Une présentation du Centre des affaires 
internationales de LAVAL TECHNOPOLE
Mot du Maire 
À l’occasion de la 16e édition de remise des prix MercadOr par le Centre des 
affaires internationales de La...
Alex Ciccolella 
Président 
Elizabeth Dell’Accio 
Vice-présidente 
www.blusleepproducts.com 
« Nos produits sont uniques 
...
Implantation 
à l’étranger 
GA International 
George Ambartsoumian 
Président 
www.labtag.com 
« Bien que ce ne soit pas f...
Mario Grenier 
Vice-président et directeur général 
Dyne-a-Pak, un des plus importants fabricants de bar-quettes 
pour l’e...
Implantation 
à l’étranger 
Hydrolico International 
Richard Désy 
Président-directeur général 
www.hydrolico.com 
« Il fa...
Harvey Buksbaum 
Président 
www.montpak.ca 
« Nos clients sont rassurés 
de savoir que les produits 
qu’ils achètent font ...
FÉLICITATIONS 
à tous 
les lauréats ! 
Le comité de sélection 
1555, boul. Chomedey, bureau 100 
Laval (Québec) H7V 3Z1 Ca...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cinq entreprises exportatrices reçoivent un prix MercadOr 2014

516 vues

Publié le

Depuis 16 ans, le Centre des affaires internationales de Laval Technopole récompense cinq entreprises lavalloises qui se distinguent sur les marchés internationaux. Découvrez cinq entreprises dans les catégories: Nouvel exportateur: Produits de literies Blu, Implantation à l'étranger: GA International, Implantation à l'étranger: Hydrolico International, Pratique novatrice en gestion des ressources humaines: Dyne-a-Pak et Leader à l'export: Montpak International.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
516
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cinq entreprises exportatrices reçoivent un prix MercadOr 2014

  1. 1. Une présentation du Centre des affaires internationales de LAVAL TECHNOPOLE
  2. 2. Mot du Maire À l’occasion de la 16e édition de remise des prix MercadOr par le Centre des affaires internationales de Laval Technopole, je tiens à féliciter toutes les entreprises qui se voient décerner cette prestigieuse récompense cette année. Chacune des entreprises lauréates qui figurent dans l’une ou l’autre des catégories s’est démarquée de manière exceptionnelle sur les marchés d’exportation. Non seulement elle a réussi à accroître sa visibilité et sa présence à l’international grâce à un développement d’affaires audacieux, mais elle a aussi pu faire connaître et reconnaître l’expertise et le savoir lavallois sur des marchés étrangers. Voilà une belle carte de visite à déposer fièrement aux quatre coins du monde ! Les entreprises exportatrices de Laval, et par surcroît celles qui reçoivent un prix MercadOr cette année, comprennent l’importance et la richesse de la synergie qui s’établit entre elles et le Centre des affaires internationales de Laval Technopole. L’accompagnement et les conseils qu’elles reçoivent leur permettent de devenir des acteurs significatifs de la vie économique lavalloise tout en voyant leur expertise et leurs produits adoptés partout dans le monde. J’applaudis la vision, l’audace et la détermination des gens d’affaires qui travaillent au sein de ces entreprises, car ce sont eux et elles qui favorisent et participent à l’essor économique enviable que connaît notre ville. J’aimerais souhaiter à toutes les entreprises une belle rentrée et je les encourage à participer aux nombreuses activités du Centre des affaires internationales de Laval Technopole. L’offre de services-conseils m’apparaît largement bonifiée et la programmation automnale des plus attrayantes. Bonne soirée et bel automne ! Le maire, Marc Demers Mot du directeur Le Centre des affaires internationales de Laval Technopole est fier de récompenser cinq entreprises lavalloises qui se distinguent sur les marchés internationaux. Bravo aux lauréats Produits de literie Blu, GA International, Hydrolico International, Dyne-a-Pak et Montpak International ! À ce titre, je vous invite à en apprendre davantage sur la façon dont elles abordent l’ex-portation dans ce bulletin que nous leur dédions. Dans un contexte où le développement économique de Laval et du Québec repose de plus en plus sur l’expor-tation et les