Règles de تجويد

2 778 vues

Publié le

1 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Prénom Abul Hassanein
    Tél. fixe 00982516614160
    Tél. mobile 00989371554719
    Objet: Soumission de la traduction de المقدمة الجزرية pour appréciation
    Salam. Je m'appelle Abul Hassanein Dhul Qa’ada NASRULLAH Amkanahullah, Master en littérature coranique à l'Université internationale 'Al Mustafa (ص)' de Qom (Iran), assistant à la faculté de langue et littérature arabes à l'Institut supérieur Imam Khomeiny (gl) de Qom. Je suis le responsable du Centre d'enseignement et de recherche 'L'élite islamique' spécialisé dans la conception des manuels didactiques islamiques. je voudrai soumettre la traduction de 'المقدمة الجزرية' sur le Tajwîd au Farid Ouyalize pour critique et appréciation avant la finalisation.
    Merci d'avance
    Fraternellement vôtre
    Abul Hassanein
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 778
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
48
Commentaires
1
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Règles de تجويد

  1. 1. a Q - a Le tajweed simplifiéRédigé et écrit par le professeur Farid Ouyalize
  2. 2. IntroductionLe coran, ultime message d’Allah, a été révélé afin que les hommesy puisent leur guidance et leurs connaissances. Depuis sa révélation, et par la grâce d’Allah, cette sourceinépuisable n’a été sujette à aucune altération tant au niveau de sonsens qu’au niveau de ses moindres lettres et signes de vocalisation ;car Allah s’est porté garant de sa préservation de par les siècles et lesgénérations successives : (s15 ; v9) tβθÝàÏ ≈ptm: …çµs9 $‾ΡÎ)uρ tø.Ïe%!$#
  3. 3. @ øtwΥ $‾ΡÎ) (En vérité c’est nous qui avons fait descendre le coran et c’est nous qui en sommes gardiens).Cette préservation s’est produite sous deux formes : • La préservation par voie écrite. • La préservation par voie orale.Cette dernière qui nous importe concerne la façon dont le coran a étélu et rapporté dans ses moindres détails.Ainsi le coran nous a été rapporté par des chaînes de transmissionfiables passant par le prophète et remontant jusqu’à Allah.Ces chaînes de transmission nous garantissent la similitude de lalecture coranique du dernier maillon jusqu’au premier.Les savants par la suite ont mis en place un système de règlesprécises permettant une bonne lecture du coran ; celle-ci ne pouvantse faire que grâce à l’accompagnement et l’encadrement par unprofesseur qualifié. 1
  4. 4. Ce manuel se veut donc une approche permettant à l’étudiant nonarabophone de pouvoir réciter le saint coran de façon correcte etainsi de pouvoir se rapprocher d’Allah qui nous a ordonné de le lireconvenablement : (s73 ; v4) ¸ξ‹Ï?ös? tβ#uöà)ø9$# È≅Ïo?u‘uρ (Et récite avec soin le coran)Ce manuel regroupe l’essentiel des règles de tajweed selon l’imam
  5. 5. tout en se voulant le plus précis possible et le plus conforme àce que nos professeurs nous ont enseigné.Qu’Allah nous assiste dans nos œuvres et fasse que nos actes nouspermettent d’atteindre son agrément et sa pleine satisfaction. A Château Chinon le 12 juin 2007 . 2
  6. 6. Règles généralesAt tajweed, littéralement, signifie embellissement. Le tajweed est la sciencequi vise à donner aux lettres leur dû conformément à la récitation despremiers musulmans, telle qu’ils l’ont reçue du prophète .Il existe trois différents niveaux de lecture : • ِ ْ ‫ ( ا‬précision ) Ce terme désigne une lecture lente et sereine qui consiste à prononcer avec précision les lettres, les voyelles longues et tout ce qui a trait à la lecture coranique. • ‫ا َ ْر‬ Ce terme signifie rapidité ; La lecture est donc plus rapide et plus fluide tout en faisant attention à respecter les règles de lecture. • ‫ا ْو‬ ِ Il s’agit du niveau intermédiaire. Remarque : Le terme ( ِ ‫ ,) ا‬présent plusieurs fois dans le coran, englobe ces trois niveaux de lecture. 3
