CABINET MGRH
Sacré cœur I n° 8252 DAKAR
TEL : 00221 77 056 56 47 / 33 824 18 90
mgrhsenegal@gmail.com
www.cabinet-mgrh.org...
2 AU CŒUR DE L’ACTUALITE
Outre Les diplômés qui ne trouvent pas d’emplois correspondant à leurs
qualifications, des millio...
INTRODUCTION
Pour nombre d’entreprises, les évaluations sont
devenues une corvée administrative, plutôt qu’un
moyen de fou...
INTRODUCTION
Décryptage de quatre leviers d’amélioration
de la gestion de la performance des
collaborateurs : la définitio...
DEPOSEZ VOS CANDIDATURES SUR :
MGRHSENEGAL@GMAIL.COM
NOTRE RESEAU
BESOIN D’INTERIM OPTEZ POUR
UNE EXPERTISE APPROUVEE A VO...
P
PROGRAMME SENEGALAIS POUR L’ENTREPRENARIAT DES
JEUNES (PSE-J)
- - - - - - - - - - - - - - - -
APPEL A CANDIDATURES
Dans ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La newsletter de mgrh 35

156 vues

Publié le

PERFORMANCE

Publié dans : Recrutement & RH
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
156
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La newsletter de mgrh 35

  1. 1. CABINET MGRH Sacré cœur I n° 8252 DAKAR TEL : 00221 77 056 56 47 / 33 824 18 90 mgrhsenegal@gmail.com www.cabinet-mgrh.org “WE ENHANCE YOUR HUMAN RESOURCES” septembre 15 |CABINET MGRH | 00221 77 056 56 47 / 33 824 18 90 PLEINS FEU SUR LA GESTION DE LA PERFORMANCE EDITORIAL CITATIONS DE LA SEMAINE Réussir est devenu l'obsession générale de notre société, et cette réussite est mesurée par notre capacité à l'emporter dans des compétitions permanentes. Il est pourtant clair que la principale performance de chacun est sa capacité à participer à l'intelligence collective, à mettre en sourdine son je et à s'insérer dans le nous, celui-ci étant plus riche que la somme des je dans laquelle l'attitude compétitive enferme chacun. ALBERT JACQUARD CONTENU AU CŒUR DE L’ACTUALITE AVEC 38 MILLIONS JEUNES AU CHOMAGE L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE EST LA REGION LA PLUS TOUCHEE 2 LA BAD OCTROIE PRES DE 560 MILLIONS FCFA POUR L’EMPLOI DES JEUNES ET LE DEVELOPPEMENT DE L’ENTREPRENARIAT 2 PLEINS FEUX SUR LA GESTION DE LA PERFORMANCE GESTION DES PERFORMANCES : COMMENT CREER DE LA VALEUR AJOUTEE A PARTIR DE L'EVALUATION DES EMPLOYES ? 3 GESTION DE LA PERFORMANCE DES COLLABORATEURS : QUELS LEVIERS D'AMELIORATION ? 4 INFORMATIONS UTILES ANNONCES DE LA SEMAINE 5 INFORMATIONS 6 NOUS CONTACTER 6 « Le mot français « performance » existe aussi et dérive du latin PERFORMARE, avant d’être attesté en anglo-normand, et ensuite en ancien et moyen français The Oxford English Dictionary, second edition, volume XI, Clarendon Press, Oxford, 1989. Le terme de parformance (au XVIe siècle) est lui-même dérivé du vieux français parfourmir, ou parfournir, parfourmer ou parformer (au début du XIIIe siècle) qui signifie accomplir, exécuter, achever. »WIKIPEDIA La gestion de la performance est cette activité qui a pour objet d’amener les employés à déployer les énergies et la volonté nécessaires à la réalisation des objectifs de la structure. Levier d’engagement, car répondant au désir d’apprendre et progresser du salarié, elle propose au SRH de remettre l’humain au cœur de ses préoccupations. L’un des pièges à éviter est de se limiter à un indicateur quantitatif pour mesurer la performance quoi qu’il en soit la qualité des dispositifs de développement des Ressources Humaines de l’entreprise constitue un outil durable de création de la valeur et de la performance . EDITION 9, NUMERO 35
  2. 2. 2 AU CŒUR DE L’ACTUALITE Outre Les diplômés qui ne trouvent pas d’emplois correspondant à leurs qualifications, des millions de jeunes de 15 à 24 ans qui n’ont pas achevé l’école primaire et peinent eux aussi à accéder à l’emploi. Selon un rapport de l’Ocde publié en 2012, 160 millions d’adultes dans les pays développés n’ont pas les qualifications nécessaires pour postuler à un emploi. L’Afrique se retrouve ainsi soit avec des jeunes diplômés à qui on ne peut donner de poste, soit avec des jeunes sous-qualifiés qui n’ont aucune chance de faire leur place. L’ensemble du système d’éducation est globalement inadapté aux réalités économiques africaines. L’offre de