affaires internationales, la remise des prix MercadOr nous apparaît plus pertinente que jamais. En effet, pour une PME, malgré la mondialisation et l’ouverture grandissante sur le monde, exporter ses produits ou ses services sur les marchés étrangers exige encore des investissements majeurs et beaucoup de ténacité. Même en 2014, il ne faut pas minimiser l’ampleur des défis qu’ont su relever nos lauréats et qui en font en quelque sorte, de par leur accomplissement, les nouveaux héros économiques du Québec. Le comité de sélection est composé du Centre des affaires internationales de Laval Technopole et de ses partenaires, soit : Emploi-Québec, Exportation et développement Canada, Investissement Québec et le ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations du Québec. Merci à ces derniers de leur précieuse collabo-ration et de leur soutien essentiel au succès des MercadOr ainsi qu’à celui des entreprises exportatrices de Laval. Bonne lecture ! Bruno Séguin, M. Sc. Directeur par intérim du Centre des affaires internationales de Laval Technopole
  3. 3. Alex Ciccolella Président Elizabeth Dell’Accio Vice-présidente www.blusleepproducts.com « Nos produits sont uniques sur le marché. C’est notre force, LA CLÉ DE NOTRE succès ! » Faisant face à une demande croissante des détaillants, les dirigeants d’Elmo Mousse, entreprise spécialisée dans la distribution de mousse auprès des fabricants d’éléments de literie, décident de créer une division à part entière consacrée à la fabrication d’oreillers, incluant toutes les étapes, depuis l’approvisionnement en mousse jusqu’à la mise en vente auprès des détaillants. Mise sur pied en 2010, Produits de literie Blu connaît aujourd’hui un succès retentissant, et ce principalement aux États-Unis où l’entreprise exporte une gamme de produits novatrice et haut de gamme qui séduit les consommateurs américains. Si l’entreprise fait actuellement près de 40 % de son chiffre d’affaires aux États-Unis, elle doit sa réussite au fait qu’elle a su développer un produit différent de ce qui est habituellement proposé sur le marché. Ainsi, les oreillers conçus par Produits de literie Blu sont fabriqués à partir d’une mousse en provenance d’Italie qui répond à des standards de qualité élevés, celle-ci bénéficiant notamment d’une certification OEKO-TEX®. La mousse utilisée s’adapte à la personne. Alex Ciccolella explique : « Notre mousse mémoire est à cellules ouvertes. Nous faisons des perforations qui assurent une ventilation dans la mousse. Il y a toujours une circulation d’air qui fait que la mousse respire plus. » Ses dirigeants ont également misé sur une stratégie marketing ciblée contribuant à l’image de marque de l’entreprise : présence annuelle aux foires commerciales – notamment celle de Las Vegas, le plus important événement dans le domaine de la literie –, publicité et reportages auprès des détaillants avec diffusion de messages éduquant sur l’importance d’avoir un bon oreiller pour favoriser la qualité et le confort du sommeil. Ils ont également opté pour un style coloré qui se retrouve même sur les embal-lages, rendant leurs produits visibles en magasin. Comme le souligne Elizabeth Dell’Accio, « les clients sont attirés vers les oreillers. Une fois qu’ils y touchent, ils sont curieux et ils veulent l’essayer. Une fois qu’ils l’essaient, ils l’adoptent ! » Si la mousse est importée d’Italie, l’ensemble des étapes de fabrication est assuré à Laval où l’entreprise compte aujourd’hui une vingtaine d’employés qui s’occupent de la confection, de l’emballage et de l’expédition des pro-duits aux détaillants. Bien que Produits de literie Blu bénéficie d’une réputation enviable aux États-Unis, il reste que les détaillants sont parfois réticents à acheter des produits canadiens en raison des frais de transport et de douane élevés. L’entreprise rencontre aussi un autre défi de taille, celui des délais et des coûts liés à la logistique. Dans leur volonté de vendre leurs produits à l’étranger, Alex Ciccolella et Elizabeth Dell’Accio ont su se tourner vers les bonnes personnes, que ce soit le Centre des affaires internationales de Laval Technopole qui leur a donné des conseils