Catalogue hivernales 2013

1 941 vues

Publié le

Publié dans : Design
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 941
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
70
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Catalogue hivernales 2013

  1. 1. 2013BONSECOURS
  2. 2. Du 19 janvier au 3 février 2013Commissaires d’exposition : Y. Neuville - C. Houques Graphisme : Pierre Magnin
  3. 3. Les années se suivent et se ressemblent puisque cest toujours avec un grand plaisir que je vous présente le catalogue des Hivernales. Une manifestation denvergure qui constitue un temps fort dans la vie culturelle de Bonsecours et au-delà. Un temps fort où sexprime lart qui ne connaît pas de frontières dans les représentations et les créations. Les procédés des artistes qui nous font lhonneur de présenter leurs œuvres se caractérisent par une grande diversité qui laisse place à des stylesriches de chefs-d’oeuvre, à des thématiques parfois surprenantes mais constituant toujours le reflet du talent, un talent qui est affairede corps et desprit. Et si chacun se fait une idée de lart cest parce que lart lui même déclenche subtilement limaginaire qui permetdinterpréter et de décrypter. Il est alors un langage muet qui accompagne pendant des jours, des semaines, voire des annéeslimagination et la contemplation.Cela, tout simplement parce quun artiste est libre et quil invite à en faire autant, cest-à-dire à couper les chaînes qui limitent lindividu.Lartiste fait alors de sa toile un miroir sur lequel tout devient possible, jusquaux rêves les plus ambitieux.Cette année encore, cest à ce voyage culturel que nous invitent les artistes auxquels jadresse mes plus chaleureux remerciements. Laurent GRELAUD Maire de Bonsecours Vice-président de la CREA
  4. 4. ACHER ALLANO ARRIETADe la source à l’image « Nu montant l’escalier ». Quel programme ! penseront certains… « Karem Arrieta est une artiste qui, après plusieurs annéesJ’ai plongé l’œil et la main Mais aux plus avertis ce titre rappellera sans doute celui d’une au Venezuela, et spécialement à Maracaibo, sa ville natale,Dans la lumière, dans la matière, œuvre célèbre de Marcel Duchamp, « Nu descendant un décide de s’établir en France où elle vit et travaille depuisFrotté mes pensées, à la Culture, escalier », qui fit scandale voici tout juste un siècle ! Ce n’est pas de nombreuses années. Elle s’est établie à Rouen depuisA ma Culture, à ma Nature, tant le sujet que son traitement qui déconcerta, la mécanique 2 ans maintenant.A mon humaine condition. du mouvement y étant traduite par un enchevêtrement de lignes, Suite à un long apprentissage dans différentes écoles et de plans, d’angles et de courbes décomposant-recomposant la académies d’art, elle garde avec une grande constance son « machinerie anatomique » de la femme…Voici ma démarche, mon horizon et mon combat. La découverte de ce tableau fut une révélation dans ma jeunesse intérêt pour la peinture. Peinture comme expression d’un Serge ACHER alphabet visuel dans lequel les éléments formels connus, de « peintre du mouvement » (de même que la production du grand frère Duchamp, Jacques Villon…), et je me promis de m’attaquer tels que la forme, la couleur, le dessin et la composition, un jour à ce sujet du nu se déplaçant dans l’escalier. Quelques répondent au plus approprié de la modalité. Sans stridence quarante années plus tard, c’est fait ! Et ce beau sujet n’a sans ni hurlement, elle parait s’obstiner à continuer dans la doute pas fini de m’inspirer… plus pure tradition de la bonne peinture, sans cesser Dans mes recherches actuelles, le mouvement est décomposé d’expérimenter et transgresser les recours plastiques en un grand nombre de séquences, et je m’efforce par là de dont elle fait usage. traduire un véritable « phénomène de persistance rétinienne » : Sa jeunesse, le fait de posséder déjà un langage plastique ce qui se produit quand l’œil, et le cerveau, sont tellement propre et la certitude de savoir ce qu’elle veut, lui donnent impressionnés par la vue du sujet la possibilité de suivre que l’image de celui-ci persiste sur sérieusement une vocation la rétine quelques instants après sa pour la peinture. » disparition du champ de vision. Belgica Rodriguez 39, impasse Marie De Beaumont Finalement, c’est peut-être plus un 2, rue de lEglise 27 allée Daniel Lavallée 76230 BOIS GUILLAUME hommage au « modèle » qu’un 27190 BEAUBRAY 76000 ROUEN Tél. : 02 35 89 71 28 hommage à Duchamp… Pardon Tél. : 09 63 20 06 56 Tél. : 06 82 33 33 28 E-mail : serge.acher@orange.fr Marcel ! E-mail : gerard.allano27@wanadoo.fr E-mail : arrieta@live.fr G. ALLANO
