[Type	
  text]	
  
	
  
	
   	
  
θωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψ
υιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδ
φγηϕκλζξχϖβνµθω...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   2	
  
Table	
  of	
  Contents	
  
SCREENPLAYS	
   3	
  
PARADISE	
  UNDERGROUND	
   ...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   3	
  
Screenplays	
  
	
  
Paradise	
  Underground	
  
	
  
Son	
  de	
  la	
  radio...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   4	
  
Isabelle	
  
	
  
Y’a	
  une	
  station-­‐service	
  pas	
  loin	
  d’ici.	
  ...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   5	
  
Isabelle	
  
	
  
C’est	
  débile	
  !	
  
	
  
Elle	
  revient	
  sur	
  son	...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   6	
  
Isabelle	
  
	
  
Y’a	
  quelqu’un	
  ?	
  Au	
  secours	
  !	
  
	
  
Ses	
  ...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   7	
  
L’officier	
  
	
  
Vous	
  avez	
  raison	
  d’être	
  prudente.	
  On	
  ne	...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   8	
  
Isabelle	
  
	
  
Pourquoi	
  ?	
  
	
  
Le	
  gérant	
  
	
  
J’ai	
  besoin	...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   9	
  
de	
  l’extérieur	
  du	
  véhicule	
  de	
  police,	
  pendant	
  qu’un	
  au...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   10	
  
Caligula	
  -­‐	
  Scène	
  cachée	
  par	
  le	
  rideau	
  
Caligula entre ...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   11	
  
Caligula gifle Lepidus de nouveau. Lucius est apeuré devant les événements.
C...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   12	
  
Le	
  Prix	
  du	
  Silence	
  
	
  
Scène	
  1	
  
int.	
  Bureau	
  de	
  p...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   13	
  
ÉLISE	
  
M.	
  Benassi	
  est	
  arrivé	
  juste	
  avant	
  la	
  fermeture...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   14	
  
Le	
  téléphone	
  sonne,	
  le	
  policier	
  répond.	
  
POLICIER	
  
Amene...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   15	
  
	
  
Les	
  deux	
  hommes	
  se	
  lèvent	
  et	
  Benassi	
  suit	
  Dupuis...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   16	
  
Le	
  policier,	
  un	
  peu	
  déçu,	
  prend	
  le	
  téléphone	
  et	
  co...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   17	
  
Volte-­‐face	
  
	
  
Mise en contexte : Trois hommes faisant parti du même g...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   18	
  
Tony jette un regard à Bob qui lève le menton et ajoute un léger rictus comme...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   19	
  
╬	
  Confession	
  ╬	
  
	
  
Scène	
  1	
  
intérieur,	
  escaliers	
  centr...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   20	
  
Catherine	
  
Voulez-­‐	
  vous	
  en	
  parler	
  devant	
  un	
  bon	
  caf...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   21	
  
Juge	
  Targat	
  (exclamation)	
  
Êtes	
  vous	
  complément	
  malade	
  ?...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   22	
  
Le	
  policier	
  
Elle	
  paraît	
  si	
  jeune.	
  C’est	
  dégueulasse	
  ...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   23	
  
Scène	
  8	
  
Intérieur,	
  salle	
  d’audience,	
  après-­‐midi	
  
	
  
Ta...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   24	
  
Stories	
  
Une	
  pièce	
  fantastique	
  
	
  
Le juge Targat entre dans un...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   25	
  
L’Everest	
  
La	
  pluie,	
  celle	
  qui	
  en	
  une	
  seule	
  nuit	
  n...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   26	
  
- On	
  l’a	
  chopé	
  au	
  bout	
  de	
  la	
  rue,	
  il	
  était	
  en	
...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   27	
  
boulot.	
   Mon	
   attention	
   s’est	
   détournée	
   au	
   moment	
   o...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   28	
  
La	
  nuit	
  tombée,	
  après	
  avoir	
  terminé	
  l’examen	
  de	
  la	
 ...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   29	
  
l’entrée.	
   Après	
   quoi,	
   je	
   suis	
   retourné	
   auprès	
   du	...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   30	
  
avait-­‐il	
  fui	
  l’agence	
  de	
  voyages	
  ?	
  Je	
  me	
  retrouvais...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   31	
  
télécopieur,	
  et	
  il	
  m’a	
  envoyé	
  toute	
  la	
  documentation	
  ...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   32	
  
s’endormir	
  pour	
  au	
  moins	
  trois	
  heures.	
  Comme	
  mademoisell...
Marc-­‐Antoine	
  Breton	
  ©2016	
   33	
  
- Mon	
  frère	
  est	
  en	
  Californie	
  et	
  j’ai	
  décidé	
  de	
  me...
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Portfolio MAB 2016
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Portfolio MAB 2016

106 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
106
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Portfolio MAB 2016

