Un cours en miracles
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Un cours en miracles

on

  • 2,087 vues

 

Statistics

Vues

Total Views
2,087
Views on SlideShare
2,087
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
10
Comments
0

0 Ajouts 0

No embeds

Accessibilité

Catégories

Détails de l'import

Uploaded via as Adobe PDF

Droits d'utilisation

© Tous droits réservés

Report content

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
Poster un commentaire
Modifier votre commentaire

Un cours en miracles Un cours en miracles Document Transcript

  • UN COURS EN MIRACLES VERSION INTEGRALE PRÉFACE TEXTE LIVRE DEXERCICES POUR ÉTUDIANTS MANUEL POUR ENSEIGNANTS CLARIFICATION DES TERMES ÉDITIONS DU ROSEAU
  • Traduit de langlais par Denis Ouellet en collaboration avec Franchita CattaniLes Foundation for Inner Peace et Foundation for A Course in Miracles ainsi queles traducteurs du présent ouvrage tiennent à exprimer toute leur gratitude àMadame Jacqueline Meyrieux pour son travail et son dévouement.Titre original : A Course in Miracles publié en 1975 par : The Foundation for Inner Peace P.O. Box 598 Mill Valley, CA 94942, USA www.acim.orgCopyright © 1992, Second Edition, Foundation for A Course in Miracles. Portions also independently copyrighted.Copyright © 2005 Foundation for A Course in Miracles, pour la traduction française approuvée par : Dr Kenneth Wapnick, Foundation for A Course in Miracles Dr William W. Whitson, Foundation for Inner PeaceISBN 2-89466-104-5Tous droits de traduction, de reproduction et dadaptation réservés pour touspays. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite ni retransmise sousquelque forme ou par quelque moyen que ce soit : électronique, mécanique,incluant vidéo, photocopie ou tout système de saisie dinformation, sans lau-torisation du détenteur du copyright. Pour plus dinformation, communiqueravec la Foundation for A Course in Miracles, 41397, Buecking Drive, Temecula,CA 92590, USA. www.facim.orgDépôt légal : Bibliothèque nationale du Québec, 2005 Bibliothèque nationale du Canada, 2005Distribution : Diffusion Raffin 29, rue Royal Le Gardeur (Québec) J5Z 4Z3 Courriel : diffusionraffin@qc.aira.comSite Internet : http : //www.roseau.caImprimé au Canada
  • AVANT-PROPOS La Foundation for Inner Peace a adopté le principe voulantq u u n e traduction dUn cours en miracles doit être aussi prèsque possible de loriginal anglais. Les traducteurs dUn cours enmiracles ont deux défis à relever. Ils doivent dabord maîtriser leCours en anglais, leur langue seconde. Ensuite il leur faut trans-poser leur compréhension dans leur langue première, processuschargé de tous les problèmes qui viennent de jeter un pont entredeux cultures. Ils doivent surmonter ces deux défis sans perdrela signification et les subtilités du système de pensée du Cours.Nous avons adopté des critères rigoureux dans la sélection et lasupervision des traducteurs. En effet, il nous a souvent fallu desannées pour choisir une équipe de traducteurs compétents; équipenormalement constituée dun traducteur principal, de plusieurslecteurs et dun réviseur. Certaines traductions se sont échelon-nées sur plus de dix ans, avec un changement déquipe en coursde route et plusieurs révisions de façon à saisir lesprit et la signi-fication dUn cours en miracles dans la langue cible. Pour atteindre ces hauts critères, nous avons adopté les lignesdirectrices suivantes :1) Notre première règle est : «Rester fidèle au sens précis dechaque phrase dans Un cours en miracles. » Comme le dit le Cours : « ...un bon traducteur, bien quil doive changer la forme de ce quil traduit, ne change jamais la signification. De fait, son seul but est de changer la forme de façon à conserver la si- gnification originale » (Texte, p. 123). Par conséquent, chaque fois quil y a à choisir entre préserverla signification du texte anglais et une traduction plus littéraireou poétique, le premier parti est toujours préféré. De grandesportions dUn cours en miracles (dont tout le Livre dexercices, àpartir de la leçon 99) sont écrites en pentamètres iambiques, levers de Shakespeare. Presque toujours, il a fallu ne tenir aucuncompte de la forme poétique afin de préserver la signification.2) Notre deuxième règle renforce la première : « Ne pas essayerdaméliorer le Cours. » Habituellement, les traducteurs ont deuxtypes de tentations. Lorsque langlais semble maladroit ou ambigu,
  • ils sont tentés de «faire mieux que langlais» en améliorant le texteou en le « clarifiant» en ajoutant des mots ou des paraphrases quinapparaissent pas dans loriginal. Pour contrer une telle tentation, nous avons insisté sur lim-portance de conserver lambiguïté originale dans la traduction. Un autre problème concerne lutilisation de certains mots-clés.De nombreux traducteurs ont essayé dutiliser des synonymes pourrendre le Cours plus «coloré». Nous avons fortement conseilléaux traducteurs de résister à cette tentation parce que les étu-diants doivent adopter certains mots-clés comme fondement dusystème de pensée du Cours. Avec le temps, les étudiants saper-çoivent quils font leur le vocabulaire du Cours. Par conséquent,nous avons demandé aux traducteurs de respecter le choix demots du Cours même si un tel vocabulaire peut sembler étrangeau début pour le lecteur. Ces mots doivent rester les mêmes dunbout à lautre de la traduction, tout comme ils restent les mêmesdans loriginal anglais.3) Notre troisième règle semble contredire la seconde : « Quandla signification le demande, changer la phrase anglaise afin dob-tenir une traduction plus fluide. » Langlais ne suit pas toujoursles règles strictes de la bonne grammaire. Les traducteurs sontautorisés à corriger les imperfections grammaticales afin de pré-server la signification dans la traduction. Un autre cas exigeant une révision par un traducteur concernele genre. Dans au moins une langue, «Saint-Esprit» est féminin.Dans un cas comme celui-là, nous avons conseillé au traducteurdutiliser des pronoms de genre féminin même si, en anglais, seulle masculin est utilisé.4) Notre quatrième règle concerne les références bibliques dansle Cours, qui en compte plus de 800. La plupart dentre elles nesont pas indiquées par des guillemets et le lecteur qui nest pasfamilier avec la Bible pourrait facilement ne pas les voir. Toutesces références sont tirées de la Bible King James en anglais. Nousavons demandé aux traducteurs de citer la Bible qui, dans laculture de la langue cible, a la même importance que la Bible KingJames dans le monde anglophone. Dans Un cours en miracles, certaines références bibliques sontdes citations libres des versets de la Bible. Les traducteurs ont ététentés de corriger le Cours en rendant la pleine citation biblique
  • dans la langue cible. Nous navons pas permis de tels change-ments. Si Un cours en miracles cite librement un passage biblique,le traducteur devrait faire de même.5) Notre cinquième règle est : «Recourir rarement aux notes.»Les notes se rangent dans trois catégories dexplications : a) les jeux de mots qui se perdent dans la traduction; b) les expressions idiomatiques américaines; c) les citations bibliques dont la signification dépend de la version anglaise de la Bible King James, mais qui ne peuvent pas être traduites adéquatement dans la langue cible. Dans tous les cas, nous avons suivi le principe voulant quenous fassions le moins de changements possible par rapport àlanglais.6) Notre sixième et dernière règle concerne la traduction dun mottrès important : «Expiation». (En anglais, Atonement) Presquesans exception, ce mot a constitué un réel défi pour les traduc-teurs, et il a posé des problèmes à bien des étudiants anglophonesdUn cours en miracles. Ce terme biblique est un concept centraldans la tradition judéo-chrétienne, où il exprime le plan de Dieupour sauver ses enfants, qui sont pécheurs et pleins de culpabi-lité, par leur propre souffrance et leur propre sacrifice, de mêmeque par la mort expiatrice de Jésus sur la croix. Comme beaucoup dautres mots quUn cours en miracles em-prunte à la tradition biblique, le mot «Expiation» reçoit une signi-fication totalement différente de celle que lui donne la traditionjudéo-chrétienne. Dans le Cours, «Expiation» réfère à la cor-rection de la croyance en la réalité du péché et de la culpabilité. Cechangement de signification dun mot courant est un exemple duprocessus pédagogique du Cours qui, par lutilisation de tels mots« déclencheurs », fait remonter à lesprit du lecteur des aspectsrefoulés du système de pensée de lego. De cette façon, ce qui estrefoulé peut être regardé et enfin pardonné. Pour être efficace, leprocessus de correction demande de reconnaître nos croyanceset concepts erronés, et non de les refouler. Par conséquent, utili-ser un mot plus «inoffensif» pour traduire Atonement, comme« réconciliation» ou «rédemption», aurait pour effet de saperce processus de correction de nos pensées erronées, en ne leur
  • permettant pas dapparaître dans nos esprits. En utilisant le mottraditionnel pour Atonement dans toutes les traductions, avec saconnotation habituelle qui est de défaire la culpabilité par lesacrifice, les étudiants dUn cours en miracles ont ainsi la possibi-lité de pardonner véritablement le système de pensée de lego eneux-mêmes. Nous espérons que cette traduction dUn cours en miracles estaussi fidèle que possible à la fois à la lettre et à lesprit de lori-ginal anglais afin que le monde entier puisse profiter de cet im-portant document spirituel. Nous sommes reconnaissants de ceque des étudiants de partout dans le monde puissent se joindreà nous dans le voyage de retour à Dieu.Foundation for Inner PeaceNOTES Pour faciliter la lecture, nous avons cru préférable de ne pasinsérer dappels de note dans le texte. Plutôt, les notes sont ras-semblées en fin douvrage avec renvois aux passages auxquelselles se rapportent.NOTE DES TRADUCTEURS Pour dautres explications sur la traduction française, voir laNote des traducteurs à la fin de louvrage.RÉFÉRENCES BIBLIQUES Pour les citations bibliques, nous avons consulté en premierlieu la Bible Segond, édition 1910; et en deuxième lieu la Bible deJérusalem, édition 1984. Lorsque ni lune ni lautre de ces biblesnétait assez proche de langlais, nous avons eu recours à la BibleTob, édition 1972/75.
  • PRÉFACE Cette préface fut écrite en 1977, en réponse à de nombreuses demandes debrève introduction à Un cours en miracles. Helen Schucman écrivit elle-même lesdeux premières parties : Doù il vient et Ce quil est. La dernière partie, Ce quildit, fut écrite suivant le processus de dictée intérieure décrit dans la préface. Doù il vient À lorigine dUn cours en miracles, il y a deux personnes prenantla décision soudaine de se joindre dans un but commun. Ils sap-pelaient Helen Schucman et William Thetford et ils étaient pro-fesseurs de psychologie médicale au College of Physicians andSurgeons de lUniversité Columbia dans la ville de New York. Peuimporte qui ils étaient, sauf que lhistoire montre quavec Dieutoutes choses sont possibles. Ils navaient pas dintérêt pour laspiritualité. Leur relation était difficile et souvent tendue, et ils sepréoccupaient surtout dêtre acceptés et reconnus sur les planspersonnel et professionnel. En général, ils avaient beaucoup in-vesti dans les valeurs de ce monde. Leurs vies ne saccordaientguère avec ce que le Cours préconise. Helen, celle à qui le Coursfut dicté, se décrit elle-même : Psychologue, éducatrice, conformiste en théorie et athée en croyance, je travaillais dans un milieu universitaire fort presti- gieux. Et puis quelque chose arriva qui déclencha une série dévé- nements que je naurais jamais pu prévoir. Le chef de mon département mannonça à limproviste quil était fatigué des sen- timents de colère et dagressivité que nos attitudes reflétaient, et il conclut quil devait y avoir «une autre voie». Comme si javais attendu ce signal, je consentis à laider à la trouver. Apparemment, le Cours est cette autre voie. Bien que leur intention fût sérieuse, ils eurent beaucoup dedifficulté à se lancer dans cette entreprise commune. Mais ilsavaient offert au Saint-Esprit le «petit désir» qui, comme le Coursallait le souligner maintes et maintes fois, suffit pour Lui per-mettre dutiliser toute situation à Ses propres fins en la dotant deSa puissance.
  • Le récit dHelen continue ainsi : Lécriture proprement dite fut précédée de trois mois assez surpre- nants pendant lesquels Bill mavait suggéré de mettre par écrit les rêves hautement symboliques et les descriptions des étranges images qui me venaient. Bien que je fusse plus habituée à linat- tendu au bout de ces trois mois, je fus malgré tout très surprise lorsque jécrivis : « Ceci est un cours en miracles. » Ce fut mon pre- mier contact avec la Voix. Elle ne produisait aucun son mais elle semblait me donner une sorte de dictée intérieure rapide que je pris dans un carnet de sténographie. Lécriture ne fut jamais automa- tique. Elle pouvait être interrompue à nimporte quel moment et reprise plus tard. Cela me mettait fort mal à laise mais il ne me vint jamais sérieusement à lesprit darrêter. On aurait dit quil sagissait dune mission particulière que javais, je ne sais où ni comment, accepté de remplir. Toute lentreprise reposait sur une véritable collaboration entre Bill et moi, et beaucoup de son impor- tance, jen suis sûre, réside en cela. Jécrivais ce que la Voix «disait», en faisait lecture à Bill le lendemain, et il le tapait à la machine sous ma dictée. Je suppose quil avait aussi sa propre mission par- ticulière. Sans ses encouragements et son soutienne naurais jamais été capable daccomplir la mienne. Le processus tout entier prit à peu près sept ans. Le Texte vint en premier, puis le Livre dexercices pour étudiants et enfin le Manuel pour enseignants. Seuls quelques changements mineurs ont été apportés. Les titres des chapitres et les sous-titres ont été insérés dans le Texte, et certaines des réfé- rences plus personnelles qui vinrent au commencement ont été omises. À part cela, le texte est essentiellement inchangé. Les noms des personnes qui ont collaboré à la transcription duCours napparaissent pas sur la couverture parce que le Courspeut et devrait se suffire à lui-même. Il na pas été conçu pour ser-vir de fondement à une nouvelle secte. Son seul but est de four-nir une voie dans laquelle certaines personnes pourront trouverleur propre Enseignant intérieur. Ce quil est Comme le suggère son titre, le Cours est structuré tout au longcomme un outil denseignement. Il consiste en trois livres : un
  • Texte de 718 pages, un Livre dexercices pour étudiants de 506pages et un Manuel pour enseignants de 94 pages. Les étudiantspeuvent choisir lordre dans lequel ils se servent des livres, et lafaçon dont ils les étudient, en fonction de leurs préférences et deleurs besoins particuliers. Le programme détudes, ou curriculum, que propose le Coursa été soigneusement conçu et il est expliqué étape par étape tantau niveau théorique que pratique. Il met laccent sur lapplicationplutôt que sur la théorie, et sur lexpérience plutôt que sur la théo-logie. Il est dit explicitement qu«une théologie universelle estimpossible, mais une expérience universelle est non seulementpossible mais nécessaire » (Manuel, p. 79). Bien que la langue soitchrétienne, le Cours traite de thèmes spirituels universels. Ilsouligne quil nest quune version du curriculum universel. Il yen a beaucoup dautres, et celle-ci nen diffère que par la forme.À la fin toutes mènent à Dieu. Le Texte est en grande partie théorique; y sont présentés lesconcepts sur lesquels repose le système de pensée du Cours. Sesidées servent de fondement pour les leçons du Livre dexercices.Sans la mise en application que fournit le Livre dexercices, leTexte resterait essentiellement une série dabstractions qui nesuffiraient guère à amener le renversement de pensée que visele Cours. Le Livre dexercices comprend 365 leçons, soit une pour chaquejour de lannée. Toutefois, il nest pas nécessaire de poursuivre lesleçons à ce rythme et quelquun peut très bien vouloir sattarderplus dune journée sur une leçon qui lui plaît particulièrement.Les instructions recommandent seulement de ne pas tenter defaire plus dune leçon par jour. Laspect pratique du Livre dexer-cices est mis en évidence dans son introduction, qui met laccentsur lexpérience acquise par la pratique plutôt que sur un enga-gement préalable envers un but spirituel : Certaines des idées que présente le livre dexercices te paraî- tront difficiles à croire; dautres te sembleront tout à fait surpre- nantes. Cela na aucune importance. Il test simplement demandé dappliquer les idées de la manière indiquée. Il ne test pas de- mandé de les juger. Il test seulement demandé de les utiliser. Cest leur utilisation qui leur donnera une signification pour toi et te montrera quelles sont vraies.
  • Souviens-toi seulement de ceci : tu nas pas besoin de croire les idées, tu nas pas besoin de les accepter, tu nas pas même besoin de leur faire bon accueil. Il se peut quà certaines dentre elles, tu résistes activement. Rien de tout cela na dimportance, et leur effi- cacité nen est pas diminuée. Mais ne te permets pas de faire des exceptions dans lapplication des idées que contient le livre dexer- cices; et quelles que soient tes réactions à ces idées, utilise-les. Rien dautre que cela nest requis (Livre dexercices, p. 2). Enfin le Manuel pour enseignants, qui est écrit sous forme dequestions et réponses, fournit des réponses à quelques-unes desquestions les plus susceptibles dêtre posées par un étudiant. Ilcontient aussi une clarification de certains des termes que le Coursutilise, le Texte servant de cadre théorique à ces explications. Le Cours ne prétend pas être définitif, pas plus que le Livredexercices nest destiné à compléter lapprentissage de létudiant.À la fin, le lecteur est laissé entre les mains de son propre Ensei-gnant intérieur, Qui dirigera tout enseignement ultérieur commeIl le jugera bon. Quoique le Cours couvre une vaste sphère, la vé-rité ne peut pas être limitée à une forme finie, ainsi quil est ditclairement dans lénoncé à la fin du Livre dexercices : Ce cours est un commencement et non une fin (...) Il ne test plus assigné de leçons précises, car il nen est plus besoin. Désormais, nécoute que la Voix pour Dieu (...) Il dirigera tes efforts en te di- sant exactement quoi faire, comment diriger ton esprit et quand venir à Lui en silence, demander Sa sûre direction et Sa Parole cer- taine (Livre dexercices, p. 505). Ce quil dit Rien de réel ne peut être menacé. Rien dirréel nexiste. En cela réside la paix de Dieu. Ainsi commence Un cours en miracles. Il fait une distinction fon-damentale entre le réel et lirréel; entre la connaissance et la per-ception. La connaissance est vérité, sous une seule loi, la loi delamour ou de Dieu. La vérité est inaltérable, éternelle et non am-biguë. Elle peut ne pas être reconnue mais elle ne peut pas êtrechangée. Elle sapplique à tout ce que Dieu a créé, et seul ce quil
  • a créé est réel. Elle est au-delà de lapprentissage parce quelle estau-delà du temps et des processus. Elle na pas dopposé; pas decommencement ni de fin. Elle est, tout simplement. Le monde de la perception, par contre, est le monde du temps,du changement, des commencements et des fins. Il est basé surlinterprétation et non sur des faits. Cest le monde de la naissanceet de la mort, fondé sur la croyance dans le manque, la perte, laséparation et la mort. Il sapprend plutôt quil nest donné; il estsélectif dans ses perceptions, instable dans son fonctionnementet inexact dans ses interprétations. De la connaissance et de la perception respectivement surgis-sent deux systèmes de pensée distincts qui sont à tous égardslopposé lun de lautre. Dans le champ de la connaissance, au-cune idée nexiste à part de Dieu, car Dieu et Sa Création parta-gent une même Volonté. Toutefois, le monde de la perception estfait par la croyance en des opposés et en des volontés séparéesqui sont en conflit perpétuel les unes avec les autres ainsi quavecDieu. Ce que la perception voit et entend paraît être réel parcequelle ne laisse monter à la conscience que ce qui est conformeaux souhaits de celui qui perçoit. Cela mène à un monde dillu-sions, un monde qui a constamment besoin de défenses préci-sément parce quil nest pas réel. Quand tu es pris dans le monde de la perception, tu es pris dansun rêve. Tu ne peux pas téchapper sans aide parce que tout ceque tes sens te montrent ne fait que témoigner de la réalité durêve. Dieu a fourni la Réponse, la seule Issue, la véritable Aide.Cest la fonction de Sa Voix, Son Saint-Esprit, dagir comme Mé-diateur entre les deux mondes. Il peut le faire parce que, alorsque dune part Il connaît la vérité, dautre part Il sait aussi recon-naître nos illusions, mais sans y croire. Le but du Saint-Esprit estde nous aider à échapper du monde du rêve en nous enseignantcomment renverser notre façon de penser et désapprendre noserreurs. Le pardon est le grand outil dapprentissage au moyenduquel le Saint-Esprit nous aide à opérer ce renversement. Tou-tefois, le Cours a sa propre définition de ce quest réellement lepardon, tout comme il a sa propre façon de définir le monde. Le monde que nous voyons ne fait que refléter notre proprecadre de référence intérieur — les idées dominantes, les souhaitset les émotions dans nos esprits. «La projection fait la percep-tion » (Texte, p. 266,477). Nous regardons dabord au-dedans, etnous décidons quel genre de monde nous voulons voir, puis nous
  • projetons ce monde à lextérieur, faisant de lui la vérité telle quenous la voyons. Ce qui le rend vrai, ce sont les interprétations quenous donnons de ce que nous voyons. Si nous utilisons la per-ception pour justifier nos propres erreurs — notre colère, nosimpulsions à attaquer, notre manque damour sous nimportequelle forme —, nous verrons un monde de mal, de destruction,de malice, denvie et de désespoir. Nous devons apprendre à par-donner tout cela, non pas parce que nous sommes « b o n s » et« charitables » mais parce que ce que nous voyons nest pas vrai.Nous avons distordu le monde par nos défenses tordues, et nousvoyons donc ce qui nest pas là. Comme nous apprenons à recon-naître nos erreurs de perception, nous apprenons aussi à regarderplus loin ou à «pardonner». En même temps nous nous pardon-nons à nous-mêmes en regardant passé nos concepts de soi dis-tordus vers le Soi que Dieu a créé nous et en nous. Le péché est défini comme un «manque damour» (Texte, p. 12).Puisque lamour est la seule chose qui soit, aux yeux du Saint-Esprit le péché est une erreur à corriger plutôt quun mal àpunir. Notre sentiment dinsuffisance, de faiblesse et dincom-plétude vient de notre énorme investissement dans le «principede manque» qui gouverne le monde entier des illusions. De cepoint de vue, nous recherchons en autrui ce que nous ressentonscomme un manque en nous-mêmes. Nous «aimons» autrui pourobtenir nous-mêmes quelque chose. Cest cela, en fait, qui passepour de lamour dans le monde du rêve. Il ny a pas de plusgrande erreur, car lamour est incapable de demander quoi quece soit. Seuls les esprits peuvent réellement se joindre, et lhomme nesaurait séparer ce que Dieu a joint (Texte, p. 382). Toutefois, cestuniquement au niveau de lEsprit du Christ que lunion véritableest possible, et na, de fait, jamais été perdue. Le «petit moi»cherche à se grandir par lapprobation extérieure, les possessionsextérieures et l« amour » extérieur. Le Soi que Dieu a créé na be-soin de rien. Il est à jamais complet, en sécurité, aimé et aimant.Il cherche à partager plutôt quà obtenir; à étendre plutôt quàprojeter. Il na pas de besoins et il veut se joindre aux autres dansla conscience mutuelle de leur abondance. Les relations particulières du m o n d e sont destructrices,égoïstes et puérilement égocentriques. Pourtant, confiées auSaint-Esprit, ces relations peuvent devenir ce quil y a de plussaint sur terre — les miracles qui indiquent la voie du retour au
  • Ciel. Le monde utilise ses relations particulières comme unearme ultime dexclusion et une démonstration de séparation. LeSaint-Esprit les transforme en de parfaites leçons de pardon etdéveil du rêve. Chacune est une occasion de laisser les percep-tions être guéries et les erreurs être corrigées. Chacune constitueune autre chance de se pardonner à soi-même en pardonnant àlautre. Et chacune devient encore une autre invitation au Saint-Esprit et au souvenir de Dieu. La perception est une fonction du corps et elle représente doncune limite à la conscience. La perception voit par les yeux du corpset entend par les oreilles du corps. Elle évoque les réponses limi-tées que donne le corps. Dans une large mesure, le corps sembleavoir sa propre motivation et être indépendant, or il ne fait querépondre aux intentions de lesprit. Si lesprit veut lutiliser pourlattaque sous quelque forme que ce soit, il devient la proie de lamaladie, de lâge et du dépérissement. Si lesprit accepte plutôtle but que le Saint-Esprit a pour lui, il devient un moyen utile decommunication avec les autres, invulnérable aussi longtemps quilen est besoin, et qui sera doucement mis de côté quand son uti-lité aura cessé. De lui-même il est neutre, comme le sont touteschoses dans le monde de la perception. Quil soit utilisé pour lesbuts de lego ou du Saint-Esprit, cela dépend entièrement de ceque veut lesprit. Lopposé de voir par les yeux du corps, cest la vision du Christqui reflète la force plutôt que la faiblesse, lunité plutôt que laséparation et lamour plutôt que la peur. Lopposé dentendre parles oreilles du corps, cest la communication par la Voix pour Dieu,le Saint-Esprit, qui demeure en chacun de nous. Sa Voix sembledistante et difficile à entendre parce que lego, qui parle pour lepetit soi séparé, semble parler beaucoup plus fort. En fait cestlinverse. Le Saint-Esprit parle avec une indubitable clarté et unattrait irrésistible. Nul ne pourrait être sourd à Ses messages dedélivrance et despoir qui ne choisit pas de sidentifier au corps,pas plus quil ne pourrait manquer daccepter joyeusement lavision du Christ en heureux échange de la misérable image quila de lui-même. La vision du Christ est le don du Saint-Esprit, lalternative deDieu à lillusion de séparation et à la croyance en la réalité dupéché, de la culpabilité et de la mort. Cest la seule correction pourtoutes les erreurs de perception, la réconciliation de tous lesopposés apparents sur lesquels ce monde est fondé. Sa douce
  • lumière montre toutes choses dun autre point de vue, qui reflètele système de pensée surgi de la connaissance et rend le retour àDieu non seulement possible mais inévitable. Ce qui était consi-déré comme une injustice faite à quelquun par quelquun dautredevient maintenant un appel à laide et à lunion. Le péché, lamaladie et lattaque sont vus comme des malperceptions quiappellent un remède par la douceur et lamour. Les défenses sontdéposées parce quil nen est pas besoin là où il ny a pas dat-taque. Les besoins de nos frères deviennent les nôtres parce quilsfont le voyage avec nous en allant vers Dieu. Sans nous ils per-draient leur chemin. Sans eux nous ne pourrions jamais trouverle nôtre. Le pardon est inconnu au Ciel, où un tel besoin serait incon-cevable. Dans ce monde, toutefois, le pardon est une correctionnécessaire pour toutes les erreurs que nous avons faites. Offrir lepardon est la seule façon pour nous de lavoir, car cela reflète laloi du Ciel voulant que donner et recevoir sont la même chose.Le Ciel est létat naturel de tous les Fils de Dieu tels quil les acréés. Telle est leur réalité à jamais. Elle na pas changé parcequelle a été oubliée. Le pardon est le moyen par lequel nous nous souviendrons. Parle pardon, la façon de penser du monde est renversée. Le mondepardonné devient la porte du Ciel, parce que sa miséricorde nouspermet enfin de nous pardonner. Ne tenant personne prisonnierde la culpabilité, nous devenons libres. Reconnaissant le Christ entous nos frères, nous reconnaissons Sa Présence en nous-mêmes.Oubliant toutes nos malperceptions, et sans rien du passé quipuisse nous retenir, nous pouvons nous souvenir de Dieu. Au-delà de cela, lapprentissage ne peut aller. Quand nous sommesprêts, Dieu Lui-même fait le dernier pas de notre retour vers Lui.
  • UN COURS EN MIRACLES TEXTE
  • TABLE DES MATIERESIntroduction 1Chapitre 1 LA SIGNIFICATION DES MIRACLES I. Principes des miracles 3 II. Révélation, temps et miracles 7 III. Expiation et miracles 9 IV. Lévasion hors des ténèbres 11 V. Entièreté et pur-esprit 13 VI. Lillusion de besoins 14 VII Distorsions des impulsions miraculeuses 16Chapitre 2 LA SÉPARATION ET LEXPIATION I. Les origines de la séparation 18 II. LExpiation comme défense 20 III. Lautel de Dieu 22 IV. La guérison comme délivrance de la peur 24 V. La fonction du faiseur de miracles 26 A. Principes particuliers des faiseurs de miracles 29 VI. Peur et conflit 30 VII. Cause et effet 33VIII. La signification du Jugement dernier 36Chapitre 3 LA PERCEPTION INNOCENTE I. Expiation sans sacrifice 38 II Les miracles comme perception vraie 40 III. Perception versus connaissance 42 IV. Lerreur et lego 44 V Au-delà de la perception 47 VI. Le jugement et le problème de lautorité 49 VII Création versus image de soi 52Chapitre 4 LES ILLUSIONS DE LEGO Introduction 55 I. Juste enseignement et juste apprentissage 56 II Lego et la fausse autonomie 60 III. Lamour sans conflit 64 IV. Cela na pas besoin dêtre 66 V. Lillusion ego-corps 69 VI. Les récompenses de Dieu 71 VII Création et communication 74
  • Chapitre 5 GUÉRISON ET ENTIÈRETÉ Introduction 77 I. Linvitation au Saint-Esprit 78 II La Voix pour Dieu 80 III. Le Guide vers le salut 83 IV. Enseigner et guérir 86 V. Lusage que fait lego de la culpabilité 89 VI. Temps et éternité 92 VII La décision de choisir Dieu 95Chapitre 6 LES LEÇONS DE LAMOUR Introduction 97 I. Le message de la crucifixion 97 II Lalternative à la projection 102 III. Le renoncement à lattaque 106 IV. La seule Réponse 107 V. Les leçons du Saint-Esprit 110 A. Pour avoir, donne tout à tous 111 B. Pour avoir la paix, enseigne la paix pour lapprendre 113 C. Ne sois vigilant que pour Dieu et Son Royaume 116Chapitre 7 LES DONS DU ROYAUME I. Le dernier pas 120 II La loi du Royaume 122 III. La réalité du Royaume 124 IV La guérison comme re-connaissance de la vérité 126 V. Guérison et inchangeabilité de lesprit 128 VI. De la vigilance à la paix 132VII La totalité du Royaume 136VIII. Lincroyable croyance 139 IX. Lextension du Royaume 141 X. La confusion entre douleur et joie 143 XI Létat de grâce 145Chapitre 8 LE VOYAGE DE RETOUR I. La direction du curriculum 148 II La différence entre emprisonnement et liberté 149 III. La sainte rencontre 151 IV. Le don de la liberté 154 V. La volonté indivisée de la Filialité 157 VI. Le trésor de Dieu 159 VII. Le corps comme moyen de communication 161VIII. Le corps comme moyen ou comme fin 166 IX. La guérison comme perception corrigée 169
  • Chapitre 9 LACCEPTATION DE LEXPIATION I. Lacceptation de la réalité 172 II La réponse à la prière 175 III. La correction de lerreur 178 IV. Le plan du Saint-Esprit pour le pardon 180 V. Le guérisseur non guéri 183 VI. Lacceptation de ton frère 186VII Les deux évaluations 188VIII. Grandeur versus grandiosité 190Chapitre 10 LES IDOLES DE LA MALADIE Introduction 194 I. Chez toi en Dieu 195 II La décision doublier 196 III. Le dieu de la maladie 197 IV. La fin de la maladie 200 V. Le déni de Dieu 202Chapitre 11 DIEU OU LEGO Introduction 207 I. Les dons de la Paternité 208 II Linvitation à la guérison 211 III. Des ténèbres à la lumière 213 IV. Lhéritage du Fils de Dieu 215 V La « dynamique » de lego 217 VI. Séveiller à la rédemption 222 VII. La condition de la réalité 225VIII. Le problème et la réponse 226Chapitre 12 LE CURRICULUM DU SAINT-ESPRIT I. Le jugement du Saint-Esprit 231 II La façon de se souvenir de Dieu 234 III. Linvestissement dans la réalité 237 IV. Chercher et trouver 239 V. Le curriculum sain 241 VI. La vision du Christ 244VII. Regarder au-dedans 246VIII. Lattraction de lamour pour lamour 250Chapitre 13 LE MONDE NON COUPABLE Introduction 253 I. Non-culpabilité et invulnérabilité 254 II Le Fils non coupable de Dieu 257 III. La peur de la rédemption 259
  • TV. La fonction du temps 262 V. Les deux émotions 265 VI. Trouver le présent 268VII. Atteindre le monde réel 272VIII. De la perception à la connaissance 276 IX. Le nuage de culpabilité 279 X. Délivrance de la culpabilité 281 XI. La paix du Ciel 285Chapitre 14 ENSEIGNER POUR LA VÉRITÉ Introduction 289 I. Les conditions de lapprentissage 289 II. Lapprenant heureux 291 III. Le choix de la non-culpabilité 293 IV. Ta fonction dans lExpiation 298 V. Le cercle de lExpiation 301 VI. La lumière de la communication 304VII. Partager la perception avec le Saint-Esprit 307VIII. Le saint lieu de rencontre 309 IX. Le reflet de la sainteté 311 X. Légalité des miracles 313 XI Le test de la vérité 316Chapitre 15 LINSTANT SAINT I. Les deux usages du temps 322 II. La fin du doute 326 III. Petitesse versus immensité 327 IV. Sexercer à linstant saint 331 V. Linstant saint et les relations particulières 333 VI. Linstant saint et les lois de Dieu 336VII Linutile sacrifice 339VIII. La seule relation réelle 342 IX. Linstant saint et lattraction de Dieu 344 X. Le temps de la renaissance 346 XI Noël comme la fin du sacrifice 349Chapitre 16 LE PARDON DES ILLUSIONS I. La véritable empathie 353 II. La puissance de la sainteté 355 III. La récompense de lenseignement 358 IV. Lillusion et la réalité de lamour 360 V. Le choix de la complétude 364 VI. Le pont vers le monde réel 369 VII. La fin des illusions 372
  • Chapitre 17 LE PARDON ET LA RELATION SAINTE I. Porter le fantasme à la vérité 376 II. Le monde pardonné 377 III. Les ombres du passé 379 IV. Les deux tableaux 383 V. La relation guérie 387 VI. Fixer le but 391VII Lappel à la foi 393VIII. Les conditions de la paix 396Chapitre 18 LA DISPARITION DU RÊVE I. La réalité substituée 398 II La base du rêve 401 III. Lumière dans le rêve 404 IV. Le petit désir 407 V. Le rêve heureux 409 VI. Au-delà du corps 411VII. Je nai pas besoin de faire quoi que ce soit 415VIII. Le petit jardin 417 IX. Les deux mondes 420Chapitre 19 ATTEINDRE LA PAIX I. Guérison et foi 425 II. Péché versus erreur 429 III. Lirréalité du péché 431 IV. Les obstacles à la paix 434 A. Le premier obstacle : Le souhait de sen débarrasser 435 a) Lattraction de la culpabilité 437 B. Le second obstacle : La croyance que le corps a de la valeur pour ce quil offre . . . 440 a) Lattraction de la douleur 442 C. Le troisième obstacle : Lattraction de la mort 445 a) Le corps incorruptible 446 D. Le quatrième obstacle : La peur de Dieu 448 a) La levée du voile 450Chapitre 20 LA VISION DE LA SAINTETÉ I. Semaine sainte 455 II Le don des lys 456 III. Le péché comme ajustement 459 IV. Entrer dans larche 462
  • V. Les hérauts de léternité 465 VI. Le temple du Saint-Esprit 467VII La cohérence entre moyens et fin 470VIII. La vision de limpeccabilité 473Chapitre 21 RAISON ET PERCEPTION Introduction 477 I. Le chant oublié 477 II. La responsabilité de la vue 480 III. Foi, croyance et vision 483 IV. La peur de regarder au-dedans 486 V. La fonction de la raison 489 VI. Raison versus folie 491VII. La dernière question laissée sans réponse 494VIII. Le changement intérieur 498Chapitre 22 LE SALUT ET LA RELATION SAINTE Introduction 500 I. Le message de la relation sainte 501 II. Limpeccabilité de ton frère 504 III. La raison et les formes derreur 508 IV. La bifurcation de la route 510 V. Faiblesse et défensive 512 VI. La lumière de la relation sainte 514Chapitre 23 LA GUERRE CONTRE TOI-MÊME Introduction 519 I. Les croyances irréconciliables 520 II. Les lois du chaos 524 III. Le salut sans compromis 529 IV. Au-dessus du champ de bataille 531Chapitre 24 LE BUT DE LA PARTICULARITÉ Introduction 535 I. La particularité comme substitut à lamour 535 II. La traîtrise de la particularité 538 III. Le pardon de la particularité 542 IV. Particularité versus impeccabilité 544 V. Le Christ en toi 545 VI. Être sauvé de la peur 548 VII Le lieu de rencontre 551
  • Chapitre 25 LA JUSTICE DE DIEU Introduction 555 I. Le lien à la vérité 555 II Le sauveur qui délivre des ténèbres 557 III. Perception et choix 560 IV. La lumière que tu apportes 563 V. Létat dimpeccabilité 565 VI. La fonction particulière 567VII La pierre du salut 569VIII. La justice retournée à lamour 572 IX. La justice du Ciel 577Chapitre 26 LA TRANSITION I. Le « sacrifice » de lunité 581 II De nombreuses formes; une seule correction 583 III. La zone frontière 586 IV. Où le péché nest plus 587 V. La petite entrave 589 VI. LAmi désigné 593VII. Les lois de la guérison 593VIII. Limmédiateté du salut 599 IX. Car Ils sont venus 601 X. La fin de linjustice 603Chapitre 27 LA GUÉRISON DU RÊVE I. Limage de la crucifixion 606 II La peur de la guérison 609 III. Au-delà de tous les symboles 614 IV. La quiète réponse 616 V. Lexemple de la guérison 618 VI. Les témoins du péché 622VII Le rêveur du rêve 624VIII. Le « héros » du rêve 628Chapitre 28 LE DÉFAIRE DE LA PEUR I. La mémoire présente 632 II. Renverser effet et cause 636 III. Laccord pour se joindre 639 IV. La plus grande jonction 642 V. LAlternative aux rêves de peur 644 VI. Les vœux secrets 646 VII. Larche de sécurité 648
  • Chapitre 29 LE RÉVEIL I. Combler le fossé 651 II Larrivée de lInvité 653 III. Les témoins de Dieu 656 IV. Rôles de rêve 657 V. Linchangeable demeure 659 VI. Le pardon et la fin des temps 661VII Ne cherche pas à lextérieur de toi 663VIII. Lantéchrist 665 IX. Le rêve de pardon 668Chapitre 30 LE NOUVEAU COMMENCEMENT Introduction 671 I. Les règles pour la décision 671 II Liberté de la volonté 675 III. Au-delà de toutes les idoles 677 IV. La vérité derrière les illusions 680 V. Le seul but 682 VI. La justification du pardon 685VII La nouvelle interprétation 688VIII. Linchangeable réalité 690Chapitre 31 LA VISION FINALE I. La simplicité du salut 693 II Aller avec le Christ 696 III. Ceux qui saccusent eux-mêmes 699 IV. La réelle alternative 701 V. Concept de soi versus Soi 704 VI. Reconnaître le pur-esprit 709VII La vision du sauveur 711VIII. Choisis à nouveau 715
  • INTRODUCTION Ceci est un cours en miracles. Cest un cours obligatoire. Seulle moment où tu le suis relève de ta volonté. Une volonté libre nesignifie pas que tu peux établir le curriculum. Cela signifieseulement que tu peux choisir ce que tu veux suivre à un mo-ment donné. Le cours ne vise pas à enseigner la signification delamour, car cela est au-delà de ce qui peut senseigner. Toutefois,il vise à enlever les blocages qui empêchent de prendre consciencede la présence de lamour, qui est ton héritage naturel. Lopposéde lamour est la peur, mais ce qui embrasse tout ne peut avoirdopposé. Ce cours peut donc se résumer très simplement de cette façon : Rien de réel ne peut être menacé. Rien dirréel nexiste.En cela réside la paix de Dieu.
  • Chapitre 1 LA SIGNIFICATION DES MIRACLES I. Principes des miracles 1. Il ny a pas dordre de difficulté dans les miracles. Aucun nest «plus dur» ni «plus gros» quun autre. Ils sont tous les mêmes. Toutes les expressions damour sont maximales. 2. Les miracles comme tels nont pas dimportance. La seule chose qui importe, cest leur Source, qui est bien au-delà de toute évaluation. 3. Les miracles, en tant quexpressions damour, se produisent naturellement. Le vrai miracle est lamour qui les inspire. En ce sens tout ce qui vient de lamour est un miracle. 4. Tous les miracles signifient la vie, et Dieu est le Donneur de vie. Sa Voix te dirigera très concrètement. Elle te dira tout ce que tu as besoin de savoir. 5. Les miracles sont des habitudes et devraient être involontaires. Ils ne devraient pas être sous un contrôle conscient. Des miracles choisis consciemment peuvent être mal dirigés. 6. Les miracles sont naturels. Cest lorsquils ne se produisent pas que quelque chose ne va pas. 7. Chacun a droit aux miracles, mais une purification est dabord nécessaire. 8. Les miracles sont guérisseurs parce quils suppléent un manque; ils sont accomplis par ceux qui temporairement ont plus pour ceux qui temporairement ont moins. 9. Les miracles sont u n e sorte déchange. C o m m e toutes les expressions damour, qui sont toujours miraculeuses dans le vrai sens, léchange renverse les lois physiques. Ils apportent plus damour à la fois au donneur et au receveur.10. Utiliser les miracles comme des spectacles pour induire la croyance, cest mal comprendre leur but.11. La prière est le véhicule des miracles. Cest un moyen de com- munication du créé avec le Créateur. Cest par la prière que lamour est reçu, et cest par les miracles que lamour est exprimé.12. Les miracles sont des pensées. Les pensées peuvent repré- senter le niveau inférieur ou corporel de lexpérience, ou le niveau
  • supérieur ou spirituel de lexpérience. Lun fait le physique et lautre crée le spirituel.13. Les miracles sont à la fois des commencements et des fins; ainsi ils altèrent lordre temporel. Ce sont toujours des affirmations de renaissance, qui semblent revenir en arrière mais en réalité vont en avant. Ils défont le passé dans le présent et ainsi libèrent le futur.14. Les miracles rendent témoignage de la vérité. Ils sont convain- cants parce quils viennent de la conviction. Sans conviction ils dégénèrent en magie, laquelle est sans esprit et donc destruc- trice; ou plutôt, cest lutilisation non créatrice de lesprit.15. Chaque jour devrait être consacré aux miracles. Le but du temps est de te permettre dapprendre comment utiliser le temps de façon constructive. Cest donc un mécanisme denseignement ainsi quun moyen de parvenir à une fin. Le temps cessera lors- quil ne sera plus daucune utilité pour faciliter lapprentissage.16. Les miracles sont des mécanismes denseignement servant à démontrer quil y a autant de bonheur à donner quà recevoir. Ils a u g m e n t e n t la force du d o n n e u r et fournissent des forces au receveur simultanément.17. Les miracles transcendent le corps. Ce sont des passages sou- dains dans linvisibilité, loin du niveau corporel. Cest pourquoi ils guérissent.18. Un miracle est un service. Cest le service maximal que tu puisses rendre à autrui. Cest une façon daimer ton prochain comme toi-même. Tu reconnais simultanément ta propre valeur et celle de ton prochain.19. Les miracles rendent les esprits un en Dieu. Ils dépendent de la coopération parce que la Filialité est la somme de tout ce que Dieu a créé. Par conséquent, les miracles reflètent les lois de léternité et non celles du temps.20. Les miracles réveillent à nouveau la conscience que le pur-esprit, et non le corps, est lautel de la vérité. Cest cette re-connaissance qui mène au pouvoir guérisseur du miracle.21. Les miracles sont des signes naturels de p a r d o n . Par les miracles, tu acceptes le pardon de Dieu en létendant à autrui.22. Les miracles ne sont associés à la peur q u à cause de la croyance que les ténèbres peuvent cacher. Tu crois que ce que tes yeux physiques ne peuvent pas voir nexiste pas. Cela mène au déni de la vue spirituelle.
  • 23. Les miracles réarrangent la perception et placent tous les niveaux en vraie perspective. Cela guérit parce que la maladie vient de confondre les niveaux.24. Les miracles te permettent de guérir les malades et de res- susciter les morts parce que tu as toi-même fait la maladie et la mort et tu peux donc les abolir toutes les deux. Tu es un miracle, capable de créer à limage de ton Créateur. Tout le reste est ton propre cauchemar et nexiste pas. Seules les créations de lumière sont réelles.25. Les miracles font partie dun enchaînement de pardon qui, une fois complété, est lExpiation. LExpiation opère tout le temps et dans toutes les dimensions du temps.26. Les miracles représentent la délivrance de la peur. « Expier » signifie « défaire ». Le défaire de la peur est une part essentielle de la valeur dExpiation des miracles.27. Un miracle est une bénédiction universelle de Dieu par moi à tous mes frères. Cest le privilège des pardonnés de pardonner.28. Les miracles sont un moyen de gagner la délivrance de la peur. La révélation induit un état dans lequel la peur a déjà été abo- lie. Ainsi les miracles sont un moyen et la révélation est une fin.29. Les miracles louent Dieu par toi. Ils Le louent en honorant Ses créations et en affirmant leur perfection. Ils guérissent parce quils nient lidentification au corps et affirment lidentification au pur-esprit.30. En reconnaissant le pur-esprit, les miracles ajustent les niveaux de perception et les montrent dans leur juste alignement. Cela place le pur-esprit au centre, où il peut communiquer directement.31. Les miracles devraient inspirer de la gratitude et non de la révé- rence. Tu devrais remercier Dieu de ce que tu es réellement. Les enfants de Dieu sont saints et le miracle honore leur sainteté, qui peut être cachée mais jamais perdue.32. Jinspire tous les miracles, qui en fait sont des intercessions. Ils intercèdent pour ta sainteté et rendent saintes tes perceptions. En te plaçant au-delà des lois physiques, ils télèvent dans la sphère de lordre céleste. Dans cet ordre tu es parfait.33. Les miracles thonorent parce que tu es digne damour. Ils dissipent les illusions à ton sujet et perçoivent la lumière en toi. Ainsi ils expient tes erreurs en te libérant de tes cauchemars. En délivrant ton esprit de lemprisonnement de tes illusions, ils rétablissent ta santé desprit.
