Dirigé par
M. VLES
Mme. CLARIMONT
Décembre 2012

Dynamisation du
tourisme de nature en
montagne au départ de
Cauterets

« ...
Remerciements

Avant toutes choses, nous souhaitons adresser nos remerciements à l’ensemble des personnes qui nous ont app...
Avant-propos

Afin d’approfondir le contexte global de l’activité touristique sur son territoire, la commission syndicale ...
Sommaire
Introduction (page 1)
1 La randonnée, une pratique en mutation : (page 3)
1.1 La première activité touristique de...
Introduction
La commission syndicale de Saint-Savin (CSVSS) regroupe 7
communes (Adast, Cauterets, Lau-Balagnas, Pierrefit...
Présentation du territoire

Dans le cadre de cette étude, les activités recensées correspondant
à ce champ de pratique son...
1 La randonnée, une pratique en mutation

3
1 La randonnée, une pratique en mutation
1.1 La première activité touristique de montagne :
 La pratique
La randonnée est...
La fréquentation et l'attirance en été :

Fréquentent la montagne
Ne fréquentent pas la
montagne

Sont attirés par Ne sont...
idées reçues, le tourisme de montagne estival, en termes de
recette, est supérieur à celui d'hiver : 5 milliards d'euros p...
La marche apporte de nouvelles valeurs, le contact avec le milieu
naturel prime sur la quête de performance dans la pratiq...
de l’Artisanat, 2009). Durant l'hiver 1997/1998, 8% des touristes ont
pratiqué la raquette. 93% des raquettistes pratiquen...
1.2 Le parc national des Pyrénées : territoire de randonnée :
1.2.1 « Les premières formes de randonnée au XIX° siècle : u...
1.2.2 Les évolutions de la pratique de la randonnée dans la vallée de Cauterets


Présentation des études menées par le P...
Le Parc a accueilli en été 2011 près de 300 000 marcheurs et la
vallée de Cauterets presque 58 000. Ce chiffre place la va...


 La carte d’identité du randonneur
*absence de donnée pour le lac d'Estom en 2000

Evolution des nuitées en refuges en...
1.3 Une protection environnementale au service de la pratique :
Selon l’INSEE, en 2010, 77,5% de la population française v...
La charte du parc – rédigée en 2011 - est actuellement en cours de
ratification par les différentes communes.
Seuls neuf –...
1.3.2 Natura 2000
Le deuxième outil du territoire est la labellisation européenne
« Natura 2000 ». Le fonctionnement est i...
1.3.3 Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF)
Une ZNIEFF correspond à un inventaire des es...
1.3.4 Espèces animales remarquables
Le tourisme de nature tel qu’il a été défini auparavant induit une
grande part de curi...
Aucun problème n’a été signalé entre Cannellito et de potentiels
randonneurs mais l’information relative à la présence de ...
comme les vautours Fauves et Percnoptères (Oiseaux d’Europe,
guide Delachaux et Niestlé, 2009).
La présence de ces espèces...
Synthèse
Au niveau National
La randonnée est la première activité
physique de pleine nature pratiquée en
France. En été 20...
2 Des aménagements présents qui doivent s’adapter

21
2 Des aménagements présents qui doivent s’adapter
2.1 Les mobilités offertes aux randonneurs de Cauterets :
2.1.1 Des axes...
Axes routiers, parkings, télésièges et télécabines

Argèles-Gazost

2.1.2 Des télésièges et des télécabines au service des...
Dans la seconde zone (Le Pont d’Espagne), la télécabine de
Puntas est accessible à partir du parking du Pont d’Espagne. El...
Le tarif est quant à lui unique quel que soit le trajet sur tout le
département des Hautes Pyrénées. Gratuité pour les enf...
Desserte estivale



Ce service est divisé en deux durant l’année :

- Une desserte estivale de Juin à Septembre avec deu...
Desserte hivernale
- Une desserte hivernale est également présente pendant les
vacances scolaires et les week-ends hors va...
2.1.4 Le covoiturage, une solution peu mise en valeur
Exemple de Covoiturage en station de montagne :
L’utilisation commun...
Sentiers balisés

2.2

Des sentiers tous publics :

Sur le territoire environ 147 km de sentiers balisés ont été
recensés ...
Représentations des 3 sentiers incontournables
Légende:

2.2.1.

Parking de la fruitère-Lac d’Estom

Les sentiers incontou...


Voie vertes des Gaves : Pierrefitte-Nestelas - Cauterets

La voie Verte en quelques mots :
Elle fut aménagée en 2000 su...
s’orienter et suivre la vallée du Marcadau. Cependant des
randonneurs débutants venus sans carte et n’ayant pas
d’expérien...
Localisation du GR10 et du HRP sur le territoire
Légende:

2.2.2 GR10, un itinéraire omniprésent

HRP
GR10

Le sentier de ...
peu vite les confondre avec les chemins de transhumance
empruntés par les animaux.
La signalisation des itinéraires par de...
Enfin un troisième axe, s’étendant de Cauterets au col du
Riou vers l’Est sur une longueur d’environ 7 km.
Le randonneur p...
2.2.3 La HRP, un itinéraire destiné à des randonneurs expérimenté
La commune compte 11 km de sentier.
L’origine de la HRP ...
Itinéraire de ski, de randonnée, de raid
Légende:

2.2.4 La pratique hivernale

Itinéraire de ski, randonnée, raid

L’acti...
En ce qui concerne la raquette à neige, la situation est différente.
Sur le territoire, un sentier est spécialement prévu ...
2.3 Des refuges à l’ère de la modernité ? :
La commission syndicale est propriétaire de 5 refuges gardés et 1
non-gardé, t...
Refuges et abris sur le territoire

2.3.1 Des refuges comme témoins de la culture montagne
La construction de refuges de m...
A la base ils étaient construits pour permettre l’abri la nuit ou en
cas d’intempéries. Dans certains cas ils servaient de...
Une grille de tarifs recueillis sur les sites internet :
Refuges
Wallon - Marcadau
D’Ilheou
D’Estom
Du Clot
Oulètes de Gau...
Ils sont le lieu d’une culture gastronomique : on ne va pas dans un
refuge pour manger une bouillabaisse. C’est une vitrin...
Au point de vue de la communication pour commencer. La visibilité
sur internet est un facteur indispensable désormais. La ...
afin de minimiser l’impact des activités sur l’environnement. Cette
action est menée par l’Association Régionale pour l’En...
Synthèse
La CSVSS possède au sein de la zone cœur
du parc national des Pyrénées des
capacités d’hébergement importante pou...
3 La randonnée sur le territoire : un potentiel exploité
mais des problèmes de concertation

47
3 La randonnée sur le territoire : un potentiel exploité mais des problèmes de concertation
3.1

Une pratique associative ...


Des clubs alpins

Les CAF ont été les premiers à proposer ce type d’activité.
Aujourd’hui ils proposent des pratiques t...
La fréquence de leur activité randonnée varie entre une à trois
sorties par semaines, sur toute l’année. Les randonnées pe...
Le co-voiturage est utilisé pour se rendre au point de départ des
sorties, depuis de nombreuses années.
110 encadrants son...
3.2 Une offre marchande variée :
Il est ici question d’évoquer les offres des agences de voyages et
des tours opérateurs c...
Vient ensuite l’agence Echaillon, basée à Briançon dans les Hautes
Alpes, elle propose de nombreuses offres de randonnées ...
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets

2 015 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 015
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
212
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Diagnostic de la pratique de la randonnée sur Cauterets

