BiotechFinances N°620

889 vues

Publié le

Intervention du directeur de la Cité de la Biotech à Laval dans l'hebdomadaire BiotechFinances du 13 janvier 2014 (P.4)

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
889
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

BiotechFinances N°620

  1. 1. Hebdomadaire • Lundi 13 janvier 2014 • N° 620 BIOTECHFINANCES L’INFORMATION STRATégique des biodécideurs et des bioinvestisseurs Et si l’Europe suivait l’exemple américain ? Par Juliette Lemaignen S Sommaire urveillez vos radars, l’Eurose poursuivre cette année sur les mêmes pe se prête à espérer de belfondamentaux. Une quinzaine de sociétés les opérations boursières en sont dans le pipeline pour une entrée en bour2014 pour faire résonnance se, et plusieurs ont même déjà soumis leur aux performances inscrites dossier d’enregistrement à l’instar de Genosur les écrans américains du cea (vaccins) ou encore Dicerna (RNAi), qui Nasdaq tout au long de 2013. « Le millésime visent respectivement 55 M€ et 50,5 M€. passé a été très réussi pour le secteur des sciences de Ces mouvements sont suivis de près en Eula vie côté US, avec un total de 46 IPO, dont 29 au rope par les banques d’affaires qui sont dans second semestre. Cet afflux de candidatures est venu les starting-blocks pour offrir à leurs clients pour la majorité des États-Unis, mais cinq opérades sorties boursières à des niveaux de vations ont été dirigées par des sociétés européennes et lorisation qui n’ont rien à envier à ceux du israéliennes, en quête d’une issue de cotation (cf. tavieux continent. Les quelques exemples bleau page  2) », explique Rodolphe Renac, d’introductions transatlantiques réalisées partner, responsable du bureau américain durant le dernier semestre, dont celles de d’Alcimed. Au total, le Nasdaq a ainsi inProsensa (NL), GW Pharmaceuticals (UK) jecté 2,9  Mds€ dans le secteur life sciences, Rodolphe Renac ou encore Uniqure (NL), qui est en cours affichant une performance de + 56 % sur « Les IPO américaines de process pour lever 55  M€, ont rassuré un an, pour l’indice spécialisé Biotechnoles entrepreneurs européens sur la capacité logy. Ce soutien fort pour la filière est dû pourraient amorcer du Nasdaq à absorber leurs valeurs. Si le à plusieurs facteurs : le nombre important l’ouverture de la flux EU/US devrait continuer à se dévelopd’approbations de nouveaux médicaments per en 2014, il faut espérer la réouverture fenêtre boursière par la FDA en 2012 et au cours du predes places boursières européennes à court mier semestre  2013, le Jumpstart Our Busi- européenne dès 2014. » terme. La France est certes parvenue à lisness Startups Act (JOBS Act) ou encore par ter quelques valeurs life sciences ces derniers l’appétit pour les deals et le cash des big et mid-size pharma. Cette semestres, mais cela n’a pas été sans impact sur les valorisations forte croissance n’est cependant pas encore totalement expliquée qui sont fortement malmenées. Les premières opérations de coaujourd’hui, ce qui alimente des rumeurs de spéculation sur une tation prévues pour les semaines à venir devraient donner le ton potentielle bulle life sciences. De nombreux analystes rappellent la et, espérons-le, attirer de nombreux investisseurs généralistes vers prudence aux investisseurs revenus vers les biotech, soulignant ces valeurs qu’ils connaissent mal. Crossject, un concepteur de la difficulté pour amener au marché de nouveaux produits et les dispositifs d’injection de médicaments sans aiguille, ouvrira cerforts taux d’attrition de la recherche pharma. Il est important de tainement le bal en France avec un document de base enregistré prendre cela en compte, mais il faut aussi être optimiste sur un depuis la fin de l’année en vue d’un listing courant janvier. secteur qui se consolide régulièrement comme le démontrent les Sur le plan des M&A, l’activité du semestre a été dense sur la performances de Celgene ou de Biogen, dont les titres ont res- sphère mondiale, soutenant une tendance annuelle, et ce, sur tous pectivement crû de 80 et 90 % en un an, suite à des annonces les segments. Du coté des big pharma et big medtech, on notera des scientifiques et réglementaires majeures. Le mouvement IPO deals très significatifs tels que la méga-fusion de Thermo avec Life engagé depuis le début de l’année 2013 aux États-Unis devrait Technologies pour 10 Mds€ créant ainsi un géant de la fourniture /// Numéro spécial deals, région par région france Page 3 François Miceli, venture partner – Sofimac Partners benelux Page 3 Pieter van der Meer, managing partner – Gilde Healthcare suisse Page 4 Dr Ulrich Geilinger, head of private equity - HBM Partners AG québec Page 4 Jean-Marc Juteau, directeur de la Cité de la biotech à Laval   autres régions : Royaume-Uni, Allemagne Page 5 / pays nordiques, espagne Page 6 / italie, israël Page 7 / europe de l’est Page 8   les
