COURS DE RISQUES NATURELS : 
LES FONDAMENTAUX 
Professeur : G. Garry 
 
Matteo MAIORINO 
Université Marne‐la‐Vallée Paris ...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  6   * MERGEFOR‐
MAT  
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a inté...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
 
 
 
La 
(co
(de
ces
car
disc
une
aut
 
‐ On
qui
pro
rap
peu
 
 
o Les on
dans u
vitesse  de 
efficient  d’
nsité du m
  ...
 
 
 
 
 
11..11
 
Il  y  a  diff
d’introduir
 
‐ La m
ou 
l’Am
tre
pas
et e
inst
ma
log
l’am
est 
ma
suiv
 
 
A e
sur
de ...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :  
L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT L...
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
MAIORINO
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

MAIORINO

100 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
100
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

MAIORINO

  1. 1. COURS DE RISQUES NATURELS :  LES FONDAMENTAUX  Professeur : G. Garry    Matteo MAIORINO  Université Marne‐la‐Vallée Paris 13  24/11/2010  Rapport sur le séisme du 6 avril  2009 qui a frappé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRE‐ CEDENT, DURANT ET SUIVANT LE  TREMBLEMENT DE TERRE   
  2. 2.                                                     6   * MERGEFOR‐ MAT   Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’ÉVALUATION DES RISQUES AVANT, PENDANT ET APRÈS LE TREMBLEMENT DE TERRE 
  3. 3. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        2  CHAPITRE 1 L’ALÉA SISMIQUE ................................................................................................................... 4  1.1   LE SÉISME : LE PHÉNOMÈNE PHYSIQUE ...................................................................................................... 5  1.1.1  LES PARAMÈTRES DE L’HYPOCENTRE (OU FOYER) D’UN SÉISME ........................................................................... 5  1.1.2   LES ONDES SISMIQUES ................................................................................................................................ 5  1.1.3  LES GRANDEURS SISMIQUES ......................................................................................................................... 7  1.1.4   LES INSTRUMENTS DE MESURE : LES SISMOGRAPHES ........................................................................................ 8  1.2   RISQUE SISMIQUE ............................................................................................................................... 10  1.3   PRÉDICTION DES SÉISMES ..................................................................................................................... 10  1.3.1   LES ÉLÉMENTS PRÉCURSEURS ..................................................................................................................... 11  CHAPITRE 2 LE LIEU OÙ L’ÉVÉNEMENT S’EST PRODUIT : LE SITE, LA GÉOMORPHOLOGIE, LES ENJEUX ...... 13  2.1   ENCADREMENT DU TERRITOIRE .............................................................................................................. 14  2.1.1   LA GÉOMORPHOLOGIE ............................................................................................................................. 14  2.1.2   LES ASPECTS GÉOLOGIQUES LES PLUS IMPORTANTS ........................................................................................ 15  2.2   LA VILLE DE L’AQUILA ......................................................................................................................... 16  2.2.1   UNE BRÈVE RÉSUMÉE SUR LE CONTEXTE GÉOMORPHOLOGIQUE ....................................................................... 16  2.2.2   LES ENJEUX DE LA VILLE ET SES ENVIRONS– LE PATRIMOINE ET LES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ................................. 17  CHAPITRE 3 LA PROBLÉMATIQUE : L’ÉVALUATION DES RISQUES PRÉCÉDENT, DURANT  ET SUIVANT LE  SÉISME .................................................................................................................................................... 20  3.1   LE CADRE RÉGLEMENTAIRE PRÉCÉDENT  LE SÉISME ...................................................................................... 22  3.1.1   NIVEAU NATIONAL ................................................................................................................................... 22  3.2   LE SÉISME DU 6 AVRIL 2009 ................................................................................................................. 25  3.2.1   LES ÉVÉNEMENTS .................................................................................................................................... 25  3.2.2   PRISE EN COMPTE DES MESURES À COURT TERME ET À LONG TERME................................................................. 26  3.3   LA RECONSTRUCTION APRÈS LE SÉISME .................................................................................................... 31  3.3.1   LE MICRO‐ZONAGE SISMIQUE (MS) À L’AIDE D’UN NOUVEL AMÉNAGEMENT .................................................... 31  3.3.2   LE NOUVEL AMÉNAGEMENT ...................................................................................................................... 37  3.3.3   LA CONCEPTION ET LA RÉALISATION : LE « PLAN C.A.S.E. », LE « M.A.P » ET LE« M.U.S.P. » ........................... 40  CHAPITRE 4 CONCLUSION ........................................................................................................................ 47  RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIQUES .............................................................................................................. 50  BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................................................... 50  SITOGRAPHIE .............................................................................................................................................. 51     
  4. 4. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        3    Avant  de  bien  aborder  la  problématique  centrale  du  travail  que  j’ai  développé  autour  de  l’évaluation des risques avant, pendant et après le séisme qui a frappé le centre de l’Italie en avril  2009,  il  me  semble  pertinent  de  prévoir  une  petite  introduction  dans  laquelle  d’expliquerai  pourquoi et surtout comment j’ai conduit ce travail, tout en en détaillant les diverses étapes.  La première étape a consisté à trouver l’aléa et isoler une problématique intéressante à articuler.  Ensuite, l’étape suivante a été de construire un raisonnement bien articulé, pour pouvoir exposer  au mieux de mes possibilités, la problématique choisie, ainsi que présenter mon avis et, bien sûr,  susciter des questions et faire réfléchir sur le sujet.  Il m’a fallu pour cela effectuer une recherche très riche, tout en essayant de me documenter le  plus  possible  et  de  rassembler  nombreuses  informations  concernant  le  séisme  et  notamment  pouvoir prendre connaissance des détailles sur le séisme objet de cette étude.  C’est  pour  quoi  j’ai  conduit  ma  recherche,  à  la  fois  allant  cherche  sur  internet  et  bien  sûr  en  cherchant des renseignements autour de la problématique choisie, tout en essayant de pouvoir  obtenir le maximum d’informations pour chacune des parties dont mon étude est composée.    Avant de commencer à développer chaque partie de mon étude, je veux essayer d’introduire la  structure de ce rapport, tout en essayant d’expliquer la logique de mon raisonnement.  J’ai choisi de commencer par un premier chapitre concernant une introduction sur l’aléa sismique,  afin  d’en  isoler  les  concepts  les  plus  fondamentaux  et  de  comprendre  en  premier  lieu  le  phénomène physique et en deuxième lieu les risques associés au séisme. Ensuite, j’ai décidé de  préparer  un  deuxième  chapitre  qui  a  pour  objet  d’introduire  à  la  fois  le  contexte  territorial  et  morphologique de la région et les enjeux concernant la ville qui a été le lieu de l’épicentre du  séisme.  Le  troisième  chapitre  est  ciblé  sur  le  sujet  central  de  mon  étude,  c'est‐à‐dire  la  problématique  de  l’évaluation  du  risque  avant,  pendant  et  après  le  tremblement  de  terre.  Ce  chapitre a été subdivisé en trois parties, qui représentent les trois axes autour desquels j’ai décidé  de  structurer  l’analyse  de  la  problématique :  une  première  phase  centrée  sur  l’analyse  des  différents règlements en matière d’aménagement du territoire à tous les niveaux administratifs  (national,  régional,  provincial  et  communal)  et  qui  a  pour  but  de  vérifier  ce  que  ces  outils  réglementaires prévoyaient autour de la prévention du risque sismique. Plus une deuxième partie  concernant  le  moment  qui  suit  immédiatement  le  tremblement  de  Terre,  en  vue  de  raconter,  d’abord les événements en détail et ensuite présenter toutes les mesures prise en compte à court  terme comme à long terme. Enfin une dernière partie concernant la phase suivante au séisme,  c’est‐à‐dire  celle  de  la  reconstruction,  tout  en  présentant  les  choix  pris  en  compte  par  le  gouvernement, les administrations locales et la protection civile.  J’aimerais finalement présenter mon avis dans un tout dernier chapitre, dans lequel j’exposerai  également plusieurs autour du sujet amplement développé en vue de susciter un débat intelligent  et constructif.     
  5. 5. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        4                                              CCHHAAPPIITTRREE  11  LL’’AALLEEAA  SSIISSMMIIQQUUEE                   
