Une année à  Saint-Paul et   Amsterdam     Terres Australeset Antarctiques Françaises                        Eliane Ledoux...
Sommaire•   Les TAAF, qu’est-ce que c’est ?•   Saint-Paul et Amsterdam, généralités•   La base Martin de Viviès•   Ceux de...
Les TAAF :   Cinq districts
1- La Terre AdélieLa base Dumont d’Urville en Terre Adélie, sur le continent Antarctique, estisolée du reste du monde près...
2-3-4     Les trois districts         austraux,    dans l’Océan Indien- les îles Crozet- Kerguelen- Saint-Paul et Amsterda...
Une rotation du Marion Dufresne,            au départ de la Réunion, dure            environ 1 mois, avec 2 à 4 jours     ...
46°sud               Les îles Crozet• La plus grande concentration aviaire au  monde (60 tonnes doiseaux au km² : manchots...
49°sud            Kerguelen                              Port aux Français• Un archipel grand comme la Corse,  célèbre pou...
Depuis 2006, les trois districtsaustraux sont une RéserveNaturelle Nationale (domainesterrestre et maritime)
5 - Le cinquième districtLe dernier district, rattaché aux TAAF depuis 2007Les Iles Eparses
5 - Le cinquième districtLe dernier district, rattaché aux TAAF depuis 2007Les Iles Eparses
L’administration des TAAF     Les TAAF sont une collectivité             d’outre-mer•gérée par un Préfet et cinq chefs de ...
En vert, la Zone Economique Exclusivefrançaise dans l’Océan Indien
Saint-Paul et AmsterdamPositionnées par 77° est et de part et d’autre du 38e parallèle sud, Saint-Paul etAmsterdam sont él...
Saint-PaulSuperficie de 8 km2Réserve naturelle intégrale, inoccupée, où le débarquement est interdit sauf pourdes missions...
Amsterda                     m                       Point culminant                        881 mètres       Base Martin d...
La base Martin de     Viviès
L’équipe de la 61 e mission  9 militaires assurent :  -l’entretien de la base (bâtiments, centrale électrique,  plomberie,...
La logistique : le Marion        Dufresne   3 à 4 rotations par an
Le Marion Dufresne Propriété des TAAF, le Marion Dufresne a deux fonctions principales :   • le ravitaillement des Terres...
Le personnel est acheminé depuis le Marion Dufresne par hélicoptère, ainsi quetous les colis légers (< 750 kg).
Les colis lourds sont transférés entre le Marion Dufresne et la cale par une sortede radeau tracté par une vedette, qui vi...
L’escale du Marion        Pendant deux ou trois jours, c’est :Une importante opération logistique   • Vivres   • Matériel...
La faune
L’otarie à fourrure d’Amsterdam est particulièrement abondante.Les mâles veillent sur leur harem et se montrent souvent ag...
Environ 80 000 otaries sur la seule île d’Amsterdam
Albatros à bec jaune en vol
Parade d’albatros à bec jaune
Poussin d’albatros à bec jaune
Gorfou sauteur (famille des manchots)
Les gorfous sauteurs de retour de mer, en route vers la colonie
Gorfou sauteur sur œuf
Albatros d’Amsterdam
Poussin d’albatros d’Amsterdam
La problématique des espèces introduites
Les bovinsEn 1870, un réunionnais nommé Heurtin s’installe sur Amsterdam avec pourobjectif d’y implanter un élevage. Après...
Dans les années 2000, la politique de gestion de ces îles du bout du monde estde tout tenter pour leur rendre leur état or...
Activités scientifiques (1)       Biologie animaleLe suivi des populations animales est un domaine de recherche important ...
Les albatros sont l’objet de beaucoup de mesures
Les albatros et les gorfous sauteurs nichent sur les falaises du sud de l’île, hautes deplus de 700 mètres.Pour les étudie...
C’est l’occasion de s’éloigner de la base en petit groupe, pour desséjours inoubliables !
Activités scientifiques (2)  Chimie de l’atmosphèreAmsterdam est l’une des îles les plus isolées au monde, ce qui en fait ...
Mesure du taux de CO 2 surdifférents sites dans le monde
Activités scientifiques (3)                 Sismique               Magnétisme                  MétéoDes mesures sont réali...
La pêche professionnelleLa pêche est particulièrement réglementée dans les TAAF, la gestion desressources se voulant exemp...
La pêche professionnelleL’austral, en deux campagnes de deuxmois pendant l’été austral, pêche 400tonnes de langoustes, par...
Les loisirs (1) : la            randonnéeLes randonnées sont l’occasion de découvrir les paysages marquants de l’île.
