LE NOUVEL ENTRAÎNEZ-VOUS     AnatoleBLOOMFIELD      Emmanuelle              DAILL       Alliance              française   ...
TRANSCRIPTIONS                                    I - GorrapnÉnerusnN                                                     ...
OPALEI. COMPRÉHENSIONDocument sonore no 2page l0 (activités 5 à 9)               lètesolympiques et paralympiques,la réfle...
I - COMPFEHENSION                                                                                              ORALEsablem...
I. COMPRÉHENSION                ORATE  denceprincipale en bois, cetteprogressionrestedis-                        Mais choi...
I - GOMPRÉHENSION                                                                                                         ...
OFALEI. COMPBÉHENSION3. Comprendreune conversation                               C: Peut-êtremais ce que vous oubliez cest...
I. COMPRÉHENSION                                                                                                OBALE temp...
I - COMPBÊHENSION                OEATEtive... comme un instrument de progrèset de jus-          Objet de toutes les peurs ...
I. COMPREHENSION                                                                                              ORALE Dites-...
TRANSCRIPTIONS                                    lV - Production oRnle3. Débattre dialoguer          et                  ...
M. PNODUCÎIONONALEEnregistrement 2: Vous me posez en fait la ques-          table... enfin, vous avezabordéla question de ...
IV. PRODUCTION                                                                                                 ORAIEles ge...
CORRIGÉS                                 I - GorvlpnÉucrusloN                                                    oRALE r. ...
ORALEI. GOMPRÉHENSION                                                            .,1. un billet dhumeur                   ...
I. COMPRÊHENSION                                                                                                       ORA...
I. COMPREHENSION               ORALE.                                                          2. Cest la première fois qu...
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
 Delf-b2-corrige
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Delf-b2-corrige

2 069 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 069
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
120
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Delf-b2-corrige

  1. 1. LE NOUVEL ENTRAÎNEZ-VOUS AnatoleBLOOMFIELD Emmanuelle DAILL Alliance française CLE INTERNATIONAL wwwcle-inter.com
  2. 2. TRANSCRIPTIONS I - GorrapnÉnerusnN oRALE r. Comprendre annonces, instructions des des versdautresdestinations... et bien srir lesfaire dépen- orales desdocumentaires et radiodiffusés serplus... ! Faut-ille rappeler...? [a France nestqrjen Document sonore no I page 8 (activités I à 4) troisièmeposition pour lesdépenses sestouristes, de Auditeurs et Auditrices de <point du four> boniour derrièrelesÉ,tats-Unis derrièreIEspagne. et avecNathalie Jaquemin et Philippe Odiart Nathalie: Alors Philippe, comment faire... pour les Nathalie: Environ sept cents millions de touristes faire rester plus longtemps chez nous, tous cesvisi- dans le monde Iannée dernière,un milliard cinq teurs? cents millions prévus dans dix ou quinze ans, ces Philippe: À la Maison de la France,où nous sornmes chiftes, ce sont les estimations effectuées IOM! par allésenquêter,Maison de la Francequi je le rappelle lOrganisation mondiale du tourisme. Le tourisme, est le groupe dintérêt économique chargéde pro- cestdonc un secteuréconomique porteur, qui rap- mouvoir le tourisme en Franceà traversle monde, eh porte, qui compte dans léconomie de certainspays bien on nous a dit: il faut premièrement apprendre et surtout qui semblepromis à une croissancegaran- à mieux communiquer, mieux faire connaître le tie, nest-cepas Philippe ? potentiel touristique de la France,cest-à-diretrans- Philippe: Oui, tout à fait. En France, exemple,le par former nos manièresde voir, considérerle patri- tourisme, cest un secteurqui fait travailler directe- moine touristique de la Francecomme un véritable ment ou indirectement près de deux millions per- produit économiquedont il faut faire la publicité et sonnes,mais cest surtout un secteurqui peut créer qu il faut savoir présenter professionnellement à nos jusqu à douze mille emplois directs ou indirects par amis de létranger, bref, Nathalie, adopter une an, choseà ne pas négliger quand on connaît la situa- approche marketing et surtout considérer le tou- tion actuelledu marché de lemploi en France,avec risme comme une affaireéconomiquementsérieuse. sesdix pour cent de la population active sansemploi. Nathalie: Et pourquoi, ce nest pas le cas actuelle- Et surtout ne loublions pas,la France,première des- ment? tination touristique du monde, ça peut être entre Philippe: eh bien, en effet il faut rappeler que pen- soixante-quinze et quatre-vingts millions de tou- dant très longtemps on a eu un peu tendanceen ristespar an selon les années France à dévaloriserles métiers du tourisme qui Nathalie: Il paraît en effet... que lannée dernière n étaientpasperçuscomme prestigieux... très long- nous avonseu près de soixante-dix-septmillions de temps on sestcontenté de voir venir chez nous les visiteurs,donc tout va très bien pour le tourisme en touristessanstrop essayer comprendrepourquoi de France... ils venaient chez nous, sans trop essayerde com- Philippe: Attention Nathalie! et cestlà qu il ne fau- prendre pourquoi ils ne restaient pas plus longtemps drait pas sendormir sur seslauriers, parce que jus- sur place et surtout, sansfaire deffiortspour rendre tement le tourisme en Franceest confronté à certains plus professionnellenotre manière de les accueillir. problèmeset parce que justement le tourisme fran- Nathalie: Alors, Philippe, le court séjour touristique: çais est appeléà relever quelquesdéfis importants; un marché plein davenir pour la France? Nathalie: Lesquels... ? Philippe: Absolument Nathalie, à condition de se Philippe: Iæ premier de cesdéfis étant bien de recon- donner les moyens de rendre plus attractif notre sidérerIattractivité touristique de la France... vous potentiel touristique, de diversifier Ioffre des pro-venezde le dire... prèsde soixante-dix-sept millions duits touristiques et bien strr, de rendre plusde visiteurs... ça fait beaucoup...mais combien accueillante notre manière de receyoirnos visiteurs.dentre eux ne font que passer la France,du nord par Et ça,,., ça passeaussipar nos comportements, leau sud, sansy resterou en y restant trop peu de temps mien, le vôtre, ceux de tout le monde et pas seule-sanswaiment dépenserleur argent et en faire béné- ment celui des professionnels tourisme et pas duficier véritablement léconomie locale et pour aller seulement non plus par la qualité des hôtels eten fait en Espagne,au Portugal ou en Italie? Ça, cest dautres structures daccueil.un premier dét pour le tourisme français,à savoir, Nathalie: Merci Philippe Odiart et à demain mêmecomment faire pour allonger la durée du séjour de heure sur <C TrèsBien-FM >.tous cesvisitews qui ne font que transiter par la France Philippe: À demain Nathalie. . Tr"anscriptions 3
