BILAN	
  SYNTHÉTIQUE	
  DE	
  LA	
  DÉMARCHE	
  ECO-­‐RESPONSABLE	
  
	
  
	
  
UNE	
  DÉMARCHE	
  ECO-­‐RESPONSAB...
 
1.	
  DES	
  ACTIONS	
  CONCRETES	
  
	
  
Un	
  pass	
  transport,	
  pour	
  se	
  déplacer	
  en	
  toute	
  liberté	...
 

	
  
A	
  titre	
  d’exemple,	
  Aremacs	
  a	
  constaté	
  qu’en	
  moyenne	
  pour	
  un	
  visiteur	
  à	
  l’un	
 ...
 

	
  
	
  
2.	
  QUELQUES	
  EXEMPLES	
  DE	
  PROJETS	
  ECO-­‐RESPONSABLES	
  
	
  
ZOOM	
  SUR	
  L’OUVERTURE	
  A	
 ...
 

	
  
ZOOM	
  SUR	
  LE	
  GR®2013	
  
	
  

Une	
  démarche	
  participative	
  au	
  cœur	
  du	
  projet	
  
La	
  co...
 

	
  
3.	
  ET	
  SI	
  ON	
  RECOMMENÇAIT,	
  RETOUR	
  D’EXPÉRIENCE	
  ET	
  ANALYSE	
  DE	
  LA	
  DÉMARCHE	
  MP2013...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mp2013 démarche dd - bilan

680 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
680
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
70
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mp2013 démarche dd - bilan

