RON RASHUn pied au paradis  TRADUIT DE L’ANGLAIS (ÉTATS-UNIS)       PAR ISABELLE REINHAREZ  Ouvrage traduit avec le concou...
Il y avait eu du grabuge au nord du comté dans unbouiboui appelé La Frontière, et Bobby était passéchez nous parce qu’il n...
ses lèvres charnues, le renflement de ses seins sous lachemise de nuit, et malgré tout ce qui s’était passé, etne s’était ...
encore parmi les bouteilles de bière cassées, lesmégots de cigarettes, le sang et les dents. C’était ceque j’avais vu qui ...
— Shérif, a-t-il lancé, en levant vers moi sonvisage démoli. M’est avis que vous êtes arrivé troptard pour participer au p...
— Merde, je suis pas à tes ordres, a-t-il lâché.   Un instant, j’ai été tenté de passer les menottes àHolland, parce qu’il...
— Oui. Les morts n’entendent pas et ne parlentpas.   — Qu’est-ce qu’ils font, alors, shérif ?   — Ils disparaissent, c’est...
Ce sont ces mots qui me sont revenus à l’esprit,quinze jours plus tard, quand Bobby a interrompumon déjeuner :   — Holland...
— Pas de problème, a répondu Janice, sans quitterla table des yeux. Je ne serai pas là, de toute façon.Franny Anderson m’a...
blanche liquide sur le bord opposé de la gorge, unecascade qui avait fait deux victimes ces vingt der-nières années.   La ...
Extrait de "Un pied au paradis" de Ron Rash
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Extrait de "Un pied au paradis" de Ron Rash

895 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
895
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
65
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Extrait de "Un pied au paradis" de Ron Rash

  1. 1. RON RASHUn pied au paradis TRADUIT DE L’ANGLAIS (ÉTATS-UNIS) PAR ISABELLE REINHAREZ Ouvrage traduit avec le concours du Centre national du Livre ÉDITIONS DU MASQUE
  2. 2. Il y avait eu du grabuge au nord du comté dans unbouiboui appelé La Frontière, et Bobby était passéchez nous parce qu’il ne tenait pas à y aller tout seul.Je ne pouvais pas lui donner tort. Un seul insigne, etqui plus est un insigne d’adjoint, risquait de ne passuffire. La clientèle était remuante, de jeunes gail-lards de Salem et Jocassee mêlés à de jeunes gail-lards descendus de Caroline du Nord. C’était souventle problème, les gars de Caroline du Nord qui sebagarraient avec les gars de Caroline du Sud. J’avais un bon bouquin sur les Indiens cherokee,que je venais de commencer, mais quand Bobby afrappé à la porte j’ai compris que ce soir-là je nelirais pas une ligne de plus. — Va donc t’en griller une sur la galerie, ai-je dità Bobby. J’en ai pour une minute à m’habiller. Janice n’a pas ouvert les yeux quand je suis entrédans la chambre pour prendre mes chaussures et monuniforme. La lumière était toujours allumée, un livreintitulé Histoire de Charleston était posé à côtéd’elle. J’ai regardé Janice, ses pommettes hautes et 13
  3. 3. ses lèvres charnues, le renflement de ses seins sous lachemise de nuit, et malgré tout ce qui s’était passé, etne s’était pas passé dans notre mariage, le désir s’estéveillé en moi telle une mauvaise habitude dont jen’arrivais pas à me défaire. J’ai éteint la lampe. Bobby et moi, nous avons pris la petite routemenant dans la montagne. Pas une lumière ne bril-lait aux fenêtres des quelques rares fermes, ni mêmeun mince croissant de lune sur nos têtes. L’obscuritéprofonde et silencieuse pesait sur les vitres de la voi-ture, et je ne pouvais m’empêcher de penser que jevoyais l’avenir, lorsque la majeure partie de ce paysaurait disparu, noyée sous les eaux. — C’est une nuit où la solitude se fait sentir, hein,shérif, a dit Bobby, paraissant avoir lu dans mespensées. Il a allumé une Chesterfield, et son visage s’estéclairé vivement avant de replonger aussitôt dans lenoir. — S’agit pas de réveiller les fantômes, par unenuit pareille, a-t-il ajouté, du moins c’est ce que mamère a toujours soutenu. — C’est donc qu’il y a davantage de choses sur laterre comme au ciel qu’on ne peut l’imaginer ? — Quoi ? a dit Bobby. — Des fantômes. Tu y crois, toi ? — J’ai jamais dit ça. Je répète juste ce que mamère elle avait dans l’idée. La bagarre était finie, le temps que Bobby et moinous arrivions à La Frontière. Les blessés étaientcalés sur des chaises, même si quelques-uns gisaient14
