Consommation d'antibiotique dans les élevages en 2012

4 700 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 700
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 303
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Consommation d'antibiotique dans les élevages en 2012

  1. 1. 2-Antibiotiques: Consommation & données économiques pour la médecine vétérinaireUpdate Février 2012 Pour aller sur notre site si vous avez récupéré nos diapositives ailleurs 1
  2. 2. Comment exprimer une consommation d’antibiotique?• Difficultés pour exprimer une consommation d’antibiotique à des fins de comparaisons interspécifiques (notamment homme vs. Animal) – Impossibilité de comparer directement en unité pondérale des substances ayant des puissances très différentes • 1kg d’oxytétracycline ne peut pas être comparé à 1 kg d’une quinolone de troisième génération • Notion de DDD 2
  3. 3. Le système ATC/DDD• Le système ATC/DDD a été mis au point pour permettre de faire des comparaisons internationales de l’usage des médicaments.• Ce système est géré par l’Organisation Mondiale de la Santé• Le code ATC ( Anatomical Therapeutic Chemical-code ) est un code en 7 éléments (lettres et chiffres) spécifique à un principe actif déterminé (ou à une association déterminée de principes actifs), et qui indique sa place dans la classification ATC• DDD ( Defined Daily Dose ) ou littéralement, dose journalière définie. Elle est définie comme la dose d’entretien moyenne présumée par jour pour un médicament utilisé dans son indication principale chez l’adulte 3
  4. 4. La Dose Moyenne Standard ou DDD ( Defined Daily Dose )• La DDD est une estimation de la quantité de principe actif que reçoit un adulte d’un poids corporel d’environ 70 kg par jour (comme dose d’entretien en cas de traitement chronique) lorsque le médicament est prescrit pour son indication principale.• La DDD est exprimée dans une certaine unité (appelée la DDU ou Defined Dose Unit ): pour les médicaments monocomposés, il s’agit généralement d’une unité de poids, parfois d’une unité biologique 4
  5. 5. Consommation d’antibiotiques en médecine vété 5
  6. 6. Consommation pondéraled’antibiotiques dans 9 pays européens 6
  7. 7. The population correction unit (PCU)• The PCU for each animal category was calculated by multiplying numbers of livestock animals (dairy cows, sheep, sows and horses) and slaughtered animals (cattle, pigs, lambs, poultry and turkeys) by the theoretical weight at the time most likely for treatment. 7
  8. 8. Ventes d’antibiotique par mg/Kg de poids vif d’animal éligible à un traitement 8
  9. 9. Consommation d’antibiotique en Europe (2007) 9
  10. 10. Evolution de la consommationd’antibiotiques en Europe (2005 VS. 2009) 10
  11. 11. Evolution de la consommation d’antibiotiques en Europe 11
  12. 12. 12
  13. 13. Dispositif français de recueil et d’analyse des consommations d’antibiotiques en médecine vétérinaire en FranceANSES-Agence Nationale du Médicament Vétérinaire(ANMV)Rapports annuels (ANSES_consommation antibiotiques 2010) permet deconnaître les ventes (tonnage, espèces de destination,voies d’administration etc.) ce qui est un enjeu de santépublique 13
  14. 14. Les indicateurs pour exprimer l’usage des antibiotiques en 2010: définitions 14
  15. 15. Les indicateurs pour exprimer l’usage des antibiotiques en 2010 Indicateurs Définition/Calcul/unitésWacti Quantité pondérale vendue en FranceWeight of active ingredient Kg ou Tonnes d’antibiotique vendus par an en FranceWacti/WAP mg d’antibiotique utilisés par Kg de PV de l’espèce animaleWeight of animal population élevée en France et susceptible d’être traitée par l’antibiotiqueWAT Wacti/posologie nominale de l’espèceWeight of Animal Treated Kg ou tonnes de masse animale d’une espèce traités avec la posologie nominale pour cette espèceALEA WAT/WAPAnimal Level of Exposure to % de la masse totale d’une espèce animale traité avec laAntimicrobials posologie nominale 15
