Cameroun : le secteur de la microfinance se porte mal
Le 18 décembre 2014, le Ministre des Finances a retiré l’agrément à ...
Des dépôts des épargnants détournés
https://www.google.cm/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8
&ved=0...
les clients à s’organiser en comité de surveillance, sont des suggestions que propose Pierre
Numkam pour assainir le secte...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Emf.pdf

306 vues

Publié le

Le retrait de licence aux Emf illégaux au Cameroun ne résoud pas les problèmes qui minent le secteur

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
306
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
116
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Emf.pdf

  1. 1. Cameroun : le secteur de la microfinance se porte mal Le 18 décembre 2014, le Ministre des Finances a retiré l’agrément à 28 établissements de microfinance (Emf) jugés illégaux au Cameroun. Une mesure qui ne semble pas assainir le secteur. D’après des experts bancaires et en microfinance, le phénomène des Emf illégaux fait la résistance au pays. Alamine Ousmane Mey, Minfi http://www.google.cm/imgres?imgurl=http://www.investiraucameroun.com/media/k2/items/c ache/82ce1676b3801af67fce44d4ad7d352e_L.jpg&imgrefurl=http://www.investiraucamerou n.com/finance/0412-3756-la-microfinance-emploie-15-000-personnes-au- cameroun&h=375&w=500&tbnid=rzt9MW56cOjNmM:&docid=VFPhQbW0AZcAMM&ei= CvziVaPJF62v7AbD74GQAQ&tbm=isch&ved=0CDsQMygWMBZqFQoTCKP21ZLs0McC Fa0X2wodw3cAEg Les Etablissements de microfinance clandestins (Emf) continuent d’opérer au Cameroun. Ceci après que le Ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey ait retiré l’agrément à 28 Emf le 18 décembre 2014. D’après David Kengne, expert en microfinance, les principaux responsables des dysfonctionnements actuels dans le secteur de la microfinance au pays sont les professionnels du secteur (promoteurs et personnels). « Certains parmi eux gèrent les dépôts de leur clientèle comme leur patrimoine personnel », dénonce notre source. Les promoteurs des Emf au Cameroun sont accusés : du non respect des principes minimums de gouvernance (les assemblées générales ne se tiennent pas, les conseils d’administrations non plus) encore moins les comités de surveillance pour les Emf de 1ère catégorie ; des crédits de complaisance (des prêtes noms pour obtenir indûment des crédits sur les dépôts de la clientèle à son insu). En outre: «nous constatons que le nombre de dirigeants véreux qui, à peine ont-ils libéré 500 000 Fcfa de capital, sollicitent et obtiennent des crédits pour un montant allant parfois jusqu’à 10 000 000 Fcfa sans garantie, augmente au fil du temps. Aucun effort n’est fait pour se mettre en conformité avec la réglementation », enchaîne l’expert. Récidive
  2. 2. Des dépôts des épargnants détournés https://www.google.cm/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8 &ved=0CAcQjRxqFQoTCL_Fz5L50McCFaI62wodh7AP6Q&url=http%3A%2F%2Fwww.ca mereco.com%2Farticle.php%3Faid%3D1590&ei=qwnjVf_DOaL17AaH4b7IDg&psig=AFQj CNGxHk5hRiVBK5Rkjb2DYIjQ3uu2yQ&ust=1441025418831876 Retirer la licence à une microfinance ne suffit toujours pas à assainir le secteur. A preuve : avant la suspension sus-évoquée des 28 Emf, la même année au mois de février, les promoteurs de 84 autres Emf non agréés étaient invités à cesser immédiatement leurs activités. Mi-juillet 2013, le Minfi fermait 34 Emf sous le coup soit de la péremption d’agrément, soit de la cessation de paiement au de l’arrêt des activités. Laissant dans la tourmente des épargnants. En fin juin 2011, et sur environ 480 Emf agréés, près d’une cinquantaine étaient en liquidation, en cessation d’activités, en redressement et/ou sous administration provisoire, selon les révélations du Ministère des Finances. Près de 80% desdits établissements sont établis à Douala et Yaoundé, deux des grandes métropoles du pays. S’agissant des normes prudentielles, sur un échantillon de 50 Emf, seule la moitié, de l’avis du Minfi, respectait les ratios de liquidité, de couverture des risques et de celui des immobilisations. Une dizaine d’entre elles disposait de fonds propres satisfaisants. Haro sur la mesure ministérielle «Retirer un agrément à une microfinance qui existe déjà, est la pire des bêtises », avance Pierre Numkam auditeur bancaire. Ce dernier a saisi par correspondance le Ministre des Finances. Le but étant de lui expliquer que : « demander à un Emf de fermer ses portes, c’est balayer du revers de la main les clients dont l’épargne a déjà été retiré ou les entreprises qui ont commencé à bénéficier du financement de cette structure. Ce qui est une erreur grave ». Encadrer autrement les microfinances illicites, interpeller la Cobac qui doit jouer son rôle de gendarme, former des auditeurs bancaires pour lutter contre les faillites programmées, appeler
  3. 3. les clients à s’organiser en comité de surveillance, sont des suggestions que propose Pierre Numkam pour assainir le secteur de la microfinance au Cameroun. Linda Mbiapa Mots Clés : Cameroun / Etablissements de microfinance clandestins / Alamine Ousmane Mey, Ministre des Finances

×