CABINET MGRH
Sacré cœur I n°8206 DAKAR
JANVIER 15 | CABINET MGRH | 00221 77 056 56 47 / 33 824 18 90
PLEINS FEU
SUR LE
REC...
ACCORD INTERPROFESSIONNEL NATIONAL SUR LA RETRAITE A SOIXANTE (60) ANS DANS LE SECTEUR
PRIVE
Le groupe de la Banque mondia...
INTRODUCTION
Pas de développement sans embauche. Or le
recrutement peut rapidement tourner au
parcours du combattant. Sans...
QUEL TEST POUR QUEL BESOIN?
- Test de personnalité. Il permet de juger la
stabilité émotionnelle du candidat, son
professi...
6 INFORMATIONS UTILE
5
Lorsque vous rencontrez des difficultés dans le domaine du recrutement, telles que : des délais de ...
COMMENT DECLARER UN ACCIDENT DE
TRAVAIL
DEMARCHE DE DECLARATION D’UN
TRAVAILLEUR
BONNE SEMAINE
L’employeur doit retirer 3 ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La newsletter de mgrh 1

418 vues

Publié le

RECRUTEMENT

Publié dans : Recrutement & RH
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
418
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La newsletter de mgrh 1

  1. 1. CABINET MGRH Sacré cœur I n°8206 DAKAR JANVIER 15 | CABINET MGRH | 00221 77 056 56 47 / 33 824 18 90 PLEINS FEU SUR LE RECRUTEMENT EDITORIAL Citations de la semaine CONTENU AU CŒUR DE L’ACTUALITE La retraite à 60 ans ???? 2 18 milliards pour l’emploi Des jeunes 2 ETAX nouvelle plateforme de téléprocédure DGID 2 PLEINS FEUX SUR LE RECRUTEMENT Comment trouver La perle rare 3-4 RPO – Recruitement Process Outsourcing 5 INFORMATIONS UTILES Comment déclarer un accident de travail 6 Déclaration d’un travailleur 6 Nous contacter 6 Bienvenue dans la newsletter hebdomadaire de MGRH. Un concentré d’information à thématiques de management divers à consommer sans modération. La Newsletter regroupe trois rubriques : 1. Au cœur de l’actualité qui retrace les événements économiques phares de la semaine en intégrant des articles issus de diverses sources. 2. Pleins feux sur…… qui propose des articles sur le thème général de la semaine 3. Informations utiles : qui en un bref énoncé vous relate les procédures d’exécution d’une démarche. Une Newsletter pratique simple et facile à lire alors à vos marques, prêt, partez…….. "Quand vous cherchez des gens à recruter, vous devez rechercher trois qualités: l'intégrité, l'intelligence et l'énergie. Et s'ils ne possèdent pas la première, les deux autres vous tueront." Citation de Warren Buffet PDG de Berkshire Hathaway (American Express, Coca-Cola...) [Édition 1, Numéro 1]
  2. 2. ACCORD INTERPROFESSIONNEL NATIONAL SUR LA RETRAITE A SOIXANTE (60) ANS DANS LE SECTEUR PRIVE Le groupe de la Banque mondiale (BM) a approuvé lundi dernier, en faveur du Sénégal, un financement de 18 milliards de francs CFA destiné à former les jeunes travaillant dans les domaines du tourisme, de l’horticulture et de l’aviculture, annonce le bureau de l'institution financière à Dakar. "Le conseil des administrateurs du groupe de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un crédit de l’Association internationale de développement (IDA) de 35 millions de dollars (18 milliards de francs CFA) destiné à" l’Etat du Sénégal, indique le communiqué. Grâce à ce financement, 10 mille jeunes Sénégalais diplômés de l’enseignement supérieur ou n’ayant pas terminé leurs études primaires ou secondaires bénéficieront d'une formation de qualité, qui s'adapte au marché de l’emploi, souligne le texte. Ce financement, ajoute-t-il, servira à "accompagner le Sénégal dans les efforts qu’il met en œuvre pour développer les compétences des jeunes travailleurs dans les domaines du tourisme, de l’horticulture et de l’aviculture, afin de promouvoir la croissance et l’emploi". L'enveloppe sera affectée, précise le communiqué, au projet "Formation professionnelle pour l’emploi et la compétitivité (FPEC)", dont l’objectif est de renforcer le système d’enseignement et de formation techniques et professionnels, au Sénégal. "Les générations futures seront ainsi mieux armées pour intégrer le marché de l’emploi et gagner leur vie, ce qui