R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
1
R&D, Marketing, Qualité :
une méth...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
2
Un guide pour les industriels de
l...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
3
La Recherche et l’innovation : clé...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
4
Quels sont les défis à relever
pou...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
5
Mauvaise gestion de l’information ...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
6
Mettre en place un referentiel
cen...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
7
Maitriser son processus de
dévelop...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
8
Coordination des services
en inter...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
9
Faciliter la collaboration externe...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
10
Maitriser et piloter son
portefeu...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
11
Conclusion
L’innovation est une a...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
12
Une démarche simple, experimentée...
R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide
13
Auteurs et références
Editeur fra...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Une méthode en 5 points pour dynamiser l'innovation

318 vues

Publié le

Aujourd'hui pour dynamiser l'innovation, les industriels de l’agroalimentaire se doivent de mettre en place une rigueur de gestion qui leur permette de développer en toute cohérence leurs produits. Les industriels ont besoin de méthodes et d'outils performants répondant à leurs problématiques métiers et ainsi améliorer leur réactivité face aux demandes de leurs partenaires et accélérer leur processus de développement et de lancement produit.

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
318
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Une méthode en 5 points pour dynamiser l'innovation

  1. 1. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 1 R&D, Marketing, Qualité : une méthode en 5 points pour dynamiser l’innovation
  2. 2. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 2 Un guide pour les industriels de l’alimentaire : pour quoi faire ? L’innovation est un levier essentiel de croissance et de productivité pour les entreprises. Elle leur permet de se différencier des concurrents en proposant des produits innovants à plus forte valeur ajoutée, de s’implanter sur de nouveaux marchés, de répondre aux attentes des consommateurs et à des modes de consommation de plus en plus diversifiés. Le secteur de l’alimentaire, en perpétuelle évolution, ne cesse d'innover, tant au niveau des techniques de fabrication des produits, que de la diversité des références proposées à la commercialisation. Ce sont plus de 3000 innovations « produits » qui voient le jour sur le marché français chaque année 1 dans le secteur de l’alimentaire. Aujourd’hui la recherche et l’innovation sont clés. Pour continuer à innover, il est indispensable pour les entreprises du secteur « d’industrialiser » l’innovation. En effet, d’un point de vue purement technique celle- ci se retrouve limitée si elle ne s’intègre pas aux processus de l’entreprise. L’innovation doit s’inscrire dans une démarche globale d’entreprise qui combine la conception, le développement et le lancement du produit, la collaboration avec les équipes et l’amélioration continue des processus. Face à un marché très concurrentiel et à des normes de plus en plus exigeantes, les entreprises ne peuvent plus se contenter de quelques améliorations sur un procédé, un produit ou un service pour durer, mais doivent mettre en place des processus d’innovation continue sur le long terme. 1 Source : L’innovation, au cœur de la filière alimentaire - Ministère de l’agriculture et de l’agroalimentaire et de la forêt Aujourd’hui l’objectif principal des entreprises est de réduire le temps entre l’idée et la mise sur le marché du produit. Pour cela, elles ont besoin de solutions adaptées à leurs besoins et à leurs problématiques métiers : - Assurer dans les délais et sans erreur le lancement d’un nouveau produit nécessite d’être en mesure de concevoir rapidement de nouvelles recettes et de collaborer efficacement entre tous les services. - Répondre à un appel d’offre en respectant les exigences du client tout en assurant la rentabilité du produit impose d’exploiter pleinement les connaissances et les ressources de l’entreprise. - Maintenir la profitabilité du portefeuille produit nécessite une vision d’ensemble et des moyens de reporting appropriés. Il faut collecter et restituer de façon pertinente les informations nécessaires à la prise des décisions stratégiques Ce document présente les raisons d’améliorer le processus de développement de nouveaux produits. Il fournit les bonnes méthodes pour permettre aux industriels de l’alimentaire de mettre en place au sein de l’entreprise une démarche cohérente dans leur processus de développement produits. Mettre en place un ensemble de méthodes agiles et opérationnelles pour faciliter l’échange et la gestion de l’information, afin de se focaliser sur l’innovation, devient une nécessité pour toute entreprise.
