Université Abdelmalek Essaadi
Ecole Nationale de Commerce et de gestion
-Tanger-
Master de recherche : Sciences de gestion...
2
INTRODUCTION
Nous ne pouvons pas nier le rôle primordial que jouent les Petites et Moyennes
Entreprises (PME) dans la cr...
3
RESUME
Constituant une part essentielle du fond de commerce des banques, et n’ayant pas accès facile
à d’autres sources ...
4
PLAN
CHAPITRE I - Financement des PME, ses risques et réactions de la banque
Section 1. Financement des PME
1. Mode de f...
5
2. L’anti-sélection ou sélection adverse
a. Le problème de l’anti-sélection
b. Le traitement de l’anti-sélection
c. Les ...
6
CHAPITRE I - Financement des PME, ses risques et réactions de
la banque
Section1. Financement des PME
1. Mode de finance...
7
d. La location financière
La location financière est une autre solution financière pour les projets
d’investissement des...
8
Le premier facteur explicatif de la liaison taille - coût d'endettement de l’entreprise est
fourni par l'analyse du risq...
9
Les écarts de coût du crédit entre les entreprises peuvent d'abord renvoyer à une
structure différente de leur endetteme...
10
3. Choix de financement
Notre recherche empirique ne s’interroge pas sur la manière dont la PME choisit entre
les diffé...
11
La théorie financière avance que tout rendement exige d’un actif est fonction du niveau de
risque qu’il présente. Les P...
12
Il s’agit de l’incapacité de l’entreprise de fournir au marché un produit ou service avec
un coût concurrentiel, faute ...
13
a. Critères de solvabilité
La diversification de la clientèle
En effet, il est facile de comprendre qu'une PME dépendan...
14
Ainsi, l'examen de la situation générale de PME, l'analyse de leurs problèmes spécifiques
ainsi que de leurs attentes, ...
15
Une fois le crédit accordé, l’entreprise peut s’engager dans des activités plus risquées
que celles pour lesquelles le ...
16
cette méthode est d’évaluer le pronostic de remboursement des entreprises candidates aux
prêts et la probabilité que le...
17
Pour BESTER et HELMUT, le rationnement de crédit se décrit par le fait que « lorsque
certains emprunteurs obtiennent de...
18
Type 3 : Le troisième type de rationnement correspond à un refus de prêter au taux
d'intérêt désiré par l'emprunteur. C...
19
Ceux qui sont prêt à payer des taux d’intérêt plus élevés peuvent en moyenne être plus
« risqués », c’est-à-dire avoir ...
20
Les banques attirent également l’attention sur la hausse des coûts pour justifier les
nouvelles règles à satisfaire con...
21
Hypothèse Description Exemple
Anti-sélection
(sélection
adverse)
Un des agents ignore certaines
caractéristiques de la ...
22
Les travaux de G. Akerloff ont introduit la notion d’anti-sélection appelée sélection
adverse qui est un problème d’opp...
23
marché des véhicules d’occasion fonctionnera mal car les propriétaires de véhicules de bonne
qualité refuseront de les ...
24
services après-ventes. Ou bien, pour les vendeurs de services, l’instauration de label de
qualité, la mise en avant de ...
25
situation de surendettement peut s'analyser comme un choix compromettant la solvabilité de
l'entreprise au détriment de...
26
La crainte de n’avoir que des « mauvais risques » à couvrir est susceptible de perturber
le fonctionnement du marché de...
27
- La phase d’initiation : c’est la mise en évidence des différentes possibilités
d’utilisation des ressources de l’entr...
28
divergence d’intérêt entre les propriétaires et les dirigeants. Les actionnaires recherchent le
profit maximum afin d’o...
29
d’équilibrer l’offre et la demande peut donc ne pas se produire sur le marché du crédit
bancaire.
Le rationnement du cr...
30
correspond donc aux situations non mesurables. A l'opposé, le risque est probabilisable et
mesurable par une probabilit...
31
sensibles aux asymétries d'information. De plus, la relation négative entre la taille et
l'endettement reste spécifique...
32
afin d'en conserver le contrôle. A cet égard, l'entreprise va privilégier l'autofinancement et
éviter l'endettement à l...
33
l’opportunisme introduit la notion de temps dans la pratique des échanges ; la question
relative au comportement (compo...
34
excédentaire non satisfaite. Le niveau d’endettement optimal de la firme, pour le prêteur,
correspond au concept de cap...
35
a. Asymétries d’information ex ante et rationnement du crédit
J.Stiglitz et A.Weiss sont deux économistes américains qu...
36
accorde des prêts à faible taux d’intérêt pour des projets peu risqués, donc à faible
rendement, et rationne le crédit ...
37
Le collatéral est une variable qui fait figure de garantie, en plus des intérêts. Plus la
garantie est élevée, plus la ...
38
catégories de firmes sont considérées. Elles sont ordonnées en fonction de l’espérance de
profit anticipée par le prête...
39
plus que les marges réalisées, dans un environnement bancaire fortement concurrentiel, ne
suffisent pas à couvrir le ri...
40
1°) - Le crédit comme situation d’information imparfaite
« Si les crédits font leurs travail » écrivent Stiglitz et Wei...
41
les conditions hors prix notamment les garanties sur les ressources de l’entreprise. Mais en
accroissant les conditions...
42
Pour un taux d’intérêt donné, le profit de l’entreprise augmente avec le risque, il existe donc
une valeur critique de ...
43
 Si chaque emprunteur, ou chaque catégorie d’emprunteur, a une distribution de
rendement anticipé de son projet β, sti...
44
Le modèle de Williamson confirme donc les résultats de Stiglitz et Weiss en considérant
l’existence d’asymétries d’info...
45
connait la
probabilité de
défaut de
chaque projet.
correspondant au
risque des
emprunteurs
Hodgman
(1961)
Non pris en
c...
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Financement des PME
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Financement des PME

3 036 vues

Publié le

Constituant une part essentielle du fond de commerce des banques, et n’ayant pas accès facile à d’autres sources de financement (le marché boursier, le marché de capital risque), les Petites et Moyennes Entreprises (PME) se trouvent en face de la banque en tant que seule source de financement de leurs projets. Pourtant l’accès au crédit semble difficile pour celles ci.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 036
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
123
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Financement des PME

  1. 1. Université Abdelmalek Essaadi Ecole Nationale de Commerce et de gestion -Tanger- Master de recherche : Sciences de gestion Rapport sur le thème : Financement des PME
  2. 2. 2 INTRODUCTION Nous ne pouvons pas nier le rôle primordial que jouent les Petites et Moyennes Entreprises (PME) dans la création de richesses et d’emploi. Néanmoins, leur contribution reste largement en deçà des potentialités que cette catégorie d'entreprises peut faire valoir. Puisqu’elles ne peuvent pas recourir facilement au marché de capitaux, les PME et TPE privilégient les voies de financement bancaires. Selon un rapport des Nations Unies élaboré en 2010, le total des crédits accordés par les banques au secteur privé s’élève à 468 milliards, dont environ 300 milliards (soit les deux-tiers) destinés aux entreprises. Selon la Direction de la Supervision Bancaire de Bank Al-Maghrib, la quotte part des PME dans ces crédits est située à seulement 18% en 20081. C'est-à-dire que plus de 90% ne profitent que de 18% des prêts aux entreprises. D’où on remarque que ce sont toujours les grands oubliés aux guichets des banques. Nous constatons que l’accès au crédit semble difficile pour celles-ci. La PME souffre d’un système d’information plus opaque par rapport aux des grandes entreprises. Elle est perçue moins fiable, moins prévisible d’information vis-à-vis de la banque. Par conséquence, le banquier se trouvent dans sa relation avec les PME à de nombreuses sources d’asymétries d’information, et c’est difficile de distinguer les emprunteurs honnêtes et ceux malhonnêtes, ce qui rend la PME rationnée. En effet, il s’avère que la problématique du financement des PME est avant tout liée à des contraintes informationnelles qui limitent leurs accès au financement bancaire. L’existence d’une information asymétrique entrave le développement de ces entreprises qui constituent l’ossature de l’économie marocaine. Elles méritent donc que plus d’études leurs soient consacrées surtout pour les soutenir et les aider à mieux confronter les obstacles au financement bancaire. C’est pour toutes ces raisons que nous voulons savoir dans un premier temps quels sont les déterminants de la probabilité, pour qu’une PME aie accès au crédit bancaire et, dans un deuxième temps, si le crédit est aussi rationné qu’on le suppose généralement dans les PED. 1 CDVM, « le financement des PME au Maroc », Mai 2011
  3. 3. 3 RESUME Constituant une part essentielle du fond de commerce des banques, et n’ayant pas accès facile à d’autres sources de financement (le marché boursier, le marché de capital risque), les Petites et Moyennes Entreprises (PME) se trouvent en face de la banque en tant que seule source de financement de leurs projets. Pourtant l’accès au crédit semble difficile pour celles ci. La PME souffre d’un système d’information plus opaque que ne l’est celui des grandes entreprises, perçue moins fiables, moins prévisibles d’information vis-à-vis de la PME. Par conséquence, le banquier se trouvent dans sa relation avec les PME à de nombreuses sources d’asymétries d’information, et c’est difficile de distinguer les emprunteurs honnêtes et ceux malhonnêtes. Ainsi les asymétries d’information entre banques et entreprises engendrent le phénomène du Rationnement du Crédit (RC). Cependant pour faire face à la souffrance vis-à vis du financement des entreprises, il faut savoir l’ampleur de ce RC et les déterminant qui l’expliquent soit au niveau de l’entreprise en elle-même, soit au niveau de son dirigent ou au niveau du prêt désiré. Mots clés : ASYMETRIE D’INFORMATION, RATIONNEMENT DE CREDIT, BANQUES, PME.
  4. 4. 4 PLAN CHAPITRE I - Financement des PME, ses risques et réactions de la banque Section 1. Financement des PME 1. Mode de financement des PME a. L’autofinancement b. Le prêt c. Le crédit-bail d. La location financière e. L’augmentation de capital 2. Les critères de financement a. La taille de l'emprunteur b. Trois autres déterminants : la structure d'endettement, les garanties offertes et la présence d'une banque dans l'actionnariat de l'entreprise 3. Choix de financement Section 2. Différents éléments de risque chez les PME 1. Risque d'affaires. a. Risque commercial b. Risque de gestion c. Risque technologique 2. Risque financier Section 3. Réactions des banques 1. Etude de la structure financière de l'entreprise a. Critères de solvabilité b. Critères relatifs au financement 2. Le comportement des banques dans l’allocation des crédits aux entreprises a. La sélection des emprunteurs (screening) b. La supervision des emprunteurs (monitoring) c. Les relations de clientèle de long terme d. Les garanties e. Le scoring f. Le rationnement du crédit CHAPITRE II -Rationnement du crédit et asymétrie d’information Section 1. Notion de rationnement de crédit 1. Définition 2. Formes du rationnement de crédit 3. Pourquoi le crédit est-il rationné ? 4. Causes de la problématique du financement Section 2. Notion d’asymétrie d’information 1. Définition
  5. 5. 5 2. L’anti-sélection ou sélection adverse a. Le problème de l’anti-sélection b. Le traitement de l’anti-sélection c. Les réponses à l’anti-sélection 3. Le risque moral 4. Les sources d’asymétrie d’information a. L'incertitude b. L'opportunisme c. La rationalité d. La taille des PME e. L'influence du caractère familial des PME f. Un soupçon d’opportunisme Section 3. Revue des études antérieures et les modèles du rationnement du crédit 1. Revue des études antérieures sur le rationnement du crédit 2. Les modèles du rationnement du crédit a. Asymétries d’information ex ante et rationnement du crédit b. Rationnement du crédit en information imparfaite c. Asymétries d’information ex post et rationnement du crédit Section 4. Mécanismes du rationnement de crédit 1. La négociation du taux d'intérêt 2. La détermination des crédits accordés Section 5. Impact du rationnement de crédit 1. Impact du rationnement de crédit sur les ménages 2. Impact du rationnement de crédit sur l’économie a. Le rationnement de crédit conduit l’économie au ralentissement b. Le rationnement de crédit, un risque pour la banque elle même Section 6. Mesure du rationnement de crédit 1. Le rationnement du crédit par les taux 2. L’application de la théorie du financement hiérarchique 3. Un modèle à variable qualitatives 4. Les expériences naturelles 5. Le modèle du déséquilibre
  6. 6. 6 CHAPITRE I - Financement des PME, ses risques et réactions de la banque Section1. Financement des PME 1. Mode de financement des PME Le financement est considéré comme l'ensemble des ressources monétaires nécessaires permettant de disposer d’un bien ou de mettre en œuvre une activité. Le mode de financement d’une entreprise dépend de ce qu'il faut financer. Les financements sont nombreux et très variés en fonction de l'usage. On peut citer donc ici le prêt classique, le crédit-bail, la location financière, l’autofinancement et l’augmentation du capital en numéraire. a. L’autofinancement L’autofinancement n’est pas un mode de financement accessible a toutes les entreprises puisqu’il s’agit d’un programme interne, d’une stratégie de l’entreprise, et il nécessite une excellente trésorerie et aussi une très grande rentabilité. L’entreprise peut s’autofinancer a partir de ses propres capitaux existants ; de sa propre rentabilité ; de son épargne, etc. b. Le prêt Le prêt pourra alors prendre la forme d’une simple avance d’associe ou d’un emprunt obligataire qui permettra au prêteur de négocier sa créance. Pour obtenir des moyens financiers plus importants, la société pourra encore s’adresser au marché en faisant un appel public a l’épargne. Le prêt classique est celui des banques, des fournisseurs, des acomptes des clients, des amis ou des proches, prêt dont la durée et le montant dépendent des garanties que l’entreprise peut offrir et de sa situation financière analysée par les partenaires, de sa relation avec ses bailleurs de fonds et de la confiance des tiers, etc. c. Le crédit-bail Le crédit-bail s’est beaucoup développe ces dernières années, et il offre de nombreux avantages aux entreprises, particulièrement aux PME nouvellement créées. Le crédit-bail fonctionne comme une location d’un matériel par l’entreprise avec la possibilité de l’acquérir a la fin du contrat. Il peut s’utiliser dans tous les domaines ou l’entreprise a besoin d’investir, tels que pour l’achat de machines ou de véhicules.