  5. 5. BOUCHER BRESSAN BRIETPas souvent à Paris, je ne fais pas de Salon, ET ALORS ?!! Carole Bressan est une artiste peintre française. AVIS DE PASSAGEC’est ici que je crée, c’est ici que je vis. A l’aurore de tous Elle vit et travaille en Ile de France et expose depuis 2004. Des épines de l’aube aux fientes du crépusculeles matins du monde tout recommence et rien n’est jamais " Un portulan (dans beaucoup de langues portolan), au XIVe Déroulez vos pas vides sous les yeux impavides des cieux !cependant comme avant, comme hier. A chacun de polir siècle ou plus tard, était une sorte de carte nautique servant Devis de jour ajourné,à sa manière sa pierre de la vie, de s’améliorer pour offrir essentiellement à repérer les ports et connaître les dangers qui Sans délai,au monde les plus beaux arcs en ciel de lumière, vivre tout pouvaient les entourer : courants, hauts-fonds... Des angles Gué, à ne pas trépasser…simplement, parler de son imaginaire. et des orientations précises permettaient de tenir le cap. Passeurs à toutes lueurs avides et pas sages,En conclusion je dirai que je ne pourrais pas vivre autre chose La carte de Tendre est la carte d’un pays imaginaire appelé amasseurs d’âge, lâchez, ménagez vos entrains !que cela. Déjà à l’âge de deux ans j’en avais décidé ainsi, « Tendre » On retrouve tracée, sous forme de villages et de Bulles des limbes déboulant jusqu’aux sombres éboulisje serai « dessinateur » disais-je à cette époque (je ne chemins, dans cette « représentation topographique et allé- du soir, mâchant l’ombre, libres boulets, marchez, déambulez !connaissais pas encore le terme d’artiste peintre). Petit à gorique », une sorte de géographie amoureuse, avec ses fleuves,petit les éléments de la vie m’ont porté vers cela et à vingt ses lacs, ses obstacles où passion et ressentiments se font une Lapez goulûment le lait de vos étoiles,ans, inéluctablement, je suis rentré en peinture comme tendre guerre. Détalez, galopezRimbaud en poésie. Quelques fois j’ai failli renoncer, tout Dans le travail soigné de Carole Bressan, portulan et carte de Avancez vers la lente pente des années,plaquer, mais les couleurs de chaque lendemain m’ont Tendre semblent s’accaparer la surface tendue : la géométrie vous laissant pantelants, haletants,dissuadé du contraire. Puis de fil en aiguille, le soleil est avec ses axes, ses droites, ses angles donne un cadre à aux portes de l’éther…entré dans la couleur et le trait s’est mis à parler de lui- l’expression spontanée des mouvements de couleur ou peut- même, à raconter l’humain, les être, est-ce l’inverse : ce sont Passagers du temps, locataires couleurs, ce sont des senti- les émotions colorées, les mou- d’espace, ments des femmes et des vements d’énergie qui viennent Roulez dans le roulis des nuits hommes de la rue. 103, route Nationale humaniser et dévier ces tracés Atelier à Vitry Sur Seine vos belles étincelles, 6 chemin des Angles L’art n’est pas un luxe, l’art est linéaires rigoureux nous balisant sous l’aile de l’ange qui vous 32700 LECTOURE 94200 IVRY SUR SEINE garde, 27930 SAINT GERMAIN DES ANGLES aux gens qui passent et qui des chemins tout au long de la Tél. : 05 62 68 57 45 Tél. : 06 61 41 42 59 Etalez, dépliez vos carcasses, Tél. : 06 09 38 64 64 regardent. vie. " A.M. BOUCHER Site : am.boucher.free.fr Jean-Claude Savi E-mail : carolebressan@gmail.com Prenez un passe pour l’éternité. E-mail : nathali.briet@sfr.fr Site : www.carole-bressan.com Eric Lemière
  6. 6. CAUDRON CHEVALLIER CHOUMILOFFFrancis Caudron votre œuvre est sincère, elle donne Jessaie toujours de faire ce que je ne sais pas faire cest ainsi Dominique Choumiloff fait siens les grands genres de lal’impression d’aller au bout de ce que vous avez en vous. que jespère apprendre à le faire. peinture. Longtemps fidèle aux Natures mortes, elle travailleVous explorez continuellement. Le mélange de culture que à présent le Paysage qu’elle traite de façon synthétique.vous nous proposez est un damier sur lequel chaque pavé L’artiste se plaît à découper l’espace en le divisant de lignesest imprégné d’un imaginaire puisé dans les cultures franches et contradictoires, ainsi que de juxtapositions, deancestrales. Il y a de l’émotion, de la spiritualité et surtout strates, par aplats colorés.beaucoup de simplicité dans ce que vous nous proposez. Le geste large, rapide, s’ouvre à de nouveaux horizons, quiLe peintre affirme sa fonction symbolique en réinventant ne sont autres que sa propre perception du monde paysagerla mythologie... qui l’entoure ; et si les incisions ou les effets de matière Michel Toulouzan sur la toile évoquent une certaine rudesse, c’est que la conservateur du Musée d’Harfleur nature n’en est pas exempte. Pourtant l’artiste parvient au final à apprivoiser sa vision en proposant au spectateur un équilibre des formes, résultat d’une âpre recherche. Le regardeur au premier coup d’oeil l’ignore encore, tout à l’émotion, il est serein ; puis il enfouit son regard dans les interstices des masses colorées, et réalise la profondeur de l’oeuvre. Jean Marc Léger 58 rue Alfred Duthil 56, rue Jean Jaurès 128, rue Hervé Leguillon 76160 DARNETAL 76410 SAINT AUBIN LES ELBEUF 14990 BERNIERES SUR MER Tél. : 02 35 70 50 29 Tél. : 02 35 81 37 71 Tél. : 02 31 97 29 74 E-mail : francis.caudron1233@orange.fr E-mail : dominique.choumiloff@wanadoo.fr Site : www.art.culture.france.com Site : www.dominique-choumiloff.fr