  3. 3. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 3 La Recherche et l’innovation : clés de réussite dans le secteur alimentaire. L’industrie alimentaire française est connue pour ses capacités de recherche et d’innovation. Que ce soit en produits, en procédés ou en marketing, ce sont près de 60% des entreprises agroalimentaires françaises qui innovent 2 . Parmi les innovations nous pouvons notamment distinguer au sein de l’industrie alimentaire, les innovations produits. Celles-ci représentent 44% des innovations au sein de ce secteur 3 . L’innovation de produits Elle correspond à la mise en marché d’un nouveau produit ou à l’amélioration d’un produit existant incorporant une nouveauté. Exemple : Yoplait et son produit phare de l'année 2014 « YOPA » Les entreprises sont en recherche perpétuelle de nouvelles opportunités, si bien que même les « best- sellers » sont soumis à des révisions destinées à améliorer les profits. Même si l’innovation produit occupe une place majeure dans le secteur alimentaire, les entreprises du secteur innovent également au niveau des procédés et de l’organisation de l’entreprise. L’innovation de procédés Elle correspond à la mise au point de techniques ou méthodes de production et/ou de vente nouvelles ou considérablement améliorées. Exemple : la chaîne de montage, la production assistée par ordinateur (P.A.O.), la vente sur internet ou la 2 Source : Le magazine de l’agroalimentaire français - Ministère de l’agriculture et de l’agroalimentaire et de la forêt 3 Source : L’innovation, au cœur de la filière alimentaire - Ministère de l’agriculture et de l’agroalimentaire et de la forêt vente par correspondance ont été des innovations de procédés. L’innovation organisationnelle Elle correspond à la mise en œuvre d'un nouveau fonctionnement de l’entreprise que ce soit dans l’organisation du travail, de la gestion des connaissances ou encore des relations avec les partenaires existants. Exemple : permettre aux acteurs d’un projet d’échanger dans un espace sécurisé L’innovation ne se résume donc pas simplement aux innovations produits. Pour être innovant il faut aussi innover dans ses méthodes, ses procédures, son organisation… Chaque entreprise cherche à être pionnière sur son marché, n’ignorant pas le fait qu’être en avance sur la concurrence est le meilleur moyen d’assurer la rentabilité d’un produit. En cela, les entreprises ont besoin d’outil leur permettant de maitriser la globalité de leur cycle d’innovation.
  4. 4. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 4 Quels sont les défis à relever pour améliorer le cycle d’innovation produits ? Anticiper pour être les premiers Le service R&D doit être proactif. Il doit faire en sorte d’anticiper la demande des clients pour permettre à son entreprise d’être la première sur un marché extrêmement concurrentiel. Etre en avance sur la concurrence est le meilleur moyen d’assurer la rentabilité d’un produit. Il doit en permanence être attentif aux évolutions du marché national et international, suivre les évolutions réglementaires, surveiller les tendances que ce soit en termes de gastronomie ou encore de design culinaire, d’emballages, de conditionnement… L’innovation nécessite une veille continue qu’elle soit scientifique ou technique. D’un concept abstrait à un produit fini L’un des rôles de la R&D est de formaliser et concrétiser des concepts. Etre innovant ce n’est pas simplement être créatif ou inventer un nouveau produit ou un nouveau service. C’est avant tout mettre les idées nouvelles en œuvre d’un point de vue pratique. A côté de cela, nombreuses vont être les exigences à prendre en compte dans l’élaboration de ces nouveaux produits comme notamment les réglementations en vigueur ou encore les critères de conservation qui varient selon les pays. C’est pourquoi, il est nécessaire que le service R&D collabore facilement avec le service qualité. Optimiser les investissements en R&D Plus on avance dans l’innovation et plus cela coûte cher aux entreprises. Il est nécessaire pour elles de se munir d’outils leur permettant de « tamiser » leurs idées le plus vite possible avant de les concrétiser en produits finis. L’exemple ci-dessous illustre bien cette