  7. 7. 7 d. La location financière La location financière est une autre solution financière pour les projets d’investissement des entreprises. Il s’agit d’un mécanisme qui leur permet de louer des véhicules ou des matériels nécessaires à leurs activités. Les contrats de location financière sont généralement associes a des contrats de maintenance et d’entretien-réparation des biens loués. e. L’augmentation de capital L’augmentation de capital est très simple et peut engager aussi bien le créateur de l’entreprise que des investisseurs indépendants extérieurs. L’augmentation de capital peut toutefois entrainer une perte d’indépendance des entreprises si l’apport des investisseurs extérieurs devient trop important. Bref, les modes de financement qui s’offrent a une entreprise sont multiples. Mais on peut diviser en deux sources principales les modes de financement pour des PME : l’autofinancement et le financement externe. 2. Les critères de financement Deux orientations sont suivies dans ce paragraphe. On cherche tout d'abord à illustrer dans quelle mesure la taille de l'entreprise conditionne le degré de négociation dont elle dispose vis-à-vis de la banque pour influencer le coût de son endettement. On cherche ensuite à savoir quelles sont les variables qui sont susceptibles de mesurer la qualité de la relation établie entre la banque et l'entreprise. a. La taille de l'emprunteur Les travaux menés par Bardos (1990) cherchent à expliquer la décroissance progressive du coût de l'endettement en France quand la taille de l'entreprise augmente. En effet, les résultats présentés font état d'un élargissement depuis 1986 des écarts de taux d'intérêt apparent entre PME et grandes entreprises 1. A ce sujet, on peut avancer deux facteurs explicatifs.
  8. 8. 8 Le premier facteur explicatif de la liaison taille - coût d'endettement de l’entreprise est fourni par l'analyse du risque de défaillance (Bardos, 1990). Cette analyse fait apparaître un risque de défaut supérieur pour les PME par rapport aux grandes entreprises. Les premières sont proportionnellement plus nombreuses que les secondes dans les classes regroupant les degrés de risque les plus élevés. Le taux d'intérêt n'augmente cependant pas uniformément avec le risque. En effet, en considérant les classes de risque de manière décroissante, on observe que le taux d'intérêt apparent commence d'abord par croître et ce n'est qu'à partir de la troisième classe de risque qu'il diminue avec la réduction du risque. On peut donc en conclure que le risque ne constitue pas le seul facteur explicatif de la variation du coût de l'endettement de l'entreprise. Plus précisément, la taille de l'entreprise exerce un effet propre, indépendamment du risque de défaillance qui lui est lié. Le risque ne peut donc expliquer, à lui seul, les différences de coût du crédit entre les entreprises. Le second facteur explicatif de cette liaison taille - coût d'endettement concerne la politique financière des entreprises. Les PME restent fortement intermèdiés et risquent donc de payer une part croissante frais fixes des banques (imputables à la gestion des moyens de paiement et aux services de conseil). Une large partie de l'écart de coût du crédit entre PME et grandes entreprises se justifie alors par des frais fixes qui sont très voisins pour des dossiers dont les montants eux sont très différents et il est clair que ceci se répercute d'une manière ou d'une autre dans le coût du crédit (Castel et Ullmo, 1991). L'influence du facteur taille dans la détermination du coût du crédit bancaire peut également être analysée au travers des taux à l'opération. Ces conditions de taux effectivement appliquées aux entreprises à un moment donné peuvent notamment être suivies grâce à l'enquête semestrielle de l'Insee sur la trésorerie des entreprises industrielles. Celle ci est menée directement auprès des industriels et porte sur des crédits nouveaux accordés. Les données correspondent à des taux à moyen terme acceptés par les entreprises emprunteuses (on leur demande d'indiquer quels taux leur sont facturés). Les réponses peuvent être directement ventilées selon la taille des entreprises bénéficiaires (apprécié par l'effectif employé) ainsi que selon le secteur d'activité. b. Trois autres déterminants : la structure d'endettement, les garanties offertes et la présence d'une banque dans l'actionnariat de l'entreprise
  9. 9. 9 Les écarts de coût du crédit entre les entreprises peuvent d'abord renvoyer à une structure différente de leur endettement. En effet, dans l'ensemble, les PME sont les entreprises qui recourent le plus à des moyens de financement largement intermédiés et peu diversifiés. Le développement des marchés de capitaux ne leur a pas réellement permis d'accroître leur gamme de financement. En revanche, les grandes entreprises ont la capacité de faire jouer la concurrence entre les sources de financement, ce qui peut expliquer que la banque n'est plus un intermédiaire obligé pour une partie de ces agents. Ceux-ci disposent ainsi d'un réel pouvoir de négociation vis-à-vis de leur partenaire financier, qui peut faire évoluer le rapport de force banque- entreprise à l'avantage de ces dernières. Cependant, le recours prépondérant à l'endettement bancaire, même lorsqu'il résulte d'un choix contraint par l'impossibilité d'accéder au financement de marchés ouverts dans le cas des PME, peut conduire à atténuer la position de faiblesse qu'occupent souvent les entreprises de petite taille vis-à-vis des banques. En effet, la relation de long terme entre prêteur et emprunteur qu'implique une dépendance quasi-totale au crédit bancaire peut être un gage d'amélioration sensible de sa qualité. La banque disposera alors d'une meilleure information sur l'entreprise. De même, la durée des liens permet d'établir une plus grande confiance entre les deux parties. Haubrich (1989) montre notamment que la relation de clientèle permet à la banque d'utiliser toutes les informations passées sur l'emprunteur pour évaluer son risque présent. Il suppose que le contrôle par les relations de clientèle est moins coûteux que le contrôle direct et améliore la méthode de score. Ainsi, en introduisant dans l'analyse économétrique la variable structure d'endettement de l'entreprise, nous allons chercher à évaluer le degré de dépendance des entreprises vis-à-vis des banques. Les écarts de coût du crédit entre les entreprises peuvent ensuite renvoyer aux garanties offertes par celles-ci lorsqu'elles s'endettent. D'après Grossman (1981), les « bonnes entreprises » utilisent tous les moyens possibles pour se signaler auprès de leurs investisseurs et pour se distinguer des autres en acceptant notamment les garanties import antes exigées par la banque. L'introduction de garanties dans les contrats de prêts permet donc de discriminer les emprunteurs en associant à des garanties plus fortes des taux débiteurs plus faibles.
