Meotec Event Procurement Lyon - 27 avril

606 vues

Publié le

Le mercredi 29 avril, David Brechet (Meotec Lyon) avait convié 8 professionnels des achats pour un petit déjeuner afin d’échanger sur leurs expériences et partager un moment convivial.
Après s’être présenté, chaque participant (voir ci-dessous) a pu partager ses retours d’expérience et ses réflexions sur l’innovation au sein des Fonction Achats et notamment avec les fournisseurs.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
606
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
38
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Meotec Event Procurement Lyon - 27 avril

  1. 1. Lyon, le 29 avril 2015 Petit-déjeuner Procurement par Meotec Les achats et l’innovation fournisseurs : comment la susciter et comment en bénéficier ? Le mercredi 29 avril, David Brechet (Meotec Lyon) avait convié 8 professionnels des achats pour un petit déjeuner au Château de Montchat afin d’échanger sur leurs expériences et partager un moment convivial. Après s’être présenté, chaque participant (voir ci-dessous) a pu partager ses retours d’expérience et ses réflexions sur l’innovation au sein des Fonction Achats et notamment avec les fournisseurs. Voici 5 étapes clés pour favoriser l’innovation fournisseur : 1. Définir l’innovation Innover est un terme vaste qu’il convient d’abord de définir. Sans être restrictif, le périmètre concerne l’innovation produit, l’innovation process et également l’innovation dans la relation que les acheteurs peuvent mettre en place avec les fournisseurs d’une part et les services internes (bureau d’étude, marketing par exemple) d’autre part. Les innovations peuvent être classées en 3 niveaux qui se traduiront différemment dans la relation et la contractualisation avec les fournisseurs. La première possibilité est de se voir proposer une amélioration où une évolution d’un service ou produits par son fournisseur. Ce type d’innovation est souvent proposée par des fournisseurs existants et doit être la norme. C’est le service minimal demandé. Il faut simplement juger de la pertinence de l’innovation pour sa structure et accepter de payer le surcoût éventuel. Le second niveau d’innovation est une collaboration avec le fournisseur pour co-construire ou redesigner un produit afin de mieux répondre aux besoins ou pour réduire les coûts. Mettre en place ce type d’innovation nécessite d’avoir une bonne relation avec son fournisseur et d’échanger avec lui sur des informations stratégiques. Ce type d’innovation se met en place en mode projet avec des objectifs et un calendrier partagés avec son fournisseur. Enfin l’innovation peut être de nature disruptive avec un saut technologique
  2. 2. important. Dans ce cas, ce type de partenariat peut comporter un coût de développement important et un engagement dans le temps. 2. Créer des conditions propices à l’innovation Susciter l’innovation chez ses fournisseurs est avant tout un acte de management qui doit se préparer. L’entreprise doit avoir la maturité nécessaire et une organisation efficace qui permet d’accueillir et de relayer l’innovation issue des fournisseurs. La première étape est de rendre son entreprise attractive vis-à-vis de ses fournisseurs cibles. L’entreprise qui veut profiter d’innovations chez ses fournisseurs doit aussi être un client clé chez ces mêmes fournisseurs. Une démarche gagnant / gagnant est une condition sine qua non. Il va de soi qu’une qualification poussée est nécessaire également pour identifier les fournisseurs avec lesquels l’entreprise souhaite en priorité avancer. Enfin, en tant qu’acteurs majeurs de la relation fournisseurs, les acheteurs doivent être prêts également. Chercher l’innovation doit faire partir de l’ADN de l’acheteur. C’est un état d’esprit qui repose sur un savoir être propice à l’innovation (être curieux, enthousiaste voire facilitateur) aussi bien que sur un savoir faire (qualifier, négocier, contractualiser). 