idée : Collaborer efficacement entre les différents services de l’entreprise Chaque service joue un rôle essentiel dans l’innovation. En effet, le développement d’un nouveau produit commence par le marketing pour finir à la qualité en passant par le service R&D. L’information produit est alors éparpillée au travers de chaque service. Il est essentiel que chaque partie prenante puisse accéder à la bonne information au bon moment. Répondre à des délais de mise en marché toujours plus courts Gérer les délais de commercialisation et mettre en place les moyens pour les optimiser sont des éléments essentiels qui influent directement sur la possibilité de lancer rapidement de nouveaux produits, et de répondre dans un délai précis aux appels d’offres. Tous ces défis nécessitent: - De pouvoir gérer de façon structurée toutes les données et documents liés aux produits durant leur cycle de vie, - D’assurer de façon optimale et de fluidifier les échanges en interne entre les différents services de l’entreprise - D’avoir une vision stratégique du portefeuille produits. EXEMPLE D ’UN PRODUIT ALIMENTAIRE Sur 64 idées de bases: 16 sont retenues (coût 20 K€) Sur ces 16 idées testées: 8 passent les tests de concept (6 K€ x 16) Sur ces 8 idées: 4 prototypes sont développés (60 K€ x 4) Sur les 4 prototypes testés: 2 passent les tests marchés (150 K€ x 4) Les 2 produits sont lancés: 1 seul est un succès Budget global de R & D + Divers MKG: 2 Millions d’euros pour 1 succès commercial
  5. 5. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 5 Mauvaise gestion de l’information : quels sont les risques ? Aujourd’hui, on constate au sein des entreprises que les services de recherche et développement ne disposent pas d’outils informatiques adaptés à leurs problématiques métiers. Or, pour améliorer leur capacité à innover, cela est indispensable. L’adéquation des systèmes d’information aux métiers de l’entreprise est une composante essentielle à la stratégie d’une entreprise. Il est primordial que l’information soit accessible à tout moment pour les personnes concernées. Le système d’information, cœur des entreprises, doit permettre à la société de regrouper l’ensemble des informations circulant dans l’entreprise au sein d’un référentiel commun et central et ainsi détenir une seule version de la vérité. Le problème est que la plupart de ces entreprises n'ont pas de système d’informations qui gère de manière adéquate et centralisée toutes les données nécessaires pour produire efficacement et lancer un nouveau produit. Les systèmes existants, pour la plupart manuels, non partagés, trop spécialisés ou trop génériques, sont souvent insuffisants et inaptes à fournir les informations utiles en temps voulu. Les risques sont les suivants : - Chaque département utilise ses propres informations et données et agit de façon isolée dans le processus de développement des produits : o La R&D utilise généralement des fichiers Excel ; o La qualité s’en tient à son propre ensemble de fichiers Excel et aux documents de travail saisis manuellement sur la base de ces informations ; o Le marketing dispose aussi de son propre fichier et de ses propres documents pour s’assurer de l’adéquation de l’emballage. - Des données insuffisamment précises pour répondre aux nouvelles exigences de la réglementation INCO en matière d’étiquetage, de coûts, d’origines géographiques… - Des données éparpillées et dupliquées à différents endroits (plus de 80% des intégrations avec les systèmes d’information sont encore réalisées par transfert de fichiers peu automatisés et asynchrones plutôt que par des mécanismes en temps réel.) - Des erreurs dans le processus de conception du nouveau produit : des mises à jour erronées de documents, des ressaisies d’informations, etc. - Des processus de lancement de nouveaux produits qui sont, aujourd’hui, trop peu organisés et formalisés. - L’un des freins à la réussite du produit est le manque de collaboration et d'intégration entre les consommateurs, les membres de l'équipe du projet et les fournisseurs. Une entreprise a besoin d’un outil flexible et transversal au développement des nouveaux produits capable de répondre aux spécificités métiers de chaque service.