  10. 10. 10 3. Choix de financement Notre recherche empirique ne s’interroge pas sur la manière dont la PME choisit entre les différents modes de financement, nous nous concentrons en effet essentiellement sur les analyses des difficultés rencontrées par les PME dans leur quête de ce crédit bancaire. Cependant, comprendre les choix de financement de l’entreprise ainsi que les PME nous semble indispensable. Modigliani et Miller (1958) ont analysé l'impact de différentes structures de capital sur la valeur de l'entreprise dans un marché parfaitement concurrentiel. Leur modèle suppose un marché avec une parfaite disponibilité des informations, pas de taxes, ni de coûts de transaction. Dans ces conditions, Modigliani et Miller avancent le concept de neutralité du financement. Cependant, de nos jours, l’accès au financement conditionne la survie de l’entreprise. Il signifie que le financement représente une variable importante qui affecte activement l’investissement de l’entreprise. Les modes de financement évoluent au fil du temps et varient selon les entreprises (taille, type juridique, cycle de croissance...). Le choix du mode de financement est donc essentiel pour une entreprise. Ce choix doit ainsi être fait en fonction de l’entreprise et de l’environnement financier dans lequel elle évolue. Quoi qu’il en soit, les PME les plus rentables sont celles qui peuvent avoir le plus recours à l'autofinancement, ce qui fait ressortir une liaison négative entre rentabilité et endettement (Constand et al, 1991). Le coût du financement joue un rôle décisif dans le choix de celui-ci. La littérature économique distingue souvent 3 sources de financement pour les entreprises : - l’autofinancement, - l’endettement - l’émission de nouvelles actions. Ces sources sont classées par ordre de coût croissant. Et les différences de coût s’expliquent par : - les disparités fiscales qui sont généralement défavorables aux actionnaires - les couts de la faillite qui augmentent le cout de l’endettement Section2. Différents éléments de risque chez les PME
  11. 11. 11 La théorie financière avance que tout rendement exige d’un actif est fonction du niveau de risque qu’il présente. Les PME étant caractérisées par leur fragilité plus grande et leur faible taux de survie, elles sont automatiquement considérées comme plus risquées. Churchill et Lewis (1986) ont constaté que des coûts d'administration des endettements des banques sont plus élevés pour les PME et un niveau de risque des prêts supérieur, alors que les revenus générés par ceux-ci sont aussi plus élevés que ceux des grandes firmes. Leur échantillon est composé aussi bien de prêts aux PME qu'aux grandes entreprises. Cependant, pour certains, le risque supérieur des PME ne semble pas évident et généralisable. Si les entreprises se plaignent de leurs conditions de crédit bancaire, il est fort probable que les banques évaluent mal leur niveau de risque. Selon Josée et Nelly (1998), le risque total d’une entreprise peut être scinde en deux éléments, soient le risque d’affaires et le risque financier. 1. Risque d'affaires Le risque d'affaires, appelé également risque d'exploitation, se compose des risques commercial, de gestion et technologique. a. Risque commercial Il a des liaisons avec les activités de l’entreprise, comme son marche, ses concurrents, la demande, la distribution de ses produits actuels et futurs, et la dépendance très forte envers un client. Les PME rencontrent donc certaines difficultés auprès des différents bailleurs de fonds, qui préfèrent souvent faire affaire avec de grandes entreprises. b. Risque de gestion Le risque de gestion peut se présenter sous forme de manque de connaissances en gestion, de sens d’organisation, de marketing, d'outils de gestion appropriés tels que la planification financière, un système comptable convenablement développé, un système informatique adéquat. Cependant, l'organisation des ressources humaines flexible chez les PME pourrait contribuer probablement à une réduction du risque de gestion en termes d’approbation des décisions. c. Risque technologique
  12. 12. 12 Il s’agit de l’incapacité de l’entreprise de fournir au marché un produit ou service avec un coût concurrentiel, faute d'activités de recherche et développement dans sa stratégie de croissance. La plupart des PME vietnamiennes sont nées après 2000, année de la mise en application de la loi relative aux entreprises. Il est compréhensible qu’elles soient relativement en retard comparées aux grandes entreprises domestiques, aux entreprises étrangères en termes d’introduction de nouvelles technologies. Notons que ce retard est différent selon le secteur d'activités ainsi que le type d'entrepreneur. La pénurie de fonds constitue également une cruelle barrière quant au renouveau technologique des PME. 2. Risque financier Un risque financier est souvent défini comme le risque de perdre de l'argent suite à une opération financière ou à une opération économique ayant une incidence financière. Les PME sont connues pour leur problèmes chroniques de liquidités, de rentabilité et de sous capitalisation impliquant un niveau de risque financier plus élevé que les grandes entreprises. Pourtant, selon Paranque (1998), l’on ne pourrait considérer les PME comme plus risquées a priori que si deux conditions étaient vérifiées : tout d'abord, des difficultés plus fréquentes, ensuite une moindre capacité à générer du profit remettant en cause leur capacité à faire face à leurs engagements. Et, après avoir étudié les entreprises françaises entre 1985 et 1996, il constate qu’aucune de ces conditions ne parait remplie. Le taux de défaillance est certes plus important dans les PME que dans les grandes entreprises. Mais selon lui, il semble que cet indicateur exprime plus le mode institutionnel de résolution des difficultés des sociétés qu'une caractéristique économique des PME. En plus, il révèle qu’en termes de performances, la rentabilité financière brute des PME est supérieure à celle des grandes entreprises. En net, la rentabilité financière est un peu plus faible dans les PME car la charge de la dette est plus importante. Section3. Réactions des banques 1. Etude de la structure financière de l'entreprise Une analyse de la solvabilité de l'entreprise menée par la banque est indispensable lors de l’étude de l’octroi d’un crédit, et les banquiers retiennent systématiquement les critères suivants :
  13. 13. 13 a. Critères de solvabilité La diversification de la clientèle En effet, il est facile de comprendre qu'une PME dépendant essentiellement d'un client important se trouve face à un risque accru, si ce dernier est défaillant. Par conséquent, il est fortement préconisé aux chefs des PME de diviser le risque client. Niveau des ressources propres Les ressources propres constituent un élément essentiel du bilan de l'entreprise car elles lui permettent d'assurer non seulement sa pérennité mais également sa croissance. Elles doivent en effet couvrir les actifs à risque tels que les immobilisations incorporelles, les titres de participation sur les affaires en difficulté ou de création récente. La banque peut baser sur le ratio : Ressources propres/ Total du bilan, et il doit être supérieur à 20% pour les affaires commerciales et atteindre 25% pour l'industrie et les entreprises de services car ces dernières ont davantage de besoins en investissement. b. Critères relatifs au financement La difficulté à couvrir le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) est l’un des gros problèmes des PME. C'est pourquoi elles sollicitent souvent auprès des banques des découverts ou des facilités de caisse, du fait de l'épuisement de leur trésorerie. Cette pratique est d'ailleurs jugée risquée par les banquiers. Pour avoir une vision globale du risque d'insolvabilité que court l'entreprise, le banquier analyse deux principaux ratios suivent: Fonds Propres/Chiffre d'affaires. Si la part des fonds propres dans le chiffre d'affaires est assez élevée, cela signifie que la PME peut accompagner son développement très facilement. Or, la part des fonds propres dans les PME fait souvent obstacle à leur pérennité. Il faut que les fonds propres constituent au moins 10% du chiffre d'affaires. Le ratio : Fonds propres/ Dette C'est l’un des ratios les plus importants. Il doit être inferieur à 1 et montrer ainsi que l'entreprise n'est pas trop dépendante de l'appel aux capitaux bancaires qui réduisent les marges.
  14. 14. 14 Ainsi, l'examen de la situation générale de PME, l'analyse de leurs problèmes spécifiques ainsi que de leurs attentes, permet à la banque d'évaluer dans quelle mesure le financement bancaire était nécessaire pour elle. 2. Le comportement des banques dans l’allocation des crédits aux entreprises L’objectif essentiel d’une banque est la maximisation de ses profits. Le préalable à l’octroi d’un prêt sera donc l’évaluation à priori des coûts et des gains espérés du prêt, le résultat de cette évaluation sera contingent au taux d’intérêt choisi. Pour être profitable, la banque doit éviter les problèmes de sélection contraire et d’aléa moral. Ces problèmes entraînés par l’existence d’asymétries d’informations permettent de comprendre le comportement des banques dans l’octroi du crédit, en particulier leurs stratégies de sélection (filtrage, screening) et de contrôle (supervision, monitoring) a. La sélection des emprunteurs (screening) En présence de sélection contraire, il est important d’identifier quels sont les emprunteurs qui ont le plus de chance de rembourser. La banque doit donc collecter des informations sur les emprunteurs potentiels. Ces informations peuvent être d’ordre comptable à partir par exemple du bilan, des comptes de résultats et des ratios financiers construits à partir de ces états. La banque peut aussi s’intéresser à savoir la nature de l’activité de l’entreprise et l’environnement dans lequel elle évolue. La banque sera également attentive au montant des autres dettes déjà contractées par l’entreprise. En effet, une entreprise trop endettée, aura moins de chances de rembourser tous ses crédits. De même, quand l’entreprise dispose d’un montant important de fonds propres, cela constitue un bon indicateur pour la banque. En fait, dans ce cas, l’endettement relatif au capital est faible et présente par conséquent moins de risque (Bernanke et Gertler (1989), cité par Joumady (2001)). Ces fonds propres donnent également aux entreprises la possibilité d’éviter le rationnement de crédit grâce à la forte garantie hypothécaire qu’ils permettent de mettre en place (Gale (1990)). b. La supervision des emprunteurs (monitoring)
  15. 15. 15 Une fois le crédit accordé, l’entreprise peut s’engager dans des activités plus risquées que celles pour lesquelles le crédit a été contracté. Pour éviter cet aléa moral, la banque devra inscrire dans le contrat du prêt des clauses obligeant l’entreprise à ne pas s’engager dans des activités plus risquées. Dans ce cadre d’étude, plusieurs travaux sont réalisés par les caisses de garanties ou sociétés de capital risque. A signaler aussi que c’est une méthode qui est appliquée par les institutions de micro finance. c. Les relations de clientèle de long terme Un autre moyen pour la banque d’avoir des informations sur ses emprunteurs est de créer des relations de clientèle de long terme. En effet, si un emprunteur potentiel a déjà un compte bancaire depuis un certain temps dans la banque auprès de laquelle il demande le crédit, celle-ci pourrait dégager des informations intéressantes sur la situation financière de ce futur client. La banque pourrait aussi avoir des informations sur le comportement de remboursement de l’emprunteur, si ce dernier a déjà eu à emprunter auprès de cette banque. d. Les garanties Ces garanties permettent aux banques de réduire les risques de non remboursement. En effet, si l’emprunteur ne rembourse pas, la banque peut vendre les actifs mis en garantie et récupérer une partie ou la totalité de l’emprunt non remboursé. Bester((1985), cité par Joumady (2001)) introduit les garanties dans un modèle à la Stiglitz- Weiss (1981), et montre que les banques peuvent alors distinguer les différents emprunteurs et ainsi le crédit n'est plus rationné. Mais, selon Bhattacharya et Thakor ((1993), cité par Henri wamba (1999)), les types d’emprunteurs varient et donc la banque aura des coûts supplémentaires pour mettre en place de nouvelles variables de contrat et ainsi un classement complet n’est pas toujours possible. e. Le scoring Le crédit scoring est une méthode d’évaluation du risque dans les demandes de crédit, en appliquant des techniques statistiques sur une base de données déjà existante. Le but de
  16. 16. 16 cette méthode est d’évaluer le pronostic de remboursement des entreprises candidates aux prêts et la probabilité que les emprunteurs déjà existants seront solvables. Cette technique permet aux organismes de crédit d’évaluer plus finement le risque, grâce à une utilisation performante des ressources telles que : le classement plus rapide des bons et des mauvais payeurs, l’identification des demandeurs de crédit situés en ‘‘zone grise’’. Cette évaluation plus rapide des demandes va aboutir à un service clientèle de meilleure qualité et à un portefeuille plus étoffé. f. Le rationnement du crédit Parmi les moyens que la banque utilise pour faire face aux problèmes d’aléa moral et de sélection adverse figure le rationnement du crédit. Dans ce cas, la banque refusera d’accorder des crédits à certains emprunteurs même s’ils sont prêts à emprunter à des taux d’intérêt élevés. CHAPITRE II -Rationnement du crédit et asymétrie d’information Le rationnement du crédit est une des formes les plus courantes d’inefficience du marché. Des entreprises proposant des projets d’investissements rentables se voient refuser des prêts bancaires même à un taux d’intérêt élevé. En situation de crise financière et économique, la restriction de l’accès au crédit bancaire s’en trouve renforcée. Le rationnement du crédit est une situation dans laquelle des entreprises ayant des projets d’investissement rentables ne trouvent pas de financement. Les banques limitent l’accès au crédit en raison des problèmes d’asymétries d’informations. Ainsi, lorsque la demande de crédit est supérieure à l’offre de crédit et que les banques ne veulent pas augmenter les taux d’intérêt pour obtenir l’équilibre du marché, ceci conduit à une situation de rationnement du crédit. Section 1. Notion de rationnement de crédit 1. Définition La notion de rationnement de crédit est très utilisée dans le langage économique et financier. Plusieurs auteurs ont donné leurs avis par apport à une définition formelle du terme.
  17. 17. 17 Pour BESTER et HELMUT, le rationnement de crédit se décrit par le fait que « lorsque certains emprunteurs obtiennent des prêts tandis que d’autres n’en obtiennent pas, même s’ils sont prêts à payer le taux d’intérêt que les prêteurs demandent, même plus élevés et/ou de fournir plus de bien en garantie car la demande de crédit est inférieur à l’offre et l’ajustement se fait par l’offre et non par les prix ». D’après STIGLITZ et WEISS, il y a rationnement de crédit lorsque l’emprunteur est disposé à accepter les conditions de prêt établies par le prêteur même si celui-ci disposant de ressources suffisantes et que le prêt lui est toutefois refusé (certains emprunteurs sont contrains par des lignes de crédit fixées qu’elles ne doivent pas dépasser sous n’importe quelles circonstances, d’autres sont purement refusés de prêts). En bref, le rationnement de crédit est pour une banque le fait de limiter ou contrôler l’émission de prêt envers un emprunteur potentiel aux conditions demandée (quantités et prix ou taux d’intérêt). 2. Formes du rationnement de crédit Nous allons montrer comment une banque peut rationner son crédit à travers les quatre cas de figure suivants : Type 1 : Le rationnement de type 1 repose sur le fait que la banque accorde un prêt pour un montant inférieur à celui qui a été demandé. Cette définition repose sur l'hypothèse qu'il existe une relation positive entre montant emprunté et les difficultés de remboursement. Type 2 : dans une situation de type 2 les banques refusent de s'engager envers certains emprunteurs alors qu’ils présentent les mêmes caractéristiques que ceux qui obtiennent le crédit. De plus, ces emprunteurs sont prêts à payer un taux d'intérêt plus élevé et à apporter des collatéraux (c'est-à-dire des garanties) plus importants. La plupart des modèles analytiques s'attachent à expliquer ce phénomène. C'est notamment le cas des modèles de Stiglitz et Weiss (1981) et de Williamson (1987). Le rationnement de type 2 est qualifié de pur rationnement. Dans ce cas, la demande est supérieure à l'offre et, contrairement aux modèles néoclassiques, l'ajustement se fait par les quantités et non par les prix car le taux d'intérêt influence la probabilité de défaut de l'emprunteur.