  1. 1. Dirigé par M. VLES Mme. CLARIMONT Décembre 2012 Dynamisation du tourisme de nature en montagne au départ de Cauterets « Randonnée et randonneurs » Réalisé par : Bruno BOURGLAN Laure DIRIBARNE Jonathan LOOPE 0 Figure 1, Cliché Vallée de Saint Savin, G. HUET, 14/11/2012
  2. 2. Remerciements Avant toutes choses, nous souhaitons adresser nos remerciements à l’ensemble des personnes qui nous ont apporté leur contribution dans ce travail, à commencer par l’équipe enseignante du Master Loisir Tourisme et Développement des Territoires de l’université de Pau et des Pays de l’Adour et à madame Clarimont plus particulièrement qui nous a suivis du début à la fin et prodigué de précieux conseils. Nous remercions également les professionnels qui se sont rendu disponibles pour nous rencontrer et répondre patiemment à nos enquêtes. Merci donc à Jacky Gaüzère, membre du comité directeur du « Club Alpin Français de Pau », à Serge Dulout président du « CAF de Tarbes », à Vincent Jilcot fondateur de « Caminando » et responsable syndical des accompagnateurs en montagne, à Jean-Marie Deladerrière président de l’association des « Amis du Parc National des Pyrénées », à David Serrano-Crocq responsable Pyrénées et VTT pour « La Balaguère », Vincent Luffy responsable d’Intersport à Cauterets et à la Maison du Parc National à Cauterets pour avoir répondu à nos questions. Enfin merci à la commission syndicale de la Vallée de Saint-Savin pour la confiance qu’ils nous ont témoignée au travers de cette commande.
  3. 3. Avant-propos Afin d’approfondir le contexte global de l’activité touristique sur son territoire, la commission syndicale de la Vallée de Saint-Savin a requis les services d’une promotion de master 1 Loisirs, Tourisme et Développement des Territoires de l’université de Pau chargée de procéder à un diagnostic territorial sur son territoire. L’objectif énoncé par la commission syndicale est de « dynamiser le tourisme de nature sur son territoire. » Ce diagnostic se déroule en deux temps compte tenu du calendrier universitaire. Tout d’abord la réalisation d’un diagnostic territorial pour recadrer dans son contexte la pratique actuelle et définir les enjeux de ce travail, suivi au second semestre de la définition d’une stratégie pour répondre à la commande. Pour ce faire, 6 thèmes ont été définis. L’objet de celui qui est ici présenté est centré sur la pratique de la randonnée sur le territoire de Cauterets plus particulièrement. Le travail initié en octobre s’est déroulé en plusieurs séquences avec en premier lieux un exercice de définition de la commande, visant à en confirmer la bonne compréhension au travers des définitions précises des termes évoqués. S’en est suivi un travail minutieux de recherches documentaires, d’analyses cartographiques et de croisements de données, permettant d’aller à la rencontre des acteurs du territoire et de mener des entretiens constructifs.
  4. 4. Sommaire Introduction (page 1) 1 La randonnée, une pratique en mutation : (page 3) 1.1 La première activité touristique de montagne (page 4) 1.2 Le parc national des Pyrénées : territoire de randonnée (page 9) 1.3 Une protection environnementale au service de la pratique (page 13) 2 Des aménagements présents qui doivent s’adapter : (page 21) 2.1 Les mobilités offertes aux randonneurs de Cauterets (page 22) 2.2 Des sentiers tous publics (page 29) 2.3 Des refuges à l’ère de la modernité ? (page 39) 3 La randonnée sur le territoire: un potentiel exploité mais des problèmes de concertation : (page 47) 3.1 Une pratique associative développée (page 48) Figure sommaire : Photo du Pont d’Espagne, 23/11/12 12h30 Loope 3.2 Une offre marchande variée (page 52) 3.3 Dynamiser l’offre de randonnée (page 62) Conclusion (page 65) Table des matières (page 68) Tables des figures (page 72) Bibliographie – Webographie (page 75) Annexes (page 82) 0
  5. 5. Introduction La commission syndicale de Saint-Savin (CSVSS) regroupe 7 communes (Adast, Cauterets, Lau-Balagnas, Pierrefitte-Nestalas, Saint-Savin, Soulom et Uz). Elle se trouve au Sud-Ouest du département des Hautes Pyrénées entre le Val d’Azun et la Vallée de Luz. Elle est frontalière avec l’Espagne (figure 1). L’ensemble du territoire fait partie du Parc National des Pyrénées, dont 85 km2 sont en zone cœur. Consciente du patrimoine naturel du site, la commission souhaite redynamiser la fréquentation touristique en se tournant plus concrètement vers le tourisme de nature responsable. Celui-ci se définit comme la « forme de tourisme dans laquelle la motivation principale est l’observation et l’appréciation de la nature. » Il est avant tout basé sur l’observation et la compréhension des espèces et de leurs écosystèmes au travers de pratiques les plus respectueuses possibles de l’environnement. (AFIT, 2003) La randonnée s’inscrit pleinement dans cette vision. Elle se caractérise comme étant une « Promenade longue et ininterrompue. Elle peut se faire à pied, à vélo, à cheval, à ski… » Il s’agit d’une activité non motorisée. (Le Petit Robert, 2013). Figure intro A et B : Localisation du territoire en France, région, département , Mapinfo Bourglan 1
  6. 6. Présentation du territoire Dans le cadre de cette étude, les activités recensées correspondant à ce champ de pratique sont les suivantes : - la randonnée pédestre la randonnée avec raquettes à neige le ski de randonnée La pratique du VTT étant interdite à l’intérieur de la zone cœur du parc dans laquelle l’équitation n’est pas pratiquée, ces deux disciplines ont été retirées de l’étude. La pratique de la randonné étant l’activité touristique première dans le massif, Le choix a été fait d’y consacrer cette analyse pour répondre à la question suivante : « Quels sont les enjeux qui se dégagent de la pratique de la randonnée compte tenu du contexte actuel et quels moyens permettront la dynamisation de cette activité au départ de Cauterets ? » La problématique posée tend à établir un constat tant au niveau de la pratique que de son évolution au cours des dernières décennies. Après un rapide regard sur l’évolution des orientations nationales dans ce secteur, nous présenterons nos constats sur l’évolution des besoins du public visé, et proposerons quelques réflexions sur l’adéquation entre les attentes et les réponses des professionnels et les aménagements nécessaires. Figure intro C : Présentation du territoire ; Mapinfo Loope 0 3km 2
  7. 7. 1 La randonnée, une pratique en mutation 3
  8. 8. 1 La randonnée, une pratique en mutation 1.1 La première activité touristique de montagne :  La pratique La randonnée est la première activité physique de pleine nature (APPN) pratiquée par les français lorsqu'ils partent en vacances, elle serait même le sport préféré de deux tiers des français. Une étude nationale menée par l'AFIT (AFIT, 2003) entre 1998 et 2000, démontre que 6 millions de français de plus de 15 ans déclarent pratiquer la randonnée durant leurs vacances. Une étude plus récente de ODIT France démontre que 9,2 millions de français, ont pratiqué la randonnée pédestre durant l'été 2006 au cours de leurs séjours, soit une progression de plus de 50% en 6 ans, dont 23% dans le massif des Pyrénées (AFIT, 2003). La Fédération Française de Randonnée Pédestre (FFRP) compte en 2011, 210 000 adhérents. Le département des Hautes-Pyrénées dénombre 6 clubs affiliés à la FFRP (Pôle ressource littoral, 2011). Il est difficile cependant de distinguer les chiffres concernant la randonnée pédestre de ceux concernant la randonnée en montagne uniquement. Pour cela il faut se pencher sur les études statistiques concernant les lieux de pratique. En France en 1998, la pratique de la randonnée se fait essentiellement en montagne, 47,7%. Le littoral attire 21,1% des randonneurs, la campagne 22,5 et la ville 6,3%. Au sein de la destination montagne, le massif des Pyrénées représente 9,2% devancé par le massif des Alpes avec 27,6%. En ce qui concerne les destinations touristiques, toutes activités confondues, la montagne se place en 2000 en 4ème position avec 14,8% des séjours (AFIT, 2003).  La saison La montagne présente une double saisonnalité : l'été et l'hiver. La saison estivale permet de pratiquer la randonnée pédestre et la saison hivernale permet de pratiquer la randonnée à raquettes et le ski de randonnée (seules ces trois activités sont exposées dans ce dossier mais ces deux saisons permettent bien sûr la pratique d'autres d'APPN). Selon ODIT France (ODIT France, 2009) seules 21% des personnes interrogées déclarent être attirées par la montagne et s'y rendent donc en été. Selon la même étude en été et en hiver, la fréquentation observée ne concerne que la moitié des personnes attirées par la destination montagne, traduction d'un potentiel mal exploité. Paradoxalement, une part importante des personnes qui ne sont pas attirées par la montagne s'y rendent quand même, ce qui représente un danger possible en termes d'image négative. 4
  9. 9. La fréquentation et l'attirance en été : Fréquentent la montagne Ne fréquentent pas la montagne Sont attirés par Ne sont pas attirés montagne 21,00% 11,00% 18,00% 50,00% La fréquentation et l'attirance en hiver : Sont attirés par la Ne sont pas attirés montagne Fréquentent la montagne 29,00% 6,00% Ne fréquentent pas la 28,00% 37,00% montagne Figure 1.1 A et B : Fréquentation selon les saisons, (source : Les chiffres clés du tourisme de montagne en France, 2008, ODIT France) Toujours dans la même étude, le constat est qu'en été, la montagne est un territoire qui attire de façon importante. Mais elle ne touche pas forcément les classes de populations modernes car elle attire des « gens plus rationnels qu’émotionnels, des gens cérébraux, peu hédonistes, attirés par la culture et qui se placent d’eux-mêmes en retrait de l’univers consommatoire. » Par conséquent, la montagne n'est pas ou peu en concurrence avec d'autres destinations. En hiver, le territoire montagne attire une population plus large et plus moderne. Elle capte « des personnes pratiquant des activités physiques et sportives, des personnes attirées par le contact direct avec la nature, et des adeptes des activités urbaines ». Le paradoxe est sensible, l'été la montagne offre un territoire de pratique vaste, pour une saison s'étalant de mai à octobre et qui attire une population restreinte alors que l'hiver, elle offre un territoire plus contraint (stations de ski) sur une période de décembre à avril et attire une population plus large.  Le poids économique 9 milliards d'euros de chiffre d'affaire, c'est ce que représente le poids économique du tourisme de montagne, soit 10% de la consommation touristique nationale (AFIT-G.I.P., 2003). La montagne française représente 23% du territoire métropolitain, cela correspond à 5,15 millions de lits touristiques dont 2,13 millions compris dans les stations de massifs . Contrairement aux 5
  10. 10. idées reçues, le tourisme de montagne estival, en termes de recette, est supérieur à celui d'hiver : 5 milliards d'euros pour l'un et 4 milliards pour l'autre.  Les pratiquants En France, la randonnée estivale est pratiquée majoritairement par les 35/64 ans. Le randonneur appartient à une CSP aisée (cadre ou profession intermédiaire) ou est retraité, il réside dans une grande agglomération, il pratique seul ou en couple. La durée moyenne d'une randonnée est de 3h45. L'itinéraire de randonnée est choisi en fonction des sentiers présents sur le site, il est préparé, souvent à l'aide de cartes IGN, mais aussi d'autres cartes et topoguides. Seulement 5% des randonneurs fréquentent les refuges et gîtes d'étapes ; ce sont majoritairement des randonneurs confirmés ; leur durée de marche est de 5h50 par jour, la présence d'un refuge ou d'un gite à proximité d'un sentier conditionne donc le choix de la destination (AFIT, 2003). Les habitants de la région Ouest représentent 15,8% des randonneurs, ceux de la région parisienne 13,4% et ceux du bassin parisien Est 12,7%. Deux régions fournissent une part importante des randonneurs. : l’Ouest 15,8% et la région parisienne 13,4% (Guilbert, 2003). A noter aussi, le phénomène de féminisation de la pratique. En 2010, 61,2% des licenciés de la FFRP sont des femmes (Pôle ressource littoral, 2011). randonneurs : Les actifs : 5 à 6 millions de personnes qui pratiquent au moins une demi-journée par mois ou une journée par mois tous les 2/3 mois. Les intensifs : 1,5 à 2 millions de personnes pratiquant une journée par mois ou plus. Les itinérants : 0,5 à 1 million de personnes pratiquant plusieurs jours de suite. Les randonneurs peuvent également être distingués en 4 catégories selon qu'ils pratiquent seul ou à plusieurs : les familles, les individuels « curieux », les individuels « passionnés » et les groupes.  Les motivations Le retour à la nature, la recherche du bien-être, les préoccupations environnementales, la recherche d'authenticité, sont autant de raisons de vouloir pratiquer la randonnée en montagne. Les touristes privilégient aujourd'hui des vacances actives et même sportives, à condition qu'elles ne nécessitent pas un temps de préparation physique et un apprentissage complexe. La facilité est de prime, ainsi que l’instantanéité et la gratuité. . Elle permet notamment de partir en autonomie grâce à l'essor des topos guides et des GPS. La randonnée permet de se sentir en liberté, de sortir du monde urbanisé et oppressant dans lequel l'individu évolue. Hormis des réglementations exceptionnelles, et souvent peu contraignantes, le randonneur peut randonner où il veut, quand il veut et avec qui il veut, de plus l'accès aux sentiers est libre et gratuit. D’après l’AFIT (AFIT, 2003) en 1999, il existe 3 typologies de 6