  3. 3. OPALEI. COMPRÉHENSIONDocument sonore no 2page l0 (activités 5 à 9) lètesolympiques et paralympiques,la réflexion surAuditrices et auditeursde Radio FrancophoneInter- les conséquences ]eux en terme de développe- desnationale bonjour, comme nous vous le disions en ment durable, la qualité destransports et le respecttitre de cejournal: daprèslespremières analyses, il de lenvironnement auront été les points forts desemblerait que la Commission dévaluation du cettecandidatureparisienne. Autre point dappré-comité international olympique ait adressé, ce en ciation non négligeable encourageant:le bud- etlundi 6 juin 2005, sesmeilleures appréciationsà la get prévu, dun montant de 2,65 milliards decandidature de la ville de Paris. dollars,a étéconsidéré comme <bien documentéetCesten effet cet après-midià 14 heuresque la Com- réalisable >mission dévaluation du CIO, comité international Document sonore no 3 page l1 (activités l0 à f 3)olympique, a rendu publiqueslesconclusionsfinales Notre revue de pressesachèveet nous retrouvonsde son rapport sur les candidatures des cinq villes maintenant Marlyse Doucet pour sa chronique du en compétition pour accueillir et organiserlesjeux Jour<jvousdis cquejpense... , Olyrnpiquesdété de 2012:Londtes Madrid, New Thomas : Boniour Marlyse.York, Moscou et Paris. Si la compétition reste très Marlyse : Bonjour Thomas. ouverte entre les cinq villes candidates,puisque Thomas: Alors Marlyse,toujours fascinéepar lhis- aucuneville ne peut sestimervainqueur à Iavance, toire de ce pianiste que la police britannique nest nul doute que la candidatureparisienne,jugée de toujours pas parvenue à identifier? <trèsgrandequalité>,aura su impressionner favo- Marlyse: Eh oui... ! Voussouvenez-vous chersaudi- rablement les membresde la Commission dévalua- trices et auditeurs de radio C Tiès Bien - FM, de ce tion et marquer certains points à son avantage. fait divers complètementbizarre du pianiste non Mais dici le 6 juillet 2005,dateoir serarendue à Sin- identifié, muet, amnésiqueretrouvé une nuit par la gapour la décisionfinale dattribution deslevx20l2, police sur une plage en Angleterre,habillé en tenue iu iorr.r" continue pour la dernière ligne droite À de concert... Impossiblede communiquer aveclui Londres,le présidentde la candidaturea estiméque autrementquen le faisantjouer au piano pendant <les appréciationsde la commission dévaluation desheures... Ne trouvez-vouspas finalement que étaientun superbetremplin pour aborderles30 der- cettetrès sérieuse af[aire policière ne constitue pas en niersjours de leur camPagne À Madrid, le maire ). fait lhistoire la plus mystérieuseet la plus poétique était très confiant après la publication du rapport de Iannée: regardez, tous les éléments sont.. y et déclarait:<Nous sommestotalementpersuadés dabord le personnage: homme..., plutôt bel un que nous sommes en tête dans la course aux Jeux; homme, la trentaine passée athlétique mais sans notre candidature est jugée humaine, réalisableet excès, au visageet à la coiffrrrede guerrier mais avec tient compte des questionsdenvironnement À une expression douceur denfant,habillé en tenue de New York, le maire adjoint de New York et fonda- de concert... Ensuitele décor..., une plagedéserte teur du <New York City 2012> a déclatêque New la pluie, vous savez, cette fine pluie douce dAngle- York fait partie du peloton de tête et qu ils ont une terre, qui sinstalle de manière permanente dans le grandechancede lemporter à Singapoursi le projet paysage... puis Iambiance:la nuit, le silence, Et de construction de Grand Stadeest accepté Mos- A rythmé par le bruit des vagues... Et pour finir à cou, le responsable dossierrussea du qualifié le rap- nouveaucet homme, énigmatiquesansmémoire, port <douvert,objectif et positif>. sanspassé, sansparole,sansidentité.. À Paris,le maire sestcontenté de dire que la com- Vous lui parlez?. fait penser à un sauvage peu Il un mission avait fait un excellenttravail et que rien brut mais il vous répond avecle silencede sesmains nétait joué: <)e ne me permettrai pas,a-t-il dit au dont il actionne délicatementles doigts avecla pré- nom de toute léquipe Paris2012,de commenter ce cision dun spécialiste...Vous lui donnez un piano ? rapport autrementque par un immenserespect pour la magieprend place:cestvous maintenant qui gar- le travail qui a étéaccomplipar la commission déva- dezle silence, comme un bloc de pierre brute, et ce luation>; <Aujourd hui a continué le mùe de Paris, sont sesmains de pianiste virtuose qui semettent à nous prenons acteavecune certainefierté de ce rap- parler pendant des heures,à courir sur le clavier et port, nous le prenons comme un encouragement> vous offuent,dans une pluie de notes incessantes be fait, selon le rapport, le concept de <Village tout le répertoire des grands romantiques.., fas- olympique > au cæur de la ville, légalité des ath- ciné(e),vous écoutez Iartistevirtuose qui joue inlas- 4 o Transcriptions
  4. 4. I - COMPFEHENSION ORALEsablementet qui sculptele clavier,et vous vous sur- coordonner les actions des différents serviceset depfenezà imaginer les mains du sculpteurRodin sur mettre en action cettedémarche. effet,pour réus- Enle bloc de pierrebrute... sir sur le marché,une sociétédoit faire en sorte gueCertains ont dit que tout celanétait quune simple tous sesservices partagentla mêmepréoccupation deaffaire imaginée et organiséepar un simulateur, le bien servir le client...prince des simulateurs...Un musicien clandestin, Extrait no 4: Reprenanttous les titres de son der-sansfamille, sanspapiers,originaire de IEurope de nier album, le trio tsiganeTioïka se donne en spec-IEst et désirantémigrer à lOuest... Ou tout sim- tacle concert à Iespacede la Villette et propose sesplement un personnage intéressé, cherchantà deve- plus bellesmélodies.Avecun son nouveau,mêlant ànir célèbre à revendreson histoirepour le cinéma? et la fois les traditionnels accents russes, hongrois etEt si cétait ça en fait Iavérité? Ne croyez-vouspas roumains aux rythmes envofitantsdu Brésil, lealorsqu on pourrait lui pardonner parceqdil aurait groupe vous entraîneradans la magie alchimiqueinventé une merveilleusehistoire poétique qui a fait dune musique riche de toutes sesorigines diversesle tour du monde et nous a tous et toutes fait rêver et chaleureuses...quelquesinstants? Extrait n" 5: Cest une des dernières tendancesenFranchement, quen dites-vous chers auditrices et matière de temps libre: les Françaissadonnent deauditeurs.. . ? Cest pas du rêve tout ça? plus en plus aux passe-temps créatifs et artistiques,<Romancessansparoles> aurait pu dire Verlaine qu il sagisse bricolage,de peinture, de sculpture ou de<Rêveriesdu promeneur solitaire> aurait répondu autresactivitésmettant à contribution tout le plaisir]ean-|acques... Enfin, jvous dis cquejpense...), n et la satisfactionde faire un petit quelque chosede sesMoi, Marlyse... mains... Conséquences: constate on une explosionThomas: Merci Marlyse et à demain. dassociations tous genres, en plus ou moins sérieusesMarlyse: À demain Thomas... qui vousproposentlescourslesplus adaptés ce que à vous souhaitezfaire et à votre niveau.z. Comprendre conférences, exposés, des des Document sonoreno 5 page 13 (activités15 à 19) (éducationnels,desdiscours professionnets) En France, cestbien connu, une maison simagineDocument sonore no page 13 (activité 14) vraiment que si elle est construite en dur, cest-à-Extrait no l: La révolution que les découvertes bio- dire en béton ou en pierre: cest une question delogiquesde Louis Pasteuront entraînéea paradoxa- culture et de tradition architecturale,cestaussiunelement provoqué, dans Iinconscient collectif, une question de mentalité et de représentation.Cest quivéritablepeur, une phobie desbactéries, du coup pourquoi parler de construireou de sefaire une mai-sont devenues responsables tous nos maux et les de son en bois, quand on estprofessionnel bâtiment dupresque toutes nos maladies.Sil est wai que dun ou client particulier,celane fait jamaistrès sérieuxetpoint de vue strictement sanitaire et médical, cer- tout juste a-t-on le droit à un sourire poli et attendri,taines de cesbactériesont été à Iorigine des plus du genre: < Oh cettebrave personnequi encoreàgrandes maladies mortelles, faut-il cependant son âge pense avecnostalgie aux cabanesde soncraindreque... enfance... De fait,dansle domainede la construc- !>Extrait n" 2:La francophonie tire son origine du tion desmaisonsen bois, lexceptionculturelle fran-parrage dune languecommune: le français.Lespre- çaise est bien réelle puisque selon une étude dumières traces de cette langue remontent àlan 842 Comité national pour le développementdu bois, àavecles Sermentsde Strasbourg,rédigésen deux peine 5 7o seulementdes maisons individuelleslangues:le roman et le germanique.Il sagit là en construitesen Franceen 2005ont étédesmaisonseneffet du tout premier document écrit en langue fran- bois. Comparativement,ce pourcentageestde 30oloçaise, roman plus précisément. au vtesiècle, en Né le en Allemagne, 60 o/o dans les pays dEurope scandi-roman estune nouvelle langue issuede la fusion du naveet plus de 90%o États-Unis au Canada... aux etbaslatin et du celtegermanique... On le voit, même si on observeune augmentationExtrait no 3: IJesprit marketing ou mercatique en denviron l0o/o par an en moyenne du nombre defrançaisacadémiquedoit absolumentsedévelopper maisonsen bois en France,et même si un sondage adanstous les services dune société. département Un pu montrer que 18 des o/o ménagesfrançaisinterro-ou direction du marketing a donc pour fonction de gésaccepteraient volontiers de vivre dans une rési- . Tnanscniptions 5
