Dossier de presseMillésime2011Contact Presse :Lettres de ChâteauxMarie-Stéphane Malbec12, rue d’Enghien - 33000 Bordeauxma...
SommaireMillésime 2011 à BordeauxUn millésime un peu fou                                              3Le millésime 2011 a...
Millésime 2011 à BordeauxUn MiLLéSiME Un PEU FoU...Les viticulteurs bordelais se souviendront longtemps du millésime 2011,...
Philippe Dambrine,Directeur du Château Cantemerle,Grand Cru Classé en 1855 - Haut-Médoc,du Château Haut-Corbin, Saint-Emil...
Ludovic David,Directeur Général du Château Marquis de TermeGrand Cru Classé en 1855 - MargauxDavid Houdet, Chef de Culture...
La réussite du millésime s’est jouée sur le fait que la vendange estarrivée au 15 septembre dans un très bon état sanitair...
Pour Ludovic David, Directeur Général « Une fois encore la qualité duterroir prend toute sa valeur dans ces années atypiqu...
Vincent Bache-Gabrielsen,Directeur technique du Château Pédesclaux,Grand Cru Classé en 1855 - Pauillac2011, Un CHALLEnGE T...
La maturité technologique (sucres/acides) était alors proche de lamaturité phénolique.Les vendangesGrâce à des conditions ...
La vinificationCette année, nous avons conservé l’encuvage gravitaire sans foulage,instauré en 2009, dans le seul but d’év...
Ainsi, la révolution qualitative de Pédesclaux est bel et bien enmarche : 2011, plus grand que 2009 et 2010, pourra être s...
Christian Hostein,Chef de culture du Château Talbot,Grand Cru Classé en 1855 - Saint-JulienL’extraordinaire précocité des ...
Cette fin d’année qui se profile nous incline à faire le bilan du millésime2011 et à peaufiner nos impressions sur le nouv...
Dates vendanges :7 – 8 – 9 septembre : vendanges des plantiers de merlots et essais d’unenouvelle réception vendange à ret...
isabelle MulliezGérante du Château Belle-Vue, Cru Bourgeois - Haut-Médocdu Château de Gironville, Cru Bourgeois - Haut-Méd...
Vendanges assez condensées, avec un enchaînement rapide entre cépagesLa récolte du merlot noir s’est déroulée du 10 au 26 ...
BilanLa climatologie exigeante de 2011 a entraîné une gestion dynamiquede la vigne et de la récolte. La parfaite maîtrise ...
Vincent Bache-Gabrielsen,Directeur Technique du Château Lilian LadouysCru Bourgeois – Saint-Estèphe2011, MiLLéSiME RoCk’n ...
Il y a eu quelques baies éclatées de merlots et cabernets sauvignons surquelques parcelles, entrainant une baisse de rende...
Néanmoins, les cabernets sauvignons, qui ont pu être récoltés durantla deuxième décade de septembre, ont donné des vins d’...
Frédéric de Luze,Propriétaire du Château Paveil de Luze,Cru Bourgeois - MargauxEt Pont Rouge du Paveil - BordeauxUne météo...
Enfin le 19, nous attaquons mais à un train de Sénateur ! Nous avançonsen faisant de petites journées, sur le fil du rasoi...
Les cabernets sauvignons ont cuvé prés de 28 jours !Dégustation avant la descente en barrique :Merlot Grand Vin :   Robe c...
Marie-Hélène et Pierre-Gilles Gromand d’Evry,Château de Lamarque,Haut-MédocLe Professeur Emile Peynaud, père bordelais de ...
La période des vendanges fût climatiquement propice ! Nous avons pucommencer le mardi 20 septembre par des « plantes » de ...
En l’état, 19 janvier 2012, le millésime 2011 du Château de Lamarqueprésente : une robe rouge-grenat , éminemment dense et...
Eric Perrin,Propriétaire du Château Carbonnieux,Grand Cru Classé - GravesL’année 2011 a été caractérisée par son exception...
Jean-Christophe Barron,Directeur technique du Château de Rouillac,Pessac-LéognanMiLLéSiME 2011 : HiSToRiqUE !Le printemps ...
Pendant ce temps, dans les bois, les ramasseurs de cèpes remplissentles paniers, les seaux, les brouettes, les remorques, ...
Claire Thomas Chenard,Directeur d’exploitation et oenologue du Château Soutard,Saint-Emilion Grand Cru ClasséLa fin de l’h...
Jean-François quenin,Propriétaire du Château de Pressac,Saint-Emilion Grand CruL’année 2011 est l’année des extrêmes et de...
Edouard Labruyère,Propriétaire du Château Rouget,PomerolAprès un débourrement précoce en mars, la vigne a souffert d’un te...
In fine, on se retrouve devant un millésime où la maturité ne fait pasdéfaut, si et seulement si on a été capable de mener...
Bruno Mottet,Propriétaire du Château La France,Bordeaux SupérieurLe millésime 2011 est très certainement marqué par la cli...
Début août, la véraison vient de se terminer, nous attendons la parfaitematurité des raisins. Nous suivons l’évolution de ...
xavier Planty,Directeur du Château Guiraud,Grand Cru Classé en 1855 - Sauternes2011 connaît un printemps chaud et sec. La ...
En quelques chiffresDate de début G de Château Guiraud, Bordeaux blanc sec : jeudi 25 août 2011Date de début Sauternes : v...
Miren de Lorgeril,Vignobles Lorgeril,Languedoc RoussillonRésumé du cycle de la vigne en 2011Enfin !!! Le retour d’une pluv...
Les caractéristiques de cette année ?Les raisins très mûrs ont livré facilement leurs arômes, couleurs ettanins facilitant...
nicolas Perolini,Directeur d’exploitation du Château LauzadeCôtes de ProvenceCycle de la vigne 2011En début de végétation,...
Nous observions la syrah pour les rouges afin d’obtenir la maturitéoptimale et ce tout en gardant un œil vigilant sur la m...
Millésime 2011 en BourgogneDU PLAiSiR AVAnT ToUT2011 restera dans les mémoires, non seulement pour sa précocité, maiségale...
Jacques Lardière,Maison Louis Jadot,BourgogneLa précocité du débourrement dès le tout début du mois d’avril estla suite d’...
Eric kohler,Domaines Barons de Rothschild (Lafite)Directeur technique du Domaine d’Aussières, Corbièreset des domaines étr...
Cette année encore, les vendanges ont donc été très tardives notammentpour les blancs situés près du Pacifique pour lesque...
Stéphane DerenoncourtConsultant du Château MarsyasLibanLe Liban a connu cette année un printemps frais. Le débourrage comm...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Communiqué Millésime 2011

771 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
771
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
43
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Communiqué Millésime 2011

  1. 1. Dossier de presseMillésime2011Contact Presse :Lettres de ChâteauxMarie-Stéphane Malbec12, rue d’Enghien - 33000 Bordeauxmarie-stephane.malbec@wanadoo.frTél : +33 (0)5 56 44 63 50 - Fax : +33 (0)5 56 44 69 45
  2. 2. SommaireMillésime 2011 à BordeauxUn millésime un peu fou 3Le millésime 2011 au fil des appellations bordelaisesChâteau Cantemerle, Grand Cru Classé en 1855 - Haut-Médoc 4Château Marquis de Terme, Grand Cru Classé en 1855 - Margaux 5Château Pédesclaux, Grand Cru Classé en 1855 - Pauillac 8Château Talbot, Grand Cru Classé en 1855 - Saint-Julien 12Château Belle-Vue, Château de Gironville, Crus Bourgeois - Haut-Médocet Château Bolaire - Bordeaux Supérieur 15Château Lilian Ladouys, Cru Bourgeois - Saint-Estèphe 18Château Paveil de Luze, Cru Bourgeois - Margauxet Pont Rouge du Paveil - Bordeaux 21Château de Lamarque - Haut-Médoc 24Château Carbonnieux, Grand Cru Classé - Graves 25Château de Rouillac - Pessac-Léognan 28Château Soutard - Saint-Emilion Grand Cru Classé 30Château de Pressac - Saint-Emilion Grand Cru 31Château Rouget - Pomerol 32Château La France - Bordeaux Supérieur 34Château Guiraud, Grand Cru Classé en 1855 - Sauternes 36Le millésime 2011 en Languedoc-RoussillonVignobles Lorgeril - Languedoc-Roussillon 38Le millésime 2011 en ProvenceChâteau Lauzade - Côtes de Provence 40Le millésime 2011 en Bourgogne« Du plaisir avant tout » 42Maison Louis Jadot - Bourgogne 43Le millésime 2011 en Languedoc et dans les vignobles étrangersdes Domaines Barons de Rothschild (Lafite)Château d’Aussières - Corbières 44Viña Los Vascos - ChiliBodegas Caro - Argentine 452011Le millésime 2011 au LibanChâteau Marsyas 46