  7. 7. COLLIARD DA SILVA DEHAISLe valseur Inès da Silva confronte un outil de construction (la tuile) à la Il y a 2000 ans le pliage du papier était élevé au rang d’artAlain Colliard, le voyageur, l’humaniste, le coloriste, peinture, celle-ci révélant ainsi la géographie que le temps a au Japon où il a pris le nom d’Origami. Pourquoi ne pasl’architecte, quand on lit la biographie d’Alain les développé à son égard. Elle utilise la matérialité de la pierre essayer de l’appliquer à l’acier ? La transformation s’opèrequalificatifs ne manquent pas. Mais pour moi Alain est un pour explorer sa mémoire, révélant ainsi un ensemble de à partir d’une plaque ou tube d’acier : par pliage,valseur, en effet toute son œuvre est marquée par trois silhouettes qui font partie de l’histoire de l’artiste. Cette recherche éclatement, compression, déchirement jusqu’ à obtentiontemps. personnelle vient s’entremêler avec la recherche de la matière de la forme recherchée. De l’opposition du métal brutLe premier temps : le voyage. Chaque collection prend sa que ce soit sur les tuiles ou la toile. Chaque matière a sa et poli jaillissent alors puissance et énergie.genèse dans un voyage. Avec Colette son épouse, il va à propre histoire. L’artiste utilise ces médiums pour questionnerla rencontre d’un pays et de ses habitants, il communie avec le temps de chacun. Nous sommes tous traversés par des Travailler lacier est un moment extraordinaire où sans cesseeux. Mais il ne ramène que des croquis, il laisse son cœur rythmes différents qu’ils soient en nous ou autour de nous. les forces sont en lutte. Matthieu Blond En effet, malgré ma détermination daboutir à un projetmémoriser le reste. longuement pensé, lacier mimpose ses règles ; prend placeLe second temps : la création. C’est dans son atelier que alors une conversation intime avec le matériau.le peintre réunit son croquis et son âme pour composer son Il me faut donc trouver accord et équilibre.tableau. Jaime cette confrontation où je me donne pleinement avecLe troisième temps : vous ! Alain vous présente sa mes peines, mes joies et mes émotions.création, vous vivez le pays, la scène, les couleurs. Vous vous imprégnez de la spiritualité de l’œuvre... Mais le valseur vous laisse le 7 rue Eugène Lecoq 6 chemin des Millerus 5 rue de la Planche soin d’imaginer les caractères 76420 BIHOREL 78790 TILLY 94120 FONTENAY/BOIS et de dessiner les visages, ainsi vous communiez avec Tél. : 06 80 73 49 23 Tél. : 01 30 42 41 48 Tél. : 06 03 79 55 67 l’artiste. E-mail : alain.colliard@gmail.com E-mail : inesfkatchouk@gmail.com E-mail : thierrydehais@gmail.com Jean-Paul Rivière Site : colliard@colliard.com
  8. 8. DELACROIX DELARUE DEMAY"Lartiste en pleine possession de son art, emportée par "Les nuages se déchirèrent enfin. Au temps d’automne, feuilles rouilles roulottées de bouesa gestuelle, témoigne dune énergie créative qui apporte Une lune apparut...Cétait la lune jaune et solitaire, celle de gadoue on rêve d’anarchies colorées, de vagues hirsutesbeaucoup de vitalité à son œuvre. A l’évidence le traitement toujours. et luxuriantes pour ne rien savoir des froids frimas. Le gestede lespace résulte dune aptitude à sinspirer des ambiances La lune qui flottait en silence au-dessus des champs de s’affole et palpite au cœur de gemme et de tendresses lesavec une éloquence qui, véritablement, stimule la miscanthes, plus folles comme une mer qui déborde sur les sables decomposition. Chris Del retranscrit des significations qui laissait refléter sa blême silhouette arrondie à la surface la vie.émotionnelles en jouant sur les possibilités infinies de la étale des lacs, S. Demaycouleur pour interpréter avec poésie des variations subtiles." qui éclairait paisiblement les toits des maisons endormies. Thierry SZNYTKA La lune qui poussait la marée haute sur les rivages, de Art Actualités Magazine qui illuminait tendrement la fourrure des bêtes sauvages, qui veillait sur les voyageurs la nuit. La lune éternelle. Qui en phase de croissant aiguisé, rognait la peau de lâme. ...La vieille lune familière... La lune... avant même la mémoire humaine..." Haruki Murakami 5 Domaine du Lieupin - Le Bois Isambert 38 route de Pau 15 avenue Gaugé 76710 BOSC-GUERARD 64800 SAINT-ABIT 78220 VIROFLAY Tél. : 06 74 97 96 96 Tél. : 05 59 71 28 14 Tél. : 06 32 68 83 86 E-mail : christine.delacroix@wanadoo.fr E-mail : delarue.a@hotmail.fr E-mail : sylviedemay@hotmail.com Site : http://chrisdel.com Site : http://delarue.a.free.fr Site : http://www.sylviedemay.com
  9. 9. DE RIVAZ DERZOU DORÉPyle, Wyeth, Delano, Frazetta, Boris, Basil Gogo, Carlo Ma carrière de danseuse ayant été interrompue par un grave accident, HorizonsJacono et tant dautres… qui connaît leur nom ? cest à la sculpture que je dois, aujourdhui, dêtre debout. "Certaines journées commencent curieusement. On se lèveCes peintres américains, espagnols ou italiens quon Autodidacte, je suis en quête depuis des années, despace, de volume, la tête encore emplie dun rêve improbable, déjà enévacue sous le qualificatif "dillustrateurs" — une sous- de relief, je cherche et livre mes interrogations, mes observations, mes partie effacé. Le goût du vent sur les lèvres et la résonancecatégorie "dArtistes" — travaillaient pour laffiche de sentiments à travers la matière telle que le bois, la pierre, le cuivre, le dune musique ancienne pervertie par la distance…cinéma, le livre, le disque, et surtout pour les pulps, ces verre. Comme en enfance, les distances sont perçues commemagazines populaires dédiés au polar, à la SF, au Union et accord des matières entre elles, où le verre résiste à la absolues, gigantesques, engouffrantes mais paradoxalementfantastique, au western. Limage numérique, dans les puissance de la roche, la résine à celle du bois, le cuivre au verre, où tendres et intérieures. Un monde de formes fuyantes, deannées 80-90 a détrôné ces maîtres