Revue de presse générale du Lien theatre

194 vues

Publié le

2008-2015

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
194
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
95
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Revue de presse générale du Lien theatre

  1. 1. R E V U E D E P R E S S E Mises en scène Anne-Pascale Paris / Compagnie Le Lien Théâtre 2008 – 2016 Un processus de création qui jaillit d’une rencontre Anne-Pascale Paris a travaillé 25 ans en tant que comédienne et me7euse en scène dans un circuit culturel et ar9s9que tradi9onnel. Elle souhaite avec le lien théâtre se pencher sur l’état du monde en tant qu’ar9ste et citoyenne. Elle propose une démarche de créa9on à l’épreuve des exclusions, avec des personnes qui se 9ennent / se sentent éloignées des salles de théâtre. Elle associe les personnes, les publics à sa réflexion ar9s9que : comment les rapports de pouvoirs se manifestent-ils dans notre société ? Anne-Pascale Paris est convaincue qu’à par9r de l’univers de chacun ou manière d’être au monde peuvent naître, non pas des personnages stéréotypés, mais des figures porteuses d’une réflexion collec9ve sur un pouvoir dont elles usent ou qui les abuse. La création de nos spectacles à partir d’une démarche d’ « écriture au plateau » Les spectacles naissent d'échanges constants, d’allers retours entre : l’équipe de créa.on (auteur, me5euse en scène, comédiens) ; les publics ; et des matériaux composites (collectage du quo.dien, témoignages, médias d'informa.on, textes du répertoire classique ou contemporain, écrits sociologiques et philosophique, mythes fondateurs…). La démarche de créa9on prend une forme dynamique et corporelle qui fait la part belle à l’émo9on. Parce que collec9ve, elle favorise la progression d’une réflexion croisée sur un sujet : on voit de différents balcons, on éprouve de différents points de vue. Les spectacles ainsi créés rendent compte du monde tel qu’il est et non tel qu’on voudrait qu’il soit. Le chantier artistique Mythes et Violence  
 Gilgamesh, un héros ordinaire - Calin Blaga – créa9on 2013
 Gilgamesh - Calin Blaga – créa9on 2013
 L’homme armé - Calin Blaga – créa9on 2011 Les spectacles théâtre / éducation / société Agrément Inspec.on Académique de Lyon (Janvier 2015) 
 L’ascenseur - Calin Blaga - créa9on 2016
 Sois belle et tais-toi ! – Anne-Pascale Paris – créa9on 2015
 Vous m’agressez la parole - Calin Blaga – créa9on 2015
 Dis-moi les maux - Waléry Doumenc – créa9on 2015
 Ne Lâche pas le cadre - Waléry Doumenc – créa9on 2014
 Entre deux mondes - Sandrine Bauer – créa9on 2013
 T’es pas mon genre - Calin Blaga – créa9on 2011
 Accro à quoi ? - Sandrine Bauer – créa9on 2010
 Ascenseur pour l’égalité - Calin Blaga – créa9on 2010
 Tu m’agresses la parole - Calin Blaga – créa9on 2008 « Les instantanés » pour mener des interventions artistiques.
 "1
  2. 2. S O M M A I R E CHANTIER MYTHES ETVIOLENCE 3 Gilgamesh, Adapta9on D’après Jean Bo7éro 3 Gilgamesh, Un Héros Ordinaire 4 Pe9t bulle9n n°741 5 Les trois coups - 27 janvier 2014 6 Lyon Bondy Blog - 28 janvier 2014 7 ARTLyo mag - 28 janvier 2014 9 L’homme Armé 11 Le progrès - 11 janvier 2011 12 DPJJ.net - 16 juin 2011 13 LES SPECTACLES THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ 15 L’ascenseur 15
 Revue d’opinion - juillet 2016 15 La Tribune de Lyon - 8 juillet 2016 16
 Sois Belle Et Tais-Toi 17 Vous M’agressez La Parole 18 Revue d’opinion - septembre 2015 18 Dis Moi Les Maux 19 Revue d’opinion - mai 2015 19 Entre Deux Mondes 20 Revue d’opinion - juin 2013 20 T’es Pas Mon Genre 21 Revus d’opinion - 2011 21 Les cahiers pédagogiques - n° 519 22 Le progrès - 9 mai 2011 25 Le progrès - 26 mars 2011 26 Ascenseur Pour L’égalité 27 Revue d’opinion 27 Accro À Quoi ? 28 Tu M’agresses La Parole 29 Le progrès - 12 février 2011 30 Le progrès - 28 novembre 2012 31
 Viva interac9f - 12 juin 2014 32
 La croix - 10 juillet 2012 33
 Le progrès - 8 octobre 2014 34
 DPJJ.net - 9 mai 2014 35 Lyon Bondy Blog - 12 mars 2013 36 LES INSTANTANÉS 38
 Ville en Vue - n°40 - mars avril 2016 38 Le progrès - octobre 2014 39
 Le progrès - 1er mars 2011 40
 
 "2
  3. 3. 
 GILGAMESH - CRÉATION 2013 ADAPTATION CLASSIQUE D’APRÈS LA TRADUCTION DE JEAN BOTTÉRO
 Dramaturgie : Calin Blaga Mise en scène : Anne-Pascale PARIS Musique : Laurent FRICK Créa.on Lumière : Jus9ne Nahon. Scénographie : Anne-Lyse Gaudet Distribu.on : Michel LAFOREST ou Valérie MILLÉRIOUX, Adrien PEREZ ou Robert PARIZE, Jennifer TESTARD ou Anaïs JOUISHOMME, Laurent SECCO
 Public : à par9r de 11 ans Note de conception et de mise en scène « Ce récit légendaire est le seul mythe qui commence ouvertement dans la violence et se termine posi.vement dans la résilience ». Anne-Pascale Paris s’est emparée d’un mythe fondateur d’origine sumérienne: l’Épopée de Gilgamesh. La scénographie s’appuie sur la projec9on d’images sur des tentures nous plongeant tantôt dans des ambiances de grandeur, tels des monuments majestueux et grandiloquents à l’image du héros Gilgamesh au début de l’histoire ou dans une sensa9on de tension symbolisant la chute, la brisure qu’expérimente le personnage. Par une alternance d'ambiances sonores et de passages musicaux, la bande son du musicien Laurent Frick accompagne la charge émo9onnelle d'une scène et vient ainsi rythmer, faire respirer la narra9on. Diffusion
 Théâtre de l’Iris (Villeurbanne - du 14 au 26 janvier 2014) Nos partenaires
 Ce7e créa9on a reçu le sou9en de la SPEDIDAM, la Région Rhône-Alpes, Fonda9on Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme, Centre social du Pe9t Taillis (Bron).
 "3 CHANTIER ARTISTIQUE MYTHES ET VIOLENCE
  4. 4. GILGAMESH, UN HÉROS ORDINAIRE - CRÉATION 2013 - CALIN BLAGA Dramaturgie : Calin Blaga Mise en scène : Anne-Pascale PARIS Musique : Laurent FRICK Créa.on Lumière : Jus9ne Nahon. Scénographie : Anne-Lyse Gaudet Distribu.on : Anaïs JOUISHOMME, Valérie MILLÉRIOUX, Michel LAFOREST, Adrien PEREZ ou Robert PARIZE, Laurent SECCO, Jennifer TESTARD.
 Public : à par9r de 14 ans Note de conception et de mise en scène « la démesure, thème majeur de l’épopée et du texte de l’auteur Calin Blaga » Les figures tragiques de Gilgamesh et d'Enkidu peuvent éclairer brillamment toutes les formes de démesure qui frappent le monde contemporain, de l’alcoolisme au «star-system» et ses dérives, en passant par la guerre ou le militan.sme terroriste. Le spectateur est directement plongé dans deux histoires qui alternent tout au long de la pièce : l’histoire de Gilgamesh PDG d’entreprise, et celle de Gilgamesh du quar.er, prêt à tout pour sor.r de sa condi.on. Le décor fait de guindes met en avant l’enfermement et la complexité de notre société, une toile se .sse comme une sorte de réseau qui s’emmêle. Elles évoquent aussi l’envie de s’élever de par leur ver.calité. Diffusion
 Espace Jules Verne (Saint-Genest Malifaux – novembre 2014), 
 Théâtre de l’Iris (Villeurbanne - du 14 au 26 janvier 2014), 
 Salle Paul Garcin (Lyon - novembre 2013), 
 Fes9val Dialogues en humanité (Lyon - Juillet 2013), 
 Foire Eco Bio (Colmar – mai 2013), 
 Collège Théodore Monod (Bron - septembre 2012) Nos partenaires
 Ce7e créa9on a reçu le sou9en de la SPEDIDAM, la Région Rhône-Alpes, Fonda9on Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme, Centre social du Pe9t Taillis (Bron) "4 CHANTIER ARTISTIQUE MYTHES ET VIOLENCE
  5. 5. 
 Le petit bulletin n°741 "5 REVUE DE PRESSE GILGAMESH, UN HEROS ORDINAIRE - JANVIER 2014 CHANTIER ARTISTIQUE REVUE DE PRESSE MYTHES ET VIOLENCE
  6. 6. Les trois coups - 27 janvier 2014 "6 CHANTIER ARTISTIQUE REVUE DE PRESSE MYTHES ET VIOLENCE
  7. 7. Lyon Bondy Blog - 28 janvier 2014 "7 CHANTIER ARTISTIQUE REVUE DE PRESSE MYTHES ET VIOLENCE
  8. 8. Lyon Bondy Blog - 28 janvier 2014 (suite)
 "8 CHANTIER ARTISTIQUE REVUE DE PRESSE MYTHES ET VIOLENCE
  9. 9. 
 ARLYO mag - 28 janvier 2014 "9 CHANTIER ARTISTIQUE REVUE DE PRESSE MYTHES ET VIOLENCE
  10. 10. ARLYO mag - 28 janvier 2014
 "10 CHANTIER ARTISTIQUE REVUE DE PRESSE MYTHES ET VIOLENCE
  11. 11. L’HOMME ARMÉ - CRÉATION 2011 - CALIN BLAGA Dramaturgie : Calin Blaga Mise en scène : Anne-Pascale PARIS Créa.on sonore : Laurent FRICK Créa.on arts numériques : Fabien Collini Scénographie : Sophie Toussaint Distribu.on : Yazan, Al-Mashni, Sarah Cornibert, Waléry Doumenc, Anaïs JOUISHOMME, Valérie MILLÉRIOUX, Adrien PEREZ.