  11. 11. La marche apporte de nouvelles valeurs, le contact avec le milieu naturel prime sur la quête de performance dans la pratique de randonnée actuelle. La souffrance liée à l'activité sportive fait place désormais à la recherche de bien-être, autant moral que physique. Le nouveau randonneur se soucie des questions portées à l'environnement et à la santé. Le ministère de la santé préconise d’ailleurs de marcher au moins une demi-heure par jour. Il en découle que le randonneur d’aujourd’hui accepte moins l’effort que les générations précédentes. La différence de motivation entre les deux saisons est que la notion de retrouvailles est primordiale en été, l'hiver la rencontre et la convivialité sont moins recherchées que l'émotion sportive.  Une pratique en mutation Une baisse des taux de départ des français aux sports d'hiver s'est fait ressentir entre 1995 et 2001, les longs séjours ont diminué de 8,6% et les courts séjours de 7,1%.(Amoudry, 2003). Malgré un engouement indéniable pour la pratique des APPN et de la randonnée en particulier, force est de constater que la fréquentation en montagne tend à s'essouffler. Plusieurs éléments explicatifs peuvent être relevés : -l'aléa climatique : durant la saison hivernale, les données disponibles tendent à démontrer une diminution de l’enneigement au cours des 40 dernières années. En référence à cet aléa, la clientèle s’assure de pouvoir profiter de conditions optimums avant de planifier un séjour, de fait, la pratique devient opportuniste. -l’image de l’effort associé à la randonnée estivale en montagne. -la concurrence des « destinations soleil » : le phénomène de réduction des distances grâce à la modernisation des modes de transport induit une augmentation de la demande des « destinations soleil » aux dépens de la destination plus ou moins proche de la montagne. -le modèle des longs séjours : les locations du samedi au samedi ne sont plus adaptées à la demande des pratiquants qui préfèrent effectuer un séjour comprenant de la randonnée sur quelques jours (3/4 jours). -le coût élevé des séjours en montagne : le produit global qui entoure l'offre de randonnée (hébergement, restauration, thermalisme...) est devenue relativement cher dans la plupart des zones de montagne -un public vieillissant : le public de randonnée se situe dans une tranche d'âge intermédiaire, voire avancé, le jeune public n'est pas sensible à la pratique de randonnée, ce qui empêche un renouvellement de génération. Au travers des entretiens, les professionnels dénoncent un recul de la « culture montagne », expliqué, non pas par un manque d'intérêt mais par un manque de communication et de sensibilisation auprès du jeune public.  La raquette : une autre forme de randonnée pédestre En France, la pratique de la raquette à neige n'a cessé d'augmenter depuis la fin des années 1990. Elle fait aujourd'hui partie des activités de base de la montagne en hiver. Le nombre de pratiquants, en 1999, s'élevait à 1,4 millions (Chambre de Métiers et 7
  12. 12. de l’Artisanat, 2009). Durant l'hiver 1997/1998, 8% des touristes ont pratiqué la raquette. 93% des raquettistes pratiquent aussi la randonnée pédestre, dont 64% de façon régulière. Une grande partie des raquettistes pratique le ski, avec la volonté de diversifier leurs loisirs. Cependant moins de 10% des raquettistes ne pratiquent que cette activité durant leur séjour. Cette activité est majoritairement féminine, 58%. Toutes les classes d'âge sont touchées, y compris les enfants, avec toutefois un creux chez les 15-24 ans. Ce qui motive principalement les raquettistes c'est de découvrir des espaces enneigés, de se maintenir en forme, de pourvoir réaliser des randonnées dans des conditions différente de l'été et enfin de pouvoir se déplacer et accéder facilement à la montagne. Le marché de la raquette en France est le deuxième au monde derrière celui des USA. Si le marché français arrive maintenant à maturité, certains pays d’Europe et le Japon continuent de progresser régulièrement. 8
  13. 13. 1.2 Le parc national des Pyrénées : territoire de randonnée : 1.2.1 « Les premières formes de randonnée au XIX° siècle : une exploration élitiste ? » La pratique de la randonnée dans les Pyrénées voit ses premiers exploits dès le XVIIIème siècle avec l’ascension du sommet d’Ossau en 1787 par un berger aspois missionné par les géographes Reboul et Vidal. La même année ces deux scientifiques graviront le Turon de Néouvielle, qui culmine à 3 035 mètres. En 1802, Ramond de Carbonniéres, homme politique controversé, atteint le sommet du Mont Perdu (3 355 mètres) trois jours après Rondo et Laurens. Le 8 octobre 1837, le Vignemale (3 298 mètres), plus haut sommet du massif côté français, est vaincu pour la première fois, par Henry Cazaux et Bernard Guillembert. Cinq ans plus tard, le 20 juillet 1842 c’est au tour de l’Aneto (3 404 mètres), le plus haut sommet des Pyrénées, du côté espagnol de voir une première expédition atteindre son point culminant. Elle est composée des guides français Pierre Sanio, Pierre Redonnet, Jean Sors et Bernard Arrazau accompagnés de Albert de Franqueville et Platon de Tchihatcheff. En 1864 se crée la première société de montagnards : la Société Ramond, dans laquelle on retrouve le botaniste anglais Charles Packe, l’inventeur du sac de couchage ; le pasteur Emilien Frossard, Maxwell Lyte, et Henry Russell « le Fou du Vignemale » qu’il gravira à 33 reprises. Ce dernier sera à l’initiative de l’aménagement de sept grottes en guise de refuge de montagne entre 1882 et 1893. En 1885, Franz Schrader, pyrénéiste bordelais, invente « l’horographe » pour pouvoir optimiser la réalisation de cartes topographiques. Il impulsera un vrai bon sur la réalisation de cartographies du massif des Pyrénées. La pratique de la randonnée au XVIIIème puis au XIXème siècle dans les Pyrénées était surtout centrée sur l’exploit sportif et la connaissance scientifique. C’était une pratique élitiste longtemps réservée au cercle restreint des touristes aisés en villégiature dans des stations thermales renommées comme Cauterets. Un siècle plus tard, la pratique s’est très largement répandue dans la société. Au point de devenir une activité touristique majeure offrant ainsi un potentiel d’attractivité de cette zone géographique au centre de la politique touristique locale. Avec les résultats suivant. (Source : BARRERE Philippe. Les pyrénéistes et Les grandes dates. http://www.pyrenees-passion.info [novembre 2012]) 9
  14. 14. 1.2.2 Les évolutions de la pratique de la randonnée dans la vallée de Cauterets  Présentation des études menées par le Parc National des Pyrénées Le Parc National des Pyrénées (PNP) fait appel à des cabinets et bureaux d'études depuis l'année 2000 afin d'obtenir des rapports de fréquentation sur son territoire. Il existe à ce jour huit rapports quantitatifs et qualitatifs établis pour la période 2000-2004 et les années 2007, 2008, 2009 et 2011. Grâce à ces études il est possible de faire ressortir les évolutions de fréquentation du Parc et plus spécialement de la vallée de Cauterets. Toutefois, l’utilisation de ces études de fréquentation à des fins de comparaison doit se faire avec prudence en raison de l’hétérogénéité des méthodes de comptage utilisées et de leur fréquence irrégulière. Sur 16 éco-compteurs retenus pour le rapport 2000-2004, il n’en reste que 9 dans le rapport de 2011. Certains sont présents aujourd’hui mais n’existaient pas il y a 11 ans, d’autres ont changé de nom ou d’endroit et enfin certains comptages sont simplement absents. La vallée de Luz, comprend cinq sites de comptage en 2000 (Ossoue, Boucharo, Gavarnie, Troumouse et les Gloriettes) mais plus que deux en 2011 dont un qui n'apparaissait pas en 2000 (Gavarnie et Heas). Les données illustrées plus bas concernant ces comptages se basent fondent donc uniquement sur le site de Gavarnie par soucis de cohérence. Les relevés de comptage sont effectués tous les mercredis entre le 15 juin et le 15 septembre. Les rapports font ressortir le nombre de visiteurs sur les grands sites, le nombre de randonneurs sur les sentiers, le nombre de nuitées dans les refuges et le nombre de visiteurs dans les Maisons du Parc. Les données sont obtenues à l'aide du comptage des flux routiers, des comptages des véhicules stationnés sur les parkings des sites entre 13h30 et 15h30, le comptage des randonneurs sur les sentiers du PNP et la Réserve Naturelle de Néouvielle, le nombre de nuitées dans les refuges communiquées par les gardiens de refuges, le nombre de visiteurs dans les Maisons du PNP. Concernant le comptage des véhicules, il faut préciser que pour une voiture, trois visiteurs sont comptés. Les bus et les navettes ne sont pas pris en compte. Par ailleurs, un marcheur est considéré comme randonneur s'il marche plus d'une heure aller-retour dans le Parc, sinon il est considéré comme promeneur.  La fréquentation en 2011 Nombre de marcheurs dans les PNP en 2011 Nombre de marcheurs dans le site de Cauterets en 2011 Part des marcheurs dans le site de Cauterets par rapport au PNP en 2011 297919 57563 19,32% Figure 1.2.2 D : Représentation des marcheurs sur le territoire (source : Rapport PNP 2000-2004, 2011) 10
  15. 15. Le Parc a accueilli en été 2011 près de 300 000 marcheurs et la vallée de Cauterets presque 58 000. Ce chiffre place la vallée en troisième position dans le Parc avec une part de 19.32%, elle est devancée par la vallée de Luz avec 35.9% et la vallée d’Ossau avec 21.62%.  Evolution des visites entre 2000 et 2011 Vallées du PNP Aspe Ossau Évolution du nombre de visiteurs dans le PNP entre 2000 et 2011 Evolution du nombre de visiteurs au Pont d’Espagne entre 2000 et 2011 Evolution du nombre de visiteurs à la Fruitière entre 2000 et 2011 Evolution du nombre de visiteur dans la vallée de Cauterets (Pont d'Espagne+Fruitière) Part des visites en vallée de Cauterets par rapport au PNP 28,38% Azun Cauterets -8.97% 5,04% -5,66% Points de comptages Somport /Forges d'Abel Bious Evolution du nombre de visiteurs dans les vallées entre 2000 et 2011 34,69% -37,98% Le Tech/ Estaing La Fruitière/ Le Pont d'Espagne -3,29% -5,66% Luz Gavarnie 21,41% Aure Cap delong 34,70% Figure 1.2.2 B : Evolution du nombre de visiteur par points de passages, (source : Rapport PNP 2000-2004, 2011) 22,59% Figure 1.2.2 A : Evolution du nombre de visiteur, (source : Rapport PNP 2000-2004, 2011) Malgré une légère baisse de fréquentation de 5,66% entre 2000 et 2011, la vallée de Cauterets est la deuxième la plus fréquentée du Parc, à égalité avec le Val d'Azun ( 22,57%), la première vallée étant celle de Luz avec 31,28%. Les vallées d'Aure, d'Aspe et de Luz ont connu une augmentation de fréquentation importante depuis l'année 2000, en revanche la vallée d'Ossau a connu une chute de presque 40% de sa fréquentation Ceci s’explique sans doute par l’ouverture du tunnel du Somport en 2003, permettant de rejoindre l’Espagne par la RN 134 sans passer par la vallée d’Ossau. . La vallée de Cauterets, tout comme le val d'Azun, sont moins touchés par ce phénomène. 11
  16. 16.   La carte d’identité du randonneur *absence de donnée pour le lac d'Estom en 2000 Evolution des nuitées en refuges entre 2000 et 2011 Evolution du nombre de nuitées dans les refuges du PNP entre 2000 et 2011 Evolution du nombre de nuitées dans les refuges de la vallée de Cauterets entre 2000 et 2011* Evolution du nombre de nuitée dans le refuge Wallon entre 2000 et 2011 Evolution du nombre de nuitée dans le refuge des Oulettes de Gaube entre 2000 et 2011 Evolution du nombre de nuitée dans le refuge d’lIhéou entre 2000 et 2011 Evolution du nombre de nuitée dans le refuge d’Estom entre 2004 et 2011 Part du nombre de nuitées dans les refuges de la vallée de Cauterets par rapport au PNP en 2011 16,63% 27,25% 14,23% 14,32% 74,92% Les nuitées en refuges sont en hausse depuis 11 ans dans le Parc et au niveau de la vallée de Cauterets. La vallée de Cauterets possède 33,28% des nuitées en refuge du Parc, suivie par la vallée de Luz avec 32,95% . Le refuge d'Ilhéou a connu entre 2000 et 2004 une chute de sa fréquentation de 25%, la plus importante au niveau du Parc mais depuis le refuge a su reconquérir un public puisqu'il a presque doublé de fréquentation en 11 ans, passant de 666 nuitées à 1165 nuitée, ce qui explique l'explosion de la part illustré dans le tableau. -6,67% 33,28% Figure 1.2.2 C : Evolution du nombre de nuitées dans les refuges, (source : Rapport PNP 2000-2004, 2011) La carte d’identité du randonneur Carte d'identité du marcheur* du PNP Carte d'identité du marcheur de la vallée de Cauterets CSP ? Retraité ou chef d’entreprise Chef d'entreprise ou employé, aquitain, Région de provenance ? Aquitaine Aquitaine Avec qui ? En couple En couple Quelle marche ? Randonnée Randonnée Pendant combien de temps ? 3 heures 30 4 heures A l'aide de quoi ? Carte IGN Carte IGN De quelle manière ? Choix et préparation de l'itinéraire la veille Choix et préparation de l'itinéraire la veille Quelles motivations ? Attiré par l'esthétique du site Attiré par l'environnement naturel préservé *Rappel : un marcheur est considéré comme randonneur s'il marche plus d'une heure aller-retour dans le Parc, sinon il est considéré comme promeneur 12