  6. 6. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 6 Mettre en place un referentiel central et structurant Piloter l'innovation signifie développer des produits d'une manière cohérente et structurée. Cette démarche commence par la mise en place d'un référentiel produit unique qui centralise toutes les données, documents, et informations concernant un produit. Une fois centralisée, l'information doit être gérée d'une manière efficace, ce qui lui permet d'être traitée avec différents points de vue sur la base d’une tâche, d’un projet ou d'un produit, de type d’information, de version ou date de création, et d'autres requêtes avancées. Qu’il s’agisse d’une matière première, d’un produit fini ou d’un menu, c’est une diversité d’informations et de documents associés qu’il faut gérer et restituer de façon adaptée. Orchestrer les étapes entre les différents utilisateurs est nécessaire mais insuffisant. En effet, le référentiel doit lier les données entre elles. Ainsi une action unique d’un utilisateur va impacter différentes données et différents services. La mise en place d’un système de gestion de l’information permet de : - Garantir l’unicité des informations, - Mieux exploiter et analyser le référentiel, - Faciliter les modifications et les spécifications produits : une fois l’information saisie dans le référentiel celle-ci peut être réutilisée à n’importe quel moment (comme par exemple pour créer une nouvelle version d’un produit déjà existant). - Structurer et sécuriser l’information à tout niveau de l’entreprise que ce soit en interne ou en externe : de la chaine de conception à la R & D, la qualité, le marketing, les ventes, les fournisseurs, les fabricants, les laboratoires, etc. - Réduire les pertes de temps, quand tous les acteurs d’un même projet savent à quel endroit retrouver et obtenir les informations dont ils ont besoin ; Le temps est devenu dans de nombreux cas un facteur de réussite. Il dépend des compétences intrinsèques de l’entreprise mais aussi du niveau technologique de l’innovation. Ainsi la maîtrise et donc la réduction du temps, du risque et des freins passent entre autres par la mise en place d’un processus réfléchi et organisé de développement de l’innovation et des nouveaux produits. Plus le processus avance, plus les ressources engagées augmentent mais plus le risque est maîtrisé par renforcement de l’information. Avoir un référentiel bien construit ne suffit plus. En effet ce n’est qu’une première étape dans le développement des produits. Aujourd’hui maitriser sa gestion de projet devient primordial. La capitalisation de l’information permet une réutilisation facile lors du lancement de nouveaux produits et accélère les cycles de lancement. Une entreprise qui innove a besoin de processus rigoureux et méthodiques. Pour maitriser son cycle d’innovation, l’entreprise doit avoir un suivi cohérent du cycle de vie d’un projet. Une gestion centralisée aide les entreprises à optimiser la collaboration et les échanges d’informations avec les différents intervenants du projet. Même si gérer les données est essentiel, pour transformer l’entreprise il faut voir au-delà et avant tout maîtriser son portefeuille produits
  7. 7. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 7 Maitriser son processus de développement de nouveaux produits Gérer le développement et le lancement des nouveaux produits La création et le lancement de produits restent les des principales stratégies de croissance des entreprises petites ou grandes. Le but recherché par ces entreprises est bien évidemment d'être innovantes, attractives et leaders sur un marché tout en réduisant les coûts et le cycle de mise en marché. Ainsi, pour se démarquer des concurrents, les industriels de l'agroalimentaire doivent être capables de gérer efficacement le développement de nouveaux produits. Exemple de cycle de vie d’un produit Avoir une vision précise du processus de développement des produits est essentiel pour maitriser l'ensemble du cycle de vie du produit, mais aussi pour maitriser toutes les étapes critiques, gérer les risques, gérer les réglementations, etc. Le succès d’une entreprise repose sur l’adéquation du processus de développement de nouveaux produits avec les objectifs stratégiques de l’entreprise. En cela, les entreprises doivent être capables d’orchestrer correctement les différentes phases du cycle de développement de nouveaux produits – de l’élaboration du brief marketing à l’optimisation du portefeuille – entre les différents utilisateurs et services. L’ensemble des acteurs pourront ainsi aller dans une seule et même direction, celle de l’innovation Automatiser son processus de formulation Pour allier la souplesse de créativité avec la rigueur de gestion une fois un produit validé, le service R&D a besoin d’un outil capable d’optimiser les formules, générer les recettes et simuler les produits pour maitriser les coûts, respecter les contraintes et les prix définis par le service marketing. La formulation d’un produit est une étape complexe mais une étape clé du processus de développement. Une entreprise qui développe un nouveau produit a des dizaines de caractéristiques à prendre en compte telles que la documentation, les ingrédients, l'étiquetage, l’approvisionnement, les fournisseurs, la réglementation, la sécurité, etc., C’est pourquoi, chaque service interne doit pouvoir travailler en coordination dans le cycle de développement du produit.