  6. 6. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        5  11..11     LLEE  SSEEIISSMMEE  ::  LLEE  PPHHEENNOOMMEENNEE  PPHHYYSSIIQQUUEE     Un séisme est le résultat de la libération brusque d'énergie accumulée par des contraintes liées à  des configurations géologico‐morphologiques bien particulières qui vont favoriser la fracturation  des roches en profondeur. Cette fracturation est due à une grande accumulation d'énergie qui se  libère, en créant ou en faisant rejouer des failles, au moment où le seuil de rupture mécanique des  roches est atteint.  La croûte terrestre est constituée de plusieurs grandes plaques qui évoluent les unes par rapport  aux  autres :  certaines  s'écartent,  d'autres  convergent,  et  d'autres  coulissent.  La  plus  part  des  séismes sont localisés au voisinage des limites de ces plaques.  Avant  tout,  il  faut  introduire  tous  les  paramètres  les  plus  importants  qui  permettent  de  caractériser un séisme, pour mieux en comprendre les effets.    11..11..11   LLEESS  PPAARRAAMMEETTRREESS  DDEE  LL’’HHYYPPOOCCEENNTTRREE  ((OOUU  FFOOYYEERR))  DD’’UUNN  SSEEIISSMMEE     L’hypocentre d’un séisme est le point de départ de la rupture sismique sur la faille. La projection  de l’hypocentre sur la surface terrestre s'appelle l’épicentre. Ce dernier peut être déterminé à  travers  divers  procédés.  Le  premier  permet  de  calculer  la  distance  épicentrale  à  partir  de  la  différence HS‐HP entre les heures d’arrivée des ondes S et P1  et l’azimut (α )2  de l’épicentre à partir  des amplitudes An et Ag de la première impulsion sur les composantes nord‐sud et est‐ouest. Un  deuxième procédé, de détermination plutôt rapide, utilise les données de plusieurs stations et les  distances déduites des différences de temps HS‐HP. Ces méthodes sont cependant peu précises et  ne peuvent servir qu’à un contrôle de l’interprétation. La détermination précise d’un épicentre est  confiée  à  un  procédé  qui  se  trouve  être  un  croisement  des  deux  méthodes  précédemment  introduites.    11..11..22     LLEESS  OONNDDEESS  SSIISSMMIIQQUUEESS     L’onde  sismique  est  une  onde  mécanique,  c’est‐à‐dire  le  phénomène  de  propagation  d’une  perturbation dans tout milieu naturel sans transport de matière.  Les  vibrations  engendrées  par  un  séisme  se  propagent  dans  toutes  les  directions.  On  peut  distinguer les ondes de volume qui traversent la terre et les ondes de surface qui se propagent  parallèlement à sa surface :    ‐ Ondes de volume :  o Les ondes longitudinales (P) : les particules du milieu solide traversé sont déplacées  dans la direction de propagation :  ( )2 PV λ μ ρ + =                                                                  1   Voir paragraphe 1.1.2  2  L’azimut est l'angle horizontal entre la direction d'un objet et une direction de référence (souvent le Nord  géographique). 
  7. 7.       La  (co (de ces car disc une aut   ‐ On qui pro rap peu     o Les on dans u vitesse  de  efficient  d’ nsité du m   ondes  vib actérisée p continuités  e surface d tres ondes r des de surf   se  propag ofonds,  ces  pides  que  le ut distingue o L’onde essenti provoq fondat Rappor L’EVALU FFiigguurree   des transve n plan perp FFiigguurree   propagatio élasticité  d ilieu traver brent  n’est ar une pert liées à sa s e discontin réfractées.  face : La se gent  le  long ondes  tra es  ondes  d er :  e  de  Love  iellement  le quent un éb ions des éd rt sur le séism UATION DES RIS 11  ——  RReepprréésseen ersales (S) : pendiculaire 22  ——  RReepprrééssee on  de  ce  ty du  milieu  tr sé par l’ond   ni  homog te d’énergie structure in uité, en gé econde caté g  de  la  sur nsmettent  e  volume,  :  en  ce  q e  même  q branlement  ifices.  me du 6 avril 2 SQUES PRECED nnttaattiioonn  ddee  pprro    les particu e à la directi ennttaattiioonn  ddee  pprr   ype  d’onde raversé  par de) au déno gène  ni  iso e. En outre  trinsèque, i néral, la pr égorie d'ond rface  du  gl la  plus  gra mais  leur  a qui  concern ue  celui  de horizontal  2009 qui a in ENT, DURANT E rooppaaggaattiioonn  dd''oo ules du milie ion de prop rrooppaaggaattiioonn  dd''oo   dépend  d r  l’onde)  pr ominateur.  otrope,  il  p le fait que  il permet, lo roduction d des sismiqu obe ;  dans  ande  partie amplitude  e ne  ce  genr es  ondes  S  qui occasio ntéressé L’Aqu  ET SUIVANT LE   oonnddeess  PP   eu solide tr pagation : V   oonnddeess  SS   e  λ (coeffi résents  au  Le fait que permet  que la Terre es orsqu’une o de deux ond ues est con les  trembl e  de  l'éner est  général re  d’onde,  sans  mou onne de no uila :   E TREMBLEMEN   6  aversé sont SV μ ρ =   cient  de  La numérateu e le milieu d e  la  propa st caractéris onde P ou S des réfléch stituée par lements  de rgie.  Elles  s lement  plus le  déplac vement  ve mbreux dég NT DE TERRE  t déplacées amé)  et  μ ur  et  de  ρ dans lequel gation  soit sée par des S rencontre ies et deux r des ondes e  terre  peu sont  moins s  forte.  On cement  est rtical.  Elles gâts sur les s  l  t  s  e  x  s  u  s  n  t  s  s 
  8. 8.           11..11   Il  y  a  diff d’introduir   ‐ La m ou  l’Am tre pas et e inst ma log l’am est  ma suiv     A e sur de  o L’onde sembla horizon ..33   LLEESS  GGRRAA férentes  gra re les grand magnitude  des témoig méricain  q mblement d s une échel en principe truments q gnitude  pe arithmique mplitude du dix fois plu gnitude 4.  vante :  est l’amplitu tout utilisée magnitudes Rappor L’EVALU FFiigguurree e de Rayleig able à celui ntal et verti FFiigguurree  44 ANNDDEEUURRSS  SSIISSMM andeurs  po deurs les plu : c’est une  gnages de la ui  en  1935 de terre et  le en degré  n’a pas de ui ont pour eut  être  do .  Ce  fait  u mouveme us fort qu’u La  fonction ude mesuré e pour des  s :  rt sur le séism UATION DES RIS ee  33  ——  MMooddee  dd gh : ce sont   d’une pou ical, c'est‐à‐ 44  ——  MMooddee  ddee  pp MMIIQQUUEESS   our  caracté us importan valeur intri a populatio 5  l’a  intro pouvoir ain és, mais une e limites. En r fonction de onc  représe permet  de ent varie d’u un séisme d n  qui  décrit logLM = ée en mm  séismes pro me du 6 avril 2 SQUES PRECED ddee  pprrooppaaggaattiioo des ondes  ussière port ‐dire un mo pprrooppaaggaattiioonn  dd ériser  un  sé ntes.  insèque du  n. Elle est m duite  pour nsi compare e fonction c n réalité, sa e mesurer l entée  par  e  faire  cha un facteur  de magnitu t  la  Magnit g 2,48A− + et  γ  est la oches, dits  2009 qui a in ENT, DURANT E onn  ddeess  oonnddeess  dd dont le dé tée par une ouvement e ddeess  oonnddeess  ddee éisme.  Ce  séisme, ind mesurée su r  estimer  l er les séism continue, q  valeur min les séismes, une  foncti anger  d’un 10. Par exe ude 5 et cen tude  Locale 2,76logγ a distance e séismes loc ntéressé L’Aqu  ET SUIVANT LE   ddee  LLoovvee   placement  e vague, un lliptique.    RRaayylleeiigghh   pour  quoi  dépendante r l’échelle d l’énergie  li mes entre eu ui peut être nimale est l , c'est‐à‐dir on,  en  par e  unité  la mple, un sé nt fois plus e est  représ en kilomètr caux. Il exist uila :   E TREMBLEMEN   7  est assez co n mouveme je  vais  ain e du lieu d’o de Richter,  bérée  au  ux. La magn e négative  iée à la sen e les sismog rticulier  un a  magnitud éisme de m  fort qu’un sentée  par  res. Cette r te donc d’a NT DE TERRE  omplexe et ent à la fois nsi  essayer observation du nom de foyer  d’un nitude n’est ou positive nsibilité des graphes. La ne  fonction de,  lorsque magnitude 6 n séisme de la relation relation est utres types t  s  r  n  e  n  t  e  s  a  n  e  6  e  n  t  s 
  9. 9. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        8    • Magnitude de durée (MD) : comme pour le cas de ML, elle est plutôt utilisée pour des  séismes proches, mais elle est définie à partir de la durée du signal.  • Magnitude des ondes de surface (MS) : elle est utilisée pour les séismes lointains, dits  téléséismes,  dont  la  profondeur  est  inférieure  à  80 km.  Elle  se  calcule  à  partir  de  l’amplitude des ondes de surface.  • Magnitude  des  ondes  de  volume  (MB) :  cette  magnitude  est  définie  pour  tous  les  téléséismes  et  en  particulier  pour  les  séismes  profonds,  car  ceux‐ci  génèrent  difficilement des ondes de surface. Elle est calculée à partir de l’amplitude de l’onde P.  • Magnitude d’énergie ou de Kanamori (MW) : elle est définie pour les très gros séismes.  Elle  est  calculée  à  partir  d’un  modèle  physique  de  source  sismique  et  est  reliée  au  moment sismique m0 (Moment sismique).    En principe, un séisme se caractérise par une seule magnitude, mais en pratique on obtient  des  résultats  légèrement  différents  suivant  l’appareil  utilisé  et  suivant  le  type  d’ondes  enregistrées. Les résultats diffèrent beaucoup plus pour les très gros séismes, en particulier  ceux dont la magnitude est supérieure à 7, le calcul des magnitudes MS et MW  est alors  mieux adapté.    ‐ Le  moment  sismique :  la  grandeur  la  plus  utilisée  par  les  sismologues  pour  étudier,  comprendre et décrire un séisme. Il se définit en général comme ceci :    0m SDμ=     où  μ est la rigidité du milieu, S le déplacement moyen sur la faille et D la surface de la  faille.  Le moment sismique est proportionnel à la chute des contraintes ainsi qu’à la longueur de  la faille au cube. Ce pour quoi l’on peut relier L, M0 et ML par la formule suivante :    0log 1,5 16,3LM M= +     11..11..44     LLEESS  IINNSSTTRRUUMMEENNTTSS  DDEE  MMEESSUURREE  ::  LLEESS  SSIISSMMOOGGRRAAPPHHEESS     A la base de l’étude d’un séisme se trouvent les sismographes. La plupart des sismographes sont  de  type  pendulaire,  c'est‐à‐dire  qu'ils  consistent  essentiellement  en  une  masse  rigide  mobile  autour  d'un  axe  de  suspension ;  mais  il  existe  aussi  des  appareils  sensibles  aux  variations  de  pression et d'autres qui permettent de mesurer les variations de la distance entre deux points  repères liés au sol. Lorsque le support d'un pendule subit un déplacement brusque, la masse tend  à rester immobile en vertu de son inertie, et la partie mobile tourne autour de l'axe d'oscillation  conjugué de l'axe de suspension. Le mouvement relatif entre la masse et le support est amplifié  par  des  moyens  mécaniques,  optiques,  électromagnétiques  ou  électroniques  et  enregistré  par 
