ISBN: 2-9505434-0-5                Transcodage et mise en page par          EDI (Etude et Documentation Internationales)  ...
Élections législatives gabonaises                            INTRODUCTION          Lannée 90 aura été un tournant de lhist...
Élections législatives gabonaisestermes, que tous ensemble, nous puissions contribuer à la levée desobstacles qui se dress...
Élections législatives gabonaises            A.- DÊGRÉ D’EXPRESSION PLURALISTE                         AU GABON         Ce...
Élections législatives gabonaises         Remarque          N.B. : Pour faciliter la compréhension, nous avons mis entrepa...
Élections législatives gabonaisesle Haut-Ogooué, l’Ogooué-Lolo et LOgooué-Ivindo (tableau 1). Cettemoyenne nationale monte...
Élections législatives gabonaises           Laspect persuasif du degré dexpression pluraliste, qui apermis de mesurer la v...
Élections législatives gabonaisesB. - REPRÉSENTATIVITÉ NATIONALE DES PARTISB1. Score national de chaque parti dans les pro...
Élections législatives gabonaises                         B.2. CommentairesB.2.a. Remarques          Ce tableau ne donne p...
Élections législatives gabonaisesCette répartition géographique des élus du PDG entraîne un sérieuxdéséquilibre de son imp...
Élections législatives gabonaisesment la revendication du multipartisme en 1981 sur le sol national luivalent le déficit é...
Élections législatives gabonaisespremiers partis oui se retrouvent en compétition au 2e tour sontdominants dans la circons...
Élections législatives gabonaises                             Commentaires           En regroupant les bonnes (3 étoiles) ...
Élections législatives gabonaisesélus: le PDG, les Bûcherons, et le PGP. Toutefois de par sonimplantation incomplète, le P...
Élections législatives gabonaises            En ajoutant à cette complexité les départs et les silences decertains respons...
Élections législatives gabonaisesmois de vie électorale accélérée quelle vient de connaître; Les mois àvenir permettront d...
Élections législatives gabonaisesapprofondies. L’emprunt de cette classification idéologique occidentaleétant dailleurs pe...
Élections législatives gabonaises              ENSEIGNEMENTS ET RÉFLEXIONS.          a) Ces élections ont permis de mesure...
Élections législatives gabonaises           e) Plusieurs exigences seront encore nécessaires pourconsolider notre jeune et...
Élections législatives gabonaises           i) De même les clivages partisans ou les bagarres deleadership politique, ne d...
Élections législatives gabonaisesla démocratie et le développement du Gabon, avec comme messageimmédiat: l’acceptation et ...
Élections législatives gabonaises               Annexes1. Listes des élus par parti et province2. Abréviations et sigles3....
Élections législatives gabonaisesPDG                  MRB            PGP        MOR        APSG     USBEstuaireLasséni-Dub...
Élections législatives gabonaisesPDG                  MRB           PGP               MOR        APSG         USBMoyen-Ogo...
Élections législatives gabonaisesPDG                   MRB             PGP          MOR     APSG    USBOgooué-IvindoMongoc...
Élections législatives gabonaisesPDG                           MRB             PGP              MOR                APSG   ...
Élections législatives gabonaises              ABREVIATIONS ET SIGLESPartis   politiquesPDG              Parti démocratiqu...
Élections législatives gabonaises               31
Élections législatives gabonaisesDECOUPAGE ÉLECTORAL               32
Élections législatives gabonaises_______________________________________________________________________                  ...
Plus d’efforts, de rigueur, de pragmatisme, de créativité etd’humilité sont aujourd’hui des préalables de conduite personn...
Legislatives gabonaises (sept.-oct. 90).
Legislatives gabonaises (sept.-oct. 90).
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Legislatives gabonaises (sept.-oct. 90).

527 vues

Publié le

Unique essai sur le sujet réalisé en son temps par Maurice Ndoume Nzé (1954-1992).

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
527
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Legislatives gabonaises (sept.-oct. 90).

