne   disposions   que   d’un   traitement   comportant   une   association   interféron   pégylé   et   ribavirine  (bithérapie  pégylée).  Il  s’agissait  d’un  traitement  long,  lourd,  grevé  d’effets  secondaires  notables  et   d’une   efficacité   inconstante   (environ   50%   de   guérison,   tous   génotypes   confondus).   Deux   inhibiteurs   de   protéase   (telaprevir   et   boceprevir)   ont   été   commercialisés   il   y   a   deux   ans.   L’ajout   de   l’une   ou   de   l’autre   molécule  à  une  bithérapie  pégylée,  offre,  chez  les  malades  de  génotype  1  une  efficacité  supplémentaire  au  prix   d’effets  secondaires  importants  (rashes  cutanés  parfois  très  sévères,  asthénie  et  anémie  parfois  majeure). Ces   trithérapies   sont   peu   ou   pas   efficaces   chez   les   patients   infectés   par   un   autre   génotype   que   le   1,   qui   représentent   environ   40%   des   malades   VHC.   Elles   ont   été   initialement   prescrites   chez   les   malades   non   répondeurs   à   la   bithérapie   traditionnelle,   avec   atteinte   hépatique   sévère.   Elles   ont   induit   chez   ces   malades   difficiles  à  traiter  des  effets  secondaires  sévères  dans  plus  de  50%  des  cas  avec  une  efficacité  de  l’ordre  de  40%.   Les  malades  qui  ont  échoué  à  cette  trithérapie  sont  actuellement  dans  l’attente  de  nouveaux  traitements.  Pour   eux,  la  meilleure  option  thérapeutique  serait  probablement  une  association  de  deux  nouvelles  molécules  sans   interféron  pendant  24  semaines  comme  l’ont  montré  plusieurs  études  préliminaires.       En   France,   une   nouvelle   vague   de   molécules   mieux   tolérées,   au   moins   aussi   efficaces,   et   sans   interaction   médicamenteuse  vont  être  disponibles  très  prochainement     Deux  nouvelles  molécules  doivent  obtenir  une  autorisation  de  mise  sur  le  marché  (AMM)  au  début  de  l’année   2014,   le   sofosbuvir,   inhibiteur   nucléotidique   de   la   polymérase   NS5B,   le   siméprévir,   inhibiteur   de   deuxième   génération  de  la  protéase  NS3/4A  du  VHC.  Ces  nouvelles  molécules  administrées  à  raison  de  un  comprimé  par   jour   en   association   à   une   bithérapie   pégylée   ont   permis   la   guérison   de   80   à   90%   des   malades   de   génotype   1   et   4,   naïfs   de   tout   traitement.   Avec   le   sofosbuvir,   la   durée   du   traitement   a   pu   être   réduite   à   12   semaines.   Ces   deux  molécules  ont  peu  ou  pas  d’effets  secondaires  propres.     Elles   devront   être   utilisées   en   association   à   une   bithérapie   pégylée   chez   les   malades   de   génotype   1   et   4.     Seuls   les   malades   de   génotype   2   et   3   seront   susceptibles   de   recevoir   un   traitement   sans   interféron  :   association   sofosbuvir/ribavirine  pendant  12  (malades  de  génotype  2)  ou  24  semaines  (malades  de  génotype  3).     Cette   association   sofosbuvir/ribavirine   a   fourni   des   résultats   préliminaires   remarquables   chez   les   malades   atteints   d’hépatite   C     en   pré-­‐   ou   post-­‐transplantions   avec   un   profil   de   tolérance   correct   et   sans   interférence   avec  les  immunosuppresseurs.     Il  en  est  de  même  chez  les  malades  co-­‐infectés  VHC+VIH,  chez  lesquels  cette  association  a  été  remarquable  à  la   fois  par  ses  résultats  et  son  profil  de  tolérance.           7    
