Louis Fournier (juillet 2007)                               reproduction interdite




                                ESS...
Préambule ou pourquoi cet essai



Précisons tout d’abord l’ambition de cet écrit d’une soixantaine de
pages. Le terme « e...
Devant cet éternel recommencement avouons-le bien décevant, les
efforts et l’expérimentation solitaire ou en petit groupe ...
1- Définitions générales du COACH et du COACHING

Les définitions sont multiples, différant selon les auteurs et les secte...
même légère- à apporter tant dans le domaine médical que
paramédical ; en cas de maladie, il ne pourra intervenir que lors...
2- Le COACHING SCOLAIRE


2-1 Socrate

       Le philosophe Socrate (5e siècle avant J.C.) est le père de la
maïeutique, t...
d’année avec une mention Bien afin d’être admise dans une classe
préparatoire aux grandes écoles.

      Les différences c...
3- Mise en œuvre du coaching scolaire


      L’adjectif scolaire est utilisé dans notre propos au sens large du
terme : i...
Pour former par le coaching scolaire, une expérience pédagogique
approfondie théorique mais surtout pratique du milieu péd...
3-1   différences avec le cours particulier traditionnel


      La différence principale réside dans la motivation vis-à-...
lui permettre de résoudre des sujets non seulement du même type ou
voisins mais aussi sensiblement différents. Le résultat...
4- Qualités nécessaires aux enseignants dispensant des cours
   particuliers au domicile familial


4-1   qualités pédagog...
surtout de sa personnalité. Elle s’appuiera sur le travail, la rigueur et la
logique du raisonnement.


      Contrairemen...
4-2   qualités humaines


      Pour résumer, l’enseignant de cours particulier devra faire preuve
des qualités suivantes ...
Pour obtenir le résultat escompté, à savoir aller plus vite et plus
loin (§ 1-3), il cherchera à développer chez ce dernie...
5- Ce qui est demandé aux élèves dans le coaching


5-1   Sensibilisation


      Si devenir coach demande une préparation...
Bien entendu la volonté, la concentration et la puissance de travail sont
primordiales pour que la réussite soit au rendez...
6- La technique pédagogique




      Ce que nous appelons technique pédagogique est le nœud même
de la réussite de l’appr...
Chez les femmes S. Lenglen, Chris Evert et M. Navratilova ont permis
au tennis féminin de faire de même.


Chacun d’eux en...
questions qu’il doit à se poser, le procédé méthodique qu’il doit
appliquer. La solution suivra alors tout naturellement.
...
-en rendant l’enseignement plus vivant, en s’inspirant des
méthodes Freinet et Montessori
      -en maniant avec dextérité...
Ainsi par exemple comparons deux élèves d’une même classe de
Terminale S et ayant sensiblement les mêmes résultats donc le...
-quel médicament prescririez-vous en urgence ?
      -le N….. en intraveineuse ! réplique sans hésiter l’intéressé
      -...
Expliquons aux enseignants littéraires peu portés sur la logique des chiffres la raison
pour laquelle les deux résultats p...
Dans tous les cas, une évidence apparait : si on ne le leur dit pas
et si on ne les corrige pas … ces élèves ne sauront ja...
premiers résultats encourageants. L’horizon scolaire se sera éclairci
grâce à vous…




6-4   Quelle méthode de travail ?
...
C’est tellement vrai que j’ai rencontré il y a quelques années le cas d’un élève de 3ème,
bon élève et en avance d’un an, ...
On confond parfois les mots « méthode » et « outil » : en réalité
le second est au service de la première.




La méthode ...
dépendant des connaissances et de la personnalité de l’élève, de la
discipline enseignée et du but recherché (formation in...
7- Les outils pédagogiques de la méthode positive


   L’étude approfondie des outils pédagogiques présentant un intérêt
n...
7-2
       Un outil important sera l’utilisation du mode sensoriel dominant
de l’élève : ce mode est-il visuel, auditif ou...
7-5
      La pensée parallèle est un des outils les plus rarement employés
chez nous car très éloigné du carcan cartésien ...
Le Mind Mapping, outil de brainstorming, est particulièrement
intéressant dans le domaine de la créativité, de la recherch...
Pour ce qui est de la méthode d’Ordi-Prof, elle s’appuie sur les
différents outils de communication dérivés de l’internet....
8- Coaching scolaire par internet


8-1   Les difficultés




       Dans un coaching en direct, c'est-à-dire en tête à tê...
8-2   Comment les vaincre, comment réussir




8-2-1       L’exemple du coaching sportif               Tous les grands
coa...
8-2-2        A la fin du chapitre 7 sur les outils p•dagogiques, nous
avons soulign• la n•cessit• absolue de conserver le ...
-fait-il souvent intervenir le mouvement ou les autres modes
      de perception (toucher, odorat‰ ?).




Selon le mode s...
€ un autre outil sur lequel pourra sƒappuyer le coaching scolaire est la
carte heuristique ou carte conceptuelle. On lƒapp...
9- La pratique par l’exemple

Christian est un enseignant polyvalent à dominance scientifique.
Résumons son parcours :
   ...
Notre avis. Les ingrédients de la réussite sont bien présents :
     -coach expérimenté et connaissant parfaitement le pro...
-type kinesthésique K
Sentir, ressentir, deviner, odorant, impressionnant, froid, chaleureux,
violent, calme, être touché
...
Un questionnaire bien choisi permettra de quantifier les réponses
données correspondant à chaque cerveau théorique. Un cla...
10-   Le règlement financier du coaching scolaire




10-1 Le tarif horaire

      La question mérite que l’on s’y penche ...
Pour ce calcul, il pourra être tenu compte d’autres facteurs qui sont en
vrac :
            -le niveau du programme à ense...
contentieux : de nos jours les plaideurs professionnels sont légion et à
l’affut de la moindre faute de votre part.

Sache...
entre 2 et 5 jours selon les circonstances (date et heure de remise du
chèque, lieu de la banque émettrice, réseau bancair...
Précisons que sur les sommes qui vous seront versées par les familles
Paypal retiendra une commission sur votre compte de ...
11-    Les douze qualités d’un coach scolaire


Rappelons pour commencer ce que nous précisions plus haut au
chapitre 3.

...
5- le pouvoir d’empathie
La Palisse aurait dit que « c’est en se mettant à la place de l’autre qu’on
le comprend… ». On pe...
11- savoir se faire régler par les familles
C’est la rançon de la liberté. Ils sont nombreux les professionnels
indépendan...
12-   Début d’éthique


Comme pour de nombreuses activités professionnelles (médecins,
conseils financiers, agents immobil...
13-   Littérature en rapport avec le coaching – Ressources internet

13-1 littérature pédagogie et coaching

S’il n’existe...
-Pédagogie des Moyens d’apprendre                                        Centurion
                             A. de La G...
13-2 Ressources internet


€ sur les programmes d'enseignement et l'orientation

http://www.education.fr

http://www.educa...
14-   Conclusion

Parvenu à la fin de cet essai, le lecteur pourra juger de la difficulté de la
tâche qui l’attend et de l...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Coaching Scolaire par Internet

3 757 vues

Publié le

Louis Fournier amorce une réflexion sur la pédagogie et son évolution et y aborde les sujets suivants.


° l’individualisation de l’enseignement
° le projet de l’élève
° le programme à étudier
° le déplacement à domicile lors de séances « de visu »
° le déroulement à distance pour les séances par internet
° l’impact de la technique sur l’acte pédagogique

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 757
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
78
Actions
Partages
0
Téléchargements
244
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Coaching Scolaire par Internet