contribuera à réduire l’extrême pauvreté et à promouvoir une prospérité partagée", explique la BM. "La Banque mondiale se réjouit de pouvoir accompagner le Sénégal dans ses efforts, grâce à un projet qui permettra aux jeunes d’accéder" aux "compétences nécessaires pour trouver un emploi", a expliqué, dans le communiqué, la directrice des opérations de cette institution financière pour le Sénégal, Vera Songwe. "Le programme de formation mis en place dans le cadre du projet s’efforcera de correspondre aux besoins du marché du travail, et les jeunes seront ainsi armés des compétences qui leur ouvriront les portes de l’emploi", a assuré, selon le texte, le chef d’équipe du projet FPEC à la Banque mondiale, Atou Seck. http://www.dakaractu.com Article 4 : Par dérogation aux dispositions des articles 1 et 2, des accords de branche conclus entre les organisations d’employeurs et les organisations syndicales de travailleurs peuvent aménager de nouvelles modalités et formes de mise en œuvre de la mesure plus adaptées à la réalité de la profession concernée. Article 5 : Les relations de travail pourront se poursuivre, d’accord parties, pendant une période qui ne pourra excéder l’âge de 60 ans du travailleur pour les salariés titulaires des emplois dits « indifférents » et dont la liste est jointe en annexe. Article 6 : La Commission de la médiation sociale du Comité national de Dialogue social est érigée en Commission d’interprétation et de conciliation pour rechercher une solution amiable aux différends pouvant résulter de l’interprétation et de l’application du présent protocole. Article 7 : Le présent accord est conclu pour une durée indéterminée. Il peut être dénoncé en tout ou partie par l’une des parties signataires après dépôt d’un préavis de six (6) mois notifié à l’autre partie par lettre recommandée. La partie qui en prend l’initiative, devra accompagner sa lettre d’un nouveau projet de protocole sur les points mis en cause, afin que les négociations puissent commencer dans les meilleurs délais. Dans tous les cas, le présent protocole restera en vigueur jusqu’à l’application d’un nouvel accord signé à la suite de la dénonciation formulée par l’une des parties. Article 8 : Le présent accord entre en vigueur à compter de sa signature par les parties. http://www.fonctionpublique.gouv.sn/index.php/retarite-60-ans Entre les organisations d’employeurs d’une part et les Centrales syndicales de travailleurs d’autre part, il a été convenu ce qui suit : Entre les organisations d’employeurs d’une part et les Centrales syndicales de travailleurs d’autre part, il a été convenu ce qui suit : Article premier : L’âge de la retraite est porté de façon progressive de 55 à 60 ans pour les emplois éligible c’est à dire ne figurant pas sur la liste des emplois non éligibles ou « indifférents », dans les conditions ci-après :  ™ 56 ans pour les travailleurs nés en 1949  ™ 57 ans pour les travailleurs nés en 1950  ™ 58 ans pour les travailleurs nés en 1951  ™ 59 ans pour les travailleurs nés en 1952™ 60 ans pour les travailleurs nés en 1953 Article 2 : La mesure ci-dessus ne s’applique pas : 1. aux travailleurs des entreprises liquidées ou en cours de liquidation qui souhaitent aller à la retraite à 55 ans. 2. aux travailleurs nés en 1949 dont les droits ont été liquidés à la date de signature du présent protocole d’accord ou ceux partis à la retraite au 31 décembre 2004. 3. aux emplois et postes pénibles par nature pour lesquels la prolongation de carrière peut être nuisible à la santé du travailleur et à la productivité du travail et dont la liste est jointe en annexe. 