  1. 1.     BILAN  SYNTHÉTIQUE  DE  LA  DÉMARCHE  ECO-­‐RESPONSABLE       UNE  DÉMARCHE  ECO-­‐RESPONSABLE,  POURQUOI  ?   L’organisation   d’une   Capitale   Européenne   de   la   Culture   est   un   évènement   unique   pour   un   territoire.   Catalyseur   du   développement   de   la   filière   culturelle,   cette   année   capitale   pour   Marseille-­‐Provence   a   également   été   l’occasion   d’inscrire   le   travail   de   l’association   Marseille-­‐Provence   2013   (MP2013)   dans   une   démarche   éco-­‐responsable.   Si   l’organisation   de   plus   de   900   évènements   et   projets   ainsi   que   la   venue   de   plusieurs   millions   de   visiteurs   sont   une   source  de  retombées  économiques,  sociétales  et  culturelles  pour  le  territoire,  il  s’agit  aussi  d’activités  générant  des   impacts   sur   l’environnement  :   émissions   de   CO2   liées   au   transport,   production   de   déchets,   consommation   de   ressource  naturelle  et  de  matériaux,  consommation  d’énergie,  etc.   Fort  de  ces  constats  MP2013  a  souhaité  structurer   une  stratégie  éco-­‐responsable  visant  à  optimiser  les  impacts  environnementaux  tout  en  favorisant  l’appropriation  des   enjeux  de  développement  durable  par  les  acteurs  de  la  filière  culturelle  du  territoire.       UNE  DÉMARCHE  ECO-­‐RESPONSABLE,  COMMENT  ?   De   manière   à   mettre   l’énergie   au   bon   endroit,   c'est-­‐à-­‐dire   sur   les   projets   ayant   des   impacts   les   plus   significatifs   et   pour  lesquels  des  actions  peuvent  induire  un  maximum  de  gains  environnementaux,  MP2013  a  souhaité  travailler  en   priorité  les  grands  projets  en  production  directe  (liste  des  projets  en  annexe)  à  travers  les  3  objectifs  suivants  :   1. Optimiser  les  impacts  associés  à  la  production  de  déchets  et  aux  déplacements.   2. Mettre  en  place  des  actions  exemplaires  sur  les  grands  projets  en  production  directe.   3. Mobiliser  les  structures  du  territoire  pour  pérenniser  les  démarches  éco-­‐responsables.     La   coordination   de   la   démarche   éco-­‐responsable   a   été   gérée   par   la   Direction   de   Marseille-­‐Provence   2013   et   par   un   bureau  d’études  spécialisé  dans  le  développement  durable  des  secteurs  culturels  et  évènementiels  :  Atemia.       Parce  qu’une  démarche  éco-­‐responsable  réussie  est  une  démarche  partagée,  MP2013  s’est  également  entourée  d’un   comité  de  pilotage  pour  suivre  et  coordonner  la  stratégie  et  le  plan  d’action  environnemental.  Ce  comité  de  pilotage   est  composé  des  structures  suivantes  :     • Région  Provence-­‐Alpes-­‐Côte  d'Azur  ;   • Département  des  Bouches-­‐du-­‐Rhône     • Marseille-­‐Provence  Métropole  ;   • Ville  de  Marseille  ;   • ADEME  ;   • Plateforme  aér.     La  mise  en  place  de  ce  comité  de  pilotage  est  un  atout  indéniable  dans  l’élaboration  de  la  stratégie  éco-­‐responsable   puisqu’il  permet  de  :       1. Faciliter  les  échanges  d’expérience  entre  les  institutions.     2. D’identifier   précisément   les   actions   des   collectivités   locales   en   matière   de   développement   durable   et   ainsi   d’envisager  des  synergies.       3. D’assurer  un  relai  avec  les  services  des  collectivités  locales  notamment  sur  les  aspects  logistiques  tels  que  le   transport  et  les  déchets.     4. Pérenniser  la  démarche  éco-­‐responsable  dans  le  cadre  de  politique  culturelle  du  territoire.       De  plus,  MP2013  a  pu  bénéficier  pour  la  mise  en  oeuvre  de  cette  démarche  de  deux  apports  en  subvention  du  Conseil   Régional  :   -­‐ 20  000  €  pour  la  mise  en  place  d’une  Assistance  à  Maîtrise  d’Ouvrage  ;   -­‐ 45  000  €  pour  la  mise  en  place  du  dispositif  éco-­‐responsable.       MARSEILLE-­‐PROVENCE  2013  /  DÉMARCHE  ÉCO-­‐RESPONSABLE         1  