  1. 1. Louis Fournier (juillet 2007) reproduction interdite ESSAI SUR LE COACHING SCOLAIRE PAR INTERNET Plan : € Pr•ambule 1- D•finition g•n•rale 2- Le coaching scolaire 3- Comparaison : coaching et cours particuliers 4- Qualit•s n•cessaires aux enseignants 5- Ce qui est demand• aux •l‚ves 6- La p•dagogie positive 7- Les outils : questionnement, pr•f•rence c•r•brale, psychologie appliqu•e (PNL), gestion mentale, m•thode, logique, cr•ativit•, pens•e parall‚le, mindmaping (analyse et synth‚se)- Internet, mail, message temps r•el ou diff•r•, webcam, t•l•phone 8- Coaching scolaire par internet 9- Mise en pratique 10- Le r‚glement des cours (tarification, modalit•s du r‚glement) 11- Profil du coach scolaire 12- D•but dƒ•thique 13- Litt•rature et liens internet 14- Conclusion 1
  2. 2. Préambule ou pourquoi cet essai Précisons tout d’abord l’ambition de cet écrit d’une soixantaine de pages. Le terme « essai » est employé à dessein concernant un sujet nouveau : la définition et l’application de la technique de coaching au milieu scolaire. Le mot scolaire englobe bien entendu à la fois l’école primaire, le collège, le lycée et l’enseignement supérieur. Loin de nous donc la prétention d’avoir mis au point une théorie définitive. Il s’agit plutôt d’une plateforme basique permettant à chacun de progresser dans une pédagogie (le terme est ô combien important…) personnelle adaptée à soi-même, à l’objectif fixé au préalable, au programme et bien entendu et surtout à la personnalité même du sujet coaché ! « Les temps changent… il faut bien s’adapter …. l’évolution est nécessaire… les mœurs varient, l’éducation doit suivre » Voila quelques lieux communs souvent prononcés, en général vrais, parfois exacts en partie seulement : ainsi pour notre dernière affirmation, est-ce que ce sont les mœurs qui entrainent un changement dans l’éducation ou l’insuffisance de l’éducation, voire son absence, qui est la principale cause de l’évolution des mœurs ? Ne vaudrait-il pas mieux dans ce cas réagir pour contrôler plutôt de subir l’évolution ? Le sujet qui nous examinerons concerne la pédagogie et son évolution rapportée à un certain nombre de facteurs plus ou moins précis qui sont : -l’individualisation de l’enseignement -le projet de l’élève -le programme à étudier -le déplacement à domicile lors de séances « de visu » -le déroulement à distance pour les séances par internet -l’impact de la technique sur l’acte pédagogique Dans le domaine pédagogique l’expérience montre que le changement n’est le plus souvent qu’apparent. Chaque ministre de l’éducation y va de « sa » réforme, ou plutôt de « sa » réformette. Ne recueillant jamais l’unanimité, loin s’en faut…, du corps enseignant et des familles, elle se dilue peu à peu… jusqu’au changement de ministre. Et alors elle disparaît. N’ayez pas peur : elle reviendra en général quelques années plus tard, habillée différemment, et mise en lumière par un nouveau ministre qui parlera de rénovation indispensable. Et la boucle recommence à nouveau… Et ainsi de suite jusqu’à la fin des temps ?? 2
  3. 3. Devant cet éternel recommencement avouons-le bien décevant, les efforts et l’expérimentation solitaire ou en petit groupe de quelques-uns permettent aux choses d’avancer même si c’est avec lenteur. Notre ambition, basée sur notre expérience d’enseignant, de formateur et de chef d’établissement s’étalant au total sur plus de trente ans, enrichie d’une centaine de visites d’inspection pédagogique toutes disciplines confondues auxquelles nous avons assisté, est de clarifier les notions de pédagogie, de méthode pédagogique et de coaching plus particulièrement dans les domaines du cours à domicile ou par internet. Le terme de coaching nous parait intéressant mais nous refusons l’effet de mode qui s’y accroche. En ce qui concerne le coaching scolaire, aucune définition existante ne nous a paru satisfaisante que ce soit de la part des spécialistes ou de ceux qui se targuent de l’être sans jamais avoir été réellement confrontés au milieu scolaire. Ces derniers y vont de leurs élucubrations confondant parfois groupe d’élèves et team de marketing. Nous allons essayer de clarifier nos idées sur le coaching scolaire dans le présent essai. Nous parlons volontiers ici de résumé car le sujet est vaste. Il mérite assurément d’être traité avec plus d’ambition et de considération, c’est ce qui sera fait dans un ouvrage ultérieur plus détaillé et tourné avant tout vers le côté pratique. Nous avons voulu, dans ces quelques pages, parer au plus pressé et donner l’occasion aux enseignants collaborateurs de notre organisme de se pencher sur la question. Puissent-ils comprendre tout le bien que le coaching scolaire peut amener dans une relation pédagogique nouvelle. Un bien pour l’élève comme pour l’enseignant. Celui-ci découvrira ainsi une nouvelle façon de dispenser son savoir d’une façon plus enrichissante puisque définitive ! 3
  4. 4. 1- Définitions générales du COACH et du COACHING Les définitions sont multiples, différant selon les auteurs et les secteurs considérés. Il est cependant possible d’énoncer une définition restrictive commune. 1-1 Pour le Larousse, le coach c’est : -une personne qui entraîne un sportif de haut niveau -dans une entreprise, le conseiller professionnel d’un salarié dont il cherche à développer les performances 1-2 Pour résumer en une définition unique les différentes approches actuelles du terme, le coaching c’est : -aider le coaché à fixer ses objectifs et à les atteindre -lui demander de viser plus haut que ce qu’il ferait sans coach -fournir des outils, le support et la structure pour faire plus et plus vite Pour John Eaton et Roy Johnson, formateurs en coaching, c’est « l’art d’accroître les performances des autres » 1-3 Coaching et développement personnel Il est clair, à partir de ces définitions générales, que le but du COACHING est d’aider quelqu’un à aller plus loin et plus vite. Ce sera le cas d’un sportif ou d’une équipe sportive. Ce sera aussi le cas d’un salarié, souvent cadre, d’un manager, d’un chef d’entreprise. De même est concernée par la démarche de coaching toute personne ayant besoin de surmonter un obstacle. Ce besoin peut être dû à une incapacité pérenne (une absence de connaissances, de savoir-faire, un blocage) ou momentanée (insuffisance physique ou psychique passagère) après une maladie, une dépression par exemple. Attention, soyons clairs : nous nous plaçons dans notre propos en dehors de toute démarche médicale, un médecin restant avant tout un médecin, son domaine est le sien. Un coach n’a donc aucune solution - 4
  5. 5. même légère- à apporter tant dans le domaine médical que paramédical ; en cas de maladie, il ne pourra intervenir que lorsque celle-ci est terminée ou en voie de l’être. Si après son passage elle a laissé des séquelles durables, le coach, par sa formation théorique et pratique, son savoir-faire, son expérience, peut aider le sujet à les surmonter. Bien entendu, il ne doit intervenir que s’il en est et s’en sait capable ! Pour bien comprendre ce que peut apporter le coaching, prenons l’exemple de Zoé athlète de bon niveau. Elle sort d’une longue maladie couronnée par une opération parfaitement réussie médicalement. Bien entendu elle veut reprendre la compétition le plus vite possible. Avant de reprendre l’entraînement, elle aura besoin des services de sa kiné, Alice. Pendant sa maladie, son fiancé, incapable d’attendre son retour, l’a quittée pour sa meilleure amie. Ce fait a occasionné à Zoé un profond découragement suivi d’un manque total de confiance en elle et un rejet de son entourage. Elle s’enferme dans une solitude si profonde qu’elle ne veut voir personne. Un psychothérapeute, Bernard, devra l’aider à retrouver ses repères. Par ailleurs, cadre dans une entreprise, on lui propose à l’annonce de son retour de changer de service, tout en gardant son statut et son salaire. Bien qu’ayant les connaissances et les capacités de réussir dans ses nouvelles fonctions, son manque de confiance en elle et sa longue inactivité intellectuelle vont nécessiter l’intervention d’un coach : Chantal. Celle-ci est chargée, à la demande de l’intéressée et en accord avec la direction de l’entreprise, de lui permettre d’atteindre le plus rapidement possible ses objectifs professionnels. Pour y parvenir Chantal devra mettre en place un plan de formation personnalisé et bien structuré dans le temps. Etant donné son savoir, Zoé aura à effectuer un travail personnel important d’acquisition et de réactivation des connaissances. Les outils qui lui seront proposés par Chantal seront axés autour d’une méthode de travail destinée à la rassurer et à lui permettre d’atteindre ses objectifs dans le temps imparti. Le rôle de Chantal ne sera donc pas celui d’un simple dispensateur de savoir, elle sera surtout chargée d’une tâche de développement personnel et d’optimisation du potentiel. Elle s’appuiera pour y parvenir sur des outils et des méthodes bien ciblées, sans pour autant négliger le côté psychologique, indispensable dans sa relation avec Zoé. Dans notre exemple, la démarche du coach, limitée dans le temps, est centrée sur la personnalité du coaché et réclame la participation pleine et entière de ce dernier. Lorsque Zoé se sentira capable de prendre en charge véritablement son nouveau poste, le but étant atteint, le coaching devra cesser. 5
  6. 6. 2- Le COACHING SCOLAIRE 2-1 Socrate Le philosophe Socrate (5e siècle avant J.C.) est le père de la maïeutique, technique à la base du coaching. Il prétendait de son vivant s’être inspiré du métier de sa mère Phénarète sage-femme. Platon le cite ainsi dans son Théétète : « Mon art d’accoucher comprend toutes les fonctions que remplissent les sages-femmes mais il diffère du leur en ce qu’il délivre les hommes et non les femmes et qu’il surveille les âmes au travail et non les corps… » Par la technique de l’interrogation, Socrate amène ses interlocuteurs à apprendre à se connaître : « …connais-toi toi- même !... ». Grâce à cette connaissance, toujours dans Théétète « ils font des progrès merveilleux […]. Il est clair comme le jour qu’ils n’ont jamais rien appris de moi et qu’ils ont eux-mêmes trouvé en eux et enfanté beaucoup de belles choses. » La technique de l’interrogation, c'est-à-dire l’art du questionnement, est à la base même du COACHING SCOLAIRE. 2-2 Les bases du coaching scolaire Le coaching scolaire est-il différent du coaching des adultes ? Poser la question c’est reconnaître qu’il y a à la fois des similitudes et des différences. Les similitudes concernent le but même de la démarche générale, à savoir le développement des connaissances et l’optimisation des capacités du coaché en vue de réaliser son objectif. Il s’agira bien d’atteindre un objectif en obtenant la meilleure note possible : de même que Zoé l’athlète voulait revenir à la compétition à son meilleur niveau (voir §1-3), Sophie veut réussir son bac de fin 6
  7. 7. d’année avec une mention Bien afin d’être admise dans une classe préparatoire aux grandes écoles. Les différences concernent le but de chaque démarche. Dans le cadre de l’entreprise il s’agira pour le personnel coaché de réussir le plus rapidement possible à faire progresser les ventes et donc à gagner de l’argent (rentabilité financière et à court terme). Ici les motivations de l’entreprise et du personnel se rejoignent momentanément même si elles ne sont probablement pas d’égale intensité. De même pour une équipe sportive : les joueurs sont coachés à très court terme pour gagner le prochain match, à court terme pour terminer au meilleur rang possible. Dans le cas d’une équipe de football, de nombreux joueurs changeront de club et d’entraineur en fin de saison : la motivation commune est intense mais brève. Dans le cas du coaching scolaire, la motivation de l’élève est uniquement personnelle, au mieux familiale : le but recherché sera à la fois immédiat (comprendre), à court terme (améliorer ses notes), à moyen terme (réussir sa scolarité) et à long terme (trouver un métier et y réussir le mieux possible). 7