3 Article 3 : A compter de l’an 2013, tous les travailleurs occupant des emplois et des postes éligibles à la mesure de l’allongement de carrière feront valoir leur droit à la retraite à 60 ans au plus tôt à leur date d’anniversaire. ETAX : LA NOUVELLE PATEFORME DE TÉLÉPROCÉDURES Dans le souci permanent de l’amélioration de la qualité du service rendu à l’usager, la DGID s’est engagée de plain-pied dans la simplification des démarches et procédures fiscales. Ainsi, une application a été conçue pour permettre aux contribuables de s’acquitter de leurs obligations fiscales en ligne. Après avoir procédé à des tests concluants avec un groupe pilote de contribuables sur la télé déclaration, la DGID a signé des conventions avec quelques institutions financières en vue de la mise en œuvre effective du télépaiement. Dans ce sillage, une cérémonie de lancement officiel de la plateforme de télé procédures sera organisée le mercredi 18 décembre à 09 heures 30 minutes dans les salons de l’hôtel Terrou Bi sous la présidence de Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances. A cette cérémonie, qui compte parmi les évènements phares dans l’amélioration de la qualité du service à l’usager, Mme le DGID a invité les représentants des banques et établissements financiers, du secteur privé ainsi que les partenaires économiques, financiers et sociaux de la DGID. La presse aussi sera de la partie pour un large relais auprès de la population. http://www.impotsetdomaines.gouv.sn/fr/etax- la-nouvelle-pateforme-de-teleprocedures BM : 18 milliards pour l’emploi des jeunes Sénégalais 2 AU CŒUR DE L'ACTUALITE
  3. 3. INTRODUCTION Pas de développement sans embauche. Or le recrutement peut rapidement tourner au parcours du combattant. Sans compter qu'une erreur de casting peut coûter cher à une entreprise. La principale force d'une entreprise? Ses équipes. Dénicher la perle rare est un enjeu stratégique pour toutes les PME. Il est essentiel de ne pas se tromper dans le choix de ses futurs collaborateurs, car un recrutement raté coûte cher. Au-delà du prix de l'annonce, qui dépend de son canal de diffusion, vous devez ajouter le temps consacré par la personne en charge du recrutement (écriture de l'annonce, sélection des CV, entretiens, supervision des tests de compétence, etc.), et le multiplier par le taux horaire de son salaire. Mais le coût caché le plus élevé pour une entreprise reste le temps d'adaptation du nouveau salarié. Une période cruciale. Car la recrue sera formée par son manager ou par ses collègues, ce qui fera chuter leur productivité. Si le coût est acceptable en cas de recrutement réussi, la note peut rapidement devenir salée dans le scénario inverse. Pour éviter ces écueils, chaque étape décrite dans ce dossier est importante: de la rédaction de l'annonce à l'entretien d'embauche. Mais le recrutement n'est pas une science exacte, il peut arriver que, malgré toutes les précautions prises, vous commettiez une erreur de casting. L'important sera alors d'identifier à quel endroit vous vous êtes trompé pour éviter de commettre la même erreur une prochaine fois. RECRUTEMENT: COMMENT TROUVER LA PERLE RARE? ETAPES 1. SOIGNEZ VOTRE OFFRE D'EMPLOI L'annonce est le premier contact avec votre entreprise. Par ailleurs, si vous ne listez pas précisément vos besoins, elle ratera sa cible. Votre offre d'emploi doit donc être bien réfléchie mais doit également respecter certaines règles. C'est la première étape de votre processus de recrutement. La rédaction de l'annonce d'emploi ne doit donc pas être prise à la légère. C'est, en effet, elle qui donnera envie aux talents de travailler, ou non, dans votre entreprise. C'est également grâce à elle que vous ne serez pas submergé par des CV totalement décalés par rapport à vos besoins. Analysez le poste à pourvoir, formalisez les missions et définissez les compétences que vous recherchez. Lors de cette étape, prenez de la hauteur. Essayez d'imaginer le développement de votre entreprise à moyen terme. « Il faut anticiper vos besoins en termes de compétences pour rechercher, dès aujourd'hui la personne adéquate», explique Nathalie Olivier, dirigeante de RH Conseil PME. Ainsi, si vous prévoyez de vous développer au Brésil, embauchez un commercial qui parle portugais. Parallèlement, listez les caractéristiques de votre société. La bonne question à vous poser: «En quoi mon entreprise est