 Public : à par9r de 14 ans Note de conception et de mise en scène «Qu’est-ce qui nous pousse à réagir par la violence, à prendre les armes ? » La créa9on de L’homme armé part d’une recherche sur les mécanismes de la violence réac9onnelle. La vie sans violence est-elle possible ? Est-ce la violence qui détruit nos sociétés modernes ou la modernité qui pousse la jeunesse à prendre les armes ? Ces ques9ons éminemment philosophiques sont traduites dans un « scénario » où des personnages sont suscep9bles de les incarner jusqu’à une certaine absurdité. C’est l’occasion de ques9onner l’iden9té sociale et culturelle comme édifice de notre époque. La mise en scène met en valeur le découpage du texte et permet de suivre deux histoires en parallèle, deux des9ns tragiques. Elle est organisée de façon tri-frontale. L’espace scénique est coupé en deux. A jardin, l’espace de Daoud ; à cour, l’espace de Naïma. Diffusion
 l’Etablissement Pénitencier de Meyzieu (Rhône – 8 Juin 2011)
 Rencontres de St Antoine l’Abbaye (Isère – 10 Juin 2011) Nos partenaires
 Le Lien Théâtre a reçu le sou9en de la DRAC – disposi9f Culture en Prison et du Ministère de la Jus9ce.
 "11 CHANTIER ARTISTIQUE MYTHES ET VIOLENCE
  12. 12. Le progrès - 11 juin 2011 
 "12 Samedi 11 juin 2011 Meyzieu. Des détenus de l’Etablissement pour mineurs ont créé leur spectacle Des détenus de l’Epm ont présenté mercredi une pièce de théâtre sur la violence /Photo Alain Seveyrat C’est une pièce de théâtre qui parle de violence, de famille, d’argent et de pulsions. Des thèmes somme toute relativement classiques, mais qui prennent, ici, toute leur importance. Ici, nous sommes à l’intérieur de l’établissement pour mineurs de Meyzieu (EPM). Et les comédiens sont, pour moitié, de jeunes détenus. Les textes de la pièce qu’ils interprètent sont d’ailleurs conçus à partir d’improvisations, réalisées dans le cadre d’un travail débuté en février avec la compagnie villeurbannaise « Le lien théâtre ». Cette pièce, simplement intitulée « La violence et l’histoire », raconte l’histoire croisée de plusieurs personnages. Tous auteurs ou victimes de violences, ils ont en commun la pression économique ou sociale. Avec comme unique moyen de réponse à cette pression, le langage de la violence. Deux histoires se jouent en même temps sur la scène, par intermittence. Il y a celle d’une jeune fille, qui entre dans un commissariat et demande la libération immédiate de son petit ami, interpellé quelques jours plus tôt dans une manifestation. Face à l’inévitable et prévisible refus du commissaire, la jeune fille prend en otage ce dernier. Il y a aussi l’histoire d’un jeune révolutionnaire, habitant d’un pays ravagé par les guerres ethniques, qui affronte son cousin, membre de l’armée gouvernementale. Plus encore que la création et l’interprétation du spectacle, ce sont bien les leçons qu’on peut tirer de ces situations, qui ont motivé sa réalisation. « C’est un projet transversal, qui oblige les jeunes à prendre du recul sur eux-mêmes », explique Patrick Weill, responsable du service éducatif de l’EPM. Et de poursuivre : « C’est aussi une action qui fait appel indirectement à des matières scolaires, comme le français, et qui permet donc de les travailler ». Les détenus ont aussi géré une partie des effets sonores et visuels, réalisé les décors, le présentoir pour les toasts… Ainsi que les toasts eux-mêmes, en collaboration avec l’association « Goûts et couleurs » : cuisses de volailles farcies, fondants au chocolat, tartelettes et autres cakes. Une manière comme une autre d’apprendre à faire de bonnes choses. CHANTIER ARTISTIQUE REVUE DE PRESSE MYTHES ET VIOLENCE
  13. 13. DPJJ.NET - 16 juin 2011 
 "13 CHANTIER ARTISTIQUE REVUE DE PRESSE MYTHES ET VIOLENCE
  14. 14. DPJJ.NET - 16 juin 2011 (suite) 
 "14 CHANTIER ARTISTIQUE REVUE DE PRESSE MYTHES ET VIOLENCE
  15. 15. L’ASCENSEUR - CRÉATION 2016 Dramaturgie : Calin Blaga - Mise en scène : Anne-Pascale PARIS - Musique : Laurent FRICK Distribu.on : Yazan AL MASHNI, Vincent ARNAUD, Maria Isabel CAÑÓN, Léna DIA, Benjamin ESCOFFIER, Hicham ISAMILI Public : à par9r de 15 ans Le spectacle est soutenu par la Déléga.on Interministérielle à la luZe Contre le Racisme et l’An.sémi.sme, le Groupe Abraham, la LICRA. Note de conception et de mise en scène Six jeunes acteurs, pouvant incarner plusieurs personnages, se retrouvent dans un Ascenseur qui clignote, se bloque -peut-être- pour quelques instants. Symbolisé par un rectangle au sol, ce7e Ascenseur devient alors un personnage, il parle, il invite les comédiens à se regarder. Eux, évoluent dans cet espace réduit mais aussi s’évadent, s’échappent du cadre et adressent aux spectateurs leur histoire personnelle, leurs doutes et leurs espoirs. Diffusion
 + Sacrées paroles, 30 ans du groupe Abraham, mai 2016
 + Dialogues en humanité, juillet 2016
 + Tout le monde dehors, juillet 2016
 + Assises de la Laïcité, octobre 2016 Nos partenaires
 Le lycée Hélène Boucher, le Refuge, La Déléga9on Interministérielle à la lu7e Contre le Racisme et l’An9sémi9sme (DILCRA), la ville de Lyon, la Mission Lyon Duchère, le lieu echnage parents du collège Schoelcher. Revue d’opinions
 « On est venu par hasard car la théma9que nous intéresse. On a trouvé la forme de l’ascenseur parfaite pour aborder ces sujets. Dans un ascenseur t’es obligé de parler de ça en frontal. On a aimé la fin et le message : le changement de société va passer par le regard que l’on porte les uns sur les autres » – Paroles de spectateurs dans le cadre du Fes9val Lyonnais Tout le Monde Dehors (Juillet 2016) "15 L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  16. 16. La tribune de Lyon - 8 juillet 2016 "16 REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  17. 17. SOIS BELLE ET TAIS-TOI - CRÉATION 2015 
 Concep.on et Mise en scène : Anne-Pascale PARIS Distribu.on : Yazan AL MASHNI, Mathilde DUTREUIL, Maxime MAY
 Public : à par9r de 15 ans Note de conception et de mise en scène Anne-Pascale Paris s’interroge sur les comportements des hommes et des femmes et des rapports de pouvoirs qu’ils engendrent, ce7e fois, à l’épreuve des « violences conjugales » : qu’appelle-t-on violence conjugale ? Comment se manifeste-t-elle pour les femmes ? Pour le spectacle « Sois belle et tais-toi ! » elle propose une photographie, un état des lieux de son ques9onnement, nourri de rencontres avec deux intervenantes sociales dans les commissariats, de collecte de témoignages.Me7ant en voix un manuel d’économie domes9que (1960), le regard de la société sur la violence faite aux femmes au fil des époques, l’équipe ar9s9que aborde la place de la femme dans le couple en naviguant entre une écriture historique et sociologique. L’émo9on nous saisit lorsqu’on assiste aux balbu9ements des premiers émois où s’insinuent insidieusement une volonté de contrôle, des humilia9ons, le regard d’un enfant… D’un geste précis, d’une violence chorégraphiée, l’équipe ar9s9que sait si bien faire jaillir une émo9on au fil du rasoir, qu’elle déjoue par des scènes « décalées » pour déclencher le rire qui soulage. Plutôt qu’un message, c’est véritablement un ques9onnement, un « prêt à faire réfléchir » que le Lien Théâtre propose au public à travers ce spectacle. Diffusion
 Fes9val Brisons le silence - Espace Citoyen Lyon 8 - 23 novembre 2015 Nos partenaires
 Ce7e créa9on a reçu le sou9en de la ville de Lyon, de la Métropole, de l’associa9on Filac9on, de la Maison de Jus9ce et du Droit de Lyon.