  17. 17. 1.3 Une protection environnementale au service de la pratique : Selon l’INSEE, en 2010, 77,5% de la population française vivait en zone urbaine, soit 47,9 million d’habitants. Cette urbanisation de la population depuis la fin de la seconde guerre mondiale n’est pas sans conséquences sur les écosystèmes. Ainsi entre 2000 et 2010, les villes ont accrut leur occupation d’espace de 19%. Cette vitesse de croissance est similaire à celle qui régnait dans les années 50 et 60. Les montagnes n’échappent pas à cette artificialisation des sols. Les stations de ski se développent dans les milieux naturels, les complexes de logements visent à toujours augmenter leur capacité. Les routes sont des enjeux prioritaires pour le développement touristique, ainsi que les parkings. Pour pouvoir maîtriser ces ambitions croissantes d’expansion, le territoire de la CSVSS a eu recours à différents outils de préservation et de protection. 1.3.1 Le Parc National des Pyrénées Le premier et le plus important de ces outils est le Parc National des Pyrénées crée 1967. Cet outil de protection environnemental est le plus fort qui soit. Il repose sur une division en deux espaces des surfaces concernées. - Une zone cœur non habitée, de 85 km2 sur le territoire de Cauterets. Celle-ci est caractérisée par l’absence d’habitant permanent. La priorité est donnée à la préservation des espèces et des milieux. Les possibilités d’aménagements et de constructions sont soumises à une réglementation très stricte. Cette délimitation est imposée par l’état. - Une aire d’adhésion (ancienne aire périphérique), à laquelle les 7 communes de la CSVSS ont choisi d’adhérer. La participation à cet espace se fait par demande des communes, il s’agit d’une démarche volontaire. La réglementation y est moins forte qu’en zone cœur. Le parc national y « met en œuvre une politique contractuelle de valorisation du patrimoine. 13
  18. 18. La charte du parc – rédigée en 2011 - est actuellement en cours de ratification par les différentes communes. Seuls neuf – et bientôt dix – sites ont eu accès à cette appellation sur l’ensemble du sol français. Les contraintes en termes de capacités d’aménagements y sont certes plus importantes mais cette protection véhicule avant tout un argument touristique exceptionnel. Elle est gage de qualité pour les touristes du monde entier. Elle défend un patrimoine naturel mais aussi culturel à un moment où les voyageurs sont de plus en plus à la recherche de l’authentique. Le parc national est donc un élément incontournable du territoire de la commission syndicale. C’est un facteur déterminant de l’attractivité du territoire malgré les contraintes appliquées à la pratique de la randonnée signalées grâce aux différents panneaux présents sur les sentiers. Au vu des entretiens avec les différents acteurs de la randonnée, le PNP est perçu comme le moteur de l’activité locale. Il ne limite pas la pratique de la randonnée mais au contraire permet de parcourir les montagnes en profitant de paysages uniquement naturels, sans perturbations sonores d’engins motorisés. Alors que certains ont pointé du doigt des zones bien plus contaminées où l’activité de randonnée pour les professionnels mais aussi pour le public en liberté est devenue compliquée et délaissée. On trouve là une des raisons principales pour laquelle le territoire des Pyrénées attire plus de 50% de la clientèle d’un tour opérateur international comme la Balaguère Figure 1.3.1 Panneau d’information à l’entrée du PNP Photo 27/11/12 13h30 14
  19. 19. 1.3.2 Natura 2000 Le deuxième outil du territoire est la labellisation européenne « Natura 2000 ». Le fonctionnement est ici très différent. A l’instar de l’aire d’adhésion, l’obtention de ce programme est volontaire. Mais la réglementation y est beaucoup plus souple. Ce programme de préservation fait écho aux directives Oiseaux (1979) et Habitat (1992). Ainsi c’est grâce à son classement au titre de la « Directive Habitat » que le territoire de la CSVSS a pu obtenir l’appellation européenne. label européen, les acteurs du territoire mènent une politique commune afin d’entretenir le paysage. Ce même paysage qui est un attrait majeur de l’activité de randonnée. Ne pourrait-on alors pas imaginer d’élargir ce schéma d’action collectif à l’ensemble des secteurs professionnels de la zone ? Le mode de préservation repose sur l’organisation du tissu collectif autour d’un document d’objectif (DOCOB), dans lequel les acteurs du territoire vont s’organiser pour préserver les espaces d’intérêts faunistique ou floristique. Par ce programme ils recevront une aide économique de l’Europe. Ce DOCOB est signé pour 5 ans, à la suite de quoi est réalisée une évaluation pour juger de l’efficacité de l’action menée. Si cela s’avère concluant, le plan d’aide peut être alors renouvelé. Le projet suppose une cohésion locale forte de la part des différents participants car sa réussite atteste d’une motivation partagée sur la zone et d’une implication soutenue de la population. Là encore la labellisation conduit à des retombés touristiques et donc économiques. Cette forme de collaboration peut être une base pour une mise en coercition des compétences autour d’un objectif commun. Avec ce 15
  20. 20. 1.3.3 Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) Une ZNIEFF correspond à un inventaire des espèces animales et végétales sur le terrain concerné. Elle garantit une grande connaissance des écosystèmes présents et permet ainsi une meilleure gestion de l’espace. C’est un élément primordial dans l’évaluation d’une capacité de charge pour un site touristique. tourisme des territoires, rendant de fait les capacités de charges des sites, caduques. Avec 13 ZNIEFF de première génération (secteur de grand intérêt biologique ou écologique), le territoire de Cauterets possède déjà des outils particulièrement précis. La réalisation de ces inventaires est opérée en fonction d’un schéma établit par le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) et le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable (MEDD). Ils sont généralement menés par les Directions Régionale de l’Environnement en collaboration avec les acteurs naturalistes du territoire ciblé (ONF, PNP, ONCFS…). Le MEDD est aussi financeur du programme. Cette reconnaissance naturaliste n’est pas un facteur publicitaire pour attirer du public. Elle est un élément primordial dans la mise en place d’un plan de développement de tourisme de nature. En évaluant la capacité de charge d’un site, avant sa mise en tourisme, et en la respectant par la suite, on s’assure une pratique durable et une fréquentation raisonnée du milieu. Jean-Pierre Lozato-Giotart, (source : Inventaire National du http://inpn.mnhn.fr [décembre 2012]) Patrimoine Naturel, dans son livre « Chemin vers l’écotourisme », déplore le manque de considération pour les inventaires scientifiques dans la mise en 16
  21. 21. 1.3.4 Espèces animales remarquables Le tourisme de nature tel qu’il a été défini auparavant induit une grande part de curiosité pour la nature sauvage. Ainsi, l’observation possible d’animaux pour les randonneurs est un élément qui rentre en ligne de compte au moment de choisir son terrain d’activité sportive. La paire de jumelles devient un composant récurent de la panoplie du marcheur.  Le parc a déjà mis en place des panneaux pédagogiques sur l’activité de l’isard au sommet de la remontée mécanique allant du pont d’Espagne au lac de Gaube. Mais le patrimoine du territoire est bien plus étendu et gagnerait à être d’avantage mis en valeur avec les espèces suivantes : L’Ours Les équipes de l’office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) en 2011 ont identifiés 22 ours à l’échelle du massif des Pyrénées. Ces mêmes équipes établissent l’ensemble de la commune de Cauterets comme un lieu de présence régulière de l’ours brun. Pour ce qui est des six autres communes de la commission syndicale, le territoire serait un lieu de passage occasionnel. La partie occidentale des Pyrénées françaises qui s’étend de la Vallée d’Aspe, à l’Ouest, à la rive droite du gave de Gavarnie compte peu d’individus. Depuis la disparition brutale de Cannelle, dernière ourse de souche pyrénéenne pure, abattue en novembre 2004, puis de Papillon et de Aspe Ouest respectivement en 2006 et 2004 la partie occidentale ne compte plus que deux ours sur une superficie estimée à 1200 km² : l’ours Néré, mâle de quinze ans qui se localise principalement dans les Pyrénées-Atlantiques en HautBéarn, vallées d’Aspe et d’Ossau. Puis l’ours Cannellito (ou Mohican) male de 8 ans, fils de Cannelle et Néré d’origine pyrénéoslovène localisé en Hautes-Pyrénées : Estaing, Cauterets, Arrens… (Pyrénées.com, Pyrénées : là ou vont les ours http://www.pyrenees.com/ [Décembre 2012]). Depuis le début de l’année 2012, Cannellito a déjà tué trente-huit brebis, six blessées et sont comptés dix-huit disparues. Au regard de ces dégâts plutôt anormaux pour cet ours à caractère discret, le préfet a autorisé des opérations d’effarouchement réalisées jusqu’en octobre 2012 par l’ONCFS. 17
  22. 22. Aucun problème n’a été signalé entre Cannellito et de potentiels randonneurs mais l’information relative à la présence de l’ours sur  Le mythe de la présence des Loups : Des rumeurs qui commenceraient dès le milieu du XXème siècle dans les Hautes-Pyrénées, de nombreuses observations potentielles non confirmées, sont colportées dans les milieux naturalistes et parfois rapportées par la presse locale.md En 2007 une attaque pour le moins particulière de trois brebis caractéristiques à celles d’une attaque de loups fut notamment identifiée au pied du massif du Vignemale par le journal la Dépêche du Midi. (source :La dépeche.fr, [Décembre 2012]). Officiellement et à l’heure actuelle, le loup n’est pas présent en Hautes-Pyrénées ni même en Pyrénées occidentales, cependant il faut s’attendre à l’arrivée prochaine (d’ici 2 ans, 5 ans, encore plus ?) de jeunes mâles erratiques, cherchant un territoire et une compagne.  le territoire de la commune de Cauterets fait défaut. Le loup est déjà présent à moins de 100 kilomètres de la frontière, avec des populations en phase d’expansion. Son installation durable sur le versant français dépendra en grande partie des provinces d’Aragon et de Navarre, par où devrons transiter les loups avant de venir en Pyrénées occidentales. Actuellement, la volonté de ses deux provinces à ne pas laisser le loup s’installer, laisse du temps aux départements français frontaliers pour se préparer à leurs arrivés. Comme pour l’Ours aucun problème de cohabitation entre les loups et les randonneurs n’a été identifié en France, mais ce seront une nouvelle fois les bergers et leurs troupeaux qui en pâtiront. Des oiseaux emblématiques Le Gypaète barbu emblématique des Pyrénées. Ce charognard qui cultive une histoire et un imaginaire très particulier avec l’être humain a bien failli disparaître du territoire. Il été chassé pendant longtemps car on lui prêtait des vertus démoniaques notamment à cause de son œil cerclé de rouge et pour son poitrail qu’il recouvrait de boue rougeâtre, ce qui n’est en fait qu’un signe de domination entre mâles. Il est présent sur le territoire de la commune tout 18
  23. 23. comme les vautours Fauves et Percnoptères (Oiseaux d’Europe, guide Delachaux et Niestlé, 2009). La présence de ces espèces avec les isards, facilement observables, est un des atouts de la pratique de la randonnée dans le secteur. On le voit donc, du Parc National, en place depuis 1967, aux outils introduits dans les années 90 grâce aux moyens de Natura 2000, en passant par la mise en œuvre de ZNIEFF, des moyens sont utilisés pour préserver le patrimoine naturel. Ces trois types d’espaces sont mis en relation dans la gestion du parc national. Figure 1.3.4 A : Photo tiré de l’office de tourisme des Terres du Dome de Sancy, quiz animaux : http://www.terresdomes-sancy.com, 15 /12/12. Manque d’information sur l’ours Cannelitto. Loope. La richesse de la faune et de la flore apportent le support nécessaire à une pratique de la randonnée. Elles doivent également être prises en comptes dans un calcul de capacité de charge de cette nature. Une démarche innovante et de qualité dans la préservation de l’environnement pourrait permettre à Cauterets de communiquer sur leur originalité et attirer un public de randonneurs qui souhaite se rapprocher de la nature. Figure 1.3.4 B : Photo d’un panneau d’information à l’entrée du Pont d’Espagne présentant les atouts morphologique, de la faune et de la flore sur le territoire. 20/12/12, 17h00 Diribarne. 19