différente de ses concurrentes?» Cela peut être une politique RH exemplaire, une aura internationale ou encore une forte croissance. « C'est surprenant, mais les chefs d'entreprise ont souvent du mal à parler de leur société. Pourtant, c'est l'une des clés pour attirer les profils intéressants. Même si le taux de chômage est élevé, la guerre des talents est bien réelle», analyse Alain Gavand, p-dg du cabinet conseil en ressources humaines Alain Gavand Consultants. Adapter la forme à Internet. Au niveau de l'écriture de l'annonce, et des codes à utiliser, appuyez-vous sur celles de vos concurrents. Surfez sur les sites de l’APEC, de Pôle Emploi et des jobboards pour vous en inspirer. La plupart du temps, les annonces sont rédigées en trois parties. La première décrit votre entreprise, la seconde indique les compétences recherchées et la troisième explique la mission. Vouvoyez le candidat et évitez toute phrase discriminante. Par exemple, vous pouvez indiquer un nombre d'années d'expérience minimum mais pas maximum. Autre point important: l'intitulé. Premier élément lu par un candidat, il doit être précis et correspondre au poste à pourvoir. Indiquez le niveau d'expérience en accolant junior ou senior à l'intitulé. Ce dernier est un élément important si vous comptez diffuser votre offre sur Internet. Sur les jobboards, elles apparaissent les unes à la suite des autres. Un objet percutant et clair peut faire la différence. NATHALIE OLIVIER, dirigeante de RH Conseil PME: "Il faut anticiper vos besoins en termes de compétences pour rechercher, dès aujourd'hui, la personne adéquate." ETAPE 2. VOTRE ANNONCE DOIT ETRE VISIBLE. Cooptation, réseau, sites institutionnels. Autant de moyens pour toucher votre cible. L'utilisation des jobboards reste toutefois incontournable pour toucher le plus grand nombre de candidats. Le meilleur canal de diffusion d'une offre d'emploi? De fait, il existe de nombreuses manières de faire vivre une annonce. Cela va de la cooptation, aux sites web de recrutement (jobboards en anglais) en passant par les réseaux sociaux. La première étape consiste donc à utiliser tous les moyens gratuits mis à votre disposition. Quelle que soit la taille de votre société, n'hésitez pas à faire jouer le réseau de vos collaborateurs. Ils peuvent avoir un ami, un ancien collègue ou une personne de leur famille répondant à vos besoins. Vous pouvez, naturellement, proposer une prime à vos salariés en cas de recrutement réussi, mais ce n'est pas une obligation. N'hésitez pas non plus à contacter votre propre réseau. Autre outil efficace: votre site web. Si vous êtes présent sur la Toile, créez un espace spécifique sur lequel vous pourrez déposer vos offres d'emploi. Ce lieu dédié au recrutement doit facilement être identifiable par les internautes. « Twitter est aussi un outil à envisager. Mais, il faut que vous soyez suivi et donc actif sur le réseau », souligne Jacques Froissant. Toujours en ce qui concerne les canaux gratuits. Dernier canal pour diffuser vos offres d'emploi: les sites de recrutement, vous pouvez également utiliser Viadeo et LinkedIn pour diffuser vos annonces. A noter que LinkedIn est plutôt conseillé si vous cherchez des profils polyglottes ou spécialisés dans les nouvelles technologies. Quant à Viadeo, le réseau social est particulièrement bien implanté en province et auprès des cadres. JACQUES FROISSANT, P-D G d'Altaïde: «Twitter est également un outil à envisager, si vous êtes suivi et actif sur ce réseau social." ETAPE 3. LA SELECTION DES CV: UNE ETAPE-CLE Ce n'est pas un exercice facile. Mais il a son importance. C'est grâce à l'analyse des curriculum vitae que vous déciderez quels candidats vous allez rencontrer en tête-à-tête. C'est une tâche ingrate mais nécessaire. Vous devrez donc consacrer du temps à la lecture et au tri des CV reçus. « Seule la personne en prise directe avec le recrutement sait exactement le profil qu'elle recherche », affirme Alain Gavand, p-dg du cabinet conseil en ressources humaines