  1. 1. ISBN: 2-9505434-0-5 Transcodage et mise en page par EDI (Etude et Documentation Internationales) 29, rue Descartes, 75005 Paris Tél.: (1) 43 29 55 20________________________________________________________ Reprographie - Copie-Service Zara 77, rue du Cardinal Lemoine________________________________________________________ En vente: Librairie L’Harmathan et Présence Africaine: 20 FF (1000 CFA) 4
  2. 2. Élections législatives gabonaises INTRODUCTION Lannée 90 aura été un tournant de lhistoire de l’Afriquenoire. Deux défis, distincts et liés, sont à relever par les africains. Lepremier est la construction dun état de droit par lapplication desprincipes universels de la démocratie dans la vie nationale. Le deuxièmeest la recherche d’une meilleure voie de développement économique etsociale à l’aide de loutil démocratique. Le Gabon, comme plusieurs pays d’Afrique noire connaitainsi de nouvelles expériences de vie sociale et politique marquées dusceau du pluralisme idéologique et politique. Les dernières élections législatives de Septembre-Octobre 90constituent en cela un spectre complexe de réflexion sociale quinécessite un déchiffrage approfondi. Ce petit essai, qui vise par ailleurs à secouer les torpeursd’antan, tentera en quelques tableaux et commentaires de commencer ledécryptage de ces élections législatives, véritable miroir de la sociétégabonaise. Mon vœu est que d’autres essais plus argumentés soientproduits avec évidemment comme objectif d’apporter quelquesréponses fussent-elles partielles sur les multiples difficultésd’interprétation de notre spectre social et politique gabonais. En dautres 5
  3. 3. Élections législatives gabonaisestermes, que tous ensemble, nous puissions contribuer à la levée desobstacles qui se dressent sur notre longue marche vers la démocratie etun développement homogène et durable de la société gabonaise. Je présente mes excuses au lecteur dès maintenant pour leserreurs éventuels quil trouverait dans les tableaux chiffrés, bien que nossources soient celles du journal l’Union, l’organe de presse de lÉtat. Toute la presse nationale, indépendante et étatique a étéunanime pour reconnaître après le 16 Septembre que l’organisation deces élections législatives n’a pas été un modèle du genre. Limpossibilitéd’accéder aux listes électorales, la non communication du nombre devotants et dabstentions après deux mois dannonce des résultatsglobaux, sont des preuves irréfutables de l’existence de zones d’ombrecontraires à la glasnost (transparence) souhaitée et expliquent donc laprésence quasi-inévitable d’erreur. En outre certains recours entraîneront probablement quelquescorrections sur les résultats électoraux. 6
  4. 4. Élections législatives gabonaises A.- DÊGRÉ D’EXPRESSION PLURALISTE AU GABON Ce paramètre est un indice de mesure qualitative de la viedémocratique sur le territoire national. Plus le nombre de candidats encompétition démocratique est élevé dans un lieu géographique donné,plus grandes sont les libertés d’association et d’expression dans celieu.A.1. Degré d’expression pluraliste par province Nombre de Nombre Degré de Province candidats de sièges pluralismeEstuaire 120 18 6,7 (7)Haut-Ogooué 32 17 1,9 (2)Moyen-Ogooué 58 9 6,4 (6)Ngounié 65 17 3,8 (4)Nyanga 56 10 5,6 (6)Ogooué-Ivindo 28 9 3,1 (3)Ogooué-Lolo 25 10 2,5 (3)Ogooué- 59 13 4,5 (5)MaritimeWoleu Ntem 87 17 5,1 (5)Tableau 1. Degré d’expression pluraliste dans chaque province 7
  5. 5. Élections législatives gabonaises Remarque N.B. : Pour faciliter la compréhension, nous avons mis entreparenthèse le chiffre arrondi qui donne ainsi le nombre de candidats encompétition pour un siège. Ce tableau a été établi sut la base des listesde candidats parues dans le n° spécial du journal lUnion du 13Septembre. Aux 520 candidats annoncés d autres se sont ajoutés. Leproblème se complique encore plus après l’annulation partielle duscrutin du 16 Septembre. Malgré donc certaines erreurs inévitables en-tre le scrutin du 13 Septembre et celui du 21 Octobre les moyennescalculées pour chaque province varient peu. A.2 - Commentaires.A.2. a Niveau d’expression pluraliste dans chaque province. • On remarque dans la quasi-totalité des provinces que troiscandidats au moins entrent en compétition pour l’obtention dun siège;avec des moyennes de 7 et 6 candidats pour un siège dans les provincesde lEstuaire et du Moyen-Ogooué. Il faut signaler que le recorddexpression pluraliste a été battu dans la compétition pour le 2èmesiège dans le 3ème arrondissement (Akébé Plaine...) de la capitale,Libreville avec 14 candidats. Notons que la moyenne nationaledexpression pluraliste étant de 4 candidats pour un siège au scrutin du13 Septembre, 3 provinces sont en dessous de cette moyenne nationaled’expression pluraliste : 8
  6. 6. Élections législatives gabonaisesle Haut-Ogooué, l’Ogooué-Lolo et LOgooué-Ivindo (tableau 1). Cettemoyenne nationale monte à 6 candidats pour un siège au scrutin du 21Octobre (380 candidats divisé par les 62 sièges à pourvoir).A.2.b - A propos du découpage électoral. *Ce tableau révèle des non-sens sur le découpage électoraleffectué à l’occasion de cette consultation électorale. L’indice depopulation qui doit constituer le critère de répartition des sièges a étémis de côté. Un des non-sens les plus flagrants est celui dattribuer àpeu près le même nombre de sièges aux provinces de lEstuaire(Libreville), du Woleu-Ntem (Oyem) de la Ngounié Mouila) et duHaut-Ogooué (Franceville). Toutes les sources démographiques, malgréleur disparité s’accordent au moins à reconnaître que l’exode rural aentraîné ces dernières années, une concentration humaine incontrôléedans nos grandes capitales africaines. Ainsi Libreville regroupe près dutiers de la population du Gabon. Environ 300 000 âmes vivent dans lacapitale si lon considère le chiffre dun million d’habitants. Il est donc anormal que les 4 provinces précitées aientquasiment le même nombre de sièges à l’Assemblée nationale. Cetteanomalie démontre encore une fois que la rationalité n’a pas prévaludans ce découpage électoral. Il faut Vraiment souhaiter que ce facteur démographique soitmieux apprécié dans l’avenir proche de notre pays, non pas tant pourdes considérations électorales, mais pour lobjectif du développementnational. 9
  7. 7. Élections législatives gabonaises Laspect persuasif du degré dexpression pluraliste, qui apermis de mesurer la volonté indéniable des partis politiques de jouer lejeu démocratique sur tout le territoire national, ne permet pas d évaluerquantitativement leurs efforts respectifs. Le score de chaque parti danschacune des provinces du Gabon nous permettra de mieux mesurer leurdegré dimplantation réel, leur représentativité nationale. 10
  8. 8. Élections législatives gabonaisesB. - REPRÉSENTATIVITÉ NATIONALE DES PARTISB1. Score national de chaque parti dans les provinces EST HO MO NG NY OI OL OM WN TotalPDG 9 17 4 9 4 6 9 4 2 64MRB 5 0 1 0 1 3 1 1 7 19PGP 4 0 1 1 4 0 0 8 0 18MOR 0 0 1 0 0 0 0 0 6 7APSG 0 0 0 4 0 0 0 0 2 6USG 0 0 2 2 0 0 0 0 0 4CRP 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1UD 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1Sièges 18 17 9 17 10 9 10 13 17 120Tableau 2. Score des élus de chaque parti dans les neuf provinces duGabon.EST: Estuaire; HO: Haut-Ogooué; MO: Moyen-Ogooué;NG: Ngounié; NY: Nyanga; OI: Ogooué-Ivindo;OL: Ogooué-Lolo; OM: Ogooué-Maritime; WN: Woleu-Ntem. 11
  9. 9. Élections législatives gabonaises B.2. CommentairesB.2.a. Remarques Ce tableau ne donne pas une photographie tout à fait exactedes partis à cause du boycott du 3ème tour de scrutin, du 28 Octobrepar le MORENA des Bûcherons (MRB). Ce boycott a favoriséplusieurs partis. Par exemple, il est vraisemblable que les 2 respon-sables du MRB, le Père Mba Abessolo et son lieutenant Mba Jules,avec plus de 49 % de voix chacun auraient certainement gagné contreleurs concurrents respectifs du PDG et du PGP, qui finalement lontremporté par défaut. Quelques projections après le premier tour du 21Octobre donnaient une bonne trentaine de sièges au parti desBûcherons. *Les nombreuses irrégularités dénoncées lors de cette consul-tation peuvent également remettre en cause la valeur de ce tableau desrésultats. Toutefois, il nous a semblé pourtant nécessaire de mener cetteétude de comportement électoral en laissant le soin aux lecteursd’apporter les rectifications qui s’imposent.B.2.b. Score de chaque parti politique. *Le Parti démocratique gabonais, le PDG, et ses 22 ansd’hégémonie sociale et politique, garde une implantation nationaleindéniable avec ses 64 élus; notamment dans la partie Sud-Est duGabon (Haut-Ogooué, Ogooué-Lolo et Ogooué-Ivindo) où le PDGobtient plus de la moitié de ses sièges dans ces 3 provinces (33 sur 64). 12