du crayon en les contrastes sassocient avec amour et respect pour un métissage, tel couleurs et dodeurs dans lequel la réflexion na plus sa placefournissant de nouveaux outils pour de nouveaux effets. celui qui mhabite et simpose à moi, en toute harmonie. et ne la jamais eu.Leur technique était néanmoins époustouflante. Elle le reste. Passionnée de sculpture en taille directe, doeuvres du moyen âge et Cétait bien avant, et tellement plus vaste !Dans mon adolescence, ils étaient une source de culture égyptienne, mes inspirations me poussent à manipuler, Peut-être, un jour, oser revenir vers ces terres profondes,démerveillement. Je renoue ici avec cette passion. assembler, mélanger, fusionner les volumes et les matières pour repré- subjugué, abandonner toute histoire personnelle, oublierPuis-je, un jour, leur arriver à la cheville. senter des bustes, des enlacements de corps, des animaux réels ou jusquà son propre nom. imaginaires. Jaime créer des vitraux, tout comme en faire de la copie, Se retrouver empli du vide de la plaine, à peine conscient ou les restaurer. Je réalise toutes restaurations dobjets dornement. de sa propre existence et plonger, enfin, sans aucune crainte Ouverture sur le monde et ses différentes facettes, dans lequel je vers un Réel impossible à décrire." ne cherche pas à dénoncer pour Daniel Goldschmidt bousculer, mais à montrer pour informer, pour mettre en « étendart » 1 rue de la Madeleine la beauté, lesthétisme, la diversité qui 41 bis quai de Loire 148 bd de la République 61300 LAIGLE nous entoure encore et que lon se doit 75019 PARIS 92210 SAINT CLOUD de conserver. Tél. : 02 33 24 38 33 Tél. : 06 65 70 88 97 Tél. : 01 47 71 07 27 La peinture et le vitrail sont aussi E-mail : oderivaz@wanadoo.fr E-mail : cmderzou@gmail.com E-mail : nathaliedore@wanadoo.fr présents dans ma vie artistique. Site : olivierderivaz.fr Site : www.artistescontemporains.org
  10. 10. DOUÉ DUBREUIL ESTI-LEVYFonction messagère du P’tikon. La peinture est pour moi un espace de liberté. Bâtie dans « Au bonheur de peindre aussi... Pas de douleur, en effet,Ce petit être allochtone asexué peut être considéré l’optimisme de mes origines Antillaises, habillée aujourd’hui pour nourrir l’œuvre d’Esti Levy, qui semble être d’abordcomme une sorte d’ange messager, dans le sens où des lumières de la métropole, mon inspiration teintée l’expression d’une ’’allégresse’’ car c’est le mot qu’ellel’emploie Michel Serres. d’humanisme, est en droite ligne issue de mes années soleil. emploie - d’une joie de vivre qu’elle semble vouloirEn investissant un lieu de sa présence terre à terre, il joue Heureuses, chaleureuses, rieuses, exubérantes, les couleurs communiquer avec la peinture. Le bonheur est ici - casle rôle de trait d’union social. sont pour moi de la joie de vivre en tube et si j’en use sans exceptionnel - mis en forme. Une leçon d’optimismeAvec son allure brute mais sympa, il entre en relation avec compter c’est pour exprimer, en reflets, mes envies de rêver. naturel et sans calcul.toutes sortes de gens, dans des milieux divers, artistiques En recherche constante de mes horizons idéaux, si le sable, Pierre Souchaudou non. le papier en collage, la peinture acrylique ou la peinture à l’huile (artension, extrait)Qu’il soit tout seul ou en groupe, porteur ou non d’une accompagnent mes prospections incertaines, ce ne sontpancarte, il agit comme un mot de passe, suscitant une que des moyens pour stimuler, activer et servir mes désirsinterrogation immédiate chez celle ou celui avec qui il croise créatifs.le regard. Jai vendu tous mes mots contre des couleurs, les plus vives,Les P’tikons sont des colporteurs de message, c’est une les plus belles, les plus chères. Inlassablement couche aprèsquestion d’emprosticité ! couche à la recherche de la fraction déquilibre où tout se tient ; fragilité des couleurs, gestuelle, traces de vie profonde stigmatisées dans la matière où j’ai jeté mes cris silencieux. Je les donne à ceux qui broient du noir et ne shabillent que de gris.... couleurs je suis, couleurs 10 rue Pasteur Baires je vis. 57 rue Principale 14 rue de lArmorique Patricia Dubreuil 10410 ST PARRES AUX TERTRES 27790 ROSAY SUR LIEURE 75015 PARIS Tél. : 01 39 27 04 29 Tél. : 06 85 86 54 71 Tél. : 01 43 27 34 56 E-mail : eric.doue@wanadoo.fr E-mail : patriciadubreuil.art@orange.fr E-mail : estilevycourier@hotmail.com Site : esti-levy.com
  11. 11. FÉRET FILLASTRE FLIECXFrançois Féret, né en 1942 à Petit-Quevilly, vit et travaille en La peinture est une porte ouverte sur des mondes différents. Fliecx montre ce quil y a de durable dans lémotion. SesNormandie. Ses oeuvres « sont porteuses dun univers Abstraction pure toujours à la recherche d’un équilibre toiles semblent issues de la terre, de la matière même dedemblée reconnaissable, sillonnées de champs de forces qui construit la terre, du sable, de leau. On pourra dire que sa syntaxetiennent autant dune sorte de géométrie asymétrique danslespace que dun appétit denfer pour le seul fait de vivre, ou Entre les vides et les pleins, les formes et les couleurs, est naturelle parce que ses constructions - très libres, ellespeindre, ce qui est du pareil au même. Monde extérieur où remodelé et retravaillé en larges aplats, échappent à toute analyse logique - sont évidentes, lisiblesFrançois