  10. 10. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        9  divers procédés, mécaniques, photographiques ou magnétiques. Suivant la direction de l'axe de  suspension, on distingue :    • les sismographes verticaux, dont l'axe est horizontal et qui réagissent à la composante  verticale des mouvements du sol (le plan d'équilibre, défini par l'axe de suspension et le  centre de gravité de la partie mobile, est rendu horizontal en suspendant cette dernière  au support par un ressort à boudin) ;      FFiigguurree  55  ——  SSiissmmooggrraapphhee  vveerrttiiccaall     • Les  sismographes  horizontaux,  dont  l'axe  de  suspension  est  incliné  légèrement  par  rapport  à  la  verticale  et  qui  sont  sensibles  aux  composantes  horizontales  du  mouvement  du  sol  (deux  composantes  rectangulaires,  une  longitudinale  et  l’autre  transversale par rapport à une source donnée, ou nord‐sud et est‐ouest).      FFiigguurree  66  ——  SSiissmmooggrraapphhee  hhoorriizzoonnttaall  
  11. 11. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        10    11..22     RRIISSQQUUEE  SSIISSMMIIQQUUEE     Qu’est‐ce que le risque ? Le risque est à la fois l’aléa multipliée par les enjeux 3  et l’aléa multipliée  par la vulnérabilité4 , que ce soit une approche quantitative ou une approche qualitative.   En  général  on  peut  dire  que  la  prédiction  des  séismes  à  court  terme  n'est  pas  possible  actuellement,  il  faut  évaluer  le  risque  qu'un  séisme  destructeur  se  produise  pour  protéger  efficacement une région par des constructions adaptées et pour préparer la population5 .  La condition idéale que cherchent tous ceux qui étudient le problème du risque sismique ce serait  de  pouvoir  évaluer  dans  une  région  données  les  dégâts  les  plus  importants,  que  les  séismes  peuvent  occasionner.  C’est  pour  quoi  les  sismologues  vont  arriver  à  déterminer  l’intensité,  macrosismique maximale et notamment l’accélération du sol qui est étroitement liée à l’intensité6 .  Le problème de la détermination du risque sismique se réduit à la quantification de l’accélération  maximale que le sol est susceptible de subir pendant un tremblement de terre.  Cependant il est rarement possible de connaître avec précision les mouvements que le sol subit à  chaque instant. Pourtant les sismologues sont obligés de raisonner en terme de probabilités, c'est‐ à‐dire qu’une étude de risque peut donner comme résultat une accélération maximale que le sol  peut subir, ainsi qu’un pourcentage des « chances » pour que cette valeur soit atteinte au cours  d’une période de référence. Enfin sur la base de ces valeurs on peut classer les zones selon une  échelle de risque et ensuite tracer des carte plus globales de zonage sismique.    11..33     PPRREEDDIICCTTIIOONN  DDEESS  SSEEIISSMMEESS     La chose la plus intéressante ce n’est pas la capacité d’établir des cartes de zonage sismique, mais  plutôt  d’arriver  à  être  capable  de  savoir  si  un  séisme  considérable  serait  susceptible  de  se  produire.   D’abord  il  faut  essayer  de  définir  ce  qu’est  la  « prédiction  sismique » :  « elle  peut  être  définie  comme la recherche d’un ensemble de méthodes permettant de prévoir précisément la date, le  lieu et la magnitude d’un séisme à venir »7 .  Pour atteindre cette fin tout d’abord il faut bien concevoir un réseau de sismographes autour de la  zone qui fait l’objet de cette étude, afin d’estimer la magnitude maximale possible, la récurrence  des séismes et tous les paramètres qui caractérisent un tremblement de terre en tant que tel. Le  fait d’enregistrer une activité sismique de façon très fiable pendant dix ans, ne signifie absolument  pas par ailleurs, qu’aucune séisme important ne se présentera à plus long terme (50 ou 100 ans).  C’est  pour  quoi  les  scientifiques  essayent  de  retrouver  la  trace  de  séismes  anciens,  tout  en  essayant  de  connaître  l’histoire  sismologique  de  la  zone  objet  de  l’étude.  Cette  dernière  peut                                                               3 tous les éléments qui concernent l’occupation du sol, c'est‐à‐dire les hommes, le patrimoine, les infrastructure, le  biens en général   4  c’est le niveau d’endommagement prévisible d’un enjeu vis‐à‐vis d’un aléa  5  C’est ce qu’on appelle plus en général « prévention », ça veux dire toutes les actions que l’on peut mettre en œuvre  pour atténuer les conséquences d’un événement, avant qu’il ne se produise  6  L’accélération est une grandeur physique ; l’intensité est une grandeur plus subjective.  7  Cfr. http://eost.u‐strasbg.fr/pedago/Accueil.html 
  12. 12. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        11  permettre non seulement de connaître le type et la taille des séismes qui ont touché la zone, mais  surtout leur fréquence8 .  Il  existe  d’ailleurs  une  autre  opération  fondamentale  à  accomplir,  qui  consiste  à  identifier  des  signes précurseurs qui puissent être liés à un séisme. Les deux approches sont nécessaires pour  atteindre  la  prédiction  sismique :  l’étude  probabiliste  et  l’élaboration  d’une  méthode  déterministe.  Il existe différentes méthodes déterministes en ce qui concerne la prédiction des séismes. Afin des  valider une méthode il faut que les conditions suivantes soient respectées :    1. identification  des  éléments  précurseurs,  tout  en  définissant  précisément  les  anomalies  observées ;  2. essayer d’établir une corrélation entre ces anomalies et des séismes observés par la suite ;  3. interpréter les anomalies par des processus physiques réalistes ;  4. élaborer un modèle physique prédictif.    Au jour d’aujourd’hui le monde scientifique n’est pas encore arrivé à trouver une méthode qui  permet  de vérifier ces quatre  conditions,  notamment  les deux  dernières.  Cela  pour  différentes  raisons, qui peuvent être résumées ainsi :    a. on ne sait pas précisément quels facteurs provoquent un séisme ;  b. les paramètres en jeu sont très nombreux ;  c. il existe encore plusieurs difficultés à déterminer les paramètres physiques de certaines  roches à cause de leur profondeur.    11..33..11     LLEESS  EELLEEMMEENNTTSS  PPRREECCUURRSSEEUURRSS     Il me semble indispensable de donner quelques éléments en ce qui concerne les « précurseurs  sismiques ».  L’analyse  et  la  recherche  bibliographique  m’ont  permis  de  trouver  plusieurs  documents concernant le sujet, parmi lesquels je voudrais évoquer l’étude conduite par l’Institut  National  de  Géophysique  et  Vulcanologie  (INGV)  d’Italie,  qui  indique  toutes  les  considérations  concernant la prédiction des séismes, notamment celles qui ont été formulées lors du séisme du 6  Avril 2009 qui a frappé toute la Province de L’Aquila.  Ce  document  est  centré  sur  l’analyse  des  précurseurs  sismiques,  tout  en  se  posant  plusieurs  questions sur leur validité. Cette étude focalise l’attention, notamment, sur deux précurseurs : la  sismicité et les émissions de radon9 .    ‐ Le précurseur sismique : Lors d’une série de secousses, la probabilité qu’un tremblement  de terre de grande magnitude survienne augmente. Cependant ces modèles de prévisibilité  ne peuvent prévoir  l’épicentre du séisme, ni donner de renseignements sur les « fausses                                                               8  À l’aide de l’évaluation de cet aléa les scientifiques utilisent la paléosismologie  9  Les données qui sont été analysées concernent des études publiées avant le séisme des Abruzzes. 
  13. 13. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        12  alertes »10 . Les modèles qui utilisent ce précurseur sont plus performants à la description  de séquences sismiques de aftershock  ‐ Le précurseur radon : le radon est le plus lourd des tous les gaz inertes, il est incolore,  inodore, se dissout dans l’eau et il est l’unique gaz radioactif qui existe dans la nature. Il est  présent dans toutes les roches qui constituent la croûte terrestre, notamment dans celles  d’origine volcanique. Ce précurseur se base sur le principe que, lorsque la croûte terrestre  varie (suite à séismes, l’accumulation de magma, etc.) son état de fracturation se modifie  en conséquence et des nouvelles voies de fuite pour les gaz en profondeur sont ouvertes.  Ce  pourquoi  les  émissions  de  radon  peuvent  être  modifiées.  Cependant  au  jour  d’aujourd’hui les études sur le radon ont donné des réponses opposées : soit il y a eu des  variations des émissions de radon à la suite desquelles on n’a pas eu un tremblement de  terre, soit certains séismes n’ont pas causé d’émissions de radon. Pourtant la communauté  scientifique  ne  peut  que  considérer  le  radon  comme  un  potentiel  précurseur  sismique,  puisqu’elle ne peut pas démontrer sa fiabilité scientifiquement.                                                                     10  C’est le cas des modèles comme l’ETAS (appliqué au cas du séisme du 6 avril 2009 à L’Aquila), qui a été utilisé afin  du quantifier la probabilité que la série de secousses, commencées depuis janvier 2009 sur les Abruzzes, pouvait  permettre de prévoir une secousse de magnitude 5,5. La probabilité calculée a été de 0,01%, c’est‐à‐dire que sur 1000  séries de secousses sismique seulement une peut permettre d’anticiper de façon certaine un tremblement de 5,5 de  magnitude. 
  14. 14. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        13                                     CCHHAAPPIITTRREE  22  LLEE  LLIIEEUU  OOUU  LL’’EEVVEENNEEMMEENNTT  SS’’EESSTT   PPRROODDUUIITT  ::  LLEE  SSIITTEE,,  LLAA  GGEEOOMMOORRPPHHOOLLOOGGIIEE,,  LLEESS   EENNJJEEUUXX                        
  15. 15. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        14  Le  deuxième  chapitre  a  la  fonction  d’introduire  le  contexte  territorial,  géomorphologique  et  humain, ainsi que analyser les enjeux, afin de pouvoir connaître l’environnement dans lequel a eu  lieu le séisme du 6 avril 2009 qui a frappé L’Aquila et ses environs.    22..11     EENNCCAADDRREEMMEENNTT  DDUU  TTEERRRRIITTOOIIRREE     22..11..11     LLAA  GGEEOOMMOORRPPHHOOLLOOGGIIEE     Au niveau régional les Abruzzes se situent au centre de l’Italie, ayant pour frontières au nord la  région des Marches, à l’ouest et ou sud‐est la région de Latium, au sud‐est le Molise et à l’est la  mer Adriatique.      Le territoire est très varié du point de vue de sa géomorphologie : à la fois la chaîne des Apennins  qui atteint sa largeur et sa hauteur maximales (son point le plus élevé, le Corno Grande, culmine à  2912 m, dans le massif du Gran Sasso) et, au sud du massif, une plaine de 20 Km fois 7 km à une  altitude de 1800 m.  Les paysages sont très variés : ils sont caractérisés à la fois par des hautes prairies rocailleuses et  de vastes forêts humides. Autour des massifs s’étendent trois importantes vallées :    ‐ La conque de L’Aquila, à 700 m d’altitude ;  ‐ La conque du Fucin, à 650 m d’altitude ;  ‐ La conque de Sulmona, à 400 m d’altitude    Il  n’y  a  pas  de  véritables  plaines ;  en  revanche  il  y  a  des  plaines  d’altitude  (comme  celles  introduites précédemment) et une plaine de littoral tout au long de la côte adriatique, notamment  là où les fleuves se jettent dans la mer.  FFiigguurree  77  ‐‐  CCaarrttee  dd''IIttaalliiee   FFiigguurree 88 ‐‐ CCaarrttee ddeess AAbbrruuzzzzeess  