  7. 7. Règles de la basmala entre les souratesLa basmala est la formule par laquelle nous débutons tout acte endisant : [Lorsque l’on arrive à la fin d’une sourate et que l’on veut enchaîneravec la suivante, cette liaison peut s’effectuer de différentes façons :Exemples pour les sourates : et 1. l’arrêt entre chaque partie :
  8. 8. [ @ S @ arrêt [ arrêt
  9. 9. @ W @
  10. 10. 2. l’enchaînement de toutes ces parties :
  11. 11. [@ S @ [
  12. 12. @ W@
  13. 13. 3. l’arrêt entre la fin de la sourate et la basmala puis l’enchaînement de la basmala avec la sourate suivante :
  14. 14. [@ S @ [ arrêt
  15. 15. @ W @
  16. 16. Ces trois façons sont valables ; il existe néanmoins une quatrième possibilité qui n’est pas autorisée : 4. l’enchaînement de la fin de la sourate avec la basmala en marquant l’arrêt puis la reprise de la sourate suivante :
  17. 17. [ @ S @ arrêt [
  18. 18. @ W@
  19. 19. Remarque : Cette règle est valable pour tout le coran excepté entre les sourates ‫ ا ل‬et ‫( ا‬s 8 9) car cette dernière a été révélée sans basmala. 4
  20. 20. Points d’articulation des lettres @
  21. 21. 1 : Al jaouf (vide compris dans la bouche et la gorge) : comprend lestrois voyelles longues. La voyelle longue : ‫ي‬ La voyelle longue:‫و‬ La voyelle longue : ‫ا‬2 : Al halq ( la gorge ) : comprend trois points d’articulation. . Adna al halq Wassat al halq Aqsa al halq(L’entrée de la gorge) (Le milieu de la gorge) (Le fond de la gorge) Comprend les lettres Comprend les lettres Comprend les lettres ‫ غ‬et ‫خ‬ ‫ ع‬et ‫ح‬ ‫ ء‬et ‫هـ‬ 5
  22. 22. 3 : Al lissan (la langue) : comprend 10 points d’articulation pour 18 lettres.ryurtrhlettres . Aqsa lissan (fond de la Aqsa lissan (fond de la langue) : élévation du fond de langue) : élévation du fond la langue vers le palais et de la langue vers la partie légèrement en dessous du ‫: ق‬ molle du palais : la lettre ‫. ق‬ la lettre ‫. ك‬ Wassat lissan (milieu de la langue) en s’appuyant sur le milieu du palais comprend : La lettre ‫ج‬ La lettre ‫ش‬ La lettre ‫( ي‬autre que la voyelle longue). 6
  23. 23. L’un des deux cotés de la langue ou les deux en même tempss’appuyant sur les molaires supérieures : comprend la lettre ‫. ض‬L’un des deux bords de la langue en englobant l’extrémité de celle-ci et en s’appuyant sur le palais comprend la lettre ‫. ل‬ 7
  24. 24. L’extrémité de la langue s’appuyant sur le palais comprend lalettre ‫. ن‬ 8
  25. 25. L’extrémité de la langue s’appuyant sur le palais comprend leslettres :‫ ر‬mouraqaqa (douce).‫ ر‬moufakhama (emphatique). 9
  26. 26. L’extrémité de la langue s’appuyant sur la racine des incisivessupérieures comprend les lettres: • ‫ط‬ • ‫ د‬et ‫ت‬L’extrémité de la langue se trouvant collée aux incisives inférieurescomprend les lettres : • ‫ص‬ • ‫ س‬et ‫ز‬ 10
  27. 27. L’extrémité de la langue s’appuyant sur l’extrémité des incisivessupérieures comprend les lettres : • ‫ظ‬ • ‫ ذ‬et ‫ث‬ 11
  28. 28. 4 : Ash-shafatân (les lèvres) : comprennent 2 points d’articulation pour 4 lettres. La lettre ‫ و‬qui est La lettre ‫ ف‬qui est prononcée prononcée en en appuyant l’extrémité des arrondissant les lèvres et incisives supérieures sur en élevant le fond de la l’intérieur de la lèvre langue. inférieure. La lettre ‫ ب‬qui se La lettre ‫ م‬qui se prononce prononce en collant les en collant les lèvres et en lèvres. étant accompagnée de la rounna (nasillement). 12
  29. 29. 5 : Al khaichoum (la cavité nasale) comprend le nasillementqui accompagne les lettres ‫ ن‬et ‫. م‬ 13