  5. 5. I. COMPRÉHENSION ORATE denceprincipale en bois, cetteprogressionrestedis- Mais choisir de construire en bois ne revient crète et concernesurtout une clientèle haut de simplement à faire le choix dun matériau pl gamme ou des clients parfaitement renseignés et quun autre, Construire en bois, cest aussi motivés et surtout pleinement convaincus de leur pour un mode de vie, et un mode de conso choix. tion respectueuxde la nature, cest faire un Car le problème en Francedes maisons en bois citoyen, marquer un engagementen faveur du déve- demeure les fausses idées tenaceset une mécon- loppement durable. En effet,parce qu elle utilise un naissanceculturelle de la construction bois. Ces matériau écologique naturellement et rapidement fausses idées,les voici: <Les maisonsen bois sont renouvelable,la construction en bois contribue au fragiles et ne durent pas dans ie tempsr, <une mai- développement la forêt, favorisela qualité de len- de son en bois risque de brûrleret estdangereuse cas en vironnement et permet de lutter contre le réchauf- ( d i n c e n d i e> ) , u n e m a i s o n e n b o i s c o û t e p l u s fement global de la planète. Nous reviendrons sur chère ... o cesdifférents points dans quelquesinstants. Il estpar conséquent essentiel rappelerici lesqua- de Document sonore no 6page 15 (activités Z0 à24) lités et les caractéristiques naturelles du bois, car le ... et maintenantnotre pageCulture avec Jean-Fran- bois fait lobjet de représentations erronées quil faut vraiment corriger... çois Vuillaume Cest une première à IAcadémiefrançaise:lécri- Tout dabord, le bois résistenaturellement au feu et vain, dorigine algérienne, aTima-Zohr Imalayène, F a beaucoup mieux que tous les autres matériaux uti- plus connue sousson nom dauteur dAssiaDjebar, lisésdanslesconstructionsditesen dur: le bois esten a été élue,hier jeudi 16juin 2005,à IAcadémiefran- effet un excellentisolant thermique, en casdincen- die, le bois transmet 10 fois moins vite la chaleur çaiseau Fauteuil 5 de M. GeorgesVedel, décédéle 2l février 2002.Cest la premièrefois qu une per- que le béton armé et 250 fois moins vite que lacier; sonnalitédorigine maghrébinefait son entréeparmi conséquence structurebois gardesasouplesse une et les 40 <immortels >, surnom donné aux membres ne connaîtpaslesmêmesproblèmesmajeursde dila- de IAcadémie, depuissacréationen 1635.Cestaussi tation que connaissentles structuresen béton armé ou métallique. Résultat: les risquesdeffondrement la cinquième femme, sur les 708 personnalités debrutal et immédiat comme avecles structuresbéton toute Ihistoire de IAcadémie,qui siégerasous la et métallique sont inexistantscar une structure bois coupole après Marguerite Yourcenar en 1980,fac-conserveratoujours plus longtemps sa capacitéde queline de Romilly en 1988,Hélène Carrère dEn-porter le bâtiment et néclaterapas sousIeffet de la causse 1990et FlorenceDelay en 2000. endilatation par la chaleur.Tousles sapeurs-pompiers Ilélection de madameAssiaDjebar estdabord inter-du monde le saventbien ainsi que les expertsdes prétéecomme un hommageà la francophonie:Assiaassurances: bois en casdincendie est un maté- le DjebaSdont læuvre littéraire est traduite dans uneriau sécuritaire.Par ailleurs,il faut le dire ici, le bois vingtaine de langueset comporte une dizaine deest un combustible lent, qui par une réaction chi- titres, fait partie de ces auteurs qui ont choisi lamique connue, secouvre dune fine couchedure de langue de Molière comme langue dexpressionlit-carbone qui freine le feu et la combustion jusquà téraire.LAcadémie sembleavoir aussidistinguéàlarrêter: cest la raison pour laquelle nombre de traversAssiaDjebar son action pour la lutte en faveurportes pare-feu sont en bois. Enfin, contrairement des femmes de son pays.Assia Djebar a publié, enà ce quon croit, la combustion du bois ne dégage 1957,son premier roman La Soif.Mais cestsurtoutaucune fumée toxique. son recueil de nouvelles,FemmesdAlger dans leurLe seulpoint faible du bois, cestqu il peut être atta- appartemen; en 1980, qui a contribué à la fairequé par desinsectes:mais 1àaussi,ce risque devient connaître. Certains critiques Iont même qualifiéenul si lon prend soin deffectuer un traitement ini- de <Françoise Sagan musulmanen.tial approprié. Touslestraitementsdu bois existants Personnalitéemblématique de lémancipation dessur le marché ont déjà fait la preuve de leur efûcacité femmeset qui a souventsoulignéle rôle desfemmesdepuis desannées, condition dêtre effectués des à par algériennes dansla guerredindépendance dAlgérie,professionnels, sanscompter que certainesvariétésde AssiaDjebar est considéréecomme un classiquedebois sont totalement et naturellementinattaauables la littérature algériennedexpressionfrançaise. Cestpar lesinsectes. égalementune cinéastede talent: elle a notammentB . Transcriotions
  6. 6. I - GOMPRÉHENSION ORALE réaliséplusieurs longs métragescomme La Nouba vocation, pour mission pourrait-on dire, de sauve- des femmesdu mont Chenoua,qui.aobtenu prix dele garder,soutenir à traversle monde les médecines la critique internationale à la biennale de Veniseen naturellestraditionnelles et ancestrales ainsi que de r979 travailler à la préservationde Ienvironnement et de Née à Cherchell,à Iouest dAlger, en 1936,Assia Ia biodiversitésur lesquels toutes cesmédecines tra- Djebar a eu comme tout premier professeur fran-de ditionnelles sefondent. . . médecines traditionnelles çais,son père,instituteur dorigine modestegrâceà souventmillénaires et qui risquent de disparaître qui elle a pu entrer à lécolepublique.À 1l ans,en face au développement global de la médecine 1946,elTe sestretrouvée la seuleélèvemusulmane du modernede tlpe occidental...En fait, on peut dire lycéefrançaisde Blida et, en 1955,elle estdevenuela que cette ONG, spécialisée dans la rechercheet le première femme algérienneà être admise à lÉcole développement,travaille pour le respectet la coha- normale supérieure de Paris. Docteur es lettres de bitation des différentes cultures médicales dans le Iuniversité de Montpelliet elle a enseignéà Iuni- monde... Une de sesspécificitésmajeures: elle versitéde Rabat,à celledAlger et elle travaille pour défend une approche pluridisciplinaire des pro- la radio et la pressealgériennes. 1997,elle a été En blèmeset intègre ainsi dans sesrecherches Ianthro- nommée à la Louisiana StateUniversity au poste de pologie,Iethnologie,la pharmacologie, biochimie, la Distinguished Professoret de directrice du Centre les sciences environnementales. détudesfrançaises francophonesde Louisiane,le et NomadRSI a donc étê crééeen 1997par un jeune centre de recherchesfrancophones le plus impor- pharmacien français, Laurent Pordié, à son retourtant desuniversitésaméricaines. Elle sestégalement du Cambodge, où il était parti avecIorganisationfait connaîtredans dautresuniversitésprestigieuses humanitaire Médecinssansfrontières.Laurent Por-tellesque Yale,NewYork University et Harward.AssiaDjebar sestdit ( contente> dintégrer la pres- dié consacre vie à desrecherches sa universitairesentigieuseinstitution (pour la reconnaissance, anthropologieet en ethnopharmacologie. enseigne Il dit-elle,que cela implique pour la littérature francophone en tant quuniversitaire dans le Sud de la France,sade tous les autres pals, I compris évidemment du région dorigine, et vit dans lÉtat indien du TamilMaghreb, mais ausside tous les pays africains>. La Nadu quil a choisi comme lieu de résidence.nouvelle académiciennea égalementexprimé son Ses premiers projets,cestdansla région du Ladakh,espoir que cette élection facilitera < en Algérie, au au Nord-Ouest de IInde, quil les organise avecMaroc et en Tunisie, Ia traduction en arabede tous NomadRSI,région où la médecine tibétaineances-les auteurs francophones>. trale estmenacéede disparition par les transforma- Document sonore no 7 page 16 (activités 25 à29) tions politiques et sociales. effet,dune part, la EnPatrick: Et nous retrouvons maintenant ÉliseMer- médecine moderne de type occidental,encouragéecié