  16. 16. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        15  En  ce  qui  concerne  l’approvisionnement  naturel  en  eau,  ce  territoire  est  caractérisé  par  des  précipitations  abondantes  et  par  des  températures  très  basses,  à  cause  de  la  présence  des  montagnes.      Le climat est très varié : on trouve, évidemment, sur la côte un climat méditerranéen11 , dans les  vallées et les conques on trouve un climat plutôt continental12  ; en revanche le massif montagneux  est caractérisé par un climat d’altitude, c’est‐à‐dire plutôt froid, humide et très variable. L’Aquila,  parmi les villes les plus importantes de la région, grâce à son altitude (700 m) et au fait qu’elle est  entourée  par  des  montagnes  culminantes  à  plus  de  2000  m,  est  réputée  la  ville  la  plus  froide  d’Italie13 .  Le réseau hydraulique (réseau superficiel ainsi que souterrain) est assez important et alimente la  ville de Rome, ainsi que plusieurs villes du Sud de l’Italie.    22..11..22     LLEESS  AASSPPEECCTTSS  GGEEOOLLOOGGIIQQUUEESS  LLEESS  PPLLUUSS  IIMMPPOORRTTAANNTTSS     Effectuer  une  présentation  géologique  détaillée  du  territoire  des  Abruzzes  serait  un  travail  important qui nécessiterait un mémoire dédié à ce sujet en particulier. Pourtant, vis‐à‐vis de la  problématique à élaborer dans ce travail, j’ai voulu réaliserune analyse très générale du contexte  géologique  (très  lié  au  contexte  sismique),  de  façon  à  donner  les  indications  nécessaires  afin  d’aborder la problématique centrale de mon travail.  Comme on a pu le constater lors de l’aperçu donné du contexte géomorphologique, le territoire  de  la  région  des  Abruzzes  est  coupé  par  la chaîne  des  Apennins,  notamment  par  son  segment  central, ce qui fais qu’elle se trouve dans un contexte géologique très complexe :                                                                 11  Un climat notamment sec et chaud l’été, humide et doux l’hiver.  12  Un climat notamment chaud l’été, froid l’hiver et assez sec en général.  13  Cette appellation dépend du nombre des jours froids par rapport au nombre des jours moins froids  FFiigguurree  99  ––  ccoouurr  dd’’eeaauu  pprroocchhee àà   RRoosseettoo  ddeeggllii  aabbrruuzzzzii   FFiigguurree 1100 –– LLee fflleeuuvvee PPeesscchhiieerraa FFiigguurree  1111  ––  LLee  fflleeuuvvee  SSaannggrroo
  17. 17. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        16    FFiigguurree  1122  ‐‐  EExxttrraaiitt  ddee  llaa  ccaarrttee  ggééoollooggiiqquuee  ddeess  AAbbrruuzzzzeess  ((LL''AAqquuiillaa))     Les  Apennins  appartiennent  au  système  géologique  dit  tectonique  alpine,  qui  résulte  de  la  subduction de la plaque Adriatique sous la plaque Eurasienne. Depuis environ 5 millions d’années,  ce système est en mouvement, de façon à solliciter la chaîne montagneuse en direction Nord ‐ Est  – Sud ‐ Ouest14 .    22..22     LLAA  VVIILLLLEE  DDEE  LL’’AAQQUUIILLAA     J’ai  essayé  de  préparer  ce  paragraphe,  tout  en  introduisant  le  contexte  géomorphologique  et  humain  (c'est‐à‐dire  le  patrimoine,  la  culture,  le  système  économique  de  cette  ville)  visant  à  analyser, connaître et comprendre les enjeux territoriaux et humains (ainsi que leur vulnérabilité)  qui constituent et caractérisent la province de L’Aquila et son environnement.    22..22..11     UUNNEE  BBRREEVVEE  RREESSUUMMEEEE  SSUURR  LLEE  CCOONNTTEEXXTTEE  GGEEOOMMOORRPPHHOOLLOOGGIIQQUUEE     Tout  d’abord  il  me  semble  indispensable  de  décrire  le  contexte  géographique,  ainsi  que  la  morphologie du territoire de L’Aquila.  Elle surgit à 721 m d’altitude et est entourée par quatre montagne de plus de 2000 m d’altitude.  Ce  contexte‐là  a  favorisé  la  formation  des  nombreuses  vallées  étroites  tout  autour  de  son  extension, ainsi que les trois conques dont j’ai parlé dans le paragraphe précédent.  Les principaux massifs de la province sont :                                                                 14  Ce mouvement est à l’origine d’un système de failles normales à la direction du mouvement. 
  18. 18. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        17  ‐ le  versant  méridional  du  Gran  Sasso  au  nord‐est,  caractérisé  par  une  très  haute‐plaine  (entre 1600 et 2000 m d’altitude),  ‐ le troisième plus haut massif des Apennins, à l’est de la province (au sud de la ville), qui  contient parmi les plus hautes cimes celle du Velino (2486 m) à l’ouest, ainsi que celle du  Sirente (2358) à l’est.  ‐ Enfin le massif des Monts Simbruini, qui se situe au sud‐ouest de la province de L’Aquila et  qui atteint une altitude d’environ 2100 m.      FFiigguurree  1133  ‐‐  IImmaaggee  dd’’uunnee  ppaarrttiiee  dduu  tteerrrriittooiirree  qquuii  aappppaarrttiieenntt  aauu  PPaarrcc  NNaattiioonnaall  ddeess  AAbbrruuzzzzeess     Au sud de la province on trouve aussi le Parc National des Abruzzes, qui représente non seulement  une simple caractéristique de la végétation du territoire, mais un bien constitutif du patrimoine de  la province, de la région, ainsi que de toute l’Italie.    22..22..22     LLEESS  EENNJJEEUUXX  DDEE  LLAA  VVIILLLLEE  EETT  SSEESS  EENNVVIIRROONNSS––  LLEE  PPAATTRRIIMMOOIINNEE  EETT  LLEESS  AACCTTIIVVIITTEESS  EECCOONNOOMMIIQQUUEESS     Il  me  semble  cohérent  d’analyser,  juste  après  la  morphologie  du  territoire,  les  aspects  qui  concernent l’économie, les activités et donc la vie de cette ville magnifique.  L’activité économique  la  plu  importante  potentiellement  de  cette  province  est certainement le  tourisme,  à  cause  du  riche  patrimoine  historique  lié  aux  nombreux  petits  villages dont  elle est  constituée. Le secteur touristique est certainement étroitement lié au patrimoine historique, mais  aussi aux activités commerciales, notamment l’artisanat, l’agriculture ainsi que le commerce de  produits frais (fruits et légumes).  Elle a entièrement su préserver son patrimoine historique, très ancien et très riche en patrimoine  religieux, comme par ailleurs la plupart des petits villages italiens. Tout en focalisant l’attention sur  la ville la plus importante de la région, ainsi que de la province à laquelle elle donne son nom, il est  très important souligner d’abord que L’Aquila est une ville très ancienne, ce qu’il fait que elle est le  témoignage le plus emblématique du patrimoine de la province, ainsi que de la région. C’est grâce 
  19. 19. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        18  à  Frédérique  II  que  L’Aquila  aujourd’hui  possède  un  certaine  nombre  de  monuments,  d’œuvre  d’art et avant tout sa propre existence (XIII siècle).  Parmi les plusieurs témoignages du patrimoine historique de la ville, on trouve :    ‐ Piazza  del  Duomo,  en  plane  centre  de  la  ville  ancienne,  dans  laquelle  chaque  matin  on  trouve un caractéristique marché qui est un lieu touristique ainsi que centre économique  de la ville, car il est l’endroit où il peut se vendre toute la production d’artisanat (surtout  cuivres et objets en osier), ou bien des produits agricoles locaux. Le Duomo est le lieu qui  accueil plusieurs œuvre d’art, témoignage de l’histoire très ancienne de la ville.      ‐ Un grand boulevard qui s’appelle Corso Vittorio Emanuele II, c’est un lieu caractéristique de  la ville, car c’est la voie principal du centre historique et riche en magasin des vêtements et  produit varies qui font parti de la production local.  ‐ Deux exemples de patrimoine religieux sont la basilique de San Bernardino et l’église de  Santa  Maria  di  Collemaggio,  typiquement  bâti  selon  les  canons  de  l’architecture  des  Abruzzes.      ‐ Un dernier exemple du patrimoine historique de la ville de L’Aquila est la fameuse Fontana  dalle 99 cannelle (chiffre symbolique de la ville), avec ses 99 mascarons.  FFiigguurree 1144 ‐‐ MMaarrcchhéé ddee PPiiaazzzzaa  ddeell  DDuuoommoo  ––  LL’’AAqquuiillaa FFiigguurree  1155  ‐‐  PPiiaazzzzaa  ddeell DDuuoommoo  ‐‐  LL''AAqquuiillaa FFiigguurree  1177  ‐‐  EEgglliissee  ddee  SSaannttaa  MMaarriiaa  ddii  CCoolllleemmaaggggiioo FFiigguurree 1166 ‐‐ BBaassiilliiqquuee  ddee  SSaann  BBeerrnnaarrddiinnoo
  20. 20. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        19      FFiigguurree  1188  ‐‐  FFoonnttaannaa  ddeellllee  9999  ccaannnneellllee  ‐‐  LL''AAqquuiillaa     Un autre aspect très important de vie économique de cette ville est le tourisme hivernal dans le  plusieurs station de ski et leurs équipement présente dans la région, notamment celle de Campo  Imperatore, qui représente la majeur source de gain pour l’économie de la province.       
  21. 21. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        20                         CCHHAAPPIITTRREE  33  LLAA  PPRROOBBLLEEMMAATTIIQQUUEE  ::  LL’’EEVVAALLUUAATTIIOONN   DDEESS  RRIISSQQUUEESS  PPRREECCEEDDEENNTT,,  DDUURRAANNTT    EETT  SSUUIIVVAANNTT  LLEE   SSEEIISSMMEE                  
