Français: Dr. Vett Lloyd

70 vues

Publié le

Les opinions exprimées dans ces exposés sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement les points de vue du gouvernement du Canada. Les exposés sont diffusés dans leur format original, tel que nous les avons reçus des présentateurs.

Les exposés présentés lors de la Conférence en vue d’élaborer un cadre fédéral relatif à la maladie de Lyme sont la propriété de l’auteur, à moins d’indication contraire. Si vous faites référence au travail de l’auteur, vous devez nommer l’auteur et le titre de son exposé, ainsi que le lieu et la date de l’exposé.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec le secrétariat de la Conférence sur la maladie de Lyme à l’adresse maladie_lyme_disease@phac-aspc.gc.ca

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
70
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Français: Dr. Vett Lloyd

  1. 1. Comparaison des résultats et des prévisions des différentes approches de surveillance de la borréliose de Lyme Étude de cas sur la séroprévalence chez le chien au Nouveau-Brunswick Vett Lloyd, Ph. D. Université Mount Allison
  2. 2. Divulgation du corps professoral/du présentateur • Membre du corps professoral : Vett Lloyd • Liens avec des intérêts commerciaux : – Subventions/Aide à la recherche : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) – Bureau des conférenciers/Honoraires : Niveau universitaire seulement – Honoraires d’expert-conseil : Aucun – Autre : Employé de l’Université Mount Allison
  3. 3. Divulgation du financement commercial • Ce programme a reçu un soutien financier du CRSNG sous la forme de subvention à la découverte, subvention Mitacs. • Possibilité de conflits d’intérêts : • Aucune
  4. 4. Atténuation du risque de partialité • Le CRSNG ne dicte ni ne prescrit aucun résultat de recherche.
  5. 5. Contenu : 1.Différentes approches de surveillance et rôle des études sur la séroprévalence chez le chien 2.Séroprévalence chez le chien au Nouveau-Brunswick . Surveillance of ticks in New Brunswick, 2012-1015. Julie Lewis, Vett Lloyd. Inédit. Lyme disease risk in Dogs in New Brunswick Natalie K. Bjurman1, Gina Bradet2, Vett K. Lloyd1,3 CVJ. Sous presse.
  6. 6. Surveillance des tiques et des maladies transmises par les tiques 3 novembre 2014 Surveillance active des tiques Séroprévalence chez le chien Surveillance passive des tiques Signalements de cas chez l’humain Forte densité de main-d’œuvre et coûteux Document de caractère peu confidentiel Utilisation répandue aux États-Unis, en Europe et en Asie Utilisation limitée au Canada Particulièrement utile dans les zones où le risque est émergent Sous-déclaration
  7. 7. http://www.express.co.uk/news/nature/ 439432/Mystery-of-killer-canine- disease-spreading-from-the-New-Forest Pourquoi la méthode fonctionne-t-elle? http://www.dog-care- knowledge.com/dog-tick- removal.html http://www.wellcomeimageawards.org/2014/ti ck-sucking-blood-from-human-leg Les humains et les chiens obtiennent la maladie de Lyme de la même manière
  8. 8. Avantages – Ces renseignements sont systématiquement recueillis par les cliniques vétérinaires à l’aide de méthodes normalisées et validées. Comme ils sont librement accessibles en ligne, ces renseignements sont importants sur le plan de la sensibilisation du public et de l’éducation. Relevé des maladies chez les animaux de compagnie – IDEXX http://www.petdiseasereport.com/content/prev map.aspx?currentprev=LS
  9. 9. Le Nouveau-Brunswick à titre d’étude de cas sur l’utilisation de la séroprévalence chez le chien comme facteur de prédiction du risque de la maladie de Lyme chez l’humain
  10. 10. Pourquoi le New-Brunswick? Leiske, D et V. Lloyd – En cours d’examen Surveillance of ticks in New Brunswick, 2012-1015. Julie Lewis, Vett Lloyd. Inédit.
  11. 11. Pourquoi • Les chiens vivent avec les humains • Réponse immunitaire solide • Lorsqu’ils sont atteints, les chiens présentent des manifestations cliniques semblables (symptômes), c.-à-d. arthrite, boiterie et maladies neurologiques • Infection détectée au moyen de trousses commerciales Méthodologie nutrasilver.com Comment • Recrutement des cliniques vétérinaires • 100 échantillons sanguins canins pour chacun des sept districts de santé du Nouveau-Brunswick • Examen de 699 échantillons à l’aide de l’épreuve IDEXX Snap4Dx+C6 ELISA et de l’épreuve immunoblot • Corrélation des facteurs de risque Borrelia infection (Lyme disease risk) in Dogs in New Brunswick Natalie K. Bjurman1, Gina Bradet2, Vett K. Lloyd1,3