Féret ne sempoisse jamais dans lanecdote, mais Mais aussi monde intérieur ou la sensibilité s’exprime ou discernables au niveau de lémotion, sans quecourt à lessentiel, et lon sent que sa main hésite peu, ou pas, En petites touches légères, fragments de souvenirs gris ou lintelligence nait à intervenir. Fliecx voit la peinture de haut :tout à la dictée dune urgence impérieuse. Abstraction ? Sans lumineux il vise lessentiel sans souci de "faire joli", même si certainesdoute mais, comment dire, furieusement concrète, de par leseul fait de la peinture en mouvement. A la fois, il y va Qui laissent leurs empreintes sur la toile encres révèlent une recherche plastique orientée dune C Fillastre manière différente. Dans lharmonie - ou la disharmonie -carrément dune ascèse, dun contrôle de soi, dans cestubulures ou entrailles comme mises à vif, où la courbe est des couleurs, Fliecx agit aussi : le dialogue entre la formesouvent traversée, transpercée, pas forcément mise à mal, mais et la couleur engage ainsi dautres émotions, toujoursdonnant parfaitement à penser à lunion brutale des contraires viscérales.par excellence, principes féminins et masculins, dans une On "sent" cette peinture sans avoir le moindre besoinespèce denchevêtrement spatial où le bleu du ciel estsouvent métallique et que du rouge, ici et là, ensanglante. de lexpliquer. On la subit telle quelle existe dans sonImpression dun assaut dordre sexuel sur le territoire du ta- trouble évident, dans les doutes quelle transporte depuisbleau et pourtant cela apparaît construit, prémédité. Quelque le fond de limaginaire jusquau réalisme de la toile chose d’un arpenteur qui peinte. Cette peinture engage le s’enverrait en l’air, dun timide, spectateur à fond : elle pèse la néanmoins bouillonnant, qui refait le monde à tout moment densité propre, la présence réelle du tableau et qui ainsi crée du 52 rue Grand Pont 1640 route des Andelys dun pouvoir dexpression incon- 26 rue des Murets neuf à tout coup. Devant la pein- 76000 ROUEN 76520 LA NEUVILLE CHANT DOISEL testable. En cela, elle constitue 76130 MONT SAINT AIGNAN ture de François Féret, on se dit lune des formes daction directe que la vieille dichotomie entre Tél. : 02 76 67 85 58 Tél. : 06 08 63 83 49 Tél. : 02 35 89 04 73 quon appelle lart... tripe et cerveau na plus lieu. » E-mail : franc.feret@gmail.com E-mail : p.fillastre@orange.fr Roger Balavoine E-mail : joel.fliecx@wanadoo.fr JEAN-PIERRE LEONARDINI Site : www.uapser.org Site : www.joel-fliecx.fr
  12. 12. FORTIER DE BUNCEY GARIN GRAYMon travail n’a pas pour ambition de plaire. Issues d’un vécu, Pascal Garin, artiste Français, est né en 1958 à Draguignan "Peindre est un aveu, une émotion sincère".mes sculptures sont le fruit d’une intégration des mondes (Var 83). Il est diplômé de la faculté dArts Plastiques de Paris1 Eprise de couleur, de mouvement, de rythme, de forme, dehumains et mécaniques. Leur dessin synthétique, tiré du La Sorbonne. Il vit et travaille à Saint Sulpice de Royan en France. matière, GRAY utilise toutes les techniques : collage, La peinture est sa première passion quil na plus jamais quittée.modèle vivant initial mais mêlé d’imaginaire est rapide, Artiste plasticien curieux de tout il explore de nombreux domaines marouflage, acrylique, huile, technique mixte, tout ce quispontané, voir inattendu. Pour reprendre Luis Porquet, tels : La peinture, la sculpture, la fresque, la gravure, la vidéo, la permet de sexprimer, de laisser une trace.critique d’art dans les affiches de Normandie : « Éric photographie, linfographie. Il pratique également lArt de la Depuis 14 ans elle sest lancé le défi de créer aussi desDe Buncey explore la dimension symbolique voire performance, crée des spectacles dArt numérique où il associe installations. le son et limage. Il organise plusieurs collectifs artistiques etmétaphysique ». expose depuis de nombreuses années, expositions personnelles Comme dans ses toiles, les formes nous guident vers des E. De Buncey ou de groupe, en France comme à létranger. bribes de réalité et des pans de rêves sensuels. Pascal Garin est avant tout un créateur, en trente ans de travail "Jai toujours été intéressée de travailler sur des volumes pictural sa peinture a toujours été résolument tournée vers importants". labstrait et le non figuratif. Son style, bien que toujours novateur, GRAY a donc logiquement varié en plusieurs époques. Lintention de lartiste est avant tout dordre iconographique et non iconologique. Même si il y a un message, parfois inconscient, cest avant tout la vision plastique et le ressenti de lartiste qui comptent. Ceci permet au spectateur la plus grande liberté dinterprétation tout en étant pénétré de lunivers dégagé et induit par loeuvre. Techniquement, la peinture acry- lique associée à divers médiums est la base des moyens plastiques mis en oeuvre. Elle est parfois 1 chemin de la Pertuisière utilisée en technique mixte avec de 1 chemin du Bosquet 17 rue de Saint Nazaire laquarelle, du pastel, des encres et 27580 BOURTH divers matériaux comme le bois, 17200 SAINT SULPICE DE ROYAN 44600 SAINT MARC Tél. : 06 34 29 97 24 le papier, le carton... Elle peut Tél. : 05 46 22 70 97 Tél. : 06 84 36 24 41 être aussi associée à dautres E-mail : efb.sculpture@free.fr productions tels la photographie, E-mail : pascalgarin@orange.fr E-mail : gray.rg@free.fr Site : www.ericdebuncey.com linfographie... Site : pascal-garin.over-blog.com