  8. 8. 3- Mise en œuvre du coaching scolaire L’adjectif scolaire est utilisé dans notre propos au sens large du terme : il concerne aussi bien l’école, le collège, le lycée que l’enseignement supérieur. Le coaching scolaire réclame une démarche individualisée, centrée sur l’autonomie de l’élève ou de l’étudiant. La méthode et les outils pédagogiques mis en œuvre dépendront de la motivation et donc de la durée prévue : très court, court, moyen ou long terme. Ils dépendront aussi évidemment des disciplines scolaires abordées. L’art du questionnement socratique s’imposera au coach et sera le support essentiel de la progression souhaitée. On comprendra dès à présent que l’on ne s’improvise pas coach : une expérience pédagogique confirmée, des connaissances dans les domaines psychologique et méthodologique avec à disposition un panel diversifié d’outils bien maîtrisés sont nécessaires. Comment devenir coach scolaire ? Une réflexion centrée sur le coaching scolaire et sa mise en œuvre pratique, une formation et une mise au point personnelles, car il n’existe pas à notre connaissance de formation de valeur au coaching scolaire du moins tel que nous, spécialiste avec humilité de la pédagogie, et il faut beaucoup d’humilité dans ce domaine, l’entendons. Notre écrit est là pour vous guider dans vos réflexion et quête formative… Il existe de nombreuses formations et autres « certifications », parfois de valeur, au métier de coach. Malheureusement elles concernent le milieu sportif ou celui de l’entreprise. Elles sont mises en place par des instituts qualifiés et par des formateurs qui savent de quoi ils parlent. 8
  9. 9. Pour former par le coaching scolaire, une expérience pédagogique approfondie théorique mais surtout pratique du milieu pédagogique traditionnel est obligatoire. Les coaches d’entreprise n’ayant jamais été immergés en collège ne trouveront pas leur place dans le milieu scolaire pas plus qu’un coach scolaire n’a sa place dans l’entreprise dont il ne connaît ni les rouages ni les exigences. A chacun sa place et les vaches seront bien gardées… Il en a été de même pour les jeunes consultants d’entreprise qui, forts de leur diplôme à l’issue d’une Ecole Supérieure de Commerce, attirés par un métier valorisant et rémunérateur, ont sévi il y a une dizaine d’années s’improvisant consultants d’entreprise en solo à moins de 25 ans... Ils apprenaient, dès leur première mission, à un chef d’entreprise expérimenté comment il devait mener sa barque et comment manager « moderne » son personnel ! Les résultats obtenus par leur action n’ayant pas été à la hauteur des espérances, loin s’en faut, ils ont heureusement intégré de nos jours des cabinets de conseils : ils y sont eux-mêmes encadrés par des consultants expérimentés généralement issus du monde de l’entreprise ! Les psychologues peuvent évidemment apporter de l’aide, du moins dans une certaine mesure, mais ils n’auront évidemment pas le même impact pédagogique ni les résultats escomptés. En effet, ils n’ont en général pas enseigné, ne maîtrisent donc ni les programmes, ni les connaissances qui devraient être acquises, ni les processus d’acquisition successive à mettre en œuvre. En résumé, un coach scolaire doit être issu du milieu éducatif. il aura besoin cependant de se former pour exercer cette activité. Nous donnerons à la fin de notre fascicule quelques pistes pour une formation au métier de coach scolaire. 9
  10. 10. 3-1 différences avec le cours particulier traditionnel La différence principale réside dans la motivation vis-à-vis de l’autonomie de l’élève. Dans un cours particulier on apprend à l’élève, dans une démarche de coaching on lui apprend à apprendre. Le cours particulier peut donner des résultats rapides si l’élève montre de la bonne volonté et fait des efforts. L’enseignant explique la leçon, revient sur une notion mal comprise, multiplie les exemples d’application. Il essaie de transmettre son savoir et son savoir-faire. Chez certains élèves attentifs et volontaires, la progression est même parfois spectaculaire. Le coaching est à envisager dans sa globalité. Les résultats peuvent être plus longs à venir, surtout au début tant que la mise en route et l’apprentissage sont en rodage. Une fois ce stade passé, les progrès arrivent et l’élève découvre alors ses possibilités. €1ère question : Quelle est le processus le plus rapide pour progresser? Réponse : le cours particulier ! Une autre différence entre les deux démarches peut être résumée ainsi : -le cours particulier procède plutôt de l’analyse : l’enseignant décortique le sujet pour que l’élève examine à la manière d’un microscope ce qu’il voit. Il pourra résoudre dans l’avenir des sujets du même type ou assez voisins. -le coaching mène rapidement à la synthèse : le coach, par un questionnement précis, progressif, adapté à la situation et bien mené, entraîne l’élève sur une voie beaucoup plus large. Le but premier est de 10
  11. 11. lui permettre de résoudre des sujets non seulement du même type ou voisins mais aussi sensiblement différents. Le résultat final permet d’amener l’élève à devenir autonome de façon à ne plus avoir besoin de coach ! €2nde question : Quelle démarche est la plus complète ? Réponse : le coaching ! 3-2 Entre cours particulier et coaching, quelle démarche choisir ? Cours particulier ou coaching ? Tout dépend du but recherché, de la motivation de l’apprenant, de sa personnalité, de son potentiel (mémoire, puissance de travail, vivacité, pouvoir de concentration) et de la confiance qu’il accordera au coach. Tout dépendra aussi de la formation et de la personnalité du prof. Pour un résultat rapide (le passage d’un concours prévu dans 2 ou 3 mois), on privilégiera le cours particulier. L’enseignant sera expérimenté, exigeant et méthodique. Pour un résultat à moyen terme (6 mois ou plus) on pourra choisir un coaching si la motivation de l’élève et sa personnalité l’y amènent. 11
  12. 12. 4- Qualités nécessaires aux enseignants dispensant des cours particuliers au domicile familial 4-1 qualités pédagogiques Avant toute autre considération, l’enseignant de cours particulier et le coach scolaire doivent l’un comme l’autre connaître parfaitement le programme et avoir l’expérience de l’enseignement à des niveaux de classe différents. L’enseignant examinera tout d’abord les connaissances et les lacunes de son élève : il réalisera donc une évaluation des acquis de départ. Un projet ou contrat de progression sera ensuite rapidement établi qui devra être contrôlé périodiquement, éventuellement ajusté de temps à autre, voire modifié. Les exercices permettant la progression seront choisis de façon judicieuse La méthode pédagogique utilisée sera sans faille, tenant compte à la fois des connaissances de l’élève, de celles restant à acquérir et 12
  13. 13. surtout de sa personnalité. Elle s’appuiera sur le travail, la rigueur et la logique du raisonnement. Contrairement à une idée reçue, il est plus difficile d’enseigner à un seul élève que de faire un cours magistral devant une classe même nombreuse, hormis les problèmes de discipline évidemment… En effet lors d’un exposé magistral, le maître s’adresse à tous les élèves à la fois, donc à aucun en particulier. En réalité, pour avoir des chances d’être efficace auprès du maximum d’entre eux, il s’adresse à un élève virtuel moyen dont le niveau de connaissances et de compréhension serait la résultante de toutes les compétences des élèves présents dans la classe ! Remarquons qu’en agissant de cette façon, l’enseignant lèse les meilleurs élèves comme les plus faibles. Lors d’un cours particulier comme lors d’un coaching, rappelons que nous avons défini ce dernier terme au §1-3, la relation pédagogique est individualisée. Le rapport enseignant-enseigné est permanent. Rien n’échappera à l’un et à l’autre. Ainsi, s’il sera facile au professeur de voir les lacunes de l’élève, il sera également assez facile à ce dernier de découvrir, s’il y en a, les insuffisances du maître : préparation bâclée du cours ou de l’exercice, erreurs de calcul, fautes d’orthographe, explications confuses, mauvaise connaissance du programme, manque d’exigence… Pour que l’enseignant soit efficace, il devra obtenir la confiance de son élève : en conséquence, il veillera à être sans reproche. 13
  14. 14. 4-2 qualités humaines Pour résumer, l’enseignant de cours particulier devra faire preuve des qualités suivantes : - psychologie - empathie - exigence vis-à-vis de l’élève et vis-à-vis de lui-même - persévérance - patience - clarté et concision Il veillera par ailleurs à : - utiliser un français parfait - avoir un comportement irréprochable pendant ses cours - renseigner périodiquement les parents sur les résultats et les progrès accomplis par l’élève - se comporter sans familiarité ni excessive froideur vis-à-vis de l’élève et de sa famille Pour ce qui est du coach, il doit, outre les qualités précédentes : - bien connaître la méthode qu’il aura choisi de mettre en œuvre (ce qui suppose qu’il en connaît plusieurs !), - avoir de bonnes notions de psychologie pratique (PNL, 360°, ACP, Gestion mentale, Préférence Cérébrale), - il doit également ne pas chercher à briller mais s’effacer au profit de l’élève. 14
  15. 15. Pour obtenir le résultat escompté, à savoir aller plus vite et plus loin (§ 1-3), il cherchera à développer chez ce dernier non seulement la logique cartésienne mais aussi l’esprit de synthèse et la créativité. Le coach scolaire conservera toujours à l’esprit le but principal de son intervention : l’autonomie de l’apprenant. 15
  16. 16. 5- Ce qui est demandé aux élèves dans le coaching 5-1 Sensibilisation Si devenir coach demande une préparation sérieuse à défaut de formation, il en est un peu de même pour l’élève coaché… Le premier expliquera tout d’abord au second le processus en insistant sur la méthode générale qui sera utilisée, sur les raisons ayant amené à cette utilisation, sur les outils pédagogiques l’accompagnant et surtout sur l’intérêt synthétique et autonomique en découlant. 5-2 Travail de l’élève Une fois sensibilisé aux bienfaits de la démarche, le coaché devra accepter d’en récolter les fruits, non pas immédiatement, mais à moyen terme : pas de coaching dans la précipitation ! Le temps nécessaire à l’assimilation de la méthode est en effet l’écueil de la recette. Le progrès est lent mais c’est un progrès durable. Si le rôle du coach est primordial, le travail personnel de l’élève sera important aussi bien quantitativement que qualitativement. Le processus se déroule en effet comme pour certaines réactions chimiques : le contrôle catalytique et le ralentissement thermique dans la formation des organomagnésiens améliorent sensiblement le rendement. Sans ce contrôle, la réaction s’emballe avec un risque d’explosion et d’inflammation du solvant (éther), il y a également production de dérivés secondaires non désirés. Dans le coaching comme dans l’exemple de la réaction chimique précédente, le contrôle de la vitesse donnera les meilleurs résultats. N’ayons crainte : après ce premier temps un peu long d’assimilation du processus, les résultats s’accélèreront. 16
  17. 17. Bien entendu la volonté, la concentration et la puissance de travail sont primordiales pour que la réussite soit au rendez-vous. L’apprentissage une fois effectué le savoir-faire sera alors définitif. L’élève aura appris à apprendre tout seul : quel pas fait en avant ! 17
  18. 18. 6- La technique pédagogique Ce que nous appelons technique pédagogique est le nœud même de la réussite de l’apprentissage, au sens noble du terme. Dans le coaching scolaire, pour résumer, elle se décline selon quatre directions ou techniques distinctes et complémentaires au service de l’accouchement : -le mimétisme -la concentration -la logique -la méthode de travail individualisée 6-1 le mimétisme Il s’agit ici de l’apprentissage de la technique par l’exemple. C’est ainsi que l’on procède dans l’enseignement du tennis. Plus probablement que dans la plupart des autres disciplines sportives, le tennis a subi des modifications considérables dans le style même du jeu durant les 30 dernières années. Quelques champions sont responsables de cette évolution : l’australien Ken Rosewall et son revers coupé dévastateur, le suédois B. Borg joueur de fond de court et inventeur du lift à outrance, l’américain J. Mc Enroe fut le premier à oser contester les décisions arbitrales tout en s’appuyant sur un mental sans faille pour lui mais destructeur pour ses adversaires… 18