  8. 8. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 8 Coordination des services en interne pour le développement des produits L’innovation est souvent associée à la R&D mais la R&D n’aboutit pas forcement à des innovations. Certes comme nous avons pu le voir la R&D a pour objectif de concevoir des produits innovants. Cependant le service R&D ne peut pas travailler seul. En effet, chaque service joue un rôle essentiel dans l’innovation. Il n’est en réalité qu’une composante du processus d’innovation parmi tous les autres services indispensables au développement d’un produit. De nombreuses opérations peuvent être novatrices comme les actions commerciales, marketings ou encore de communication. Des défis métiers propres à chaque service : Service Marketing : - Accélérer l’innovation : o Faire en sorte d’avoir un time to market toujours plus court o Fluidifier la production des offres - Maitriser son portefeuille produit o Mettre au point les packagings o Exploiter son référentiel o Piloter l’activité Service R&D : - Centraliser et fiabiliser les données produits : o Assurer la continuité de la matière première au produit fini o Garantir l’unicité des informations o Détenir une seule version de la vérité - Optimiser le développement produit : o Simplifier la formulation o Orchestrer le développement de nouveau produit Service Achats : - Collaborer efficacement avec les fournisseurs o Gérer les appels d’offres - Saisir l’information fournisseur sans effort o Déporter la saisie des spécifications matières o Déporter la saisie des spécifications packaging - Garantir la responsabilité de chacun : o Traçabilité des échanges o Validation de la saisie Service Qualité : - Assurer la conformité o Automatisation de la documentation produit o Veiller à un étiquetage conforme aux réglementations en vigueur - Optimiser le suivi qualité o Gestion des contrôles produits o Gestion des non-conformités o Gestion des réclamations o Suivi qualité et analyse d’impact Une collaboration consolidée des équipes métiers Maitriser son processus de développement produit et mettre en place un référentiel produit unique va permettre : - La continuité des données pour plus de cohérence. - De réutiliser la donnée : en amont entre le marketing et la R&D pour le packaging et en aval entre la R&D et la qualité pour la production de la documentation par exemple. - De faciliter la circulation des données et des documents entre les différentes phases du projet pour accélérer le transfert d’informations. L’un des objectifs : mailler la production des données nécessaires à la mise en marché des produits entre tous les services. Les données et les informations peuvent ainsi être gérer de manière efficace au sein de chaque service.
  9. 9. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 9 Faciliter la collaboration externe Collaboration Industriels/Fournisseurs Faciliter la communication avec les fournisseurs est essentielle à l'efficacité de la fabrication du produit. Comme nous avons pu le voir précédemment, l’un des freins à la réussite d’un produit est le manque de collaboration et d'intégration entre les consommateurs, les membres de l'équipe du projet et les fournisseurs. Le rôle des fournisseurs dans le développement des nouveaux produits est de plus en plus important, et plus uniquement pour optimiser les coûts mais aussi pour capitaliser sur leur capacité à innover. Pour analyser et capitaliser sur cette valeur ajoutée, il faut que l’entreprise ait la possibilité de connaitre et comparer en détails les produits fournis, leurs atouts, leurs différences, leurs caractéristiques... lors des sélections de fournisseurs. Il est aussi essentiel, pour maîtriser les informations liées au système complet, de récupérer le maximum d'informations et que chaque partie prenante dispose d’un espace de collaboration qui leur permette de mettre au point les spécifications de chaque nouveau produit ou matière première. Faciliter la collaboration avec les fournisseurs va permettre à l’entreprise : - D’optimiser les cycles de production et de mise sur le marché de l’industriel grâce au partage d’information, - D’accélérer les échanges de données entre l’ensemble des acteurs du projet, - De tracer les échanges grâce à la collecte continue des informations et de les historiser durant tout le cycle de vie du produit et même après, - D’automatiser les processus et de fiabiliser l’information récoltée, - D’être alertée à temps d’une modification, d’une réponse à un appel d’offres, etc., - De mettre en place des tableaux de bord performants et un reporting continu, afin de maîtriser et piloter l’innovation produit. Collaboration Industriels/Distributeurs Les entreprises ont besoin d’un outil permettant à chaque partie prenante d’accéder directement à leurs tâches en cours, au travers d’interfaces dédiées, et assurer ainsi à chaque acteur de se concentrer sur son métier et sa valeur ajoutée. Il doit aussi faciliter la circulation des données et des documents entre les différentes phases du projet pour accélérer le transfert d’informations. Prenons à présent, l’exemple d’une réponse à un appel d’offre d’une marque de distributeur (MDD) : Afin de donner une réponse rapide et précise aux enseignes de la distribution toujours très exigeantes : - Réponse exigée sous une semaine, - Un prix objectif toujours plus difficile à réaliser - Un Time to market rapide - Des risques et règlementations élevés - … L’outil doit donner la possibilité aux industriels de générer et envoyer automatiquement, une fois le produit validé, la réponse à l’appel d’offre sans intervention manuelle fastidieuse. Pour toutes ces raisons, un système d’information se doit de communiquer avec le monde extérieur à l’entreprise et de ne pas rester cantonné aux services internes. Ainsi, tous les acteurs intervenants sur le produit sont intégrés dès le début du processus de développement. En mettant en place, une gestion efficace et structurée des données produits, industriels, distributeurs et fournisseurs peuvent ainsi capitaliser sur l'innovation tout en accélérant les cycles de développement de nouveaux produits.