  2. 2.   1.  DES  ACTIONS  CONCRETES     Un  pass  transport,  pour  se  déplacer  en  toute  liberté   De  manière  à  proposer  aux  visiteurs  de  la  capitale  un  moyen  d’accès  simple,  rapide  et  efficace  aux  différents  réseaux   de  transport  en  commun  du  territoire,  les  Autorités  Organisatrices  de  Transports  (AOT)  des  Bouches-­‐du-­‐Rhône  se  sont   associées  afin  de  mettre  à  disposition  du  public  le  Pass  Transport  MP2013  (support  billettique  mutualisé  permettant   d’accéder  à  l’ensemble  des  réseaux  de  transport  en  commun).  Près  de  11  129  Pass  Transport  ont  été  commercialisés   en  2013,  dont  6  447  avec  TER  et  4  682  sans  TER.     Le  dispositif  «  grand  évènement  »,  pour  une  plus  grande  fluidité  des  transports  en  commun   De  manière  à  anticiper  les  enjeux  de  circulation  et  à  proposer  une  alternative  à  la  voiture,  les  Autorités  Organisatrices   des   Transports   (AOT)   sur   le   territoire   ont   mis   en   œuvre   un   dispositif   exceptionnel   pour   les   principaux   évènements   organisés   pendant   l’année   capitale   (Ouverture,   Entre   Flammes   et   Flots,   Transhumance,   Fête   de   la   Musique,   14   juillet,   Carnaval).  Ce  dispositif  est  structuré  autour  des  points  suivants  :   -­‐ Renfort  des  fréquences  des  principales  lignes  (métro,  tram,  bus)  desservant  la  manifestation.   -­‐ Élargissement  des  horaires  des  principales  lignes  (métro,  tram,  bus)  desservant  la  manifestation.   -­‐ Extension  de  certaines  lignes  de  bus  pour  améliorer  la  desserte  de  la  manifestation.   -­‐ Mise  en  place  de  parking-­‐relais  associé  à  un  service  de  navette.     Les   AOT   estiment   que   près   de   880   000   de   visiteurs   ont   utilisé   les   transports   publics   disponibles.   Ces   trajets   représentent   près   de   11,2   millions   de   km   parcourus   en   transport   en   commun   soit   300   fois   le   tour   de   la   Terre.   Le   dispositif   transport   a   permis   d’éviter   les   émissions   de   plus   de   2   000   tonnes   de   CO2   évitées*   soit   l’équivalent   des   émissions  de  200  français  pendant  1  an.  *ordre  de  grandeur  basé  sur  des  hypothèses  de  calculs  disponibles  en  annexe.   Chiffres  Car13  :  nombre  de  voyages  effectués  pour  les  évènements  MP2013   Ouverture  :  14  683  ;   Carabosse  :  4  836  ;   TransHumance  à  Marseille  :  7932.     Une  plateforme  de  covoiturage,  pour  réduire  le  nombre  de  véhicules  sur  les  évènements   En  partenariat  avec  l’auto-­‐club  d’Aix-­‐en-­‐Provence,  MP2013  a  mis  en  place  une  plateforme  de  covoiturage  dédiée  aux   différents  projets  de  MP2013  :  www.covoiturage-­‐mp2013.fr.  Cette  plateforme  accessible  depuis  le  site  institutionnel   de  MP2013  et  depuis  les  différents  moteurs  de  recherche  est  disponible  pour  tous  les  projets  de  la  capitale.  Il  a  été   constaté  une  très  faible  utilisation  de  cette  plateforme.  Seulement  10  à  20  utilisations  mensuelles.     Des  parkings  à  vélo,  pour  inciter  la  mobilité  douce   MP2013   a   mis   en   place,   sur   une   dizaine   d’évènements,   des   parkings-­‐vélo   spécifiques.   Gérés   par   l’équipe   logistique   de   chaque  projet  ou  par  le  collectif  Vélo  en  Ville,  ces  parkings-­‐vélo  sont  construits  avec  des  barrières  Vauban  et  annoncés   via  une  signalétique  spécifique.  Ce  dispositif  a  permis  d’accueillir  près  de  1  000  cyclistes.     La  prévention  des  déchets,  pour  réduire  en  amont   Le  «  meilleur  déchet  est  celui  que  l’on  ne  produit  pas  ».  Partant  du  constat  que  la  restauration  était  à  l’origine  d’une   quantité  de  déchets  importante,  MP2013  a  ciblé  ses  efforts  de  préventions  sur  les  différentes  prestations  et  activités   de   catering.   