  • 34. Les miracles ramènent lesprit à sa plénitude. En expiant le manque, ils établissent une protection parfaite. La force du pur- esprit ne laisse place à aucune intrusion.35. Les miracles sont des expressions damour, mais il se peut quils naient pas toujours deffets observables.36. Les miracles sont des exemples de justesse de pensée, qui ali- gnent tes perceptions sur la vérité telle que Dieu la créée.37. Le miracle est une correction introduite par moi dans la pen- sée fausse. Il agit comme un catalyseur, morcelant la perception erronée et la réorganisant correctement. Cela te place sous le principe de lExpiation, où la perception est guérie. Jusquà ce que cela se produise, la connaissance de lOrdre divin est impossible.38. Le Saint-Esprit est le mécanisme des miracles. Il reconnaît à la fois les créations de Dieu et tes illusions. Il sépare le vrai du faux par Son aptitude à percevoir totalement plutôt que sélectivement.39. Le miracle dissout lerreur parce que le Saint-Esprit identifie lerreur comme fausse ou irréelle. Cela revient à dire quen per- cevant la lumière, les ténèbres disparaissent automatiquement.40. Le miracle reconnaît chacun comme ton frère et le mien. Cest une façon de percevoir la marque universelle de Dieu.41. Lentièreté est le contenu perceptuel des miracles. Ainsi ils cor- rigent, ou expient, la perception erronée du manque.42. Une contribution majeure des miracles est quils ont la force de te libérer de ton faux sentiment disolement, de privation et de manque.43. Les miracles viennent dun état desprit miraculeux, ou un état dans lequel lesprit est prêt pour les miracles.44. Le miracle est lexpression dune conscience intérieure du Christ et lacceptation de Son Expiation.45. Un miracle nest jamais perdu. Il peut toucher de nombreuses personnes que tu nas même pas rencontrées et produire des changements insoupçonnés dans des situations dont tu nes même pas conscient.46. Le Saint-Esprit est le plus haut moyen de communication. Les miracles nimpliquent pas ce type de communication, parce que ce sont des mécanismes temporaires de communication. Quand tu retournes à ta forme originelle de communication avec Dieu par révélation directe, il nest plus besoin de miracles.47. Le miracle est un mécanisme dapprentissage qui amoindrit le besoin de temps. Il établit un intervalle de temps hors du temps, non soumis aux lois habituelles du t e m p s . En ce sens il est intemporel.
  • 48. Le miracle est le seul mécanisme dont tu disposes immédia- tement pour contrôler le temps. Seule la révélation le transcende, nayant absolument rien à voir avec le temps.49. Le miracle ne fait pas de distinction de degré parmi les mal- perceptions. Cest un mécanisme de correction de la perception, efficace tout à fait à part à la fois du degré et de la direction de lerreur. Cela est sa véritable non-discrimination.50. Le miracle compare ce que tu as fait avec la création, accepte pour vrai ce qui est en accord avec elle et rejette comme faux ce qui ne lest pas. II Révélation, temps et miracles La révélation induit une suspension complète mais temporaire du doute et de la peur. Elle reflète la forme originelle de commu- nication entre Dieu et Ses créations, qui implique le sentiment de création extrêmement personnel parfois recherché dans les rela- tions physiques. Lintimité physique ne peut latteindre, t o u t e - fois, les miracles sont authentiquement interpersonnels, et il en résulte une véritable intimité avec autrui. La révélation tunit directement à Dieu. Les miracles tunissent directement à ton frère. Ni lun ni lautre némane de la conscience mais cest là que lexpérience des deux est faite. La conscience est létat qui induit laction, bien quelle ne linspire pas. Tu es libre de croire ce que tu choisis de croire, et ce que tu fais témoigne de ce que tu crois. La révélation est intensément personnelle et ne saurait être tra- duite de façon signifiante. Cest pourquoi toute tentative pour la décrire en mots est impossible. La révélation ninduit que lex- périence. Les miracles, par contre, induisent laction. Ils sont plus utiles maintenant à cause de leur nature interpersonnelle. Dans cette phase dapprentissage, il est important de faire des miracles parce que la délivrance de la peur ne peut pas têtre im- posée. La révélation est littéralement ineffable parce que cest lexpérience dun amour ineffable. La révérence devrait être réservée pour la révélation, à quoi elle sapplique parfaitement et correctement. Elle ne convient pas aux miracles parce que létat de révérence est adoratif, ce qui sup- pose quun être dun ordre inférieur se tient devant son Créateur. Tu es une création parfaite et tu ne devrais faire lexpérience de la révérence quen la Présence du Créateur de la perfection. Le
  • miracle est donc un signe damour entre égaux. Des égaux nedevraient pas ressentir de la révérence les uns pour les autresparce que la révérence suppose linégalité. Par conséquent, cestune réaction inappropriée envers moi. Un frère aîné a droit aurespect pour sa plus grande expérience et à lobéissance pour saplus grande sagesse. Il a aussi droit à lamour parce que cest unfrère et au dévouement sil est dévoué. Cest seulement mondévouement qui me donne droit au tien. Il ny a rien en moi quetu ne puisses atteindre. Je nai rien qui ne vienne de Dieu. Ladifférence entre nous maintenant, cest que je nai rien dautre. Cela me laisse dans un état qui nest en toi que potentiel. «Nul ne vient au Père que par moi» ne signifie pas que jesois en aucune façon séparé ou différent de toi, excepté dans letemps, et le temps nexiste pas réellement. Cet énoncé est plussignificatif si on lapplique à un axe vertical plutôt quhorizontal. Tu te tiens au-dessous de moi et je me tiens au-dessous de Dieu. Dans le processus « dascension », je suis plus haut parce que sansmoi la distance entre Dieu et lhomme serait trop grande pourque tu puisses lembrasser. Je comble la distance comme tonfrère aîné dune part, et de lautre comme un Fils de Dieu. Mondévouement pour mes frères ma mis en charge de la Filialité,que je rends complète parce que je la partage. Cela peut paraîtrecontredire lénoncé : «Moi et le Père Nous sommes un», mais ily a deux parties à cet énoncé en re-connaissance du fait que lePère est plus grand. Les révélations sont indirectement inspirées par moi parce queje suis proche du Saint-Esprit tout en étant attentif au moment oùmes frères sont prêts pour la révélation. Je peux ainsi leur ap-porter den haut plus quils ne peuvent attirer vers eux-mêmesden haut. Le Saint-Esprit est le Médiateur de la communicationsupérieure à inférieure, gardant ouvert pour la révélation lecanal direct de Dieu à toi. La révélation nest pas réciproque. Elleva de Dieu à toi, mais point de toi à Dieu. Le miracle minimise le besoin de temps. Sur le plan longi-tudinal ou horizontal, la re-connaissance de légalité de tous lesmembres de la Filialité semble comporter un temps presque in-terminable. Toutefois, le miracle entraîne un passage soudain dela perception horizontale à la verticale. Cela introduit un inter-valle doù le donneur et le receveur émergent tous deux plus loindans le temps quil nen aurait été autrement. Le miracle a ainsila propriété unique dabolir le temps dans la mesure où il rend
  • non nécessaire lintervalle de temps quil couvre. Il ny a aucunerelation entre le temps que prend un miracle et le temps quilcouvre. Le miracle se substitue à un apprentissage qui aurait puprendre des milliers dannées. Il le fait par la re-connaissancesous-jacente de la parfaite égalité du donneur et du receveur, surlaquelle le miracle repose. Le miracle raccourcit le temps en lecomprimant, éliminant ainsi certains intervalles à lintérieur. Ille fait, toutefois, à lintérieur du plus vaste déroulement temporel. III. Expiation et miracles Je suis en charge du processus dExpiation, que jai entreprisde commencer. Lorsque tu offres un miracle à lun de mes frères,cest à toi-même et à moi que tu le fais. La raison pour laquelle tuviens avant moi, cest que je nai pas besoin de miracles pour mapropre Expiation, mais je me tiens à la fin au cas où tu échoue-rais temporairement. Mon rôle dans lExpiation est dannulertoutes les erreurs que tu ne pourrais corriger autrement. Quandtu auras été ramené à la re-connaissance de ton état originel, tuferas toi-même naturellement partie de lExpiation. Comme tupartages mon indésir daccepter lerreur en toi-même et en autrui,tu dois te joindre à la grande croisade pour la corriger : écoute mavoix, apprends à défaire lerreur et agis de manière à la corriger. Le pouvoir de faire des miracles tappartient. Je te fournirai lesoccasions de les faire, mais tu dois être prêt et désireux. Les fairete convaincra de ton aptitude, parce que la conviction vient parlaccomplissement. Laptitude est le potentiel, laccomplisse-ment est son expression, et lExpiation, qui est la profession na-turelle des enfants de Dieu, est le but. « Le ciel et la terre passeront » signifie quils ne continuerontpas dexister comme états séparés. Ma parole, qui est la résur-rection et la vie, ne passera point parce que la vie est éternelle. Tues lœuvre de Dieu, et Son œuvre est entièrement digne damouret entièrement aimante. Cest ce quun homme doit penser delui-même en son cœur, parce que cest ce quil est. Les pardonnés sont linstrument de lExpiation. Étant remplisdu pur-esprit, ils pardonnent en retour. Ceux qui sont délivrésdoivent se joindre pour délivrer leurs frères, car tel est le plan delExpiation. Les miracles sont la manière dont les esprits qui
  • servent le Saint-Esprit sunissent à moi pour le salut ou la déli-vrance de toutes les créations de Dieu. Je suis le seul qui peut faire des miracles sans discrimination,parce que je suis lExpiation. Tu as un rôle dans lExpiation queje te dicterai. Demande-moi quels miracles tu devrais accomplir. Cela tépargne un effort inutile parce que tu agiras sous com-munication directe. La nature impersonnelle du miracle est uningrédient essentiel, parce quelle me permet den diriger lappli-cation; et les miracles, guidés par moi, conduisent à lexpériencehautement personnelle de la révélation. Un guide ne contrôlepas mais il dirige, te laissant libre de le suivre. «Ne nous induispas en tentation» signifie : «Reconnais tes erreurs et choisis deles abandonner en te laissant guider par moi. » Lerreur ne peut pas réellement menacer la vérité, qui sait tou-jours y résister. De fait, seule lerreur est vulnérable. Tu es libredétablir ton royaume où bon te semble, mais le choix juste estinévitable si tu te souviens de ceci : Le pur-esprit est à jamais en état de grâce. Ta réalité nest que pur-esprit. Donc tu es à jamais en état de grâce. LExpiation défait toutes les erreurs à cet égard et cest ainsiquelle arrache la source de la peur. Chaque fois que tu le ressenscomme une menace quand Dieu te rassure, cest toujours parceque tu défends une loyauté mal placée ou mal dirigée. Quand tuprojettes cela sur les autres, tu les emprisonnes, mais seulementdans la mesure où tu renforces des erreurs quils ont déjà faites. Cela les rend vulnérables aux distorsions des autres, puisqueleur propre perception deux-mêmes est distordue. Le faiseurde miracles ne peut que les bénir, ce qui défait leurs distorsionset les libère de prison. Tu réagis à ce que tu perçois, et comme tu perçois, ainsi tu teconduiras. La Règle dOr te demande de faire pour les autres ceque tu voudrais quils fassent pour toi. Cela signifie que la per-ception des deux doit être exacte. La Règle dOr est la règle àsuivre pour une conduite appropriée. Tu ne peux pas te con-duire de manière appropriée si tu ne perçois pas correctement. Puisque toi et ton prochain êtes membres égaux dune mêmefamille, comme tu perçois les deux, ainsi tu feras pour les deux.
  • Cest à partir de la perception de ta propre sainteté que tu devraisregarder la sainteté des autres. Les miracles émanent dun esprit qui est prêt pour eux. Étantuni, cet esprit va vers tous et chacun sans même que le faiseur demiracles en ait lui-même conscience. La nature impersonnelledes miracles est due au fait que lExpiation elle-même est une,unissant toutes les créations à leur Créateur. Étant lexpressionde ce que tu es véritablement, le miracle place lesprit en état degrâce. Alors lesprit accueille naturellement lHôte du dedans etlétranger du dehors. Quand tu fais entrer létranger, il devientton frère. Que le miracle puisse avoir sur tes frères des effets que tu nereconnais peut-être pas ne te concerne pas. Le miracle te béniratoujours, toi. Les miracles quon ne te demande pas daccomplirnont pas perdu leur valeur. Ce sont toujours des expressionsde ton propre état de grâce, mais cest moi qui devrais contrôlerlaspect actif du miracle parce que jai pleine conscience du planentier. La nature impersonnelle de lesprit de miracle assure tagrâce, mais je suis seul en position de connaître où ils peuventêtre offerts. Les miracles sont sélectifs seulement en ce sens quils sont diri-gés vers ceux qui peuvent les utiliser pour eux-mêmes. Puisquecela rend inévitable quils les étendent à autrui, une solide chaînedExpiation est soudée. Toutefois, ce caractère sélectif ne tient pascompte de limmensité du miracle lui-même, parce que le conceptde taille existe sur un plan qui est lui-même irréel. Puisque lemiracle vise à rétablir la conscience de la réalité, il ne serait pasutile sil était soumis aux mêmes lois qui gouvernent lerreur quilvise à corriger. IV. Lévasion hors des ténèbres Lévasion hors des ténèbres comporte deux phases : Première-ment, reconnaître que les ténèbres ne peuvent cacher. Cette étapeentraîne généralement de la peur. Deuxièmement, reconnaîtrequil ny a rien que tu veuilles cacher même si tu le pouvais. Cetteétape apporte lévasion hors de la peur. Quand tu seras devenudésireux de ne rien cacher, non seulement désireras-tu entrer encommunion mais tu comprendras aussi la paix et la joie.
  • La sainteté ne peut jamais être réellement cachée dans lesténèbres, mais tu peux te tromper toi-même à ce sujet. Cette trom-perie te remplit de peur parce que tu te rends compte dans toncœur que cest une tromperie, et tu déploies dénormes effortspour en établir la réalité. Le miracle place la réalité où elle doitêtre. La réalité nappartient quau pur-esprit, et le miracle nereconnaît que la vérité. Ainsi il dissipe les illusions à ton sujetet te met en communion avec toi-même et Dieu. Le miracle sejoint à lExpiation en mettant lesprit au service du Saint-Esprit. Cela établit la juste fonction de lesprit tout en corrigeant seserreurs, qui ne sont que des manques damour. Ton esprit peutêtre possédé par des illusions, mais le pur-esprit est libre éternelle-ment. Si un esprit perçoit sans amour, il perçoit une coquille videet na pas conscience du pur-esprit au-dedans. Mais lExpiationramène le pur-esprit à sa juste place. Lesprit qui sert le pur-esprit est invulnérable. Les ténèbres sont un manque de lumière comme le péché estun manque damour. Elles nont pas de propriétés uniques. Cest un exemple de la croyance dans le « manque », doù seulelerreur peut procéder. La vérité est toujours abondante. Ceuxqui perçoivent et reconnaissent quils ont tout nont aucunesorte de besoin. Le but de lExpiation est de tout te rendre; ouplutôt, de le rendre à ta conscience. Comme à chacun, tout ta étédonné quand tu as été créé. Le vide engendré par la peur doit être remplacé par le pardon. Cest ce que la Bible veut dire par : «De mort, il ny en a pas», etcest pourquoi jai pu démontrer que la mort nexiste pas. Je suisvenu accomplir la loi en la réinterprétant. La loi elle-même, si elleest bien comprise, noffre que protection. Ce sont ceux qui nontpas encore changé desprit qui y ont introduit le concept du « feude lenfer». Je tassure que je témoignerai pour quiconque mele permettra et dans la mesure où il le permettra. Ton témoignagedémontre ta croyance et ainsi la renforce. Ceux qui témoignentpour moi expriment, par leurs miracles, quils ont abandonné leurcroyance en la privation en faveur de labondance dont ils ont ap-pris quelle leur appartenait.
  • V. Entièreté et pur-esprit Le miracle ressemble beaucoup au corps en ceci quils sonttous deux des aides à lapprentissage servant à faciliter un étatdans lequel ils ne sont plus nécessaires. Lorsquest atteint létatoriginel de communication directe du pur-esprit, ni le corps ni lemiracle ne servent plus aucun but. Tant que tu crois que tu esdans un corps, toutefois, tu peux choisir entre des canaux dex-pression qui sont soit sans amour, soit miraculeux. Tu peux faireune coquille vide, mais tu ne peux pas ne rien exprimer du tout. Tu peux attendre, retarder, te paralyser ou réduire ta créativitéà presque rien. Mais tu ne peux pas labolir. Tu peux détruire tonmoyen de communication mais point ton potentiel. Tu ne tes pascréé toi-même. Pour qui a lesprit de miracle, la décision fondamentale est dene pas attendre plus quil nest nécessaire que le temps vienne. Le temps peut gaspiller autant quêtre gaspillé. Par conséquent,le faiseur de miracles accepte avec joie le facteur de contrôle dutemps. Il reconnaît que toute compression du temps rapprochechacun de lultime délivrance du temps, dans laquelle le Fils etle Père ne font quun. Égalité ne veut pas dire égalité maintenant. Quand chacun aura reconnu quil a tout, les contributions indi-viduelles à la Filialité ne seront plus nécessaires. Quand lExpiation aura été complétée, tous les talents serontpartagés par tous les Fils de Dieu. Dieu nest pas partial. TousSes enfants ont Son Amour total, et tous Ses dons sont librementet pareillement donnés à tous. « Si vous ne devenez comme lespetits enfants » signifie quà moins de reconnaître pleinement tacomplète dépendance de Dieu, tu ne peux pas connaître la puis-sance réelle du Fils dans sa relation véritable avec le Père. La par-ticularité des Fils de Dieu ne découle pas de lexclusion mais delinclusion. Tous mes frères sont particuliers. Sils se croient pri-vés de quelque chose, leur perception se distord. Quand cela seproduit, cest la famille entière de Dieu, ou la Filialité, dont les re-lations se détériorent. À la fin chaque membre de la famille de Dieu doit retourner. Le miracle lappelle à retourner parce quil le bénit et lhonore mêmesil est absent dans le pur-esprit. «On ne se moque pas de Dieu»nest pas une mise en garde mais un encouragement. On se mo-querait de Dieu si lune de Ses créations manquait de sainteté. Lacréation est entière et la marque de lentièreté est la sainteté. Les
  • miracles sont des affirmations de la Filialité, qui est un état decomplétude et dabondance. Ce qui est vrai est éternel et ne peut changer ni être changé. Lepur-esprit est donc inaltérable parce quil est déjà parfait, maislesprit peut décider ce quil choisit de servir. La seule limiteimposée à son choix est quil ne peut servir deux maîtres. Silchoisit de le faire, lesprit peut devenir le moyen par lequel le pur-esprit crée dans le sens de sa propre création. Sil ne choisit paslibrement de le faire, il conserve son potentiel créateur mais sesoumet à un contrôle tyrannique plutôt quà celui de lAutorité. Le résultat est quil emprisonne, parce que tels sont les diktatsdes tyrans. Changer desprit signifie le mettre à la disposition dela véritable Autorité. Le miracle est signe que lesprit a choisi dêtre conduit par moiau service du Christ. Labondance du Christ est le résultat natu-rel davoir choisi de Le suivre. Toutes les racines superficiellesdoivent être arrachées parce quelles ne sont pas assez pro-fondes pour te soutenir. Lillusion voulant quon puisse enfouirplus profondément des racines superficielles, et faire ainsiquelles tiennent, est lune des distorsions sur lesquelles reposelinverse de la Règle dOr. À mesure que ces fausses fondationssont abandonnées, léquilibre est ressenti temporairementcomme étant instable. Toutefois, il ny a rien de moins stablequune orientation sens dessus dessous. Et rien de ce qui la main-tient sens dessus dessous ne peut contribuer à accroître la stabilité. VI. Lillusion de besoins Toi qui veux la paix, tu ne peux la trouver que par le pardoncomplet. Nul napprend quoi que ce soit à moins de vouloir lap-prendre et de croire dune certaine façon quil en a besoin. Alorsque le manque nexiste pas dans la création de Dieu, il est très ap-parent dans ce que tu as fait. De fait, cest la différence essentielleentre les deux. Le manque implique que tu te trouverais mieuxdans un état en quelque sorte différent de celui dans lequel tu es. Jusquà la « séparation », qui est la signification de la « chute »,rien ne manquait. Il ny avait pas du tout de besoins. Les besoinsne surgissent que lorsque tu te prives toi-même. Tu agis confor-mément à lordre particulier de besoins que tu établis. Cela, enretour, dépend de ta perception de ce que tu es.
  • Le sentiment dêtre séparé de Dieu est le seul manque que tuaies réellement besoin de corriger. Ce sentiment de séparationnaurait jamais surgi si tu navais pas distordu ta perception de lavérité, percevant ainsi un manque en toi. Si lidée dun ordre debesoins a surgi, cest parce que, ayant fait cette erreur fondamen-tale, tu tétais déjà fragmenté en niveaux avec des besoins dif-férents. En tintégrant toi-même, tu deviens un; en conséquence,tes besoins deviennent un. Des besoins unifiés conduisent à uneaction unifiée, parce que cela produit un manque de conflit. Lidée dordres de besoins, qui suit de lerreur originelle quonpuisse être séparé de Dieu, d e m a n d e correction à son propreniveau avant que lerreur de même percevoir des niveaux nepuisse être corrigée. Tu ne peux pas te conduire de façon efficacetant que tu fonctionnes à différents niveaux. Toutefois, tant quetu le fais, la correction doit être introduite verticalement, de basen haut. Cela parce que tu penses vivre dans lespace, où desconcepts comme le « haut » et le « bas » ont une signification. Enfin de compte, lespace est aussi in-signifiant que le temps. Tousdeux ne sont que des croyances. Le b u t réel de ce m o n d e est de lutiliser pour corriger tonincroyance. Tu ne peux jamais contrôler toi-même les effets dela peur, parce que cest toi qui as fait la peur et tu crois en ce quetu as fait. Dans lattitude, donc, sinon dans le contenu, tu res-sembles à ton Créateur, Qui a une foi parfaite en Ses créationsparce quIl les a créées. La croyance produit lacceptation de lexis-tence. Cest pourquoi tu peux croire ce que personne dautre nepense vrai. Cest vrai pour toi parce que cest toi qui las fait. Tous les aspects de la peur sont faux parce quils nexistentpas au niveau créateur et par conséquent nexistent pas du tout. Dans la mesure où tu es désireux de soumettre tes croyances àce test, dans cette mesure tes perceptions sont corrigées. En fai-sant le tri du faux et du vrai, le miracle procède de cette façon : Lamour parfait bannit la crainte. Si la peur existe, Alors il ny a pas damour parfait. Mais : Seul existe lamour parfait. Sil y a peur, Elle produit un état qui nexiste pas.
  • Crois cela et tu seras libre. Dieu seul peut établir cette solution,et cette foi est Son don. VII. Distorsions des impulsions miraculeuses Tes perceptions distordues produisent une dense couverturesur les impulsions miraculeuses, ce qui fait quil est difficilepour elles datteindre ta propre conscience. La confusion des im-pulsions miraculeuses avec les impulsions physiques est une dis-torsion perceptuelle majeure. Les impulsions physiques sont desimpulsions miraculeuses mal dirigées. Tout plaisir réel vient defaire la Volonté de Dieu. Cest parce que ne pas la faire est un dénide Soi. Du déni de Soi résultent les illusions, tandis que la cor-rection de lerreur en délivre. Ne va pas te tromper jusquà croireque tu peux, avec quoi que ce soit dextérieur, avoir une relationpaisible avec Dieu ou avec tes frères. enfant de Dieu, tu fus créé pour créer le bien, le beau et le saint. Noublie pas cela. Il faudra encore, pendant un court moment,que lAmour de Dieu sexprime par un corps à un autre, parce quela vision est encore si faible. Tu peux le mieux utiliser ton corpsafin quil taide à élargir ta perception, de sorte que tu puissesatteindre à la vision réelle, dont est incapable lœil physique. Apprendre à faire cela, cest la seule véritable utilité du corps. Le fantasme est une forme distordue de la vision. Les fan-tasmes de toutes sortes sont des distorsions parce quils compor-tent toujours de distordre la perception en irréalité. Les actionsqui découlent des distorsions sont littéralement les réactionsde ceux qui ne savent ce quils font. Le fantasme est une tenta-tive pour contrôler la réalité conformément à de faux besoins. Distords la réalité de quelque façon que ce soit et tu perçois demanière destructrice. Les fantasmes sont un moyen de faire defausses associations et de tenter den tirer du plaisir. Mais bienque tu puisses percevoir de fausses associations, tu ne pourrasjamais les rendre réelles, sauf pour toi. Tu crois en ce que tu fais. Si tu offres des miracles, tu croiras tout aussi fort en eux. Alorsla force de ta conviction soutiendra la croyance de celui qui reçoitle miracle. Les fantasmes ne sont plus du tout nécessaires quandla nature pleinement satisfaisante de la réalité devient appa-rente à la fois au donneur et au receveur. La réalité «se perd»par lusurpation, qui produit la tyrannie. Aussi longtemps quil
  • reste un seul « esclave » sur la face de la terre, ta délivrance nestpas c o m p l è t e . La restauration complète de la Filialité est le seulbut de ceux qui ont lesprit de miracle. Ceci est un cours dentraînement de lesprit. Tout apprentis-sage comporte de lattention et de létude à un certain niveau. Certaines parties dans la suite de ce cours reposent trop lourde-ment sur ces premières sections pour ne pas en exiger une étudesérieuse. Tu en auras aussi besoin comme préparation. Sans cela,il se pourrait que tu deviennes beaucoup trop apeuré de ce quidoit venir pour en faire un usage constructif. Toutefois, en étu-diant ces premières sections, tu commenceras à voir quelques-unes des implications qui seront développées par la suite. Un fondement solide est nécessaire à cause de la confusionque jai déjà signalée et qui est souvent faite entre peur et révé-rence. Jai dit que la révérence était inappropriée par rapport auxFils de Dieu, parce que tu ne devrais pas éprouver de la révérenceen présence de tes égaux. Toutefois, il a aussi été souligné quela révérence était appropriée en Présence de ton Créateur. Jaipris soin de clarifier mon rôle dans lExpiation sans lexagérer nile minimiser. Jessaie aussi de faire de même avec le tien. Jaiinsisté sur le fait que la révérence nétait pas une réaction appro-priée envers moi à cause de notre égalité inhérente. Toutefois,quelques-unes des étapes dans la suite de ce cours comportent uneapproche plus directe de Dieu Lui-même. Il ne serait pas sagedaborder ces étapes sans une préparation soigneuse, sinon larévérence se confondra avec la peur et lexpérience sera plustraumatisante que béatifique. La guérison est de Dieu à la fin. Les moyens te seront expliqués avec s o i n . La révélation peutà loccasion te révéler la fin, mais pour latteindre les moyens sontnécessaires.
  • Chapitre 2 LA SÉPARATION ET LEXPIATION I. Les origines de la séparation Sétendre est un aspect fondamental de Dieu quil a donné àSon Fils. Dans la création, Dieu Sétendit Lui-même à Ses créa-tions et les imprégna de la même Volonté aimante de créer. Tunas pas seulement été pleinement créé mais tu as aussi été crééparfait. Il ny a aucun vide en toi. À cause de ta ressemblanceavec ton Créateur, tu es créateur. Aucun enfant de Dieu ne peutperdre cette aptitude parce quelle est inhérente à ce quil est,mais il peut en user de manière inappropriée en projetant. Il ya projection, ou usage inapproprié de lextension, lorsque tucrois quil existe en toi un vide ou un manque et que tu peux lecombler avec tes propres idées au lieu de la vérité. Ce processuscomprend les étapes suivantes : Premièrement, tu crois que ce que Dieu a créé peut êtrechangé par ton propre esprit. Deuxièmement, tu crois que ce qui est parfait peut être renduimparfait ou en manque. Troisièmement, tu crois que tu peux distordre les créations deDieu, y compris toi. Quatrièmement, tu crois que tu peux te créer toi-même etquil tappartient de diriger ta propre création. Ces distorsions connexes représentent une image de ce quisest en fait passé durant la séparation, ou le «détour dans la peur». Rien de cela nexistait avant la séparation ni nexiste mainte-nant, de fait. Tout ce que Dieu a créé est comme Lui. Lextension,telle quentreprise par Dieu, est semblable au rayonnement inté-rieur que les enfants du Père héritent de Lui. Sa source réelle estinterne. Cela est aussi vrai du Fils que du Père. En ce sens lacréation inclut à la fois la création du Fils par Dieu et les créationsdu Fils quand son esprit est guéri. Cela requiert que Dieu doteSon Fils dune libre volonté, parce que toute création aimante estdonnée librement en une seule ligne continue dont tous les aspectssont du même ordre. Le jardin dÉden, ou la condition davant la séparation, était unétat desprit dans lequel il ny avait aucun besoin. Quand Adam
  • prêta loreille aux «mensonges du serpent», tout ce quil enten-dit était faux. Tu nes pas obligé de continuer à croire ce qui nestpas vrai à moins que tu ne choisisses de le faire. Tout cela peutlittéralement disparaître en un clin dœil parce quil sagit sim-plement dune malperception. Ce qui se voit en rêve semble trèsréel. Or la Bible dit quun profond sommeil tomba sur Adam,mais nulle part il nest fait mention de son réveil. Le monde napas encore fait lexpérience dune renaissance ou dun réveilglobal. Une telle renaissance est impossible tant que tu conti-nues à projeter ou à malcréer. Toutefois, il reste encore en toi lepotentiel détendre, comme Dieu étendit Son Pur-Esprit à toi. En réalité cest ton seul choix, car ta libre volonté ta été donnéepour ta joie dans la création du parfait. En définitive, toute peur peut se réduire à cette malperceptionfondamentale selon laquelle tu es capable dusurper la puissancede Dieu. Bien sûr, tu ne peux pas et tu nas jamais été capable dele faire. Voilà la base réelle de ton évasion de la peur. Lévasionest amenée par ton acceptation de lExpiation, qui te permet dete rendre compte que tes erreurs ne se sont jamais réellementproduites. Cest seulement après que le profond sommeil futtombé sur Adam quil put faire des cauchemars. Si une lumièreest allumée soudainement pendant que quelquun fait un rêveapeurant, il se peut tout dabord quil interprète la lumièrecomme faisant partie de son rêve et quil en ait peur. Au réveil,toutefois, la lumière est correctement perçue comme étant sadélivrance du rêve, auquel plus aucune réalité nest alors accor-dée. Cette délivrance ne dépend pas des illusions. La connais-sance qui illumine ne te rend pas seulement libre, elle te montreaussi clairement que tu es libre. Quels que soient les mensonges auxquels tu peux croire, lemiracle ne sen soucie pas, qui peut tous les guérir avec la mêmefacilité. Il ne fait pas de distinction entre les malperceptions. Son seul souci est de distinguer entre la vérité dune part etlerreur dautre part. Certains miracles peuvent sembler être plusimmenses que dautres. Mais souviens-toi du premier principede ce cours : il ny a pas dordre de difficulté dans les miracles. Enréalité tu es parfaitement inaffecté par toutes les expressions dumanque damour. Celles-ci peuvent être de toi comme dautrui,de toi envers autrui ou dautrui envers toi. La paix est un attributen toi. Tu ne peux pas la trouver au-dehors. La maladie est uneforme de quête extérieure. La santé est la paix i n t é r i e u r e . Elle
  • te permet de rester inébranlé face au manque damour venant dudehors et capable, par ton acceptation des miracles, de corrigerles conditions qui procèdent du manque damour en autrui. II LExpiation comme défense Tu peux faire tout ce que je demande. Je tai demandé de fairedes miracles et jai expliqué que les miracles étaient naturels, cor-rectifs, guérissants et universels. Il nest rien quils ne puissentfaire, mais ils ne peuvent être accomplis dans un esprit de douteou de peur. Quand tu as peur de quoi que ce soit, tu reconnaisà cette chose le pouvoir de te blesser. Souviens-toi que là où estton cœur, là aussi est ton trésor. Tu crois en ce que tu estimes. Quand tu as peur, tu estimes mal. Alors ton intelligence, inévi-tablement, estimera mal, et en dotant toutes tes pensées dunpouvoir égal, détruira inévitablement ta paix. Cest pourquoi laBible parle de «la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence». Cette paix est totalement incapable dêtre ébranlée par quelqueerreur que ce s o i t . Elle nie à tout ce qui nest pas de Dieu lacapacité de taffecter. Voilà le bon usage du d é n i . Il nest pasutilisé pour cacher quoi que ce soit mais pour corriger lerreur. Ilporte toute erreur à la lumière et, puisquerreur et ténèbres sontla même chose, il corrige lerreur automatiquement. Le véritable déni est un puissant mécanisme de protection. Tupeux et tu devrais nier toute croyance voulant que lerreur peutte blesser. Ce genre de déni nest pas une dissimulation mais unecorrection. Ton esprit juste en dépend. Le déni de lerreur estune solide défense de la vérité, mais du déni de la vérité résultela malcréation, les projections de lego. Au service de lespritjuste, le déni de lerreur libère lesprit et rétablit la liberté de lavolonté. Quand la volonté est vraiment libre, elle ne peut mal-créer parce quelle ne reconnaît que la vérité. Tu peux défendre la vérité aussi bien que lerreur. Les moyenssont plus faciles à comprendre une fois que la valeur du but estfermement établie. La question est de savoir à quoi ils servent. Chacun défend son trésor et fait cela automatiquement. Lesvraies questions sont : Quel est ton trésor, et à quel point test-ilprécieux? Quand tu auras appris à considérer ces questions età les rapporter à toutes tes actions, tu auras peu de difficulté àclarifier les moyens. Les moyens sont disponibles à ta demande.
  • Tu peux toutefois gagner du temps si tu ne prolonges pas indû-ment cette étape. Elle sera réduite incommensurablement si lepoint de mire est le bon. LExpiation est la seule défense qui ne peut pas être utilisée demanière destructrice, parce que ce nest pas un mécanisme quetu as fait. Le principe de lExpiation était en vigueur bien avantque lExpiation nait commencé. Le principe était lamour etlExpiation était un acte damour. Les actes nétaient pas néces-saires avant la séparation, parce que la croyance en lespace et letemps nexistait pas. Ce nest quaprès la séparation que lExpia-tion et les conditions nécessaires à son accomplissement ont étéplanifiées. Il fallait alors une défense si formidable quelle nepouvait pas être mal utilisée, bien quelle puisse être refusée. Tou-tefois, le refus ne pouvait pas la changer en arme pour lattaque,caractéristique inhérente aux autres défenses. LExpiation de-vient ainsi la seule défense qui ne soit pas un glaive à deux tran-chants. Elle peut seulement guérir. LExpiation fut intégrée dans la croyance espace-temps pourmettre une limite au besoin de cette même croyance, et pourfinalement compléter lapprentissage. LExpiation est lultimeleçon. Lapprentissage lui-même est temporaire, comme les sallesde classe où il a lieu. Laptitude à apprendre na aucune valeurquand le changement nest plus nécessaire. Ceux qui sont éter-nellement créateurs nont rien à apprendre. Tu peux apprendreà améliorer tes perceptions, et tu peux sans cesse devenir unmeilleur apprenant. Cela te mettra en accord de plus en plusétroit avec la Filialité; mais la Filialité est elle-même une créationparfaite et la perfection nest pas une question de degré. Cestseulement tant quil y a croyance dans les différences quap-prendre est signifiant. Lévolution est un processus dans lequel tu sembles passerdun degré à lautre. Tu corriges tes faux pas précédents en allantde lavant. En fait, ce processus est incompréhensible en fonctiondu temps, puisque tu retournes lorsque tu avances. LExpiationest le mécanisme par lequel tu peux te libérer du passé en avan-çant. Elle défait tes erreurs passées, tévitant ainsi davoir cons-tamment à revenir sur tes pas sans approcher de ton retour. Ence sens lExpiation fait gagner du temps mais, comme le miraclequelle sert, elle ne labolit pas. T a n t quil y a besoin dExpiation,il y a besoin de temps. Mais lExpiation en tant que plan complétéa un rapport unique avec le temps. Jusquà ce que lExpiation soit
  • complète, ses différentes phases se dérouleront dans le temps,mais lExpiation tout entière se tient à la fin du temps. Alors lepont du retour est construit. LExpiation est un engagement total. Tu penses peut-êtreencore que cela est associé à une perte; cest une erreur que fonttous les Fils séparés de Dieu dune façon ou dune autre. Il estdifficile de croire que la meilleure défense soit celle qui ne peutattaquer. Cest ce que signifie : « Les doux hériteront la terre. » Ils en prendront littéralement possession, à cause de leur force. Une défense à double sens est faible intrinsèquement, précisé-ment parce quelle a deux tranchants et quelle peut se retournercontre toi à limproviste. Cette possibilité ne peut pas êtrecontrôlée, sauf par les miracles. Le miracle tourne la défense delExpiation à ta réelle protection, et alors que tu te sens de plusen plus sécurisé, te connaissant toi-même à la fois comme frèreet comme Fils, tu assumes ton talent naturel qui est de protégerles autres. III. Lautel de Dieu LExpiation ne peut être acceptée en toi quen libérant la lumièreintérieure. Depuis la séparation, les défenses ont été utiliséespresque uniquement pour défendre contre lExpiation, et ainsimaintenir la séparation. En général cela est vu comme un besoinde protéger le corps. Les nombreux fantasmes corporels aux-quels se livrent les esprits viennent de la croyance distordueque le corps peut être utilisé comme moyen datteindre à l« ex-piation ». Percevoir le corps comme un temple nest quune pre-mière étape dans la correction de cette distorsion, parce quellenen change quune partie. Elle reconnaît que lExpiation au sensphysique est impossible. Toutefois, létape suivante consiste àse rendre compte quun temple nest pas du tout une structure. Sa véritable sainteté réside dans lautel intérieur autour duquella structure est bâtie. Limportance accordée aux belles structuresest un signe de la peur de lExpiation, et lindésir datteindre lau-tel même. Lœil physique ne peut pas voir la réelle beauté dut e m p l e . Par contre, la vue spirituelle ne peut pas du tout voir lastructure parce que cest une vision parfaite. Toutefois, elle peutvoir lautel dune manière parfaitement claire.
  • Pour être parfaitement efficace, lExpiation a sa place au centrede lautel intérieur, où elle défait la séparation et rétablit lentièretéde lesprit. Avant la séparation, lesprit était invulnérable à lapeur, parce que la peur nexistait pas. La séparation et la peursont toutes deux des malcréations qui doivent être défaites pourla restauration du temple et pour louverture de lautel afin dyrecevoir lExpiation. Cela guérit la séparation en plaçant en toila seule défense efficace contre toute pensée de séparation, te ren-dant parfaitement invulnérable. Lacceptation de lExpiation par chacun nest quune affaire detemps. Cela peut paraître contredire la libre volonté parce quela décision finale est inévitable, mais il nen est rien. Tu peuxtemporiser et tu es capable dune énorme procrastination, maistu ne peux pas quitter entièrement ton Créateur, Qui a fixé deslimites à ton aptitude à malcréer. Une volonté emprisonnéeengendre une situation qui, à lextrême, devient tout à fait into-lérable. La tolérance à la douleur peut être grande, mais elle nestpas sans limite. Tôt ou tard chacun finit par reconnaître, mêmetrès vaguement, quil doit y avoir une meilleure voie. En saffir-mant, cette re-connaissance devient un tournant. À la fin, celaréveille à nouveau la vision spirituelle, tout en diminuant lin-vestissement en la vue physique. Cet investissement alternantdans les deux niveaux de perception est ressenti habituellementcomme un conflit, qui peut devenir très aigu. Mais lissue estaussi certaine que Dieu. La vision spirituelle ne peut pas voir lerreur, littéralement, etne cherche à voir que lExpiation. Toutes les solutions que re-cherche lœil physique se dissolvent. La vision spirituelle regardeà lintérieur et reconnaît immédiatement que lautel a été profanéet quil a besoin dêtre réparé et protégé. Parfaitement conscientede la défense juste, elle passe outre toutes les autres et regardepassé lerreur vers la vérité. À cause de la force de sa vision, ellemet lesprit à son service. Cela rétablit le pouvoir de lesprit etle rend de plus en plus incapable de tolérer le retard, car il se rendcompte que celui-ci ne fait quajouter une douleur inutile. Enconséquence, lesprit devient de plus en plus sensible à ce quil au-rait considéré autrefois comme lintrusion de très légers malaises. Les enfants de Dieu ont droit au parfait bien-être qui provientdune confiance parfaite. Tant quils nont pas accompli cela, ilsse gaspillent eux-mêmes et gaspillent leurs véritables pouvoirscréateurs en de vaines tentatives pour arriver à un plus grand
  • bien-être par des moyens inappropriés. Mais les vrais moyensleur sont déjà fournis, qui ne comportent absolument aucuneffort de leur part. LExpiation est le seul don digne dêtre offertà lautel de Dieu, à cause de la valeur de lautel même. Il fut crééparfait et il est entièrement digne de recevoir la perfection. Dieuet Ses créations sont complètement interdépendants. Il dépenddelles parce quil les a créées parfaites. Il leur a donné Sa paixpour quelles ne puissent pas être ébranlées et ne puissent pasêtre trompées. Chaque fois que tu as peur, tu es trompé, et tonesprit ne peut pas servir le Saint-Esprit. Cela taffame en te niantton pain quotidien. Dieu est seul sans Ses Fils et ils sont seulssans L u i . Ils doivent apprendre à regarder le monde comme unmoyen de guérir la s é p a r a t i o n . LExpiation est la garantie quilsfiniront par y parvenir. IV. La guérison comme délivrance de la peur Mettons maintenant laccent sur la guérison. Le miracle estle moyen, lExpiation est le principe et la guérison est le résul-tat. Parler du «miracle de la guérison», cest combiner de façoninappropriée deux ordres de réalité. La guérison nest pas unmiracle. LExpiation, ou lultime miracle, est un remède, et touteguérison est un résultat. Le genre derreur auquel sappliquelExpiation nimporte pas. Essentiellement, toute guérison estdélivrance de la peur. Pour entreprendre cela tu ne peux pastoi-même avoir peur. Tu ne comprends pas la guérison à causede ta propre peur. Une étape majeure dans le plan de lExpiation est de défairelerreur à tous les niveaux. La maladie — ou la «non-justessedesprit» — est le résultat dune confusion de niveaux, parcequelle entraîne toujours la croyance que ce qui ne va pas à unniveau peut en affecter un autre défavorablement. Nous avonsparlé des miracles comme du moyen de corriger la confusion deniveaux, car toutes les erreurs doivent être corrigées au niveau oùelles se produisent. Seul lesprit est capable derreur. Le corpsne peut agir faussement quen réaction à une pensée fausse. Lecorps ne peut pas créer; et cest la croyance quil le peut, uneerreur fondamentale, qui produit tous les symptômes physiques. La maladie physique représente une croyance en la magie. Toutela distorsion qui a fait la magie repose sur la croyance quil y a