pour sarubrique mensuelle<Des entreprises par les autorités locales se développetrop lente- surla Toile>,avecaujourdhui une entreprise comme pas ment... dautrepart, la médecine traditionnelle dis-lesautres, je ne me trompe pas,Élise... si paraît, quant à elle, progressivement,à causedeÉlise: Oui, tout à fait Patrick... ce mois-ci <Des bouleversements économiqueset sociaux.Consé-entreprises la Toileu a choisi de sintéresser une sur à quence:leshabitantsdu Ladakh risquent de ne plusentreprise française dun genre différent puisquil pouvoir se soigner... Pour NomadRSI,il est doncsagit en fait dune ONG au statut dassociationloi fondamental de préserverlespratiques médicinales 1901à but non lucratif et dont le site internet a par- traditionnelles pour conserverun patrimoine cul-ticulièrement retenu notre attention. turel de lhumanité mais aussi,il estvital de les main-Élise: Chers auditrices et auditeurs de Radio Infos t e n i r p o u r l a s a n t éd e c e ss o c i é t é so c a l e s :d e s lFrancebonjour et bienvenueà notre rendez-vous recherches ont dailleurs mis en évidenceque cettemensuel<Des entreprises la Toile>, ce mois-ci, sur médecinetraditionnelle millénaire, en harmonienotre navigation sur la Toile nous a conduits à décou- avecIenvironnementnaturel local,parcequelleuti-vrir le site www.nomadrsi.org,n-o-m-a-d-r-s-I-.org lise notamment lesressources minéraleset végétalesle site de NomadRSI,RSI pour Recherche Sou- et locales,esttrès souventmieux adaptéepour traiter lestien International, une organisationnon gouverne- maladiesde cespopulations qui vivent dans la régionmentale, à caractèrenon commercial, et qui a pour de IHimalaya indien. . Ïnanscniotions 7
  7. 7. OFALEI. COMPBÉHENSION3. Comprendreune conversation C: Peut-êtremais ce que vous oubliez cestque Pourentre [ocuteurs natifs le moment on na nulle part oir dormir ce soir et demain et que tous les campings à proximité de laDocument sonore no 8 page 18 (activités 30 à32) mer sont complets,les seulsoir il y a desplacessontA: Eh ben dis donc, tu en fais, une tête... il y a à 7 kilomètresde la plage...quelque chosequi va pas? B: Ah oui, ça cest vrai ça...B: Jeten pose,moi, desquestions ? me le dis si cestpasle moment de te D: Ah ouais javais complètementoublié ce truc-là,A: Oh Ià... I tu moi...parler...hein! A: Moi jai un plan : on fait ce que jai dit et le soirB: Eh bien voila, tu vois, je te le dis; cestpas le quand la nuit tombe, on prend les sacsde couchagemoment!A: Tiès bien... Tu vois, ce qui est bien avectoi, au et on monte les tentes,on peut très bien se cachermoins, cestqu y a pasde mauvaises surprises: cest dans la végétationprès de la mer ou derrière des rochers... !famaisle moment de te parler, on est toujours au C: Ça cest ce qui sappelledu camping sauvage !calme,pas besoin de faire deffort, on perd jamaisson temps à parler pour ne rien dire... y a rien à avecla police desplagesqui patrouille la nuit, je vou-dire I drais pas commencer mes vacances passantlaenB: Tu me cherches tu me cherches, là, hein?... je me nuit au commissariatet payerune amende:ce que jetrompe pas... tu me cherches hein? propose,moi, cest que dès quon arrive, on ailleA: Jete cherchepas,je te posejuste une question, dabord à loffice du tourisme pour trouver un héber-je te demandejuste gentiment ce que tu as,et tu gementpour ce soir et demain,et aprèson verra...magresses, comme ça... de toute façon avectoi il 1à, on pourra toujours visiter la ville, seprendre un caféy a pas à chercher:y a rien à trouver. et aller à la plage,selon le temps qu il nous restera.B: Tu continues... hein?Jepréviens, plutôt inté- tas B: Jecroisqu ellea raison...rêt à retirer ce que tu viensde dire, sinon.. ! D: Ie suis daccord avecelle,moi aussi.A: Sinon,quoi? quoi encore? crois mimpres- tu A: Ah lesfemmeset laventure...!sionner peut-être? Document sonore no 10 page 20 (activités 36 à 40)Document sonore no 9 page 19 (activités 33 à 35) A : Alors, au fait, cette expo cétait chouette?A: Bon alors moi ce que je propose cest que dès B: Ouais,bof, pasgénial.qtion arrive cestquon fasse petit tour de ville, à un A: Ah bon pourquoi, cétaitpasintéressant?pied, tranquille, comme ça, ça nous fera du bien B: Oui, y avaitquelques trucs pas mal, mais je saisaprès5 h40 de train, vous ne trouvezpas? et aprèson pas, jai été déçuepar le cadreet du coup euh, jai seposeun peu à la terrassedun caféavant daller à pasapprécié commejauraispu.la plageen fin daprès-midi... A: Comment ça <le cadre>? B: Oh oui, oui, oui, je trouve ça trèsbien, moi. B: Ben, déjà tu payes9 euros à Ientrée,il y a pas de C: Ie saispas,je suispastrès pour, moi. tarif étudiant, ni chômeur ni aucun autre dailleurs! D: Pourquoi pas,ça mérite réflexion comme dirait |e comprendspasqu il y ait deslieux publics encore Iautre ! si peu accessibles grand public! Alors, je fais quand au B: Je suis daccord,moi... ça me va tout à fait, et même Ieffort, jepaye 9 euros pensant que ça valait cestvrai qdça fera du bien aprèstout cetempspassé le coup et puis là grossedéception! dans Ie train, moi je commenceà en avoir un Peu A: Comment ça, tas pas aimé les ceuvres présen- marre.. . et puis la plage en fin daprès-midi cest tées? quand même mieux quà Iheure du déjeuner en B: Si,enfin,jen saistrop rien... plein soleil,pasvrai ? A: |ai eu de bons échosde Iexpo,presquetous les D: Ça cestbien vrrrrrai ç4, comme dirait lautre I journaux conseillent dy aller, il paraît qu il y a cer- Non, mais... sansblague...Et commela gareesten tains tableaux quon a jamais lu en Europe! centreville et qu il faut traverserle centreville pour B: Ouais,cestvrai jai vu de belleschoses mais il y rejoindre la plage à Iextérieur,je trouve que cestle avait un monde dingue, des portablesqui narrê- bon plan, surtout quaprès,quand on serainstallés taient pas de sonner et les gardiens qui faisaient près de la plage,on naura pas envie,à mon avis,de comme si de rien nétait. ]e comprendspas: il y a retourner en ville pour faire du tourisme culturel ! des gens on dirait quils viennent là pour passerle I . Tnanscriptions
  8. 8. I. COMPRÉHENSION OBALE temps,ils ont desdiscussions nen plus finir... ça à positive par rapport à Ientrée dans les Grandes gâche tout, moi jai besoinde calmepour bien appré- Écoles merci. ? cier une expo ! fournaliste: Gérard Deloing peut-être? A: Sinon la présentation des æuvres était bien GérardDeloing: Oui, la discrimination positive,ou fichue ? encorevolontarisme républicain comme Iappellent B: Oui pas mal, il y avait une thématique par salle: certainsde nos politiciens,seprésente fait comme en <Iautoportrait métaphorique>, <Iautoportrait et une manière de rendre plus facilement accessible à la mort >.. . Et puis pas seulementde la peinture, une certainecatégorie detudiants,considéréscomme mais aussides sculptures,des installations. défavorisésau départ, Ientrée dans nos établisse-A: Ah ça semble être un choix pertinent pour pré- ments denseignementsupérieur sélectif. senterdesæuvresdépoquestrès éloignées. fournaliste : Cette discrimination positive est-elleB : Oui cestwai encoreque là aussien parlant dépo- actuellementgénéralisée France? enquesils sesont plantéssur descartels: un copain qui a Gérard Deloing: Absolument pas,seul à ma connais-fait des études dhistoire de Iart ma fait remar- sanceIInstitut détudespolitiques de paris Iintègrequer des erreurs flagrantesdans la datation de cer- ofÊciellement dans le mode de recrutement de sestainesæuvres,g€or€,heu, de Chirico se serait peint étudiants...