  10. 10. Élections législatives gabonaisesCette répartition géographique des élus du PDG entraîne un sérieuxdéséquilibre de son implantation nationale avec un déficit global danslensemble Ouest du Gabon et notamment dans la zone maritime duGabon. (voir carte en annexe). Les irrégularités dénoncées ici et là par la presse nationale oule Comité de suivi des Actes de la Conférence nationale suffisent-ellespour expliquer lhégémonie géographique du PDG dans le Sud-Est?Quelles sont les parts respectives de la contrainte, ou de ladhésion dansce comportement électoral? *Le MORENA des Bûcherons se retrouve finalement àlAssemblée nationale avec 19 députés, 1e PDG lui ayant ravi un éluaprès les élections. Toutefois le faible score de ce parti est laconséquence de lappel surprenant au boycott de son leaderssimo, lePère Paul Mba Abesssolo. Malgré l’onde de choc que ce boycott aprovoqué dans le parti, son implantation nationale est évidente puisquece dernier obtient,malgré tout, des élus dans toutes les provinces, à l’exception du Haut-Ogooué et de Ngounié. *Le Parti gabonais du progrès, le PGP, asseoitconfortablement son assise dans l’Ogooué-Maritime avec 8 sièges surles 13. Il réussi de bons scores également dans la Nyanga (4 élus) etdans lEstuaire (4 élus). Mais son implantation nationale resteincomplète. * Le Mouvement de redressement national, le MORENA ditfondamental ou originel fait un bon score dans la seule province duWoleu-Ntem avec 6 é1us sur les 7 au total. Les multiples scissionsqu’a connu ce mouvement, qui pourtant a été le premier à poser ouverte- 13
  11. 11. Élections législatives gabonaisesment la revendication du multipartisme en 1981 sur le sol national luivalent le déficit électoral actuel. * L’Association pour le socialisme au Gabon, l’APSG, et ses4 élus dans la Ngounié et ses 2 élus dans le Woleu-Ntem, souffreégalement dun grave handicap électoral national. *L’Union socialiste gabonaise, l’UDSG, marque quelquespoints dans 2 provinces avec 2 élus dans 1e Moyen-Ogooué et 2 élusdans la Ngounié. *Le Cercle pour le renouveau et le progrès (CRP) et l’Uniondémocratique (UD) entrent dans lassemblée nationale avec chacun undéputé.B.2.c. Présence et implantation réelle des partis. Il est évident que le nombre d’élus à lui seul, ne donne pasune idée précise de la. représentativité d’un parti ou de sort degrédimplantation réel. Les dirigeants politiques gabonais ont fait preuve dematurité par leur volonté de présenter des candidats de leur parti sur toutle territoire. Mais le tableau(3) bien que qualitatif, donne des indicationsplus fiables sur la représentativité (ou le degré réel dimplantation) na-tionale des partis politiques. Au nombre d’élus, ce tableau(3) tientcompte aussi du nombre de ballottages c’est-à-dire. du nombre de foisoù un parti vient en 2ème position après le 1er tour de scrutin. Lalecture des pourcentages recueillis par les partis politiques montre eneffet que les 2 14
  12. 12. Élections législatives gabonaisespremiers partis oui se retrouvent en compétition au 2e tour sontdominants dans la circonscription électorale concernée. EST HO MO NG NY OI OL OM WNPDG *** *** ** *** ** *** *** ** **MRB *** * * ** * ** * ** ***PGP *** 0 ** * *** 0 * *** *MOR * 0 * 0 0 0 * 0 ***APSG 0 0 0 *** 0 0 0 0 *USG 0 0 ** 0 0 0 0 0 0Tableau 3. Degré d’implantation réel des partis politiques.(***) bonne implantation;(**) moyenne implantation;(*) faible implantation;(0) implantation quasi-nulle. 15
