Gratuit
La référence afro-caribéenne
Ne pas jeter sur la voie publique
Politique 4 Invite du mois 26 Sport 28Culture 24Soc...
Edito
L’année 2009 aura été marquée par la plus grave
crise financière que l’humanité aie connue depuis
celle de 1929. La ...
Politique
4
Diasporas News
A
utre temps, autre mœurs :
contrairement à son prédé-
cesseur Jacques Chirac, le
nouveau Prési...
5
Diasporas News
pour leurs unités depuis qu’ils ont quitté le
Panama.
La France a-t-elle encore une diplomatie
africaine ...
Politique
6
Diasporas News
forme d’aveuglement (...), des erreurs poli-
tiques ». Le Président Sarkozy avait inscrit
sur l...
Politique
8
Diasporas News
B
laiseCompaorésouhaiteaujourd’hui
briguer un nouveau mandat de cinq
ans. Arrivé au pouvoir en ...
9
Diasporas News
peut aussi se prévaloir des différentes me-
sures préconisées pour juguler la vie chère
qui sont estimées...
Politique
10
Diasporas News
Bénin:
Le bon peuple est loin des tracasseries qui secouent les
arcanes du pouvoir et de l’Ass...
11
Diasporas News
régime socialiste. Car le grand Frère soviéti-
que ne payait même pas ses exportations en
devises. L’URS...
Politique
12
Diasporas News
géria, Porto-Novo devient alors un des ports
d’entrée des importations nigérianes avant
que ce...
13
Diasporas News
ties. Ce dernier est en service commandé
et il doit «être au rapport» au prochain
Sommet des chefs d’Eta...
Politique
14
Diasporas News
impatience et une inquiétude non feinte,
l’identité des putschistes pendant que la
radio natio...
15
Diasporas News
Que risque-t-elle
aujourd’hui ?
D’abord, Paris devra choisir entre la régu-
larisation de son titre de s...
Politique
16
Diasporas News
ses des trois membres de
l’équipage de l’avion du
Président Juvénal Habyari-
mana abattu en av...
17
Diasporas News
ment cours dans plusieurs villes du pays.
LA REPONSE DU BERGER A LA
BERGERE
L’opposition dans sa déclara...
Société
18
Diasporas News
ne sera pas rendue publique »,a déclaré le
R.H.D.P.Et pourtant le médiateur dans la crise
ivoiri...
19
Diasporas News
tre pays avec des passeports diplomatiques à
la clé.
La diaspora béninoise en France dispose de tous
les...
Société
20
Diasporas News
Baba cool  :
De la Côte d’Ivoire à l’Italie, de l’Italie au Etats-Unis, des Etats-
Unis au Boule...
21
Diasporas News
art, j’ai pu démocratiser la coiffure masculine
pour la rendre moins figée, plus dans notre
époque. D’ai...
Société
22
Diasporas News
Diasporas- News
Le ministre français de l’Immigration, M.
Eric Besson, a initié depuis le mois d...
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010

487 vues

Publié le

En mars 2010 Marie-Reine fait la couverture du magazine Diaspora News: MARIE-REINE HASSEN, UNE CANDIDATURE SYMBOLE DU CHANGEMENT EN CENTRAFRIQUE

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
487
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
17
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Marie-Reine Hassen, une candidature symbole du changement en Centrafrique, Diaspora News magasine, Mars 2010

  1. 1. Gratuit La référence afro-caribéenne Ne pas jeter sur la voie publique Politique 4 Invite du mois 26 Sport 28Culture 24Société 18 Diasporasnews N°5 Mars 2010 Nicolas Sarkozy en Afrique Burkina Faso Un béninois de la diaspo- ra honnoré en France : Niger Bénin Marie-Reine HASSEN UNE CANDIDATURE SYMBOLE DU CHANGEMENT... en C entr A f ri q ue Libreville - Kigali via Bamako en 36 heures 2010, année d’élection présidentielle AMADOU RAIMI RECEVRA LES IN- SIGNES DE LA LE- GION D’HONNEUR LE 17 MARS 2010 les derniers jours de règne du Président Mamadou Tandja champion de la démo- cratie, en quête d’un souffle économique
  2. 2. Edito L’année 2009 aura été marquée par la plus grave crise financière que l’humanité aie connue depuis celle de 1929. La faillite d’un modèle économique sans éthique qui a entraîné la mort de maintes en- treprises même les plus nanties. Les prêts impru- dents dans l’immobilier aux Etats-Unis à l’origine de l’effondrement des principaux marchés finan- ciers et la récession de l’économie de la plupart des pays industrialisés, se résument, comme on a pu le comprendre des explications des spécialis- tes, à des erreurs humaines ou du moins à la bou- limie des patrons de Wall Street, du CAC 40, du Dow Jones (…). Comme un effet domino, la crise des subprimes de 2007 est elle-même à l’origine de la crise financière de 2008 et 2009. Si en 2010 les patrons ont repris leurs bonnes habitudes de générosité à l’instar de la Société générale qui a décidé de verser 250 millions d’euros de bonus en 2010 à ses traders, le FMI et la Banque Mondiale recommandent toujours la vigilance. Car, la crise financière est certes à peine derrière nous, mais elle n’est pas totalement terminée. Son impact se fait toujours ressentir sur les marchés interbancaires, dans les entreprises, sur le marché du travail, dans le panier de la mé- nagère (…) La précarité s’installe même dans les pays développés et le chômage n’a pas non plus reculé d’un iota. Dans les pays du tiers monde, le seuil de pauvreté a atteint des pics gravissimes. Les populations n’arrivent toujours pas à manger à leur faim, à avoir accès à l’eau potable, à se soigner, à s’ins- truire. Cette crise financière telle que nous la vi- vons, est le fait de l’homme ou du moins relève de la responsabilité entière de l’être humain. Si les richesses de la planète pouvaient être répar- ties de façon équitable, il est fort à parier que la pauvreté disparaîtrait et qu’il y aurait moins de misère sur terre. Ce qui n’est pas le cas des séries de catastro- phes naturelles qui s’annoncent depuis le début de l’année 2010. Ici, l’on parle du sort qui s’abat sur notre planète devenue subitement folle et in- contrôlable. Pour certains, Dieu serait en colère après l’humanité quand d’autres, plus fatalistes, croient que ces catastrophes naturelles seraient le signe annonciateur d’une fin du monde certaine. Une des raisons de la floraison et de la montée en puissance des sectes qui recrutent à tout vent. Ces explications quoiqu’elles ne soient pas ration- nelles affolent l’humanité. Le 12 janvier 2010, c’est Haïti qui a ouvert la série noire meurtrière de la colère de la terre. Au moment où le monde entier est encore mobilisé au chevet des Haïtiens, la terre a tremblé aux Philippines, au Japon et elle a encore tremblé au Chili créant la panique générale et un spectacle de désolation totale. On imaginait que le drame qui se déroule sous nos yeux était loin de nos régions, de nos villes et de nos maisons, mais que non. La France vient elle aussi d’être touchée par une violente tempête nommée Xynthia qui a dévasté toute la Vendée et la Charente Maritime. Les zones d’habitation ont été entièrement englouties par la montée des eaux faisant des dizaines de morts et de disparus. Impuissantes devant l’ampleur de la catastrophe, les autorités ont tout simplement décrété l’état de catastrophe naturelle dans cette partie du pays. Face à ces deux phénomènes, l’un tributaire de l’homme et l’autre échappant à la volonté de l’homme, quelle attitude l’humanité doit-elle adopter? Le débat est ouvert. Mais en imaginant le pire, c’est-à-dire le scénario d’une planète vouée à des catastrophes répétitives, l’homme ne peut que prendre conscience de son devenir et avoir certainement les pieds sur terre. Le monde aura ainsi un visage plus humain et on verra sûre- ment tomber les barrières raciales, économiques, culturelles à la base des disparités tous azimuts. L’universalité reprendra tout son sens et ses lettres de noblesse. Clément Yao Diasporas News Numéro 5 de mars 2010 Diasporas-News Edité par DCS Group Agence de Communication en Rela- tions Publiques et Services 39, rue Félix FAURE 92700 COLOMBES Tel: 09 50 78 43 66 06 34 56 53 57 Fax : 09 55 78 43 66 Directeur de Publication Thomas DE MESSE ZINSOU Ont collaboré à ce numéro : Karim WALLY CLEMENT YAO JAMES NGUMBU Alex ZAKA Maud OYABI Lamine THIAM Sébastien Bequerel Lucien HOUNKANLI redaction@diasporas-news.com Promotion - Marketing - Publicité Coura SENE Contact Publicité 06 34 56 53 57 publicite@diasporas-news.com Direction Artistique Christèle KARMEN DANJOA Développement Région Rhône-Alpes Dieudonné SOME WENS Développement Rhône Valentin SIKELY Développement de l’Hérault Benjamin AKA Développement Haute Garonne Jérôme M’BOUA Equipe Commerciale Ornella Mallet, Jean Marie OULAI de Vianney Cissé SINDOU, Moussa DIOMANDE Impression : En France ISSN : 2105-3928 Économieenberne…planèteencolère!
  3. 3. Politique 4 Diasporas News A utre temps, autre mœurs : contrairement à son prédé- cesseur Jacques Chirac, le nouveau Président de la Ré- publique n’a aucune appétence ni une connaissance profonde de la « chose » africaine. En témoigne les deux déclara- tions suivantes. D’abord, celle du candidat à l’élection présidentielle sur le continent : « La France n’a pas besoin économique- ment de l’Afrique pour vivre... ». Vient en- suite, le discours de Nicolas Sarkozy, fraî- chement élu Président de la République, à Dakar en 2007. Il restera dans les annales de la relation séculaire entre la France et l’Afrique. A l’époque, le chef de l’Etat avait estimé que « le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire… ». Tonitruant, vire- voltant, volontariste le candidat de la Rup- ture voulait marquer d’emblée sa volonté de rompre avec la Françafrique. Remise en cause des accords de défense qui lie la France et ses anciennes colonies, démantèlement des bases françaises en Afrique, une politique d’immigration à la carte ; telles sont les mesures que le nou- veau locataire de l’Elysée tient à imprimer. Fini donc, les relations incestueuses faites de compromissions, de soutien aux vieux dictateurs qui ont vu passer trois voire qua- tre Présidents de la République française. Mais les faits sont têtus : en 2008, les re- belles tchadiens sont aux portes de N’dja- mena. Officiellement, la France est pré- sente pour évacuer ses ressortissants. Mais le Président Idriss Déby n’a dû son salut qu’aux instructeurs français affectés au pa- lais présidentiel et surtout à la sécurisation de l’aéroport et de l’espace aérien par les hommes de l’opération Epervier. Toujours en mars 2008, Jean-Marie Bockel, ministre de la Coopération passe au secrétariat à la Défense aux Anciens Combattants, lors d’un remaniement du gouvernement Fillon II. Motif : feu Omar Bongo Ondimba aurait demandé sa tête à l’Elysée suite à des propos peu amènes envers le Président du Congo Brazzaville Denis Sassou Nguesso et lui-même. La récente tournée africaine de Sarkozy est le signe d’une modération et d’une ré- vision de sa politique africaine. A mi-man- dat, il se ravise et se rend compte que les liens entre la France et le continent sont indéfectibles et qu’il a du mal à s’en dé- barrasser. Pour le coup, ce voyage express de 36 heures résume toute l’ambigüité de cette relation. La première étape : Gabon C’est la 3ème fois que le chef de l’Etat français rend visite à ce pays. Et pourtant, il s’est fait siffler par le public lorsqu’il est venu assister aux obsèques du père de l’actuel Président Ali Bongo, en 2009. Cette fois-ci, l’accueil que le pays hôte lui a réservé est digne de la belle époque des années 1960-70 : folklore, bandero- les et pompons. Les deux parties voulaient que cette rencontre soit une vitrine de la refondation d’un partenariat privilégié. Le Président Ali bongo veut conforter son sta- tut de chef d’Etat moderne et démontrer en même temps qu’il est le digne héritier de son père après avoir pris la précau- tion d’écarter quelques fidèles collabora- teurs de ce dernier. Les deux chefs d’Etat ont signé un accord de défense, alors que la France a décidé de conserver sa seule base militaire en Afrique de l’Ouest à Li- breville. Au cours d’un discours, le Président Nicolas Sarkozy a insisté sur « le nouveau plan stratégique pour le développement du Gabon dans les cinq ans qui viennent et le nouvel accord de défense qui sera Nicolas Sarkozy en Afrique Libreville - Kigali via Bamako en 36 heures Le 14 juillet prochain, des unités militaires de chaque an- cienne colonie défileront sur les Champs-Elysées pour com- mémorer le 50 ème anniversaire de leur Indépendance. Le « désengagement » de l’ex-puissance coloniale, clamé urbi et orbi, est pour le moins alambiqué. Pourquoi tourner le dos à son pré-carré alors que d’autres acteurs ne s’embarrassent pas de scrupules pour nouer des relations diplomatiques et surtout économiques avec un continent qui comptera 2 mil- liards de consommateurs d’ici 50 ans ?