à lâgede 10ansalorsque sur le tableauil en a 40 bien Journaliste: Bruno...sonnés...et, ce nestpasla seulecoquille! Bruno: Si je peux me permettre de rebondir et com-A: Carrémentl Là cestabusé, cestvraiment bjzarre pléter ce que vient de dire monsieurIinspecteur...tout ce que tu me raconteset je comprendsdautant quand on parle de discrimination positive à Sciences-plus que tu sois énervéepar rapport au prix den- Po, il sagit en fait de supprimer au départ seule-trée I ment; à lentrée seulement, mode de sélection unB: Ouais,jai même enviede faire un courrier ! qui pénalisecertainsétudiantset de le remplacerparA: Moi à ta placeje le ferais il faut faire remonter un autre mode de sélection plus adapté à la situa-ce genredinfos ! tion dorigine de cesétudiants. Document sonore no Il page22 (activités 41 à 45) fournaliste: Un autre appelde nos auditeurs...Aisha qui nous appellede Marseille...bonjour Aisha... fournaliste: Bonjour et bienvenueà tous nos audi- Aisha: Oui, bonjour ma questionestsimple: quels teurs de radio Interjeunes pour un débat consacré sont les étudiants concernéspar la discrimination aujourdhui à la discrimination positive dans les positiveet sur quelscritèresest-cequon sebasepour Grandes Écoles France...la questiondu jour: en faire bénéficierde la discrimination positive?Merci. Faut-il instaurer une discrimination positive à Ien- |ournaliste : Gérard Deloing. . . trée desGrandesÉcoles pour plus dégalitéet de jus- Gérard Deloing: Si vous permettez,je rappellerai tice? Pour débattre aujourdhui dans notre studio dabord quactuellementla pratique de la discrimi- M. Gérard Deloing, inspecteurgénéralde lÉducation nation positive ne sinscrit dans aucun cadre offi-nationale à Versailles, Amélie, élèveen première ciel de la législationfrançaise:cestune pratique qui annéeà IÉcole deshautesétudescommercialesautre- relèvede Ia liberté et de Iautonomie académiauedement dit HEC, Bruno, élèveen troisième annéeà létablissement, enfin des établissements choi- quiIInstitut détudespolitiques de Paris autrement dit sissent la mettre en æuvre... deSciences-Po, enfin Malek, étudiant en deuxième et fournaliste: Alors, la discrimination positive... quiannéeégalementà Sciences-Po Paris. y a d r o i t ?B r u n o . . .Pour commencer un premier appel de Sophie qui Bruno: À Sciences-Po Paris,seulscertainsétudiantsnous appellede Bordeaux Sophie,nous vous écou- qui ont suivi leur scolaritédans deslyceesclassés entons... zone déducation prioritaire et qui ont été présélec-Sophie: Oui je remercie radio Interjeunesde me tionnés sur dossierscolairepeuvent en bénéficier.donner la parole,je suis élèveen terminale S... ma Leszonesdéducation prioritaire faut-il le rappelerquestionest la suivante...moi jai un peu de mal à sont deszonesoù Ienvironnement social,éducatif,imaginer quune discrimination puisseêtre posi- économique est particulièrement défavorisé.tive... pour moi quand on parle de discrimination |ournaliste : Amélie...cestforcémentnégatif... alors pouvez-vous mex- Amélie: Là je crois quil faut que jintervienne : onpliquer ce que vous entendezpar discrimination nousprésente... comme ça...la discrimination posi- ïranscniotions. 9
  9. 9. I - COMPBÊHENSION OEATEtive... comme un instrument de progrèset de jus- Objet de toutes les peurs sur les marchés interna-tice... comme quelquechosede forcémentbon pour tionaux du fait de leur concurrence,notammentla sociétémais vous oubliez complètement de dire dans Ie secteurdu textile, objet égalementde cri-que ce qui fonde et la valeur et Iexcellence des tiques de certainsriverains,en raison de leur omni-grancesécoles,cest précisémentla sélection cies présencedans certains quartiers de la capitale, lesmeilleurs étudiants sur descritèrespurement intel- entrepriseschinoisessont aujourdhui plus de 3 000lectuelset académiqueset sansfaire de distinction de à Paris.Un chifte qui a progressé près600lo de entrecatégories sociales...Vous le savez bien... quand très les années2000 et 2004.vous défendezla discrimination positive, vous défen- Dans un rapport spécialqu il vient de faire paraître,dez tout simplement un point de vue idéologique le greffe du Tribunal de commerce de Paris,Iorga-soi-disant démocratique pour remettre en causepro- nisme chargédenregistrerlégalementles sociétés etgressivement casser système GrandesÉcoles et le des les entreprisesde commerce,dressele portrait pré-en France... vous le saveztrès bien, ne soyezpas cis de ces entrepriseset ces entrepreneurschinois.h1pocrites. L u n d e s o b j e c t i f s a v o u é sd u r a p p o r t : m i e u xJournaliste: Bruno... connaître les entrepriseschinoises,et surtout,Bruno: Désoléje crois que tu vas un peu loin... démontrer, chiffres à Iappui, quen raison desfobjectif de la discrimination positive,cestde réta- emplois créés,des investissements effectués,desblir simplement un peu de justice, un peu dégalitê impôts payes,lesentrepriseschinoisescontribuent dedans le mode de sélection à lentrée de Grandes manière non négligeableau développement de léco-Écoleset den faire bénéficier une minorité détu- nomie locale.diants qui autrement naurait aucune chancedin- Qui sont donc les entrepreneurschinois? Avectout tégrer les Grandes Écoles.Quand on fait de la dabord 3 113 dirigeantspour 3 265 entreprisesdiscrimination positive,on ne supprime pasla sélec- immatriculées, ils arrivent en quatrième positiontion sur critèresintellectuelset académiques, ne on desnationalités les plus représentées aprèslesAlgé-casse le système GrandesÉcoles, propose pas des on riens, lesTurcs et les Tunisiens.Soit 1, I o/o 302500 dessimplement un autre systèmede sélectionparal- entreprisesimmatriculées au registre de commercelèIe... et dessociétés. Plutôt jeunes,2o/odesentrepreneursJournaliste : Malek. . . vous voulez dire. . . ? chinois ont entre 25 et 35 ans contre 15% chez }esMalek: Oui, juste un témoignage: moi, jétais issu Français.Tiès souvent autofinancésou riayant pas eudeZEP,ju eu mon bac S avecune mention <Assez à contracter demprunt bancairegrâceà un systèmebien>, je savaisque mon niveau de français à lécrit traditionnel de financement familial, le montantn était pas le même que celui des élèvesdes grands total des prêts bancairespour le démarrageou leIycées Parisou de Province... mais je tiens à dire de développementdes entreprisessesttout de même qdavec la discrimination positive je ne suis pas entré élevéà 76 millions deuros pour Iannée2004.Les à Sciences-Po par charité ou parce que je mappe- entrepreneurschinois sont aussidesfemmesà 48 o/olais Malek. lai étêsélectionné dossieret puis jai sur contre 25o/opour les Françaises. plus de 50olo Si acceptéensuite de me soumettre à un entretien dentre eux travaillent dansf import-export, les sec-public de plus dune heure devant un jury de six teurs où ils choisissentde développer leurs entre- personnes... pour moi aussiça a étédur... moi, jai p r i s e s s o n t : l e c o m m e r c eà p l u s d e 4 0 o / o , l a réussimon entretien... dautrescandidatsont été restauration à 28 o/o, lindustrie de manufacture éliminés...dune certaine jai façon... moi aussi, été notamment textile à près de 16olo. On constate sélectionné...et puis après,une fois dansla Grande cependant cesdernières annéesune tendance à la École,il ny a plus de différence... on esttous notés diversification: nombreux sont ceux en effet,qui se de la même manièrepar lesprofesseurs... lancent dans lessecteurs Iinformatique, de Iim- de mobilier et des petits commercesde proximité TVprs Êpneuvss comme les bureaux de tabac ou les magasinsdali-Document sonote no I page24 (activités 46 et 47) mentation.Société:À Paris.LEmpire du Milieu sétendde plus Document sonore no 2 page25 (activités 48 à 50)en plus et les affairesvont plutôt bien. En quatre ans Journaliste: Marie-Laure bonjour, et merci davoiren effet, le nombre dentreprises chinoisesa plus que acceptéde répondre aux questions de la rédaction dedoublé dans la capitale française. <Cest à vous magazine>.1O . Transcniptions