formation ne répond que très partiellement aux besoins en compétences des entreprises, les formations techniques et professionnelles sont peu nombreuses et lacunaires. Un décalage entre les besoins du marché et l’éducation qui nécessite de réévaluer la pertinence des formations ainsi que le contenu de leurs programmes. Les jeunes constituent la majeure partie de la population africaine, un constat inquiétant : avec un taux de chômage aussi élevé, le taux de pauvreté atteint 47,5 % dans tout le continent, avec tous les risques d’instabilité sociale que cela implique, souligne l’OIT. Cette jeunesse frustrée et livrée à elle-même devient la cible idéale de groupes extrémistes comme Al-Qaïda. Selon une enquête réalisée par la Banque mondiale, environ 40 % de ceux qui rejoignent des mouvements rebelles et terroristes seraient motivés par le manque d’emplois. Une solution existe dans la combinaison formation et emploi En lançant la « Décennie de la jeunesse africaine » (2009-2018), les dirigeants prenaient compte de la nécessité de lutter à la fois contre le chômage et le sous- emploi. Des initiatives se sont multipliées. C’est le cas du Ghana, qui a mis en place un service national de la jeunesse et des programmes pour doter les diplômés de l’enseignement supérieur des compétences requises et les aider à trouver un emploi. La formation ne peut plus se faire uniquement selon une approche purement académique, mais au contraire en lien avec les entreprises. L’OIT appelle à mieux prendre en compte les besoins des acteurs économiques et s’en rapprocher : « il ne s’agit plus seulement de former pour qualifier, mais de former pour insérer ». D’autres pistes d’insertion professionnelle sont aussi envisageables : l’intégration de la personne dans l’entreprise puis sa formation. Ce qui permettrait aux jeunes sans qualification d’être éduqués non pas par l’école, mais via l’emploi, d’après Dramane HAÏDARA. Il plaide pour un « indispensable développement de collaborations avec les entreprises », comme tente de le proposer l’Agence française de développement (AFD) au Burkina Faso, au Cameroun, ou en Côte d’Ivoire, « en travaillant avec le secteur privé pour former de jeunes africains dans des domaines porteurs comme l’énergie ou l’agriculture ». http://adiac-congo.com/ Abidjan - La Banque africaine de développement (BAD) et la confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), ont signé, vendredi, un accord de don d’un montant de 558,970 millions de francs CFA, soit 947.625 dollars, destinés à l’emploi des jeunes et le développement de l’entreprenariat. La lettre d’accord de don a été signée par le Vice-président de la BAD, chargé des infrastructures, du secteur privé et de l’intégration régionale, Solomon ASAMOAH, et le président de la CGECI, Jean Kacou DIAGOU. Ce don est destiné à 200 jeunes entrepreneurs lauréats d’une compétition nationale ouverte à toutes et à tous, afin de développer leurs plans d’affaires et l’accès au financement, indique un communiqué de l’institution. S’exprimant au terme de la signature de l’accord, M. ASAMOAH s’est félicité des relations fructueuses entre la Banque et le Japon, qui se sont traduites par la mise en place du fonds, qui selon lui, "constitue une opportunité pour les jeunes africains". "L’inclusion financière et l’entreprenariat des jeunes sont extrêmement importants pour la BAD, et permettront à ceux-ci de transformer leur rêve en réalité", a-t-il ajouté. Le président de la CGECI, Jean Kacou DIAGOU a, quant à lui, exprimé sa gratitude à la BAD pour son appui. "En soutenant les jeunes, c’est toute la nation que l’institution accompagne dans les projets innovants, leur permettant ainsi de créer des PME qui deviendront de grandes entreprises", a-t-il commenté. "Il est important que beaucoup de jeunes qui viennent sur le marché du travail, se tournent dorénavant vers l’entrepreneuriat", a souligné le président du patronat ivoirien. Ce projet a été rendu possible grâce au Fonds d’assistance au secteur privé africain (FAPA) du Gouvernement du Japon et de l’Autriche. Ce fond est géré par la BAD et a financé depuis sa création plus de 50 projets dans 38 pays à travers le continent africain et pour un montant total dépassant les 60 million de dollars, indique le communiqué. (AIP) http://news.abidjan.net/ LA BAD OCTROIE PRES DE 560 MILLIONS FCFA POUR L’EMPLOI DES JEUNES ET LE DEVELOPPEMENT DE L’ENTREPRENARIAT AVEC 38 MILLIONS JEUNES AU CHOMAGE L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE EST LA REGION LA PLUS TOUCHEE
