RELATION ENTRE LES INDUSTRIES
DE SANTé ET LES DIFFéRENTS ACTEURS
DU SYSTèME DE SOIN
NOUVEAUX DéFIS
ET NOUVEAUX MéTIERS
Lau...
2
De nouveaux acteurs apparaissent, ce sont
les associations de patients, les industries
qui développent des solutions de ...
3
1 / le point de vue d’une start up
La structure collaborative de cette start-up spécialisée dans le secteur du Diagnosti...
4
2 / le point de vue d’une big pharma
Le modèle actuel de l’industrie pharmaceutique est en apoptose ; cette industrie do...
5
2 / le point de vue d’une big pharma
Les nouveaux métiers émergeants au sein des laboratoires sont notamment :
Les « Par...
6
“Les compétences associées
à ces nouveaux métiers font souvent
appels à des multi-compétences.”
7
Les « métiers médicaux » vont avoir un rôle
clé à jouer pour s’adapter aux évolutions et
contribuer à la valorisation de...
8
La maîtrise des nouvelles technologies
de communication, la gestion de projet,
la capacité à négocier (tant en interne
q...
9
en conclusion
Parmi les grandes mutations des industries de santé, nous observons un élargissement des interlocuteurs. L...
10
à propos des auteurs
Sabrina Serpillon
est Docteur en Pharmacologie
et Physiologie Cardiovasculaire.
Elle occupe actuel...
EXIT
à propos de Kelly scientifique
Fort de son expérience depuis 1995 et de son implication au sein des associations prof...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Synthèse lxs final

353 vues

Publié le

La relation entre les industries de santé et les différents acteurs du système de soin

Publié dans : Sciences
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
353
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
32
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Synthèse lxs final