3. Bien cadrer la démarche d’innovation Il est difficile de mettre en place une relation stable et bénéfique sans prévoir des règles de fonctionnement clairement établies. Cette condition aide à construire une relation de confiance. L’entreprise et le fournisseur auront besoin d’échanger en continue de nombreuses informations sensibles. Les deux parties doivent se dévoiler pour aboutir à un partenariat fructueux. A commencer par exposer de part et d’autre les roadmap innovation respectives. L’équilibre n’est jamais parfait entre les deux parties mais une avancée de l’un vers l’autre est un gage de confiance et de pérennité. L’acheteur doit être en mesure de proposer un modèle de partenariat à son fournisseur en se faisant aider par son service juridique ou un cabinet extérieur. Il faudra notamment inclure des limites temporelles, la possibilité de sortir du processus d’innovation afin de réduire le risque et les coûts associés ; définir également les enjeux de propriété intellectuelle ou industrielle ainsi que l’éventuelle exclusivité sur les produits développés par son fournisseur. 4. Maitriser les risques L’un des freins majeurs à l’innovation fournisseur peut venir de l’interne et notamment du bureau d’étude. Entreprendre une démarche d’innovation fournisseur est souvent perçu comme une remise en cause de la capacité à innover des services internes. Il est donc nécessaire de communiquer et de rassurer en interne sur cette démarche et sur ses objectifs. Le syndrome du "Not Invented Here" n’est pas une fatalité. Une coopération avec un fournisseur doit aussi faire progresser l’entreprise dans ses compétences. Les services internes (BE, marketing) doivent être impliqués à 100%. L’approche « faire avec » est beaucoup plus porteuse de valeur ajoutée qu’une démarche d’opposition. Faire un choix de collaboration avec un fournisseur revient à exclure beaucoup d’autres qui peuvent avoir aussi de bonnes innovations. Le rôle des achats est donc de bien sélectionner, de bien choisir son ou ses quelques partenaires privilégiés tout en veillant à ne pas devenir dépendant. 5. Un système de management motivant et cohérent Pour Hervé Tietard, "l'exercice étant difficile, l'acheteur trouve souvent des "excuses" pour ne pas faire, inclure cet objectif d'Innovation dans les Entretiens Individuels Annuels me parait indispensable". Ce constat est partagé par Alain Marcel : "pour que l'innovation soit un moteur dans la relation client- fournisseur, rien de tel que d'intégrer un objectif innovation dans les objectifs personnels annuels des acheteurs, mais aussi des acteurs internes R&D, voire marketing; rien de tel aussi que d'intégrer dans les objectifs annuels négociés avec les fournisseurs cibles ou privilégiés du panel, un "target agreement" lié à l'innovation."
  3. 3. La culture de l’entreprise doit être en phase avec la démarche d’innovation fournisseurs. Le top management doit être évidemment impliqué faute de quoi aucun engagement ne sera possible. Participants au troisième petit-déjeuner procurement par Meotec : - Roland Baudinet, consultant indépendant, ex directeur des achats Arkema, - Alain Marcel, consultant indépendant, ex directeur des achats Alstom Grid - Charlotte Marchalant pour Décision Achats - Céline Poisson L’Huillier, Responsable des Achats, Conductix Wampfler, groupe Delachaux - Dominique Poulard, Directeur Achats Informatique Groupe Casino - Cyril Roussel, directeur Achats de Holding Textile Hermès - Cyrille Renaud, ex directeur des achats Groupe RG - Hervé Tietard, ex directeur des achats du groupe Flaktwood Solyvent Ventec Contact Pour toutes demandes : david.brechet@meotec.com www.meotec.com – Suivez nous sur Twitter et Linkedin : Meotec A propos de Meotec Meotec est un cabinet de conseil opérationnel créé en 2005 situé à Boulogne-Billancourt, Lyon et Hong Kong. Nous accompagnons plus d’une centaine de clients sur quatre métiers : la gestion de projet, les achats & la logistique, la performance économique, la qualité & les processus. En 2014, Meotec a réalisé un chiffre d’affaire de 15 millions d’euros en croissance de 25% par rapport à 2013.

×