  3. 3. INTRODUCTION Pour nombre d’entreprises, les évaluations sont devenues une corvée administrative, plutôt qu’un moyen de fournir une valeur ajoutée tangible aux employés et à toute l’entreprise. La gestion des performances devrait être au cœur des processus de gestion des ressources humaines de toute entreprise, à plus forte raison dans un climat de récession, lorsque les employés se sentent menacés et que les talents doivent être renforcés. La création et l'application d'un programme complet et homogène de gestion des performances permettent aux départements des ressources humaines d'aligner les responsables de secteur et les employés sur les objectifs de l'entreprise. Le point de départ d'un tel programme devrait consister en une évaluation de chaque employé. Or, pour nombre d'entreprises, les évaluations sont devenues une corvée administrative, plutôt qu'un moyen de fournir une valeur ajoutée tangible aux employés et à toute l'entreprise. De nombreux responsables se contentent de cocher des cases, plutôt que de prendre le temps de rencontrer les employés en tête-à-tête pour améliorer et piloter les performances. On n'est donc pas surpris d'apprendre que près d'un employé sur trois considère l'évaluation annuelle comme une perte de temps, et non comme un moment clé de leur évolution de carrière. GESTION DES PERFORMANCES : COMMENT CREER DE LA VALEUR AJOUTEE A PARTIR DE L'EVALUATION DES EMPLOYES ? Un processus de gestion des performances mal géré peut être la cause d'un désengagement des employés les plus talentueux, voire de leur départ. L'absence d'opportunités d'évolution ou de promotions internes se traduit invariablement par un mécontentement de la main- d’œuvre, des taux élevés d'absentéisme, une démoralisation et une baisse de productivité. Les employés quittent plus souvent leur emploi parce qu'ils ne distinguent aucune perspective d'évolution de carrière que pour des raisons purement financières. Du point de vue du département des ressources humaines, le processus d'évaluation peut engendrer un raz de marée d'e-mails et de formulaires imprimés, ainsi qu'un chassé-croisé de responsables de secteur entre plusieurs départements, lesquels peuvent être relativement déstructurés. Dans un environnement non informatisé, la création, la diffusion et le traitement des évaluations et des revues représentent une somme d'heures considérable, souvent perdue en administration, paperasserie et coordination. Résultat : plutôt que de surveiller la qualité des évaluations et d'identifier les lacunes en formations au sein de l'entreprise, la majorité du temps des directeurs des ressources humaines est consacré à recueillir des retours d'informations, compiler des formulaires et veiller au respect des délais. Tout cela peut entraîner les départements des ressources humaines dans un cercle vicieux. Une autre critique faite aux évaluations est qu'elles ressemblent parfois à une corvée de gestion, les responsables se contentant de relancer machinalement le processus chaque année. L'une des principales raisons à cela réside dans le manque de préparation et de formation des entreprises, qui délèguent souvent les évaluations à des responsables de secteur n'ayant que peu d'expérience en matière de ressources humaines, voire aucune, et qui sont souvent mal préparés à accomplir cette tâche. Gestion des technologies et des performances Grâce aux technologies, les entreprises ont maintenant accès à des outils qui leur permettent d'appréhender le processus d'évaluation de manière plus proactive. Les logiciels de gestion des performances peuvent considérablement réduire le temps passé à collecter des formulaires imprimés, car les rappels automatisés, les rapports d'état