  13. 13. Élections législatives gabonaises Commentaires En regroupant les bonnes (3 étoiles) et moyennes (2 étoiles)implantations de chaque parti, on obtient ainsi une mesure qualitative deson degré d’implantation nationale réel. À l’inverse et on considéreraqu’un parti faiblement représentatif (1 étoile), ou dimplantation quasi-nulle (0 étoile) nest pas réellement implanté. - Ainsi le PDG a une implantation réelle dans les 9 provinces. - Le MRB n’est réellement implanté que dans 5 provinces,dont le Woleu-Ntem lEstuaire et le Moyen-Ogooué, l’Ogooué-Ivindoet l’Ogooué-Maritime. Dans cette dernière même si le MRB nobtientquun élu il arrive plusieurs fois en 2ème position. - Le PGP réussit à s’implanter solidement dans 4 provincesdont lOgooué-Maritime, l’Estuaire, la Nyanga et le Moyen-Ogooué. - Le MORENA fondamental ne s’implante sérieusement quedans la seule province du Woleu-Ntem. - LAPSG simplante correctement dans la Ngounié. -L’USG s’implante moyennement dans le Moyen-Ogooué etla Ngounié mais na pas de véritable point d’ancrage électoral. Grâce àce tableau modulé, les poids électoraux de chaque parti sur l’ensembledu territoire apparaissent plus clairement. Ces tableaux (2) et (3) rnontrent donc avec netteté que 3 partisse détachent grâce à leur représentativité nationale et le nombre de leurs 16
  14. 14. Élections législatives gabonaisesélus: le PDG, les Bûcherons, et le PGP. Toutefois de par sonimplantation incomplète, le PGP ne peut prétendre à des ambitionsnationales qu’en comptant sur ses alliés du FUAPO que sont leMORENA fondamental et lAPSG.C. - DE LA CLASSIFICATION PDG/OPPOSITION. Certains analystes ont rapidement conclu que le PDG gagnaitdune courte tête ces élections législatives avec 64 élus face àlopposition qui fait un score honorable avec 56 élus. En pourcentage lePDG et ses alliés indépendants obtiennent 53%. des sièges, alors quelopposition enregistre 47 % des sièges. Une question se posenéanmoins dans cette manière de voir. Ces deux forces politiquesconstituent-elles des forces politiques unies? et sont-elles vraiment enopposition? Un regard attentif du paysage politique permet de constaterque ni le PDG, encore moins l’Opposition sont des forces uniesactuellement. la classification PDG/Opposition est loin d’êtrerigoureuse. Le PDG, malgré une certaine discipline, est gangrené par desdivisions entre la première génération fondatrice du PDG en 1968 etcelle qui pousse à la relève que lon appelle communément lesrénovateurs. Lappel à une nouvelle race de technocrates, à l’image dupremier ministre Oyé Mba, pour insuffler un souffle nouveau dans ceparti (et dans l’économie gabonaise) rend paradoxalement lanalyse desrapports de force à lintérieur du PDG plus complexe. 17
  15. 15. Élections législatives gabonaises En ajoutant à cette complexité les départs et les silences decertains responsables de la première heure, ce parti au pouvoir traversebien une zone de turbulence. Il faudra s’attendre en tout cas à de bellesempoignades dans les mois à venir, sauf si le fondateur du PDG, lePrésident de la République, arrive à discipliner son beau monde, commeil la si bien fait au plus fort de la crise du PDG en mai 90, tout enn’étant plus président-fondateur. Toutefois ce rôle influent du Présidentde la République sur le PDG, l’absence du nouveau secrétaire-généraldans la dernière compétition électorale, et les multiples divisionssignalées précédemment rendent floue la question du n°1 de ce partidans la vie politique compétitive actuelle. • LOpposition, lancée dans la bataille électorale de manièreprécipitée néchappe pas à cette foire d’empoigne. Les multipIesscissions ici et là (MORENA, USG, APSG, MRB) et les bagarres dechapelles donnent une image bien chaotique des perspctives des uns etdes autres à court terme. Même le regroupement non organisé appeléFUAPO malgré ses moments dunion ponctuels présente des fragilitésévidentes. Parler de cette opposition comme une force politique paraitbien aventureux. Lactivité parlementaire va rapidement permettre demesurer le degré de coordination de cette opposition. La constitutiondune structure de coordination parlementaire, réunissant des partis desensibilités diverses de toute l’opposition peut être un bon test. Lesélections municipales, prévues cette année 91, seront également un testde mesure de la maturité atteinte par cette opposition après les quelques 18