  4. 4. 5 Diasporas News pour leurs unités depuis qu’ils ont quitté le Panama. La France a-t-elle encore une diplomatie africaine bien définie ? L’impression qu’el- le dégage est du pilotage à vue. La cellule africaine de l’Elysée dirigée, en son temps, par Jacques Foccart, perpétuée jusqu’à l’époque Chirac semble révolue. L’avocat Robert Bourgui, qualifié de conseiller oc- culte du Président Sarkozy pour les ques- tions africaines officie désormais au grand jour. L’ancienne puissance coloniale semble maintenant procéder par à- coups. Et cette politique pa- raît de plus en plus dictée par des impératifs économiques voire des intérêts de grou- pes privés tels que Bouygues (BTP et téléphonie) ou Bolloré (industrie agroalimentaire et infrastructure portuaire). La perte d’influence de la Fran- ce est manifeste ; elle ne bé- néficie plus des privilèges des relations exclusives passées, où le jeu est maintenant plus ouvert, face à la surenchère des pays comme la Chine, le Brésil ou l’Inde. L’escale de Bamako L’étape suivante initialement prévue était Kigali mais avant de quitter Libreville, la délé- gation a appris que Pierre Camatte, l’otage français en- levé depuis le mois novembre 2009 au Nord-Est du Mali et détenu par un groupe terro- totalement transparent. Fini les clauses se- crètes… » Pour des raisons géopolitiques, la France a installé une nouvelle base militaire ul- tramoderne au Qatar, dans le Détroit d’Ormuz et face à l’Iran. Dans le cadre de ce redéploiement, il a fermé plusieurs bases en Afrique : la 43 ème BIMA à Abi- djan, celle de Bangui en Centre-Afrique. Aujourd’hui, le cas du positionnement des forces françaises à Dakar n’est pas défi- nitivement tranché mais certainement avec une réduction d’effectifs ; la France n’a prévu de garder que 300 soldats au Sé- négal, soit 900 de moins qu’aujourd’hui. Tandis qu’au Tchad, les hommes de l’opé- ration Epervier ont basculé sous mandat de l’ONU. Seuls des points jugés straté- giques sont maintenus : d’abord, Djibouti sur la corne de l’Afrique pour contrôler la route du pétrole et protéger les navires commerciaux contre les pirates somaliens, ensuite, les Forces Françaises au Gabon (FFG) qui constituent la plus ancienne base permanente de la France en Afrique. Fort d’un millier d’hommes, une de leur premiè- re mission est de veiller à la sécurité des 12.000 ressortissants français du Gabon. En cas de conflit dans les pays limitrophes, les FFG pourront également se projeter et par la même exfiltrer les résidents fran- çais. Bien que les réserves de pétrole du Gabon s’amenuisent, il n’en demeure pas moins qu’une présence militaire dans le golfe de Guinée, où le groupe Total est présent, reste un élément déterminant qui a motivé le maintien de cette base. Mais aujourd’hui, les américains ont aussi sta- tionné des forces dans ce pays. Ils se sont installés pour deux raisons : la sécurisation des exploitations pétrolières et la recher- che d’un terrain d’entraînement tropical riste islamiste venait d’être libéré au Mali. Après un détour de 6.000 km, l’avion du Président Sarkozy a alors nuitamment fait un arrêt à Bamako. « La France ne laissera jamais tomber un de ses ressortissants… son devoir est de les ramener à la maison quel qu’en soit le coût » a-t-il déclaré. Vu de Paris et des médias français, le Chef de l’Etat, en mal de notoriété et au plus bas dans les sondages, ne voulait pas rater une photo avec l’otage libéré. Aurons-nous plus tard la version exacte des tractations de cette libération qui se sont tramées en coulisses ? Le Mali s’est attiré la foudre de ses voisins. La Mauritanie et l’Algérie ont rappelé leurs ambassadeurs respectifs en poste à Bamako pour consultation. Pierre Camatte a été libéré contre La libération de quatre terroristes qui ont perpétré des attentats criminels dans les deux pays et qui sont activement recherchés. Pour dres- ser un parallèle, la France aurait-elle libé- ré des terroristes recherchés en Grande-
  5. 5. Politique 6 Diasporas News forme d’aveuglement (...), des erreurs poli- tiques ». Le Président Sarkozy avait inscrit sur le livre d’or du mémorial consacré aux victimes : « Au nom du peuple français, je m’incline devant les victimes du génocide des Tutsi. » Cette visite est une sorte de catharsis, une volonté de tourner la page. Mais le chemin de la réconciliation est parfois semé d’em- bûches. L’ordonnance du juge Jean-Louis Bruguière sur l’attentat du 6 avril 1994, publiée en novembre 2006, incrimine di- rectement le Président Paul Kagamé et neuf de ses proches pour attentat terro- riste. Il a lancé contre eux un mandat d’ar- rêt international « pour sa participation présumée à l’attentat du 6 avril 1994 ». Début janvier, le comité d’experts nommé par le gouvernement rwandais, présidé par Jean Mutsinzi, chargé d’enquêter sur l’attentat du 6 avril 1994 contre le prési- dent Habyarimana a remis son rapport. Il dédouane les personnalités accusées par le juge Bruguière. A la lecture du rapport, il demande de renvoyer devant le Tribunal Pénal International les responsables po- litiques français de l’époque : en autres, Edouard Balladur (premier Ministre), Fran- çois Léotard (Ministre de la Défense), Hu- bert Védrine (Secrétaire Général de l’Ely- sée). Comment tourner la page dans cette ré- gion où les politiques de décolonisation ont lamentablement échouées ? Rappelons que ce génocide au Rwanda a été l’élé- ment déclencheur de conflits qui se sont ré- pandus aux pays voisins depuis 1996 pour un bilan estimé aujourd’hui à au moins 4 millions de victimes. Alex ZAKA la France est de se replacer dans le jeu diplomatique de cette partie de l’Afrique et à terme ne pas se faire de- vancer quand vien- dra la stabilité poli- tique et frontalière, prélude à l’exploi- tation de l’énorme richesse que re- gorge la région des Grands Lacs. Pour l’heure, les blessures sont encore vives entre le Rwanda et la France. Il y a trois ans de cela, les relations diplomatiques ont été carrément rompues. C’est que les séquelles du génocide tardent à se cicatriser. Paul Kagamé, Président en exercice accuse la France d’être le complice du génocide de 1994. Le 6 avril de cette année-là, le Pré- sident Habyarimana (d’origine hutu) et son homologue burundais Cyprien Ntaryamira sont assassinés. Le Falcon 50, à bord du- quel ils se trouvaient a été frappé par un missile au moment de l’approche finale de l’aéroport de Kigali. Dès le lendemain les extrémistes hutus ont éliminé des membres du gouvernement qu’ils considéraient com- me modérés. Et s’en suivra l’extermination des populations civiles en majorité tutsies et qui fera au moins 800.000 morts. Que reproche-t-on à la France ? D’une part, d’avoir laissé faire le massacre alors qu’il aurait pu être jugulé et d’autre part, d’avoir exfiltrer et protéger des res- ponsables de cette tragédie. Sur le pre- mier grief, effectivement les contingents étrangers stationnés au Rwanda auraient pu éviter le génocide. La France, la Belgi- que et les casques bleues disposaient res- pectivement de 2.500 hommes, les améri- cains avaient environ 800 soldats. L’ex-puissance coloniale belge, les Etats- Unis de Bill Clinton et les Nations unies de Kofi Annan ont tous déjà demandé pardon au peuple rwandais. Et la France ? Toujours pas d’excuses officielles mais reconnaît en- fin de « graves erreurs d’appréciation, une Bretagne ou en Espagne pour sauver un de ses ressortissants ? Quels sont les moyens de pression que la France a exercé auprès du Président malien Amadou Toumani Tou- ré (ATT) pour le contraindre à prendre une décision de justice qui froissera, à coup sûr, ses voisins et compagnons de lutte contre Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) ? La France a sans doute usé de tout son poids dans la négociation. Le ministre des Affaires Etrangères Bernard Kouchner s’est rendu par deux fois à 15 jours d’intervalle à Bamako ; tandis que Claude Guéant, le Secrétaire Général de l’Elysée et Jean-Da- vid Levitte, Conseiller diplomatique du Pré- sident auraient fait quelques allers-retours dans les différentes capitales africaines. Cet oukase français ne fera que stigmati- ser l’opinion africaine déjà exacerbée par tant d’avanies et de rancœurs à l’encontre de l’ancienne puissance coloniale. Cette escale prend tout son sens dans la mesure où ATT devait être officiellement remercié et rassuré du soutien indéfectible de Nico- las Sarkozy car le Mali en cédant aux exi- gences d’AQMI s’expose à l’avenir à une recrudescence d’enlèvements d’étrangers sur son territoire. Kigali, l’ultime étape Préparé par Bernard Kouchner depuis plus d’un an, ce voyage revêt un carac- tère important. Le Président rwandais Paul Kagamé, anglophone, doté d’une forte personnalité, parle d’égal à égal avec ses homologues occidentaux. L’objectif de
  6. 6. Politique 8 Diasporas News B laiseCompaorésouhaiteaujourd’hui briguer un nouveau mandat de cinq ans. Arrivé au pouvoir en 1987, il a été élu 1er Président de la IVème République en juin 1991. Avec deux septen- nats et un quinquennat, il totalise vingt-trois années de règne ! Lors d’un récent discours, le Président de la République déclare : « que le Burkina Faso est un pays en construction qui s’est donné pour objectif, d’une part de mettre l’homme au centre de son dévelop- pement ; et de l’autre à travers ses efforts, sa cohésion et sa solidarité, faire du Burkina un pays émergent en 2025 ». Si ce n’est un appel à candidature, cela y ressemble fort. Mais peut-il encore une fois se présenter au suffrage universel ? Le Président Compaoré a toujours su s’en ac- commoder et modifier à la marge l’article 37 de la Constitution, laquelle limite le nombre de mandats présidentiels. En 1997 déjà, la création du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), une coalition de parlementai- res, permettait d’obtenir les 4/5 de députés exigés pour pouvoir modifier ledit article, en février de cette année-là. En ce qui concerne l’élection présidentielle de novembre 2005, elle s’annonçait plus ouverte et ce d’autant plus que les juristes experts en Constitution estimaient qu’aucun Président de la Républi- que, après ses deux septennats, ne pouvait prétendre à un autre mandat. Pour surmonter l’obstacle, il avait initié une sorte de concerta- tion de toutes les composantes du pays pour demander le prolongement de son bail au nom « d’un progrès continu pour une société d’espérance ». Le dernier quinquennat 2005-2010 Pour l’élection présidentielle de 2010, le maigre bilan du dernier quinquennat mar- qué par des promesses non-tenues et surtout le fameux mouvement contre la vie chère de février 2008 auront-il raison du Candi- dat Blaise Compaoré ? Cette crise de la vie chère donnait l’impression d’une contestation spontanée alors qu’avec du recul elle relève d’un problème structurel plus profond qui est commun à tous les pays en voie de dévelop- pement. D’une part, les pays africains ont négligé l’intensification de la culture vivrière au détriment de la culture de rente, censée ramener davantage de devises. D’autre part, ils ne disposent pas d’une bonne stratégie po- litique, socioéconomique et ne font que subir les conséquences de la mondialisation. Par exemple, lorsque que la crise des subprimes aux Etats-Unis a induit trop de risques sur le marché financier, au regard des traders ; ces derniers se sont rabattus sur des produits plus attractifs : les matières premières. Et c’est cette spéculation qui a entrainé en grande partie la flambée des prix et provoqué la famine en Afrique. Par ailleurs, on a incul- qué aux Burkinabès la consommation du riz et autres produits importés, aux dépends de leurs habitudes alimentaires traditionnelles. En dépit des décisions de contrôle de prix et de baisses, sur certains produits de première nécessité, décidées par le gouvernement, le mouvement contre la vie chère s’est poursuivie pendant plus de trois mois, de février à mai, car l’ensemble des syndicats ont pris le relais. Ce qui pèsera dans l’inconscient collectif au moment de dresser le bilan des actions du Premier Ministre Tertius Zongo. N’est-ce pas le même qui annonça lors de sa nomination que les ministres du gouvernement seraient notés comme dans les écoles. Les bons élèves passe- raient, les moins mauvais redoubleraient et les très mauvais seraient renvoyés ? Toujours est-il que les cahiers de notes n’ont jamais circulé ou été rendus public. On peut toutefois met- tre à son crédit la réduction du train de vie de l’Etat. Faute d’avoir baissées, les dépenses de l’Etat ont stagné avec un taux de progres- sion insignifiant de 0,01%. Le gouvernement Burkina Faso  : 2010, année d’élection présidentielle L’Afrique, continent composé d’une cinquantaine de pays, est le théâtre, tous les ans, de pas moins d’une demi-douzaine d’élections présidentielles : la Centre Afrique, la Guinée, la Côte d’Ivoire (enfin), Madagascar, le Burkina Faso. Un retour à l’ordre constitutionnel pour les uns, une alternance politique normale pour les autres. Blaise Compaoré se présentera-t-il encore une fois ou pas ? Verdict d’ici 6 mois pour une élection présidentielle prévue en novembre.