et l'escalade des processus contribuent à améliorer l'efficacité des tâches exécutées, ainsi que leur alignement sur les objectifs de l'entreprise. Les logiciels de gestion des performances peuvent procurer aux entreprises une visibilité sur l'alignement des performances et objectifs des employés tout au long de l'année, ce qui devrait constituer la clef de voûte de la stratégie globale de gestion des talents de toute entreprise. La conservation des évaluations et des revues de performances des employés dans un seul référentiel central accessible par tous les responsables de l'entreprise peut s'avérer cruciale pour assurer la continuité de la gestion, notamment dans des périodes de grands changements organisationnels. En supprimant les tâches administratives associées à leur programme d'évaluation et en améliorant leur visibilité du processus, les équipes de gestion des ressources humaines peuvent consacrer beaucoup plus de temps au soutien des responsables, notamment en veillant à ce que les revues soient réalisées et en analysant leurs résultats. Côté participants, le processus prend moins de temps, ce qui contribue à améliorer la productivité, ainsi que le ressenti des stratégies d'évaluation et de développement de l'entreprise. Renforcement de l'engagement des employés Bien que les évaluations soient généralement un événement semestriel ou annuel, les retours d'informations ne doivent pas se limiter à des sessions de revue formelle. Les retours d'informations des employés devraient plutôt être continus. Une gestion régulière et cohérente des performances peut constituer un puissant outil d'engagement des employés. Elle crée une opportunité pour les responsables et les employés de passer en revue les performances, d'échanger des retours d'informations positifs et négatifs, d'identifier des objectifs et d'établir des plans d'évolution. Le suivi des évaluations est essentiel. Trop souvent, ce suivi est négligé, ce qui ne fait qu'ajouter à la frustration des employés et diminue l'importance de l'ensemble du système d'évaluation. Si une entreprise fixe des objectifs, il est impératif qu'elle les réévalue en permanence. Les entreprises qui négligent le développement de leurs employés encourent le risque de perdre leur réservoir de talents et de compromettre leur réussite commerciale. À terme, un mauvais processus d'évaluation peut faire perdre de l'argent à l'entreprise. Des outils sont maintenant disponibles pour rendre le système d'évaluation beaucoup plus bénéfique pour toutes les parties concernées. Il incombe aux entreprises de soumettre les processus qu'elles ont mis en place à un examen approfondi afin de déterminer s'ils contribuent réellement à la réalisation de leurs objectifs globaux en termes de gestion des performances et des talents. http://www.journaldunet.com/ 3PLEIN FEUX SUR LE THEME DE LA SEMAINE : L’EXTERNALISATION RH
  4. 4. INTRODUCTION Décryptage de quatre leviers d’amélioration de la gestion de la performance des collaborateurs : la définition des objectifs des collaborateurs, les perspectives d’évolution professionnelle, la relation avec les managers, et l’articulation entre les différents processus RH Une préoccupation renouvelée et croissante Dans le contexte actuel de recherche d'efficacité économique à l'aune d'une nouvelle "guerre des talents" internationale, de renouveau des attentes des collaborateurs et d'évolution des hiérarchies et relations professionnelles, les entreprises doivent faire de la gestion de la performance un levier de croissance et un facteur de différenciation. "D'un côté, les salariés attendent une juste appréciation de leurs capacités et de leurs compétences [1]. De l'autre, les entreprises ont besoin d'attirer et de fidéliser les talents qui vont lui assurer pérennité et compétitivité", explique Didier Bichon, Vice-Président Europe de l'Ouest de SilkRoad technology. "Autant de facteurs qui imposent de renouveler l'approche d'évaluation des collaborateurs pour faire de la performance individuelle un moteur du développement de l'entreprise." Performance versus évaluation Engager une démarche de gestion de la performance consiste à développer le potentiel de chaque salarié afin de renforcer le capital humain de l'entreprise et sa capacité à atteindre ses objectifs stratégiques et à relever de nouveaux défis. Quatre leviers pour renouveler l'évaluation de la performance individuelle Au fil des projets menés pour les entreprises, SILKROAD TECHNOLOGY a identifié quatre pistes pour améliorer le processus de gestion de la performance des salariés. 