En   lien   avec   la   direction   logistique,   en   charge   des   services   de   restauration,   les   prestataires   ont   été   invités   (via   les   consultations)   à   proposer   des   offres   permettant   de   limiter   les   emballages   individuels,   d’éviter   les   ustensiles   jetables  et  d’optimiser  les  types  de  services  afin  de  réduire  le  gaspillage  alimentaire.     La  collecte  sélective,  pour  permettre  le  recyclage   De   manière   à   optimiser   la   qualité   de   la   collecte   sélective,   MP2013   a   sélectionné   l’association   Aremacs   (www.aremacs.org)  à  travers  un  appel  d’offres  pour  la  mise  en  place  de  régies  déchet  sur  les  principaux  évènements   de  l’année.  Aremacs  est  intervenu  sur  17  projets  en  assurant  la  mise  à  disposition  de  poubelles  bi-­‐flux  adaptées  aux   problématiques  d’une  manifestation,  en  sensibilisant  le  public  via  des  bénévoles  et  un  stand  d’information,  en  retriant   les  déchets  lors  de  l’évacuation  et  en  coordonnant  l’enlèvement  des  déchets  avec  les  collectivités  locales.       La  collecte  sélective  en  chiffres   -­‐ 17  projets  accompagnés  /  150  bénévoles  mobilisés  /  650  duos  de  tri  installés   -­‐ 1,5  tonne  de  déchets  recyclables  /  3  tonnes  de  verres  /  11  tonnes  d’ordures  ménagères             MARSEILLE-­‐PROVENCE  2013  /  DÉMARCHE  ÉCO-­‐RESPONSABLE         2  
  3. 3.     A  titre  d’exemple,  Aremacs  a  constaté  qu’en  moyenne  pour  un  visiteur  à  l’un  des  évènements  de  Marseille-­‐Provence   2013,   l’association   collectait   moins   d’1   g   de   déchets   recyclables,   près   de   5   g   d’ordure   ménagère   et   moins   d’1   g   de   verre.   À   noter   que   sur   les   évènements   accompagnés   par   l’antenne   PACA   d’Aremacs,   l’association   a   constaté   qu’en   moyenne   chaque   participant   produisait   environ   30   g   de   déchets   recyclables,   200   g   d’ordure   ménagère   et   60   g   de   verre.  La  production  de  déchets  sur  les  évènements  MP2013  est  donc  très  faible  au  regard  du  nombre  de  participants.   Ce   constat   est   lié   à   la   fois   à   la   durée   relativement   courte   des   évènements   (souvent   une   soirée),   à   la   très   forte   densité   de   visiteurs   ainsi   qu’à   la   présence   relativement   réduite   d’espace   de   restauration   dans   le   périmètre   central   de   l’évènement.     L’évacuation  et  le  traitement,  pour  garantir  la  cohérence  de  la  filière   MP2013   a   engagé   un   partenariat   avec   les   collectivités   ayant   la   compétence   déchet   sur   les   territoires   d’accueil   des   manifestations   afin   de   définir   les   modalités   d’évacuation   et   de   traitement.   À   titre   d’exemple,   Marseille-­‐Provence   Métropole  par  l’intermédiaire  de  la  Direction  de  Propreté  urbaine  et  de  la  Direction  traitement  des  déchets,  a  mis  à   disposition   de   MP2013   (et   d’Aremacs)   son   savoir-­‐faire,   ses   équipements   de   collecte   (bacs   660   litres   pour   les   emballages   recyclables,   le   verre   et   les   ordures   ménagères)   ainsi   que   son   service   de   nettoyage   et   son   service   de   traitement  des  déchets  via  les  centres  de  tri  du  territoire.       Une  charte  pour  sensibiliser  les  collaborateurs  au  quotidien   De   manière   à   assurer   la   cohérence   de   sa   démarche   éco-­‐responsable   et   à   sensibiliser   l’ensemble   des   130   collaborateurs   aux   enjeux   de   développement   durable,   une   charte   interne   a   été   diffusée   dans   les   locaux   de   l’association.       Des  clauses  «  Développement  Durable  »  pour  sensibiliser  les  coproducteurs   Afin  de  renforcer  l’implication  des  coproducteurs  dans  la  démarche  éco-­‐responsable,  MP2013  a  intégré  des  clauses  de   développement  durable  dans  les  contrats  de  partenariat.  Les  coproducteurs  ont  donc  été  incités  à  mettre  en  place  au   moins   une   action   par   enjeu  :   déplacements,   déchets,   eau   et   énergies,   achats   responsables,   éco-­‐communication,   sensibilisation,  évaluation.   