CONDUITE A TENIR
DEVANT
UNE DYSPNEE LARYNGEE
DE L'ADULTE
Marine Benois - DCEM4
PLAN
1 – Rappel anatomique du Larynx
2 – Diagnostiquer une dyspnée laryngée
3 – étiologies de dyspnée laryngée
4 – princip...
RAPPEL ANATOMIQUE
Reconnaître une dyspnée laryngée
Bradypnée inspiratoire
● Tirage
● Cornage : bruit inspiratoire rauque sourd
● Stridor : b...
Diagnostic topographique
● Siège sus-glottique
– Stridor
– Dysphagie / stase salivaire
– Voix étouffée
● Siège sous-glotti...
Identifier les signes de gravité
Terrain : âge extrême – pathologie respiratoire sous jacente
Signes de détresse respirato...
Etiologies
1- Tumeurs du larynx : dont papillomatoses laryngées à HPV
2- Paralysies laryngées :
● Centrale bulbaire ou dég...
● 4- Les causes inflammatoires et infectieuses :
● Œdèmes allergiques du larynx : Après ingestion
alimentaire, piqûre d’in...
Photo : normalement pas de nasofibro ni d'abaisse langue car risque d'asphyxie
Œdème et micro-abcès de l'épiglotte
CAT :
-...
Examen clinique
INTERROGATOIRE
● Antécédents médico-chirurgicaux
● Habitus : alcool - tabac
● Mode de début - mode évoluti...
EXAMEN PHYSIQUE
– Prise des constantes, FR et sat ++
– Recherche de signes de gravité
– Recherche d'orientation (infra ou ...
TRAITEMENT
Mesures générales
● Libération des VAS
- Oxygénothérapie
- Position demi assise
- Intubation oro-trachéale : si...
● Corps étranger : manœuvre de Heimlich
→échec : trachéotomie de sauvetage.
CAS CLINIQUE
Un homme de 57 ans se présente ce jour aux urgences pour
dyspnée d'aggravation récente.
● Ses antécédents se ...
● Premières mesures d'urgence
– Oxygénothérapie bas débit car patient BPCO
initialement 2L/min objectif sat > 92 %
– Posit...
● L'examen physique retrouve un patient franchement
dyspnéique, présentant des signes de lutte dont un tirage
intercostal ...
● Très rapidement le réanimateur vous rejoint, et le patient
est immédiatement transféré en réanimation.
● Vous décidez de...
Conclusion 
Une dyspnée laryngée peut révéler un cancer
épidermoïde du larynx, surtout chez un patient
alcoolo-tabagique.
...
Merci !
Dyspnée Laryngée
Dyspnée Laryngée
Dyspnée Laryngée
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dyspnée Laryngée

1 867 vues

Publié le

Publié dans : Services
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 867
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dyspnée Laryngée