  30. 30. Traits distinctifs des lettres _@ Chaque lettre possède ses propres traits distinctifs (oucaractéristiques) qui permettent de la différencier d’une autre lettre ;ainsi nous distinguons deux grandes catégories :A : lettres à traits distinctifs opposés 1. ْ َ ْ‫ا‬ Sens linguistique : murmure. Sens conventionnel : écoulement de l’air accompagnant les lettres suivantes : ََ ٌ ْ َ ُ َ َ Remarques : • L’écoulement de l’air est plus évident lorsque la lettre est ‫. آ‬ Ex : َ ِ ‫َ ْ ُ ُ اه‬ ِْ َْ َ ‫ْ َ ِ أ ْـ َ َ ْـ ـ ي‬ ِ ‫ِ ِْ ا‬ • Evitez de trop exagérer quant à la prononciation de la lettre ْ‫ ت‬car elle devient proche de la lettre ‫. س‬ Ex : ْ َ َ‫ُ ـ‬ ْ ْ‫ُ َت‬ ْ‫آ رت‬ َ ُ 2. َْ ‫ا‬ Sens linguistique : haute voix. Sens conventionnel : arrêt de l’écoulement de l’air lors de la prononciation des lettres restantes (19 lettres). Ex : ُ ْ َ ْ ‫َ ْ ُ ُ ُ ْ ِ ُ نْ ا‬ 14
  31. 31. 3. ‫ة‬ ‫ا‬Sens linguistique : intensité.Sens conventionnel : arrêt de l’écoulement du son lors de la prononciationdes lettres suivantes : ْ ََ ٍ َ ْ ‫أ‬ Ex : ْ َ ‫َآ ّ ْ ا‬ ‫ر‬ َْ ُ َِْ َ4. ِْ َْ‫ا‬Caractéristique intermédiaire indiquant que le son prononcé des lettressuivantes : َ ُ ْ ِ n’est ni coupé totalement (arrêt du son) comme pour‫ ا ة‬ni long (écoulement du son) comme pour ‫( ا وة‬caractéristiquesuivante). Ex : ‫ا ْ َ ْ َ ْ ُ ُ ا ْ ا رْض‬5. ‫َ َة‬ ‫و‬ ‫ا‬Sens linguistique : souplesse.Sens conventionnel : écoulement du son lors de la prononciation deslettres restantes (16 lettres). Ex : ُ َْ ‫أ‬ ُْ ِ َْ َ ُ َْ ‫ا‬Remarque :le son de la lettre est donc plus long pour ‫وة‬ ‫ , ا‬moins long pour ‫ ا‬etcoupé pour ‫. ا ة‬ Ex : َ ْ ِْ َ ْ ‫و‬ َ ْ‫َ ْ َ ْ ِـ ُون‬6. ‫ا ِ ْ ِ ْ َء‬Sens linguistique : élévation.Sens conventionnel : prononciation de la lettre occasionnant une pressionse dirigeant vers le haut du palais.Les lettres subissant cette pression sont : ْ ِ ٍ ْ َ ُCette caractéristique implique que toutes ces lettres sont emphatiques. 15
  32. 32. 7. ‫ا ِ ْ ِ َ ل‬Sens linguistique : abaissement.Sens conventionnel : prononciation de la lettre occasionnant une pressionse dirigeant vers le bas du palais et ceci pour les lettres restantes (22lettres).Cette caractéristique implique que toutes ces lettres sont amincies.Pour ce cas là, il est important d’apporter quelques précisions :Parmi les lettres restantes, trois d’entre elles ( ‫ )ا‬ont un statutparticulier car elles sont tantôt emphatiques tantôt amincies :La lettre ‫: ا‬ Elle est emphatique si elle est précédée d’une lettre emphatique : Ex : @ @
  33. 33. ^
  34. 34. Elle est amincie si elle est précédée d’une lettre amincie : Ex : @^
  35. 35. @
  36. 36. P
  37. 37. La lettre ‫: ل‬Cette lettre est toujours amincie sauf dans le mot de majesté ‫: ا‬• ‫ ل‬emphatique : lorsque le mot ‫ ا‬est précédé d’une ou d’une : Ex : @• ‫ ل‬douce (amincie) : lorsque le mot ‫ ا‬est précédé d’une ‫ة‬ ‫:آ‬ Ex : [La lettre ‫ : ر‬voire le chapitre concernant les règles de cette lettre.8. ‫ا ْ َ ق‬Sens linguistique : vient du verbe (َ َ ْ ‫ )أ‬signifiant coller.Sens conventionnel : pression d’une partie de la langue sur le palais lorsde la prononciation des lettres suivantes : ‫ص ض ط ظ‬9. ‫ا ِ ِ َ ح‬Sens linguistique : séparation.Sens conventionnel : ouverture entre la langue et le palais (séparation) lorsde la prononciation des lettres restantes (25 lettres). 16
  38. 38. B : lettres à traits distinctifs n’ayant pas d’opposés 1. ِ ‫ا‬ Sens linguistique : sifflement. Sens conventionnel : sifflement accompagnant les lettres suivantes : ‫صزس‬ 2. ََ ْ َ ْ ‫ا‬ Fort impact résultant de la prononciation d’une lettre ‫ آ‬et dû au fait de la séparation brusque de 2 organes de prononciation sans qu’il y ait ouverture de la bouche ou arrondissement des lèvres ou bien abaissement de la mâchoire inférieure. Ces lettres sont : ٍ َ ُ ْ ُ Cette règle se divise en deux parties : A : ‫ا َ ْ ََ ُ ا ْ َى‬ Elle est appelée petite lorsque l’une de ces cinq lettres se trouve au milieu de la lecture : @
  39. 39. @
  40. 40. @
  41. 41. , Z
  42. 42. @ @ @a B : ‫ا َ ْ ََ ا ْ ُ ْ َى‬ Elle est appelée grande lorsque l’une de ces cinq lettres se trouve à la fin de la lecture :
  43. 43. Z
  44. 44. @ @@ Remarque : L’impact de la lettre est encore plus fort lorsque la lettre en fin de lecture est dédoublée :
