Un groupe du milieu de la technologie au 
Nouveau­Brunswick initie l’Heure de Code dans les 
écoles francophones. 
Le 22 o...
participation des écoles francophones du Nouveau­Brunswick au programme. Or, cet 
obstacle a été corrigé. 
« En raison de ...
 ​« Nos jeunes savent utiliser la technologie, mais nous devons nous assurer de les 
habiliter et de leur fournir la capac...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Huddle: "Un groupe du milieu de la technologie au Nouveau-Brunswick initie l’Heure de Code dans les écoles francophones"

341 vues

Publié le

* Déjà apparu sur Huddle

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
341
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Huddle: "Un groupe du milieu de la technologie au Nouveau-Brunswick initie l’Heure de Code dans les écoles francophones"

  1. 1. Un groupe du milieu de la technologie au  Nouveau­Brunswick initie l’Heure de Code dans les  écoles francophones.  Le 22 octobre 2015  Huddle – Bureau du personnel      Moncton – Un groupe de gens passionnés du milieu de la technologie au  Nouveau­Brunswick espère initier l’Heure de Code dans les écoles francophones.  Si leurs efforts aboutissent, le Nouveau­Brunswick serait la première province au Canada  à obtenir la participation de toutes ses écoles à ce programme.  L'Heure de Code​ est un mouvement mondial destiné aux élèves de la maternelle à la 12​e   année, qui vise à inspirer les élèves, à augmenter la diversité technologique et à  incorporer cette expertise tant recherchée en technologie aux programmes scolaires.  L’année passée, au­delà de 100 millions d’élèves dans le monde ont participé à l'Heure de  Code, dont plusieurs élèves anglophones du Nouveau­Brunswick.  Un des initiateurs du mouvement, Denis Daigle, co­fondateur technique d’​Ongozah​, a  déclaré que le manque de ressources en traduction est la raison qui a empêché jusque­là la 
  2. 2. participation des écoles francophones du Nouveau­Brunswick au programme. Or, cet  obstacle a été corrigé.  « En raison de la croissance rapide et de la vulgarisation de L'Heure de Code dans  plusieurs pays dans le monde, il y a eu un manque de matériel traduit et d’applications  d’appoint. Maintenant cependant, nous sommes heureux de disposer de Vizwik, une  plateforme sociale d’apprentissage pour créer des applications mobiles rapides et  bilingues, où l’on retrouve à l’intérieur un outil de programmation visuelle.   D’autres leaders communautaires et économiques se joignent à Denis Daigle, notamment  Jeff Wilson, directeur général de ​Labos créatifs​, et Roddy Awad, président de ​TKS​.  Martine Paquet, consultante spécialiste en éducation et technopédagogie  (www.martinepaquet.com) et enseignante, fait également partie de l’équipe. Ensemble,  ils travailleront en étroite collaboration avec des représentants­es de la province, soit  Michelle Austin, agente d’éducation des professions scientifiques, et René Boudreau,  directeur général du Conseil de la recherche et de l’innovation.  L’équipe se propose de recruter un champion ou une championne de la cause, une  personne passionnée de technologie dans chacune des 93 écoles francophones de la  province. Le comité travaillera avec ces champions et championnes et leur fournira les  outils nécessaires pour qu’ils puissent organiser l'Heure de Code dans leur école  respective. Les séances se tiendront entre le 7 et le 11 décembre.  Toujours selon Daigle, la capacité de codage est non seulement « chouette » pour les  enfants, mais elle s’impose comme une exigence pour l’avenir.  « La programmation, la pensée informatique et la science  informatique règlent tout ce qui nous entoure; de nos voitures, en  passant par nos téléphones, nos applications mobiles, nos  ordinateurs, nos tablettes, jusqu’à nos machines à laver et nos  réfrigérateurs. Nous nous dirigeons de plus en plus vers la  robotisation, l’internet des objets et l’expérimentation virtuelle. Or  toute cette technologie relève de la programmatique de base, »  ajoute­t­il.”  L'Heure de Code dans les écoles francophonesPage 2​sur 3
  3. 3.  ​« Nos jeunes savent utiliser la technologie, mais nous devons nous assurer de les  habiliter et de leur fournir la capacité de créer avec la technologie pour qu’ils puissent  véritablement influencer et façonner l’avenir. »  – 30 –  L'Heure de Code dans les écoles francophonesPage 3​sur 3

×