  3. 3. Millésime 2011 à BordeauxUn MiLLéSiME Un PEU FoU...Les viticulteurs bordelais se souviendront longtemps du millésime 2011,qui ne ressemble décidément à rien de ce qu’ils avaient connu auparavant.Le climat de l’année, soumis à une météo imprévisible et capricieuse, afait alterner dans les chais girondins l’espoir et la crainte. Pendantplus de six mois, les vignerons, tantôt inquiets, tantôt ravis, ontscruté le ciel, et jamais sans doute ils n’ont autant regardé leursvignes, avec autant de tendresse qu’un jardinier qui va voir ses rosierschaque matin.En effet, l’hiver a démarré dans une froidure normale, mais dès février,le printemps est arrivé avec avance, et s’est installé durablement. Apartir d’avril, c’est même l’été qui s’est annoncé avec des chaleursinédites, qui ont duré jusqu’au mois de juin. Ainsi les six premiersmois de l’année 2011 ont été les plus chauds à Bordeaux depuis 60ans ! Et parallèlement, le vignoble n’a reçu que le tiers des pluieshabituelles à cette période.Changement complet ensuite avec le mois de juillet, le plus froiddepuis trente ans, qui a stoppé l’avance spectaculaire que la vigneavait prise, suite à une floraison précoce dès le début mai. Des petitespluies ont rafraîchi un vignoble asséché, mais aussi amené des risquesde pourriture qui, eux, n’étaient pas espérés. Le mois d’août futnormalement chaud, avec les orages habituels, entraînant une pressiondes maladies cryptogamiques sur la vigne ; d’où un travail inlassable dubon vigneron dans ses règes pour surveiller, aérer, traiter. Septembredémarra fort mal, sous de nouvelles pluies, et le moral des viticulteursn’était pas brillant à cette époque. Un nouveau changement spectaculaires’opéra avec le retour subit de l’été vers le 10 septembre, et troissemaines d’un soleil magnifique et de journées très chaudes. Les plusgrands bénéficiaires furent les Médocains qui vendangèrent des cabernetsparfaitement mûrs, et les producteurs de Saint-Emilion qui avaient suattendre le ciel bleu pour une maturité optimum des raisins.En résumé, le millésime 2011 à Bordeaux est l’un des plus précoces del’histoire avec les premiers raisins blancs ramassés le 18 août, et desvendanges souvent terminées avant la fin septembre, comme ce fut le caschez certains des crus les plus prestigieux de Pauillac. Les vins neressembleront sûrement pas aux trois millésimes précédents, beaucoupplus homogènes, et marqués par une climatologie très différente. Unechose est sûre : les blancs secs et surtout les blancs liquoreux n’ontpas eu à souffrir des caprices du temps. Mais pour les rouges, le travailau chai, les façons culturales, les dates de vendanges, les rendements,seront autant de facteurs déterminants pour juger de la nature et de2011la qualité d’un millésime atypique, qui réservera sûrement de bellessurprises à Bordeaux. 3
  4. 4. Philippe Dambrine,Directeur du Château Cantemerle,Grand Cru Classé en 1855 - Haut-Médoc,du Château Haut-Corbin, Saint-Emilion Grand Cru Classé,du Château Grand Corbin, Saint-Emilion Grand Cru Classé,et du Château Le Jurat, Saint-Emilion Grand CruLE MiLLéSiME 2011 MARqUERA noS MéMoiRES.D’abord très précoce, ensuite complexe et capricieux, et finalementd’une étonnante qualité.Sa climatologie en quelques mots : trois mois de sécheresse d’avril àjuin, des pointes aigües de chaleur en juillet, un mois d’août fraismais toujours sec, puis quelques épisodes orageux localisés à l’approchedes vendanges. Enfin, une récolte peu abondante, avancée d’environ dixjours par rapport à la normale.Il en a résulté des raisins qui, après un tri méticuleux des baies, ontdonné des vins d’une richesse exceptionnelle. Couleur très soutenue,concentration et maturité des tanins, acidité, nous avons en chai lesprincipales composantes d’un vin de grande garde.La qualité de l’élevage sera néanmoins déterminante pour donner savéritable dimension à ce très beau millésime en devenir.2011 4
  5. 5. Ludovic David,Directeur Général du Château Marquis de TermeGrand Cru Classé en 1855 - MargauxDavid Houdet, Chef de CultureJulien Brahmi, Maître de chaiDes conditions météorologiques compliquées (sécheresse, températuresélevées, grêle, excédent d’eau en août) ont marqué ce millésime. C’estavec une organisation viticole rigoureuse, des choix de taille, deseffeuillages maîtrisés, des éclaircissages sur certaines parcelles quenous avons pu obtenir une bonne maturité et répondre aux exigencesqualitatives que le Château Marquis de Terme s’est fixées.Depuis le mois d’octobre 2010, la pluviométrie moyenne en Gironde n’aété que de 660 mm. La campagne a été marquée par un déficit global deplus de 250 mm de pluies par rapport à la moyenne des trente dernièresannées et ce malgré des pluies importantes.Le climat exceptionnellement doux au printemps, et particulièrement enavril (15,5°C), a favorisé une pousse rapide et précoce de la végétation.Les premières feuilles sont sorties début avril, avec une dizaine dejours d’avance par rapport aux dernières années. Les observations despremières fleurs, début mai, ainsi que des toutes premières baies véréesdébut juillet, ont confirmé entre 2 et 3 semaines d’avance. Cependant, leclimat des mois de juillet et d’août a ralenti la véraison. Les pluiesenregistrées durant ces deux mois étaient supérieures aux normalessaisonnières et les températures sont plus fraîches. L’été a changéla donne et le millésime n’a pas été aussi précoce que ce que l’onpouvait prévoir. Les conditions inhabituelles de printemps estival etd’été printanier confèrent à ce millésime une grande particularitéviticole.Pour David Houdet, Chef de Culture « Les conditions météo de l’année ontrendu le suivi cultural compliqué. Les vignes n’ont pas été épargnées parla grêle puisqu’elle s’est abattue le 9 mai déchirant quelques limbes(en tout début de fleur) puis le 4 juin faisant beaucoup plus de dégâtset ce sur l’ensemble de la propriété. Nous avons aussi constaté de lacoulure significativement sur les merlots et cabernets, à priori dueaux températures fraîches nocturnes alors que les journées étaient trèschaudes (2 à 3°C supérieurs à la moyenne). Le manque d’eau a engendré2011une toute petite récolte surtout sur les cabernets. La période dejuillet à septembre bien que plus arrosée a manqué d’ensoleillement. 5
  6. 6. La réussite du millésime s’est jouée sur le fait que la vendange estarrivée au 15 septembre dans un très bon état sanitaire ce qui nous apermis d’attendre le moment optimal pour vendanger. »Le risque de pourriture grise était réel et sérieux, suite aux pluiesdu mois d’août, il était important de prendre un risque calculé entrel’équilibre de maturité et le développement de la pourriture grise déjàprésente dans le vignoble dès la fin du mois d’août.Les vendanges des merlots ont débuté le 20 septembre et se sont poursuiviesjusqu’au 22 dans l’après-midi sous le soleil.Après une semaine d’arrêt complet la reprise s’est effectuée le vendredi30 septembre pour vendanger les petits verdots. La récolte des cabernetssauvignons n’a commencé que le 3 octobre avec une vraie rupture avec lesvendanges des merlots pour tout simplement attendre la maturité réelleet optimale et obtenir des tanins soyeux et fins.La semaine du 26 au 30 septembre a été marquée par des températuresestivales (de 23°C à 30°C) qui ont empêché toute évolution de lapourriture grise et ont achevé la maturation des baies.Les vendanges des cabernets sauvignons du 3 au 6 octobre se sontdéroulées dans des conditions parfaites de températures qui nous ontpermis d’obtenir une excellente maturité.Pour Julien Brahmi, Maître de chai « Le système de tri par densité, misen place en 2009, a pris toute son importance cette année. Notamment surles merlots qui, malgré une bonne maturité, manquaient d’homogénéitéavec la présence de quelques baies rosées qui ont pu être écartéesimmédiatement. Plus que jamais la stratégie de récolte adoptée et lamaîtrise des techniques de pointe nous ont permis de produire de beauxvins colorés, fruités, structurés avec des tanins de belle maturité.2011est un millésime très prometteur bien que compliqué. »2011 6
  7. 7. Pour Ludovic David, Directeur Général « Une fois encore la qualité duterroir prend toute sa valeur dans ces années atypiques. Les effortsengagés par l’équipe du Château Marquis de Terme et la patience nécessaireà l’obtention d’une belle maturité, place ce nouveau millésime dans lacontinuité de ses grands frères 2009 et 2010. »Un 2011 sur le fruit et l’équilibre à découvrir et à suivre dans lesannées à venir pour rejoindre les millésimes de garde des grands vinsde Margaux.2011 7
  8. 8. Vincent Bache-Gabrielsen,Directeur technique du Château Pédesclaux,Grand Cru Classé en 1855 - Pauillac2011, Un CHALLEnGE TECHniqUECaractéristiques générales du millésime 2011Le millésime 2011 a été marqué par des excès climatiques et une rareprécocité.Le printemps exceptionnellement chaud et sec (le plus chaud depuis ces50 dernières années) a permis aux premières fleurs d’apparaître avecplus de 4 semaines d’avance !Cette croissance du vignoble a cependant été ralentie par un déficithydrique jusqu’à mi-juillet. Cela a nécessité une flexibilité desopérations en vert avec des travaux étalés et répétés.Des journées caniculaires se démarquent de cette campagne avec un picde + de 39°C les 26 et 27 juin, nous conduisant à un léger échaudagede quelques cabernets sauvignons. Les mois de juillet et août ont, parla suite, été plus contrastés : frais et pluvieux pour le premier,chaud et ensoleillé pour le dernier, nous amenant à une maturationprogressive.La conduite du vignobleLe maître-mot de cette campagne : s’adapter en permanence.L’instabilité climatique nous a contraints à une surveillance constantedu vignoble et à une remise en cause quotidienne notamment lors destravaux en vert.Mais également une vigilance toute particulière vis-à-vis du botrytis : pourpalier la forte sensibilité du raisin, un effeuillage sur la deuxièmeface a donc été entrepris durant le mois d’août.De forts abats d’eau le 1er septembre, puis des températures modérées2011par la suite, ont permis une bonne maturation des pellicules et pépinsainsi qu’une richesse aromatique intéressante. 8