  • dans la matière une faculté créatrice que lesprit ne peut contrôler. Cette erreur peut prendre deux formes : il est possible de croireque lesprit peut malcréer dans le corps ou bien que le corps peutmalcréer dans lesprit. Lorsquil est bien compris que lesprit,seul niveau de création, ne peut pas créer au-delà de lui-même,ni lun ni lautre type de confusion na plus besoin de se produire. Seul lesprit peut créer parce que le pur-esprit a déjà été créé,et le corps est un mécanisme dapprentissage pour lesprit. Lesmécanismes dapprentissage ne sont pas en eux-mêmes des le-çons. Leur but est simplement de faciliter lapprentissage. Lepire que puisse faire lusage erroné dun mécanisme dappren-tissage, cest de manquer de faciliter lapprentissage. Il na pasen soi le pouvoir dintroduire des erreurs dapprentissage pro-prement dites. Lorsquil est bien compris, le corps a ceci de com-mun avec lExpiation quil est invulnérable à toute application àdeux tranchants. Ce nest pas parce que le corps est un miracle,mais parce quen lui-même il ne prête pas à la mésinterprétation. Le corps fait simplement partie de ton expérience dans le mondephysique. Ses aptitudes peuvent être et sont fréquemment sur-estimées. Toutefois, il est presque impossible de nier son exis-tence en ce monde. Ceux qui le font se livrent à une forme dedéni particulièrement indigne. Ici, le terme «indigne» suggèresimplement quil nest pas nécessaire de protéger lesprit enniant ce qui nest pas de lesprit. Si lon nie cet aspect regrettabledu pouvoir de lesprit, on nie aussi le pouvoir lui-même. Tous les moyens matériels que tu acceptes comme remèdescontre les maladies du corps sont des réaffirmations de principesmagiques. Cest le premier pas dans la croyance que le corps faitsa propre maladie. Cest un deuxième faux pas que de tenter dele guérir par des agents non créateurs. Toutefois, il ne sensuitpas quil est mal dutiliser ces agents à des fins correctives. P a r -fois la maladie a une prise suffisamment forte sur lesprit pourrendre une personne temporairement inaccessible à lExpiation. Dans ce cas il peut être sage dutiliser une approche de lespritet du corps qui représente un compromis, en donnant croyancetemporairement à laction guérissante de quelque chose dexté-rieur. Ceci parce que la dernière chose qui puisse aider ceux quine sont pas dans lesprit juste, ou les malades, est une augmen-tation de la peur. Ils sont déjà dans un état affaibli par la peur. Sils étaient prématurément exposés à un miracle, ils pourraientêtre saisis de panique. Cest ce qui risque darriver lorsquune
  • perception sens dessus dessous a induit la croyance que lesmiracles sont effrayants. Ce nest pas dans la manière dont elle sexprime que réside lavaleur de lExpiation. En fait, si elle est utilisée véritablement, ellesexprimera inévitablement de la façon qui pourra le plus aiderle receveur. Cela signifie quun miracle, pour atteindre sa pleineefficacité, doit être exprimé dans un langage que le bénéficiairepeut comprendre sans peur. Cela ne signifie pas nécessairementque ce soit le plus haut niveau de communication dont il estcapable. Cela signifie toutefois que cest le plus haut niveau decommunication dont il est capable maintenant. Le seul but dumiracle est délever le niveau de communication et non de labais-ser en augmentant la peur. V. La fonction du faiseur de miracles Avant que les faiseurs de miracles soient prêts à entreprendreleur fonction dans ce monde, il est essentiel quils comprennentpleinement la peur de la délivrance. Autrement ils pourraiententretenir sans le savoir la croyance que la délivrance est unemprisonnement, croyance déjà largement répandue. Cettemalperception vient à son tour de la croyance voulant que lenuisible puisse se limiter au corps. Cela à cause de la peur sous-jacente que lesprit puisse se blesser. Aucune de ces erreurs nestsignifiante, parce que les malcréations de lesprit nexistent pasréellement. Reconnaître cela est un bien meilleur mécanismede protection quaucune forme de confusion de niveaux, parcequelle introduit la correction au niveau de lerreur. Il est essen-tiel de se souvenir que seul lesprit peut créer, et que la placede la correction est au niveau de la pensée. Pour étayer un pré-cédent énoncé, le pur-esprit est déjà parfait et ne requiert doncpas de correction. Le corps nexiste pas, sauf comme mécanismedapprentissage pour lesprit. De lui-même, ce mécanisme dap-prentissage nest pas sujet à lerreur, parce quil ne peut créer. Il est évident, donc, quinduire lesprit à abandonner ses mal-créations est la seule application de laptitude créatrice qui soitvraiment signifiante. La magie est lusage sans esprit ou malcréateur de lesprit. Lesmédications physiques sont des formes de «sortilèges», mais tune devrais pas tenter dutiliser lesprit pour guérir si tu as peur
  • de le faire. Le fait même que tu as peur rend ton esprit vulné-rable à la malcréation. Par conséquent, il est probable que tu com-prennes mal toute guérison qui pourrait survenir; et parce quelégocentrisme et la peur vont généralement de pair, tu seraispeut-être incapable daccepter la Source réelle de la guérison. Dans ces conditions, cest plus sûr pour toi de te fier temporai-rement à des mécanismes de guérison physiques, parce que tu nepeux pas les malpercevoir comme étant tes propres créations. Aussi longtemps que persiste ton sentiment de vulnérabilité, tune devrais pas tenter de faire des miracles. Jai déjà dit que les miracles étaient des expressions de lespritde miracle; or esprit de miracle signifie justesse desprit. Ceuxqui ont lesprit juste nexaltent ni ne déprécient ni lesprit du fai-seur de miracles ni lesprit de celui qui reçoit le miracle. Toute-fois, en tant que correction, le miracle na pas besoin dattendrela justesse desprit du receveur. En fait, son but est de le rame-ner à son esprit juste. Il est essentiel, toutefois, que le faiseur demiracles soit dans lesprit juste, ne serait-ce que très brièvement,sinon il sera incapable de rétablir la justesse desprit en autrui. Le guérisseur qui se fie à sa propre capacité dêtre prêt met enpéril sa compréhension. Tu es en parfaite sécurité aussi long-temps que tu ne te soucies pas du tout dêtre prêt mais continuesdavoir confiance en moi qui le suis. Si ton inclination à faire desmiracles ne fonctionne pas correctement, cest toujours parce quela peur a fait intrusion dans ta justesse desprit et la tournée sensdessus dessous. Toute forme de non-justesse desprit résulte deton refus daccepter lExpiation pour toi-même. Si tu lacceptes,par contre, tu es en position de reconnaître que ceux qui ont be-soin de guérison sont simplement ceux qui ne se sont pas renducompte que la justesse desprit est la guérison. La seule responsabilité du faiseur de miracles est daccepter lExpia-tion pour lui-même. Cela signifie que tu reconnais que lespritest le seul niveau créateur et que ses erreurs sont guéries parlExpiation. Une fois que tu acceptes cela, ton esprit peut seule-ment guérir. En niant à ton esprit tout potentiel destructeur eten rétablissant ses pouvoirs p u r e m e n t constructifs, tu te metsen position de défaire la confusion de niveaux en autrui. Alorsle message que tu leur envoies, cest le fait véridique que leursesprits sont pareillement constructifs et que leurs malcréationsne peuvent les blesser. En affirmant cela, tu libères lesprit de ce
  • quil surévalue ses propres mécanismes dapprentissage et turamènes lesprit à sa véritable position dapprenant. Il faut insister de nouveau sur le fait que le corps napprend pasplus quil ne crée. En tant que mécanisme dapprentissage, il suitsimplement lapprenant, mais sil est doté faussement de sapropre initiative, il devient un sérieux obstacle à lapprentissagemême quil devrait faciliter. Seul lesprit est capable dillumina-tion. Le pur-esprit est déjà illuminé et le corps en soi est tropdense. Lesprit peut toutefois apporter son illumination au corpsen reconnaissant que celui-ci nest pas lapprenant et quil nestdonc pas possible de lamener à apprendre. Toutefois, le corpspeut facilement être aligné sur un esprit qui a appris à regarderpar-delà le corps vers la lumière. Un apprentissage correctif commence toujours par léveil dupur-esprit et labandon de la croyance en la vue physique. Celaentraîne souvent de la peur, parce que tu as peur de ce que la vuespirituelle va te montrer. Jai dit plus tôt que le Saint-Esprit nepeut pas voir lerreur et quil est capable seulement de regarderau-delà vers la défense de lExpiation. Il ny a pas de doute quecela peut produire un malaise, or le malaise nest pas le résultatfinal de la perception. Quand il est permis au Saint-Esprit deposer Son regard sur la profanation de lautel, Il regarde aussiimmédiatement vers lExpiation. Rien de ce quil perçoit nepeut induire la peur. Tout ce qui résulte de la conscience spiri-tuelle est simplement canalisé vers la correction. Le malaise nestsuscité que pour amener à la conscience le besoin de correction. Finalement, cest de lindésir daccepter sans équivoque la néces-sité de la guérison que vient la peur de la guérison. Ce que lœildu corps voit ne corrige pas, pas plus que lerreur ne peut êtrecorrigée par un quelconque mécanisme observable physiquement. Aussi longtemps que tu croiras en ce que ta vue physique te dit,tes tentatives de correction seront mal dirigées. La vraie visionest obscurcie, parce que tu ne peux pas supporter de voir tonpropre autel profané. Mais puisque lautel a été profané, ton étatdevient doublement dangereux à moins quil ne soit perçu. La guérison est une aptitude qui sest développée après la sépa-ration, avant quoi elle nétait pas nécessaire. Comme tous lesaspects de la croyance dans lespace et le temps, elle est temporaire. Toutefois, aussi longtemps que le temps persiste, il est besoin dela guérison comme moyen de protection. Car la guérison reposesur la charité et la charité est une façon de percevoir la perfection
  • dautrui même si tu ne peux pas la percevoir en toi-même. La plu-part des concepts plus élevés dont tu es capable maintenant dé-pendent du temps. La charité est en fait un reflet plus faible dunamour qui embrasse tout, beaucoup plus puissant, et qui va bienau-delà de nimporte quelle forme de charité que tu es présente-ment capable de concevoir. Dans le sens limité où elle peut êtreatteinte maintenant, la charité est essentielle à la justesse desprit. La charité est une façon de regarder quelquun dautre commesil avait déjà dépassé de beaucoup ce quil a effectivement accom-pli dans le temps. Puisque sa propre pensée est erronée, il nepeut pas voir lExpiation pour lui-même, sinon il naurait pasbesoin de charité. La charité qui lui est accordée reconnaît à lafois quil a besoin daide et quil lacceptera. Ces deux percep-tions impliquent clairement quelles dépendent du temps, cequi montre bien que la charité se situe encore dans les limites dece monde. Jai dit plus tôt que seule la révélation transcende letemps. Le miracle, comme expression de charité, ne peut quelabréger. Il faut comprendre, toutefois, que chaque fois que tuoffres un miracle à un autre, tu abrèges votre souffrance à tousles deux. Cette correction sexerce à la fois rétroactivement etprogressivement.A. Principes particuliers des faiseurs de miracles (1) Le miracle abolit le besoin de préoccupations dordre infé-rieur. Comme cest un intervalle de temps hors du temps, lesconsidérations ordinaires de temps et despace ne sappliquentpas. Quand tu fais un miracle, jarrange à la fois lespace et letemps pour quils sy ajustent. (2) Il est essentiel de faire clairement la distinction entre ce quiest créé et ce qui est fait. Toutes les formes de guérison reposentsur cette correction fondamentale dans la perception des niveaux. (3) Ne confonds jamais justesse desprit et fausseté desprit. Répondre à toute forme derreur par nimporte quoi, sauf undésir de guérir, est une expression de cette confusion. (4) Le miracle est toujours un déni de cette erreur et une affir-mation de la vérité. Seule la justesse desprit peut corriger dunefaçon qui ait quelque effet réel. Dune manière pragmatique,ce qui na pas deffet réel na pas dexistence réelle. Son effet,donc, est le vide. Étant sans contenu substantiel, il se prête à laprojection.
  • (5) Le miracle a un pouvoir dajustement des niveaux qui in-duit la juste perception pour la guérison. Tant que cela ne sestpas produit, il nest pas possible de comprendre la guérison. Lepardon est un geste vide à moins quil nentraîne la correction. Sans elle il ne fait essentiellement que juger, plutôt que de guérir. (6) Le pardon accordé dans un esprit de miracle nest que cor-rection. Il ne contient absolument aucun élément de jugement. La phrase : «Père, pardonne-leur car ils ne savent ce quils font»névalue aucunement ce quils font. Cest un appel à Dieu pourquil guérisse leurs esprits. Il nest pas fait mention des consé-quences de lerreur. Cela nimporte pas. (7) Linjonction : « Soyez du même esprit» signifie que lespritest prêt pour la révélation. Ma requête : « Faites ceci en mémoirede moi» est un appel à la coopération des faiseurs de miracles. Les deux énoncés ne sont pas dans le même ordre de réalité. Seul le second comporte une conscience du temps, puisque sesouvenir rappelle le passé dans le présent. Le temps est sous madirection, mais lintemporel appartient à Dieu. Dans le tempsnous existons les uns pour et avec les autres. Dans lintemporelnous coexistons avec Dieu. (8) Tu peux faire beaucoup pour ta propre guérison et pourcelle dautrui si, dans une situation qui demande de laide, tu ypenses ainsi : Je ne suis ici que pour aider véritablement Je suis ici pour représenter Celui Qui ma envoyé. je nai à minquiéter ni de ce que je dirai ni de ce que je ferai, car Celui Qui ma envoyé va me diriger. Je suis content dêtre là où Il souhaite que je sois, connaissant quil y va avec moi. Je serai guéri en Le laissant menseigner à guérir. VI. Peur et conflit Avoir peur semble être involontaire; quelque chose dont lecontrôle téchappe. Or jai déjà dit que seuls les actes construc-tifs devraient être involontaires. Mon contrôle peut prendre encharge tout ce qui na pas dimportance, et je peux en te guidantdiriger tout ce qui en a, si tel est ton choix. La peur ne peut pasêtre contrôlée par moi, mais elle peut être contrôlée par toi. La
  • peur mempêche de te donner mon contrôle. La présence de lapeur montre que tu as élevé des pensées de corps au niveau delesprit. Cela les soustrait à mon contrôle et ten fait sentirpersonnellement responsable. Cela est une confusion évidentede niveaux. Je nencourage pas la confusion de niveaux, mais tu dois choi-sir de la corriger. Tu nexcuserais pas une conduite insane de tapart en disant que tu ny pouvais rien. Pourquoi excuserais-tuune façon de penser insane ? Il y a là une confusion que tu feraisbien de regarder clairement. Peut-être crois-tu être responsablede ce que tu fais mais point de ce que tu penses. La vérité, cestque tu es responsable de ce que tu penses, parce que cest seu-lement à ce niveau que tu peux choisir. Ce que tu fais vient dece que tu penses. Tu ne peux pas te séparer de la vérité en « don-nant » lautonomie au comportement. Cela est contrôlé par moiautomatiquement dès linstant que tu me laisses guider ce quetu penses. Chaque fois que tu as peur, cest le signe certain quetu as permis à ton esprit de malcréer et que tu ne mas pas permisde le guider. Il est futile de croire que de contrôler les conséquences de lapensée fausse puisse mener à la guérison. Quand tu as peur, tuas fait le mauvais choix. Voilà pourquoi tu ten sens responsable. Ce nest pas de conduite mais desprit quil te faut changer, et çacest affaire de désir. Tu nas pas besoin dêtre guidé, sauf au ni-veau de lesprit. La correction na sa place quau niveau où lechangement est possible. Le changement ne signifie rien auniveau du symptôme, où il ne peut pas opérer. La correction de la peur est ta responsabilité. Quand tu de-mandes à être délivré de la peur, tu donnes à entendre que ce nelest pas. Plutôt, tu devrais demander de laide dans les condi-tions qui ont amené la peur. Ces conditions entraînent toujoursun désir dêtre séparé. À ce niveau, tu peux faire quelque chose. Tu es bien trop tolérant à légard des vagabondages de lespritet tu excuses passivement ses malcréations. Le résultat particu-lier na pas dimportance, mais lerreur fondamentale en a. Lacorrection est toujours la même. Avant de choisir de faire quoique ce soit, demande-moi si ton choix est en accord avec le mien. Si tu es certain quil lest, il ny aura aucune peur. La peur est toujours un signe de tension et elle surgit chaque foisque ce que tu veux est en conflit avec ce que tu fais. Cette situa-tion se présente de deux façons : premièrement, tu peux choisir
  • de faire des choses qui sont en conflit, soit simultanément, soitsuccessivement. Cela produit une conduite conflictuelle qui testintolérable parce que la partie de ton esprit qui veut faire autrechose est outragée. Deuxièmement, tu peux te conduire commetu penses devoir le faire, mais sans le vouloir entièrement. Celaproduit une conduite cohérente mais entraîne une grande tension. Dans les deux cas, lesprit et la conduite sont en désaccord et ilen résulte une situation dans laquelle tu fais ce que tu ne veux pasentièrement faire. Cela fait naître un sentiment de contraintequi produit généralement de la rage et il est vraisemblable que laprojection sensuive. Chaque fois quil y a peur, cest que tu ne tespas décidé. Ton esprit est donc divisé et ta conduite, inévita-blement, devient erratique. Se corriger au niveau de la conduitepeut faire passer lerreur du premier au second type, mais celanoblitérera pas la peur. Il est possible datteindre un état dans lequel tu amènes ton es-prit sous ma direction sans effort conscient, mais cela suppose undésir que tu nas pas encore développé. Le Saint-Esprit ne peutpas demander plus que ce que tu es désireux de faire. La forcede faire vient de ta décision indivisée. Faire la Volonté de Dieunimplique aucun effort dès lors que tu reconnais que cest aussila tienne. La leçon est tout à fait simple ici, mais il est particu-lièrement facile de passer par-dessus. Je vais donc la répéter ente priant instamment découter. Seul ton esprit peut produire lapeur. Il le fait chaque fois quil est divisé sur ce quil veut, ce quiinévitablement devient source de tension parce quil y a désac-cord entre vouloir et faire. Cela ne peut être corrigé quen accep-tant un but unifié. Pour défaire lerreur, la première étape correctrice consiste àconnaître dabord que le conflit est une expression de la peur. Dis-toi que tu as dû, dune façon ou dune autre, choisir de ne pasaimer, sinon la peur naurait pas pu surgir. Alors le processus decorrection tout entier devient rien de plus quune série détapespragmatiques dans le processus plus vaste dacceptation delExpiation comme remède. Ces étapes peuvent se résumer dela façon suivante : Connais dabord que cela est la peur. La peur surgit du manque damour. Le seul remède au manque damour est lamour parfait. Lamour parfait est lExpiation.
  • Jai insisté sur le fait que le miracle, ou lexpression de lEx-piation, est toujours un signe de respect des dignes aux dignes. La re-connaissance de cette dignité est rétablie par lExpiation. Alors il est évident que quand tu as peur, tu tes placé dans uneposition où tu as besoin de lExpiation. Tu as fait quelque chose quiest sans amour, ayant choisi sans amour. Telle est précisément lasituation pour laquelle lExpiation fut offerte. Cest le besoin duremède qui en inspira létablissement. Aussi longtemps que tune reconnais que le besoin du remède, tu continues à avoir peur. Toutefois, dès linstant que tu acceptes le remède, tu as aboli lapeur. Cest ainsi que la véritable guérison se produit. Tout le monde ressent de la peur. Il suffirait pourtant duntout petit peu de justesse de pensée pour comprendre pourquoila peur se produit. Rares sont ceux qui apprécient la puissanceréelle de lesprit, et nul nen reste pleinement conscient tout letemps. Toutefois, si tu espères tépargner la peur, il y a certaineschoses dont tu dois te rendre compte, et pleinement compte. Lesprit est très puissant et jamais il ne perd sa force créatrice. Ilne dort jamais. Il crée à chaque instant. Il est difficile de recon-naître que pensée et croyance combinées font lever une vaguesi puissante quelle peut littéralement transporter des mon-tagnes. À première vue, il paraît arrogant de te croire doté duntel pouvoir, mais ce nest pas la vraie raison pourquoi tu ny croispas. Tu préfères croire que tes pensées ne peuvent pas exercerune influence réelle parce quen fait tu en as p e u r . Cela apaisepeut-être le sentiment de culpabilité, mais au prix de percevoirlesprit comme i m p u i s s a n t . Si tu crois que ce que tu penses estsans effet, peut-être cesses-tu den avoir peur, mais il est peu pro-bable que tu le r e s p e c t e s . Il ny a pas de vaines p e n s é e s . Toutepensée produit une forme à un certain niveau. VII. Cause et effet Tu te plains peut-être encore de la peur, mais tu persistesnéanmoins à te rendre apeuré. Jai déjà signalé que tu ne peuxpas me demander de te délivrer de la peur. Je connais quellenexiste pas mais tu ne le connais pas, toi. Si jintervenais entretes pensées et leurs résultats, je toucherais à une loi fondamen-tale de cause et effet, la loi la plus fondamentale qui soit. Je netaiderais guère si je dépréciais le pouvoir de ta propre pensée.
  • Cela serait en opposition directe avec le but de ce cours. Celataidera beaucoup plus de te rappeler que tu ne surveilles pasassez attentivement tes pensées. Peut-être as-tu limpressionquà ce stade il faudrait un miracle pour te permettre de le faire,et cest parfaitement vrai. Tu nas pas lhabitude de penserdans un esprit de miracle, mais tu peux être entraîné à penser decette façon. Tous les faiseurs de miracles ont besoin de ce typedentraînement. Je ne peux pas te laisser ne pas surveiller ton esprit, sinon tune seras pas capable de maider. Faire des miracles entraîneque tu te rends pleinement compte du pouvoir de la pensée afindéviter la malcréation. Autrement un miracle sera nécessairepour redresser lesprit lui-même, processus circulaire qui nen-couragerait guère la compression du temps à laquelle le miracleest destiné. Le faiseur de miracles doit éprouver un respect sin-cère pour cause et effet véritables comme condition nécessairepour que le miracle se produise. Les miracles et la peur viennent tous deux des pensées. Si tunétais pas libre de choisir lun, tu ne serais pas libre non plus dechoisir lautre. En choisissant le miracle tu as rejeté la peur, neserait-ce que temporairement. Tu as eu peur de chacun et detout. Tu as peur de Dieu, de moi et de toi-même. Tu Nous as mal-perçus ou malcréés, et tu crois en ce que tu as fait. Tu nauraispas fait cela si tu navais pas peur de tes propres pensées. Lesapeurés doivent malcréer parce quils malperçoivent la création. Quand tu malcrées, tu souffres. Le principe de cause et effet de-vient maintenant un véritable accélérateur, quoique seulementtemporairement. De fait, « Cause » est un terme qui appartienten propre à Dieu, et Son «Effet» est Son F i l s . Cela entraîne unesérie de relations de Cause et Effet qui sont totalement différentesde celles que tu introduis dans la m a l c r é a t i o n . Le conflit fon-damental en ce monde est donc entre création et malcréation. Toute peur est implicite dans celle-ci et tout amour dans celle-l à . Cest donc un conflit entre lamour et la peur. Jai déjà dit que tu crois ne pas pouvoir contrôler la peur parceque cest toi-même qui la faite, et ta croyance en elle semble fairequelle échappe à ton contrôle. Or toute tentative pour résoudrelerreur en tentant de maîtriser la peur est inutile. Le fait mêmede supposer que la peur a besoin dêtre maîtrisée confirme sonpouvoir. La véritable solution repose entièrement sur la maîtrisepar lamour. Dans lintérim, toutefois, le sentiment de conflit est
  • inévitable, puisque tu tes placé dans une position où tu croisdans le pouvoir de ce qui nexiste pas. Rien et tout ne peuvent coexister. Croire en lun, cest nierlautre. La peur nest vraiment rien et lamour est tout. Chaquefois que la lumière pénètre dans les ténèbres, les ténèbres sontabolies. Ce que tu crois est vrai pour toi. En ce sens la sépa-ration sest produite, et cest faire un usage inapproprié du dénique de le nier. Toutefois, se concentrer sur lerreur nest quuneerreur de plus. La démarche correctrice initiale consiste à recon-naître temporairement quil y a un problème, mais seulementcomme indication dun besoin de correction immédiate. Celaétablit un état desprit dans lequel lExpiation peut être acceptéesans délai. Il faudrait souligner, toutefois, quil ny a en défini-tive aucun compromis possible entre tout et r i e n . Le temps estessentiellement un mécanisme permettant dabandonner toutcompromis à cet é g a r d . Il semble seulement quil soit aboli pardegrés, parce que le temps lui-même comporte des intervalles quinexistent p a s . Cest un mécanisme de correction rendu néces-saire par la m a l c r é a t i o n . Lénoncé : «Car Dieu a tant aimé lemonde quil a donné son Fils unique, afin que quiconque croit enlui ne périsse point, mais quil ait la vie éternelle » na besoin quedune légère correction pour devenir signifiant dans ce contexte :« Il la donné à Son Fils unique. » Il faudrait bien noter que Dieu a un seul Fils. Si toutes Sescréations sont Ses Fils, chacune doit être partie intégrante de laFilialité tout entière. La Filialité en son Unité transcende la sommede ses parties. Toutefois, cela est obscurci aussi longtemps quenimporte laquelle de ses parties manque. Cest pourquoi le conflitne peut pas être résolu de manière définitive tant que toutes lesparties de la Filialité ne sont pas retournées. Cest alors seulementque la signification de lentièreté en son sens véritable pourra êtrecomprise. Nimporte quelle partie de la Filialité peut croire enlerreur ou en lincomplétude si tel est son choix. Ce faisant, tou-tefois, elle croit en lexistence du néant. La correction de cetteerreur est lExpiation. Jai déjà brièvement parlé dêtre prêt, mais cela aiderait peut-être dapporter ici quelques précisions supplémentaires. Êtreprêt nest que le préalable de laccomplissement. Il ne faudraitpas confondre les deux. Aussitôt que survient un état danslequel lesprit est prêt, il y a généralement un désir daccomplis-sement jusquà un certain degré, mais il nest certainement pas
  • nécessairement indivisé. Cet état nimplique pas plus quunpotentiel de changement desprit. La confiance ne peut pas sedévelopper pleinement jusquà ce que la maîtrise ait été accom-plie. Nous avons déjà tenté de corriger lerreur fondamentalevoulant que la peur peut être maîtrisée, et nous avons soulignéque la seule maîtrise véritable est par lamour. Être prêt nest quele commencement de la confiance. Tu penses peut-être quuntemps extrêmement long est nécessaire entre lêtre-prêt et la maî-trise, mais laisse-moi te rappeler que le temps et lespace sontsous mon contrôle. VIII. La signification du Jugement dernier Une des façons dont tu peux corriger la confusion magie-miracle est de te rappeler que tu ne tes pas créé toi-même. Tuas tendance à loublier lorsque tu deviens égocentrique, et celate place dans une position où il est pratiquement inévitable decroire en la magie. Ta volonté de créer te fut donnée par ton Créa-teur, Qui exprimait la même Volonté dans Sa création. Puisquelaptitude créatrice réside dans lesprit, tout ce que tu crées estnécessairement affaire de volonté. Il sensuit aussi que tout ceque tu fais seul est réel à tes propres yeux, mais point dans lEspritde Dieu. Cette distinction fondamentale conduit directementà la signification réelle du Jugement dernier. Le Jugement dernier est lune des idées les plus menaçantesdans ta pensée. Cest parce que tu ne le comprends pas. Le juge-ment nest pas un attribut de Dieu. Il na été introduit quaprès laséparation, lorsquil est devenu lun des nombreux mécanismesdapprentissage destinés à être intégrés dans le plan global. Toutcomme la séparation sest produite sur des millions dannées, leJugement dernier sétendra sur une période aussi longue, et peut-être même plus longue. La durée peut toutefois en être gran-dement réduite par les miracles, qui sont un mécanisme pourréduire le temps mais non pour labolir. Si un nombre suffisantdéveloppe un véritable esprit de miracle, ce processus de réduc-tion peut être quasiment incommensurable. Il est essentiel, tou-tefois, que tu te libères rapidement de la peur, parce que tu doisémerger du conflit si tu veux apporter la paix à dautres esprits. Le Jugement dernier est généralement considéré comme uneprocédure entreprise par Dieu. En fait, il sera entrepris par mes
  • frères avec mon aide. Cest une guérison finale plutôt que lin-fliction dune punition, aussi méritée que la punition puisse teparaître. La punition est un concept totalement opposé à la jus-tesse desprit, et le but du Jugement dernier est de te rendre tajustesse desprit. Le Jugement dernier pourrait être appelé unprocessus de juste évaluation. Cela signifie simplement que cha-cun en viendra finalement à comprendre ce qui est digne et cequi ne lest pas. Après cela, laptitude à choisir peut être dirigéede façon rationnelle. Jusquà ce que cette distinction soit faite,toutefois, les oscillations entre volonté libre et emprisonnée nepeuvent que continuer. Le premier pas vers la liberté comporte un tri du faux et duvrai. Cest un processus de séparation au sens constructif, quireflète la véritable signification de lapocalypse. À la fin chacunregardera ses propres créations et choisira de ne préserver quece qui est bon, exactement comme Dieu Lui-même regarda cequil avait créé et connut que cétait bon. À ce stade, lesprit peutcommencer à regarder ses propres créations avec amour, parcequelles sont dignes. En même temps, lesprit désavouera inévi-tablement ses malcréations qui, sans croyance, nexisteront plus. Lexpression «Jugement dernier» est effrayante non seulementparce quelle a été projetée sur Dieu mais aussi à cause de lasso-ciation de « dernier» avec la mort. Voilà un exemple remarquablede perception sens dessus dessous. Si lon examine objective-ment la signification du Jugement dernier, il devient tout à faitapparent que cest réellement la porte qui souvre sur la vie. Nulne vit vraiment qui vit dans la peur. Ton propre dernier juge-m e n t ne peut pas porter sur toi-même, parce que tu nes pas tapropre création. Tu peux toutefois lappliquer de façon signi-fiante et à tout moment à tout ce que tu as fait et ne garder dansta mémoire que ce qui est créatif et bon. Cest ce que ta justessedesprit ne peut manquer de te dicter. Le seul but du temps, cestde te « donner du temps » pour accomplir ce jugement. Cestton propre jugement parfait sur tes propres créations parfaites. Q u a n d tout ce que tu retiens est digne damour, il ny a pasde raison pour que la peur reste avec t o i . Voilà ton rôle danslExpiation.
  • Chapitre 3 LA PERCEPTION INNOCENTE I. Expiation sans sacrifice Il faut dabord quun autre point soit parfaitement clair avantque toute trace de peur encore associée aux miracles puisse dis-paraître. Ce nest pas la crucifixion qui a établi lExpiation; cestla résurrection. Nombreux sont les chrétiens sincères qui ont malcompris cela. Nul ne saurait commettre cette erreur qui est librede la croyance dans le manque. Si la crucifixion est vue dunpoint de vue sens dessus dessous, il apparaît en effet que Dieuaurait permis et même encouragé un de Ses Fils à souffrir parcequil était bon. Cette interprétation particulièrement regrettable,qui a surgi de la projection, a conduit de nombreuses personnesà éprouver une peur atroce de Dieu. De tels concepts antireli-gieux entrent dans plusieurs religions. Or le vrai chrétien devraitsarrêter et se demander : «Comment cela se pourrait-il?» Est-il vraisemblable que Dieu Lui-même soit capable du type de pen-sée qui, ainsi que Ses Propres paroles lont clairement énoncé, estindigne de Son Fils ? Comme toujours, la meilleure défense nest pas dattaquer laposition dun autre mais plutôt de protéger la vérité. Il nest passage daccepter un concept quelconque sil faut renverser tout uncadre de référence pour le justifier. Cette procédure est doulou-reuse dans ses applications mineures et franchement tragique surune plus grande échelle. La persécution aboutit souvent à unetentative pour «justifier» cette terrible malperception voulantque Dieu Lui-même ait persécuté Son Propre Fils au nom dusalut. Les mots mêmes sont in-signifiants. Il a été particulière-ment difficile de vaincre cela parce que, bien que lerreur elle-même ne soit pas plus dure à corriger quune autre, beaucoup ontété indésireux de labandonner vu sa très grande valeur en tantque défense. Sous une forme atténuée, un parent dit : « Cela mefait plus mal q u à toi» et croit être disculpé davoir battu unenfant. Peux-tu croire que notre Père pense réellement de cettefaçon? Il est tellement essentiel que toute pensée de ce genre soitdissipée quil faut nous assurer que rien de tel ne reste dans tonesprit. Je nai pas été «puni» parce que tu étais m a u v a i s . La
  • leçon entièrement bénigne quenseigne lExpiation est perdue sielle est contaminée par ce genre de distorsion sous quelqueforme que ce soit. Lénoncé : «À moi la vengeance, dit le Seigneur» est une mal-perception par laquelle on assigne à Dieu ses propres «vieuxpéchés». Les «vieux péchés» nont rien à voir avec Dieu. Il neles a pas créés et Il ne les maintient pas. Dieu ne croit pas auchâtiment. Son Esprit ne crée pas de cette façon. Il ne te reprochepas tes «mauvaises» actions. Est-il vraisemblable quil me lesreproche à moi? Sois bien sûr de reconnaître à quel point cettesupposition est absolument impossible et comment elle émaneentièrement de la projection. Ce genre derreur est responsabledune multitude derreurs connexes, y compris la croyance queDieu a rejeté Adam et la chassé du jardin dÉden. Cest aussipourquoi tu peux croire de temps en temps que je te fourvoie. Jai fait tous mes efforts pour utiliser des mots presque impos-sibles à distordre, mais il est toujours possible de déformer lessymboles si tu le souhaites. Le sacrifice est une notion totalement inconnue de Dieu. Elleprovient uniquement de la peur, et les gens qui ont peur peuventêtre méchants. Faire des sacrifices de nimporte quelle sorte, cestvioler linjonction que je tai faite dêtre miséricordieux commeton Père au Ciel est miséricordieux. De nombreux chrétiens onteu de la difficulté à se rendre compte que cela sapplique à eux. Les bons enseignants ne terrorisent jamais leurs étudiants. Terroriser, cest attaquer, et cela a pour résultat le rejet de cequoffre lenseignant. Le résultat est léchec de lapprentissage. Jai été correctement désigné comme «lagneau de Dieu quiôte les péchés du monde », mais ceux qui représentent lagneautaché de sang ne comprennent pas la signification du symbole. Lorsquil est bien compris, cest un symbole très simple qui parlede mon innocence. Le lion et lagneau couchés côte à côte sym-bolisent la force et linnocence non pas en conflit mais vivant enpaix naturellement. « Heureux ceux qui ont le cœur pur car ilsverront Dieu» est une autre façon de dire la même chose. Unesprit pur connaît la vérité et là est sa force. Il ne confond pas ladestruction avec linnocence parce quil associe linnocence à laforce et non à la faiblesse. Linnocence est incapable de sacrifier quoi que ce soit parceque lesprit innocent a tout et sefforce uniquement de protégerson entièreté. Il ne peut projeter. Il ne peut quhonorer les autres
  • esprits, parce que lhonneur est laccueil naturel que font auxautres qui sont comme eux ceux qui sont vraiment aimés. Lagneau« ôte les péchés du monde » en ce sens que létat dinnocence, oude grâce, est un état dans lequel la signification de lExpiation estparfaitement apparente. LExpiation est entièrement non ambiguë. Elle est parfaitement claire parce quelle existe dans la lumière. Seules les tentatives pour lenvelopper de ténèbres lont rendueinaccessible à ceux qui ne choisissent pas de voir. LExpiation ne rayonne que la vérité. Cest donc la quintessencede la non-nuisance, et elle ne verse que des bénédictions. Elle nepourrait faire cela si elle provenait de toute autre chose que laparfaite innocence. Linnocence est sagesse parce quelle na pasconscience du mal, et le mal nexiste pas. Toutefois, elle est par-faitement consciente de tout ce qui est vrai. La résurrection adémontré que rien ne peut détruire la vérité. Le bien peut résis-ter à toute forme de mal, comme la lumière abolit les formes deténèbres. LExpiation est donc la leçon parfaite. Cest la démons-tration finale que toutes les autres leçons que jai enseignées sontvraies. Si tu peux accepter cette seule généralisation maintenant,il ny aura pas besoin dapprendre de nombreuses leçons moinsimportantes. Tu es délivré de toutes les erreurs si tu crois cela. Linnocence de Dieu est létat véritable de lesprit de Son Fils. Dans cet état ton esprit connaît Dieu, car Dieu nest pas sym-bolique : Il est un Fait. C o n n a i s s a n t Son Fils tel quil est, tu terends compte que lExpiation, et non le sacrifice, est le seul donqui convienne à lautel de Dieu, où rien dautre que la perfectionna sa place. Ce que les innocents comprennent, cest la vérité. Cest pourquoi leurs autels sont véritablement radieux. II. Les miracles comme perception vraie Jai dit que les concepts de base dont parle ce cours ne sont pasaffaire de degrés. Certains concepts fondamentaux ne peuventpas être compris en tant quopposés. Il est impossible de conce-voir la lumière et les ténèbres ou tout et rien comme des possi-bilités conjointes. Ils sont tout vrais ou tout faux. Il est essentielque tu te rendes compte que ta pensée continuera dêtre erratiquejusquà ce que tu tengages fermement envers lun ou lautre. Toutefois, un engagement ferme envers les ténèbres ou le néantest impossible. Nul na jamais vécu qui nait fait lexpérience de
  • quelque lumière et de quelque chose. Nul, donc, nest capable denier totalement la vérité, même sil pense quil le peut. Linnocence nest pas un attribut partiel. Elle nest pas réellejusquà ce quelle soit totale. Ceux qui sont partiellement inno-cents peuvent être assez sots par moments. Ce nest que lorsqueleur innocence devient un point de vue dapplication universellequelle devient sagesse. Une perception innocente ou vraie signi-fie que jamais tu ne malperçois et que tu vois toujours véritable-ment. Plus simplement, cela signifie que tu ne vois jamais ce quinexiste pas et vois toujours ce qui existe. Quand tu manques de confiance en ce que quelquun va faire,tu témoignes de ta croyance quil nest pas dans son esprit juste. Voilà un cadre de références qui nest guère basé sur le miracle. Cela a aussi leffet désastreux de nier le pouvoir du miracle. Lemiracle perçoit toute chose telle quelle est. Si rien que la véritéexiste, la vue de lesprit juste ne peut rien voir dautre que la per-fection. Jai dit que seul ce que Dieu crée ou ce que tu crées avecla même Volonté a quelque existence réelle. Cela, donc, est toutce que les innocents peuvent voir. Ils ne souffrent pas dune per-ception distordue. Tu as peur de la Volonté de Dieu parce que tu as utilisé tonpropre esprit, quil a créé à limage du Sien, pour malcréer. Les-prit ne peut malcréer que lorsquil croit quil nest pas libre. Unesprit « emprisonné » nest pas libre parce quil est possédé, ouretenu, par lui-même. Par conséquent il est limité, et la volonténest pas libre de saffirmer. Être un, cest être dun même espritou dune même volonté. Quand la Volonté de la Filialité et Celledu Père ne font quun, leur accord parfait est le Ciel. Rien ne saurait prévaloir contre un Fils de Dieu qui remet sonesprit entre les Mains de son Père. Ce faisant, lesprit séveillede son sommeil et se souvient de son Créateur. Tout sentimentde séparation disparaît. Le Fils de Dieu fait partie de la SainteTrinité, mais la Trinité Elle-même est une. Il ny a aucune confu-sion entre Ses Niveaux parce quIls sont dun seul Esprit et duneseule Volonté. Ce but indivisé crée une intégration parfaite etétablit la paix de Dieu. Or seuls ceux qui sont véritablementinnocents peuvent percevoir cette vision. Parce quils ont lecœur pur, les innocents défendent la perception vraie au lieu dese défendre contre elle. Parce quils comprennent la leçon delExpiation, ils sont sans le souhait dattaquer et donc ils voientvéritablement. Cest ce que la Bible veut dire par : «Lorsquil
  • paraîtra (ou sera perçu), nous serons semblables à lui, car nous le verrons tel quil est. » La façon de corriger les distorsions, cest de leur retirer ta foi pour linvestir seulement dans ce qui est vrai. Tu ne peux pas rendre le faux vrai. Si tu es désireux daccepter ce qui est vrai dans tout ce que tu perçois, tu le laisses être vrai pour toi. La Vérité vainc toute erreur, et ceux qui vivent dans lerreur et le vide ne peuvent jamais trouver de réconfort durable. Si tu perçois véri-tablement, tu annules simultanément les malperceptions en toi- même et en autrui. Parce que tu vois les autres tels quils sont, tu leur offres ton acceptation de leur vérité pour quils puissent eux-mêmes laccepter. Telle est la guérison que le miracle induit. III. Perception versus connaissance Nous avons insisté sur la perception et nous avons très peu parlé jusquà présent de la connaissance. Cest que la perception doit être redressée avant que tu puisses connaître quoi que ce soit. Connaître, cest être certain. Lincertitude signifie que tu ne connais pas. La connaissance est pouvoir parce quelle est cer- taine, et la certitude est force. La perception est temporaire. En tant quattribut de la croyance en lespace et le temps, elle est su- jette soit à la peur ou à lamour. Les malperceptions produisent la peur et les perceptions vraies encouragent lamour, mais aucune napporte de certitude parce que toute perception varie. Voilà pourquoi ce nest pas la connaissance. La perception vraie est la base de la connaissance, mais connaître est laffirmation de la vérité et par-delà toute perception. Toutes tes difficultés viennent du fait que tu ne te reconnais pas toi-même, ni ton frère ni Dieu. Reconnaître signifie « connaître de nouveau » et cela implique que tu as connu jadis. Tu peux voir de multiples façons parce que la perception comporte une inter- prétation, ce qui signifie quelle nest ni entière ni constante. Le miracle, qui est une façon de percevoir, nest pas la connaissance. Cest la réponse juste à une question, mais tu ne poses pas de question quand tu connais. Pour défaire les illusions, la première étape est de les mettre en question. Le miracle, ou la réponse juste, les corrige. Puisque les perceptions changent, il est évident quelles dépendent du temps. Comment tu perçois à nimporte quel moment détermine ce que tu fais, et les actions doivent se
  • produire dans le temps. La connaissance est intemporelle, parceque la certitude ne peut être mise en question. Tu connais quandtu as cessé de poser des questions. Lesprit interrogateur se perçoit dans le temps et cherche doncdes réponses futures. Lesprit fermé croit que le futur et le présentseront pareils. Cela établit un état qui en apparence est stable etqui habituellement est une tentative pour contrebalancer la peursous-jacente que le futur sera pire que le présent. Cette peurinhibe la tendance même à poser des questions. La vraie vision est la perception naturelle de la vue spirituelle,mais cest encore une correction plutôt quun fait. La vue spi-rituelle est symbolique; ce nest donc pas un mécanisme pourconnaître. Cest toutefois un moyen de perception juste, ce quila fait entrer dans le domaine du miracle proprement dit. Une«vision de Dieu» serait un miracle plutôt quune révélation. Lesimple fait quelle implique la perception retire lexpérience duchamp de la connaissance. Cest pourquoi les visions, si saintesquelles soient, ne durent pas. La Bible te dit de te connaître toi-même, ou dêtre certain. Lacertitude est toujours de Dieu. Quand tu aimes quelquun, tu lasperçu tel quil est et cela te permet de le connaître. Tant que tune las pas dabord perçu tel quil est, tu ne peux pas le connaître. Aussi longtemps que tu poses des questions à son sujet, tulaisses entendre clairement que tu ne connais pas Dieu. La cer-titude ne requiert pas laction. Quand tu dis que tu te bases surla connaissance pour agir, en fait tu confonds connaissance et per-ception. La connaissance procure la force nécessaire à la penséecréatrice mais non à laction juste. La perception, les miracles etlaction sont étroitement reliés. La connaissance est le résultatde la révélation, et elle ninduit que la p e n s é e . Même sous saforme la plus spiritualisée, la perception implique le c o r p s . Laconnaissance vient de lautel au-dedans et elle est intemporelleparce quelle est c e r t a i n e . Percevoir la vérité, ce nest pas lamême chose que la connaître. La perception juste est dabord nécessaire afin que Dieu puissecommuniquer directement avec Ses autels, quil a établis en SesFils. Là Il peut communiquer Sa certitude, et Sa connaissanceapportera la paix sans aucune question. Dieu nest pas un étrangerpour Ses Fils et Ses Fils ne sont pas des étrangers les uns pour lesautres. La connaissance a précédé à la fois la perception et le tempset cest elle qui à la fin les remplacera. Voilà la signification réelle