  7. 7. 9 Diasporas News peut aussi se prévaloir des différentes me- sures préconisées pour juguler la vie chère qui sont estimées à plus de 5 milliards de FCFA (environ 7.500.000 €uros). Pour les raisons évoquées précédemment, le pays doit trouver, à moyen terme, un relais de croissance: 80% de la population sur 14 millions d’habitants environ vivent de l’agricul- ture, 25% du PIB est généré par la seule ex- portation du coton. La chute du cours mondial de cette matière première risque d’aggraver le déséquilibre de la balance commerciale. Le pays a d’autres atouts dans sa manche et conscientes de cet état de fait, les autorités diversifient de plus en plus leur source de recettes. Comme c’est le cas dans le secteur minier où la délivrance de permis d’exploi- tation est largement facilitée ; une aubaine pour les compagnies internationales étrangè- res toujours à l’affût de nouveaux gisements. Rappelons tout de même que la plus grande mine d’or du continent est celle d’Essakane, dans la province de Séno dont la construc- tion et l’inauguration ont débuté il y a un an. Dans sa phase opérationnelle, elle rapporte- rait à l’Etat, au titre des taxes, divers impôts et royalties, plus de trente milliards de FCFA (environ 45.000.000 €uros) par an. Le faucon Blaise s’est-il mué en colombe Compaoré ? Le Président burkinabé, avec plus de 25 ans de « règne », est considéré comme le doyen des chefs d’Etat en exercice de la sous-ré- gion. D’un passé sulfureux de guerrier, en Afrique de l’Ouest, où il a toujours été soup- çonné plusieurs fois d’être l’instigateur ou le soutien d’un conflit, il joue désormais dans le camp des faiseurs de paix. A l’image de feu Omar Bongo, le continent a toujours eu be- soin d’une figure tutélaire, une sorte de pa- triarche, capable de convoquer deux parties antagonistes, de venir discuter au pied de l’arbre à palabre. Et Blaise Compaoré s’im- pose aujourd’hui comme l’homme qui incarne légitimement ce statut, devant le sénégalais Abdoulaye Wade. En tout cas, il ne ménage jamais sa peine pour servir de médiateur ou désamorcer une crise dans les pays voisins. La dernière en date : la crise ivoirienne ! Le président Laurent Gbagbo décide unilatéra- lement de dissoudre le gouvernement et la Commission électorale ; cela provoque des manifestations de rue et cause la mort d’une dizaine de personnes. Il a fallu s’y prendre en deux temps. D’abord, les différentes par- ties ivoiriennes se retrouvent dès le lendemain à Ouagadougou, sous l’égide du médiateur Blaise Compaoré pour la recherche de solu- tions. Ensuite, il fait un aller-retour dans la ca- pitale ivoirienne. Les tractations entre le chef de l’Etat et l’opposition étaient dans l’impas- se et des foyers de tensions se faisaient de plus en plus menaçants. Le Président burki- nabè a réussi à débloquer la situation par la promesse de la mise en place d’un gouver- nement de consensus, de la nomination d’un nouveau président à la tête de la Commission Electorale In- dépendante (CEI) et d’une date probable de l’élec- tion présidentielle. Pour- tant, en 2003, lorsque la Côte d’Ivoire a failli bas- culer dans une guerre civi- le, la plupart des ivoiriens reprochaient au Président Compaoré de soutenir les Forces Nouvelles du Nord. Mais c’est sous l’égide de ce dernier que la hache de guerre, entre mes- sieurs Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, fut enter- rée à Ouagadougou en 2007. Outre, ce rôle de facilitateur de paix, inter- venir auprès de son voisin permet également au chef d’Etat de résoudre des problèmes collatéraux si- non vitaux pour un pays sans aucun accès à la mer. Car Abidjan est le port de transit pour l’essentiel de l’exportation burkinabé. Et du temps du Président Houphouët-Boigny, la Côte d’Ivoire accueillait des milliers d’émigrés économiques des pays voisins et dont des burkinabés qui y vivent toujours. Thiam Lamine
  8. 8. Politique 10 Diasporas News Bénin: Le bon peuple est loin des tracasseries qui secouent les arcanes du pouvoir et de l’Assemblée Nationale. Il récla- me « du pain et des jeux ». Les Ecureuils (les joueurs de l’équipe nationale de football) et leur encadrement techni- que sont mis au ban de la Nation pour mauvais résultats et manque de patriotisme à la dernière CAN. Pour le pain, la République du Bénin fait figure de modèle démocrati- que sur le continent… Mais trouvera-t-elle la voie pour la prospérité de ses 8 millions d’habitants  ? L ’ancien Président de la République, Mathieu Kérékou, à plus de 75 ans passés, blanchi sous le harnais, ob- serve de sa résidence des Filaos la vie politique béninoise avec une certaine dis- tance. L’homme se fait discret et se complaît dans un rôle de Sage qu’il assume certaine- ment avec délectation quoiqu’il refuse toutes sollicitations publiques ou sorties officielles. Au début de cette année, croyant bien faire ou pour s’attirer les bonnes grâces de son pré- décesseur, l’actuel Président de la République en exercice Boni Yayi, décide de l’élever au grade de Général d’Armée. A la surprise gé- nérale, le récipiendaire rejette l’offre alors que le décret présidentiel a déjà été pris en Conseil des ministres. Aujourd’hui, le Bénin se prévaut d’être le mo- dèle démocratique de l’Afrique. Pourtant cela n’a toujours pas été le cas depuis son Indé- pendance en 1960. Et cette métamorphose, doit-elle être, toute entière, mise au crédit du Général Mathieu Kérékou ? Du Dahomey à la République Populaire du Bénin Indépendant en 1960, la première décennie de jeune République du Dahomey a été ja- lonnée de soubresauts et de coups de théâ- tre. Hubert Maga, premier Président de la République se fait débarquer au bout de 3 ans, par un certain Colonel Christophe Soglo. Le pays traverse alors une période d’insta- bilité, avec alternance de coups d’Etat et de transmission de pouvoir aux civils mais ce sont toujours les militaires qui tiennent les rênes en sous-main. En 1970, les trois Présidents, qui se sont succédé, suspendent la Constitution avant de former une sorte de triumvirat ap- pelé Conseil Présidentiel. Il s’agit de messieurs Emile Derlin Zinsou, Sourou Migan Apithy et Justin Ahomadegbé. En 1972, l’armée derrière le Capitaine Ma- thieu Kérékou décide de reprendre le pou- voir en destituant le Conseil Présidentiel et embastille les trois membres du triumvirat. Les jeunes cadres africains de l’époque aspiraient à un changement radical dans la mesure où ils considéraient que le cordon ombilical avec la puissance coloniale n’avait pas été totale- ment rompu. La France a réussi à conserver des liens étroits avec ses anciennes colonies, notamment grâce à une politique de coopé- ration économique. En pleine Guerre Froide, les jeunes dirigeants du continent, éplorés par cette forme de néocolonialisme, n’ont pas tardé à épouser les thèses révolutionnaires. Plusieurs pays ont alors changé de cap pour adopter un système collectiviste et un régime marxiste-léniniste. L’Afrique est devenue un champ de bataille idéologique et militaire où s’affrontaient les deux blocs : capitaliste et socialiste. Et c’est en 1974, pour marquer la mise en place d’un régime socialiste, que le Commandant Mathieu Kérékou abandonne symboliquement la République du Dahomey pour la République Populaire du Bénin. En 1977, l’échec d’une tentative de putsch, ap- puyé par des mercenaires, n’a fait qu’exacer- ber la position révolutionnaire du régime. Le Président tenait sa légitimité par son élection à la tête de l’Assemblée Nationale Révolu- tionnaire, elle-même issue de l’instauration d’un parti unique. Ainsi, l’Afrique fut ballotée entre une alterna- tive politique qui ne lui a pas permis de s’ex- tirper du sous-développement. La conjoncture mondiale ne lui a pas été favorable non plus car la planète entière a subi deux chocs pé- troliers (en 1973 et 1978). Les pays en voie de développement, généralement spécialisés dans des cultures d’exportation, génératrices de devises, ont subi pour la plupart le contre- coup de la chute des cours mondiaux de ma- tières premières (autres que le pétrole). Avec un malus pour les pays qui ont opté pour le champion de la démocra- tie, en quête d’un souffle économique
  9. 9. 11 Diasporas News régime socialiste. Car le grand Frère soviéti- que ne payait même pas ses exportations en devises. L’URSS a toujours fonctionné avec des accords de clearing c’est-à-dire un système de compensation sous-forme de trocs. L’échange commercial se dénouait entre produits d’ex- portation (café, vanille, coton…) contre des tracteurs voire des pièces détachées de tanks ou d’avions de chasse (les fameux Mig 17 ou 21 recyclés de la Guerre de Corée). Si bien qu’à partir des années 1980, les pays afri- cains étaient exsangues, secoués par des cri- ses économiques successives qui provoquaient des mécontentements populaires et une pau- périsation de la classe moyenne. Le FMI vola alors à leur secours par la mise en place de Plans d’Ajustements Structurels (PAS), avec des effets néfastes et pervers pour la population. En 1987, Michel Camdessus, Di- recteur Général de cette institution, ancien Gouverneur de la Banque de France, libéral convaincu, imposa des mesures économiques de privatisations, de réduction de dépenses publiques (éducation, santé…) en contrepar- tie des prêts octroyés aggravant la situation socioéconomique des pays pauvres. C’est dans ce contexte que le régime du Président Mathieu Kérékou essuya trois tentatives de coups d’Etat en 1988. L’année suivante un nouvel accord avec le FMI déclenche une grè- ve massive des étudiants et des fonctionnaires, réclamant le paiement de leurs salaires et de leurs bourses. Conscient de la gravité de la situation, Mathieu Kérékou annonce l’organi- sation d’une Conférence nationale, en faisant appel à tous les représentants de mouvements politiques du Bénin. La chute du mur de Berlin (1989) qui sonne la fin de la Guerre Froide, le Sommet de la Fran- cophonie de la Baule (1990) qui a appelé les pays africains au multipartisme et la situation socioéconomique décrite précédemment ont marqué encore une fois, un tournant historique sur le continent. Et l’idéologie marxiste a fait long feu ! En 1990, le Bénin adopte une nouvelle Consti- tution qui instaure un gouvernement de transi- tion dirigé par le Premier Ministre Nicéphore Soglo (le neveu du Colonel Soglo). Ce dernier accède à la magistrature suprême, pour cinq ans, en battant aux élections présidentielles Mathieu Kérékou. Mais Mathieu Kérékou fut réélu à la faveur de scrutin présidentiel de mars 1996 et éga- lement en 2001. Le mandat de Nicéphore Soglo fut émaillé de relents de népotisme et d’enrichissement d’une nouvelle oligarchie grâce à des trafics ou de la contrebande des produits de première nécessité. Les dictateurs marxistes-léninistes ont bénéficié d’un nouvel état de grâce car à la même période, Denis Sassou Nguesso (Congo Brazzaville) et Didier Ratsiraka (Madagascar), entre autres, revien- nent au pouvoir après quelques années d’exil forcé. L’avènement de Boni Yayi Deux mandats successifs dans des conditions économiques difficiles ont eu raison de Ma- thieu Kérékou. Une nouvelle race de chefs d’Etats arrive en Afrique : diplômés d’univer- sité occidentale, ayant fait carrière dans de grandes institutions internationales, avec un réseau relationnel conséquent et bénéficiant de préjugés favorables. Béotien en politique mais qui mieux qu’un économiste pour pré- sider aux destinées de pays en développe- ment. Madame Ellen Johnson-Sirleaf, élue en janvier 2006 au Libéria et le béninois Boni Yayi incarnent cette nouvelle génération de chefs d’Etat. A 54 ans, l’ancien Directeur Général de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), affiche sa feuille de route, depuis son palais présidentiel de Porto-Novo : une gou- vernance concertée, la lutte contre la corrup- tion, le développement de l’esprit d’entrepri- se, la construction de nouvelles infrastructures. Le Bénin bénéficie d’un capital de sympathie internationale. Les bailleurs conventionnels sont prêts à accompagner le redressement économique d’un pays stable dans lequel l’alternance politique est passée sans heurt. La manne financière internationale contribue pour au moins 25% du budget national. Mais très vite, le Chef d’Etat se rend à l’évidence ; il sera confronté à des contingences sur lesquel- les une bonne volonté ne suffit pas à résoudre tous les problèmes. Comme tous les pays en développement, plus de 75% de sa popula- tion compose le secteur primaire ; l’agriculture de faible productivité ne permet pas d’attein- dre une autosuffisance alimentaire et la seule culture du coton n’assure que 40% de son PIB. Quant aux secteurs secondaires et tertiaires, l’industrie ne contribue qu’à hauteur de 14% du PIB. Une des caractéristiques de cette éco- nomie est la forte proportion du secteur infor- mel composé pour l’essentiel d’une population sacrifiée par les fameuses restructurations économiques dictées par la Banque Mondiale et le FMI. Le Bénin a du mal à se débarrasser d’une image négative : une centrale d’achats pour son grand voisin qu’est le Nigéria. Comme les produits importés sont fortement taxés au Ni-