  10. 10. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 10 Maitriser et piloter son portefeuille produits Dans la gestion de projets agroalimentaires, disposer d'une vue d'ensemble sur les différents aspects tels que les plannings permettant de suivre l'avancement des tâches (terminées, en cours, futures, retards, etc.) ou encore accéder aux différents commentaires, échanges, et livrables est primordial pour maitriser au mieux les risques et mener efficacement le lancement de nouveaux produits. Les entreprises ont besoin d’un outil capable de : - Superviser le processus de développement et le lancement du produit - Maitriser le respect des plannings - Prioriser les projets (score-carding) et gérer le portefeuille de produits existants La supervision et l’optimisation du portefeuille produit, des projets ou des processus ne peuvent se faire qu’en s’appuyant sur des données correctes et correctement présentées. Chaque entreprise doit avoir la possibilité d’analyser et de suivre facilement son portefeuille de produits. Il est donc important que le référentiel produit intègre des outils de reporting capables de transformer toutes les données en informations exploitables au travers de rapports interactifs. En consolidant les données, l’entreprise dispose d’une vision globale de ses activités en cours. Les bénéfices les plus évidents sont : - Une continuité de l’information, - Un décloisonnement des données, - Une conduite et une traçabilité des évolutions, - Une vision consolidée pour chaque profil métier Chaque métier de l’entreprise a besoin de suivre efficacement l’avancement de ses projets. C’est pourquoi, chaque personne doit disposer du rapport adapté à son activité. Avoir un reporting quotidien va permettre au chef de projet de décider plus vite. En effet, si un projet doit être abandonné, la décision peut se prendre très rapidement afin de limiter les investissements et se consacrer aux projets prometteurs. Quels types de reporting ? Les outils de reporting permettent aux entreprises d’avoir une vision globale et ainsi : - Suivre les réalisations produits tout au long de l’année, - Mettre en évidence les écarts par rapport aux prévisions, - Ajuster en conséquence la gestion ou encore les choix stratégiques de l’entreprise. Pour piloter efficacement les activités de l’entreprise, des alertes peuvent être mises en place avec un système de codes couleurs afin de mettre l’accent sur les problèmes éventuels rencontrés. Des tableaux de bords dédiés à chaque profil métier peuvent être créés comme par exemple la répartition du portefeuille produits par gamme, catégorie, etc. Des rapports présentant le nombre d’appels d’offres traités par gamme de produits, la durée moyenne de réalisation d’un processus en fonction de sa nature, le nombre de non-conformités en fonction du fournisseur, etc. peuvent être élaborés. Ou encore d’autres moyens de reporting peuvent être mis en place, comme un système de score carding, afin de positionner les projets les uns par rapport aux autres à l’aide de critères renseignés dans le formulaire de lancement (risques pouvant conduire à un échec, consommation de ressources internes, ROI,…). Statistique de non-conformité
  11. 11. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 11 Conclusion L’innovation est une affaire d’entreprise. Aujourd’hui pour dynamiser l’innovation, les entreprises se doivent de mettre en place une rigueur de gestion qui leur permette de développer en toute cohérence leurs produits. Les industriels ont besoin d’outils performants répondant à leurs problématiques métiers et ainsi améliorer leur réactivité face aux demandes de leurs partenaires. Pour cela, Lascom propose aux industries alimentaires une méthode en cinq points pour fiabiliser l’innovation. 