1. Définir autrement les objectifs professionnels des collaborateurs SILKROAD TECHNOLOGY recommande de choisir des objectifs dits S.M.A.R.T. [2], c'est-à-dire "Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes et Temporellement définis". Ces objectifs auront été pondérés en fonction de leur importance au travers d'une négociation très interactive des accords de notation et de pondération. 2. Associer performance et perspectives d'évolution Cadres et non cadres sont de plus en plus nombreux à rechercher un sens à leurs missions professionnelles. Ils attendent aussi de leur entreprise qu'elle maintienne (voire développe) l'employabilité - et plus seulement leur emploi. L'individualisation des trajectoires de vie appelle par ailleurs l'individualisation des parcours professionnels et de la gestion du capital humain. Pour développer les perspectives offertes à ses collaborateurs, l'entreprise s'appuiera simultanément sur des enquêtes de climat social et ses dispositifs de GPEC et de formation. 3. Donner un nouveau rôle au manager de proximité Pour restaurer la relation entre le salarié et son responsable hiérarchique direct, les entreprises peuvent mettre à la disposition du manager un système par lequel il pourra accéder aux informations disponibles sur chaque collaborateur membre de son équipe. Il aura ainsi la capacité d'adapter son management à chacun d'eux. 4. Centraliser les données et articuler les différents processus RH concourant à la gestion de la performance L'entreprise gagnera beaucoup à abandonner la traditionnelle feuille Excel, outil le plus utilisé par les RH, au profit d'une solution offrant toutes les fonctionnalités de la gestion de la performance (mesure des compétences, élaboration des plans de succession, automatisation du processus d'évaluation, historicisation des données, Reporting...), Il lui faudra juste respecter deux principes clés : · La centralisation des données RH dans un même outil afin de les rendre accessibles et exploitables par les différentes parties prenantes, selon leur fonction et leur rôle. Le but est de disposer d'une vue complète de chaque salarié (compétences, caractéristiques du poste qu'il occupe, formations qu'il a suivies, objectifs annuels, évaluations/autoévaluations antérieures, évolution sur plusieurs années...) permettant à l'entreprise de dresser une cartographie de son capital humain (points forts et axes d'amélioration de chaque salarié). · L'interconnexion de 6 processus RH clés relatifs à - la gestion des revues d'objectifs incluant la définition des objectifs individuels, - la gestion des appréciations incluant la définition des critères d'évaluation, - la gestion de la revue salariale (augmentations, bonus, primes...) - la gestion de la revue de personnel (hauts potentiels, plans de succession...) - la gestion des plans de développement individuel, rapprochant les aspirations du salarié, ses capacités et ses besoins de formation des besoins de l'entreprise, - la gestion des compétences à l'échelle de l'entreprise, dans une logique prévisionnelle (GPEC). Enfin, il est indispensable d'associer tous les échelons managériaux, les équipes RH et l'ensemble des salariés dans la démarche d'évaluation de la performance. "Une approche intégrée de la performance, grâce à une meilleure connaissance de son capital humain, de la performance et du potentiel des individus qui le constituent, aidera concrètement l'entreprise à être plus réactive et à anticiper ses besoins futurs, à la fois en termes de compétences et de leadership", conclut Didier Bichon. http://www.journaldunet.com/ 4 GESTION DE LA PERFORMANCE DES COLLABORATEURS : QUELS LEVIERS D'AMELIORATION ?