  2. 2. spécial deals /// de laboratoire, le rachat de Gambro par Baxter (3 Mds€), Amgen acquérant Onyx (7,1 Mds€), Valeant Pharmaceuticals mettant la main sur Bausch & Lomb (6,4  Mds€), les achats par Bayer de Conceptus ( 800 M€) et d’Algeta (2,13 Mds€), ou encore la cession à J&J d’Aragon Pharmaceuticals pour 730 M€. Nous avons également recensé la grosse activité d’Astrazeneca (Omthera 325 M€ et Amplimmune 366 M€), Grifols reprenant les activités de diagnostic transfusionnel de Novartis pour 1,23 Md€ ou encore la vente récente de la franchise Diabète de BMS à ce même Astrazeneca pour 3,1 Mds€. Les mid-size pharma n’ont pas été en reste avec plusieurs belles opérations de consolidation. On retiendra notamment l’achat de Viropharma par Shire (3  Mds€), de Santarus par Salix pour 1,9 Md€, Actelion qui se renforce avec l’américain Ceptaris (183 M€), Perrigo qui met fin au feuilleton Elan-Royal Pharma pour 6,3 Mds€, l’activité effrénée de deal making de Celgene ou encore Endo qui a réalisé une nouvelle acquisition et se bat avec Teva sur celle de NuPath pour 77 M€. Enfin le niveau d’activité « biotech-biotech » a aussi été bon, avec des deals de différentes tailles : Gentium par Jazz Pharmaceuticals (730 M€), Cangene par Emergent BioSolutions (162 M€) et Talon par Spectrum (8,3 M€). Avec les succès obtenus par la voie des IPO, les autres véhicules financiers ont été un peu plus délaissés, comme en témoigne une baisse de 24 % des placements privés aux États-Unis. Sur le semestre, nous avons assisté à quelques rounds B, C, D voire E intéressants, pour avancer les pipelines. Par exemple 6,6 M€ pour Blaze Bioscience en série B, 28,2 M€ pour Atara Biotheraputics en série B, 34,5 M€ pour Covagen en série B, 19 M€ en série D pour Sutro Biopharma, 43 M€ pour Tyr Pharma en série D, 29 M€ en série E pour Invitae, et 33 M€ pour Zagfen en série E. Des espoirs de reprise sur le front du financement privé restent tout de même ouverts avec de nouveaux fonds qui se créent, notamment sous l’impulsion d’industriels qui s’associent aux VCs. Ces outils, du type InnoBio en France, se développent rapidement des deux côtés de l’Atlantique, faisant partie de la stratégie « d’external innovation » des pharma. L’un des derniers exemples de création en date est le véhicule new-yorkais «  NYC Economic Development Corp. » dédié aux life sciences et doté de 73,3 M€ d’ici à 2020, dont 40 % qui ont été apportés par Celgene, Eli Lilly et GE Healthcare Ventures, en compléments de VCs expérimentés. l Les IPO biotech de 2013 aux États-Unis (source : Alcimed) localisation Nom de la société Montant levé localisation Nom de la société Montant levé Boston North Carolina Quintiles Chimerix Liposcience Heat Biologics TOTAL   $947.4m $117.9 $51.8 $27.0 $1,144m  New jersey/New york Israel Enzymotec Kamada Alcobra TOTAL   $71.0m $51.6 $38.0 $160.6m  Foundation Medicine $121.9m Agios Pharmaceuticals $121.2 Bluebird Bio $116.1 Acceleron Pharma $106.2 Epizyme $88.7 Tetraphase Pharmaceuticals $80.6 Bind Therapeutics $70.5 Enanta Pharmaceuticals $64.4 Karyopharm $125 TOTAL $894.6m   Ophthotech PTC Therapeutics Aerie Pharmaceuticals Stemline Therapeutics Omthera Pharmaceuticals Regado Biosciences Cancer Genetics Adma Biologics TOTAL San Diego Ambit Biosciences Receptos Conatus Pharmaceuticals Sophiris Bio Fate Therapeutics Evoke Pharma TOTAL   San Francisco Bay Area Portola Pharmaceuticals OncoMed Pharmaceuticals Five Prime Therapeutics KaloBios Pharmaceuticals Veracyte TOTAL 2 $192.3m $144.4 $77.3 $69.0 $64.0 $46.7 $46 $28.5 $668.2m  Maryland/Washington D.C. Intrexon Macrogenics TOTAL   Pennsylvania/Philadelphie $184m $92 $276m  Onconova Therapeutics $89.1m Texas $83m $72.8 $66.0 $65.0 $46.0 $29.0 $361.8m  LDR Medical $86.3m Pays-Bas Prosensa $78.0m Michigan Seattle Esperion Therapeutics $70.0m NanoString Technologies $54.0m     $46.2m Arizona $140.4m $93.8 $71.8 $70.0 $65.0 $441m  Wisconsin Cellular Dynamics Insys Therapeutics $36.8m Kansas Aratana Therapeutics $35m Royaume-Uni GW Pharmaceuticals $32.6m Biotechfinances • Lundi 13 janvier 2014 • N° 620
  3. 3. spécial deals france François Miceli, venture partner – Sofimac Partners 2013 : année de la consolidation liés au secteur biotech/medtech. Ces derniers peuvent concerner des phases de création, ou d’essaimage par des SATT (en forte croissance), mais également des projets plus matures comme celui de la medtech française Crossject, que nous avons soutenue en fin d’année dans le cadre de son IPO, et qui devrait être cotée courant  2014. Notre fonds partenaire Soridec, basé à Montpellier, a également soutenu une introduction en bourse en investissant dans la société baptisée Medtech. Je vois ces opérations de manière très positive. Il y a vraiment aujourd’hui des dossiers de qualité en termes de projets scientifiques, mais également au niveau des équipes de direction qui sont de mieux en mieux formées et expérimentées. De nouveaux fonds sont par ailleurs en train de se constituer dans l’Hexagone, ce qui permettra d’injecter de l’argent frais dans l’innovation qui bouillonne sur le territoire. Auriga vient notamment d’annoncer le lancement de son dispositif d’amorçage, Auriga Bioseed et d’autres fonds sont en pré-création, notamment en Alsace et dans le Sud de la France. Nous avons prévu au moins deux sorties industrielles en 2014 pour notre portefeuille d’entreprises. La question de la juste valorisation sera importante à définir. Les niveaux de valo ne sont en effet pas encore revenus à des stades très attractifs aujourd’hui en Europe et il faut arbitrer, au cas par cas, pour sortir par le haut de nos participations. Nous devons également garder les yeux ouverts sur l’international, qui reste la seule voie de sortie aujourd’hui. L’année 2013 a été un millésime de consolidation, qui a permis de renforcer nos positions existantes tout en nous assurant que les différents business plans étaient bien en ligne avec les objectifs initiaux. Cela nous permettra d’envisager 2014 comme une année de sortie, et, espérons-le, de