  • de «lalpha et loméga, le commencement et la fin» et : «AvantquAbraham fût, je suis. » La perception peut et doit être stabilisée,mais la connaissance est stable. « Crains Dieu et observe Ses com-mandements » devient : « Connais Dieu et accepte Sa certitude. » Si tu attaques lerreur en autrui, cest toi-même que tu blesse-ras. Tu ne peux pas connaître ton frère quand tu lattaques. Cest toujours un étranger qui est attaqué. Tu fais de lui unétranger en le malpercevant, et ainsi tu ne peux pas le connaître. Cest parce que tu as fait de lui un étranger que tu as peur de lui. Perçois-le correctement afin de pouvoir le connaître. Il ny a pasdétrangers dans la création de Dieu. Pour créer comme Il a créé,tu ne peux créer que ce que tu connais et donc acceptes pour tien. Dieu connaît Ses enfants avec une parfaite certitude. Il les a créésen les connaissant. Il les reconnaît parfaitement. Quand ils nese reconnaissent pas les uns les autres, ils ne Le reconnaissent pas. IV. Lerreur et lego Les aptitudes que tu possèdes maintenant ne sont que desombres de ta force réelle. Toutes tes fonctions présentes sontdivisées et peuvent être mises en doute et remises en question. Cest que tu nes pas certain de la façon dont tu vas les utiliseret tu es donc incapable de connaissance. Tu es aussi incapable deconnaissance parce que tu peux encore percevoir sans amour. Laperception nexistait pas avant que la séparation nintroduise desdegrés, des aspects et des intervalles. Le pur-esprit na pas deniveaux, et tout conflit découle du concept de niveaux. Seuls lesNiveaux de la Trinité sont capables dunité. Les niveaux créés parla séparation ne peuvent quêtre en conflit. Cest quils ne signi-fient rien les uns pour les autres. La conscience, le niveau de la perception, fut la première divi-sion introduite dans lesprit après la séparation, faisant de les-prit un percepteur plutôt q u u n créateur. La conscience estcorrectement identifiée comme étant le domaine de lego. Legoest une tentative de lesprit faux pour te percevoir toi-même telque tu souhaites être plutôt que tel que tu es. Or tu ne peux teconnaître que tel que tu es, parce que cest tout ce dont tu peuxêtre sûr. Tout le reste peut être mis en question. Lego est laspect interrogateur du soi de laprès-séparation, quia été fait plutôt que créé. Il est capable de poser des questions
  • mais non de percevoir des réponses signifiantes, parce que celles-ci impliqueraient la connaissance et ne peuvent être perçues. Lesprit est donc confus, parce que seule lUnité desprit peut êtresans confusion. Un esprit séparé ou divisé doit être confus. Il estnécessairement incertain de ce quil est. Il doit être en conflitparce quil est en désaccord avec lui-même. Cela rend ses aspectsétrangers les uns aux autres, et cest lessence même de cettecondition propice à la peur dans laquelle lattaque est toujourspossible. Tu as tout lieu davoir peur tel que tu te perçois toi-même. Cest pourquoi tu ne peux pas échapper de la peur jus-quà ce que tu te rendes compte que tu ne tes pas et ne pouvaispas te créer toi-même. Tu ne peux jamais rendre vraies tes mal-perceptions, et ta création est au-delà de ta propre e r r e u r . Cestpourquoi il faudra que tu finisses par choisir de guérir la séparation. Il ne faut pas confondre la justesse desprit avec lesprit connais-sant, parce quelle ne peut sappliquer quà la perception juste. Tu peux être de lesprit juste ou de lesprit faux, et m ê m e làil peut y avoir des degrés, ce qui démontre clairement que laconnaissance ny entre pas. Employée correctement, lexpression«justesse desprit» sert à désigner la correction de la «faussetédesprit», et elle sapplique à létat desprit qui induit la percep-tion exacte. Cest un esprit de miracle parce quil guérit la mal-perception, ce qui est certes un miracle vu la façon dont tu teperçois toi-même. La perception comporte toujours quelque mauvais usage delesprit, parce quelle amène lesprit dans des zones dincertitude. Lesprit est très actif. Quand il choisit dêtre séparé, il choisit depercevoir. Jusque-là, sa seule volonté est de connaître. Après, ilne peut que faire des choix ambigus, et la seule voie qui mènehors de lambiguïté est la perception claire. Lesprit ne retourneà la fonction qui lui est propre que lorsquil a pour volonté deconnaître. Cela le met au service du pur-esprit, où la perceptionest changée. Lesprit choisit de se diviser quand il choisit de faireses propres niveaux. Mais il ne pourrait pas se séparer entière-ment du pur-esprit, parce que cest du pur-esprit quil tire toutson pouvoir de faire ou de créer. Même dans la malcréation, les-prit affirme sa Source, sinon il cesserait dêtre tout simplement. Cela est impossible, parce que lesprit appartient au pur-espritque Dieu a créé et qui est donc éternel. Laptitude à percevoir a rendu le corps possible, parce que tudois percevoir quelque chose et avec quelque chose. Voilà pourquoi
  • la perception comporte un échange ou une traduction, dont laconnaissance na pas besoin. La fonction interprétative de la per-ception, une forme distordue de la création, te permet alors depenser que tu es ton corps, interprétation par laquelle tu tentesdéchapper du conflit que tu as induit. Le pur-esprit, qui connaît,ne saurait se concilier avec cette perte de pouvoir, parce quil estincapable de ténèbres. Cela rend le pur-esprit presque inacces-sible à lesprit et entièrement inaccessible au corps. Par la suite,le pur-esprit est perçu comme une menace, parce que la lumièreabolit les ténèbres en te montrant simplement quelles ne sontpas là. Cest ainsi que la vérité vaincra toujours lerreur. Cela nepeut pas être un processus actif de correction parce que, commeje lai déjà souligné, la connaissance ne fait rien. Elle peut êtreperçue comme un agresseur, mais elle ne peut pas attaquer. Ce que tu perçois comme une attaque de sa part, cest ta proprevague re-connaissance de ce que tu peux toujours te souvenir dela connaissance, puisquelle na jamais été détruite. Dieu et Ses créations restent en toute sûreté et connaissentdonc quil nexiste aucune malcréation. La vérité ne peut pas soc-cuper des erreurs que tu veux, toi. Jétais un homme qui se sou-venait du pur-esprit et de sa connaissance. En tant quhomme,je nai pas tenté de contrebalancer lerreur par la connaissance,mais de corriger lerreur de bas en haut. Jai démontré à la foislimpuissance du corps et la puissance de lesprit. En unissant mavolonté à Celle de mon Créateur, je me suis naturellement sou-venu du pur-esprit et de son but réel. Je ne peux pas unir pourtoi ta volonté à Celle de Dieu, mais je peux effacer toutes les mal-perceptions de ton esprit si tu me laisses le guider. Seules tesmalperceptions te barrent la route. Sans elles ton choix est cer-tain. Une perception saine induit un choix sain. Je ne peux paschoisir pour toi, mais je peux taider à faire toi-même le justec h o i x . «Il y a beaucoup dappelés mais peu délus» devraitêtre : «Tous sont appelés mais peu choisissent découter.» Parconséquent, ils ne font pas le juste c h o i x . Les « élus » sont sim-plement ceux qui font le juste choix plus t ô t . Les esprits justespeuvent faire cela maintenant et ils trouveront du repos pourleurs â m e s . Dieu te connaît seulement dans la paix, et cela estta réalité.
  • V. Au-delà de la perception Jai dit que les aptitudes que tu possèdes ne sont que desombres de ta force réelle, et que la perception, dont la nature estde juger, na été introduite quaprès la séparation. Personne naplus été sûr de rien depuis. Jai aussi clairement fait comprendreque la résurrection était le moyen permettant le retour à laconnaissance, ce qui fut accompli par lunion de ma volontéavec Celle du Père. Nous pouvons maintenant établir une dis-tinction qui clarifiera certaines de nos affirmations subséquentes. Depuis la séparation, les mots « créer» et «faire » ont été confon-dus. Quand tu fais quelque chose, cest parce que tu ressens unmanque ou un besoin concret. Tout ce qui est fait dans un butconcret nest pas vraiment généralisable.Quand tu fais quelquechose pour combler un manque perçu, tu laisses entendre que tucrois en la séparation. Lego a inventé dans ce but de nombreuxsystèmes de pensée ingénieux. Aucun dentre eux nest créateur. Linventivité est un effort gaspillé même sous sa forme la plusingénieuse. La nature très concrète de linvention nest pas dignede la créativité abstraite des créations de Dieu. Comme nous lavons déjà observé, la connaissance ne conduitpas à laction. La confusion entre ta création réelle et ce que tuas fait de toi-même est si profonde quil test devenu littéralementimpossible de connaître quoi que ce soit. La connaissance esttoujours stable, et il est bien évident que tu ne les pas. Néanmoins,tu es parfaitement stable tel que Dieu ta créé. En ce sens, lorsqueta conduite est instable, tu es en désaccord avec lidée que Dieua de ta création. Tu peux faire cela si tel est ton choix, mais tu nevoudrais sûrement pas le faire si tu étais dans ton esprit juste. La question fondamentale que tu te poses continuellement nepeut pas correctement sadresser à toi. Tu ne cesses de deman-der ce que tu es. Cela implique non seulement que tu connais laréponse mais aussi que cest à toi quil appartient de la fournir. Or tu ne peux pas te percevoir correctement. Tu nas pas dimageà percevoir. Le mot «image» est toujours relié à la perceptionet il ne fait pas partie de la connaissance. Les images sont sym-boliques, elles représentent quelque chose dautre. Lidée de« changer ton image » reconnaît le pouvoir de la perception, maiscela implique aussi quil ny a rien de stable à connaître. Connaître nest pas susceptible dinterprétations. Tu peuxessayer d«interpréter» la signification mais cela est toujours
  • sujet à lerreur parce que cela porte sur la perception de la signifi-cation. De telles incongruités sont le résultat de tentatives pour tevoir à la fois comme séparé et inséparé. Il est impossible de faireune confusion aussi fondamentale sans accroître encore davan-tage ta confusion générale. Ton esprit est peut-être devenu trèsingénieux mais, comme il arrive toujours lorsque méthode etcontenu sont séparés, il est utilisé dans une vaine tentative pourtrouver lissue dune voie sans issue. Lingéniosité est totalementdivorcée de la connaissance, parce que la connaissance ne requiertpas dingéniosité. Lingéniosité nest pas la vérité qui te rendralibre, mais tu es libre du besoin den user quand tu es désireuxden lâcher prise. La prière est une façon de demander quelque chose. Cest levéhicule des miracles. Mais la seule prière qui ait une significa-tion est la prière pour le pardon, parce que ceux qui ont été par-donnés ont tout. Une fois le pardon accepté, la prière au senshabituel na plus aucune signification. La prière pour le pardon,ce nest rien de plus quune requête pour être à même de recon-naître ce que tu as déjà. En choisissant la perception au lieu dela connaissance, tu tes placé dans une position où tu ne pourraisressembler à ton Père quen percevant miraculeusement. Tu asperdu la connaissance dêtre toi-même un miracle de Dieu. Lacréation est ta Source et ta seule fonction réelle. Lénoncé : «Dieu créa lhomme à son image et à sa ressem-blance» a besoin dêtre réinterprété.Par «image», on peut entendre« pensée », et par « ressemblance », « de même qualité ». Dieu a belet bien créé le pur-esprit dans Sa Propre Pensée et dune qualitépareille à la Sienne. Il ny a rien dautre. La perception, parcontre, est impossible sans la croyance en « plus » et « moins ». Àchaque niveau elle comporte une sélection. La perception est unprocessus continuel dacceptation et de rejet, dorganisation et deréorganisation, de passage et de changement. Lévaluation estune partie essentielle de la perception, parce que les jugementssont nécessaires pour sélectionner. Quadvient-il des perceptions sil ny a pas de jugements et rienque parfaite égalité ? La perception devient impossible. La véritépeut seulement être connue. Tout en elle est également vrai etconnaître nimporte quelle de ses parties, cest la connaître toutentière. Seule la perception comporte une conscience partielle. Laconnaissance transcende les lois qui gouvernent la perception,parce quune connaissance partielle est impossible. Elle est une
  • et entière et na pas de parties séparées. Toi qui réellement ne faisquun avec elle, tu as seulement besoin de te connaître toi-mêmepour que ta connaissance soit complète. Connaître le miracle deDieu, cest connaître Dieu. Le pardon est la guérison de la perception de séparation. Uneperception correcte de ton frère est nécessaire, parce que lesesprits ont choisi de se voir eux-mêmes séparés. Le pur-espritconnaît Dieu complètement. Tel est son pouvoir miraculeux. Le fait que chacun possède ce pouvoir complètement est unecondition tout à fait étrangère à la pensée du monde. Le mondecroit que si quiconque a tout, il ne reste plus rien. Mais les miraclesde Dieu sont aussi totaux que Ses Pensées, parce quils sontSes Pensées. Aussi longtemps que dure la perception, la prière aura uneplace. Puisque la perception repose sur le manque, ceux qui per-çoivent nont pas totalement accepté lExpiation et ne se sont pastotalement donnés à la vérité. La perception est basée sur un étatséparé, de sorte que quiconque perçoit a besoin de guérison. Cest la communion, et non la prière, qui est létat naturel deceux qui connaissent. Dieu et Son miracle sont inséparables. Quelles sont belles, en effet, les Pensées de Dieu qui vivent dansSa lumière ! Ta valeur est au-delà de la perception parce quelleest au-delà du doute. Ne te perçois pas sous des lumières diffé-rentes. Connais-toi dans la Seule Lumière où le miracle qui esttoi est parfaitement clair. VI. Le jugement et le problème de lautorité Nous avons déjà parlé du Jugement dernier, mais pas suffisam-ment en détail. Après le Jugement dernier, il ny en aura plus. Lejugement est symbolique parce quau-delà de la perception il nya pas de j u g e m e n t . Q u a n d la Bible dit : «Ne jugez point, afin quevous ne soyez point jugés », cela signifie que si tu juges la réalitédautrui, tu ne pourras pas éviter de juger la tienne. Cest le choix de juger plutôt que de connaître qui est la causequi te fait perdre la paix. Le jugement est le processus sur lequelrepose la perception mais non la connaissance. Jai parlé decela plus tôt quand jai mentionné, concernant le caractère sélectifde la perception, que lévaluation en était lévident préalable.
  • Le jugement comporte toujours un rejet. Il ne souligne jamaisuniquement les aspects positifs de ce qui est jugé, que ce soit entoi ou en autrui. Ce qui a été perçu et rejeté, ou jugé et trouvéinsuffisant, reste dans ton esprit parce que tu las perçu. Lunedes illusions dont tu souffres est de croire que ce que tu as jugéet rejeté na aucun effet. Cela ne peut pas être vrai à moins decroire aussi que ce que tu as jugé et rejeté nexiste pas. De touteévidence, ce nest pas ce que tu crois, sinon tu ne laurais pas jugéet rejeté. Peu importe en définitive que ton jugement soit justeou faux. Dans les deux cas tu places ta croyance dans lirréel. Cela est inévitable quel que soit le type de jugement, parce quele jugement implique la croyance que tu peux faire une sélectionparmi la réalité. Tu nas aucune idée de limmense délivrance et de la paix pro-fonde qui viennent dune rencontre totalement dépourvue dejugement avec toi-même et avec tes frères. Quand tu reconnaisce que tu es et ce que sont tes frères, tu te rends compte que deles juger de quelque façon que ce soit na aucune signification. En fait, ce quils signifient est perdu pour toi précisément parceque tu les juges. Toute incertitude vient du fait que tu te croiscontraint de juger. Tu nas pas besoin du jugement pour organi-ser ta vie, et tu nen as certainement pas besoin pour torganisertoi-même. En présence de la connaissance, tout jugement estautomatiquement suspendu, et cest ce processus qui permet àla re-connaissance de remplacer la perception. Tu as très peur de tout ce que tu as perçu mais as refusé dac-cepter. Tu crois que, parce que tu as refusé de laccepter, tu en asperdu le contrôle. Cest pourquoi tu le vois dans tes cauchemarsou sous dagréables déguisements dans ce qui semble être tesrêves plus heureux. Rien de ce que tu as refusé daccepter nepeut être amené à la conscience. Ce nest pas dangereux en soimais tu en as fait quelque chose qui te paraît dangereux. Quand tu es fatigué, cest parce que tu tes jugé capable dêtrefatigué. Quand tu ris de quelquun, cest parce que tu las jugéindigne. Quand tu ris de toi-même, il faut que tu ries aussi desautres, ne serait-ce que parce que tu ne peux pas supporterlidée dêtre plus indigne quils le sont. Tout cela te fatigue parceque cest essentiellement décourageant. Tu nes pas réellementcapable dêtre fatigué, mais tu es parfaitement capable de te las-ser. Leffort quexige le jugement incessant est pratiquementi n t o l é r a b l e . Il est curieux quune aptitude aussi débilitante soit
  • tellement chérie. Or si tu souhaites être lauteur de la réalité, tupersisteras à taccrocher au jugement. Tu considéreras aussi lejugement avec frayeur, croyant quun jour il sera utilisé contretoi. Cette croyance ne peut exister que dans la mesure où tucrois à lefficacité du jugement comme arme de défense pour tapropre autorité. Dieu noffre que miséricorde. Tes paroles ne devraient reflé-ter que la miséricorde, car cest ce que tu as reçu et cest ce quetu devrais donner. La justice est un expédient temporaire, ou unetentative pour tenseigner la signification de la miséricorde. Ellejuge uniquement parce que tu es capable dinjustice. Jai parlé de symptômes différents, et à ce niveau les variationssont presque infinies. Toutefois, il y a une seule cause pour ellestoutes : le problème de lautorité. Cest «la racine de tous lesmaux». Chaque symptôme que fait lego comporte une contra-diction interne, parce que lesprit est divisé entre lego et leSaint-Esprit, si bien que tout ce que fait lego est incomplet etcontradictoire. Cette position intenable est le résultat du pro-blème de lautorité, qui, parce quil accepte comme prémisse laseule pensée inconcevable, ne peut produire que des idées quisont inconcevables. Le problème de lautorité est en fait une question de titre dau-teur. Quand tu as un problème avec lautorité, cest toujoursparce que tu crois que tu es lauteur de toi-même et que tu pro-jettes sur les autres ton propre délire. Alors tu perçois la situa-tion comme si les autres se battaient littéralement avec toi pourêtre ton auteur. Cest lerreur fondamentale que font tous ceuxqui croient avoir usurpé le pouvoir de Dieu. Cette croyance leurfait très peur mais Dieu nen est guère troublé. Il a toutefois trèshâte de la défaire, non pour punir Ses enfants mais seulementparce quil connaît quelle les rend malheureux. Aux créationsde Dieu est donné leur véritable titre dAuteur, mais tu préfèresêtre anonyme lorsque tu choisis de te séparer de ton Auteur. Étant incertain de ton véritable titre dAuteur, tu crois que tacréation était anonyme. Cela te laisse dans une position où ilsemble signifiant de croire que tu tes créé toi-même. Cette dis-pute pour le titre dauteur a laissé une telle incertitude dans tonesprit quil pourrait même douter que tu existes réellement. Seuls ceux qui remettent tout souhait de rejeter peuvent connaîtrequil est impossible queux-mêmes soient rejetés. Tu nas pasusurpé le pouvoir de Dieu, mais tu las perdu. Heureusement,
  • perdre une chose ne signifie pas quelle ait disparu. Cela signifiesimplement que tu ne te rappelles pas où elle est. Son existencene dépend pas de ton aptitude à lidentifier ou même à la situer. Il est possible de regarder la réalité sans porter de jugement, enconnaissant simplement quelle est là. La paix est lhéritage naturel du pur-esprit. Chacun est librede refuser daccepter son héritage, mais il nest pas libre déta-blir quel est son héritage. Le problème sur lequel chacun doit sedécider, cest la question fondamentale du titre dauteur. Toutepeur provient finalement, et parfois par des chemins très tor-tueux, du déni du titre dAuteur. Loffense nest jamais faite àDieu, mais seulement à ceux qui Le nient. Nier Son titre dAu-teur, cest te nier à toi-même la raison de ta paix, si bien que tune te vois toi-même que par segments. Cette étrange perception,cest le problème de lautorité. Il nen est pas un qui ne se sente emprisonné dune façon oudune autre. Si cela est le résultat de sa propre libre volonté, ildoit considérer sa volonté comme nétant pas libre, sinon la cir-cularité du raisonnement dans cette position serait très appa-rente. Une volonté libre doit conduire à la liberté. Le jugementemprisonne toujours parce quil sépare des segments de la réa-lité à léchelle instable des souhaits. Les souhaits ne sont pas desfaits. Souhaiter, cela implique que vouloir ne suffit pas. Or pasun dans son juste esprit ne croit que ce quil souhaite est aussiréel que ce quil veut. Au lieu de : « Cherchez premièrement SonRoyaume », dis : « Voulez premièrement Son Royaume », et tu aurasdit : «Je connais ce que je suis et jaccepte mon propre héritage.» VII Création versus image de soi Chaque système de pensée doit avoir un point de départ. Ilcommence soit par un faire, soit par un créer, différence dontnous avons déjà parlé. Leur ressemblance réside dans leur pou-voir en tant que fondements. Leur différence réside dans ce quirepose sur eux. Les deux sont des pierres angulaires pour les sys-tèmes de croyance sur lesquels chacun règle sa vie. Cest uneerreur de croire quun système de pensée fondé sur le mensongeest faible. Rien de ce qui est fait par un enfant de Dieu nest sanspouvoir. Il est essentiel que tu ten rendes compte, sinon tu serasincapable déchapper de la prison que tu as faite.
  • Tu ne peux pas résoudre le problème de lautorité en dépré-ciant le pouvoir de ton esprit. En faisant cela tu te trompes toi-même, et cela te blessera parce que tu comprends réellement laforce de ton esprit. Tu te rends compte aussi que tu ne peux paslaffaiblir, pas plus que tu ne peux affaiblir Dieu. Le « diable » estun concept effrayant parce quil semble être extrêmement puis-sant et extrêmement actif. Il est perçu comme une force en lutteavec Dieu, se battant contre Lui pour la possession de Ses créa-tions. Le diable trompe par des mensonges et bâtit des royaumesoù tout est en opposition directe avec Dieu. Pourtant il attire leshommes plutôt que de les rebuter, et ceux-ci sont désireux de lui« vendre » leur âme en échange de dons qui nont aucune valeurréelle. Cela na absolument aucun sens. Nous avons déjà parlé de la chute, ou la séparation, mais il fautcomprendre clairement ce que cela signifie. La séparation est unsystème de pensée assez réel dans le temps, mais point dansléternité. Toutes les croyances sont réelles pour le croyant. Lefruit dun seul arbre était «défendu» dans le jardin symbolique. Mais Dieu naurait pas pu le défendre, sinon le fruit naurait paspu être mangé. Si Dieu connaît Ses enfants, et je tassure quil lesconnaît, les aurait-Il mis dans une position où leur propre des-truction était possible ? « Larbre défendu » était appelé « larbrede la connaissance ». Or Dieu a créé la connaissance et la don-née librement à Ses créations. Ce symbolisme a reçu plusieursinterprétations, mais tu peux être sûr quest dans lerreur touteinterprétation qui considère Dieu ou Ses créations capables dedétruire Leur Propre but. Manger le fruit de larbre de la connaissance est un symboleexprimant lusurpation de laptitude à sauto-créer. Cest le seulsens dans lequel Dieu et Ses créations ne sont pas co-créateurs. La croyance quils le sont est contenue implicitement dans le« concept de soi », ou la tendance du soi à se faire une image delui-même. Les images sont perçues, et non connues. La connais-sance ne peut pas tromper mais la perception, si. Tu peux te per-cevoir comme te créant toi-même mais tu ne peux pas faire plusque le croire. Tu ne peux pas faire que ce soit vrai. Et, comme jelai dit plus tôt, quand tu percevras enfin correctement tu ne pour-ras que te réjouir de ne pas pouvoir le faire. Dici là, toutefois, lacroyance que tu le peux est la première pierre de ton système depensée, et toutes tes défenses sont utilisées pour attaquer lesidées qui pourraient la porter à la lumière. Tu crois encore que
  • tu es une image que tu as faite t o i - m ê m e . Ton esprit et le Saint-Esprit sont divisés sur ce point, et il ny a pas de solution tant quetu crois la seule chose qui soit littéralement inconcevable. Cestpourquoi tu ne peux pas créer et tu es rempli de peur au sujet dece que tu fais. Lesprit peut rendre la croyance en la séparation très réelle ettrès apeurante, et cest cette croyance qui est le « diable ». Elle estpuissante, active, destructrice et nettement en opposition avecDieu, parce quelle nie littéralement Sa Paternité. Considère tavie et vois ce que le diable a fait. Mais rends-toi compte que cefaire va sûrement se dissoudre à la lumière de la vérité, parce queson fondement est un mensonge. Ta création par Dieu est le seulFondement qui ne peut être ébranlé, parce que la lumière est enlui. Ton point de départ est la vérité, et tu dois retourner à tonCommencement. Bien des choses ont été vues depuis, mais rienne sest réellement passé. Ton Soi est encore en paix, bien que tonesprit soit en conflit. Tu nas pas encore remonté assez loin etcest pourquoi tu tapeures à ce point. À mesure que tu tap-proches du Commencement, tu sens sur toi la peur de la des-truction de ton système de pensée comme si cétait la peur de lam o r t . De mort, il ny en a pas, mais il y a croyance en la mort. Le sarment qui ne porte pas de fruit sera coupé et séchera. Réjouis-toi ! La lumière luira du véritable Fondement de la vieet ton propre système de pensée se trouvera corrigé. Il ne peutpas tenir autrement. Toi qui as peur du salut, tu choisis la mort. La vie et la mort, la lumière et les ténèbres, la connaissance et laperception, sont inconciliables. Croire quils peuvent être récon-ciliés, cest croire que Dieu et Son Fils ne peuvent pas lêtre. Seulelunité de la connaissance est libre de conflit. Ton Royaume nestpas de ce monde parce quil ta été donné dau-delà de ce monde. Il ny a que dans ce monde où lidée dun problème de lauto-rité soit signifiante. Ce monde, ce nest pas par la mort quon lequitte mais par la vérité, et la vérité peut être connue de tous ceuxpour qui le Royaume a été créé, et quil attend.
  • Chapitre 4 LES ILLUSIONS DE LEGO Introduction La Bible dit que tu devrais aller avec un frère deux fois plusloin quil le demande. Elle ne suggère certainement pas que tule retardes dans son voyage. Ton dévouement pour un frère nepeut pas te retarder non plus. Il ne peut conduire quà un progrèsmutuel. Un dévouement authentique a pour résultat linspira-tion; correctement compris, ce mot est lopposé de fatigue. Êtrefatigué, cest être dés-inspiré, mais être inspiré, cest être dans lepur-esprit. Être égocentrique, cest être dés-inspiré, alors quêtrecentré sur Soi, au sens juste, cest être inspiré ou dans le pur-esprit. Ceux qui sont vraiment inspirés sont illuminés et ils ne peuventdemeurer dans les ténèbres. Ce que tu dis peut venir du pur-esprit ou de lego, à ton choix. Si ce que tu dis vient du pur-esprit, tu as choisi d« être calme etde connaître que je suis Dieu». Ces mots sont inspirés parcequils reflètent la connaissance. Si ce que tu dis vient de lego,tu désavoues la connaissance au lieu de laffirmer, et ainsi tu tedés-inspires. Ne tembarque pas dans dinutiles voyages, parcequils sont certes vains. Lego les souhaite peut-être, mais le pur-esprit ne peut pas sy embarquer parce quil est à jamais indési-reux de quitter son Fondement. Le voyage à la croix devrait être le dernier «voyage inutile». Ne ty attarde pas, mais écarte-le comme chose accomplie. Si tupeux laccepter comme étant ton propre dernier voyage inutile,tu es libre aussi de te joindre à ma résurrection. Jusquà ce quetu le fasses, ta vie est certes gaspillée. Elle reproduit simplementla séparation, la perte de pouvoir, les futiles tentatives de legopour faire réparation, et finalement la crucifixion du corps, ou lamort. De telles répétitions sont interminables jusquà ce quellessoient volontairement abandonnées. Ne fais pas lerreur pathé-tique de te «cramponner à la bonne vieille croix». Le seul mes-sage de la crucifixion, cest que tu peux vaincre la croix. Dici là,tu es libre de te crucifier toi-même aussi souvent que tu choisisde le faire. Ce nest pas cet évangile que javais lintention de
  • toffrir. Nous avons un autre voyage à entreprendre, et ces leçonstaideront à ty préparer si tu les lis attentivement. I. Juste enseignement et juste apprentissage Un bon enseignant clarifie ses propres idées et les renforce enles enseignant. Enseignant et élève sont pareils dans le proces-sus dapprentissage. Ils sont dans le même ordre dapprentis-sage, et à moins de partager leurs leçons, la conviction manquera. Un bon enseignant doit croire aux idées quil enseigne, mais ildoit aussi satisfaire à une autre condition : il doit croire aux étu-diants à qui il offre ces idées. Nombreux sont ceux qui montent la garde auprès de leursidées parce quils veulent protéger leurs systèmes de pensée telsquils sont, et parce quapprendre signifie changer. Le change-ment est toujours apeurant pour les séparés, parce quils nepeuvent concevoir que cest un pas menant à la guérison de laséparation. Ils le perçoivent toujours comme un pas vers une plusgrande séparation, parce que la séparation a été leur premièreexpérience de changement. Tu crois que si tu ne laisses entreraucun changement dans ton ego, tu trouveras la paix. Cette pro-fonde confusion nest possible que si tu maintiens que le mêmesystème de pensée peut reposer sur deux fondements. Rien delego ne peut atteindre le pur-esprit, et rien du pur-esprit ne peutatteindre lego. Le pur-esprit ne peut ni renforcer lego ni réduirele conflit en lui. Lego est une contradiction. Ton soi et le Soi deDieu sont en opposition. Ils sont opposés par leur source, parleur direction et par leur résultat. Ils sont fondamentalementinconciliables, parce que le pur-esprit ne peut pas percevoir etlego ne peut pas connaître. Ils ne sont donc pas en communica-tion et jamais ils ne peuvent être en communication. Néanmoins,lego peut apprendre, même si son faiseur peut être mal guidé. Toutefois, il ne peut pas faire le totalement sans vie de ce qui areçu la vie. Le pur-esprit na pas besoin dêtre enseigné, mais lego doit lêtre. En définitive, lenseignement est perçu comme effrayant parcequil conduit à labandon, et non à la destruction, de lego à la lu-mière du pur-esprit. Cest ce changement que lego doit craindre,parce quil ne partage pas ma charité. Ma leçon était comme latienne, et cest parce que je lai apprise que je peux lenseigner.
  • Je nattaquerai jamais ton ego, mais jessaie de tenseigner com-ment son système de pensée a surgi. Quand je te rappelle ta vraiecréation, ton ego ne peut répondre que par la peur. Enseigner et apprendre sont maintenant tes plus grandes forces,parce quelles te permettent de changer desprit et daider lesautres à faire de même. Refuser de changer desprit ne prouverapas que la séparation ne sest pas produite. Le rêveur qui doutede la réalité de son rêve tout en continuant de rêver ne guérit pasvraiment son esprit divisé. Tu rêves dun ego séparé et tu croisen un monde qui repose sur lui. Cela est très réel pour toi. Tune peux pas défaire cela en ne changeant pas desprit là-dessus. Si tu es désireux de renoncer au rôle de gardien de ton systèmede pensée et de men ouvrir laccès, je le corrigerai avec beaucoupde douceur et te ramènerai à Dieu. Tout bon enseignant espère donner à ses étudiants tellementde ce quil a lui-même appris quun jour ils nauront plus besoinde lui. Voilà le seul but véritable de lenseignant. Il est impossibleden convaincre lego, parce que cela va à lencontre de toutes sespropres lois. Mais rappelle-toi que les lois sont montées pourprotéger la continuité du système dans lequel croit le législateur. Il est naturel que lego essaie de se protéger une fois que tu lasfait, mais il nest pas naturel pour toi de vouloir obéir à ses loisà moins que tu y croies. À cause de la nature de son origine, legone peut pas faire ce choix. À cause de la nature de la tienne, tule peux. Les ego peuvent se heurter en toute circonstance, mais le pur-esprit ne peut pas du tout heurter. Si tu perçois un enseignantcomme étant simplement «un plus gros ego», tu auras peur,parce que grossir un ego reviendrait à augmenter lanxiété ausujet de la séparation. Jenseignerai avec toi et je vivrai avec toisi tu veux penser avec moi, mais mon but sera toujours de tab-soudre finalement du besoin davoir un enseignant. Cest lop-posé du but visé par lenseignant axé sur lego. Il se préoccupede leffet que son ego a sur les autres ego, et il interprète donc leurinteraction comme un moyen de préservation de lego. Je neserais pas capable de me dévouer à lenseignement si je croyaiscela, et tu ne seras pas un enseignant dévoué aussi longtemps quetu le croiras. Je suis constamment perçu comme un enseignantquil faut soit exalter soit rejeter, mais je naccepte pour moi-même ni lune ni lautre de ces perceptions.
  • Ta valeur nest pas établie en enseignant ni en apprenant. Tavaleur est établie par Dieu. Aussi longtemps que tu contestescela, tout ce que tu fais te fera peur, en particulier toute situationqui se prête à la croyance en la supériorité et linfériorité. Lesenseignants doivent être patients et répéter leurs leçons jusquàce quelles soient apprises. Je suis prêt à le faire, parce que jenai pas le droit de fixer pour toi les limites de ton apprentissage. Encore une fois — aucune de tes actions, rien de ce que tu penses,souhaites ou fais nest nécessaire pour établir ta valeur. Ce pointnest pas discutable sauf dans le délire. Ton ego nest jamais enjeu parce que Dieu ne la pas créé. Ton pur-esprit nest jamais enjeu parce quil la créé. Toute confusion sur ce point est déli-rante, et aucune forme de dévouement nest possible tant quedure ce délire. Lego essaie dexploiter toute situation pour en tirer des formesde louange à son égard pour vaincre ses doutes. Il continuera àdouter tant que tu croiras en son existence. Toi qui las fait, tu nepeux pas avoir confiance en lui, parce que tu te rends comptedans ton esprit juste quil nest pas réel. La seule solution sainenest pas dessayer de changer la réalité, ce qui est certes une ten-tative effrayante, mais de laccepter telle quelle est. Tu fais par-tie de la réalité, qui reste inchangée au-delà de la portée de tonego, mais qui est facilement à la portée du pur-esprit. Quandtu as peur, sois calme et connais que Dieu est réel, et que tu esSon Fils bien-aimé qui a toute Sa faveur. Ne laisse pas ton egocontester cela, parce que lego ne peut pas connaître ce qui estbien au-delà de sa portée comme tu les. Dieu nest pas lauteur de la peur. Cest toi. Tu as choisi decréer autrement que Lui; par conséquent, tu as fait la peur pourtoi-même. Tu nes pas en paix parce que tu ne remplis pas tafonction. Dieu ta donné une fonction très élevée que tu nas-sumes pas. Ton ego a choisi davoir peur au lieu de lassumer. Quand tu te réveilleras, tu narriveras pas à comprendre cela,parce que cest littéralement incroyable. Ne crois pas lincroyablemaintenant. Toute tentative pour augmenter sa crédibilité ne faitque retarder linévitable. Le mot «inévitable » effraie lego maisréjouit le pur-esprit. Dieu est inévitable, et tu ne peux pas plusLéviter quil ne peut téviter. La joie du pur-esprit effraie lego, parce quaprès en avoir faitlexpérience, tu lui retireras toute protection et tu nauras plusaucun investissement dans la peur. Ton investissement est grand
  • maintenant parce que la peur est un témoin de la séparation etton ego se réjouit quand tu en témoignes. Laisse-le derrière toi ! Ne lécoute pas et ne le préserve pas. Écoute seulement Dieu,Qui est aussi incapable de tromperie que lest le pur-esprit quila créé. Délivre-toi et délivre les autres. Ne leur présente pas uneimage fausse et indigne de toi, et naccepte pas toi-même unetelle image deux. Lego ta bâti une piteuse demeure qui noffre aucun abri,parce quil ne peut bâtir autrement. Nessaie pas de faire tenircette maison délabrée. Sa faiblesse est ta force. Dieu seul pou-vait faire une demeure qui est digne de Ses créations, qui ontchoisi de la laisser vide par leur propre dépossession. Or Sademeure tiendra toujours, prête pour toi quand tu choisiras dyentrer. De cela tu peux être entièrement certain. Dieu est aussiincapable de créer le périssable que lego de faire léternel. De par ton ego tu ne peux rien faire pour te sauver ou poursauver les autres, mais de par ton pur-esprit tu peux tout fairepour ton salut et pour le leur. Lhumilité est une leçon pour legoet non pour le pur-esprit. Le pur-esprit est au-delà de lhumilité,parce quil reconnaît son rayonnement et r é p a n d partout salumière avec joie. Les doux hériteront la terre parce que leurego est humble, et cela leur donne une perception plus vraie. Au Royaume des Cieux a droit le pur-esprit, dont la beauté et ladignité sont bien au-delà du doute, au-delà de la perception, etrestent à jamais la marque de lAmour de Dieu pour Ses créations,qui sont entièrement clignes de Lui et de Lui seul. Rien dautrenest suffisamment digne dêtre un don pour une création deDieu Lui-même. Je me substituerai à ton ego si tu le souhaites, mais jamais à tonpur-esprit. Un père peut laisser un enfant en toute sécurité avecun frère aîné qui sest montré responsable, mais cela nentraîneaucune confusion quant à lorigine de lenfant. Le frère peut pro-téger le corps de lenfant ainsi que son ego, mais il ne se confondpas lui-même avec le père parce quil fait cela. Tu peux me confierton corps et ton ego seulement parce que cela te permet de ne pasten préoccuper et me laisse, moi, tenseigner quils nont pasdimportance. Je ne pourrais pas comprendre limportance quilsont pour toi si je navais pas moi-même jadis été tenté de croireen eux. Entreprenons dapprendre ensemble cette leçon afinden être libres ensemble. Jai besoin denseignants dévouésqui partagent mon but de guérir lesprit. Le pur-esprit est bien
  • au-delà du besoin de ta protection ou de la mienne. S o u v i e n s -toi de ceci : En ce monde tu nas pas besoin de tribulations parce que jai vaincu le monde. Cest pourquoi tu devrais prendre courage. II Lego et la fausse autonomie Il est raisonnable de demander comment lesprit a jamais pufaire lego. De fait, cest la meilleure question que tu puissesposer. Rien ne sert, toutefois, de répondre par rapport au passéparce que le passé na pas dimportance, et lhistoire nexisteraitpas si les mêmes erreurs nétaient pas répétées dans le présent. La pensée abstraite sapplique à la connaissance parce que laconnaissance est complètement impersonnelle, et les exemplesimportent peu pour sa compréhension. La perception, toutefois,est toujours spécifique, et par conséquent tout à fait concrète. Chacun se fait un ego, ou un soi, qui est sujet à dénormes va-riations à cause de son instabilité. Il fait aussi un ego pour tousles autres quil perçoit, qui est tout aussi variable. Leur interac-tion est un processus qui les altère tous les deux, parce quilsnont pas été faits par ou avec lInaltérable. Il est important dese rendre compte que cette altération peut se produire, et de faitse produit tout aussi facilement quand linteraction a lieu danslesprit que lorsquelle comporte une proximité physique. Le faitde penser à un autre ego change la perception relative dune ma-nière aussi effective que linteraction physique. Il ne saurait yavoir meilleur exemple pour montrer que lego est une simpleidée et non un fait. Ton propre état desprit est un bon exemple de la façon dontlego a été fait. Quand tu as jeté la connaissance, cest comme situ ne lavais jamais Elle. Cela est tellement apparent quil suffitde le reconnaître pour voir que cela arrive. Si cela se produit dansle présent, pourquoi est-il surprenant que cela se soit produitdans le passé ? La surprise est une réaction raisonnable à lin-habituel, bien quelle ne le soit guère à quelque chose qui se pro-duit avec une telle persistance. Mais noublie pas que lesprit napas besoin dopérer de cette façon, même si cest ainsi quilopère maintenant.
  • Pense à lamour des animaux pour leurs petits et au besoinquils ont de les protéger. Cest quils les considèrent comme unepartie deux-mêmes. Nul ne rejette quelque chose quil considèrecomme une partie de soi. Tu réagis à ton ego beaucoup commeDieu réagit à Ses créations : avec amour, protection et charité. Tes réactions envers le soi que tu as fait ne sont pas surprenantes. De fait, elles ressemblent à maints égards à celles que tu aurasun jour envers tes créations réelles, qui sont aussi intemporellesque toi. La question nest pas de savoir comment tu réagis àlego, mais quest-ce que tu crois être. Croire est une fonction delego; or tant que ton origine est affaire de croyance, tu la consi-dères du point de vue de lego. Quand lenseignement ne seraplus nécessaire, tu connaîtras simplement Dieu. Croire quil ya une autre façon de percevoir, voilà lidée la plus élevée dont soitcapable la pensée de lego. Cest quelle contient un soupçon dere-connaissance de ce que lego nest pas le Soi. Le sapement du système de pensée de lego doit être perçucomme douloureux, bien que ce ne soit pas vrai du tout. Lesbébés hurlent de rage si on leur enlève un couteau ou une pairede ciseaux, malgré quils puissent très bien se blesser si on ne lefait pas. En ce sens tu es encore un bébé. Tu nas aucun sens deréelle auto-préservation, et il se peut très bien que tu décides quetu as besoin précisément de ce qui te blesserait le plus. Or, quetu le reconnaisses ou non maintenant, tu as consenti à coopérerdans leffort pour devenir à la fois incapable de nuire et capabledaider, deux attributs qui doivent aller de pair. Même à cet égardtes attitudes sont nécessairement conflictuelles, parce que toutesles attitudes sont basées sur lego. Cela ne durera pas. Sois patientun moment et souviens-toi que lissue est aussi certaine que Dieu. Seuls ceux qui ont un réel et durable sentiment dabondancepeuvent être véritablement charitables. Cela est évident quandtu considères ce que cela comporte. Pour lego, donner quoi quece soit implique quil faudra que tu ten passes. Quand tu asso-cies donner à sacrifier, tu donnes uniquement parce que tu croisque dune manière ou dune autre tu y gagnes au change et peuxdonc te passer de la chose que tu donnes. «Donner pour obtenir»est une loi inéluctable de lego, qui sévalue toujours par rapportà dautres ego. Par conséquent il est continuellement préoccupépar la croyance dans le manque qui la engendré. Toute sa per-ception de la réalité des autres ego nest quune tentative pour seconvaincre lui-même quil est réel. L«estime de soi» comme lego
  • lentend signifie simplement que lego sest illusionné au pointdaccepter sa réalité, ce qui le rend temporairement moins vorace. Cette «estime de soi» est toujours vulnérable au stress, termequi réfère à toute menace perçue contre lexistence de lego. Lego vit littéralement de comparaisons. Légalité est au-delàde sa portée, et la charité devient impossible. Ce que legodonne ne vient jamais de labondance, parce quil a été fait pouren être un substitut. Cest pourquoi le concept d« obtention » asurgi dans le système de pensée de lego. Les appétits sont desmécanismes d« obtention » représentant le besoin qua legodêtre confirmé. Cela est aussi vrai des appétits du corps que desprétendus «besoins supérieurs de lego». Les appétits du corpsnont pas une origine physique. Lego considère le corps commesa demeure et tente de se satisfaire par le corps. Mais lidée quecela est possible est une décision de lesprit, lequel est devenucomplètement confus sur ce qui est réellement possible. Lego croit quil est complètement seul avec lui-même, cequi est simplement une autre façon de décrire comment il penseavoir commencé. Cest un état tellement effrayant quil ne peutque se tourner vers dautres ego et tenter de sunir à eux dans unfaible effort didentification, ou les attaquer dans une aussi faibledémonstration de force. Il nest pas libre, toutefois, de mettre enquestion la prémisse, parce que la prémisse est son fondement. Lego est la croyance de lesprit dêtre complètement seul aveclui-même. Les incessantes tentatives de lego pour se faire recon-naître par le pur-esprit et ainsi établir sa propre existence sontinutiles. Le pur-esprit en sa connaissance est inconscient de lego. Il ne lattaque pas; il ne peut simplement pas le concevoir. Bienque lego soit pareillement inconscient du pur-esprit, il se perçoitlui-même comme étant rejeté par quelque chose de plus grandque lui. Cest pourquoi lestime de soi comme lego lentend doitêtre délirante. Les créations de Dieu ne créent pas des mythes,même si leffort créateur peut se tourner vers la mythologie. Ilne peut le faire, toutefois, quà une seule condition : ce quil faitcesse alors dêtre c r é a t e u r . Les mythes sont entièrement per-ceptuels, et ils sont si ambigus dans leurs formes, et si typique-ment bon-et-mauvais par nature, que le plus bienveillant dentreeux nest pas sans avoir des connotations effrayantes. Mythes et magie sont étroitement associés, puisque les mythesse rapportent généralement aux origines de lego, et la magieaux pouvoirs que lego sattribue. Les systèmes mythologiques