 "17 L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  18. 18. VOUS M’AGRESSEZ LA PAROLE - CRÉATION 2015 - CALIN BLAGA Dramaturgie : Calin Blaga Mise en scène : Anne-Pascale PARIS Distribu.on : Yazan AL MASHNI, Grégoire BLANCHON, Fanélie DANGER, Mathilde DUTREUIL, Maxime MAY, Valérie MILLÉRIOUX
 Public : à par9r de 15 ans Note de conception et de mise en scène Ce7e pièce propose une interroga9on sur la violence : les jeunes d'aujourd'hui sont-ils plus violents qu'hier ? Elle se manifeste dans un lycée sous la forme d'harcèlements et de silences, d'insultes, d'orienta9on non choisie, de tensions entre les personnages qu'ils soient garçons ou filles, élèves, professeurs ou parents. Ce spectacle laisse apparaître une rupture entre adolescents et adultes d'où peut naître des difficultés de communica9on. Des moments de respira9ons ponctuent ce7e pièce. Les médias s'introduisent dans l'espace scénique. Le théâtre devient alors documentaire, moteur d'une réflexion sur une violence réduite à des faits et des actes. Diffusion
 3 représenta9ons
 + de 200 spectateurs Revue d’opinion
 […] [Les élèves] ont été par.culièrement aZen.fs lors de la représenta.on théâtrale, qui ciblait parfaitement les différentes probléma.ques rencontrées en lycée professionnel (l’orienta.on par défaut, le manque de mo.va.on, l'absentéisme, les respects fille garçons ...). L'ensemble des accompagnateurs a remarqué et apprécié les qualités professionnelles et pédagogiques des intervenants […]
 Alber9ne Besset, Infirmière, Lycée Professionnel Mar9n Luther, Septembre 2015 « J’ai trouvé ceZe pièce extrêmement réaliste et touchante, notamment quand elle pointe la solitude et le désarroi de certains personnage face à leur parent ou à l’ins.tu.on scolaire. » A7achée aux rela9ons publiques - Scène Na9onale, Septembre 2015 "18 L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  19. 19. DIS MOI LES MAUX - CRÉATION 2015 - WALÉRY DOUMENC Dramaturgie : Waléry Doumenc Mise en scène : Anne-Pascale PARIS Distribu.on : Yazan AL MASHNI, Fanélie DANGER, Waléry DOUMENC, Valérie MILLÉRIOUX
 Public : 11-14 ans Synopsis et note de mise en scène Tarik se fait harceler dans les ves9aires. Ryan a poussé Lydia, qui est tombée. Entre acharnement et sou9en, les élèves reprennent ces évènements sur les réseaux sociaux et cherchent à faire le buzz. Les masques u9lisés pour la mise en scène ques9onnent la responsabilité de chacun. Diffusion
 + de 11 représenta9ons
 + de 700 spectateurs Revue d’opinion
 « U.liser le rire, c’est une bonne façon de faire passer le message, même si parfois c’est du rire jaune ; on comprend ce qu’ils pointent, sans qu’il y’ait de leçon de morale qui meZrait mal à l’aise. Les personnages sont complexes, il n’y a pas de simplifica.on abusive, ce qui fait qu’on peut facilement s’imaginer être l’un ou l’autre des personnages, bourreau, vic.me, témoin, tout est bien rendu » 
 Monique Ferrerons - organisatrice du rassemblement des jeunes médiateurs, Mai 2015. "19 L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  20. 20. ENTRE DEUX MONDES - CRÉATION 2015 - SANDRINE BAUER Spectacle bilingue français - langue des signes - Accessible au public sourd et entendant 
 Dramaturgie : Sandrine Bauer Mise en scène : Anne-Pascale PARIS Distribu.on : Fanélie DANGER, Émilie DERT, Waléry DOUMENC, Anaïs JOUISHOMME, Cécile NICOL, Steve RECOLLON Public : à par9r de 15 ans Ce spectacle a été associé dès sa créa.on, en janvier 2013, à un disposi.f de luZe contre les discrimina.ons en raison du handicap. Synopsis, note de conception et de mise en scène Constance est née sourde et parle la langue des signes. Elle élève sa seule fille Emilie, entendante, qui oralise et signe également. Elles ont des problèmes de communica9on comme dans de nombreuses rela9ons mère-fille à l’adolescence. Lorsqu’Emilie souhaite passer son permis en conduite accompagnée, Constance bien logiquement se propose comme accompagnatrice. Elle répond à toutes les condi9ons. Pourtant les deux femmes vont se heurter à des moqueries, indélicatesses et discrimina9ons. Comme dans tous les textes de la dramaturge, le thème grave est traité avec simplicité, sans complaisance et avec l’humour indissociable de l’écriture de Sandrine Bauer. La mise en scène engage les corps et met en valeur les parcours émo9onnels des personnages. Elle intègre des dialogues en langue des signes et donne à voir les rela9ons entre les mondes sourds et entendants autour d'une fron9ère lumineuse. Diffusion
 + de 5 représenta9ons
 + de 500 spectateurs Nos partenaires
 Conseil départemental d’Accès au Droit du Rhône (CDAD), le Défenseur des Droits, la Région Rhône-Alpes, les villes de Lyon et de Villeurbanne, l’Inspec9on Académique du Rhône, les Maisons de la Jus9ce et du Droit des villes de Lyon et de de Villeurbanne. Revue d’opinion
 « Tout très juste sur la vie des personnes sourdes et leurs difficultés. Finement raconté, bien joué. Je connais bien le sujet et j’ai apprécié. […] [Le spectacle] permet bien de comprendre les situa.ons difficiles dans lesquelles se trouvent les sourds. On voit aussi leur enfermement dans la communauté, la jeune-fille .raillée »
 Thérèse Rabatel, Adjointe au Maire de Lyon, déléguée à l'Egalité femmes-hommes, aux Temps de la ville, aux Handicaps – Juin 2013. "20 L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  21. 21. T’ES PAS MON GENRE - CRÉATION 2011 - CALIN BLAGA Dramaturgie : Calin Blaga - Mise en scène : Anne-Pascale PARIS - Musique : Chris9an FRADIN Distribu.on : Yazan AL MASHNI, Fanélie DANGER ou Anaïs JOUISHOMME, Mathilde DUTREUIL, Steven FAFOURNOUX, Valérie MILLÉRIOUX Public : à par9r de 14 ans Le spectacle est soutenu par l'Inspec.on Académique du Rhône et il cité comme ressources pour aborder la ques.on de l'égalité des chances des filles et des garçons. Note de conception et de mise en scène La mise en scène souligne le trouble des personnages et le danger qui les gue7e. Des panneaux les découvrent ou les cachent, s’éloignent, se montent, se baissent, construisant comme par magie les différents espaces scéniques : une chambre, une rambarde d’autoroute, un abri-bus… Elle permet de glisser insensiblement du conte de fées au drame qui surprend les personnages comme les spectateurs et nous amène à réfléchir à la no9on de consentement dans la rencontre et le désir de l’autre. Diffusion
 + de 22 représenta9ons
 + de 2500 spectateurs Nos partenaires
 Conseil départemental d’Accès au Droit du Rhône (CDAD), la Région Rhône-Alpes, les villes de Lyon, de Villeurbanne, l’Inspec9on Académique du Rhône, les Maisons de la Jus9ce et du Droit des villes de Lyon, de Villeurbanne. Revue d’opinions
 T’es pas mon genre ! se concentre avec réalisme sur l’iden.té adolescente. Le spectacle met en scène les souffrances dues à notre paresse intellectuelle, qui dénie aux adolescent-e-s une personnalité propre, pour leur faire endosser des rôles sexués sous contrôle, dans un univers de domina.on-soumission plein de préjugés et de conformisme. Violaine Dutrop-Voutsinos - Ins9tut Egaligone, pour le développement des démarches égalitaires dans l'éduca9on des enfants.
 "21 L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  22. 22. Les cahiers pédagogiques n° 519 "22 REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  23. 23. Les cahiers pédagogiques n° 519 (suite)
 "23 REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  24. 24. Les cahiers pédagogiques n° 519 (suite) "24 REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  25. 25. Le progrès - 9 mai 2011 