  18. 18. 18 Type 3 : Le troisième type de rationnement correspond à un refus de prêter au taux d'intérêt désiré par l'emprunteur. Ce type de rationnement découle de la différence d'anticipation des probabilités de réussite du projet entre l'emprunteur et la banque, celle-ci étant plus pessimiste, et désirant appliquer une prime de risque plus élevée que celle souhaitée par l'emprunteur. Type 4 : Le quatrième type de rationnement est appelé dans le vocabulaire anglo-saxon "red-lining". Dans ce cas, les emprunteurs écartés se distinguent de ceux qui ont obtenu le crédit car ils ont été identifiés comme trop risqués par la banque : quel que soit le taux en vigueur, ils sont exclus du marché du crédit. Dans ce cas, le rationnement ne s'explique pas en termes d'apurement du marché et d'adéquation de l'offre et de la demande par les quantités, c'est aussi un refus de prêter. Le "red-lining" correspond au rationnement le plus communément observé dans la réalité. Par ailleurs, dans un sens plus large, l’équilibre de rationnement fait appel à l’analyse du rationnement du crédit lorsque le taux d’intérêt est à son niveau de long terme. L’analyse de Stiglizt et Weiss montre qu’il n’y a pas de discrimination par les prix sur le marché du crédit à cause de l’asymétrie de l’information ; l’argument est que le taux d’intérêt fait fuir les emprunteurs les plus sûrs (biais de sélection adverse) ; ensuite, un taux d’intérêt élevé incite les emprunteurs à entreprendre des projets plus risqués. 3. Pourquoi le crédit est-il rationné ? L’égalité entre l’offre et la demande sur un marché demeure la principale représentation de l’équilibre économique. Cette égalité se réalise grâce à la flexibilité des prix, destinée à ajuster au mieux l’offre et la demande. Si les prix faisaient leur travail, il ne pourrait y avoir de situation de rationnement, puisque l’excès de demande d’un bien serait immédiatement résorbé par une hausse du prix du bien considéré. Or, le chômage comme le rationnement du crédit caractérisent l’économie réelle : il peut donc y avoir excès d’offre de travail ou excès de demande de fonds prêtables. […] L’effet de sélection adverse du taux d’intérêt vient du fait que les emprunteurs n’ont pas tous la même probabilité du remboursement du prêt, la banque aimerait être capable d’identifier les emprunteurs les moins « risqués ». Elle utilise alors le taux d’intérêt comme un moyen de sélectionner les différents emprunteurs. […]
  19. 19. 19 Ceux qui sont prêt à payer des taux d’intérêt plus élevés peuvent en moyenne être plus « risqués », c’est-à-dire avoir une probabilité plus faible de remboursement. […] Or, l’existence d’un tel risque diminue les profits de la banque. Celle-ci est donc contrainte de formuler des contrats de prêt destinés à inciter les emprunteurs à agir dans son intérêt à elle, avec deux instruments : le taux d’intérêt r du prêt et le montant d’apport personnel C (« collatéral ») exigé. Le rendement attendu d’un prêt pour la banque peut ainsi augmenter moins vite que le taux d’intérêt et peut également décroître à partir d’un r*, maximisant le rendement attendu de la banque (qu’on désignera par le taux optimal pour la banque). En présence d’un excès de demande de fonds prêtables, il n’est pas optimal pour la banque d’augmenter les taux d’intérêt au-delà de r* puisqu’il en résultera une diminution du rendement espéré (les individus acceptant de payer un taux d’intérêt supérieur à r* seront moins averses au risque, en moyenne, la banque peut donc s’attendre à être moins remboursée). […]2 4. Causes de la problématique du financement Plusieurs causes sont à l’origine de la problématique du financement des PME. Il ressort des remarques des PME et des banques que le manque de communication et d’échange d’informations entre l’entreprise et la banque constitue une importante cause des problèmes qui se posent lors d’un financement bancaire. Ces deux éléments sont liés à l’asymétrie d’information existant entre la PME et la banque et qu’on considère comme la principale cause du nombre peu élevé de crédits octroyés. Le phénomène de l’asymétrie d’information se pose évidemment quel que soit le type d’entreprise qui demande un crédit. Cependant, cette asymétrie est plus marquée pour les crédits demandés par les petites et moyennes entreprises que pour ceux des grandes entreprises. L’asymétrie d’information entre les financiers et les PME existera toujours. Néanmoins, les deux parties peuvent dans une certaine mesure réduire ou contourner le problème en appliquant un ou plusieurs des mécanismes suivants : rester en relation avec la banque, réduire la durée des dettes, prévoir des clauses limitatives dans le contrat de crédit et fournir des garanties et des certitudes au moment du prêt. 2 Joseph E. STIGLITZ & Andrew WEISS, “Credit rationing in Markets with Imperfect Information”, American Economic Review, 1981
  20. 20. 20 Les banques attirent également l’attention sur la hausse des coûts pour justifier les nouvelles règles à satisfaire concernant la position des fonds propres, les risques plus élevés dus à une mauvaise situation économique ainsi que les perspectives négatives dans de nombreux secteurs, la baisse des marges bénéficiaires dans de nombreuses entreprises et la moins bonne qualité des garanties. Section 2. Notion d’asymétrie d’information 1. Définition Depuis fort longtemps, les économistes ont trouvé que l’asymétrie de l’information était l’origine du rationnement de crédit. Dans ce contexte, les asymétries de l’information désignent la disparité entre l’information dont dispose le client à la recherche du crédit et les fournisseurs de fonds dont on suppose qu’ils sont habituellement désavantagés. Pour P. Roger (1988), l’asymétrie de l’information peut avoir deux origines : - soit du fait qu’un partenaire dispose de plus d’informations que l’autre, - soit des coûts d’obtention de l’information ; deux aspects directes de l’asymétrie de l’information sont l’anti-sélection et le risque moral. L’hypothèse de l’information imparfaite est une avancée importante de la science économique depuis les années 60. Elle a donné lieu à des travaux sur les asymétries de l’information et la théorie des contrats (G. AKERLOF, J. STIGLITZ et M. SPENCE - Prix Nobel en 2001). Ces travaux permis une meilleur compréhension du fonctionnement des marchés aujourd’hui. L'asymétrie de l'information est le constat que chaque acteur sur le marché ne dispose pas des mêmes informations. Les informations des offreurs et des demandeurs sur les prix et la qualité des biens peuvent ainsi être imparfaites et inégalement réparties. Cette asymétrie de l'information favorise le pouvoir de marché de certains acteurs et peut justifier les différences d’anticipation. Il existe en fait deux cas où la mauvaise information des agents pose des problèmes majeurs pour le bon fonctionnement du marché : - Le cas de l’anti-sélection ou la sélection adverse - Le cas de l’aléa moral ou le risque moral
  21. 21. 21 Hypothèse Description Exemple Anti-sélection (sélection adverse) Un des agents ignore certaines caractéristiques de la transaction. II risque d'être trompé au moment où il va signer le contrat. Une personne veutacheterune voiture d'occasionmaisn'estpas un spécialiste des voitures. Risque moral (l’aléa moral) Un des agents peut dissimuler son comportement qui ne sera révélé qu'après la signature du contrat = comportement peu moral L'acheteur d'une voiture se rend chez un assureur pour souscrire une police. L'assureur ne sait pas qu'il roule toujoursvite etqu'il ne veut pas porter de lunettes alors qu'il voit mal 2. L’anti-sélection ou sélection adverse C’est le problème crée par l’asymétrie de l’information avant qu’une transaction n’ait lieu. Cela se produit lorsque les emprunteurs les plus susceptibles de conduite à de mauvais résultats sont ceux qui recherchent le plus activement du crédit, et qui ont le plus de chance d’en obtenir. Imperfection de l’information (Information imparfaite) Tous lesagentséconomiquesn’ontpas, ou ont un accès incomplet à l’information disponible lors des transactions Certainsagentssontmieux informésque d’autres: • agentsmieux informés • agentspeu informés Echecs du marché (marketfailures) L’aléa moral (le risque moral) : Certainsagentsfontle choix oumènentdes actions non observables par d’autres agents : L’employeur ne peut contrôler parfaitement le niveau de soin ou d’effort apporté aux tâches accomplies par son salarié. Asymétrie de l’information = information imparfaite L’antisélection (sélection adverse) : Desagentssont dotésde caractéristiques que d’autres ne connaissent pas : un employeur qui connait mal les compétences de son futur salarié. Le marché de CPPne peutpas déployersespropriétés:ne peutrendre compte de la réalité
  22. 22. 22 Les travaux de G. Akerloff ont introduit la notion d’anti-sélection appelée sélection adverse qui est un problème d’opportunisme précontractuel. Elle est due au fait que l’une des parties dispose d’informations privées avant que la transaction soit réalisée. Dans le secteur bancaire, l’anti-sélection apparaît lorsque l’emprunteur conserve, même après un examen attentif par le créancier des informations disponibles, un avantage informationnel sur son partenaire. Ainsi à défaut de pouvoir fixer un taux d’intérêt qui corresponde au risque effectif du projet, la banque applique un taux reflétant la qualité moyenne des emprunteurs. Cette pratique pénalise donc les individus dont le projet est moins risqué en leur faisant payer une prime de risque plus élevée que leur risque effectif et avantage inversement les agents détenant des projets risqués ; comme sur le marché des voitures d’occasion de mauvaise qualité, une situation d’asymétrie d’information ex ante fait en sorte que les bonnes voitures quittent le marché au profit des mauvaises voitures. a. Le problème de l’anti-sélection Les problèmes liés à l’anti-sélection ont été mis en évidence par George Akerloff dans le cas particulier du marché des véhicules d’occasion. Sur ce marché, la qualité des voitures vendues est imparfaitement connue des acheteurs potentiels qui ne sont pas des professionnels. Seuls les garages qui vendent les voitures savent si elles ont été bien entretenues ou non, si elles ont été accidentées ou non… En bref, la qualité des voitures vendues est une information cachée. Sur un marché où la qualité est facilement observable, il est impossible de vendre des produits de mauvaise qualité au même prix que des produits de bonne qualité. Des pommes tavelées seront bradées à un prix plus faible que des pommes qui ne le sont pas. Mais si la qualité du produit n’est pas facilement perceptible par l’acheteur potentiel, le prix ne joue plus son rôle d’ajustement. En effet, le prix de ces voitures a tendance à s’aligner sur un véhicule de qualité moyenne. Or, les vendeurs qui disposent de véhicules de très bonne qualité peuvent être réticents à les mettre sur le marché à un prix moyen. À l’inverse, les propriétaires de voitures de mauvaise qualité seraient ravis de les céder à ce même prix moyen. De leur côté, certains acheteurs qui accepteraient éventuellement de payer plus cher un véhicule de bonne qualité ne peuvent pas identifier ces véhicules et peuvent renoncer à acheter au prix du marché, craignant de ne trouver pour ce prix que des véhicules moyens ou défectueux. Le
  23. 23. 23 marché des véhicules d’occasion fonctionnera mal car les propriétaires de véhicules de bonne qualité refuseront de les vendre au prix du marché et les acheteurs craindront de ne trouver que des véhicules de mauvaise qualité au prix proposé. Si les vendeurs baissent le prix pour attirer des clients, ils ne font qu’aggraver le problème. Les meilleurs véhicules qui étaient en vente sont retirés du marché et la crainte des acheteurs augmente. b. Le traitement de l’anti-sélection En théorie, comme la plupart des acheteurs de véhicules d’occasion ne sont pas des professionnels, le marché des véhicules d’occasionne devrait pas pouvoir fonctionner. Or, il se vend en France entre 4 et 6 millions de voitures d’occasion tous les ans ! Les acheteurs feraient-ils tous de mauvaises affaires ? Les propriétaires de voitures de bonne qualité accepteraient-ils tous de vendre au même prix que ceux qui possèdent des voitures mal entretenues ou accidentées ? La réponse tient en une idée qui se décline selon de nombreuses variantes. Il faut que le vendeur qui détient l’information sur la qualité des véhicules fasse en sorte d’informer l’acheteur par des signaux adaptés. Le plus simple pour un vendeur qui est sûr de la bonne qualité d’une voiture qu’il propose à un acheteur est d’en garantir le fonctionnement pendant un certain temps et de s’engager à la réparer gratuitement si elle tombe en panne. En s’engageant ainsi auprès de l’acheteur, le vendeur émet un signal de qualité qui permet à la loi de l’offre et de la demande de mieux fonctionner. La qualité du produit offert est plus facilement perceptible et le vendeur d’un produit de bonne qualité peut trouver un acheteur prêt à le payer plus cher qu’un produit de qualité inférieur. Les bonnes occasions ne sont plus chassées du marché. c. Les réponses à l’anti-sélection La solution du laisser-faire s’avère désastreuse puisqu’elle conduit à l’élimination des bons produits du marché. On peut en fait développer trois solutions : Coté vendeur : Le vendeur peut proposer un système de garantie aux acheteurs afin de véhiculer une image de sérieux et de crédibilité, par exemple par des engagements type