  22. 22. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        21    Le programme de ce chapitre est celui d’aborder la problématique dont cette étude fait l’objet :  comment l’évaluation des risques a‐t‐elle été conduite lors de la période précédent le séisme qui a  frappé la ville de L’Aquila et ses environs le 6 avril 2009 (c'est‐à‐dire la prévention, l’information  préventive, la prise en compte des mesures de protection, la surveillance et l’alerte), ainsi que  l’évaluation des risques pendant l’événement (c'est‐à‐dire la gestion de crise) et, enfin, la phase  suivant l’événement sismique (c'est‐à‐dire la période de réparation, ou d'indemnisation, ou alors  d’intervention  plus  radicale).  Cette  dernière  phase  a  été  une  activité  visant  non  seulement  à  réparer  ou  à  indemniser,  mais  plutôt  une  activité  visant  à  mettre  en  œuvre  une  stratégie  de  réaménagement de l’environnement touché par le séisme.  C’est pourquoi, afin de comprendre et de bien analyser cette problématique, j’ai pensé structurer  ce chapitre en trois grandes parties, selon la structure présenté synthétiquement tout à l’heure (et  d’ailleurs aussi dans l’introduction générale du rapport 15 ), que j'approfondirai par la suite.                                                                   15  Crf. p. 3 
  23. 23. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        22  33..11     LLEE  CCAADDRREE  RREEGGLLEEMMEENNTTAAIIRREE  PPRREECCEEDDEENNTT    LLEE  SSEEIISSMMEE     Dans ce paragraphe j’essaierai de présenter toutes mes recherches  en ce qui concerne le cadre  réglementaire qui était – et est toujours – en vigueur précédemment le séisme. On sait d’ailleurs,  que le cadre réglementaire (notamment celui qui est lié à l’aménagement du territoire) n'est que  l'un  des  éléments  qui  contribue  à  la  prévention  d’un  séisme.  Cependant  celui‐ci  est  les  plus  important et le plus efficace, parce qu’il est la base pour bien aménager toutes les opérations  nécessaires à prévenir, gérer et affronter un séisme. Il est évident que le cadre réglementaire ne  peut pas accomplir sa tâche, sans l’apport très efficace des autres instruments, en premier lieu le  retour d’expérience et la connaissance du risque (notamment la connaissance des enjeux et de  leur  vulnérabilité),  ensuite  tout  ce  qui  concerne  l’information,  spécialement  les  documents  d’information  préventive,  les  mesures  de  protection,  la  surveillance  et  l’alerte,  ainsi  que  la  préparation à la gestion de crise.  C’est pour quoi j’ai pensé étudier à chaque niveaux (national, régional, provincial 16 et communal)  l’ensemble  des  outils  réglementaires  italiens  en  matière  de  prévention  de  séisme  et  datés  précédemment la survenue du tremblement de terre du 6 avril 2009.  Malheureusement parmi les outils existants je n’ai pas pu avoir accès aux DTA de la région des  Abruzzes, ni d’ailleurs au PLU de L’Aquila pour des  raisons inconnues.17        33..11..11     NNIIVVEEAAUU  NNAATTIIOONNAALL       FFiigguurree  1199  ‐‐  CCllaassssiiffiiccaattiioonn  ssiissmmiiqquuee  dduu  11998844  qquuii  aa  ééttéé  ttoouujjoouurrss  vvaalliiddee  jjuussqquu''eenn  22000033                                                                  16  L’expression “niveau provincial”, dans la structure administrative italien, désigne le niveau départemental, dans le  système français.  17  L’accès à ces documents n’était pas permis sur internet, mais nécessitait une demande au bureau technique de la  province de L’Aquila. C’est pourquoi j’ai transmis la demande, mais je n’ai reçu aucune réponse. Ce point sera  développé dans la conclusion de ce rapport, par référence au problème de l’accès aux informations. 
  24. 24. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        23  En matière de réduction des effets sismiques l’Etat italien a toujours essayé de travailler sur deux  directions :    1. Faire une classification du territoire par référence à l’intensité et la fréquence des séismes  passés ;  2. Etablir un ensemble de règlements concernant la construction, dans les zones résultantes  « sismiques » et bien vérifier leur application.    Jusqu’en 2003 le territoire italien avait été divisé en trois différentes catégories sismiques (parmi  lesquelles  il  y  avait  une  catégorie  à  laquelle  il  avait  été  assigné  un  risque  sismique  nul),  hiérarchisées selon des niveaux différents de « sévérité sismique ».18     Depuis  2003,  une  nouvelle  classification  sismique  a  été  établie  sur  l’ensemble  du  territoire  nationale19 .  Elle  s’appuie  sur  des  études  qui  concernent  la  « dangerosité  sismique »20   et  notamment sur l’analyse de la probabilité que le territoire soit sujet à un événement sismique  d’intensité ou de magnitude supérieure à un seuil précédemment établie, dans un intervalle de  temps donné.      FFiigguurree  2200  ‐‐  NNoouuvveellllee  ccllaassssiiffiiccaattiioonn  ssiissmmiiqquuee  vvaalliiddee  ddeeppuuiiss  22000033                                                                  18  Les décrets du Ministère des Travaux Publics entre 1981 et 1984 avent classifié 2965 communs italiens sur un totale  de 8102 (45% de la superficie du territoire national et qui représente le 40% en terme de population)  19  Transposition de la directive Européenne sur les EUROCODES  20  En italien « pericolosità sismica » 
  25. 25. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        24  Afin de pouvoir recenser l’ensemble du territoire italien, l’Etat a donné la tâche aux Régions21  de  classer chacune des ses communes dans une des quatre zones sismiques établie par la loi22 .  Les quatre zones sont à sévérité décroissante (zone 1, zone 2, zone 3 et zone 4). La différence la  plus importante entre la nouvelle classification et celle de 1984 est que les zones non classifiées  (N.C.) ont disparues et qu'elles sont devenues la zone 4 de la nouvelle classification.    CCLLAASSSSIIFFIICCAATTIIOONN  SSIISSMMIIQQUUEE   Communes ZONE 1  Zone la plus dangeruese, où pendant les années passées on a eu des  dommages très graves, dus à des séisme très forts   725  ZONE 2  Zone des communes pour lesquelles, pendant les années passées,  on a eu des dommages d'entité moyenne, dus à des séismes assez  forts.  2344  ZONE 3  Zone qui concerne les communes qui ont eu peu de dommages  pendant les années passées. Parfois il peut arriver des secousses  capables de produire des dommages non négligeables.  1544  ZONE 4  Zone la moindre dangereuse. Pour les communes qui ont été  assignées à cette zone, la possibilité de dommages conséquemment  à un séisme sont très faibles.  3488  TTaabblleeaauu  11  ‐‐  HHiiéérraarrcchhiissaattiioonn  ddeess  zzoonneess  ssiissmmiiqquuee,,  sseelloonn  llaa  rrèègglleemmeennttaattiioonn  dduu  22000033     L’arrêté du 2003 qui a permis aux Régions de pouvoir recenser toutes leurs communes afin de  pouvoir les classifiées dans le quatre zones, a aussi introduit plusieurs innovations qui sont été  reconnues  formellement  et  potentialisées  dans  les  Normes  Techniques  en  matière  de  Constructions à travers le Décret du Ministère des Infrastructures en janvier 2008.  Parmi  les  nombres  innovations  il  me  semble  important  de  souligner  celle  qui  concerne  la  sécurisation  des  œuvres  stratégiques  nécessaires  au  Département  de  la  Protection  Civile  (DPC)  (hôpitaux, etc.…) et des œuvres non négligeables (écoles ou centres commerciaux, ponts routières  et ferroviaires qui servent un trafic très important, etc.…). Cette innovation impose aux types de  construction cités précédemment des prestations au niveau constructif et fonctionnel plus élevé  que les autres constructions.  Ce qu’il est très important de souligner aux fins de l’étude de la problématique de la prévention  avant le séisme du 6 avril 2009, c’est que cette innovation imposé par la loi n’a pas vraiment été  mise en place dans toutes les communes d’Italie. Ce pour quoi l’Arrêté a été modifié en misant en  place un programme à terminer entre la fin de l’année 2010 pour effectuer toutes les contrôles  sur les constructions existants.  En  2003,  en  vue  de  la  nécessité  soulignée  dans  l’Arrêté  3274/2003,  il  a  été  ouvert  un  fond  d’indemnisation pour mettre en place les contrôles sismiques sur les établissements intéressés.                                                               21  À travers l’Ordinanza de Presidente del Consiglio dei Ministri (Arrêté du Premier Ministre) n. 3274 du 20 mars 2003,  qui indique les principes généraux sur lesquels le Régions doivent se baser pour effectuer l’attribution des ses  communes aux quatre zones sismique  22  Cfr. D.lgs 112/98 et DPR 380/01 – « Testo Unico delle Norme per l’Edilizia » 
  26. 26. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        25  Jusqu’au  présent,  ont  été  effectués  7000  contrôles  et  200  modifications  constructives  pour  s’adapté à la nouvelle conception parasismique23 .    33..22     LLEE  SSEEIISSMMEE  DDUU  66  AAVVRRIILL  22000099     En ayant vu quels étaient les outils règlementaire dont on disposait avant le 6 avril 2009, nous  allons  voir  maintenant  dans  le  détaille  ce  qu’est  passé  lors  du  séisme  qu’a  frappé  la  ville  de  L’Aquila et ses environs, tout en essayant de comprendre comment la phase de crise a été géré.       33..22..11     LLEESS  EEVVEENNEEMMEENNTTSS     Tout d’abord c’est important de connaitre les événements qui ont marqués cette ville. C’est pour  quoi il faut commencer de la date précise de l’événement : le 6 avril 2009 à 3h 32 (heure italien)  un  tremblement  de  terre  de  Magnitude  5,8  sur  l’échelle  Richter  (auquel  corresponde  une  magnitude  d’énergie  MW=6,2)  a  été  enregistré  dans  la  zone  de  L’Aquila.  Les  coordonnées  épicentrales sont Lat 42,33N et Long 13,33E, à une profondeur de 8,8 Km. Le tremblement de  terre a été caractérisé par un mécanisme « extensive », avec des plans de failles orientés NW – SE  et avec une extension en direction NE – SW      FFiigguurree  2211  ‐‐  ssuucccceessssiioonn  ssiissmmiiqquuee  mmiissee  àà  jjoouurr  aauu  44  jjuuiinn  22000099  àà  1188hh  ((hheeuurree  iittaalliieennnnee))     Lors  de  la  première  secousse,  déjà  quelques  minutes  après,  l’équipe  du  Département  de  la  Protection Civile et son chef Guido Bertolaso étaient déjà prêtes à mettre en œuvre le plan de  gestion de crise, dont on parlera dans le paragraphe suivant.                                                               23  Ceux changements ont‐il concerné les infrastructures stratégiques de L’Aquila et ses environs ? 