Alain Gavand Consultants. Pour vous faciliter la tâche, créez une boîte e-mail spécifique pour la réception des candidatures. Le temps à consacrer à l'analyse des CV dépend du volume reçu. Si vous recevez peu de candidatures, soyez minutieux. A contrario, contentez- vous de vérifier, dans un premier temps, quelques informations-clés (langues, nombre d'années d'expérience, etc.) si votre messagerie déborde d'e-mails. «Si vous recevez un nombre anormalement élevé de candidatures, c'est que votre annonce est mal rédigée et n'est pas assez précise», met en garde Christian Malécot, consultant en recrutement chez Demos, organisme de formation professionelle. Pour l'expert, sur l'ensemble des CV reçus, seulement 20 %, en moyenne, correspondent réellement à vos critères. Naturellement, lors de votre sélection, bannissez tous les critères discriminants, comme l'âge ou le sexe de la personne (lire l'encadré, ci-contre). Focalisez-vous sur les compétences réelles du candidat. Par exemple, a-t-il déjà travaillé dans votre secteur d'activité? A-t-il une expérience dans un pays étranger? 3 PLEIN FEUX SUR LE THEME DE LA SEMAINE : LE RECRUTEMENT
  4. 4. QUEL TEST POUR QUEL BESOIN? - Test de personnalité. Il permet de juger la stabilité émotionnelle du candidat, son professionnalisme et son ouverture d'esprit. Il est très utilisé pour le recrutement de managers et de chefs de service. - Test de graphologie. Il a perdu de son intérêt avec l'avènement du numérique. Il apporte des informations sur la psychologie des candidats. - Test de mise en situation. Le but: mettre le candidat en situation réelle (simulation de vente, animation d'une réunion, etc.) pour évaluer son niveau de compétence. - Test de logique. En complément des autres tests pour évaluer l'agilité intellectuelle. Il permet de départager des candidats au profil identique. QUID DU SALAIRE? Faut-il indiquer le salaire dans l'annonce? C'est une question épineuse à laquelle il n'y a pas de réponse toute faite. Le seul point d'accord entre les experts: si vous dévoilez le salaire, parlez en brut et indiquez une fourchette. Pour le reste, les avis divergent. Certains estiment que cette transparence créera des tensions avec les salariés en poste dans l'entreprise. Pour d'autres, mieux vaut être clair immédiatement avec le candidat pour ne pas perdre de temps. Des informations tronquées. Et puis, il ne faut pas vous leurrer. La plupart des CV ne sont pas totalement exacts. «30 % des informations sur un CV sont fausses ou arrangées», estime Christian Malécot. Lors de votre lecture, cherchez la «petite bête», les incohérences de parcours ou de dates. N'hésitez pas à appeler le candidat pour éclaircir certains points. Vous pouvez également lui demander d'apporter ses diplômes lors de l'entretien d'embauche. Autre stratégie pour vérifier des informations: faire une recherche sur Viadeo ou LinkedIn. Désormais, de nombreux candidats ont un profil sur ces réseaux et, selon Christian Malécot, «les gens ont tendance à y être plus honnêtes, car ils savent que leur profil sera regardé par un grand nombre de recruteurs », voire par leurs anciens collègues ou managers. Si vous souhaitez réaliser une recherche plus approfondie, attendez l'entretien d'embauche, car vous devez avoir l'accord du candidat pour contacter un ancien employeur par téléphone. ETAPE 4. L'ENTRETIEN D'EMBAUCHE L'entretien d'embauche est l'étape la plus importante. Il va vous permettre de sonder les compétences du candidat. Attention toutefois à poser les bonnes questions et à rester le plus objectif possible dans vos appréciations. Moment clé de votre processus de recrutement, l'entretien d'embauche est une étape primordiale dans le choix du candidat. C'est un moment d'échange professionnel, vous devez être parfaitement préparé. La première étape consiste à construire une grille sur laquelle seront notées, d'un côté, les cinq à sept compétences-clés à une prise de fonction réussie et, de l'autre, une échelle de notation allant, par