 "25 Newsletters Votre journal en PDFMélanie Perron Mon compte Déconnexion Vous êtes ici : Accueil Rhône Villeurbanne Vendredi 28 octobre 20 Ly A la Une | Faits Divers | France - Monde | Sports | ASSE | OL | Loisirs | Culture | Vidéos | Salons | A Avis de décès Ma région RecheAin Jura Loire Haute-Loire Rhône Mes communes Archives Lyon | Villefranche | Tarare | Villeurbanne | Oullins | Bron | Vénissieux | Rillieux Rechercher une commune+ de zones de vie 0 Recommander + de tags Rhône Villeurbanne Education Enseignement secondaire Société Jeunesse Sexualité Alertes info Soyez les premiers informés : inscrivez- vous à nos alertes mail je m'inscris Les relations filles-garçons, tout un programme Quatre collèges de la ville, dont deux cette semaine, expérimentent le projet théâtral « T’es pas mon genre », qui explore l’égalité des sexes. Six cents élèves villeurbannais sont concernés Entre les femmes et les hommes, c’est « je t’aime moi non plus » depuis la nuit des temps, n’est-ce pas ? Alors, il n’y a guère de raison que ce soit différent à l’adolescence, entre les filles et les garçons, au détail près que la communication est parfois (encore) plus difficile à établir. « T’es pas mon genre », c’est l’intitulé du projet dont une nouvelle phase entre en action, cette semaine, dans les collèges du Tonkin et de l’Immaculée-Conception. Une expérience théâtrale autour du thème de l’égalité et des relations filles-garçons qui implique de nombreux partenaires : l’Education nationale, bien sûr, le service jeunesse de la Ville, l’association Le lien théâtre et la Maison de justice et du droit de Villeurbanne. Conduite depuis février dans quatre collèges villeurbannais (1), elle s’inscrit dans le cadre de la Biennale universitaire pour l’égalité, initiée par Lyon 1, en mars dernier ; elle est également en cohérence avec la thématique de la Fête du livre jeunesse. A l’origine, il y a eu une demande des collèges. « Le personnel pédagogique, mais aussi les infirmières, ont exprimé un besoin de mener un travail sur cette question, particulièrement à l’Immaculée-Conception », explique Olivier Legroux, directeur du service jeunesse. La Ville revendique un réel partenarait avec les établissements scolaires, lors de la Semaine du vivre ensemble en particulier. Elle a ainsi consacré un budget à l’expérience d’ateliers théâtre, animés par une association spécialisée en théâtre social et qui travaille en réseau avec des spécialistes des thématiques qu’elle aborde. Le processus de création est particulier, avec une part d’improvisation. Au final, un spectacle d’environ une heure qui met en scène des situations quotidiennes. « Selon le milieu social et l’éducation, les relations filles-garçons d’une classe à l’autre. Du coup, pour être le plus universel possible, l’auteur a plutôt écrit sur ce que les filles pensent que les garçons attendent d’elles, et vice-versa », explique Anne-Laure Paris, metteur en scène. Le spectacle est suivi d’un échange, en présence d’une juriste et une greffière de la MJD. « Nous redisons le droit, ce qu’il y a de répréhensible dans la pièce, l’importance d’avoir une justice des mineurs », explique Claudine Bodin, juriste ». Lorsqu’il est question d’agression sexuelle, on rappelle les notions de consentement et de limites. Au début, Vu 35 fois | Publié le 09/05/2011 à 00:00 Réagissez 1 photo En mars dernier, représentation au collège Môrice-Leroux / Archives J. G. Notez cet article Newsletters Votre journal en PDF Contactez-nous Abonnez-vousMélanie Perron Mon compte Déconnexion Vous êtes ici : Accueil Rhône Villeurbanne Vendredi 28 octobre 2011 Lyon 16 °C 11 °C A la Une | Faits Divers | France - Monde | Sports | ASSE | OL | Loisirs | Culture | Vidéos | Salons | Annonces | Avis de décès Ma région RechercherAin Jura Loire Haute-Loire Rhône Mes communes Archives Lyon | Villefranche | Tarare | Villeurbanne | Oullins | Bron | Vénissieux | Rillieux Rechercher une commune+ de zones de vie 0 Recommander + de tags Rhône Villeurbanne Education Enseignement secondaire Société Jeunesse Sexualité Alertes info Soyez les premiers informés : inscrivez- vous à nos alertes mail je m'inscris Les relations filles-garçons, tout un programme Quatre collèges de la ville, dont deux cette semaine, expérimentent le projet théâtral « T’es pas mon genre », qui explore l’égalité des sexes. Six cents élèves villeurbannais sont concernés Entre les femmes et les hommes, c’est « je t’aime moi non plus » depuis la nuit des temps, n’est-ce pas ? Alors, il n’y a guère de raison que ce soit différent à l’adolescence, entre les filles et les garçons, au détail près que la communication est parfois (encore) plus difficile à établir. « T’es pas mon genre », c’est l’intitulé du projet dont une nouvelle phase entre en action, cette semaine, dans les collèges du Tonkin et de l’Immaculée-Conception. Une expérience théâtrale autour du thème de l’égalité et des relations filles-garçons qui implique de nombreux partenaires : l’Education nationale, bien sûr, le service jeunesse de la Ville, l’association Le lien théâtre et la Maison de justice et du droit de Villeurbanne. Conduite depuis février dans quatre collèges villeurbannais (1), elle s’inscrit dans le cadre de la Biennale universitaire pour l’égalité, initiée par Lyon 1, en mars dernier ; elle est également en cohérence avec la thématique de la Fête du livre jeunesse. A l’origine, il y a eu une demande des collèges. « Le personnel pédagogique, mais aussi les infirmières, ont exprimé un besoin de mener un travail sur cette question, particulièrement à l’Immaculée-Conception », explique Olivier Legroux, directeur du service jeunesse. La Ville revendique un réel partenarait avec les établissements scolaires, lors de la Semaine du vivre ensemble en particulier. Elle a ainsi consacré un budget à l’expérience d’ateliers théâtre, animés par une association spécialisée en théâtre social et qui travaille en réseau avec des spécialistes des thématiques qu’elle aborde. Le processus de création est particulier, avec une part d’improvisation. Au final, un spectacle d’environ une heure qui met en scène des situations quotidiennes. « Selon le milieu social et l’éducation, les relations filles-garçons d’une classe à l’autre. Du coup, pour être le plus universel possible, l’auteur a plutôt écrit sur ce que les filles pensent que les garçons attendent d’elles, et vice-versa », explique Anne-Laure Paris, metteur en scène. Le spectacle est suivi d’un échange, en présence d’une juriste et une greffière de la MJD. « Nous redisons le droit, ce qu’il y a de répréhensible dans la pièce, l’importance d’avoir une justice des mineurs », explique Claudine Bodin, juriste ». Lorsqu’il est question d’agression sexuelle, on rappelle les notions de consentement et de limites. Au début, certains assurent « qu’elle l’a bien cherché », puis après avoir discuté, ils nuancent, et leur position évolue. La plupart du temps, ils participent beaucoup et se sentent concernés. » Les ateliers théâtres sont présentés à 600 élèves, de la 5 e à la 3 e, dans quatre collèges : Môrice-Leroux, Tonkin, Vu 35 fois | Publié le 09/05/2011 à 00:00 Réagissez 1 photo En mars dernier, représentation au collège Môrice-Leroux / Archives J. G. Notez cet article REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  26. 26. Le progrès - 26 mars 2011 "26 REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  27. 27. ASCENSEUR POUR L’ÉGALITÉ - CRÉATION 2010 - CALIN BLAGA Dramaturgie : Calin BLAGA Mise en scène : Anne-Pascale PARIS Musique : Simon Dahan Distribu.on : Yazan AL MASHNI, Mathilde DUTREUIL, Anaïs JOUISHOMME, Léïla Mahi, Robert Parize, Public : à par9r de 15 ans Synopsis Six jeunes empruntent l’ascenseur pour qui7er le Forum de l’Avenir et de l’Orienta9on quand l’appareil tombe en panne. Ils vont rester prisonniers jusqu’au lendemain ma9n. La fa9gue, la faim, la promiscuité, la colère et la peur vont révéler les personnalités et faire voler les préjugés en éclat. La situa9on est prétexte à faire se rencontrer ou s’opposer les personnages sur l’orienta9on scolaire, l’amour, la sexualité, la parentalité, les violences familiales, l’homosexualité. Les personnages sont de cultures ou de milieux sociaux très différents sans jamais être caricaturaux. Le spectacle ne se veut ni accusateur ni moralisateur. Il est un reflet de ce qui nous semble cons9tuer des moteurs ou des freins aux principes d’égalité entre les jeunes, entre les femmes et les hommes. Diffusion
 + de 13 représenta9ons
 + de 1170 spectateurs Nos partenaires
 Conseil départemental d’Accès au Droit du Rhône (CDAD), le Défenseur des Droits, la Région Rhône-Alpes, les villes de Lyon, de Villeurbanne, l’Inspec9on Académique du Rhône, les Maisons de la Jus9ce et du Droit des villes de Lyon, de Villeurbanne. Revus d’opinion