  1. 1.     [Type  text]         θωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψ υιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδ φγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζ ξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµ θωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψ υιοπασδφγηϕκτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβν µθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτ ψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπα σδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκ λζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβ νµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτ ψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπα σδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκ λζξχϖβνµρτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθ ωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυι οπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγ ηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξ χϖβνµθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθ ωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυι οπασδφγηϕκλζξχϖβνµθωερτψυιοπασδφγ WRITING  PORTFOLIO   2016   Marc-­‐Antoine  Breton          
  2. 2. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   2   Table  of  Contents   SCREENPLAYS   3   PARADISE  UNDERGROUND   3   CALIGULA  -­‐  SCÈNE  CACHÉE  PAR  LE  RIDEAU   10   LE  PRIX  DU  SILENCE   12   VOLTE-­‐FACE   17   CONFESSION   19   STORIES   24   UNE  PIÈCE  FANTASTIQUE   24   L’EVEREST   25   CONTE  PHILOSOPHIQUE  SUR  LA  CRÉATION  DE  L’HOMME   37   POUR  QUELQUES  BULLES  D’AIR   39   QUI  MOURRA  VERRA   41   NOUVELLES  PERSPECTIVES   43   SONG  LYRICS   45   THE  MELTING  WISH   45   THE  WORLD  COULD  BE  A  BETTER  PLACE...   46    
  3. 3. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   3   Screenplays     Paradise  Underground     Son  de  la  radio  qui  change  plusieurs  fois.     (quelqu’un  qui  cherche  un  poste  à  écouter)     1. EXTÉRIEUR  NUIT,  ROUTE     Une  jeune  femme  conduit  une  voiture  sur  l’autoroute.  Un  homme  dort  sur  la  banquette  arrière.   Le  cadran  pour  le  niveau  d’essence  indique  que  l’automobile  a  besoin  de  carburant.  L’intensité  de   la  radio  descend  de  moitié.  Elle  se  retourne,  et  s’adresse  à  l’homme  qui  dort.     La  femme  (Isabelle)     Jérôme  ?     L’homme  laisse  échapper  un  grognement  pendant  qu’Isabelle  jette  un  rapide  coup  d’œil  sur  la   route.  Elle  ralentit  et  s’engage  sur  la  route  secondaire  pour  prendre  la  prochaine  sortie.     Isabelle   (en  se  tournant  vers  l’homme)   Jérôme  !  Je  ne  sais  plus  où  on  est  pis  on  a  besoin  d’essence.     Au  moment  où  elle  termine  sa  phrase,  une  secousse  fait  trembler  la  voiture,  et  un  son  de  taule   froissée  et  de  vitre  cassée  se  fait  entendre.  Isabelle  se  retourne  brusquement  pour  regarder  la   route.   Tout   semble   normal,   excepté   que   les   phares   ne   fonctionnent   plus,   et   que   la   voiture   est   plongée  dans  le  noir  total.  La  seule  chose  qu’Isabelle  parvient  à  voir,  est  l’insigne  qui  annonce   l’arrivée  d’un  poste  d’essence  et  la  sortie  qui  se  trouve  un  peu  plus  loin.  Elle  garde  la  droite  et   s’engage  lentement  dans  la  sortie.  Une  fois  la  sortie  dépassée,  le  chemin  semble  aller  tout  droit,   mais   il   n’y   a   plus   d’indication   pour   la   guider.   La   seule   chose   qu’elle   remarque   est   un   point   lumineux   devant   elle.   Elle   décide   donc   d’aller   tout   droit,   vers   ce   qui   semble   être   une   petite   agglomération.   Peu   après,   elle   repère   l’unique   source   de   lumière   à   sa   droite,   et   constate   qu’il   s’agit   en   fait   d’une   affiche   illuminée   qui   annonce   un   espèce   de   motel.   On   peut   lire  :   Paradise   Underground,  next  left,  you  can’t  miss  it.  Elle  se  dirige  donc  dans  cette  direction.     [Début  du  générique  d’ouverture.]     Après   avoir   roulé   un   ou   deux   kilomètres,   la   voiture   s’engage   vers   une   route   éclairée   qui   se   présente  à  sa  gauche.     [Fin  du  générique  d’ouverture.]     Isabelle  s’adresse  à  Jérôme.        
  4. 4. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   4   Isabelle     Y’a  une  station-­‐service  pas  loin  d’ici.  Je  conduis  jusque-­‐là  pis  après  c’est  ton  tour.  Moi  j’suis   plus  capable.     Jérôme  ne  réagit  pas,  il  dort.  La  voiture  ralentit  et  arrive  à  un  motel  qui  est  visiblement  fermé.  La   musique  à  la  radio  change  subitement,  Isabelle  ferme  la  radio.  La  voiture  se  dirige  vers  une  sorte   d’entrée   souterraine   annoncée   par   une   enseigne   aux   lettres   criardes  :   PARADISE   UNDERGROUND.  Malgré  les  fluorescents,  l’endroit  paraît  désert  et,  de  l’auto,  Isabelle  n’aperçoit   aucun  bâtiment  qui  pourrait  ressembler  à  un  bureau  pour  l’accueil  des  clients.  Par  contre,  une   flèche  géante  pointe  en  direction  du  stationnement  souterrain.  Il  n’y  a  pas  de  pompe  à  essence   dans  les  environs  et  elle  commence  à  hésiter.     Isabelle     Jérôme  ?     Elle  regarde  sur  la  banquette  arrière  et  Jérôme  dort  encore.     Isabelle     Je  descends  voir  si  y’a  un  poste  à  essence,  et  si  y’en  a  pas,  tu  t’organiseras  avec  le  peu  qui   reste.     Elle  embraye  et  mène  la  voiture  à  l’entrée,  puis  sous  les  barrières  métalliques  qui  se  sont  levées   automatiquement.     2. INTÉRIEUR  NUIT,  STATIONNEMENT  SOUTERRAIN     Un  chemin  étroit,  balisé  par  d’énormes  blocs  de  ciment,  l’avale  aussitôt  dans  une  succession  de   tours   et   de   détours   fléchés.   Les   étages   supérieurs   sont   tous   bondés   et   il   n’y   a   pas   de   station-­‐ service.   Les   lacets   continuent   de   s’enfiler   dans   la   descente   et   Isabelle,   crispée   au   volant,   commence  à  désespérer.  Elle  s’énerve  et  freine.  Le  stationnement  regorge  de  voitures  alignées   comme  des  sardines  dans  des  boîtes  de  béton.  Elle  étire  le  cou,  à  gauche,  à  droite,  cherchant  une   indication  ou  une  âme  charitable  qui  pourrait  la  guider  vers  la  sortie.  Rien.  Le  parking  est  aussi   sombre  et  silencieux  qu’une  crypte,  aussi  lugubre  qu’un  cimetière  passé  minuit.  Elle  se  retourne  :   Jérôme  dort  toujours  profondément,  dans  un  état  de  béatitude  presque  inconvenant.  Mais  elle   choisit  de  ne  pas  le  réveiller  et  de  poursuivre  seule  la  descente.     Isabelle     Il  doit  ben  y’avoir  quelqu’un  ?     Dix  étages  plus  bas,  la  situation  n’a  pas  changé.  Des  voitures  partout,  muettes,  hostiles.  Un  virage,   un  autre;  il  ne  semble  pas  y  avoir  d’issue.  Elle  inspecte  chaque  recoin,  passe  et  repasse  sur  l’étage   en  zigzaguant  entre  les  colonnes  de  ciment.      
  5. 5. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   5   Isabelle     C’est  débile  !     Elle  revient  sur  son  trajet,  cherchant  l’ouverture  qui  lui  a  permis  d’entrer.  À  la  place,  elle  trouve   un  mur.  Elle  freine  alors  brusquement,  et  les  pneus  en  crissant  accompagnent  son  cri   d’exaspération.     Isabelle     C’est  pas  possible  !  On  passera  pas  la  nuit  ici  certain.     Elle  prend  une  grande  inspiration,  fixe  le  mur  devant  elle,  puis  expire  …     Isabelle     Jérôme  !     Jérôme  dort  d’un  sommeil  cataleptique,  absolument  fermé  aux  appels  du  dehors.     Isabelle     Jérôme,  tabarnac  !     Elle  a  beau  le  secouer,  rien  n’y  fait.  On  dirait  qu’il  a  sombré  dans  le  coma,  ce  qui  n’est  pas  pour  la   calmer.  Elle  ne  cède  pas  pour  autant  à  la  panique.  Elle  coupe  le  contact  et  sort  de  la  voiture.  La   portière,  en  claquant,  déclenche  une  série  d’échos  désagréables.  Isabelle  frissonne  et  s’avance  sur   la  voie  déserte  du  parking.     3. INTÉRIEUR  NUIT,  STATIONNEMENT  SOUTERRAIN     Le   seul   bruit   perceptible   est   celui   de   ses   pas   claquant   sur   le   ciment,   avec   en   sourdine   le   ronronnement  du  système  de  ventilation.  Parfois,  il  nous  semble  apercevoir  des  ombres  derrière   les  pare-­‐brise,  ombres  suspectes  faisant  le  guet,  à  l’affût  du  voleur.  Elle  n’ose  pas  trop  s’éloigner   de  sa  voiture,  ni  trop  s’approcher  des  autres  véhicules  garés  sur  l’étage.  Les  voitures  luisent  dans   le  noir,  jetant  des  reflets  cirés  à  la  lumière  des  néons.  Elle  avance  à  petits  pas  dans  les  rangs  bien   ordonnés  où  se  distinguent  surtout  l’éclat  des  pare-­‐chocs  et  le  miroitement  des  pare-­‐brise.     Isabelle     Y’a  quelqu’un  ?     Elle   déraille   gentiment,   abandonnée   à   elle-­‐même   dans   un   univers   de   ciment   qui   ne   fait   que   répercuter  ses  appels  à  l’aide.  Elle  cherche  une  sortie,  mais  il  n’y  a  pas  d’ascenseur,  ni  d’escalier,   ni  de  porte.  Elle  se  frotte  les  yeux  comme  si  toute  cette  mascarade  ne  pouvait  être  qu’un  mauvais   rêve.      