exemple, de un à quatre. «Ce document sera utile lors de vos entretiens pour évaluer le candidat. Il sera également un outil précieux lors du débriefe des entretiens menés par différentes personnes, si tel est le cas », explique Alain Gavand. En effet, cette grille devra être utilisée par toutes les personnes qui vont conduire un entretien avec le candidat, aussi bien celle en charge des ressources humaines, que son futur manager. L'intérêt de la démarche? Que tous les évaluateurs, RH, dirigeant et opérationnels puissent comparer leurs analyses et apporter un jugement factuel. Avant de rencontrer physiquement le candidat, vous pouvez lui poser quelques questions par téléphone. Une façon de «dégrossir» et de juger de la motivation réelle de la personne, ainsi que de son adéquation avec quelques critères-clés. «Il faut prévenir le candidat en amont et l'avertir que l'entretien téléphonique n'est qu'une présélection », souligne Nathalie Olivier, dirigeante de RH Conseil PME. Une étape qui fait gagner du temps à tout le monde! Etre objectif. Lors de la première rencontre physique, vous devez tout faire pour vous départir ce que les psychologues appellent «l'effet de primauté» -la première impression laissée par un candidat. Pour Alain Gavand, c'est l'une des principales sources d'erreur d'évaluation. Il s'agit de prendre conscience des a priori qui peuvent altérer votre jugement. Cette prise de conscience passe notamment par la sensibilisation et la formation aux techniques de recrutement. Autre point essentiel: ne pas enchaîner les rendez-vous les uns après les autres. C'est une erreur classique. Il est souvent plus simple de prévoir une journée entière pour caler plusieurs entretiens d'affilée. Le hic? Vous devez être mentalement reposé pour rester à l'écoute de chaque candidat. Sinon, vous risquez de passer à côté d'un bon profil, uniquement à cause d'une baisse de régime. « Un entretien d'embauche est aussi important qu'un rendez-vous chez un client ou chez son banquier. Il faut mettre toutes les chances de son côté pour identifier le bon candidat et ne pas se tromper», affirme Alain Gavand. Tendre l'oreille. N'oubliez pas non plus qu'un entretien de recrutement, c'est avant tout un moment d'écoute. Sur une heure d'entrevue, vous ne devez pas parler plus de 15 à 20 minutes. Dès le début, laissez la parole au candidat et rebondissez sur ses propos. Le but? Eviter que la personne descelle vos attentes et adapte ses réponses en conséquence. Cet échange est également le moment d'apprécier la compétence et la personnalité de votre interlocuteur, d'essayer de comprendre comment il fonctionne, et d'identifier ses savoir-être. Car, au-delà des compétences techniques, vous devrez vous assurer que la personnalité du candidat sera en adéquation avec le poste et son environnement, notamment, avec son futur manager. « Si votre chef de service est autoritaire et interventionniste, mieux vaut éviter les profils trop attachés à leur indépendance », argumente Nathalie Olivier. L'arbitrage n'est pas évident... Enfin, c'est lors de l'entretien d'embauche que vous serez amené à parler rémunération. Demandez au candidat ses prétentions salariales. Si elles sont trop éloignées de vos possibilités, tâtez le terrain: sera-t-il prêt à revoir à la baisse ses prétentions? Si la négociation finale se fait une fois le candidat sélectionné, savoir s'il est «hors budget» dès l'entretien vous permettra de vous aider à faire votre choix. ALAIN GAVAND, p-dg du cabinet conseil en ressources humaines Alain Gavand Consultants: "Un entretien d'embauche est aussi important qu'un rendez-vous chez un client ou chez son banquier. ETAPE 5. TESTEZ VOS CANDIDATS POUR EVITER LES MAUVAISES SURPRISES" Faire confiance, c'est important. S'assurer des compétences réelles des candidats, c'est encore mieux. Les tests de savoir-faire et de savoir-être sont une solution à cette problématique. C'est la dernière étape du processus d'embauche, mais elle a son importance. Même si