 « Ascenseur pour l’égalité » aborde avec force et humanité plusieurs préjugés ordinaires. […] D’après moi, Ascenseur pour l’Egalité parle de notre paresse. Il est en effet plus simple pour l’être humain d’avoir des idées toutes faites sur les gens que d’apprendre à les connaître. L’idée toute faite nous permet de rapidement photographier le monde. C’est efficace, elle nous évite de penser par nous-mêmes. Car c’est un effort d’entrer en rela.on avec les autres pour mieux les connaître. Nous sommes tous et toutes concerné-e-s parce que la paresse est une grande tenta.on dans notre monde et les idées toutes faites arrivent de partout. Violaine Dutrop-Voutsinos - Ins9tut Egaligone, 2011 « Et surtout vous avez su développer les différents aspects des rela.ons filles-garçons avec beaucoup de nuances, des points de vue différents, des évolu.ons dans les rapports entre les personnages de façon dynamique, montrant comment on peut vivre ensemble et se construire ensemble en se connaissant. Vous avez aussi su intégrer les discrimina.ons en général et pas seulement la discrimina.on de genre, avec souplesse. Le travail en amont dans les classes a donc été visiblement u.le et construc.f. » Thérèse Rabatel, Adjointe au Maire de Lyon, déléguée à l'Egalité des femmes, aux Temps de la ville, aux Handicaps. Mars 2010
 "27 L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / VIOLENCE / SOCIÉTÉ
  28. 28. ACCRO À QUOI - CRÉATION 2010 - SANDRINE BAUER Dramaturgie : Sandrine Bauer Mise en scène : Anne-Pascale PARIS Distribu.on : Yazan AL MASHNI, Grégoire Blanchon, Fanélie DANGER, Yann DUCRUET, Mathilde Dutreuil, Valérie MILLÉRIOUX Public : à par9r de 13 ans Synopsis et note de conception Clément, Aurélie, Cédric, Vanessa, Cécile et Julien sont dans la même classe. Rythmé par l’école et la vie de famille, leur quo9dien est ponctué de fêtes et d’excès (alcool, cannabis, adrénaline, jeux vidéo). L’histoire est mise en scène comme un thriller avec la dispari9on de Vanessa. Par9s à sa recherche, ses amis trahissent des angoisses qu’ils pensent maîtriser. Diffusion
 + de 30 représenta9ons
 + de 2500 spectateurs Revue d’opinion
 " J’ai beaucoup apprécié ceZe manifesta.on tant au niveau de la presta.on théâtrale qu’au niveau des échanges avec les jeunes qui ont suivi. Je les ai trouvé intéressés, posant de bonnes ques.ons et j’ai trouvé que la présence d’Anne-Pascale et sa manière d’aborder les jeunes facilitait le débat en les meZant à l’aise et en s’adaptant à leurs ques.onnements, en toute simplicité « 
 François JARDEL, assistante Préven9on Santé Ville de Lyon - Avril 2015. "28 L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  29. 29. TU M’AGRESSES LA PAROLE - CRÉATION 2008 - CALIN BLAGA Dramaturgie : Calin BLAGA Mise en scène : Anne-Pascale PARIS Distribu.on : Yazan AL MASHNI, Émilie CANONGE, Lysiane CLÉMENT, Fanélie DANGER ou Anaïs JOUISHOMME, Mathilde Dutreuil, Maxime MAY, Valérie MILLÉRIOUX Public : à par9r de 11 ans Synopsis et note de conception Dans une mise en scène précise et fouillée, les 7 comédiens déroulent des scènes de vie de collégiens dans une marche vers un drame tout juste évité. Au plus fort de l’émo9on, les tableaux se figent. Ces moments de respira9on perme7ent de saisir la complexité des rapports humains et leur difficulté de communica9on. Diffusion
 + de 125 représenta9ons
 + de 6500 spectateurs Nos partenaires
 La ville de Lyon, la ville de Villeurbanne, la région Rhône Alpes, le Conseil Départemental d’Accès au Droit, l’Inspec9on Académique du Rhône, les Maisons de Jus9ce et de Droit de Lyon et de Villeurbanne, l’associa9on AMELY (accès au droit et média9on). "29 L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  30. 30. Le progrès - 12 février 2011 
 "30 !"#$%"&&"'$! ()&'"*+),'-.%*"-*/!-!$#&'()'%%$# ! ")(!%)'*. ! *7%)(( 1$)( .)/-!9. -!$%$!2!3%%/ $& 5#;( ! .$&& /,9:(( ,'#-%'-&(./($0'$2 !"#$"%&' 4 ($)*+",)-'.+ 4 (.$&/'"0"12&3' 4 452.*+ 4 !446 4 78 4 82)+).+ 4 9:#*:.' 4 ;)3<2+ 4 4$#2&+ !-)+"3'"3</=+ 9.*'!;<)- 56<- =,'. >)<'" ?.,&"5>)<'" @A"-" 1'+"/2>>:&'+ 6'3A<8"$ 8+$#!4!,&!!':%$#0;'!4!<$%$%'!4!,&!!'(%2$##'!4!>(!!&#&!4!@%$#!4!,-#&&&&'(*!4!B&!!&'(* 5 %# ,%# ,!/( !%)''/(>!? !3)( -!? !0$ 3 !"#$%%&'(") C(-'('$D& B;/#' .$&& /,9:(( 8$&&&%& F!'%''&(&#:$ B)2 3!& -!*, '$ ,- $(!),'7-!2!$(-%,$0 3D 0)/-!5!()-!:& ,. -!':$& '("I&#&0%&& 3 !"#$%%&'(") 8'(0$!!.D'(8$(&&KL$()''(&'#&&2&!&&'(&'&(-!.)'&($( 2()&)%'('#&'"2!'(3 =!G/!'H:", -- -!&:!*:,)& !>K!. &! -.!& !.$., !70)%:. /,!? !&:!*$8% !%)/7 !*:,!& -!%)'7?$ (-!?/ ;$ (! G#76., K! ? 0:(.! & -! 7&80 -! ?/! %)&&8" ! ;)/$-DO)/0 .P! O /?$K! /( ! ? '$D?)/3:$( ! ? %&:-- -! )(.! -/$0$! % ! -* %.:%& K! ?:(-! & ! %:?, ! ? ! &:! =! B ':$( ! ?/! 0$0, ! (- '9& ! >K ),":($-7 !5!&H$($.$:.$0 !?/!%)'$.7!?H7?/%:.$)(!5!&:!-:(.7! .!5!&:!%$.)2 (( .7!? !&H7.:9&$-- ' (.P ;?)9% %.$!!R!B (-$9$&$- ,!& -!% /( -!5!&:!*,70 (.$)(!? !&:!0$)& (% ! .!? -!%)(?/$. -!5!,$-+/ -P ; ! -* %.:%& K! +/$! ' .! (! -%8( ! /( ! #$-.)$, ! -$'*& ! ?H:", --$0$.7! :/! %)&&8" ! (., ! ? /1 7&80 -K!( !- !%)(. (. !*:-!? !')(., ,!&H (%#::( ' (.!? -!!:$.-P!U&!& -!?7')(. K!& -!:(:&2- K .!!:$.!,7:"$,!& -! (!:(.-!+/$!- !')(., (.!.,8-!,7% *.$!-P ; -!-7:(% -!)(.!7.7!-/$0$ -!?H/( !, (%)(., !:0 %!/( !%/,$-. !? !&:!":$-)(!?/!?,)$.K!:!$(!? , & 0 ,!& -!$(!,:%.$)(-!V$(-/&. -K!#:,%8& ' (.!WK! .!? !& -!+/:&$!$ ,!*7(:& ' (.P ; ! %)'$.7! :0:$.! 7":& ' (.! -)&&$%$.7! &:! *)&$% ! (:.$)(:& ! *)/,! :%%)'*:"( ,! /(! .,:0:$&! -/, &H/.$&$-:.$)(!? -!()/0 && -!. %#()&)"$ -P 30 %! &H3--)%$:.$)(! (:.$)(:& ! ? ! *,70 (.$)(! *)/,! &H:&%))&)"$ ! .! &H:??$%.)&)"$ ! V3(*::WK! & - 7&80 -!)(.!7.7!- (-$9$&$-7-!:/1!%)(?/$. -!5!,$-+/ -P X(!*:,:&&8& !5!% -!:%.$)(-K!/( ! 1*)-$.$)(!?/!%)(- $&!"7(7,:&K!=!* !&H (":" ' (.!%)(.$(/!? ()-!",:(? -!,7-$-.:(. -!:/1!! '' -! '9&8' -!? !&:!*:$1!?:(-!& !')(? !>K!:!7.7!$(-.:&&7 ?:(-!& !#:&&!?H (.,7 P 8$(%--$0'&$#(-(()%$D%.& ./!YZ!!)$-!4!![/9&$7!& !YZ]ZZ]YY!5!]]2]] Y!*#).) ; -!%)'7?$ (-!?/!;$ (!G#76., !)(.!%)/7!/( !*$8% !:/!.$., !70)%:. /,!2!=!G/!'?:", -- -!&:!*:,)& !>!![#).)!*:($ && !* 0$(:3 .)-!%)'' (.:$, - ! P$'',(0''($%'&0!' !"#$%"&&"'$! ()&'"*+),'-.%*"-*/01! 2)-&.3&" 5-!-!$#&'()'%%$# ! ")(!%)'*. ! *7%)(( 1$)( .)/-!9. -!$%$!2!3%%/ $& 5#;( ! .$&& /,9:(( ,'#-%'-&(./($0'$2%'(.344 ;2)( !"#$"%&' 4 ($)*+",)-'.+ 4 (.$&/'"0"12&3' 4 452.*+ 4 !446 4 78 4 82)+).+ 4 9:#*:.' 4 ;)3<2+ 4 4$#2&+ 4 !&&2&/'+ !-)+"3'"3</=+ 9.*'!;<)- !5 %# ,%# ,6<- =,'. >)<'" ?.,&"5>)<'" @A"-" 1'+"/2>>:&'+ 6'3A<8"$ 8+$#!4!,&!!':%$#0;'!4!<$%$%'!4!,&!!'(%2$##'!4!>(!!&#&!4!@%$#!4!,-#&&&&'(*!4!B&!!&'(* 5 %# ,%# ,!/( !%)''/(>!? !3)( -!? !0$ 3 !"#$%%&'(") C(-'('$D& B;/#' .$&& /,9:(( 8$&&&%& F!'%''&(&#:$ B)2 3!& -!*, '$ ,- $(!),'7-!2!$(-%,$0 3D 0)/-!5!()-!:& ,. -!':$& '("I&#&0%&& 3 !"#$%%&'(") 8'(0$!!.D'(8$(&&KL$()''(&'#&&2&!&&'(&'&(-!.)'&($( 2()&)%'('#&'"2!'(3 =!G/!'H:", -- -!&:!*:,)& !>K!. &! -.!& !.$., !70)%:. /,!? !&:!*$8% !%)/7 !*:,!& -!%)'7?$ (-!?/ ;$ (! G#76., K! ? 0:(.! & -! 7&80 -! ?/! %)&&8" ! ;)/$-DO)/0 .P! O /?$K! /( ! ? '$D?)/3:$( ! ? %&:-- -! )(.! -/$0$! % ! -* %.:%& K! ?:(-! & ! %:?, ! ? ! &:! =! B ':$( ! ?/! 0$0, ! (- '9& ! >K ),":($-7 !5!&H$($.$:.$0 !?/!%)'$.7!?H7?/%:.$)(!5!&:!-:(.7! .!5!&:!%$.)2 (( .7!? !&H7.:9&$-- ' (.P ;?)9% %.$!!R!B (-$9$&$- ,!& -!% /( -!5!&:!*,70 (.$)(!? !&:!0$)& (% ! .!? -!%)(?/$. -!5!,$-+/ -P ; ! -* %.:%& K! +/$! ' .! (! -%8( ! /( ! #$-.)$, ! -$'*& ! ?H:", --$0$.7! :/! %)&&8" ! (., ! ? /1 7&80 -K!( !- !%)(. (. !*:-!? !')(., ,!&H (%#::( ' (.!? -!!:$.-P!U&!& -!?7')(. K!& -!:(:&2- K .!!:$.!,7:"$,!& -! (!:(.-!+/$!- !')(., (.!.,8-!,7% *.$!-P ; -!-7:(% -!)(.!7.7!-/$0$ -!?H/( !, (%)(., !:0 %!/( !%/,$-. !? !&:!":$-)(!?/!?,)$.K!:!$(!? , & 0 ,!& -!$(!,:%.$)(-!V$(-/&. -K!#:,%8& ' (.!WK! .!? !& -!+/:&$!$ ,!*7(:& ' (.P ; ! %)'$.7! :0:$.! 7":& ' (.! -)&&$%$.7! &:! *)&$% ! (:.$)(:& ! *)/,! :%%)'*:"( ,! /(! .,:0:$&! -/, &H/.$&$-:.$)(!? -!()/0 && -!. %#()&)"$ -P 30 %! &H3--)%$:.$)(! (:.$)(:& ! ? ! *,70 (.$)(! *)/,! &H:&%))&)"$ ! .! &H:??$%.)&)"$ ! V3(*::WK! & - 7&80 -!)(.!7.7!- (-$9$&$-7-!:/1!%)(?/$. -!5!,$-+/ -P X(!*:,:&&8& !5!% -!:%.$)(-K!/( ! 1*)-$.$)(!?/!%)(- $&!"7(7,:&K!=!* !&H (":" ' (.!%)(.$(/!? ()-!",:(? -!,7-$-.:(. -!:/1!! '' -! '9&8' -!? !&:!*:$1!?:(-!& !')(? !>K!:!7.7!$(-.:&&7 ?:(-!& !#:&&!?H (.,7 P 8$(%--$0'&$#(-(()%$D%.& ./!YZ!!)$-!4!![/9&$7!& !YZ]ZZ]YY!5!]]2]] Y!*#).) ; -!%)'7?$ (-!?/!;$ (!G#76., !)(.!%)/7!/( !*$8% !:/!.$., !70)%:. /,!2!=!G/!'?:", -- -!&:!*:,)& !>!![#).)!*:($ && !* 0$(:3 .)-!%)'' (.:$, - ! P$'',(0''($%'&0!' REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  31. 31. Le progrès - 28 novembre 2012 