  1. 1. RELATION ENTRE LES INDUSTRIES DE SANTé ET LES DIFFéRENTS ACTEURS DU SYSTèME DE SOIN NOUVEAUX DéFIS ET NOUVEAUX MéTIERS Laurence Friteau
  2. 2. 2 De nouveaux acteurs apparaissent, ce sont les associations de patients, les industries qui développent des solutions de santé dites connectées. Parallèlement les industries de santé proposent des solutions de plus en plus innovantes. La notion de « thérapie ciblée » fait son apparition. Pour faire face aux nouvelles contraintes économiques et réglementaires, le secteur des Life Sciences est en pleine mutation. Nous assistons notamment à une évolution des interactions entre les industries de santé et les différents acteurs du système de soin. On peut utiliser des diagnostics compagnons et des systèmes de repérage (imagerie, approches génomiques et métabolomiques) pour cibler une population d’intérêt qui recevra le médicament, avec un bénéfice maximal. 2 Quel est l’impact de l’évolution de ces relations professionnelles sur le modèle économique de ces entreprises et sur l’émergence de nouvelles compétences et de nouveaux métiers ? un secteur en pleine mutation
  3. 3. 3 1 / le point de vue d’une start up La structure collaborative de cette start-up spécialisée dans le secteur du Diagnostic et de la Médecine Personnalisée repose sur les interactions qui se développent entre les différents acteurs du système de soin. Parmi les actionnaires on retrouve notamment un centre de recherche et d’innovation industrielle, des biotechs, des sociétés spécialisées dans les technologies de l’information, des hôpitaux et des universités. Les challenges à relever pour ce type d’entreprise sont principalement liés à l’accès aux collections d’échantillons de patients. Les big data générées à partir des données médicales environnementales ou comportementales constituent également un challenge important à relever pour l’analyse et le traitement de ces données. Ces nouveaux modèles de sociétés collaboratives ont fait émerger de nouveaux métiers : Les « Community Manager » ont pour rôle de maintenir et d’animer les relations mises en place avec les différents acteurs du système de soin et de suivre l’avancée des projets. Ils doivent développer une stratégie « bottom-up », l’innovation devant répondre à un besoin et faciliter les pratiques médicales quotidienne pour avoir l’adhésion des professionnels de santé. Les « Data Managers » ont pour objectif de compiler et de traiter toutes les données générées médicales et de la vie courante des patients relative à un projet. Les « Chargés Affaires Réglementaires » traitent les aspects réglementaires et assurent le lien avec les autorités de santé pour la constitution du dossier réglementaire préalable à la mise sur le marché.
  4. 4. 4 2 / le point de vue d’une big pharma Le modèle actuel de l’industrie pharmaceutique est en apoptose ; cette industrie doit se transformer pour répondre aux contraintes économiques et réglementaires de ce secteur mais également pour faire face à la sophistication de la demande de santé de la population en étant toujours plus innovant. L’innovation n’est pas la garantie du progrès mais le progrès passe par l’innovation. L’orientation actuelle est la thérapie ciblée ou médecine personnalisée pour laquelle l’industrie utilise de plus en plus d’associations médicament-biomarqueurs. Associés aux médicaments, les biomarqueurs améliorent la qualité et l’efficacité des solutions thérapeutiques ce qui permet de cibler une population d’intérêt qui recevra le traitement avec un bénéfice maximal. Il faut récupérer de l’efficience en santé et réduire les coûts. L’avenir du médicament est plutôt de correspondre aux parcours de soins du patient que de le forcer à être institutionnalisé. Tout cela conduira les laboratoires pharmaceutiques à nouer des collaborations avec de nouveaux interlocuteurs. L’intégration de solutions dites connectées va devenir de plus en plus importante. Derrière la problématique d’accès au marché, il y a notamment l’accès précoce et l’accès conjoint. L’industrie pharmaceutique a besoin de données cliniques, épidémiologiques et, de plus en plus, de données socio-économiques pour permettre de hiérarchiser les solutions thérapeutiques et les modes d’accès les uns par rapport aux autres. Il y a également de plus en plus d’interactions avec les institutions (ANSM, HAS …) et avec les différentes commissions (Commission de Transparence, Commission de l’Evaluation Economique et de la Santé Publique). L’écosystème associé aux industries de santé est de plus en plus complexe et sophistiqué. Parallèlement des partenariats se mettent en place avec des structures privés ou publiques.
  5. 5. 5 2 / le point de vue d’une big pharma Les nouveaux métiers émergeants au sein des laboratoires sont notamment : Les « Partnership Lead », Responsables Open Innovation, qui vont être impliqués dans l’identification, la mise en place et le suivi des partenariats. Les « Data Manager », Biostatisticien, qui vont gérer et traiter l’ensemble des données cliniques, épidémiologiques mais également socioéconomiques. L’ « Early Access Manager » pour traiter spécifiquement de l’accès précoce des médicaments aux patients. Le « Manager NTIC » (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) pour le développement d’outils facilitant les échanges avec les différents interlocuteurs. Les compétences associées à ces nouveaux métiers font souvent appels à des multi- compétences. Tous les profils ont des formations complémentaires de type économie de la Santé, Bio-Informatique, Essais Cliniques... En ce qui concerne la formation initiale, il y a une plus grande variété qu’auparavant et nous retrouvons notamment des Médecins, des Pharmaciens, des Docteurs et des Ingénieurs.
  6. 6. 6 “Les compétences associées à ces nouveaux métiers font souvent appels à des multi-compétences.”