  6. 6. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   6   Isabelle     Y’a  quelqu’un  ?  Au  secours  !     Ses  appels  ricochent  sur  les  murs,  s’amplifient,  et  rebondissent.  Tout  semble  irréel.  Elle  panique   pour  de  bon,  court  à  sa  voiture,  claque  la  portière,  démarre,  embraye  en  marche  arrière…  et  vient   près  d’écraser  une  petite  fille  courant  après  un  ballon.  Isabelle  sursaute  en  freinant,  le  moteur   sautille,   l’acier   se   contracte.   Elle   braque   les   yeux   dans   le   rétroviseur   et   voit   la   petite   fille   disparaître   derrière   un   pylône.   On   entend   le   son   du   ballon   sur   le   ciment,   tranquillement   il   se   dissipe.  Elle  recule  à  toute  vitesse  et  fonce  dans  la  direction  qu’a  sûrement  prise  la  fillette,  sans   s’accorder   le   temps   de   douter.   Au   fond   de   l’allée,   où   une   flèche   indique   la   descente,   le   ballon   roule.   Elle   le   suit   machinalement.   Le   ballon   roule   sur   sa   lancée,   toujours   plus   vite,   Isabelle   le   talonne  malgré  tout.  Elle  le  perd  entre  deux  îlots.  Elle  s’affole,  donnant  de  la  tête  et  du  volant  au   hasard.  Le  ballon  retombe  brutalement  sur  son  capot.  Elle  laisse  échapper  un  cri  aigu  en  même   temps  qu’elle  freine.       Voix  hors  champ  (un  homme)     Puis-­‐je  vous  aider  Madame?     Elle  relève  la  tête  du  volant  et  regarde  l’homme  qui  a  prononcé  ces  mots  incroyables.  Elle  sourit   et   respire   de   soulagement  :   l’homme   qui   est   accoudé   à   sa   portière   est   bel   et   bien   vivant.   Il   ressemble  à  un  officier  sorti  tout  droit  d’une  cérémonie  militaire.  Il  a  un  visage  angélique,  on  ne   pourrait  pas  dire  son  âge.     Isabelle     (elle  bredouille)  Je  cherche  la  sortie.     (elle  enchaîne  rapidement)  J’croyais  trouver  de  l’essence,  mais  j’me  suis  perdu.  J’ai  essayé   de  réveiller  mon  …     L’homme  l’interrompt.     L’officier     N’ayez  crainte,  Madame,  il  y  a  toujours  une  solution,  même  aux  problèmes  les  plus   compliqués.  Venez  avec  moi,  je  voudrais  vous  montrer  quelque  chose.     Il  est  là,  raide  comme  un  i,  attendant  qu’elle  se  décide  à  le  suivre.     Isabelle     Où  voulez-­‐vous  m’emmener  ?     Il  sourit,  révélant  des  dents  qui  auraient  pu  servir  de  réclame  pour  une  pâte  dentifrice.        
  7. 7. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   7   L’officier     Vous  avez  raison  d’être  prudente.  On  ne  l’est  jamais  assez  de  nos  jours.  Je  vous  assure  que   vous  n’avez  rien  à  craindre.  Je  suis  le  gardien  du  parking.  Je  veux  simplement  vous  amener   voir  le  gérant.  Il  est  dans  sa  cabine,  pas  très  loin  d’ici.     Isabelle  prend  le  temps  d’y  penser.  Il  est  toujours  raide  comme  un  i.       Isabelle     D’accord,  embarquez.     Le  gardien  embarque  dans  la  voiture  et  lui  indique  le  chemin  en  pointant  du  doigt.     Le  gardien  (l’officier)     Prenez  à  gauche  ici,  et  puis  à  droite  juste  après  la  courbe.     Ils  arrivent  enfin  à  proximité  d’une  cabine  vitrée  où  l’on  peut  apercevoir  un  vieil  homme,  cigare   au  bec,  penché  au-­‐dessus  d’un  bureau  et  apparemment  absorbé  par  une  tâche  exigeant  toute  son   attention.  Isabelle  ralentit  et  le  gardien  ouvre  sa  portière.     Le  gardien     Je  vous  quitte  ici.     Isabelle     (un  peu  surprise)  Mais  …     Merci  de  votre  aide.     Ils  se  serrent  la  main  et  esquissent  chacun  un  sourire.     Le  gardien     Ça  m’a  fait  plaisir.  Au  revoir.     Il  referme  la  portière  et  donne  deux  petites  tapes  sur  le  capot  avant  de  disparaître  à  son  tour   derrière  un  pylône.  Elle  se  dirige  vers  la  cabine  et  identifie  la  tâche  du  gérant  :  il  écrit  dans  un   livre   gigantesque.   Elle   baisse   sa   vitre   pour   lui   parler,   mais   il   parle   le   premier,   sans   même   la   regarder.     Le  gérant     Quel  est  votre  nom  ?      
  8. 8. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   8   Isabelle     Pourquoi  ?     Le  gérant     J’ai  besoin  de  votre  nom  complet  pour  le  registre.     Isabelle     Isabelle  Allard.     Il  tourne  quelques  pages  du  livre  et  scrute  minutieusement  l’une  d’elles.     Le  gérant     Je  vois.  Veuillez  signer  ici  s'il  vous  plaît.     Il  lui  tend  un  crayon  et  colle  le  livre  ouvert  sur  la  vitrine  de  manière  à  ce  qu’elle  puisse  signer  à   travers  le  trou.  Une  fois  que  c’est  fait,  il  remet  le  livre  sur  son  bureau  et  ouvre  un  des  tiroirs  pour   en  sortir  une  estampe.  Il  estampe  la  page  signée,  range  l’estampe  et  actionne  un  levier  situé  sous   le   bureau.   Une   porte   de   garage   s’ouvre   à   une   dizaine   de   mètres   devant   la   voiture   et   le   vieil   homme  recommence  à  écrire  sans  se  soucier  d’Isabelle.     Isabelle     Merci  !     Elle  ne  voit  pas  à  l’extérieur,  mais  la  lumière  vive  lui  annonce  le  début  de  la  journée.  Elle  avance   jusqu’à  la  porte  et  s’arrête  brusquement.  Elle  vient  de  prendre  conscience  qu’elle  ne  devrait  plus   avoir  d’essence  depuis  un  bon  moment.     Isabelle     Comment  ça  s’fait  que  l’auto  fonctionne  sans  essence  ?   Jérôme,    réveille-­‐toi  !     Elle  secoue  Jérôme  pour  le  réveiller,  mais  il  reste  endormi.  Elle  continue  de  le  secouer.     Isabelle     (panique)  Jérôme  !     4. EXTÉRIEUR  NUIT,  ROUTE     Une  voiture  de  police  est  arrêtée  sur  le  bord  de  l’autoroute  avec  les  gyrophares  allumés.  Juste  à   côté,  dans  le  fossé,  la  voiture  d’Isabelle  est  emboutie  dans  un  mélange  de  taule,  de  verre,  et  de   sang.  On  remarque  la  carcasse  d’un  cerf  coincé  dans  le  pare-­‐brise.  Un  policier  parle  dans  sa  radio  
  9. 9. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   9   de  l’extérieur  du  véhicule  de  police,  pendant  qu’un  autre  éclaire  les  lieux  de  l’accident  avec  sa   lampe  de  poche.     Policier  1  (dans  la  radio)     We  found  them  dead  in  the  ditch  near  the  exit.   Another  deer  crash.     Policier  2  (en  éclairant  dans  la  voiture)     The  guy  moves  !     Call  an  ambulance  !     Des  nuages  blancs  recouvrent  la  scène.     On  entend  des  grincements  d’onde  radio.   Générique  de  fin.      
  10. 10. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   10   Caligula  -­‐  Scène  cachée  par  le  rideau   Caligula entre dans une salle du palais où discutent Lepidus et son fils. Il coupe la conversation et s’adresse à Lepidus. CALIGULA Ah, Lepidus! Je vous cherchais justement. Le fils reconnait l’empereur et se dresse comme un piquet en levant la main droite en guise de salut. LUCIUS (le fils) Ave Caïus Augustus! Lepidus, un peu gêné par cette formalité obséquieuse, s’empresse de poursuivre. LEPIDUS Que me voulez-vous donc, mon cher Caïus? Caligula regarde Lucius attentivement avant de répondre. CALIGULA Je voulais vous soumettre une question qui me tracasse au sujet de l’empire, mais je crois que votre fils sera plus apte à me répondre, car son respect pour la grandeur de l’empire est visiblement plus sérieux que le vôtre. Vexé, Lepidus contracte son faciès pour laisser paraître un sourire forcé. LEPIDUS Mais bien sûr, mon fils est à votre disposition. Lucius, droit comme un soldat, affiche sa fierté en attendant que l’empereur le questionne. Caligula regarde Lucius sans parler, puis détourne le regard vers Lepidus. CALIGULA Nous n’avons plus besoin de vous. Vous pouvez vous retirer. LEPIDUS (insulté) Je ne voulais pas croire ce que les autres en disaient, mais il est vrai que votre arrogance interfère avec votre jugement. Lucius, surpris par ce discours, regarde son père. Caligula reste muet. Ce qui nuit à l’empereur, nuit à l’empire, dit-on. Caligula se cambre vers l’arrière en prenant un grand respire, serre les lèvres puis gifle Lepidus. CALIGULA (enragé) Pour qui vous prenez-vous? Mon arrogance? Vous ne pensez qu’à votre égo. Si petit, si facilement brimé, et vous osé le défendre en vous dissimulant derrière l’empire. Vous n’en avez que faire de l’empire!
  11. 11. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   11   Caligula gifle Lepidus de nouveau. Lucius est apeuré devant les événements. CALIGULA Ma puissance et mon arrogance me viennent justement du fait que cet empire est le mien, et vous osez critiquer ces manières qui sont également celles de l’empire. LEPIDUS (la mine basse) Pourquoi cherchez-vous absolument à m’humilier devant mon fils? Lucius sort de sa stupeur et s’approche de son père en le touchant d’une main pour le réconforter. CALIGULA (encore plus en colère) Vous humiliez! Vous? Et moi, ne croyez-vous pas que vous m’humiliez en ce moment? Caligula commence à battre Lepidus de ses poings. Lucius s’interpose et pousse l’empereur au sol pour libérer son père. LUCIUS Laissez mon père tranquille! CALIGULA (crie en se relevant) Gardes! Deux gardes arrivent en courant dans la salle. Caligula pointe Lucius du doigt. Arrêtez cet homme! Il sera exécuté demain pour lèse-majesté. Les gardes contrôlent Lucius pendant que son père essaie de s’interposer. L’un des gardes le pousse et ils amènent le fils de force avec eux. Découragé, Lepidus s’élance vers Caligula. LEPIDUS (désespéré) Pourquoi Caïus? Pourquoi? Caligula le repousse d’une main et Lepidus s’écroule au sol en pleurant. CALIGULA Cette mort servira à te faire réfléchir, Lepidus. Un jour tu m’en remercieras.