  45. 45. Z@a
  46. 46. 17
  47. 47. 3. ‫ا‬Sens linguistique : douceur.Sens conventionnel : prononciation avec douceur et sans effort des lettres‫ و‬et ‫( ي‬ayant un ‫ن‬ et précédées d’une ) : ْ ‫ ـــ‬et ْ ‫. ـــ‬ َ َ Ex : ِ`
  48. 48. 4. ‫ا ِ ْ ِ َاف‬Sens linguistique : déviation.Sens conventionnel : déviation du son des lettres ‫ ر‬et ‫ ل‬de leur pointd’articulation d’origine.Pour la lettre (‫ ,) ل‬le son est dévié vers les deux cotés de la langue , quantà la lettre ( ‫ ) ر‬le son est dévié de l’extrémité de la langue en allant vers ledos de celle-ci (partie comprise entre l’extrémité et le milieu de la langue).5. ِْ ‫ا‬Sens linguistique : répétition.Sens conventionnel : vibration de l’extrémité de la langue lors de laprononciation de la lettre ‫. ر‬Remarque : cette caractéristique est évoquée de façon à l’éviter et non àl’appliquer. Ex : ُ
  49. 49. 6. َ ‫ا‬ Sens linguistique : propagation. Sens conventionnel : propagation de l’air dans la bouche lors de la prononciation de la lettre ‫. ش‬7. َ َ ِ ْ ِ ‫ا‬ Sens linguistique : allongement. Sens conventionnel : allongement du son lors de la prononciation de la lettre ‫. ض‬ Ex :
  50. 50. ^ @ 18
  51. 51. Règles du mim sākinah ( ْ‫) م‬Ce chapitre comporte trois règles :1:‫ي‬ ‫( ا د م ا‬l’assimilation) :Il y a fusion de la lettre ( ْ‫ ) م‬lorsque celle-ci est suivie d’un autre ( ‫ ) م‬tout enl’accompagnant du nasillement (la rounna). Ex : ]
  52. 52. @ devient : ]
  53. 53. @2:‫ي‬ ‫ءا‬ ‫( ا‬la dissimulation) :Il y a dissimulation de la lettre ( ْ‫ ) م‬lorsque celle-ci est suivie de la lettre (‫) ب‬tout en l’accompagnant du nasillement (la rounna). Ex : [ [
  54. 54. 3‫ي‬ ‫را‬ ‫ ( ا‬l’apparition ):Cette règle consiste à prononcer clairement la lettre ( ْ‫ ) م‬lorsque celle-ci estsuivie de toute autre lettre hormis les lettres ( ‫ ) ب‬et ( ‫ ) م‬et sans appliquer lenasillement (la rounna). Ex : @
  55. 55. @
  56. 56. @ @
  57. 57. @ @ @ 19
  58. 58. Règles du noun sakina ( ْ‫ ) ن‬et du tanweenLe tanween est le nom donné en arabe à la double vocalisation se trouvant àla fin des mots et dont le son est celui du noun sakina ( ْ‫. ) ن‬ Ex : @ S se prononce : alimann @ S se prononce : aliminn @ S se prononce : alimounnCe chapitre comporte quatre règles :1:‫ر‬ ‫( ا‬l’apparition) :Cette règle consiste à prononcer clairement la lettre ( ْ‫ ) ن‬ou le tanweenlorsque ceux-ci sont suivis d’une des six lettres de la gorge et sans appliquerle nasillement (la rounna) .Ces lettres sont : ‫ ; أ هـ ع ح غ خ‬elles sont réunies au début dechaque mot dans la phrase suivante :
  59. 59. @ @
  60. 60. @ @
  61. 61. S Lettres de Exemples pour le Exemples pour le ‫ر‬ ‫ا‬ ( ْ‫) ن‬ tanween ‫أ‬ @S @S @
  62. 62. ‫هـ‬ @
  63. 63. @ @ ‫ع‬
  64. 64. `
  65. 65. S @
  66. 66. @
  67. 67. ‫ح‬
  68. 68. @
  69. 69. ‫غ‬ @ @
  70. 70. ‫خ‬ @^@ @ @ [
  71. 71. @
  72. 72. 20
  73. 73. 2 : ‫( ا د م‬l’assimilation) :On applique la fusion de la lettre ( ْ‫ ) ن‬ou du tanween lorsque ceux-ci sontsuivis d’une des six lettres suivantes : ‫َ ْ ُُ ن‬ َCette règle se divise en deux parties : • la fusion avec nasillement ( ‫ )ا د م‬avec les lettres . • la fusion sans nasillement ( ‫ )ا د م‬avec les lettres ‫. ل- ر‬ Lettres de Exemples pour Exemples pour le ‫ا د م‬ le ( ْ‫) ن‬ tanween ‫ي‬
  74. 74. @ @
  75. 75. @ ‫ا د م‬ ‫و‬
  76. 76. @
  77. 77. ‫م‬ @P ^ @b ‫ن‬ @ @ W @ @
  78. 78. ‫ا د م‬ ‫ر‬
  79. 79. @@ ‫ل‬ @ @Remarque :La règle de la fusion avec nasillement ne s’applique pas aux lettres (‫) و- ي‬lorsqu’elles se trouvent au milieu d’un mot . Ex :
  80. 80. [
  81. 81. 21