 "31 La boutique Newsletters Votre journal en PDFMélanie Perron Mon compte Déconnexion Vous êtes ici : Accueil Rhône Pierre-Bénite Mercredi 28 novembre A la Une | Faits Divers | France - Monde | Sports | ASSE | OL | Loisirs | Culture | Blogs | Vidéos | Ma région ReAin Jura Loire Haute-Loire Rhône Mes communes Archives Lyon | Villeurbanne | Bron | Saint Priest | Vénissieux | Tarare | Oullins | Rillieux | Beaujolais Rechercher une commune+ de zones de vie TAGS ASSOCIES Rhône Pierre-Bénite Ste Foy / Francheville TweetTweet 0 Recommander 0 Share 0 Outils et partage Alertes info Soyez les premiers informés : abonnez-vous gratuitement à nos alertes quotidiennes par mail Pierre-Bénite Le théâtre au collège peut être un outil pédagogique Pour faire passer un message pédagogique, le théâtre est sans doute un moyen très performant. C’est ce que la troupe le Lien Théâtre a accompli lundi au collège Marcel-Pagnol en interprétant devant les élèves de 4 e, sa pièce « Tu m’agresses la parole ». Dans une mise en scène, dénuée de tout décor pour être encore plus proche de la réalité, les 7 comédiens ont déroulé devant les adolescents des scènes de leur vie de collégien, avec leurs mots et leur comportement. Tableau de violence autant en classe que dans la cour, puis un retour à la maison où règne une ambiance tendue. Cruauté entre élèves, au point qu’une adolescente, devenue la souffre-douleur, tente de se suicider. A la fin de la pièce les élèves étaient subjugués. Ensuite, ils ont discuté avec les acteurs qui leur ont demandé : « Qu’est ce qui aurait pu être fait, pour éviter un tel drame ? » Pour leur proposer ensuite de monter sur scène, et d’interpréter les solutions qu’ils avaient trouvées A l’initiative du Comité d’Éducation à la Santé et la Citoyenneté (CESC) et du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS), le message sera complété par une rencontre avec la maison de la justice dans les jours prochains. Vu 1 fois | Publié le 28/11/2012 à 06:00 0 Commenter cet article Les collégiens se sont rendus compte que cette pièce était un peu le miroir de leur vie Photo Jean-Paul Massonnat 0 Réagissez imprimer envoyer à un ami TweetTweet 0 Recommander 0 Share 0 Noter cet article La boutique Newsletters Votre journal en PDF Contactez-nousMélanie Perron Mon compte Déconnexion Vous êtes ici : Accueil Rhône Pierre-Bénite Mercredi 28 novembre 2012 Lyon A la Une | Faits Divers | France - Monde | Sports | ASSE | OL | Loisirs | Culture | Blogs | Vidéos | Annonces | Av Ma région RechercherAin Jura Loire Haute-Loire Rhône Mes communes Archives Lyon | Villeurbanne | Bron | Saint Priest | Vénissieux | Tarare | Oullins | Rillieux | Beaujolais Rechercher une commune+ de zones de vie TAGS ASSOCIES Rhône Pierre-Bénite Ste Foy / Francheville TweetTweet 0 Recommander 0 Share 0 Outils et partage Alertes info Soyez les premiers informés : abonnez-vous gratuitement à nos alertes quotidiennes par mail Pierre-Bénite Le théâtre au collège peut être un outil pédagogique Pour faire passer un message pédagogique, le théâtre est sans doute un moyen très performant. C’est ce que la troupe le Lien Théâtre a accompli lundi au collège Marcel-Pagnol en interprétant devant les élèves de 4 e, sa pièce « Tu m’agresses la parole ». Dans une mise en scène, dénuée de tout décor pour être encore plus proche de la réalité, les 7 comédiens ont déroulé devant les adolescents des scènes de leur vie de collégien, avec leurs mots et leur comportement. Tableau de violence autant en classe que dans la cour, puis un retour à la maison où règne une ambiance tendue. Cruauté entre élèves, au point qu’une adolescente, devenue la souffre-douleur, tente de se suicider. A la fin de la pièce les élèves étaient subjugués. Ensuite, ils ont discuté avec les acteurs qui leur ont demandé : « Qu’est ce qui aurait pu être fait, pour éviter un tel drame ? » Pour leur proposer ensuite de monter sur scène, et d’interpréter les solutions qu’ils avaient trouvées A l’initiative du Comité d’Éducation à la Santé et la Citoyenneté (CESC) et du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS), le message sera complété par une rencontre avec la maison de la justice dans les jours prochains. Vu 1 fois | Publié le 28/11/2012 à 06:00 0 Commenter cet article Les collégiens se sont rendus compte que cette pièce était un peu le miroir de leur vie Photo Jean-Paul Massonnat 0 Réagissez imprimer envoyer à un ami TweetTweet 0 Recommander 0 Share 0 Noter cet article REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  32. 32. Viva interactif - 12 juin 2014 
 "32 PRÉVENTION > DU THÉÂTRE CONTRE LA VIOLENCE À L’ÉCOLE À VILLEURBANNE le 12/06/2012 Jeudi 24 mai, les parents d'élèves de cinq collèges villeurbannais ont participé à un atelier de théâtre interactif sur le thème du harcèlement en milieu scolaire. Tensions, agressions physiques, harcèlement : quand la violence s'invite dans la cour de l'école, difficile pour les parents de trouver les mots. Les directeurs des collèges Morice-Leroux, Jean-Macé, des Iris, Louis-Jouvet, du Tonkin ont invité les parents d'élèves à une représentation de théâtre-forum, proposée par la compagnie Lien Théâtre. Cette forme de théâtre interactif leur a permis de participer à la pièce pendant la représentation, mettant ainsi en scène leurs propres réactions face à la violence. « Nous avons choisi de proposer une forme originale pour aborder ces questions difficiles, a expliqué Gilbert-Luc Devinaz, adjoint à la Prévention et à la sécurité. Le théâtre-forum est un bon outil qui permet de faire passer beaucoup de messages. Cette action est menée en collaboration avec la Ville et le Conseil local de sécurité et prévention de la délinquance et en partenariat avec la Maison de la justice et du droit. Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter DANS LA MÊME RUBRIQUE ELECTIONS LEGISLATIVES 2012 - Les résultats du second tour à Villeurbanne, le 17/06/2012 Le second tour des élections législatives 2012 a eu lieu dimanche 17 juin. Consultez les résultats... FRESQUE AU TONKIN - Quatre jeunes redonnent des couleurs au quartier, le 12/06/2012 PRÉVENTION > DU THÉÂTRE CONTRE LA VIOLENCE À L’ÉCOLE À VILLEURBANNE le 12/06/2012 Jeudi 24 mai, les parents d'élèves de cinq collèges villeurbannais ont participé à un atelier de théâtre interactif sur le thème du harcèlement en milieu scolaire. Tensions, agressions physiques, harcèlement : quand la violence s'invite dans la cour de l'école, difficile pour les parents de trouver les mots. Les directeurs des collèges Morice-Leroux, Jean-Macé, des Iris, Louis-Jouvet, du Tonkin ont invité les parents d'élèves à une représentation de théâtre-forum, proposée par la compagnie Lien Théâtre. Cette forme de théâtre interactif leur a permis de participer à la pièce pendant la représentation, mettant ainsi en scène leurs propres réactions face à la violence. « Nous avons choisi de proposer une forme originale pour aborder ces questions difficiles, a expliqué Gilbert-Luc Devinaz, adjoint à la Prévention et à la sécurité. Le théâtre-forum est un bon outil qui permet de faire passer beaucoup de messages. Cette action est menée en collaboration avec la Ville et le Conseil local de sécurité et prévention de la délinquance et en partenariat avec la Maison de la justice et du droit. Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter DANS LA MÊME RUBRIQUE ELECTIONS LEGISLATIVES 2012 - Les résultats du second tour à Villeurbanne, le 17/06/2012 Le second tour des élections législatives 2012 a eu lieu dimanche 17 juin. Consultez les résultats... FRESQUE AU TONKIN - Quatre jeunes redonnent des couleurs au quartier, le 12/06/2012 REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  33. 33. La croix - 10 juillet 2012 "33 !"#$%&&'#()*&+'#$"#,"*"$-."&-)*#/'.#/0+-1'.#.2)+3"*-.' !"#&"+)#"$#&"+))#*")#,!"""))#*")#*0&.(*"#"$*))#*")#)"(,!2")#&+3"!2)#)3"55%(2"$*#*"#(.&&"""(#"")#7(.$/.!)#.+-#(1 "") 0"0#"$*.!(")#*"#2%+(*%!)!"< =-"#&"")#*.$)#*(%!)#(0 !%$)#'+!#)"#)%$*#.**.'+0")#.+-#!$2!,!"!*0)#'+!#%$*#2%+()#.#"302%"")#*.$)#"")#)*.*")#%+#*.$)#"") (+")< @=A#BC@@4E=A#!=#FG@@=HIJKLL=#BCMJKNN=LN#@K#FGC@=LB=#F=IJK@=#CI!GLKGI= !4#".++=&$#*@1("$./$1.46##$#2(++$41! --$6#+F'$41$#$23# 4#!(+ -;#< 1,(#+$2#2 3(2% "3(.-2##$#+F --<$#/.41#2 #/1(-"(/ +$6# 4"4-$#B!"#$%%&!'("(##&##C#-F <"+ 3<## -2#+ #".41#.4# 46# !.1#2##$#"$3#<3 !+(22$,$-3##$#CDE#<+=5$2; * 1($.G$1- #$33$#G4%% 1.3./ 3'4(++$#1$#.43$#+ #14,$41#04(#$-%+$#$3#/ 15($-3#)4204$## -2#2.-#!41$ 4;#/ #/+4/ 13##4#3$,/26#3.43#/ 13#"!*$,-&!'#./$0&!##6 #</+.1$.3.$++$6#4-$#(-24+3$6#4-$# 33(34#$#".-2(#<1<$#".,,$#.431 &$ -3$6#+$2#"!2#&3. #&%!*&%!.-/.5.0.67%!#8 J"(6#+$2# &1$22(.-2#5$1! +$2#2.-3#+<&(.-;#G$ 4".4/#/+42#1</ -#4$2#04$#-$#+$#/$-2 (3#!--$.< 2" +$#< 1(26#,$33$42$#$-#2"=-$##$#+ #".,/ &-($#/$ /($-#K'<:31$;#2.(+9#04$+04$2# --<$26#(,,$1&<$## -2#4-#".++=&$6#$++$# #"!$'%&#57!,-&!-$,5&00&!9$#3&!*&!5.$0&-/&:!(//&267&!2(#!6$,%:!;,.!%& 3(-.9&%6&!*&!3(-. #&!2&#-./.&,%&!%$,%!9$#3&!*&!<&,!#8 N -2#+ #%.4+<$6#+ #04 #1 &<- (1$# #"1<<#=,!3$("#&%%&%!0(!2(#$0&#6#4-$#/(="$#04(#2F "'=5$#/ 1#+ #3$-3 3(5$##$#24("(#$##F4-$#)$4-$#%(++$#(,/+(04<$## -2 4-#".