  • comportent généralement quelque récit de « la création », quilsassocient à leur forme particulière de magie. La p r é t e n d u e« lutte pour la survie » nest que la lutte de lego pour se préser-ver lui-même, et cest son interprétation de son propre com-mencement. Dhabitude ce commencement est associé à lanaissance physique, parce quil est difficile de soutenir que legoexistait avant ce point dans le temps. Ceux qui sont plus «reli-gieusement » axés sur lego croient peut-être que lâme existaitavant et quelle continuera dexister après un laps temporairedans la vie de lego. Certains croient même que lâme sera punieà cause de ce laps. Toutefois, le salut ne sapplique pas au pur-esprit, qui nest pas en danger et na pas besoin dêtre sauvé. Le salut nest rien de plus que la «justesse desprit», qui nestpas lUnité desprit du Saint-Esprit mais qui doit dabord êtreatteinte pour que lUnité desprit soit rétablie. La justesse despritmène automatiquement à létape suivante, parce que la percep-tion juste est uniformément sans attaque et la fausseté despritest donc oblitérée. Lego ne peut pas survivre sans jugement; enconséquence, il est mis de côté. Lesprit na plus alors quunedirection dans laquelle aller. Cette direction lui vient toujoursautomatiquement, parce quelle ne peut être dictée que par lesystème de pensée auquel il adhère. On ne saurait trop insister sur le fait que la correction de la per-ception nest quun expédient temporaire. Elle est nécessaireuniquement parce que la malperception bloque la connaissance,tandis que la perception exacte est un tremplin vers elle. Toutela valeur de la perception juste réside dans linévitable prise deconscience que toute perception est non nécessaire. Cela enlèvele blocage entièrement. Tu te demandes peut-être comment celaest possible tant que tu sembles vivre dans ce monde. Cest unequestion raisonnable. Prends soin toutefois de la comprendrevraiment. Qui est ce « toi » qui vis dans ce m o n d e ? Le pur-esprit est immortel, et limmortalité est un état constant. Il estaussi vrai maintenant quil la toujours été et le sera toujours,parce quil nimplique aucun changement. Ce nest pas un conti-n u u m et il nest pas possible non plus de le comprendre en lecomparant à un o p p o s é . La connaissance ne comporte jamaisde c o m p a r a i s o n s . Cest la principale différence par rapport àtout le reste que lesprit peut saisir.
  • III. Lamour sans conflit Il est difficile de comprendre ce que signifie réellement : «LeRoyaume des Cieux est en toi. » Cest parce que ce nest pas com-préhensible pour lego, qui linterprète comme si quelque chosedextérieur était à lintérieur, et cela ne signifie rien. Le mot «en»nest pas nécessaire. Le Royaume des Cieux est toi. Quest-cedautre que toi que le Créateur a créé, et quest-ce dautre que toiqui est Son Royaume? Voilà tout le message de lExpiation; unmessage qui dans sa totalité transcende la somme de ses parties. Toi aussi, tu as un Royaume que ton pur-esprit a créé. Il na pascessé de créer à cause des illusions de lego. Tes créations ne sontpas plus sans père que tu ne les. Ton ego et ton pur-esprit neseront jamais co-créateurs, mais ton pur-esprit et ton Créateurle seront t o u j o u r s . Aie confiance en ce que tes créations sontautant en sécurité que tu les. Le Royaume est parfaitement uni et parfaitement protégé, et lego ne prévaudra point contre lui. Amen. Cela est écrit sous forme de prière parce quelle est utile dansles moments de tentation. Cest une déclaration dindépendance. Tu verras quelle taidera beaucoup si tu la comprends pleine-ment. La raison pour laquelle tu as besoin de mon aide, cest quetu as nié ton propre Guide et tu as donc besoin dêtre guidé. Monrôle est de séparer le vrai du faux, de sorte que la vérité puissebriser les barrières que lego a montées et puisse luire dans tonesprit. Contre nos forces unifiées lego ne saurait prévaloir. Il est sûrement apparent maintenant pourquoi lego considèrele pur-esprit comme son «ennemi». Lego a surgi de la sépara-tion, et la continuation de son existence dépend de la continua-tion de ta croyance dans la séparation. Lego doit toffrir une sortede récompense pour maintenir cette croyance. Tout ce quil peutoffrir est un sentiment dexistence temporaire, qui commenceavec son propre commencement et finit avec sa propre fin. Ilte dit que cette vie est ton existence parce que cest la sienne. Contre ce sentiment dexistence temporaire le pur-esprit toffrela connaissance de la permanence et de lêtre inébranlable. Nulqui a fait lexpérience de cette révélation ne peut plus jamais plei-nement croire à lego par la suite. Comment sa maigre offrandepourrait-elle prévaloir contre le don glorieux de Dieu ?
  • Toi qui tidentifies à ton ego, tu ne peux pas croire que Dieutaime. Tu naimes pas ce que tu as fait, et ce que tu as fait netaime pas. Étant fait du déni du Père, lego na aucune allégeanceenvers son faiseur. À cause de ta haine contre le soi que tu as fait,tu ne peux pas concevoir la relation réelle qui existe entre Dieuet Ses créations. Tu projettes sur lego la décision de te séparer,et cela est en conflit avec lamour que tu ressens pour lego parceque tu las fait. Il nest pas damour en ce monde sans cette ambi-valence, et puisquaucun ego na fait lexpérience dun amour sansambivalence, le concept dépasse son entendement. Lamourentrera immédiatement dans tout esprit qui le veut véritable-ment, mais il faut quil le veuille véritablement. Cela signifie quille veut sans ambivalence, et cette sorte de vouloir est entièrementdépourvue de la «soif dobtenir» de lego. Il est une sorte dexpérience si différente de tout ce que legopeut offrir que tu ne voudras plus jamais ni la couvrir ni la cacher. Il est nécessaire de répéter que ta croyance en les ténèbres et lacacherie est la raison pour laquelle la lumière ne peut pas entrer. La Bible fait de nombreuses références aux dons incommensu-rables qui sont pour toi, mais que tu dois demander. Cela nest pasune condition comme lego pose des conditions. Cest la conditionglorieuse de ce que tu es. Nulle force, sinon ta propre volonté, nest assez grande niassez digne pour te guider. En cela tu es aussi libre que Dieu,et tu dois le rester à jamais. Demandons au Père en mon nomque tu gardes à lesprit Son Amour pour toi et le tien pour Lui. Il na jamais manqué de répondre à cette requête, parce que tud e m a n d e s seulement ce qui était déjà Sa volonté. Ceux quiappellent véritablement obtiennent toujours une réponse. Tunauras pas dautres dieux devant Lui parce quil ny en a pas. Il ne test jamais réellement venu à lesprit dabandonner chaqueidée que tu aies jamais Elle qui soppose à la connaissance. Turetiens des milliers de petites bribes de peur qui empêchent leSaint dentrer. La lumière ne peut pas pénétrer les murs que tuas faits pour la bloquer, et elle est à jamais indésireuse de détruirece que tu as fait. Personne ne peut voir à travers un mur, mais jepeux le contourner. Surveille ton esprit pour déceler les bribesde peur, sinon tu seras incapable de me demander de le faire. Jepeux taider uniquement comme notre Père nous a créés. Je vaistaimer et thonorer et continuer de respecter complètement ceque tu as fait, mais je ne le soutiendrai pas à moins que ce ne
  • soit vrai. Je ne tabandonnerai jamais, pas plus que Dieu ne lefera, mais je dois attendre aussi longtemps que tu choisis detabandonner toi-même. Parce que jattends avec amour et nonavec impatience, tu me demanderas sûrement véritablement. Jeviendrai en réponse à un seul appel sans équivoque. Surveille attentivement et vois ce que tu demandes réellement. Sois très honnête avec toi-même sur ce point, car nous ne devonsrien nous cacher lun à lautre. Si tu essaies réellement de fairecela, tu as fait le premier pas pour préparer ton esprit afin que leSaint puisse y entrer. Nous nous préparerons ensemble pourcela, car une fois quil est venu, tu es prêt à maider à rendredautres esprits prêts pour Lui. Combien de temps Lui nieras-tuSon Royaume ? Dans ton propre esprit, quoique niée par lego, se trouve ladéclaration de ta délivrance. Dieu ta tout donné. Ce seul fait signi-fie que lego nexiste pas, et cela lui fait terriblement peur. Dansle langage de lego, « avoir» et « être » sont différents, mais ils sontidentiques pour le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit connaît quà lafois tu as tout et tu es tout. Toute distinction à cet égard na designification que si lidée d« obtenir», qui implique un manque,a déjà été acceptée. Cest pourquoi nous ne faisons aucune dis-tinction entre avoir le Royaume de Dieu et être le Royaume de Dieu. Lêtre calme du Royaume de Dieu, qui est parfaitement conscientdans ton esprit sain, est cruellement banni de la partie de lespritque gouverne lego. Lego est désespéré parce quil soppose àdes forces littéralement invincibles, que tu sois endormi ouéveillé. Considère toute la vigilance que tu as été désireuxdexercer pour protéger ton ego, et le peu que tu as mis pour pro-téger ton esprit juste. Qui, sauf les insanes, entreprendrait decroire ce qui nest pas vrai, puis de protéger cette croyance au prixde la vérité ? IV. Cela na pas besoin dêtre Si tu ne peux pas entendre la Voix pour Dieu, cest parce quetu ne choisis pas découter. Que tu écoutes en fait la voix de tonego, cela est démontré par tes attitudes, tes sentiments et taconduite. Pourtant cest ce que tu veux. Cest pour garder celaque tu te bats, et cest pour sauver cela que tu es vigilant. Tu aslesprit plein de combines pour sauver la face de ton ego, et tu ne
  • cherches pas la face du Christ. Cest certes un sombre miroirdans lequel lego cherche à voir sa propre face. Comment peut-il maintenir le truc de son existence autrement que par des mi-roirs? Mais cest à toi de décider où tu regardes pour te trouver. Jai dit que tu ne pouvais pas changer desprit en changeant deconduite, mais jai dit aussi, et maintes fois, que tu peux changerdesprit. Quand ton humeur te dit que tu as mal choisi, et cestainsi chaque fois que tu nes pas joyeux, alors connais que cela napas besoin dêtre. Dans chaque cas tu as pensé faussement au sujetdun frère que Dieu a créé et tu perçois les images que ton egofait dans un miroir assombri. Pense honnêtement à ce que tu aspensé que Dieu naurait pas pensé, et à ce que tu nas pas penséque Dieu voudrait que tu penses. Cherche sincèrement ce quetu as fait et nas pas fait en conséquence, puis change despritpour penser avec Celui de Dieu. Cela peut sembler difficile àfaire, mais cest bien plus facile que dessayer de penser contrelui. Ton esprit est un avec Celui de Dieu. Nier cela et penserautrement a maintenu la cohésion de ton ego, mais cela a litté-ralement divisé ton esprit. En frère qui taime, je me préoccupebeaucoup de ton esprit, et je tenjoins de suivre mon exemplequand tu te regardes toi-même et regardes ton frère, et vois entous les deux les glorieuses créations dun Père glorieux. Q u a n d tu es triste, connais que cela na pas besoin dêtre. Ladépression vient du sentiment dêtre privé de quelque chose quetu veux et que tu nas pas. Souviens-toi que tu nes privé de riensi ce nest par ta propre décision, puis prends une autre décision. Quand tu es anxieux, rends-toi compte que lanxiété vient ducaractère capricieux de lego, et connais que cela na pas besoin dêtre. Tu peux être aussi vigilant contre les diktats de lego que pour eux. Q u a n d tu te sens coupable, souviens-toi que lego a bel etbien violé les lois de Dieu, mais pas toi. Les «péchés» de lego,laisse-les-moi. Cest à cela que sert lExpiation. Mais lExpiationne peut pas te délivrer jusquà ce que tu changes desprit à pro-pos de ceux que ton ego a blessés. Tant que tu te sens coupable,cest ton ego qui commande, parce que seul lego peut éprouverde la culpabilité. Cela na pas besoin dêtre. Surveille ton esprit pour déceler les tentations de lego, et ne lelaisse pas te tromper. Il ne toffre rien. Quand tu auras abandonnécette dés-inspiration volontaire, tu verras comme ton esprit peutse concentrer, sélever au-dessus de la fatigue et guérir. Or ta
  • vigilance nest pas assez grande à lencontre des demandes delego pour ten désengager. Cela na pas besoin dêtre. Lhabitude se prend facilement de tengager dans la voie versDieu et Ses créations si tu refuses activement de laisser tonesprit ségarer. Le problème nest pas la concentration; cest lacroyance que personne, y compris toi, ne vaut un effort constant. Range-toi avec constance de mon côté contre cette tromperie, etne permets pas que cette piteuse croyance te fasse reculer. Lesdécouragés ne sont daucune utilité ni à eux-mêmes ni à moi,mais seul lego peut être découragé. As-tu déjà réellement pensé au nombre doccasions que tuas Elles de te réjouir, et au nombre de celles que tu as refusées? Il ny a pas de limite au pouvoir dun Fils de Dieu, mais il peutlimiter lexpression de son pouvoir autant quil choisit de le faire. Ton esprit et le mien peuvent sunir et dissiper ton ego, libérantla force de Dieu dans tout ce que tu penses et fais. Ne te contentepas de moins que cela et refuse daccepter toute autre chosepour but. Surveille ton esprit attentivement pour déceler toutecroyance qui entrave son accomplissement, puis écarte-toi delle. Juge de ton succès en cela par tes propres sentiments, car celaest le seul bon usage du jugement. Le jugement, comme touteautre défense, peut être utilisé pour attaquer ou pour protéger;pour blesser ou pour guérir. Lego devrait être porté au jugementet là trouvé insuffisant. Sans ton allégeance, ta protection et tonamour, lego ne peut exister. Quil soit jugé véritablement et tudois lui retirer allégeance, protection et amour. Tu es un miroir de la vérité, dans lequel Dieu Lui-même luitdune lumière parfaite. Au sombre miroir de lego, tu as seule-ment besoin de dire : «Je ne regarderai pas, parce que je sais queces images ne sont pas vraies. » Puis laisse le Saint luire sur toien paix, en connaissant que cela et cela seul doit être. Son Espritluisait sur toi en ta création et a donné lêtre à ton esprit. SonEsprit luit encore sur toi et doit luire à travers toi. Ton ego ne peutpas Lempêcher de luire sur toi, mais il peut tempêcher de Le lais-ser luire à travers toi. Le premier Avènement du Christ nest quun autre nom de lacréation, car le Christ est le Fils de Dieu. Le second Avènementdu Christ ne signifie rien de plus que la fin du règne de lego etla guérison de lesprit. Jai été créé pareil à toi dans le premier,et je tai appelé à te joindre à moi dans le second. Je suis encharge du second Avènement, et mon jugement, qui nest utilisé
  • que pour la protection, ne peut pas être faux parce quil nattaquejamais. Le tien peut être si distordu que tu crois que jai faiterreur en te choisissant. Je tassure que cela est une erreur de tonego. Ne fais pas celle de le prendre pour de lhumilité. Ton egoessaie de te convaincre quil est réel et que je ne le suis pas, parceque si je suis réel, je ne le suis pas plus que toi. Cette connaissance,et je tassure que cest la connaissance, signifie que le Christ estentré dans ton esprit et la guéri. Je nattaque pas ton ego. Je travaille avec la partie supérieurede ton esprit, qui est la d e m e u r e du Saint-Esprit, que tu soisendormi ou éveillé, tout comme lego travaille avec la partie infé-rieure de ton esprit, qui est sa demeure. Je suis ta vigilance en cela,parce que ta confusion est trop grande pour que tu reconnaisseston propre espoir. Je ne fais pas erreur. Ton esprit choisira dese joindre au mien, et ensemble nous sommes invincibles. Toiet ton frère finirez par vous assembler en mon nom, et votresanté desprit sera rétablie. Jai ressuscité les morts en connais-sant que la vie est un attribut éternel de tout ce que le Dieu vivanta créé. Pourquoi crois-tu quil mest plus difficile dinspirer lesdés-inspirés ou de stabiliser les instables ? Je ne crois pas quily ait un ordre de difficulté dans les miracles; toi, si. Jai appeléet tu r é p o n d r a s . Je comprends que les miracles sont naturels,parce que ce sont des expressions d a m o u r . Que je tappelle, celaest aussi naturel que ta réponse, et aussi inévitable. V. Lillusion ego-corps Toutes choses concourent au bien. Il ny a pas dexception saufdans le jugement de lego. Lego exerce une vigilance maximalesur ce quil admet dans la conscience, et ce nest pas de cette façonquun esprit équilibré maintient sa cohésion. Lego devient encoreplus déséquilibré parce quil soustrait à ta conscience sa motiva-tion première, et quil fait prédominer le contrôle plutôt que la santédesprit. Lego a toutes les raisons de faire cela, conformément ausystème de pensée qui la engendré et quil sert. Un jugementsain, inévitablement, jugerait et rejetterait lego, et lego doit doncloblitérer dans lintérêt de sa propre préservation. Une source principale de létat déséquilibré de lego est sonmanque de discrimination entre le corps et les Pensées de Dieu. Les Pensées de Dieu sont inacceptables pour lego, parce quelles
  • indiquent clairement linexistence de lego même. Cest pour-quoi lego soit les distord soit refuse de les accepter. Il ne peutpas, toutefois, les faire cesser dêtre. Par conséquent, il essaie dedissimuler non seulement les impulsions «inacceptables» ducorps mais aussi les Pensées de Dieu, parce que les deux repré-sentent une menace pour lui. Se souciant principalement de sapropre préservation face à la menace, lego les perçoit commeétant les mêmes. En les percevant comme les mêmes, legotente de se sauver dêtre balayé, ce quil serait sûrement en pré-sence de la connaissance. Tout système de pensée qui confond Dieu et le corps doit êtreinsane. Or cette confusion est essentielle pour lego, qui ne jugequen fonction de la menace ou de la non-menace contre lui. Dansun sens, sa peur de Dieu est au moins logique, puisque la seuleidée de Lui dissipe lego. Mais la peur du corps, avec lequel legosidentifie si étroitement, na absolument aucun sens. Le corps est la demeure de lego de par son propre choix. Cestla seule identification avec laquelle lego se sent en sécurité,puisque la vulnérabilité du corps est son meilleur argumentpour montrer que tu ne peux pas être de Dieu. Voilà la croyanceque lego parraine ardemment. Et pourtant lego hait le corps,parce quil ne peut laccepter comme une assez bonne demeurepour lui. Cest là que lesprit devient vraiment tout étourdi. Lego lui ayant dit quil fait vraiment partie du corps et que lecorps est son protecteur, voilà quil dit aussi à lesprit que le corpsne peut pas le protéger. Alors lesprit demande : « O ù puis-jeobtenir protection?», à quoi lego répond : «Tourne-toi vers moi.» Mais lesprit, non sans raison, rappelle à lego quil a lui-mêmeinsisté sur son identification avec le corps, de sorte que rien nesert de se tourner vers lui pour être protégé. À cela lego na pasde vraie réponse parce quil ny en a pas, mais il a une solutiontypique. Il oblitère la question du champ de la conscience. Unefois sortie de la conscience, la question peut provoquer, et de faitprovoque un malaise, mais elle ne peut pas trouver de réponseparce quelle ne peut pas être posée. Voilà la question qui doit être posée : « Où puis-je obtenir pro-tection ? » « Cherchez, et vous trouverez » ne signifie pas que tudoives chercher aveuglément et désespérément quelque choseque tu ne reconnaîtrais pas. Une recherche signifiante est unerecherche entreprise consciemment, consciemment organisée etconsciemment dirigée. Il faut que le but soit formulé clairement
  • et gardé à lesprit. Apprendre et vouloir apprendre sont insépa-rables. Tu apprends le mieux quand tu crois que ce que tu essaiesdapprendre a de la valeur pour toi. Toutefois, ce nest pas toutce que tu veux apprendre qui ait une valeur durable. De fait, ilse peut que bien des choses que tu veux apprendre aient été choi-sies parce que leur valeur ne durera pas. Lego trouve avantageux de ne pas sengager envers quoi que cesoit qui est éternel, parce que léternel doit venir de Dieu. Léter-nalité est la seule fonction que lego ait essayé de développer, maisen échouant systématiquement. Lego transige sur la question deléternel, de même quil transige sur tous les points qui touchentde près ou de loin à la vraie question. En soccupant de questionsdigressives, il espère cacher la vraie question et la garder hors delesprit. Laffairement caractéristique de lego à tout ce qui estnon essentiel sert précisément à cela. Ces préoccupations de pro-blèmes ainsi montés quils sont impossibles à résoudre sont desmécanismes favoris de lego pour freiner le progrès de lapprentis-sage. Or la seule question que ne posent jamais ceux qui suiventces tactiques de diversion est la suivante : « Pour quoi ? » Cest laquestion que tu dois apprendre à poser à propos de tout. Quelest le b u t ? Quel quil soit, il dirigera a u t o m a t i q u e m e n t tesefforts. Quand tu décides du but, donc, tu décides de tes effortsfuturs; et cette décision restera effective à moins que tu nechanges desprit. VI. Les récompenses de Dieu Lego ne reconnaît pas la vraie source de la « menace », et situ tassocies toi-même à lego, tu ne comprends pas la situationtelle quelle est. Seule ton allégeance donne à lego quelquepouvoir sur toi. Jai parlé de lego comme sil sagissait dunechose séparée, agissant delle-même. Cela était nécessaire pourte persuader que tu ne peux pas lécarter légèrement, et que tudois te rendre compte à quel point ta pensée est dirigée par lego. Toutefois, nous ne pouvons pas sans risque en rester là, sinontu pourrais te considérer comme étant nécessairement en conflitaussi longtemps que tu es ici, ou aussi longtemps que tu croisêtre ici. Lego nest rien de plus quune partie de ce que tu croisà propos de toi. Ton autre vie a continué sans interruption et elle
  • a été comme elle restera toujours totalement inaffectée par testentatives pour la dissocier. En apprenant à échapper des illusions, ta dette envers ton frèreest une chose que tu ne dois jamais oublier. Cest la même detteque tu as envers moi. Chaque fois que tu agis égoïstement en-vers autrui, tu jettes la gracieuseté de ta dette et la sainte per-ception quelle produirait. Le terme « saint» peut semployer iciparce quen apprenant combien tu es redevable à la Filialité toutentière, dans laquelle je suis inclus, tu viens aussi près de laconnaissance que la perception le permet. Le fossé est alors simince que la connaissance peut facilement le franchir et lobli-térer à jamais. Tu nas encore que très peu de confiance en moi, mais elle aug-mentera lorsque tu te tourneras de plus en plus souvent vers moiplutôt que vers ton ego pour être guidé. Les résultats te convain-cront de plus en plus que ce choix est le seul choix sain que tupuisses faire. Nul na besoin dêtre davantage convaincu, qui ap-prend par lexpérience quun choix apporte la paix et la joie tan-dis quun autre apporte le chaos et le désastre. Apprendre parles récompenses est plus efficace quapprendre par la douleur,parce que la douleur est une illusion de lego et ne peut jamaisinduire plus quun effet temporaire. Les récompenses de Dieu,par contre, sont reconnues immédiatement pour éternelles. Puisque cest toi et non lego qui les reconnaît, la re-connaissancemême établit que toi et ton ego ne pouvez pas être identiques. Tu crois peut-être avoir déjà accepté cette différence, mais tues encore loin den être convaincu. Le fait que tu crois devoiréchapper de lego le montre bien; mais tu ne peux pas échapperde lego en lhumiliant ni en le contrôlant ni en le punissant. Lego et le pur-esprit ne se connaissent pas. Lesprit séparé nepeut maintenir la séparation quen dissociant. Ayant fait cela, ilnie toutes les impulsions véritablement naturelles, non pas parceque lego est une chose séparée mais parce que tu veux croire quetu les. Lego est un mécanisme visant à maintenir cette croyance,mais cest encore ta seule décision dutiliser le mécanisme qui luipermet de durer. Comment peux-tu enseigner à quelquun la valeur dunechose quil a délibérément jetée? Il a dû la jeter parce quil nelestimait pas. Tu peux seulement lui montrer combien il estmisérable sans elle, puis lamener lentement de plus en plus prèsafin quil apprenne combien sa misère diminue à mesure quil
  • sen approche. Cela lui enseigne à associer sa misère avec sonabsence, et lopposé de la misère avec sa présence. Petit à petitelle devient désirable tandis quil change desprit sur sa valeur. Je tenseigne à associer la misère avec lego et la joie avec le pur-esprit. Tu tes enseigné lopposé. Tu es encore libre de choisir,mais peux-tu vraiment vouloir les récompenses de lego en pré-sence des récompenses de Dieu? Ma confiance en toi est plus grande que la tienne en moi pourle moment, mais il nen sera pas toujours ainsi. Ta mission est trèssimple. Il test demandé de vivre de façon à démontrer que tunes pas un ego, et je ne me trompe pas en choisissant les canauxde Dieu. Le Saint partage ma confiance et Il accepte mes déci-sions dExpiation parce que ma volonté nest jamais en désaccordavec la Sienne. Jai dit plus tôt que je suis en charge de lEx-piation. Cest seulement parce que jy ai complété mon rôle entant quhomme et que je peux maintenant le compléter par au-trui. Les canaux que jai choisis ne peuvent faillir, parce que jeleur prêterai ma force tant que la leur est insuffisante. Jirai chez le Saint avec toi, et par ma perception Il pourra jeterun pont sur le petit fossé. Ta gratitude envers ton frère est le seuldon que je veux. Je lapporterai à Dieu pour toi, connaissant queconnaître ton frère, cest connaître Dieu. Si tu as de la gratitudeenvers ton frère, tu as de la gratitude envers Dieu pour ce quil acréé. Cest par ta gratitude que tu en viens à connaître ton frère,et un seul moment de vraie re-connaissance fait que chacun de-vient ton frère parce que chacun est de ton Père. Lamour neconquiert pas toutes choses, mais il rectifie toutes choses. Parceque tu es le Royaume de Dieu, je peux te reconduire à tes proprescréations. Tu ne les reconnais pas maintenant, mais ce qui a étédissocié est toujours là. Quand tu tapproches dun frère, tu tapproches de moi; etquand tu téloignes de lui, tu méloignes de toi. Le salut est uneentreprise qui repose sur la collaboration. Il ne peut pas êtreentrepris avec succès par ceux qui se désengagent de la Filialité,parce quils se désengagent de moi. Dieu ne viendra à toi quelorsque tu Le donneras à tes frères. Apprends dabord deux ettu seras prêt à entendre Dieu. Cest parce que la fonction delamour est une.
  • VII Création et communication Bien que le contenu de lune ou lautre des illusions de legonait pas dimportance, il est clair que sa correction aide davan-tage dans un contexte précis. Les illusions de lego sont trèsconcrètes, bien que lesprit soit naturellement abstrait. Une par-tie de lesprit devient concrète, toutefois, lorsquil se divise. Lapartie concrète croit en lego, parce que lego dépend du concret. Lego est la partie de lesprit qui croit que ton existence est définiepar la séparation. Toute chose que lego perçoit est un tout séparé, sans les rela-tions qui impliquent lêtre. Ainsi lego est contre la communi-cation, sauf dans la mesure où elle est utilisée pour établir plutôtque pour abolir létat de séparation. Le système de commu-nication de lego est basé sur son propre système de pensée,comme lest tout ce quil dicte. Cest son besoin de se protégerqui contrôle sa communication, et il interrompt la communicationq u a n d il se sent menacé. Cette interruption est une réactionà une ou à plusieurs personnes en particulier. Ce quil y a deconcret dans la pensée de lego débouche alors sur une généra-lisation spécieuse qui nest pas du tout abstraite. Il ne fait querépondre de certaines façons concrètes à tout ce quil perçoitcomme relié. Par contraste, le pur-esprit réagit de la même façon à tout cequil connaît pour vrai, et il ne répond pas du tout à nimportequoi dautre. Il ne tente pas non plus détablir ce qui est vrai. Ilconnaît que ce qui est vrai, cest tout ce que Dieu a créé. Il est encommunication complète et directe avec chaque aspect de la créa-tion, parce quil est en communication complète et directe avecson Créateur. Cette communication est la Volonté de Dieu. Création et communication sont synonymes. Dieu a créé chaqueesprit en lui communiquant Son Esprit, létablissant ainsi à jamaiscomme canal pour la réception de Son Esprit et de Sa Volonté. Puisque seuls des êtres dun même ordre peuvent communiquervéritablement, Ses créations communiquent naturellement avecLui et comme Lui. Cette communication est parfaitement abs-traite, puisque sa qualité est universelle dans son application etnest sujette à aucun jugement, aucune exception ni aucunealtération. Dieu ta créé par cela et pour c e l a . Lesprit peutdistordre sa fonction, mais il ne peut pas se doter lui-même defonctions qui ne lui ont pas été d o n n é e s . Cest pourquoi lesprit
  • ne peut pas perdre totalement laptitude à communiquer, quoi-quil puisse refuser de lutiliser au profit de lêtre. Lexistence, comme lêtre, repose sur la communication. Lexis-tence, toutefois, spécifie comment, sur quoi et avec qui la communi-cation est jugée digne dêtre entreprise. Lêtre est complètementdépourvu de ces distinctions. Cest un état dans lequel lespritest en communication avec tout ce qui est réel. Dans la mesureoù tu permets que cet état soit tronqué, tu limites le sentiment deta propre réalité, qui ne devient total quen reconnaissant toutela réalité dans le contexte glorieux de sa relation réelle avec toi. Cest cela, ta réalité. Ne la profane pas et ne recule pas devantelle. Cest ta vraie demeure, ton vrai temple et ton vrai Soi. Dieu, Qui englobe tout être, a créé des êtres qui ont tout indivi-duellement, mais qui veulent le partager pour augmenter leur joie. Rien de réel ne peut être augmenté, sauf en partageant. Cestpourquoi Dieu ta créé. LAbstraction divine se fait une joie departager. Cest ce que signifie la création. «Comment», «quoi»et «à qui», cela est sans rapport, parce que la création réelle donnetout, puisquelle peut créer uniquement à limage delle-même. Souviens-toi que dans le Royaume il ny a aucune différenceentre avoir et être, comme cest le cas dans lexistence. Dans létatdêtre, lesprit donne tout toujours. La Bible affirme maintes fois que tu devrais louer Dieu. Celane signifie guère que tu devrais Lui dire combien Il est mer-veilleux. Il na pas dego avec lequel accepter une telle louange,ni de perception avec laquelle en juger. Mais à moins que tu nejoues ton rôle dans la création, Sa joie nest pas complète, parceque la tienne est incomplète. Et cela Il le connaît. Il le connaîten Son Propre Être et son expérience de lexpérience de Son Fils. Le flot constant de Son Amour est bloqué quand ses canaux sontfermés, et Il est seul quand les esprits quil a créés ne communi-quent pas pleinement avec Lui. Dieu a gardé ton Royaume pour toi, mais Il ne peut partagerSa joie avec toi tant que tu ne la connais pas avec ton esprit toutentier. La révélation ne suffit pas parce que cest une communi-cation qui vient uniquement de Dieu. Dieu na pas besoin que larévélation Lui soit rendue, ce qui serait nettement impossible,mais Il veut quelle soit portée aux autres. Cela ne peut se faireavec la révélation proprement dite; son contenu est inexprimable,parce quil est intensément personnel à lesprit qui le reçoit. Il
  • peut, toutefois, être rendu de cet esprit à dautres esprits, par les attitudes quapporte la connaissance venant de la révélation. Dieu est loué chaque fois quun esprit apprend à être entière- ment capable daider. Cela est impossible sans être entièrement incapable de nuire, parce que les deux croyances doivent coexis- ter. Ceux qui aident véritablement sont invulnérables, parce quils ne protègent pas leur ego et ainsi rien ne peut les blesser. Laide quils apportent à autrui, cest la louange quils font à Dieu, et Il leur rendra leur louange parce quils sont comme Lui, et ils peuvent se réjouir ensemble. Dieu va vers eux et à travers eux, et il y a dans tout le Royaume une grande joie. Chaque esprit qui est changé ajoute à cette joie par son désir individuel de la par- tager. Ceux qui aident véritablement sont les faiseurs de miracles de Dieu, que je dirigerai jusquà ce que nous soyons tous unisdans la joie du Royaume. Je te dirigerai partout où tu peux véri-tablement aider, et vers tous ceux qui peuvent être guidés par moià travers toi.
  • Chapitre 5 GUÉRISON ET ENTIÈRETÉ Introduction Guérir, cest rendre heureux. Je tai dit de penser au nombredoccasions que tu as Elles de te réjouir, et au nombre de cellesque tu as refusées. Ce qui revient à dire que tu as refusé de teguérir. La lumière qui tappartient, cest la lumière de la joie. Lerayonnement nest pas associé au chagrin. La joie appelle undésir intégrant de la partager et favorise limpulsion naturelle delesprit à répondre en ne faisant quun. Ceux qui essaient de gué-rir sans être eux-mêmes entièrement joyeux appellent en mêmetemps toutes sortes de réponses, privant ainsi les autres de la joiede répondre de tout cœur. Pour être de tout cœur, tu dois être heureux. Si la peur etlamour ne peuvent coexister, et sil est impossible dêtre entiè-rement apeuré et de rester vivant, le seul état entier possible estcelui de lamour. Il ny a pas de différence entre lamour et la joie. Par conséquent, le seul état entier possible est létat entièrementjoyeux. Guérir ou rendre joyeux, cest donc la même chose quin-tégrer ou rendre un. Cest pourquoi peu importe à quelle partieou par quelle partie de la Filialité la guérison est offerte. Chaquepartie en bénéficie et en bénéficie également. Tu es béni par chaque pensée bienfaisante de nimporte lequelde tes frères où quil soit. Tu devrais vouloir les bénir en retour,par gratitude. Tu nas pas besoin de les connaître individuellement,ni eux de te connaître. La lumière est si forte quelle rayonne depar la Filialité, rendant grâce au Père de faire rayonner Sa joiesur elle. Seuls les saints enfants de Dieu sont des canaux dignesde Sa belle joie, parce queux seuls sont assez beaux pour la garderen la partageant. Il est impossible pour un enfant de Dieu daimerson prochain, sauf comme lui-même. Cest pourquoi la prière duguérisseur est : Que je connaisse ce frère comme je me connais moi-même.
  • I. Linvitation au Saint-Esprit La guérison est une pensée par laquelle deux esprits perçoi-vent leur unité et deviennent joyeux. Cette joie appelle chaquepartie de la Filialité à se réjouir avec eux et laisse Dieu passer eneux et à travers eux. Seul lesprit guéri peut faire lexpérience dela révélation avec un effet durable, parce que la révélation estune expérience de pure joie. Si tu ne choisis pas dêtre entière-ment joyeux, ton esprit ne peut pas avoir ce quil ne choisit pasdêtre. Souviens-toi que le pur-esprit ne fait aucune différenceentre avoir et être. La partie supérieure de lesprit pense selon leslois auxquelles obéit le pur-esprit; par conséquent, elle honoreu n i q u e m e n t les lois de Dieu. T o u r le pur-esprit, obtenir estin-signifiant et donner est tout. Ayant tout, le pur-esprit gardetout en le donnant; ainsi il crée comme le Père a créé. Bien quecette façon de penser soit totalement étrangère à avoir deschoses, même pour la partie inférieure de lesprit elle est toutà fait compréhensible en relation avec les idées. Si tu partagesun bien matériel, tu en partages la propriété. Si tu partages uneidée, toutefois, tu ne la diminues p a s . Elle est encore toute à toibien quelle ait toute été d o n n é e . De plus, si celui à qui tu ladonnes laccepte pour sienne, il la renforce dans ton esprit et ainsil a u g m e n t e . Si tu peux accepter le concept que le monde est unmonde didées, alors toute la croyance en la fausse association quefait lego entre donner et perdre disparaît. Commençons notre processus de réveil par ces quelquessimples concepts : Les pensées augmentent en étant données. Plus nombreux ceux qui croient en elles, plus elles prennent de la force. Tout est une idée. Comment, donc, donner et perdre peuvent-ils être associés ? Voilà linvitation au Saint-Esprit. Jai déjà dit que je pouvaismélever et faire descendre le Saint-Esprit jusquà toi, mais je nepeux le faire venir que sur ta propre invitation. Le Saint-Espritest dans ton esprit juste, comme Il était dans le mien. La Bibledit : «Ayez en vous le m ê m e esprit qui était en Jésus-Christ»,et elle lutilise comme une bénédiction. Cest la bénédiction de
  • lesprit de miracle. Elle te demande de penser comme je pensais,et de te joindre à moi dans la pensée du Christ. Le Saint-Esprit est la seule partie de la Sainte Trinité qui ait unefonction symbolique. On Lappelle le Guérisseur, le Consola-teur et le Guide. Il est aussi décrit comme quelque chose de « sé-paré», à part du Père et du Fils. Jai dit moi-même : «Si je menvais, je vous enverrai un autre Consolateur, afin quil demeureavec vous. » Sa fonction symbolique rend le Saint-Esprit difficileà comprendre, parce que le symbolisme prête à différentes inter-prétations. Comme homme et aussi comme une des créations deDieu, ma justesse de pensée, qui venait du Saint-Esprit ou delInspiration universelle, ma appris dabord et avant tout quecette Inspiration est pour tous. Je ne pourrais pas Lavoir moi-même sans connaître cela. « Connaître » est le mot propre dansce contexte, parce que le Saint-Esprit est si proche de la connais-sance quil lappelle; ou mieux, quil lui permet de venir. Jaiparlé plus tôt de la perception supérieure, ou «vraie», qui est siproche de la vérité que Dieu Lui-même peut franchir le mincefossé. La connaissance est toujours prête à sétendre partout,mais elle ne peut pas sopposer. Par conséquent, tu peux lui faireobstacle, quoique tu ne puisses jamais la perdre. Le Saint-Esprit est lEsprit du Christ qui est conscient de laconnaissance qui se trouve au-delà de la perception. Il a reçu lêtreavec la séparation, comme protection, inspirant en même tempsle principe de lExpiation. Avant cela il ny avait pas besoin deguérison, car nul nétait inconsolé. La Voix du Saint-Esprit estlAppel à lExpiation, ou à la restauration de lintégrité de lesprit. LExpiation étant complétée et la Filialité tout entière guérie, ilny aura plus dAppel au retour. Mais ce que Dieu crée est éter-nel. Le Saint-Esprit restera avec les Fils de Dieu, pour bénir leurscréations et les garder dans la lumière de la joie. Dieu a honoré même les malcréations de Ses enfants, parcequils les avaient faites. Mais Il a aussi béni Ses enfants en les dotantdune façon de penser capable délever leurs perceptions si hautquils pourraient presque remonter jusquà Lui. Le Saint-Espritest lEsprit de lExpiation. Il représente un état desprit suffisam-ment proche de lUnité desprit pour quun transfert vers elle soitenfin possible. La perception nest pas la connaissance, mais ellepeut être transférée à la connaissance, ou passer en elle. Peut-êtremême cela aiderait-il plus ici dutiliser transférée dans le sens lit-téral de «trans-portée», puisque le dernier pas est fait par Dieu.
  • Le Saint-Esprit, lInspiration partagée de toute la Filialité, induitune sorte de perception dont plusieurs éléments sont pareils àceux dans le Royaume même des Cieux : Premièrement, son universalité est parfaitement claire, et nulqui latteint ne pourrait croire un seul instant que de la partagercomporte quoi que ce soit dautre quun gain. Deuxièmement, elle est incapable dattaquer et elle est doncvéritablement ouverte. Cela signifie que, bien quelle nengendrepas la connaissance, elle ne lui fait pas du tout obstacle. Finalement, elle indique la voie au-delà de la guérison quelleapporte, et elle conduit lesprit au-delà de sa propre intégrationvers les sentiers de la création. Cest à ce point que sopère unchangement quantitatif suffisant pour produire un réel change-ment qualitatif. II La Voix pour Dieu Guérir nest pas créer; cest réparer. Le Saint-Esprit favorisela guérison en regardant par-delà vers ce quétaient les enfantsde Dieu avant quil y ait besoin de guérison, et ce quils seront unefois guéris. Cette altération du déroulement temporel devrait êtreassez familière, parce quelle ressemble beaucoup au changementdans la perception du temps que le miracle introduit. Le Saint-Esprit est la motivation de lesprit de miracle; la décision de gué-rir la séparation en en lâchant prise. Ta volonté est encore en toiparce que Dieu la placée dans ton esprit; et bien que tu puissesla garder endormie, tu ne peux pas loblitérer. Dieu Lui-mêmegarde ta volonté vivante en la transmettant de Son Esprit au tienaussi longtemps quil y a le temps. Le miracle lui-même est unreflet de cette union de Volonté entre Père et Fils. Le Saint-Esprit est le pur esprit de la joie. Il est lAppel au retourdont Dieu a béni lesprit de Ses Fils séparés. Cela est la voca-tion de lesprit. Lesprit navait pas dappel jusquà la séparation,parce quavant cela il navait que lêtre, et il naurait pas comprislAppel à la justesse de pensée. Le Saint-Esprit est la Réponse deDieu à la séparation; le moyen par lequel lExpiation guérit jusquàce que lesprit entier retourne créer. Le principe de lExpiation et la séparation ont commencé enmême temps. Quand lego a été fait, Dieu a placé dans lespritlAppel à la joie. Cet Appel est si fort que lego se dissout toujours
  • quand Il résonne. Cest pourquoi tu dois choisir dentendrelune des deux voix en toi. Lune, tu las faite toi-même, et celle-là nest pas de Dieu. Mais lautre test donnée par Dieu, Qui tedemande seulement de lécouter. Le Saint-Esprit est en toi, dansun sens très littéral. Cest Sa Voix qui tappelle à revenir là où tuétais auparavant et seras de nouveau. Il est possible même en cemonde de nentendre que cette Voix et aucune autre. Cela de-mande un effort et un grand désir dapprendre. Cest la dernièreleçon que jai apprise, et les Fils de Dieu sont aussi égaux commeapprenants quils le sont comme Fils. Tu es le Royaume des Cieux, mais tu as laissé la croyance dans lesténèbres entrer dans ton esprit, et tu as donc besoin dune nou-velle lumière. Le Saint-Esprit est le rayonnement que tu dois lais-ser bannir lidée de ténèbres. À Lui est la gloire devant laquellela dissociation disparaît, et le Royaume des Cieux souvre à lui-même. Avant la séparation, tu navais pas besoin dêtre guidé. Tuconnaissais comme tu connaîtras de nouveau, mais comme main-tenant tu ne connais pas. Dieu ne guide pas, parce quil ne peut partager que la connais-sance parfaite. Guider, cest évaluer, parce que cela impliquequil y a une voie juste et une voie fausse, lune à choisir et lautreà éviter. En choisissant lune, tu abandonnes lautre. Choisir leSaint-Esprit, cest choisir Dieu. Dieu nest pas en toi au sens lit-téral; cest toi qui fais partie de Lui. Quand tu as choisi de Lequitter, Il ta donné une Voix qui parlerait pour Lui parce quil nepouvait plus partager Sa connaissance avec toi sans entrave. Lacommunication directe était rompue parce que tu avais fait uneautre voix. Le Saint-Esprit tappelle à la fois à te souvenir et à oublier. Tuas choisi dêtre dans un état dopposition où les opposés sont pos-sibles. Le résultat, cest que tu dois faire des choix. Dans létatde sainteté la volonté est libre, de sorte que sa puissance créatriceest illimitée et choisir est in-signifiant. La liberté de choisir estle même pouvoir que la liberté de créer, mais lapplication en estdifférente. Choisir dépend dun esprit divisé. Le Saint-Espritreprésente lun des choix. Dieu na pas laissé Ses enfants incon-solés, même sils ont choisi de Le quitter. La voix quils ont misedans leur esprit nétait pas la Voix pour Sa Volonté, pour laquelleparle le Saint-Esprit. La Voix du Saint-Esprit ne commande pas, parce quElle estincapable darrogance. Elle nexige pas, parce quElle ne cherche