Du Grand Balcon, les falaises d’Entrecasteauxplongent 700 mètres plus bas.
Les coulées de lave de cette île volcanique forment des grottes.
Les cratères sont nombreux.
Les loisirs (2) : la pêche Le poisson est abondant et la pêche du bord, pendant la saison estivale, est souvent fructueuse.
Ma plus belle prise : un thon jaune d’unedizaine de kilos
Pose de casiers depuis la côte
Les loisirs (3) :activités culturelles     La petite bibliothèque de la base
Les loisirs (4) : la               baignadeSi les otaries sont agressives sur la terre ferme, il n’en va pas de même dansl...
Conclusion :Une belle expérience,    mais un an,  c’est suffisant !
Ag presentation eliane_ledoux_light
Ag presentation eliane_ledoux_light
Ag presentation eliane_ledoux_light
Ag presentation eliane_ledoux_light
Ag presentation eliane_ledoux_light
Ag presentation eliane_ledoux_light
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ag presentation eliane_ledoux_light

265 vues

Publié le

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
265
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ag presentation eliane_ledoux_light

  1. 1. Une année à Saint-Paul et Amsterdam Terres Australeset Antarctiques Françaises Eliane Ledoux Chef de district de la 61e mission Septembre 2009 à septembre 2010
  2. 2. Sommaire• Les TAAF, qu’est-ce que c’est ?• Saint-Paul et Amsterdam, généralités• La base Martin de Viviès• Ceux de la 61e mission, qui fait quoi ?• La logistique, le Marion Dufresne• La faune : naturelle et introduite• Les activités scientifiques• La pêche professionnelle• Les loisirs
  3. 3. Les TAAF : Cinq districts
  4. 4. 1- La Terre AdélieLa base Dumont d’Urville en Terre Adélie, sur le continent Antarctique, estisolée du reste du monde près de 8 mois par an, par plusieurs centaines dekilomètres de banquise.On y accède en été en naviguant sur l’Astrolabe, au départ de la Tasmanie.
  5. 5. 2-3-4 Les trois districts austraux, dans l’Océan Indien- les îles Crozet- Kerguelen- Saint-Paul et Amsterdamdesservis 4 fois par an par le MarionDufresne
  6. 6. Une rotation du Marion Dufresne, au départ de la Réunion, dure environ 1 mois, avec 2 à 4 jours d’escale sur chaque district. LA REUNION 2880 km 2860 km AMSTERDAM SAINT-PAUL 1420 kmCROZET 1480 km KERGUELEN
  7. 7. 46°sud Les îles Crozet• La plus grande concentration aviaire au monde (60 tonnes doiseaux au km² : manchots, albatros, skuas, chionis, pétrels...)• Une météo très difficile• La petite base Alfred Faure, sur l’île de la Possession, abrite de 20 à 40
  8. 8. 49°sud Kerguelen Port aux Français• Un archipel grand comme la Corse, célèbre pour ses tempêtes• Une grande base avec jusqu’à 130 personnes
  9. 9. Depuis 2006, les trois districtsaustraux sont une RéserveNaturelle Nationale (domainesterrestre et maritime)
  10. 10. 5 - Le cinquième districtLe dernier district, rattaché aux TAAF depuis 2007Les Iles Eparses
  11. 11. 5 - Le cinquième districtLe dernier district, rattaché aux TAAF depuis 2007Les Iles Eparses
  12. 12. L’administration des TAAF Les TAAF sont une collectivité d’outre-mer•gérée par un Préfet et cinq chefs de districts,bénéficiant d’une autonomie administrative etfinancière.•siège à Saint-Pierre de La Réunion•budget d’environ 23 millions d’euros•40 personnes employées au siège et jusqu’à 250personnes sur les districts•dotant la France d’une Zone Economique Exclusiveparticulièrement riche, de plus de 2,5 millions de km2
  13. 13. En vert, la Zone Economique Exclusivefrançaise dans l’Océan Indien
  14. 14. Saint-Paul et AmsterdamPositionnées par 77° est et de part et d’autre du 38e parallèle sud, Saint-Paul etAmsterdam sont éloignées d’une centaine de km. On y bénéficie d’un climatocéanique, proche de celui de la Bretagne Nord.Un peu d’histoire :La première mention d’Amsterdam est faite dans les documents denavigation de Sebastian Del Cano en 1522, qui avait repris lecommandement de l’expédition de Magellan autour du monde.En 1633, elle doit son nom à Van Diemen, un capitaine hollandais quilui donne le nom de son navire, La Nouvelle Amsterdam. Entre 1843 et 1853, la France revendique la possession de Saint-Paul et Amsterdam jusqu’à ce qu’elle soit contestée par l’Angleterre. En 1892 puis 1897, deux navires, La Bourdonnais puis L’Eure viennent prendre officiellement possession de ces terres pour la France, qui seront rattachées à Madagascar (alors colonie française) en 1924.En 1929 a lieu le drame des oubliés de l’île Saint-Paul et de leurconserverie de langoustes. A partir de 1949, une base scientifique permanente est installée sur Amsterdam, qui prend le nom de Martin de Viviès, ingénieur météo et chef de la première mission. En 1955, la collectivité territoriale des TAAF est créée, débouchant sur le mode d’administration actuel.