  12. 12. Résultats Augmentation rapide récente de la séropositivité chez le chien (multiplication par six en six ans) En général, les résultats de l’analyse par Transfert Western correspondaient à ceux de l’analyse ELISA C6, mais les deux essais présentaient des faux positifs et peut-être des faux négatifs. Il n’existe aucun algorithme accepté pour l’interprétation des analyses Transfert Western, et les résultats positifs/négatifs variaient en fonction des algorithmes.
  13. 13. Que cela signifie-t-il pour les humains? 6 475 humains atteints de la maladie de Lyme Service de santé publique du Nouveau-Brunswick 5 Rapport de 1:6 des infections humaines:canines
  14. 14. Approche de réévaluation X X = x x x xx x x x Proportion de tiques infectées (I) Proportion de tiques engorgées chez l’humain (F) Nombre de morsures de tiques (T) Nombre d’humains infectés
  15. 15. X X = x x x xx x x x Proportion de tiques infectées (I) Proportion de tiques engorgées chez l’humain (F) Nombre de morsures de tiques (T) Nombre chiens infectés
  16. 16. Proportion de tiques infectées – I I = 0,123 (LNM – valeur faible = 0,068; valeur élevée = 0,159) Ogden et coll. 2006 Dibernardo et coll. 2014 Lewis et Lloyd (en préparation) 1990-2003 2012 2014 151 364 536 15,9 % 6,8 % 12,3 % Année Nombre d’analyses % d’infections
  17. 17. Proportion de tiques gorgées – F F = 0,614 /0,08 (humains) ou 0,974/0,60 (chiens) Taille des tiques par rapport au moment de l’alimentation 72 h 0-24 h 19 1-2 jours 1 2-3 jours 3 Plus de 3 jours 2 0-24 h 25 1-2 jours 18 2-3 jours 97 Plus de 3 jours 208 Humains Chiens 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 0 2 4 6 8 10 BL/SLratio BW/SW ratio NB 2014 ticks Literature
  18. 18. x x x xx x x x Nombre de morsures de tiques – T 2014 – 111 677 chiens au Nouveau-Brunswick 6 700 (6 %) cas de séropositivité liés à la bactérie Borrelia Ipsos-Forward Research pour le compte de l’Institut canadien de la santé animale (http://www.cahi-icsa.ca/francais/companion- animal-health/) et Statistique Canada Pour atteindre 6 700 cas de séropositivé liés à la bactérie Borrelia chez le chien avec un taux d’infection des tiques de 12,3 % et 60 % de tiques engorgées plus de trois jours, on estime qu’il faut 90 786 morsures de tiques. Rajustements : La moyenne est de 1,33 tique/chien (donc un nombre plus élevé de morsures de tiques). Toutes les tiques n’ont pas été prélevées par les propriétaires de chiens (donc un nombre plus élevé de morsures de tiques). Comme le taux d’infection des tiques peut correspondre à l’infection contractée à partir de l’hôte, le taux d’infection réel pourrait atteindre 11,56 % (donc un nombre plus élevé de morsures de tiques). Partie 1. Chiens
  19. 19. Partie 2. Extrapolation aux humains du nombre de morsures de tiques chez le chien : Nombre de morsures de tiques – T Dans quelle mesure une tique préfère-t-elle un chien à un humain? On peut évaluer cette valeur à partir des taux de réponse recensés à partir des programmes de surveillance passive ou de la documentation. http://www.feathersandfleece.com/gpage13.htmlfgfr Tiques chez les humains au N.-B. Tiques chez les chiens au N.-B. Dibernardo et coll. (2014) 123 187 Lewis et Lloyd (en préparation) 25 429 148 616 19,4 % de tiques chez l’humain par rapport au chien Lindenmeyer et coll., 1991 : rapport des tiques humain:chien de 1:6 (14,3 %) Cela nous permet d’obtenir une estimation de 19,4 % x 90 786 morsures de tiques chez le chien = 17 612 morsures de tiques chez l’humain (T).
  20. 20. Que cela signifie-t-il pour les humains? Lindenmeyer et coll., 1991 6 475 humains atteints de la maladie de Lyme 5 Service de santé publique du Nouveau-Brunswick LB = I x F x T(h) Multiplié par le taux d’infection (I) de 12,3 % et la probabilité d’une tique engorgée plus de trois jours sur un humain (F), 8 % 173 infections humaines prévues au Nouveau- Brunswick en 2014
  21. 21. Écarts : Dépistage au moment de la morsure de tique Diagnostic de la maladie de Lyme non pris en compte Sous-déclaration Analyse en une étape par rapport à deux étapes Sensibilité de l’analyse Persistance de la séropositivité chez le chien Remarques techniques IDEXX
  22. 22. Conclusions La surveillance de la séropositivité chez le chien constitue un complément efficace aux approches en matière de surveillance des tiques. • Peu coûteuse (déjà réalisée) • Méthodes normalisées • Infrastructure nationale en place • Application directe à l’humain • Peu dépendante des problèmes liés au caractère endémique de la tique

×