  • pas à contrôler. Elle ne vainc pas, parce quElle nattaque pas. Elle ne fait que rappeler. Elle est irrésistible uniquement àcause de ce quElle te rappelle. Elle rappelle à ton esprit lautrevoie, toujours quiète même parmi le tumulte que tu peux faire. La Voix pour Dieu est toujours quiète, parce quElle parle de paix. La paix est plus forte que la guerre parce quelle guérit. Laguerre est division et non augmentation. Personne ne gagne àla d i s s e n s i o n . Que servirait-il à lhomme de gagner tout lemonde, sil perdait son âme ? Si tu écoutes la voix fausse, tu asperdu ton âme de vue. Tu ne peux pas la perdre, mais tu peux nepas la connaître. Elle est donc « perdue » pour toi jusquà ce quetu fasses le choix juste. Le Saint-Esprit est ton Guide pour choisir. Il est dans la par-tie de ton esprit qui parle toujours pour le choix juste, parce quilparle pour Dieu. Il est ta communication restante avec Dieu, quetu peux interrompre mais point détruire. Le Saint-Esprit est lavoie par laquelle la Volonté de Dieu est faite sur la terre commeau Ciel. Et le Ciel et la terre sont en toi, parce que tous deux ontleur appel dans ton esprit. La Voix pour Dieu vient de tes propresautels à Lui. Ces autels ne sont pas des choses : ce sont desdévotions. Or tu as maintenant dautres dévotions. Ta dévotiondivisée ta donné les deux voix, et tu dois choisir lautel où tu veuxservir. Lappel auquel tu réponds maintenant est une évaluationparce que cest une décision. La décision est très s i m p l e . Tuchoisis celui des deux appels qui a le plus de valeur pour toi. Mon esprit sera toujours pareil au tien, parce que nous avonsété créés égaux. Cest ma seule décision qui ma donné tout pou-voir dans le Ciel et sur la terre. Mon seul don pour toi est de tai-der à prendre la même décision. Cette décision, cest le choix dela partager, parce que la décision même est la décision de parta-ger. Elle est prise en donnant, et cest donc le seul choix qui res-semble à la véritable création. Je suis ton modèle de décision. Endécidant de choisir Dieu, je tai montré que cette décision peutêtre prise, et que tu peux la prendre. Je tai assuré que lEsprit qui a décidé pour moi est aussi en toi,et que tu peux le laisser te changer comme il ma changé. CetEsprit est sans équivoque, parce quil nentend quune seuleVoix et ne répond que dune seule façon. Tu es la lumière dumonde avec moi. Le repos ne vient pas du sommeil mais deléveil. Le Saint-Esprit est lAppel à séveiller et à se réjouir. Lemonde est très fatigué, parce quil est lidée de lassitude. Nous
  • avons la joyeuse tâche de léveiller à lAppel pour Dieu. Chacunrépondra à lAppel du Saint-Esprit, sinon la Filialité ne peut pasêtre une. Quelle meilleure vocation pourrait-il y avoir pournimporte quelle partie du Royaume que de le ramener à la par-faite intégration qui peut le rendre entier? Nentends que celapar le Saint-Esprit en toi, et enseigne à tes frères à écoutercomme je tenseigne. Quand tu es tenté par la voix fausse, fais appel à moi pour terappeler comment guérir en partageant ma décision et en la ren-forçant. Comme nous partageons ce but, nous augmentons sonpouvoir dattirer la Filialité tout entière, et de la ramener à lunitédans laquelle elle fut créée. Rappelle-toi que «joug» signifie«joindre» et que «fardeau» signifie «message». Reformu-lons : « Mon joug est doux, et mon fardeau léger », de cette façon :«Joignons-nous les uns aux autres, car mon message est lumière.» Je tai enjoint de te conduire comme je me suis conduit, maispour cela il faut que nous répondions au même Esprit. Cet Espritest le Saint-Esprit, Dont la Volonté est pour Dieu toujours. Iltenseigne comment me garder comme modèle de ta pensée, avecpour résultat que tu te conduis comme moi. Le pouvoir de tamotivation jointe à la mienne est au-delà de la croyance, mais pointau-delà de laccomplissement. Ce que nous pouvons accomplirensemble na pas de limites, parce que lAppel pour Dieu est lap-pel à lillimité. enfant de Dieu, mon message est pour toi, pourque tu lentendes et le donnes en répondant au Saint-Esprit en toi. III. Le Guide vers le salut La façon de reconnaître ton frère est de reconnaître le Saint-Esprit en lui. Jai déjà dit que le Saint-Esprit est le Pont pour letransfert de la perception à la connaissance, de sorte que nouspouvons utiliser ces termes comme sils étaient reliés, parcequils le sont dans Son Esprit. Cette relation doit être dans SonEsprit parce que, si elle ne létait pas, la séparation entre les deuxfaçons de penser ne serait pas susceptible de guérison. Il faitpartie de la Sainte Trinité, parce que Son Esprit est en partie letien et en partie aussi Celui de Dieu. Cela demande clarification,non dans les termes mais dans lexpérience. Le Saint-Esprit est lidée de guérison. Étant pensée, lidéegagne à être partagée. Étant lAppel pour Dieu, cest aussi lidée
  • de Dieu. Puisque tu fais partie de Dieu, cest aussi lidée de toi-même, ainsi que de toutes Ses créations. Lidée du Saint-Esprit ales mêmes propriétés que les autres idées parce quelle obéit auxlois de lunivers dont elle fait partie. Elle est renforcée en étantdonnée. Elle augmente en toi quand tu la donnes à ton frère. Tonfrère na pas à être conscient du Saint-Esprit en lui-même ou entoi pour que ce miracle se produise. Peut-être comme toi a-t-ildissocié lAppel pour Dieu. Cette dissociation est guérie en vousdeux quand tu prends conscience de lAppel pour Dieu en lui, etreconnais ainsi Son être. Il y a deux façons diamétralement opposées de voir ton frère. Les deux doivent être dans ton esprit parce que tu es celui quiperçoit. Elles doivent aussi être dans le sien parce que cest luique tu perçois. Vois-le par le Saint-Esprit dans son esprit, et tuLe reconnaîtras dans le tien. Ce que tu reconnais en ton frère, tule reconnais en toi; et ce que tu partages, tu le renforces. La Voix du Saint-Esprit est faible en toi. Cest pourquoi tu doisLa partager. Sa force doit dabord être augmentée avant que tupuisses Lentendre. Il est impossible de Lentendre en toi-mêmetant quElle est si faible dans ton esprit. Elle nest pas faible enElle-même, mais Elle est limitée par ton indésir de Lentendre. Situ fais lerreur de chercher le Saint-Esprit en toi seul, tes penséesteffraieront parce que, en adoptant le point de vue de lego, tu en-treprends un voyage qui est étranger à lego avec lego commeguide. Cela ne peut pas manquer de produire la peur. Les retards sont de lego, parce que le temps est son concept. Ni le temps ni les retards nont de signification dans léternité. Jai dit plus tôt que le Saint-Esprit était la Réponse de Dieu à lego. Tout ce que le Saint-Esprit te rappelle est en opposition directeavec les notions de lego, parce que les perceptions vraies et faussessont elles-mêmes opposées. Le Saint-Esprit a pour tâche de défairece que lego a fait. Il le défait au niveau même où opère lego, sinonlesprit serait incapable de comprendre le changement. Jai souligné à maintes reprises quun niveau de lesprit nestpas compréhensible à un autre. Il en va ainsi de lego et du Saint-Esprit; du temps et de léternité. Léternité est une idée de Dieu,ainsi le Saint-Esprit la comprend-Il parfaitement. Le temps estune croyance de lego, ainsi la partie inférieure de lesprit, qui estle domaine de lego, laccepte-t-elle sans poser de questions. Leseul aspect du temps qui soit éternel est maintenant.
  • Le Saint-Esprit est le Médiateur entre les interprétations delego et la connaissance du pur-esprit. Son aptitude à user dessymboles Lui permet de travailler avec les croyances de lego dansson propre langage. Son aptitude à regarder au-delà des sym-boles jusque dans léternité Lui permet de comprendre les lois deDieu, pour lesquelles Il parle. Il peut donc accomplir la fonctionqui consiste à réinterpréter ce que lego fait, non pas en détruisantmais en comprenant. La compréhension est lumière, et la lumièreconduit à la connaissance. Le Saint-Esprit est en lumière parcequil est en toi qui es lumière, mais toi tu ne connais pas cela. Cestdonc la tâche du Saint-Esprit de te réinterpréter au nom de Dieu. Tu ne peux pas te comprendre seul. Cest que tu ne signifiesrien à part de ta juste place dans la Filialité, et la juste place de laFilialité est Dieu. Cest cela ta vie, ton éternité et ton Soi. Cestcela que le Saint-Esprit te rappelle. Cest cela que le Saint-Espritvoit. Cette vision effraie lego parce quelle est si calme. La paixest le plus grand ennemi de lego parce que, selon son interpré-tation de la réalité, la guerre est la garantie de sa survie. Legodevient fort dans la dissension. Si tu crois quil y a dissension, turéagiras avec méchanceté, parce que lidée de danger est entréedans ton esprit. Lidée elle-même est un appel à lego. Le Saint-Esprit est aussi vigilant que lego face à lappel du danger, luiopposant Sa Force tout comme lego lui fait a c c u e i l . Pour allerà lencontre de cet accueil, le Saint-Esprit accueille la paix. Léter-nité et la paix sont aussi étroitement reliées que le sont le tempset la guerre. La perception tire une signification des relations. Celles quetu acceptes sont les fondements de tes croyances. La séparationnest quun autre terme pour un esprit divisé. Lego est le sym-bole de la séparation, tout comme le Saint-Esprit est le symbolede la paix. Ce que tu perçois en autrui, tu le renforces en toi-même. Tu peux laisser ton esprit malpercevoir, mais le Saint-Esprit laisse ton esprit réinterpréter ses propres malperceptions. Le Saint-Esprit est le parfait Enseignant. Il utilise seulementce que ton esprit comprend déjà pour tenseigner que tu ne le com-prends pas. Le Saint-Esprit sait sy prendre avec un apprenantrécalcitrant sans aller à lencontre de son esprit, parce quune par-tie de celui-ci est encore pour Dieu. En dépit des tentatives delego pour la dissimuler, cette partie est encore beaucoup plusforte que lego, même si lego ne la reconnaît pas. Le Saint-Espritla reconnaît parfaitement parce quelle est Sa Propre demeure;
  • le lieu dans lesprit où Il est chez Lui. Toi aussi, tu es là chez toi,parce que cest un lieu de paix, et la paix est de Dieu. Toi qui faispartie de Dieu, tu nes pas chez toi, sauf dans Sa paix. Si la paixest éternelle, tu nes chez toi que dans léternité. Lego a fait le monde comme il le perçoit, mais le Saint-Esprit,Qui réinterprète ce que lego a fait, voit le m o n d e comme unmécanisme denseignement pour te ramener chez toi. Le Saint-Esprit doit percevoir le temps, et le réinterpréter en lintemporel. Il doit travailler avec des opposés, parce quil doit travailler avecet pour un esprit qui est en opposition. Corrige et apprends, etsois ouvert à lapprentissage. Tu nas pas fait la vérité, mais lavérité peut encore te rendre libre. Regarde comme le Saint-Espritregarde; comprends comme Il comprend. Sa compréhension seretourne vers Dieu en mémoire de moi. Il est toujours en com-munion avec Dieu, et Il fait partie de toi. Il est ton Guide vers lesalut, parce quil tient la mémoire des choses passées et à venir,et les amène au présent. Il tient doucement cette joie dans tonesprit, te demandant seulement de laugmenter en Son Nom, enla partageant afin daugmenter Sa joie en toi. IV. Enseigner et guérir Ce que la peur a caché fait encore partie de toi. Se joindre àlExpiation est la voie qui mène hors de la peur. Le Saint-Esprittaidera à réinterpréter tout ce que tu perçois comme apeurant,et Il tenseignera que seul est vrai ce qui est aimant. La vérité estau-delà de ton aptitude à détruire, mais elle est entièrement à laportée de ton aptitude à accepter. Elle tappartient parce que,étant une extension de Dieu, tu las créée avec Lui. Elle est à toiparce quelle fait partie de toi, tout comme tu fais partie de Dieuparce quil ta créé. Rien de ce qui est bon ne peut être perduparce que cela vient du Saint-Esprit, la Voix pour la création. Riende ce qui nest pas bon ne fut jamais créé et ne peut donc êtreprotégé. LExpiation est la garantie de la sécurité du Royaume, etlunion de la Filialité est sa protection. Lego ne saurait prévaloircontre le Royaume parce que la Filialité est u n i e . En présencede ceux qui entendent lAppel du Saint-Esprit à nêtre quun,lego sévanouit et est défait. Ce que lego fait, il le garde pour lui; ainsi il est sans force. Sonexistence nest pas partagée. Il ne meurt pas; il nest simplement
  • jamais né. La naissance physique nest pas un commencement,cest une continuation. Tout ce qui continue est déjà né. Celaaugmente quand tu es désireux de rendre la partie de ton espritqui nest pas guérie à la partie supérieure, le rendant indivisé àla création. Je suis venu pour te donner le fondement, afin quetes propres pensées puissent te rendre vraiment libre. Tu as portéle fardeau didées non partagées qui sont trop faibles pour aug-menter, mais les ayant faites tu ne savais pas comment les défaire. Tu ne peux pas annuler seul tes erreurs passées. Elles ne dis-paraîtront pas de ton esprit sans lExpiation, un remède que tunas pas fait. LExpiation doit être comprise comme un pur actede p a r t a g e . Cest ce que je voulais dire lorsque jai dit quil estpossible même dans ce monde découter une seule V o i x . Si tufais partie de Dieu et que la Filialité est une, tu ne peux pas êtrelimité au soi que voit lego. Toute pensée aimante tenue dans nimporte quelle partie de laFilialité appartient à chaque partie. Elle est partagée parce quelleest aimante. Partager, cest la façon dont Dieu crée, qui est aussila tienne. Lego peut te garder en exil hors du Royaume, maisdans le Royaume même il na aucun pouvoir. Les idées du pur-esprit ne quittent pas lesprit qui les pense, pas plus quelles nepeuvent être en conflit les unes avec les autres. Toutefois, lesidées de lego peuvent être en conflit parce quelles surviennentà différents niveaux et incluent aussi des pensées opposées à unmême niveau. Il est impossible de partager des pensées qui soppo-sent les unes aux autres. Tu ne peux partager que les pensées quisont de Dieu et quA garde pour toi. Or en cela consiste le Royaumedes Cieux. Les autres restent avec toi jusquà ce que le Saint-Esprit les ait réinterprétées à la lumière du Royaume, les rendant,elles aussi, dignes dêtre partagées. Lorsquelles ont été suffisam-ment purifiées, Il te laisse les d o n n e r . Cest la décision de lespartager qui est leur purification. Jai entendu une seule Voix parce que jai compris que je nepouvais pas expier pour moi seul. Écouter une seule Voix im-plique la décision de La partager afin de Lentendre soi-même. LEsprit qui était en moi est encore irrésistiblement attiré verschaque esprit que Dieu a créé, parce que lEntièreté de Dieu estlEntièreté de Son Fils. Tu ne peux pas être blessé, et à ton frèretu ne veux rien montrer, sauf ton entièreté. Montre-lui quil nepeut pas te blesser, et ne lui fais aucun reproche, sinon cest à toi-même que tu le fais. Cest ce que signifie «présenter lautre joue».
  • Lenseignement se fait de plusieurs façons, par-dessus tout endonnant lexemple. Lenseignement devrait être guérison, parceque cest un partage didées, et cest la re-connaissance du faitque partager des idées, cest les renforcer. Je ne peux pas oubliermon besoin denseigner ce que jai appris, qui a surgi en moi parceque je lai appris. Je fais appel à toi pour enseigner ce que tu asappris, parce quen le faisant tu pourras ty fier. Rends-le fiableen mon nom parce que mon nom est le Nom du Fils de Dieu. Ceque jai appris, je te le donne librement, et lEsprit qui était en moise réjouit quand tu choisis de lentendre. Cest en défaisant que le Saint-Esprit expie en nous tous, etainsi lève le fardeau que tu as placé dans ton esprit. En Le sui-vant, tu es reconduit vers Dieu où est ta place; or comment peux-tu trouver le chemin, sauf en emmenant ton frère avec toi ? Monrôle dans lExpiation nest pas complet tant que tu ne ty es pasjoint et ne las pas donnée. Comme tu enseignes, ainsi tu ap-prendras. Jamais je ne te délaisserai ni ne tabandonnerai, parcequen tabandonnant je mabandonnerais moi-même et jaban-donnerais Dieu Qui ma créé. Tu tabandonnes toi-même et tuabandonnes Dieu si tu abandonnes nimporte lequel de tes frères. Tu dois apprendre à les voir tels quils sont, et comprendre quilsappartiennent à Dieu comme toi. Comment pourrais-tu mieuxtraiter ton frère quen rendant à Dieu ce qui est à Dieu? LExpiation te donne le pouvoir dun esprit guéri, mais le pou-voir de créer est de Dieu. Par conséquent, ceux qui ont été par-donnés doivent se dévouer dabord à la guérison, parce quayantreçu lidée de la guérison ils doivent la donner pour la garder. Leplein pouvoir de la création ne peut pas être exprimé aussi long-temps quune seule des idées de Dieu est refusée au Royaume. La volonté conjointe de la Filialité est le seul créateur capablede créer comme le Père, parce que seuls ceux qui sont completspeuvent penser complètement, et rien ne manque à la pensée deDieu. Dans tout ce que tu ne penses pas par le Saint-Esprit, il ya un manque. Comment peux-tu souffrir, toi qui es si saint? Tout ton passéa disparu, sauf sa beauté, et il ne reste rien, quune bénédiction. Jai sauvé toutes tes gentillesses et chaque pensée aimante quetu as jamais Elle. Je les ai purifiées des erreurs qui cachaientleur lumière et les ai gardées pour toi dans leur propre parfaitrayonnement. Elles sont au-delà de la destruction et au-delà dela culpabilité. Elles sont venues du Saint-Esprit en toi, et nous
  • savons que ce que Dieu crée est éternel. Tu peux certes ten alleren paix parce que je tai aimé comme je me suis aimé moi-même. Tu vas avec ma bénédiction et pour ma bénédiction. Tiens-la etpartage-la, afin quelle soit nôtre à jamais. Je place la paix deDieu dans ton cœur et dans tes mains, pour que tu la tiennes etla p a r t a g e s . Le cœur est pur pour la tenir et les mains sont fortespour la d o n n e r . Nous ne pouvons pas p e r d r e . Mon jugementest aussi fort que la sagesse de Dieu, dans le Cœur et les MainsDuquel nous avons l ê t r e . Ses enfants dans leur quiétude sontSes Fils b i e n h e u r e u x . Les Pensées de Dieu sont avec toi. V. Lusage que fait lego de la culpabilité Peut-être que certains de nos concepts deviendront plus clairset prendront une signification plus personnelle si nous clari-fions lusage que fait lego de la culpabilité. Lego a un but, toutcomme le Saint-Esprit. Le but de lego est la peur, parce que seulsceux qui ont peur peuvent être égotistes. La logique de lego estaussi impeccable que celle du Saint-Esprit, parce que ton esprita les moyens à sa disposition de se ranger avec le Ciel ou avecla terre, à son choix. Mais encore une fois, souviens-toi que lesdeux sont en toi. Au Ciel, il ny a pas de culpabilité, parce que le Royaume sat-teint par lExpiation, qui te rend libre de créer. «Créer» est lemot approprié ici, car une fois que ce que tu as fait a été défait parle Saint-Esprit, le résidu béni est restauré et continue donc lacréation. Ce qui est véritablement béni est incapable de susciterla culpabilité et doit susciter la joie. Cela le rend invulnérable àlego parce que sa paix est inattaquable. Il est invulnérable auxperturbations parce quil est entier. La culpabilité est toujoursperturbatrice. Tout ce qui engendre la peur est diviseur parceque cela obéit à la loi de la division. Si lego est le symbole de laséparation, il est aussi le symbole de la culpabilité. La culpabi-lité est plus que simplement pas de Dieu. Cest le symbole delattaque contre D i e u . Voilà un concept totalement in-signifiant,sauf pour lego, mais ne sous-estime pas le pouvoir de la croyanceque lui donne l e g o . Cest de cette croyance que provient en faittoute culpabilité. Lego est la partie de lesprit qui croit en la division. Commentune partie de Dieu pourrait-elle sEn détacher sans croire quelle
  • Lattaque ? Nous avons dit plus tôt que le problème de lautoritéest fondé sur le concept de lusurpation du pouvoir de Dieu. Lego croit que cest ce que tu as fait parce quil croit quil est toi. Si tu tidentifies à lego, tu dois te percevoir toi-même commecoupable. Chaque fois que tu réponds à ton ego, tu éprouves dela culpabilité et tu as peur dêtre puni. Lego est une penséepleine de peur, littéralement. Aussi ridicule que puisse être pourun esprit sain lidée dattaquer Dieu, noublie jamais que legonest pas sain. Il représente un système délirant, et il parle pourlui. Ècouter la voix de lego signifie que tu crois quil est possibledattaquer Dieu et quil est une partie de Lui que tu Lui as arrachée. Sensuit la peur dune riposte venant de lextérieur, parce quela gravité de la culpabilité est si aiguë quelle doit être projetée. Quoi que tu acceptes dans ton esprit, cela sera réel pour toi. Cest ton acceptation qui le rend réel. Si tu intronises lego danston esprit, le fait que tu lui permets dentrer en fait ta réalité. Cest parce que lesprit est capable de créer la réalité ou de fairedes illusions. Jai dit plus tôt que tu dois apprendre à penser avecDieu. Penser avec Lui, cest penser comme Lui. Cela engendrela joie, et non la culpabilité, parce que cest naturel. La culpabi-lité est un signe certain que ta façon de penser nest pas naturelle. Une pensée qui nest pas naturelle sera toujours accompagnéede culpabilité, parce que cest la croyance dans le péché. Legone perçoit pas le péché comme un manque damour mais commeun acte positif dagression. Cela est nécessaire pour la survie delego parce que, dès linstant que tu considéreras le péché commeun manque, tu tenteras automatiquement de remédier à la situa-t i o n . Et tu r é u s s i r a s . Lego voit cela comme une fatalité, maistu dois apprendre à le voir comme la liberté. Lesprit non coupable ne peut pas souffrir. Étant sain, lespritguérit le corps parce quil a été guéri. Lesprit sain ne peut pasconcevoir la maladie parce quil ne peut pas concevoir dattaquerqui que ce soit ou quoi que ce soit. Jai dit plus tôt que la mala-die est une forme de magie. Peut-être vaudrait-il mieux dire quecest une forme de solution magique. Lego croit quen se punis-sant lui-même, il atténuera la punition de Dieu. Or même en celail est arrogant. Il attribue à Dieu une intention punitive, puis ilfait de cette intention sa propre prérogative. Il essaie dusurpertoutes les fonctions de Dieu telles quil les perçoit, parce quilreconnaît que seule une allégeance totale est fiable.
  • Lego ne peut pas plus sopposer aux lois de Dieu que tu ne lepeux, mais il peut les interpréter conformément à ce quil veut,comme tu le peux. Cest pourquoi il faut répondre à la question :«Quest-ce que tu veux?» Tu y réponds à chaque minute et àchaque seconde, et chaque moment de décision est un jugementqui est tout sauf ineffectif. Ses effets suivront automatiquementjusquà ce que la décision soit changée. Souviens-toi, toutefois,que les alternatives sont elles-mêmes inaltérables. Le Saint-Esprit, comme lego, est une décision. Ensemble ils constituenttoutes les alternatives que lesprit peut accepter et auxquelles ilpeut obéir. Le Saint-Esprit et lego sont les seuls choix qui tesoient offerts. Dieu en a créé un, donc tu ne peux pas léradiquer. Tu as fait lautre, donc tu le p e u x . Seul ce que Dieu crée estirréversible et inchangeable. Ce que tu as fait peut toujours êtrechangé parce que, lorsque tu ne penses pas comme Dieu, en réa-lité tu ne penses pas du t o u t . Les idées délirantes ne sont pas deréelles pensées, bien que tu puisses croire en e l l e s . Mais tu faise r r e u r . La fonction de la pensée vient de Dieu et est en Dieu. Faisant toi-même partie de Sa Pensée, tu ne peux pas penser àpart de Lui. Une pensée irrationnelle est une pensée désordonnée. DieuLui-même ordonne ta pensée parce que ta pensée a été créée parLui. Le sentiment de culpabilité est toujours signe que tu neconnais pas cela. Il montre aussi que tu crois pouvoir penser àpart de Dieu, et que tu veux le faire. Chaque pensée désordon-née saccompagne de culpabilité dès son commencement, etcest la culpabilité qui la maintient dans sa continuité. La culpa-bilité est inéluctable pour ceux qui croient quils ordonnent leurspropres pensées, et doivent donc obéir à leurs diktats. Cela lesfait sentir responsables de leurs erreurs mais sans reconnaîtrequen acceptant cette responsabilité, ils réagissent de manièreirresponsable. Si la seule responsabilité du faiseur de miraclesest daccepter lExpiation pour lui-même, et je tassure que celest, alors la responsabilité de ce qui est expié ne peut pas tin-comber. Le dilemme ne peut être résolu q u e n acceptant lasolution de défaire. Tu serais responsable de tous les effets deta pensée fausse si elle ne pouvait pas être défaite. Le but delExpiation est de ne sauver le passé que sous une forme puri-f i é e . Si tu acceptes le remède à la pensée désordonnée, remèdedont lefficacité est au-delà du doute, comment ses symptômespeuvent-ils rester ?
  • Que tu continues dans la décision de rester séparé est la seuleraison possible pour que continue le sentiment de culpabilité. Nous avons déjà dit cela, mais sans insister sur les résultats des-tructeurs de la décision. Toute décision de lesprit affecte à la foisla conduite et lexpérience. Ce que tu veux, tu ty attends. Celanest pas délirant. Ton esprit fait ton avenir, et il le retournera àla pleine création à tout moment sil accepte dabord lExpiation. Il retournera aussi à la pleine création dès linstant quil laurafait. Ayant abandonné sa pensée désordonnée, lordonnancecorrecte de la pensée devient tout à fait apparente. VI. Temps et éternité Dieu en Sa connaissance nattend pas, mais Son Royaume estdépouillé tant que tu attends. Tous les Fils de Dieu attendentton retour, tout comme tu attends le leur. Les retards nont pasdimportance dans léternité, mais ils sont tragiques dans letemps. Tu as choisi dêtre dans le temps plutôt que dans léter-nité, et tu crois donc que tu es dans le temps. Or ton choix est àla fois libre et changeable. Ta place nest pas dans le temps. Taseule place est dans léternité, où Dieu Lui-même ta placé à jamais. Le sentiment de culpabilité préserve le temps. Il induit la peurde la riposte ou de labandon et assure ainsi que le futur seracomme le passé. Voilà la continuité de lego. Elle donne à legoun faux sentiment de sécurité en lui faisant croire que tu ne peuxpas ten échapper. Mais tu peux et tu dois le faire. Dieu toffreen échange la continuité de léternité. Lorsque tu choisis de fairecet échange, tu échanges simultanément la culpabilité contre lajoie, la méchanceté contre lamour et la douleur contre la paix. Mon rôle est seulement de désenchaîner ta volonté pour larendre libre. Ton ego ne peut pas accepter cette liberté et il syopposera à tous les moments possibles et par tous les moyenspossibles. En tant que son faiseur, tu reconnais ce quil peut faireparce que cest toi qui lui en as donné le pouvoir. Souviens-toi toujours du Royaume, et souviens-toi que toi quifais partie du Royaume, tu ne peux pas être perdu. LEsprit quiétait en moi est en toi, car Dieu crée avec une parfaite équité. Laissele Saint-Esprit te rappeler toujours Son équité, et laisse-moi ten-seigner comment la partager avec tes frères. De quelle autrefaçon la chance pourrait-elle têtre donnée de la réclamer pour
  • toi-même ? Les deux voix parlent simultanément pour des inter-prétations différentes de la même chose; ou presque simultané-ment, car lego parle toujours en premier. Les interprétationsalternatives nétaient pas nécessaires jusquà ce que la premièreait été faite. Lego parle en jugement et le Saint-Esprit renverse sa décision,de même quen ce monde une cour supérieure a le pouvoir derenverser les décisions rendues par un tribunal inférieur. Lesdécisions de lego sont toujours fausses, parce quelles sont fon-dées sur lerreur même quelles ont été faites pour soutenir. Riende ce que lego perçoit nest interprété correctement. Non seule-ment lego cite-t-il lÉcriture pour servir ses propres fins mais ilinterprète lÉcriture pour quelle lui serve de témoin. La Bible estune chose effrayante au jugement de lego. La percevant commeeffrayante, il linterprète avec crainte. Ayant peur, tu ne fais pasappel à la Cour supérieure parce que tu crois que son jugementirait aussi contre toi. Il y a de nombreux exemples illustrant combien les interpré-tations de lego peuvent égarer, mais quelques-uns suffiront àmontrer comment le Saint-Esprit peut les réinterpréter à SaPropre lumière. Interprété par Lui : «Ce que lhomme sème, il le récoltera»,signifie que tu cultiveras en toi-même ce que tu considères dignedêtre cultivé. Cest ton jugement de ce qui est digne qui le renddigne pour toi. «À moi la vengeance, dit le Seigneur» est facile à réinterpré-ter si tu te souviens que les idées augmentent seulement en étantpartagées. Lénoncé souligne que la vengeance ne peut pas êtrepartagée. Donne-la donc au Saint-Esprit, Qui la défera en toi parcequelle na pas sa place dans ton esprit, qui fait partie de Dieu. Interprété par lego : «Je punirai les péchés des pères jusquàla troisième et à la quatrième génération » est particulièrementméchant. Cela ne devient plus quune tentative pour garantir lapropre survie de lego. Pour le Saint-Esprit, lénoncé signifie quedes générations plus tard Il peut encore réinterpréter ce que lesgénérations précédentes avaient mal compris et libérer ainsi lespensées de leur aptitude à produire la peur. « Les méchants périssent » devient un énoncé de lExpiation sile mot « périr » est pris au sens d« être défait ». Toute pensée sansamour doit être défaite, un mot que lego ne peut même pascomprendre. Pour lego, être défait signifie être détruit. Lego ne
  • sera pas détruit parce quil fait partie de ta pensée, mais parcequil est incapable de créer et donc de partager, il sera réinter-prété pour te délivrer de la peur. La partie de ton esprit que tuas donnée à lego retournera simplement au Royaume, où tonesprit tout entier a sa place. Tu peux retarder le complètement duRoyaume, mais tu ne peux pas y introduire le concept de la peur. Tu nas pas besoin davoir peur que la Cour supérieure te con-damne. Elle rejettera tout simplement les accusations contretoi. Il ny a pas daccusation qui tienne contre un enfant deDieu, et chaque témoin de la culpabilité des créations de Dieuporte un faux témoignage contre Dieu Lui-même. Fais appelavec joie de tout ce que tu crois à la Propre Cour supérieure deDieu, parce quelle parle pour Lui et donc parle véritablement. Elle rejettera les accusations contre toi, quel que soit le soin quetu as mis à les fabriquer. Les accusations sont peut-être à touteépreuve, mais pas à lépreuve de Dieu. Le Saint-Esprit ne lesentendra pas, parce quil ne peut témoigner que véritablement. Son verdict sera toujours : «À toi appartient le royaume », parcequil ta été donné pour te rappeler ce que tu es. Quand jai dit : «Je suis venu comme une lumière dans lem o n d e » , je voulais dire que je suis venu partager la lumièreavec toi. Souviens-toi que jai parlé du sombre miroir de lego etsouviens-toi aussi que jai dit : «Ne regarde pas là.» Il est tou-jours vrai que cest à toi de décider où tu regardes pour te trou-ver. Ta patience envers ton frère est ta patience envers toi-même. Un enfant de Dieu nest-il pas digne de patience ? Jai montréavec toi une patience infinie parce que ma volonté est Celle denotre Père, de Qui jai appris ce quest la patience infinie. SaVoix était en moi comme Elle est en toi, parlant pour la patienceenvers la Filialité au Nom de son Créateur. Maintenant tu dois apprendre que seule la patience infinieproduit des effets immédiats. Cest ainsi que le temps est échangécontre léternité. La patience infinie fait appel à lamour infiniet, en produisant des résultats maintenant, elle rend le temps nonnécessaire. Nous avons dit à maintes reprises que le temps est unmécanisme dapprentissage qui sera aboli lorsquil ne sera plusutile. Le Saint-Esprit, Qui parle pour Dieu dans le temps, connaîtaussi que le temps est in-signifiant. Il te rappelle cela à chaqueinstant du temps qui passe, parce que Sa fonction particulière estde te ramener à léternité, puis de rester pour y bénir tes créa-tions. Il est la seule bénédiction que tu puisses véritablement
  • donner, parce quil est véritablement béni. Parce quil ta étélibrement donné par Dieu, tu dois Le donner comme tu Las reçu. VII La décision de choisir Dieu Crois-tu réellement pouvoir faire une voix capable de noyerCelle de Dieu? Crois-tu réellement pouvoir concevoir un sys-tème de pensée capable de te séparer de Lui? Crois-tu réelle-ment pouvoir faire des plans pour ta sécurité et ta joie mieux queLui? Tu nas pas besoin dêtre soucieux ni insoucieux; tu as seu-lement besoin de te décharger sur Lui de tous tes soucis, parcequil prend soin de toi. Tu es Son soin parce quil taime. Sa Voixte rappelle toujours que tous les espoirs te sont permis parce quila soin de toi. Tu ne peux pas choisir déchapper à Ses soins parceque telle nest pas Sa Volonté, mais tu peux choisir daccepter Sessoins et dutiliser le pouvoir infini de Sa sollicitude pour tous ceuxquil a créés par elle. Il y eut de nombreux guérisseurs qui ne sétaient pas guériseux-mêmes. Ils nont pas transporté des montagnes par leur foiparce que leur foi nétait pas entière. Certains dentre eux ontparfois guéri les malades, mais ils nont pas ressuscité les morts. À moins que le guérisseur ne se guérisse lui-même, il ne peutpas croire quil ny a pas dordre de difficulté dans les miracles. Il na pas appris que chaque esprit que Dieu a créé est égalementdigne dêtre guéri parce que Dieu la créé entier. Il test simple-ment demandé de rendre à Dieu lesprit tel quil la créé. Il tedemande uniquement ce quil a donné, connaissant que ce donte guérira. La santé desprit est lentièreté, et la santé desprit detes frères est la tienne. Pourquoi écouterais-tu les incessants appels insanes dont tupenses faire lobjet, quand tu peux connaître que la Voix pourDieu est en toi? Dieu ta remis Son Pur-Esprit et Il te demandede Lui remettre le tien. Sa volonté est de le garder dans une paixparfaite, parce que tu es avec Lui dun seul pur-esprit. Texcluretoi-même de lExpiation, cest lultime tentative désespérée de legopour défendre sa propre existence. Cela reflète à la fois le besoinde lego de séparer et ton désir de te ranger avec son état de sépa-ration. Ce désir signifie que tu ne veux pas être guéri. Mais le temps est maintenant. Il ne ta pas été demandé demettre au point toi-même le plan du salut parce que, comme je
  • te lai dit plus tôt, le remède ne pourrait pas être fait par toi. DieuLui-même ta donné la parfaite Correction pour tout ce que tu asfait qui nest pas en accord avec Sa sainte Volonté. Je te rends Sonplan parfaitement explicite; je te dirai aussi quel y est ton rôle etquelle urgence il y a à le remplir. Dieu pleure sur le « sacrifice »de Ses enfants qui se croient perdus pour Lui. Chaque fois que tu nes pas entièrement joyeux, cest que tu asréagi avec un manque damour à lune des créations de Dieu. Per-cevant cela comme un « péché », tu te mets sur la défensive parceque tu tattends à être attaqué. La décision de réagir de cette façontappartient, et elle peut donc être défaite. Elle ne peut pas êtredéfaite par le repentir au sens habituel, parce que cela impliquede la culpabilité. Si tu te permets de te sentir coupable, tu renfor-ceras lerreur plutôt que de lui permettre dêtre défaite pour toi. La décision ne peut pas être difficile. Cela est évident quandtu te rends compte que tu dois déjà avoir décidé de ne pas êtreentièrement joyeux si tu ne les pas. Par conséquent, la premièreétape pour défaire cela consiste à reconnaître que tu as pris acti-vement la mauvaise décision, mais que tu peux tout aussi active-ment prendre une autre décision. Sois très ferme avec toi-mêmelà-dessus et reste pleinement conscient que défaire est un pro-cessus qui ne vient pas de toi mais qui néanmoins est en toi parceque Dieu la placé là. Ton rôle consiste simplement à ramener tapensée au point où lerreur a été faite, puis à la remettre en paixà lExpiation. Dis-toi ce qui suit aussi sincèrement que possible,en te souvenant que le Saint-Esprit répondra pleinement à tamoindre invitation : Jai dû prendre la mauvaise décision, parce que je ne suis pas en paix. Jai pris la décision moi-même, mais je peux aussi prendre une autre décision. Je veux prendre une autre décision, parce que je veux être en paix. Je ne me sens pas coupable, parce que le Saint-Esprit défera toutes les conséquences de ma mauvaise décision si je Le laisse défaire. Je choisis de Le laisser défaire, en Lui permettant de décider de choisir Dieu pour moi.
  • Chapitre 6 LES LEÇONS DE LAMOUR Introduction La relation de la colère à lattaque est évidente, mais la rela-tion de la colère à la peur nest pas toujours aussi apparente. Lacolère comporte toujours la projection de la séparation, qui doitfinalement être acceptée par chacun comme étant sa propre res-ponsabilité plutôt que dêtre rejetée sur les autres. La colère nepeut pas se produire à moins que tu ne croies avoir été attaqué,que ton attaque en retour est justifiée et que tu nen es aucune-ment responsable. Étant donné ces trois prémisses entièrementirrationnelles, la conclusion tout aussi irrationnelle doit suivrequun frère est digne dattaque plutôt que damour. À quoi peut-onsattendre de prémisses insanes, sinon à une conclusion insane ? La façon de défaire une conclusion insane, cest de considérer lajustesse des prémisses sur lesquelles elle repose. Tu ne peux pasêtre attaqué, lattaque na pas de justification et tu es responsablede ce que tu crois. Il ta été demandé de me prendre comme modèle pour apprendre,puisquun exemple extrême est une aide à lapprentissage particu-lièrement utile. Chacun enseigne, et enseigne tout le temps. Cestune responsabilité que tu assumes inévitablement dès linstantque tu acceptes quelque prémisse que ce soit; et personne nepeut organiser sa vie sans quelque système de pensée. Une foisque tu as développé un quelconque système de pensée, tu règlesta vie sur lui et tu lenseignes. Ta capacité de faire allégeance àun système de pensée peut être mal placée, mais cest quandmême une forme de foi et elle peut être redirigée. I. Le message de la crucifixion Considérons encore une fois la crucifixion afin den tirer leçon. Je ne my suis pas attardé plus tôt à cause des connotations apeu-rantes que tu lui associes peut-être. Le seul point sur lequel jaiinsisté jusquà présent, cest quil ne sagissait pas dune formede punition. Toutefois, rien ne peut sexpliquer uniquement de
  • manière négative. Il y a une interprétation positive de la cruci-fixion qui est entièrement dénuée de peur et dont lenseigne-ment, sil est compris correctement, est donc entièrement bénin. La crucifixion nest rien de plus quun exemple extrême. Savaleur, comme la valeur de nimporte quel mécanisme densei-gnement, réside uniquement dans le type dapprentissage quellefacilite. Elle peut être, et elle a été, mal comprise. Cest seule-ment parce que les apeurés sont enclins à percevoir peureuse-ment. Je tai déjà dit que tu pouvais toujours faire appel à moipour partager ma décision et ainsi la renforcer. Je tai dit aussique la crucifixion était le dernier voyage inutile que la Filialitéavait besoin de faire, et quelle représentait la délivrance de lapeur pour quiconque la comprenait. Comme jusquici je nai in-sisté que sur la résurrection, le but de la crucifixion et commentelle a en fait mené à la résurrection nont pas encore été clarifiés. Néanmoins, elle a une contribution bien précise à apporter à tapropre vie et, si tu veux bien la considérer sans peur, elle taideraà comprendre ton propre rôle en tant quenseignant. Pendant des années tu as probablement réagi comme si tu étaiscrucifié. Cest une tendance marquée chez les séparés, qui refu-sent toujours de considérer ce quils se sont fait à eux-mêmes. Projection signifie colère, la colère encourage lassaut et lassautfavorise la peur. La signification réelle de la crucifixion résidedans lapparente intensité de lassaut de quelques-uns des Fils deDieu sur un autre. Cela, bien sûr, est impossible, et doit être plei-nement compris comme étant impossible. Autrement je ne peuxpas servir de modèle pour apprendre. En définitive, il ne peut y avoir dassaut que sur le corps. Il nya guère de doute quun corps peut en assaillir un autre, et peutmême le détruire. Or si la destruction elle-même est impossible,tout ce qui est destructible ne peut être réel. Par conséquent, sadestruction ne justifie pas la colère. Dans la mesure où tu croisquelle le fait, tu acceptes de fausses prémisses et tu les enseignesà autrui. Le message que la crucifixion était censée enseigner,cest quil nest pas nécessaire de percevoir une quelconqueforme dassaut dans la persécution, parce que tu ne peux pas êtrepersécuté. Si tu réponds par la colère, tu dois tassimiler au des-tructible et donc tu te regardes toi-même dune manière insane. Jai expliqué clairement que je suis comme toi et que tu es commemoi, mais notre égalité fondamentale ne peut être démontrée quepar une décision conjointe. Tu es libre de te percevoir comme
  • persécuté si tel est ton choix. Quand tu choisis de réagir ainsi,toutefois, tu devrais te rappeler que jai été persécuté comme lemonde en juge, mais cest une évaluation que je ne partageaispas. Et parce que je ne la partageais pas, je ne lai pas renforcée. Jai donc offert une interprétation différente de lattaque, inter-prétation que je veux partager avec toi. Si tu y crois, tu maide-ras à lenseigner. Comme je lai déjà dit : « Comme tu enseignes, ainsi tu appren-dras. » Si tu réagis comme si tu étais persécuté, tu enseignes lapersécution. Ce nest pas une leçon quun Fils de Dieu devraitvouloir enseigner sil doit se rendre compte de son propre salut. Plutôt, enseigne ta propre parfaite immunité, qui est la vérité entoi, et rends-toi compte quelle ne peut pas être assaillie. Nessaiepas de la protéger toi-même, car ce serait croire quelle peut êtreassaillie. Il ne test pas demandé dêtre crucifié, ce qui faisait par-tie de ma propre contribution à lenseignement. Il test seule-ment demandé, face à des tentations beaucoup moins extrêmesde malpercevoir, de suivre mon exemple et de ne pas les accep-ter comme fausses justifications à la colère. Il ne peut y avoir dejustification à linjustifiable. Ne crois pas quil y en ait, et nen-seigne pas quil y en a. Rappelle-toi toujours que ce que tu crois,tu l e n s e i g n e s . Crois avec moi, et nous deviendrons égaux entant quenseignants. Ta résurrection est ton réveil. Je suis le modèle de la renais-sance, mais la renaissance elle-même nest que lémergencedans ton esprit de ce qui sy trouve déjà. Dieu Lui-même la placélà, ainsi est-ce vrai à jamais. Jai cru en cela, et je lai donc acceptécomme vrai pour moi. Aide-moi à lenseigner à nos frères aunom du Royaume de Dieu, mais dabord crois que cela est vraipour toi, ou tu enseigneras mal. Mes frères dormaient dans lesoi-disant «jardin des supplices», mais je ne pouvais pas être encolère contre eux parce que je connaissais que je ne pouvais pasêtre abandonné. Je suis désolé lorsque mes frères ne partagent pas ma décisionde nentendre quune seule Voix, parce que cela les affaiblit commeenseignants et comme apprenants. Je connais pourtant quils nepeuvent pas réellement se trahir eux-mêmes ni me trahir, et quecest toujours sur eux que je dois bâtir mon église. Il ny a pas dechoix en cela parce quil ny a que toi qui puisses être le fonde-ment de léglise de Dieu. Une église se trouve là où il y a un autel,et cest la présence de lautel qui rend léglise sainte. Une église