  16. 16. Élections législatives gabonaisesmois de vie électorale accélérée quelle vient de connaître; Les mois àvenir permettront de voir plus clair dans l’inévitable délimitation desforces des forces politiques en compétition. D. — DES HOMMES. Dans la lutte contre L’arbitraire, les systèmes démocratiquespluripartites mscrivent des règles de compétition non seulement entreles partis, mais également entre des hommes (femmes y comprises) aveccomme objectif (sportif d’ailleurs) “que le meilleur gagne”. Lesuffrage populaire est donc un recours à cette qualification desmeilleurs et à une déqualification des moins bons sujets ou desmédiocres. Pour que cette compétition demeure saine, des règles strietes de mesure et de transparence sociale doivent être respectées par lescompétiteurs. En reprenant donc l’examen de l’évolution politique de cesderniers mois, le Gabon politique peut être divisé en 3 grandes forcespolitiques: le PDG, les Bûcherons et le PGP, qui peuvent prétendre àdes ambitions nationales. Il serait tentant alors de classer idéologiquement ces 3 forcespolitiques représentatives, PDG Bûcherons, PGP (ou FUAPO),respectivement de droite, centre et gauche, selon une classificationoccidentale. Mais ceci n’est que conjectures et mérite des analyses plus 19
  17. 17. Élections législatives gabonaisesapprofondies. L’emprunt de cette classification idéologique occidentaleétant dailleurs peu conforme à nos réalités sociologiques et historiques. Partant de cette lecture du paysage politique “reconstitué”, lalogique oblige à admettre lomniprésence de 3 personnalités influentesde ces 3 forces politiques, à savoir : - le Président Bongo qui quelquesoit lambiguïté de cette position, parait demeurer le maître à bord duPDG, malgré la poussée des multiples rénovateurs; le Père MbaAbessolo, président des Bûcherons, qui ma1gré son itinéraire sinueux etson imprévisibilité, conserve une certaine popularité, notamment enmilieu rural, grâce à son long passé dopposant en France. - MaîtreAgondjo président du PGP, qui vient de réaliser un bon parcoursélectoral personnel dans la capitale économique, Port-Gentil. Ces 3personnalités politiques, représentantes des 3 plus grandes forcespolitiques actuelles deviennent incontournables pour la suite desévénements. Néanmoins, il est bon de signaler que ce positionnement quiressort à la lumière de cette lecture objective du paysage politique actueln’exclut point lexistence de nombreux outsiders politiques de d’unegrande capacité. 20
  18. 18. Élections législatives gabonaises ENSEIGNEMENTS ET RÉFLEXIONS. a) Ces élections ont permis de mesurer le chemin parcourupar notre jeune démocratie. Le Gabon et l’Afrique en général sont ainsien phase avec le mouvement mondial exigeant plus de liberté, dedémocratie et de justice sociale. b) Les résultats de ces quelques mois ct l’apprentissagedémocratique sont donc globalement positifs. La multiplicité desJournaux politiques la Clé (proche du MRB), la Relance du PDG,Misamu du MORENA fondamental, le Progressiste du PGP, le Combatde lAPSG... et des journaux satiriques, La Griffe, L’Oeil, le Scorpion...démontrent le grand besoin de s’exprimer autrement qu’avaient lesGabonaises et les Gabonais. c) Certains, au moment de la Conférence nationale, avaientironisé sur l’expérience démocratique gabonaise devant le grandnombre de partis politiques qui s’y étaient spontanément présentés surla scène politique, suggérant même que la limitation du nombre se fassede manière dictatoriale. La compétition démocratique a donné uneréponse valable sur cette question puisque le paysage pluripartite s’estbien éclaici en 6 mois. Des 75 associations politiques enregistrées enMars 90 sont représentées à lAssemblée nationale. Et comme nousl’avons montré dans les lignes précédentes, 3 grandes forces politiquesémergent aujourd’hui au Gabon avec 3 fortes personnalités. d) L’instauration de la démocratie a permis lémergence denouvelles valeurs sociales autre que largent. Cest ainsi que plusieurspersonnes ont été élues sur la base de leur valeur morale, intellectuelles.Des règles simples et rationnelles auraient d ailleurs fait en sorte quelon ne se lance pas durant la campagne électorale dans une distributioncontestable de l’argent de l’État en ces temps de crise économique etsociale. 21