  9. 9. La maturité technologique (sucres/acides) était alors proche de lamaturité phénolique.Les vendangesGrâce à des conditions climatiques favorables tout au long de lacampagne, le millésime 2011 a été exceptionnellement précoce. Nous avonsdonc commencé les vendanges avec 15 à 17 jours d’avance par rapport àla normale.Ainsi, nous avons entamé la récolte des merlots du 12 septembre 2011au 21 septembre 2011, des cabernets francs du 14 septembre 2011 au 22septembre 2011 et enfin des cabernets sauvignons du 21 septembre 2011au 27 septembre 2011.Des vendanges condensées et un enchaînement rapide entre cépages étaientnotre objectif. En effet, vendanger dans la fenêtre très courte entre leparfait état de maturité et l’apparition du botrytis était primordial.Que de stress pour un résultat très encourageant !La nouveauté de cette année : des vendanges encore plus ciblées. Eneffet, sur une même parcelle, nous avons récolté le coeur de la parcelleindépendamment des pieds de bouts. De plus, suite à l’étude pédologiquemenée en 2010, nous avons fait une sélection par type de sols et enfinun découpage par zone de vigueur a été instauré.Suite aux excellents résultats de ces dernières années, nous avonsréitéré les vendanges manuelles en cagettes de 8 kg puis le stockageen chambre froide pendant 24 heures afin de rafraîchir les raisins àcœur.Enfin un tri drastique a été effectué par plus de 40 personnes afind’éliminer les quelques baies vertes, bloquées par le coup de chaleur,avant et après un éraflage très doux.2011 9
  10. 10. La vinificationCette année, nous avons conservé l’encuvage gravitaire sans foulage,instauré en 2009, dans le seul but d’éviter toute trituration, devaloriser le fruit et de mettre en avant la délicatesse des tanins.Nous avons également maintenu l’utilisation des délestages et pigeageslors de la fermentation afin d’obtenir une extraction très douce etprogressive.En 2011, nous avons également souhaité aller plus loin dans le systèmegravitaire puisque nous avons effectué un entonnage 100% gravitaire desvins pour l’élevage.L’élevageNous avons utilisé pour ce millésime 2011, 60% de barriques neuveset 40% de barriques d’un vin. Travaillant avec sept tonneliers, cesderniers vont contribuer à sublimer le fruit.2011, un nouvel échelon qualitatif franchiEn 2009, les bases avaient été posées par l’équipe technique : un réeltravail de fond avait alors été enclenché au vignoble.Mais n’est-ce-pas dans un millésime techniquement difficile comme 2011que nous reconnaissons les efforts accomplis par l’équipe en place ?Pour Pédesclaux, ce millésime 2011 tient ses promesses, le résultat dutravail prend le pas sur l’effet millésime.Bien que 2009 et 2010 aient été unanimement salués, 2011 est bien plusdense et puissant. La forte proportion de cabernet sauvignon et decabernet franc dans l’assemblage nous permet de gagner en puissanceet en intensité valorisant ainsi le fruit et la finesse des tanins,caractéristique des sols de Pédesclaux.2011 10
  11. 11. Ainsi, la révolution qualitative de Pédesclaux est bel et bien enmarche : 2011, plus grand que 2009 et 2010, pourra être sans craintecomparé à ses deux prédécesseurs.Caractéristiques du vinChâteau Pédesclaux : 65% cabernet sauvignon, 30% merlot et 5% cabernetfrancFleur de Pédesclaux : 100% merlotProportion : 60% 1er vin et 40% 2nd vinHaut-Médoc de Pédesclaux : 50% cabernet sauvignon et 50% merlot2011 11
  12. 12. Christian Hostein,Chef de culture du Château Talbot,Grand Cru Classé en 1855 - Saint-JulienL’extraordinaire précocité des stades phénologiques de la vigne et enparticulier la date de la mi-floraison (12 mai !) est étroitement liéeà ce printemps 2011 atypique que nous venons de vivre.Entre avril et mai : 61 jours de beau temps sec se sont écoulés et lavigne en a profité pour avancer !Par la suite, après un mois de juin charnière qui voit la végétation secalmer, juillet et août châtieront fortement les vignes mal implantéesou les terroirs trop superficiels.En effet, après un blocage de la pousse en juin, les pluies régulières(pluies fines automnales) ont réhumecté en profondeur les sols, etparfois la vigne eut tendance à reprendre un cycle « poussant ».Nous avons dû adapter nos pratiques culturales en pilotant le travailde sol et les rognages pour enrayer un processus végétatif trop intense,néfaste à la qualité.Du moins, avons-nous essayé !Nous en sommes, le 23 septembre, à ramasser les petits verdots, qui sontà point, par une magnifique journée ensoleillée et les grands cabernetsdu plateau seront prêts pour la semaine prochaine.Hier les premières dégustations « officielles » des merlots laissententrevoir de belles choses (sensation de plénitude, vieux merlotsopulents, gras, qui nous font remonter aux 2005).En résumé, cette campagne 2011 est fortement marquée par la césure dumois de juin, où toutes nos pratiques viticoles ont été mises en placeprécocement (effeuillage, éclaircissage) entre les mois d’avril et maiqui ont enclenché la mémoire méditerranéenne de la vigne, et les moisde juillet et août qui eux ont fait appel à la mémoire océanique et doncbordelaise des vignerons.2011 Talbot, vendredi 23 septembre 2011 12
  13. 13. Cette fin d’année qui se profile nous incline à faire le bilan du millésime2011 et à peaufiner nos impressions sur le nouveau-né.En ce début décembre, le trait d’union de notre Médoc, la pluie bienfaitriceet le vent du Sud-Ouest, s’est réinstallé sur notre terroir.Ils sont nécessaires à la bonne santé de nos vignes et ce sont eux quiréunissent réellement et font le lien entre la forêt dunaire et nosvignobles le long de l’estuaire.Nous allons clôturer l’année avec un déficit en pluie important (environ500 mm) et nous présageons un hiver fort pluvieux pour recharger lesnappes.Janvier : 26 mm Mai : 26 mm Septembre : 42 mmFévrier : 50 mm Juin : 32 mm Octobre : 41 mmMars : 36 mm Juillet : 59 mm Novembre : 24 mmAvril : 11 mm Août : 72 mm Décembre : 50 mm à ce jourA noter juillet et août : les 2 mois les plus « généreux » !Les vendanges se sont achevées le 28 septembre avec des cabernetssauvignons bien mûrs, sur le plateau et des rendements, somme toute,limités par les contraintes climatiques particulières de l’année :sécheresse printanière stressant fortement la vigne, floraison trèsprécoce suivie de coups de chaleur provoquant parfois des grillures (26juin : 40°C).Les vins sont maintenant logés dans les fûts neufs meublant nos nouveauxchais.Les assemblages sont prévus pour le courant janvier et sans augurerdes conseils de nos œnologues, les choses semblent bien marquées, legrand terroir primant sur les parcelles moins nobles. Le climat trèsparticulier de 2011 met en exergue la maîtrise hydrique qui est lamarque finale des grands sols viticoles.2011 13
  14. 14. Dates vendanges :7 – 8 – 9 septembre : vendanges des plantiers de merlots et essais d’unenouvelle réception vendange à retournement automatique des pallox.12 – 13 – 14 – 15 – 16 : les grands merlots sont ramassés et les plantesde cabernets sauvignons.20 – 21 – 22 – 23 : Les cabernets sauvignons sont vendangés et on tourneautour du plateau de Talbot.26 – 27 - 28 : on rentre le cœur des cabernets sauvignons sur leplateau. Talbot, le mardi 20 décembre 20112011 14
  15. 15. isabelle MulliezGérante du Château Belle-Vue, Cru Bourgeois - Haut-Médocdu Château de Gironville, Cru Bourgeois - Haut-Médocet du Château Bolaire, Bordeaux SupérieurJean-Michel Marle, Directeur d’exploitation,Vincent Bache-Gabrielsen, Directeur technique2011, MiLLéSiME D’ExiGEnCEUne météorologie exceptionnelleL’année 2011 aura marqué les esprits par un printemps exceptionnellementsec et chaud, qui aura amené la vigne à connaître une croissance rapideet très précoce. Les premières fleurs sont apparues avec plus de 4semaines d’avance par rapport à la normale !Les contraintes hydriques importantes ont néanmoins fortement ralentila croissance des vignes, qui ont vu leur végétation stagner à partirdu mois de mai. Tant et si bien que les opérations en vert étaient unpeu compliquées à mener, avec des levages étalés et répétés.Le coup de chaud des 26 et 27 juin (+ de 39°C) a impacté les sols deMacau, ce qui a eu pour effet un échaudage sur les cabernets sauvignons(dessèchement des baies mais également de certaines rafles).Les mois de juillet et août ont été contrastés avec une diminutionde précocité. La véraison a été rapide pour les cabernets sauvignonsmais certaines baies, bloquées, n’ont pas pu vérer. La sensibilité desbaies au botrytis (pellicules présentant un indice de perméabilitémembranaire élevé) couplée aux abats d’eau du 1er septembre ont entrainéune pression localement forte sur certaines parcelles.Les températures minimales élevées durant la première quinzaine deseptembre ont permis une maturation rapide des pellicules : la maturitétechnologique des baies était nettement plus proche de la maturitéphénolique qu’en 2009 et 2010 (seulement quelques jours d’écarts).La précocité du millésime 2011 a été estimée entre 15 et 17 jours parrapport à 2010 à la date des vendanges.2011 15