  1. 1. CONDUITE A TENIR DEVANT UNE DYSPNEE LARYNGEE DE L'ADULTE Marine Benois - DCEM4
  2. 2. PLAN 1 – Rappel anatomique du Larynx 2 – Diagnostiquer une dyspnée laryngée 3 – étiologies de dyspnée laryngée 4 – principes de prise en charge 5 – Autour d'un cas de dyspnée laryngée de l'adulte ….
  3. 3. RAPPEL ANATOMIQUE
  4. 4. Reconnaître une dyspnée laryngée Bradypnée inspiratoire ● Tirage ● Cornage : bruit inspiratoire rauque sourd ● Stridor : bruit aigu et sifflant ● Toux rauque / dysphonie variable
  5. 5. Diagnostic topographique ● Siège sus-glottique – Stridor – Dysphagie / stase salivaire – Voix étouffée ● Siège sous-glottique – Toux rauque et aboyante – Cornage – Voix grave et rauque
  6. 6. Identifier les signes de gravité Terrain : âge extrême – pathologie respiratoire sous jacente Signes de détresse respiratoire aiguë - Signes de lutte - Signes d'hypoxie - Signes d'hypercapnie - Signes d'épuisement : disparition du tirage, bradypnée Terrain : âge extrême – pathologie respiratoire sous jacente Signes de détresse respiratoire aiguë - Signes de lutte - Signes d'hypoxie - Signes d'hypercapnie - Signes d'épuisement : disparition du tirage, bradypnée
  7. 7. Etiologies 1- Tumeurs du larynx : dont papillomatoses laryngées à HPV 2- Paralysies laryngées : ● Centrale bulbaire ou dégénérative. ● Périphérique : tumorale ou traumatique accidentelle ou secondaire à la chirurgie notamment thyroïdienne 3- Les sténoses laryngées : ● Post traumatique, post intubation, post trachéotomie, ou secondaire à une chirurgie du larynx
  8. 8. ● 4- Les causes inflammatoires et infectieuses : ● Œdèmes allergiques du larynx : Après ingestion alimentaire, piqûre d’insecte, prise de médicament... Tableau d’œdème de Quincke ● Epiglottite aigue: infection à hémophilus influenzae. (rare) 5- Traumatisme laryngé 6- Corps étranger du larynx
  9. 9. Photo : normalement pas de nasofibro ni d'abaisse langue car risque d'asphyxie Œdème et micro-abcès de l'épiglotte CAT : - intubation en position assise si besoin sinon trachéotomie - C3G iv + CTC iv
  10. 10. Examen clinique INTERROGATOIRE ● Antécédents médico-chirurgicaux ● Habitus : alcool - tabac ● Mode de début - mode évolutif. ● Signes associés : dysphonie, dysphagie, AEG
  11. 11. EXAMEN PHYSIQUE – Prise des constantes, FR et sat ++ – Recherche de signes de gravité – Recherche d'orientation (infra ou supra glottique) ● ORL : – Examen endobuccal – Laryngoscopie directe et indirecte – Nasofibroscopie ● Général : – Palpation des aires ganglionnaires
  12. 12. TRAITEMENT Mesures générales ● Libération des VAS - Oxygénothérapie - Position demi assise - Intubation oro-trachéale : si gravité extrême. - Trachéotomie en cas d’échec des autres méthodes.
  13. 13. ● Corps étranger : manœuvre de Heimlich →échec : trachéotomie de sauvetage.
  14. 14. CAS CLINIQUE Un homme de 57 ans se présente ce jour aux urgences pour dyspnée d'aggravation récente. ● Ses antécédents se résument à une hypertension artérielle bien équilibrée sous Triatec ainsi qu'une BPCO traitée par ventoline et symbicort, non réévaluée depuis des années. ● Il présente un tabagisme actif évalué à 70 PA, consommation alcoolique difficilement chiffrable mais quotidienne. ● A l'interrogatoire, le patient a du mal à s'exprimer tant il est dyspnéique. Il vous explique être dyspnéique depuis plus de 2 mois, mais qu'il ne s'est pas inquiété pensant que cela était du à la BPCO, mais malgré la prise très fréquente de salbutamol, il est de plus en plus gêné. Sa voix est aussi « plus rauque » mais cela ne gênait pas le patient, ● Il vous rapporte également une asthénie croissante depuis 3 mois avec une perte de poids de 3Kg.
  15. 15. ● Premières mesures d'urgence – Oxygénothérapie bas débit car patient BPCO initialement 2L/min objectif sat > 92 % – Position semi-assise – Mesures habituelles de conditionnement / scope ● Examen physique de débrouillage – Prise des constantes, recherche de signes de gravité – Palpation des aires ganglionnaires, cervicales – Examen ORL complet avec nasofibroscopie et si tolérée laryngoscopie indirecte – Examen général, cardio-pulmonaire, recherche de foyer, point d'appel infectieux
  16. 16. ● L'examen physique retrouve un patient franchement dyspnéique, présentant des signes de lutte dont un tirage intercostal ainsi qu'une cyanose des extrémités. ● Vous retrouvez de plus : – Une adénopathie jugulo-carotidienne droite de 3,5cm de diamètre – Un état dentaire très altéré – Une masse bourgeonnante volumineuse de la corde vocale droite à la nasofibroscopie… ● Lors la réalisation de cette fibroscopie, le patient désature brutalement à 84%, vous arrêtez le geste. Malgré une oxygénothérapie optimale, le patient reste dans un état critique, vous observez une diminution des signes de lutte initiaux et votre patient s'enfonce...
  17. 17. ● Très rapidement le réanimateur vous rejoint, et le patient est immédiatement transféré en réanimation. ● Vous décidez de réaliser une trachéotomie de sauvetage, le patient étant difficilement intubable du fait de la tumeur que vous venez de visualiser. ● Epilogue : le patient s'en sort finalement. ● Un carcinome épidermoïde laryngé T3 N2 Mo (T3 : larynx immobile, N2 car ADNP entre 3 et 6cm) est finalement diagnostiqué. ● Ce patient bénéficiera d'une pharyngo-laryngectomie totale non conservatrice, sa trachéotomie sera définitive. Il bénéfiera également d'une radiothérapie adjuvante et d'une chimiothérapie néo-adjuvante.
  18. 18. Conclusion  Une dyspnée laryngée peut révéler un cancer épidermoïde du larynx, surtout chez un patient alcoolo-tabagique. Généralement, il s'agit d'une dyspnée d'installation progressive, mais la prise en charge peut-être tardive, notamment en cas de BPCO associée ou d'IC, car il s'agit de patients dyspnéiques « à l'état basal » . Le recours à la trachéotomie se justifie du fait du risque de lésion laryngée en cas de masse tumorale importante, de l'urgence et de la quasi inéluctabilité d'un tel geste à court terme...
  19. 19. Merci !

×