JIES 2013 J.-G. Caumeil & G. Gardet Perspectives vygotskiennes

417 vues

Publié le

Session Jouer et apprendre dans l'enseignement - Jean-Guy Caumeil et Georges Gardet

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
417
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

JIES 2013 J.-G. Caumeil & G. Gardet Perspectives vygotskiennes

  1. 1. Jouer pour apprendre?Perspectives vygotskiennesJean-Guy CAUMEILGeorges GARDETESPE Lyon1, CRIS EA 647"Les jeux des enfants ne sont pas des jeux,et il les faut juger en eux comme leurs plus sérieusesactions."Michel Eyquem de Montaigne, ESSAIS
  2. 2. Qu’entend-t-on par « jeu »?Le jeu est un concept difficile à saisir si l’on s’en tient aux diversesthéories ou à la philosophie du travail.Ce qu’on appelle « le jeu » change de nature (et de fonction) aufur et à mesure que l’histoire de l’individu se déroule."Les jeux des enfants ne sont pas des jeux,et il les faut juger en eux comme leurs plus sérieuses actions."Michel Eyquem de Montaigne, ESSAIS
  3. 3. Les thèses culturelle-historiques :l’hypothèse de Vygotski est qu’il existe une sociabilité primaire dontles caractéristiques spécifient l’espèce humaine.S’il existe bien un socle et un développement biologique, naturel, ilse double d’un développement artificiel qui s’appuie sur les objets,les signes, les techniques et les normes, contenus dans les œuvreshumaines.Le développement artificiel (l’éducation), qui nécessite un milieu etappelle l’apprentissage, impacte l’individu dans le sens où desfonctions élémentaires naturelles (l’attention, la mémoire, la perception, etc.) seconstituent comme fonctions supérieures (l’attention volontaire, la mémoiresélective, les diverses formes de comptage, les moyens mnémotechniques, le langage, l’abstraction, lagénéralisation, etc.).Pour une théorie « instrumentale » du jeu
  4. 4. Le développement de l’enfant entre 2 ans et 11 ans porte deschangements irréversibles (qui ne peuvent être (tous) récupérés parla suite)Mieux comprendre ces changements c’est améliorer notre professionnalitéL’âge préscolaire (maternelle 2-5ans) et l’âge primaire (5-11ans) sontcaractérisés :1) Par l’émergence du sujet (mécanisme de désyncrétisation parrapport au monde des objets)2) Par l’incorporation des outils de base de la pensée consciente(les instruments psychologiques (signes, langage, techniques,normes), et l’apparition de fonctions psychiques supérieuresL’outil de ces changements est le langageLa thèse instrumentale :
  5. 5. Au début de son histoire, le jeu peut être assimilé à une fonctionnaturelle du bébé (s’il ne joue pas il dépérit et ne se développepas).De fonction naturelle, le jeu se transforme en fonction culturelleincidente (à l’école pour les apprentissages, dans la vie courantepour les relations sociales).Par la suite, les formes socialisées des activités résultant de cettefonction ludique (les jeux) sont susceptibles de mettre en-jeu desfonctions psychiques supérieures (comme la mémoiresélective, l’attention volontaire, l’abstraction, le calcul, lanumération, le tri, etc.Le jeu dans la perspective instrumentale
  6. 6. Deux concepts analyseurs du jeuissus de la théorie instrumentale1) l’activité maitresse de l’enfant:- Définition Activités maitresses et gains développementaux.pptx- Analyse analyse activités maitresses.pptx2) Les médiateurs externes et internes :- Définition parallélogramme de léontiev.pptx- Analyse MediateurExterneJeu2pre.pptx

×