-%+(3# 4##</ 13#31=2#.1#(- (1$;#N$/4(2#OEPE6#+ #".,/ &-($#3'<:31 +$#(-3$15($-3## -2#+$2#<3 !+(22$,$-32##$#+ #5(++$#/.41#B##<! - +(2$1#C#+$2 &1$22(.-2#5$1! +$2; /F -#/ 22<6#+$2#<+=5$2##$2#"+ 22$2##$#D$##$#"(-0#<3 !+(22$,$-32##$#2(++$41! --$#.-3# 22(23<#9#+ #/(="$;#N$#+F 5(2#&<-<1 +6#+$#2"<- 1(.# #<3<#)4&<#%.13 1< +(23$;#/ #1$/1<2$-3 3(.-# #<3<#24(5($##F4-##<! 3#/4(26#04$+04$2#).412#/+42#3 1#6##F4-#<"' -&$# 5$"#4-#)41(23$##$#+ #* (2.-##$#+ #)423("$#$3##4##1.(3; /$#2/$"3 "+$6#04$#+ #, (1($#%(- -"$#$-#/ 13($6#"!2&#3&6!*&!9(.#&!2(%%&#!0&!3&%%("&!;,$,-!(/6&!*$(22(#&-/&!(-$*.-!2&,6!(5$.#!*&!"#(5&% /$-%7;,&-/&%!#:#$23(,$#Q(+!$13./4"#N$5(- 86# #).(-3#9#+ #/1<5$-3(.-#$3#+ #2<"41(3<;#J+# #+4(.,>,$# 22(23<#9#+ #/(="$6#$-#/1<2$-"$##$2#/ 1$-32##$2 ".++<&($-26#(-5(3<26#2 -2#+$412#$-% -326#9#4-$#1$/1<2$-3 3(.-;#"!=$,6!0&!3$-*&!&-!2#&-*!2$,#!%$-!"#(*&:!>!/$32#.%!0&%!&-%&."-(-6%!&6!0&%!2(#&-6%:!;,. %$-6!2(#9$.%!*73,-.%!#:#&+(22$#4-$#, , -; N$/4(2#+$#/ 22 &$##$#+ #".,/ &-($#/$#/($-#K'<:31$6#"!0&%!70 5&%!9$-6!20,%!%$,5&-6!(22&0!?!-$,%!(5(-6!;,&!0(!%.6,(6.$-!-$&32.#&!#:#1 //.13$#+ /1(-"(/ +$##4#".++=&$#*@1("$./$1.46;#T3#(+2#.-3# //1(2#9#,.(-2#(-24+3$1#B#9#+F 5$4&+$#C; J+#% 43##(1$#04$6#.431$#+$#2/$"3 "+$6#+F<04(/$#<#4" 3(5$# #,4+3(/+(<#+$2##(2/.2(3(%2#/.41#+433$1#".-31$#+$2#(-"(5(+(3<2#E#$-31$#%(++$2#$3#& 1;.-26#241#W "$!..*! N$1-(=1$#(-(3( 3(5$#$-## 3$6#+ #,(2$#$-#/+ "$##F4-$#,<#( 3(.-#$-31$#/ (12;#D#+ #1$-31<$6##$2#<+=5$2#5.+.-3 (1$2#2$#"' 1&$1.-3##F / (2$1#+$2#3$-2(.-2 $-31$#+$412#" , 1 #$2; # @K#@CGI=OKN@KLNGPH=#F=HN#BQKLE=I#@=#BCMRCIN=M=LN#!=A#7CCNJK@@=HIA Z$2/$"3$1#2.-# #5$12 (1$6#>31$#/.+(# 5$"#3.426#2F$-".41 &$16#-$#/ 2#".-3$23$1#+$2##<"(2(.-2##$#+F 1!(31$6#/1$-#1$#2.(-##4#, 3<1($+;#N$/4(2#OEE[6#"$2 1=&+$2#%(&41$-3#241#+ #"' 13$##4#)$4-$#%..3! ++$41#2(&-<$#/ 1#+$2#$-% -32#$3#+$412#/ 1$-32#+.12##$#+$41#(-2"1(/3(.-## -2#4-#"+4!##$#%..3#$-#/.(1$. !3+ -3(04$; * (2#4-$#%.(2#241#+$#3$11 (-6#+$2#).4$412#.4!+($-3#2.45$-3#"$#9#04.(#(+2#2F<3 ($-3#$-& &<2;#/$#".-2$(+#&<-<1 +# ##.-"#$4#+F(#<$##$#% (1$# //$+#9#4- /27"'.+.&4$;#].-#1@+$#^# - +72$1#+ #2(34 3(.-#$3#(-3$15$-(1# 4/1=2##$2#"+4!2##$#%..3! ++6##$2# 1!(31$26##$2#/ 1$-326##$2#$-31 ?-$4126#$3"; /F<3 3##$2#+($46##1$22<#/ 1#G$131 -##Q4<1(-$ 46#/27"'.+.&4$#2/<"( +(2<## -2#+ #/1<5$-3(.-##4##./ &$# 4#`ab##$#c -3$2#$3#' !(34<#9#24(51$##$2 3'+=3$2##$#' 43#-(5$ 46#,.-31$#04$#2(#+$2#" 2##$#5(.+$-"$#2.-3#31=2#1 1$26#+F 3,.2/'=1$##$2#23 #$2#-F$23#/ 2#3.4).412#2$1$(-$;#/.12##$#" /3 &$2 2.-.1$2## -2#+$2#31(!4-$26#"$##$1-($1# #".-23 3<#B##$2##<1 / &$2#+ -& &($12#/1<.""4/ -326#-.3 ,,$-3##$#+ #/ 13##$#/ 1$-32#04(#-$#, ?31(2$-3#/ 2 +$412#<,.3(.-2#$3#-F'<2(3$-3#/ 2#9#(-24+3$1#+F 1!(31$#C; / #".-%1.-3 3(.-#$-31$#<04(/$2#(224$2##$#04 13($12#/./4+ (1$26##4#"$-31$.5(++$#.4##4#,.-#$#141 +6#242"(3$#<& +$,$-3##$2#3$-2(.-2;#B#@0!&A.%6&!*&% $22$%.6.$-%!*&!%6>0&!$,!*&!/,06,#&:!3(.%!(,%%.!*&%!2B7-$3 -&%!*&!#&20.!/$33,-(,6(.#&:!(5&/!*&%!<&,-&%!;,.!-&!<$,&-6!;,$&-6#&!&,A!&6!*&%!7;,.2&% ;,.!-&!5&,0&-6!20,%!%&!#&-/$-6#&#8##C#T-%(-6#+F 33(34#$##$#)$4-$2#B#;,.!/(%%&-6!0(!5.6#&!*&%!5&%6.(.#&%!$,!2(#6&-6!%(-%!*.#&!(,!#&5$.#!#C#</4(2$#+$2 !<-<5.+$2#$3#1$-%.1"$#+ #".4/41$#$-31$#+$2#).4$412#$3#"$46#04(#+$2#$-" #1$-3; ]$2#(-3$15$-3(.-2#".-2(23$-3##.-"#9#1$-.4$1#+$##( +.&4$#$-31$#+$2#/ 13($2#/1$- -3$2#$3#9#" 22$1#+$2#/1<)4&<2# 4#".412##$#2.(1<$2##F(-%.1, 3(.- !"34 +(3<#d#W1 -"$ # REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  34. 34. Le progrès - 8 octobre 2014 "34 REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  35. 35. DPJJ.NET - 9 mai 2014 "35 REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  36. 36. Lyon Bondy Blog - 12 mars 2013 "36 "Redonner sa place au spectateur citoyen" c'est l'une des intentions majeures de l'association Le Lien Theatre, compagnie qui crée des spectacles et des actions de théâtre citoyen. ARTICLE | MARS 12, 2013 - 5:06PM | PAR ELSA LANIESSE Présente à Lyon et ses alentours, notamment à Bron, l'association regroupe une trentaine d'artistes, comédiens, musiciens. « On ne fait pas du théâtre citoyen par défaut, nous sommes tous passionnés ! J'en avais marre de jouer devant des spectateurs qui étaient acquis à ma cause et où il n'y avait pas de réel débat », confie avec ardeur Anne-Pascale Paris, la directrice artistique, qui a répondu à nos questions. LBB : Qu'est-ce que le théâtre citoyen et comment créez-vous vos pièces? A-P P. : C'est un théâtre témoignage : avant de créer un spectacle, on interview, on fait des recherches sur les sujets qu'on va traiter. Les sujets sont en rapport avec la jeunesse : les rapports hommes/femmes, les relations familiales, l'argent... On amène les jeunes à s'exprimer par le biais de l'improvisation. On suscite un débat, puis on crée ensuite des scènes qui serviront de matière et desquelles on va s'inspirer pour créer une œuvre de fiction. Mais notre matière première reste vraiment le témoignage, la réalité. On cherche à savoir quels sont les problèmes de ces jeunes, ce à quoi ils réfléchissent...puis on les laisse parler. De cette façon, la parole d'un jeune peut être représentative de celle de tout un groupe. Ensuite, un auteur professionnel écrit le texte, il est joué et parfois restitué aux habitants du quartier. On le joue sur scène dans des MJC, dans des centres sociaux mais on ne joue pas au théâtre. Pour quelles raisons ne jouez-vous pas dans des théâtres? C'est très compliqué de faire venir les jeunes avec qui nous travaillons au théâtre. Même si on leur dit que la pièce parle d'eux, qu'ils en sont à l'origine, pour eux la barrière de l'édifice est difficile à franchir. On a déjà essayé plusieurs. Malgré une très bonne communication, une grande insistance de la part des éducateurs qui ont accompagné les jeunes, ça reste toujours vraiment difficile de les faire rentrer dans un théâtre. Ils ont l'impression que ce n'est pas pour eux, que ça ne fait pas partie de leur monde, que ça leur est inaccessible. Alors que quand c'est dans un lieu qu'ils connaissent ça change tout. L'intérêt aussi pour nous c'est de confronter les débats et de jouer les mêmes pièces dans différents quartiers. Ainsi on se rend compte que les mêmes thèmes reviennent partout. Vous parlez de thèmes récurrents, quels sont-ils? Ce qui me fait le plus de peine c'est qu'on a vraiment l'impression que les jeunes ne se sentent pas intégrés dans la société telle qu'elle est. Ils ont l'impression que la société est séparée en deux, riches et pauvres, chrétiens et musulmans, français, et gens d'autres origines. Ils pensent qu'une partie de la société ne leur est pas accessible. Les études aussi...La première idée qu'ils ont, et qui est peut-être relayée par leur famille qui galère, c'est qu'il y a tout un tas de choses qui ne leur seront jamais accessibles. C'est comme si on démarrait dans la vie avec des espoirs au ras des pâquerettes. Les études, une belle maison, un beau métier, les vacances, la politique, ce n’est pas pour eux, ils en sont convaincus... Pensez-vous que leurs impressions sont justifiées? Je ne crois pas que la société soit comme ça. J'ai cette envie de croire à une société qui s'améliore et qui travaille pour que tout le monde ait les mêmes droits. Je crois que c'est la représentation qu'ils se font de leur famille, de l'école, d'eux-mêmes qui leur font penser que ce n’est pas possible pour eux. Quand on pense ça on a la sensation que tout est foutu d'avance et ça c'est récurrent dans les quartiers, et ça commence petit a l'école... L'éducation nationale a-t-elle un rôle à jouer dans ce constat? Je n'ai pas de conseil à donner, mais je crois que la manière d'aborder l'éducation est peut-être à revoir. Cet apprentissage Le lien theatre : ''c'est à l'art de se déplacer où les gens se trouvent'' | Ly... http://www.lyonbondyblog.fr/article/le-lien-theatre-cest-à-lart-de-se-dé... 1 sur 3 25/03/2013 11:26 REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  37. 37. Lyon Bondy Blog - 12 mars 2013 (suite) 