  19. 19. Élections législatives gabonaises e) Plusieurs exigences seront encore nécessaires pourconsolider notre jeune et fragile démocratie. Glasnost (transparencepolitiquc), respect de la différence, l’acceptation consciente des règlesde la compétition démocratique et en particulier la règle de l’alternanceentre les hommes comme en idées ... sont autant dépreuves que lesdémocrates gabonais devront assumer pour la construction d’un état dedroit au Gabon et d’une société réellement démocratique. Un regard plus attentif et plus profond sur la marche de cettejeune démocratie doit nous amener à nc pas se contenter de projectionsmanichéennes, de copies, ou d’emprunts extérieurs à nos réalitéssociologiques. Lexistence de constantes démocratiques universelIes nedoit pas biffer nos spécificités sociologiques gabonaises. Les énergiesintellectuel1es doivent être stimulées vers cette nouvelle voie deconstruction de notre société de lan 2000, à laide de l’outil démocra-tique. g) Lexpérience démocratique pluripartite daujourd’hui, quin’est pas la première au Gabon devrait s’enrichir des premièresexpériences des années 60 de l’indépendance nationale. La générationdes 50-70 ans qui a connu ces expériences de vie politique pluraliste estici interpellée. Il serait dommage de reproduire les mêmes fautes, h) La défense et la recherche de petits intérêts politiques, ma-tériels, égoïstes, au regard des défis actuels du développement de notresociété gabonaise, constituent un cancer social que notre courageusedémocratie doit réduire. Lavenir de la nation, des générations motricesde lan 2000, de nos enfants, en dépend. 22
  20. 20. Élections législatives gabonaises i) De même les clivages partisans ou les bagarres deleadership politique, ne doivent pas éclipser le bon sens, la raison oul’intérêt national. Des démonstrations plus convaincantes sur noscapacités à relever les défis actuels sont attendues par la communautémondiale. j) Cette mise en garde est dautant plus nécessaire que laconsultation électorale il démontré que le fait tribal, ethnique, ouprovincial reste encore présent dans les attitudes et les comportements.La manière perfide dont certains intellectuels et politiques usent de cettedonnée historique mérite qu’on s’y arrête. Il doit y avoir aucun complexe à aborder ce problème, qui dureste est mondial. Les dérives du fait tribal ou ethnique, que lon appellecommunément le tribalisme procèdent de mal historique et universelquest la non-acceptation et le non-respect de la différence sociale,raciale et ethnique, et qui se pose dans la construction de toute nationquelque soit la latitude géographique. Les conflits ethniques du Libériaet ceux que l’URSS a connu en Azerbaïdjan, lannée 90 procèdent biende cette intolérance qui mine le monde entier. Il nest pas inutile de rappeler que d’autres formes dexclusionsociale, par la religion ou par le phénomène de limmigration, sont desproblèmes qui menacent périodiquement la cohésion sociale des payscomme la France après 200 ans de construction démocratique. Ces exemples d’actualité doivent donc nous convaincre de lanécessité d ’intégrer ce fait ethno-pro-provincial dans notre route vers 23
  21. 21. Élections législatives gabonaisesla démocratie et le développement du Gabon, avec comme messageimmédiat: l’acceptation et le respect de la différence, le refus del’exclusion d’autrui. Une règle de la démocratie, simple à énoncer, maisqui semble difficile à appliquer dans notre monde. Fait à Paris, le 1er janvier 1991. 24