  19. 19. Chez les femmes S. Lenglen, Chris Evert et M. Navratilova ont permis au tennis féminin de faire de même. Chacun d’eux entraina l’engouement des foules. Une multitude de champions en herbe copièrent à la fois technique, comportement et tenue vestimentaire. Pendant l’ère Borg par exemple, le lift fut à son apogée, les parties étaient interminables, les bandeaux dans les cheveux, jusque là absents, firent leur apparition, les visages des joueurs, à l’image de l’idole, paraissaient impassibles… Chris Evert par l’élégance de sa tenue vestimentaire et de son style permit au tennis féminin de progresser sans nuire à la féminité. Ce qui est certain aussi c’est que les adeptes du mimétisme progressèrent et remplacèrent peu à peu leur idole. Les champions et championnes cités ont ainsi permis à leur sport d’évoluer lui donnant peu à peu l’image qu’il a aujourd’hui c’est à dire l’une des activités les plus prisées de la planète. L’exemple du tennis se retrouve dans tous les sports : ski, football, golf, natation… En « copiant » la technique du champion on devient soi-même champion ! Nous nous appuierons sur cette évidence corroborée par l’expérience. Pour ce qui est du coaching scolaire, l’exemple sera donné par le maître et retranscrit par l’élève dans des conditions voisines. En copiant le savoir-faire du maître l’élève va acquérir peu à peu son savoir- faire. L’enseignant de mathématiques montrera le chemin à suivre à son élève : comment il lui faut raisonner face à un énoncé nouveau, les 19
  20. 20. questions qu’il doit à se poser, le procédé méthodique qu’il doit appliquer. La solution suivra alors tout naturellement. L’élève se verra ensuite proposé des exercices d’abord très voisins. Plus tard, d’autres exercices, moins semblables, donc plus difficiles à résoudre, demanderont de sa part une réflexion adaptée. Des exemples concrets seront donnés au paragraphe § 10. 6-2 La concentration Le manque flagrant de concentration chez un élève est la cause principale du retard scolaire. Dans une discussion en groupe, lorsque quelqu’un perd le fil d’une conversation, il ne sait plus où il est. La conversation se déroule alors entre les autres interlocuteurs, il en est absent. Il en est évidemment de même pour un enfant. Une absence même de très courte durée sera préjudiciable. Un regard furtif par la fenêtre, un mot à son voisin suffisent : il perd le fil de la démonstration et ne le retrouvera pas. Le professeur a continué sans lui, l’élève est de plus en plus loin. Le mal a été immédiat. Mesurez la catastrophe si la rêverie se reproduit à chaque cours ! A quoi est dû ce manque de concentration ? Examinons à présent les choses de plus près. €Le manque de concentration peut provenir tout simplement du peu d’intérêt que porte l’élève à la matière €Il peut aussi provenir d’une difficulté à se concentrer, voire d’une impossibilité à penser plus de quelques minutes à un même sujet Dans le premier cas, le remède est de « donner envie » à l’élève 20
  21. 21. -en rendant l’enseignement plus vivant, en s’inspirant des méthodes Freinet et Montessori -en maniant avec dextérité la méthode de la récompense (dite de la carotte…) -en changeant l’élève d’ambiance, de groupe, de classe ou d’enseignant -en lui faisant donner des cours particuliers Dans le second cas, on rencontre l’élève rêveur de Prévert dans son fameux poème « L’oiseau », celui qui regarde par la fenêtre pendant le cours, ou qui s’absente de la conversation tout à coup, qui oublie parce qu’il n’a pas entendu, qui fait répéter souvent. Celui-là aimerait bien suivre mais il n’y parvient pas. On ne parlera pas alors de « manque de concentration » mais de faiblesse du « pouvoir de concentration ». Ce cas est plus difficile et plus dévastateur quant aux résultats scolaires. Peut-on améliorer les choses ? Sûrement -nous sommes de ceux qui pensent qu’avec des efforts on arrive à tout- mais, ne le cachons pas, ce sera souvent long et plutôt difficile. On pourra en effet y parvenir : -en consultant son médecin -en éduquant et en renforçant le pouvoir de concentration par des occupations appropriées (jeux de société, jeux d’échecs, jeux de cartes et de réflexion) et par certaines activités sportives (tennis, escrime) -en se faisant aider par un psychothérapeute Eloignons-nous un peu à présent du retard scolaire et observons au contraire d’excellents élèves : leur pouvoir de concentration est important. 21
  22. 22. Ainsi par exemple comparons deux élèves d’une même classe de Terminale S et ayant sensiblement les mêmes résultats donc le même niveau scolaire A . L’un, André, a un esprit très vif, il comprend très vite. Il a cependant quelques difficultés à se concentrer plus de deux heures sur un problème. Lorsque le nombre de questions exige de passer plus de deux heures, il doit se reposer avant de reprendre. L’autre, Bob, est un peu plus lent. Il est capable par contre de se concentrer intensément pendant plusieurs heures consécutives et ce, jusqu’à la résolution du problème qui lui a été proposé. A quel élève peut-on conseiller d’envisager une classe préparatoire : à André ou à Bob ? Au second évidemment : bien qu’un peu moins brillant que le premier (sa vivacité est moins grande), sa puissance de travail associée à un pouvoir de concentration très important lui permettront d’envisager cette voie. De façon générale le pouvoir de concentration explique la différence des résultats scolaires. De même, dans une certaine mesure, car bien d’autres éléments interviennent, il peut expliquer aussi la différence de réussite professionnelle entre plusieurs individus. 6-3 La logique Je me souviens de cet article que j’avais lu alors que j’étais moi-même étudiant concernant un examen de passage en 5e ou 6e année de médecine. L’article était rapporté par un magazine spécialisé. « Le médecin spécialiste examinateur parle d’un très jeune patient de 7 ans atteint d’une grave maladie, décrit le résultat des analyses effectuées et demande à l’étudiant : 22
  23. 23. -quel médicament prescririez-vous en urgence ? -le N….. en intraveineuse ! réplique sans hésiter l’intéressé -très bien ! et en quelle quantité ? -une ampoule de 1 mg de N… L’examinateur enregistre la réponse sans sourciller et continue la longue interrogation. A la fin de celle-ci l’étudiant s’adresse au médecin : -je voudrais rectifier ma réponse de tout à l’heure, j’ai répondu 1 mg de N… c’est trop fort, je voulais dire 1/100 de mg L’examinateur consulte alors sa montre : -trop tard, l’enfant est mort depuis 10 mn ! » Cette histoire m’avait marqué. Elle a toujours été présente depuis dans mon esprit et ma réflexion aussi bien pendant mes études qu’ensuite pendant l’exercice de mon métier d’enseignant. J’ai depuis toujours insisté sur la plausibilité du résultat trouvé. -la vitesse d’une automobile sur une route départementale peut- elle être de 120 m/s ? -la température d’une bouteille de glace peut-elle avoisiner dans un cas extrême -300 ° Celsius ? Tous les enseignants de physique rencontrent de telles réponses absurdes ! Mettre une mauvaise note parce que le résultat est faux n’est pas formateur, il faut dire qu’il est non seulement faux mais impossible. Ainsi l’élève ne recommencera pas… Enseignants, n’hésitez pas à conseiller à vos élèves de ne pas donner un résultat quand à l’évidence il est impossible. Il est préférable dans un tel cas de poser la dernière opération à laquelle on est parvenu sans en donner le résultat. 23
  24. 24. Expliquons aux enseignants littéraires peu portés sur la logique des chiffres la raison pour laquelle les deux résultats précédents sont absurdes : -une vitesse de 120m/s c’est la même chose que …432 km/h -la température limite inférieure dont on peut s’approcher sans pouvoir l’atteindre c’est … -273 ° Celsius ! La logique d’un résultat se rencontre plus souvent dans des matières telles que la physique, la chimie, les mathématiques, l’économie mais aussi dans toutes les autres disciplines. Tout enseignant qui note sévèrement un devoir doit expliquer la sévérité de la notation. Nous sommes partisans de mettre un zéro à une question ou même à tout un devoir lorsqu’une réponse n’a ni queue ni tête !! Dans un tel cas on rend service à l’élève en éduquant son sens logique. De même on n’ignorera pas une question absurde, on dira à son auteur pourquoi elle est absurde ! Certains élèves raisonnent « faux ». Il y en a même beaucoup plus qu’on ne le croit. Pour quelques uns la correction est possible, comme l’automobiliste engagé sur une route départementale annexe l’amenant à un léger détour, il lui sera facile de retrouver son chemin avec un peu de réflexion ou avec une bonne carte… Pour d’autres, il est vrai c’est beaucoup plus grave, ignorant les panneaux, l’automobiliste s’est engouffré en sens interdit sur l’autoroute : ne montez jamais dans le véhicule d’un tel conducteur ! 24
  25. 25. Dans tous les cas, une évidence apparait : si on ne le leur dit pas et si on ne les corrige pas … ces élèves ne sauront jamais qu’ils raisonnent faux ! Je me souviendrai toujours d’un de mes condisciples qui, prenant la parole avec aplomb en classe de Terminale, avait cru démontrer à notre professeur de mathématiques (brillant agrégé et brillant pédagogue) que la correction qu’il venait de nous délivrer sur un problème ardu était fausse. La nouvelle solution que l’élève avait expliquée au tableau à la demande de l’enseignant nous avait tous laissés pantois, incrédules ou silencieusement moqueurs (c’était du temps où le silence le plus absolu régnait dans une classe) : le raisonnement utilisé était d’un genre novateur, d’une logique très personnelle du genre « j’ai mal aux pieds, donc je vais chez le dentiste ! ». L’élève raisonnait faux tout simplement et ne s’en rendait évidemment pas compte. Dans son cas l’illogisme mathématique était profond : malgré ses efforts il n’a jamais réussi son bac scientifique ! Si vous rencontrez des élèves aussi imperméables à la logique cartésienne, soyez bien conscient que ce n’est pas une mauvaise note (voire un zéro…) accompagnée d’une appréciation lapidaire du genre : « mal compris ! » ou bien « nul ! » qui lui permettra de corriger son erreur et de redresser la barre ! Enseignants, coaches, en présence d’un tel raisonnement, essayez sans tarder de remettre les pendules à l’heure. Sachez que ce ne sera pas facile. Prenez le temps qu’il faudra… Cela peut être long ! Mais si vous réussissez, vous n’aurez pas perdu votre temps : l’élève trouvera un sens nouveau à ses études. Le plaisir viendra avec les 25
  26. 26. premiers résultats encourageants. L’horizon scolaire se sera éclairci grâce à vous… 6-4 Quelle méthode de travail ? Allons à l’essentiel. Pour ne pas nous écarter de notre sujet, reprenons l’idée, déjà répandue dans l’hexagone depuis plus de vingt ans, souvent combattue par nos esprits conservateurs, évidente pour qui veut bien accepter d’y réfléchir, toujours restée sans écho auprès des esprits cartésiens que nous sommes, reprenons donc ici l’idée que les français, contrairement aux anglo-saxons, ont une vue pessimiste des évènements qui se déroulent ou vont se dérouler. Nos présidents l’ont d’ailleurs bien compris à partir de F. Mitterand. Depuis 1981, ils ont en effet essayé, sans grand succès il est vrai, de nous rendre optimistes, de nous faire rêver… Cela est actuellement vrai avec N. Sarkozy qui a parlé, lors de sa campagne, du « rêve français » probablement pour faire pendant au fameux « american dream » Les Français vont-ils suivre ? l’avenir nous le dira. Nous sommes loin de notre sujet ? Pas le moins du monde ! Figurez- vous en effet que la pédagogie française est empreinte de ce pessimisme négatif. La pédagogie hexagonale actuelle est en effet loin de faire rêver les élèves ! Elle ne fait pas rêver non plus les enseignants d’ailleurs. Les effets en sont terribles. Pédagogie de l’échec : « C’est encore faux ! Tu n’as rien compris ! Tu es nul ! » D’ailleurs le système d’orientation est basé sur le principe d’échec : les portes se ferment les unes après les autres, à partir du « haut », l’élève s’engouffre dans celle qui lui reste ouverte… Je voulais rentrer en C et je me trouve en BEP. 26