  4. 4. encore parmi les bouteilles de bière cassées, lesmégots de cigarettes, le sang et les dents. C’était ceque j’avais vu qui se rapprochait le plus de la guerre,depuis le Pacifique. Je leur ai laissé voir mon insigne.Et puis j’ai traversé le champ de bataille pourm’approcher du bar. — Ça a démarré comment ? ai-je demandé àBennie Lusk. Bennie, un balai-serpillière en main, attendait queles derniers types affalés par terre se bougent, pournettoyer la bière et le sang. — D’après toi ? a dit Bennie. Il a désigné de la tête le coin où Holland Win-chester était vautré sur une chaise comme un boxeurqui se repose entre deux rounds, un boxeur dans uncombat contre Jersey Joe ou Marciano. Le nez deHolland déviait vers sa joue, et une entaille au milieude son front s’ouvrait à la façon d’un troisième œil.Ses poings serrés étaient posés sur la table, meurtriset gonflés. Il était en uniforme, et si vous n’aviez passu que Holland était assis dans un boui-boui de Caro-line du Sud, si vous n’aviez pas vu les réclames pourles bières Falstaff et Carling Black Label flamboyersur les murs, vous auriez cru qu’il était toujours enCorée, attendant dans un poste de secours qu’on luimette des points de suture et un pansement. — À combien tu évalues les dégâts ? ai-jedemandé à Bennie. — Avec un billet de dix, ça devrait couvrir lesfrais. Bobby et moi, on s’est avancés vers Holland. 15
  5. 5. — Shérif, a-t-il lancé, en levant vers moi sonvisage démoli. M’est avis que vous êtes arrivé troptard pour participer au pétard. — On dirait. Mais toi, apparemment, tu en as bienprofité. — Ouais, a dit Holland. Des fois, quand un typesouffre en dedans, une bonne rixe dans un bar peutl’aider à se sentir mieux. — Je ne pige pas très bien. Tout ce que je sais,c’est que tu as causé de gros dégâts à l’établissementde M. Lusk. — C’est ce que je vois, a dit Holland en regar-dant autour de lui comme s’il ne l’avait pas encoreremarqué. — Je sais ce que c’est quand on revient de laguerre. Il faut un peu de temps pour se réadapter. Tudonneras dix dollars à M. Lusk et on n’en parleraplus. — Pas de problème, shérif, a dit Holland. — Et la prochaine fois, ce sera la prison. J’ai souri, mais en braquant mes yeux sur les sienspour lui signifier que j’étais sérieux. — On verra ça, a dit Holland. Il a souri à son tour mais ses yeux noirs étaientdevenus aussi mornes et froids que les miens. Il a plongé la main dans sa poche et posé sur latable une bourse en cuir et un rouleau de billets. — Tiens, l’adjoint, a-t-il dit à Bobby, en tirant durouleau un billet de cinq dollars et cinq billets de undollar. File porter cet argent à Bennie. Le visage de Bobby s’est empourpré.16
  6. 6. — Merde, je suis pas à tes ordres, a-t-il lâché. Un instant, j’ai été tenté de passer les menottes àHolland, parce qu’il était clair comme de l’eau deroche qu’on aurait une nouvelle prise de bec avec luiet qu’il ne nous suivrait pas gentiment. Ce soir, ilétait déjà claqué et blessé. Ce soir, ça risquait d’êtreassez facile. — Apporte le fric à Bennie, ai-je dit. Bobby n’a pas apprécié, mais il a ramassé l’argent. Holland a remis le rouleau de billets dans sapoche. — Regardez, shérif. Holland a ouvert la bourse en cuir et en a faittomber le contenu sur la table. Une décoration mili-taire, la Gold Star, a roulé parmi d’autres trucs. — Savez ce que c’est ? a demandé Holland, enremettant la Gold Star dans la bourse. J’ai regardé fixement ce qui ressemblait à huitfigues sèches. Je savais ce que c’était, parce que deschoses dans ce genre, j’en avais vu dans le Pacifique. — Oui, ai-je répondu à Holland. Je sais ce quec’est. Il a hoché la tête. — Bien sûr, shérif. Normal. Vous avez fait laSeconde Guerre mondiale. Holland m’en a tendu une. — D’après vous, elles entendent encore, cesoreilles ? — Non. — Z’en êtes sûr. 17
  7. 7. — Oui. Les morts n’entendent pas et ne parlentpas. — Qu’est-ce qu’ils font, alors, shérif ? — Ils disparaissent, c’est tout. Holland a remis l’oreille avec les autres. Ellesétaient posées entre nous sur la table comme un enjeudans une partie de poker. — Y en a qui disaient que c’était horrible decouper l’oreille d’un mort, a repris Holland. Pourmoi, lui ôter la vie c’était mille fois pire, et pour çaj’ai eu droit à des médailles. Il a ramassé les oreilles une par une et les a rangéesdans la bourse. — Ces machins-là m’empêcheront d’oublier ceque j’ai fait là-bas. Tuer un homme, je prends pas çaà la légère, mais je crains pas d’assumer mes actes.J’ai fait ce pour quoi on m’a envoyé là-bas, riend’autre. Il a fourré la bourse dans sa poche avant dedemander : — Et vous, shérif, qu’est-ce que vous avez rap-porté ? — Un sabre et un fusil. Rien dans le genre de ceque tu as là dans ta bourse. Alors Holland Winchester a prononcé les derniersmots qu’il m’adresserait à tout jamais. — Y en a qui s’en tirent mieux que d’autres quandça se met à canarder, hein, shérif ?18