  24. 24. Synthèse Au niveau National La randonnée est la première activité physique de pleine nature pratiquée en France. En été 2006, 9,2 millions de français ont pratiqué la randonnée durant leurs vacances. La FFRP recense 210 000 adhérents en 2001 dont 61,2% de femmes. La montagne est la première destination de randonnée, elle est la quatrième destination touristique nationale. Les motivations des randonneurs ont évolué, la mode du « farniente » laisse aujourd'hui la place à des vacances actives, faciles, instantanées et moyennant un prix raisonnable. La randonnée répond à cette nouvelle demande mais elle est tout de même victime d'une baisse d'activité. Plusieurs facteurs sont mis en avant pour expliquer ceci : l'aléa climatique, la concurrence des « destinations soleil », la perte de la culture montagne et l'augmentation générale des prix dans les stations. Au niveau du PNP et de la vallée de Cauterets En été 2006, 23% des randonneurs se sont rendu dans le Massif des Pyrénées. Dans les Hautes-Pyrénées, 6 clubs de randonnée sont affiliées à la FFRP. Entre 2000 et 2011, le PNP a connu une augmentation de fréquentation, en revanche la vallée de Cauterets a connu une baisse de 5,66%. La vallée représente tout de même la deuxième vallée la plus fréquentée en été 2011. Elle a également connu une augmentation du nombre de nuitée en refuges de 16,63%. La vallée, en 2011 se trouve en troisième position dans le PNP, en termes de fréquentation de marcheurs. Le sommet du Vignemale, qui culmine à 3298 mètres d’altitude, les nombreux lacs ainsi que la présence d’une faune et d’une flore exceptionnelle, présentent une l’attractivité touristique importante, notamment auprès du public de randonneurs. Le territoire de Cauterets est doté d'outils de préservation et de protection, qui permettent à la pratique de randonnée de perdurer sans provoquer d'externalités négatives : le PNP avec sa zone cœur et sa zone d'adhésion, la zone Natura 2000 et la ZNIEFF.  L’essentiel à retenir 9.2 millions de randonneurs en France  210 000 adhérents à la FFRP en 2011  300 000 marcheurs dans le PNP en 2011  58 000 marcheurs Cauterets en 2011  33.28% des nuitées en refuges du PNP se font en Vallée de Cauterets en 2011  Sommet du Vignemale à 3298 mètres d’altitude  Faune et flore exceptionnelles  Parc National des Pyrénées  Zone Natura 2000 / ZNIEFF en Vallée de 20
  25. 25. 2 Des aménagements présents qui doivent s’adapter 21
  26. 26. 2 Des aménagements présents qui doivent s’adapter 2.1 Les mobilités offertes aux randonneurs de Cauterets : 2.1.1 Des axes routiers et des parkings suffisamment présents Le territoire est bien entendu accessible aux randonneurs grâces à des axes routiers. Tout d’abord une route principale qui est la départementale 911 permet la jonction d’une part avec ArgelèsGazost, d’autre part en direction de Luz-Saint Sauveur. Des routes dites secondaires existent également, elles sont utilisées principalement par le randonneur afin d’accéder aux divers parkings présents sur le territoire. Aucun aspect négatif, comme par exemple la saturation du trafic pendant la haute saison n’a été identifié par les différents interlocuteurs rencontrés sur le territoire. 6 parkings ont été identifiés comme étant particulièrement utilisables par le randonneur. Il y en a deux dans la ville, l’un à l’entrée de la commune évitant ainsi de la traverser, l’autre près de la ferme Igau où se trouve un sentier de randonnée. Le parking de Courbet, situé au cirque du Lys, permettant notamment de rejoindre le GR10 en direction du Lac d’Ilhéou Le parking de la Raillère, qui donne accès à la vallée de Lutour et au chemin des lacs. Le parking de la Fruitière, qui permet au randonneur d’effectuer une randonnée dans la vallée de Lutour. Et puis le Pont d’Espagne qui donne accès à la vallée de Gaube et à la vallée du Marcadau. De façon générale, les différents parkings sont suffisamment bien positionnés sur le territoire pour favoriser sa visite, sans pour autant le dénaturer. Cependant la tarification du parking du Pont d’Espagne semble poser un réel problème pour de nombreux pratiquants, préférant d’autres sites sans stationnement payants (gratuit pendant 15 minutes,5.50€ pour moins de 12 heures et 8€ pour plus de 12 heures). Même si l’intention première est de soutenir l’entretien de la zone et de limiter l’afflux de voitures pour préserver le paysage, un juste milieu doit être trouvé rapidement afin de conserver pratiquant amateur et « professionnel ». 22
  27. 27. Axes routiers, parkings, télésièges et télécabines Argèles-Gazost 2.1.2 Des télésièges et des télécabines au service des randonneurs Télésièges et télécabines peuvent être également utilisés par les randonneurs sur le territoire afin d’effectuer une randonnée du « toujours plus loin », afin de retrouver un espace où la nature s’exprime pleinement. Les télésièges peuvent être utilisés uniquement à la descente, quand aux télécabines, il sera possible de les utiliser pour monter et descendre. Ces aménagements sont présents sur deux zones : le Cirque du Lys et le Pont d’Espagne. Légende: Parkings Télésièges, télécabines Routes principales Luz-StSauveur Routes secondaires Tout d’abord pour le Cirque du Lys 2 télécabines. La première, la télécabine du Lys ayant comme point départ le centre ville de Cauterets, permettant à des randonneurs logeant en ville, venus par bus ou en voiture d’accéder au cirque du Lys à hauteur du Turon du Lys. L’autre la télécabine du Courbet permet de se rendre au même point. Elle est accessible à partir du parking de Courbet accessible au randonneur uniquement par la marche ou la voiture. 4 télésièges sont également présents. Du nord vers le sud ; les télésièges du Grand Barbat, des Crêtes, des Brèches et enfin des Touyarolle. Le télésiège du Grand Barbat semble être le plus intéressant pour un randonneur puisqu’il lui permet de rejoindre le GR10 en direction du Lac d’Ilhéou. Figure 2.1.2 Axes routiers, parkings, télésièges et télécabines : Map info, Loope 23
  28. 28. Dans la seconde zone (Le Pont d’Espagne), la télécabine de Puntas est accessible à partir du parking du Pont d’Espagne. Elle dépose le randonneur à proximité du monument Meillon. Il pourra par la suite accéder aux sentiers de la vallée du Marcadau ou de la vallée de Gaube. Le télésiège de Gaube est également présent non loin du monument Meillon, il permet aux randonneurs d’accéder facilement à la vallée de Gaube et de se rapprocher du lac de Gaube qui n’est plus qu’à 15 minutes demarche. Les navettes dans le département 2.1.3 Des transports publics à améliorer  La navette dans le département: A l’intérieur du département, le service de transport vers Cauterets est assuré par une ligne régionale la « 935 » proposée par la compagnie Keolis, sous la demande de Maligne (direction des routes et des transports du conseil des Hautes Pyrénées). Cette ligne, relie principalement Lourdes-Barèges-Cauterets. Les jours de circulations ne varient pas d’une saison à l’autre, elle est disponible toute la semaine à horaires variés selon les jours. Au départ de Lourdes 7 horaires sont ainsi proposés à intervalles plus ou moins réguliers mais espacés dans la journée. Dans le sens du retour ce sont cette fois-ci, 6 horaires qui sont proposés. Légende: Lignes régionales Lignes régulières Lignes SNCF Transports à la demande organisateurs secondaires Maligne à moi Figure 2.1.3 A : Les navettes dans le département : Map info, Loope 24
  29. 29. Le tarif est quant à lui unique quel que soit le trajet sur tout le département des Hautes Pyrénées. Gratuité pour les enfants de moins de 4 ans, et tarif d’1 euro pour les enfants de 4 à 12 ans. Cette ligne est tout d’abord un atout pour des randonneurs venus à Lourdes : par la gare puisque l’arrêt se situe juste à proximité, par l’aéroport de Tarbes-Lourdes après avoir emprunté la ligne départementale n°2 « Maligne des Gaves » desservant Lourdes, Argelès-Gazost, Luz Saint-Sauveur et Barèges (possibilité de joindre la liaison 935 dans divers ville). Lieux Lourdes (SNCF) Cauterets Bus 1 Bus 2 Bus 3 Bus 4 Bus 5 Bus 6 Bus 7 08:15 09:50 12:30 14:30 16:10 18:30 21:00 09:10 10:45 13:25 15:25 17:05 19:25 21:55 Lieux Cauterets Lourdes (SNCF) Bus 1 Bus 2 Bus 3 Bus 4 Bus 5 Bus 6 07:10 09:45 11:30 13:30 15:40 17:55 08:10 10:45 12:30 14:30 16:40 18:55 Figure 2.1.3 B : Extrait des horaires de la navette, disponible intégralement en annexe : Excel, Loope L’ensemble des bus de cette ligne est équipé de soutes à bagage très utiles pour des randonneurs chargés, leur évitant de garder leurs affaires sur les genoux. Cependant Maligne ne prévoit pas d’augmentation de transport pendant les vacances scolaires, ce qui peut être un problème lors des fortes affluences dans la station. Enfin il est à regretter que ce soit là, la seule ligne desservant Cauterets. Navettes en ville : La ville de Cauterets propose un service de bus gratuits tout au long de l’année appelé CityCab desservant l’ensemble des établissements thermaux, résidences et télécabines. Ce sont des Midibus GX 77 H d’une capacité de 70 places. Leur aménagement interne permet selon le degré de fréquentation, de prendre avec soi les divers équipements utiles à la pratique d’une randonnée (bagages pour plusieurs jours, raquettes...). 25
  30. 30. Desserte estivale  Ce service est divisé en deux durant l’année : - Une desserte estivale de Juin à Septembre avec deux lignes. L’une du Mini Golf à la Raillère, du 3 Juin au 19 Octobre pour l’année 2013 avec une fréquence de passage allant de 20 minutes entre 6h50 et 13h à 40 minutes entre 13h10 et 18h30. Cette ligne n’est cependant pas disponible le Dimanche et peut devenir problématique pour des randonneurs n’ayant pas de vacances ou d’autres désirant rentrer chez eux après plusieurs jours de randonnée éprouvante. L’autre ligne dessert la ville de Cauterets, de l’office du tourisme au supermarché à l’entrée de la ville. Disponible du 6 Juillet au 21 Septembre 2013, Dimanche et jours fériés compris. Le passage s’effectue toutes les 30 minutes de 6h20 à 13h10 et toutes les 40 minutes de 13h10 à 17h50.. Le Dimanche le service est assuré dès 7h40 jusqu’à 18h20 toutes les 40 Minutes. Légende: Ligne 1 Ligne 2 Figure 2.1.3 C Desserte estivale dans Cauterets : Map info, Loope 26
  31. 31. Desserte hivernale - Une desserte hivernale est également présente pendant les vacances scolaires et les week-ends hors vacances scolaires. Deux lignes ayant comme point de départ la télécabine du Lys desservant la rive gauche et la rive droite. Le passage quand à lui se fait toutes les 15 minutes de 8h30 à 11h et de 15h30 à 18h15. Pendant les vacances scolaires, le ramassage s’effectue toutes les 30 minutes de 11h à 15h30 et de 18h30 à 21h Aucune des lignes de bus gratuites ne dessert le Pont d’Espagne. La ville a cependant mis en place un service de navette payant par la société Autocars A.C.T.L Caralliance, qui fonctionne suivant l’ouverture et la fermeture de la station. La Navette est assurée à partir d’un minimum de 5 personnes adultes au départ de la gare routière. Les horaires sont les suivants, 9h30 et 14h au départ de Cauterets, 12h15 et 17h15 au départ du Pont d’Espagne hors vacances scolaires. Pendant les vacances scolaires et week-ends, plus de plages horaires sont disponibles : 9h15, 10h30, 11h30 et 14h00 pour l’aller puis 12h15, 15h15, 16h15 et 17h15 pour le retour. Ce qui semble être le gros désavantage de cette navette c’est son prix 7.50€ pour un adulte désirant faire un aller-retour et 4.50€ pour un trajet simple entre le Pont d’Espagne et le village. Les enfants quant à eux bénéficient d’un tarif unique de 4.50€ pour un aller-retour ou trajet simple. Le randonneur pourrait donc avoir du mal à dépenser cette somme, lorsqu’il considère sa pratique comme étant l’une des dernières activités gratuite. Légende: Ligne 1 Ligne 2 Figure 2.1.3 D : Desserte hivernale dans Cauterets : Map info, Loope 27
  32. 32. 2.1.4 Le covoiturage, une solution peu mise en valeur Exemple de Covoiturage en station de montagne : L’utilisation commune d’un véhicule par un conducteur dit non professionnel et d’un ou plusieurs passagers afin d’effectuer tout ou partie d’un trajet commun a tendance à augmenter fortement en France. De nombreux touristes aujourd’hui n’hésitent pas à consulter d’abord l’un des 200 sites de covoiturage sur internet avant de consulter les offres des réseaux de transport public (principalement pour des raisons financières). Le randonneur n’échappe pas à cette règle, lui procurant une dose d’aventure supplémentaire lorsqu’il sillonne la France avec des inconnus. Des offres sont presque continuellement présentes tout au long de l’année pour se rendre à Cauterets en provenance de divers endroit de France (principalement régional). Certaines associations qui proposent des randonnées à et autour de Cauterets s’organisent pour partir avec un minimum de voitures plutôt que d’utiliser des transports publics, leur permettant de partir d’un lieu qui convient à tous vers un parking proche du lieu de randonnée (l’association des Amis du Parc National des Pyrénées a opté pour cette solution lors de randonnées au Pont d’Espagne). L’office de tourisme du Pays de Maurienne en Savoie propose ainsi deux sites qui permettent de trouver rapidement le véhicule pour effectuer du covoiturage : Le covoiturage est donc une nouvelle tendance, que l’office de tourisme de Cauterets ne propose pas sur son site, comme il peut déjà l’être ailleurs. Figure 2.1.4 Source : http://www.maurienne-tourisme.com/fr/il4-maurienne_p139covoiturage.aspx 28
  33. 33. Sentiers balisés 2.2 Des sentiers tous publics : Sur le territoire environ 147 km de sentiers balisés ont été recensés : la partie au Sud du centre ville de Cauterets est la plus balisées avec 77km de sentiers de randonnée, celle au nord compte 70 km. Légende: Sentiers balisés De nombreux itinéraire sont ainsi proposés pour le randonneur, principalement au départ de Cauterets. Formant une couronne autour de la ville, des sentiers linéaires se répartissent de par et d’autre. Peu d’informations sont gratuites à l’office du tourisme pour identifier l’ensemble de pistes balisées. Outre les itinéraires du GR10 et du HRP présents sur le territoire et décrits par la suite, voici une présentation de quelques exemples de sentiers de randonnées, les plus conseillées par les différents interlocuteurs. Figure 2.2 A : Sentiers balisés : Map info, Loope Figure 2.2 B : Photo à proximité du lac de Gaube 13h30 01/12/12 ,Bourglan 29