  27. 27. C’est tellement vrai que j’ai rencontré il y a quelques années le cas d’un élève de 3ème, bon élève et en avance d’un an, qui voulant suivre la trace de son père et de son grand-père, désirait devenir ébéniste afin de reprendre le moment venu l’entreprise ancestrale… Il demandait donc le passage en LEP. Que croyez-vous qu’il advint ? Cela lui fut refusé car il était trop jeune. On lui proposa le passage en 2nde dont il ne voulait pas. Il lui fut alors répondu dans un 1er temps qu’il n’avait qu’à …redoubler ! J’eus toutes les peines du monde à obtenir pour lui du rectorat une dérogation en arguant que l’enseignement technologique et les métiers manuels ne me paraissaient pas devoir être réservés aux seuls mauvais élèves et aux retardés. Pédagogie négative : « Mauvais résultats ! Tu n’arriveras à rien ! Tu perds ton temps ici ! » Pédagogie de l’ennui évidemment : aucun espoir en vue pour l’élève médiocre ou faible… « Nul je suis, nul je resterai… Qu’est-ce que je fais ici ? Ca sert à rien cette matière ! En plus, je m’ennuie. Pas marrante, la prof… je ne comprends rien à ce qu’elle raconte ! Et elle ne comprend pas pourquoi je suis aussi souvent absent à son cours…» Pédagogie du renoncement : « A quoi ça sert de s’accrocher ? Le prof a dit que je n’y arriverai pas de toute façon… » Bref, pédagogie ratée !!!!! Et donc pédagogie perdante… € La Méthode pédagogique positive. Elle se veut gagnante donc à l’opposé de la pédagogie classique dont nous venons de parler ! Avant d’aller plus loin, donnons quelques définitions : elles vous permettront de nous comprendre dans la suite de ce propos ! 27
  28. 28. On confond parfois les mots « méthode » et « outil » : en réalité le second est au service de la première. La méthode c’est le processus général organisé (ou la résultante de plusieurs processus…) qui va permettre au sujet, selon les cas, de s’approprier la connaissance (le savoir), ou même d’assimiler l’apprentissage (le savoir-faire). Ce processus général suppose donc : organisation bien sûr, mais aussi rationalité, esprit synthétique, adaptation… Dans le cas de la Méthode Pédagogique Positive, le processus s’appuie essentiellement sur un état d’esprit positif et un objectif précis. Rappelons ci-dessous les principales caractéristiques : -appelée aussi pédagogie de la réussite, elle tient compte des efforts réalisés par l'élève avant-même que les progrès apparaissent ! -en outre, dès que ceux-ci apparaissent, même s'ils sont légers, ils sont reconnus et mis en évidence par l'enseignant ; l’élève est ainsi encouragé à persévérer sur la route du succès… Le coach s’interdira évidemment de porter des jugements négatifs tels que ceux que nous avons rapportés plus haut. Par sa façon de faire, le coach évite le découragement de l'apprenant devant des progrès pas aussi rapides qu’il l'espérait. De la sorte, en l'encourageant dès qu'il le mérite, le coach parvient à donner à l’élève l’envie de continuer sur la route de l’effort, du progrès et de … l’autonomie ! Vous trouverez également ici la définition sonore de la Méthode Pédagogique Positive : http://ecolechezvous.com/c.wav L’enseignant ou le coach voulant mettre en route la pédagogie positive devra s’appuyer résolument sur des outils choisis par lui, 28
  29. 29. dépendant des connaissances et de la personnalité de l’élève, de la discipline enseignée et du but recherché (formation initiale ne débouchant pas sur un examen, concours administratif ou bien optimisation du potentiel sur une longue durée etc.). Bien mise en œuvre c’est une pédagogie gagnante ! Les outils et la technologie sur lesquels elle devra s’appuyer sont divers. Ils font l’objet du paragraphe suivant. 29
  30. 30. 7- Les outils pédagogiques de la méthode positive L’étude approfondie des outils pédagogiques présentant un intérêt nécessiterait à elle seule un ouvrage de 400 pages. Ce n’est pas l’objet de notre exposé. Nous nous contenterons donc de citer brièvement les principaux outils en résumant leur rôle. Un lien vers les ouvrages pratiques de référence est rappelé pour chacun d’eux. 7-1 Lors d’un coaching ayant pour base la pédagogie positive, l’outil de départ, sans lequel rien n’est possible, est « le questionnement ». Ce questionnement est un art. L’art consiste pour le coach à poser des questions au sujet coaché dans le but immédiat de lui faire découvrir la solution ; le but principal mais plus lointain restant, rappelons-le, d’apprendre au sujet à trouver ultérieurement lui-même, sans l’aide de personne, la « vérité ». Cet art s’appuie lui-même sur l’empathie, c'est-à-dire sur l’aptitude à se mettre à la place de l’autre de façon à ressentir ce qu’il ressent… Dans le cas qui nous préoccupe, le coaching scolaire, à comprendre tout simplement les difficultés de l’apprenant dans le cheminement réflexif menant à l’appropriation des connaissances ou à la solution finale du problème posé. La philosophie et la mise en place pratique du questionnement dans une démarche générale de coaching sont explicitées longuement dans : « Coaching mode d’emploi » de Emmenecker et Rafal chez Marabout. Même si le coaching scolaire n’y est pas abordé, tout apprenti-coach se réfèrera avec profit à cet ouvrage. Sa lecture sera une précieuse aide pour la formulation des questions qu’il sera amené lui-même à poser. 30
  31. 31. 7-2 Un outil important sera l’utilisation du mode sensoriel dominant de l’élève : ce mode est-il visuel, auditif ou plutôt émotionnel (kinesthésique) ? De ce mode de pensée va découler le vocabulaire qui sera préférentiellement employé dans les séances ainsi que le type de mémoire à laquelle on fera appel (mémoire visuelle, mémoire auditive principalement). Les apports de la PNL ou Programmation Neuro-Linguistique sont importants, en particulier dans le domaine de la communication, dont l’enseignement fait indéniablement partie ! On pourra se référer avec profit à des ouvrages pratiques : « La communication efficace par la PNL » chez Marabout, « La Programmation Neuro-Linguistique P.N.L. » d’A. Cayrol et P. Barrère chez E. S. F. « La PNL, outil pour la classe » écrit par un groupe de professeurs et paru chez Nathan. 7-3 Un outil voisin du précédent et complémentaire est la détermination de la préférence cérébrale individuelle. Selon Ned Hermann, notre cerveau peut se subdiviser en 4 parties que chacun d’entre nous utilise de façon statistique privilégiée. Le problème sera de découvrir chez chaque élève le canal cérébral préférentiel. La lecture des ouvrages de : Linda Williams « deux cerveaux pour apprendre » Ed. d’Organisation M.J. Chalvin « deux cerveaux pour la classe » chez Nathan pourra vous éclairer sur le sujet. 7-4 La gestion mentale a également sa place parmi les outils pédagogiques principaux. Un des rares chercheurs français en pédagogie pratique est son inventeur A. de La Garanderie. Ses ouvrages font donc référence, nous citerons en particulier : « Pédagogie des moyens d’apprendre » Centurion « Les profils pédagogiques » Centurion de la Garanderie y décrit les trois gestes mentaux pédagogiques procurant le succès à l’élève : -le geste d’attention -le geste de réflexion -le geste de mémorisation 31
  32. 32. 7-5 La pensée parallèle est un des outils les plus rarement employés chez nous car très éloigné du carcan cartésien dont les Français sont victimes. Son inventeur est un des penseurs anglo-saxons les plus en vogue. Assez peu connu en France, où l’on se méfie depuis toujours des « psy » sous toutes les formes, Edouard de Bono est apprécié dans le monde entier. Pratiquer la pensée parallèle c’est trouver une autre vérité que celle qui nous apparaît en premier, découvrir un chemin personnel de réflexion. Bref penser autrement permet de trouver des solutions originales, c’est un catalyseur de la créativité, particulièrement utile lorsque le raisonnement rationnel est insuffisant. On lira avec attention les ouvrages principaux de de Bono : « La pensée latérale » chez Stock « Réfléchir mieux » aux éditions d’Organisation « Les six chapeaux de la réflexion » chez Eyrolles 7-6 Le Mind Mapping ou Carte Heuristique est un outil extraordinairement efficace pour trouver et organiser ses idées. C’est donc dans un premier temps un outil de développement de la créativité et dans un deuxième temps un outil de mise en ordre. Tony Buzan, encore un anglo-saxon, a créé le concept des mind maps. C’est une autorité influente et reconnue dans le monde entier pour ses recherches sur l'apprentissage et le cerveau. Parmi ses nombreux ouvrages nous vous recommandons la lecture sous forme de traduction de : « Une tête bien faite » Ed. d’Organisation Pour la petite histoire, un logiciel, Map It !, auquel il a collaboré permet la confection de cartes heuristiques. 32
  33. 33. Le Mind Mapping, outil de brainstorming, est particulièrement intéressant dans le domaine de la créativité, de la recherche d’idées et de leur organisation : dans le cadre scolaire on pourra ainsi l’utiliser avec efficacité plus particulièrement lors des épreuves de synthèse et pour les dissertations. 7-7 Parlons enfin de l’enseignement par internet (couramment appelé enseignement on line ou e-learning). Un bref retour en arrière me paraît nécessaire. Les Français très conservateurs et très cartésiens n’ont jamais jugé utile de changer leur méthode pédagogique s’appuyant essentiellement sur l’écrit. Souvenons-nous de la difficulté à intégrer dans le domaine de l’éducation et de la formation l’outil audio-visuel dans les années 1965- 70, je veux parler du film super-8, du film fixe, du rétroprojecteur et de l’épiscope. A l’époque un enseignant sur dix utilisait régulièrement un de ces appareils. Le seul appareil de projection ralliant alors la majorité des suffrages parmi les seuls enseignants de biologie, de géographie et de technologie était déjà utilisé depuis une dizaine d’années dans le milieu scolaire : c’était le projecteur de diapos ! Les choses ont un peu évolué depuis, mais pas autant qu’on aurait pu le penser, avec l’apparition du magnétoscope, du caméscope et à présent des lecteurs de DVD. La conquête audio-visuelle n’a jamais vraiment eu lieu à l’école ! L’histoire est-elle en train de se reproduire avec l’internet ? Alors que l’informatique a conquis l’entreprise et la formation professionnelle depuis longtemps, et bien que sa démocratisation à l’école ait commencé il y a déjà environ 25 ans, son impact dans le domaine de la formation initiale est embryonnaire en France contrairement à d’autres pays en particulier anglophones… L’ordinateur avec le web à haut débit (ADSL et câble) paraît pourtant un outil si prometteur dans le domaine de l’enseignement en général, du cours particulier comme dans celui du coaching, que nous pensons qu’il ne s’agit que d’un retard à l’allumage. L’impact d’internet dans le domaine de la formation initiale devrait enfin s’accélérer dans les cinq ans qui viennent, à condition bien sûr que les enseignants se mettent à la technique et l’intègrent à leur enseignement. 33
  34. 34. Pour ce qui est de la méthode d’Ordi-Prof, elle s’appuie sur les différents outils de communication dérivés de l’internet. Ces outils sont : -la messagerie en temps différé -la messagerie instantanée -la Webcam -la téléphonie voip (permet de téléphoner de PC à PC) Il est évident que la méthode est révolutionnaire par rapport à la pédagogie classique. Elle réclame de la part des enseignants et des futurs coaches scolaires : -une remise à plat de leur pédagogie -un effort d’adaptation technologique (soyons clairs : cet effort sera continu car la technique évolue sans cesse et les élèves sont les premiers informés…) Dans le chapitre qui suit (8), nous allons expliciter l’utilisation sur le web par les coaches et les enseignants de l’organisme Ordi-Prof des outils de communication à la base de notre pédagogie. 34