La  mise  en  oeuvre  cette  action  est  décevante  puisque  moins  de  10%   des   co-­‐producteurs   ont   retourné   le   bilan   de   leur   démarche   de   développement   durable.   Cette   mobilisation   réduite   ne   permet   pas   d’appréhender  l’influence  concrète  de  ces  clauses  dans  la  mise  en  œuvre  d’actions  concrètes  par  les  co-­‐producteurs.       Des  critères  environnementaux  pour  une  restauration  responsable   La   restauration   est   un   enjeu   financier,   technique   et   d’image   pour   un   évènement.   Il   s’agit   également   d’un   poste   catalysant  les  différentes  problématiques  environnementales  (biodiversité,  eau,  énergie,  ressource  naturelle).  Aussi,   MP2013   a   souhaité   intégrer   dans   le   cahier   des   charges   des   prestations   de   catering,   un   panel   de   critères   de   développement  durable  visant  à  préciser  les  exigences  de  l’association.     Des  projets  au  cœur  des  savoir-­‐faire  provençaux     En   parallèle   à   ces   critères   spécifiques   au   marché   catering,   la   programmation   de   MP2013   a   permis   de   donner   une   visibilité  particulière  aux  produits  et  savoir-­‐faire  locaux  en  matière  d’agriculture  et  de  restauration  responsable.  Citons   notamment  l’exemple  des  Festins  de  Méditerranées,  sept  histoires  de  cuisine,  sept  rendez-­‐vous  populaires  pour  une   découverte  de  la  richesse  culinaire  Méditerranéenne  ou  encore  les  pique-­‐niques  point  de  vue  du  GR®2013  invitant  à   la  découverte  gustative  des  plantes  sauvages  du  territoire  provençal.     Une  seconde  vie  pour  les  bâches,  équipements  et  matériaux   Afin  de  donner  une  seconde  vie  aux  bâches  et  supports  signalétiques,  encore  de  qualité,  MP2013  a  mis  en  place  un   système   de   réutilisation   des   bâches   via   des   dons   à   des   associations   partenaires   et   de   recyclage   auprès   de   Texyloop   (2   palettes   furent   recyclées).   Au-­‐delà   des   bâches,   les   équipements   scénographiques   ou   encore   le   matériel   technique   sont   également   cédés   aux   structures   du   territoire.   Citons   notamment   la   scénographie   du   projet   Échelle   1   cédé   à   la   Folie   Kilomètre   ou   encore   le   matériel   du   GR®2013   (lampes,   signalétiques,   drapeaux)   cédé   à   une   association   de   randonneurs.     Un  travail  avec  les  lieux  culturels   Les   lieux   culturels   accueillent   de   très   nombreux   projets   au   cours   de   l’année.   À   la   différence   d’un   évènement,   éphémère   par   nature,   un   lieu   culturel   possède   une   activité   récurrente   permettant   d’envisager   une   démarche   éco-­‐ responsable   dans   la   durée.   MP2013   a   souhaité   organiser   différents   ateliers   de   travail   avec   les   principaux   lieux   mobilisés   dans   le   cadre   de   la   programmation.   Toutefois,   pour   des   raisons   de   moyens   humains   (pas   d’interlocuteur   identifié  sur  la  question  du  développement  durable),  de  moyens  financiers  et  de  disponibilités,  les  ateliers  n’ont  pas   pu   être   organisés   dans   les   conditions   imaginées   par   MP2013.   Ce   travail   reste   pertinent   et   pourrait   notamment   s’envisager  comme  travail  collectif  du  comité  de  pilotage  à  l’issu  de  la  capitale  européenne.     MARSEILLE-­‐PROVENCE  2013  /  DÉMARCHE  ÉCO-­‐RESPONSABLE         3  