  12. 12. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   12   Le  Prix  du  Silence     Scène  1   int.  Bureau  de  police  –  soir   L'endroit  est  plutôt  petit  et  le  bureau  est  plein  de  papiers  organisés  en  quelques  piles  sommaires  qui   semblent  faites  simplement  pour  faire  de  la  place.  Derrière  le  bureau,  un  policier  est  assis  et  consulte   une   feuille   d’une   main   en   faisant   rouler   un   stylo   dans   l’autre.   Élise   est   installée   devant   lui.   Elle   respire  fort  en  regardant  nerveusement  le  policier,  elle  est  sous  le  choc.  Un  peu  surpris  de  ce  qu’il   vient  de  lire,  le  policier  lève  les  yeux  en  direction  d’Élise.     POLICIER   Vous  avez  été  témoin  d'un  meurtre  chez  Épurex  ?!     ÉLISE   Oui...  enfin...     POLICIER   Qu'avez-­‐vous  vu  ?     ÉLISE   Eh  bien  !  Après  être  sortie  de  l'usine,  je  me  suis  rendu  à  mon  auto...  (VO)     SCÈNE  2   ext.  Stationnement  d'Épurex  –  soir   ÉLISE   (VO)…et  c'est  là  que  j'ai  vu  M.  Benassi  avec  le  corps  de  l'évaluateur,  M.  Dupuis.     Il  fait  noir  et  le  stationnement  est  pratiquement  vide.  On  remarque  une  Jeep  et  deux  autres  voitures.   Élise  se  rend  à  sa  voiture  et  pendant  qu’elle  sort  ses  clefs,  on  entend  la  porte  de  l’usine  qui  claque.   Élise  se  retourne  pour  voir  qui  sort  et  à  sa  grande  surprise,  elle  voit  M.  Benassi  qui  transporte  ce  qui   semble  être  à  coup  sûr  le  corps  d’un  homme.  Élise  court  se  cacher  avant  que  Benassi  la  remarque,  et   elle  continue  d’observer  la  scène.  Benassi  traîne  le  corps  jusqu’à  l’arrière  de  sa  jeep,  sort  ses  clefs  et   ouvre   le   coffre   avec   difficulté.   Avec   empressement,   il   dépose   le   corps   à   l’intérieur   du   véhicule,   referme  le  coffre  et  puis  va  prendre  la  place  du  conducteur.  Le  jeep  démarre  en  trombe  et  disparaît.     SCÈNE  3   int.  Bureau  de  police  –  soir   Le  policier  arrête  de  prendre  des  notes.   POLICIER   Vous  êtes  certaine  de  ce  que  vous  avez  vu  ?     ÉLISE   Oui  !  Je  ne  comprends  pas,  la  dernière  fois  que  je  les  ai  vus,   ils  semblaient  de  mauvaise  humeur,  mais  pas  au  point  d'en  arriver  là.     POLICIER   Comment  ça  ?    
  13. 13. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   13   ÉLISE   M.  Benassi  est  arrivé  juste  avant  la  fermeture  de  l'usine  pour  voir  M.  Dupuis  qui  l'attendait  pour   lui  parler  des  résultats  de  son  évaluation.  Quand  il  a  commencé  à  expliquer  à  M.  Benassi  qu’il  y   aurait  des  frais  pour  les  changements  à  apporter,    la  tension  a  monté.  Je  peux  le  comprendre,  tout   lui  tombe  dessus  en  même  temps  :  les  supposés  problèmes  avec  l’eau  potable,  le  téléphone  qui   est  coupé  depuis  hier  à  cause  des  constructions  près  de  l’usine,  et  maintenant  des  frais  pour  le   renouvellement  des  méthodes  d’assainissement.     POLICIER   Je  commence  à  comprendre.  Il  y  a  des  rumeurs  comme  quoi  M.  Benassi  serait  payé  par  les   propriétaires  des  abattoirs  pour  falsifier  les  rapports  d’évaluation  qui  sont  envoyés  à  la  ville.     Il  prend  le  combiné  du  téléphone  et  compose  un  numéro,  pendant  qu’Élise  réagit  à  sa  dernière   affirmation.   ÉLISE   (légèrement  offusqué)   Vous  n’allez  pas  un  peu  loin?  C'est  rien  que  d...     Il  lui  fait  signe  d'attendre  et  relit  ses  notes.   POLICIER   Oui,  Perreault  !  Pourrais-­‐tu  me  lancer  un  avis  de  recherche  pour  une  Jeep  grise  immatriculée  au   nom  de  Hugo  Benassi  ?  Parfait,  j’attends  ton  appel.     Il  raccroche  et  reporte  son  attention  sur  Élise.   ÉLISE   (découragée)   Vous  n’allez  tout  de  même  pas  vous  fier  à  des  rumeurs     POLICIER   Pour  les  abattoirs?!  En  fait,  ce  n'est  pas  simplement  une  rumeur.   Juste  avant  les  dernières  élections,  la  municipalité  avait  mis  sur  pied  une  enquête  publique,  mais   curieusement  cette  enquête  a  cessé  suite  à  la  candidature  du  nouveau  maire.   Et  devinez  qui  sont  les  plus  grands  donateurs  de  sa  campagne  ?     Élise  semble  surprise,  mais  commence  à  comprendre.     POLICIER   Et  oui,  les  abattoirs.  Moi  je  pense  que  les  frais  dont  M.  Dupuis  parlait  étaient  plutôt  les  frais  de   son  silence  face  au  comité.  Peut-­‐être  qu’il  avait  découvert  quelque  chose  que  votre  patron  n’avait   pas  eu  le  temps  de  camoufler.  Quelque  chose  de  trop  gros  pour  être  caché  aux  membres  du   comité  à  moins  que  le  prix  de  son  silence  soit  augmenté.     ÉLISE   Il  l’aurait  tué  au  lieu  de  le  payer  ?     POLICIER   Peut-­‐être  bien.    
  14. 14. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   14   Le  téléphone  sonne,  le  policier  répond.   POLICIER   Amenez-­‐le-­‐moi.     SCÈNE  4   Int.  Bureau  de  police  –  nuit   Benassi  a  pris  la  place  d’Élise  et  il  a  des  menottes  aux  poignets.     BENASSI   (irrité)   Puis-­‐je  savoir  pourquoi  on  m'arrête  ?     POLICIER   J’ai  un  témoin  qui  vous  a  vu  transporter  le  cadavre  d’un  homme  plus  tôt  dans  la  soirée.     BENASSI   Ah  ça  !  (rire  étouffé  en  soupir)     POLICIER   Ça  vous  fait  rire  ?     BENASSI   Laissez-­‐moi  vous  expliquer.   SCÈNE  5   Int.  bureau  de  Benassi  –  soir   La  pièce  est  plus  vaste  que  le  bureau  de  police,  mais  l'impression  d'espace  est  réduite  par  la  présence   de  quelques  gros  classeurs,  le  bureau  est  vide  à  l'exception  de  trois  gros  livres  à  couvertures  solides   sur  le  coin  gauche  et  d'une  calculatrice  de  table  sur  le  coin  droit.  Benassi  et  Dupuis  sont  assis  face  à   face.   DUPUIS   Les  tests  ont  révélé  des  taux  alarmants  de  toxines  provenant  des  gaz  d’échappements  produits   par  les  véhicules  automobiles  qui  circulent  le  long  de  la  rivière.Il  va  falloir  adapter  vos   installations  pour  faciliter  le  décèlement  et  réduire  la  présence  de  ces  toxines  dans  l’eau  de  la   rivière.     BENASSI   Et  combien  vont  me  coûter  ces  nouvelles  installations  ?     DUPUIS   Ça  ne  devrait  pas  être  trop  dispendieux.  Il  y  a  quelques  changements  à  apporter  au  niveau  des   protocoles  d’analyses  et  un  ajustement  à  faire  pour  le  bassin  de  rétention  spécifique  à  l’eau  de  la   rivière.     BENASSI   Quel  sorte  d’ajustement  ?     DUPUIS   C’est  assez  compliqué  à  expliquer  comme  ça.  Je  vous  expliquerai  sur  place.  
  15. 15. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   15     Les  deux  hommes  se  lèvent  et  Benassi  suit  Dupuis  qui  sort  du  bureau.     Scène  6   Ext.  usine  d’épuration  d’eau  –  soir   Benassi  suit  Dupuis  qui  se  rend  en  direction  du  bassin  de  rétention.  Tout  à  coup,  Dupuis  s’enfarge,   tombe  et  se  cogne  la  tête  sur  le  sol.  Benassi  se  penche  pour  voir  si  Dupuis  va  bien.  En  se  penchant,   son  cellulaire  tombe  et  c’est  en  essayant  de  le  rattraper  qu’il  le  pousse  dans  le  bassin.     BENASSI   Ah  fuck  !     Benassi  retourne  doucement  Dupuis  sur  le  dos  et  lui  parle.     BENASSI   Monsieur  Dupuis.  Monsieur  Dupuis!  Shit  !!!     SCÈNE  7   Int.  Bureau  de  police  –  nuit   Le  policier  alterne  un  regard  suspicieux  sur  Benassi  et  un  regard  pensif  sur  le  plancher.     BENASSI   Il  ne  bougeait  plus,  je  croyais  qu’il  était  mort.   Je  lui  ai  même  lancé  de  l’eau  à  la  figure  pour  tenter  de  le  réveiller.     POLICIER   Ça  ne  m’explique  pas  pourquoi  vous  transportiez  le  corps  dans  votre  voiture  ?     BENASSI   La  ligne  téléphonique  de  l’usine  est  hors  d’usage  à  cause  des  travaux,  et  vu  l’état  de  mon   cellulaire,  je  suis  certain  que  vous  pouvez  comprendre  que  je  n’avais  aucun  moyen  d'appeler  une   ambulance.  J’ai  paniqué.  J’ai  cru  qu’il  avait  peut-­‐être  une  chance  de  le  sauver  en  l’amenant  à   l’hôpital.     POLICIER   Et  il  est  toujours  à  l'hôpital  ?     BENASSI   Je  crois  que  oui.     POLICIER   Je  vais  vous  placer  en  garde  à  vue  jusqu’à  ce  qu’on  confirme  tout  ça.     BENASSI   (résigné,  un  peu  inquiet)   Pouvez-­‐vous  au  moins  m'enlever  ça  ?     Benassi  tend  ses  poignets  menottés  vers  le  policier.  
  16. 16. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   16   Le  policier,  un  peu  déçu,  prend  le  téléphone  et  compose  un  numéro.     POLICIER   Salut,  je  vais  avoir  besoin  de  la  confirmation  des  faits.  Je  mets  le  suspect  en                                                                                         garde  à  vue  pis  je  t’amène  le  dossier  pour  que  tu  mettes  un  homme  là-­‐dessus.   Moi  après  ça  je  rentre  à  la  maison,  j’ai  besoin  d’un  break.   Le  policier  raccroche  le  téléphone  se  lève  et  se  dirige  à  l’avant  du  bureau.     BENASSI   Est-­‐ce  que  je  peux  appeler  mon  avocat  ?     POLICIER   Vous  ferez  ça  en  bas,  levez-­‐vous.     Benassi  se  lève  pendant  que  le  policier  ouvre  la  porte  et  lui  fait  signe  de  sortir  en  premier.   Le  policer  ferme  la  lumière,  suit  Benassi  et  ferme  la  porte  derrière  lui.     SCÈNE  8   Int.  Bureau  de  police  –  nuit   Les  lumières  sont  fermées  et  le  policier  n'est  pas  présent.  Le  téléphone  sonne  et  le  répondeur  s'active.     RÉPONDEUR   Vous  êtes  bien  au  bureau  du  lieutenant  Jacques  Guites  (se  prononce  Guitesse),   laissez  votre  message  après  le  bip  sonore.   Bip!     VOIX   Lieutenant  Guites  ?  Je  suis  le  coroner  Taschereau.  J’ai  viens  de  recevoir  l’expertise  du  médecin   légiste  au  sujet  de  votre  enquête  sur  la  mort  d’Alain  Dupuis.  D’après  lui,  la  mort  semble  à   première  vue  attribuée  à  une  contusion  à  la  tête,  mais  après  un  examen  en  profondeur,  il  a   retrouvé  une  grande  quantité  d’eau  non  traitée  dans  les  poumons  du  défunt.  Il  affirme  donc  avec   certitude  que  celui-­‐ci  est  mort  noyé.  Tout  est  dans  le  rapport  d’autopsie  que  je  vais  vous  envoyer.   Aurevoir.       FIN      