  27. 27. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        26       33..22..22     PPRRIISSEE  EENN  CCOOMMPPTTEE  DDEESS  MMEESSUURREESS  AA  CCOOUURRTT  TTEERRMMEE  EETT  AA  LLOONNGG  TTEERRMMEE     Avant d’aborder la phase de reconstruction, nous allons voir quelles mesures ont été prises en  compte,  tout  au  long  de  la  période  qui  précède  la  reconstruction  et  quels  éléments  ont  été  nécessaire à la mettre en place.          33..22..22..11     PPHHAASSEE  PPRREEAALLAABBLLEE  AA  LLAA  MMIISSEE  EENN  PPLLAACCEE  DDEE  TTOOUUTTEESS  LLEESS  MMEESSUURREESS     En amont des opérations de mise en place de mesures à court terme et à long terme il faut au  préalable  mettre  en  évidence  les  émergences  et  les  scenarios  de  dégâts  puis  établir  un  plan  d’émergence, dans lequel il faut identifier les objectifs à atteindre pour bien équiper la protection  civile vis‐à‐vis de l’événement attendu.  C’est pourquoi le plan d’émergence prévoie un système bien articulé pour l’activation des moyens  et  le rassemblement des aides humaines, préparé sur la base d’un plan logique et bien coordonné  dans le temps, pour avoir un modèle d’intervention auquel on peut se référer lors d’un événement  sismique.  Dans une première phase, il faut dimensionner les ressources dont on a besoin lors d’une situation  d’émergence. C’est pour quoi il faut concevoir plusieurs scénarios de dégât, qui visent à prévoir un  possible endommagement par référence à les choses matérielle, ainsi que la population. La base  des données est constituée à la fois de données territoriales concernant l’exposition au danger et  la vulnérabilité, et à la fois des événements de référence que l'on peut probablement associer à  l’événement dont on veut gérer l’émergence.  Le bureau III du Département de la Protection Civile (D.P.C.) a développé des études qui visent à  préparer  des  procédures,  des  méthodologies  et  des  outils  capables  de  restituer  à  une  échelle  nationale, les scénarios sismiques possibles sur tout le territoire.  Grâce  à  de  tels  scénarios,  on  peut  obtenir  un  cadre  territorial  de  la  zone  qui  concerne  l’émergence,  c'est‐à‐dire  les  informations  sur  la  localisation  et  l’extension  de  la  zone  la  plus  touchée par l’événement, le niveau de fonctionnement du réseau de transport, les canalisations  de distribution (de l’énergie électrique, du gaz, du téléphone, etc.), ainsi que les pertes contées en  terme de vie humaines, blessés, sans‐abris, bâtiments écroulés et/ou endommagés et les dégâts  économiques associés. Ces données sont très importantes, afin de bien aménager la gestion de  l’émergence. C’est pour quoi le D.P.C. possède un ou plusieurs événement de référence, auxquels  correspondent différents niveau d’action des Plans de la Protection Civile. Le D.P.C. est doté d’un  système d’information territorial (G.I.S.), qui est un outil capable de identifier en temps réel, un  scénario  de  simulation  des  conséquences  lors  d’un  événement  sismique :  s’il  s’agit  d’un  événement  de  magnitude  5  ou  plus  important,  l’Institue  Nationale  de  Géophysique  et  Volcanologie  (I.N.G.V)  transmet  au  D.P.C.  les  paramètres  du  foyer  (magnitude,  longitude  et  latitude) de l’événement, tout en activant une procédée automatique pour rendre un rapport de  l’événement, dans un délais de 10 min après le séisme. Ce rapport est le résultat des données, des  cartes et des informations concernants toutes les communes comprises dans un périmètre de 100  Km autour de l’épicentre. Il est composé de :   
  28. 28. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        27  ‐ Une  description  du  territoire :  les  aspects  anthropiques,  physique,  administratifs,  les  détailles concernants les bâtiments, les infrastructures, etc.,  ‐ Une Analyse de la dangerosité sismique : l’individuation des zones déjà frappée plusieurs  fois  d’un  fort  séisme,  les  séismes  historique,  la  confrontation  des  zones  qui  ont  été  les  même dégâts, soumettre à un contrôle constant le niveau d’atténuation du mouvement du  terrain,  ‐ Une  analyse  de  la  vulnérabilité  territoriale :  les  bâtiments,  les  écoles,  les  hôpitaux,  les  réseaux routières et ferroviaires, etc.,  ‐ Une  analyse  de  l’exposition :  notamment  l’analyse  des  caractéristiques  et  de  la  distribution de la population résidente,  ‐ Une évaluation préliminaire de dégâts et de pertes : les maisons endommagées et non‐ praticables, les morts et les blessés, le dégât économique associé.    Pendant les jours suivants l’événement sismique, les operateurs de la protection civile mettent en  place toutes les actions qui visent à déterminer l’intensité macrosismique24  dans chaque villages  et,  donc,  les  effets  géologiques  et  hydrogéologiques  (glissement  de  terrains,  fracturation  de  la  surface terrestre, etc.), une action de contrôle détaillé du terrain et des toutes les typologies des  secousses suivantes, à travers des instruments mobiles.  Après avoir donné le secours immédiat, pendant les jours suivants il faut vérifier la praticabilité  des toutes les constructions.          33..22..22..22     PPHHAASSEE  DDEE  CCOONNTTRROOLLEE  SSYYSSTTEEMMAATTIIQQUUEE  DDEESS  DDEEGGAATTSS       Suite  à  la  phase  de  secours  immédiats,  il  y  a  la  phase  de  l’évaluation  des  dégâts  de  tous  les  bâtiments. Elle est faite par des équipes de techniciens, elle vise à évaluer tous les dégâts et à  identifier le niveau de praticabilité de chaque bâtiment. C’est ce qu’on a été fait dans la ville de  L’Aquila, suite à la première secousse la plus forte.   La déclaration de praticabilité sismique est une condition nécessaire à permettre aux citoyens de  rentrer dans leur appartement, ou bien de devoir prévoir de travaux qui visent à rétablir son état  de praticabilité précédent à l’événement. Cela se fais, suite à une inspection visuelle de dégât, afin  de établir que le tremblement de terre n’a pas produit des dégâts, ou bien les dégâts produits sont  tels que le bâtiment reste toujours capable de résister à un autre séisme de même intensité.  Dans le cas de L’Aquila l’équipe charge de cette tâche était composée par 1500 techniciens qui ont  vérifier d’abord la praticabilité des toutes les maisons, pour ensuite procéder à la vérification des  bâtiments publics.  Cette vérification a été faite pour établir une classification de chaque bâtiment, selon les codes  suivants de praticabilité :                                                                   24  L'intensité macrosismique d'un séisme est une mesure des effets observés lors  d'un séisme pour un lieu donné. Elle  est  évaluée à partir des dégâts subis par les constructions, les modifications de la surface du sol et les impressions des  témoins. Pour un séisme donné, l'intensité n'est pas une valeur fixe mais varie avec la distance au séisme et les  conditions de sols 
  29. 29. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        28  Code Description A ouvrage praticable B ouvrage temporairement non-praticable, mais praticable une fois avoir mise en place les interventions de mise en praticabilité C ouvrage partialement non-praticable D ouvrage temporairement non-praticable, approfondir la vérification E ouvrage non-praticable F ouvrage non-praticable à cause d'un risque externe TTaabblleeaauu  22  ‐‐  RRééccaappiittuullaattiiff  ddeess  ddiifffféérreenntteess  ccooddeess  ppoouurr  llaa  ccllaassssiiffiiccaattiioonn  ddee  ll''ééttaatt  ddee  pprraattiiccaabbiilliittéé  ddeess  oouuvvrraaggee     ‐ Code  E :  le  bâtiment  n’est  pas  praticable,  c'est‐à‐dire  qu’il  nécessite  des  travaux  de  réhabilitation à la praticabilité, effectués  par un technicien chargé d’élaborer un projet.  ‐ Code  F :  le  bâtiment  n’est  pas  praticable  à  cause  d’un  événement  qui  n’est  pas  nécessairement lié au séisme25 .  ‐ Code  D :  le  bâtiment  est  temporairement  non‐praticable  et  nécessite  d’un  approfondissement  de  la  vérification.  Le  bâtiment  nécessite  d’ultérieures  vérifications  visant à proclamer soit la non‐praticabilité, soit la non‐praticabilité temporaire, soit la non‐ praticabilité partielle.  ‐  Code C : le bâtiment est partialement non‐praticable. Cela veut dire que certaines parties  du bâtiment ne sont pas praticables et mettent à risque la vie des ses habitants.  ‐ Code B : le bâtiment est temporairement non‐praticable. La praticabilité sera récupérée  successivement la mise en place des travaux nécessaires.  ‐ Code A : le bâtiment est déclaré praticable. Il peut présenter de petites fractures qui ne  sont pas structurales et, qui ne pose donc pas de danger pour ceux qui l’habite.    Une fois classé chaque bâtiment selon ce système de codes, les opérateurs peuvent procéder à la  mise en place du processus qui vise à préparer les étapes préalables à la reconstruction :    1. L’étape  de connaissance  de  l’ouvrage26  :  son  contexte  territoriale,  les relations  avec  les  autres entités présentes sur le territoire, un plan de la géométrie de l’ouvrage, son profil  structurel,  prise  en  compte  de  son  état  d’endommagement  (identification  de  tous  les  dégâts subits par l’ouvrage, ainsi que les interventions qui ont été mise en place pour la  réparation), caractérisation de la mécanique des matériaux et des structures dont elle est  composée,   2. L’étape de l’analyse de l’ouvrage visant à évaluer son niveau de sécurité : l’analyse de sa  sismicité historique, le chois de l’action sismique de référence, les critères de modélisation  et en conséquence de cela, les vérifications de sécurité à mettre en place.  3. L’étape  de  la  conception  du  projet :  établir  les  stratégies  d’intervention  qui  visent  à  renforcer ainsi que améliorer l’ouvrage ; ensuite la proposition du projet27 .                                                               25  La structure est en péril à cause des facteurs conséquent au séisme (glissement de terrains, fracturation du terrain,  etc.)  26  Pour « ouvrage » on veut désigner tous les bâtiments, qu’ils soient à vocation résidentielle, ou stratégique, ou public  27  Voir le paragraphe 3.3.3, qui concerne la phase de reconstruction 