  4. 4.       2.  QUELQUES  EXEMPLES  DE  PROJETS  ECO-­‐RESPONSABLES     ZOOM  SUR  L’OUVERTURE  A  MARSEILLE     Les  résultats  de  la  régie  déchet  gérée  par  Aremacs  (60  bénévoles,  200  poubelles  de  tri)   -­‐ 3,7  tonnes  d’ordures  ménagères.   -­‐ 640  kg  de  déchets  recyclables.   -­‐ 500  kg  de  verre.     Les  résultats  du  dispositif  transport   -­‐ 200  000  voyageurs  MP2013  sur  les  réseaux  de  la  RTM,  soit  près  de  50%  des  visiteurs.     -­‐ 8  000  voyageurs  MP2013  sur  les  réseaux  de  la  SNCF.   -­‐ 3  000  voyageurs  MP2013  sur  les  réseaux  de  Cartreize.     Plus  de  570   tonnes   de   CO2   économisées  par  la  mise  en  place  d’un  plan  de  transport  en  commun  soit  les  émissions   d’un  français  pendant  plus  de  50  ans.  Prés  de  3,3  millions  de  km  parcourus  en  transport  en  commun  soit  près  de  80   fois  le  tour  de  la  Terre.     ZOOM  SUR  ENTRE  FLAMMES  ET  FLOTS     Les  résultats  de  la  régie  déchet  gérée  par  Aremacs  (20  bénévoles,  120  poubelles  de  tri)   -­‐ 2  100  kg  d’ordures  ménagères.   -­‐ 165  kg  de  déchets  recyclables.   -­‐ 360  kg  de  verre.     Les  résultats  du  dispositif  transport   -­‐ 150  000  voyageurs  sur  les  réseaux  de  la  RTM,  soit  près  de  40%  des  visiteurs.     -­‐ 2  600  voyageurs  sur  les  réseaux  de  la  SNCF.   -­‐ 10  000  voyageurs  sur  les  réseaux  de  Cartreize.     Plus  de  400   tonnes   de   CO2   économisées  par  la  mise  en  place  d’un  plan  de  transport  en  commun  soit  les  émissions   d’un  français  pendant  plus  de  40  ans.  Prés  de  2,5  millions  de  km  parcourus  en  transport  en  commun  soit  près  de  60   fois  le  tour  de  la  Terre.     ZOOM  SUR  TRANSHUMANCE     Les  résultats  de  la  régie  déchet  gérée  par  Aremacs  (10  bénévoles,  50  poubelles  de  tri)   -­‐ 920  kg  d’ordures  ménagères.   -­‐ 100  kg  de  déchets  recyclables.   -­‐ 250  kg  de  verre.     Les  résultats  du  dispositif  transport   -­‐ 65  000  voyageurs  sur  les  réseaux  de  la  RTM,  soit  plus  de  20%  des  visiteurs.     -­‐ 6  000  voyageurs  sur  les  réseaux  de  Cartreize.     Plus  de  180   tonnes   de   CO2   économisées  par  la  mise  en  place  d’un  plan  de  transport  en  commun  soit  les  émissions   d’un  français  pendant  près  de  200  ans.  Prés  de  1   million  de  km  parcourus  en  transport  en  commun  soit  près  de  40  fois   le  tour  de  la  Terre.     La  biodiversité,  un  enjeu  fort  pour  le  tracé  des  parcours   MP2013   a   missionné   l’Office   Nationale   des   Forêts   pour   réaliser   une   évaluation   des   incidences   sur   les   12   espaces   sensibles   traversés   par   Transhumance.   Cette   évaluation   a   permis   de   vérifier   que   les   activités   induites   par   l’organisation   de   Transhumance   ne   présentaient   pas   d’incompatibilité   avec   les   objectifs   de   protection   de   la   nature   spécifique  aux  zones  traversées  ainsi  que  de  mettre  en  place  des  mesures  visant  à  réduire  les  impacts  potentiels.       Des  pique-­‐niques  locaux   Enjeu   récurrent   pour   MP2013,   l’utilisation   de   produits   locaux   dans   les   pique-­‐niques   a   également   été   un   critère   respecté   par   le   prestataire   en   charge   d’assurer   la   logistique   sur   Transhumance.   Ainsi,   près   de   8  600   repas   ont   été   confectionnés  à  base  de  produits  frais  et  locaux.   MARSEILLE-­‐PROVENCE  2013  /  DÉMARCHE  ÉCO-­‐RESPONSABLE         4  
  5. 5.     ZOOM  SUR  LE  GR®2013     Une  démarche  participative  au  cœur  du  projet   La  conception  du  GR®2013  est  le  fruit  d’une  collaboration  exemplaire  entre  les  38  communes  traversées,  le  Conseil   général  et  les  collectivités  territoriales,  la  Fédération  Française  de  Randonnée  Pédestre,  les  Comités  départemental  et   régional   de   randonnée   et   Bouches-­‐du-­‐Rhône   Tourisme.   Ce   travail   de   concertation,   d’implication   et   de   participation   des  différentes  institutions  locales,  des  citoyens  et  des  acteurs  du  territoire  est  un  axe  majeur  de  la  démarche  éco-­‐ responsable  entreprise  sur  ce  projet.       