  16. 16. Les données collectées & les indicateurs 16
  17. 17. Types d’informations apportées par lesindicateurs utilisés pour exprimer l’usage des antibiotiques en 2010 17
  18. 18. Résultats exprimés en termes de poids vif traité : WAT (Weight of Animal Treated)• Cet indicateur prend en compte la dose et la durée de traitement – Ex: En France X Tonnes de bovin sont traités avec l’antibiotique A et Y tonnes de bovin avec l’antibiotique B• Cet indicateur reflète l’utilisation des différentes familles d’antibiotiques dans une espèce car il permet d’estimer la part relative des traitements de chaque famille d’antibiotique 18
  19. 19. Résultats exprimés en indicateur du niveau de l’exposition : ALEA (Animal Level of Exposure to Antimicrobials)• L’indicateur du niveau de l’exposition animale aux antibiotiques est obtenu en divisant le poids vif traité dans une espèce (WAT) par la masse d’animaux potentiellement traitables (WAP). – Ex: En France X% de la masse du cheptel bovin est traité avec l’antibiotique A et Y% de la masse du cheptel bovin avec l’antibiotique B• Cet indicateur pourrait permettre une comparaison des ventes d’antibiotiques et des pratiques d’antibiothérapie entre les pays. 19
  20. 20. Consommation (tonnes) dantibiotiques par voie d’ad 20
  21. 21. Ventes d’antibiotique en France en 2010• En 20108, le volume total des ventes s’élève à 1014 tonnes d’antibiotiques.• 4 familles d’antibiotiques (Tétracyclines, Sulfamides, Pénicillines et Macrolides) représentent plus de 80 % du total des ventes d’antibiotiques.• La famille des Tétracyclines représente à elle seule environ la moitié des ventes.• Les volumes de ventes des Fluoroquinolones et des Céphalosporines sont relativement faibles.• La principale voie dadministration est la voie orale, à lexception des Aminoglycosides, des Céphalosporines de 3ème et 4ème génération, des Pénicillines et des Phénicolés dont la voie préférentielle d’administration est la voie parentérale. 21
  22. 22. Ventes d’antibiotique en France en 2010 par voie d’administration (%) 22 WAT=Weight of Animal Treated
  23. 23. Ventes d’antibiotique en France en 2010 par voie d’administration (%)• Pour la voie orale, les ventes exprimées en quantité de poids vif traité (WAT) indiquent que les traitements à base de Polypeptides et de tétracyclines sont les plus fréquents,• Pour la voie parentérale, les Pénicillines et les ainoglycosides sont les traitements les plus utilisés suivis par les Macrolides et les Tétracyclines.• Les Fluoroquinolones et les Céphalosporines de 3ème et 4ème génération ont permis de traiter respectivement 11.98 % et 9.65 % du poids vif traité par voie parentérale . 23
  24. 24. Répartition de la consommation pondérale d’antibiotiques pour lesdifférentes espèces en France 201044% 20 7.88%18% 6.7% 1.16% 1.72% Poissons: 0.28% 24
  25. 25. Consommation d’antibiotiques pour les différentes espèces enFrance 2010 exprimées par le rapport Wacti/WAP en mg/kg Moyenne générale=63mgKg 147 799 104 107 111 51 19 Poissons: 57 25
  26. 26. Consommation d’antibiotiques pour les différentes espèces en France 2010 exprimées en ALEA 1.13 3.7 Poissons: 0.22 1.3 0.31 0.49 0.47 0.609Un ALEA de 1 signifierait que pour une espèce donnée, le poids vif traité estimé correspondexactement au poids vif total (produit) de la population Un ALEA de 0,316 pour l’espèce bovine signifie qu’en 2010, les ventes d’antibiotiques àdestination de cette filière ont permis de traiter 31.6 % du poids vif de bovins potentiellement 26consommateur d’antibiotique