plus-values. “  Nous avons observé ce semestre un deal flow très important dans le secteur des sciences de la vie. Plusieurs sociétés ont levé des fonds par le biais du venture capital, comme la société tourangelle Access Vision Technology, qui développe des vidéo-endoscopes à usage unique, ou encore EndoControl (4 M€), Bioaxial, IDD Biotech, Cerenis, Theravactis, Synthetis, Fermentalg, Microphyt et Supersonic Imagine, qui ont refinancé leur activité. Implanet, Medtech et Carbios ont, de leur côté, réalisé une introduction en bourse alors qu’Hybrigenics et Imaxio se sont accordés sur la cession de services en génomique. Nous recevons pas moins de 200 dossiers chaque année, dont près de la moitié directement benelux Pieter van der Meer, managing partner – Gilde Healthcare Le Benelux va chercher ses cotations outre-Atlantique La biotech suisse Covagen est, de son côté, allée chercher le fonds belge Gimv pour son round de 34 M€. Le fonds francophone a investi 6,7 M€ dans l’entreprise pour avancer ses travaux dans les secteurs des maladies inflammatoires et des cancers. Ce financement soutiendra avant tout le développement clinique du produit phare de Covagen, FynomAb® COVA322, destiné au traitement de l’arthrite rhumatoïde, de l’arthrite psoriasique et d’autres maladies inflammatoires. Les essais cliniques phase II de COVA322 devraient, selon les prévisions, commencer au début de l’année 2014. En outre, les fonds du financement de série B permettront d’étendre la présence de Covagen, dans le domaine de l’oncologie. Sur le front des M&A, l’une des plus grosses biotech des Pays-Bas, ProFibrix, a été cédée à la société américaine Medicines Company, pour un ticket de plus de 175  M€. C’est un signe intéressant de l’attrait des biotech locales pour leurs consœurs américaines et du dynamisme de notre territoire. Nous observons un regain d’intérêt des mid-size pharma pour des acquisitions ciblées à forte valeur ajoutée d’innovation. En ce qui concerne le secteur boursier, Prosensa est entrée en cotation sur le Nasdaq, levant près de 70 M€ avant de chuter après la publication de résultats scientifiques très décevants. La société, qui développe des traitements contre les maladies neuromusculaires a en effet eu une mauvaise surprise lors de sa phase  II contre la dystrophie musculaire de Duchenne, avec un produit qui n’a pas montré une performance supérieure à celle du placébo. UniQure a suivi le même chemin que sa consœur, en lançant une IPO également sur le Nasdaq, dont les résultats sont attendus dans les prochaines semaines. Cette entreprise dispose du premier produit de thérapie génique du monde occidental, le Glybera, qui cible une maladie orpheline. Elle possède en outre un pipeline de traitements de thérapie génique contre des maladies rares et des indications plus larges, dont la maladie de Parkinson. Cardio3 Biosciences a, de son côté, bouclé un double listing sur Euronext Bruxelles et Paris, assorti d’une levée de 23 M€. L’entreprise, leader dans le développement de thérapies régénératives, protectrices et reconstructrices pour le traitement des maladies cardiaques, a par ailleurs obtenu en fin d’année 4 M€ de financement non-dilutif de la part de la Région wallonne, via la conclusion d’une nouvelle avance récupérable pour un montant de 2,5  M€ et d’une revue du plan de remboursement des avances existantes générant une économie nette de 1,5 M€ sur la période 2013 -2015. La nouvelle avance récupérable d’un montant de 2,5   M€ a pour objet le financement, à hauteur de 50 %, des dépenses générées lors des procédures menant à la commercialisation de C-Cath® aux États-Unis, un cathéter d’injection intra-myocardique. “ Nous avons traversé un semestre plutôt positif au Benelux dans le secteur des sciences de la vie avec plusieurs beaux tours de table internationaux clôturés en Belgique et aux Pays-Bas. Le spécialiste de la stimulation cérébrale, Sapiens, a tout d’abord bouclé une extension de son round de 2011 auprès de Gilde Healthcare et d’Edmond de Rotschild Investment Partners. Argen-X a ensuite fédéré 5 M€ pour développer sa plate-forme focalisée sur les anticorps early-stage, Endotools Therapeutics a reçu 2,5 M€ en septembre pour améliorer ses dispositifs médicaux endoscopiques de pointe pour le traitement de l’obésité, des tumeurs de l’appareil digestif et du diabète de type 2. Enfin, Merus B.V a levé 31  M€ aux Pays-Bas dans une extension de son Série B pour un montant total de 47,6  M€. Cette somme apportée par Johnson & Johnson Development Corporation (JJDC), Novartis Venture Fund, Pfizer Venture Investments, Bay City Capital, LSP (Life Sciences Partners), et Aglaia Oncology Fund permettra à l’entreprise d’étendre son portefeuille de programmes précliniques dans le domaine du traitement des cancers, et de mener son projet phare en phase I. Biotechfinances • Lundi 13 janvier 2014 • N° 620 3