Sensibilisation  à  la  biodiversité   Le   Conseil   Général   des   Bouches-­‐du-­‐Rhône   a   mis   en   place   des   balades   environnementales   à   destination   des   collégiens   du  territoire  avec  pour  objectif  de  découvrir  et  de  comprendre  la  nature  via  la  marche,  la  photographie,  le  collage,  la   cartographie.   Au   total   ce   sont   6   classes   de   collèges   qui,   encadrées   par   un   éco-­‐guide,   ont   pu   partir   à   la   découverte   des   différents  espaces  et  espèces  du  territoire.     A  la  chasse  aux  déchets  sauvages   Dans   le   cadre   du   partenariat   avec   l’association   Green   Trek,   plus   de   2000   sacs   ont   été   distribués   par   les   Offices   du   Tourisme   et   les   bénévoles   afin   de   permettre   aux   randonneurs   de   ramasser   les   déchets   sauvages   rencontrés   sur   le   GR®2013.       A  la  découverte  des  plantes  sauvages   De  manière  à  favoriser  les  savoir-­‐faire  locaux  et  la  richesse  de  la  biodiversité  méditerranéenne,  les  pique-­‐niques  point   de   vue   invitent   les   herbes   sauvages   à   table.   Constitués   d’ingrédients   du   territoire   traversé   par   le   GR©2013,   ils   racontent   la   nature   riche   et   contrastée   du   paysage   provençal.   Ces   pique-­‐niques   sont   issus   de   la   résidence   de   création   «  paysages  gustatifs  »  menés  par  le  collectif  SAFI.     ZOOM  SUR  LES  FESTINS  DE  MEDITERRANEE     Les  résultats  de  la  régie  déchet  gérée  par  Aremacs  (6  bénévoles,  50  poubelles  de  tri)   -­‐ 800  kg  d’ordures  ménagères.   -­‐ 200  kg  de  déchets  recyclables.   -­‐ 500  kg  de  verre.     Des  savoir-­‐faire  au  cœur  du  projet   Si  un  projet  illustre  particulièrement  les  engagements  de  MP2013  en  matière  de  valorisation  des  produits  et  savoir-­‐ faire   locaux,   il   s’agit   sans   conteste   des   Festins.   «  Tous   les   chefs   ont   en   commun   la   connaissance   de   leur   territoire   culinaire  :  les  produits,  les  grands  classiques  comme  les  recettes  oubliées.  A  chaque  festin  son  imaginaire,  sa  recette   phare,   son   produit   star,   une   histoire   racontée,   un   regard   sur   la   Méditerranée.   Cuisine   de   rue,   ateliers,   débats   sur   l’alimentation   aujourd’hui,   apéros   musicaux,   concerts   aux   résonnances   Méditerranéennes   ponctuent   ces   journées   festives  dédiées  au  partage  de  la  table.  »     ZOOM  SUR  LES  EXPOSITIONS,  L'EXEMPLE  DE  MEDITERRANEE   Plusieurs   grandes   expositions   ont   pris   place   dans   la   programmation   de   Marseille-­‐Provence   2013,   c’est   le   cas   notamment   de   Méditerranée,   installée   au   J1   et   réunissant   cent   soixante   et   onze   œuvres.   Priorité   des   équipes   techniques  lors  du  démontage  de  l’exposition,  le  tri  des  différents  matériaux  de  construction  a  été  l’une  des  actions  clés   de   la   démarche   environnementale   des   expositions.   L’ensemble   des   déchets   a   ainsi   été   collecté   à   travers   les   flux   suivants  :  8m3  de  verre,  20m3  de  métaux,  20m3  de  bois  et  20m3  de  DIB.                           MARSEILLE-­‐PROVENCE  2013  /  DÉMARCHE  ÉCO-­‐RESPONSABLE         5  
  6. 6.     3.  ET  SI  ON  RECOMMENÇAIT,  RETOUR  D’EXPÉRIENCE  ET  ANALYSE  DE  LA  DÉMARCHE  MP2013   Évaluer  la  qualité  d’une  démarche  éco-­‐responsable  permet  de  prendre  du  recul  sur  les  actions  engagées  et  ainsi  de   pouvoir  dresser  un  état  des  lieux  des  difficultés  et  de  leviers.  Revue  en  5  points  forts  et  5  difficultés  de  la  démarche  éco-­‐ responsable  de  MP2013.     1. Un  comité  de  pilotage  fédérateur  des  collectivités  locales   2. Une  équipe  «  éco-­‐responsable  »  mobilisée   3. Des  projets  culturels  intégrant  le  développement  durable  de  façon  transversale   4. Des  compétences  locales  pour  la  mise  en  place  de  régie  déchet   5. Des  acteurs  culturels  sensibilisés  sur  les  enjeux  de  développement  durable     1. Un  lancement  tardif  de  la  stratégie  éco-­‐responsable   2. Des  collaborateurs  ayant  un  niveau  très  variable  dans  l’appropriation  des  enjeux   3. Des  filières  professionnelles  insuffisamment  structurées  sur  certains  aspects  de  la  démarche   4. Une  démarche  principalement  ciblée  sur  l’espace  public,  plus  complexe  à  gérer   5. Une  communication  interne  et  externe  à  renforcer     4.  