  10. 10. I. COMPREHENSION ORALE Dites-nous un peu, Marie-Laure... mère de trois mais cestle soir qui pose problème... lécolepri- enfantsen famille monoparentale,assistante direc- de maire se termine à 16h30, le collège...ça dépend tion dans un département de ressources humaines, desjours et en généralje ne peux pas rentrer à la présidentedune associationdentre-aidepour maison avant 19 heures.. . En plus, jai aucunefamille familles monoparentales... ça ne fait pas un peu sur place qui peut me donner un coup de main puis-beaucouptout ça pour une seulefemme... sans quils habitent tous ailleurs un peu partout en compter bien strr tout le temps passéen semaine France... dansles transports en commun et tout le restede la fournaliste : Alors... ?vie quotidienne? Quest-cequi vous fait courir Marie-Laure: Alors je marrange parfois avecunecomme ça Marie-Laure? baby-sitteSparfois avecdesvoisinesdimmeuble...Marie-Laure: Cestwai que ça peut paraîtreun peu mais il faut toujours tout prévoir et ça ne marchefou mais dabord... heu... je nai pasle choix, cest pasà tous lescoups... Cestpourquoi on a eu Iidéeune situation qui simposeà moi et à laquelleje dois une amie et moi dune association dentre-aidepourfaire face... et puis mon engagement personneldans parentsisolés.On la crééeen 2004,elle sappellelassociationcorrespondà une volonté de faire bou- Parents-Solo.ger les chosesdans ce domaine. Faut surtout pas |ournaliste: Quel en est le but?oublier que cestune situation personnelleet sociale Marie-Laure: Lidée de départ cétait dabord deque partagentde plus en plus de parentsisolés... Ce donner tout un ensemble dinformations juridiquesque je vis n a rien dextraordinaire. et pratiques aux personnesconcernées cettesitua- parfournaliste : Quentendez-vouspar là ? tion, notamment sur les droits et les diftrentes aidesMarie-Laure: Eh bien... Il faut savoiren efÊet qden financières publiquespossibles...et puis on a trèsFranceentre 1990et 1999la proportion desfamilles vite évolué vers la création de tout un réseaudentre-monoparentalesa augmenté de près de 24o/opour aide,un réseau solidarité... dereprésenterdésormaisprès de 17o/odesfamilles. À Journaliste: Cest-à-dire... ?Paris,ce chiffre se monte à 25o/odes familles. Et si Marie-Laure: Cest-à-dire quen fait, on se pro-cetteréalitéconcerneaussideshommes parentsiso- pose de mettre en relation, de faire se rencontrerlés,dans 85 o/o casil sagit de femmesqui élèvent des desparentsisolésqui habitent dans un même quar-seulesleur famille avecun ou plusieurs enfants. tier pour quils puissentdiscuter de leurs difficultés|ournaliste: Vous-même, vous êtesmère isoléedune quotidiennes et voir sils peuvent sorganiserenfamille nombreuse...cestquoi le plus difÊcile? commun pour trouver des solutions pratiques...Marie-Laure: En effet,jaitrois enfantsde7,9 etll du genre,euh... aller récupérerdesenfantsà la sor-ans,scolarisés primaire et au collège...jai divorcé en tie de lécoleou dune activité extra-scolaire.. t)?e: .il y a 4 ans et cestmoi qui ai eu la gardedesenfants. cours de musique,activitésportive,ou bien... sur-Leur père les voit un week-end sur deux mais pour veiller, garder des enfants pendant les devoirs,leIinstant il nest pas en mesure de remplir sesobli- temps daller faire quelques coursesou de revenirgationsfinancières, cestdonc moi qui dois subvenir du travail...seuleaux besoinsde la famille... mais vous savez. là Journaliste: Et ça marche?aussije suispas un casatypique:83o/o ressources des Marie-Laure: Absolument ! On a même été surprisdes femmes isoléesavecenfants proviennent des de voir que dautres personnesqui ne sont pasrevenusdu travail... on est donc obligéesde sac- parentsisolésvenaient à nos réunions hebdoma-crocher cotlte que cofite pour garder son boulot. daires,proposaientgratuitement leurs services...Journaliste: Comment est-ceque vous vous orga- souvent ce sont des personnesâgées, dynamiques,nisez pour la gardedes enfants? qui sont sensibles la situation de parents isolés àMarie-Laure: Cest bien là le gros problème de la parce quelles-mêmesconnaissentou ont connu lasemaine...Le matin, jarrive à les mettre à lécole solitudeou lisolement... . Transcriptions 11
  11. 11. TRANSCRIPTIONS lV - Production oRnle3. Débattre dialoguer et wieDocuments sonores no 1 page 146 Enregistrement I : Effectivement..., mais on pour- rait peut-êtrealors se poser 1aquestionplus géné-W rale de savoir si une législation internationale ne Enregistrement l: Quand vous ditesque lesgrandes devrait pas être instaurée pour interdire les tradi- villes sont plus ouvertesà légard desétrangersvous tions culturelles qui génèrentdesviolencesinutiles voulez dire en fait que leurs habitants se montrent contrelesanimaux... quen dites-vous ? plus accueillantset tolérants parce quils sont plus Enregistrement 2: En suivant votre argument et en habituésà un environnementinternational..., nest- le poussantun peu plus loin, on pourrait donc ima- ce pas? giner, quun jour, dans les écoles,des classes seront Enregistrement 2: Vous avez dit que pour les annon- organiséesafin dapprendre aux jeunes élèvesà se ceurs et les agences publicité, les enfants étaient de comporter en bons consommateurs pour devenir considérés comme, je vous cite, <un public pres- de bons citoyens... cripteur>... pourriez-vous expliquer ce que vous Enregistrement 3: Comme vous semblezle laisser entendezpar là ? entendre,jen déduis donc que vous seriezplutôt en Enregistrement 3: Auriez-vous une idée du pour- faveur de la suppressiondes journées éducatives centagede la population à la fois en Franceet dans consacrées thème du goût, pour les remplacer au votre pays,qui bénéficiedun accès personnelà lin- par desjournéesde sensibilisation problème de la au ternet? faim dans le monde et aux différents moyens dy Enregistrement4: Que voulez-vousdire exactement remédier... quand vous affrmez, dans votre deuxième partie, Enregistrement4: Dites-moi ce que vous en pen- que largent estdevenudansnos sociétés consom- de sez...,mais il me sembleque nous touchonslà à un mation, un fluide, vous dites, aussiindispensable problème plus vaste,quon pourrait peut-être for- que Iair ou Ieau? muler ainsi: comment tenir compte, chez un indi-Enregistrement 5: Si je vous ai bien suivi, rappeler, vidu de toutes les composantes son identité, à decomme vous Iavez fait, que les jeunes étudiants savoir: nationale, familiale, culturelle, éducative,re[i-préfèrentse consacrer priorité à leurs étudeset en gieuse... ?à leurs loisirs plutôt que de faire de la politique ou Enregistrement 5: Croyez-vousvraiment que ledu syndicalisme, revient à dénoncerchezeux, selon développement des technologiesnumériques vavous, une forme excessive dindividualisme ainsi entraîner,comme vous le soutenez, une baisseduque le manque de conscience citoyenne...,cest niveau et de la qualité dexpression écrite chez lesbien ça? gens... autrement dit, que les genssauront moinsEnregistrement 6: Vous avezmentionné le fait que bien communiquer à lécrit parce qu ils utiliseront lesdes programmes éducatifs sensibilisentde plus en textos,ou Ie courrier électronique?plus tôt les jeunes élèvesà Ia protection de lenvi- Enregistrement 6: À votre avis,est-cequ on ne peutronnementet au reryclage déchets...Est-cequ on des pasdire ici, que Ion rejoint plus globalementle thèmeobservele même phénomènedansvotre paysquen desconflits de générationsou de la dificulté, pour lesFrance? difËrentes générations, communiquer entre elles deEnregistrement 7: À quoi faites-vousréfrrence exac- et de partagerdesréférences culturellescommunes?tement en disant qu il y a parfois dessituations où il Pagel4Test préftrable de garder une certaine distanceavecsesmeilleurs collègrres même avecsesmeilleurs amis? ou ffiEnregistrement 8: Quand on reprend lorientation Enregistrement 1: Ce que jai voulu dire en fait parde votre argumentation, autrement dit, daprès vous, là cestque secomporter de manière individualiste et,il est tout à fait inutile dessayer lutter contre les de peut-êtremême,égocentrique permet danscertainescausesdu réchauffement climatique global, parce situationssociales professionnelles garderune ou dequ on sopposeà desintérêts économiquesmajeurs, distanceet de seprotégerdu regardou du jugementest-ceque je vous ai bien saisi? des autres. Transcniotions. 13