  15. 15. Saint-PaulSuperficie de 8 km2Réserve naturelle intégrale, inoccupée, où le débarquement est interdit sauf pourdes missions scientifiques ponctuelles, dont l’entretien du marégraphe
  16. 16. Amsterda m Point culminant 881 mètres Base Martin de VivièsSuperficie de 55 km210 km de long
  17. 17. La base Martin de Viviès
  18. 18. L’équipe de la 61 e mission 9 militaires assurent : -l’entretien de la base (bâtiments, centrale électrique, plomberie, etc.) -la logistique, la gestion du parc informatique -l’entretien des véhicules (tracteurs, grue, etc.) 6 jeunes scientifiques (ingénieurs et biologiste) terminant leurs études s’occupent de chimie de l’atmosphère, géophysique, biologie animale. 2 contractuels réunionnais sont en charge de la cuisine. 2 autres, sous la responsabilité d’un militaire, participent à l’entretien des bâtiments. Ils ont des missions plus courtes, de 5 à 8 mois, qui se renouvellent année après année. 3 agents de la Réserve Naturelle avaient des missions de préservation de l’environnement ; pendant les 6 mois d’été. Pour la mission 61, il s’agissait essentiellement d’opérations de chasse ! J’étais chef de district, en charge de 1 médecin veille à notre santé. l’ensemble de la mission. Mes attributions étaient celles d’un maire (officier d’état civil, de police judiciaire –En tout, de 21 à 29 personnes fonction qui se révélera heureusement inutile !)
  19. 19. La logistique : le Marion Dufresne 3 à 4 rotations par an
  20. 20. Le Marion Dufresne Propriété des TAAF, le Marion Dufresne a deux fonctions principales : • le ravitaillement des Terres australes à partir de la Réunion (TAAF) • la recherche scientifique océanographique (IPEV) Le Marion Dufresne, long de 120 mètres, est à la fois : • un paquebot qui sert au transport du personnel des bases et des visiteurs vers les Terres australes (110 passagers) • un cargo chargeant des conteneurs et des colis lourds d’une capacité de 5.600 m3, équipé de grues • un navire pétrolier transportant du carburant pour les bases • un porte-hélicoptère • un exceptionnel équipement de recherche : - 650 m² de laboratoires - plusieurs systèmes de treuillage - un sondeur ultra-perfectionné - un carottier sédimentaire géant unique au monde
  21. 21. Le personnel est acheminé depuis le Marion Dufresne par hélicoptère, ainsi quetous les colis légers (< 750 kg).
  22. 22. Les colis lourds sont transférés entre le Marion Dufresne et la cale par une sortede radeau tracté par une vedette, qui vient accoster à la cale.C’est une opération qui devient très dangereuse par mauvais temps ; elle n’estdonc pas possible à chaque visite du Marion Dufresne.
  23. 23. L’escale du Marion Pendant deux ou trois jours, c’est :Une importante opération logistique • Vivres • Matériels • Carburant • Courrier • Livres, DVD • Expédition de déchets et de matériels • TravauxDébarquement des hivernants des autres districts, de marins duMarion Dufresne, de personnel du siègeAccueil de touristes payantsRéception de « V.I.P. » Pour les résidents sur place, c’est un envahissement après plusieurs mois d’isolement !
  24. 24. La faune
  25. 25. L’otarie à fourrure d’Amsterdam est particulièrement abondante.Les mâles veillent sur leur harem et se montrent souvent agressifs !