  22. 22. Élections législatives gabonaises Annexes1. Listes des élus par parti et province2. Abréviations et sigles3. Carte électorale4. Découpage électoral 25
  23. 23. Élections législatives gabonaisesPDG MRB PGP MOR APSG USBEstuaireLasséni-Duboze Essono Ndong Loembé néant néant néantYeyet Delphine Obiang - Joseph Ekomié AnguiléAssélé J.-Boniface DésiréChambrier-Rahandi Nkoghe-Mba Obiang -Ntoutoume-Emane NdongBiyoghe-Mba Paul Obame - Mouelle -Nkoghe Adrien Abessolo MandoungouEyeghe-Ekomie Eya-OtsagheOye-MbaHaut-OgoouéOngouori GeorgesKami JulesAkeeyi J.-MarieBongue-Boma PaulMyboto ZacharieNembe SidoineMarat-Abyla Luc néant néant néant néant néantOmbouma FabienAyatsou AntoineNgondjiga ludovicToungui PaulOkenkali LucOdounga FaustinKoupangoye JérômeAIi Ben BongoAnkambi JulienAndjembé Léonard 26
  24. 24. Élections législatives gabonaisesPDG MRB PGP MOR APSG USBMoyen-OgoouéNtoughé HilaireMefane Charles Akoghé-Mba Mpaningani Etoughé néant Mba SergeMoussounda-Mickala OssamanéMbékouet J.-MarieNgouniéDigombé Lazare néant Mboumba néant Saulnérond OndoDiangatébé Frédéric Minguongue AmotombiNgoye-Malombi Mbou- Nzengué YembiMoulengui-Mouele Mapangou-Pendi-Bouyiki MucaniMondjo-BoussienguiMpira IsmaëlKwaou Théodore néant néantBomba ThéophileNyangaPambou-Mbourou Borobo-EpimbiaNgaka Safu Kombila Ibinga-NzienguiZiengui Patrice MoundoungaMavoungou Louembet Fidèle néant néant Manfoumbi Antoine 27
  25. 25. Élections législatives gabonaisesPDG MRB PGP MOR APSG USBOgooué-IvindoMongockodji Pépin Nkouegne HenriDounga Justin Nto-NzeMindombi Jean Obame AnguereMbomo MarcZembi Marcel néant néant néant néant néantKakou Mayaza .Ogooué-LoloMagnaga Fidèle Kouma J.-B.Nzouba-NdamaLissenguet P.-Marie néant néant néant néantIndoumou BarnabéMoussavou PauletteMouvagha- TchiobaGuedet-ManzelaMoukandja FélixKouamba Jacques 28
  26. 26. Élections législatives gabonaisesPDG MRB PGP MOR APSG USBOgooué-MaritimeOugouligendé Bourdès Malonda Agondjo Pierre-LouisMahothès-Magouindi Ambourouet M. AndréBoussoughou Pierre MboyiErnest néant néant néantMackagat Armand Gambo Pierre Pambo Raphaël Mackayat Hubert Zizat Marc Faessel AugustineWoleu NtemEdzo-Medzo Angoué-Mba Ondo Bonjean Mengome AntoineOndo Méthogo Obame Nguéma Edou Abessolo Zeng P.C. Essima-Osse Ehya-Obiang Nze Aron néant Bilonga Basile Obiang Mba Oyono Aba’a Ekabane-Obame Nguéma Ondo Mengue-Oye______________________________________________________________________________________ N.B.: Le CRP obtient 1 élu, Mme Maganga, dans la Ngounié L’UD obtient aussi 1 élu Mr. Pambo Dieudonné, dans la Nyanga. 29
  27. 27. Élections législatives gabonaises ABREVIATIONS ET SIGLESPartis politiquesPDG Parti démocratique gabonaisMRB Mouvement de redressement national (MORENA, tendance des Bûcherons)MOR Mouvement de redressement national (MORENA, tendance originelle ou fondamentale)PGP Parti gabonais du progrèsAPSG Association pour le socialisme au GabonUSG Union socialiste gabonaiseCRP Cercle pour le renouveau et le progrèsUD Union pour la démocratie et le développementFUAPO Front uni des associations politiques de l’opposi- tion regroupant le PGP, l’APSG, le MORENA fondamental.Provinces gabonaises.EST EstuaireHO Haut-OgoouéMO Moyen-OgoouéNG NgouniéNY NyangaOI Ogooué-IvindoOL Ogooué-LoloOM Ogooué-MaritimeWN Woleu Ntem 30
  28. 28. Élections législatives gabonaises 31
  29. 29. Élections législatives gabonaisesDECOUPAGE ÉLECTORAL 32
  30. 30. Élections législatives gabonaises_______________________________________________________________________ Achevé d’imprimer le 18 janvier 1991 33 Élections législatives gabonaises
  31. 31. Plus d’efforts, de rigueur, de pragmatisme, de créativité etd’humilité sont aujourd’hui des préalables de conduite personnelle etcollective pour relever les grands défis actuels de nos pays africains. Tel estle message que ces lignes de connaissance et de réflexion sur les électionslégislatives pluralistes du Gabon entendent lancer, notamment auprès desgénérations de l’an 2000._____________________________________________________________ Maurice NDOUME NZÉ, 37 ANS, maître-Assistant à l’Université des Sciences et Techniques de Masuku (Franceville) Gabon.

×