  8. 8. Dans   les   essais   publiés   récemment,   d’autres   types   d’association   orales   (sofosbuvir/daclastavir   (antiNS5B),   sofosbuvir/simeprevir,   sofosbuvir/lédispavir   (antiNS4)   avec   ou   sans   ribavirine   pendant   24   semaines   se   sont   révélés   constamment   efficaces   chez   les   malades   de   génotype   1   en   échec   de   traitements   antérieurs.   La   combinaison  sofosbuvir  /lédispavir  sera  réunie  dans  un  même  comprimé.     Si   le   cadre   de   prescription   de   ces   associations   reste   à   déterminer,   elles   apparaissent   aujourd’hui   comme   la   meilleure   option   thérapeutique   chez   les   malades   de   génotype   1   et   4,   en   situation   d’échec   de   traitement   antérieur.     A  ce  jour,  où  en  sommes-­‐nous  ?   Le  sofosbuvir  et  le  simeprevir  font  l’objet,  tous  deux,  d’une  Autorisation  Temporaire  d’Utilisation  (ATU)     depuis   fin   2013   avec   des   indications   restreintes  :   pour   le   sofosbuvir   (malades   à   un   stade   avancé   pour   lesquels   il   n’existe  pas  d’alternatives  thérapeutiques  ou  inscrits  sur  une  liste  de  transplantation  hépatique  ou  ayant  une   récidive  agressive  après  transplantation),  et  pour  le  siméprévir  (malades  de  génotype  4  présentant  une  cirrhose   compensée  en  échec  de  traitement  antérieur).  Il  est  très  probable  que  ces  indications  restreintes  pourront  être   maintenues   jusqu'à   la   fixation   du   prix   de   ces   deux   molécules   qui   devrait   intervenir   au   dernier   trimestre   de   l’année  2014.       L'hépatite  C  vaincue  dans  quelques  années  avec  des  traitements  simplifiés,  bien  tolérés  et  courts...   A   long   terme,   au   vu   des   travaux   publiés   avec   de   nombreuses   molécules,   le   traitement   de   l'hépatite   C   sera   probablement  une  association  d’antiviraux  directs  sans  interféron.  Des  études  préliminaires  suggèrent  que  les   combinaisons   associant   2   ou   3   antiviraux   directs   de   différentes   classes   (anti-­‐NS3/N4A,   anti-­‐NS5A,   anti-­‐NS5B   nucléotidique   ou   non   nucléotidique),   avec   ou   sans   ribavirine,   permettent   d’obtenir   des   taux   de   guérison   supérieurs  à  90%,  également  chez  des  patients  cirrhotiques  et  en  échec  de  trithérapie.  Chez  les  patients  faciles   à  traiter,  les  durées  de  traitement  pourraient  être  raccourcies  à  8,  voire  6  semaines.     Accès  au  traitement   Avec  les  nouvelles  molécules,  le  rapport  bénéfice/risque  est  de  plus  en  plus  en  faveur  du  traitement.  Le   prix   élevé  à  prévoir  de  ces  nouveaux  traitements  doit  être  considéré  en  regard  des  avantages  qu’ils  apportent  :  ils   ont   une   meilleure   efficacité,   une   bonne   tolérance   et   la   durée   du   traitement   est   plus   courte.   Au   total,   ces   traitements   permettront   à   moyen   et   long   terme   une   diminution   des   complications   de   la   cirrhose   et/ou   du   carcinome  hépatocellulaire  (CHC)  et  de  la  transplantation.  Traiter  tôt  et  efficacement  diminuera  la  morbidité  et   la  mortalité  liées  à  l’hépatite  chronique  C  et  les  coûts  y  afférant.         Plusieurs  études  ont  montré  que  l’hépatite  C  favorise  le  diabète.  Guérir  l’hépatite  C  diminue  donc  le  risque  de   diabète  et  par  conséquence  les  coûts  de  prise  en  charge  que  cette  maladie  engendre.                      8    
  9. 9.   Conclusion         L’hépatite  chronique  C,  une  victoire  médicale  sans  équivalent       L’hépatite  C  sera  bientôt  une  maladie  curable  dans  la  plupart  des  cas.  Plus  d’une  quinzaine  de  molécules  vont   arriver  à  la  phase  finale  de  leur  développement.  Les  traitements  et  leur  surveillance  deviennent  de  plus  en  plus   simples.  Les  malades  les  plus  graves  et  non  répondeurs  aux  traitements  antérieurs  et  les  malades    en  pré-­‐  ou   post-­‐transplantation  vont  se  voir  offrir  des  options  thérapeutiques  efficaces.   Pour   les   malades   les   moins   graves,   de   génotype   1,   la   disponibilité   des   nouvelles   molécules   se   fera,   dans   un   premier  temps,  en  association  à  la  bithérapie  pégylée  permettant  des  traitements  courts.  