  17. 17. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   17   Volte-­‐face     Mise en contexte : Trois hommes faisant parti du même gang criminalisé se rassemblent autour du cadavre de leur chef après avoir entendu des coups de feu dans l’entrepôt. Lieu / temps : Quartier général du gang. Un entrepôt durant la nuit. Personnages : -Roberto dit Bob, un homme à tout faire très baraqué -Giovanni dit Junior, le fils du boss, jeune mafieux en costume d’homme d’affaires -Antonio dit Tony, frère du boss, collecteur et tueur à gages -Giussepe dit Le boss, la victime, chef du gang Lumière sur un corps ensanglanté gisant au sol. Junior, visiblement énervé, pointe son arme à gauche et à droite en cherchant celui qui a tiré les coups de feu. Bob et Tony arrivent en courant avec leur revolver à la main. TONY. Mais qu’est-ce qui se passe? JUNIOR. On a tiré sur mon père. Le salaud, si je le trouve. (en criant) Montre-toi si t’es un homme! Bob scrute l’entrepôt pendant que Tony s’élance vers le corps de son frère. TONY. Giussepe? Réponds-moi Giussepe! Il met ses doigts sur la gorge de la victime pour prendre le pouls et se relève déçu par l’évidence. TONY. Je ne sens rien. Il est mort. BOB (à Junior). As-tu réussi à voir c’était qui? JUNIOR. Non. Je suis arrivé et il n’y avait personne. TONY. S’il n’y avait personne, pourquoi as-tu tiré avec ton arme? Je peux voir la fumée d’ici. Junior regarde son pistolet encore fumant et répond avec hésitation. JUNIOR. J’a… J… J’avais cru voir quelqu’un se sauver, alors j’ai tiré dans sa direction. Junior pointe de son arme le fond de l’entrepôt. Bob s’empresse d’aller vérifier. BOB. Il n’y a personne ici. La porte est barrée de l’extérieur et l’alarme aurait sonnée si quelqu’un était sorti par là. TONY (à Junior). Combien de coups as-tu tirés? JUNIOR. Je ne sais pas. Un ou deux.
  18. 18. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   18   Tony jette un regard à Bob qui lève le menton et ajoute un léger rictus comme s’il venait de tout comprendre et qu’il lui donnait son accord pour la suite des choses. TONY (au public/au cadavre). Je le savais que ce jeune-là tournerait mal. Je te l’avais dit Giussepe. JUNIOR. C’est quoi que ça change? TONY (à Junior). Ça change qu’on a entendu quatre coups de feu et qu’il y a exactement quatre trous de balle dans le corps de ton père. JUNIOR (choqué). C’est quoi l’affaire là? Vous pensez que j’ai tué mon père. TONY. Si j’me fis à ce que ton père m’a dit, ça n’allait pas très bien entre vous depuis quelque temps. JUNIOR (surpris). Voyons! Je ne l’aurais pas tué pour autant. Tony! C’est de mon père que tu parles. TONY. Justement. C’est mon frère et je le connais bien. Il regarde le cadavre et se reprend. Connaissait… (courte pause qui fait sentir le regret) Il t’a probablement dit ce que tu ne voulais pas entendre. Que bientôt c’est moi qui prendrais les rênes de l’entreprise, et tu n’as pas voulu l’accepter. JUNIOR (en colère). Je suis son fils! C‘est moi qui devrais… En parlant, il lève son arme pour la pointer vers Tony. Rapidement, Bob arrête le mouvement et contrôle Junior. Tony donne un coup de crosse sur la tête de Junior qui laisse tomber son arme pendant que Bob lui fait une clé de bras par-derrière pour le retenir. TONY (en colère). Ton propre père, Giovanni! La famille s’est sacrée, et toi tu craches dessus pour une simple question d’égo. T’as toujours ce que tu voulais, et tu te plains encore. Tony donne un autre coup de crosse sur le visage de Junior, et un coup de poing dans l’estomac. Junior a le visage couvert de sang et s’étouffe par manque de souffle. Bob le ressaisit et le tient droit. TONY. Je suis vraiment déçu de toi, Junior. Tony lève son arme et la pointe en direction de Junior. La lumière s’éteint en fondu au noir.    
  19. 19. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   19   ╬  Confession  ╬     Scène  1   intérieur,  escaliers  centrales,  midi     Un  homme  dans  la  soixantaine,  vêtu  d'un  costume  veston-­‐cravate,  monte  les  escaliers  avec  une  boîte   dans  les  mains.     Scène  2   intérieur,  couloir,  midi     L’homme  marche  dans  le  couloir  et  entre  dans  son  bureau.     Une  femme  entre  par  l’autre  bout  du  couloir.     Scène  3   intérieur,  le  bureau  d'un  juge,  midi     L’homme  dépose  la  boîte  sur  le  bureau  et  range  ce  qu'il  reste  de  ses  affaires  à  l’intérieur  de  celle-­‐ci.   Une  jeune  femme,  habillée  d'un  tailleur,  vient  s'adosser  sur  le  cadre  de  la  porte.     Jeune  femme  (Catherine)   Félicitations  monsieur  Targat  !     L’homme  se  tourne  en  direction  de  la  femme.     Juge  Targat   Merci  ma  petite  Catherine.  Tu  es  très  aimable.     Catherine   Comment  s'est  déroulée  votre  dernière  audience  ?     L’homme  appuie  ses  fesses  sur  le  bureau.     Juge  Targat   Très  bien.     Je  vais  beaucoup  m'ennuyer  de  tout  ce  cérémonial.     Catherine   Ça  fait  plus  de  35  ans  que  vous  faites  régner  l'ordre  dans  ce  tribunal.   Il  est  temps  de  penser  un  peu  à  vous,  non  ?     Juge  Targat   Tu  as  bien  raison  Catherine,  mais  je  ne  peux  pas  me  résoudre  à  ne  plus  présider  cette  cour.   J'ai  mis  mon  corps  et  mon  âme  dans  ce  travail,  c'est  toute  ma  vie  qui  s'arrête  avec  lui.     Le  juge  regarde  le  sol  durant  quelques  secondes  avant  que  Catherine  lui  réponde.      
  20. 20. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   20   Catherine   Voulez-­‐  vous  en  parler  devant  un  bon  café  ?  Je  vous  l'offre.     L’homme  cesse  de  s’appuyer  sur  le  bureau.   Juge  Targat   Merci  Catherine,  mais  je  vais  plutôt  finir  de  ranger  mes  affaires  et   je  vais  profiter  de  mon  après-­‐midi  pour  dire  au  revoir  à  tout  le  monde.     Catherine   Il  n’y  a  rien  qui  vous  empêche  de  revenir  nous  voir,  on  se  reprendrait  pour  le  café.     Elle  lui  sourit.     Juge  Targat   Ce  sera  avec  plaisir.   Au  revoir  Catherine.     Scène  4   intérieur,  salle  d'audience,  après-­‐midi     Le  juge  Targat  entre  dans  la  salle  par  la  porte  qui  est  à  droite  de  la  tribune.   On  entend  le  bruit  de  l'assistance  sans  la  voir.     Voix  hors-­‐champ  d'un  homme  inconnu   Veuillez  vous  lever  en  présence  de  l'honorable  juge  Targat.     Le  juge  s'assoit  sur  le  fauteuil  situé  sur  la  tribune  et  fixe  droit  devant  lui.   On  entend  toujours  le  bruit  de  la  foule  suivit  de  deux  coups  de  marteau  sur  le  butoir.     Juge  Targat  (en  pensée)   L'audience  peut  commencer.     Silence  complet.     Il  baisse  les  yeux  et  nous  constatons  qu'il  est  seul  dans  la  salle  (Il  semble  avoir  des  remords).   Un  bruit  strident  (chaise  qui  traîne  au  sol).  Surpris,  le  juge  se  lève  en  sursaut  et  sur  la  pointe  des   pieds,  scrute  la  pièce.  Il  ne  remarque  aucun  individu,  ni  rien  de  louche.     Juge  Targat  (ton  autoritaire)   Allez  sortez  !     Aucune  voix  ne  lui  répond  et  aucun  son  ne  se  fait  entendre.   Le  magistrat  laisse  la  tribune  derrière  lui  pour  aller  vérifier  les  bancs  de  l'assistance  et  une  fois  la   vérification  terminée,  au  moment  même  où  il  retourne  à  son  fauteuil,  il  voit  une  chaise  se  diriger  à   toute  vitesse  vers  lui,  comme  par  magie.  Visiblement  estomaqué,  Targat  se  met  en  colère  et  crie  en   direction  de  la  tribune.        
  21. 21. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   21   Juge  Targat  (exclamation)   Êtes  vous  complément  malade  ?   Ce  n'est  pas  du  jeu  vous  auriez  pu  me  blesser.   Sortez  d'où  vous  êtes  !     Ne  constatant  aucune  réaction,  Targat  marche  rapidement  vers  le  point  de  départ  pour  n'y  trouver   que  l'absence  du  fauteuil.  Craintif,  le  juge  se  dirige  vers  la  sortie  gauche  de  la  tribune  tout  en  pestant   contre  le  provocateur.     Juge  Targat  (grommellement)   Non,  mais  est-­‐ce  que  c'est  possible  ...  insignifiant  ...     À  l'instant  même  où  sa  main  touche  la  poignée,  on  entend  le  loquet  se  verrouiller.  Pris  de  panique,  il   fonce  droit  sur  la  porte  par  laquelle  il  est  entré,  mais  elle  est  aussi  fermée  à  clé.  Son  honneur,  ne   croyant  manifestement  pas  en  l'occultisme,  affirme  à  haute  voix  le  constat  de  ses  hallucinations.       Juge  Targat   Ça  y  est  !  Je  suis  devenu  fou.  Je  suis  en  train  d'halluciner.     Au  bout  de  quelques  instants,  le  juge  se  calme  et  s'attaque    à  la  porte  principale  en  hurlant  pour  sa   libération.     Juge  Targat   Laissez-­‐moi  sortir  !   Ouvrez-­‐moi  quelqu’un  !     Un  éclat  de  rire  sardonique  l’arrête  et  il  tourne  son  regard  en  direction  de  ce  qui  semble  être  une   entité  fantomatique.  Le  juge  médusé  se  transporte  comme  par  enchantement  sur  la  tribune  et  se   trouve  face  à  face  avec  un  homme  qu’il  reconnaît.     Juge  Targat  (voix  basse)   Seán  Lacey  ?  C’est  impossible.     Scène  5   Extérieur,  berges  d’une  rivière,  soir     Un  policier  éclaire  le  cadavre  d’une  jeune  femme  avec  sa  lampe  de  poche.  Un  homme  accroupi,  le   coroner,  observe  la  dépouille  à  demi  couverte  par  un  drap.  On  voit  les  reflets  d’un  gyrophare.     Le  policier   Une  femme  a  téléphoné  au  poste  pour  dire  qu’il  y  avait  un  homme  louche  qui  rodait  près  de  la   rive.  Je  suis  venu  faire  ma  ronde  et  j’ai  découvert  le  corps.     Le  coroner   Elle  a  vraisemblablement  été  étranglée  et  abandonnée  ici.      
  22. 22. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   22   Le  policier   Elle  paraît  si  jeune.  C’est  dégueulasse  de  faire  une  chose  pareille  !     Le  coroner   Parfois  le  plus  sain  des  hommes  peut  abriter  un  démon.     Le  coroner  cache  totalement  le  corps  de  la  jeune  femme.     Scène  6   Intérieur,  salle  d’audience,  jour     Le  juge  Targat,  plus  jeune,  est  assis  derrière  la  tribune  et  regarde  Seán  qui  est  accompagné  d’un   policier.     Juge  Targat   Vous  avez  été  reconnu  coupable  du  meurtre  de  Joséphine  Montreuil.   Je  vous  condamne  conséquemment  à  la  peine  capitale.     Seán  Lacey   Je  suis  innocent  !   Je  le  jure  devant  Dieu  !     Le  juge  se  lève  et  donne  un  coup  de  marteau  sur  le  butoir.     Juge  Targat   Silence  !     Le  policier  tente  de  faire  taire  Lacey  d’un  coup  dans  l’estomac,  mais  il  se  relève.     Seán  Lacey   Un  jour  vous  payerez  pour  avoir  condamné  un  homme  innocent.   Un  châtiment  s’abattra  sur  vous.     Juge  Targat   À  8h20,  le  26  juin  1979,  vous  serez  pendu  par  le  cou  jusqu'à  ce  que  mort  s'ensuive.   Il  attend  quelques  instants.   La  cour  est  levée.     Le  juge  donne  un  coup  de  marteau  sur  le  butoir  et  la  foule  se  fait  entendre.     Scène  7   Intérieur,  prison,  jour     Seán  se  fait  pendre.          