  24. 24. 24 services après-ventes. Ou bien, pour les vendeurs de services, l’instauration de label de qualité, la mise en avant de diplômes professionnels... Coté acheteur : L’acheteur doit tenter de s’informer au maximum à partir des données observables sur l’entreprise, les produits... Solution externe : C’est un moyen coercitif pris par une instance extérieure à la relation. Elle instaure une réglementation qui rend obligatoire la révélation de tout ou partie de l’information par le vendeur ou qui va instituer des procédures de recours efficaces contre les produits de mauvaise qualité. En général la solution retenue se met en place au niveau interne c’est-à-dire au sein de la relation entre les partenaires par l’instauration d’un système reposant sur la confiance mutuelle. En effet, la confiance va permettre d’obtenir une solution plus efficiente pour les deux parties. On peut supposer que les individus peuvent adopter un comportement discrétionnaire c’est-à-dire modifier leur comportement en fonction du co-contractant (avoir confiance ou méfiance). La théorie des jeux montre qu’il y aura un effet négatif de ce comportement discrétionnaire donnant lieu à un résultat sous-optimal pour les deux parties et un effet positif provenant d’un comportement de confiance réciproque aboutissant à la situation optimale. Ainsi pour éviter cette situation de méfiance réciproque, il faut que la transaction soit répétée un nombre infini de fois ou un nombre fini mais dont la date d’échéance n’est pas connue : alors chaque partie aura intérêt à adopter un comportement de confiance. 3. Le risque moral C’est le problème crée par la l’asymétrie de l’information après la réalisation d’une transaction (asymétrie post-ante). C’est un risque où l’emprunteur s’engage dans des activités considérées comme indésirables par le prêteur parce qu’elles augmentent le risque du projet auquel est consacré le prêt et diminue donc la probabilité qu’il soit remboursé. L’aléa moral c’est donc ce qui, concernant le secteur financier, se rapporte à toute situation dans laquelle les résultats de la relation de crédit dépendent d'actions entreprises par l'emprunteur après signature du contrat et imparfaitement observables par le créancier. De la même façon, une
  25. 25. 25 situation de surendettement peut s'analyser comme un choix compromettant la solvabilité de l'entreprise au détriment des créanciers. Dans ce cas, seul l'intermédiaire financier, de par sa dimension et de par le montant élevé de la créance, disposera à la fois des moyens et de la motivation nécessaire pour exercer une fonction de contrôle. Malgré l’envergure des risques que peuvent générer l’asymétrie de l’information, il existe tout de même des solutions plus ou moins applicables ; il s’agit : - du screening ou monitoring: la partie non informée recherche l’information - le signaling : la partie informée révèle l’information - la partie non enformée peu inciter les membres de la partie informée à révéler leur type. - la partie non informée peut définir les clauses contractuelles en fonction des informations qu’elle ne détient pas. a. Le problème du risque moral Contrairement à celui posé par l’anti-sélection, le problème lié au risque moral ne survient pas avant que l’offreur et le demandeur ne se soient mis d’accord mais après. Le contrat est bien passé entre les deux agents mais l’application du contrat va se révéler désastreuse pour l’un des deux, celui à qui l’autre aura réussi à cacher le comportement qui sera le sien. Supposons par exemple que l’acheteur d’une voiture d’occasion se rende chez un assureur pour souscrire une assurance tous risques. Le montant de la prime à payer a été calculé en se fondant sur le risque qu’encourt un conducteur moyen qui sait normalement conduire, ne commet pas d’imprudence délibérée, entretient correctement sa voiture… Or, rien ne dit que le futur assuré correspond bien à ce profit. Il ne va évidemment pas révéler spontanément que, par exemple, il ne connaît pas la différence entre un feu vert et un feu rouge, consomme systématiquement de l’alcool avant de prendre le volant et néglige de faire entretenir ses freins dont il ne voit pas vraiment l’utilité puisque ce sont les autres qui s’arrêtent en le voyant arriver. Si l’assureur a la malchance de n’avoir que des clients de ce type, le nombre de sinistres qu’il devra prendre en charge sera très supérieur à la moyenne et les primes payées par ses clients ne couvriront pas les dommages à réparer.
  26. 26. 26 La crainte de n’avoir que des « mauvais risques » à couvrir est susceptible de perturber le fonctionnement du marché de l’assurance. b. Le traitement du risque moral Tout comme dans le cas du marché des véhicules d’occasion, le problème posé par l’asymétrie d’information n’empêche nullement les sociétés d’assurance de souscrire des polices et, mieux même, de réaliser des profits extrêmement confortables. C’est donc que le problème posé par le risque moral n’est pas insurmontable. Le principe général de la solution consiste à mettre en place des mécanismes qui vont conduire l’assuré à adopter un comportement normalement prudent et à ne pas prendre plus de risques au prétexte qu’il est assuré et que « l’assurance paiera ». En matière d’assurance automobile, le dispositif le plus connu d’incitation à un comportement prudent est le « bonus malus ». Lorsqu’un nouveau conducteur demande à être couvert par une police d’assurance, il paye une prime de base, correspondant à un conducteur moyen. S’il se révèle bon conducteur et qu’il n’a pas d’accident, il bénéficiera d’une réduction de prime sous la forme d’un bonus. Si, au contraire, il fait preuve d’un comportement imprudent et est responsable d’accidents, il devra payer un supplément de prime sous la forme d’un malus. Le fait de pouvoir payer moins cher si l’on est un conducteur prudent constitue un moyen de lutter contre le risque moral de l’assurance. c. Les solutions pour contrecarrer le hasard moral La théorie moderne de l’agence dont l’objectif est de reprendre le problème de divergence d’intérêt entre le principal et l’agent définit deux types de solutions. Le principal peut instaurer un système de surveillance et se faisant assister d’experts en gestion indépendants de l’entreprise. Le principal peut mettre en place des mesures incitatives qui vont récompenser ou pénaliser l’agent selon qu’il se comporte ou non conformément aux intérêts du principal. Ainsi la théorie moderne de l’agence définit le processus décisionnel au sein de l’entreprise par un scénario en quatre étapes :
  27. 27. 27 - La phase d’initiation : c’est la mise en évidence des différentes possibilités d’utilisation des ressources de l’entreprise. - La phase de ratification est celle où le choix des décisions à prendre est arrêté. - La phase d’implémentation est celle où l’on exécute les décisions ratifiées. - La phase de monitoring où l’on mesure les performances des agents de décision et où l’on détermine les récompenses à leur octroyer. d. Exemple de situation de hasard moral La situation de hasard moral n’est pas mise en évidence de façon similaire que l’on se situe en PME.  Les relations d’agence au sein d’entreprises type PME L’activité d’une PME dépend du travail combiné des individus. Se pose alors le problème pour chaque membre de l’équipe d’adopter un comportement discrétionnaire qui va l’amener à consentir un niveau moindre d’effort que celui prévu par son contrat de travail. Chaque individu est ainsi tenté de jouer le rôle de passager clandestin au sein de l’équipe, d’autant plus que les contributions individuelles sont difficiles à déterminer au niveau global. Le dirigeant est ainsi contraint à mettre en place un mécanisme de surveillance en devenant superviseur qu’il doit cependant concilier à son rôle d’exécutant. Pour cela, il va proposer des rémunérations et des conditions de travail qui compte tenu de celles prévalant sur le marché du travail, le conduise à espérer de la part des travailleurs un niveau d’effort suffisant pour que les coûts de production de l’entreprise soient compétitifs sur le marché des biens et services.  Les relations actionnaires – dirigeants Au sein des sociétés anonymes, il y a souvent séparation entre la propriété de l’entreprise qui appartient aux actionnaires et la direction qui est confiée aux dirigeants. Le pouvoir réel de décision est détenu par les dirigeants de par leur accès privilégié aux informations qui leur confère une compétence décisionnelle. Le problème provient alors de la
  28. 28. 28 divergence d’intérêt entre les propriétaires et les dirigeants. Les actionnaires recherchent le profit maximum afin d’obtenir une rémunération importante. Les dirigeants quant à eux s’attachent à rechercher un profit minimum capable de contenter les actionnaires, leur rémunération personnelle étant totalement déconnectée des résultats l’entreprise. On constate souvent que la politique de rémunération des actionnaires pratiquée par les dirigeants témoigne du désir de les neutraliser ou de neutraliser leurs revendications en leurs offrant des dividendes par action stable ou en croissance régulière mais indépendant des résultats réels de l’entreprise. Les dirigeants adoptent alors une stratégie de maximisation du chiffre d’affaires sous contrainte d’un minimum de profit destiné à l’auto financement et au versement minimum de dividendes pour les actionnaires. Un fois ce profit minimum dégagé, les dirigeants s’attacheraient à faire naître un profit discrétionnaire supplémentaire pour assurer l’augmentation de leurs frais généraux et émoluments. Dans ce cas le niveau de production atteint par l’entreprise est supérieur à celui dégagé si l’entreprise se contente de maximiser le profit. Dès lors en situation de croissance, on observe une augmentation des émoluments plus que proportionnelle. Les problèmes créés par l’asymétrie d’information se rencontrent de plus en plus souvent au sein de l’entreprise du fait de la multiplication des relations commerciales naissant d’un développement accru du commerce international. Il est donc nécessaire que l’entreprise les prenne en considération dans l’élaboration de sa stratégie afin d’intégrer les coûts générés par la mise en place de système de surveillance ou de contrats incitatifs ainsi que de collecte de l’information. Le phénomène de rationnement s’explique par des problèmes d’asymétries d’information entre des prêteurs et des emprunteurs. Les banques décident de rationner la quantité de crédit qu’elles accordent car agir sur les taux d’intérêt influence le risque de l’emprunteur. En effet, des taux élevés attirent des emprunteurs plus risqués (sélection adverse) et incitent ceux-ci à augmenter le risque de leurs projets (aléa moral). Ce rationnement est une conséquence du manque d’information des banques sur le risque des emprunteurs. Cette information est en effet coûteuse à collecter ou indisponible. Les banques fixent donc un niveau d’intérêt optimal et rationnent les emprunteurs qui semblent être les plus risqués. Ainsi, le rationnement du crédit par les quantités et non par les prix correspond à un comportement rationnel du prêteur. Le mécanisme d’ajustement des prix permettant
  29. 29. 29 d’équilibrer l’offre et la demande peut donc ne pas se produire sur le marché du crédit bancaire. Le rationnement du crédit touche l’ensemble des entreprises. Dans cette étude, nous nous intéressons plus particulièrement aux petites et moyennes entreprises (PME) pour lesquelles l’accès au crédit semble plus difficile1. En effet, les problèmes d’asymétries d’information sont plus présents pour les PME pour lesquelles l’information publique est moindre. Elles sont supposées moins fiables, moins prévisibles, plus risquées et moins bien garanties de manière générale. Or, n’ayant bien souvent pas accès aux marchés, ne pouvant émettre de titres de dettes, à moins de faire partie d’un groupe, elles dépendent davantage des intermédiaires financiers, les banques commerciales, que les grandes entreprises. Les emprunts bancaires sont leur seule source de financement externe 4. Les sources d’asymétrie d’information Le marché du crédit bancaire est animé par deux groupes d'acteurs : les prêteurs (les établissements de crédit) et les emprunteurs (les PME dans cette étude). Ces entités ont des objectifs généralement divergents. La banque cherche à maximiser son profit moyen espéré et l'emprunteur le rendement espéré de l'investissement. La relation qui s'établie entre ces deux acteurs est qualifiée de relation d'agence. Elle est, pour Jensen et Meckling (1976) : « un contrat dans lequel une ou plusieurs personnes (le principal) engage une autre personne (l'agent) pour exécuter en son nom une tâche quelconque qui implique une délégation d'un certain pouvoir de décision à l'agent19» (Coriat et Weinstein, 1995, p. 93). En raison de l'absence de congruence des préférences, cette relation est source de conflits d'intérêts inducteurs de coûts (coûts d'agence et de transaction) qui réduisent les gains potentiels de la coopération. Ces conflits naissent soit de l'allocation des décisions régissant le processus de création de valeur, soit de l'appropriation de la valeur créée. Ils trouvent leurs origines dans l'asymétrie d'information, l'opportunisme des acteurs, l'impossibilité de rédiger des contrats complets en raison de la rationalité limitée et de l'incertitude (Charreaux, 1999) : a. L'incertitude hypothèse environnementale La définition de ce concept, contenue dans les travaux de Knight (1921), est faite par comparaison au risque. Pour l'auteur, l'incertitude est la caractéristique essentielle de situation ou l'individu voit les conséquences des décisions qu'il prend (ou doit prendre) dépendre des facteurs exogènes dont les états ne peuvent être prédits avec certitude (Cobbaut, 1997). Il