pour l’exportation ou les agents ren-contrés dans les foires commerciales qui ont tellement aimé leurs produits qu’ils ont décidé de les représenter. Connaisseurs dans leur domaine, persévérants, recon-naissons également à ces deux dirigeants les qualités d’être avant-gardistes et constamment en recherche de nouveautés afin d’impressionner les consommateurs. Ils viennent tout juste de dévoiler à Las Vegas une nouvelle gamme de matelas conçus avec la même mousse et assortis à leurs oreillers. Pour plus d’information au sujet de Produits de literie Blu, contactez Alex Ciccolella et Elizabeth Dell’Accio au 450 661-1656 ou visitez le site Web : www.blusleepproducts.com. Nouvel exportateur Produits de literie Blu 3
  4. 4. Implantation à l’étranger GA International George Ambartsoumian Président www.labtag.com « Bien que ce ne soit pas facile de s’implanter à l’étranger et de travailler sur des marchés différents, c’est très gratifiant lorsque l’opération réussit. » GA International a vu le jour en 1999. À cette époque, George Ambartsoumian, chercheur en biologie molécu-laire, réalise des expériences en laboratoire universitaire. Il commence à développer des étiquettes pouvant être utilisées sur des contenants pour entreposage à tempé-rature extrêmement basse. Désireux de se lancer en affaires, le Centre local de développement (CLD) de Laval l’aide au démarrage de son entreprise afin d’offrir ces étiquettes et bandes adhésives aux laboratoires de biotechnologie et aux industries spécialisées. Également soutenue dans ses actions de croissance à l’étranger par le Centre des affaires internationales de Laval Technopole, GA International engage aujourd’hui près de 20 employés et vend ses produits en ligne à travers le monde. Les étiquettes et bandes adhésives de GA International sont exportées dans une quarantaine de pays, l’entre-prise faisant près de la moitié de son chiffre d’affaires en Amérique du Nord, suivi de l’Australie et désormais de l’Europe où elle y a établi un bureau/entrepôt aux Pays- Bas en 2013. Ce qui a motivé cette implantation ? « Vendre en Europe était devenu une opération très difficile car les délais, les frais de transport et les taxes faisaient que les clients étaient très réticents à acheter d’une entreprise canadienne », explique son président. Pour augmenter les ventes, il a donc fallu améliorer l’expérience client. Toutes les opérations logistiques sont maintenant assurées depuis les Pays-Bas où une personne répond aux demandes de renseignements et s’occupe de l’expédition. Bien que les commandes continuent à transiger par le siège social à Laval, les acheteurs n’ont plus à se soucier des droits et taxes à l’importation et ont le sentiment d’acheter localement. Cette implantation stratégique semble déjà porter ses fruits puisque l’entreprise compte de nouveaux clients et distributeurs à son carnet de commandes. Les démarches pour s’établir en Europe ont été longues et difficiles, nécessitant notamment d’engager un avocat afin de régler les questions légales sur place. Aussi, comme le souligne George Ambartsoumian, développer un nouveau marché à l’international a nécessité des investissements importants qu’il faut pouvoir anticiper. À ce titre, Développement économique Canada a été d’une grande aide en octroyant un prêt de 100 000 $ à GA International. Enfin, l’expérience a montré à son président l’importance de vérifier soigneusement la clas-sification des produits lorsque ceux-ci sont envoyés à l’entrepôt. Toute erreur dans le code de produits pour la douane peut coûter cher ! La force de GA International réside dans le fait qu’elle dispose du plus grand stock d’étiquettes cryogéniques au monde, répondant aux standards des différents pays, mais aussi disponibles dans différentes tailles et coloris selon les besoins. L’entreprise peut livrer à tout moment à un prix compétitif. Aussi, son succès s’appuie sur un travail d’équipe constant assuré par des employés dévoués et motivés. De plus, ses produits s’adressent à une clientèle spécialisée qui, une fois les produits adop-tés, continue à faire affaire avec elle. Pour répondre aux différents marchés, son principal enjeu reste la mise en place d’actions de vente et marketing afin de faire connaître davantage ses produits, mais aussi d’assurer un service à la clientèle plus efficace. Bien que l’entre-prise puisse compter sur des représentants en vente, « le défi est d’avoir les bonnes personnes », complète George Ambartsoumian. Le vent dans les voiles, celui-ci regarde déjà du côté de la Russie pour y implanter un bureau/entrepôt similaire et ouvrir un autre marché… Pour plus d’information au sujet de GA International, contactez George Ambartsoumian au 450 973-9420 ou visitez le site Web : www.labtag.com. 4