  5. 5. DEPOSEZ VOS CANDIDATURES SUR : MGRHSENEGAL@GMAIL.COM NOTRE RESEAU BESOIN D’INTERIM OPTEZ POUR UNE EXPERTISE APPROUVEE A VOTRE SERVICE UNE ECOLE UNE MISSION UNE VISION SEMINAIRE DEVENIR INFLUENT : DEVELOPPER VOS CAPACITES D’INFLUENCE ET DE LEADERSHIP DESCRIPTION S’il est vital de communiquer, il est encore plus important de se connecter réellement, d’entrer en relations et de rester en contact pour bâtir des rapports sources de valeur, de profits, de gains mutuellement satisfaisants et d’impacts, etc. A cet égard, réussir, dans la vie comme dans les affaires, dépend de la capacité à nouer et à développer un réseau, des relations, à faire du « Networking ou réseautage »,à entretenir et développer une audience avec un public, avec des parties prenantes, des décideurs prêts de l’action, de la prise de décision stratégique, opérationnelle ou financière et prêts à payer le juste prix. Cette formation opte pour une approche systémique et combine plusieurs éléments de leadership, de communication et d’interaction avec le public, le marché, les clients, etc. OBJECTIFS Vous voulez :  Appréhender les meilleures manières de communiquer pour entrer et rester en contact.  Discourir selon une approche structurée conforme aux bonnes et meilleures pratiques des grands orateurs, conférenciers, dirigeants et hommes d’Etat ;  Effectuer, avec succès, des présentations orales publiques attractives et d’améliorer leurs capacités d’influence ainsi que leur niveau de confiance en eux-mêmes ;  Intégrer l’art du compromis, en somme du juste milieu, en somme du et de la négociation ;  Présenter leurs discours et présentations orales dans un style de communication simple permettant d’influencer et de capter l’attention et l’intérêt des gens ;  assimiler ce que les leaders les plus efficaces au monde font de manière différente que ceux moins performants ;  Améliorer votre impact ou l’impact de vos idées, préconisations ou objectifs sur les autres, en milieu individuel ou organisationnel, en devenant une personne plus influente ;  intérioriser les principes et des règles simples qui vous permettront d’interagir positivement avec les autres ;  comprendre les liens qui existent entre prise de parole, parler en public, communiquer et influencer ;  explorer les domaines les plus significatifs sur lesquels il vous faudra agir pour être capable d’influencer les autres par vos paroles et vos attitudes ;  découvrir les pratiques de communication que les gens performants mettent en œuvre ainsi que l’impact et leurs effets sur le public ;  intérioriser de nouvelles capacités de leadership et augmenter vos chances de succès dans plusieurs domaines ;  disposer d’un plan qui vous aidera à vous développer sur le individuel, personnel, organisationnel et professionnel. PUBLIC  Managers et leaders, développeurs, gestionnaires des ressources humaines et des talents  Décideurs et leaders politiques, ministres et gouvernants.  Gestionnaires, leaders et équipes de projets et programmes.  Nouvelles équipes, nouvelles recrues, cadres supérieurs ou cadres supérieurs d’encadrement. RDV DU 14 AU 19 DECEMBRE 2015 A CASABLANCA INFORMATION AU 00221 77 056 56 47 5 LES ANNONCES DE LA SEMAINE
  6. 6. P PROGRAMME SENEGALAIS POUR L’ENTREPRENARIAT DES JEUNES (PSE-J) - - - - - - - - - - - - - - - - APPEL A CANDIDATURES Dans le cadre de la réforme phare du Plan Sénégal Emergent « ALIGNEMENT DES FORMATIONS DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR SUR LES BESOINS DE L’ECONOMIE », il a été mis en place un programme de formation en entreprenariat intitulé Programme Sénégalais pour l’Entreprenariat des Jeunes « PSE-J ». Ce programme qui se déroule sur une année et sur l’ensemble du territoire, propose de développer la formation d’une élite économique dans des domaines porteurs de croissance, notamment pour cette année :  Agriculture/agro-alimentaire/métiers de la pêche  Bâtiment/construction/énergie  Logistique/transport/distribution  Technologies de l'information et de la communication Les candidats sélectionnés recevront une double formation en matière d’entreprenariat et de compétences