  8. 8. Ce sont ces mots qui me sont revenus à l’esprit,quinze jours plus tard, quand Bobby a interrompumon déjeuner : — Holland Winchester a disparu. Sa mère s’estfourré dans la tête qu’on l’a tué. Il paraissait plein d’espoir. — Tu ne crois quand même pas que nous aurionscette chance ? — Sans doute que non, a reconnu Bobby, l’espé-rance dans sa voix le cédant à l’irritation. Le pick-upde Holland est à la ferme. Je crois pas qu’il s’en iraitpicoler à pied. Il est probablement en train de cuverdans un coin. Probablement au bord de la rivière. J’aidemandé à Mme Winchester de me téléphoner s’ilrentrait. — Donnons-lui deux heures pour retourner tran-quillement chez lui. Et puis j’avancerai voir. Janice était assise à la table de la cuisine et elle atressailli quand j’ai dit « j’avancerai ». Parler de bou-seux, voilà comment Janice appelait ce genre de tour-nures, mais c’était encore celui de la plupart deshabitants du comté d’Oconee. Ça met les gens plus àl’aise quand on s’exprime comme eux, et quand onest le shérif du coin on passe un temps fou à chercherà mettre les gens à l’aise. Janice portait une jupe bleu marine et un corsageblanc. Elle avait encore une réunion cet après-midi-là. Les Amis de la Bibliothèque, projetsd’acquisitions – un truc dans ce genre. — Quelqu’un a disparu à Jocassee, ai-je annoncé,je risque de ne pas être rentré à temps pour souper. 19
  9. 9. — Pas de problème, a répondu Janice, sans quitterla table des yeux. Je ne serai pas là, de toute façon.Franny Anderson m’a invitée à dîner après la réu-nion. Je me suis penché pour l’embrasser. — Non, a-t-elle dit, tu vas abîmer mon rouge àlèvres. Je suis retourné à pied au bureau et j’ai attendu quela mère de Holland téléphone. En l’absence de toutappel, je suis monté dans ma voiture de patrouille etj’ai pris la 288 en direction de Jocassee, vers ce quiautrefois avait été chez moi. La radio annonçait qu’ilfaisait plus de trente-sept degrés à Columbia, au sudde l’État. La canicule tape fort, disait le présenta-teur. J’avais baissé ma vitre, mais le dos de mon uni-forme me collait déjà à la peau quand j’ai dépassé leslimites de la ville. La route ondulait de chaleur etd’humidité, ses bords étaient envahis de panneaux decampagne électorale piqués dans le sol comme autantde pieds de tomates, certains pour le général Eisen-hower ou Adlai Stevenson, et même un pour StromThurmond. La plupart étaient d’intérêt plus local, ycompris deux ou trois portant mon nom. La route est devenue plus raide et la pression s’estaccumulée dans mes oreilles jusqu’à ce que j’ouvrela mâchoire. La route décrivait une courbe autour deStumphouse Mountain, et au-delà des piquets de pro-tection badigeonnés de peinture argentée, le paysagese perdait au loin comme sur ces vieilles cartes euro-péennes du monde inconnu. Si l’on avait été à la finde l’automne ou en hiver, j’aurais aperçu une corde20
  10. 10. blanche liquide sur le bord opposé de la gorge, unecascade qui avait fait deux victimes ces vingt der-nières années. La route s’est aplanie et je me suis brusquementretrouvé dans la montagne. Ça m’a étonné, commed’habitude, que tant de choses puissent changer enquelques kilomètres à peine. Il faisait toujours chaud,mais l’air avait été rincé de toute humidité. Les pinsdevenaient rares, remplacés par les frênes et leschênes. La terre était différente, elle aussi, non plusrouge mais noire. Et plus rocheuse, plus ingrate pource qui était d’en tirer sa subsistance. Des couleuvres obscures drapées sur les barrièresm’apprenaient ce que je savais déjà en voyant le maïset le tabac se dessécher dans les champs – il n’avaitpas plu davantage ici qu’à Seneca. Je me demandaiscomment se portaient les cultures de papa et de monfrère, et je pensais, certainement pas mieux. J’ai quitté la route en arrivant devant le magasin deRoy Whitmire, pour aller me garer à côté du panneauannonçant DERNIÈRE POMPE À ESSENCE AVANT TRENTEKILOMÈTRES. Je suis passé devant des types assis surdes caisses de Cheerwine et de Double Cola. Avecleurs crânes chauves et leurs cous ridés, ils ressem-blaient à des tortues d’eau se chauffant au soleil surdes souches. Les types m’ont salué d’un signe de têtefamilier, mais la canicule les avait vidés de toutbavardage. J’ai farfouillé dans la glacière installéesur la galerie, les doigts engourdis par l’eau et laglace, avant de tomber enfin sur une petite bouteille.Je n’avais pas soif, mais il n’était pas convenable de 21

×