  16. 16. Vendanges assez condensées, avec un enchaînement rapide entre cépagesLa récolte du merlot noir s’est déroulée du 10 au 26 septembre, celledu cabernet sauvignon du 22 au 1er octobre et celle du petit verdot du26 au 1er octobre.En raison de la sensibilité des baies au botrytis, il aura fallu gérerle risque, l’anticiper au mieux pour réagir et vendanger dans la fenêtretrès courte située entre l’état de maturité souhaité et l’état dedégradation sanitaire auquel le raisin pouvait arriver très rapidement.Du stress, beaucoup de stress, pour un résultat très encourageant !Le millésime 2011 a été très favorable aux cabernets sauvignons et petitsverdots qui ont bénéficié du beau temps de septembre et mieux supportéles contraintes hydriques exceptionnelles du millésime. Le merlot apu parfois souffrir du stress hydrique précoce avant d’atteindre samaturité optimale.Au chai, un tri drastique a dû être effectué pour éliminer les baiesvertes, bloquées par le coup de chaleur. Une vinification s’ensuitdotée de longues macérations pré-fermentaires à froid (inférieures à5°C durant parfois plus de 3 semaines), la fermentation alcoolique estexclusivement gérée en délestage gravitaire, il n’y a pas de remontage,et pour finir une longue macération post fermentaire d’environ 25 joursà 28°C. Tout est mis en oeuvre pour valoriser le vrai potentiel de cesraisins. Ainsi, les cuves connaissaient une durée totale de macérationde 8 à 9 semaines, gage d’une stabilité des vins dans le temps et d’uneexcellente qualité de tanins.Notre capacité à prendre des risques et faire des choix audacieux payeencore. Les vins sont superbes de concentration et de densité. La forteproportion de cabernet sauvignon et de petit verdot permet à nos vinsd’offrir une puissance associée à un charnu qui leur permettront de sedétacher parmi les meilleurs vins de la région.2011 16
  17. 17. BilanLa climatologie exigeante de 2011 a entraîné une gestion dynamiquede la vigne et de la récolte. La parfaite maîtrise de chaque phase apermis d’exprimer tout le potentiel des crus, dans une nouvelle annéede réussite éclatante.Nos trois châteaux libèrent ainsi des vins à la personnalité affirmée,riches et suaves, dont la classe perpétue l’objectif d’excellence léguépar Vincent Mulliez.Château Belle-Vue :- Assemblage : 46 % cabernet sauvignon, 31 % merlot noir, 23 % petitverdot- Elevage : 40 % fûts neufs, 60 % fûts d’un vin- Durée prévue : 12 à 16 mois- Tonneliers : François Frères 47%, Taransaud 34%, Cadus 9%, Sylvain7%, Bossuet 3%Château de Gironville :- Assemblage : 45% merlot noir, 45% cabernet sauvignon, 10% petitverdot- Elevage : 20% fûts neufs, 50% fûts d’un vin, 20% fûts de deux vins,10% de cuve- Durée prévue : 12 mois- Tonneliers : François Frères 42%, Cadus 41%, Taransaud 17%Château Bolaire :- Assemblage : 40% petit verdot, 45% merlot noir, 15% cabernetsauvignon- Elevage : 30% fûts neufs, 60% fûts d’un vin, 10% de cuve- Durée prévue : 12 mois2011- Tonneliers : Saury 45%, Taransaud 37%, François Frères 18% 17
  18. 18. Vincent Bache-Gabrielsen,Directeur Technique du Château Lilian LadouysCru Bourgeois – Saint-Estèphe2011, MiLLéSiME RoCk’n RoLLCaractéristiques générales du millésime 2011Le millésime 2011 a été marqué par de nombreux excès climatiques. Cetteannée se révèle être l’année la plus chaude que l’Hexagone ait connuedepuis 1900 !De ce fait, le printemps a été chaud, sec et ensoleillé conduisant lavigne à un développement rapide et précoce, à tel point que la floraisona eu 4 semaines d’avance !Un déficit hydrique notable a ralenti la croissance du vignoble à partirdu mois de mai. Nous avons donc dû redoubler d’attention quant auxopérations en vert avec des travaux étalés et fréquents.En raison de mois de juillet et d’août contrastés, la véraison s’estfaite en deux temps. Dès le 20 juillet 2011, celle-ci a été rapide ethomogène notamment pour les cabernets sauvignons grâce à des conditionsclimatiques favorables.La conduite du vignobleLa vigilance et la réactivité ont été de rigueur tout au long de cettecampagne 2011.Du fait de cette météorologie clémente, les travaux en vert ont entrainéde nombreuses réflexions : effeuiller ou ne pas effeuiller, sur uneface ou sur deux faces ? Les décisions étaient remises en cause chaquejour.Une sensibilité des pellicules à la pression du botrytis est également àsouligner en 2011, nécessitant alors une attention toute particulière.De la grêle et de fortes précipitations se sont abattues sur le sud etl’est de l’appellation Saint-Estèphe le 1er septembre 2011. En raison de2011l’éclatement du parcellaire, nous sommes parvenus à limiter l’impact. 18
  19. 19. Il y a eu quelques baies éclatées de merlots et cabernets sauvignons surquelques parcelles, entrainant une baisse de rendement mais qui, fortheureusement, n’a pas été dégradé.Néanmoins, nous avons préféré démarrer les vendanges dès le 3 septembre2011 de manière à récolter les quelques merlots dont les baies avaientété abimées.Cette précocité a exigé une réactivité de l’équipe technique puisqu’ila fallu terminer la préparation du chai en 36 heures et appeler toutesles équipes pour pouvoir vendanger dès le week-end du 3 et 4 septembre2011 !Les vendangesAinsi, nous avons démarré la récolte des merlots du 3 septembre 2011 au16 septembre 2011, puis des cabernets francs les 13 et 14 septembre 2011et enfin des cabernets sauvignons du 13 septembre 2011 au 23 septembre2011.Le challenge a été de vendanger chaque cépage dans un laps de tempsréduit, intervalle se situant entre l’état de maturité souhaité avantla dégradation sanitaire éventuelle des baies.Un tri soigneux et drastique de la vendange a cependant été nécessaireavant et après éraflage afin d’écarter les éléments indésirables.La vinificationDu travail, de la réactivité et de l’investissement, voici les leitmotivsde ce 2011 !De nombreuses saignées et délestages ont été pratiqués afin d’obtenir desvins de très bon niveau. Certes, le merlot, plus avancé en maturité, s’estcomporté de manière plus intéressante sur ce millésime particulier.2011 19
  20. 20. Néanmoins, les cabernets sauvignons, qui ont pu être récoltés durantla deuxième décade de septembre, ont donné des vins d’un excellentniveau.L’élevageL’élevage composé, cette année, de 35% de barriques neuves devraitsublimer les vins. Suite aux magnifiques résultats obtenus avec lestonneliers bourguignons les années passées comme François Frères ouCadus, une part importante de ces derniers a été reconduite pour lemillésime 2011.2011 : quand adaptabilité rime avec succès2011 est un millésime qui met surtout en avant le savoir-faire techniquede l’équipe.Ainsi, une vinification adaptée a permis au vin de gagner en puissanceet en concentration tout en préservant le fruit.Partant d’une belle couleur profonde à une bouche puissante et aromatique,tout en équilibre, le Château Lilian Ladouys 2011 est un bel exemple deréussite.Caractéristiques du vinChâteau Lilian Ladouys 2011 : 70% merlot et 30% cabernet sauvignon,Devise de Lilian 2011 : 60% cabernet sauvignon et 40% merlot,Proportion : 60% de 1er vin et 40% de 2nd vin2011 20
  21. 21. Frédéric de Luze,Propriétaire du Château Paveil de Luze,Cru Bourgeois - MargauxEt Pont Rouge du Paveil - BordeauxUne météo capricieuse durant le printemps et l’été.En juin nous avons été légèrement touchés par l’orage de grêle qui adévasté une partie de l’appellation Margaux. Ce n’est qu’après plusieurssemaines que l’on a pu juger des dégâts réels qui ont été supérieurs auxpremières estimations.La grande sécheresse alliée à des températures records (+ de 38°C) nousont d’abord fait croire que nous allions avoir une année très précocetype 2003. Ces fortes chaleurs ont occasionné de l’échaudage sur lesgrappes qui n’avaient pas trouvé refuge sous du feuillage.Vu le peu de raisins, nous décidons de ne pas effeuiller et de nefaire que de très légères vendanges en vert dans quelques parcelles demerlot.Fin juillet, de très fortes précipitations font soudainement gonflerles raisins. Un temps humide, avec des températures inférieures auxnormales saisonnières, ralentit l’évolution.Nous préparons le chai pour des vendanges autour du 10 septembre.Le 24 août, alors que je suis en Chine avec une délégation des CrusBourgeois du Médoc où nous présentons avec succès le millésime 2008,nous vendangeons la petite parcelle de sauvignon blanc. Nous avons uneseule barrique !Le 6 septembre, visite de Stéphane Derenoncourt et Simon Blanchard pourun premier tour des parcelles de merlot. Il faut attendre et décisionest prise de démarrer le 19 septembre. Les parcelles sur les graves ontsouffert, il y a de très petits rendements en perspective.13 longues journées de temps lourds et orageux. On tremble à chaque coupde tonnerre. Il faut calmer les équipes qui sont anxieuses surtout que2011tout le pays vendange à grande vitesse. Peut-être que l’invité surpriseMr Botrytis est pour quelque chose dans cette agitation ! 21