  5. 5. Mario Grenier Vice-président et directeur général Dyne-a-Pak, un des plus importants fabricants de bar-quettes pour l’emballage de viandes, de fruits et de légumes au Canada, s’est lancé dans un changement radical de son modèle de gestion. Cette entreprise, achetée par un propriétaire québécois en 1981 et éta-blie depuis 1995 sur le territoire lavallois, engage près de 125 employés et exporte 80 % de ses produits auprès des grandes chaînes d’épiceries à travers le Canada et aux États-Unis. C’est sous l’impulsion de ses dirigeants que le virage a été amorcé au début de l’année 2013. Après avoir mis en place des projets lean, une philosophie de gestion inspirée de Toyota, pendant plusieurs années au sein de leur entreprise, ils ont souhaité embrasser le modèle au complet. Ce qui a motivé cette décision ? Comme l’explique Mario Grenier, vice-président et directeur général : « Au moment où le dollar canadien était fort, la concurrence avec les fournisseurs américains était rude. Il fallait pousser à l’extrême notre compétitivité et chan-ger notre modèle de gestion pour être encore beaucoup plus performant. » Ainsi, le « modèle Un-DAP » – DAP pour Dyne-a-Pak – a vu le jour afin d’assurer la rentabilité de l’entreprise à long terme, notamment à travers une productivité accrue, et de lui conférer un avantage stra-tégique sur la concurrence. Ce modèle de gestion, d’origine japonaise, est orienté « à 100 % ressources humaines » comme le précise, Minh-Quan Doan, directeur des opérations. Il fonctionne selon le principe de la pyramide inversée : les différents groupes de direction sont au service des employés, qui eux sont au service des clients. L’objectif est « de répondre au client le plus rapidement possible et le plus efficacement possible et avec la meilleure qualité et la meilleure expérience pour le client », précise son vice-président et directeur général. De plus, les employés sont invités à s’exprimer, quel que soit leur niveau dans l’organisation, afin d’identifier et de résoudre les problèmes, assurant ainsi une amélioration au quotidien. « De dire le problème est une opportunité d’amélioration, c’est vraiment au coeur du modèle de gestion ! », surenchérit Mario Grenier. Concrètement, ce vent de changement s’est traduit à l’interne par un travail sur les valeurs de l’entreprise (Respect, Travail d’équipe, Plaisir, Innovation et Focus client), puis un volet conséquent de formation avec le soutien d’Emploi-Québec et une réorganisation du tra-vail (de plus petites équipes – un superviseur, ou un chef d’équipe, pour 6 à 8 personnes –, une évaluation du personnel avec des changements dans les descriptions de tâches et les postes au besoin). Les clés du succès ? Selon les deux dirigeants interrogés, le fait que des ateliers lean aient été organisés préala-blement a permis de démontrer la force des outils. De plus, les employés appuient le projet et, pour s’en assu-rer, la direction a permis à une quarantaine d’employés de visiter plusieurs usines et ceux-ci ont été conquis par des modèles de gestion similaires. Finalement, le fait d’avoir une vision à long terme est essentiel. L’implantation du modèle de gestion Toyota chez Dyne-a-Pak ne fait que commencer et déjà la perfor-mance s’est accrue. Souhaitons à « cette jeune équipe, très mobilisée et qui aime les défis », comme la qualifie Mario Grenier, que ce qui a été implanté avec succès dans des premiers secteurs de l’entreprise se propage à l’ensemble de l’entreprise, lui permettant de se concen-trer sur l’innovation afin de répondre aux enjeux de demain, notamment en matière de recyclage et d’ex-pansion des marchés. Pour plus d’information au sujet de Dyne-a-Pak, contactez Mario Grenier au 450 667-3626 ou visitez le site Web : www.dyneapak.com. www.dyneapak.com « Les employés sont maintenant plus motivés. Ils nous amènent des idées et sont plus heureux. Le changement, c’est plaisant ! » Pratique innovante en ressources humaines Dyne-a-Pak 5