  12. 12. M. PNODUCÎIONONALEEnregistrement 2: Vous me posez en fait la ques- table... enfin, vous avezabordéla question de savoirtion de savoir sil serait envisageable souhaitablede et sil est vraiment juste ou bienvenu de valoriser lerendre tous les muséeset les monuments publics thème de la gastronomie alors que la faim consti-gratuits pour rendre plus facile Iaccèsde tous à la tue un réel problème dansde monde... Est-cequonculture dite classiqueou savante... doit comprendre que vous êtespersonnellementEnregistrement 3 : Effectivement, mon intention opposéaux journéeséducatives consacrées thème auétait bien de mettre Iaccentsur le fait que trop sou- du goût?vent les tâchesménagères quotidiennes sont à la Enregistrement 2: Vous avezdit à ce sujet qu il fau-chargepresque exclusivedes femmes, malgré la drait pouvoir organiserun événementcomplémen-réduction généralisée temps de travail. du taire centré sur la dimension humanitaire deEnregistrement 4: Non. Jepenseque je me suismal lalimentation, à quoi faites-vousréférenceexacte-fait comprendresur cepoint... ce que jai voulu dire ment?par un o élitisme positif fondé sur le mérite person- Enregistrement 3: On pourrait tout à fait imaginernel > cest le fait que certainesécolesen Francefor- Iorganisation de ce qpe dévénement,dailleurs cement des gens compétents et performants parce genrede manifestation existe-t-il dansvotre paysetqu ellesdonnent la priorité à la valeur individuelle est-il organiséde manière régulière?des personneset que cettevaleur ou ce mérite... Enregistrement 4: Ne pensez-vouspas être un idéa-cest en fait le résultat dun travail personnel ou de liste quand vous avancezIidée que de plus en plustalentspersonnels... dentrepriseset de grands groupesindustriels liésEnregistrement 5: Ce que vous voulez savoir cest ce au secteuralimentaire ont desprojets humanitairesque je pensede la façon dont le problème est perçu pour développer les valeurs de solidarité et dhu-par lespersonnes travaillent en entrepriseprMe, qui manisme?cestbien cela? Enregistrement 5: Vous posez là la question pius globalede Iinterdépendancedeséconomieset de la nécessité développementéconomiquepour tous duEnregistrement 1: Est-ceque tout celanamènepas les pays... mais nest-cepas pertinent de se poserà sedemanderdans quellemesureon pourrait asso- cette question dans le cadre de ce débat,quen pen-cier Iactivité des entreprisesà celle dorganisations sez-vous ?de type humanitaire... Page148Enregistrement2z Eh bien oui, tout à fait, onconstatedans mon pays dorigine comme dans denombreux paysméditerranéensexactementce même Réplique a: Oui, absolument,chaque année unephénomène qui se développeen France. semaineest consacrée sensibiliserdifférentescaté- àEnregistrement 3: Est-ceque je peux me permettre gories de personnesà ce problème et diverses insti-de connaîtrevotre point de vue sur la manière dont tutions publiqueset privéesparticipent à desactionsce sujet est traité par les médias en France? et desprojets.Enregistrement 4: Votre remarque me sembletout Réplique b: Jepensaisen fait à desjournées parallèlesà fait intéressante...en fait, elle me fait penserquil consacrées laction et aux réalisationsdorganisa- àestwaiment indispensablede faire la relation entre tions non gouvernementales dans ce domaine.toutes cesquestionsdenvironnement et le dévelop- Réplique c: Cest à mon avis intéressanten effetpement industriel et économiqueà léchelleglobale dévoquer ce thème car pour pouvoir parler de gas-de la planète... tronomie coûlme un art et comme un plaisir et pou- voir en parler sans problème de conscienceparDocuments sonores no 2pagel47 rapport à la faim dans le monde, il est fondamental que le progrès économique puissebénéficier à tousEnregistrement l: Vous vous êtesattachédans votre sansexception.présentationà montrer que la gastronomiefait par- Réplique d: Non, ce nest pas ce que jai voulu fairetie destraditions culturelles de Ia Francemais aussi comprendre et dailleurs ce que vous avezcompris nedautres pays...Vous avezensuite développéle fait correspond pas à ma position: en fait, je considèreque la gastronomiejoue aussiun rôle éducatif puis- que cesjournées éducativesde sensibilisationsontqu elle sensibilise thème du gofrt et desarts de la au intéressantes parce qdelles sensibilisentpar exemple14 . Transcriptions
  13. 13. IV. PRODUCTION ORAIEles gens à des habitudes alimentaires tradition- négatives destruction... Que pouvez-vousdire à denelles...En revanche me semblenécessaire ne il de ce sujet et quels exemplespourrait-on donner?pas oublier qu il existe des priorités humanitaires Pagel5lplus importantes qui concernentla même préoccu-pation à savoir: manger. WRéplique e: Jepenseau contraire partager un point Question I : Vous affirmez être convaincu que lesde vue très réaliste car les entreprisessont de plus forums de discussionsur Iinternet remplacerontunen plus confrontéesà la nécessité construire leur de jour les cafrs comme lieux de convivialité, déchange,image autour de cesvaleurs: pour elles,cestmême de communicationet de partage...Mais en restantun enjeu économique avecle développementpro- derrière un écran dordinateur chezeux ou dansungressifdu commerceéquitable. qbercafê,est-ceque lesgensne risquent pasde sen-Pagel49 fermer dans Iillusion et précisémentde finir par sennuyerou de se sentir frustrés? Question 2: Est-cequon ne pourrait pas dire enQuestion l: Êtes-vousde ceux et cellesqui consi- définitive, que nos sociétéssont trop marquéespar lesdèrent que les inégalités hommes femmes dans le technologiessophistiquées compliquéeset finissent etmonde professionnelsont une fatalité? par oublier le senscommun des chosessimples?Question 2 : Dune manière plus générale,lesdiplômes sont-ils sufÊsantspour apprécierla valeur PageI52dune personne en contexte professionnel? WPage150 Question I : Pourriez-vous rappeler différents moyens daction individuelle et collective suscep- tibles dapporter une solution à la question de laQuestion l: Pour vous personnellement,est-ceque pauvreté?travailler correspond à un besoin,à une envie,à un Question 2: À votre avis, quel rôle est-ceque lesplaisir... est-ilvraiment possiblede considérer tra- le États et les organisationsinternationalesdoiventvail comme une sourcede bien-êtreou de bonheur? jouer par rapport à ce problème?Question 2: Vous avezmentionné plusieursfois que Question 3: Dans quel type dorganisation ou das-trouver un équilibre satisfaisantentre la vie profes- sociation et pour quels types de projets seriez-voussionnelle et la vie privée est difficile dans nos socié- volontaire pour vous engager . . Et pourquoi ? ?.tés...à quoi pensez-vous?Question 3: Le problème de cetterecherchedéqui- Page153libre sepose-t-il de la même manière dans votre paysou dautres pays que vous connaissez? W Question l: Est-cequil serait,selonvous, justifié ou non fondé dopposerlesloisirs urbains aux loisirsQuestion 1: Je comprends daprès votre présenta- en pleine nature?tion que vous êtestrès enthousiasteet optimiste à Question 2: On entend dire parfois que nous entronslégarddessciences de la recherche, et rtest-cepas... ? progressivementdans une civilisation des loisirs...Question 2: Quand on entend parler dexpérimen- Quen pensez-vous ne trouvez-vouspas que cest ettations faites par certaines sectessur le clonage un peu contradictoire quand la question du travail ethumain trouvez-vous alors toujours que la recherche du chômagepréoccupeun grand nombre de per-scientifique en biologie et en médecine soit la sonnes... ?meilleure chosepour Iavenir de Iespèce humaine ? Question 3: Imaginez que nous sommesdans cetteQuestion 3: Certainesdécouvertes scientifiquesont civilisation de loisirs. . . Comment occuperiez-vousété détournées.utiliséesdans lhistoire à des fins votre temps quotidien et pourquoi? . 15 Tnanscniotions
  14. 14. CORRIGÉS I - GorvlpnÉucrusloN oRALE r. Comprendre annonces, instructions des des tagesmais la concurrencedes autresvilles candi- orales desdocumentaires et radiodiffusés datesrestetrès forte. 2. La panie I présenteune information objective: la Commission dévaluation du Comité internatio-Faux: sept centsmillions nal olympique (CIO) a rendu publique les conclu-Faux: un milliard cinq centsmillions/1O ou l5 ans sions finalesde son rapport sur les candidaturesdesVrai/Vrai cinq villes en compétition pour accueillir et organi-Favx:75 et 80 millions ser les jeux Olympiques dété de 2012 : Londres,Faux:77 millions de visiteurs Madrid, NewYork, Moscou et Paris.Cettepartie fait remarquer que la candidature de la ville de Paris1. a. faux/b. faux/c. vrai semblefavorite.2. a. fauxlb. faux/c. yrai La partie 2 rappelTe le 6 juillet 2005estla dateoù que3. a. faux/b. faux/c. vrai serarendue à Singapourla décisionfinale dattri- bution des]eux 2012.Cettepartie présente ensuiteles réactionsdesreprésentants cinq villes candidates des 1. I Le secteur tourisme en Francea eu un Dro- du afin dinsister sur Iimportance de la concurrence.blèmedimageet de considération La partie 3 met Iaccentsur la réaction du représen-I Les professionnelsfrançais du tourisme ne font tant de la candidaturede la ville de Paris.Cette par-pas assez publicité du potentiel touristique de la la tie fait ensuite une liste des points forts de la villeFrance de Parispour montrer que celle-cisemblefavorite etI Le tourisme en Francedoit gagneren profession- peut gagnerla compétition.nalismeI Les pays dEurope du Sud comme IItalie, IEs-pagne ou le Portugal font de la concurrenceà la 1. Le 6 juillet 2005estla date où serarendue à Sin-France gapour la décisionfinale dattribution des Jeux20l2.I Beaucoup de visiteurs voyagent à travers la France 2. Le chiffre 2, 65 milliards correspond au budgetmais ny restent pas ou y séjournent trop peu de prévu en dollars par la candidature de la ville detemps Parispour accueilliret organiserlesjeux Olympiques2.n" l: Beaucoupde visiteursvoyagentà traversIa détéde 2012.Francemais n y restentpas ou y séjournenttrop peu "Wde tempsno 2: LespaysdEurope du Sud comme IItalie, IEs- l.l c.; 2.1 ; 3.1 ; 4.lb d. a.pagne ou le Portugal font de la concurrenceà laFrance l.aetb.n" 3: Lesprofessionnels françaisdu tourisme ne font 2. t Le maire de Paris exprime sa confiance en lapas assez publicité du potentiel touristique de la la victoire.France I Le maire de Paris garde un profil bas et resteno 4: Le secteurdu tourisme en Francea eu un pro- déterminé.blème dimage et de considérationn" 5: Le tourisme en France doit gagner en profes-sionnalisme W l.le conceptde villageolympique au cæur de la ville 2.