  4. 4. spécial deals Suisse Dr Ulrich Geilinger, head of private equity - HBM Partners AG Des tours de table record pour la biotech suisse vu leur cours croître de 181 % et de 134 % sur l’année. D’autres sociétés moins avancées, comme Newron, Santhera ou Cytos, sont, de leur côté, restées proches de l’équilibre. Au niveau des IPO, aucune entreprise n’est parvenue à se faire lister ce semestre en Suisse. Les seules candidates ont regardé le Nasdaq, à l’instar de certaines de leurs consœurs européennes qui traversent l’Atlantique pour faire sonner la cloche boursière. Les opérations industrielles ont également été calmes depuis l’été avec seulement deux transactions clef, le rachat du Genevois Anteis par Merz Pharma, un groupe allemand indépendant fondé en 1908, et les partenariats de premier plan conclus entre Polyphor et Roche et surtout entre Molecular Partners et Roche, pour un montant de plus de 740 M€. “ Les six derniers mois ont été très denses au niveau des financements privés, avec de belles opérations, pour un montant total investi de plus de 150  M€. Parmi les plus gros consommateurs de tours de table, nous avons remarqué la biotech spécialisée dans la reproduction féminine, ObsEva, qui a levé 25,6 M€ en tour A, avec l’appui notable de Sofinnova Partners, ADC therapeutics, détentrice d’une enveloppe de plus de 29 M€ apportée à parité par MedImmune et Auven Therapeutics, ou encore Covagen, qui a reçu 34 M€ en fin d’année. Les performances boursières du secteur en Suisse ont également été bonnes sur la période, en particulier pour les sociétés late stage ou commerciales, comme Cosmo Pharmaceuticals et Basilea, qui ont respectivement québec Jean-Marc Juteau, directeur de la Cité de la biotech à Laval Un nouveau VC focalisé dans l’early stage s’installe à Montréal 4 Altasciences, dont le propriétaire, le fonds d’investissement Kilmer Capital Partners, a reçu de la part d’Investissement Québec une aide de près de 5  M€ pour cette opération. Puis, notons la reprise par Bellus Health de la biotech Thallion pour 4,5 M€, un deal 100 % québécois. Le programme phare de Thallion est une thérapie par anticorps monoclonaux indiquée dans le traitement du syndrome hémolytique et urémique, qui vient de compléter une phase II. Côté financements, il faut retenir le placement privé de 7,2 M€ sur le marché canadien de la société Bioniche. Ces fonds seront utilisés pour financer la mise au point de son produit de phase III contre le cancer de la vessie, UrocidinMC. Dans le milieu du capital-risque, une très bonne nouvelle est tombée récemment : l’un des plus gros VC américains, Sanderling Ventures, va installer un bureau à Montréal pour investir dans les sociétés early stage canadiennes. C’est sa première installation en dehors des États-Unis. Le VC a été incité dans cette initiative par l’investissement de 22 M€ promis par BDC Capital de risque et le Fonds de solidarité. Nous sommes impatients de connaître les premiers dossiers qui bénéficieront de ce soutien en 2014. Les autorités publiques réaffirment, quant à elles, leur soutien au secteur biomédical par le biais d’investissements stratégiques dans la recherche. Le gouvernement du Québec vient ainsi d’injecter presque 25 M€ dans Genome Québec, une organisation qui chapeaute le développement de la génomique. Enfin, Merck Canada va accorder des subventions représentant un total de 11,7  M€ aux centres hospitaliers universitaires de Montréal, Sherbrooke, Laval et McGill. L’ensemble de ces mouvements marque le retour en grande pompe de l’investissement dans les biotech au Québec et nous nous en félicitons. “ Les choses bougent au Québec ! D’importantes acquisitions ont été observées ces derniers mois qui prouvent que l’innovation québécoise a de nouveau le vent en poupe. Spécialisée depuis plus de dix ans dans la conception de vaccins à partir de plantes, la biopharma Medicago, située à Québec, a été rachetée par le groupe japonais Mitsubishi Tanabe (MTPC) pour 275,5 M€. MTPC ne détient que 60  % de Medicago, les 40  % restants étant la propriété de Philip Morris Investments. Toujours à Québec, Atrium Innovations, qui s’est fait un nom dans les nutraceutiques et cosméceutiques, a été reprise par le fonds européen Permira pour près de 808,3  M€. Atrium est désormais détenue par Permira (75  %), le Fonds de solidarité (12,5 %) et la Caisse de dépôt et placement du Québec (12,5  %). Autre opération d’envergure, les Laboratoires Paladin, établis depuis 1996 à Montréal et cotés à la bourse de Toronto, ont été rachetés par la société américaine Endo Health Solutions pour 1,2  Md€. Mais la plus belle opération de la période reste l’acquisition par Valeant du groupe d’ophtalmologie Bausch + Lomb pour 6,4 Mds€ ! D’autres transactions de petite taille méritent d’être mentionnées car elles ont été réalisées par des sociétés canadiennes. Je citerais l’absorption de l’entreprise américaine Vince and Associates Clinical Research par la société de recherche clinique lavalloise Biotechfinances • Lundi 13 janvier 2014 • N° 620
  5. 5. spécial deals royaume-uni Dr Mick Cooper, healthcare team analyst, Edison Investment Research – Londres Le London Stock Exchange pourrait renouer avec les introductions à court terme positifs, ce qui est plus qu’encourageant pour le secteur et pour les sociétés qui voudraient à leur tour tenter leur chance sur ce marché. Lombard Medical vient, dans cette idée, d’annoncer son projet de délisting de l’AIM londonien, en vue d’une IPO sur le Nasdaq. Plusieurs rumeurs font par ailleurs état de l’ambition de Circassia d’entrer en bourse et de rejoindre le marché londonien. Nous devrions en savoir plus dans les semaines à venir. Les valorisations sur le London Stock Exchange n’ont encore rien à voir avec celles atteintes sur le Nasdaq, mais il est important que des biotech viennent s’introduire localement afin que nous disposions, sur notre territoire d’un vrai pool d’entreprises innovantes dans le secteur des sciences de la vie. Seule cette masse critique permettra