  35. 35. 8- Coaching scolaire par internet 8-1 Les difficultés Dans un coaching en direct, c'est-à-dire en tête à tête, le coach peut, grâce à ses qualités psychologiques, affiner son questionnaire. L’attitude de l’élève, ses réactions, ses gestes, ses réflexions, ses mimiques, visibles et révélatrices pour un enseignant aguerri, entraînent des questions immédiatement adaptées à la situation. Reconnaissons que dans la démarche d’un coaching virtuel, ou par web interposé, la difficulté est plus grande. Le questionnement est probablement moins précis et plus difficile à établir. Il réclame un temps de réflexion avant la formulation. Outre la parfaite maîtrise des outils nécessaires, tant matériels que pédagogiques, la réussite de l’entreprise nécessite évidemment une grande expérience du maître dans ce type de démarche… Elle nécessite aussi une bonne connaissance de l’élève dans ses points forts comme dans ses insuffisances. Dans un coaching en tête à tête ou de visu, un coach expérimenté se fait assez facilement, en général après deux ou trois séances, une opinion sur la personnalité pédagogique de son élève. Ce sera encore plus vrai lors d’un coaching à distance comme celui qui nous intéresse. La mise en route d’un travail sérieux et rentable réclame du temps, la détermination assez précise du profil pédagogique de l’élève étant plus difficile : il faudra compter de cinq à sept séances à distance pour entrevoir des formes assez précises du travail à accomplir et de la méthode personnalisée à mettre en œuvre. Les efforts de la part de l’apprenant pour assimiler la méthode proposée seront toujours importants pour la réussite. Rappelons si besoin était que ce n’est qu’après ce temps d’adaptation réciproque que les progrès commenceront à voir le jour… Les obstacles ou tout au moins les difficultés ralentissant la progression sont de plusieurs sortes. Le coach devra analyser le profil de l’élève dans le cadre de la méthode générale de travail, sa réactivité vis-à-vis d’elle, sa motivation, ses connaissances, ses lacunes, sa rapidité, son désir de progresser, son pouvoir de concentration, son ambition… 35
  36. 36. 8-2 Comment les vaincre, comment réussir 8-2-1 L’exemple du coaching sportif Tous les grands coaches sportifs connaissent bien la technique et savent adapter leur langage au mode sensoriel privilégié du champion et à son caractère. Selon le cas le vocabulaire varie, le ton sera calme ou bien excitant. Pour certains sportifs la tactique à suivre est décrite au tableau noir ou sur une ardoise ; pour d’autres la parole seule est efficace : hurlements ou encouragements en douceur ; pour d’autres encore quelques gestes sans paroles ou bien quelques tapes réconfortantes et une serviette mouillée placée sur la tête… Observez un manager de boxe, un entraineur de basket ou bien le coach d’une équipe de Coupe Davis et vous verrez que leur façon de manager dépend non seulement du déroulement du match mais surtout du caractère de leur protégé et de son mode de perception sensoriel. Yannick Noah a été un exemple en ce domaine dans le managérat des équipes de France de Tennis. Il a su tirer le maximum d’individualités très différentes leur permettant de terrasser des équipes adverses réputées pourtant nettement supérieures ! Le parallèle entre le manager sportif net le manager pédagogique s’impose. La recherche de l’adaptation de la méthode à l’individu pour lui permettre de s’approcher de l’excellence est du même ordre. 36
  37. 37. 8-2-2 A la fin du chapitre 7 sur les outils p•dagogiques, nous avons soulign• la n•cessit• absolue de conserver le m„me coach quand le travail en commun tend … donner des r•sultats quantifiables : le tandem ma†tre-•l‚ve est soud•. Dans un coaching scolaire qui r•ussit, comme pour une comp•tition sportive, la r‚gle du succ‚s est que l’on ne doit pas changer une équipe qui gagne ! Nous r•alisons que, dans ce qui pr•c‚de, nous avons volontairement mis en avant la r•ussite sans entrevoir un •chec. Cela est normal dans notre approche de la p•dagogie positive. Ce nƒest assur•ment pas en envisageant un •chec que vous r•ussirez... Si vous voulez réussir dans votre entreprise, quelle qu’en soit la nature, n’envisagez rien d’autre que le succès ! Mais pour parvenir au succ‚s il faut •videmment sƒen donner les moyens. Travail, r•flexion et outils bien choisis vous permettront de construire une m•thode adapt•e au tandem et en particulier … lƒ•l‚ve … coacher. Lƒutilisation des outils psycho-p•dagogiques rencontr•s au chapitre 7 seront r•v•lateurs du profil p•dagogique de lƒ•l‚ve et vous permettront de vous mettre en route. Deux dƒentre eux en particulier nous paraissent „tre les premiers maillons de la cha†ne … mettre en ‡uvre pour une m•thode … la fois efficace et individualis•e. Cette m•thode sera m„me dƒautant plus efficace quƒelle sera individualis•e ! Ce sont : -la recherche du mode sensoriel de lƒ•l‚ve -celle du canal c•r•bral privil•gi• quƒil privil•gie, ou pr•f•rence c•r•brale La mise au point du questionnement utilis• par lƒenseignant-coach devra tenir le plus grand compte de ces deux facteurs. € Le vocabulaire sera adapt• en particulier au mode sensoriel que privil•gie lƒ•l‚ve. Les questions … se poser au pr•alable sont : -quel type de strat•gie mentale utilise-t-il de pr•f•rence, une strat•gie auditive, visuelle ou kinesth•sique ? -sa perception, donc sa m•moire, est-elle plutˆt tourn•e vers le son, vers une repr•sentation dƒimage ou faisant intervenir lƒ•crit ? 37
  38. 38. -fait-il souvent intervenir le mouvement ou les autres modes de perception (toucher, odorat‰ ?). Selon le mode sensoriel on peut en effet exprimer la m„me chose avec des mots tr‚s diff•rents. Cƒest le cas des affirmations qui suivent : -Jƒentends bien ce que vous dites‰ (canal auditif) -Je vois tout … fait ‰ (canal visuel) -Je saisis bien‰ je ressens‰ (canal kinesth•sique) Elles ont bien la m„me signification. Pour „tre efficace, le coach utilisera donc le canal pr•f•rentiel de lƒ•l‚ve le plus souvent possible et surtout quand les explications, les conseils, les d•monstrations le n•cessiteront. Ma†tre et •l‚ve seront alors sur la m„me longueur dƒonde. € la d•couverte de la préférence cérébrale de lƒ•l‚ve r•clame la connaissance des r•sultats des travaux de Ned Hermann sur le cerveau psychique. Lƒouvrage de M.J. Chalvin, enseignante en exercice, Š Deux cerveaux pour la classe ‹ (Nathan) sera une excellente piste pratique pour lƒapprenti-coach. Deux autres r•f•rences touchant le domaine de la formation •claireront aussi votre lanterne. Ce sont : Š Deux cerveaux pour apprendre ‹ Linda Williams (Ed. dƒorganisation) Š Utiliser tout son cerveau ‹ D. Chalvin (ESF) Avant dƒentreprendre la lecture dƒun de ces ouvrages, vous pourrez vous r•f•rer •galement … notre test de vulgarisation concernant le sujet et pr•sent sur le site Web dƒEcole Chez Vous. Allez … la rubrique Tests en cliquant sur la page dƒaccueil Š Cerveau droit, cerveau gauche ‹. Attention : seul le Tableau-Test de profil c•r•bral pr•sente un int•r„t av•r• pour le coaching scolaire. 38
  39. 39. € un autre outil sur lequel pourra sƒappuyer le coaching scolaire est la carte heuristique ou carte conceptuelle. On lƒappelle aussi la technique du Mindmapping. Assez facile … mettre en ‡uvre elle permettra … lƒ•l‚ve de progresser dans les domaines compl•mentaires de lƒanalyse et de la synth‚se. La r•alisation de cette derni‚re est souvent, et … tort‰, n•glig•e car elle est difficile. Avec une carte heuristique, les arguments sont r•pertori•s et class•s de faŒon choisie. Cƒest aussi un outil de d•veloppement de la cr•ativit•, utilis• par exemple dans le brainstorming, litt•ralement remue- m•ninges : cette technique est particuli‚rement utilis•e dans certaines sessions de formation Les progr‚s obtenus avec cet outil sont particuli‚rement spectaculaires chez certains •l‚ves, par exemple en dissertation ou lors de la r•alisation dƒun sujet de synth‚se, type de sujet de plus en plus fr•quemment propos• dans les examens et concours. Un ouvrage g•n•ral tr‚s complet sur lƒutilisation des cartes heuristiques existe en franŒais : Š Organisez vos id•es avec le Mind Mapping ‹ J.L. Deladri‚re (Dunod). Il vous restera … adapter lƒoutil … votre personnalit•, … la discipline que vous enseignez, … ce que vous d•sirez en obtenir, et bien entendu au profil p•dagogique de votre •l‚ve‰ La technique est facile … mettre en ‡uvre et les r•sultats ne se feront pas attendre. 39
  40. 40. 9- La pratique par l’exemple Christian est un enseignant polyvalent à dominance scientifique. Résumons son parcours : -bac scientifique -études universitaires : maîtrise de sciences physiques -après avoir réussi le concours de Professeur des Ecoles, il enseigne en classes primaires (CE1 puis CM2) : cela depuis une dizaine d’années à présent. Parallèlement, il donne quelques cours à domicile en collège. Sa formation pluridisciplinaire et ses goûts personnels l’ont amené à enseigner à ce niveau à la fois le français et les mathématiques. Sa formation scientifique de base lui permet d’enseigner également à des élèves de lycée les maths (2nde et 1ère) ainsi que les Sciences Physiques (en 2nde, 1ère et Terminale). -à présent il a 35 ans, une expérience pédagogique polyvalente reconnue et l’envie grandissante de faire profiter de cette expérience lycéens et étudiants en allant un peu plus loin que le simple cours de soutien. Il décide de se lancer dans le coaching scolaire par internet. Sandra a 15 ans. Elève brillante, souvent la première de sa classe, elle a réussi jusqu’ici avec une grande aisance son parcours scolaire. A présent elle est en classe de seconde et elle commence à éprouver quelques difficultés. C’est une situation nouvelle qu’elle a de la peine à maîtriser : elle sent que peu à peu ses résultats scolaires, à présent à peine moyens, se dégradent et elle ne peut rien y faire… Sa façon de travailler lui donnait satisfaction jusqu’en 3ème. Ce n’est plus le cas. Malgré ses efforts, elle éprouve même des difficultés à suivre le rythme et perd beaucoup de temps. Pas accoutumée à l’échec, comme tous les bons élèves, elle commence vraiment à se décourager. Ayant entendu parler de coaching scolaire, ses parents lui proposent, sur les conseils d’Ecole Chez Vous, les services de coaching scolaire par internet de Christian. Elle accepte. 40
  41. 41. Notre avis. Les ingrédients de la réussite sont bien présents : -coach expérimenté et connaissant parfaitement le programme -élève ayant : des bases solides des capacités intellectuelles l’envie de réussir Le déroulement des opérations. En premier lieu, la famille fera parvenir à Christian les bulletins de notes passés et les derniers devoirs corrigés. L’enseignant adressera en retour : -un questionnaire dont les réponses lui permettront de connaître le canal sensoriel de l’élève -un questionnaire sur la préférence cérébrale Les résultats seront précieux constituant une sorte de carte de visite de l’apprenante. Ils donneront en particulier à Christian des indications précieuses sur la méthodologie à employer pour aider Sandra à progresser. Ils permettront aussi de déterminer le type de messagerie qu’il sera préférable d’utiliser : en différé (mail) ou bien instantanée (MSN, SKYPE). La connaissance de la dominance sensorielle est particulièrement importante. Ainsi, si Sandra est avant tout une « auditive » l’utilisation de la téléphonie VOIP associée à la messagerie en direct parait préférable. Si son canal privilégié est le visuel, la messagerie en différé sera une bonne solution. Dans ce dernier cas les explications écrites données par Christian devront utiliser un vocabulaire prioritairement visuel plus adapté à l’élève coachée. Rappel de quelques mots (une dizaine) utilisés préférentiellement par chaque canal sensoriel : -type auditif A Ecouter, entendre, résonner, bruit, sonorité, assourdissant, strident, sonnette, chanter, mélodieux -type visuel V Voir, regarder, apercevoir, vision, couleur, éclair, brumeux, grisâtre, lumineux, flash ! 41
  42. 42. -type kinesthésique K Sentir, ressentir, deviner, odorant, impressionnant, froid, chaleureux, violent, calme, être touché En réponse à une de vos questions réclamant des précisions, il vous sera répondu ainsi : soit « je vois que…. » type V soit « je me dis que… » type A soit « je pense que… », « je sens que » type K Evidemment, ce n’est pas parce que le sujet emploiera souvent le mot entendre qu’il sera forcément auditif… Ce ne sera qu’une probabilité et non une certitude. Pour connaître véritablement le canal sensoriel de quelqu’un, il faudra faire une étude statistique des mots employés, en lisant ses écrits ou en l’enregistrant au magnétophone. Le sujet pourra alors être classé A, V, ou bien K. Certains sujets pourront privilégier non pas un seul canal sensoriel mais deux (V et K par exemple). Pour ce qui est du second questionnaire, celui qui permettra de déterminer la préférence cérébrale de Sandra, nous utiliserons les travaux de Ned Hermann. Rentrer dans le détail de la théorie dépasserait le cadre de notre propos. Il nous suffira de rappeler que le cerveau psychique peut être découpé en quatre cerveaux théoriques : Cortical Gauche (CG), Limbique Gauche (LG), Limbique Droit (LD) et Cortical Droit (CD). Ned Hermann a montré que chacun d’eux est en rapport avec des comportements, une façon de raisonner et des traits de caractères particuliers. La plupart d’entre nous utilisons l’un de ces cerveaux préférentiellement aux autres. Un CG très marqué sera, entre autres, la marque d’un esprit très logique plutôt analytique (un prof de math par exemple), un LG dominant celle d’un organisateur (expert-comptable ou banquier), un LD dominant aura le sens de la communication et sera extraverti (journaliste, publicitaire), un CD pur sera tourné vers la créativité et l’esprit de synthèse (architecte). En réalité aucun d’entre nous n’est à 100% cortical ou limbique, que ce soit droit ou gauche ! Notre personnalité complexe entraine une combinaison des genres… et des cerveaux. 42