  23. 23. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   23   Scène  8   Intérieur,  salle  d’audience,  après-­‐midi     Targat  agrippe  son  marteau  et  fait  raisonner  le  butoir    plusieurs  fois  en  criant.     Juge  Targat   Vous  étiez  coupable  !  Coupable  !     Seán  Lacey   Non,  j’étais  innocent.     Le  fantôme  s’avance  lentement  vers  la  tribune  pendant  que  la  lumière  s’éteint.   On  entend  le  bruit  de  l'assistance.     Scène  9   Extérieur,  rue,  jour     Gros  plan  d’un  journal  qui  est  jeté  sur  le  trottoir.   On  peut  lire  sur  la  page  :  Un  juge  meurt  d’une  crise  cardiaque  le  jour  de  sa  retraitre.       Fin          
  24. 24. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   24   Stories   Une  pièce  fantastique     Le juge Targat entre dans une salle d’audience déserte, et pour la dernière fois, puisqu’il vient de prendre sa retraite, s’assoit sur le fauteuil qui lui revient. Il réfléchit à voix haute et se remémore le bon vieux temps où il exerçait son droit de vie ou de mort sur les condamnés. Soudainement, il est interrompu par un bruit strident. Il se lève en sursaut, surpris, et sur la pointe des pieds, scrute la pièce. Ne remarquant aucun individu ni rien de louche, il demande donc à voir, avec un ton autoritaire, l’auteur de cette plaisanterie. Aucune voix ne lui répond. Nul son ne se fait entendre. Le magistrat laisse la tribune derrière lui pour vérifier les bancs de la salle. Une fois la vérification terminée, au moment même où il se retourne pour aller à son siège, il voit celui-ci s’envoler comme par magie pour aller se fracasser contre les portes principales de la salle d’audience. Visiblement estomaqué, Targat se met instantanément en colère et crie en direction de la tribune. Ne constatant aucune réaction, il marche rapidement vers le point d’envol pour n’y trouver que l’absence du fauteuil. Le juge craintif se dirige vers la sortie côté cour tout en pestant contre le provocateur et à l'instant même où sa main touche la poignée, il entend le loquet se verrouiller. Pris de panique, il fonce droit sur la porte par laquelle il est entré, mais elle est aussi fermée à clé. Son honneur, ne croyant manifestement pas en l’occultisme, affirme à voix haute le constat de ses hallucinations, et au bout de quelques instants, se calme. Il inspecte chacune des portes à nouveau afin de confirmer sa détention. Il s’attaque donc à la porte principale en hurlant pour sa libération, mais un éclat de rire sardonique l’arrête. Il tourne alors son regard en direction de ce qui semble être une entité fantomatique. Médusé, le juge se transporte comme par enchantement sur la tribune et se retrouve face à face avec l’un des hommes qu’il avait condamnés à la potence, trente années auparavant, pour le meurtre d’une fillette que l’on avait retrouvé dans la rivière Lafter. Targat agrippe son marteau et fait raisonner l’enclume en s’écriant : « Vous étiez coupable! Coupable! ». La lumière quitte la pièce pour laisser place à l’obscurité, et une voix grave répond : « Vous m’avez pris ma liberté. Maintenant c’est à mon tour. » Le silence qui suit fait ressentir toute la pesanteur des ténèbres. Soudain, les lumières de la salle s’allument et les applaudissements retentissent pendant que le rideau descend. Celui-ci s’élève ensuite pour laisser apparaître les acteurs qui effectuent leur révérence, qui une fois terminée, permet aux spectateurs de s’entasser près de la sortie. Le lendemain, sur la première page du journal local, nous pourrons lire « C’était une pièce fantastique! »      
  25. 25. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   25   L’Everest   La  pluie,  celle  qui  en  une  seule  nuit  nettoie  la  ville,  venait  de  cesser  après  une  journée  de  labeur.   Par  la  fenêtre  de  mon  bureau,  je  pouvais  la  voir  ruisseler  tout  le  long  de  la  rue  Lafayette  pour  finir   sa  course  dans  le  bassin  de  la  Villette.  J’aurais  bien  voulu  rester  contempler  la  nature  à  l’œuvre   tout   en   me   demandant   pourquoi   j’avais   quitté   ma   Belgique   pour   ce   commissariat   du   dixième   arrondissement,  mais  ce  soir-­‐là  c’était  vendredi,  et  tout  le  monde  du  dixième  sait  que  vendredi   est  une  nuit  plus  chargée  que  les  autres.  Lorsqu’on  m’avait  offert  cette  affectation  de  nuit,  on   m’avait  dit  que  j’aurais  beaucoup  à  faire  puisque  l’importante  circulation  aux  abords  de  la  gare   du  Nord  et  de  la  gare  de  l’Est  était  la  cause  de  nombreux  méfaits,  mais  après  une  année  passée   dans  ce  bureau  minable,  j’étais  très  loin  du  compte.  Au  début  de  chaque  week-­‐end,  la  montagne   de   dossiers   à   traiter   avait   la   fâcheuse   habitude   de   se   multiplier,   et   presque   tous   les   dossiers   traitaient  de  vols  à  la  tire,  de  fraudes,  et  de  délits  mineurs.  Comme  d’habitude,  j’étais  arrivé  à  mon   bureau  vers  17  heures  avec  l’intention  de  lire  mon  journal  avant  de  commencer  le  boulot,  mais  ce   soir-­‐là,  je  n’avais  pas  eu  le  temps  d’acheter  le  quotidien,  et  je  n’avais  surtout  pas  envie  de  rester   impassible  devant  cet  Everest  de  papiers.  Alors  d’un  mouvement  décidé,  j’ai  attrapé  mon  imper  et   j’ai  averti  mon  jeune  adjoint  Simon  Morel  qu’il  serait  en  charge  des  dossiers  entrant  durant  mon   absence.   - Je  vais  me  chercher  un  café,  Momo.   - Mais  commissaire,  on  a  une  cafetière  neuve  dans  la  cuisinette.   - Je  sais.   Il  m’a  souri  et  a  rajouté  :   - Il  paraît  que  plus  on  va  le  chercher  loin,  plus  il  est  bon.   - Il  risque  d’être  excellent  dans  ce  cas.   - Je  vous  appelle  sur  votre  portable  si  jamais  il  y  a  un  problème.   Un  signe  de  la  main  et  j’étais  parti.     Rendu  à  l’extérieur,  content  de  ma  décision,  j’ai  aperçu  Guillot  et  Duval  qui  escortaient  un  homme   trapu,   dans   la   quarantaine,   qui   arrivé   près   de   moi,   a   craché   à   mes   pieds   comme   si   j’étais   responsable   de   son   arrestation.   Duval   lui   enfonça   le   bout   de   sa   matraque   dans   l’abdomen   et   l’homme  s’est  retrouvé  à  genoux  sur  l’asphalte  mouillé.  Pendant  que  Guillot  traînait  le  malfaiteur   vers  l’entrée  du  poste,  Duval  est  venu  m’expliquer  ce  qu’il  en  était.  
  26. 26. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   26   - On  l’a  chopé  au  bout  de  la  rue,  il  était  en  train  de  tabasser  une  femme  comme  un  dingue  en   la  traitant  de  tous  les  noms  possibles.  On  a  appelé  une  ambulance.  Il  aurait  pu  la  tuer.   - J’espère  que  vous  allez  l’interroger  en  bonne  et  due  forme.   - Ne   vous   inquiétez   pas   commissaire,   le   respect   n’a   pas   sa   place   avec   une   ordure   pareille.   Vous  voulez  voir  ça  ?     - Je  vais  prendre  une  petite  marche  de  santé.  Comme  ça  je  ne  pourrai  pas  vous  empêcher  de   faire  votre  devoir.   - Alors  je  vous  souhaite  une  bonne  promenade.   Il  a  rangé  sa  matraque  et  s’est  dépêché  de  rejoindre  son  coéquipier.  C’était  le  neuvième  dossier   qui  atteignait  le  sommet  de  l’Everest  et  ce  n’était  que  le  commencement  de  la  soirée.  Je  ne  m’en   faisais  pas  avec  ça,  Momo  pouvait  se  débrouiller  seul.       Je  me  suis  rempli  les  poumons  d’air  frais,  j’ai  pris  la  même  direction  que  l’eau  de  pluie,  et  pendant   que   mes   sens   savouraient   le   climat   postpluvial,   mon   cerveau   songeait   à   l’endroit   où   me   mèneraient   mes   pas.   À   quelques   mètres   devant   moi,   monsieur   André   fermait   son   kiosque   à   journaux.   - Bonjour  commissaire  Mullier  !  Ça  va  bien  ?   - Un  peu  blasé  par  la  routine,  mais  ça  va  passer.  Et  vous  ?   - Ça  va  très  bien.  C’est  plus  tranquille  ce  soir  avec  la  pluie  n’est-­‐ce  pas  ?   - Tout  semble  calme  en  surface,  mais  malheureusement  le  crime  n’a  pas  peur  de  l’eau.  Si  la   tendance  se  maintient,  la  soirée  risque  d’être  chargée.   - Alors  je  ne  vous  dérangerai  pas  plus  longtemps.  Tenez,  prenez  le  journal  d’aujourd’hui.  Il   m’en  reste  toujours  quelques-­‐uns  à  la  fin  de  la  journée.   En  continuant  mon  chemin  en  direction  du  bassin  de  la  Villette,  j’ai  ouvert  le  quotidien  et  j’ai   commencé  à  lire  d’un  oeil  les  actualités  :  La  préfecture  de  la  police  au  service  des  Parisiens,  Un   découpage  plus  fin  des  territoires  et  des  patrouilles  plus  nombreuses,  Contrôle  de  la  délinquance   dans  le  1er  et  le  10e  arrondissement.  Tout  ça  n’allait  qu’augmenter  ma  charge  de  travail  ainsi  que   mon  désir  de  m’éloigner  de  celui-­‐ci.  J’ai  donc  replié  le  journal  en  vitesse  et  je  l’ai  mis  sous  mon   bras.  Un  homme  aux  allures  sympathiques  m’a  salué  en  hochant  la  tête  et  c’est  en  lui  répondant   que  j’ai  remarqué  la  vitrine  parsemée  d’affiches  d’une  agence  de  voyages.  Je  me  suis  donc  rendu   pour  la  contempler  puisque  j’ai  toujours  eu  envie  de  voyager,  surtout  depuis  que  j’ai  accepté  ce  