  30. 30. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        29    Les vérifications ont été conduites entre le 14 avril 2009 et le 20 mai 2009 sur tout le territoire de  L’Aquila et ses environs.     Date  Nombre  ouvrage 14/04/2009 714 19/04/2009 7457 20/04/2009 9002 21/04/2009 10457 22/04/2009 11259 25/04/2009 15006 26/04/2009 16479 27/04/2009 17623 28/04/2009 18798 29/04/2009 20508 30/04/2009 21607 02/05/2009 24009 06/05/2009 29751 20/05/2009 42656 TTaabblleeaauu  33  ‐‐  IInnssppeeccttiioonnss  ddeess  lliieeuuxx     Pour  chaque  ouvrage  on  a  été  vérifié  sa  praticabilité  et  les  données  ont  été  numérisés  périodiquement  et  rendues  accessible  sur  internet.  Les  données  ont  été  collectées  selon  les  différentes codes précédemment analysés, mais aussi par référence à la typologie d’ouvrage.       PRIVEE  PUBLIQUE  HOPITAUX CASERNE ECOLE ACTIVITES  PRODUCTIVES  TOTALE A  52,1%  54,3%  48,9% 74,1% 54,7% 60,4% 52,5% B  13,5%  16,1%  24,4% 19,4% 25,9% 17,1% 13,8% C  2,9%  4,1%  13,3% 2,2% 2,2% 3,9% 2,9%  D  1,1%  2,2%  2,2% 3,3% 0,7% 1,1%  E  25,5%  20,3%  11,1% 4,3% 12,3% 14,1% 24,9% F  4,9%  3,1%     1,5% 3,9% 4,8%  TOTALE  39853  938  45 139 455 1194 TTaabblleeaauu  44  ‐‐  EExxeemmppllee  ddee  ««  rreeppoorrttss  »»  ppaarr  ccooddee  eett  ttyyppoollooggiiee  dd''oouuvvrraaggee  rreellaattiiff  aauu  ddeerrnniieerr  jjoouurr     En ce qui concerne les bâtiments publics, on a été fait une campagne d’investigation conduite par  l’O.S.S. (Observatoire Sismique des Structures), qui a mise en place un système de contrôle de  l’état des chaque structure à travers un mécanisme capable d’enregistrer automatiquement les  oscillation sismique d’intensité importante et envoyer les données directement à l’OSS centrale (à  Rome) qui pouvait transférer une élaboration des données préalable et un rapport pour chacune 
  31. 31. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        30  des structures analysée au Département de la Protection Civile. Sur le territoire de L’Aquila et ses  environs, on a été installés 113 structures pour un contrôle permanent et détaillé et 10 structures  dotées d’un système de contrôle permanent simplifié. Les données collectées ont contribué à la  préparation du retour d’expérience.      FFiigguurree  2222  ‐‐    EExxeemmppllee  ddee  rraappppoorrtt  ddee  ccoonnttrroollee  ((ééccoollee  mmaatteerrnneellllee  CCoollllee  CCaappooccrrooccee,,  LL''AAqquuiillaa))     Les opérations qu’ont permis la mise en place de cette stratégie ont été réalisés aussi de la part  des experts au niveau international28 , surtout en ce qui concerne le patrimoine historique de la  ville, ainsi que ses nombreuses œuvre d’arts.  Le travail de recensement afin de établir l’état de praticabilité de chaque ouvrage présent sur le  territoire de L’Aquila et ses environs a été fait au même temps que la registration des besoins de  maisons29 , afin de bien dimensionner le projet de reconstruction.    Les  opérations  qui  ont  été  mise  en  place  pour  préserver  le  patrimoine  culturel  de  la  ville  de  L’Aquila ont été nombreuses et conduites par des équipes internationales qui se sont occupées  surtout du Château de L’Aquila. Environ 70% de la totalité des œuvres d’art de celui‐ci ont été  préservés.  Le  château  ensuite  a  été  mise  en  sécurité  en  mettant  en  place  des  interventions  d'étayage.    L'opération  suivante  a  été  l’enlèvement  des  déchets  dus  à    la  démolition  des  matériaux  de  construction suite au tremblement de terre. Telle opération peut être définie unique à l’échelle  mondiale, parce qu’elle a été faite dans un délais de temps minimum, ainsi qu’en respectant les                                                               28  Mécanisme Communautaire de Protection Civile (M.C.C.)  29  36352 les personnes interrogées  
  32. 32. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        31  nouvelle directives formalisées dans la norme nationale sur la construction et l’enlèvement des  déchets qui proviennent des matériaux de construction (C.&D.)30 .  Tout a été fait selon une procédure bien conçue tant au niveau national que régional, dont je  montrerai les étapes par la suite :    ‐ Identification, de la part des communes concernées, d’une disposition visant à trouver une  zone  où  déposer  les  déchets  qui  proviennent  de  la  démolition  des  matériaux  de  construction,  ainsi  que  le  chois  de  l’entreprise  chargée  de  l’accomplissement  de  cette  tâche.  ‐ Récupération de ces matériaux et sa mise en décharge temporaire31 .    33..33     LLAA  RREECCOONNSSTTRRUUCCTTIIOONN  AAPPRREESS  LLEE  SSEEIISSMMEE     Dans  cette  troisième  partie  visant  à  exposer  les  mesures  concernant  la  phase  postérieure  à  la  gestion  de  crise,  j’ai  essayé  d’analyser  comment  a  été  abordé  la  reconstruction  de  la  ville  de  L’Aquila et quels ont été les stratégies proposées par le gouvernement, les administrations locales  et les parties prenantes en général, en ce qui concerne cette phase très importante.    La stratégie mise en place a été le réaménagement total du territoire de la ville et de ses environs,  ce qui représente les fondements de la conception et de la réalisation de toutes les infrastructures  nécessaires au bon déroulement de toutes les activités de la ville de L’Aquila.    Voici  par  la  suite  le  détail  de  cette  stratégie,  dont  je  présenterais  mon  avis  dans  la  section  « conclusion » de ce rapport.    33..33..11     LLEE  MMIICCRROO‐‐ZZOONNAAGGEE  SSIISSMMIIQQUUEE  ((MMSS))  AA  LL’’AAIIDDEE  DD’’UUNN  NNOOUUVVEELL  AAMMEENNAAGGEEMMEENNTT     La  première  étape  de  la  stratégie choisie  pour  mettre en  place  la  reconstruction  de  la  ville de  L’Aquila et ses environs a été celle de réaménager le territoire en fonction du risque sismique,  ainsi que de tous les critères et les règlementations à suivre pour garantir à la population une vie  sereine.  Pour atteindre cet objectif, le gouvernement ainsi que les administrations locales et la Protection  Civile ont participés activement.   En  premier  lieu  le  gouvernement  le  19  mai  2009  a  émis  un  arrêté32 ,  visant  à  charger  les  administrations de la tâche de préparer un plan de Micro‐zonage Sismique dans les Communes  frappées  par  le  tremblement  de  terre,  afin  de  mieux  comprendre  et  étudier  en  détaille  les  Communes le plus endommagées.  Avant  d’aborder  l’analyse  détaillée  concernant  la  MS,  il  me  semble  important  de  comprendre  qu’est‐ce qu’est un Micro‐zonage Sismique.                                                               30  Matériaux de provenance de la Démolition et de la Construction  31  Tous les matériaux qui sont déposés après l’événement sismique doivent être enlèves dans un délais de 8 mois  maximum.  32  OPCM 3772 du 19/05/2009 
  33. 33. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        32          33..33..11..11     QQUU’’EESSTT‐‐CCEE  QQUU’’EESSTT  LLEE  MMIICCRROO‐‐ZZOONNAAGGEE  SSIISSMMIIQQUUEE  EETT  QQUUEELLSS  SSOONNTT  SSEESS  EEMMPPLLOOIISS     Juste après qu’un événement sismique s’est présenté, on peut observer les dommages provoqué  sur  les  bâtiments,  ainsi  que  sur  les  infrastructures  et  il  est  souvent  possible  remarquer  des  différences substantielles entre des agglomérations voisines. D’ailleurs dans certains cas on peut  observer des dommages très graves à des endroits qui se trouvent bien plus loin de l’épicentre du  séisme.  Dans  la  plupart  des  cas  la  cause  associée  à  ces  événements  est  due  à  une  différente  dangerosité sismique locale, qui dépend du fait que le séisme se propage différemment et que le  sol  est  caractérisé  par  différents  états  d’instabilité.  Cela  a  été  démontré  par  plusieurs  études  développées sur différents séismes33  très forts.    C’est pourquoi la MS a l’objectif de rationaliser la connaissance sur les altérations du mouvement  sismique en surface, visant à produire des informations utiles à l’aménagement du territoire et à la  conception,  ainsi  que  à  l’aménagement  des  toutes  les  mesures  à  mettre  en  place  en  cas  d’émergence  et  à  la  reconstruction  post‐sismique.  En  ce  qui  concerne  l’aménagement  du  territoire,  les  études  de  MS  sont  employés  à  l’aide  des  zones  pour  lesquelles  le  cadre  règlementaire établit son emploi, afin de construire bâtiment et/ou des infrastructures ou bien  permettre le bon déroulement des opérations de secours effectués par les organes de Protection  Civile.  Les contributions que ces études peuvent donner à propos de l’aménagement du territoire est des  multiples formes :    ‐ une  contribution  pour  orienter  le  choix  des  zones  destinée  à  accueillir  toutes  sortes  de  nouvelles implantations,  ‐ une contribution à la définition des interventions à accomplir sur une certaine zone,  ‐ une contribution à la programmation des enquêtes et leurs niveaux d’approfondissement,  ‐ une contribution pour l’établissement des indications et modalités d’intervention dans les  zones urbanisés,  ‐ une contribution à la définition des toutes priorités d’interventions.    Dans  le  cadre  de  l’aménagement  de  la  gestion  des  émergences,  les  études  sur  la  MS  visent  à  améliorer  et  à  éclairer  l’individuation  des  éléments  stratégiques  qui  vont  former  un  Plan  d’Emergence, ainsi que toutes les ressources employées par la Protection Civile. C’est pour cela  que la MS peut contribuer à :    ‐ choisir les zones et les structures d’émergence, ainsi que les bâtiments qui sont placés sur  de zones stables à tous les niveaux,  ‐ déterminer les points faibles des toutes les voies de communications sur le territoire, tout  en localisant les ouvrages qui nécessitent des spécifiques évaluations de sécurité.                                                               33  Frioul, 1976; Irpinia, 1980; Cité du Mexique, 1985 ; Kobe, Japon, 1992 ; Izmit, Turquie, 1999 ; Saint Julian  de Pouille,  2002)  