  43. 43. Un questionnaire bien choisi permettra de quantifier les réponses données correspondant à chaque cerveau théorique. Un classement sera ensuite établi entre les préférences cérébrales chez le sujet testé. Ce classement est la base d’un profil cérébral personnalisé permettant, associé à la dominance sensorielle et dans le cadre qui nous intéresse, à Christian de proposer à Sandra une méthode de travail lui convenant. Ainsi, et à titre d’exemple, si le profil de l’élève est CG 40% - LG 20% - LD 25% - CD 15% on en déduira que Sandra possède un profil cérébral plutôt équilibré malgré une préférence cérébrale corticale gauche assez marquée : elle possède un esprit logique et, de ce point de vue, des études scientifiques lui conviennent. La prédominance de CG sur CD montre que Sandra est plus tournée naturellement vers l’analyse que vers la synthèse. Ce déficit devra être travaillé. Examinons à présent le travail de questionnement. C’est la base même du coaching : questionner pour faire découvrir la solution à l’élève. De toute évidence le canal sensoriel principal chez l’élève déterminera le cheminement de l’aide du coach (par oral, par écrit) ainsi que le choix du vocabulaire et ce d’autant plus qu’il est vraiment dominant. La connaissance de la prédominance cérébrale a aussi son importance : par exemple on s’appuiera sur le pouvoir analytique d’un cortical gauche comme sur la faculté synthétique du cortical droit. On fera de même en utilisant la rigueur du limbique gauche et le plaisir de communiquer du limbique droit… En utilisant au mieux les résultats obtenus au moyen des outils choisis le coach bâtira ainsi une méthode d’apprentissage efficace car personnalisée. Tout cela vous parait difficile à mettre en place et peu réaliste ? C’est vrai si vous êtes coach-débutant… Si vous apprenez à maîtriser les principaux outils pédagogiques présentés au chapitre 7 et si vous essayez vraiment d’assimiler la technique du coaching scolaire, vous verrez alors le ciel s’éclaircir… et les résultats seront au rendez-vous ! 43
  44. 44. 10- Le règlement financier du coaching scolaire 10-1 Le tarif horaire La question mérite que l’on s’y penche car ne l’oublions pas nous parlons dans cet essai de coaching par internet. Dans la formule les deux parties doivent trouver leur compte : la famille ou plutôt l’élève bien sûr, mais aussi l’enseignant qui doit voir son mérite professionnel justement récompensé par une rémunération juste. La rémunération dépendra du statut du coach lors de la mission. Salarié de la famille, il touchera une rémunération nette et devra veiller à bien avoir été déclaré aux diverses administrations (URSSAF, ASSEDIC, caisses de retraite). Ne s’agissant pas d’un emploi au domicile familial comme celui d’un professeur de soutien scolaire se déplaçant auprès de l’élève, la famille ne pourra pas récupérer, sous forme de réduction fiscale, 50% de la totalité des frais versés. Le service rendu par un coach par internet s’apparente à un cours d’enseignement à distance ou aux services «on line» d’un consultant. Si le coach a choisi le statut de profession libérale, il devra comme tout professionnel, intégrer les différents frais auxquels il est assujetti par ce statut. La rémunération demandée pour ses services sera bien entendu supérieure à celle versée par la famille dans le cas précédent. La détermination du juste prix donnant satisfaction aux deux parties devra donc tenir compte du statut de l’intervenant. La rémunération forfaitaire d’un enseignant à domicile comprend non seulement le prix de la séance mais intègre aussi à la fois le temps du déplacement et le coût éventuel des frais occasionnés par celui-ci. Dans le calcul de la rémunération de l’enseignant ou du coach par internet seul sera décompté le temps passé à s’occuper réellement de l’élève. Dans le cas d’une intervention par messagerie immédiate (MSN), cela est facile puisque le temps de l’intervenant est entièrement consacré à son élève. Lorsque l’intervention a lieu par messagerie différée (Outlook Express), cela est plus difficile… le coach pouvant suivre plusieurs élèves en même temps ! 44
  45. 45. Pour ce calcul, il pourra être tenu compte d’autres facteurs qui sont en vrac : -le niveau du programme à enseigner -le niveau d’expérience du coach -éventuellement ses diplômes et titres (on se rappellera cependant qu’un agrégé n’est pas forcément plus pédagogue qu’un simple maître- auxiliaire…) Dans ce qui précède, nous avons simplement énoncé les principes de réflexion que doit avoir un enseignant-coach à son compte pour déterminer le prix de ses prestations. Nous nous garderons bien d’aller plus loin étant bien conscient que c’est à chacun d’établir sa propre grille de tarifs. 10-2 Les conditions générales Une fois la grille de tarification établie, il faut rédiger avec précision les conditions générales de fonctionnement et préciser avec rigueur les modalités du règlement des cours par la famille. Nous laisserons le lecteur libre des termes des conditions générales liant les parties pour la durée de la mission. Celle-ci peut-être, selon le désir des deux parties, ponctuelle, brève, renouvelable ou de longue durée. La rédaction de ces conditions générales ne tiendra pas obligatoirement dans cinq ou six pages. Une ou deux pages suffiront. Le principal est que les termes soient suffisamment clairs de façon à éviter pendant la prestation les sujets de contentieux. Nous n’entrerons pas ici dans le détail-même de la rédaction. Sachez simplement qu’il existe sur le web de très nombreux exemples de conditions générales appliquées par les sociétés de service. Elles sont consultables par tout éventuel utilisateur. Choisissez de préférence celle émanant d’une société délivrant des services assez proches des vôtres (cabinet de conseil en formation ou en recrutement par exemple), bien établie et de réputation irréprochable. Adaptez le contenu à votre cas si vous vous en sentez capable : des connaissances en droit des affaires sont bien sûr indispensables. Si n’en avez pas la capacité, ce sera en général le cas, n’hésitez pas à vous adresser à un juriste de profession (avocat par exemple). Il vous permettra de ne pas commettre d’erreur grave dans la rédaction qui pourrait vous être préjudiciable en cas de 45
  46. 46. contentieux : de nos jours les plaideurs professionnels sont légion et à l’affut de la moindre faute de votre part. Sachez enfin que ces conditions générales ne sont pas immuables. Vous n’hésiterez pas à les modifier chaque fois que cela sera nécessaire, lors d’un changement de législation ou d’une modification de vos services. 10-3 Les modalités de règlement Comme dans toute entreprise rappelez-vous du principe financier de base, à savoir « faire rentrer l’argent le plus tôt possible et obtenir des facilités pour payer ses dettes le plus tard possible ». Autrement dit ne faites pas crédit à une famille, vous ne serez pas sûr de récupérer un jour votre argent ! Accordez-lui éventuellement des facilités de paiement par un règlement échelonné pour les cours à venir. Dans ce cas nous vous conseillons d’obtenir le dernier versement au plus tard avec le dernier cours donné. Pour ne pas procéder ainsi de nombreux enseignants à leur compte rencontrent des problèmes financiers. Les moyens de paiement conseillés dans le cadre d’une prestation internet, qu’il s’agisse de ventes ou de services comme ceux qui nous intéressent ici, sont les règlements par : -chèque bancaire -virement de compte à compte -prélèvement régulier -carte bancaire -par internet site Paypal Dans ce dernier cas, un petit prélèvement sera effectué par la société Paypal pour rétribution de ses services. Le chèque bancaire est le moyen de paiement le plus couramment utilisé par les familles. Il est pratique mais ne présente pas que des avantages. Tout d’abord, envoyé par courrier il est sujet aux aléas des mouvements d’humeur épisodiques des employés des postes. Lors d’une grève de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines, aucun versement ne vous parvient et votre trésorerie s’effrite dangereusement. D’autre part, par le jeu des dates de valeur, une fois déposé à votre compte, il ne vous est crédité que plusieurs jours après : en général 46
  47. 47. entre 2 et 5 jours selon les circonstances (date et heure de remise du chèque, lieu de la banque émettrice, réseau bancaire du déposant). Enfin, en cas de chèque sans provision (cela arrive malheureusement), votre compte est débité de la somme primitivement créditée, plus de 15 jours après la date de validation. Définie comme une opération par laquelle un transfert de fonds est effectué du compte d’une personne au compte d’une autre, le virement de compte à compte présente de nombreux avantages pour les particuliers qui peuvent, à l’inverse des autres moyens de paiement tels que le chèque, effectuer à leur guise des mouvements d’argent très facilement et rapidement. Le virement bancaire effectué par la famille sur votre compte est donc une bonne formule, mais un minimum de formalisation est réclamé par les établissements bancaires lors de la première transaction. Vous pouvez demander aux familles de vous régler chaque mois et par avance par prélèvement direct à partir de leur compte. Elles sont souvent réticentes à ce mode de paiement par lequel elles se sentent trop liées. D’autre part le nombre de cours à donner chaque mois est différent et réclame un contrôle permanent de la part des deux parties. Nous passerons sur le paiement par Carte Bancaire classique par le Web sauf si vous avez un site e-commerce. Si c’est le cas, vous n’avez pas besoin de nos conseils sur le sujet. Le service n’est pas gratuit. Le règlement par l’intermédiaire de Paypal est tout à fait adapté à votre activité surtout si vous choisissez le paiement par mail. Le système est dans ce cas très simple. Vous ouvrez un compte Paypal, c’est gratuit. Lorsque vous recevez une commande de cours de la part d’une famille, vous lui adressez une facture par mail à partir de votre espace Paypal. A réception, la famille contrôle et clique sur le lien-référence présent dans le mail. Elle est dirigée alors vers un espace sécurisé (en https://...), après contrôle, elle y effectue le règlement demandé par Carte Bancaire. Vous recevez rapidement confirmation par Paypal du règlement. Les cours vous ont ainsi été payés d’avance. En fonction de la somme reçue, il ne vous reste plus qu’à rappeler à la famille, par e-mail par exemple et après chaque séance de coaching, le nombre d’heures qu’il reste à effectuer. 47
  48. 48. Précisons que sur les sommes qui vous seront versées par les familles Paypal retiendra une commission sur votre compte de : -jusqu’à 2500 € mensuels……. 3,4% + 0,25€ par transaction Pour des sommes supérieures (ce que nous vous souhaitons !), le pourcentage retenu diminue sensiblement. Plus d’informations sur http://paypal.fr Il vous faut bien entendu, avant d’utiliser les services Paypal, faire vos calculs et voir si ce type de règlement est souhaitable dans votre cas ! Pour le savoir comparez les avantages et les inconvénients : -avantages par rapport au chèque € la rapidité (quelques minutes suffisent pour l’ensemble des opérations) : par le canal de la poste il faudrait prévoir 3 jours environ pour la réception de la commande et du chèque qu’il faut alors évidemment porter en banque € la simplicité : pas de courrier à envoyer, économie de timbres (0,49 € au minimum par envoi), beaucoup de temps gagné € les rappels sont effectués à partir de votre espace € on y retrouve toutes les opérations effectuées, le contrôle est aisé € vous avez l’esprit libre € vous commencez IMMEDIATEMENT vos cours € l’ensemble de la transaction a un aspect professionnel -inconvénient Nous n’en voyons qu’un mais il est important : € le taux relativement élevé de la commission En bref le système de paiement Paypal par mail nous parait être le plus pratique des moyens de paiement mais a l’inconvénient d’être aussi le plus coûteux. A vous de faire vos comptes, de peser le pour et le contre, et de choisir le mode de règlement qui vous convient le mieux : vous le proposerez alors aux familles. Ne vous compliquez pas la vie en en proposant plusieurs ! Vous pouvez cependant en temps normal, demander à être payé par chèque et exceptionnellement, lorsque les séances doivent commencer très rapidement ou (et) qu’il y a une grève des services postaux, proposer le paiement Paypal par mail. 48