 "37 n'est pas adapté à leur situation, à leur manière d'apprendre. Cette forme de cours où on est face à un professeur qui nous apprend et où il faut apprendre ce qui est dit alors qu'on ne sait pas à quoi ça va nous servir dans la vie plus tard, ça en amène beaucoup à décrocher. Plus après, quand à la maison on a une famille d'une culture différente, pas forcément valorisée par la société de consommation. L’école la famille ça fait que très vite on ne se sent pas adapté. Du coup ça peut donner des gamins qui se sentent protégés dans leurs quartiers et qui ont du mal à sortir, même au centre de Lyon, pour se dire « je vais voir une pièce de théâtre »...Même si on leur dit que ça parle d’eux, il y a toujours une frontière. C'est pour ça qu'on ne veut pas et qu'on ne peut pas jouer nos spectacles au théâtre et qu'on les joue dans des centres sociaux, des collèges, des lycées... Mais ce ne sont en aucun cas des spectacles au rabais! On est convaincu que c'est à l'art d'aller se déplacer où les gens se trouvent. Et vous ne croyez pas qu'il serait mieux de réussir à amener ces jeunes au théâtre? Je pense qu'il faut les deux. Si on commence d'abord par jouer dans une salle simple, peut-être que ce sera plus facile de les amener au théâtre ensuite. Y a-t-il beaucoup de compagnies comme la vôtre? Je crois qu'il y a plein de compagnies ayant le même objectif. De plus en plus elles sentent le besoin de redonner au théâtre une place populaire. Qu'on soit toujours sur le terrain, c'est peut-être ce qui fait notre spécificité : on vient ouvrir le débat avant le spectacle. Je crois aussi qu'il y a une nécessité pour les artistes d'être dans un rapport direct avec les spectateurs et également que la culture soit une approche simple. Avez-vous déjà confronté ces jeunes avec des jeunes d'horizons complètement différents? En voyez-vous l'intérêt? L'intérêt, oui! On a pu le faire notamment une fois à Villeurbanne : on a été sollicité par une école privée, ce qui est plutôt rare. Les publics jeunes venaient de quartiers très différents et le thème concernait les rapports hommes/femmes. Il y avait un personnage, Salima, qui s'exprimait sur sa difficulté de sortir toute seule, sur le poids de sa famille sur sa vie...on a demandé aux jeunes s'ils trouvaient les personnages réalistes dans l'ensemble. Les jeunes des quartiers ''favorisés'' ont répondu que tous les personnages étaient assez crédibles sauf le personnage de cette Salima. Et ceux de la banlieue ont répondu : « vous rigolez ou quoi ? C'est le plus réaliste ! » et là, ils ont réellement pris conscience de la réalité de chaque groupe et ça c'était génial! Enfin, diriez-vous que rendre la culture populaire c'est la niveler par le bas? C'est pas du tout ça, il ne s'agit pas de tirer la culture par le bas, il s'agit de trouver le langage qui leur convient. Ce sont des jeunes qui ne savent pas tricher, ils sont d'une spontanéité, d'une vérité très touchante. TERMES CONNEXES : Culture Anne-Pascale Paris Lyon Vous avez aimé cet article, partagez le » Twitter » Le lien theatre : ''c'est à l'art de se déplacer où les gens se trouvent'' | Ly... http://www.lyonbondyblog.fr/article/le-lien-theatre-cest-à-lart-de-se-dé... REVUE DE PRESSE L E S S P E C T A C L E S THÉÂTRE / EDUCATION / SOCIÉTÉ
  38. 38. Ville en vue n°40 - mars-avril 2016 
 "38 REVUE DE PRESSE LE CATALOGUE DE SCÈNES L E S I N S T A N T A N É S ville en vuewww.gpvlyonduchere.org le journal n°40 / mars-avril 2016 Figure de quartier LE LIEN THÉÂTRE, THÉÂTRE CITOYEN 3 ATELIERS À LA MJC le mercredi à 18h pour les jeunes et le vendredi à 14h pour les parents. Infos : 04 69 16 08 86 www.lelientheatre.com L’art comme moyen d’ouvrir et transformer notre regard sur la société, tel est le credo de la compagnie le Lien Théâtre, en résidence à la MJC Duchère. L’espace public est leur scène, les passants leurs spectateurs : au Lien Théâtre, on a abandonné le théâtre conventionnel pour aller au plus proche des gens. « Nous prati- quons un théâtre citoyen, qui provoque le dia- logue avec les spectateurs, qui fait réfléchir sur des questions de société », résume Anne-Pas- cale Paris, metteuse en scène de la compa- gnie. Leur résidence à la MJC, soutenue dans le cadre du Grand Projet de Ville, les amène depuis deux ans à travailler auprès d’un public non conquis d’avance : les 16- 25 ans. Au pied des immeubles ou dans les structures de quartier, ils vont donc jouer des courtes scènes directement au- près des jeunes. De quoi susciter réactions et discussions. « On aborde des questions qui les touchent : le travail, l’argent, les rap- ports filles-garçons etc. Et puis on discute, on réfléchit, on rejoue la scène avec eux. » Entre leurs instantanés de rue, leurs ateliers heb- domadaires et leur participation à divers projets du quartier, les artistes du Lien Théâtre sont désormais connus et appré- ciés des jeunes comme des parents. « Et quand une thématique revient souvent sur le tapis, on en fait un spectacle, où on aborde cette question avec une approche artistique », explique Anne-Pascale Paris. La metteuse en scène et son équipe ont d’ailleurs en projet un spectacle inspiré de leurs expé- riences duchéroises, consacré au passage de l’adolescence à l’âge adulte. Sujet com- plexe qu’ils aborderont via le mythe – approprié! – du Labyrinthe… Mais pa- tience, ce sera pour la saison 2017-2018! 4
  39. 39. Le progrès - octobre 2014 "39 REVUE DE PRESSE LE CATALOGUE DE SCÈNES L E S I N S T A N T A N É S
  40. 40. Le progrès.fr - 1er mars 2011 "40 Newsletters Votre journal en PDFMélanie Perron Mon compte Déconnexion Vous êtes ici : Accueil Rhône Rillieux-la-Pape Vendredi 28 octobre A la Une | Faits Divers | France - Monde | Sports | ASSE | OL | Loisirs | Culture | Vidéos | Salons | Avis de décès Ma région ReAin Jura Loire Haute-Loire Rhône Mes communes Archives Lyon | Villefranche | Tarare | Villeurbanne | Oullins | Bron | Vénissieux | Rillieux Rechercher une commune+ de zones de vie Rillieux-La-Pape. 0 Recommander + de tags Rhône Rillieux-la-Pape Rillieux / Neuville Loisirs La relation parents-ados mise en scène à la MJC 4 / 4 Mardi et vendredi soir, les quatre comédiens du lien théâtre se sont produits à la MJC, devant près de 250 personnes, sur les deux soirs. Pendant quarante-cinq minutes, les comédiens ont relaté les relations parents-adolescents, à travers l’histoire de deux familles. « Forcément exagérée », la pièce alliait humour et situations réelles. Depuis juin 2010, l’équipe du lien théâtre a rencontré les adolescents et les parents de la ville de Rillieux et écrit cette pièce, à partir de leurs témoignages. « On a l’impression de voir dans un miroir », souligne une mère de famille. « Mes voisines ont même réglé leurs difficultés pendant la pièce », glisse Françoise Saly, responsable du secteur parentalité éducation, à la Confédération syndicale des familles. A la fin de la représentation, la troupe a fait rejouer Vu 16 fois | Publié le 01/03/2011 à 00:00 4 photos A la fin de la représentation, les spectateurs sont montés sur scène pour proposer leur point de vue Photo Laetitia Le Gloanne Notez cet article Newsletters Votre journal en PDF Contactez-nous AbMélanie Perron Mon compte Déconnexion Vous êtes ici : Accueil Rhône Rillieux-la-Pape Vendredi 28 octobre 2011 Lyon 16 °C A la Une | Faits Divers | France - Monde | Sports | ASSE | OL | Loisirs | Culture | Vidéos | Salons | Annonces | Avis de décès Ma région RechercherAin Jura Loire Haute-Loire Rhône Mes communes Archives Lyon | Villefranche | Tarare | Villeurbanne | Oullins | Bron | Vénissieux | Rillieux Rechercher une commune+ de zones de vie Rillieux-La-Pape. 0 Recommander + de tags Rhône Rillieux-la-Pape Rillieux / Neuville Loisirs Alertes info La relation parents-ados mise en scène à la MJC 4 / 4 Mardi et vendredi soir, les quatre comédiens du lien théâtre se sont produits à la MJC, devant près de 250 personnes, sur les deux soirs. Pendant quarante-cinq minutes, les comédiens ont relaté les relations parents-adolescents, à travers l’histoire de deux familles. « Forcément exagérée », la pièce alliait humour et situations réelles. Depuis juin 2010, l’équipe du lien théâtre a rencontré les adolescents et les parents de la ville de Rillieux et écrit cette pièce, à partir de leurs témoignages. « On a l’impression de voir dans un miroir », souligne une mère de famille. « Mes voisines ont même réglé leurs difficultés pendant la pièce », glisse Françoise Saly, responsable du secteur parentalité éducation, à la Confédération syndicale des familles. A la fin de la représentation, la troupe a fait rejouer certaines scènes aux spectateurs, « Ce qui permet aussi de prendre conscience des choses à changer », précise Anne-Pascale Paris, metteur en scène. Vu 16 fois | Publié le 01/03/2011 à 00:00 4 photos A la fin de la représentation, les spectateurs sont montés sur scène pour proposer leur point de vue Photo Laetitia Le Gloanne Notez cet article REVUE DE PRESSE LE CATALOGUE DE SCÈNES L E S I N S T A N T A N É S

×