  30. 30. 30 correspond donc aux situations non mesurables. A l'opposé, le risque est probabilisable et mesurable par une probabilité « objective ». Il intervient lorsque l'incertitude peut être quantifiée. b. L'opportunisme : hypothèse comportementale Principal facteur explicatif des coûts de transaction, il s'appréhende comme la recherche de l'intérêt propre, à tout effort calculé pour tromper, désinformer, déguiser, omettre, choquer ou induire en erreur un autre agent (Joffre, 1999). C'est un comportement « stratégique » (qui serait inscrit dans la nature humaine d'après Williamson, 1975) par lequel les agents recherchent leurs intérêts strictement personnels, quitte à léser l'autre partie, en recourant à la ruse, la mauvaise foi, le mensonge, le vol, la tricherie ou autre formes subtiles de duperie (Gabrié et Jacquier, 1994). c. La rationalité : hypothèse comportementale. Être rationnel, selon la conception classique, c'est rechercher le maximum de satisfaction au moindre coût. L'hypothèse forte qui sous tend cette définition (perfection du marché) lui confère la dénomination de rationalité pure ou substantive. Ici, les acteurs sont à même de prévoir tous les états futurs du monde possible et d'anticiper les différents choix de l'autre. Une alternative plus réaliste est donnée par Simon (1959)20 et tient compte de l'imperfection et de l'incertitude environnementale : c'est la rationalité dite limitée et procédurale. Elle est fondée sur le fait que l'individu à des capacités physiques, mentales, et intellectuelles limitées en raison de l'incertitude et de l'information imparfaite. Ainsi, face à un problème, celui-ci ne pourrait pas avoir une connaissance de tous les choix possibles ; une connaissance complète de toutes les conséquences de ces choix, ou la capacité à les calculer ; la capacité à comparer ses conséquences, quelque soient leur diversité, en les ramenant à un indicateur unique. Le comportement rationnel est donc limité par ces contraintes environnementales21 (Coriat et Weinstein, 1995). d. La taille des PME Une approche fondée sur les asymétries d'information peut conduire à supposer une relation négative entre la taille et l'endettement. Il se peut, comme le note Rajan et Zingales 1995, que la taille serve de mesure inverse de l'information obtenue par les investisseurs externes. Toutefois, ils n'observent pas que les grandes entreprises émettent plus de titres
  31. 31. 31 sensibles aux asymétries d'information. De plus, la relation négative entre la taille et l'endettement reste spécifique à l'Allemagne. Kremp et Stoss (2001) notent également l'importance du financement bancaire pour les entreprises de petites tailles en Allemagne. Les caractéristiques du droit de la faillite et du système de la banque principale (Hausbank) allemand offrent une explication à l'exception allemande qui ne repose pas sur les asymétries d'information avec tous les investisseurs externes. Le cas allemand mis à part, la relation positive entre la taille et l'endettement est confirmée dans un certain nombre d'études (Rajan et Zingales 1995 ; Booth et al., 2001). D'autres études trouvent des relations faibles (Ozkan 2001)34(*) ou non significative (Kremp et Stoss, 2001) entre la taille et l'endettement et hésitent à conclure. e. L'influence du caractère familial des PME Nous définissons l'entreprise familiale comme une unité chargée de produire et d'écouler sur le marché des biens et des services, unité appartenant à des personnes unies par des liens de consanguinité directs ou indirects usant de contrats non formalisés dont l'objectif prioritaire est l'obtention d'un profit minimal permettant la sécurisation du capital investi et la survie des membres de la famille. Selon Handler (1989, l'entreprise familiale est « une organisation dans laquelle les principales décisions opérationnelles et les objectifs quant à la transmission sont par les membres de la famille impliqués dans le management ou dans le conseil d'administration » l'entreprise familiale est caractérisée par la participation active de la famille dans la gestion de l'entreprise, le contrôle du capital par la famille et la transmission de l'entreprise à la génération future. De ces trois critères, nous pouvons analyser l'influence du caractère familial des entreprises sur leur niveau d'endettement. Dans la plupart des études existantes traitant de la problématique de la structure d'endettement des PME familiales, nous retenons celles d'Hirigoyen (1982) qui met en évidence une stratégie financière prudente de la part des dirigeants d'entreprises familiales de peur de perdre le contrôle de ces dernières. Ce comportement de prudence est confirmé dans l'étude de Ward (1988) ; cette dernière montre que les entreprises familiales ont recours à des stratégies de défense de peur de perdre le contrôle familial de l'entreprise. Cette crainte serait renforcée dans les entreprises familiales dans lesquelles le dirigeant serait d'un âge déjà avancé (Tufano, 1996). Selon Donckels (1993), la famille souhaite maintenir l'indépendance financière de son entreprise
  32. 32. 32 afin d'en conserver le contrôle. A cet égard, l'entreprise va privilégier l'autofinancement et éviter l'endettement à long terme. Cependant, une fois la capacité d'autofinancement atteinte, la PME familiale va recourir plus facilement à l'endettement qu'à l'ouverture du capital et ce, de manière à préserver le contrôle familial de l'entreprise. Néanmoins, si le financement par dettes évite la dilution de l'actionnariat, il engendre un accroissement du risque de défaillance financière. Par conséquent, le dirigeant doit réaliser un arbitrage entre la conservation du contrôle et l'augmentation du risque. Pour Kalika (1988), les différences structurelles en termes de différenciation, de formalisation, de planification, de contrôle et centralisation qui existent entre les entreprises familiales et non familiales peuvent s'expliquer par le fait que la taille des PME familiales est généralement plus petites que celles des PME non familiales et qu'au sein des PME familiales, la direction est plus autodidacte que gestionnaire. D'après Allouche et Amann (1995)42(*), les entreprises évitent l'endettement et optent pour des stratégies à long terme plutôt que de court terme lié à un besoin de résultats rapides et ont une aversion à l'endettement. Elles pratiquent aussi plus facilement le réinvestissement des dividendes. Cette aversion et cette crainte de l'endettement sont confirmées par l'étude de Gallo et villaseca (1996) qui constate la présence d'un faible ratio dette/fonds propres au sein même de ces entreprises familiales. De tout ce qui précède, nous remarquons donc que le caractère familial des PME pourrait avoir une influence négative sur leur comportement d'endettement du fait que leurs dirigeants ont une crainte de perdre leur contrôle. Ce qui nous amène à émettre notre deuxième hypothèse suivante qui vise à tester une relation négative entre le caractère familial des entreprises et leur niveau d'endettement. f. Un soupçon d’opportunisme Les contrats sont censés protéger les personnes qui les ont signés. Cependant, l’impossibilité d’établir des contrats exhaustifs empêche une harmonisation parfaite des motivations. L’incomplétude des contrats peut ainsi donner lieu à des comportements opportunistes qui vont engendrer l’incertitude de la relation contractuelle. L’opportunisme suggère une attitude de calcul plus sophistiquée que l’hypothèse classique d’intérêt personnel. Il caractérise l’absence d’honnêteté dans les transactions, le non-respect des règles du jeu économique, la recherche de l’intérêt personnel par la ruse. Il s’accompagne le plus souvent d’une manipulation privée d’information et s’oppose en ce sens à un comportement fondé sur des relations de confiance où la promesse de l’un est synonyme d’engagement. Notons que
  33. 33. 33 l’opportunisme introduit la notion de temps dans la pratique des échanges ; la question relative au comportement (comportement effectif/comportement attendu) ne se posant pas dans le contexte de relations instantanées. Le comportement opportuniste est donc lié à la rationalité limitée et à l’incomplétude de l’information. Les risques sont les aléas qui vont peser sur la transaction et qui peuvent donner naissance à une manipulation et à une déformation de l’information. La difficulté réside dans le fait qu’il ne s’agit pas d’un comportement qui affecte tous les individus et qu’il est coûteux de reconnaître ceux qui sont opportunistes de ceux qui ne le sont pas. D’où il y a incitation à l’intermédiation financière pour remédier les imperfections du marché du crédit. Section 3. Les modèles du rationnement du crédit 1. Revue des études antérieures sur le rationnement du crédit On parle de rationnement du crédit lorsque la quantité demandée excède la quantité offerte sur le marché du crédit et que le taux d’intérêt n’augmente pas jusqu’aux taux d’équilibre. Généralement, il se crée un marché de crédit informel lorsqu’il y a rationnement du crédit. Dans la littérature théorique, il a été suggéré que cet état est la résultante de certains déséquilibres temporaires ou de l’intervention de l’Etat. Toutefois, Stiglitz et Weiss (1981) précisent qu’ « il peut exister un rationnement du crédit à l’équilibre et expliquent que ce rationnement est dû soit à une sélection adverse soit à un aléa moral, ce qui ne permet pas à une variation du taux d’intérêt d’équilibrer le marché. Le prêteur, ne pouvant jouer ou choisi de ne pas jouer efficacement sur le niveau des prix, joue sur les quantités et limite, de manière rationnelle et indépendamment de tout contexte réglementaire, la quantité de crédit distribué ». Bardhan et Udry ((1999), cité par Bellemare (2000)) traitent aussi de l’aléa moral et de la sélection adverse, mais en introduisant plusieurs variantes du modèle à information asymétrique. Williamson (cité par Sylvie CIEPLY (1986)) confirme que « le prêteur se trouve confronté, sur un marché informationnellement imparfait, à l’existence d’un comportement opportuniste des emprunteurs ». Les actions menées par les prêteurs pour limiter ce comportement, l’effort de contrôle (le monitoring), ne permettent pas toujours de réduire de façon économiquement viable ce phénomène. Dès lors, lorsque les coûts de contrôle excèdent les bénéfices attendus de cette action, le prêteur peut préférer limiter son offre de financement aux entreprises. Le marché du crédit est alors dit rationné puisqu’il subsiste une demande
  34. 34. 34 excédentaire non satisfaite. Le niveau d’endettement optimal de la firme, pour le prêteur, correspond au concept de capacité d’endettement maximal de la firme. Les études empiriques qui traitent directement le rationnement du crédit auquel font face les ME sont rares. Une des études qui a véritablement traité ce sujet est celle de Baydas, Meyers et Aguilera-Alfred ((1994) cité par Bellemare (2000)), Mourji (1998) et Mourji (2000). Les premiers ont fait leur étude en Equateur sur 447 ME et ont constaté que celles ci ont des difficultés pour se développer à cause du manque de fonds. Pour résoudre ce problème, l’Etat a sur pied des programmes de crédit à ces ME, mais il arrive que même au sein de ces programmes, le rationnement du crédit existe toujours. Pour étudier les déterminants de ce rationnement, les auteurs ont développé un modèle à équations simultanées qui comporte deux équations, une pour l’offre et l’autre pour la demande. Le but de leur étude est de savoir si le rationnement est dû à une auto sélection de la part des entreprises, ou s’il y a vraiment rationnement du crédit du côté de l’offre. Après les traitements, les auteurs sont arrivés à la conclusion que la demande de crédit formel varie positivement avec le taux d’intérêt nominal, le montant du prêt informel obtenu, les actifs de l’entreprise, les profits de l’entreprise, le statut de propriété de l’entreprise, le fait d’être une entreprise non agricole, le niveau d’éducation et le sexe masculin du gestionnaire. Le montant de crédit alloué à la date t, Qt, s’écrit Qt = Min (Dt, St). Où Dt et St désignent respectivement la demande et l’offre de crédit. Il y a rationnement du crédit si Qt = St < Dt 2. Les modèles du rationnement du crédit Avant l’analyse de Stiglitz et Weiss (1981), les causes avancées par les économistes pour expliquer le phénomène de rationnement du crédit ne reposaient pas vraiment sur l’asymétrie d’information, mais elles tenaient plutôt à des contraintes institutionnelles, à l’influence qu’un taux d’intérêt élevé et/ ou qu’un montant de prêt considérable est susceptible de peser sur le risque d’une éventuelle faillite (Tuan-Anh. P, 2009). Il faudra toutefois attendre les années 70, voir 80, pour comprendre le rôle des motivations des détenteurs de capitaux dans la distribution des crédits. Les travaux de ces deux chercheurs s’inscrivent dans cette période, et nous montrent que les décisions des instituions du crédit sont marquées par l’imperfection et l’asymétrie d’information, relatives à la qualité des projets des futurs entrepreneurs-clients (Levratto. N, 2003).