  82. 82. 3: ‫ب‬ ‫ ( ا‬la substitution ) :la lettre ( ْ‫ ) ن‬ou le tanween se substituent en ( ‫ ) م‬tout en faisant lenasillement ( rounna ) ‫ ــ‬lorsque ceux-ci sont suivis de la lettre ( ‫: ) ب‬Exemples pour le ( ْ‫: ) ن‬ ِ ْ َ ْ ِ se prononce : ِ ْ َ ْ ِ ‫ َ ُ ْ َ َن‬se prononce : ‫َُ ْ َ َن‬Exemples pour le tanwin : ‫ َِ ٌ ِ َات‬se prononce : ‫َِ ُ ْ ِ َات‬ ِ ِ ‫ آ َام َ َ َة‬se prononce : ‫آ َا ِ ْ َ َ َة‬ ‫ِ ٍ ر‬ ‫ر‬ ِ4:‫ء‬ ‫ (ا‬la dissimulation ) :Cette règle consiste à dissimuler la lettre ( ْ‫ ) ن‬ou le tanween tout enappliquant le nasillement , lorsque ceux-ci sont suivis d’une des quinzelettres suivantes :‫ص–ذ–ث–ك–ج–ش–ق–س–د–ط–ز–ف–ت–ض–ظ‬Ces lettres se trouvent au début de chaque mot du vers suivant :
  83. 83. @ @ @a @@
  84. 84. @
  85. 85. @
  86. 86. @ @ Remarques : • Lorsque la lettre ( ْ‫ ) ن‬ou le tanween sont suivis d’une lettre emphatique (‫ )ص- ق- ط- ض- ظ‬la rounna produite devient emphatique ; par contre lorsqu’ils sont suivis d’une lettre amincie la rounna devient à ce moment là amincie. • Lorsque la lettre ( ْ‫ ) ن‬ou le tanween sont suivis des deux lettres ( ‫) ق- ك‬ le son doit sortir uniquement du nez contrairement au reste des lettres. (Voir tableau des exemples). 22
  87. 87. Lettres de Exemples pour le Exemples pour le ‫ء‬ ‫ا‬ ( ْ‫) ن‬ tanween ‫ص‬
  88. 88. @S @
  89. 89. @ @ ‫ذ‬ @
  90. 90. @
  91. 91. ‫ث‬ @
  92. 92. _
  93. 93. @ _
  94. 94. @ @ ‫ك‬ @ @ Q @ @ ‫ج‬
  95. 95. @ @S @
  96. 96. @ ‫ش‬
  97. 97. @
  98. 98. @
  99. 99. ‫ق‬ @ @ @P
  100. 100. ‫س‬
  101. 101. @
  102. 102. @@ ‫د‬
  103. 103. S @
  104. 104. @ T@
  105. 105. ‫ط‬ ^ @@ @
  106. 106. ‫ز‬
  107. 107. S @^ @ @ @ ‫ف‬ @
  108. 108. @S Z
  109. 109. @ @
  110. 110. ‫ت‬
  111. 111. ` S @a _
  112. 112. @ ‫ض‬ @
  113. 113. @^
  114. 114. ‫ظ‬ S @ 23
  115. 115. Règles de l’allongement ّ َ ْ ‫ ( ا‬madd )Les lettres de l’allongement sur lesquelles se base ce chapitre sont aunombre de trois : ‫ ; ا و ي‬et en fonction de la lettre ou de lavocalisation qui suivent, ces lettres sont plus ou moins allongées.Nous distinguons neuf formes de madd :1: ِ ِ ‫ا ّا‬C’est tout madd qui n’est ni précédé d’une hamza ( ‫ ) ء‬ni suivi d’unehamza ou d’un ‫ن‬ ; la durée d’allongement est de 2 temps ( unitécorrespondant au temps de prononciation de 2 lettres vocalisées ). Ex : @ @ @
  116. 116. @ @2 : ‫ا ّ ا َ َل‬C’est tout madd qui est précédé d’une hamza et dont la duréed’allongement est de 2 temps. Ex :
  117. 117. W a @S
  118. 118. P3 : ‫ا ّ ا ِ َض‬C’est tout madd apparaissant lors de l’arrêt sur un mot se terminant par untanween ( ‫ ; ) ا‬la durée d’allongement est de 2 temps . ً Ex : @
  119. 119. devient : @
  120. 120. @
  121. 121. [@S devient : @
  122. 122. [@S4: ‫ا ّا‬As sila’ désigne le pronom de la 3ème personne du masculin singulier ( ‫) ــ‬et il y a allongement lorsque celui-ci est suivi d’une des deux lettres demadd ( ‫. ) و- ي‬ 24
  123. 123. Cette règle se divise en deux parties : • ‫ا ـ َ ُا ْ َى‬ On l’appelle petite lorsque le madd est suivi de toute lettre hormis la hamza ( ‫ ; ) ء‬la durée d’allongement est de 2 temps . Ex : @@
  124. 124. @
  125. 125. W • ‫ا َـ ُ ا ُ ْ َى‬ On l’appelle grande lorsque le madd est suivi de la lettre hamza ( ‫ ; ) ء‬la durée d’allongement est de 4 ou 5 temps . Ex : ً
  126. 126. [S
  127. 127. @ S @
  128. 128. 5 : ِ ُ ْ ‫ا َ ّ ا ْ َا ِ ُ ا‬ On l’appelle ainsi lorsque la lettre de l’allongement est suivie de la lettre(‫ )ء‬le tout en un seul mot ; la durée d’allongement est de 4 ou 5 temps. Ex :
  129. 129. P
  130. 130. P
  131. 131. P
  132. 132. 6: ِ َ ُ ْ‫اْ َ ّ اْ َ ِ ُ ا‬On l’appelle ainsi lorsque la lettre de l’allongement est située à la fin dumot puis suivie de la lettre ( ‫ ) ء‬au début du second mot ; la duréed’allongement est de 4 ou 5 temps. Ex : @W @
  133. 133. @S @ @
  134. 134. @ S W7 : ‫ا ْ َ ّ ا ْ َ رض ِ ُ ن‬ ُ ِOn l’appelle ainsi lorsque la lettre de l’allongement est suivie d’une lettreayant un ‫ن‬ dû à l’arrêt ; la durée d’allongement est de 2, 4, 6 temps auchoix. Ex : devient à l’arrêt :
  135. 135. @
  136. 136. devient à l’arrêt : @
  137. 137. devient à l’arrêt :
  138. 138. 25