l'entretien de recrutement permet de valider certaines connaissances théoriques, un test de compétence reste un moyen efficace pour mettre vos candidats en situation réelle. A tel point que Nathalie Olivier, dirigeante de RH Conseil PME, estime « essentiel de faire passer un test à tous les candidats ». Il faut dire que la plupart des personnes savent se vendre, tant sur le papier qu'en entretien. « Certains sont mêmes des professionnels de la candidature », s'amuse l'experte. Un test de savoir-faire doit respecter une règle stricte: être adapté au poste à pourvoir. Par exemple, un test d'orthographe pour une assistante de direction, une fausse prospection téléphonique pour un commercial, etc. Le but n'est pas de valider toutes les compétences du candidat, mais de le mettre en situation. Il est donc inutile de prévoir un test trop complexe, ni trop long (une heure maximum). La meilleure solution consiste à vous appuyer sur la fiche descriptive du poste à pourvoir, et sur le manager du futur collaborateur. C'est la personne la mieux placée pour savoir quelles sont les compétences nécessaires pour réussir la mission. En outre, un test de savoir-faire doit être objectif, et doit comporter des éléments d'évaluation précis. Estimer la performance. Pour Christian Malécot, consultant en recrutement, les tests ont également un autre avantage: évaluer la performance réelle des candidats. « Il n'y a pas forcément de corrélation directe entre les diplômes, l'expérience du candidat et son potentiel réel », explique-t-il. L'expert estime qu'il est essentiel de prendre en compte « le cognitif la personnalité et la motivation » des futurs collaborateurs. Or, ces caractéristiques ne peuvent être évaluées efficacement qu'en pratiquant des tests de personnalité. Seule limite? C'est un exercice ardu à mettre en oeuvre par ses propres moyens. Enfin, vous ne pouvez pas vous baser uniquement sur les résultats d'un test pour recruter ou recaler un candidat. Ces tests constituent uniquement des aides à la décision, afin de pouvoir faire la différence entre plusieurs profils proches et pouvoir départager des candidats aux profils identiques. Rien de plus. Chef d'entreprise Magazine Julien Van Der FEER 4
  5. 5. 6 INFORMATIONS UTILE 5 Lorsque vous rencontrez des difficultés dans le domaine du recrutement, telles que : des délais de recrutement trop longs, un processus de recrutement décentralisé, des problèmes de qualité (candidatures, embauches etc…) vous êtes en droit de considérer l’externalisation du processus de recrutement (RPO- Recruitment Process Outsourcing). En effet, l’externalisation du processus de recrutement peut être la clé pour optimiser le processus de recrutement et en améliorer l’ensemble des performances en termes de qualité, délais et coûts. Cependant, il est normal d’émettre quelques réserves concernant cette solution si hautement stratégique. Voici donc 5 questions fréquemment posées sur l’externalisation du processus de recrutement : 1. AVEC LE RPO (Recruitment Process Outsourcing), EST-CE QUE JE PERDS LE CONTRÔLE DU RECRUTEMENT? Non, en aucun cas. Vous gardez le contrôle de vos recrutements et vous le renforcez. Le partenaire RPO est responsable de l’ensemble du processus. Il rend compte de son activité et des performances, via un rapport régulier. Le prestataire RPO se doit d’agir en toute transparence. Cependant pour un processus sans failles et une collaboration « gagnant-gagnant », il est fortement recommandé de promouvoir ce partenariat en interne, à différents niveaux de l’organisation (management, opérations). 