  22. 22. Enfin le 19, nous attaquons mais à un train de Sénateur ! Nous avançonsen faisant de petites journées, sur le fil du rasoir, notre copainBotrytis est présent, le vent a séché les foyers mais il ne demandequ’à se réveiller.Comme l’an dernier, nous bénéficions d’un temps extraordinaire, c’estl’été, température de 30°C, les nuits ne sont même pas fraîches etheureusement que notre groupe de froid est efficace pour refroidir lavendange.Le 24 septembre nous ramassons le cabernet franc et nous arrêtons ledimanche 25.Après de bonnes saignées, les premières cuves partent en fermentationtrès vite, les remontages laissent apparaître une belle couleur et desarômes plaisants.A partir du 26 c’est le tour des cabernets sauvignons, c’est du caviar,peu de jus, c’est très concentré, l’attente a payé.Fin des vendanges le samedi 1er octobre.Maintenant démarre le travail de chais avec une matière première quilaisse présager un Paveil de Luze 2011 qui pourrait décoiffer !Des fermentations qui démarrent très vite, des remontages fréquents,mais de courtes durées pour extraire en douceur.On a un peu moins extrait que l’année dernière mais pas tant que ça carle but de l’année était d’emmener des raisins à bonne maturité et deleur faire une belle extraction car les peaux étaient épaisses.On a aussi macéré à haute température afin d’aller chercher du gras pourbien enrober les tanins durant la macération post fermentaire.2011Le vin est riche, gras et les dégustations quotidiennes des cuvespermettent de faire des cuvaisons très longues. 22
  23. 23. Les cabernets sauvignons ont cuvé prés de 28 jours !Dégustation avant la descente en barrique :Merlot Grand Vin : Robe carmin aux reflets pourpres brillants, nezde cerise, groseille avec des notes de graves fumées. Bouche suave,gourmande, sphérique avec une trame tannique à la finale fraîche.Cabernet sauvignon Grand Vin : robe pourpre aux reflets violines, nezcomplexe avec des arômes de cassis, de fumée et de roses fanées. Bouchefranche à l’attaque, milieu de bouche suave et droit, beaucoup delongueur.Les cabernets du Paveil atteignent un haut niveau et apportent beaucoupde classicisme à l’ensemble. Frédéric de LuzeDATES de VENDANGES 201024 août : sauvignon blanc19 au 26 septembre : merlot24 septembre : cabernet franc26 septembre au 1er octobre : cabernet sauvignon2011 23
  24. 24. Marie-Hélène et Pierre-Gilles Gromand d’Evry,Château de Lamarque,Haut-MédocLe Professeur Emile Peynaud, père bordelais de l’œnologie moderne, quiconsulta au Château de Lamarque de 1963 à 1987, rappelait sans cesse :« C’est avec de bons raisins que l’on fait du bon vin ».On ne se lassera jamais de redire que : de « bons raisins » sont desraisins à l’état sanitaire parfait et des raisins à bonne maturité,dans le cadre d’une récolte pas trop volumineuse (en rapport avec lenombre de pieds à l’hectare). C’est ce qui donnera aux fruits le goûtqu’attend le viticulteur pour déclencher sa récolte.Pour obtenir ce résultat idéal, la météo du millésime doit être àl’unisson de la vie des raisins, depuis la taille jusqu’à la vendange(pour simplifier les choses). Mais Dame Météo est capricieuse, inattendue(malgré les prévisions), et indépendante des désidératas du viticulteur.C’est à celui-ci de s’adapter et de trouver des solutions.Tout ceci étant rappelé, le millésime 2011 se caractérise comme unepartie de « cache-cache » entre météo et viticulteurs. En gros, lamétéo fût souvent à contre-emploi, aux différents stades de l’évolutionde la vigne et de ses raisins.On peut dire que l’année 2011 est, avant tout, un « millésime deviticulteur ». C’est lui qui trouvera les solutions techniques pour amenerses raisins à bon port (vendanges) par une surveillance irréprochableet incessante, où expérience et connaissance feront la différence.Tout ceci s’est traduit par un travail du sol adapté, pour respecterla structure du terroir (circulation de l’air, de l’alimentation et del’eau) ; un bon positionnement des grappes (régulières et aérées) ; desinterventions protectrices limitées, mais extrêmement précises (pas detraitements préventifs). Au final, l’état sanitaire du vignoble étanttrès bon, nous avons pu attendre la bonne maturité des raisins pourattaquer les vendanges.2011 24
  25. 25. La période des vendanges fût climatiquement propice ! Nous avons pucommencer le mardi 20 septembre par des « plantes » de merlots. Puisce fût les vieux merlots, les quelques cabernets francs, les cabernetssauvignons, interrompus pour nos petits verdots, avant de reprendre lesderniers cabernets sauvignons. Nous avons fini le mercredi 5 octobre,sachant que nous avons marqué des interruptions, sans travailler lesweek-ends. Pour résumer : nous avons pris notre temps pour vendanger.Le rendement est de 35 Hl/ha.Ce rythme lent des vendanges nous a permis de faire un tri parfaitdes raisins, sur notre nouvelle table vibrante de réception, aprèségrappage.Vinification très facile (les fermentations alcooliques et malolactiquesassez rapides) ; le pressurage : un essorage et une presse.Les caractéristiques du millésime : degré de l’ordre de 13° ; un IPTmoyen de 72, une acidité de 3,4. En somme : bon équilibre.L’ assemblage de ce millésime, avec l’aide des œnologues Jacques et EricBoissenot, correspond à une ventilation 70% « Grand Vin » ( Château deLamarque) et 30% « second vin » (D de Lamarque).Comme dans les millésimes précédents les cépages du Château de Lamarquesont : 45% cabernet sauvignon ; 45% merlot ; 10% petit verdot. Onretrouvera les cabernets francs avec les « plantes » merlots dans le Dde Lamarque .La mise en barriques du millésime 2011 s’est terminée mi-décembre 2011.(100% en barriques : 5 tonneliers français, chauffe moyenne : 45% Neuf,40% Un vin, 15% Deux vins).2011 25
  26. 26. En l’état, 19 janvier 2012, le millésime 2011 du Château de Lamarqueprésente : une robe rouge-grenat , éminemment dense et foncée, brillanteet nette ; le nez se marque par un léger boisé (prise de barrique)mais avec déjà des notes vanillées sur des arômes de fruits noirs(myrtille, cassis) ; en bouche il a un bon équilibre et il est bienstructuré ; grande densité avec une certaine amabilité, gourmand, bellepersistance.Si les 2009 et 2010 resteront longtemps incomparables, le millésime2011 devrait figurer en bonne place des millésimes « 2000 ». Entre 2006et 2008 ?2011 26
  27. 27. Eric Perrin,Propriétaire du Château Carbonnieux,Grand Cru Classé - GravesL’année 2011 a été caractérisée par son exceptionnelle précocité avecun début de vendange pour les sauvignons blancs le 18 août.La fraîcheur du mois de juillet a permis de maintenir une très belleacidité, signe de typicité et de qualité sur les raisins blancs.L’ensemble est homogène et on peut le considérer comme un grand millésimede blanc.Quant aux raisins rouges, nous trouvons une grande complémentaritéentre les expressions fruitées que nous avons obtenues sur les merlots: plutôt en majorité sur des terroirs frais (argilo-calcaire) et latrès belle concentration que nous avons obtenue avec les cabernetssauvignons.Pour 2011, nous trouvons une grande synergie entre ces deux cépages etcela donne des vins à la fois puissants, fins et élégants.Malgré l’aspect parfaitement atypique de cette année, on a fait unmillésime très classique, dans la plus pure tradition bordelaise…2011 27