  139. 139. 8: ‫اْ َ ّ ا‬On l’appelle ainsi lorsque les lettres ( ْ ‫ ) ــ ْ , ــ‬sont ‫ آ‬précédées d’une َ َ et suivies d’une lettre ayant un ‫ن‬ dû à l’arrêt ; la duréed’allongement est de 2, 4, 6 temps au choix. Ex : ِ ْ َ ْ ‫ ا‬devient à l’arrêt : ْ ْ َ ْ ‫ا‬ ‫ َ ْف‬devient à l’arrêt : ْ‫َ ْف‬ ٍ 9 : ‫ا ْ َ ّ ا ِم‬ ‫ز‬ On l’appelle ainsi lorsque la lettre de l’allongement est suivie d’une lettre ayant un soukoun originel ; la durée d’allongement est de 6 temps. On le distingue sous quatre formes : • َ ُ ْ ‫ا زم ا َ ِ ِ ّ ا‬ ِ Lorsque la lettre de madd est suivie d’une lettre dédoublée ayant une ‫ ) ـــ : َ ة‬et compris en un mot : ّ Ex :
  140. 140. aS
  141. 141. • َ ُ ‫ا زم ا َِ ِ ّ ا‬ Lorsque la lettre de madd est suivie d’une lettre ayant un ‫ن‬ originel et compris en un mot : Ex : P (s 10 ;v 51,91) Ce cas là ne se présente que pour ce mot répété deux fois. 26
  142. 142. • ّ َ ُ ‫ا زم ا ْ َ ْ ِ ّ ا‬ Lorsque la lettre de madd est suivie d’une lettre ayant un ‫ن‬ originel et compris en une lettre . On distingue ce cas au début de certains chapitres du coran tels que la sourate ‫: ا ة‬ Ex : se prononce : @ (s 68) se prononce : @ (s 50) se prononce : ^
  143. 143. (s 36) La lettre de madd apparaît donc une fois la lettre écrite telle qu’elle se prononce.• ّ َ ُ ‫ا زم ا َ ْ ِ ّ ا‬ Lorsque la lettre de madd est suivie d’une lettre dédoublée ( ayant une ‫ )ـــ : َ ة‬et compris en une lettre . De même, nous distinguons ّ ce cas là au début de certains chapitres du coran. Ex : se prononce :
  144. 144. @ (s 1) se prononce : @ (s 2628)On distingue donc une fois la lettre écrite telle qu’elle se prononce , quela lettre de madd est bien suivie d’une ‫. ة‬ 27
  145. 145. Règles de la lettre ( ‫) ر‬Nous distinguons trois cas de prononciation de la lettre ( ‫ ) ر‬selon savocalisation ou sa place dans le mot :1 : cas pour lesquels la lettre ( ‫ ) ر‬est emphatique ( ): • Lorsqu’elle a pour vocalisation une ( ‫ ) ر‬ou une َ (‫.)ر‬ ُ Ex : َ َ‫ر‬ ُ
  146. 146. [
  147. 147. • Lorsqu’elle est ‫آ‬ précédée d’une ( ْ ‫ ) ــ‬ou d’une َ ( ْ ‫) ــ‬ ُ Ex : @^@ @ @a • Lorsqu’elle est ‫ آ‬précédée d’une ‫ آ ة‬et suivie d’une lettre emphatique n’ayant pas de ‫( آ ة‬lettre emph ْ ‫.) ـــ‬ ِ Rappel : les lettres emphatiques sont ْ ِ ٍ ْ َ ُ Les exemples pour ce cas là dans le coran sont aux nombres de cinq seulement : 1 : @ @ (s6 ; v7) 2 : @
  148. 148. W (s9 ; v107) 3 : ^@ (s9 ; v122) @ 4 :
  149. 149. (s78 ; v21) 5 :
  150. 150. @ (s89 ; v14) • Lorsqu’elle est ‫آ‬ précédée d’une ‫ة‬ ‫ آ‬non originelle. Ex : se lit • Lorsqu’elle est ‫ آ‬en fin de mot précédée d’une lettre ‫ آ‬autre que le (‫ ) ـ‬et précédée d’une lettre ayant une ou une : Ex :
  151. 151. 28
  152. 152. 2 : cas pour lesquels la lettre ( ‫ ) ر‬est amincie ( ): • Lorsqu’elle a pour vocalisation une ‫ة‬ ‫.) ــ ( آ‬ ِ Ex : @ • Lorsqu’elle est ‫آ‬ a la fin du mot et précédée d’une ‫ة‬ ‫.) ـِـ ْ ( آ‬ ‫ـ‬ ex : @ @ @T@ • Lorsqu’elle est ‫ آ‬au milieu du mot précédée d’une ‫آ ة‬ originelle mais suivie d’une lettre douce ou amincie (toute autre lettre non emphatique) : lettre douce ْ ‫ـِـ‬ ‫ـ‬ Ex : ^
  153. 153. @
  154. 154. • Lorsqu’elle est ‫آ‬ et précédée de la lettre(‫آ ) ـ‬ ( ْ ْ ). Ex : [
  155. 155. • Lorsqu’elle est ‫ آ‬précédée d’une lettre amincie ( ) ‫آ‬ elle-même précédée d’une lettre ayant une ‫: آ ة‬ Ex : 3 : cas pour lesquels la lettre ( ‫ ) ر‬peut être amincie ( ) ou bienemphatique ( ): • Lorsqu’elle est ‫ آ‬précédée d’une lettre emphatique ( ) ‫ آ‬elle-même précédée d’une lettre ayant une ‫: آ ة‬ Ce cas là ne se présente que pour deux mots dans le coran : 1: (s34 ; v12) 2: (s12 ; v99) • Lorsqu’elle est ‫ آ‬au milieu du mot précédée d’une ‫ آ ة‬mais suivie d’une lettre emphatique ayant une ‫. آ ة‬ Ce cas là ne se présente que pour un seul mot dans le coran : @ (s26 ; v63) Remarque : Si l’on marque l’arrêt sur ce mot, ce cas là rejoint la première grande règle (troisième point). 29