égalilé desathlètesolyrnpiqueset paralympiquesW 3. la réflexion sur les conséquences ]eux en termes desMessageB de développementdurable 4. la qualité destransportsl. Dans la compétition pour Iattribution des jeux 5. le respectde lenvironnementOlympiques dété de 2I2,lacandidature de la ville 6. le budget prévu (2,65 milliards de dollars) consi-de Paris semblefavorite car elle a de nombreux avan- déré comme <bien documenté et réalisable > . Connigés 17
  15. 15. ORALEI. GOMPRÉHENSION .,1. un billet dhumeur La journaliste.. vral faux on ne peut pas le direparle en spécialiste la musique pour piano de :présentedesinformations nouvelleset non connuesdu public t être déjà connuesfait référenceà des informations censées tdu publictraite le sujet de manière objective Itraite le sujet de manière subjective : sadresse son auditoireen restantneutre à : chercheà créer une complicité avecson auditoire : parle en spécialiste la sculpture de Rodin de t adopte un point de vue intimiste et enthousiaste : adopte un point de lrre pragmatique et rationnel IW Ce que présente numéro dordre informations détaillées la iournaliste... chronologique Certains ont dit que tout celan était qu une simple affaire imaginée et organisée un simulateur, prince dessimulateurs.. par le deshypothèses sansfamille, sanspapiers,originaire Un musicien clandestin, objectives de IEuropede IEst et désirantémigrerà IOuest... surle pianiste cherchant ou tout simplement un personnageintéressé, à devenir célèbreet à revendreson histoire pour le cinéma? Ne croyez-vouspas alors quon pourrait lui pardonner parce quil aurait inventé une merveilleusehistoire poétique qui a fait un point de vue 7 le tour du monde et nous a fait rêver tous et toutes quelques personnel instants? Franchement,euen dites-vouschersauditrices et auditeurs...? Ce nestpasdu rêvetout ça? une description Et puis Iambiance: la nuit, le silence,rythmé par le bruit 3 de Iambiance desvagues. une description de Ensuitele décor...,une plagedéserte, pluie, cettefine pluie la Ienvironnement douce dAngleterre, qui sinstallede manière permanente z naturel dans le paysage. Dabord le personnage: homme..., plutôt bel homme un une description la trentaine passée, athlétique mais sansexcès, visage au I physique et à la coiffrrre de guerrier mais avecune expressionde douceur du pianiste denfant, habillé en tenue de concert. Ieffet produit sur la magie prend place: cestvous maintenant qui gardez les interlocuteurs le silence, comme un bloc de pierre brute,/fasciné(e), du pianiste vous écoutez Iartistevirtuose qui ioue. Vous lui donnez un piano sesont sesmains de pianiste virtuose le mode de qui se mettent à parler pendant desheures,à courir sur 4 communication le clavier et vous offrent, dans une pluie de notes incessantes du pianiste tout le répertoire des Grands Romantiques.18 . Cornigés
  16. 16. I. COMPRÊHENSION ORALEl. Pour la journaliste... peu importe de savoir si, W quittersonauditoire donnantdessignes com- en dedans cette histoire, Ihomme en question a simulé plicitéet avaitun but personnelintéressé, car... Iessentielest ce que cette affaire a provoqué dans Iesprit des 2. Comprendre conférences, exposés, des desgens. des discours(éducationnels, professionnels)2. b. surprenante poétique eta. Le rêve et limagination domaines extrait no I extrait n" 2 extrait no 3 extrait no 4 extrait no 5 culture I I sclences I histoire I commerce I linguistique t entreprise I médecine I loisirs I t éducation IW1 .a . l . 5 o / o ; 2 . 3 0 o / o ; 3 . 6 0 0 / o ; 4 . 9 0 o / o ; 5 , L } o / o;2. une information/persuasive 6.l8o/o ; 7.l0 fois/l0 fois/250 fois/250 foisl. affirmations propos préjugés objectifs Lesmaisonsen bois ne sont passolideset ont une duréede vie limitée I Le bois nest pas résistantau feu : Le bois est un excellentconducteur thermique : Une structure en bois supporte bien la chaleur en casdincendie I Les maisons en bois sont plus dangereuses casdincendie en ; Quand le bois brûle, il ne produit pas de fuméestoxiques T Lutilisation du bois est à déconseillerpour la sécuritédune construction t Le prix dune maison en bois est plus élevéqu une maison <en dur > t2. les sapeurspompiers/les expertsdes assurances Conrigés . 19
  17. 17. I. COMPREHENSION ORALE. 2. Cest la première fois qu une personnalitédoriginel. Le seul point faible du bois, cestquil peut être maghrébinefait son entrée IAcadémiefrançaise.attaquépar desinsectes. Cest aussila cinquième femme, sur les 708 person-2. Un traitement initial approprié. Tous les traite- nalités de toute Ihistoire de lAcadémie,qui siégeraments du bois existantssur Ie marchéont déjà fait la à IAcadémie françaiseaprèsMarguerite Yourcenarpreuve de leur effrcacitédepuis desannées, condi- à (1980),Jacqueline Romilly (1988),HélèneCarrère detion dêtre effectuépar desprofessionnels. dEncausse (1990)et Florence Delay (2000). WæLa constructionde maison en bois estassociée... à l. Florence Delay: 2000une clientèlefinancièrementfavorisée/au respectde MargueriteYourcenar 1980 :Ienvironnement/àla préservationde la forêt/à la HélèneCarrèredEncausse 1990 :lutte contre Ieffet de serre/à des clients conscients facqueline Romilly: 1988 dede leur démarche 2. Cesfemmes sont toutes membres de IAcadémie françaiseet cesdatescorrespondentà lélection de cesW femmes écrivainsà IAcadémiefrancaise.1. La femme écrivain, dorigine algérienne,Fatima-Zohralmalayène, plus connue sousson nom dau-teur dAssiaDjebaa a été élue,jeudi 16juin 2005,à l. Fatima-Zohra Imalayene,plus connue sous sonIAcadémiefrançaise. nom dauteur dAssiaDjebar. 2. Pour son élection à IAcadémie française. 3. dates événements r936 Naissance dAssiaDiebar 1946 Seuleélèvemusulmane du lycéefrançais de Blida 1955 Elle estdevenue premièrefemme algérienne êtreadmiseà lÉcolenormale supérieure Paris. la à de 1979 Au cinéma,son long métrage, Nouba des La femmesdu mont Chenoua, obtenu Ie prix de la a critique internationale à la biennale de Venise. Son recueil de nouvelles,FemmesdAlger dans leur appartement,en 1980,a contribué à la faire 1980 connaître. Elle estnommée à la LouisianaStateUniversity,au poste de DistinguishedProfessoret de direc- 1997 trice du Centre détudes françaises francophonesde Louisiane,Ie centre de recherches et fran- cophonesle plus important des universitésaméricaines. elle, que cela implique pour la littérature franco-L élection dAssia Djebar est dabord interprétée phone de tous les autres pays,y compris évidem-comme un hommage à la francophonie: AssiaDje- ment du Maghreb, mais aussi de tous les paysbar, dont læuvre littéraire est traduite dans une africains>.vingtaine de langueset comporte une dizaine de 2. La nouvelle académiciennea exprimé son espoirtitres, fait partie de ces auteurs qui ont choisi la que cette élection facilitera <en Algérie, au Maroclangue de Molière comme langue dexpressionlit- et en Tunisie, la traduction en arabe de tous lestératre.lAcadémie sembleavoir aussidistingué Assia auteursfrancophones>.Djebar pour son action en faveur de la lutte desfemmes de son pays. W a. un programme radio spécialiséw#w, b. sur un thème professionnelrelatif au domaine1. Assia Djebar sestdit ( contente> dintégrer la médicalprestigieuseinstitution <pour la reconnaissance, dit- c. tous les mois2O . Corrigés

×