  34. 34. Représentations des 3 sentiers incontournables Légende: 2.2.1. Parking de la fruitère-Lac d’Estom Les sentiers incontournables Pierrefitte-Nestelas-Cauterets  Parking de la fruitière – Lac d’Estom Pont- d’Espagne –Refuge Wallon En partant du parking de la Fruitière, un bel itinéraire s’offre aux visiteurs venus en voiture ou à pied du Pont d’Espagne, de la Raillère. Effectuable en 1h45 ou en 3h20 en prenant en compte le retour. Distance de 6km pour un simple aller. Un itinéraire facile en termes d’efforts qui convient à tous les randonneurs. Bien tracé et signalé, il monte régulièrement le long du gave permettant de découvrir la magnifique vallée de Lutour où l’eau est très présente. Pour certains visiteurs de Cauterets rencontrés, la vallée de Lutour est un endroit prisé pour la pêche. Le parking gratuit de la Fruitière permet notamment à ses pratiquants de prendre leur voiture avec les équipements utiles à la pratique. Vallée de Lutour Mètres 2000 1500 1000 Vallée de Lutour 500 0 0km 2km 4km 6km Parking de la fruitière Lac d’Estom Figure 2.2.1 A : Dénivellations en vallée de Lutour : Excel, Loope Figure 2.2.1 B : Représentation des 3 sentiers incontournables : Map Info, Loppe 30
  35. 35.  Voie vertes des Gaves : Pierrefitte-Nestelas - Cauterets La voie Verte en quelques mots : Elle fut aménagée en 2000 sur l’ancienne voie ferrée reliant Lourdes à Soulom par le Syndicat Mixte pour le développement rural de l’arrondissement d’Argeles-Gazost. Interdite à tout véhicule motorisé, elle est réservée à de multiples usagers (piétons, cyclistes, coureurs, rollers et personnes à mobilité réduite). De nombreux panneaux donnent des informations touristiques sur les milieux traversés et les villages proches en trois langues ainsi qu’en braille. Cette voie verte obtient en 2004 puis en 2010 le label officiel Tourisme et Handicap attribué par l’association Tourisme et Handicap. Il s’agit alors d’une première en France. C’est au printemps 2005, que la voie verte voit son prolongement de Soulom à Cauterets mis en place sur environ 9km. Il s’agit d’un chemin gravillonné d’un dénivelé positif de 450 mètres avec une pente forte de l’ordre de 5.5% avec des portions nombreuses à 8% ou 10%. Elle n’est donc accessible qu’aux piétons, VTT et cyclistes confirmés. Des commentaires positifs des pratiquants sur le sentier sont à noter sur la facilité de celui-ci et la remarquable vue qu’il propose.  Pont d 'Espagne – Refuge Wallon Mètres En vallée du Marcadau 2000 1500 1000 En vallée du Marcadau 500 Pont d’Espagne – 0 0km 2km 4km 6km 8km500 Refuge Wallon Figure 2.2.1 C : Dénivellation en vallée du Marcadau : Excel, Loope Au départ du Pont d’Espagne, le randonneur venu en bus depuis Cauterets, en voiture et garé sur le parking du pont d’Espagne, ou à pied par le sentier des cascades se prépare à effectuer une randonnée 2 heures et 15 minutes ou de 4 heures pour un allerretour. Distance de 8,5 km pour un simple aller. Cet itinéraire n’est pas difficile en terme d’effort, il convient tout à fais à un randonneur sans expérience. Les panneaux de signalisations affichant l’heure et la direction sont quant à eux corrects et suffisamment présents pour permettre de 31
  36. 36. s’orienter et suivre la vallée du Marcadau. Cependant des randonneurs débutants venus sans carte et n’ayant pas d’expérience dans la pratique, n’émmétraient-ils pas des doutes quant à l’itinéraire du sentier ? Trois groupes de randonneurs amateur, venues découvrir le Pont d’Espagne ont émis notamment ces doutes à partir du Chalet du Clot jusqu'à l’extrémité Sud du plateau de Cayan où se retrouvent les sentiers pour la pratique nordique en hiver. Les paysages remarquables que le randonneur pourra observer seront tout d’abord ; le Pont d’Espagne puis le plateau du Cayan où se faufile le gave du Marcadau qu’il devra suivre et traverser à l’aide de deux ponts, l’un situé à l’extrémité sud du plateau, l’autre étant le Pont d’Estalounqué. Arrivé à ce dernier il ne reste plus que 45 minutes de marche pour le randonneur avant d’arriver au Refuge Wallon. Figure 2.2.1 D : Photo prise en vallée du Marcadau 13h10, 20/11/12 Loope Figure.2.2.1 E : Photo prise à proximité du Pont d’Estalounquet 14h30, 20/11/12 Bourglan 32
  37. 37. Localisation du GR10 et du HRP sur le territoire Légende: 2.2.2 GR10, un itinéraire omniprésent HRP GR10 Le sentier de grande randonnée numéro 10 traverse les Pyrénées d’Est en Ouest ; il est présent dans la commune de Cauterets sur une longueur d’environ 35 km. Son origine de remonte au début des années 60 grâce à un couple de pyrénéens pures souches. Apprenant l’existence d’un sentier de Grande Randonnée qui traversait les Vosges, l’idée leur vient alors de réaliser la même chose en plein cœur des Pyrénées françaises d’une extrémité à l’autre du massif. Un premier topoguide du GR10 apparaitra en 1964, couvrant les départements de Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées. Plus tard, de nombreux bénévoles locaux continueront à tracer, baliser, entretenir, puis publier d’autres topoguides, découpés en étapes accessibles aux marcheurs. Ce GR traverse ainsi les Pyrénées de l’océan Atlantique à la mer Méditerranée sur environ 870 kilomètres, nécessitant environ deux mois de marche pour le réaliser dans son intégralité. Il traverse 6 départements et peut se parcourir d’Hendaye à Banyuls ou vice versa. Sur le territoire de la commune, le GR10 est caractérisé par 3 axes centrés sur Cauterets, faisant de la ville un point de départ ou lieu de passage pour randonneurs. Le balisage sous forme de marques de peinture blanche et rouge sur les rochers, les arbres et les ponts, caractéristique des sentiers de grande randonnée n’est pas suffisamment présent. Certaines traces sont effacées et deviennent de plus en plus difficiles à distinguer. Même si les sentiers du GR10 fréquemment empruntés sont visibles, un randonneur mal averti Axe 3 Axe 1 Axe 2 Figure 2.2.2 A : Localisation du GR10 et du HRP sur le territoire : Map Info, Loope 33
  38. 38. peu vite les confondre avec les chemins de transhumance empruntés par les animaux. La signalisation des itinéraires par des panneaux jaunes sur piquets en bois est quant à elle suffisante, pour indiquer notamment les temps de marche (durées conformes à la réalité). En rajouter serait facteur de pollution visuelle, contrairement aux peintures qui s’intègrent dans le paysage. Le premier axe vient d’Ouest à partir du lac d’Ilhéou. Il faudra environ 2h45 de marche pour un randonneur afin de rallier le centre ville de Cauterets à partir du lac (sur une distance de 10 km). Le randonneur aura la possibilité d’apprécier le lac d’Ilhéou aussi connu sous le nom de lac Bleu de Lesponne, de passer sur des éboulis et traverser les longues pentes de l’Arralhé Blu. Le sentier passe également entre une source et l’antique petit pont sur le gave d’Ilhéou appelé aussi Ponton dets Sahucs. Puis le GR10 emprunte une draille pour arriver aux granges de Houssat. GR10: Axe n°1 Mètres Le second axe en direction du Sud relie la commune depuis le centre ville jusqu’au pied du Vignemale. Ce qui représente une distance d’environ 18 km, réalisable en 6h50 de marche. Les points forts de ce parcours sont tout d’abord, le sentier des Cascades, le Pont d’Espagne (site historique puisqu’au Moyen-âge, les bergers français et espagnols s’y rencontraient pour négocier les traités de lies et passeries sur le partage des pâturages) ainsi que le lac de Gaube, considéré comme l’un des plus beaux lacs des Pyrénées. Ce lac à une particularité historique méconnue, celle de la présence jusqu’en 1940 d’une pointe rocheuse qui portait une stèle commémorant une tragédie survenue en 1832 : un jeune couple s’est accidentellement noyé lors d’une promenade en barque sur le lac. Ce mémorial attirait autrefois bon nombre de visiteurs (comme Victor Hugo par exemple). Enfin, il faudra évoquer également le Vignemale culminant à 3298m. Situé entre la Pique Longue et la crête franco-espagnole de Cerbinhone, ce sommet s’étend en un large balcon de plus de 300 mètres d’où descend le glacier d’Ossoue, le plus important des Pyrénées. 2500 Mètres 2000 GR10: Axe n°2 2500 1500 GR10: Axe n°1 1000 2000 1500 500 Cauterets – Lac d’Ilhéou 0 0km 2km 4km 6km 8km 1000 500 10km Figure 2.2.2 B : Dénivellation de l’axe numéro 1 du GR10 : Excel, Loope GR10: Axe n°2 0 Cauterets – Refuge des Oulettes de Gaube Figure 2.2.2 C : Dénivellation de l’axe numéro 2 du GR10 : Excel, Loope 34
  39. 39. Enfin un troisième axe, s’étendant de Cauterets au col du Riou vers l’Est sur une longueur d’environ 7 km. Le randonneur pourra arriver jusqu’au col en 3h10 environ et il aura la possibilité d’apprécier une vue exceptionnelle de la ville de Cauterets, de traverser une forêt densément peuplée… GR10: Axe n°3 Mètres 2500 2000 1500 GR10: Axe n°2 1000 500 0 0km 2km 4km 7km Figure 2.2.2 E : Dénivellation de l’axe numéro 3 : Excel, Loope Figure 2.2.2 D : Photo du Lac de Gaube 13h45, 01/12/12 Bourglan 35
  40. 40. 2.2.3 La HRP, un itinéraire destiné à des randonneurs expérimenté La commune compte 11 km de sentier. L’origine de la HRP où Haute Route Pyrénéenne remonte à 1907, grâce selon la description de Jean Bepmale. Mais c’est à Georges Véron que l’on doit la notoriété de la HRP, car en 1968, il réalisera et décrira intégral la notoriété de la HRP, car en 1968, il réalisera et décrira intégralement le sentier à l’aide de ses deux amis JeanPierre Neau et Claude Major. A la différence du GR10 « plus familial » comme aurait pu le dire Georges Véron, la HRP est un itinéraire d’altitude qui suit la crête des Pyrénées avec très peu de balisage, et qui nécessite donc une connaissance de l’orientation en montagne. Comme le dit Georges Véron : « la H.R.P a la particularité de ne pas être balisée et j’espère qu’elle ne le sera jamais ! Ce parcours d’altitude, souvent hors sentier, est réservé aux véritables randonneurs, aux montagnards qui cherchent le passage, non la balise. Le bivouac imprévu installé sans angoisse leur laissera d’impérissables souvenirs ; c’est à ce prix qu’ils connaîtront une expérience unique, inoubliable. Ils feront désormais parti du club des H.R.Pistes, car il y a ceux qui l’ont fait… et les autres. » Décrit en 41 étapes dans le topo guide de Georges Véron, l’étape 15 traverse la commune (du Refuge Wallon au Refuge de Baysselance). Etablit en 7 heures, le randonneur pourra se reposer sur une étape plus facile que celle déjà effectuée la veille, il pourra apprécier des lieux inoubliables, le Lac d’Arratille et plus loin après avoir descendu le col des Mulets vers les Oulettes de Gaube, la face Nord du Vignemale ; Avec son glacier, le couloir de Gaube, la pointe qui surplombe de 1150 mètres la vallée provoque un véritable choc pour le randonneur « un sentiment de ne plus être tout à fait dans la même montagne… Le Vignemale est un seigneur, un géant »d’après certains randonneurs. Cet itinéraire est donc un lieu à préserver, à réserver à une catégorie de randonneurs expérimentés. Le balisage doit donc être ici minimaliste, les accès à ce sentier sur la commune doivent être indiqués, affin de prévenir un public non avertit qui a tendance à vouloir aller toujours plus loin, sans accompagnateur ni même sans réel connaissance du milieu de la haute montagne. Mètres Figure 2.2.3 : Dénivellation du HRP sur le territoire : Excel, Loope 36
  41. 41. Itinéraire de ski, de randonnée, de raid Légende: 2.2.4 La pratique hivernale Itinéraire de ski, randonnée, raid L’activité hivernale propose un panel d’activités relativement large. Le cœur de l’activité étant bien entendu le ski alpin, viennent ensuite le ski de fond, le ski de randonnée et la raquette à neige. Les deux premiers requièrent des aménagements conséquents pour le bon déroulement de chacun : tracé de pistes, damage, entretien, surveillance, etc… Pour le ski de randonnée et la raquette, la pratique varie sur ce point. Tout d’abord pour le ski de randonnée. Celui-ci par définition vise à sortir des pistes damées. L’objectif de cette pratique est de partir gravir une montagne, sans forcément aller jusqu’au sommet à l’aide de ski équipés de « peaux de phoques » ou structurés de telle façon qu’ils permettent de gravir des dénivelés importants pour pouvoir redescendre de l’autre côté dans une neige vierge, ou presque, de toutes traces. Pour cela, le territoire de Cauterets offre des attraits naturels indéniables et qui justifient la protection du parc national. C’est donc là un atout certain. Sur la carte réalisée via les informations des cartes IGN, l’ensemble d’itinéraires de ski mais aussi de raids et de randonnées, représentent environ 46 km. Utilisés également pendant la période estivale, ces itinéraires balisés pour certains sont donc également empruntés par certains randonneurs expérimentés dans la pratique, car ce sont des sentiers difficiles et dangereux avec certains passages délicats. Figure 2.2.4 A : Itinéraire de ski, de randonnée, de raid : Map Info, Loope 37
  42. 42. En ce qui concerne la raquette à neige, la situation est différente. Sur le territoire, un sentier est spécialement prévu pour cette pratique en vallée de Marcadau sur une distance de 6 km. Cet itinéraire commence à partir du Pont d’Espagne, il forme une ligne droite jusqu’au Pont du Paradis, où là, le sentier réalise une boucle jusqu’au Pont de La Pourtere. Un des grands problèmes dans cette vallée du Marcadau, est le regroupement des pratiques : pistes de ski de fonds de divers niveaux de difficultés, parcours de randonnée pédestre avec les informations qui leurs sont dédiés, sentiers raquettes… Les pratiquants empruntent donc tous la même route pour se rendre au même endroit, avec les gênes que cela peut provoquer. Légende: Gave du Marcadau Télésiège, télécabine Sentiers raquette Figure 2.2.4 C : Itinéraire randonnée raquette : Map Info, Loope Figure 2.2.4 D Photo prise à proximité du refuge du Clots 13h10 20/11/12 38