  10. 10. Politique 12 Diasporas News géria, Porto-Novo devient alors un des ports d’entrée des importations nigérianes avant que ces produits ne traversent la frontière clandestinement. En effet, il y a une différen- ce, de droits de douanes et des différentes taxes d’importation, du simple au triple entre les deux pays. Et les statistiques béninoises l’attestent ! Le commerce d’automobile d’oc- casion n’a jamais été aussi florissant qu’à la suite de la dévaluation du FCFA en 1994. La demande nationale de véhicules est estimée à 25.000 alors que le Bénin en a importé dix fois plus. Mais beaucoup de produits de pre- mière nécessité (riz, farine, sucre…) suivent également ce même circuit. L’intégration régionale se- rait-elle la solution pour le Bénin ? Le pays fait déjà partie des institutions comme la CEDEAO pour l’intégration économique et l’UEMOA pour la monnaie. Mais dans une op- tique de dynamique et d’opportunité, il fait partie, dès sa création, de la Zone de l’Al- liance de Co-Prospérité (ZACOP) que compo- sent le Nigéria, le Ghana, le Togo et le Bénin. Créée le 13 Février 2007 à Cotonou, la ZA- COP est un instrument au service du dévelop- pement et de la croissance économique. Elle prône la libre circulation des personnes et des biens mais aussi la recherche des approches de solution à la crise alimentaire. Son champ d’action se focalise sur des matières comme l’énergie, l’agriculture. Le Nigéria garantirait l’amélioration de la fourniture d’électricité et de gaz à ses voisins, facteur déterminant de la formation d’un tissu industriel et d’attrait de capitaux étrangers. Que nous réserve l’avenir ? Sur fond de crise économique internatio- nale qui a freiné la croissance, le Président Boni Yayi doit remettre son mandat en jeu en 2011. Le bilan est assez mitigé : la corruption est toujours présente, l’Indicateur de Dévelop- pement Humain (IDH) c’est-à-dire l’amélio- ration de la qualité de vie de la population reste toujours à son niveau d’étiage (0,5). Le L e Président nigérien voulait à tout prix prolonger son « règne », s’ac- crocher à son trône en dépit de deux mandats pleins qui avaient pris fin en décembre 2009. Il pensait pouvoir se maintenir vaille que vaille en adoptant une nouvelle Constitution. La fi- celle était un peu grosse. Non seulement l’opposition s’est coalisée au sein de la Coordination des Forces pour la Démo- cratie et la République (CFDR) mais il s’est mis à dos toute la communauté inter- nationale. Sous la menace d’une sanction internationale, Mamadou Tandja a été sommé de trouver une voie de consensus avec l’opposition [ndlr : diasporas - news peu d’Investissement Direct Etranger (IDE) ou les flux de capitaux investis s’orientent davan- tage vers la prise de contrôle de sociétés pri- vées existantes plutôt que dans la construction d’infrastructures, qui elles, sont financées par les bailleurs conventionnels. En vue de la présidentielle de l’année pro- chaine, l’opposition a créé un front commun : l’Union fait la Nation (UN) qui regroupe les adversaires du Président sortant. Elle devra désigner un candidat unique d’ici le mois d’avril. Mais depuis plus d’un an, la liste Elec- torale Permanente Informatisée (Lépi) divise la classe politique et la société civile. L’op- position reproche au Prédisent Boni Yayi une conduite unilatérale et opaque de la Lépi. Ce dernier en fait appel à l’ONU pour évaluer le processus. Thiam Lamine Niger : Pour le continent africain, la démocratie est un travail de longue haleine. Malgré tout, le nombre de coups d’Etat a largement diminué depuis le début des années 90. Car lors des 30 premières années d’Indépendance pas moins de 300 putschs ont été perpétrés contre une trentaine, ces 20 dernières années. Le rôle de l’armée n’est-il pas d’être le dernier rempart de la souveraineté du peuple lorsqu’un régime autocrate bafoue la Constitution ? Que la communauté internationale cesse de condamner sans discernement la chute des dictateurs dont elle est parfois complice et œuvre davantage pour la restauration de la Démocratie
  11. 11. 13 Diasporas News ties. Ce dernier est en service commandé et il doit «être au rapport» au prochain Sommet des chefs d’Etat et de gouverne- ment de la CEDEAO, censé se tenir à Abu- ja, quelques jours après. Du contenu de sa mission dépendront les sanctions que la CEDEAO, l’UA et l’UE prendront à l’en- contre du Niger. Le dernier Sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO, tenu le 16 février 2010, a entériné les propositions du Médiateur ; ce qui n’a pas empêché le gouvernement, par la voix de son Premier ministre, de poser une fin de non recevoir à ces mêmes propositions lors d’un point de presse mémorable 17 février 2010 c’est-à-dire la veille du coup d’Etat. Côté caserne, des signes avant-coureurs indiquaient que l’Armée n’était plus unie derrière son Chef suprême, le Président Mamadou Tandja. D’abord, lors du ré- férendum et des élections législatives de l’année der- nière, les soldats, qui ont eu le privilège de voter 24 heu- res avant tous les citoyens, se sont abstenus dans la même proportion que la majorité des nigériens. Ensuite, malgré la déclaration du chef d’Etat major le général Momouni Moureïma qui mettait les sol- dats en garde « contre toute tentative de remise en cause des institutions de la Républi- que  », des tracts circulaient dans les garnisons stipulant l’illégitimité du pouvoir au- delà du 22 décembre 2009. Le jeudi 18 février, jour de conseil des ministres, des unités blindées et des dizai- nes de soldats investissent le palais présidentiel. D’après l’un des journalistes accré- dité à la présidence qui était à l’intérieur du bâtiment, ils avaient entendu un premier coup de feu considéré comme n°4]. C’est dans ce cadre-là que la Com- munauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) joue son rôle d’ar- bitre. Abdulsalami Abubakar, médiateur de cette organisation a déjà effectué un voyage à Niamey en décembre 2009 pour tenter une conciliation et un partage du pouvoir entre les deux parties en vue d’une transition. Début février, les assises du dialogue in- ter-nigérien sont dans l’impasse : le Mou- vement Populaire pour la Refondation de la République (MPRR), pro-Tandja campe sur ses positions c’est-à-dire le résultat du référendum du 4 août 2009 et donc que l’effectivité de la 6ème République ne doit plus être remise en cause. Mais le front de l’opposition la CFDR ne l’entend pas de cette oreille. Le 4 février, le Prési- dent sénégalais Abdoulaye Wade, en mis- sus dominicus a fait une escale à Niamey pour un entretien avec son homologue. La discussion tournait autour de la recherche d’une solution de sortie de crise. Et le retour d’Abdulsalami Abubakar n’ap- portera aucune évolution significative sur les rapprochements entres les deux par- le signal de départ du coup d’Etat. Il fut suivi par plusieurs détonations et de bruits d’armes lourdes. La garde présidentielle a opposé une résistance vite maîtrisée mais qui s’est soldée par une dizaine de morts. Surpris en plein conseil des mi- nistres, le Président de la République et tous ses ministres ont été tenus en respect ; ensuite Mamadou Tandja a été mis en lieu sûr dans une villa jouxtant le palais présidentiel avant d’être transféré dans une caserne militaire située à une dizaine de kilomètres de la Capitale. Après deux jours de captivité, plusieurs ministres ont été relâchés mais sept d’entre eux ne sont toujours pas libres de leur mouvement. Niamey était placée sous couvre-feu, des hommes en treillis et des engins blindés étaient postés sur des points névralgiques de la Capitale. La population nigérien- ne et le monde entier attendaient, avec les derniers jours de règne du Président Mamadou Tandja
  12. 12. Politique 14 Diasporas News impatience et une inquiétude non feinte, l’identité des putschistes pendant que la radio nationale diffusait de la musique militaire. Ce n’est que le lendemain, lors d’un pre- mier point de presse, que le Colonel Goukoye Abdoulkarim, porte-parole du Conseil Suprême pour la Restauration de la Démocratie (CSRD) a déclaré que: « la situation est sous contrôle… et qu’il n’y a aucune dissidence ni à Niamey, ni à l’inté- rieur du pays ». Qui sont les têtes pensantes de la junte ? Ils ont ceci de commun: c’est d’avoir, pour la plupart, participé en 1999, aux côtés du Général Mamadou Tandja à la chute du régime du Chef d’Etat de l’épo- que Ibrahim Baré. Le Colonel Goukoye Abdoulkarim, Chef des renseignements militaires et chargé de communication du CSDR ; le Colonel Djibrilla Hamidou Hima, dit « Pelé », considéré comme le numéro deux de la junte, commandant de la zone de défense 1 de la Capitale mais également Président de la Fédération ni- gérienne de Football ; Djibo Salou, Chef d’escadron et spécialiste en armements lourds, est celui qui a dirigé l’assaut des blindés sur le palais présidentiel. A 44 ans, il devient le Président par intérim du Niger. Et depuis le 22 février, le cortège du nouveau Président nigérien roule, toute sirène hurlante avec plusieurs motards et sous bonne escorte, dans les rues de Nia- mey. Cinq jours après avoir déposé Ma- madou Tandja, le Colonel Djibo Salou en- dosse la double casquette de Chef d’Etat et de gouvernement. Les différentes réactions… La majorité de la population ne cachait pas sa joie de s’être débarrassé de ce régime autocratique. Diverses manifes- tations de soutien au CSRD ont eu lieu. D’abord à Niamey où dès le samedi 20 février, plus de 10.000 mille personnes sont descendues dans la rue et ensuite dans d’autres villes de province. En pa- reille circonstance, les apparatchiks du pouvoir craignent des représailles ou des actes vindicatifs mais en signe de bonne volonté la junte a libéré plusieurs minis- tres qui ont été retenus pendant deux jours saufs sept d’entre eux dont le Pre- mier Ministre et le ministre des Finances. Leurs cas seront examinés ultérieurement sans aucune autre précision de la part des militaires. Le CSDR rassure et déclare qu’elle va faire du Niger « un exemple de démo- cratie et de bonne gouvernance, à l’ins- tar des autres pays épris de paix et de stabilité « sans pour autant donner un calendrier. L’opposition espère pouvoir s’entretenir avec le CSDR pour l’instaura- tion d’une démocratie tandis que la junte, elle, « souhaite d’abord assainir la situa- tion politique du pays avant d’organiser des élections… ». Pour l’heure, le Prési- dent Djibo Salou gouverne par ordonnan- ces après avoir dissout la Constitution du mois de mai 2009. En tant que Chef de l’Etat, il a nommé comme Premier Minis- tre Mahamadou Danda, un ancien minis- tre de la Communication de 1999 et est actuellement conseiller à l’ambassade du Canada au Niger. Cette déclaration des militaires ne mentionne pas la durée de la transition. Dès sa nomination à la Pri- mature, monsieur Danda a demandé des garanties quant à un engagement réel de la junte dans un processus devant aboutir à la restauration réelle de la démocratie. Concernant les nouvelles institutions, un « organe » devrait être créé sous l’autorité