  34. 34. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        33    Dans le cadre de la reconstruction, la MS peut être employé à l’aide de    ‐ les équipes qui ont la tâche d’identifier toutes les zones pour les appartements qui visent à  accueillir temporairement les sans‐abris,  ‐ fournir  tous  les  éléments  nécessaires  aux  opérateurs  chargés  de  l’intervention  sur  les  bâtiments qui ne sont plus praticable.    Toutefois, les études de Micro‐zonage Sismique peuvent être des outils très précieux pour orienter  toutes les décisions à prendre, en ce qui concerne la prévention, la gestion de crise, ainsi que les  actions qui visent à la reconstruction.    A partir de ce qu’on a définis jusqu’ici, on peut bien imaginer que le coût de l’étude du Micro‐ zonage Sismique est fonction du niveau d’approfondissement qu’il faut atteindre. En effet il y a  différentes niveaux :    • Niveau 1 : niveau préparatoire aux véritables études de MS, qui consiste à se procurer  des  renseignements  et  des  informations  nécessaires  à  identifier  des  micro‐zones  qualitativement homogènes.  • Niveau 2 : à ce niveau il va falloir quantifier l’homogénéité de chaque micro‐zone, qui  au niveau 1 sont été identifiés uniquement de façon qualitative ; à cette échelle il vient  d’être définit la Carte de Micro‐zonage Sismique.  • Niveau 3 : c’est le niveau auquel il faut produire une carte de Micro‐zonage Sismique  avec des approfondissements sur certaines zones particulières.    Les cartes de Micro‐zonage Sismique, complétés par des études de vulnérabilité, peuvent être un  instrument  concret  à  employer  pour  mettre  en  place  des  mesures  de  mitigation  du  risque  sismique efficaces et bien ciblées.    33..33..11..22     LLEESS  CCAARRTTEESS  DDEE  MMIICCRROO‐‐ZZOONNAAGGEE  SSIISSMMIIQQUUEE  SSUURR  LLEE  TTEERRRRIITTOOIIRREE  DDEE  LL’’AAQQUUIILLAA  EETT  SSEESS   EENNVVIIRROONNSS     Le projet de réalisation d’une règlementation qui pouvait diriger la rédaction des ces cartes très  importantes,  a  commencé  au  début  de  l’année  2006,  lorsque  le  Département  de  la  Protection  Civile propose, lors de la Conférence des Régions et Province Autonomes, de créer un Groupe de  travail  composé  des  experts,  en  matière  de  aménagement  du  territoire  et  de  risque  sismique,  nommés de la part des Régions, ainsi que du Département de la Protection Civile34 . Ensuite le  Groupe de travail commence son activité à temps plein le 19 février 2007 et, après un an, il arrive  à terminer la rédaction du dossier préliminaire, à soumettre aux observations des sujet hors de la                                                               34  A propos de ce retard, il faudra bien réfléchir, lors des conclusions finales de ce rapport. 
  35. 35. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        34  commission35 ,  afin  de  vérifier  tous  ce  qu’il  faudrait  enlever,  améliorer  ou  alors  totalement  changer.  Une  fois  reçues  toutes  ces  observations,  le  13  novembre  2008  à  l’occasion  de  la  conférence des Régions et des Provinces Autonomes, il a été présenté le dossier final. En mars  2009 on procède à l’envoi du dossier aux responsable de tous les secteur de la Protection Civile,  ainsi  que  ceux  du  territoire  et  de  l’environnement  des  Régions  et,  enfin  à  tous  les  ordres  professionnels et aux universités.      FFiigguurree  2233  ‐‐  CCaarrttee  ddee  MMiiccrroo‐‐zzoonnaaggee  SSiissmmiiqquuee  NNiivveeaauu  11  ‐‐  LL''AAqquuiillaa  eett  sseess  eennvviirroonnss     Ayant bien compris l’évolution que la formation du document concernant les indications et les  critères  qui  visent  à  conduire  la  réalisation  du  Micro‐zonage  Sismique36   a  subit,  maintenant  on  peut  aborder  les  différentes  thématiques  traitées  dans  ce  document,  d’abord  en  général  et  ensuite plus en détaille.    Les indications contenues dans ce texte visent à guider une analyse de la dangerosité sismique,  nécessaire  à  l’analyse  du  risque  sismique,  afin  qu'elle  soit  employée  dans  le  domaine  de  la  programmation territoriale, de l’aménagement urbain, ainsi que du plan de l’émergence et de la  normative technique en support de la conception.                                                               35  Conseil national des géologues, Conseil national des ingénieurs, Conseil national des architectes, Conseil national  des géomètres, Association nationale des communes italiennes, Union des province italiennes, Union nationale des  communes des communauté montagnes, Association géotechnique italienne, Association italienne de géologie  applique et de l’environnement, Association nationale italienne de génie sismique, Institue nationale d’urbanisme.  36  Dont le titre original est « Indirizzi e criteri per la microzonazione sismica » 
  36. 36. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        35  Dans le cadre de ce dossier, la MS vise à évaluer et focaliser les zones homogènes de point de vue  de  la  réponse  sismique  locale  et  des  phénomènes  qui  poursuive  une  secousse.  Elle  évalue  et  distingue  les  zones  stables,  des  zones  stables  mais  susceptibles  d’amplification  locale  du  mouvement sismique, ainsi que des zones susceptibles d’instabilité.      FFiigguurree  2244  ‐‐  zzoonneess  ssttaabbllee  mmaaiiss  ssuusscceeppttiibblleess  dd’’aammpplliiffiiccaattiioonn  llooccaallee  dduu  mmoouuvveemmeenntt  ssiissmmiiqquuee           Le texte dont on a parlé jusqu’ici est précédé par une introduction qui explique comment il faut  employer les outils qui sortent d’un étude de Micro‐zonage Sismique, quels sont les opérations qui  sont derrière tels études et ses champs d’application. Par la suite on va décrire tout cela, tout en  commençant par les principes du Micro‐zonage Sismique, qui implique d’abord la définition des  bases de données (collecte et archivassions des données historique, établissement du nombre des  enquêtes  à  effectuer  sur  le  terrain  pour  acquérir  de  nouvelles  données,  les  données  cartographiques,  les  données  de  dangerosité  de  base37 ,  des  données  pour  l’évaluation  des  amplifications38 , des données pour évaluer la possible instabilité des versants, des données pour                                                               37  Afin d’obtenir de données sismique de référence sous forme de accélérogrammes.  38  Pour chacun de type de données, le texte donne les méthode recommandées pour effectuer la collecte.  FFiigguurree 2266 ‐‐ ZZoonneess ssuusscceeppttiibblleess  dd''iinnssttaabbiilliittéé FFiigguurree  2255  ‐‐  ZZoonneess  ssttaabblleess  
  37. 37. Rapport sur le séisme du 6 avril 2009 qui a intéressé L’Aquila :   L’EVALUATION DES RISQUES PRECEDENT, DURANT ET SUIVANT LE TREMBLEMENT DE TERRE        36  l’évaluation  de  la  susceptibilité  à  la  liquéfaction39 ,  des  données  concernants  l’évaluation  des  affaissements différentiels). Ensuite on a été traité les niveaux d’approfondissement, qui concerne  la définition des trois niveaux, dont on a déjà parlé précédemment :    • Niveau 1 : sur la base de la connaissance acquise dans la phase de définition des base  de données, il faudra établir une carte des enquêtes à une échelle de 1 :10000, ensuite  il faudra établir une carte des micro‐zones homogènes, visant à focaliser les zones où,  sur  la  base  des  études  des  données,  est  prévisible  l’activation  de  certains  effets  produits  de  la  survenue  des  ondes  sismiques.  Les  micro‐zones  sont  hiérarchisées  en  trois catégories40 .  • Niveau 2 : phase dans laquelle il faut approfondir toutes les connaissances collectées  jusqu'au niveau 1 et, au cas où ce soit indispensable, modifier la géométrie des zones  localisées  au  niveau  1.  Il  seront  effectués  des  études  plus  détaillés  dans  le  zones  classifiées susceptibles d’instabilité ou celles susceptibles d’amplifications locales.  • Niveau  3 :  ce  niveau  est  appliqué  lors  que  dans  les  zones  non  stables  il  y  a  des  situations géologiques et/ou géotechniques complexes, et qui ne sont pas résolubles  avec des méthodes expéditifs.    Chacune  de  ces  analyses  aura  besoin  d’une  validation  formelle,  selon  une  procédure  bien  conçue41 .  Une fois que les cartes seront disponibles, il faudrait qu’elles soient mises à jour.    La deuxième partie importante concerne l’aménagement du territoire, spécifiquement, le milieu  qui  concerne  l’aménagement  à  grandes  échelle  (provinciale  et/ou  régionale)42 ,  ainsi  que  l’aménagement  de  la  commune43 .  En  ce  qui  concerne  le  milieu  de  grande  échelle,  il  faut  que  l’aménagement du territoire puisse recevoir les objectifs de réduction du risque sismique, définir  les  procédures  règlementaires,  déterminer  les  intervention  à  prendre  en  compte,  ainsi  que  les  enquêtes  d’approfondissement  et,  enfin,  contribuer  au  retour  d’expérience,  afin  d’enrichir  la  connaissance du territoire. Dans ce milieu le niveau 1 du MS ce sera suffisant44 .   En matière d'aménagement dans le milieu de la commune, il faut procéder par stades :    ‐ Structurale : stade dans lequel les organes compétentes doivent identifier la structure de la  commune et donc les actions à mettre en place pour telle structure, tout en essayant de  bien satisfaire les priorités qui visent à éloigner les risque sismique, identifiées dans les  études de MS. En outre il faudra approfondir l’analyse (lorsqu’il sera nécessaire), tout en                                                               39  Souvent à cause du passage des ondes sismique, le terrain (qui est caractérisé par des paramètres de cohésion  faibles) peut se fondre.  40  Cfr. Paragraphe 3.3.1.2. En ce qui concerne les zones susceptibles d’instabilité, les principaux types d’instabilité  sont : cela du versant, les liquéfactions, les failles actives et les affaissements différentiels.  41  Ces procédures sont achevées par un sujet compétent et il sera trouvé par la Région.  42  DTA, ainsi que SCOT  43  PLU, ainsi que les Cartes Communales  44  Il reste quand même l’obligation aux commune qui sont classées en zone sismique 1, 2, 3 ou 4, des études de MS au  niveau 1. 

×