  13. 13. HALIE KEIP KOLODZIEJEXQUISE MELANCOLIE MA MÉTHODE DE TRAVAIL : J’ai décidé de mapproprier les ... Quant à ces sujets, ils traduisent la richesse de son mondeChaque tableau est un voyage dans la jeunesse éternelle structures de visuelles horizontales et verticales formées par intérieur et acquièrent du même coup une portée plusSituée quelque part dans les vieux villages de Paris. lécriture rythmique des partitions dans mes tableaux pour allégorique, voire symbolique.Le style narratif et structuré saventure jusquaux portes utiliser l’existence intrinsèque de cette ossature rythmique Derrière ses personnages réels ou imaginaires, on devinedun univers étrange, où dans un espace saturé de volumes, sur laquelle les masses de couleurs vont se poser telles limpatience dun être soucieux de son accomplissement.les Lignes nous guident vers des paysages intérieurs. l’harmonie des accords en musique sur le rythme . Sa peinture, plus énigmatique, prend une dimensionEntre bruns ardents et gris flegmatiques François Halie y spirituelle, illustrant la complexité des sentiments humains...décline une poésie aux couleurs intemporelles. L’articulation des silences sur les champs rythmiques cest Louis Porquet Jean Louis AVRIL louverture et la fermeture despaces à partir des masses (dite Univers Des Arts sonores). Elle draine dans leurs applications le temps, la « Ce nest pas moi qui peins, cest quelque chose au bout texture, et crée le mouvement, les tensions et détentes de la de ma main »... composition, Henri Rousseau Cela me permet de créer une vision élastique et délaborer les différentes étapes de ma propre écriture. Je minspire de lesthétique des masses harmoniques musicales et des mouvements de notes qui sur la partition décrivent déjà des formes très explicites sur la structure même de lidée musicale que je visualise avec ma technique de peintre. Alors que la musique n’est pas 23 rue de la Cure visible, sauf si on observe la 18 rue Henry Barbusse 285 rue Thiers 27320 MARCILLY LA CAMPAGNE partition où toutes ces formes 93410 VAUJOURS 27130 VERNEUIL SUR AVRE apparaissent, ces mêmes concep- Tél. : 06 12 66 14 13 Tél. : 06 15 99 84 19 Tél. : 06 78 02 89 20 tions d’ossatures apparaissent E-mail : francois.halie@live.fr E-mail : brunokeip@voila.fr E-mail : art@marthakolodziej.com en elle sous forme émotionnelle. Site : www.francois-halie.org Site : brunokeip.livegalerie.com Site : www.marthakolodziej.com
  14. 14. LAINÉ LANDTHALER LE GUILLYDevant le granit, le bois, lacier, être en état de réceptivité DEMARCHE D’UN CHASSEUR DE TÊTES, C’est la découverte de l’abstraction lyrique qui m’a révéléactive, saisir le moment où le matériau impose la particule, EN QUATRE ETAPES : un visage nouveau de la peinture. Elle exercera une influencele morceau essentiel qui deviendra lélément de base, 1. Recherche de matériaux naturels au hasard de mes errances : décisive sur ma propre démarche en ce sens que je n’aile départ dun travail à petits pas où le premier geste Des bois (résidus de coupes d’arbres, bois flottés, racines …) jamais oublié cette leçon de liberté et aujourd’hui, mesdéterminera, imposera volume après volume la suite des et des cailloux (galets volcaniques, galets de rivière ou de mer). œuvres portent encore l’empreinte héritée de ces aînés. Leévènements... 2. Appariement: Le jeu consiste à trouver l’union harmonieuse trait emporte avec lui la couleur comme véhicule des en exploitant les formes, jeu de construction pour marier les sentiments où se fondent des accords complexes riches deMon travail aujourdhui est une expression directe, mondes minéral, végétal, et parfois animal ; ainsi une histoire musicalité.spontanée qui ne passe pas par le cheminement des se construit, guidée par le dessin, l’écriture ; la réflexion porteesquisses et autres phases en plâtre ou en terre. Jaborde aussi sur l’adjonction d’autres matières (acier, mortier coloré,la matière déjà chargée de particularités essentielles débris de plages, limaille de fonte oxydée, corde, cire à cacheter,(volume, le graphisme laissé par les coups dhermi- verre, os …). Quoi qu’il en soit ce sont les matériaux quinette...). La sculpture est déjà commencée, mais il faut agir, décident du sujet, mais presque toujours sur le thème de lapercer une ouverture, voilà que simpose, sans penser, le figure humaine (car c’est l’humain qui m’intéresse, avec lesdevenir de loeuvre. grandes questions qu’il pose, et qu’il se pose).A chaque volule, après chaque action, la même question : 3. Réalisation : Epuration des matériaux, sculpture, taille dus’arrêter ou continuer. métal, soudure, assemblage, finitions (ponçage, teintures, Patrick Laine peintures, patines, vernis, cires…) ; parfois un texte explicitera la démarche créative, de préférence 36 chemin de Duquesne avec humour ; il est impératif de ne 8 Square de la Pie 17 rue de lAcqueduc 76940 LA MAILLERAYE SUR SEINE pas se prendre au sérieux, surtout 76240 BONSECOURS 27930 LE VIEIL EVREUX quand le sujet est grave. Tél. : 02 35 37 12 39 Tél. : 02 35 80 06 86 Tél. : 06 78 26 35 14 4. Exposition… Sachant qu’en E-mail : gilbert.landthaler@orange.fr E-mail : pictural27@orange.fr exposant on s’expose !