  7. 7. 7 Les « métiers médicaux » vont avoir un rôle clé à jouer pour s’adapter aux évolutions et contribuer à la valorisation des Industries des Produits de Santé en jouant sur différents facteurs que sont l’évolution des pratiques médicales, le durcissement des conditions d’accès des produits de santé au marché, l’élaboration des essais cliniques ainsi que les exigences croissantes réglementaires et de compliance. Pour améliorer les conditions d’accès, ils doivent notamment élargir leurs compétences pour une meilleure compréhension du parcours et du système de soin. Ils doivent renforcer l’approche bottom-up dans les essais cliniques ou encore renforcer les relations avec les professionnels de santé sur les aspects réglementaires et compliance… 3 / résultats de l’étude PRISME réalisée par l’AMIPS Les « métiers médicaux » se complexifient et se diversifient pour répondre aux nouvelles contraintes du marché. Cette diversification induit une plus grande diversité en ce qui concerne la formation initiale. De nouvelles compétences sont attendues notamment pour répondre aux nouvelles activités qui sont nouvellement dévolues aux « métiers médicaux », à savoir le business développement, le marketing ou les affaires réglementaires. La connaissance des systèmes de soin et la médico- économie sont des savoir-faire qui seront de plus en plus importants pour les métiers médicaux et rivaliseront avec les expertises scientifiques et médicales. Nous observons également une augmentation de l’importance de plusieurs interlocuteurs externes dans les interactions des industries de santé, à savoir, les associations de patients, les ARS, les autorités de santé, la CPAM… La connaissance des systèmes de soin et la médico- économie sont des savoir-faire qui seront de plus en plus importants pour les métiers médicaux Question notez les savoir, les savoir-faire et les savoir-être qui vous paraissent clés pour maîtriser votre poste aujourd’hui et dans les cinq ans à venir 93% 86% 67% 70% 32% 19% 95% 85% 82% 71% 70% 18% Connaissance de la réglementation Expertise Scientifique Connaissance des systèmes de soin Expertise médicale Médico-économie Pratique de la médecine Dans 5 ans Aujourd'hui
  8. 8. 8 La maîtrise des nouvelles technologies de communication, la gestion de projet, la capacité à négocier (tant en interne qu’en externe) ou encore à interagir avec les différentes fonctions (« corporate » et filiales) et le management d’équipe (éventuellement transversal et à distance) seront des compétences de plus en plus recherchées pour répondre aux évolutions des « métiers médicaux » de demain. Parallèlement à la plus grande diversité des compétences techniques attendues, on recherche également des compétences personnelles relatives aux besoins d’interaction et de communication avec les différents acteurs du système de soin. La maîtrise des nouvelles technologies de communication est considérée comme une compétence critique Question notez les savoir, les savoir-faire et les savoir-être qui vous paraissent clés pour maîtriser votre poste aujourd’hui et dans les cinq ans à venir 93% 94% 91% 70% 81% 74% 64% 51% 46% 96% 96% 96% 90% 85% 84% 77% 64% 56% Travail en équipe/réseau (interne et externe Communication Maîtrise de l'Anglais Maîtrise des nouvellestechnologies de communication Pédagogie Gestion de projets Interaction avec les fonctions 'corporate' Négociation Management d'équipes Dans 5 ans Aujourd'hui 3 / résultats de l’étude PRISME réalisée par l’AMIPS
  9. 9. 9 en conclusion Parmi les grandes mutations des industries de santé, nous observons un élargissement des interlocuteurs. Les patients deviennent des acteurs, à part entière, de leur santé et ils cherchent à modifier le comportement des entreprises. Les normes et les exigences de transparence et de compliance se renforcent de plus en plus, ce qui complique l’accès des produits de santé au patient. Pour répondre à ces nouvelles contraintes, le champ d’expertise des métiers médicaux s’est diversifié. Cette plus grande diversité des missions a généré une ouverture à des profils de Pharmaciens, Ph. D. et Ingénieurs. Outre l’expertise médicale qui reste au cœur de l’activité des produits de santé, de nouvelles expertises se sont ajoutées ou ont été renforcées dans le but d’obtenir une vision prospective. La connaissance de la réglementation, des systèmes de soin et de la médico-économie sont des savoir-faire qui seront de plus en plus importants. De la même façon, la gestion de projets, les capacités de négociation, l’animation d’un réseau avec les différents acteurs du système de soin et une bonne maîtrise des NTIC sont des compétences transverses qui seront de plus en plus recherchées.
  10. 10. 10 à propos des auteurs Sabrina Serpillon est Docteur en Pharmacologie et Physiologie Cardiovasculaire. Elle occupe actuellement le poste de Business Development Manager au sein de la startup KYOMED, spécialisée dans le secteur du diagnostic et des dispositifs médicaux. Yannick Plétan est Docteur en Médecine et MBA Graduate de Harvard. Il a occupé diverses fonctions au niveau des directions médicales au sein de différents laboratoires pharmaceutiques et occupe aujourd’hui le poste de Directeur Médical France pour le laboratoire Roche. Jean-Michel Joubert est Docteur en Médecine et diplômé de Sciences Politiques Paris. Il a occupé différentes fonctions dans les départements médicaux de plusieurs laboratoires pharma-ceutiques internationaux et est aujourd’hui Directeur Affaires Gouvernementales pour UCB France. Il est par ailleurs Président de l’Association des Médecins des Industries des Produits de Santé (AMIPS). laurence friteau est Docteur en Pharmacologie Moléculaire et Céllulaire. Elle a rejoint Kelly en 1998 pour développer la division scienfitique en France. Elle occupe actuellement le poste de Business Déceloppement sur les industries du Life Sciences.
  11. 11. EXIT à propos de Kelly scientifique Fort de son expérience depuis 1995 et de son implication au sein des associations professionnelles, Kelly Scientifique s’est imposé comme le leader international du conseil en recrutement de profils scientifiques. Doté d’un réseau de plus de 100 bureaux en Amérique du Nord, en Europe et dans la région Asie-Pacifique, Kelly Scientifique est présent en France à Paris, Lyon, Chartres, Lille et Strasbourg. Tous les consultants de Kelly Scientifique sont des scientifiques de formation et possèdent une expérience de plusieurs années dans le domaine. à propos de Kelly Kelly Services (NASDA Q : KELYA , KELYB ) est un des leaders mondiaux de Solutions en Ressources Humaines. Présent en France depuis 1972, Kelly propose de nombreuses prestations, du conseil en recrutement (CDI, CDD et missions temporaires) aux solutions en ressources humaines (assessment, sourcing, externalisation). Kelly dispose d’un réseau de plus de 60 bureaux en France. Kelly fait travailler chaque année plus de 555 000 personnes dans le monde et le chiffre d’affaires du groupe 2014 s’élèvait à 5,6 milliards de dollars US. successpartner.kellyservices.fr/life-sciences

×