  28. 28. Jean-Christophe Barron,Directeur technique du Château de Rouillac,Pessac-LéognanMiLLéSiME 2011 : HiSToRiqUE !Le printemps exceptionnellement chaud et sec entraîne un débourrementprécoce, une floraison très précoce, une croissance végétative de la vigneexcessivement rapide. Chaque jour du printemps 2011, nous inscrivonsune nouvelle page d’Histoire quand, par exemple, nous repérons lespremiers boutons floraux sur les merlots le 6 mai (du jamais vu), ou bienencore en se contentant de seulement quelques millimètres de pluie en3 mois. A la fin du printemps, la vigne possède presque 1 mois d’avancepar rapport à une année classique.La période estivale va remettre un peu d’ordre dans cette débauche dechaleur et de sécheresse. Juillet en particulier, est l’un des plusfroid des 50 dernières années, comparable à 1993, 1977 (argh !!!) maisaussi à 1961 et 2000 (ouf ! tous les espoirs restent permis).En août, nous dégustons une première et remarquable récolte de cèpesdans les bois de Rouillac. Si cette pousse réjouit le cuisinier, enrevanche elle inquiète le vigneron qui se voit ainsi prévenu que lebotrytis est présent. Nous redoublons de vigilance, et employons alorsles grands moyens prophylactiques : effeuillage systématique des 2côtés du rang, décompactage des grappes entassées...A la fin du mois, le 25 août, commencent les vendanges des blancs avecune troupe de 20 vendangeurs. Elles se termineront le 1er septembre.Septembre sera le début d’un été indien exceptionnellement doux. Larécolte des rouges par 60 mains reliées à 30 cerveaux commencera le08 septembre et prendra fin le 22. Le tri est déterminant cette année,chaque grappe subira un examen attentif avant de poursuivre son cheminvers l’excellence.Les raisins qui entrent dans notre nouveau cuvier nous donnent l’impressiond’avoir vécu un tour du monde. Ils sont accueillis en héros et demandentà être traités avec respect. Le nouveau système de pigeage mécanique2011est un outil providentiel pour le millésime 2011, l’extraction despolyphénols se fait toute en douceur. 28
  29. 29. Pendant ce temps, dans les bois, les ramasseurs de cèpes remplissentles paniers, les seaux, les brouettes, les remorques, les congélateurs,les camions, les bateaux… c’est la récolte du millénaire !!! (Eh oui,la récolte du siècle a déjà eu lieu en 2006…).Au final, ce millésime nous a donné chaud, au sens propre comme au figuré ;nous ressentons toutes ces émotions en réalisant les assemblages de ce2011 qu’il sera difficile de comparer, il y a un peu de 2006 dans sesveines, mais il y a aussi un peu de 76, de 85, de 88.Ainsi, une fois de plus, le travail rigoureux du vigneron qui saitadapter ses méthodes aux caprices du ciel, associé à un respect duraisin dans les chais, ont permis de donner naissance à un millésime decaractère, généreux et parfumé… comme les cèpes.2011 29
  30. 30. Claire Thomas Chenard,Directeur d’exploitation et oenologue du Château Soutard,Saint-Emilion Grand Cru ClasséLa fin de l’hiver et le début du printemps montrent un déficit depluviométrie important.Les températures moyennes des mois d’avril et de mai sont particulièrementélevées.Ces points climatiques se traduisent au vignoble par :- un millésime précoce,- des symptômes de stress hydrique et de carences en éléments minéraux(potassium notamment) qui se sont exprimés très tôt.La canicule (température = 40°C) du 26-27 juin a conduit à un échaudagedes baies pouvant induire une perte de récolte de 20 à 30% (l’expertiseréalisée à Soutard le confirme). Celle du 20-21 août s’est avérée sansconséquence notable.Les 20 mm de pluie en juillet et les 15 mm d’août ont contribué àrelancer le métabolisme de la vigne et à accélérer la véraison. Lessymptômes de carence potassique ne se sont pas pour autant résorbés.L’oïdium fut très présent sur ce millésime mais bien maîtrisé par despoudrages très réguliers.Le botrytis était plus présent que les précédents millésimes. Certainesparcelles ont été sensibles vers le 15 septembre. Ces dernières ontété ramassées plus tôt. Le temps est ensuite devenu plus sec. Dansl’ensemble, l’état sanitaire était très bon et le beau temps de la finseptembre a grandement contribué à ce résultat.Soutard : 38 Hl/ha2011 30
  31. 31. Jean-François quenin,Propriétaire du Château de Pressac,Saint-Emilion Grand CruL’année 2011 est l’année des extrêmes et de l’hétérogénéité. Une annéetrès chaude et très sèche, deux caractères favorables à la qualité.Démarrage très précoce de la vigne. Printemps très chaud. Un pic dechaleur extrême les 25 et 26 juin, qui a fait des dégâts importants surles parcelles faibles et déjà en état de stress hydrique. Il en estrésulté sur ces parcelles un échaudage important et une perte de récoltesignificative.Le climat de juillet a été médiocre ; la chaleur et la sécheresse sontrevenues en août.En septembre, quelques précipitations salvatrices, mais surtout despassages orageux qui ont fait des dégâts dans certains vignobles.Pressac a été épargné. Un seul gros orage, sans grêle, mais les grainsont été fragilisés, et le botrytis est latent.Les vendanges sont précoces (démarrage à Pressac la semaine du 19septembre, soit environ 10 jours plus tôt qu’habituellement). Outre laprésence latente du botrytis, la principale difficulté est l’hétérogénéitéde la maturité des grains de raisin. Le coup de chaleur de fin juin a,semble-t-il, laissé des traces, en ayant endommagé certains canaux desève de la grappe. Il faut écarter les grains qui ne sont pas à maturitéoptimale (grains verts ou rosés). Pour cela, la machine de tri optique(acquise en 2009) fait des merveilles. Un de nos conseils parle du côté« obsessionnel » du tri effectué à Pressac en 2011.Les vinifications se sont déroulées sans encombre. Compte tenu desdegrés alcooliques élevés d’une part, et du risque d’hétérogénéité dela maturité des tanins d’autre part, les extractions ont été douces,(effectuées principalement en début de vinification), et les macérationsn’ont pas été trop longues.Comme en 2010, il en est résulté des vins assez opulents, où l’aciditééquilibre la richesse tannique et alcoolique, des vins taillés pour la2011garde. 15 janvier 2012 31
  32. 32. Edouard Labruyère,Propriétaire du Château Rouget,PomerolAprès un débourrement précoce en mars, la vigne a souffert d’un tempstrop sec et de températures trop élevées pendant le printemps. Lavégétation a ainsi pris une avance importante jusqu’en juin avec desfeuilles puis des baies très rapidement développées et colorées. Ala fin juin, on établissait une précocité de trois semaines dans levignoble. Les mois de juillet et août ont calmé ces ardeurs car lesprécipitations répétées et l’humidité permanente durant les mois d’étéont fait perdre plus d’une semaine au cycle enclenché. Comme souvent,la météo redevient estivale fin août et une grande partie du mois deseptembre, nous permettant de récolter dans des conditions optimales.La précocité du millésime associée à un printemps sec a obligé la vigneà aller chercher le meilleur de son terroir pour nourrir ses fruits.Les précipitations estivales ont fait gonfler les baies raisonnablementsans entraîner une coulure excessive ni un développement du botrytis.Mais cela s’est fait au prix d’une attention et d’une surveillancepermanente. Jamais l’équipe de vigne n’avait été autant sur le pont !La contrepartie de ce temps sec est que la vigne a puisé dans sesressources, fragilisant ainsi son feuillage et ses bois. Une tellemétéo ne permettait aucun écart de conduite dans le vignoble quant auxtraitements (pas trop tôt et espacés par temps secs et très cadencéspendant l’humidité estivale pour éviter les maladies) et un trop grandtravail des sols aurait très clairement handicapé la récolte lors desjournées où on a frôlé les 40°C. Il fallait donc être ultra attentifmais pas ultra interventionniste.Grâce à sa vinification en petits contenants, Rouget ne ramasse désormaisplus simplement à la parcelle mais effectue de l’intra-parcellaire enfonction de l’état de maturité au sein d’une même parcelle. Les vendangesse sont ainsi étalées du 19 septembre, pour les jeunes vignes, au 4octobre, pour les parcelles les plus tardives. Jusqu’à 6 passages ausein des plus grandes parcelles ont été nécessaires pour être certain deramasser à l’optimum de maturité. Rouget n’est pourtant pas à Sauternes !2011 32
  33. 33. In fine, on se retrouve devant un millésime où la maturité ne fait pasdéfaut, si et seulement si on a été capable de mener son vignoble àbien pour retarder les vendanges afin d’obtenir maturité alcoolique etphénolique. A contrario de 2010 et 2009, l’acidité liée à la climatologieest très présente et les tanins sont beaucoup moins opulents que sur cesdeux derniers millésimes. Mais la finesse, la tanicité très distinguéede ce 2011 le rendront très apprécié des vrais amateurs. C’est sansnul doute un millésime de marché mature et non de grand export. Ceuxqui recherchent l’hyper concentration en seront pour leur frais. Aucunmillésime récent n’est comparable à ce 2011 car aucun n’a eu un telniveau combiné d’acidité et de maturité.Si à Rouget, nous sommes fiers du 2011, c’est vraisemblablement aussicelui qui a donné le plus de mal à l’équipe de vignes tant les conditionsétaient extrêmes et décalées. Rouget 2011 est un magnifique bébé, quine montrera pas ses charmes immédiatement et qu’il a fallu sortir auxforceps, mais qui ira très loin dans le temps… à condition d’être moinsimpatient, comme 2009 et 2010 nous ont habitué à l’être.2011 33