du Président. Il sera chargé de rédiger un code pénal et une nouvelle constitution qui sera soumise au référendum pour son adoption. Quant à la communauté internationale, toutes les institutions ont adopté la même position, égrené la même litanie : ne ja- mais cautionner l’accession au pouvoir anticonstitutionnel ! Le secrétaire Géné- ral de l’ONU, Ban Ki Moon condamne le coup d’Etat et souhaite un retour rapide à l’ordre constitutionnel. Le Commissaire à la paix et la sécurité de l’Union africaine (UA), Ramtane Lamamra, a rappelé que l’UA condamnait « l’usage de la violence pour tout changement de pouvoir politi- que ». L’organisation a appelé à un retour rapide à l’ordre constitutionnel, dans un communiqué diffusé vendredi matin. La CEDEAO, qui avait tenté une médiation au Niger, a également « condamné une fois de plus tous les actes destinés à parve- nir ou à se maintenir au pouvoir par des moyens non constitutionnels ». Pourtant, quel soulagement que d’avoir pu se débarrasser d’un Chef d’Etat gê- nant qui refuse de quitter le pouvoir ! Aucune institution n’ose afficher sa satis- faction alors que tous .les recours et les négociations ont échoué. Dès le 20 fé- vrier, le Colonel Djibrilla Hamidou Hima a fait le déplacement au Mali. Il a été bien accueilli par les chefs d’Etat réunis au sommet de l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine), à Bamako. Au même moment une délégation de la Troïka (ONU, UA, CEDEAO) a fait le dé- placement à Niamey. « Avec les membres de la junte nous avons discuté de comment faire pour que le pays retrouve dans les plus brefs délais une vie constitutionnelle normalisée. Ils nous ont donné les garan- ties nécessaires », a indiqué le Président de la Commission de la CEDEAO, Moha- med Ibn Chambas. Sans forcer, les militaires de Niamey s’im- posent à la communauté internationale qui redoute toujours le spectre d’un scénario à la Daddis Camara en Guinée Conakry. Ils ont en tout cas rendu la souveraineté au peuple nigérien. Maintenant, bien des questions restent en suspens : la durée de la transition, le sort réservé au Président Mamadou Tandja et ses ministres, la re- mise du pouvoir aux civils. Thiam Lamine
  13. 13. 15 Diasporas News Que risque-t-elle aujourd’hui ? D’abord, Paris devra choisir entre la régu- larisation de son titre de séjour ou une ex- pulsion vers un pays tiers. Ensuite, avec un statut d’apatride, elle ne risque pas d’être expulsée vers le Rwanda. D’autant plus que ce pays ne respecte pas les standards judi- ciaires européens notamment sur la protec- tion des droits de la défense. Des précédents existent : la France a refusé, en son temps, des extraditions de présumés génocidaires vers Kigali. Le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) d’Arusha, reste la juri- diction compétente pour la juger. Mais comme le mandat du TPIR s’achèvera fin 2010, ce- lui-ci a demandé à plusieurs pays européens de traiter les dossiers en instance. Seule une plainte pour complicité de génocide, dépo- sée en 2007, par un collectif de rescapés, s’étant constitué partie civile, aura une chance de renvoyer madame Agathe Habyarimana devant une cour d’Assises. Mais cela relève plus d’une décision politique. D’après Nico- las Sarkozy, lors de son dernier voyage au Rwanda : « nous voulons que les responsables du génocide soient retrouvés et soient punis. Il n’y a aucune ambiguïté… » Dans combien de temps lorsqu’on sait que quinze années sont déjà passées depuis les massacres ? Le cas de Rose Kabuye Bernard Kouchner s’est investi pour renouer les relations diplomatiques rompues entre Paris et Kigali, il y a trois ans. La justice fran- çaise avait ouvert une enquête en 1998 à la suite de la plainte des familles françai- trois jours seulement après l’assassinat de son mari, elle ne fut jamais inquiétée pendant dix ans. Pourtant de lourdes accusations, re- layées par de nombreuses organisations in- ternationales comme l’Union Africaine et la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) plane sur sa tête. Elle est soupçonnée d’être un membre très influent du mouvement Akazu (la petite case) responsable direct des meurtres contre les tutsis et les hutus modérés. Ce premier cercle de Juvénal Habyarimana était com- posé de son proche entourage, des gens issus de sa région et des membres de la famille de son épouse. La Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH) a également évoqué « le rôle » d’Agathe Ha- byarimana « dans l’animation des milices In- terahamwe et de la radio des Milles Collines ». Ce n’est qu’en 2004, que le gouvernement rwandais lance des poursuites judiciaires contre l’ancienne première Dame rwandaise. Kigali a rendu public le nom de 300 person- nes soupçonnées de collusion avec le régime du Président assassiné et ayant fui à l’étran- ger à la fin du génocide. Et parmi les noms figurent en tête de liste le nom de madame Agathe Habyarimana. Elle dépose alors en 2004 une demande d’asile politique auprès de l’Office Français de Protection des Réfu- giés et des Apatrides (OFPRA). Ce n’est que trois ans plus tard que l’OFPRA a statué sur son sort : une fin de non-recevoir au motif de sa proximité évidente avec le mouvement Akazu. De recours en appel auprès du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), le Conseil d’Etat s’est saisi du dossier et a définitive- ment tranché la question du refus le 16 oc- tobre 2009. Paris et Kigali : vers une normalisation des re- lations diplomatiques ? A gathe Habyarimana née Kan- ziga, veuve du Président Juvénal Habyarimana assassiné le 6 avril 1994, a été interpellée, à son domicile de Courcouronnes (Essonne) par les autorités judiciaires françaises le 2 mars 2010, cinq jours seulement après la visite du Président Nicolas Sarkozy au Rwanda. Est- elle une victime expiatoire ou collatérale des relations tumultueuses entre les deux pays, depuis le génocide de 1994 qui a fait plus de 800.000 morts ? La justice française agis- sait dans le cadre d’un mandat d’arrêt inter- national, lancé par le Rwanda qui veut la ju- ger pour « génocide, complicité de génocide, association de malfaiteurs en vue de lacom- mission d’un géno- cide, crime contre l’humanité ». Après avoir été entendue par le Procureur général auprès de la cour d’appel de Paris, elle a été remise en liberté et placée sous contrôle judiciaire, avec obligation de se présenter une fois par mois au commissariat. La chambre de l’instruction devra, sous dix jours, statuer sur la demande d’extradition formulée par Kigali. Laquelle extradition a très peu de chance d’aboutir car madame Agathe Habyarimana est sans papiers qui plus est, n’a plus de passeport rwandais ! Exfiltrée vers Paris, par les autorités françai- ses de Kigali, dès le 9 avril 1994 c’est-à-dire 15 Diasporas News Deux rwandaises ont eu maille à partir avec la justice française. Le Lieutenant-colonel Rose Ka- buye a été entendu plusieurs fois entre 2008 et 2009. Pour Agathe Habyarimana, son arrestation intervient moins d’une semaine après la visite de Nicolas Sarkozy au Rwanda. Gage de bonne volonté de la part de la France ?
  14. 14. Politique 16 Diasporas News ses des trois membres de l’équipage de l’avion du Président Juvénal Habyari- mana abattu en avril 1994. A la fin de son instruction, le juge Jean-Louis Bruguiè- re, en novembre 2006, a délivré un mandat d’arrêt international. Son ordon- nance visait neuf collabo- rateurs de Paul Kagamé dont le Lieutenant-colonel Rose Kabuye, actuelle Res- ponsable de protocole à la présidence de la Répu- blique, pour leur participation présumée à l’attentat contre l’avion. Sur la base de ce mandat, madame Rose Ka- buye a été arrêtée à l’aéroport de Francfort (Allemagne) en novembre 2008 et extradée vers la France 10 jours plus tard. Mise en examen pour « complicité d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste », elle fut entendue à quatre reprises. Elle aurait hébergé le commando du Front Patriotique Rwandais (FPR), qui a descendu le Falcon 50. Après chaque audition, elle était laissée li- bre de ses mouvements. Quoique son contrôle judiciaire lui interdise de quitter le territoire français, cela ne l’a jamais empêchée de se rendre plusieurs fois à Kigali, entre deux examens. Les autorités rwandaises auraient-elles pous- sé le cynisme aussi loin en sacrifiant madame Rose Kabuye pour avoir accès au dossier instruit par le juge Bruguière ? Bon nombre d’observateurs le pensent. Elle a aujourd’hui repris ses activités et il fallait que la France le sache : lors de la venue du ministre des Af- faires Etrangères Bernard Kouchner en jan- vier dernier, celui-ci a eu la surprise d’être accueilli sur le tarmac par madame Rose Kabuye en lieu et place de son homologue ou une personnalité de même rang comme le veut les règles protocolaires. Des contentieux judiciaires restent encore en suspens entre les deux pays. Le 7 janvier 2010, le Rwanda est de nouveau passé à l’offensive par la publication d’un rapport d’experts. Il s’agit du rapport rédigé sous la direction de Jean Mutsinzi, ancien président de la Cour suprême du Rwanda. Il contredit les conclusions du juge Bruguière à propos du lieu d’où auraient été tirés les missiles contre l’avion présidentiel. Il le situe dans la zone de Kanombe contrôlée par les Forces ar- mées rwandaises (FAR) du Président Habyari- mana. En août 2008, (ndrl : voir article su- pra Nicolas Sarkozy en Afrique : Libreville - Kigali via Bamako en 36 heures) Kigali avait publié un autre rapport qui accusait la France d’avoir « participé à l’exécution du génocide » et mettait en cause nommément des hauts- responsables politiques de l’époque : Edouard Balladur, Alain Juppé, Hubert Védrine et Dominique de Villepin. Le Président Nicolas Sarkozy a-t-il demandé une garantie à son homologue de ne pas poursuivre ces hommes politiques moyennant quoi la France « livrerait » Agathe Habya- rimana au Rwanda ? Rappelons juste pour l’anecdote que l’actuel Chef de l’Etat fran- çais faisait partie du gouvernement Balladur de 1993 en tant que Ministre délégué au Budget. Les déclarations, du Porte-parole du gouvernement qu’il était à l’époque, relatives à la position de la France et de l’Opération turquoise circulent aujourd’hui sur Internet. Les grenades de Kigali : actes de déstabilisation ? C’est la deuxième fois en moins d’un mois que la Capitale rwandaise est visée par des attaques à la grenade. Ce sont des actes qui sont souvent perpétrés en province et en zone rurale pour des règlements de comptes familiaux ou des manœuvres d’intimidations de témoins dans des affaires liées au génocide. Mais cette fois-ci, ils sont commis à Kigali. Le 19 février dernier, trois attaques simultanées dans des quartiers animés ont fait un mort et une vingtaine de blessés. Et tout récemment dans la nuit du 4 mars, deux jets de grenades ont encore fait seize blessés. Pour l’attaque du mois de février, deux membres d’In- terahamwe (milice extrémiste hutu qui a pris activement part au génocide de 1994) ont été suspectés avant que les enquêteurs n’appréhendent le Général Faustin Kayumba Nyamwasa. Accusé d’être l’instigateur des attaques à la grenade, l’Ex-Chef d’état-major de l’ar- mée et Ambassadeur rwandais en Inde a été entendu par la justice de son pays le 26 février. Depuis, il est aujourd’hui en fuite en Ouganda ou au Kenya ? Il aurait rejoint le Colonel Patrick Karegeya, en Afrique du Sud, ex-patron des renseignements extérieurs, lui aussi re- cherché pour les mêmes faits. Tutsis anglophones de la diaspora ougandaise, compagnons de lutte de Paul Kagamé, ils font partie du FPR. Guerre de succession ou témoins encombrants ? Ce dernier dont la réélection ne fera aucun doute aux prochaines présidentielles prévues en août 2010, semble dès à présent vouloir faire le ménage autour de lui. L es décisions qui viennent d’être pri- ses par le Président Gbagbo tra- duisent une réalité: il n’aimerait al- ler aux élections que lorsqu’il aura l’impression que le scrutin garantira sa réélection. Pour ceux qui y croyaient en- core, la dissolution de la commission élec- torale indépendante et du gouvernement par le