  6. 6. Implantation à l’étranger Hydrolico International Richard Désy Président-directeur général www.hydrolico.com « Il faut savoir bien s’entourer, faire confiance aux bonnes personnes et prendre soin de SES EMPLOYÉS. TOUT SEUL, ON NE PEUT RIEN FAIRE. » Établie à Laval depuis 1994, Hydrolico est spécialisée dans la fabrication de vérins hydrauliques et d’unités de puissance sur mesure. Sa clientèle se répartit principale-ment dans les secteurs agricole, forestier, minier et du transport. Investissant sans cesse dans des équipements à la fine pointe de la technologie, l’entreprise développe des produits innovants qui répondent aux exigences du marché. En plus d’offrir un service de vente, de répara-tion et de remise à neuf des vérins hydrauliques, Hydrolico distribue une vaste gamme de produits utilitaires. Ce qui démarque Hydrolico de ses compétiteurs, c’est que l’entreprise intègre sous un même toit la concep-tion, la production et la distribution. Alors que l’entre-prise était principalement orientée vers la production de vérins hydrauliques, elle prend un virage important en 2004 en distribuant une diversité de produits et de composantes hydrauliques, dont sa propre marque Custom. « Ça faisait 10 ans qu’Hydrolico avait pris un volet fabrication. C’était un marché qui était devenu très compétitif avec l’importation de produits en prove-nance des pays de l’Est, de la Chine... Si nous ne fai-sions pas quelque chose, notre produit allait devenir non concurrentiel ou notre expertise allait être utilisée pour être reproduite ailleurs ! », explique Richard Désy. Des pourparlers ont commencé avec la Chine en 2006 afin d’offrir des produits à moindre coût. À chaque étape, des partenaires répondant aux exigences des dirigeants d’Hydrolico ont été qualifiés. Un an plus tard, une entente était signée avec un associé chinois et une première usine était implantée à Wuxi. Une seconde usine de 80 000 pi² (7 430 m2) vient tout juste de débu-ter ses opérations à Fuxin, ville reconnue comme la Cité de l’Hydraulique chinoise, pour répondre à la croissance de la demande. Une autre particularité d’Hydrolico, selon son président-directeur général, c’est que l’entre-prise forme ses employés chinois afin d’amener une qualité de produit similaire à celle des produits fabri-qués à Laval. Deux Québécois travaillent pratiquement à plein temps sur les deux sites. L’usine de Laval reste au coeur du processus puisque les produits haut de gamme destinés à un marché spécifique continuent à y être fabriqués. Celle-ci assure également le contrôle à distance de la produc-tion et l’exportation de ses produits manufacturés. Les employés lavallois sont constamment en communi-cation avec leurs homologues en Chine. L’ingénierie est réalisée à Laval, les dessins étant transmis ensuite en Chine afin que les produits soient fabriqués selon le cadre référant québécois. Depuis Laval, c’est même un Québécois d’origine chinoise qui s’occupe du suivi de la production en Chine. Cette année, Hydrolico a été davantage présente sur les marchés en Ontario, dans l’ouest du Canada, aux États-Unis où elle a participé à plusieurs foires, et au Mexique. L’entreprise a solidifié des ententes avec plu-sieurs distributeurs et s’attend à voir augmenter son chiffre d’affaires, notamment à travers une nouvelle alliance stratégique aux États-Unis et l’installation d’une succursale en Ontario. Ce qui fait la force de cette entre-prise en pleine croissance ? « La qualité de nos employés, notre expertise et la connaissance des besoins de notre marché nous ont permis de bien nous positionner avec une gamme de produits ayant un excellent rapport qua-lité- prix », précise son président-directeur général. Pour assurer son avenir, Hydrolico devra arriver à garder les employés, car la concurrence est rude en Chine, mais aussi planifier la relève puisque la pénurie de main-d’oeuvre qualifiée se fait déjà connaître au Québec. Pour plus d’information au sujet d’Hydrolico International, contactez Richard Désy au 450 628-6644 ou visitez le site Web : www.hydrolico.com. 6