sectorielles. En complément de cette formation à fort contenu professionnel, ce programme proposera également un accompagnement spécifique (tutorat, mentorat, coaching, ….) qui permettra au futur entrepreneur d’affiner, de professionnaliser et de sécuriser son projet. Des actions de suivi continu à travers des couveuses, des incubateurs et autres structures de soutien viendront par ailleurs compléter le dispositif afin de pérenniser les PME-PMI créées. CRITERES D’ÉLIGIBILITÉ Sont éligibles à ce programme les candidats sénégalais titulaires d’au moins un diplôme Bac+2, ayant un projet de création d’entreprise dans les domaines ciblés. CRITÈRES DE SÉLECTION Les principaux critères de sélection sont : La qualité du projet ; Le parcours du candidat ; La motivation du candidat ; La pertinence du projet par rapport aux objectifs du PSE. LE DOSSIER DE CANDIDATURE Le dossier, rédigé en français, doit être déposé exclusivement via le système de candidature en ligne à l’adresse: http://www.psej.net). Le dossier en ligne est constitué d’un Formulaire de candidature à remplir. Les dossiers papiers ne sont pas acceptés. MODALITES PRATIQUES DE SOUMISSION DES CANDIDATURES Date limite de dépôt des dossiers de candidature : 20 septembre 2015 Publication de la liste des présélectionnés : 28 septembre 2015 Dépôt des vidéos de 1 à 2 minutes présentant le candidat et son projet : du 29 septembre au 5 octobre 2015 Publication de la liste des sélectionnés : 15 octobre 2015 Inscriptions : du 15 au 25 octobre 2015 Démarrage effectif des cours : 2 novembre 2015 Voir la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=R5j8w1G8Q-I Site web : http://www.psej.net Facebook : https://www.facebook.com/PSE-J-1667689780118961/ CONGE DE MALADIE ELECTIONDELEGUE DU PERSONNEL Congé de maladie payé La convention collective inter professionnelle prévoit un revenu pour un travailleur malade lorsqu'il/elle est absent(e) du travail pour raison de maladie au cours des 6 premiers mois de la maladie. Ici la principale condition à remplir est la durée/période du travail au service d'un employeur particulier. - pour moins de 12 mois de service : 1 mois de salaire intégral, 3 mois moitié du salaire ; - pour plus de 12 mois mais moins de 5 ans de service : 1 mois de salaire intégral, 4 mois moitié du salaire - pour plus de 5 ans de service : 2 mois de salaire intégral, 5 mois moitié du salaire. (Art. 19, 20) Soins médicaux Les employeurs sont tenus d'inscrire leurs employés à une institution de sécurité sociale (IPM) pour assurer leur couverture santé (Décret d'application n° 75-455 du 24 avril 1975). Les prestations médicales sont prévues dans l'Action Sanitaire, Sociale et Familiale. Cette institution est responsable de 40% à 80% des frais médicaux et pharmaceutiques et d'hospitalisation. Ceux-ci comprennent les soins médicaux, les consultations, les vaccinations, la surveillance alimentaire, la planification familiale, la fourniture de médicaments génériques bon marché, des tests médicaux. Les autres membres de la famille de l'employé sont aussi protégés.) Sécurité de l'emploi en cas de maladie Conformément à l'article 19 de la Convention collective interprofessionnelle, l'emploi d'un travailleur malade est garanti durant les 6 premiers mois de maladie. Ce n'est seulement au-delà de cette période qu'un travailleur de remplacement peut être engagé. Même si le travailleur de remplacement est engagé au cours de la période, il/elle est informé(e) de la nature provisoire de l'emploi. La période de sécurité de l'emploi peut être prolongée à 8 et 10 mois selon la durée du service. Réglementations sur le travail et la maladie  Code du Travail, 1997 / The Labour Code, 1997  Convention Collective Nationale Interprofessionnelle, 1982 / Convention Collective Nationale Interprofessionnelle, 1982  Code de Sécurité Sociale, 1997 / Social Security Code, 1997 http://www.votresalaire.org/ BONNE SEMAINE CABINET MGRH Sacré cœur I n° 8252 DAKAR 00221 77 056 56 47 / 33 824 18 90 mgrhsenegal@gmail.com “We enhance your human resources” www.cabinet-mgrh.org 6 INFORMATIONS UTILES RETROUVEZ mgrh SUR LES RESEAUX SOCIAUX

×