1. Mettre en place un référentiel structurant pour une cohérence des données Les entreprises doivent avoir la possibilité de partager toutes les données et informations liées au développement des produits entre l’ensemble des acteurs de l’entreprise. La mise en place d'un référentiel produit unique va permettre à l’entreprise de structurer l’information produit et les documents selon des vues métiers et les différents stades de maturité des produits. Avoir un référentiel produit structuré c’est bien, mais cela ne suffit plus. En effet ce n’est qu’une première étape dans le développement des produits. 2. Maitriser son processus de développement de nouveau produit Grâce à un référentiel structuré et une gestion efficace du processus de développement de nouveaux produits, les entreprises peuvent ainsi facilement superviser leur développement de nouveaux produits et avoir une vue d’ensemble des projets 3. Consolider la collaboration des équipes métiers Chaque service joue un rôle essentiel dans l’innovation. La mise à disposition des informations favorise la collaboration et la réutilisation des données de l’entreprise, permettant ainsi à chacun d’exploiter pleinement ses compétences au profit de l’innovation. En partageant et capitalisant sur les connaissances de l'entreprise, on pose les bases de l'innovation continue. Ce qui permet ainsi de consolider la collaboration entre les services et ainsi faire naître rapidement de nouveaux concepts ou encore de nouveaux produits. 4. Faciliter la collaboration externe Pour une maitrise juste du processus de développement produit, il faut que les entreprises est la possibilité de collaborer facilement avec leur écosystème. En effet, nombreux sont les échanges entre l'entreprise et ses fournisseurs. C'est pourquoi il est nécessaire de bien savoir communiquer et interagir avec eux. 5. Piloter et maitriser son portefeuille produit Au niveau de l’entreprise, l’exploitation optimale des ressources et une meilleure gestion du portefeuille produit assure une réduction des coûts et la maîtrise de la profitabilité. Les entreprises seront en mesure de prendre à tout moment la bonne décision pour accélérer la mise sur le marché des produits et répondre à l’ensemble des appels d’offre. En adoptant les bonnes pratiques, les industriels de l’alimentaire misent sur des solutions adaptées pour industrialiser l’innovation et ainsi se différencier dans un secteur extrêmement concurrentiel. Nous vous proposons de découvrir en image la méthode Lascom : une démarche simple, expérimentée et éprouvée par nos clients Pilotage et maitrise du portefeuille produit Collaboration externe Collaboration interne Maitrise du processus de développement de nouveaux produits Référentiel produit
  12. 12. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 12 Une démarche simple, experimentée et éprouvée par nos clients Une démarche simple et éprouvée par nos clients
  13. 13. R&D, MARKETING, QUALITE : UNE METHODE EN 5 POINTS POUR DYNAMISER L’INNOVATION / Guide 13 Auteurs et références Editeur français de logiciels fondé en 1989, Lascom incarne la nouvelle génération du PLM. Initialement spécialisé dans les logiciels de gestion de documents techniques, Lascom a évolué rapidement vers la gestion de configuration qui lui a permis d’être reconnu comme un expert du PLM et de la gestion des processus critiques d’entreprise. Fort de son expertise, Lascom a su identifier les problématiques associées aux industries de l'alimentaire proposant ainsi Lascom CPG. Lascom accompagne les professionnels du secteur, en proposant une solution complète et adaptée à leurs besoins d’innovation En 2015, confortée par le succès de projets clients d’envergure et par des innovations technologiques sur la gestion des projets et du portefeuille de projets, Lascom propose désormais des solutions pour répondre à deux besoins majeurs : la gestion du cycle produit et la gestion du cycle projet. - Pour échangez avec nos experts métiers, - En savoir plus sur nos solutions, - Organiser une présentation, - … Contactez-nous à : cpg@lascom.com www.lascom.fr

×