  • qui ninspire pas lamour a un autel caché qui ne sert pas le butque Dieu lui destinait. Je dois fonder Son église sur toi, parce queceux qui macceptent pour modèle sont littéralement mes disciples. Les disciples sont ceux qui suivent, et si le modèle quils suiventa choisi de leur épargner la douleur sous tous les rapports, ilsseraient mal avisés de ne pas le suivre. Jai choisi, pour ton bien et pour le mien, de démontrer que las-saut le plus monstrueux, tel que lego en juge, na aucune impor-tance. Selon le jugement que le monde porte sur ces choses, maispoint selon la connaissance que Dieu en a, jai été trahi, aban-donné, battu, déchiré et finalement tué. Il était clair que cétaituniquement à cause de la projection des autres sur moi, puisque jenavais nui à personne et nombreux étaient ceux que javais guéris. Nous sommes encore égaux en tant quapprenants, quoiquenous nayons pas besoin davoir des expériences égales. Le Saint-Esprit se réjouit quand tu peux apprendre des miennes, et parelles être réveillé à nouveau. Cest leur seul but, et cest la seulefaçon pour moi dêtre perçu comme la voie, la vérité et la vie. Quand tu entends une seule Voix, tu nes jamais appelé à fairedes sacrifices. Au contraire, en étant capable dentendre le Saint-Esprit en autrui, tu peux apprendre des expériences de lautre eten tirer profit sans en faire toi-même lexpérience directe. Laraison en est que le Saint-Esprit est un, et quiconque écoute estinévitablement porté à démontrer Sa voie pour tous. Tu nes pas persécuté, pas plus que je ne létais. Il ne test pasdemandé de répéter mes expériences parce que le Saint-Esprit,Que nous partageons, rend cela non nécessaire. Pour utiliser mesexpériences de façon constructive, toutefois, tu dois encore suivremon exemple dans la manière dont tu les perçois. Mes frèreset les tiens sont constamment occupés à justifier linjustifiable. Ma seule leçon, que je dois enseigner comme je lai apprise, estquaucune perception qui est en désaccord avec le jugement duSaint-Esprit ne peut être justifiée. Jai entrepris de montrer quecela était vrai dans un cas extrême, simplement parce que celaserait une bonne aide à lenseignement pour ceux dont la tenta-tion de céder à la colère et à lassaut ne serait pas aussi extrême. Jai la volonté avec Dieu quaucun de Ses Fils nait à souffrir. La crucifixion ne peut pas être partagée parce que cest le sym-bole de la projection; mais la résurrection est le symbole dupartage parce que le réveil de chaque Fils de Dieu est nécessaire
  • pour permettre à la Filialité de connaître son Entièreté. Seul celaest la connaissance. Le message de la crucifixion est parfaitement clair : Nenseigne que lamour, car cest ce que tu es. Si tu interprètes la crucifixion de toute autre façon, tu lutilisescomme une arme dassaut plutôt que comme lappel à la paixquelle était censée être. Les apôtres lont souvent mal comprise,et pour la même raison que quiconque la comprend mal. Leurpropre amour imparfait les rendait vulnérables à la projection, etcest leur propre peur qui les a fait parler de la « colère de Dieu »comme arme de Sa vengeance. Ils ne pouvaient pas non plusparler de la crucifixion tout à fait sans colère, parce que leur sen-timent de culpabilité les avait mis en colère. Voici quelques exemples de pensée sens dessus dessous dansle Nouveau Testament, bien que son évangile ne soit en réalitéquun message damour. Si les apôtres ne sétaient pas sentiscoupables, ils nauraient jamais pu me citer ainsi : «Je ne suis pasvenu apporter la paix, mais lépée. » Il est clair que cest lopposéde tout ce que jai enseigné. Ils nauraient pas pu non plus dé-crire mes réactions envers Judas comme ils lont fait sils mavaientréellement compris. Je naurais pas pu dire : «Cest par un bai-ser que tu trahis le Fils de lhomme ? », à moins de croire en la tra-hison. Tout le message de la crucifixion était simplement que jeny croyais pas. La «punition» que je suis censé avoir appelée surJudas est une erreur du même genre. Judas était mon frère ainsiquun Fils de Dieu, qui faisait partie de la Filialité autant que moi. Était-il vraisemblable que je le condamne alors que jétais prêtà démontrer que la condamnation est impossible ? Quand tu lis les enseignements des apôtres, rappelle-toi queje leur ai dit moi-même quil y avait bien des choses quils com-prendraient plus tard, parce quils nétaient pas entièrement prêtsà me suivre à ce moment-là. Je ne veux pas que tu permettes àquelque peur que ce soit dentrer dans le système de pensée verslequel je te guide. Je ne demande pas des martyrs mais des en-seignants. Nul nest puni pour des péchés, et les Fils de Dieu nesont pas des pécheurs. Tout concept de punition comporte la pro-jection du blâme et renforce lidée que le blâme est justifié. Lerésultat est une leçon de blâme, car toute conduite enseigne lescroyances qui lont motivée. La crucifixion a été le résultat de
  • deux systèmes de pensée clairement opposés; le parfait symboledu «conflit» entre lego et le Fils de Dieu. Ce conflit semble toutaussi réel maintenant, et ses leçons doivent être apprises main-tenant comme alors. Je nai pas besoin de gratitude, mais tu as besoin de dévelop-per ton aptitude à être reconnaissant, qui est affaiblie, sinon tu nepeux pas apprécier Dieu. Il na pas besoin que tu Lapprécies,mais toi, si. Tu ne peux pas aimer ce que tu napprécies pas, carla peur rend impossible dapprécier. Quand tu as peur de ce quetu es, tu ne lapprécies pas et par conséquent tu le rejettes. Avecpour résultat que tu enseignes le rejet. Le pouvoir des Fils de Dieu est présent tout le temps, parcequils ont été créés créateurs. Linfluence quils ont les uns sur lesautres est sans limites et doit être utilisée pour leur salut conjoint. Chacun doit apprendre à enseigner que toutes les formes de rejetsont in-signifiantes. La séparation est la notion de rejet. Aussilongtemps que tu enseignes cela, tu y croiras. Ce nest pas ainsique Dieu pense, et tu dois penser comme Il pense si tu veux Leconnaître de nouveau. Rappelle-toi que le Saint-Esprit est le Lien de Communicationentre Dieu le Père et Ses Fils séparés. Si tu écoutes Sa Voix, tuconnaîtras que tu ne peux ni blesser ni être blessé, et quils sontnombreux à avoir besoin de ta bénédiction pour les aider à en-tendre cela par eux-mêmes. Quand tu ne perçois que ce besoinen eux, et ne réponds plus à aucun autre, alors tu tes mis à monécole et tu as aussi hâte que moi de partager ce que tu as appris. II. Lalternative à la projection Toute division dans lesprit doit comporter le rejet dune par-tie de lui, et cest cela qui est la croyance en la séparation. LEntièreté de Dieu, qui est Sa paix, ne peut être appréciée quepar un esprit entier qui reconnaît lEntièreté de la création deDieu. Par cette re-connaissance, il connaît son Créateur. Exclu-sion et séparation sont synonymes, comme le sont séparation etdissociation. Nous avons dit plus tôt que la séparation était etest une dissociation, et quune fois quelle sest produite la pro-jection devient sa principale défense, ou le mécanisme qui la faitdurer. Toutefois, la raison nest peut-être pas aussi évidente quetu le penses.
  • Ce que tu projettes, tu le désavoues, et tu ne crois donc pas quece soit à toi. Tu texclus toi-même par le jugement même que tues différent de celui sur qui tu projettes. Puisque tu as aussi jugéet rejeté ce que tu projettes, tu continues à lattaquer parce quetu continues à le garder séparé. En faisant cela inconsciemment,tu essaies de garder loin de ta conscience le fait que tu tes atta-qué toi-même, et tu timagines ainsi que tu tes mis en sécurité. Or la projection te blessera toujours. Elle renforce ta croyanceen ton propre esprit divisé, et son seul but est de faire durer laséparation. Cest uniquement un mécanisme de lego pour te fairesentir différent de tes frères et séparé deux. Lego le justifie enalléguant que cela te fait paraître «meilleur» queux, ce qui obs-curcit encore davantage ton égalité avec eux. La projection etlattaque sont inévitablement reliées, parce que la projectionest toujours un moyen de justifier lattaque. La colère sans pro-jection est impossible. Lego nutilise la projection que pourdétruire ta perception à la fois de toi-même et de tes frères. Leprocessus commence par exclure quelque chose qui existe en toimais que tu ne veux pas, et conduit directement à texclure toi-même de tes frères. Toutefois, nous avons appris quil y a une alternative à la pro-jection. Chaque aptitude de lego a un meilleur usage, parce queses aptitudes sont dirigées par lesprit, qui a une meilleure Voix. Le Saint-Esprit étend et lego projette. Comme leurs buts sontopposés, ainsi le sont leurs résultats. Le Saint-Esprit commence par te percevoir comme étant par-fait. Connaissant que cette perfection est partagée, Il la reconnaîten lautre, la renforçant ainsi en vous deux. Au lieu de la colère,cela suscite lamour pour les deux, parce que cela établit linclu-sion. Percevant légalité, le Saint-Esprit perçoit des besoinségaux. Automatiquement, cela invite lExpiation, parce quelExpiation est le seul besoin dans ce monde qui soit universel. Tepercevoir toi-même de cette façon, cest la seule façon de trouverle bonheur dans le monde. Cest parce quainsi tu reconnais quetu nes pas dans ce monde, car le monde est malheureux. Comment peux-tu trouver la joie dans un lieu sans joie, saufen te rendant compte que tu nes pas là ? Tu ne peux être nullepart où Dieu ne ta pas mis, et Dieu ta créé comme partie de Lui. Cela est à la fois où tu es et ce que tu es. Cest complètementinaltérable. Cest linclusion totale. Tu ne peux pas le changerni maintenant ni jamais. Cest vrai à jamais. Ce nest pas une
  • croyance, mais un Fait. Tout ce que Dieu a créé est aussi vrai quillest. Sa vérité réside seulement dans sa parfaite inclusion en LuiQui seul est p a r f a i t . Nier cela, cest te nier toi-même et Le nier,Lui, puisquil est impossible daccepter lun sans lautre. La parfaite égalité de la perception du Saint-Esprit est le refletde la parfaite égalité de la connaissance de Dieu. La perceptionde lego na pas déquivalent en Dieu, mais le Saint-Esprit demeurele Pont entre la perception et la connaissance. En te permettantdutiliser la perception dune manière qui reflète la connaissance,tu finiras par ten souvenir. Lego préférerait croire que ce sou-venir est impossible, or cest ta perception que guide le Saint-Esprit. Ta perception finira où elle a commencé. Toutes chosesse rencontrent en Dieu, parce que toutes choses ont été créées parLui et en Lui. Dieu a créé Ses Fils en étendant Sa Pensée, tout en retenantdans Son Esprit les extensions de Sa Pensée. Ainsi, toutes SesPensées sont parfaitement unies en elles-mêmes et les unes avecles autres. Le Saint-Esprit te permet de percevoir cette entièretémaintenant. Dieu ta créé pour créer. Tu ne peux pas étendre SonRoyaume jusquà ce que tu connaisses ce quest son entièreté. Les pensées commencent dans lesprit du penseur, et de là vontvers lextérieur. Cest aussi vrai de la Pensée de Dieu que de latienne. Parce que ton esprit est divisé, tu peux aussi bien perce-voir que penser. Or la perception ne peut pas échapper aux loisfondamentales de lesprit. Tu perçois à partir de ton esprit ettu projettes tes perceptions à lextérieur. Bien que toute espècede perception soit irréelle, cest toi qui las faite et le Saint-Espritpeut donc en faire bon usage. Il peut inspirer la perception et laconduire vers Dieu. Cette convergence paraît très éloignée dansle futur pour la seule raison que ton esprit nest pas parfaitementaligné sur cette idée et quil ne la veut pas maintenant. Le Saint-Esprit utilise le temps, mais Il ny croit pas. Venantde Dieu, Il utilise tout pour le bien, mais Il ne croit pas en ce quinest pas vrai. Puisque le Saint-Esprit est dans ton esprit, tonesprit peut aussi croire seulement ce qui est vrai. Le Saint-Espritne peut parler que pour cela, parce quil parle pour Dieu. Il tedit de retourner à Dieu ton esprit tout entier, parce quil ne Lajamais quitté. Sil ne La jamais quitté, tu as seulement besoinde le percevoir tel quil est pour quil Lui soit retourné. Avoirpleinement conscience de lExpiation, cest donc reconnaître quela séparation ne sest jamais produite. Lego ne peut pas prévaloir
  • contre cela, parce que cest lénoncé explicite que lego ne sestjamais produit. Lego peut accepter lidée que le retour est nécessaire parcequil peut si facilement la faire paraître difficile. Or le Saint-Espritte dit que même le retour nest pas nécessaire, parce que ce quinest jamais arrivé ne peut pas être difficile. Toutefois, tu peuxrendre lidée de retour à la fois nécessaire et difficile. Or il est sû-rement clair que ceux qui sont parfaits nont besoin de rien, et tune peux pas ressentir la perfection comme un accomplissementdifficile, parce que cest ce que tu es. Cest de cette façon que tudois percevoir les créations de Dieu, en ramenant toutes tes per-ceptions sur la seule ligne que voit le Saint-Esprit. Cette ligne estla ligne directe de communication avec Dieu, qui laisse ton espritconverger avec le Sien. Il ny a de conflit nulle part dans cetteperception, parce que cela signifie que toute perception est gui-dée par le Saint-Esprit, Dont lEsprit est fixé sur Dieu. Seul leSaint-Esprit peut résoudre le conflit, parce que seul le Saint-Espritest libre de tout conflit. Il ne perçoit que ce qui est vrai dans tonesprit, et ne Sétend quà ce qui est vrai dans les autres esprits. La différence entre la projection de lego et lextension duSaint-Esprit est très simple. Lego projette pour exclure, et doncpour tromper. Le Saint-Esprit étend en Se reconnaissant Lui-même dans chaque esprit; ainsi Il les perçoit tous ne faisant quun. Rien nest en conflit dans cette perception, parce que tout ce quele Saint-Esprit perçoit est le même. Où quil regarde, Il Se voitLui-même, et parce quil est uni Il offre toujours le Royaume toutentier. Cest lunique message que Dieu Lui a donné et pourlequel Il doit parler, parce que cest ce quil est. La paix de Dieuréside dans ce message; ainsi la paix de Dieu réside en toi. Lagrande paix du Royaume luit à jamais dans ton esprit, mais elledoit rayonner au dehors pour que tu en prennes conscience. Le Saint-Esprit ta été donné avec une parfaite impartialité, etcest seulement en Le reconnaissant impartialement que tu peuxLe reconnaître. Lego est légion, mais le Saint-Esprit est un. Aucunes ténèbres ne demeurent nulle part dans le Royaume,mais ton rôle consiste u n i q u e m e n t à ne permettre à aucunesténèbres de demeurer dans ton propre esprit. Cet alignementsur la lumière est illimité, parce quil est aligné sur la lumière dumonde. Chacun de nous est la lumière du monde, et cest enjoignant nos esprits dans cette lumière que nous proclamons leRoyaume de Dieu ensemble et ne faisant quun.
  • III. Le renoncement à lattaque Comme nous lavons déjà souligné, chaque idée commencedans lesprit du penseur. Par conséquent, ce qui sétend à partirde lesprit est toujours en lui, et cest à ce quil étend quil seconnaît lui-même. «Connaît» est le mot juste ici, parce que leSaint-Esprit tient toujours la connaissance en sécurité dans tonesprit par Sa perception impartiale. En nattaquant rien, Il nepose aucune barrière à la communication de Dieu. Par consé-quent, lêtre nest jamais menacé. Ton esprit pareil à Dieu ne peutjamais être profané. Lego nen a jamais fait partie et jamais ilnen fera partie, mais par lego tu peux entendre et enseigner etapprendre ce qui nest pas vrai. Tu tes enseigné à croire que tunes pas ce que tu es. Tu ne peux pas enseigner ce que tu nas pasappris, et tu renforces en toi ce que tu enseignes parce que tu lepartages. Chaque leçon que tu enseignes, tu lapprends. Cest pourquoi tu dois enseigner une seule leçon. Si tu doistoi-même être libre de tout conflit, tu ne dois apprendre que duSaint-Esprit et nenseigner que par Lui. Tu nes quamour, maisquand tu nies cela, tu fais de ce que tu es quelque chose dont tudois apprendre à te souvenir. Jai dit plus tôt que le message dela crucifixion était : « Nenseigne que lamour, car cest ce que tues. » Cest la seule leçon qui est parfaitement unifiée, parce quecest la seule leçon qui est une. Ce nest quen lenseignant que tupeux lapprendre. «Comme tu enseignes, ainsi tu apprendras.» Si cela est vrai, et ce lest en effet, noublie pas que ce que tu en-seignes tenseigne. Et ce que tu projettes ou étends, tu le crois. La seule sécurité consiste à étendre le Saint-Esprit, parcequen voyant Sa douceur en autrui, ton propre esprit se perçoitlui-même comme totalement incapable de nuire. Une fois quilpeut accepter cela pleinement, il ne voit aucun besoin de se pro-téger. Alors la protection de Dieu se fait jour en lui, lassurantquil est à jamais en parfaite sécurité. Ceux qui sont en parfaitesécurité sont entièrement bénins. Ils bénissent parce quilsconnaissent quils sont bénis. Sans anxiété, lesprit est entière-ment bon, et parce quil étend la bienfaisance, il est bienfaisant. La sécurité est le renoncement complet à lattaque. En cela ilny a pas de compromis possible. Enseigne lattaque sous nim-porte quelle forme et tu las apprise, et elle te blessera. Or cetapprentissage nest pas immortel, et tu peux le désapprendre enne lenseignant point.
  • Puisque tu ne peux pas ne pas enseigner, ton salut est densei-gner lexact opposé de tout ce que croit lego. Cest ainsi que tuapprendras la vérité qui te rendra libre et te gardera libre tandisque dautres lapprendront de toi. La seule façon davoir la paix,cest denseigner la paix. En enseignant la paix, tu dois lap-prendre toi-même, parce que tu ne peux pas enseigner ce que tudissocies encore. Cest la seule façon pour toi de regagner laconnaissance que tu as jetée. Une idée que tu partages, tu doislavoir. Elle séveille dans ton esprit par la conviction de lensei-gner. Tout ce que tu enseignes, tu lapprends. Nenseigne quelamour, et apprends que lamour est à toi et que tu es lamour. IV. La seule Réponse Rappelle-toi que le Saint-Esprit est la Réponse et non la ques-tion. Lego parle toujours en premier. Il est capricieux et il neveut pas le bien de son faiseur. Il croit, et à juste titre, que son fai-seur pourrait lui retirer son soutien à tout moment. Sil voulait tonbien, il sen réjouirait, comme le Saint-Esprit Se réjouira lorsquiltaura ramené chez toi et que tu nauras plus besoin quil te guide. Lego ne se considère pas comme une partie de toi. Là réside sonerreur principale, le fondement de tout son système de pensée. Lorsque Dieu ta créé, Il ta fait partie de Lui. Cest pourquoilattaque est impossible à lintérieur du Royaume. Tu as fait legosans amour, ainsi il ne taime pas. Tu ne pouvais pas rester dansle Royaume sans amour, et puisque le Royaume est lamour, tucrois être sans lui. Cela permet à lego de se considérer commeséparé et à lextérieur de son faiseur, parlant ainsi pour la partiede ton esprit qui croit que tu es séparé et à lextérieur de lEspritde Dieu. Alors lego a soulevé la première question qui ait jamaisété posée, mais à laquelle il ne peut jamais répondre. Cette ques-tion : « Ques-tu ? » fut le commencement du doute. Depuis lors,lego na jamais répondu à aucune question, bien quil en ait sou-levé un grand nombre. Les activités les plus inventives de legonont jamais fait plus quobscurcir la question, parce que tu pos-sèdes la réponse et lego a peur de toi. Tu ne peux pas comprendre le conflit jusquà ce que tu com-prennes pleinement ce fait fondamental : lego ne peut rienconnaître. Le Saint-Esprit ne parle pas en premier, mais Il répondtoujours. Chacun a fait appel à Lui pour avoir de laide à un moment
  • ou à un autre, dune façon ou dune autre, et a trouvé réponse. Puisque le Saint-Esprit répond véritablement, Il répond pour tousles temps, ce qui signifie que chacun possède la réponse maintenant. Lego ne peut pas entendre le Saint-Esprit, mais il croit quunepartie de lesprit qui la fait est contre lui. Il interprète cela commeune justification pour attaquer son faiseur. Il croit que la meil-leure défense est lattaque, et il veut que tu le croies. À moins dele croire, tu ne te rangeras pas de son côté, et lego a terriblementbesoin dalliés, quoique point de frères. Percevant dans tonesprit quelque chose qui lui est étranger, lego se tourne vers lecorps comme allié, parce que le corps ne fait pas partie de toi. Cela fait du corps lami de lego. Cest une alliance franchementfondée sur la séparation. Si tu te ranges avec cette alliance, tuauras peur, parce que tu te ranges avec une alliance de peur. Lego utilise le corps pour conspirer contre ton esprit et, parceque lego se rend compte que son « ennemi » peut leur mettre finà tous les deux en reconnaissant simplement quils ne font paspartie de toi, ils sunissent pour tattaquer ensemble. Cest peut-être la plus étrange de toutes les perceptions, si tu considères ceque cela implique réellement. Lego, qui nest pas réel, tente depersuader lesprit, qui est réel, que lesprit est le mécanismedapprentissage de lego; en outre, que le corps est plus réel quelesprit. Personne dans son juste esprit ne pourrait croire cela, etpersonne dans son juste esprit ne le croit. Entends donc lunique réponse du Saint-Esprit à toutes lesquestions que soulève lego : Tu es un enfant de Dieu, une partieinestimable de Son Royaume, quil a créé comme faisant partiede Lui. Rien dautre nexiste et cela seul est réel. Tu as choisi unsommeil dans lequel tu as fait de mauvais rêves, mais le sommeilnest pas réel et Dieu tappelle à te réveiller. Il ne restera plus riende ton rêve quand tu Lentendras, parce que tu te réveilleras. Tesrêves contiennent beaucoup des symboles de lego, et ils ont jetéla confusion en toi. Or cest uniquement parce que tu dormaiset ne connaissais pas. Quand tu te réveilleras, tu verras la véritéautour de toi et en toi, et tu ne croiras plus dans les rêves parcequils nauront pas de réalité pour toi. Or le Royaume et tout ceque tu as créé là auront une grande réalité pour toi, parce quilssont beaux et vrais. Dans le Royaume, où tu es et ce que tu es est parfaitement cer-tain. Il ny a pas de doute, parce que la première question na jamaisété posée. Ayant enfin reçu sa pleine réponse, elle na jamais été.
  • Seul lêtre vit dans le Royaume, où tout vit en Dieu sans fairequestion. Le temps passé à poser des questions dans le rêve a faitplace à la création et à son éternité. Tu es aussi certain que Dieuparce que tu es aussi vrai que Lui, mais ce qui autrefois était cer-tain dans ton esprit est devenu une simple aptitude à la certitude. Lintroduction des aptitudes dans lêtre fut le commencementde lincertitude, parce que les aptitudes sont des potentialités etnon des accomplissements. Tes aptitudes nont aucune utilité enprésence des accomplissements de Dieu, ainsi que des tiens. Lesaccomplissements sont des résultats qui ont été accomplis. Lorsquils sont parfaits, les aptitudes deviennent in-signifiantes. Il est curieux que ceux qui sont parfaits doivent maintenant êtreperfectionnés. En fait, cest impossible. Rappelle-toi, toutefois,que lorsque tu te mets dans une situation impossible, tu crois quelimpossible est possible. Les aptitudes doivent dabord être développées pour que tupuisses les utiliser. Cela nest pas vrai de tout ce que Dieu a créé,mais cest la solution la plus douce possible pour ce que tu as fait. Dans une situation impossible, tu peux développer tes aptitudesjusquau point où elles peuvent ten faire sortir. Tu as un Guidepour comment les développer, mais tu nas dautre commandantque toi-même. Cela te laisse en charge du Royaume, avec à lafois un Guide pour le trouver et un moyen de le garder. Tu as unmodèle à suivre qui renforcera ton commandement sans jamais lediminuer en aucune façon. Cest donc toi qui gardes la place cen-trale dans ton esclavage imaginaire, ce qui en soi démontre bienque tu nes pas en esclavage. Tu es dans une situation impossible uniquement parce que tupenses que cest possible de lêtre. Tu serais dans une situationimpossible si Dieu te montrait ta perfection et te prouvait que tuétais dans lerreur. Cela démontrerait que ceux qui sont parfaitssont incapables de prendre eux-mêmes conscience de leur per-fection, et se rangerait ainsi avec la croyance que ceux qui ont toutont besoin daide et sont donc sans aide. Voilà le type de «rai-sonnement» auquel lego se livre. Dieu, Qui connaît que Sescréations sont parfaites, ne leur fait pas daffront. Cela seraitaussi impossible que la notion de lego de Lui avoir fait affront. Cest pourquoi le Saint-Esprit ne commande jamais. C o m -mander, cest supposer une inégalité, dont le Saint-Esprit dé-montre linexistence. La fidélité aux prémisses est une loi delesprit, et tout ce que Dieu a créé est fidèle à Ses lois. La fidélité
  • à dautres lois est aussi possible, toutefois, non point parce queles lois sont vraies, mais parce que cest toi qui les as faites. Quyaurait-il de gagné si Dieu te prouvait que tu as pensé de façoninsane ? Dieu peut-Il perdre Sa Propre certitude ? Jai souventdit que tu es ce que tu enseignes. Voudrais-tu que Dieu tenseigneque tu as péché ? SIl confrontait le soi que tu as fait avec lavérité quil a créée pour toi, comment pourrais-tu ne pas avoirpeur? Tu douterais de ton juste esprit, qui est le seul endroit oùtu puisses trouver la santé desprit quil ta donnée. Dieu nenseigne pas. Enseigner, cest supposer un manque, etDieu connaît quil ny en a pas. Dieu nest pas en conflit. Lensei-gnement vise au changement, mais Dieu na créé que linchan-geable. La séparation na pas été une perte de perfection mais unerupture dans la communication. Une forme de communicationrude et stridente surgit comme étant la voix de lego. Elle ne pou-vait pas fracasser la paix de Dieu, mais elle pouvait fracasser latienne. Dieu ne la pas effacée, parce que léradiquer eût été lat-taquer. Etant mis en question, Il ne mit pas en question. Il nefit que donner la R é p o n s e . Sa Réponse est ton Enseignant. V. Les leçons du Saint-Esprit Comme tout bon enseignant, le Saint-Esprit en connaît plusque tu nen connais maintenant, mais Il nenseigne que pour terendre égal à Lui. Tu tétais déjà enseigné faussement, ayant cruce qui nétait pas vrai. Tu ne croyais pas en ta propre perfection. Dieu tenseignerait-Il que tu as fait un esprit divisé, quand Il neconnaît ton esprit quentier ? Ce que Dieu connaît, cest que Sescanaux de communication ne Lui sont pas ouverts, de sorte quilne peut pas impartir Sa joie et connaître que Ses enfants sont en-tièrement joyeux. Donner Sa joie est un processus continu, nondans le temps mais dans léternité. Lextension de Dieu vers lex-térieur, mais non Sa complétude, est bloquée quand la Filialité necommunique pas avec Lui en ne faisant quun. Alors Il a pensé :« Mes enfants dorment et doivent être réveillés. » Comment peux-tu réveiller des enfants plus tendrement quenleur parlant dune Voix douce qui ne les effraiera pas mais leurrappellera simplement que la nuit est finie et que la lumière estvenue? Tu ne les informes pas que les cauchemars qui les ont tel-lement effrayés ne sont pas réels, parce que les enfants croient en
  • la magie. Tu leur donnes simplement lassurance quils sont ensécurité maintenant. Ensuite tu leur apprends à faire la différenceentre dormir et être éveillé, pour leur faire comprendre quilsnont pas besoin davoir peur des rêves. Ainsi, quand viennentde mauvais rêves, ils feront eux-mêmes appel à la lumière pourles dissiper. Un sage enseignant enseigne par lapproche et non par Lévi--ement. Il ninsiste pas sur ce que tu dois éviter pour ne pas teblesser, mais sur ce quil te faut apprendre pour avoir la joie. Pense à la peur et à la confusion quun enfant éprouverait si onlui disait : « Ne fais pas ceci parce que cela va te blesser et te mettreen danger; mais si tu fais cela plutôt, tu éviteras de te blesser, tuseras en sécurité et alors tu nauras pas peur. » Il vaut sûrementmieux nutiliser que ces trois mots : «Fais seulement cela!» Cesimple énoncé est parfaitement clair, facile à comprendre et trèsfacile à retenir. Le Saint-Esprit ne détaille jamais les erreurs parce quil neffraiepas les enfants, et ceux qui manquent de sagesse sont des enfants. Or Il répond toujours à leur appel, et le fait quils peuvent comp-ter sur Lui les rend plus certains. Il est vrai que les enfants confon-dent fantasmes et réalité, et ils sont effrayés parce quils ne font pasla différence. Le Saint-Esprit ne fait pas de distinction entre lesrêves. Il les dissipe simplement. Sa lumière est toujours lAppelau réveil, quel quait été ton rêve. Il ny a rien de durable dans lesrêves, et le Saint-Esprit, Qui rayonne de la lumière de Dieu Lui-même, parle seulement pour ce qui dure à jamais.A. Pour avoir, donne tout à tous Quand ton corps et ton ego et tes rêves auront disparu, tuconnaîtras que tu dureras à jamais. Peut-être penses-tu que celasaccomplit par la mort, mais rien ne saccomplit par la mort,parce que la mort nest rien. Tout saccomplit par la vie, et la vieest de lesprit et dans lesprit. Le corps ne vit ni ne meurt, parcequil ne peut te contenir, toi qui es la vie. Si nous partageons lemême esprit, tu peux vaincre la mort parce que je lai fait. Lamort est une tentative pour résoudre le conflit en ne décidant pas. Comme toute autre solution impossible quessaie lego, elle nemarchera pas. Dieu na pas fait le corps, parce quil est destructible et parconséquent nest pas du Royaume. Le corps est le symbole de ce
  • que tu penses être. Il est clair que cest un mécanisme de sépa-ration; par conséquent, il nexiste pas. Le Saint-Esprit, commetoujours, prend ce que tu as fait et le traduit en mécanisme dap-prentissage. Et comme toujours, Il réinterprète ce que lego uti-lise comme un argument à lappui de la séparation pour faire ladémonstration du contraire. Si lesprit peut guérir le corps, maisque le corps ne peut guérir lesprit, alors lesprit doit être plus fortque le corps. Chaque miracle démontre cela. Jai dit que le Saint-Esprit est la motivation des miracles. Il tedit toujours que seul lesprit est réel, parce que seul lesprit peutêtre partagé. Le corps est séparé; par conséquent, il ne peut pasfaire partie de toi. Être dun m ê m e esprit est signifiant, maisêtre dun même corps est in-signifiant. Selon les lois de lesprit,donc, le corps est in-signifiant. Pour le Saint-Esprit, il ny a pas dordre de difficulté dans lesmiracles. Cela test maintenant assez familier, mais ce nest pasencore devenu crédible. Par conséquent, tu ne le comprends paset tu ne peux pas lutiliser. Nous avons trop à accomplir au nomdu Royaume pour laisser ce concept crucial nous échapper. Cestune véritable pierre angulaire du système de pensée que jen-seigne et que je veux que tu enseignes. Tu ne peux pas faire demiracles sans y croire, parce que cest la croyance en une parfaiteégalité. Seul un don égal peut être offert aux Fils égaux de Dieu,et cest dapprécier pleinement. Rien de plus et rien de moins. Sans une gradation, un ordre de difficulté ne signifie rien, et ilne doit y avoir aucune gradation dans ce que tu offres à ton frère. Le Saint-Esprit, Qui mène à Dieu, traduit la communication enêtre, tout comme Il traduit finalement la perception en connais-sance. Tu ne perds pas ce que tu communiques. Lego utilise lecorps pour lattaque, pour le plaisir et pour lorgueil. Linsanitéde cette perception la rend certes apeurante. Le Saint-Esprit voitle corps uniquement comme un moyen de communication; etparce que la communication est un partage, elle devient com-munion. Peut-être penses-tu que la peur aussi bien que lamourpeut être communiquée; et quelle peut donc être partagée. Orcela nest pas aussi réel quil peut le paraître. Ceux qui commu-niquent la peur favorisent lattaque, et lattaque rompt toujoursla communication, la rendant impossible. Il est vrai que les egose joignent en des allégeances temporaires, mais cest toujours envue de ce que chacun peut obtenir séparément. Le Saint-Espritcommunique seulement ce que chacun peut donner à t o u s . Il ne
  • reprend jamais rien, parce quil veut que tu le g a r d e s . Parconséquent, Son enseignement commence par cette leçon : Pour avoir, donne tout à tous. Cest une étape très préliminaire, et cest la seule que tu doivesentreprendre par toi-même. Il nest même pas nécessaire que tucomplètes létape toi-même, mais il est nécessaire que tu tetournes dans cette direction. Ayant choisi daller dans cette voie,tu te places en charge du voyage, où toi et toi seul dois demeu-rer. Il te semblera peut-être que cette étape exacerbe le conflit aulieu de le résoudre, parce que cest létape initiale pour renver-ser ta perception et la remettre à lendroit. Cela entre en conflitavec la perception sens dessus dessous que tu nas pas encoreabandonnée, sinon le changement de direction naurait pas éténécessaire. Certains demeurent très longtemps sur cette étape,et le conflit est ressenti très intensément. Il se peut quà cestade ils essaient daccepter le conflit plutôt que de passer àlétape suivante menant à sa résolution. Toutefois, ayant fait lepremier pas, ils recevront de laide. Une fois quils ont choisi cequils ne peuvent compléter seuls, ils ne sont plus seuls.B. Pour avoir la paix, enseigne la paix pour lapprendre Tous ceux qui croient en la séparation ont une peur fonda-mentale de la riposte et de labandon. Ils croient en lattaque etle rejet; ainsi cest ce quils perçoivent, enseignent et apprennent. Il est clair que ces idées insanes résultent de la dissociation et dela projection. Ce que tu enseignes, cest ce que tu es, mais il esttrès apparent que tu peux enseigner faussement et que tu peuxdonc tenseigner ce qui est faux. Beaucoup ont pensé que je lesattaquais, même sil était apparent que je ne le faisais pas. Unapprenant insane apprend détranges leçons. Ce que tu doisreconnaître, cest quen ne partageant pas un système de pensée,tu laffaiblis. Par conséquent, ceux qui y croient perçoivent celacomme une attaque dirigée contre eux. Cest que chacun siden-tifie avec son système de pensée, et chaque système de pensée estcentré sur ce que tu crois être. Si le centre du système de pen-sée est vrai, seule la vérité sétend à partir de l u i . Mais si unmensonge est en son centre, seule la tromperie en procède.
  • Tous les bons enseignants se rendent compte que seul unchangement fondamental durera, mais ils ne commencent pas àce niveau. Renforcer la motivation pour le changement est leurbut premier. Cest aussi leur but ultime. Tout ce quun ensei-gnant a besoin de faire pour garantir un changement, cest dac-croître chez lapprenant la motivation pour le changement. Unchangement de motivation est un changement desprit, et il estinévitable que cela produise un changement fondamental parceque lesprit est fondamental. La première étape dans le processus de renversement ou dedéfaire est le défaire du concept dobtention. Conséquemment,la première leçon du Saint-Esprit était : « Pour avoir, donne toutà tous. » Jai dit que cela était susceptible daccroître le conflittemporairement, et nous pouvons maintenant clarifier cela da-vantage. À ce stade, légalité entre avoir et être nest pas encoreperçue. Jusquà ce quelle le soit, il semblera quavoir est lopposéde donner. Par conséquent, la première leçon semble contenir unecontradiction, puisque lesprit qui lapprend est en conflit. Celasignifie quil y a conflit de motivations, et la leçon ne peut doncpas encore être apprise de façon cohérente. De plus, lesprit delapprenant projette son propre conflit et ne perçoit ainsi aucunecohérence dans lesprit des autres, ce qui lui rend suspectes leursmotivations. Voilà réellement pourquoi, à maints égards, la pre-mière leçon est la plus difficile à apprendre. Encore très cons-cient de lego en toi, et répondant principalement à lego en lautre,voilà quil test enseigné à réagir aux deux comme si ce que tucrois nétait pas vrai. Sens dessus dessous comme toujours, lego perçoit la premièreleçon comme étant insane. En fait, il na pas le choix puisque lal-ternative, qui lui serait encore moins acceptable, serait évidem-ment quil est insane. Le jugement de lego, ici comme toujours,est prédéterminé par ce quil est. Le changement fondamentalse produira quand même avec le changement desprit du penseur. Entre-temps, la Voix du Saint-Esprit se faisant de plus en plusclaire, il devient impossible à lapprenant de ne pas écouter. Pourun temps, donc, il reçoit et accepte des messages conflictuels. Dévidence, la voie qui mène hors du conflit entre deux sys-tèmes de pensée opposés, cest den choisir un et de renoncer àlautre. Si tu tidentifies à ton système de pensée, et tu ne peuxpas y échapper, et si tu acceptes deux systèmes de pensée quisont en désaccord complet, la paix de lesprit est impossible. Si tu
  • enseignes les deux, ce que tu feras sûrement aussi longtemps quetu acceptes les deux, tu enseignes le conflit et tu lapprends. Orce que tu veux, cest la paix, sinon tu naurais pas appelé à tonaide la Voix pour la paix. Sa leçon nest pas insane; le conflit lest. Il ne peut pas y avoir conflit entre santé desprit et insanité. Une seule est vraie, donc une seule est réelle. Lego tente de tepersuader que cest à toi de décider quelle voix est vraie, mais leSaint-Esprit tenseigne que la vérité fut créée par Dieu, et que tadécision ne peut la changer. Lorsque tu commences à te rendrecompte du pouvoir tranquille de la Voix du Saint-Esprit, et de Saparfaite constance, il doit aussi commencer à se faire jour dans tonesprit que tu essaies de défaire une décision qui fut prise pour toiirrévocablement. Voilà pourquoi jai suggéré plus tôt que tu te rap-pelles de laisser le Saint-Esprit décider de choisir Dieu pour toi. Il ne test pas demandé de prendre des décisions insanes, quoique tu puisses le penser. Toutefois, cela doit être insane decroire que cest à toi de décider quelles sont les créations de Dieu. Le Saint-Esprit perçoit le conflit exactement tel quil est. Parconséquent, Sa seconde leçon est : Pour avoir la paix, enseigne la paix pour lapprendre. Ceci est encore une étape préliminaire, puisquavoir et être nesont toujours pas assimilés lun à lautre. Toutefois, elle est plusavancée que la première étape, qui nest réellement que le débutdu renversement de la pensée. La seconde étape est une affirma-tion positive de ce que tu veux. Cest donc un pas dans la directionqui mène hors du conflit, puisque cela signifie que les alterna-tives ont été considérées et que lune delles a été choisie commeétant plus désirable. Néanmoins, lexpression « plus désirable »implique encore quil y a des degrés de désirabilité. Par consé-quent, bien que cette étape soit essentielle pour arriver à lultimedécision, il est clair que ce nest pas la dernière. Labsence dunordre de difficulté dans les miracles na pas encore été acceptée,parce que rien nest difficile qui est entièrement désiré. Désirerentièrement, cest créer, et créer ne peut pas être difficile si DieuLui-même ta créé créateur. La seconde étape, donc, bien quelle constitue un pas de géantvers la perception unifiée qui reflète la connaissance de Dieu, estencore une étape perceptuelle. En faisant ce pas et en gardantcette direction, tu te fraies un chemin vers le centre de ton système
  • de pensée, où se produira le changement fondamental. À ladeuxième étape, le progrès est intermittent, mais la deuxièmeétape est plus facile que la première parce quelle suit. De serendre compte quelle doit suivre démontre une conscience deplus en plus grande que le Saint-Esprit te conduira.C. Ne sois vigilant que pour Dieu et Son Royaume Nous avons dit plus tôt que le Saint-Esprit évalue et quil doitle faire. Il fait le tri du vrai et du faux dans ton esprit, et Il ten-seigne à juger chaque pensée à laquelle tu permets dentrer à lalumière de ce que Dieu y a mis. Tout ce qui saccorde avec cettelumière, Il le retient, pour renforcer le Royaume en toi. Ce quisaccorde partiellement avec elle, Il laccepte et le purifie. Maisce qui est en total désaccord avec elle, Il le juge et le rejette. Cestainsi quil garde le Royaume parfaitement cohérent et parfaite-ment unifié. Rappelle-toi, toutefois, que ce que le Saint-Espritrejette, lego laccepte. Cest parce quils sont en désaccord fon-damental sur tout, puisquils sont en désaccord fondamentalsur ce que tu es. Sur cette question cruciale, les croyances delego varient, et cest pourquoi il favorise différentes humeurs. Le Saint-Esprit ne varie jamais sur ce point; par conséquent, laseule humeur quil engendre est la j o i e . Il la protège en rejetanttout ce qui ne favorise pas la joie, et Il est donc le seul à pouvoirte garder entièrement joyeux. Le Saint-Esprit ne tenseigne pas à juger autrui, parce quil neveut pas que tu enseignes lerreur ni lapprennes toi-même. Il neserait guère constant sIl te permettait de renforcer ce que tu doisapprendre à éviter. Dans lesprit du penseur, donc, Il juge, maisdans le seul but dunifier lesprit afin quil puisse percevoir sansjugement. Cela permet à lesprit denseigner sans jugement etdonc dapprendre à être sans jugement. Le défaire est nécessaireuniquement dans ton esprit, afin que tu ne projettes pas au lieudétendre. Dieu Lui-même a établi ce que tu peux étendre enparfaite sécurité. Par conséquent, la troisième leçon du Saint-Esprit est : Ne sois vigilant que pour Dieu et Son Royaume. Cest une étape majeure vers un changement fondamental. Or sy trouve encore un aspect du renversement de la pensée,
  • puisque cela implique quil y a quelque chose contre quoi tu doisêtre vigilant. Elle est très avancée par rapport à la première leçon,qui nest que le commencement du renversement de la pensée,et aussi par rapport à la seconde, qui consiste essentiellementà identifier ce qui est plus désirable. Cette étape, qui suit de laseconde comme la seconde suivait de la première, met laccentsur la dichotomie entre le désirable et lindésirable. Ainsi, ellerend le choix ultime inévitable. Alors que la première étape semble augmenter le conflit et quela seconde peut encore entraîner un conflit dans une certainemesure, cette étape requiert une vigilance constante à lencontredu conflit. Je tai déjà dit que tu peux être aussi vigilant contrelego que pour lui. Cette leçon enseigne non seulement que tu peuxlêtre mais que tu dois lêtre. Elle ne soccupe pas dun ordre dedifficulté, mais de la priorité claire et nette de la vigilance. Cetteleçon est sans équivoque en ce sens quelle enseigne quil ne doity avoir aucune exception, bien quelle ne nie pas que la tentationse présentera de faire des exceptions. Ici, donc, tu devras fairepreuve de cohérence en dépit du chaos. Or, le chaos et la cohé-rence ne peuvent coexister très longtemps, puisquils sexcluentréciproquement. Toutefois, aussi longtemps que tu dois êtrevigilant contre quoi que ce soit, tu ne reconnais pas cette exclu-sion réciproque, et tu crois encore que tu peux choisir lun oulautre. En enseignant quoi choisir, le Saint-Esprit tenseignerafinalement que tu nas pas du tout besoin de choisir. Ainsi tonesprit sera finalement libéré du choix et dirigé vers la créationdans le Royaume. Choisir par le Saint-Esprit te conduira au Royaume. Cest parton être véritable que tu crées, mais tu dois apprendre à te sou-venir de ce que tu es. La façon de ten souvenir est inhérente àla troisième étape, qui réunit les leçons contenues dans les deuxpremières et va au-delà vers lintégration réelle. Si tu te permetsde navoir dans lesprit que ce que Dieu y a mis, tu reconnais tonesprit tel que Dieu la créé. Par conséquent, tu lacceptes tel quilest. Puisquil est entier, tu enseignes la paix parce que tu crois enelle. Le dernier pas, cest encore Dieu Qui le fera pour toi, maisà la troisième étape le Saint-Esprit ta préparé pour Dieu. Il teprépare pour la traduction davoir en être par la nature même desétapes que tu dois faire avec Lui. Tu apprends dabord quavoir repose sur donner et non surobtenir. Ensuite tu apprends que ce que tu enseignes, tu lapprends,
  • et que tu veux apprendre la paix. Telle est la condition pour tiden-tifier avec le Royaume, puisque cest la condition du Royaume. Tuas cru que tu étais sans le Royaume, et dans ta croyance tu tenes donc exclu. Par conséquent, il est essentiel de tenseigner quetu dois être inclus, et que la seule chose à exclure est la croyanceque tu ne les pas. Ainsi, la troisième étape est une protection pour ton esprit, tepermettant de tidentifier seulement avec son centre, où Dieu aplacé lautel à Lui-même. Les autels sont des croyances, mais Dieuet Ses créations sont au-delà de toute croyance parce quils sontau-delà de toute question. La Voix pour Dieu ne parle que pourla croyance au-delà de toute question, qui est la préparation envue dêtre sans aucune question. Tant que ta croyance en Dieu eten Son Royaume est assaillie par quelque doute dans ton esprit,Son parfait accomplissement ne test pas apparent. Cest pour-quoi tu dois être vigilant au nom de Dieu. Lego parle contre Sacréation, et par conséquent il engendre le doute. Tu ne peux pasaller au-delà de la croyance jusquà ce que tu croies pleinement. Denseigner la Filialité tout entière sans exception démontreque tu perçois son entièreté et que tu as appris quelle est une. Maintenant tu dois être vigilant pour garder son unité dans tonesprit parce que si tu laisses entrer le doute, tu perdras consciencede son entièreté et tu seras incapable de lenseigner. Lentièretédu Royaume ne dépend pas de ta perception, mais ta consciencede son entièreté en dépend. Cest seulement ta conscience qui abesoin de protection, puisque lêtre ne peut pas être assailli. Or tune peux pas avoir un réel sentiment dêtre, aussi longtemps que tudoutes de ce que tu es. Cest pourquoi la vigilance est essentielle. Il ne faut pas que des doutes quant à être entrent dans ton esprit,sinon tu ne pourras pas connaître ce que tu es avec certitude. Lacertitude est de Dieu pour toi. La vigilance nest pas nécessairepour la vérité, mais elle est nécessaire contre les illusions. La vérité est sans illusions, donc elle est dans le Royaume. Toutce qui est à lextérieur du Royaume est illusion. Quand tu as jetéla vérité, tu tes vu toi-même comme si tu étais sans elle. En fai-sant un autre royaume auquel tu accordais de la valeur, tu naspas gardé uniquement le Royaume de Dieu dans ton esprit; ainsi,tu as placé une partie de ton esprit à lextérieur du Royaume. Ceque tu as fait a emprisonné ta volonté et ta donné un esprit ma-lade qui doit être guéri. Ta vigilance contre cette maladie est lafaçon de le guérir. Une fois que ton esprit est guéri, il rayonne la