aux investisseurs de s’intéresser au domaine et d’équilibrer leurs portefeuilles de valeurs spécialisées. Les opérations de refinancements et de M&A ont été calmes sur la période, sans transactions particulières recensées. “ La biotech britannique s’est largement réveillée durant le dernier semestre avec des performances globales positives, qui retrouvent des niveaux intéressants. C’est très bon pour le secteur qui souffrait depuis quelques années de la désaffection des investisseurs, retranchés sur des placements moins risqués. La reprise que nous observons n’est cependant pas du même niveau que celle des États-Unis, et devra encore être confirmée sur toute l’année 2014. Les hautes valorisations disponibles aux ÉtatsUnis poussent certaines sociétés à candidater sur le Nasdaq, où des performances record ont été atteintes cette année dans le secteur biotech. La mid-pharma GW Pharmaceuticals a, par exemple, rejoint le marché américain dans une opération qui a été assortie d’une levée de fonds significative. Depuis son listing, l’entreprise a vu sa valeur multipliée par quatre, grâce à des résultats scientifiques très allemagne Karlheinz Schmelig, partner – Creathor Venture La biotech allemande tarde à redécoller Beteiligungsverwaltung, MIG Fond et FCPB Gany. Ces fonds lui permettront d’accélérer son programme phare IMAB362 dans le cancer de l’estomac et de l’œsophage, actuellement en fin de phases IIa et IIb, et d’en préparer la phase III, qu’elle pourrait conduire seule. Du côté d’Immatics, un D-round de 34  M€ a rassemblé les quatre investisseurs historiques de la société, Dievini Hopp Biotech holding, la devenue célèbre family office de Dietmar Hopp, l’ex-patron de SAP, Wellington Partners, MIG-advised funds et AT Impf GmbH. La firme de Tübingen développe des vaccins thérapeutiques anticancer de nouvelle génération pour lesquels elle envisage d’avoir un pool complet de données cliniques de phase III début 2015. Sur le front des IPO, les potentiels candidats au listing sont restés cachés ce semestre encore, avec une fenêtre boursière bouchée et des regards vers les pays voisins, voire vers les États-Unis. Seule MorphoSys est parvenue à lever des fonds par le biais d’un placement privé pour un montant de 84  M€, en septembre dernier. “ Nous sentons bouillonner depuis l’Allemagne, l’effervescence qui règne aux ÉtatsUnis, notamment sur la sphère boursière où les cotations s’enchaînent avec succès. Pour autant, aucune répercussion directe n’est pour le moment réellement intervenue sur notre territoire, où le climat reste morose dans le secteur de la biotech. Cela devrait cependant évoluer positivement dans les mois à venir, avec la prévision d’un transfert de croissance vers la zone euro courant 2014. Parmi les opérations qui ont éclairé le secteur, nous pouvons noter le tour de table de Chundsell Medicals, qui est allé en Allemagne chercher ses fonds, notamment auprès de Creathor Venture, qui a participé à une levée d’un peu plus d’un demi-million d’euros. Cet argent permettra à l’entreprise de mettre au point son test de diagnostic à expression de gènes, dans le domaine du cancer de la prostate. Les deux plus grosses transactions privées de la période reviennent à Ganymed et à Immatics pour des tours de table record. Focalisée sur le développement d’anticorps monoclonaux IMAB (Ideal Monoclonal Antibodies), la biotech allemande Ganymed a en effet finalisé, début décembre, un cinquième tour de table remarquable de 45 M€ auprès de ses actionnaires existants  : ATS Biotechfinances • Lundi 13 janvier 2014 • N° 620 5
  6. 6. spécial deals pays nordiques Stephan Christgau, investment director chez Novo Seeds Acesion Pharma et Aniona, deux spin-off du groupe déchu NeuroSearch, font parler d’elles drug application) auprès de la FDA, fin 2014. L’accord de recherche et de licence a été signé avec le Japonais Shionogi. Toujours au Danemark, Acesion Pharma et Aniona, spin-off issues du délitement du groupe NeuroSearch, font parler d’elles. Acesion Pharma vient de recevoir une subvention de 2,6 M€ de la part de la Danish National Advanced Technology Foundation, à partager avec l’université de Copenhague, son partenaire dans un programme de quatre ans visant à développer de nouveaux médicaments contre la fibrillation auriculaire. Cette récompense s’ajoute à l’enveloppe de 4,7 M€ reçue de la part du Wellcome Trust en juin, pour un projet dans la fibrillation auriculaire également, soit au total 7,3 M€ collectés en moins de six mois. Aniona a repris le portefeuille de NeuroSearch dans les CNS et a su renouveler, en juillet, le partenariat avec Janssen initié par NeuroSearch en 2009. Selon les termes de leur alliance, Aniona pourrait recevoir des paiements d’étapes pouvant atteindre plus de 156 M€ et des royalties sur les ventes futures des produits. En Norvège, le secteur biotech est encore relativement restreint, mais connaît aussi une dynamique positive, qui s’est traduite, fin décembre, par l’offre de rachat de Bayer de la totalité des actions de la biotech Algeta, cotée à Oslo et spécialisée dans la radiothérapie du cancer. Son candidat phare Xofigo®, indiqué dans le cancer de la prostate et licencié en 2009 à Bayer, a été approuvé aux États-Unis et en Europe. En Suède, pas d’opérations majeures, si ce n’est l’IPO lancée en décembre par la biotech Immunicum AB, qui démontre que le marché public est, dans ce pays, accessible aux profils early stage.  