  27. 27. L’indicateur ALEA représente le mieux l’exposition aux antibiotiques• ALEA prend en compte des informations sur les traitements (dose et durée) et une information sur les utilisateurs potentiels (masse de la population animale potentiellement consommatrice d’antibiotiques).• Un ALEA de 1 signifierait que pour une espèce donnée, le poids vif traité estimé correspond exactement au poids vif total (produit) de la population. Un ALEA de 0,316 pour l’espèce bovine signifie qu’en 2010, les ventes d’antibiotiques à destination de cette filière ont permis de traiter 31.6 % du poids vif de bovins potentiellement consommateur d’antibiotique 27
  28. 28. Importance de la voie orale en médecine vétérinaire 28
  29. 29. Evolution des ventes d’antibiotiques par famille 29
  30. 30. Evolution de la part des différentes familles d’antibiotiques utilisées chez les bovins 30
  31. 31. Evolution de la part des différentes famillesd’antibiotiques utilisées chez les chiens et chats 31
  32. 32. Evolution de la part des différentes familles d’antibiotiques utilisées chez le lapin 32
  33. 33. Evolution de la part de chaque famille d’antibiotiques utilisées chez le porc 33
  34. 34. Evolution de la part de chaque famillesd’antibiotiques utilisées chez la volaille 34
  35. 35. Evolution de la consommation des Fluoroquinolones en ALEA 35
  36. 36. Evolution de la consommation des C3C4G en ALEAEn 2010, près de 85 % du poids vif traité parles Céphalosporines de dernières générationsappartient à la filière bovine 36
  37. 37. Evolution par espèces de la consommation des Fluoroquinolones ( Tonnage) 37
  38. 38. Intensité dans l’usage des antibiotiques vétérinairesexprimée en mg d’antibiotique par kg de viande produite 38
  39. 39. Le cas des génériques de fluoroquinolones 39
  40. 40. Ventes d’antibiotique en France en 2008 40
  41. 41. Influence of generics marketing on thefluoroquinolone use (oral route) in poultry (2003- 2008); national survey in France Total Generics Pioneers 41
  42. 42. Generics and antibiotic consumption 42
  43. 43. Methods• A retrospective study collecting monthly national data on the number of marketed versions and sales of ciprofloxacin during January 1995–December 2005.• Data were compared with a median price per defined daily dose (DDD) of ciprofloxacin during September 1999–December 2005.• Yearly consumption data were compared with the antimicrobial resistance profiles of E. coli urine isolates. 43
  44. 44. Number of ciprofloxacin trade names (black line) and the median price per DDD (red line) and the influence of the introduction of generics Generics Number oftrade names Price 45
  45. 45. The influence of the introduction of generics on the total use of ciprofloxacin (blue line) and median price per DDD (red line)Consumption Generics price 46
  46. 46. Trends in the frequency of ciprofloxacin resistance among E.coli urine (brown line) and the consumption of ciprofloxacin (black line) from 1995 to 2005 Consumption Resistance Generics 47
  47. 47. Influence de la mise sur le marché de génériques de fluoroquinolone• Sur le marché des Fluoroquinolones à destination des volailles, il apparaît qu’entre 2005 et 2008, les ventes du produit de référence diminuent tout comme les ventes des médicaments non génériqués (médicaments appartenant à la famille des Fluoroquinolones mais qui ne sont ni médicaments de référence, ni médicaments génériques).• L’augmentation des ventes de Fluoroquinolones semble donc imputable à l’augmentation des ventes de génériques.• Pour la filière volaille, une augmentation des ventes (exprimée en niveau d’exposition) de 35,2 % est observée en 2008 par rapport au niveau d’exposition moyen entre 1999 et 2004. 48
  48. 48. Il n’y a pas que les génériques qui poussent à la consommation 49
  49. 49. Réseau européen de surveillance de la consomm 51
  50. 50. Consommation d’antibiotique EU 2008 52
  51. 51. Exposition aux antibiotiques de la population française en fonction de lâge (exprimée en % / mois) Crèches et regroupements 53 Sermet C., IRDES, 2002

×