PRECONISATIONS  POUR  LE  SECTEUR  CULTUREL  SUR  LE  TERRITOIRE  DE  MP2013   L’élaboration  et  la  mise  en  œuvre  d’une  démarche  éco-­‐responsable  sur  un  projet  de  l’ampleur  de  Marseille-­‐Provence   2013   est   un   parcours   complexe   composé   d’actions   efficaces   et   structurantes,   mais   aussi   d’échecs   et   de   difficultés.   Aussi,  les  préconisations  suivantes  visent  à  capitaliser  ce  travail  de  près  de  2  ans  avec  pour  objectif  d’améliorer  la  prise   en  compte  des  enjeux  de  développement  durable  par  les  acteurs  du  territoire.     -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ Renforcer  les  démarches  éco-­‐responsables  des  lieux  culturels   Renforcer  la  sensibilisation  et  la  formation  des  producteurs   Renforcer  la  lisibilité  des  modalités  de  collaboration  entre  organisateurs  et  collectivités  sur  les  sujets   techniques  (transport,  déchet,  énergie,…)   Définir  des  lignes  directrices  pour  la  gestion  des  déchets  sur  l’espace  public     Systématiser  la  mise  en  place  de  régie  déchet  sur  les  grands  évènements  de  l’espace  public   Créer  une  plateforme  d’échange  et  de  réutilisation  des  équipements  culturels     Concevoir  une  campagne  de  sensibilisation  des  consommateurs  de  produits  culturels     Favoriser  la  structuration  d’éco-­‐services  aux  organisateurs       5.  PRECONISATIONS  POUR  LES  FUTURES  CAPITALES  EUROPÉENNES  DE  LA  CULTURE   Chaque  année,  deux  villes  européennes  sont  nominées  en  tant  que  «  Capitale  Européenne  de  la  Culture  ».  Au-­‐delà  des   défis   culturels,   techniques,   financiers   et   politiques   qu’un   tel   projet   représente,   la   question   de   l’intégration   du   développement  durable  est  également  un  enjeu  récurrent  que  les  territoires  se  doivent  de  considérer  de  façon  centrale.   De   manière   à   transmettre   un   héritage   en   terme   de   prise   en   compte   du   développement   durable   pour   une   Capitale   Européenne  de  la  Culture,  MP2013  a  identifié,  sur  la  base  de  son  expérience,  10  actions  structurantes  nécessaires  à  la   réussite  d’un  projet  :     -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ Définir  la  stratégie  de  développement  durable  dès  la  candidature   Nommer  une  direction  développement  durable  en  lien  direct  avec  la  direction  générale   Nommer  un  directeur  des  achats/  juridique  avec  une  forte  sensibilité  «  développement  durable  »   Nommer  un  ambassadeur  développement  durable  dans  chaque  direction   Soutenir  la  structuration  de  services  éco-­‐responsables  auprès  des  professionnels  de  la  culture,  du  tourisme  et   de  l’événementiel  du  territoire   Contribuer  aux  renforcements  des  compétences  DD  des  principaux  acteurs  culturels  du  territoire   Définir  une  programmation  culturelle  intégrant  une  réflexion  DD   Définir  un  programme  d’éco-­‐construction  ou  d’éco-­‐rénovation     Assurer  le  suivi  de  la  stratégie  de  développement  durable  via  un  comité  de  pilotage     Doter  les  projets  d’une  équipe  d’éco-­‐bénévoles  assurant  la  sensibilisation  au  DD.     Pièces  jointes   -­‐ Annexe  1  :  bilan  Aremacs  ;   -­‐ Annexe  2  :  évaluation  CO2  du  dispositif  transport  ;   -­‐ Annexe  3  :  mobilisation  de  moyens  MPM  ;   -­‐ Annexe  4  :  bilan  transports  ;   -­‐ Annexe  5  :  avenant  aux  contrats  de  coproduction  ;     -­‐ Annexe  6  :  exemples  de  bilans  éco-­‐responsables.   MARSEILLE-­‐PROVENCE  2013  /  DÉMARCHE  ÉCO-­‐RESPONSABLE         6  

×