Pauli Marttila, directeur du business development et des investissements stratégiques chez Sitra cencié à son partenaire danois Lundbeck. Celui-ci vient d’introduire le produit sur le marché italien, déclenchant le versement d’un paiement d’étape de 2 M€ en faveur de Biotie. Les commercialisations en France, Allemagne et Espagne sont attendues dans le courant de l’année 2014. De façon généra- le, les jeunes pousses finlandaises peinent toujours à se financer auprès des VC comme des banques. Les investisseurs attendent que le secteur démontre sa profitabilité, ce que pourraient bientôt faire Biotie et d’autres pépites finlandaises.  “ Les nouvelles sont plutôt bonnes du côté de la Finlande où Biotie Therapies connaît un début de success story avec son traitement de la dépendance à l’alcool SelincroTM, li- “ Le secteur des biotech connaît une phase de consolidation qui s’observe en particulier chez les investisseurs, prompts à fédérer leurs forces en formant des syndicats dès les premiers tours de table. La plus belle opération du second semestre 2013 reste le doublé de la biotech danoise Egalet, qui a clôturé, en septembre, un tour de table de 14,7 M€ et signé, en novembre, un contrat de recherche et de licence qui pourrait lui rapporter au total 312,3  M€. Conduite par Index Ventures, la levée de fonds va lui permettre de réaliser les études pivot de ses deux antidouleurs à base d’opioïdes et de viser un dépôt de NDA (new espagne Laia Crespo, investment manager chez Ysios Capital  Nous attendons la fin des coupes budgétaires dans la recherche fondamentale  6 vie, et ADE Capital Sodical, société de capitalrisque financée notamment par plusieurs banques espagnoles et la région Castille-et-Léon. Raman Health Technologies développe une plateforme de diagnostic non-invasif basée sur le laser et la spectroscopie infrarouge. L’autre société financée ce semestre s’appelle Bionure, elle a été créée en 2009 à Barcelone, et se focalise sur les maladies neurologiques et en particulier la sclérose en plaques. Elle a attiré 1,3  M€ auprès de ses investisseurs historiques notamment, sur les 3,3 M€ dont elle a besoin pour compléter les études précliniques de son composé phare BN201. En outre, TiGenix, une des sociétés de notre portefeuille, à l’origine espagnole (anciennement Cellerix) et désormais domiciliée en Belgique et cotée sur NYSE Euronext, a réalisé une augmentation de capital de 12 M€. Les nouvelles actions ordinaires ont été émises pour Gri-Cel, une filiale à part entière du groupe espagnol Grifols. Active dans la thérapie cellulaire, TiGenix dispose d’un produit sur le marché, ChondroCelect®, indiqué dans la ré- paration des lésions cartilagineuse du genou. La firme possède également un pipeline solide renfermant plusieurs programmes cliniques à base de cellules souches adultes. Hors actualité espagnole, nous sommes sortis, en août dernier, de la medtech Endosense basée à Genève, qui a été acquise par St Jude Medical pour un upfront de 128,4 M€, plus un paiement additionnel de 121,1 M€. Le reste de notre portefeuille gagne en maturité, mais il est encore difficile de dire quels actifs pourraient se transformer en sorties en 2014. En tout cas, nous espérons être en mesure de lever notre second fonds cette année, mais n’avons pas encore déterminé quel serait son focus. De façon générale, nous nous attendons à voir plus de transactions entre les pharma et des projets early stage et nous espérons surtout que les coupes budgétaires que subit la recherche fondamentale arriveront bientôt à leur terme pour que nous verrons de nouveau des spin-off émerger des instituts de recherche et universités espagnols.  “ Au cours de la seconde moitié de l’année 2013, le secteur des biotech en Espagne n’a pas connu de développements majeurs. La vague des introductions en bourse aux États-Unis a continué à un rythme soutenu, sans encore avoir d’effet positif sur les marchés européens, qui n’ont pas vu de changement significatif. Dans ce climat atone, aucune acquisition importante n’a eu lieu en Espagne. Du côté du capital-risque, seules deux entreprises espagnoles ont réussi à boucler des tours de financement durant la période, d’une ampleur relativement faible. Il s’agit de Raman Health Technologies, jeune pousse lancée en 2013 à Valladolid, qui a collecté 3  M€ pour son amorçage auprès de CRB Inverbío (CRB Bio II), VC madrilène spécialisé dans le seed financing en sciences de la Biotechfinances • Lundi 13 janvier 2014 • N° 620
  7. 7. spécial deals italie Nicola Redi, chief investment et technology officer chez TT Venture La clôture de fonds de seconde génération devrait donner une bouffée d’air au secteur  story, l’expérience de l’équipe dirigeante est un facteur au moins aussi important. Silvano Spinelli, Gabriella Camboni et Ennio Cavaletti, les trois fondateurs d’EOS, s’étaient en effet déjà illustrés à la tête de la biotech Novuspharma qu’ils avaient revendue à la société américaine CTI. Nous espérons que leur parcours inspirera les jeunes entrepreneurs qui souhaitent créer leur biotech ! En décembre, l’entreprise bolognaise Silicon Biosystems, qui a mis au point une technologie d’analyse des cellules tumorales rares dans un échantillon de sang et récipiendaire du Prix Start-up Leonardo 2012 – qu’elle a reçu des mains du Président de la République Giorgio Napolitano –, a été acquise par le premier groupe italien Menarini, pour un montant non divulgué. Les trade sales restent, en Italie, les