président Laurent Gbagbo repous- se de facto les élections initialement pré- vues pour fin février début mars. Mais elle ne les renvoie pas forcement sine-die. Sans cesse repoussée, la présidentielle, qui va l’être une fois encore se tiendra-t-elle dans six semaines, dans six mois, dans un an? L’opposition le martèle, Laurent Gbagbo ne veux pas aller aux élections qu’il craint de perdre et donc sa double dissolution est un subterfuge de plus pour renvoyer le scrutin aux calendes grecques. L’opposition n’en veut pour preuve que l’insignifiance du fait générateur de cette crise: l’affaire « de la liste des 429000 », dans la mesure où les noms qui avaient été dûment ajoutés à la liste électorale ont été retirés. C’est un prétexte pour ne pas voter, donc il n’y aura pas d’élection de sitôt. Pour le peuple de Côte d’ivoire, cette décision unilatérale est antidémocratique et dictatoriale. Laurent Gbagbo affirme avoir pris cette décision en vertu de l’article 48 de la constitution ivoirienne. Cet article prévoit en cas de menaces graves et immédiates sur les institutions, sur l’indépendance de la nation, l’intégrité du territoire ou encore l’exécution de ses engagements internatio- naux, que le Président de la République a le droit de prendre des mesures exception- nelles. Autrement dit, il s’agit d’une dispo- sition constitutionnelle qui permet au prési- dent de s’attribuer les pleins pouvoirs. Le Premier Ministre Guillaume Sorø est officiellement reconduit dans ses fonctions avec deux principales missions. D’une part de déterminer le format d’une nouvelle commission électorale, et d’autre part de former un nouveau gouvernement qui «se mette au service des ivoiriens et non aux ordres des partis politique» Le Premier Ministre Guillaume Sorø pre- nant le Président Gbagbo au mot, tente de former un nouveau gouvernement dans le cadre de l’accord politique de Ouaga- dougou « A.P.O.».Or, cet accord prévoit un gouvernement de cohabitation, incluant donc l’opposition, et concède aux partis politiques signataires la prérogative de désigner leurs ministres. C’est une situation
  15. 15. 17 Diasporas News ment cours dans plusieurs villes du pays. LA REPONSE DU BERGER A LA BERGERE L’opposition dans sa déclaration informe le général MANGOU Philippe que le débat en cours est strictement politique et que les par- tis membres du R.H.D.P et le P.I.T.sont réguliè- rement constitués, conformément à la consti- tution et aux lois en vigueur en Côte d’ivoire. Elle rappelle que le mandat constitutionnel de Monsieur Gbagbo a pris fin depuis le 30 octobre 2005 et que c’est grâce aux ac- cords de paix qu’il est resté chef de l’état. Le R.H.D.P et le P.I.T. ont affirmé que l’inaccep- table intrusion du général MANGOU dans le débat politique et son parti pris manifestent en faveur de Monsieur Gbagbo, constituant un danger pour la cohésion nationale et la paix. Ils ont interpellé le général MANGOU et ont indiqué qu’il aura à répondre des in- cidents et des morts survenus à l’occasion de la répression déclenchée par les forces de défense et de sécurité lors des différentes marches pacifiques à Divo et à Gagnoa. RENCONTRE DE LA DERNIERE CHANCE C’est ce que l’on croyait avec l’arrivée pré- cipitée de Blaise COMPAORE médiateur dans la crise ivoirienne, 24 heures seulement après avoir reçu les deux principaux leaders de l’opposition ivoirienne à Ouagadougou au BURKINA-FASO. Mais, cet espoir placé en la visite du facilitateur n’aura pas produit le résultat escompté. Et pour cause, un flou artistique et compact a émaillé l’issue des échanges. Notamment ceux qui se sont dé- roulés entre Guillaume SORO premier minis- tre et les deux leaders de l’opposition, Henri Konan BEDIE du (P.D.C.I.) et Alassane OUAT- TARA du (R.D.R.) « nous ne rentreront pas au gouvernement tant que la composition de la nouvelle commission électorale indépendante sont tombés sous des balles tirées par les forces de l’ordre. Celles-ci auraient agit ainsi sur instruction de certaines autorités proche du camp présidentiel. L’objectif de cet acte criminel, est d’effrayer au maximum l’opposi- tion afin qu’elle cesse les manifes- tations. L’opposition n’entend pas baisser les bras, elle a manifesté en France et tente de mettre la pression sur Paris et les représentants en France de la «Gbag- bocratie». Le chef des «patriotes» ivoiriens soutenant le président LAURENT GBAGBO, Charles Blé Goudé, a dénoncé une guérilla urbai- ne après les manifestations de l’opposition marquées par des violences parfois meur- trières, mais s’est dit opposé à toute action de représailles. L’opposition a annoncé le maintien de son mot d’ordre de manifes- tations jusqu’à la mise en place d’une nou- velle commission électorale indépendante. INGERENCE DE L’ARMEE Des manifestations parfois émaillées de violence pour protester contre la dissolu- tion du gouvernement et de la commission électorale indépendante par le président Gbagbo ont dégénéré. Au moins sept per- sonnes sont mortes à la suite de la répres- sion de ces manifestations par les forces de l’ordre. La police oblige la population à se comporter autrement, c’est un véritable western qui se déroule. Selon des témoi- gnages, la police en cagoule tire à balles réelles sur la foule des manifestants. Le 19 février, le Général MANGOU Phi- lippe, chef d’état major des forces armées nationales, a lu à la télévision nationale, une déclaration par laquelle il s’invite dans le débat politique en cours en soutenant les décisions anticonstitutionnelles de Monsieur Gbagbo, accusant l’opposition d’être la responsable des troubles qui ont actuelle- Côte d’Ivoire: DANS L’IMPASSE «GBAGBOCRATIE» cruciale pour Guillaume SORO car le Prési- dent Gbagbo dans son allocution du 12 fé- vrier fustigeait les partis politiques qui selon lui, prenaient le processus de paix en otage. C’est une partie difficile que joue Guillaume SORO car il n’a pas vraiment les coudées franches. Il est serré par le camp présiden- tiel et celui de l’opposition. « Un véritable coup d’état », c’est ainsi que la coalition de l’opposition ivoirienne qualifie la décision de Monsieur Gbagbo. Elle a appelé le peuple ivoirien et les opérateurs économiques à se mobiliser et à s’opposer par tout moyen à cette dictature. Elle se tourne vers le prési- dent du Burkina Faso Blaise COMPAORE pour lui demander d’infléchir la position de son homologue ivoirien Laurent Gbagbo dans le sens du respect des engagements de l’ac- cord de Ouagadougou. Selon l’opposition Laurent Gbagbo par ses dernières décisions démontre, si besoin en était encore, «qu’il veut confisquer le processus électoral». MANIFESTATION L’OPPOSITION Depuis le 12 février l’opposition ivoirienne a décidé de manifester son mécontentement à travers des marches éclatées qui s’achè- vent par des meetings. Malheureusement les manifestants sont souvent contraints d’aban- donner leur combat de revendication à cause des forces de l’ordre qui les briment à l’aide des moyens mis à leur disposition. Ce à quoi il nous est donné d’assister ces derniers jours, ce sont des morts par balles tirées par les forces de l’ordre. Les témoignages poignants font état de ce que tous ceux qui ont été tués à Divo, Daloa, Abobo, Gagnoa etc., La côte d’ivoire de nouveau plon- gée dans la crise politique après la décision du Président Laurent Gbagbo de dissoudre la com- mission électorale indépen- dante et le gouvernement. Un soubresaut de plus dans l’in- terminable crise politique ivoi- rienne qui dure depuis 2002.
  16. 16. Société 18 Diasporas News ne sera pas rendue publique »,a déclaré le R.H.D.P.Et pourtant le médiateur dans la crise ivoirienne, le président du Burkina Faso, Blai- se COMPAORE, s’est montré optimiste après sa visite d’urgence à Abidjan pour déblo- quer la «situation». Le mouvement des forces d’avenir (M.F.A.) selon son Président Innocent ANAKI KOBENA ne siègera pas dans le gou- vernement formé par Guillaume SORO. Il s’en explique: « la présence des ministres de l’opposition dans le gouvernement contribue à rechercher le processus électoral (.....) la seule chose que nous voulons c’est des élec- tions. Or, avec l’opposition dans le gouverne- ment, Gbagbo fait traîner les choses. Dans un système démocratique, l’opposition s’op- pose et ceux qui sont au pouvoir gouvernent ». L’on apprend également que le R.H.D.P.au cours des échanges avec Blaise COMPAORE aurait donné son accord pour que la com- mission électorale indépendante soit dirigée par les forces nouvelles. Un deal qui pourrait être contrarié par le camp présidentiel. Finalement, cette commission est dirigée par l’ancien Ministre des affaires étrangères qui est issu du PDCI de Henri Konan Bédié et ce sont onze ministres de l’opposition qui font leur entrée au gouvernement. « Tout cela pour rien !!! On est encore revenu au même schéma » Désormais, en Côte d’Ivoire, on ne pense plus trop aux élections présidentielles mais à quand la prochaine crise ? Les Ivoiriens auraient pu faire l’économie de cette crise. UNE DATE A ETE FIXEE POUR LES PRESIDENTIELLES Les différentes parties sont en effet tombées d’accord pour organiser le scrutin présiden- tiel avant fin avril début mai 2010. Le prési- dent Gbagbo a eu encore un sursis de deux mois .Ce scrutin a été maintes fois reporté et selon plusieurs observateurs les dernières crises risquent de conduire à un nouveau re- port sine-die. La nouvelle commission électorale indépen- dante devrait s’atteler à achever le conten- tieux électoral, à élaborer la liste électorale définitive et à distribuer les cartes d’électeurs aux ivoiriens inscrits dans la perspective de l’élection présidentielle. Mais la Côte d’ivoire est dans une situation de blocage telle, que personne ne veut reculer, la tension est arri- vée à son paroxysme et tout est possible. Lucien HOUNKANLI Un béninois de la diaspora honnoré en France : AMADOU RAIMI RECEVRA LES INSIGNES DE LA LEGION D’HONNEUR LE 17 MARS 2010 Notre frère et ami, Amadou Raimi sera donc honoré des insignes de la Légion d’Honneur le 17 mars 2010. Ce bos- seur timide et humble est l’exemple même de la réussite de la diaspora béninoise. Comme il aime à le dire lui-même, « Un leader doit savoir écouter et parler vrai ». Ce langage de la vérité universelle sied aussi bien, dans le domaine de la bonne gouvernance, aux gouvernants qu’aux gou- vernés. «premier vrai employeur»). Excellent élé- ment, il gravit les échelons au sein du cabi- net, puis a l’opportunité de travailler sur une mission commandée par la banque mondiale concernant l’ouverture du capital d’entrepri- ses publiques lourdement endettées dans son pays d’origine, le Bénin. Il y passe deux ans, se déplaçant entre l’Afrique, l’Europe et les Etats-Unis. Son travail aboutit à la publication du rapport «Parex». Constatant qu’il n’y avait que peu d’oppor- tunités de faire bouger les choses malgré cette contribution, il retourne à Paris : «Mal- heureusement, je devais à nouveau faire mes preuves. Au sein du cabinet on ne savait plus quelles étaient mes compétences et je tou- chais un peu à tout. Dans l’année qui a suivi mon retour, j’ai beaucoup travaillé et lors des évaluations de fin d’année, mes responsables ont trouvé que non seulement j’avais gardé toutes les compétences que j’avais lors de mon départ, mais qu’en plus je les avais enri- chies par cette mission de deux ans.» En 1987 c’est le tournant : Amadou Raimi qui a parallèlement obtenu son diplôme d’ex- pert-comptable, est coopté associé devenant ainsi le premier originaire d’Afrique subsa- harienne associé d’un grand cabinet d’audit en France. De 1991 à 1997 Il est responsa- ble du groupe audit dédié aux grands clients et membre de la direction de l’audit, puis A vant d’aller plus loin, rappelons tout simplement que notre frère Amadou Raimi est Président du Conseil d’Ad- ministration de DELOITTE FRANCE (l’une des quatre plus grandes sociétés d’audit au niveau mondial) et VICE-PRESIDENT de DE- LOITTE AU PLAN MONDIAL. Qui est Amadou Raimi ? Né il y a 59 ans à Porto-Novo au Bénin, Ama- dou Raimi effectue toutes ses études primai- res et secondaires dans son pays natal. Elève brillant, il est boursier sur mérites scolaires pen- dant toute sa scolarité et effectue à partir de la terminale ses études à l’étranger. D’abord au Gabon où il obtient son baccalauréat, puis en classe préparatoire aux études commercia- les à Grenoble, dans un environnement radica- lement différent de celui auquel il était habitué dans son Bénin natal : «je devais m’adapter pour réussir ou rentrer à la maison» dit-il. De fait, il intègre une des plus prestigieuses écoles de commerce de France, l’Essec (Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Com- merciales). Son diplôme en poche, il est comme beaucoup de jeunes diplômés africains soumis à un dilemme : rentrer dans son pays natal ou s’orienter vers un emploi offrant de grandes possibilités d’épanouissement. Il choisit d’effectuer ses débuts professionnels en France où il a plusieurs propositions d’em- ploi. Il travaille un an dans une banque avant d’entrer chez Deloitte en septembre 1976 (son