2. VAIS-JE DEVOIR RÉDUIRE MES EQUIPES RH EN CHARGE DU RECRUTEMENT? Vous n’avez aucune raison de réduire vos effectifs. L’une des caractéristiques clés du RPO est de s’intégrer à votre organisation RH, afin d’améliorer les processus et de pourvoir les postes vacants plus rapidement et ce, avec les meilleurs candidats. Une véritable solution RPO s’intègre totalement à l’organisation du client ; elle n’est pas «externe» comme d’autres prestataires peuvent l’être (cabinets de recrutement, chasseurs de têtes …). Par ailleurs, le RPO décharge vos équipes RH et les opérationnels des tâches les plus chronophages telles que : la publication des offres, le screening (tri) de candidats, la planification des entretiens, la gestion des agences de placement etc. Ainsi votre organisation peut se concentrer sur ses compétences clés et son activité commerciale. 3. LA SOLUTION RPO EST-ELLE CHÈRE? Le RPO fait drastiquement chuter les coûts de recrutement en particulier externes tels que les frais d’agences, les « job boards » et autres annonceurs. Avec le RPO vos frais fixes deviennent flexibles. Le client ne paye que pour les recrutements effectués et non pas pour l’équipe à sa disposition (chargés de recherche, recruteurs sur site, spécialistes de la marque employeur…). De plus, une identification plus rapide des candidats, des délais de recrutement plus courts et une fluctuation du personnel moindre contribuent à générer des économies substantielles. Il n’y a pas d’investissements à effectuer en termes de ressources, technologie où processus car tout cela est mis à la disposition du client par le prestataire RPO. En moyenne, le RPO permet de réduire les frais liés au recrutement de 30 % pour des entreprises de toute taille confondue. 4. LE RPO EST-IL PLUS ADAPTE POUR LES GRANDES ENTREPRISES? Pas seulement. Les PME peuvent également faire appel au RPO, lorsqu’elles veulent adopter une stratégie de recrutement plus dynamique tout en bénéficiant d’une grande flexibilité pour répondre au mieux à leurs besoins. Le RPO est hautement recommandé pour les entreprises aux caractéristiques suivantes : • Structure RH inadaptée, • Organisation du recrutement décentralisée créant des dysfonctionnements, • Équipes RH débordées, • Marque employeur inexistante et une attitude passive du recrutement, • Un réseau extensif de partenaires externes (jobboards, cabinets de recrutements…). 5. LE RPO REVIENT-IL A EXTERNALISER TOUT OU RIEN? En fait, le RPO répond à plusieurs types de besoins. Il peut s’agir d’externaliser le recrutement dans son intégralité mais aussi dans le cadre de projets : • pics d’embauches dus à une croissance économique ou à une restructuration (nouveau siège, nouveau site de production, centre de services-partagés etc…), • recrutements de profils bien précis, difficiles à pourvoir (ex. technico-commerciaux, informaticiens, ingénieurs…) ou de postes juniors (stagiaires, apprentis, jeunes diplômés...).En tant que solution sur-mesure et flexible, le service RPO s’adapte aux besoins d’une entreprise peu importe le contexte économique. Copyright: JDN (Journal Du Net) Chronique de CAROLINE MANCIOPPI RPO – RECRUITMENT PROCESS OUTSOURCING
  6. 6. COMMENT DECLARER UN ACCIDENT DE TRAVAIL DEMARCHE DE DECLARATION D’UN TRAVAILLEUR BONNE SEMAINE L’employeur doit retirer 3 exemplaires de déclaration d’accident du travail du travail la Caisse de Sécurité Sociale, les remplir, y joindre 3 exemplaires de certificat de constations des blessures et déposer un exemplaire de chaque pièce citée à l’inspection régionale du lieu de l’accident, d’une part, et à l’agence de la Caisse de Sécurité Sociale du même lieu ; le troisième exemplaire sera conservé dans les archives de l’entreprise. http://www.fonctionpublique.gouv.sn/index.php/comment-declarer-un-accident-de-travail 1/ INSPECTION DU TRAVAIL : Apporter un dossier avec 5 copies par employé des pièces suivantes :  « Déclaration de mouvement du travailleur »  Contrat de travail  Pièce d’identité de l’employeur et de l’employé  La lettre de transmission  Une grande enveloppe Quand les pièces sont visées et enregistrées, aller à l’IPRES pour la démarche suivante. CABINET MGRH Sacré cœur I n°8206 DAKAR RETROUVER LE CONTENU SUR LES RESEAUX SOCIAUX DU CABINET MGRH CABINET MGRH Sacré cœur I n°8206 DAKAR 00221 77 056 56 47 / 33 824 18 90 mgrhsenegal@gmail.com “We enhance your human resources” www.cabinet-mgrh.org 6 INFORMATIIIONS UTILES

×