  27. 27. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   27   boulot.   Mon   attention   s’est   détournée   au   moment   où   quelqu’un   a   déclenché   la   clochette   de   l’entrée  de  l’agence.  J’ai  laissé  mes  rêves  de  côté  pour  reprendre  ma  route,  et  c’est  à  ce  moment   précis  que  j’ai  entendu  le  cri  aigu  d’une  femme.  Illico,  je  suis  revenu  jusqu’à  la  porte  de  l’agence,   qui  brusquement  s’est  ouverte  pour  faire  place  à  un  homme  patibulaire  qui  s’est  empressé  de  me   jeter   au   sol   pour   s’enfuir   en   courant.   Je   me   suis   relevé   courbaturé   sans   voir   la   direction   que   prenait  le  colosse;  c’était  sans  importance,  à  l'heure  qu’il  était  je  ne  pouvais  plus  le  rattraper,  et  je   le   retracerais   grâce   au   téléphone   portable   qu’il   avait   laissé   tomber   en   me   bousculant.   J’ai   récupéré  mon  journal  ainsi  que  l’indice  principal  de  ce  qui  semblait  être  une  nouvelle  enquête  et   me  suis  précipité  à  l’intérieur  de  l’agence  de  voyages.     En  entrant,  j’ai  remarqué  une  jeune  musulmane,  les  mains  tachées  de  sang,  qui  pleurait  en  criant  :   - Il  a  tué  Clément  !  Il  a  tué  mon  époux  !   - Calmez-­‐vous  Madame.  Je  suis  le  commissaire  principal  du  10e  arrondissement.  Je  vais  vous   aider.   J’ai  sorti  mon  porte-­‐feuille  et  je  lui  ai  montré  ma  plaque.   - Mon  nom  est  Henry  Mullier.  Racontez-­‐moi  tout  ce  qui  s’est  passé.   Je  me  suis  avancé  pour  regarder  derrière  le  bureau  et  j’ai  remarqué  le  cadavre  d’un  homme  de   race  blanche,  d’environ  35  ans,  la  gorge  tranchée  d’une  oreille  à  l’autre,  qui  baignait  dans  une   mare   de   sang   aussi   grande   que   lui.   Je   me   suis   dépêché   de   sortir   mon   portable   et   j’ai   appelé   aussitôt  le  commissariat.  Guillot  est  venu  rejoindre  pendant  que  Duval  terminait  l’interrogatoire   pour   le   dossier   précédent.   Cinq   minutes   plus   tard,   le   périmètre   était   sécurisé,   et   les   analyses   étaient   en   voie   de   développement.   J’ai   profité   du   calme   de   la   femme   pour   débuter   un   interrogatoire.   La   clarification   des   faits   m’a   mené   à   un   homicide   dont   la   victime   se   nommait   Clément  Dufour,  un  Parisien  potentiellement  innocent,  dont  l’agresseur  présumé  était  un  grand   inconnu  de  race  blanche.  D’après  une  rapide  analyse  du  coroner,  l’arme  du  crime  était  sans  doute   le   coupe-­‐papier   retrouvé   près   du   corps   inerte.   Le   témoin,   qui   s’avérait   être   la   femme   de   la   victime,  m’a  assuré  qu’elle  ne  connaissait  pas  le  mobile  du  meurtre.  Elle  avait  quitté  l’arrière-­‐ boutique  pour  répondre  à  un  client  et  avait  surpris  par  le  fait  même,  l’assaillant  près  du  cadavre.            
  28. 28. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   28   La  nuit  tombée,  après  avoir  terminé  l’examen  de  la  scène  du  crime,  je  suis  retourné  au  poste  pour   amorcer  l’enquête.  Momo  avait  étudié  une  bonne  partie  des  dossiers.     - Et  puis  ce  café  ?   - Comment  est-­‐ce  possible  de  se  changer  les  idées  dans  ce  quartier  si  les  criminels  ne  cessent   de  troubler  l’ordre  publique  ?   - C’est  le  but  de  notre  travail  non  ?   - Je  veux  bien  le  croire,  mais  le  sommet  de  la  montagne  continue  quand  même  de  s’élever.   - Quelle  montagne  ?   - Laisse  tomber.  Je  dois  être  trop  blasé  pour  penser  que  ces  crimes  auront  une  fin.   Il   me   regardait   avec   les   yeux   d’un   homme   qui   croit   pouvoir   changer   le   monde   et   avant   qu’il   réplique,  j’ai  enchaîné  :     - Appelle  Costa  et  dis-­‐lui  d’être  ici  au  plus  vite.   - Mais  votre  témoin  est  sous  le  choc,  comment  voulez  en  tirer  un  portrait  fiable  ?   - J’étais  présent  lorsque  le  suspect  a  pris  la  fuite.   Momo   a   appelé   et   je   lui   ai   raconté   toute   l’affaire   en   attendant   que   Costa   arrive.   Plus   tard,   j’ai   donné  la  description  du  suspect  à  Costa,  le  plus  talentueux  de  mes  dessinateurs,  qui  en  a  fait  le   portrait-­‐robot.   J’ai   ensuite   fait   relever   les   empreintes   et   vider   l’historique   du   portable   que   le   suspect  avait  échappé.  Et  pour  finir,  j’ai  voulu  appeler  la  compagnie  de  téléphone  pour  qu’elle  me   donne  toutes  les  informations  relatives  à  l’activation  de  ce  portable,  mais  en  considérant  l’heure   tardive,  j’ai  laissé  tomber.  J’allais  apprendre  un  peu  plus  tard  que  ce  téléphone  avait  été  activé   sous  une  fausse  identité,  ce  qui  rendait  impossible  l’identification  de  son  propriétaire.  Comme   aucune  empreinte  ne  pouvait  m’aider  à  trouver  le  suspect,  il  ne  me  restait  qu’une  alternative.   L’historique  contenait  les  numéros  de  13  hôtels  parisiens,  et  le  dernier  appel  avait  été  effectué  au   Holiday   Inn   Paris-­‐République,   cela   au   moment   du   meurtre.   J’ai   télécopié   immédiatement   le   portrait-­‐robot  du  suspect  à  l’hôtel  et  j’ai  reçu  une  confirmation  visuelle  quelques  minutes  plus   tard.   Par   conséquent,   la   piste   prioritaire   de   mon   enquête   menait   au   Holiday   Inn   Paris-­‐ République.     J’avais  décidé  de  m’occuper  personnellement  de  l’enquête,  car  j’étais  un  témoin  clé.  Cela  tombait   bien  puisque  je  ne  voulais  pas  rester  enfermé  dans  mon  bureau.  Je  me  suis  rendu  au  10,  Place  de   la   République   et   lorsque   je   suis   arrivé   à   la   réception,   mon   hôte   me   fit   attendre   pendant   qu’il   finissait  de  servir  les  clients.  Durant  ce  temps,  j’ai  interrogé  les  quelques  employés  qui  étaient  à  
  29. 29. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   29   l’entrée.   Après   quoi,   je   suis   retourné   auprès   du   réceptionniste,   qui   m’a   remis   toutes   les   informations  que  je  voulais  savoir.   - Votre   suspect   s’appelle   Jean-­‐François   Morin,   31   ans,   originaire   du   Québec.   Il   séjourne   ici   depuis  la  semaine  dernière.  Il  a  quitté  l’hôtel  cet  après-­‐midi  et  nous  ne  l’avons  pas  revu.   Pourquoi  un  Québécois  logeant  dans  un  luxueux  hôtel  parisien  voudrait  tuer  un  agent  de  voyage   qui  travaille  dans  un  quartier  miteux  ?  Le  mobile  m’échappait  toujours,  mais  j’étais  confiant  de  le   trouver.   Le   réceptionniste   a   continué   ses   recherches   dans   le   fichier   virtuel   et   s’est   arrêté   brusquement.   - Attendez  !  Il  a  laissé  un  message  sur  sa  boîte  vocale  dans  la  soirée.   - Puis-­‐je  l’entendre  ?   - Non,  nous  ne  pouvons  pas  écouter  la  messagerie  vocale  avec  cet  ordinateur,  mais  je  peux   vous  l’envoyer  par  courrier  électronique.   - Parfait  !  Je  vais  vous  donner  mon  adresse.  Envoyez-­‐moi  tout  ce  que  vous  trouverez  sur  cet   homme.   Avant  de  partir,  je  lui  ai  remis  toutes  les  informations  nécessaires  pour  me  rejoindre  et  je  suis   retourné  au  commissariat.     Simon  avait  l’air  exténué.  Il  avait  traité  huit  nouveaux  dossiers  depuis  mon  départ  pour  l’hôtel.   J’ai  tenté  de  lui  expliquer  que  ceux  portant  sur  des  délits  mineurs  pouvaient  attendre,  mais  il  a   voulu  continuer  de  tout  régler.  Dans  les  circonstances,  je  l’ai  laissé  s’atteler  à  la  tâche  et  j’ai   poursuivi   l’enquête   dans   mon   bureau.   Après   avoir   demandé   l’aide   de   Momo   pour   ouvrir   le   fichier  sonore  de  mon  ordinateur,  j’ai  pu  écouter  le  message  que  Morin  avait  laissé  à  l’heure  du   meurtre.   - Laisse  tomber  l’autre.  Il  est  finalement  entré  et  il  a  tué  l’agent  de  voyage.   - Bonjour  !   - Ce  n’est  pas  ce  que  vous  croyez,  je  n…   L’appel  se  terminait  par  le  cri  très  aigu  de  la  femme  de  Dufour.  J’ai  réécouté  le  message  plusieurs   fois  et  j’ai  consulté  le  fichier  de  l’hôtel  pour  constater  que  le  suspect  y  séjournait  avec  sa  femme.   Après  avoir  parlé  avec  le  réceptionniste  de  l’hôtel,  j’ai  sus  qu’elle  avait  quitté  le  bâtiment  en   même  temps  que  son  mari,  et  qu’elle  n’était  pas  revenue  non  plus.  Morin  avait  certainement   laissé  le  message  à  l’attention  de  sa  femme.  De  quel  autre  homme  voulait-­‐il  parler  ?  Si  cet  homme   était,  d’après  les  dires  du  principal  suspect,  celui  qui  avait  commis  l’homicide,  pourquoi  Morin  
  30. 30. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   30   avait-­‐il  fui  l’agence  de  voyages  ?  Je  me  retrouvais  devant  une  enquête  de  taille.  Enfin,  mes  talents   d’enquêteur  pourraient  servir  à  autre  chose  que  de  signer  une  autorisation  pour  l’expédition  d’un   petit  voyou  ou  d’un  batteur  de  femme  vers  l’établissement  pénitentiaire  adéquat.   J’avais  besoin  d’un  mobile  alors  j’ai  passé  un  coup  de  fil  à  Arnaud  Raussin,  un  ancien  collègue  et   ami,  qui  travaillait  maintenant  à  Montréal.  Suite  aux  salutations  et  aux  explications,  je  lui  ai   demandé  de  me  trouver  toutes  les  informations  qu’il  pouvait  au  sujet  de  Jean-­‐François  Morin  et   de  sa  compagne.  En  attendant  son  coup  de  fil,  j’essayais  de  m’occuper  en  diminuant  la  taille  de   l’Everest,  mais  le  cafard  m’est  revenu  aussi  rapidement  que  l’orage  qui  avait  commencé.  J’ai  donc   laissé  ce  fouillis  de  côté  pour  m’appliquer  sur  mes  réflexions  par  rapport  au  mobile  de   l’assassinat,  tout  en  observant  la  pluie  qui  recommençait  à  déferler  sur  la  ville.  Au  moment  même   où  ma  patience  commençait  à  espérer  la  réponse  d’Arnaud,  le  téléphone  a  sonné.  Lorsque  que  j’ai   décroché  le  combiné,  je  n’ai  pas  reconnu  la  voix  de  mon  ancien  collègue,  mais  plutôt  celle  du   nouveau  stagiaire  au  laboratoire  de  police.   - Commissaire  !  C’est  Thomas,  du  labo.  Le  téléphone  portable  que  vous  nous  aviez  laissé  vient   juste  de  sonner.   - …   - …     - Avez-­‐vous  répondu  ?   - Oui,  c’était  la  femme  du  suspect.   - Et  puis  ?  Qu’a-­‐t-­‐elle  dit  ?   - Elle  avait  l’air  très  mal  en  point.  Elle  a  seulement  eu  le  temps  de  dire  que  le  type  qu’elle   suivait  avait  été  à  l’agence.  Ensuite  elle  m’a  raccroché  au  nez.   Thomas  était  au  labo  depuis  un  mois  et  il  avait  déjà  la  réputation  d’être  un  parfait  idiot.   - Les  techniques  de  repérage  ont-­‐elles  permis  de  retracer  l’appel  ?   - Non,  monsieur.  C’est  quand  je  lui  ai  demandé  où  elle  était  qu’elle  a  raccroché.  Voulez-­‐vous   que  j’essaie  de  la  rappeler  ?   J’étais  découragé,  alors  j’ai  conclu  l’appel  au  plus  vite.   - Non,  laissez  tomber.  Si  jamais  quelqu’un  rappelle,  essayez  de  le  localiser  convenablement  au   lieu  de  lui  demander  où  il  est.  Ça  pourrait  être  plus  efficace.   J’ai   reçu   l’appel   d’Arnaud   quelques   minutes   plus   tard.   Il   m’a   demandé   le   numéro   de   mon  