  35. 35. 35 a. Asymétries d’information ex ante et rationnement du crédit J.Stiglitz et A.Weiss sont deux économistes américains qui font partie de l’école des nouveaux keynésiens. La démarche de ce courant consiste à construire des modèles économiques à partir de la théorie d’équilibre général néo-classique, afin d’en démontrer les défaillances. Elle est macroéconomique à fondements microéconomiques, dans la mesure où ils constatent des tendances basées sur les comportements d’agents représentatifs. Dans ce cas précis, il s’agit de démontrer l’impact de l’asymétrie d’information sur le marché du crédit. L’offreur de crédit est la banque, et le demandeur est un entrepreneur, et les deux principales variables sont le taux d’intérêt et le degré de risque d’un projet. En situation d’équilibre général, plus le risque du projet est faible, moins les taux d’intérêt seront élevés, et inversement. On suppose en effet que plus un projet est risqué, plus la banque augmentera ses taux d’intérêt, car la profitabilité d’un projet est décroissante en fonction de l’augmentation du taux d’intérêt. Mais en économie réelle, à partir d’un certain degré de risque, on constate un rationnement du crédit : la banque n’augmente plus ses taux d’intérêt, et préfère ne pas accorder de prêt lorsqu’un projet devient trop risqué. L’objectif est ici de montrer que le rationnement du crédit résulte d’une situation d’équilibre, et non pas de contraintes externes. La démonstration se déroule en trois points. Les deux premiers concernent le taux d’intérêt, afin de montrer que c’est à la fois un instrument de sélection et un mécanisme incitatif. Le dernier point se focalise davantage sur une nouvelle variable : le collatéral, ainsi que ses conséquences. Le taux d’intérêt, instrument de sélection La situation est analogue à celle décrite par Akerlof au sujet du « market of lemons ». Sauf que cette fois-ci c’est l’offre qui est mal informée par rapport à la demande. Un entrepreneur connaît le risque de son projet, mais la banque ne peut que l’estimer. Et les intérêts des deux parties divergent. En effet, l’entrepreneur cherche à maximiser son profit, tout en minimisant son apport personnel (intérêts bas et faible collatéral). A l’opposé, la banque veut minimiser ses pertes, et cherche à obtenir l’emprunt avec le plus d’intérêts possible. Mais comme la banque joue le rôle de l’offreur, elle délivre ses prêts en fonction de ses intérêts propres. Dès lors on assiste à une situation de sélection adverse : la banque
  36. 36. 36 accorde des prêts à faible taux d’intérêt pour des projets peu risqués, donc à faible rendement, et rationne le crédit lorsque le risque augmente. Les projets plus risqués mettent en jeu des sommes plus importantes, donc ont potentiellement un meilleur rendement. Si l’entreprise rembourse un crédit à risque, la banque en profite davantage, car elle engrange des intérêts plus élevés en plus du remboursement du prêt. Mais si l’entreprise n’honore pas ses dettes, la banque enregistre une perte. La banque devient adverse au risque à partie d’un certain seuil du taux d’intérêt. Elle préfère donc miser sur des projets moins lucratifs, mais plus sûrs, que sur des projets à risque. Une attitude tout à fait rationnelle dans le cas présent. On peut donc conclure que le taux d’intérêt est un instrument de sélection sur le marché du crédit. Le taux d’intérêt, mécanisme incitatif Il existe non seulement une sélection adverse entre la banque et l’entreprise, mais également un aléa moral. En effet, lorsque la banque accorde un prêt à une entreprise, supposons pour un projet sans risque, à taux d’intérêt faible. L’entreprise peut très bien changer d’attitude, et utiliser le crédit pour un projet plus risqué, tout en ayant des chances de maximiser son profit grâce aux faibles intérêts qu’elle devra à la banque. Face à cela, la banque doit se focaliser sur l’effet du taux d’intérêt sur le comportement de l’entreprise. On a vu que le rendement d’un projet est ralenti, voire même décroissant en fonction de la hausse du taux d’intérêt. Une entreprise cherche toujours à maximiser son profit. Or si les taux d’intérêts augmentent, elle préférera investir dans un projet plus risqué, mais au rendement potentiel plus attractif. Ainsi, la banque s’attend à connaître un rendement anticipé plus faible, car le projet ayant davantage de chances de faire faillite, la banque a plus de chances d’enregistrer une perte. En supposant qu’une entreprise soit neutre au risque, on en déduit que c’est le taux d’intérêt qui influence son comportement. La banque devrait donc maintenir des taux d’intérêts bas, afin que les entreprises ne soient pas tentées de se lancer dans des projets risqués. La banque assure ainsi un rendement anticipé plus important. La théorie du collatéral et de la responsabilité limitée
  37. 37. 37 Le collatéral est une variable qui fait figure de garantie, en plus des intérêts. Plus la garantie est élevée, plus la banque cherche à responsabiliser l’entreprise face à la faillite. En vérifiant cette condition, le crédit ne devrait plus être rationné, puisque la banque a une garantie qui fait que l’entrepreneur investissant dans un projet risqué devient l’unique perdant en cas de faillite, car la banque minimise sa perte grâce au collatéral. Mais l’effet réel est bien différent. Le collatéral a même une action discriminante. En effet, il devient un instrument de sélection, dans la mesure où ce sont les entreprises les plus riches qui prennent le plus de risques. Si le collatéral devient trop élevé, les entreprises ayant le moins de ressources renoncent à contracter un prêt, même si leur projet est plus sûr. On a à nouveau une situation de sélection adverse, mais dans l’autre sens. La banque ne retient désormais que les projets des entreprises les plus riches en cas de degré élevé du risque du projet. L’effet est insidieux, dans la mesure où la banque se met à sélectionner les mauvais risques. On rappelle qu’elle ne peut qu’estimer le risque d’un projet, donc elle se sert de la richesse de l’entreprise comme garantie. Seulement, les PME qui souhaitent se développer font face à de grandes difficultés pour entreprendre des projets certes risqués, mais qui peuvent leur permettre de se s’étendre, et qui sont même souvent plus sûrs que les projets des grandes entreprises. Stiglitz et Weiss (1981) ont montré, sous l’hypothèse de la non observabilité des emprunteurs, que, dans la mesure où le risque n’est pas indépendant du niveau des taux d’intérêt et que prêteurs et emprunteurs ne présentent pas les mêmes fonctions de profit, l’équilibre du marché du crédit peut être obtenu avec rationnement. Une hausse des taux d’intérêt ou des garanties requises peut en effet provoquer l’apparition des phénomènes d’antisélection et d’aléa moral qui finalement limitent l’espérance de profit des banques. Ces dernières préfèrent alors limiter le volume des crédits octroyés plutôt que d’augmenter les taux ou les garanties requises. Stiglitz et Weiss (1981), après avoir démontré l’existence possible d’un rationnement quand tous les emprunteurs sont identiques, supposent l’existence de n groupes d’emprunteurs observables par le prêteur. Sur chaque segment de clientèle i, la banque détermine un taux d’intérêt optimal ri* qui permet la maximisation de son profit une fois pris en compte l’anti sélection et l’aléa moral. La fonction de profit de la banque pour la catégorie d’entreprises i, fi, est représentée en fonction du taux d’intérêt ri sur la figure ci-dessus. Trois
  38. 38. 38 catégories de firmes sont considérées. Elles sont ordonnées en fonction de l’espérance de profit anticipée par le prêteur pour chacune d’elles : si i > j alors max fi (ri) > max fi (ri). Stiglitz et Weiss (1981) démontrent alors que, si i>j, les emprunteurs de la catégorie j ne reçoivent des crédits que si les emprunteurs de la catégorie i ont été totalement servis. Si le taux de refinancement des banques est égal à f **, les emprunteurs de type 3 reçoivent tous les crédits qu’ils demandent au taux d’intérêt r3* (f3 (r3*)>f **). Les emprunteurs de la catégorie 2 peuvent s’endetter au taux r2 * mais seront servis après les clients de la catégorie 3 (f3 (r3 *)> f2 (r2*)>f **). Enfin, aucun individu du groupe 1 ne reçoit de crédit, quel que soit le taux d’intérêt que ces entreprises acceptent de payer (f1(r)<f **). Ces entreprises sont exclues du marché du crédit : elles sont dites redlined. Selon cette théorie, les PME sont particulièrement sujettes au rationnement. En effet, les entreprises exclues sont tout d’abord celles pour qui la rentabilité espérée du prêteur est la plus faible. Les entreprises exclues sont donc celles qui sont les plus risquées (Psillaky, 1995). Or, il apparaît que les prêteurs sont exposés à un plus grand risque de contrepartie sur le segment de clientèle PME (Laboureux et Laurin, 1994). L’importance du risque PME observé ex post, et anticipé ex ante dans la politique de provisionnement des banques, peut expliquer leur réticence à financer cette clientèle d’autant
  39. 39. 39 plus que les marges réalisées, dans un environnement bancaire fortement concurrentiel, ne suffisent pas à couvrir le risque PME (Larrera de Morel, 1994). La difficulté des banques à identifier les risques parmi les entreprises de la catégorie 1 accentue leur exclusion du marché du crédit. Cette ignorance peut en effet conduire le prêteur à surestimer les probabilités de défaillance, ce qui a pour conséquence de réduire leur espérance de profit sur cette clientèle. Selon cet argument, les entreprises prioritairement exclues seraient celles pour lesquelles l’information est la plus opaque. À nouveau, cet argument conduit à la surexposition des PME au rationnement. Le système d’information des petites entreprises souffre en effet de nombreuses déficiences (Ang, 1991 ; Binks, Ennew et Reed, 1995). Il existe tout d’abord une réticence de leur dirigeant à transmettre des données comptables et financières. Ensuite, compte tenu de la faible envergure du marché des titres pour les petites entreprises, il n’existe aucune incitation pour une agence privée à collecter et à diffuser de l’information sur cette catégorie de firmes. Enfin, les petites entreprises ont peu d’instruments à leur disposition pour signaler leur situation à des investisseurs potentiels. Par ailleurs, lorsque l’information existe, sa crédibilité auprès d’agents outsiders est sujette à caution. La qualité de l’information dépend en effet de la qualité de l’équipe managériale qui la produit. Or, cette dernière est en général incomplète dans les petites entreprises qui souffrent tout particulièrement d’un manque de compétences en gestion et stratégie financière (C.N.C., 1991). En conclusion, J.Stiglitz et A.Weiss ont élaboré un modèle qui prouve que le rationnement du crédit est une réalité propre au marché. Ils ne raisonnent pas en terme d’économie pure, contrairement aux néoclassiques, et ils obtiennent leurs résultats en introduisant dans leur modèle la notion d’asymétrie d’information. Ils ont prouvé que les banques, en manque d’informations sur les projets des entreprises, agissent dans leur intérêt propre : elles privilégient les projets à faible risque pour minimiser leurs pertes. Ce modèle montre que le marché fonctionne en fonction de facteurs qui ne sont bien souvent pas pris en compte dans un modèle d’équilibre général. b. Rationnement du crédit en information imparfaite. Le rationnement de crédit en information imparfaite le modèle de Stiglitz et Weiss le risque est analysé comme une conséquence de l’information imparfaite des agents.