  7. 7. Harvey Buksbaum Président www.montpak.ca « Nos clients sont rassurés de savoir que les produits qu’ils achètent font partie d’un strict processus de fabrication axé sur le contrôle et la qualité. » C’est en 2006 que l’entreprise Montpak fondée en 1959 se joint à Transformation Bellivo pour former Montpak International, une entreprise familiale axée sur la trans-formation de la viande de veau en une gamme de pr­o-duits frais, congelés et à valeur ajoutée. Aujourd’hui, près de 250 employés oeuvrant à satisfaire les demandes de clients du monde entier, travaillent dans ses instal­lations modernes localisées à Laval depuis 2010. Montpak International se positionne comme un chef de file à l’exportation dans une industrie où la concurrence est rude avec l’augmentation actuelle du prix de la viande. Montpak International réalise la plus grande part de ses ventes à l’exportation aux États-Unis. L’entreprise distri-bue également ses produits au Mexique, à Dubaï et nouvellement en Asie, notamment à Hong Kong, à Taïwan et en Corée. Ce développement du marché asiatique résulte d’un choix stratégique de ses diri-geants. En effet, comme l’explique Harvey Buksbaum, « en Amérique du Nord, le marché est saturé. Au lieu d’essayer de prendre une partie de la même tarte et d’entrer dans une guerre des prix, nous étions mieux de nous intéresser au marché international et de trouver de nouveaux clients. » Pour ce faire, Montpak International a engagé une personne expérimentée qui est en charge spécifiquement des ventes à l’international car, pour répondre aux besoins spécifiques des marchés, il faut connaître les habitudes des consommateurs. « Chaque marché est différent. La même pièce originelle de viande peut être préparée de différentes façons en fonction de l’endroit où elle est commercialisée. Il existe plusieurs types de coupe, des spécifications d’emballage... », précise son président. En plus de sa capacité à délivrer des produits adaptés aux besoins des différents marchés, Montpak International se démarque par une intégration verticale « de la ferme à la table » qui lui permet d’assurer le contrôle de la qualité de ses produits tout au long du processus de fabrication. La sécurité alimentaire est un des points forts de l’entreprise dont les installations sont régulièrement inspectées par les autorités fédérales et accréditées HACCP. Montpak International bénéficie également depuis peu de la certification SQF, prouvant que ses produits sont fabriqués selon les standards mon-diaux les plus élevés. En plus de renforcer la confiance de ses clients, ces critères constituent des atouts majeurs pour le déploiement de l’entreprise à l’international, les autorités vétérinaires des pays visés effectuant un long processus de sélection tenant compte de la conformité des installations aux exigences canadiennes. Pleinement orientée vers ses employés, Montpak International peut compter sur des travailleurs compé-tents et performants qui maîtrisent parfaitement le pro-cessus de production. Les nouvelles installations ont été pensées dans l’optique d’assurer une productivité accrue tout en procurant confort et sécurité au travail. Enfin, l’entreprise n’a pas hésité à investir dans des équipe­ments de haute technologie pour répondre aux besoins de ses clients, un placement qui peut s’avérer payant à long terme. Pour plus d’information au sujet de Montpak International, contactez Harvey Buksbaum au 450 665-9524 ou visitez le site Web : www.montpak.ca. Leader à l’export Montpak International 7
  8. 8. FÉLICITATIONS à tous les lauréats ! Le comité de sélection 1555, boul. Chomedey, bureau 100 Laval (Québec) H7V 3Z1 Canada Tél. : 450 978-5959 Téléc. : 450 978-5970 info@lavaltechnopole.com | www.lavaltechnopole.com/cailt Le Centre des affaires internationales de LAVAL TECHNOPOLE reçoit un appui financier de :

×