  156. 156. Règles de l’assimilation de deux lettres ( ‫ ا د م‬Al idghām ) Cette règle consiste à assimiler deux lettres à condition que lapremière soit ‫ ; آ‬ainsi nous trouvons ‫ ا د م‬sous trois formes : 1. ْ َ ِ َ َ ُ ْ ‫إدْ َ م ا‬ On l’appelle ainsi lorsque les deux lettres qui se suivent sont identiques (c’est à dire ayant le même point d’articulation et les mêmes caractéristiques). Ex : @ devient : = 2. ْ َ ِ َ َ ُ ْ ‫إدْ َ م ا‬ On l’appelle ainsi lorsque les deux lettres qui se suivent ont le même point d’articulation mais des caractéristiques différentes. Ex : @a
  157. 157. devient : =b
  158. 158. Ex : @^@ @ `
  159. 159. R@ devient : @^@
  160. 160. R@ 3. : ْ َ ‫إدْ َ م ا ْ ُ َ َ ر‬ ُ On l’appelle ainsi lorsque les deux lettres qui se suivent ont des points d’articulation proches et des caractéristiques différentes. Ex :
  161. 161. @ devient : @ Pour ce dernier , la fusion n’est obligatoire que pour deux cas : • La lettre ‫ ل‬fusionnant avec la lettre ‫( ر‬exemple ci-dessus). • La lettre ‫ ق‬fusionnant avec la lettre ‫ ك‬dans le mot : ْ ُْ َ (s77 ;v20) 30
  162. 162. Remarque :Il y a certains cas qui font exception à la règle et qui ne permettent pas lafusion :1 : lorsque la première lettre est une lettre de (d’allongement). Ex :
  163. 163. @ @
  164. 164. 2 : lorsque la lettre ( ‫ ) ل‬rencontre la lettre ( ‫.) ن‬ Ex : @
  165. 165. @3 : lorsque la lettre ( ‫ ) ل‬rencontre la lettre ( ‫.) ت‬ Ex :
  166. 166. @
  167. 167. b @4 : lorsque la première lettre est une lettre de la gorge et celle qui suit unelettre proche de celle-ci : Ex :
  168. 168. @
  169. 169. @S
  170. 170. [ @ @ @a @
  171. 171. @ @a @ 31
  172. 172. Règles de l’arrêt et de la reprise de lecture ( ‫) ا َ ْ ُ وا ِ ْ ِ َاء‬ Cette règle fait partie des plus importantes de la lecture car elle influe sur le sens du coran. En effet un arrêt mal évalué peut donner un mauvais sens ou bien ne pas donner de sens du tout, de même pour la reprise de la lecture. Ainsi les savants ont mis en place un système de symboles afin de faciliter la lecture (symboles présents à la fin du saint coran). L’arrêt volontaire se distingue sous quatre formes :1. ‫ا َ ُ ا م‬C’est un arrêt dont le sens est complet et qui ne dépend pas de ce qui suitpar rapport au sens ou bien au lien grammatical.Il est donc autorisé de marquer l’arrêt et de reprendre directement après : Ex : (#ρãx x. šÏ%©!$# ¨βÎ) ∩∈∪ šχθßsÎ=ø ßϑø9$# ãΝèδ y7Í×‾≈s9ρéuρ2. َ ‫ا َ ُا‬C’est un arrêt dont le sens est complet mais qui a un rapport avec ce quisuit dans le sens global et qui n’est pas lié grammaticalement à ce quisuit.Il est donc autorisé de marquer l’arrêt et de reprendre directement aprèscomme dans l’exemple suivant :öΝγÏèôϑy™ 4’n?tãuρ öΝÎγÎ/θè=% ’n?tã ª!$# zΝtFyz ∩∉∪ tβθãΖÏΒ÷σムŸω öΝèδö‘É‹Ζè? öΝs9 ÷Πr Νßγs?ö‘x‹Ρr óΟÎγøŠn=tæ í!#uθy™ Î è 4 ö u3. َ َ ‫ا َ ُا‬C’est un arrêt dont le sens est complet mais qui a un rapport avec ce quisuit tant au niveau grammatical qu’au niveau du sens. Ex : ^@
  173. 173. arrêt @ Il est autorisé de marquer l’arrêt mais non de reprendre directement après ; il faut donc revenir en arrière et continuer sauf si l’arrêt marqué se trouve en fin de verset car le prophète s’arrêtait à chaque fin de verset puit continuait . Ex : ∩⊆∪ ÉÏe$!$# ÏΘöθtƒ Å7Î=≈tΒ ∩⊂∪ ÉΟŠÏm§9$# Ç≈uΗ÷q§9$# ∩⊄∪ šÏϑn=≈yèø9$# Å_Uu‘ ¬! ߉ôϑys9$# ø 32
  174. 174. 4. ‫ا َ ُا‬ C’est un arrêt dont le sens est incomplet ou qui peut conduire à un sens faussé voire mauvais . Ex : (s 4 ; v 43) ο4θn=¢Á9$# (#θç/tø)s? Ÿω (#θãΨtΒ#u tÏ%©!$# $pκš‰r‾≈tƒ Il n’est donc pas autorisé de marquer l’arrêt sauf en cas de nécessité. A ce moment, il faut revenir en arrière pour pouvoir reprendre et continuer. Tableau récapitulatif : Dépendance Dépendance avec ce qui Possibilité Type Sens avec ce qui suit au de exemplesd’arrêt complet suit au niveau du continuer niveau du lien la lecture sens grammatical ãΝèδ y7Í×‾≈s9ρéuρ ‫ا م‬ Oui Non Non oui ¨βÎ) ∩∈∪ šχθßsÎ=ø ßϑø9$# (#ρãx x. šÏ%©!$# ‫ا‬ Oui Oui Non oui ª!$# zΝtFyz ∩∉∪ βθãΖÏΒ÷σムŸω t Å_Uu‘ ¬! ߉ôϑysø9$# Oui, seulement après la fin ‫ا‬ Oui Oui Oui d’un verset Ç≈uΗ÷q§9$# ∩⊄∪ Ïϑn=≈yèø9$# š ÉΟŠÏm§9$# Non, (#θãΨtΒ#u tÏ%©!$# $pκš‰r‾≈tƒ ‫ا‬ Non Oui Oui revenir pour reprendre et οθn=¢Á9$# (#θç/tø)s? Ÿω n4 continuer 33