options de sortie favorites des investisseurs. Les IPO ne sont pas monnaie courante en sciences de la vie, même pour les sociétés établies. Bien que la bourse de Milan cherche à encourager les introductions, ce marché reste trop peu liquide par rapport à d’autres bourses européennes, d’ailleurs certaines sociétés italiennes envisagent plutôt une cotation à la bourse de Londres. Au niveau des levées de fonds, pas grandchose à signaler, si ce n’est le tour A d’1,4 M€ finalisé par la medtech Eucardia, société de notre portefeuille. Pour 2014, nous ne nous attendons pas à voir d’opérations de grande envergure en Italie, étant donné que les trois sociétés d’investissement actives dans les sciences de la vie (Innogest, Atlante Ventures et TT Venture) ont épuisé les ressources de leurs fonds de première génération. Cependant, ces VC sont en train de lever leurs véhicules de seconde génération qui devraient donner une bouffée d’air au secteur. Innogest a réalisé un premier closing de 50  M€ pour Innogest Capital II. Mais ce dernier, comme le nouveau fonds franco-italien 360° Capital Partners, ne sera pas destiné au seed financing, mais bien au financement de sociétés qui ont déjà atteint un stade plus mature. Chez TT Venture, nous pourrions aussi nous lancer dans une nouvelle quête de fonds en 2014 si nous réalisons de belles sorties d’ici là.  “ A p r è s un début d’année sans opérations majeures, le secteur des sciences de la vie en Italie a connu un sursaut d’activité salutaire ces derniers mois. La biotech milanaise EOS, spécialisée dans le développement de traitements anticancéreux et financée par Sofinnova depuis ses débuts, a été rachetée en novembre pour 310  M€ par l’entreprise américaine Clovis Oncology. C’est l’une des plus belles sorties du secteur, orchestrée par un VC nonitalien. L’aventure EOS démontre qu’une science solide ne suffit pas à créer une success israël Daniel Cohen, directeur corporate development et international investment chez Fosun Pharma Les belles opérations en 2013 ont ragaillardi les investisseurs  que les biotech middle stage arrivent à tirer leur épingle du jeu. Parmi les belles opérations, la société Sensible Medical Innovation, qui a mis au point un moniteur portatif capable de mesurer la quantité de liquide présent dans les poumons, a levé 14,8 M€ dans un round C conduit par Boston Scientific Corporation et incluant LongTech Medical Technology ainsi que ses actionnaires historiques SCP Vitalife et Genesis Partners. Cette somme l’aidera à poursuivre les essais cliniques sur son produit. Un peu plus tôt, en septembre, c’était au tour d’Insuline Medical de sécuriser une ligne de 7,3  M€ auprès de Yorkville Advisers en vue de financier l’entrée sur le marché allemand de ses technologies permettant d’augmenter l’efficacité des injections d’insuline chez les patients diabétiques. Enfin, en août, MediWound, qui développe des traitements innovants des blessures chroniques et eschares, levait 14,8  M€ dans un cinquième tour de table pour préparer son introduction sur le Nasdaq prévue courant 2014. Nombreuses sont les sociétés israéliennes qui viennent chercher l’appui de capitaux améri- Biotechfinances • Lundi 13 janvier 2014 • N° 620 cains. Plusieurs IPO ou levées de fonds ont eu lieu sur le Nasdaq : Mazor Robotics, RedHill Biopharma, Oramed et Pluristem Therapeutics ont respectivement levé 35 M€, 4,4 M€, 9,6 M€ et 7,6 M€. Sur le marché local de TelAviv, notons la jolie levée de 7,3 M€ de Kitov Pharmaceuticals, actif dans la reformulation de médicaments, un domaine bien représenté en Israël. L’essor du secteur s’explique en partie par les belles sorties réalisées au cours des derniers mois, qui encouragent la communauté financière à réinvestir. Parmi les plus importantes, citons celles de Given Imagine racheté par Covidien pour 634 M€, celle de Karyopharm Therapeutic qui s’est introduit sur le Nasdaq en levant 83,6 M€ avec une capitalisation actuelle de 497,6 M€, et Enzymotec en levant 52,3  M€ pour une capitalisation actuelle de 431,3 M€. Nous espérons que la dynamique se poursuivra en 2014, année qui pourrait voir une demi-douzaine de sorties par IPO, dont la société Lumenis, spécialisée dans les technologies laser médicales, si celle-ci n’est pas rachetée avant…  “ La fin de l’année 2013 a été exceptionnelle pour les sociétés innovantes israéliennes. Celles-ci ont levé, tous secteurs confondus, environ 885  M€ au cours des deux derniers trimestres, principalement auprès d’investisseurs étrangers. La part d’implication des VC israéliens est en baisse et ne représente plus que 23  % des montants injectés. Près de 70 entreprises de biotech et medtech israéliennes ont réussi à collecter 192 M€ entre juillet et décembre 2013, avec un net avantage pour les technologies medtech, qui ont capté près de 121 M€ de cette manne. Du côté des biotech, les profils early stage n’ont pas le vent en poupe du fait du peu de financement d’amorçage disponible en Israël (seuls 7  % des levées en valeur sont du seed financing), tandis 7