  49. 49. 11- Les douze qualités d’un coach scolaire Rappelons pour commencer ce que nous précisions plus haut au chapitre 3. On comprendra dès à présent que l’on ne s’improvise pas coach : une expérience pédagogique confirmée, des connaissances dans les domaines psychologique et méthodologique à partir d’un panel diversifié d’outils bien maîtrisés sont indispensables. Il n’existe pas de formation au coaching scolaire du moins si l’on décrit par ce terme les tâches dont nous avons parlé jusqu’ici. Nous avons expliqué qu’un enseignant ne deviendra coach scolaire qu’après une réflexion et une formation théoriques personnelles s’appuyant sur une expérience pédagogique diversifiée. Cela rappelé, résumons les qualités que doit posséder, ou acquérir s’il ne les possède pas, l’apprenti-coach qui veut travailler à son compte. Nous citerons : 1- la connaissance parfaite du milieu scolaire La communication en sera grandement facilitée ! 2- avoir enseigné à des niveaux de classe différents Cela permet, c’est une évidence que l’on a souvent tendance à oublier, de connaître les savoirs que devrait avoir un élève entrant en 6e, de déterminer donc ses insuffisances et de prévoir les connaissances qu’il devra posséder lorsqu’il passera en 5e. Nous ne ferons pas ici l’injure au lecteur de rappeler que le discours à tenir à l’élève de collège sera différent de celui à employer avec un élève de lycée… 3- si possible être polyvalent c'est-à-dire pouvoir enseigner plusieurs disciplines (littéraires ou scientifiques) La pédagogie est universelle : à titre d’exemple un bon professeur de philosophie sera souvent un bon enseignant de français. Un enseignant de sciences physiques pourra de même très souvent enseigner les maths, du moins jusqu’à un certain niveau 4- des qualités de pédagogue (rappelons qu’un bon pédagogue n’est pas celui qui fait de belles phrases mais celui qui se fait comprendre) En particulier, plus les mots utilisés par le coach seront simples et précis, mieux passera le message 49
  50. 50. 5- le pouvoir d’empathie La Palisse aurait dit que « c’est en se mettant à la place de l’autre qu’on le comprend… ». On peut ajouter que c’est aussi parce qu’il sent qu’on le comprend que l’élève fait des efforts 6- un enthousiasme sans faille Remémorons-nous un instant les nombreux maîtres que nous avons rencontrés dans notre passé de collégiens ou de lycéens… Les plus écoutés, donc les plus efficaces, étaient-ils ceux qui parlaient le mieux, utilisant de longues phrases bien construites avec un vocabulaire impressionnant ? Non… c’était souvent ceux qui s’exprimant en phrases courtes, avec un vocabulaire basique compréhensible de tous, montraient un enthousiasme sans faille et … communicatif 7- l’aptitude à s’adapter à la personnalité de chaque élève rencontré. On devra évidemment toujours faire abstraction de la sympathie ou de la non-sympathie éprouvée éventuellement à son égard 8- un esprit créatif qui permettra cette adaptation ainsi que l’innovation souvent nécessaire dans la détermination et la mise en pratique d’une méthodologie pédagogique 9- des qualités de synthèse Si l’analyse est une démarche assez facile qui permet de trouver tous les éléments constitutifs d’une situation, l’opération inverse, la synthèse, est la résultante obtenue à partir des composantes de la situation. Elle est beaucoup plus difficile à réaliser ! 10- accepter de se remettre en question Cela est nécessaire en particulier quand on sent que les choses ne vont pas dans le bon sens ou quand la progression du coaché marque le pas : il faut à ce moment-là changer son fusil d’épaule voire reprendre tout à zéro 50
  51. 51. 11- savoir se faire régler par les familles C’est la rançon de la liberté. Ils sont nombreux les professionnels indépendants de tous secteurs qui ne savent pas ou n’osent pas présenter la facture… Ils vont alors vers de graves problèmes financiers…parfois irrémédiables ! Nous citerons enfin et un peu à part, parce qu’en dehors du circuit pédagogique proprement dit, une obligation évidente pour un coach par internet à son compte de : 12- connaître parfaitement la technique du web et les différents outils informatiques de communication nécessaires à son utilisation : imprimantes, scanners, logiciels de messagerie immédiate ou différée, webcam, téléphonie gratuite… 51
  52. 52. 12- Début d’éthique Comme pour de nombreuses activités professionnelles (médecins, conseils financiers, agents immobiliers, avocats) un ensemble de règles morales devra présider à l’exercice du coaching scolaire, formant ainsi une sorte de code de déontologie propre à l’activité. Dans cet ensemble, nous commencerons par énoncer trois règles qui nous apparaissent dès à présent particulièrement fondamentales : € le coach aura comme souci principal le respect de la personnalité-même de l’individu à coacher, quels que soient son âge, son niveau, ses capacités ; • il n’acceptera ou ne prolongera une mission de coaching, après l’avoir acceptée, que s’il s’en sait véritablement capable… Si, pour quelque raison que ce soit, il pense ne pas (ou ne plus) être l’homme ou la femme de la situation, l’honnêteté la plus élémentaire réclame l’arrêt immédiat des séances ; ‚ le coach devra savoir arrêter la mission de coaching au bon moment, c'est-à-dire au moment où il jugera que l’objectif fixé au début (acquisition simple de savoirs, préparation d’un examen, d’un concours de la fonction publique, appropriation de savoir-faire, élaboration, mise au point ou optimisation d’une méthode de travail etc.) est atteint. 52
  53. 53. 13- Littérature en rapport avec le coaching – Ressources internet 13-1 littérature pédagogie et coaching S’il n’existe pas de littérature spécifique au coaching scolaire, du moins tel que nous l’entendons, les écrits sur le Coaching en général sont nombreux et souvent fort bien faits. Nous en citerons ci-après et en vrac quelques-uns parmi les plus intéressants ainsi que des ouvrages en rapport avec la pédagogie. Celle- ci prend souvent appui sur la psychologie pratique, nous citerons donc aussi ceux décrivant les outils nécessaires. La lecture de quelques ouvrages (pas forcément en même temps…) rendra un grand service pour la mise en place d’une pédagogie intelligente, personnelle et… adaptative. Parmi les ouvrages cités, nous avons souligné les titres qui nous paraissent fondamentaux pour cette mise en place. Pour certains d’entre eux, afin d’aider le lecteur, nous avons mis en évidence un lien hypertexte qui permettra d’obtenir des informations complémentaires. -Coaching, mode d’emploi A-P. Emmenecker et S. Rahal Marabout -Le Coaching François Caby De Vecchi -Types psychologiques Carl Jung Albin Michel -L’Ennéagramme de Poche Helen Palmer Vivez Soleil -Organisez vos idées avec le Mind Mapping Dunod J.-L Deladriere -La Programmation Neuro-Linguistique ESF A. Cayrol et P. Barrère -La Communication efficace par la PNL Marabout René de Lassus -La PNL outil pour la classe R. Lepineux, N. Soleihac Nathan 53
  54. 54. -Pédagogie des Moyens d’apprendre Centurion A. de La Garanderie -Profils Pédagogiques A. de La Garanderie Centurion -J'apprends à apprendre Christian Drapeau de Montagne -Deux cerveaux pour la classe M. J. Chalvin Nathan -Enseignement et analyse transactionnelle Nathan M-J. Chalvin -Deux cerveaux pour apprendre L.V. Williams Editions d'organisation -J'apprends donc je suis H. Trocmé-Fabre Editions d'organisation -Apprendre... oui mais comment ? Philippe Meirieu ESF -Enseigner, scénario pour un métier nouveau ESF Philippe Meirieu -L’erreur de Descartes Antonio R. Damasio Odile Jacob -Utiliser tout son cerveau D. Chalvin ESF -Réfléchir mieux E. de Bono Editions d'organisation -Réfléchir vite et bien E. de Bono Eyrolles -Les 6 chapeaux de la réflexion E. de Bono Eyrolles -Les types de personnalités G. Cailloux & P. Cauvin ESF -Une tête bien faite Tony Buzan Editions d'organisation -Dessine-moi l'intelligence Tony Buzan Editions d'organisation -L'homme neuronal J.P. Changeux Fayard -Les 10 piliers de la caractérologie J.P. Jues Marabout -Les dominances cérébrales et la créativité Retz Ned Hermann -Les secrets de la communication Le Jour Editions R. Bandler et J. Grinder - Invitation aux sciences cognitives Seuil Francisco J. Varela 54
  55. 55. 13-2 Ressources internet € sur les programmes d'enseignement et l'orientation http://www.education.fr http://www.education.gouv.fr http://www.education.gouv.fr/bo/1999/hs5/default.htm http://www.onisep.fr http://www.cndp.fr/college/ http://www.enseignementliberte.org/ € sur la théorie de Ned Hermann (théorie des 4 cerveaux) http://tecfa.unige.ch/tecfa/teaching/UVLibre/0001/bin27/c31.htm € sur Marie-Joseph Chalvin (utilisation pratique en pédagogie) http://perso.wanadoo.fr/snalcmon %20/lectures.htm € sites sur la créativité http://www.creativite.net/ http://www.petillant.com/ http://creativite.typepad.com/ €cours particuliers personnalisés sur le net http://www.qualiprof.com (inscription des enseignants) http://courservice.com € sur les emplois à domicile, la réduction d'impôt, les démarches administratives http://www.cesu.urssaf.fr/cesweb/ces2.jsp http://www.servicepublic.fr 55
  56. 56. 14- Conclusion Parvenu à la fin de cet essai, le lecteur pourra juger de la difficulté de la tâche qui l’attend et de la densité du travail à accomplir pour devenir coach scolaire. Le coaching scolaire réclame tout d’abord une expérience pédagogique de plusieurs années, si possible à plusieurs niveaux d’enseignement, pour ne pas se limiter exclusivement au seul primaire ou au seul collège. Pour la partie purement pédagogique, le nouveau coach devra effectuer une profonde et honnête réflexion sur la réussite passée de sa technique d’enseignement. Cela afin de l’améliorer et de l’adapter aux différents élèves qu’il sera amené à rencontrer. La diversité des outils pédagogiques connus l’y aideront (cft. § 6). La dimension psychologique de la fonction de coach scolaire est également évidente. La grande diversité des personnalités rencontrées parmi les élèves, étudiants ou adultes, réclame cette dimension. Nous parlons ici bien évidemment de psychologie pratique s’appuyant sur des outils précis et non de discours ou de théories psychologiques très souvent difficiles à saisir ou à mettre en œuvre (cft § 7). En ce qui concerne le coaching scolaire par internet, la partie technologique est indispensable. Une connaissance superficielle de l’internet ne suffit pas. Une maîtrise générale de l’outil informatique et de ses moyens dérivés de communication, est nécessaire. La personne à coacher peut en effet rencontrer à l’occasion différents problèmes techniques (de messagerie, de son, d’imprimante, de logiciel etc.) : le coach devra être alors capable de l’aider à les résoudre rapidement au risque de bloquer tout le processus ! Le coaching scolaire tel que nous l’avons décrit précédemment est une opération difficile. Plus difficile que l’enseignement traditionnel qui n’est qu’une simple (c’est une façon de parler bien sûr…) transmission de connaissances d’un maître vers un élève. S’il est plus difficile, le processus est aussi surtout plus complet donc plus enrichissant. En effet, dans le coaching scolaire, la transmission à terme est celle d’un savoir-faire : le sujet coaché a acquis son autonomie. Celle-ci peut même être le point de départ chez certains d’un savoir-apprendre seul, d’un savoir-réfléchir voire d’un savoir-être. A partir de ce résultat, et sans nous perdre dans les méandres d’une théorie philosophique qui dépasserait les propos modestes de notre essai, il est facile d’entrevoir tout le bienfait que peut apporter, malgré la difficulté de sa mise en œuvre, le coaching scolaire ! 56

×