  175. 175. Règles du sakt ( ْ ‫)ا‬Le sakt est défini comme étant un arrêt court sans reprise de respirationdans l’intention de poursuivre la lecture ; il se présente sous deux formes : • Le sakt obligatoire ( ‫ُ ا َا‬ ‫)ا‬ • Le sakt autorisé ( َ ‫ُ ا‬ ‫)ا‬1. le sakt obligatoire . On le trouve dans le coran à quatre reprises : • dans la sourate ‫( ا‬s18 ; v1-2) 〈 #Y‰ƒÏ‰x© $U™ùt/ u‘É‹ΖãŠÏj9 $VϑÍhŠs% ∩⊇∪ %`uθÏã …ã©! ≅yèøgs† óΟs9uρ |=≈tGÅ3ø9$# Íνωö7tã 4’n?tã tΑt“Ρr ü“Ï%©!$# ¬! ߉÷Κptø:$# - 2y • dans la sourate (s36 ; v52) 〈 šχθè=y™ößϑø9$# šXy‰|¹uρ ß≈oΗ÷q§9$# y‰tãuρ $tΒ #x‹≈yδ 3 2$tΡωs%ö¨Β ÏΒ $uΖsVyèt/ .tΒ $uΖn=÷ƒuθ≈tƒ (#θä9$s% - • dans la sourate َ ِ ‫( ا‬s75 ; v27) 〈 5−#u‘ ô2tΒ ≅ŠÏ%uρ - • dans la sourate ِ ّ َ ُ ‫( ا‬s83 ; v14) 〈 tβθç6Å¡õ3tƒ (#θçΡ%x. $¨Β ΝÍκÍ5θè=è% 4’n?tã tβ#u‘ ö2≅t/ ( āξx.-Le sakt est donc obligatoire si le lecteur enchaîne sa lecture sans arrêt.Pour les deux premiers exemples, le lecteur peut néanmoins s’arrêter,reprendre son souffle, puis continuer sa lecture à l’inverse des deuxderniers exemples pour lesquels ce cas là ne se présente pas. 34
  176. 176. 2. le sakt autorisé. On le trouve à deux reprises : • entre la fin de la sourate ‫ل‬ ‫ ا‬et le début de la sourate َ ْ ‫: ا‬ 〈 Ï.Ύô³ßϑø9$# zÏiΒ Ν›?‰yγ≈tã tÏ%©!$# ’nÎ) ÿÏÎ!θß™u‘uρ «!$# zÏiΒ ×οu!#tt/ ∩∠∈∪ 7ΛÎ=tæ óx« Èe≅ä3Î/ ©!$# ¨βÎ)- t • dans la sourate ّ َ ‫( ا‬s69 ; v28-29) : 〈 ÷µuŠÏΖ≈sÜù=ß™ Íh_tã y7n=yδ ∩⊄∇∪ ÷µu‹Ï9$tΒ Íh_tã 4o_øîr !$tΒ- 2Le sakt est autorisé car le lecteur a le choix entre plusieurs options s’il désireenchaîner sa lecture :Pour le premier exemple nous avons trois possibilités : • l’enchaînement des deux versets. • L’arrêt normal à la fin du premier verset puis la reprise de la lecture. • Le sakt.Pour le second exemple nous avons deux possibilités : • La fusion. • Le sakt. 35
  177. 177. ْ ‫ا َِ َ ت ا‬ ُCette règle concerne la lettre ( ‫ ) ا‬qui se trouve à la fin de sept motsrépartis dans le coran.Cette lettre ne se prononce que lorsque l’on décide de marquer l’arrêtsur l’un de ces mots qui sont les suivants :1. @ S (dans tout le coran) : ö/ä3è=÷WÏiΒ ×Ž|³o0 $tΡr !$yϑ‾ΡÎ) ö≅è% O2. @ ( s18 ; v38) : #Y‰tnr þ’În1tÎ/ à8Ύõ°é Iωuρ ’În1‘ ª!$# uθèδ $¨ΨÅ3≈©9 u3. @ (s33 ; v10) : χθãΖΒ÷σßϑø9$# u’Í?çGö/$# y7Ï9$uΖèδ ∩⊇⊃∪ O$tΡθãΖ—à9$# «!$$Î/ tβθ‘ΖÝàs?uρ š Ï45.
  178. 178. -@ (s33 ; v66,67) : $tΡθ=|Êrsù $tΡ!#uŽy9ä.uρ $uΖs?yŠ$y™ $uΖ÷èsÛr !$‾ΡÎ) !$oΨ/u‘ (#θä9$s%uρ ∩∉∉∪ hωθß™§9$# $uΖ÷èÛruρ ©!$# $oΨ÷èsÛr !$uΖoKø‹n=≈tƒ tβθä9θà)tƒ u − s É#x‹yèø9$# š∅ÏΒ È÷x ÷èÊ öΝÍκÌE#u !$oΨ−/u‘ ∩∉∠∪ ξ‹Î6¡¡9$# Å gŸ6.
  179. 179. (s76 ; v4) : #—ŽÏèy™uρ Wξ≈n=øîruρ 6ξÅ¡≈n=y™ šÌÏ ≈s3ù=Ï9 $tΡô‰tFôãr $‾ΡÎ)Pour ce cas, si l’on décide de marquer l’arrêt, il y a toutefois une autrepossibilité :
  180. 180. 7.
  181. 181. @ (s76 ; v15) : #ƒÏ‰ø)s? $yδρâ‘£‰s% 7πāÒÏù ÏΒ (#tƒÍ‘#uθs% ∩⊇∈∪ O#tƒÍ‘#uθs% ôMtΡ%x. 5#uθø.ruρ 7πāÒÏù ÏiΒ 7πu‹ÏΡ$t↔Î/ ΝÍκöŽn=tã ß∃$sÜãƒuρPour le mot du second verset, la lettre ( ‫ ) ا‬ne se prononce pas du toutni à l’arrêt ni en enchaînant ..^ S Q @
  182. 182. ^ 36
  183. 183. Table des matières• Introduction ………………………………………………1• Règles générales…………………………………………….3• Règles de la basmala……………………………………....4• Points d’articulation des lettres…………………………….5• Traits distinctifs des lettres…………………………………14• Règles du ( ْ‫91………………………………………………) م‬• Règles du ( ْ‫ ) ن‬et du tanween……………………………..20• Règles de l’allongement ( ّ َ ‫42.……………………………) ا‬• Règles de la lettre ( ‫82..……………………………………) ر‬• Règles de l’assimilation de deux lettres…………………...30• Règles de l’arrêt et de la reprise de lecture……………......32• Règles du sakt ( ْ ‫43.……………………………………) ا‬• ْ ‫63...………………………………………………… ا ِ َ ت ا‬ ُ 37

×