  8. 8. spécial deals europe de l’est Łukasz Kosiarski, equity analyst chez Bank Zachodni WBK Les biotech polonaises réussissent le virage de l’internationalisation  naise dispose des droits de commercialisation pour le monde sur les produits nouveaux, et en échange, financera tous les travaux de recherche et de précliniques pendant trois ans. Selon le succès des ventes, elle pourrait verser des milestones et des royalties à Hadasit. Les recherches seront menées en Israël, au sein de l’hôpital universitaire Hadassah Ein Kerem de Jérusalem, en collaboration avec Synektik et son nouveau site R&D, qui doit être inauguré courant 2014 à Varsovie. Cette société, qui vient parallèlement de réussir un placement secondaire de 7  M€ sur le NewConnect, fait partie de nos valeurs préférées. Autre succès polonais, la société Medicalgorithmics, dont l’essentiel des revenus provient des ventes de son outil de diagnostic de l’arythmie cardiaque PocketECG aux États-Unis, vient de sceller un contrat de plus de 12  M€ sur cinq ans pour la distribution de son dispositif en Grande-Bretagne et en Irlande. Enfin, comme actualité forte de ces derniers mois, citons les deux collaborations de drug discovery conclues par la biotech polonaise Selvita. Le premier contrat a été signé avec Merck Serono pour développer des candidats médicaments dirigés contre des protéines impliquées dans le métabolisme du cancer. Dans ce cadre, Merck Serono accordera 2,4 M€ à Selvita pour financer les recherches jusqu’en 2015, date à laquelle les deux sociétés pourront prolonger leur collaboration. L’autre accord a été scellé avec H3 Biomedicine, une biotech basée à Cambridge dans le Massachussetts, et porte sur des cibles kinases en oncologie. Dans les années à venir, le marché de la santé sera porté en Europe centrale par le mouvement de consolidation et de modernisation des hôpitaux qui devront acquérir de nouveaux équipements et services. La société d’investissement Penta, qui a racheté toutes les parts d’EMC Instytut Medyczny, le plus grand groupe privé hospitalier de Pologne, ne s’y est pas trompée. “ Il y a six mois, je faisais le constat, dans vos pages, de la bonne santé de plusieurs biotech cotées polonaises qui ne manqueraient pas d’intéresser bientôt des opérateurs étrangers, et citais les cas de Synektik et Medicalgorithmics. C’est chose faite ! Celles-ci viennent de donner un tour concret à leurs ambitions internationales avec la signature de plusieurs deals fin 2013. Spécialisée dans les radiopharmaceutiques, Synektik a conclu, en novembre, un accord de collaboration et de licence de 3  M€ avec Hadasit, l’office de transfert de technologie des hôpitaux Hadassah en Israël. Leur alliance vise à développer de nouveaux agents d’imagerie pour le diagnostic non-invasif de certaines maladies cardiovasculaires. La biotech polo- Tadeusz Pietrucha, CEO de Bio-Tech Consulting, président de la Polish Biotech Association ritairement formés de micro-entreprises qui décollent, tirées par la croissance de la région, et qui pourraient fournir un nombre d’emplois non négligeable dans les années à venir.  Les tarifs Je souhaite m’abonner à l’offre (reporter le tarif sélectionné) ………………………………………………………………………………………………………… La lettre Biotech Finances + la BioMap France 2014 + l’offre web + l’offre mobile + l’accès intégral aux archives (11 ans) Je règle…………… euros TTC pour un an (reporter le tarif sélectionné) c À réception de facture c Par virement bancaire à réception de facture et du RIB c Par chèque à l’ordre de Biotech Finances EEI c Par carte bancaire (remplir les informations d’identification de CB ci-dessous) Carte bancaire c Visa c Mastercard N°……………………………………… Expire fin : ………/................ Je note les derniers chiffres figurant au dos de ma carte, près de ma signature : …………………… Date et signature obligatoires : Nom …………………………… Prénom………………… Société……………… Fonction …………… Adresse ……………………………………………………… CP …………… Ville ……………………… Téléphone …………………………… Mail………………………………………………………………… Tarif normal pour 1 an 1 licence : 1 276 euros HT soit 1 302,80 euros TTC (TVA 2,10 %) Tarif Start-up pour 1 an (moins de trois ans) : 1 licence : 638 euros HT soit 651,40 euros TTC (TVA 2,10 %) À renvoyer à Biotech Finances • 108 rue Bossuet 69006 Lyon • mail : abonnement@biotech-finances.com • fax : 09 80 08 51 46 VISITEZ NOTRE BLOG ! http://blog.biotech-finances.com Biotech Finances est une lettre hebdomadaire imprimée et en ligne publiée par les Editions Européennes de l’Innovation. • Directeur de la publication et de la rédaction : Jacques-Bernard Taste jbtaste@biotech-finances.com • Rédactrice en chef : Juliette Lemaignen - jlemaignen@biotech-finances.com • Rédaction : Anne-Laure Languille - allanguille@biotech-finances.com et H. Ella - hella@biotech-finances.com • Maquette : Anne de Lagonde - anne.delagonde@sfr.fr • Société éditrice : Editions Européennes de l’Innovation au capital de 40 326 euros • Siège social : 108 rue Bossuet, 69006 Lyon - France • Téléphone : + 33 (0)980 08 51 45 • Fax : + 33 (0)980 08 51 46 • RCS Lyon : 480 764 398 • Commission paritaire : 0616 I 79205 • ISSN : 1298-9428 Prix du numéro : 40,60 euros HT • Prix de l’abonnement annuel : 1 276 euros HT (44 numéros par an) • Site web : www.biotech-finances.com • Blog : blog.biotech-finances.com • Publicité : + 33 (0)980 08 51 45 • Imprimeur : Maqprint, 3 rue Thomas-Édison - B.P. 59 - 87202 Saint-Junien © Editions européennes de l’Innovation. La photocopie non autorisée est un délit. Bulletin d’abonnement sont la Pologne, qui compte plus de 70 biotech, la Hongrie où sont actives plus de 120 sociétés biotech et medtech et la République tchèque qui affichait plus de 60 biotech et 220 instituts de recherche. Leurs écosystèmes sont majo- “ En Europe centrale, la plupart des sociétés biotech ont été créées au cours de la dernière décennie. Les trois pays leaders

×