  26. 26. Environ 80 000 otaries sur la seule île d’Amsterdam
  27. 27. Albatros à bec jaune en vol
  28. 28. Parade d’albatros à bec jaune
  29. 29. Poussin d’albatros à bec jaune
  30. 30. Gorfou sauteur (famille des manchots)
  31. 31. Les gorfous sauteurs de retour de mer, en route vers la colonie
  32. 32. Gorfou sauteur sur œuf
  33. 33. Albatros d’Amsterdam
  34. 34. Poussin d’albatros d’Amsterdam
  35. 35. La problématique des espèces introduites
  36. 36. Les bovinsEn 1870, un réunionnais nommé Heurtin s’installe sur Amsterdam avec pourobjectif d’y implanter un élevage. Après quelques mois, il renonce et rentre à laRéunion, laissant sur place quelques têtes de bovins.Un siècle plus tard, on estime la population à 2000 têtes. Les vaches ontgravement détérioré la population de phylicas, arbustes endémiques de l’île.En 1983, lorsque l’albatros d’Amsterdam estidentifié comme une espèce à part, une clôture estinstallée pour maintenir le troupeau dans la partienord de l’île, et des chasses de régulation sont enpermanence organisées. La zone de nidification del’albatros est ainsi protégée.En parallèle, des plantations de phylicas sont faites.En 2000, le troupeau compteenviron 500 têtes.
  37. 37. Dans les années 2000, la politique de gestion de ces îles du bout du monde estde tout tenter pour leur rendre leur état originel. Par exemple, les rats sontéliminés de Saint-Paul et de plusieurs îles des Kerguelen.En 2008, la décision est prise d’éradiquer totalement le troupeau. La dernièrevache sera abattue en 2011.
  38. 38. Activités scientifiques (1) Biologie animaleLe suivi des populations animales est un domaine de recherche important :ici une jeune otarie baguée
  39. 39. Les albatros sont l’objet de beaucoup de mesures
  40. 40. Les albatros et les gorfous sauteurs nichent sur les falaises du sud de l’île, hautes deplus de 700 mètres.Pour les étudier, nous séjournonspendant quelques jours dans la petitecabane du site d’Entrecasteaux, au piedde ces falaises.
  41. 41. C’est l’occasion de s’éloigner de la base en petit groupe, pour desséjours inoubliables !
  42. 42. Activités scientifiques (2) Chimie de l’atmosphèreAmsterdam est l’une des îles les plus isolées au monde, ce qui en fait le siteidéal pour étudier la pollution de fond de l’atmosphère. CO2, soufre, ozone,méthane, et bien d’autres éléments sont mesurés en permanence.Pour cela, deux petits labos sont implantés non loin de la base.
  43. 43. Mesure du taux de CO 2 surdifférents sites dans le monde
  44. 44. Activités scientifiques (3) Sismique Magnétisme MétéoDes mesures sont réalisées de façon continue sur l’activité sismique et sur lechamp magnétique terrestre. L’éloignement de ces points de mesure les rendprécieux pour avoir un maillage mondial sans trop de trous.Pour la même raison, un ballon-sonde météo est lancé tous lesdeux jours.
  45. 45. La pêche professionnelleLa pêche est particulièrement réglementée dans les TAAF, la gestion desressources se voulant exemplaire. Les prélèvements sont strictement contrôlés (uncontrôleur de pêche est embarqué sur chaque navire). La Marine Nationale assuredes patrouilles pour traquer les pêcheurs pirates.Dans les eaux de Saint-Paul et Amsterdam, un seul navire, l’Austral, est autorisé.
  46. 46. La pêche professionnelleL’austral, en deux campagnes de deuxmois pendant l’été austral, pêche 400tonnes de langoustes, particulièrementabondantes dans ces eaux.Les échanges sont réguliers entre labase et le bateau pendant sa période deprésence (soins médicaux aux marins,invitations réciproques).
  47. 47. Les loisirs (1) : la randonnéeLes randonnées sont l’occasion de découvrir les paysages marquants de l’île.
  48. 48. Du Grand Balcon, les falaises d’Entrecasteauxplongent 700 mètres plus bas.
  49. 49. Les coulées de lave de cette île volcanique forment des grottes.
  50. 50. Les cratères sont nombreux.
  51. 51. Les loisirs (2) : la pêche Le poisson est abondant et la pêche du bord, pendant la saison estivale, est souvent fructueuse.
  52. 52. Ma plus belle prise : un thon jaune d’unedizaine de kilos
  53. 53. Pose de casiers depuis la côte
  54. 54. Les loisirs (3) :activités culturelles La petite bibliothèque de la base
  55. 55. Les loisirs (4) : la baignadeSi les otaries sont agressives sur la terre ferme, il n’en va pas de même dansl’eau, où les jeunes otaries curieuses viennent volontiers jouer avec lesbaigneurs.Les jours de beau temps, c’est une très belle expérience que de pouvoir lesapprocher et admirer leur agilité sous l’eau.
  56. 56. Conclusion :Une belle expérience, mais un an, c’est suffisant !

×