Dans  un  deuxième   temps,   des   associations   de   nouvelles   molécules   (sans   interféron)   devraient   permettre   des   taux   élevés   de   guérison  avec  des  effets  indésirables  très  faibles.      Les  résultats  thérapeutiques  qui  s’annoncent  ainsi  à  court  et  moyen  terme  sont  une  chance  formidable  pour   les   malades   et   les   médecins   qui   les   suivent.   Ces   progrès   thérapeutiques   doivent   s’accompagner   de   progrès   dans   le   dépistage   et   la   prise   en   charge   des   malades.   Seule   difficulté,   le   coût   probablement   très   élevé   de   toutes   ces  nouvelles  molécules  (et  a  fortiori  de  leur  association)  pourrait  être  un  frein  à  la  décision  de  traiter  tous  les   sujets  virémiques.  Mais  il  est  clair  maintenant  que,  scientifiquement,  les  conditions  sont  réunies  pour  aboutir,  à   terme,  à  l’éradication  de  l’infection  à  VHC.           9    
  10. 10. Références  bibliographiques     Meffre  C,  Le  Strat  Y,  Delarocque-­‐Astagneau  E,  Antona  D,  Desenclos  JC.  Prévalence  des  hépatites  B  et  C  en  France   en  2004.  Saint-­‐Maurice  :  Institut  de  veille  sanitaire,  2006.     http://www.invs.sante.fr/publications/2006/prevalence_b_c/index.html       Jauffret   Roustide   M,   Couturier   E,   Le   Strat   Y,   Barin   F,   Emmanuelli   J,   Semaille   C,   et   al.   Estimation   de   la   séroprévalence   du   VIH   et   VHC   et   profils   des   usagers   de   drogue   en   France   :   étude   InVS-­‐ANRS  coquelicot  2004.   Bull  Epidemiol  Hebd.  2006;  33:244-­‐7.   Jauffret-­‐Roustide  M,  Pillonel  J,  Weill-­‐Barillet  L,  Léon  L,  Le  Strat  Y,  Brunet  S,  et  al.  Estimation  de  la  séroprévalence   du   VIH   et   de   l’hépatite   C   chez   les   usagers   de   drogues   en   France   -­‐   Premiers   résultats   de   l’enquête   ANRS-­‐ Coquelicot  2011.  Bull  Epidémiol  Hebd.  2013;(39-­‐40):504-­‐9.     Cohen  MS,  Smith  MK,  Muessig  KE  et  al.  Antiretroviral  treatment  of  HIV-­‐1  prevents  transmission  of  HIV-­‐1:  where   do  we  go  from  here?  Lancet  2013;382(9903):1515-­‐24.     Gautier   A,   Jestin   C.   Pratiques   de   dépistage   des   hépatites   virales   par   les   médecins   généralistes,   France,   2009.   BEHWeb  2011  [Internet].  http://www.invs.sante.fr/behweb/2011/01/r-­‐2.htm     Chevaliez  S,  Pawlotsky  JM.  Méthodes  alternatives  au  prélèvement  sanguin  pour  le  diagnostic  de  l’infection  par   le  virus  de  l’hépatite  C.  BEHWeb  2011  (1).     www.invs.sante.fr/behweb/2011/01/r-­‐4.htm     Haute   Autorité   de   Santé   -­‐   HIV   infection   screening   in   France   -­‐   Screening   Strategies       2013   http://www.has-­‐ sante.fr/portail/jcms/c_866949/en/hiv-­‐infection-­‐screening-­‐in-­‐france-­‐screening-­‐strategies     Deuffic-­‐Burban  S,  Deltenre  P,  Buti  M,  Stroffolini  T,  Parkes  J,  Mühlberger  N,  et  al.  Predicted  effects  of  treatment   for  HCV  infection  vary  among  European  countries.  Gastroenterology.  2012;  143:974–985   Actualités  dans  le  traitement  de  l’hépatite  C.  La  lettre  de  l’infectiologue  N°6.Décembre  2013     Lawiitz   E,   Mangia   A,   Wyles   D   et   al.   Sofosbuvir   for   previously   untreated   chronic   hepatitis   C   infection.   N   Engl   J   Med  2013;368:1878-­‐87.     Gane  EJ,  Stedman  CA,  Hyland  RH  et  al.  Nucleotide  polymerase  inhibitor  sofosbuvir  plus  ribavirin  for  hepatitis  C.   N  Engl  J  Med  2013;368:34-­‐44       Lawitz   E,   Poordad   FF,   Pang   PS   et   al.   Sofosbuvir   and   ledipasvir   fi   xed-­‐dose   combination   with   and   without   ribavirin   in   treatment-­‐naive   and   previously   treated   patients   with   genotype   1   hepatitis   C   virus   infection   (LONESTAR):  an  open-­‐label,  randomised,  phase  2  trial.  Lancet  2013  Nov  1  [Epub  ahead  of  print].         10    

×