  34. 34. Bruno Mottet,Propriétaire du Château La France,Bordeaux SupérieurLe millésime 2011 est très certainement marqué par la climatologieinsolite et paradoxale qui aura rythmé le cycle végétatif du vignobleet le travail des femmes et des hommes qui en prennent soin.La sécheressePour parler de ce millésime 2011, nous devons revenir une année enarrière car depuis le mois d’octobre 2010, la campagne est marquée parun déficit en eau. Le manque de pluie va entraîner des symptômes destress hydrique dès la fin mai. On peut alors observer des défoliationsparfois importantes et l’on sent bien que la vigne souffre. La raretédes pluies entraîne non seulement un manque d’eau disponible pour laplante mais aussi une mauvaise minéralisation de la matière organiquedans les sols.Un cycle végétatif effrénéCette année, c’est le printemps qui a tout de suite imprimé unrythme effréné à la croissance de la vigne. Précoce, mais surtoutexceptionnellement chaud et sec, ce printemps 2011 nous a fait couriraprès la nature pour réaliser les travaux nécessaires au bon développementde la végétation.Les stades végétatifs se succèdent à une cadence folle ; dès la premièrequinzaine d’avril, les premières feuilles apparaissent, floraison mi-mai, fermeture de la grappe au 15 juin, puis début juillet les premièresbaies commencent à vérer. Tout ceci nous confirme entre 2 et 3 semainesd’avance sur la date de début des vendanges. Difficile de prévoir leplanning des congés d’été du personnel, il va falloir s’organiser…Un mois de juillet frais et pluvieuxMais le climat pluvieux et frais du mois de juillet ralentit la véraison.Le cycle de la vigne tente de se rééquilibrer de lui-même. La vignerécupère, elle s’imprègne de l’eau qui lui faisait défaut.2011La véraison se fait attendre maintenant… 34
  35. 35. Début août, la véraison vient de se terminer, nous attendons la parfaitematurité des raisins. Nous suivons l’évolution de l’équilibre des sucreset des acides et nous dégustons les baies pour évaluer la maturitéaromatique.En attendant les vendanges…En cette fin d’après-midi du 1er septembre le ciel s’obscurcit soudainement,la pluie commence à tomber à grosses averses mais les gros nuages noirspassent à côté de la propriété et vont déverser leurs grêlons à quelqueskilomètres de là sur le secteur de Branne et de Grézillac.Une année de durs labeurs gâchée en quelques minutes par un orage degrêle. Dame nature sait nous ramener à la réalité et à relativiser leschoses.Les vendanges arrivent…Les vendanges se sont étalées sur plus d’un mois sous un ciel clément.Le 29 août, nous débutons les vendanges des blancs par les sauvignons.Une semaine plus tard, nous ramassons les sémillons qui sont arrivés àmaturité.La vendange des rouges commence le 13 septembre par nos jeunes vignesde merlots. Trois semaines plus tard, le 04 octobre nous terminons lesvendanges par notre dernière parcelle de cabernet.Premières impressions du millésimeLes blancs montrent une belle fraîcheur, ils sont imprégnés d’une fortesucrosité naturelle, ils ont du volume. Les arômes s’expriment déjàavec une belle intensité. Ils sont dominés par des nuances de fleursblanches et d’agrumes.Les rouges ont des teintes vives et soutenues. Le nez est dominé par desarômes de fruits noirs bien mûrs. L’attaque est ronde et l’on retrouveun vin de belle structure dominé par les fruits noirs. Les tanins2011équilibrés sont parfois fermes en finale et doivent se fondre au coursdu temps. 35
  36. 36. xavier Planty,Directeur du Château Guiraud,Grand Cru Classé en 1855 - Sauternes2011 connaît un printemps chaud et sec. La floraison précoce laissaitenvisager une récolte avec 3 semaines d’avance. La fraîcheur de juilletnous retarde un peu, suivie d’un mois d’août humide et chaud.Les vendanges commencent finalement avec 2 semaines d’avance. Premierscoups de ciseaux pour le blanc sec le jeudi 25 août.Le mois de septembre offre des conditions climatiques idéales, desjournées chaudes et ensoleillées, des nuits fraîches. Des conditionsoptimales pour le développement d’un beau botrytis concentrant de trèsbeaux arômes tout en conservant une très belle acidité.Grâce à un vent de Nord-Est qui s’installe, et avec lui une concentrationrapide, nous enchaînons 1ère et 2ème tries dès le 2 septembre. Cettedernière, hautement qualitative, est rapidement suivie par une 3èmevoire 4ème et 5ème trie sur certaines parcelles jusqu’au lundi 10 octobre,dernier jour de vendanges au Château Guiraud.Au total, 25 jours de vendanges (pour le Sauternes) à raison de prèsde 100 vendangeurs par jour nous offrent une très belle mais trèspetite récolte, à peine 9 hl/ha cette année… On se souvient en effet del’épisode de grêle, le lundi de Pâques (25 avril à 18 h) : perte estiméeà 40%, jusqu’à 80% sur certaines parcelles…Le 20 octobre, tout est fini de fermenter ! Tout va très vite cetteannée, c’est incroyable ! La fraîcheur des nuits actuelles commence àclarifier le vin. Les vins se goûtent remarquablement bien : concentrés,aromatiques, complexes. La vitesse de la concentration a préservé unemagnifique vivacité. Les vins sont éclatants. “2001” disent mes voisins…à vérifier.Première dégustation avec les associés, lundi 24 octobre. Xavier Planty, le 21 octobre 2011.2011 36
  37. 37. En quelques chiffresDate de début G de Château Guiraud, Bordeaux blanc sec : jeudi 25 août 2011Date de début Sauternes : vendredi 2 septembre 2011Date de fin : lundi 10 octobre 2011Nombre de jours de vendanges : total = 31 (uniquement Sauternes = 25)Nombre de vendangeurs par jour de vendanges (en moyenne) : 97Rendement Sauternes : 9 hl/ha2011 37
  38. 38. Miren de Lorgeril,Vignobles Lorgeril,Languedoc RoussillonRésumé du cycle de la vigne en 2011Enfin !!! Le retour d’une pluviométrie normale a permis aux vignes «d’aller bien » et de rester bien équilibrées tout au long du cycle devégétation puis de maturation et de reconstituer réellement les réservesdes sols.Sous nos cieux, les années plus humides sont de belles années !La vigne s’est en effet bien développée et la végétation a été trèsbien équilibrée jusqu’à la veille des vendanges, même si les grappes,pas très grosses, ont conduit à une récolte moyenne.L’été a été beau mais sans excès ni canicule et avec les 3 beaux orageshabituels... Le temps a été exceptionnel pendant les vendanges, aprèsune forte pluie fin septembre qui a rafraîchi le temps, ramenant descieux clairs qui ont fait baisser la température la nuit, mais desaprès-midi chauds, conduisant à une maturation facile et à ces écartsde températures entre nuits et jours, propices au développement desarômes.Les dates et le déroulement des vendangesEn Cabardès nous avons démarré des vendanges de rosé tôt, le 20 septembre,et avons démarré les vendanges de rouges fin septembre, plutôt tôt, parles merlots.Les syrah ont suivi sur l’ensemble des domaines. La maturation descépages plus tardifs (cabernets, grenaches, mourvèdres) a conduit commel’année dernière à des vendanges plutôt rapides, par un temps magnifique,donc.Les volumes de vendanges ont été surprenants : en Cabardès malgré uneaugmentation du poids de raisin, les quantités de jus sont identiquesà celles de 2010 c’est-à-dire assez faibles. En Roussillon, Minervois,Faugères et Saint Chinian en revanche, on revient sur des productionsnormales, c’est-à-dire 20% de plus qu’en 2010, année tragiquementfaible.2011 38
  39. 39. Les caractéristiques de cette année ?Les raisins très mûrs ont livré facilement leurs arômes, couleurs ettanins facilitant notre volonté d’exprimer les vins de façon légère etdouce. Les vins sont donc plus que l’année dernière sur le fruit, fraiset élégants, certes structurés mais avec des tanins bien fondus. Nouspensons avoir tout particulièrement progressé à Ciffre, en Roussillon età la Livinière, avec une très belle intensité d’expression préservée parune extraction très douce. Les fermentations ont été particulièrementrégulières, sans accélération ni arrêt.2011 39