  43. 43. 2.3 Des refuges à l’ère de la modernité ? : La commission syndicale est propriétaire de 5 refuges gardés et 1 non-gardé, tous sur le territoire de Cauterets, en zone cœur du parc. L’hôtellerie du Pont d’Espagne propose un confort supérieur avec 10 chambres privés et un service de restauration à la carte, de même que l’hôtellerie de la Fruitière avec ses 8 chambres. Tandis que l’hôtellerie du lac de Gaube ne propose qu’un service de restauration. Refuges Gérance Capacité Dates d’ouvertures Wallon Marcadau Bail de location avec messieurs Yannick Le Lay et Yannick Furlan Bail de location avec Gilles Menvielle Bail de Location avec Jean-Pierre Puyo Bail de location avec Frédérique Walton Bail de location avec le CAF de Tarbes Bail de location avec CAF de Lourdes - Cauterets 120 couchages 93 couverts Du 1er février au 31 octobre 22 couchages 36 couverts 30 couchages Du 1er juin au 1er octobre Du 1er juin au 30 septembre Ouvert toute l’année D’Ilheou D’Estom Du Clot Russel Des Oulètes de Gaube (ou Oulettes de Gaube) 40 couchages 91 couverts 15 couchages 85 couchages Ouvert toute l’année (non gardé) Du 1er juin au 1er octobre Figure 2.3 Tableau des refuges selon la gérance, capacité et dates d’ouvertures, excel, Bourglan 39
  44. 44. Refuges et abris sur le territoire 2.3.1 Des refuges comme témoins de la culture montagne La construction de refuges de montagne dans les Pyrénées est le fruit d’un processus initié dans la seconde moitié du XIXème siècle par Henry Russell. Dans le souci de préserver la virginité des paysages, les premières œuvres se présenteront sous formes de grottes. En 1882 apparaît donc la « Villa Russell » au col de Cerbillonna. Six autres grottes seront creusées jusqu’en 1893 avec l’aide du CAF. (source : Henry Russell et ses grottes, le Fou du Vignemale, Marcel Pérès, Presse universitaire de Grenoble) Légende: Abris Refuges Le premier refuge est construit en 1889, il s’agit du refuge de Tuquerouye. En 1899 émerge le refuge de Bayssellance, le plus haut du massif à 2651 mètres. Celui-ci est la propriété de la commune de Gavarnie, voisine de la CSVSS. Les refuges Wallon, d’Estom et des Oulètes de Gaube datent eux du début du XXème siècle. Le refuge Wallon sera réaménagé en 1923 et celui des Oulètes de Gaube en 1963. Auparavant, en 1960 le chalet du Clot aura vu le jour. En 1970 apparaît le refuge d’Ilhéou. Enfin en 1998 le refuge Russell est rénové pour permettre la réception du public. Ces bâtiments attestent d’une « culture montagne » forte dans laquelle la découverte de la montagne se définit comme une aventure humaine et sportive au travers de la randonnée. Figure 2.3.1 : Refuges et Abris sur le territoire Map info, Loope 40
  45. 45. A la base ils étaient construits pour permettre l’abri la nuit ou en cas d’intempéries. Dans certains cas ils servaient de points de chute pour la chasse ou la pêche. Depuis, la pratique a évolué, le contexte a changé et le public s’est diversifié. De fait les refuges eux aussi ont eu à s’adapter tout en conservant leur identité propre. d’aménagements afin de ne pas dénaturer les sites naturels mais aussi la valeur culturelle de cet héritage. Cette culture montagne subit aujourd’hui les effets de la modernisation. Cela se ressent au travers des inscriptions dans les clubs de randonnée mais aussi au travers des visions et des attentes du public, ce qui pose la question du devenir de ces infrastructures. C’est pourquoi ce patrimoine bâti bénéficie également de la protection du parc national qui encadre les capacités 2.3.2 Les refuges : un espace de loisir Aujourd’hui les refuges ne sont plus de simples abris laissés à la disposition du randonneur. Depuis, le tourisme est devenu un secteur professionnel. La pratique des loisirs est désormais une activité marchande. Et à ce titre les touristes se sont progressivement tournés vers des services de plus en plus exigeants au point de vue qualitatif. A présent, il ne s’agit plus de simples abris mais d’espaces de restauration, de séjours, de détente, exploités par des professionnels en été et aussi parfois en hiver (Chalet du Clot et refuge Wallon) qui reçoivent les skieurs et les raquettistes. Ce nouveau contexte est favorisé par le développement des voies de communications et donc aussi par la multiplication des pratiques de pleine nature comme l’escalade par exemple qui profite particulièrement au refuge Russell et au Chalet du Clot. Tous les refuges sont à moins de 3 heures de marche d’un parking. Le refuge du Clot n’est qu’à 15 minutes de marche du parking du Punta. 41
  46. 46. Une grille de tarifs recueillis sur les sites internet : Refuges Wallon - Marcadau D’Ilheou D’Estom Du Clot Oulètes de Gaube Tarifs La nuit: 14 euros Dîner: 17 euros Demi pension: 40 euros Non accessible sur internet La nuit: 21 euros Dîner: 15,50 euros La nuit: 21,80 euros Figure 2.3.2 A : Les tarifs des refuges, excel, Bourglan A titre de comparaison, la nuit à l’hôtellerie du Pont d’Espagne est de 50€ pour une chambre double et les menus vont de 15 à 25€. (source : http://www.hotel-du-pont-despagne.fr, [janvier 2013]) Ils sont fréquentés par différents publics. Les clubs et les associations de randonneurs y passent régulièrement. Le refuge Wallon est notamment pratique car au croisement de différents sentiers de randonnées, il permet de passer plusieurs jours en randonnant en étoile afin de ne pas s’encombrer des sacs pendant la marche. Sur les blogs de randonneurs certains expliquent avoir trouvé un confort suffisant pour le sommeil de leur bébé. La pratique est devenue familiale et la capacité d’accueil doit s’adapter aux différents publics. Commentaire d’un blog sur le refuge d’Ilhéou : Date : 2010-08-16 « Nous sommes passés le 7 juin 2010. C´était le premier jour de l´ouverture. Nous avons été acceuilli trés chaleureusement. Le repas etait formidable. Et notre bebe a trés bien dormit ;-). » (source : http://www.pyrenees-refuges.com/fr/affiche.php?numenr=171, [consulté le 22 novembre 201)) Fait nouveaux, l’objectif de la randonnée devient le refuge en soi. Le public randonne pendant la journée afin de profiter des paysages et savourer le soir un repas traditionnel, au chaud, dans un espace atypique. Certains y viennent tout simplement pour partager une consommation en terrasse avant de repartir. En hiver, le chalet du Clot ou le refuge Wallon qui bordent les pistes de ski de fond ou les itinéraires de ski de randonnée offrent des boissons chaudes aux sportifs comme le traditionnel vin chaud en plus du service de restauration habituel. 42
  47. 47. Ils sont le lieu d’une culture gastronomique : on ne va pas dans un refuge pour manger une bouillabaisse. C’est une vitrine pour la production du terroir. A ce titre la culture montagne reste un élément fort de l’attrait touristique. Enfin tous les refuges mettent à disposition des chambres en hiver, lorsqu’ils ne sont plus gardés, ce qui permet notamment aux raids de randonnées hivernales (à ski ou à raquettes) de pouvoir y faire halte. Figure 2.3.2 B : Photo du refuge du Clot, 11h30 13/11/12, Landais 2.3.3 Le conflit entre modernité et préservation Les refuges ont du s’adapter à la nouvelle clientèle et aux nouvelles réglementations pour l’accueil du public. Depuis la fin des années 1990, la commission syndicale a entrepris une campagne de rénovation de ses infrastructures. Ainsi, tous les chalets sont désormais alimentés en eau potable, sauf le refuge Wallon dont les conditions d’alimentation ne permettent pas une totale conformité pour une eau potable, mais un projet est à l’étude. En attendant il est alimenté en eau puisée dans le torrent voisin. Le refuge du Clot est fermé depuis le 5 septembre pour permettre la mise en conformité de ses installations en matière de risques d’incendies, d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, et pour l’équipement de la cuisine. Tous disposent d’un service de sanitaires. Et la CSVSS souhaite même rendre les refuges autonomes en production électrique grâce à l’installation de pico centrales ou de panneaux solaires comme c’est déjà le cas au refuge Wallon. Les refuges font désormais partie d’un service d’hébergement marchand, et même si le confort attendu n’est pas comparable à celui des hôtels, des clients peuvent parfois être surpris par sa qualité. 43
  48. 48. Au point de vue de la communication pour commencer. La visibilité sur internet est un facteur indispensable désormais. La commission syndicale l’a bien compris et a déposé au POCTEFA un dossier dénommé « Utilisation des nouvelles technologies pour la gestion et la promotion des refuges de montagnes des Pyrénées – ENTREPYR »*. L’objectif de ce projet pilote est d’équiper les refuges « d’un outil informatique de gestion, de réservation et de paiement en ligne ». Cela aurait pour effet d’accroître la visibilité des ces refuges sur le web et ainsi d’augmenter les taux de remplissage qui tournent autour des 50% pour l’année 2011 contre 69% pour celui des Oulètes de Gaube. Pour l’instant, seul le chalet du Clot et le refuge Wallon disposent d’un vrai site internet. Et si les professionnels interrogés ne se sont jamais plaints d’un refuge sur la zone de Cauterets, il est à regretter que sur le site du refuge Wallon, 4 commentaires sur 8 publiés en 2012, présentent un regard très critique sur l’entretien du bâtiment et son agencement. Certes on ne peut pas étendre ces points de vues à l’ensemble des visiteurs, mais cela représente 50% des avis consultables sur la toile du site officiel et donc sur l’outil de communication de référence en la matière pour un public étranger au secteur. L’objectif de liberté d’expression est louable de la part des administrateurs, mais suite à des messages de ce genre, une réaction doit être apportée et communiquée afin de préserver voir d’accroître une qualité relationnelle avec le public. Un autre aspect qui ressort des enquêtes qualitatives auprès des acteurs professionnels est le problème de la disponibilité en eau. Le public ne se plaint pas des dortoirs collectifs ou du froid, par contre une douche chaude serait souvent la bienvenue après avoir transpiré. Or il s’agit ici d’une limitation naturelle. En montagne l’eau subit la loi de la gravité et si les glaciers sont proches, l’eau liquide, elle, s’écoule dans les vallées. C’est une limitation qui résulte du paysage recherché. Il convient donc de communiquer sur cet aspect, qui est généralement rapidement compris par les randonneurs, mais qui peut faire l’objet d’une déception s’il n’est pas annoncé auparavant. Cette contrainte s’inscrit dans le respect pur et simple de l’environnement. Exemple de commentaire trouvé sur un blog au sujet du refuge d’Estom : Date : 2012-08-05 « Une seule douche à 2,5 EURO (en panne), un seul WC et un seul lavabo ne sont certainement pas suffisant pour une telle capacité (le lac ne peut pas tout faire). Esprit montagne ou cupidité du parc national ou du conseil général ?? De toute façon pas de respect des Clients qui croient que nous sommes en 2012 ??? » (Source : http://www.pyrenees-refuges.com/fr/affiche.php?numenr=135 , consulté le 14 décembre 2012) Dans un même ordre d’idée, la CSVSS a entrepris depuis deux ans d’accompagner les propriétaires et les gestionnaires de refuges dans la mise en place d’une démarche de gestion environnementale 44
  49. 49. afin de minimiser l’impact des activités sur l’environnement. Cette action est menée par l’Association Régionale pour l’Environnement, l’ADEME, le Parc National des Pyrénées et le Club Alpin Français. Cette démarche s’organise autour de trois objectifs : - Evaluer et limiter les impacts de chaque établissement sur l’environnement - Gérer et consommer l’énergie de manière responsable - Utiliser les produits locaux, les énergies renouvelables et propres Les refuges sont les témoins de l’évolution de la fréquentation du massif. Ils véhiculent un patrimoine et une culture. Ils sont un élément indissociable de la pratique de la randonnée et doivent à ce titre respecter les valeurs qu’ils représentent en refusant de basculer dans un service d’hôtellerie haute gamme. Cela ne doit cependant pas justifier un laxisme sur la qualité d’attention au public ou sur l’hygiène des bâtiments. Les randonneurs attendent aux vues du tarif, un service minimum de qualité. *Ce dossier a été monté en partenariat avec la commune d’Aragnouet, la régie d’accueil de Saint-Larsy, l’ASPTT Toulouse, la Fédération Française des Clubs Alpins de Montagne et la Fédération Aragonaise de la Montagne. 45