  31. 31. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   31   télécopieur,  et  il  m’a  envoyé  toute  la  documentation  dont  il  disposait  à  propos  du  couple.  Je  me   suis  donc  installé  à  mon  bureau  et  j’ai  lu  le  dossier  au  son  de  la  pluie.  En  résumé,  Jean-­‐François   Morin  était  un  bon  citoyen  qui  avait  fait  des  études  en  criminologie  pour  devenir  professeur  à   l’Université   de   Boston,   où   il   avait   fait   la   rencontre   de   Laura   Baker,   une   étudiante   de   dernier   trimestre  qui  n’avait  indubitablement  rien  à  se  reprocher.  Lors  de  leur  nuit  de  noces,  ils  avaient   tous  deux  quitté  les  États-­‐Unis  pour  se  rendre  au  Brésil,  et  avaient  complètement  disparu  de  la   surface  du  globe.  On  avait  retrouvé  leurs  traces  quelques  mois  plus  tard  aux  environs  de  Hong   Kong,  et  maintenant  ils  étaient  à  Paris.  J’avais  fini  de  feuilleter  le  dossier  et  de  regarder  les  photos   des  suspects,  mais  le  crime  restait  toujours  sans  mobile.  Mon  esprit  était  peut-­‐être  trop  focalisé   sur  l’explication  d’un  meurtre,  qui  en  fait  était  simplement  injustifiable.  J’allais  porter  les  photos  à   Momo  pour  qu’il  m’en  fasse  des  avis  de  recherche  convenables,  quand  Duval  est  entré  dans  mon   bureau   pour   me   faire   signer   le   transfert   du   tabasseur   de   femme.   L’homme   en   question   avait   passé  quelques  heures  dans  la  cellule  du  commissariat  en  attendant  que  je  lise  sa  déposition,  car   Simon  n’avait  pas  le  pouvoir  de  signer  le  transfert  d’un  détenu  pour  un  autre  établissement.  Je   faisais  l’échange  des  photos  avec  le  document  à  signer  quand  Duval  a  remarqué  qu’il  connaissait   la  femme  sur  les  photos.     - C’est  elle  !  C’est  elle  la  femme  que  l’autre  sauvage  a  boxée  au  bout  de  la  rue.   - Vous  en  êtes  certain  ?   - Vous  pouvez  me  croire,  j’ai  l’œil  pour  regarder  les  femmes.     - Ça  veut  dire  qu’il  a  peut-­‐être  un  lien  dans  mon  enquête.   - Si  vous  voulez  que  je  l’interroge  encore,  ça  va  me  faire  plaisir.   J’ai  lu  la  déposition  de  l’homme  pour  savoir  s’il  y  avait  un  lien  avec  mon  affaire  et  j’en  ai  remarqué   un.  L’homme  prétendait  que  la  femme  qu’il  avait  battue,  s’était  risquée  à  voler  le  billet  d’avion   qu’il  venait  d’acheter  à  la  fameuse  agence  de  voyages,  ce  qui  l’avait  mis  hors  de  lui.   - D’accord  Duval,  vous  allez  lui  parler  de  l’agence.  Moi  je  vais  voir  la  femme  à  l’hôpital  pour   qu’elle  corrobore  la  version  des  faits.  Surtout,  ne  lui  parlez  pas  du  meurtre,  je  m’en  occuperai.   J’ai  laissé  l’autorisation  du  transfert  sur  mon  bureau  sans  la  signer,  et  je  me  suis  rendu  à  l’hôpital.     J’espérais  trouver  Morin  au  chevet  de  son  épouse,  mais  lorsque  je  suis  entré  dans  la  chambre,  il   n’y  avait  que  l’infirmière  de  garde  qui  était  en  train  de  border  une  femme  dont  le  visage  était   marqué   par   la   violence   d’un   homme.   Je   lui   ai   demandé   s’il   était   possible   que   j’interroge   la   patiente,  mais  elle  m’a  expliqué  qu’elle  lui  avait  injecté  une  dose  de  calmants  et  qu’elle  venait  de  
  32. 32. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   32   s’endormir  pour  au  moins  trois  heures.  Comme  mademoiselle  Baker  ne  pouvait  pas  répondre  à   mes  questions,  j’ai  donc  interrogé  l’infirmière.  Celle-­‐ci  me  raconta  qu’elle  était  de  garde  depuis   l’arrivée  de  la  patiente,  et  que  Laura  n’avait  cessé  de  réclamer  son  mari  depuis  qu’elle  était  là.  Elle   m’a  aussi  dit  que  sa  patiente  répétait  constamment  qu’elle  voulait  seulement  voir  la  destination   sur  le  billet.  Après  avoir  remercié  l’infirmière,  je  lui  ai  demandé  de  faire  un  message  au  mari  de  la   patiente,  s’il  venait  à  se  présenter  à  l’hôpital.   - Dites-­‐lui   que   nous   avons   besoin   de   son   témoignage,   et   que   s’il   n’est   pas   coupable,   tout   s’arrangera  rapidement.   J’ai  remis  le  numéro  du  poste  à  la  garde-­‐malade  et  j’ai  quitté  l’hôpital.     Sur  le  chemin  du  retour,  je  me  suis  mis  à  croire  en  l’innocence  de  Jean-­‐François,  et  j’ai  pensé  que   s’il  n’était  pas  coupable,  quelqu’un  d’autre  l’avait  précédé  à  l’agence.  J’ai  donc  relu  le  témoignage   de   la   femme   de   Clément   Dufour   quand   je   suis   arrivé   au   poste,   et   je   me   suis   aperçu   qu’elle   mentionnait  avoir  vu  un  homme  d’environ  40  ans  qui  était  venu  chercher  un  billet  d’avion  juste   avant  qu’elle  se  rende  à  l’arrière-­‐boutique.  Lorsqu’elle  était  revenue  à  l’avant  pour  répondre  à   Jean-­‐François,   l’homme   en   question   n’était   plus   dans   l’agence,   et   Morin   était   près   du   cadavre.   J’avais  découvert  l’évidence  même,  un  nouveau  suspect  dans  l’enquête.  J’ai  quitté  mon  bureau   avec  la  certitude  que  ce  petit  homme  trapu,  prénommé  Théo,  était  plus  qu’un  simple  batteur  de   femmes.   Je   me   suis   dirigé   vers   la   salle   d’interrogatoire   en   essayant   de   prévoir   comment   je   pouvais  lui  faire  cracher  le  morceau.       Quand  je  suis  entré  dans  la  salle  d’interrogatoire,  Duval  avait  déjà  cogné  le  suspect,  puisque  les   contusions   étaient   nombreuses.   J’ai   donc   laissé   de   côté   la   violence   physique   et   j’ai   poursuivi   verbalement.     - C’est  beau  Duval,  tu  peux  sortir.  Je  me  charge  du  reste.   Duval  est  sorti  sans  dire  un  mot,  en  me  faisant  un  petit  sourire  en  coin.   - Maintenant  qu’on  est  entre  nous  Théo,  tu  peux  tout  me  dire.   - Vous  dire  quoi  ?   - Ce  que  tu  as  fait  à  l’agence  de  voyages.   - Oh  non,  ce  n’est  pas  vrai.  J’ai  tout  expliqué  à  votre  collègue  qui  vient  de  sortir.   - Eh  bien  il  va  falloir  que  tu  recommences  parce  que  je  veux  l’entendre  de  ta  bouche.   Il  a  fait  un  long  soupir,  et  il  a  débuté  le  récit.  
  33. 33. Marc-­‐Antoine  Breton  ©2016   33   - Mon  frère  est  en  Californie  et  j’ai  décidé  de  me  payer  le  voyage  aller-­‐retour  pour  le  voir.  J’ai   rencontré  l’agent  de  voyage  qui  se  trouve  près  d’ici  pour  qu’il  me  planifie  de  belles  vacances.   Lorsque  je  suis  sorti  de  l’agence,  j’ai  pensé  faire  une  visite  à  un  ami  qui  travaille  au  café  à   l’autre  bout  de  la  rue.  Après  lui  avoir  raconté  ma  future  escapade  en  Amérique,  j’ai  voulu  lui   montrer  mon  billet  d’avion,  mais  la  jeune  dame  est  venue  me  l’arracher  des  mains.  Je  me  suis   défendu.  C’est  elle  qui  a  voulu  me  voler.   - Tu  es  certain  que  tu  n’oublies  rien  ?  Comme  ce  qui  s’est  passé  dans  l’agence  après  avoir   acheté  le  billet  d’avion.   - Qu’est-­‐ce  qui  aurait  pu  se  passer  ?  J’ai  seulement  acheté  un  billet  d’avion.   - Qu’est-­‐ce  qui  aurait  pu  se  passer  ?!  Le  meurtre  de  l’agent  peut-­‐être.   - Quoi  !  Je  n’ai  jamais  tué  personne  moi.   - Je  n’en  suis  pas  si  sûr.  Peut-­‐être  que  lorsqu’il  est  venu  le  temps  de  payer,  tu  t’es  dit  que  ça   pourrait  être  gratuit.   - Pour  qui  est-­‐ce  que  vous  me  prenez  ?  J’ai  peut-­‐être  battu  cette  femme-­‐là,  mais  ça  ne  fait  pas   de  moi  un  meurtrier.   - Tu  n’es  quand  même  pas  un  enfant  de  chœur.  Ton  dossier  dit  que  tu  as  été  arrêté  pour  vol   de  voiture,  coups  et  blessures,  multiples  agressions…   - Mais  j’avais  20  ans  quand  j’ai  fait  ces  niaiseries-­‐là.  Je  veux  bien  croire  que  je  ne  suis  pas  un   citoyen  modèle,  mais  la  marge  est  grande  entre  moi  et  un  assassin.   - Un  homme  qui  peut  battre  une  femme,  peut  tuer  un  autre  homme.   - Si  c’est  comme  ça  que  vous  pensez  pouvoir  régler  mon  cas,  moi  je  ne  dis  plus  rien  juste  qu’à   ce  que  je  vois  mon  avocat.   - D’accord,  dans  ce  cas  tu  vas  attendre  longtemps.   Je  suis  sorti  de  la  salle  et  je  suis  allé  voir  Duval  qui  avait  tout  écouté  derrière  la  vitre  sans  tain.  Il   m’a   confirmé   que   Théo   lui   avait   raconté   exactement   la   même   histoire   qu’à   moi.   Le   doute   commençait   à   m’envahir,   et   l’histoire   de   Théo   tenait   la   route.   Qui   pouvait   être   l’assassin   si   ni   Morin,  ni  Théo  ne  l’étaient  ?  Je  ne  voulais  pas  attendre  jusqu’au  lendemain  pour  interroger  Laura   Baker  à  son  réveil,  mais  je  n’avais  plus  de  ressources  à  ma  disposition.  Comme  un  cri  d’espoir,   mon  portable  a  sonné,  et  j’ai  répondu.  C’était  Momo  qui  voulait  m’annoncer  que  Jean-­‐François   Morin  s’était  rendu  lui-­‐même  au  poste,  et  qu’il  m’attendait  dans  mon  bureau.    

×