  17. 17. 19 Diasporas News tre pays avec des passeports diplomatiques à la clé. La diaspora béninoise en France dispose de tous les talents que l’obscurantisme de Yayi Boni refu- se de reconnaître. Je vais citer seulement quatre exemples pour illustrer le propos: • Jean-Charles AHOMADEGBE, Président du Conseil des Béninois de France (C.B.F.) est Docteur en Médecine et chercheur dans le plus grand Institut de recherche sur le cancer en France. Non seulement il mérite d’être décoré par le Bénin, mais il aurait pu être un très bon Ministre de la santé publique au Bénin; • Faustin AISSI est professeur agrégé des uni- versités en France et Vice-présidente du C.B.F. Il a entamé plusieurs programmes de colla- boration avec l’Université Nationale du Bénin (U.N.B.). Il mérite d’être décoré par le Bénin. Il aurait pu faire un très bon ministre de l’Ensei- gnement supérieur et scientifique au Bénin. • Nouréini TIDJANI-SERPOS mérite d’être dé- coré par le Bénin, même si Yayi Boni et ses mercenaires ont bousillé son rêve de devenir D.G. De l’U.N.E.S.C.O. Dans les conditions que chacun sait; • Léopold Abilé ADJAKPA, consultant interna- tional en N.T.I.C. A été le Directeur Technique de BELL-BENIN. Il n’est pas aujourd’hui reconnu par les change-menteurs, alors qu’il sert les pays africains comme la Centrafrique, la RDC, la Côte d’Ivoire, le NIGER, etc. Il aurait pu va- lablement insuffler un nouveau souffle à la tête d’un ministère technique de notre pays. Cette liste n’est naturellement pas exhaustive. Amadou Raimi, quant à lui, peut aujourd’hui, avec le parcours qui est le sien, prétendre aux hautes fonctions de la Magistrature suprême dans notre pays. Benoît ILLASSA http://illassa-benoit.over-blog.com «Chaque génération doit, dans une relative opa- cité, découvrir sa mission, la remplir ou la trahir» Frantz FANON. les béninois de France sont, à plus de 90%, des cadres dans leurs domaines respectifs. Qu’ils exercent une profession libérale ou salariale. Les béninois de l’intérieur l’oublient souvent, mais ce sont leurs frères de la diaspora qui ont massivement participé à la Conférence Natio- nale des Forces Vives de la Nation de 1990 dont on célèbre aujourd’hui le 20ème anniver- saire sans les y associer. A cette conférence de 1990, le Président Mathieu KEREKOU dira: « Les béninois ont de l’argent à l’extérieur nous a-t-on dit, eh bien qu’ils commencent déjà à s’entendre pour cotiser ne serait-ce que pour le montant de deux mois de salaires... » Les 82 millions de FCFA qu’a coûté la Confé- rence Nationale ont été entièrement libérés par la diaspora béninoise. C’est dire que celle- ci n’a coûté aucun centime au budget de l’Etat béninois. Vingt ans après, on ne peut que s’étonner qu’aucune Chancellerie du Bénin à l’étranger n’ait daigné convier ces même béninois de la diaspora à échanger sur les acquis et les fai- blesses d’une démocratie encore à parfaire. Les Présidents SOGLO et KEREKOU n’ont ja- mais oublié le rôle important joué par la dias- pora dans le processus démocratique en cours dans notre pays. Pour mémoire, le Premier Président du renouveau démocratique était issu de la diaspora. Comme d’ailleurs, l’actuel, Yayi Boni. Ce dernier aura été celui qui aura déci- dé de saborder les communautés béninoises de l’extérieur avec l’apparition des Conver- gences cauris en France, notamment. On peut tout reprocher au Général KEREKOU, sauf de vouloir caporaliser la diaspora béni- noise comme le fait actuellement les change- menteurs de notre pays. En effet, Kérékou a installé le Haut Conseil des béninois de l’exté- rieur en 1997. Tous les participants ont payé leurs billets d’avion et leur logement à Cotonou. C’est lui qui a pris un Décret pour transformer le H.C.B.E. En une association d’utilité publique nationale. Avant de quitter le pou- voir en 2006, il a pris le soin de donner un siège national à cette association. Il a aussi créé l’Agen- ce Nationale des Béninois de l’Ex- térieur (A.N.B.E.). Si nous revenons à notre frère, Amadou Raimi, il convient de souligner qu’il n’a obtenu aucune distinction honorifique de son pays natal. Dans le même temps, des ministres étrangers et des consul- tants occultes se voient décerner les plus hautes distinctions de no- successivement administrateur, vice-président du conseil d’admi- nistration de De- loitte France en 2000 et membre du conseil d’ad- ministration mon- dial en 2001. En juillet 2004 il brigue avec suc- cès la présidence du conseil d’ad- ministration, et est élu par ses pairs président du conseil d’administration de Deloitte France pour un mandat de quatre ans. Il est également depuis 2007 vice-président du conseil d’admi- nistration mondial de Deloitte. Concernant la réussite de no- tre frère, voyons ce qu’il en dit lui-même. « La réussite au plus haut niveau d’un mana- ger issu de la diversité (il n’oublie jamais de préciser ses racines béninoises), notamment de l’Afrique subsaharienne, nécessite la prise en compte d’un certains nombre de facteurs: •Rester soi-même, ne pas se renier, et avoir en mémoire ce fait que toute société a une di- mension ethnocentrique. Je cite volontiers deux expressions africaines qui me semblent bien il- lustrer cette dimension. Quand tu ne sais pas où tu vas, souviens-toi d’où tu viens et puis: La force du baobab est dans ses racines. • Travailler un peu plus que les autres, et viser l’excellence en toute chose, pour mériter le res- pect, puis la confiance. Il faut bien avoir pré- sent à l’esprit le fait que l’on ne nous accorde pas de crédit à priori, mais à postériori. Il faut savoir franchir les étapes. • Enfin, capitaliser sur quelques avantages que nous donnent l’éducation et la culture africai- nes; c’est une bonne école qui prépare à af- fronter les difficultés de la vie dans la cité, car elle enseigne l’humilité, la patience, l’impor- tance du rôle de la famille dont le soutien est fondamental, notamment dans les moments de turbulence, enfin l’équilibre et la paix intérieure qu’apporte la spiritualité.» Ils sont nombreux, ces béninois de la diaspora qui ont fui leur terre natale pour diverses rai- sons. Ils ont du mérite car il n’est jamais facile d’abandonner sa terre natale pour se recons- truire ailleurs avec les déchirements sociologi- ques que chacun peut aisément imaginer. Aujourd’hui, les béninois de la diaspora sont dans tous les continents, avec des fortunes di- verses. Pour celle que je connais d’avantage,
  18. 18. Société 20 Diasporas News Baba cool  : De la Côte d’Ivoire à l’Italie, de l’Italie au Etats-Unis, des Etats- Unis au Boulevard de Strasbourg Paris 10e... Celui qui se défi- nit comme un artiste-coiffeur était en fait, un ancien footballeur de l’équipe italienne de Bari. Après un accident, il voit sa car- rière s’arrêter et sillonne le monde en attendant sa prochaine reconversion. Le déclic se fera quelques mois plus tard lorsqu’il réalisera sa vraie passion, en revenant sur Paris après avoir immergé 2 ans à New York dans les salons afros. Là bas, il acquiert une technique unique, qu’il développera et affinera à Strasbourg St Denis. En l’espace de 12 ans, Baba Cool a su s’atti- rer une clientèle de stars de la scène françai- se et internationale. Son allure vestimentaire ne passe pas inaperçue, de même que ses coiffures qui ont fait sa renommée : « les Tri- bales ». Colorés, rasés, taillés avec précision, ces dessins atypiques qu’il crée sur les crânes sont les véritables symboles de son art. Seulement, derrière le « styliste capillaire pour hommes », se cache un homme qui ré- serve bien des surprises. En effet, parmi les diverses vies de Baba Cool, il y a aussi le père de famille, concessionnaire avisé et le musicien hors pair. Mais quelle est la vérita- ble identité de l’inventeur des « Tribales » ? Nul ne doute sur l’identité de Baba Cool dans le 10ème arrondissement. Et pour cause : le quartier abrite une star pas vraiment comme les autres. Lorsque l’on pousse la porte de son salon, on se rend compte que le mythe est en fait une réalité. Les murs sont tapissés de photos de Baba en compagnie de stars tels que Usher, DMX, Passi ou encore Mokobé du groupe 113... Le salon est plein à cra- quer, et la queue ne cesse de s’allonger. Mais rien ne semble déconcentrer « le maître » dans sa créativité. Entre deux coupes, il nous explique son parcours. D’où vient votre nom «  Baba Cool » ? Baba est mon véritable nom, et cool parce que je suis toujours disponible pour les gens, j’aime leur rendre service lorsqu’ils me le de- mandent. Cela fait 10 ans que le public m’a attribué ce surnom. Après l’arrêt brutal de votre carrière de footballeur, com- ment avez-vous choisi votre reconversion ? A la suite d’une blessure au genou, j’ai du abandonner mon métier de footballer pro- fessionnel. J’étais dans l’équipe de Bari en Italie et j’y ai fait quatre ans. J’étais dans un club de seconde division. J’ai d’ailleurs connu quelques problèmes de racisme … A ce mo- ment, je me suis dit que si quelque chose ne marche pas dans un domaine, ça peut mar- cher ailleurs ! J’aimais beaucoup le milieu de la coiffure, c’était mon rêve depuis tout petit... La coiffure pour moi c’est la passion, c’est un rêve de jeunesse... Que décidez-vous de faire à l’issue de votre carrière ? J’ai décidé de partir pour New York. Arrivé sur place, je me rends compte que la coiffure n’est pas un métier facile. Je voyais les coif- feurs s’exercer sur des têtes afros, et j’étais très épaté. Je me suis rendu compte que pour être coiffeur il faut avoir du talent. Lorsque j’ai foulé le sol de Paris, avec l’expérience que j’avais eue à New York, je me suis pré- senté dans un salon tenu par un ami, Hamed, qui m’a donné ma première tondeuse, et m’a fait entrer dans le métier en me disant « pour être coiffeur, tu n’a pas besoin de passer des diplômes. C’est à force de travailler sur le tas que tu y arriveras ». Comment se passent vos pre- miers pas dans la coiffure ? Je savais que c’était ça que je voulais faire, mais j’ai vite compris que ce ne serait pas facile. Le premier monsieur que j’ai coiffé n’était pas du tout content de sa coupe, com- me je n’avais pas mes papiers français, le monsieur a appelé les flics et ils sont venus me chercher. A la suite de cette histoire, j’ai changé plusieurs fois de salons avant de re- venir avec la force et un autre concept. Faire des dessins sur les crânes des gens ! Mon en- tourage à pensé que l’idée était absurde ! Les gens m’ont traité de fou... Comment vous est venue cette idée de dessiner sur les crânes des clients ? J’aime créer et je pense être quelqu’un de créatif et je n’aime pas faire comme tout le monde, d’ailleurs cela se voit dans mon fa- çon de m’habiller. J’aime toujours avoir ce quelque chose qui fait la différence. J’aime attirer l’attention, susciter l’intérêt dans mon look, que les gens se disent, « mais où est- ce que tu as trouvé ça ? » Qui vous a inspiré ? A l’époque, je côtoyais l’inventeur du « coupé décalé » avant même qu’il ne fasse sa pre- mière chanson. Il venait souvent me voir, et quand il s’asseyait, il me laissait toujours car- te blanche avec sa tête. C’est à ce moment que j’ai commencé à puiser mon inspiration de création. Je faisais ce qui me passait par la tête, et bizarrement, ça a commencé à plaire. Le bouche à oreille aidant, la foule L’homme à la tondeuse virtuose