  50. 50. Synthèse La CSVSS possède au sein de la zone cœur du parc national des Pyrénées des capacités d’hébergement importante pour la réception des randonneurs avec 6 refuges et 2 hôtelleries. Ces structures sont confrontées à une mutation de la pratique et des pratiquants qui les ont poussés à entamer une campagne de rénovation et de modernisation. L’enjeu de ces aménagements est de pouvoir augmenter la qualité du service pour pouvoir répondre aux attentes des randonneurs sans dénaturer l’environnement naturel et en continuant de promouvoir une culture montagne qui se décrit comme rustique et désintéressée des aspects matériels. Un autre objectif doit être d’améliorer la communication et la visibilité de ces hébergements. Une initiative vient d’être lancée par la commission syndicale. La maîtrise de l’internet dans ce secteur doit être largement amélioré, étant donnée les taux d’occupation des refuges. Le développement de cette activité d’accueil doit se faire en concertation entre la CSVSS, le PNP et les gérants de refuges. Les transports en communs gratuit mis en place par la ville de Cauterets doivent être réétudié, mettre en place de nouveaux arrêts comme par exemple le Pont d’Espagne, vers Soulom… Les sentiers de randonnées sont suffisamment présents, certains nécessite d’être restaurés.. De même qu’avec la quantité de sentiers disponible sur le territoire, il est possible de les délimiter en fonction du niveau des pratiquants (possible principalement en fonction de l’état du sentier et du balisage mis à disposition). Hausse du Covoiturage 147 km de sentiers balisés Dont : 35 km de GR10 11 km de HRP Et 46 km de ski, randonnée, raid 6 refuges appartenant à la CSVSS Les refuges deviennent des espaces de loisirs Le confort doit être de qualité sans déformer l’environnement naturel et culturel 46
  51. 51. 3 La randonnée sur le territoire : un potentiel exploité mais des problèmes de concertation 47
  52. 52. 3 La randonnée sur le territoire : un potentiel exploité mais des problèmes de concertation 3.1 Une pratique associative développée : La pratique associative regroupe les clubs, les fédérations, les comités et bien sûr les associations qui proposent un encadrement des pratiques de randonnées, et de toute autre activité sportive de plein air, mais dans un but non lucratif. Il s’agit de pratiques accompagnées. Ces structures facturent des frais d’adhésion qui devront servir à assumer les couts de fonctionnement et d’organisation des sorties, mais les encadrants et les responsables interviennent en tant que bénévoles. Des salariés peuvent toutefois être employés. Ces structures font aussi appel à des subventions. Pour cela elles se tournent vers les mairies, les conseils régionaux, les conseils départementaux. Elles reçoivent également à l’occasion des dons privés. La place de ces subventions dans le budget varie d’un club à l’autre. L’encadrement bénévole de ces pratiques est assuré par des personnes diplômées de la fédération française de randonnée pédestre (FFRP). Ce diplôme « d’animateur de randonnée » ne permet pas d’exercer en tant que professionnel, soit contre rémunération. Le secteur de Cauterets est grandement pourvu de ce type de d’organismes. Le Club Alpin Français (CAF) possède trois centres qui fonctionnent sur la zone de Cauterets : le CAF de Pau, le CAF de Tarbes et le CAF de Lourdes-Cauterets. La FFRP recense 29 clubs affiliés dans les Pyrénées Atlantiques et 6 dans les Hautes Pyrénées. Très peu présentent un site internet suffisamment complet permettant d’identifier les lieux des randonnées. Il sera cependant possible de localiser ces associations via une annexe disponible cijoint. Sont également présents en parallèle des structures nonaffiliées comme les Amis du Parc National des Pyrénées ou les Amicales Laïques. 48
  53. 53.  Des clubs alpins Les CAF ont été les premiers à proposer ce type d’activité. Aujourd’hui ils proposent des pratiques très diverses comme l’escalade, le ski de randonnée, l’alpinisme, la cascade de glace, le surf, la spéléo, le canyoning… Et donc bien entendu de la randonnée. Le CAF de Pau s’est constitué en 1886 et compte aujourd’hui un millier d’adhérents. Seul 15% de cet effectif pratique régulièrement les activités au travers de l’encadrement du CAF. L’inscription dans ces clubs offre au public une assurance des plus avantageuses, c’est pourquoi une majeure partie, une fois les cotisations assumées, préfère randonner en liberté (Source : entretien avec Serge Dulout, CAF de Tarbes). Ce nombre d’adhérents est cependant en baisse (Sources : entretiens CAF de Tarbes et de Pau). En effet depuis 125 ans deux facteurs ont modifié la donne. Tout d’abord le coût de la vie a changé. Aujourd’hui l’adhésion au CAF de Pau coute 100 euros pour un adulte à l’année et ouvre l’accès à l’ensemble des pratiques. Mais ce prix peut en décourager certains. Un autre facteur majeur est le succès de la pratique, l’INSEE note une hausse de 94 000 licenciés à la FFRP entre 1998 et 2010, pour un total de 214 000 licenciés en 2010. Le nombre de clubs à explosé. La ville de Pau recenserait entre 12 et 15 clubs. Ainsi chacun se compose autour de publics différents. Si le CAF de Pau parvient à maintenir une hétérogénéité relative de son public (entre 30 et 80 ans pour la randonnée, avec 50% de femmes et 50% d’hommes), le CAF de Tarbes note un rétrécissement dans la composition de ses randonneurs. Ce dernier définit son public dans la tranche d’âge des 50-60 ans, dont deux tiers d’hommes, avec de grosses difficultés à communiquer auprès du jeune public. D’autant plus que la réglementation pour l’encadrement de publics mineurs est extrêmement rigide ce qui s’avère trop contraignant pour des acteurs bénévoles et démotivant pour les jeunes. Cela s’inscrit dans le constat de la perte de la culture montagne. Ce déficit au niveau de la clientèle résulte également de difficultés dans la communication et la visibilité des offres proposées Le CAF de Tarbes est gestionnaire de refuge. Pendant longtemps il a eu la charge du refuge Wallon. Aujourd’hui il ne s’occupe plus que du refuge Russel sur le secteur de Cauterets. Celui-ci est propice à l’activité d’escalade et d’alpinisme de par sa proximité à l’Ardiden. Au cours des entretiens est ressorti le facteur limitant de la conjoncture économique. Et à ce titre le fait de devoir payer un parking à 5,50 euros au Pont d’Espagne est dissuasif pour la fréquentation du site. D’autant plus que certains échos se font entendre annonçant une volonté similaire au parking de la Fruitière, ce qui rendrait les deux principaux points de départ de randonnées payants pour une pratique qui se veut pourtant la plus simple et la plus économique possible. De fait certains clubs auraient tendances à s’orienter sur d’autres secteurs. 49
  54. 54. La fréquence de leur activité randonnée varie entre une à trois sorties par semaines, sur toute l’année. Les randonnées peuvent être à la journée ou sur plusieurs jours. En hiver les excursions conservent l’appellation de randonnée pédestre. L’utilisation de la raquette n’est qu’un outil, elle ne représente pas une finalité en soi. Pour cela, d’autre clubs sont constitués et s’exercent eux sur les pistes aménagées. Enfin, lors des sorties sur plusieurs jours, les CAF utilisent les refuges sans réelle distinction qualitative. « Un montagnard ne se préoccupe pas du superflu ». Là encore le refuge se veut être un moyen pour atteindre l’objectif final qu’est l’ascension généralement. Cependant le peu de commentaires qui sont écoutés, sur l’ensemble du massif, tendent à soutenir l’idée que le public s’inquiète de plus en plus des aspects d’hygiène, de l’alimentation et de la qualité de l’accueil des gardiens de refuge. Enfin, deux éléments indispensables sont ressortis des entretiens pour pérenniser l’attractivité du site. D’un coté, limiter le plus possible les aménagements en montagne. Le public vient chercher dans les Pyrénées une immersion dans la nature, et se rapprocher le plus possible d’une nature authentique, ce qui fait écho à l’action du Parc National. Et dans un second temps limiter les pollutions sonores. Certaines activités comme la moto cross ou le quad apparaissent dans certains massifs et provoquent des résonnances qui se propagent dans les vallées, ce qui a pour effet de « pourrir » les randonnées. Sans parler du dérangement pour la faune qui sera dès lors bien moins visible.  Les Amis du Parc National des Pyrénées : Une association, avec un siège social à Tarbes et un siège administratif à Pau. Elle comporte 3 comités (Hautes Pyrénées, Pyrénées Atlantique, Ile de France) avec 715 adhérents dont 315 rattachés au comité des Hautes Pyrénées. Les Amis du Parc National organisent 530 sorties sur un an (230 en hiver-printemps et 300 en été-automne), en général les mercredi et dimanche. Des randonnées pratiquées en montagne (Pédestre, raquettes) et en plaine (sorties à thème ; géologie, flore, découverte historique…) 50
  55. 55. Le co-voiturage est utilisé pour se rendre au point de départ des sorties, depuis de nombreuses années. 110 encadrants sont la pour assurer les randonnées (70 chefs de file – 40 serre-file). De nombreuses sorties sont également prévues pour les mal-voyants et non-voyants avec deux « référents » pour les aider pendant la sortie.  - L’association propose d’ici la fin de l’année deux sorties en randonnée raquette sur la journée. L’une d’entre elle se terminera par une nuit dans un refuge. La pratique est encadrée par un chef de file et un serre-file. Amicale Laïque : D’après la définition disponible sur le site de la fédération des Amicales Laïques : « Elle représente une association d’éducation populaire ouverte à tous dans le respect des convictions individuelles et dans l’indépendance à l’égard des partis politiques et des groupement confessionnels. » De nombreuses amicales laïques existent partout en France. Certaines proposent ou ont déjà proposé des offres de randonnée sur Cauterets. L’Amicale Laïque de Billère à proximité de Pau proposait 2 jours de randonnée pédestre accompagnés avec une nuit dans un refuge. L’Amicale Laïque de Leucate dans les Pyrénées Orientales ayant effectué une randonnée pédestre de 3 jours, accompagnée, avec nuit dans les refuges. D’autres amicales laïques à proximité de Cauterets sont présentes, cependant aucune de leurs offres n’a pu être identifiée : celles de Lourdes - Barousse, de Pierrefitte- Nestalas, de Tostat…. Exemple : Natura, associations basé à Ayrons-Arbouix, propose une randonnée accompagnée en raquette de deux jours avec nuit dans un gite. 51
  56. 56. 3.2 Une offre marchande variée : Il est ici question d’évoquer les offres des agences de voyages et des tours opérateurs consultées d’octobre à début décembre et réalisables entre le mois de novembre 2012 jusqu’au début de l’été 2013. Il convient donc avant tout de définir ce qu’est une agence de voyages et un tour opérateur : (Source :Françoise Kouchner La valorisation du tourisme de randonnée dans les territoires ruraux cahier de l’innovation n°12 .mars2001) 3.2.1 Agences de voyages et tours opérateurs  - - Agence de voyage : « Localisées sur une région et spécialisée dans la vente de produits de celle-ci. Elles ont souvent pour dominante la commercialisation de produits de découverte ‘nature ‘ et d’activités ‘de pleine nature ‘. L’étendue de leur fonction est variable : le plus fréquemment, elles jouent le rôle d’intermédiaires avec les tour-opérateurs, notamment étrangers. Elles peuvent également distribuer au client final ; enfin certaines sont elles-mêmes productrices. Elles jouent un rôle important dans la mise en marché des produits de randonnée. » Un producteur généralement national. Tour-opérateur : « Structure commerciale ayant pour finalité de vendre des produits touristique, soit directement par ses propres réseaux de distribution, soit par les détaillants, soit enfin en sous-traitance pour un autre touropérateur. » Un producteur international. Les agences de voyages Sur internet il est donc possible d’identifier 4 Agences de voyage qui proposent 7 offres de pratique de randonnée au départ ou en passant par Cauterets. Tout d’abord Randonades, agence fondée à Prades dans les Pyrénées Orientales par 4 accompagnateurs pyrénéens qui organisent, pensent et encadrent eux même les séjours. L’organisation est locale proposant des produits du terroir, des hébergements simplistes Leurs offres sont cent pour cent pyrénéennes. Trois offres concernent la zone étudiée: L’une en raquette pour les fêtes de fin d’années pendant 4 jours, accompagnée, avec hébergement en refuge exclusivement. Et puis deux autres estivales l’une encadrée l’autre non de 7 jours touS les deux avec un hébergement en gite/refuge ou hôtel. Leurs prix varient entre 400 et 600 euros. 52
  57. 57. Vient ensuite l’agence Echaillon, basée à Briançon dans les Hautes Alpes, elle propose de nombreuses offres de randonnées en France mais également à l’étranger. Une offre de randonnée pédestre sur le territoire est présente pour une durée de 7 jours, accompagnée, pour un prix variant aux alentours de 600 euros selon le type d’hébergements choisis (Hôtel ou Gite). Puis Rando Queyras, se situant aux Aiguilles en Queyras dans les Hautes Alpes, l’agence propose également de nombreuses randonnées à travers la France et le monde. Elle est composée d’une équipe qui travaille à l’agence pour renseigner, conseiller, mettre en place des projets de vacances, des encadrants ayant tous un diplôme d’Etat et enfin d’une équipe locale à l’étranger. L’agence de voyage propose deux voyages l’un de 6 jours pour une randonnée raquette et balnéo pour 685 euros et l’autre de 8 jours pour une randonnée pédestre et balnéo pour 600 euros. L’hébergement pour ces deux offres est en hôtel et les marches sont accompagnées. Et pour terminer l’agence Pedibus originaire de Saint-Pierre d’Entremont en Savoie, crée il y a vingt ans destinée une nouvelle fois exclusivement à la pratique de la randonnée en France et à l’étranger. Une seule offre accompagnée est présente qui permet de découvrir les espaces pédestres de Cauterets avec plusieurs séances thermale pour une durée de 7 jours, logés en hôtel à un prix de 750 euros. 53

×