  • santé et par là il enseigne la guérison. Cela tétablit comme unenseignant qui enseigne comme moi. La vigilance était requisede moi autant quelle lest de toi, et ceux qui choisissent densei-gner la même chose doivent être daccord sur ce quils croient. La troisième étape, donc, est lénoncé de ce que tu veux croire,et entraîne le désir de renoncer à tout le reste. Le Saint-Esprit tepermettra de faire ce pas, si tu Le suis. Ta vigilance est le signeque tu veux quil te guide. La vigilance exige un effort, mais seule-ment jusquà ce que tu apprennes que leffort lui-même nest pasnécessaire. Tu as déployé dénormes efforts pour préserver ceque tu as fait parce que ce nétait pas vrai. Par conséquent, cestcontre cela que tu dois maintenant diriger tes efforts. Cela seulpeut annuler le besoin deffort et faire appel à lêtre qui est à lafois ce que tu as et ce que tu es. Cette re-connaissance nexigeabsolument aucun effort puisquil est déjà vrai et na besoin dau-cune protection. Il est dans la parfaite sécurité de Dieu. Parconséquent, linclusion est totale et la création est sans limite.
  • Chapitre 7 LES DONS DU ROYAUME I. Le dernier pas Le pouvoir créateur de Dieu et de Ses créations est illimité,mais ils ne sont pas dans une relation réciproque. Tu commu-niques pleinement avec Dieu, comme Lui avec toi. Cest un pro-cessus continu auquel tu participes, et parce que tu y participestu es inspiré de créer comme Dieu. Or dans la création ta rela-tion à Dieu nest pas réciproque, puisquil ta créé mais que tu neLas pas créé. Je tai déjà dit que ton pouvoir créateur différait duSien sous ce seul rapport. Même en ce monde il y a un parallèle. Les parents donnent naissance à leurs enfants, mais les enfantsne donnent pas naissance à leurs parents. Toutefois, ils donnentnaissance à leurs propres enfants; ainsi ils donnent naissancecomme leurs parents lont fait. Si tu avais créé Dieu et quil tavait créé, le Royaume ne pour-rait pas saugmenter par sa propre pensée créatrice. La créationserait donc limitée, et tu ne serais pas co-créateur avec Dieu. Demême que la Pensée créatrice de Dieu va de Lui vers toi, de mêmeta pensée créatrice doit aller de toi vers tes créations. Cest ainsiseulement que tout pouvoir créateur peut sétendre vers lexté-rieur. Les accomplissements de Dieu ne sont pas les tiens, maisles tiens sont pareils aux Siens. Il a créé la Filialité et tu laug-mentes. Tu as le pouvoir dajouter au Royaume, mais non dajou-ter au Créateur du Royaume. Tu réclames ce pouvoir quand tudeviens vigilant u n i q u e m e n t pour Dieu et Son Royaume. Enacceptant ce pouvoir comme tien, tu as appris à te souvenir de ceque tu es. La place de tes créations est en toi, comme ta place est en Dieu. Tu fais partie de Dieu, comme tes fils font partie de Ses Fils. Créer, cest aimer. Lamour sétend vers lextérieur pour la simpleraison quil ne peut pas être contenu. Étant illimité, il ne sarrêtepas. Il crée à jamais, mais point dans le temps. Les créations deDieu ont toujours été, parce quil a toujours été. Tes créationsont toujours été, parce que tu ne peux créer que comme Dieucrée. Léternité tappartient, parce quil ta créé éternel.
  • De son côté, lego réclame toujours des droits réciproques,parce quil est compétitif plutôt quaimant. Il est toujours dési-reux de faire un marché, mais il ne peut pas comprendre quêtrepareil à autrui signifie quaucun marché nest possible. Pour faireun gain, tu dois donner et non marchander. Marchander, cestlimiter le donner, et telle nest pas la Volonté de Dieu. Vouloiravec Dieu, cest créer comme Lui. Dieu ne limite Ses dons en au-cune façon. Tu es Ses dons; ainsi tes dons doivent être pareils auxSiens. Les dons que tu fais au Royaume doivent être pareils auxdons quil te fait. Je nai donné que lamour au Royaume parce que jai cru quecétait ce que jétais. Ce que tu crois être détermine tes dons, etsi Dieu ta créé en Sétendant Lui-même en tant que toi, tu nepeux tétendre toi-même que comme Il la fait. Seule la joie aug-mente à jamais, puisque la joie et léternité sont inséparables. Dieu Sétend vers lextérieur au-delà de toute limite et au-delàdu temps, et toi qui es co-créateur avec Lui, tu étends SonRoyaume à jamais et au-delà de toute limite. Léternité est lesceau indélébile de la création. Les éternels sont dans la paix etla joie pour toujours. Penser comme Dieu, cest partager Sa certitude quant à ce quetu es; et créer comme Lui, cest partager lAmour parfait quil par-tage avec toi. Cest vers cela que le Saint-Esprit te conduit, afinque ta joie soit complète parce que le Royaume de Dieu est en-tier. Jai dit que Dieu Lui-même ferait le dernier pas dans le nou-veau réveil de la connaissance. Cest vrai, mais cest difficile àexpliquer avec des mots parce que les mots sont des symboles,et rien de ce qui est vrai na besoin dêtre expliqué. Toutefois,le Saint-Esprit a pour tâche de traduire linutile en utile, lin-signifiant en signifiant, et le temporaire en intemporel. Il peutdonc te dire quelque chose au sujet de ce dernier pas. Dieu ne fait pas de pas, parce que Ses accomplissements nesont pas graduels. Il nenseigne pas, parce que Ses créations sontinchangeables. Il ne fait rien en dernier, parce quil a créé le pre-mier et pour toujours. Il faut comprendre que le mot «premier»quand il sapplique à Lui nest pas un concept temporel. Il estpremier en ce sens quil est le Premier à lintérieur même de laSainte Trinité. Il est Premier Créateur, parce quil a créé Ses co-créateurs. Parce quil la fait, le temps ne sapplique ni à Luini à ce quil a créé. Le « dernier pas » que fera Dieu était donc vraiau commencement, est vrai maintenant et sera vrai à jamais. Ce
  • qui est intemporel est toujours là, parce que son être est éter-nellement inchangeable. Il ne change pas en augmentant, parcequil fut créé à jamais pour augmenter. Si tu le perçois commenaugmentant pas, tu ne connais pas ce quil e s t . Tu ne connaispas non plus Celui Qui la c r é é . Dieu ne te révèle pas cela parceque ça na jamais été c a c h é . Sa lumière na jamais été obscur-cie, parce que Sa Volonté est de la p a r t a g e r . Comment ce qui estpleinement partagé peut-il être retenu puis révélé? II. La loi du Royaume Guérir est la seule sorte de pensée en ce monde qui ressembleà la Pensée de Dieu et, à cause des éléments quelles ont en com-mun, qui peut facilement se transférer en elle. Lorsquun frèrese perçoit comme malade, il se perçoit non entier et donc dans lebesoin. Si, toi aussi, tu le vois de cette façon, tu le vois commesil était absent ou séparé du Royaume, et ainsi tu obscurcis leRoyaume lui-même pour vous deux. La maladie et la séparationne sont pas de Dieu, mais le Royaume lest. Si tu obscurcis leRoyaume, tu perçois ce qui nest pas de Dieu. Guérir, donc, cest corriger la perception en ton frère et en toi-même en partageant le Saint-Esprit avec lui. Cela vous placetous les deux à lintérieur du Royaume et rétablit son entièretédans ton esprit. Cest un reflet de la création, parce que cela uni-fie en augmentant et intègre en étendant. Ce que tu projettesou étends est réel pour toi. Cest une loi immuable de lespritdans ce monde comme dans le Royaume. Toutefois, le contenu estdifférent en ce monde, parce que les pensées quelle gouvernesont très différentes des Pensées dans le Royaume. T o u r mainte-nir lordre, il faut que les lois soient adaptées aux circonstances. Telles quelles opèrent en ce monde, les lois de lesprit ont cecide remarquable quen leur obéissant, et je tassure que tu doisleur obéir, tu peux arriver à des résultats diamétralement oppo-sés. Cest que les lois ont été adaptées aux circonstances de cemonde, dans lequel des résultats diamétralement opposés sem-blent possibles parce que tu peux répondre à deux voix qui sonten conflit. À lextérieur du Royaume, la loi qui règne à lintérieur est adap-tée : «Tu crois à ce que tu projettes. » Cest sous cette forme quelleest enseignée, parce quà lextérieur du Royaume apprendre est
  • essentiel. Cette forme implique que cest à ce que tu as projetésur les autres, et par conséquent ce que tu crois quils sont, quetu apprendras ce que tu es. Dans le Royaume il ny a ni enseigne-ment ni apprentissage, parce quil ny a pas de croyance. Il nya que la certitude. Dieu et Ses Fils, en leur sûreté dêtre, connais-sent que tu es ce que tu étends. Cette forme de la loi nest pasadaptée du tout, étant la loi de la création. Dieu Lui-même a crééla loi en créant par elle. Et Ses Fils, qui créent comme Lui, la sui-vent avec joie, connaissant que laugmentation du Royaume endépend, comme leur propre création en dépendait. Pour aider, les lois doivent être communiquées. En fait, ellesdoivent être traduites pour ceux qui parlent des langues diffé-rentes. Néanmoins, un bon traducteur, bien quil doive changerla forme de ce quil traduit, ne change jamais la signification. Defait, son seul but est de changer la forme de façon à conserver lasignification originale. Le Saint-Esprit est le Traducteur des loisde Dieu pour ceux qui ne les comprennent pas. Tu ne pourraispas le faire toi-même parce q u u n esprit en conflit, étant inca-pable de rester fidèle à une seule signification, voudra changer lasignification pour préserver la forme. Le but du Saint-Esprit quand Il traduit est lexact opposé. Il netraduit que pour préserver la signification originale sous tous lesrapports et dans toutes les langues. Par conséquent, Il sopposeà lidée voulant que les différences de forme soient signifiantes,soulignant toujours que ces différences nont pas dimportance. Lasignification de Son message est toujours la même : seule importela signification. Étant de Dieu, la loi de la création ne comportepas lusage de la vérité pour convaincre Ses Fils de la vérité. Lextension de la vérité, qui est la loi du Royaume, repose seule-ment sur la connaissance de ce quest la vérité. Voilà ton héritage,qui ne requiert pas du tout dapprentissage; mais quand tu testoi-même déshérité, tu es devenu apprenant par nécessité. Nul ne met en doute la connexion entre lapprentissage et lamémoire. Sans la mémoire, lapprentissage est impossible puis-quil doit être cohérent pour quon sen souvienne. Cest pour-quoi lenseignement du Saint-Esprit est une leçon de souvenir. Jai déjà dit quil enseigne le souvenir et loubli, mais loubli nesert quà rendre le souvenir cohérent. Tu oublies pour mieux tesouvenir. Tu ne comprends pas Ses traductions tant que tuprêtes loreille à deux façons de les interpréter. Par conséquent,tu dois oublier ou renoncer à lune pour comprendre lautre.
  • Cest la seule façon pour toi dapprendre la cohérence, pourenfin être cohérent. Que peut bien signifier la cohérence parfaite du Royaume pourceux en qui règne la confusion? Il est évident que la confusioninterfère avec la signification; par conséquent, elle empêche lap-prenant de lapprécier. Il ny a pas de confusion dans le Royaume,parce quil y a une seule signification. Cette signification, quivient de Dieu, est Dieu. Parce quelle est aussi toi, tu la partageset tu létends comme le fit ton Créateur. Elle na pas besoin dêtretraduite parce quelle est parfaitement comprise, mais elle abesoin dextension parce quelle signifie lextension. La commu-nication est parfaitement directe et parfaitement unie. Elle esttotalement libre, parce que rien de discordant ny entre jamais. Cest pourquoi elle est le Royaume de Dieu. Elle Lui appar-tient et elle est donc comme L u i . Cest sa réalité, et rien ne peutlattaquer. III. La réalité du Royaume Le Saint-Esprit enseigne une seule leçon et lapplique à tousles individus dans toutes les situations. Étant libre de tout conflit,Il maximise tous les efforts et tous les résultats. En enseignantle pouvoir du Royaume de Dieu Lui-même, Il tenseigne que toutpouvoir tappartient. Peu importe comment il est appliqué. Il esttoujours maximal. Ce nest pas ta vigilance qui létablit commetien, mais elle te permet den user toujours et de toutes les façons. Quand jai dit : «Je suis avec vous tous les jours», je le pensaislittéralement. Je ne suis absent pour personne en aucune situa-tion. Parce que je suis toujours avec toi, tu es la voie, la vérité etla vie. Tu nas pas fait ce pouvoir, pas plus que m o i . Il a été créépour être partagé; par conséquent, il ne peut pas être perçu demanière signifiante comme appartenant à quiconque aux dépensdun a u t r e . Une telle perception le rend in-signifiant en élimi-nant ou en passant sur sa véritable et seule signification. La signification de Dieu attend dans le Royaume, parce quecest là quil la placée. Elle nattend point dans le temps. Ellerepose simplement dans le Royaume parce quelle y est à sa place,comme toi. C o m m e n t , toi qui es la signification de Dieu, peux-tu te percevoir comme en étant absent? Tu ne peux te voir séparéde ta signification quen faisant lexpérience dêtre toi-même irréel.
  • Cest pourquoi lego est insane : il enseigne que tu nes pas ceque tu es. Cela est tellement contradictoire que cest clairementimpossible. Cest donc une leçon que tu ne peux pas réellementapprendre, et que tu ne peux donc pas réellement enseigner. Ortu enseignes toujours. Par conséquent, ce doit être que tu en-seignes autre chose, même si lego ne sait pas ce que c e s t . Lego,donc, est toujours en train dêtre défait, et il doute de tes motifs. Ton esprit ne peut pas être unifié en faisant allégeance à lego,parce que lesprit ne lui appartient p a s . Or ce qui est «traître»à lego est fidèle à la p a i x . «Lennemi» de lego est donc ton ami. Jai dit plus tôt que lami de lego ne faisait pas partie de toi,parce que lego se perçoit lui-même en guerre et ayant doncbesoin dalliés. Toi qui nes pas en guerre, tu dois chercher desfrères et reconnaître tous ceux que tu vois pour des frères, parceque seuls sont en paix ceux qui sont égaux. Parce que les Filségaux de Dieu ont tout, ils ne peuvent pas se faire concurrence. Or sils perçoivent nimporte lequel de leurs frères comme étantnimporte quoi dautre que leur égal en tout, lidée de concur-rence est entrée dans leur esprit. Ne sous-estime pas le besoinpour toi dêtre vigilant contre cette idée, parce que cest delle queviennent tous tes conflits. Cest la croyance que des intérêtsconflictuels sont possibles, et tu as donc accepté limpossible pourvrai. Cela ne revient-il pas à dire que tu te perçois toi-mêmecomme irréel? Être dans le Royaume, cest simplement de concentrer touteton attention sur lui. Aussi longtemps que tu crois pouvoir prê-ter attention à ce qui nest pas vrai, tu acceptes le conflit pour tonchoix. Est-ce réellement un choix? En apparence, oui, mais ap-parence et réalité ne sont guère la même chose. Les apparencesne te concernent pas, toi qui es le Royaume. La réalité est tienneparce que tu es la réalité. Voilà comment avoir et être sont fina-lement réconciliés, non dans le Royaume mais dans ton esprit. Lautel qui est là est la seule réalité. Lautel est parfaitement clairen pensée, parce que cest un reflet de la Pensée parfaite. Tonesprit juste ne voit que des frères, parce quil ne voit que dans sapropre lumière. Dieu a Lui-même éclairé ton esprit, et par Sa lumière Il le gardeéclairé parce que Sa lumière est ce quest ton esprit. Cela est au-delà de toute question, et quand tu le mets en question, la ré-ponse test donnée. La Réponse défait simplement la questionen établissant le fait que mettre en question la réalité, cest mettre
  • en question de manière in-signifiante. Cest pourquoi le Saint-Esprit ne met jamais en question. Son unique fonction est dedéfaire ce qui fait question pour ainsi conduire à la certitude. Ceuxqui sont certains sont parfaitement calmes, parce quils ne sontpas dans le doute. Ils ne soulèvent pas de questions, parce quilnentre rien dans leur esprit qui fasse question. Cela les tientdans une parfaite sérénité, parce que cest ce quils partagent,connaissant ce quils sont. IV. La guérison comme re-connaissance de la vérité La vérité peut seulement être reconnue et il est seulement besoinde la reconnaître. Linspiration est du Saint-Esprit; la certitudeest de Dieu, conformément à Ses lois. Toutes deux, donc, vien-nent de la même Source, puisque linspiration vient de la Voixpour Dieu et que la certitude vient des lois de Dieu. La guérisonne vient pas directement de Dieu, Qui connaît Ses créations par-faitement entières. Or la guérison est toujours de Dieu, parcequelle procède de Sa Voix et de Ses lois. Elle en est le résultat,dans un état desprit qui ne Le connaît pas. Cet état Lui est in-connu et donc nexiste pas, mais ceux qui dorment sont incons-cients. Parce quils sont inconscients, ils ne connaissent pas. Le Saint-Esprit doit œuvrer par toi pour tenseigner quil est entoi. Cest une étape intermédiaire vers la connaissance que tu esen Dieu parce que tu fais partie de Lui. Dans les miracles que leSaint-Esprit inspire, il ne peut y avoir dordre de difficulté, parceque toutes les parties de la création sont dun seul ordre. Cestla Volonté de Dieu et la tienne. Les lois de Dieu établissent celaet le Saint-Esprit te le rappelle. Quand tu guéris, tu te souviensdes lois de Dieu et tu oublies les lois de lego. Jai dit plus tôtque loubli nest quune façon de mieux se souvenir. Ce nest doncpas lopposé de se souvenir, quand il est perçu correctement. Perçu incorrectement, il induit une perception de conflit avecquelque chose dautre, comme le fait toute perception incorrecte. Correctement perçu, il peut être utilisé comme voie menant horsdu conflit, comme peut le faire toute perception correcte. Lego ne veut pas enseigner à tous tout ce quil a appris, parceque cela irait à lencontre de son propre but. Cest pourquoi enréalité il napprend pas du tout. Le Saint-Esprit tenseigne à uti-liser ce que lego a fait pour enseigner lopposé de ce que lego a
  • « appris ». Le genre dapprentissage importe aussi peu que lap-titude particulière qui fut appliquée pour apprendre. Tu as seu-lement besoin de faire leffort dapprendre, car le Saint-Esprit aun but unifié pour leffort. Si des aptitudes différentes sont ap-pliquées assez longtemps dans un seul but, les aptitudes elles-mêmes deviennent unifiées. Cest quelles sont canalisées dansune seule direction, ou dune seule façon. À la fin, donc, ellescontribuent toutes à un seul résultat et ce faisant cest leur simi-litude, plutôt que leurs différences, qui est soulignée. Toutes les aptitudes devraient donc être confiées au Saint-Esprit, Qui comprend comment les utiliser correctement. Il lesutilise seulement pour guérir, parce quil te connaît seulemententier. En guérissant, tu apprends ce quest lentièreté; et en ap-prenant ce quest lentièreté, tu apprends à te souvenir de Dieu. Tu Las oublié, mais le Saint-Esprit comprend que ton oubli doitêtre traduit en une façon de te souvenir. Le but de lego est aussi unifié que celui du Saint-Esprit, et cestpour cela que leurs buts ne pourront jamais être réconciliés enaucune façon ni aucune mesure. Lego cherche toujours à divi-ser et à séparer. Le Saint-Esprit cherche toujours à unifier et àguérir. En guérissant tu es guéri, parce que le Saint-Esprit ne voitpas dordre de difficulté dans la guérison. Guérir est une façonde défaire la croyance dans les différences, étant la seule façon depercevoir la Filialité ne faisant quun. Cette perception est doncen accord avec les lois de Dieu, même dans un état desprit quiest en désaccord avec le Sien. La force de la perception juste estsi grande quelle amène lesprit à saccorder avec le Sien, parcequelle sert Sa Voix, qui est en vous tous. Cest un réel délire de penser que tu peux topposer à laVolonté de Dieu. Lego croit quil le peut, et quil peut te faire ledon de sa propre «volonté». Tu nen veux pas. Ce nest pas undon. Ce nest rien du tout. Le don que Dieu ta fait, cest à la foisce que tu as et ce que tu es. Quand tu ne lutilises pas, tu oubliesque tu las. En ne te souvenant pas, tu ne connais pas ce que tues. Guérir, donc, est une façon dapprocher la connaissance enaccordant ta pensée avec les lois de Dieu et en reconnaissant leuruniversalité. Sans cette re-connaissance, tu as rendu ces loisin-signifiantes pour t o i . Or les lois ne sont pas in-signifiantes,puisque toute signification est contenue par elles et en elles. Cherche premièrement le Royaume des Cieux, parce que cestlà que les lois de Dieu opèrent véritablement, et elles ne peuvent
  • opérer que véritablement parce que ce sont les lois de la vérité. Mais ne cherche que cela, parce que tu ne peux trouver riendautre. Il ny a rien dautre. Dieu est Tout en tous au sens le pluslittéral. Tout être est en Lui Qui est tout Être. Tu es donc en Luipuisque ton être est le Sien. Guérir est une façon doublier le sen-timent de danger que lego a induit en toi, en ne reconnaissantpas son existence en ton frère. Cela renforce le Saint-Esprit envous deux, parce que cest le refus de reconnaître la peur. Lamour na besoin que de cette invitation. Il vient librement àtoute la Filialité, étant ce quest la Filialité. En téveillant à lui,tu ne fais quoublier ce que tu nes p a s . Cela te permet de te sou-venir de ce que tu es. V. Guérison et inchangeabilité de lesprit Le corps nest rien de plus quun cadre pour le développementdes aptitudes, ce qui est tout à fait à part de lusage qui en est fait. Ça, cest une décision. Les effets de la décision de lego à cetégard sont tellement apparents quil nest pas besoin délaborer,mais la décision du Saint-Esprit de nutiliser le corps que pour lacommunication est si étroitement liée à la guérison quil estbesoin de clarifier. Manifestement, le guérisseur non guéri necomprend pas sa propre vocation. Seuls les esprits communiquent. Puisque lego ne peut pasoblitérer limpulsion à communiquer parce que cest aussi lim-pulsion à créer, il peut seulement tenseigner que le corps peutà la fois communiquer et créer, et quil na donc pas besoin delesprit. Ainsi lego essaie de tenseigner que le corps peut agircomme lesprit et par conséquent quil se suffit à lui-même. Ornous avons appris que la conduite nest le niveau ni pour len-seignement ni pour lapprentissage, puisque tu peux agir confor-mément à ce que tu ne crois pas. En faisant cela, toutefois, tutaffaiblis à la fois comme enseignant et comme apprenant parceque, ainsi quil a été maintes fois souligné, cest ce que tu crois quetu enseignes. Une leçon incohérente sera mal enseignée et malapprise. Si tu enseignes à la fois la maladie et la guérison, tu esà la fois un mauvais enseignant et un mauvais apprenant. Guérir est la seule aptitude que chacun puisse et doive déve-lopper, sil veut être guéri. La guérison est la forme de commu-nication du Saint-Esprit en ce monde, et cest la seule quil accepte.
  • Il nen reconnaît pas dautre, parce quil naccepte pas la confu-sion que fait lego entre lesprit et le corps. Les esprits peuventcommuniquer, mais ils ne peuvent blesser. Le corps au servicede lego peut blesser dautres corps, mais cela ne peut pas se pro-duire à moins que le corps nait déjà été confondu avec lesprit. Cette situation aussi peut être utilisée aussi bien pour la guérisonque pour la magie, mais tu dois te souvenir que la magie comportetoujours la croyance que la guérison est nuisible. Cette croyanceest sa prémisse totalement insane, et elle agit en conséquence. La guérison ne fait que fortifier. La magie essaie toujoursdaffaiblir. La guérison ne perçoit rien chez le guérisseur que tousles autres ne partagent avec lui. La magie voit toujours quelquechose de «particulier» chez le guérisseur, dont il croit pouvoirfaire don à quelquun qui ne la pas. Peut-être croit-il que le donlui vient de Dieu, mais il est tout à fait évident quil ne comprendpas Dieu sil pense avoir quelque chose qui manque aux autres. Le Saint-Esprit noeuvre pas au hasard, et la guérison qui vientde Lui opère toujours. À moins que le guérisseur ne guérissetoujours par Lui, les résultats varieront. Or la guérison elle-mêmeest constante, puisque seule la constance est libre de tout conflit,et seuls ceux qui sont libres de tout conflit sont entiers. En ac-ceptant des exceptions et en admettant quil puisse parfois guériret parfois non, le guérisseur, manifestement, accepte lincons-tance. Il est donc en conflit et il enseigne le conflit. Est-il possibleque quelque chose de Dieu ne soit pas pour tous et pour toujours? Lamour est incapable dune quelconque exception. Cest seu-lement sil y a la peur que lidée dexceptions semble être signi-fiante. Les exceptions sont apeurantes parce quelles sont faitespar la peur. « Le guérisseur apeuré » est une contradiction dansles termes, et cest donc un concept que seul un esprit en conflitpourrait percevoir comme signifiant. La peur ne réjouit pas. La guérison, si. La peur fait toujoursdes exceptions. La guérison nen fait jamais. La peur produit ladissociation, parce quelle induit la séparation. La guérison pro-duit toujours lharmonie, parce quelle procède de lintégration. Elle est prévisible parce quon peut compter sur elle. Sur toutce qui est de Dieu lon peut compter, parce que tout de Dieu estentièrement réel. On peut compter sur la guérison parce quelleest inspirée par Sa Voix et est en accord avec Ses lois. Or si la gué-rison est constante, elle ne peut pas être comprise inconstam-m e n t . Compréhension veut dire constance et cohérence, parce
  • que Dieu veut dire constance et c o h é r e n c e . Puisque cest Sa si-gnification, cest aussi la t i e n n e . Ta signification ne peut pas êtreen désaccord avec la Sienne, parce que toute ta signification, etta seule signification, vient de la Sienne et est pareille à la Sienne. Dieu ne peut pas être en désaccord avec Lui-même, et tu ne peuxpas être en désaccord avec L u i . Tu ne peux pas séparer ton Soide ton Créateur, Qui ta créé en partageant Son Être avec toi. Le guérisseur non guéri veut la gratitude de ses frères, mais lui-même na pas de gratitude pour eux. Cest quil pense quil leurdonne quelque chose et quil ne reçoit pas en retour quelquechose daussi désirable. Son enseignement est limité parce quilapprend si peu. Sa leçon de guérison est limitée par sa propreingratitude, qui est une leçon de maladie. Le véritable appren-tissage est constant et son pouvoir de changement est si fortquun Fils de Dieu peut reconnaître son propre pouvoir en un ins-tant et changer le monde linstant suivant. Cest parce quenchangeant desprit, il a changé le plus puissant mécanisme qui luiait jamais été donné pour changer. Cela ne contredit en rien lin-changeabilité de lesprit tel que Dieu la créé, mais tu penses lavoirchangé tant que tu apprends par lego. Cela te place dans uneposition où tu as besoin dapprendre une leçon qui semble contra-dictoire : tu dois apprendre à changer desprit sur ton esprit. Cest la seule façon pour toi dapprendre quil est inchangeable. Quand tu guéris, cest exactement ce que tu apprends. Tu recon-nais lesprit inchangeable en ton frère, en te rendant compte quilnaurait pas pu changer desprit. Cest ainsi que tu perçois leSaint-Esprit en lui. Il ny a que le Saint-Esprit en lui Qui nechange jamais dEsprit. Il pense peut-être lui-même quil peutle faire, sinon il ne se percevrait pas comme malade. Par consé-quent, il ne connaît pas ce quest son Soi. Si tu ne vois que lin-changeable en lui, tu ne las pas réellement changé. En changeantdesprit sur le sien pour lui, tu laides à défaire le changement queson ego pense avoir fait en lui. De même que tu peux entendre deux voix, de même tu peuxvoir de deux façons. Lune te montre une image, ou une idole quetu peux adorer de peur, mais que tu naimeras jamais. Lautre temontre seulement la vérité, que tu aimeras parce que tu la com-prendras. C o m p r e n d r e , cest apprécier, parce que tu peux tiden-tifier à ce que tu comprends et, en en faisant une partie de toi,tu las accepté avec amour. Cest ainsi que Dieu Lui-même tacréé : en te comprenant, en tappréciant et en taimant. Lego est
  • totalement incapable de comprendre cela, parce quil ne com- prend pas ce quil fait, ne lapprécie pas et ne laime pas. Il incor- pore pour enlever. Il croit littéralement que chaque fois quil prive quelquun de quelque chose, lui-même augmente. Jai souvent parlé de laugmentation du Royaume par tes créations, qui ne peuvent être créées que comme tu las été. Toute la gloire et la joie parfaite qui sont le Royaume se trouvent en toi pour être données. Ne veux-tu pas les donner? Tu ne peux pas oublier le Père parce que je suis avec toi, et je ne peux pas Loublier. Moublier, moi, cest toublier toi-même et oublier Celui Qui ta créé. Nos frères sont oublieux. Cest pourquoi ils ont besoin que tu te souviennes de moi et de Celui Qui ma créé. Par ce souvenir, tu peux changer leur esprit sur eux-mêmes, comme je peux changer le tien. Ton esprit est une lumière si puissante que tu peux regarder dans leurs esprits et les éclairer, comme je peux éclairer le tien. Je ne veux pas partager mon corps dans la communion parce que cela est ne rien parta- ger. Est-ce que jessaierais de partager une illusion avec les en-fants très saints dun très saint Père? Or je veux partager mon esprit avec toi parce que nous sommes dun seul Esprit, et cet Esprit est le nôtre. Ne vois que cet Esprit partout parce que cela seul est partout et en t o u t . Il est tout parce quil englobe toutes choses en l u i . Béni sois-tu de ne percevoir que cela, parce que tu ne perçois que ce qui est vrai. Viens donc à moi et apprends ce quest la vérité en toi. Lesprit que nous partageons, tous nos frères le partagent, et quand nous les voyons véritablement ils sont guéris. Laisse ton esprit luire avec le mien sur leurs esprits, et par notre gratitude envers eux les rendre conscients de la lumière en eux. En retour, cette lu- mière luira sur toi et sur la Filialité tout entière, parce que cest le don quil convient pour toi doffrir à Dieu. Il lacceptera et le donnera à la Filialité, parce quil est acceptable pour Lui et donc pour Ses Fils. Cest la véritable communion avec le Saint-Esprit, Qui voit lautel de Dieu en chacun, te le fait apprécier et ainsi tap- pelle à aimer Dieu et Sa création. Tu ne peux apprécier la Filialité que ne faisant quun. Cela fait partie de la loi de la création et donc cela gouverne toute pensée.
  • VI. De la vigilance à la paix Bien que tu ne puisses aimer la Filialité que ne faisant quun,tu peux la percevoir comme fragmentée. Il est impossible, tou-tefois, de voir quelque chose dans lune de ses parties sans lat-tribuer au tout. Cest pourquoi lattaque nest jamais distincte etpourquoi il faut y renoncer entièrement. Si tu ny renonces pasentièrement, tu ny renonces pas du tout. La peur et lamour fontou créent, selon que lego ou le Saint-Esprit les engendre ou lesinspire, mais ils retournent à lesprit du penseur et ils affectent toutesa perception. Cela inclut sa conception de Dieu, de Ses créationset des siennes. Il nappréciera aucun dEux sil Les regarde peu-reusement. Il Les appréciera tous sil Les regarde avec amour. Lesprit qui accepte lattaque ne peut pas aimer. Cest quilcroit pouvoir détruire lamour; par conséquent, il ne comprendpas ce quest lamour. Sil ne comprend pas ce quest lamour, ilne peut pas se percevoir lui-même comme aimant. Cela faitperdre conscience de lêtre, induit un sentiment dirréalité, et enrésulte une confusion extrême. Ta pensée a fait cela à cause deson pouvoir, mais ta pensée peut aussi ten sauver parce que cenest pas toi qui a fait son pouvoir. Ton aptitude à diriger ta pen-sée selon ton choix fait partie de son pouvoir. Si tu ne crois paspouvoir le faire, tu as nié le pouvoir de ta pensée et las ainsi ren-due impuissante dans ta croyance. Lego fait preuve dune énorme ingéniosité pour se préserver,mais elle lui vient de ce même pouvoir de lesprit que lego nie. Cela signifie que lego attaque ce qui le préserve, et il en résulteforcément une extrême anxiété. Voilà pourquoi lego ne reconnaîtjamais ce quil fait. Il est parfaitement logique mais nettementinsane. Lego puise pour son existence à la seule source qui soittotalement hostile à son existence. Ayant peur de percevoir lepouvoir de cette source, il est forcé de le déprécier. Cela menace sapropre existence, un état quil trouve intolérable. Restant logiquemais toujours insane, lego résout ce dilemme complètementinsane dune manière complètement insane. Il ne perçoit pas lamenace pesant sur sa propre existence en projetant cette menacesur toi, et en percevant ton être comme inexistant. Cela assuresa continuité si tu te ranges de son côté, car cest la garantie quetu ne connaîtras pas ta propre sécurité. Lego ne peut pas se permettre de connaître quoi que ce soit. La connaissance est totale, or lego ne croit pas en la totalité. Cette
  • incroyance est son origine et, bien que lego ne taime pas, il estfidèle à ses propres antécédents, et il engendre comme lui-mêmefut engendré. Lesprit reproduit toujours comme il fut produit. Produit par la peur, lego reproduit la peur. Voilà son allé-geance, et cette allégeance le rend traître à lamour parce que tues lamour. Lamour est ton pouvoir, et lego doit le nier. Il doitaussi nier tout ce que ce pouvoir te donne parce quil te donnetout. Nul qui a tout ne veut lego. Son propre faiseur, donc, nele veut p a s . Le rejet est donc la seule décision que lego pour-rait jamais rencontrer, si lesprit qui la fait se connaissait lui-m ê m e . Et sil reconnaissait nimporte quelle partie de la Filialité,il se connaîtrait lui-même. Par conséquent, lego soppose à tout ce qui est apprécier, àtoute re-connaissance, toute perception saine et toute connais-sance. Il perçoit leur menace comme une menace totale, parcequil sent bien que tous les engagements que prend lesprit sonttotaux. Forcé, par conséquent, de se détacher de toi, il est prêt àsattacher à nimporte quoi dautre. Mais il ny a rien dautre. Toutefois, lesprit peut inventer des illusions, et sil le fait ilcroira en elles, parce que cest ainsi quil les a faites. Le Saint-Esprit défait les illusions sans les attaquer, parcequil ne peut pas les percevoir du tout. Par conséquent, ellesnexistent pas pour Lui. Il résout le conflit apparent quelles en-gendrent en percevant le conflit comme in-signifiant. Jai dit plustôt que le Saint-Esprit perçoit le conflit exactement tel quil est,et il est in-signifiant. Le Saint-Esprit ne veut pas que tu com-prennes le conflit; Il veut que tu te rendes compte que, parce quele conflit est in-signifiant, il nest pas compréhensible. Commeje lai déjà dit, comprendre amène à apprécier, et apprécieramène à aimer. Rien dautre ne peut être compris parce que riendautre nest réel et donc rien dautre na de signification. Si tu gardes à lesprit ce que toffre le Saint-Esprit, tu ne peuxpas être vigilant pour autre chose que Dieu et Son Royaume. Laseule raison pour laquelle tu peux trouver cela difficile à accep-ter, cest que tu penses peut-être encore quil y a autre chose. Lacroyance ne requiert pas de vigilance à moins quelle ne soit enconflit. Si elle lest, cest quil y a en elle des composantes conflic-tuelles qui ont mené à un état de guerre, et la vigilance est doncdevenue essentielle. La vigilance na pas sa place dans la paix. Elle est nécessaire contre les croyances qui ne sont pas vraies, etjamais le Saint-Esprit ny aurait fait appel si tu navais pas cru ce
  • qui nest pas vrai. Quand tu crois quelque chose, tu las renduvrai pour toi. Quand tu crois ce que Dieu ne connaît point, tapensée semble contredire la Sienne, ce qui fait que cela apparaîtcomme si tu étais en train de Lattaquer. Jai insisté plusieurs fois sur le fait que lego croit pouvoirattaquer Dieu, et il essaie de te persuader que cest ce que tu asfait. Si lesprit ne peut pas attaquer, lego en arrive très logique-ment à la croyance que tu dois être un corps. En ne te voyantpas tel que tu es, il peut se voir lui-même tel quil veut être. Conscient de sa faiblesse, lego veut ton allégeance, mais pas telque tu es réellement. Lego veut donc engager ton esprit dansson propre système délirant, parce quautrement la lumière de tacompréhension le dissiperait. Il ne veut aucune partie de la vérité,parce que lego lui-même nest pas vrai. Si la vérité est totale, cequi nest pas vrai ne peut pas exister. Lengagement envers lunou lautre doit être total; ils ne peuvent coexister dans ton espritsans le diviser. Sils ne peuvent coexister en paix, et si tu veux lapaix, tu dois abandonner lidée de conflit entièrement et pour toutle temps. Cela requiert de la vigilance mais seulement aussilongtemps que tu ne reconnais pas ce qui est v r a i . Tant que tucrois que deux systèmes de pensée totalement contradictoires separtagent la vérité, ton besoin de vigilance est apparent. Ton esprit divise son allégeance entre deux royaumes, et tu netengages totalement envers aucun des deux. Ton identificationavec le Royaume est totalement au-delà de toute question, saufpour toi quand tu penses de manière insane. Ce que tu es, ta per-ception ne létablit pas et ne linfluence pas du tout. Ce que tuperçois comme des problèmes didentification à quelque niveauque ce soit ne sont pas des problèmes de fait. Ce sont des problèmesde compréhension, puisque leur présence suppose la croyancequil tappartient de décider ce que tu es. Lego croit cela totale-ment, envers quoi il sest engagé pleinement. Ce nest pas vrai. Par conséquent, lego sest engagé totalement envers ce qui nestpas vrai, et sa perception est en contradiction totale avec le Saint-Esprit et avec la connaissance de Dieu. Il ny a que le Saint-Esprit qui puisse te percevoir dune manièresignifiante, parce que ton être est la connaissance de Dieu. Toutecroyance que tu acceptes à part cela obscurcit la Voix pour Dieuen toi, et va donc obscurcir Dieu pour toi. À moins que tu neperçoives Sa création véritablement, tu ne peux pas connaître leCréateur, puisque Dieu et Sa création ne sont pas séparés. LUnité
  • du Créateur et de la création est ton entièreté, ta santé desprit etton pouvoir illimité. Ce pouvoir illimité est le don que Dieu tefait, parce que cest ce que tu es. Si tu en dissocies ton esprit, tuperçois la force la plus puissante dans lunivers comme si elle étaitfaible, parce que tu ne crois pas que tu en fais partie. Perçue sans la part que tu y prends, la création de Dieu estvue faible, et ceux qui se voient eux-mêmes affaiblis attaquent. Toutefois, lattaque ne peut être quaveugle, parce quil ny a rienà attaquer. Par conséquent ils inventent des images, les perçoi-vent indignes et les attaquent à cause de leur indignité. Voilàtout ce quest le monde de lego. Rien. Il na pas de signification. Il nexiste pas. Nessaie pas de le comprendre parce que, si tu lefais, tu crois quil peut être compris et quil est donc capable dêtreapprécié et aimé. Cela justifierait son existence, qui ne peut pasêtre justifiée. Tu ne peux pas rendre lin-signifiant signifiant. Cene peut être quune tentative insane. Q u a n d tu permets à linsanité dentrer dans ton esprit, celasignifie que tu nas pas jugé la santé desprit entièrement dési-rable. Si tu veux autre chose, tu feras autre chose, mais parceque cest autre chose, cela attaquera ton système de pensée etdivisera ton allégeance. Tu ne peux pas créer en cet état divisé, ettu dois être vigilant contre cet état divisé parce quil ny a que lapaix qui se puisse étendre. Ton esprit divisé bloque lextensiondu Royaume, et son extension est ta joie. Si tu nétends pas leRoyaume, tu ne penses pas avec ton Créateur et tu ne crées pascomme Il a créé. Dans cet état déprimant, le Saint-Esprit te rappelle douce-ment que tu es triste parce que tu ne remplis pas ta fonction deco-créateur avec Dieu et te prives donc toi-même de la joie. Cenest pas le choix de Dieu mais le tien. Si ton esprit pouvait êtreen désaccord avec Celui de Dieu, ce qui procède de ta volontéserait in-signifiant. Or parce que la Volonté de Dieu est inchan-geable, nul conflit de volonté nest possible. Tel est lenseigne-ment parfaitement cohérent du Saint-Esprit. La création, et nonla séparation, est ta volonté parce quelle est Celle de Dieu, et riende ce qui sy oppose ne signifie quoi que ce soit. Étant un accom-plissement parfait, la Filialité ne peut accomplir que parfaite-ment, étendant la joie dans laquelle elle fut créée et sidentifiantelle-même à la fois à son Créateur et à ses créations, connaissantquils sont Un.
  • VII. La totalité du Royaume Chaque fois que tu nies à un frère une bénédiction, cest toi quite sentiras privé de quelque chose, parce que le déni est aussitotal que lamour. Il est aussi impossible de nier quelque choseà une partie de la Filialité que de laimer en partie. Il nest paspossible non plus de laimer totalement par moments. Tu nepeux pas tengager totalement parfois. Le déni na aucun pou-voir en soi, mais tu peux lui donner le pouvoir de ton esprit, dontle pouvoir est sans limites. Si tu lutilises pour nier la réalité, laréalité a disparu pour toi. La réalité ne peut pas être appréciée par-tiellement. Cest pourquoi en nier nimporte quelle partie signifieque tu as perdu conscience de toute la réalité. Or le déni est unedéfense, et il est donc capable dêtre utilisé positivement aussibien que négativement. Utilisé négativement, il sera destructeur,parce quil sera utilisé pour l a t t a q u e . Mais au service du Saint-Esprit, il peut taider à reconnaître une partie de la réalité, et ainsià lapprécier tout e n t i è r e . Lesprit est trop puissant pour êtresujet à lexclusion. Tu ne seras jamais capable de texclure toi-même de tes pensées. Lorsquun frère agit de manière insane, il toffre une occasionde le bénir. Son besoin est le tien. Tu as besoin de la bénédic-tion que tu peux lui offrir. Il ny a pas moyen pour toi de lavoir,sauf en la donnant. Telle est la loi de Dieu, et elle na pas dex-ceptions. Ce que tu nies te manque, non pas parce que cela estmanquant mais parce que tu las nié en autrui et tu nen as doncpas conscience en toi. Chacune de tes réponses est déterminéepar ce que tu penses être, et ce que tu veux être est ce que tupenses être. Ce que tu veux être, donc, doit déterminer chacunede tes réponses. Tu nas pas besoin de la bénédiction de Dieu parce que tu laspour toujours, mais tu as besoin de la tienne. Lego se fait de toiune image de privation, sans amour et vulnérable. Tu ne peux pasaimer cela. Or tu peux très facilement échapper à cette image enla laissant derrière toi. Tu nes pas là et ce nest pas toi. Ne voiscette image en personne, sinon tu las acceptée comme toi. Toutesles illusions sur la Filialité sont dissipées ensemble, comme ellesont été faites ensemble. Nenseigne à personne quil est ce quetu ne voudrais pas être. Ton frère est le miroir dans lequel tu voislimage de toi-même aussi longtemps que dure la perception. Etla perception durera jusquà ce que la Filialité se connaisse elle-
  • même comme entière. Tu as fait la perception et elle durera aussilongtemps que tu en voudras. Les illusions sont des investissements. Elles dureront aussilongtemps que tu leur accorderas de la valeur. Les valeurs sontrelatives, mais elles sont puissantes parce que ce sont des juge-ments mentaux. La seule façon de dissiper les illusions, cest deleur retirer tout investissement; alors elles seront sans vie pour toiparce que tu les auras sorties de ton esprit. Tant que tu les y inclus,tu leur donnes vie. Sauf quil ny a rien là pour recevoir ton don. Tu as le don de vie pour le donner, parce quil ta été donné. Tunas pas conscience de ton don parce que tu ne le donnes pas. Tune peux pas faire que rien vive, puisque rien ne peut pas êtrerendu vivant. Par conséquent, tu nétends pas le don qui est à lafois ce que tu as et ce que tu es, et ainsi tu ne connais pas ton être. Toute confusion vient de ne pas étendre la vie, parce que celanest pas la Volonté de ton Créateur. Tu ne peux rien accomplir àpart de Lui, et de fait tu naccomplis rien à part de Lui. Continuedans Sa voie pour te souvenir de toi-même, et enseigne Sa voiepour ne pas toublier. Ne rends honneur quaux Fils du Dieuvivant, et compte-toi avec joie parmi eux. Lhonneur est le seul don qui convienne à ceux que Dieu Lui-même a créés dignes dhonneur, et quil honore. Donne-leur deles apprécier comme Dieu toujours les appr