  19. 19. 21 Diasporas News art, j’ai pu démocratiser la coiffure masculine pour la rendre moins figée, plus dans notre époque. D’ailleurs, j’ai été récompensé pour mon travail au États-Unis en recevant plu- sieurs fois le African Diaspora Award, le prix du meilleur coiffeur, avec Mokobé qui avait fait le voyage pour me soutenir. Aujourd’hui à Château d’Eau, cette coiffure que j’ai créée a un sens, qui je pense est le bon. Il y a cette espèce de concurrence -non violente- entre les coiffeurs qui se lancent des défis et se spécialisent dans certaines coupes ! Tout cela crée une harmonie et j’aime voir ce que font les autres. Que retenez-vous de votre par- cours ? Je sais que nous ne sommes rien sur terre, mais je pense que quelque part, je laisse- rais une trace. Lorsque je m’arrête et que je pense à mon parcours, je suis quand même fier de ce que j’ai pu faire car je ne regrette rien. Je remercie toutes les personnes qui m’ont suivi et aidé lorsque je n’avais pas mes papiers. Je sais qu’aujourd’hui que je ne se- rai rien sans leur soutien... En fait je fais plu- sieurs choses à la fois, je vends des voitures, je coiffe, je chante, je mène ma vie comme je l’entends. Même si il est vrai que la coif- fure aujourd’hui est ma raison de vivre, c’est comme une drogue pour moi. Au sujet des sans papiers qui gra- vitent dans le quartier de Barbès. Quel est votre opinion sur leur si- tuation ? Je pense que quand on arrive quelque part, il faut savoir respecter les lieux. Il ne faut pas répéter ou ramener ici les mêmes habi- tudes de l’Afrique. Cela ne nous sert pas, au contraire. Mais je les soutiens et si je peux en aider quelques uns, je le ferai. Le plus grand défaut de l’africain, c’est la jalousie, ce qui fait qu’ on ne peut pas progresser. Ça tue l’artiste, et son art. Il faut le laisser voler de ses propres ailes. Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir ? La coiffure ce n’est pas quelque chose qui meurt, il n’y a pas de retraite dans la coiffu- re ! Si Dieu le veut, j’ai reçu quelques propo- sitions notamment en Suisse, aux États-Unis, avec un client que j’ai coiffé qui m’avait de- mandé d’aller ouvrir avec lui un salon à New York. Mais j’ai refusé, je me suis dit, chaque chose en son temps. Il ne faut jamais se pré- cipiter dans la vie. Je ne dis pas que je vais forcément faire un grand salon mais je veux faire les choses étapes par étapes. Dans tout ce qu’on fait dans la vie, il faut avoir la foi, et croire en ses projets et je pen- se que avec ça ont peut aller de l’avant. Il faut avoir le cœur sur la main, et aider lors- que tu le peux. Avancer sans arrières pen- sées. Ne pas avoir d’ennemis, ne pas être contre les gens. Maud Oyabi Baba Cool sera du 12 au 24 avril en tour- née Africaine avec Alibi Montana. fait mon premier son avec Mokobé du 113, et le prochain qui va sortir sera avec Alibi Montana. Je suis un touche à tout ! Que pensez-vous du travail de vos concurrents ? C’est normal, aujourd’hui à Château d’eau, tous mes confrères essayent de faire des dessins, ils font de leur mieux pour m’imiter mais tous reconnaissent leur patron : ils sa- vent que c’est moi. Pour bien dessiner, il faut : avoir la main, avoir le feeling, laisser une empreinte. Le dessin c’est quelque chose qui respire, ça marche, ça vit, ça respire, c’est quelque chose qui bouge. Après tout, le des- sin qu’on arbore sur la tête doit faire par- tie de nous, de notre identité. Il faut créer une harmonie...Et ça me fait plaisir quand je croise un coiffeur, et qu’il reconnait que c’est moi qui ai inventé les tribales. Baba Cool, c’est une marque déposée. Comment avez-vous su attirer une clientèle aussi variée allant des stars du paysage français aux stars internationales ? Avec des américains de passage sur Paris que je coiffais ! Lorsqu’ils retournaient aux USA avec mes coiffures, ils faisaient ma pub. Et puis, avec le temps ma renommée s’est faite avec le bouche à oreille. Un jour, quelqu’un m’a appelé pour me dire qu’il y avait un artiste à coiffer mais je ne savais même pas que c’était Usher ! Cela ne me fait pas grand chose car je ne suis quelqu’un de simple. Pour moi ce sont des clients comme les autres. Je ne dis pas ça par prétention. Si j’ai accroché autant de photos de célébrités sur mes murs et sur mon site internet, c’est parce que lorsque je ra- contais qui j’avais coiffé à mon entourage, ils ne me croyaient pas. Maintenant je n’ai plus à me justifier, les images parlent d’elles même. Vous savez, les africains aiment les preuves. Je fais ça aussi pour les américains qui viennent dans mon salon, pour qu’ils se rendent compte sur place de qui est Baba Cool. Ce que les gens qui passent entre vos mains ignorent, c’est que vous aviez un frère jumeau qui vivait au États-Unis... J’avais un frère jumeau qui s’est fait assassiné au Etats-Unis. C’est pour cela qu’il a fallu que je parte, sinon, je n’aurais jamais quitté ce pays. Ce qui fait qu’aujourd’hui, une partie de moi s’est envolée avec lui. Cela a laissé une trace peut-être, mais ce n’est plus qu’un mauvais souvenir. Aujourd’hui je me bats avant tout pour lui, pour ne pas le décevoir là où il est. Je me dis que dans la vie, il ne faut pas baisser les bras... Et si c’était à refaire ? Je suis content de ce que j’ai pu réussir à faire car mine de rien, j’ai contribué à créer une nouvelle façon de coiffer les gens. Avant, la coiffure pour les hommes n’était pas aussi variée et développée en Europe, avec mon masculine a commencé à affluer jusqu’à aujourd’hui. Quels ont été les réactions dans votre entourage ? Ce qui est drôle c’est qu’au début les autres coiffeurs se moquaient de moi ! Tous m’ont traité de fou ! Et aujourd’hui, ce sont eux-mê- mes qui proposent des dessins à leurs clients. Mais tout ce qu’ils font ne pourra jamais être comme moi car j’ai mon secret. J’ai n’ai pas encore révélé ce secret, mais il faut savoir que tous les coiffeurs peuvent faire des sym- boles sur la tête, mais les dessins, c’est autre chose... Sur les murs de votre salon ont peut voir que vous avez coiffé le crâne d’un client avec le portrait de Barak Obama. Votre inspiration vous mène très loin... Ce sont des images ! C’est lorsque que je vais encore plus en profondeur dans mon art. Lorsqu’on est artiste, il faut toujours aller au bout de son talent. Lorsqu’on veut faire quel- que chose, il faut aller au bout de son envie. Je considère la coiffure comme un art à part entière. C’est beaucoup de travail mais aussi une bonne part d’art. Coiffeur, c’est un mé- tier d’artiste. Vous êtes également concession- naire et chanteur... N’avez-vous pas peur de perdre vos priorités en cumulant les activités ? Un artiste n’a pas de limites ! Je fais plusieurs boulots, et c’est vrai que l’on me pose souvent cette question. Je suis fier de ma créativité car tous les coiffeurs que ce soit à Paris ou dans le monde entier aujourd’hui les tribales ont pris une dimension internationale. Au dé- but, c’était de la moquerie, aujourd’hui c’est devenu un business, quelque chose de pré- cieux. Mais cela ne m’empêche pas d’avoir du plaisir à chanter. Je me sens musicien et j’ai mon quatrième album qui va sortir... J’ai
  20. 20. Société 22 Diasporas News Diasporas- News Le ministre français de l’Immigration, M. Eric Besson, a initié depuis le mois de no- vembre 2009 un débat sur l’Identité na- tionale. Un sujet qui divise toute la classe politique française de même que la société civile. Quelle est l’opinion du président du Cran ? M. Patrick Lozès A mon sens, ce débat est à la fois une ré- gression et une instrumentalisation. Une régression parce que 80 % des Noirs de nationalité française, ne doutent pas de leur appartenance à ce pays. Ceux-là savent qu’ils font partie de l’identité fran- çaise. C’est donc une régression si on en revient encore à se poser des questions sur l’identité nationale d’une partie de la population en l’occurrence les Français noirs, le Français arabo-maghrébins et les Français d’origine asiatique. Nous savons tous ce que c’est qu’être Français, ce qui fait l’identité nationale et les valeurs ré- publicaines. Se reposer aujourd’hui ces questions de manière très théorique, c’est une régression. Deuxièmement, je pense que ce débat est une instrumentalisation parce qu’il est mené à quelques semaines des élections régionales. Visiblement, l’in- tention est de rafler des voix notamment à l’extrême droite. Dans le même temps, ce débat tel qu’il est mené, fait ressurgir des peurs et est dangereux dans la mesure où ses initiateurs ne fixent aucun objectif et qu’il n’est pas cadré. On assiste donc à des dérapages sur des propos racistes, xénophobes (…) On indexe une partie de la population française et une religion en l’occurrence l’islam. On en arrive à op- poser l’immigration à l’identité nationale avec des dérives inévitables. Alors que si ce débat avait été cadré et posé de fa- çon positive avec des objectifs en se disant comment devrons-nous nous projeter dans l’avenir en reconnaissant que la France est diverse et que la question qui se pose n’est pas « Qu’est-ce qu’être Français ? » mais plutôt « Comment avec ces millions de français issus de la diversité, pouvons- nous construire ensemble un avenir meilleur commun pour que ce pays soit rayonnant sur la scène internationale au plan éco- nomique, politique et culturel ? » C’est un atout et une chance pour la France d’avoir une population d’origines diverses qui a des codes culturels en Afrique, en Asie, au Maghreb (…) Diasporas-News : N’y a-t-il pas de similitudes entre ce dé- bat en France et la question identitaire qui s’est posé avec acuité à un moment donné dans certains pays africains notamment en Côte d’Ivoire où le concept de l’ivoirité a débouché sur une grave crise sociopoliti- que ? M. P. L. Effectivement, il y a une comparaison à faire avec des pays africains où des cri- ses identitaires, des passions identitaires ont dégénéré. En l’évidence, la peur qu’on a aujourd’hui si j’ai dit que ce débat est dangereux, c’est que dès lors qu’on ouvre la boîte de pandore , qu’on commence à définir le bon français, le bon allemand, le bon ivoirien par opposition au mauvais français, au mauvais allemand, au mau- vais ivoirien, bien évidemment, on court le grave risque d’une atteinte à la cohésion nationale. C’est une façon délibérée d’op- poser les parties constituantes de la nation française. Ce qui se passe ailleurs dans les pays qui ont laissé les passions identitai- res prendre le dessus peut se reproduire en France. Oui, le racisme, la xénophobie peuvent également prendre le dessus sur le débat en France. C’est pourquoi, j’alerte les responsables de ce pays, à commencer par le ministre français de l’Immigration, M. Eric Besson, et surtout le président de la République, M. Nicolas Sarkozy, garant de la cohésion nationale, à cadrer ce débat. Je suis extrêmement inquiet. Diasporas-News : Le sud de l’Italie a été récemment secoué par des manifestations « anti-étranger » d’une rare violence. Des groupes d’extré- mistes ont organisé des chasses à l’homme contre les immigrés, principalement les Noirs. Ne faut-il pas craindre une conta- gion en France avec la tenue de ce dé- bat ? M. P. L. Il y a effectivement des risques réels. Ce débat tel qu’il est conduit peut légitimer M. Patrick Lozès : Président du CRAN Le Patrick Lozès, diplômé en Pharmacie et de l’Ecole supé- rieure de commerce de Paris, natif de Porto Novo au Bénin, est un des rares intellectuels noirs issus de l’immigration à qui le gouvernement français en l’occurrence le Ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner et celui de l’Immigra- tion de l’époque, Brice Hortefeux, ont confié en novembre 2009, la direction d’une mission de lutte contre le racisme et le communautarisme. Le président du CRAN (Conseil repré- sentatif des associations noires de France) nous livre sans détours ce qu’il pense du débat sur l’Identité nationale qui défraie la chronique en France.

×