  40. 40. nicolas Perolini,Directeur d’exploitation du Château LauzadeCôtes de ProvenceCycle de la vigne 2011En début de végétation, nous constations une dizaine de jours d’avancepar rapport à 2010, ce qui laissait présager un millésime très précoce.Durant la période végétative et jusqu’à la floraison cette tendance étaittoujours constatée en raison d’un printemps très doux.La floraison s’est déroulée sans encombre et promettait une belle sortieavec très peu de coulure et ce, même sur le grenache.Les mois de juin et juillet ont été particulièrement frais ce qui aentraîné un ralentissement de végétation et du même coup a ramené uneestimation de date de récolte identique aux derniers millésimes.La vigne était très saine ainsi que les raisins. Les premiers prélèvementsindiquaient une date de récolte pour le début septembre, vers le 5-6,c’était sans compter la hausse brutale des températures au début de ladeuxième quinzaine d’août. La concentration en sucre s’est accélérée etdu coup, nous a fait avancer le début des vendanges au 31 août.Points forts et délicatsA la fin du mois de juillet, nous avons eu une belle pluie, fort bénéfiquepour la vigne et ainsi évité un stress hydrique néfaste pour une vendangede qualité.Nous avons commencé le début des prélèvements assez tôt et de manièrerégulière, et de ce fait, avons pu anticiper l’accélération brutale desmaturités.Tout était prêt en cave.Date et déroulement des vendangesNous avons commencé les vendanges au 31 août par le sémillon, suivi du2011rolle. Ensuite, nous avons rentré les grenaches pour les rosés. 40
  41. 41. Nous observions la syrah pour les rouges afin d’obtenir la maturitéoptimale et ce tout en gardant un œil vigilant sur la météo (en effet, unepluie à ce stade de maturité peut avoir des conséquences dramatiques).Nous avons récolté la syrah à la fin de la première quinzaine de septembre,suivi du cinsault (pour le rosé). Ce n’est que bien plus tard que nousavons ramassé le cabernet sauvignon (début octobre).Caractéristiques de cette annéeNous avons obtenu pour ce millésime des vins dans l’ensemble très gras,avec un joli fruit, des couleurs vives et franches sans caractèresoxydatifs. Les rouges ont des tanins fondus avec une belle persistanceen bouche.Spécificité du millésimeAmpleur et rondeur, aucune pluie durant les vendanges !Millésime proche de 20112009 : vendanges précoces et beaucoup de gras.Témoignage sur 2011Millésime très correct avec toujours en tête de ce qu’il aurait pu êtresans la canicule de la mi-août. Aucune pluie durant les vendanges ce quia permis de tout récolter en une période relativement courte.2011 41
  42. 42. Millésime 2011 en BourgogneDU PLAiSiR AVAnT ToUT2011 restera dans les mémoires, non seulement pour sa précocité, maiségalement pour sa climatologie singulière. Alors que les amateurs dumonde entier s’apprêtent à découvrir ce nouveau millésime, les premièresimpressions se précisent. Cette année, l’élégance et la gourmandisemettent particulièrement en valeur la mosaïque des terroirs bourguignons.Accessibles, ces vins constitueront une porte d’entrée idéale pourparcourir toute la richesse et la diversité des Bourgognes.Les vignerons bourguignons savent faire confiance à leur instinct.A la veille de l’été, ils restent prudents, même si le printemps,particulièrement sec et chaud, a donné à la vigne un potentiel qualitatifoptimal. Les précipitations de juillet viennent reconstituer lesréserves en eau du sol et apporter un souffle nouveau à la plante. Lesconditions orageuses d’août, très difficiles à anticiper, amènent lesvignerons à suivre leurs parcelles pied à pied. Ils ne doutent pasqu’ils auront à faire preuve d’humilité autant que d’intuition afinde déterminer la date de récolte : entre maturité et état sanitaire,la nature aura son mot à dire. Attendre ou pas ? Question crucialeque les Bourguignons se posent dans les dernières semaines d’août, enparticulier pour le pinot noir dont la délicatesse fait la réputation,mais aussi la complexité.Les vendanges s’étalent sur plusieurs semaines, les viticulteursrécoltant les parcelles au rythme de l’évolution de la maturation. Lebel ensoleillement et les faibles précipitations de septembre donnentraison à la patience. Un tri soigné est pratiqué, à la vigne comme encave. Seuls les meilleurs raisins sont vinifiés. BIVB, 15 Novembre 20112011 42
  43. 43. Jacques Lardière,Maison Louis Jadot,BourgogneLa précocité du débourrement dès le tout début du mois d’avril estla suite d’un printemps aux notes estivales. Le réveil végétatif futrapide et énergique.La floraison sous un temps chaud et particulièrement sec a été d’une rareexplosivité nous donnant quelques 3 semaines d’avance sur 2010.A la fin mai, la fleur fut passée sur des sols dont la réserve en eaubaissait fortement ; ces conditions favorisant la formation de petitesbaies sur les grappes naissantes (sur le pinot en particulier).Ce temps estival se brouilla quelque peu sur l’après fleur et plussévèrement durant le milieu de l’été. Si le début de saison végétativelaissa à nos vignerons le soin de cultiver nos vignes telles des jardins,la fin juin et le début de véraison auront été marqués par de nombreuxépisodes orageux accompagnés parfois de grêle entamant le potentiel derécolte (Côte Chalonnaise entre Rully et Mercurey).Un temps frais et humide décala, vers la toute fin du mois d’août, lapleine maturité et réveilla cryptogames (maladies parasitaires) etinquiétudes.Le premier jour de septembre sonna la franche récolte sous un tempsidéal qui dura jusqu’au dernier coup de sécateur. La récolte fut, elle,courte et menée tambour battant.Les blancs : rythmique fermentaire dynamique et un équilibre sucres / acidesintéressant qui présage des vins d’une grande pureté.Les rouges : le potentiel polyphénolique est puissant, la qualité dutri se lisant dans la netteté des flaveurs à la dégustation. Les aciditéstamponnées par les chaleurs de la fin d’été offrent des bouches goûteuseset une souplesse plaisante des tanins.De très belles surprises à venir pour une année viticole étonnante.2011 43
  44. 44. Eric kohler,Domaines Barons de Rothschild (Lafite)Directeur technique du Domaine d’Aussières, Corbièreset des domaines étrangersDoMAinE D’AUSSièRES, VinS : CHâTEAU D’AUSSièRES, BLASon D’AUSSièRES,AUSSièRES RoUGE ET AUSSièRES BLAnCComme ailleurs en France, l’année climatique a été tout à fait atypique,il a fait très chaud une partie du printemps et l’été a été plutôt fraisavec des pluies modérées jusqu’à fin août.Le cycle végétatif s’est accéléré rapidement au printemps en raison destempératures élevées avant de franchement freiner dans le courant del’été.Fort heureusement, le mois de septembre a été idéal, ensoleillement etnuits fraîches ont permis de compenser la fraîcheur relative de l’étéet d’attendre une maturité optimale.Finalement, les vendanges ont commencé aux dates usuelles à Aussières,le 7 septembre pour les blancs, à partir du 15 septembre pour lesrouges, et se sont déroulées parfaitement.La récolte a été généreuse, les vins seront moins concentrés que l’andernier mais certainement très agréables, sur la finesse et le fruit.AU CHiLi - ViñA LoS VASCoSEn 2011, les conditions climatiques dans la vallée de Colchagua ont étéétonnamment très proches de celles de 2010. Nous pouvons ainsi parlerpour la seconde année consécutive d’un climat atypique pour notrevignoble de Viña Los Vascos.Le temps s’est caractérisé par une relative fraîcheur pendant toute lacampagne avec des températures en dessous de la normale et une faiblepluviométrie. La floraison a été perturbée entraînant logiquement uneréduction de la récolte.Les températures modérées enregistrées pendant l’été et l’automne ont2011favorisé une maturation lente particulièrement pour les cépages tardifscomme le cabernet sauvignon et le carmenère. 44
  45. 45. Cette année encore, les vendanges ont donc été très tardives notammentpour les blancs situés près du Pacifique pour lesquels les derniersraisins ont été rentrés début mai.Au final, la maturité phénolique est bien équilibrée à la fois en termesde sucre et d’acidité, ce sera encore une belle année pour Los Vascosavec des vins à l’accent bordelais.En ARGEnTinE - BoDEGAS CARoEn Argentine, la campagne a été marquée par un gel rarissime sur lafloraison dans certaines parcelles. Ensuite, les conditions ont étéexcellentes avec de bonnes températures permettant finalement une bellematuration, relativement homogène.Là aussi, les températures ont été plutôt fraîches en fin d’été, lesvendanges tardives se sont terminées début mai.Les vins seront d’un excellent niveau cette année, avec une dominationnette du malbec.2011 45
  46. 46. Stéphane DerenoncourtConsultant du Château MarsyasLibanLe Liban a connu cette année un printemps frais. Le débourrage comme lafloraison en furent retardés. C’est donc pour la vigne un cycle végétatiflong, permettant d’accroître la complexité aromatique des vins.L’été fut beau et chaud, mais sans excès, avec des nuits relativementfraîches et donc de grands écarts de température entre jour et nuit,chocs thermiques nécessaires au tannage des peaux, durant le process dematuration phénolique.Par chance, la fin du cycle fut épargnée des vents chauds qui déshydratentsouvent les raisins à l’approche des vendanges, leur imprimant des notesconfites et concentrant les alcools et les tanins secs.C’est donc pour le Liban un grand millésime de fraîcheur, au fruitéclatant et à la structure en bouche pleine et précise, qui alliepuissance et classe.2011 46

×