  15. 15. LEBOUTEILLER LEGOY LETULLENous pénétrons dans un univers dun érotisme sulfureux Ni abstraite, ni figurative, la peinture de Janou LEGOY réalise De tous temps, le bestiaire et le portrait ont superbementet parfois inquiétant. une brillante synthèse, éliminant l’anecdote pour aboutir à ces inspiré les artistes, et les peintres en particulier, telle laOn peut difficilement se montrer plus original dans la jeux très subtils de formes et de couleurs avec la lumière. Sa Havraise Nathalie LETULLE qui saffirme ainsi avec desfaçon de traduire et dinterpréter les visions jaillies du peinture est mouvement. On sent une artiste en quête perpétuelle peintures puissantes et dynamiques issues de son pinceausommeil ou des rêves éveillés. de perfection dans des compositions d’une impeccable rigueur, franc dont les larges touches et les valeurs chromatiquesJérémy paraît explorer les arcanes de la transgénèse... mais jamais froide grâce à un talent époustouflant de coloriste. des compositions forment un ensemble remarquablement Luis Porquet. Dans sa recherche de l’essentiel, Janou LEGOY ne conserve séduisant où certains détails sont à la fois surprenants que lignes, volumes, rythmes dans une peinture nerveuse et convaincants tant lexpression animale ou humaine estMinspirer et cultiver mes rêves et visions pour les et pour tout dire racée qui à la limite de l’abstraction sait assujettie à la volonté, à la découverte et au talent duneinterpréter dans lexactitude la plus parfaite ou pour y merveilleusement mêler la géométrie au lyrisme. artiste sans concession et dune force de conviction peuajouter mes émotions au fur et à mesure que ce bout de banale et même imaginative pour certaines oeuvres. Ellebois poilu trace des formes sur la toile... déconcerte Nathalie LETULLE : en plus de son bestiaire, elle Jérémy Lebouteiller. capture aussi la nature, lêtre humain, le sportif, le militaire... et dun aspect neutre, incisif, son regard déclenche la particularité essentielle de son talent et métamorphose le motif en compositions étonnantes de vitalité, parfois inquiétantes ou cruelles par le brio dune peinture sans compromis qui déclenche toujours lintérêt et la singu- larité en formats souvent 193 allée des Saules 2 impasse du Bac imposants et dautant plus 12 rue du Docteur Fauvel 76530 LA BOUILLE 27380 AMFREVILLE SOUS LES MONTS impressionnants. 76600 LE HAVRE André RUELLAN, Tél. : 06 20 84 45 15 Tél. : 02 32 49 05 32 critique dart Tél. : 06 11 16 76 42 E-mail : peinture@nathalie-letulle.fr Site : http://www.nathalie-letulle.fr
  16. 16. MALLARD MALLET MARCHESINI-ARNALCette voûte céleste sous laquelle nous errons, je la Expérimenter les différentes formes (contours, surfaces, Un peuple insolite : de longs corps d’humains vieillissants,compare à une lanterne magique dont le soleil est la lampe. épaisseurs) que peut prendre un fluide variable à base de décharnés et effilés, transpercés de part en part, seEt le monde est le rideau où passent nos images. peinture à lhuile sur une toile posée à même le sol. dressent, dérangeants, inquiétants, poétiques et Omar Khayam touchants tout à la fois, parfois même drôles… Une peau Composer avec tous les possibles résultant de la mécanique ridée, torturée, presque momifiée, une peau à l’image de Robaiyat, ou Quatrains / Omar Ibn Ibrahim El Khayyâm des fluides et des forces en présence (gravité, inertie, la vie : rien n’y est lisse. (vers 1050-vers 1123) pression, tension superficielle, viscosité) pour parvenir au résultat recherché. Mon peuple porte en lui les blessures de l’âme, mes blessures. Peindre à la rencontre de deux infinis : le corporel et le Pascale MARCHESINI-ARNAL spirituel. Pouvoir inscrire la volonté dans le hasard et trouver lordre dans le chaos. Le monochrome noir et lencaustique à la cire dabeille permettent à la lumière naturelle ou artificielle de révéler les mystères et la beauté des lois de la nature. 5 rue de la Mare 5 rue dHarcourt 8 place François Quesnay 76240 BONSECOURS 76000 ROUEN 78490 MÉRÉ Tél. : 06 82 39 16 70 Tél. : 06 20 32 87 05 Tél. : 06 22 46 00 35 E-mail : mallard.jean-paul@neuf.fr E-mail : mallet.fab@numericable.fr E-mail : arnal.marchesini@wanadoo.fr Site : mallard.over-blog.com Site : www.malletfabien.fr Site : www.marchesini-arnal.com