  40. 40. 40 1°) - Le crédit comme situation d’information imparfaite « Si les crédits font leurs travail » écrivent Stiglitz et Weiss « le rationnement n’existerai pas ». Le prix est en matière de crédit le taux d’intérêt rémunérant les prêteurs c'est-à-dire la banque. Le comportement des emprunteurs, les entreprises, lie, selon les auteurs, acceptation du taux d’intérêt sur les crédits et évaluation de leur propre risque. Si les emprunteurs anticipent un risque faible de défaut de remboursement de son emprunt, il n’accepte pas un taux d’intérêt élevé. Stiglitz et Weiss vont plus loin : un taux d’intérêt élevé accroît l’attractivité des projets risqués pour les entreprises. Du point de vue de la banque, le taux de remboursement anticipé est plus bas. Un niveau élevé des taux d’intérêt conduit donc les emprunteurs à des chois contraires aux intérêts des préteurs. Le taux de rendement du prêt anticipé par la banque peut donc croître moins vite que le taux d’intérêt et peut même décroître alors que ce dernier s’accroît .il existe un taux d’intérêt qui maximise le rendement de la banque soit R*. Il est concevable qu’au taux R* la demande de crédit excède l’offre de crédit. Le mécanisme d’ajustement attendu de l’offre et de la demande implique alors que le prix : le taux d’intérêt s’élève sous la poussée de la demande –offre et demande s’équilibrent alors à des quantités moindres pour un prix plus élevé. Ce taux d’intérêt qui ajusterait offre et demande n’est pas le taux d’intérêt optimum pour la banque. Compte tenu de son appréciation sur les emprunteurs risqués qui lie le niveau du taux d’intérêt et risque de projet, la banque ne prête pas à un demandeur qui accepte payer plus que le taux R*. A ce taux pourraient s’ajuster
  41. 41. 41 les conditions hors prix notamment les garanties sur les ressources de l’entreprise. Mais en accroissant les conditions hors prix de ses prêts la banque diminuera l’aversion pour le risque de ces emprunteurs et donc son propre taux e rendement. Les emprunteurs n’obtiennent donc pas de prêts même s’ils acceptent de payer un taux d’intérêt plus élevé : il y a rationnement de crédit. La banque souhaite que l’emprunteur respecte sa promesse de remboursement alors que celui-ci cherche à maximiser le rendement de son projet. Soit B le montant emprunté, et le taux d’intérêt. Emprunteur ne rembourse pas la banque si R, le revenu dégagé par le projet plus C (les collatéraux), sont insuffisants, c’est-à-dire : Le profit de l’emprunteur est : En cas d’échec sa perte se limite aux collatéraux, en cas de réussite, son profit n’est pas limité. Sur le graphique suivant, le profit de l’entreprise est r fonctions de R. la droite n°1 représente le profit de l’entreprise lorsqu’elle autofinance son investissement. La droite n°2 profit de l’entreprise lorsqu’elle emprunte à la banque. Le point d’intersection entre la droite n°2 et l’abscisse, le profit est nul car le revenu dégagé par le projet est égal aux remboursements.
  42. 42. 42 Pour un taux d’intérêt donné, le profit de l’entreprise augmente avec le risque, il existe donc une valeur critique de O (plus Ö est grand plus le risque est grand) telle que l’entreprise emprunte à la banque si et seulement si O > Ö. La valeur Ö pour la quelle l’entreprise ne dégage pas de profit. Lorsque le taux d’intérêt s’accroit la valeur critique de O en dessous de la quelle les emprunteurs ne demandent pas de crédit augmente. Le profit de la banque est Il est égal à la promesse de remboursement de l’emprunteur. La perte est limitée par le montant prêté (moins les collatéraux). Contrairement à l’emprunteur pour la banque le rendement espéré est une fonction décroissante du risque. 2°) L’équilibre de rationnement Par rapport à l’analyse traditionnelle de détermination de l’équilibre sur le marché du crédit le modèle de Stiglitz et Weiss ajoute une composante à la détermination de l’équilibre : le taux de rendement anticipé des crédits R*  La demande du crédit est une fonction décroissante du taux d’intérêt payé par les emprunteurs. soit Ld cette fonction.  L’offre de crédit Ls est une fonction de R* .taux de rendement anticipé des crédits. le modèle de Stiglitz et Weiss pose l’hypothèse que ce taux est une fonction décroissante du risque du crédit .l’offre de crédit ne dépend pas donc de la même variable que la demande.  Ces conditions expliquent que le taux d’intérêt Rm auquel offre et demande s’égalisent : - ne soit pas optimal pour l’un des agents : les banques - ne soit pas une position d’équilibre stable. a ce taux les banques ne maximisent pas leur profit .les clients qui acceptent de payer ce taux sont des clients à gros risque. A cet effet direct sur le risque des banques s’ajoute un effet indirect ; des clients sont évincés du marché parce que le risque qu’ils anticipent quant à leur opération ne justifie pas de payer ce taux.
  43. 43. 43  Si chaque emprunteur, ou chaque catégorie d’emprunteur, a une distribution de rendement anticipé de son projet β, stiglitz et Weiss proposent de considérer que les emprunteurs peuvent être répartis en deux groupes : - un groupe adverse au risque qui emprunte jusqu’à un taux d’intérêt R1 - un groupe risqué qui emprunte jusqu'à un taux d’intérêt R2 R1<R2  soit ρ(R*) la fonction qui exprime la relation entre la charge d’intérêt des emprunteurs et le taux de rendement anticipé de la banque par dollar emprunté. La fonction ρ(R*) n’est pas une fonction monotone parce que certains emprunteurs sortiront du marché à un niveau de taux d’intérêt > R1  au taux d’intérêt optimum R* la demande de crédit excède l’offre d’un montant Z mais toute banque qui accroîtrait son taux d’intérêt au déla de R* verrait diminuer son rendement par dollar prêté. Tant que l’excès de la demande représenté par Z, n’est pas satisfait le taux d’intérêt pratiqué est R* Au niveau d’équilibre réalisé est donc un équilibre de rationnement établi en fonction es anticipations des banques sur les risques encourus par leurs clients et de la relation opérée par les emprunteurs entre le risque de leur projet et le taux d’intérêt qu’ils acceptent de payer. c. Asymétries d’information ex post et rationnement du crédit  Le modèle de Williamson Selon Williamson (1986), dans la mesure où le dirigeant a intérêt à cacher les résultats de l’entreprise afin de minimiser ses remboursements, le prêteur peut être amené à contrôler l’entreprise financée. Le monitoring intervient une fois le défaut de paiement révélé de manière à s’assurer de la conformité des résultats déclarés et à récupérer, le cas échéant, le montant requis. Une augmentation des revenus anticipés liée à la hausse des taux d’intérêt peut alors être plus que compensée par les coûts anticipés du contrôle. Dans ces conditions, face à un risque potentiel, la banque peut préférer limiter son offre de crédit plutôt que d’augmenter le niveau des taux d’intérêt.
  44. 44. 44 Le modèle de Williamson confirme donc les résultats de Stiglitz et Weiss en considérant l’existence d’asymétries d’information ex post. Il ne permet pas cependant de spécifier la nature des entreprises affectées par le rationnement.  Le modèle de Yan Yan (1996) montre cependant que, en relâchant l’hypothèse du contrôle non aléatoire de la firme, on peut se prononcer sur la situation des PME. Dans ce modèle, le prêteur ne contrôle l’emprunteur que si la différence entre le paiement requis et celui obtenu est supérieure au coût du contrôle. Dans le cas contraire, le prêteur accepte une remise de dette. L’occurrence d’un contrôle n’apparaît crédible que si les coûts de litige encourus par la banque sont faibles. Si ces coûts sont élevés, le prêteur n’accorde pas de crédit. La faible occurrence d’un contrôle incite en effet les entreprises à faire de fausses déclarations, ce qui affecte le profit de la banque même si l’emprunteur accepte de payer un taux d’intérêt élevé. Compte tenu de la faiblesse de leur système d’information et de leur gestion centralisée sur le dirigeant-propriétaire, les coûts de contrôle sont, en cas de litige, particulièrement élevés sur la population PME ce qui surexpose en théorie ces entreprises au rationnement sur le marché du crédit. Les modèles explicatifs Origine du risque Causes des asymétries d’information Type de rationnement Etats de la nature Comportement des agents : aléa moral ex ante et ex post Néo-classiques Chaque état de la nature a une probabilité d’occurrence connue par tous les agents Non pris en compte : les actions des 2 parties sont spécifiées dans le contrat. Son respect est assuré par la justice Pas d’asymétrie d’information car les agents sont omniscients Pas de rationnement car l’offre et la demande s’ajuste par les prix Hodgman (1960) Chaque agent attache une probabilité d’occurrence aux différents états de la nature Non pris en compte Liées à la différence du jugement des banquiers et de l’emprunteur sur la probabilité de défaut de ce dernier Rationnement du type 1 et Type 3. Le banquier : est plus pessimiste et refuse de s’engager au taux d’intérêt en vigueur si le montant demandé et trop élevé Jaffee et Modigliani (1969) Pas de discussion sur l’origine du risque. Le banquier Non pris en compte Pas d’asymétrie d’information : la probabilité de défaut est connue par le prêteur et l’emprunteur Rationnement du type 3 lié à des contraintes exogènes : la banque ne peut appliquer le taux d’intérêt
  45. 45. 45 connait la probabilité de défaut de chaque projet. correspondant au risque des emprunteurs Hodgman (1961) Non pris en compte Non pris en compte Non pris en compte Rationnement du type 3 concernant les emprunteurs non déposants en raison des contraintes exogènes (la banque ne peut pas rémunérer les dépôts à vue des clients Fried et Howit (1980) Ni l’emprunteur, ni le banquier ne connaissent la probabilité de réalisation de l’état défavorable de la nature. Celui-ci concerne aussi bien l’emprunteur (échec du projet) que le banquier (augmentation des coûts des ressources) Non pris en compte : car les agents ne sont pas opportunistes Les asymétries d’information sont causées par des variables aléatoires. Chaque partie s’engage à ne pas répercuter sur l’autre les chocs subis Rationnement du type 4 qui concerne les nouveaux demandeurs du crédit Jaffee et Russel (1976) Ne concerne que les clients malchanceux. La probabilité de réalisation de l’état défavorable de la nature est inconnue par les clients mal chanceux et par le banquier. Aléa moral ex ante : non pris en compte Aléa moral ex post : Connue par les clients mal honnêtes mais inconnue par le banquier Les clients mal honnêtes se comportent comme s’ils étaient honnêtes vis-à-vis de la banque Rationnement de type 1 et 2 : au-delà d’un certain montant de crédit , la banque rationne les clients car la probabilité de défaillance des clients malhonnêtes devient trop importantes Stiglitz et Weiss (1981) La probabilité de réalisation de l’état défavorable de la nature est connue Aléa moral ex ante : Connu uniquement par les emprunteurs Aléa moral ex post : Non pris en compte Les emprunteurs sont omniscients, mais, en raison de leur opportunisme, ils ne diffusent pas l’information au prêteur. Rationnement « pur » type 2 : les emprunteurs écartés ont les mêmes caractéristiques que ceux qui obtiennent

×