  17. 17. MATHIEU MELANE MONTOYAAux côtés des Artistes de la création dite contemporaine, « Mon corps n’est pas seulement un perçu parmi les perçus, il est Etant peintre et sculpteur, la découverte du matériau « verre »témoins de leur époque, dénonciateurs de ses drames et mesurant de tous ». Lutte des corps qui émergent de cette matière, m’a permis de réunir les deux disciplines.dérives qui par leurs œuvres parviennent à choquer, il en mon travail exprime le besoin pour moi de me confronter physiquement Le verre étant une matière sculpturale complète, celui-ci à la toile, de le ressentir. Les inscriptions, les déchirures, les collages,est dautres, dont je fais partie, tout aussi témoins, tout aussi les cicatrices, les coutures, sous-tendent la notion de surface permet une création dans laquelle la lumière irradie lesen colère mais non en désespérance, en quête constante pulsionnelle, la toile comme surface d’inscription des sensations, couleurs et accompagne le rythme de la composition.d’harmonie, de rêve et d’apaisement. Le monde n’est comme relais, lieu où l’on accède à son propre corps dans l’acte L’abstraction existant dans la nature est le point de départpas que laideur... et l’on se doit d’envisager et de construire plastique, où l’on se réapproprie, où l’on se mesure, où l’on recompose de chaque nouvelle création.l’avenir avec optimisme. par l’intermédiaire des sensations chaque parcelle de son corps après Claire MONTOYAL’Art Abstrait évolue avec la société. Ma crainte est que s’être abandonné, oublié dans un instant très court, où l’on glisse comme le disait Willem De Kooning. N’est-ce pas là, la véritablesa représentation devienne purement virtuelle, l’ordinateur respiration ?prenant le pouvoir. Selon mon sentiment, notre société en Du corps féminin, du fragment et de la déchirure, mon travail avance.perte de repères va devoir retrouver des fondamentaux. Pour Les axes sont multiples mais se recoupent. Toujours en recherche,moi rien ne remplacera jamais toiles et pinceaux afin non peut être pas encore reliés, mais justement, le cordon, le nœudseulement de donner à voir mais aussi à toucher et à m’interpellent. Cordon ombilical qui, en bambara représente lasentir en direct. La science repousse en permanence nos racine par laquelle l’être humain en gestation est relié à la Terre- Mère (la Terre-Mère, la matrice sont mes points de départ il y a presquelimites. Maintenant nous arrivons a capturer les images 14 ans). Nœud, fil, chemin, spirale, le nœud d’Isis chez lesdu cerveau. Allons-nous nous restreindre aux formes égyptiens signe de vie. Il faut couper le cordon, il faut se séparer pour engendrées et retenues par les se structurer, la coupure chez Osiris machines capables d’explorer pour renaître ou chez Méduse, on est notre cerveau ? jamais loin de l’idée de fragment. 14 rue des Pavillons Mes peintures s’orientent vers de 8 bd Isambard 25 rue du Moulin nouveaux fragments, les mains. 92800 PUTEAUX Les mains qui se rencontrent, se 27200 VERNON 27320 COURDEMANCHE Tél. : 01 47 74 85 99 nouent, s’affrontent, racontent le Tél. : 06 87 10 09 96 Tél. : 06 19 62 31 68 E-mail : chantal.mathieu@live.fr corps et les corps, les émotions, les E-mail : melanethibout@gmail.com E-mail : claire.montoya@free.fr rapports humains. Melane Site : www.arthib.net Site : http://claire.montoya.free.fr
  18. 18. MOTTE NAZE NEUVILLE... Laurent Motte enrichit son travail de jour en jour. Ma démarche artistique s’inscrit comme un carnet de voyage Son atelier, lieu d’incertitudes et d’errances, est à Evreux.Ses compositions se renouvellent sans renier le terreau dont dans un univers parallèle à la réalité, avec la liberté comme Neuville est un peintre non figuratif. Ses peintures sontelles sont issues. principale motivation. célestes, vastes. Des énergies puissantes, évanescentes,Motte est lié à la terre. Ce nest pas quun simple jeu de répétitives, néanmoins délicates et sensibles, y circulent enmots. un mouvement perpétuel.Il aime la végétation, les offrandes nourricières, les fruits « Il y a de la magie dans le pouvoir de ces étirages sanssi délectables. limite, de ces volutes en bulles éclatées, de ces aspirationsLa facture est contemporaine, mais la patine, la nostalgie irrégulières comme des respirations dyspnéiques. Celle d’uneenvahissent fréquemment le sujet, le plonge dans une unité cosmique aux effets ionisants, vitalisant une unitéambiance souvent énigmatique. originelle. La peinture de Neuville est véritablement une Journal dElbeuf - Luis PORQUET peinture des origines, enveloppée dans une aura de douceur avec des bleus délicats et des gris moelleux de ciel normand. Jamais triste, jamais violente. Il n’empêche que le courant est irrésistible et nous entraîne, dans un remous ensorceleur, vers un ailleurs. » (Alexandre Vernon, extrait) 296 rue Marie Samson 10 rue Félix-Faure 59 rue Saint Thomas 76320 SAINT PIERRE LES ELBEUF 76560 DOUDEVILLE 27000 EVREUX Tél. : 06 51 01 45 65 Tél. : 02 35 96 50 32 Tél. : 06 82 77 72 82 E-mail : motte.laurent@free.fr E-mail : contact@michelnaze.com E-mail : neuville@pictura.org Site : www.michelnaze.com Site : www.pictura.org

×