21.05.14 MICHAL NIEDZIELSKI
Le motif de l’amour dans les ‘Essais’ de Michel de Montaigne
Si on peut définir l’amour comme ...
prend comme épouse Françoise de Chassaigne même si cette relation est entièrement
pragmatique et non pas le résultat d’un ...
les grandes familles contemporaines. L’opinion de Montaigne sur l’amour est telle qu’il
n’est pas aussi stable que le marr...
BIBLIOGRAPHIE
1. Michel de Montaigne, Les Essais. Ed. Tadeusz Boy-Zelenski, Panstwowy Instytut
Wydawniczy (Maison d'Editio...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Motyw Milosci w ‘Probach’ Michela de Montaigne

80 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
80
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Motyw Milosci w ‘Probach’ Michela de Montaigne

  1. 1. 21.05.14 MICHAL NIEDZIELSKI Le motif de l’amour dans les ‘Essais’ de Michel de Montaigne Si on peut définir l’amour comme la plus forte émotion que l’individu peut ressentir, il y avait deux grands amours dans la vie de Michel de Montaigne: sa passion pour la litérature et celle pour l’amitié. Avant que je passe à ceux-là, il faudrait spécifier que dans ses ‘Essais’, Montaigne parle rarement de ‘l’amour’ comme tel, mais dégresse beaucoup sur les femmes, leurs qualités naturelles et leur position dans la société contemporaine. Mais, avec un peu d’effort, on peut traduire ce qu’il dit sur les femmes en ce qu’il ressent envers elles. Il faut peut-être commencer par dire que beaucoup de lecteurs se trompent en pensant que Montaigne est tout-à-fait antiféministe. Ce n’est pas le cas. Dans son article sur les femmes dans la vie de Montaigne, Floyd Gray établie un fort argument pour commenter sur l’antiféminisme dans les oeuvres de Montaigne. Gray joue beaucoup sur le faite que Montaigne voit les femmes comme des êtres tres libidineux et pleins de désir sexuel, mais il ne manque pas de se rendre comptre qu’il qualifie les hommes de la même manière, et que la rhétorique dégressive de Montaigne est difficile a comprendre unilatéralement. D’un coté Montaigne cite des examples des femmes qui avaient des appétits sexuels inextinguibles, et de l’autre il dit que l’attente de leur chasteté est entièrement imposée par les hommes. Il crée une synérgie spécifique dans son argument qui peut confondre le lécteur inattentif. En lisant ‘Sur des vers de Virgile’ on se pose la question: mais que pense-t-il vraiment? Montaigne se présente ni comme féministe ni antiféministe, et ne mentionne presque jamais sa femme, sa mère, ou sa fille. Alors comment peut-on le savoir? Selon la plupart des récits sur sa vie, Montaigne avait de l’amour surtout pour son père qui était une grande influence pour le jeune Montaigne. De son père il puise son admiration pour les anciens philosophes et le latin, bien que pour la sagesse en générale. L’autre individu qui a largement été récipient de l’amour amicale de Montaigne était son collègue, Etienne de la Boetie qui comme Montaigne, était juge a Bordeaux. Mais ça ne veut pas dire que les femmes ne paraissaient pas dans sa vie: en l’an 1565, Montaigne
  2. 2. prend comme épouse Françoise de Chassaigne même si cette relation est entièrement pragmatique et non pas le résultat d’un grand amour. Alors ceux qui diraient que la vie de Montaigne était celle de solitude, auraient tors, car la solitude de Montaigne était plutot un état d’esprit qu’un état physique. Taddeus Boy-Zelenski, l’auteur du prologue aux “Essais” dans l’édition polonaise récapitule : “L’amour pour son père et son ami étaient les seules grandes affections de sa vie. On peut dire cela: la femme, même si il était tres réceptif à ses graces,n’a jamais influencé sa vie d’une facon pareille, ou mérité sa mémoire” ‘Ou mérité sa mémoire’: ces mots me rendent perplexe. On ne sait pas grand chose sur la jeunesse de Montaigne, et la première rélation avec une femme qui est bien documentée est celle avec sa femme Françoise. Il voyait l’amour comme un sentiment reservé pour les jeunes de corps et d’esprit, qui demande une qualité vive et énergique et qui s’évanouit au fil du temps. Cette opinion est décrite le mieux dans Chapitre 5 de Livre 3, soite ‘Sur les Vers de Virgile’. Ces deux soupcons, ainsi que le faite que Montaigne soit tellement reclu plus tard dans sa vie, suggerent une aventure amoureuse douloureuse dans sa jeunesse. Surtout qu’il se rappelle de sa jeunesse avec mélancolie et souvent conseille aux jeunes de profiter de leur énergie. Il parait qu’il abandonne sa propre quete amoureuse et qu’il s’avoue vaincu en marriage: "Du mariage,il en est comme des cages pour les oiseaux : ceux qui sont à l’extérieurdésespèrent de pouvoir y entrer, et ceux qui sont dedans ne rêvent que d’en sortir ! Comme on demandait à Socrate ce qui était le mieux,prendre ou ne pasprendre femme, il répondit : ‘quoi qu’on fasse, on le regrettera.’ ” Malgré l’humour de cette citation, la différence entre l’amour et le marriage selon Montaigne est ici distinctement representée. Il voit le deuxieme comme une nécessité qui sert a prolonger son lignage, et non pas une réalization de ses propres voeux, reves, ambitions. Hors que l’amour est une refléction de l’admiration personnelle, souvent temporelle, pour une femme hors que l’institution de marriage est traitée au temps de Montaigne comme un moyen d’élargir sa fortune familiale et de resserrer les liens entre
  3. 3. les grandes familles contemporaines. L’opinion de Montaigne sur l’amour est telle qu’il n’est pas aussi stable que le marriage et qu’il ne faut pas confondre les deux a risque de sacrifier sa position dans la société pour un sentiment tellement évasif. Cette instabilité générale du sentiment de l’amour est encore augmentée par son approche épicurienne a la vie: plusieurs biographes de ce philosophe sont d’accord que dans ses oeuvres, Montaigne s’est montré comme un épicurien avec une dose de skepticisme. Ce skepticisme se voit surtout dans les conseils qu’il donne aux hommes considérants le marriage: il dit tout simplement que l’amour et le marriage ne vont pas bien ensemble, et que les meilleurs marriages sont ceux qui s’approchent plutot a une amitié sincère entre les deux partis concernés. Cela s’entremele up peu avec ce que j’ai dit au début de mon essai, que l’amitié est ce qu’il apprécie le plus dans la vie. Gray termine son article en mentionnant que la fille de Montaigne, Léonore, détruit la libraire personnelle de son pere après sa mort, et suggère que cet acte est motivé par un manque d’attention pour la fille de la part de son père. Mais la femme du philosophe s’empare de préserver le patrimoine de son époux avec un dévouement unique. On peut alors conclure que sa decision de prendre comme epouse une femme qu’il n’aimait pas vraiment etait faite tout a fait consciemment. Ayant consideré tous les ‘pours’ et tous les ‘contres’, Montaigne a decidé de faire le choix logique. Finalement, il se rend compte que “Il est plus insupportable d'être toujours seul que de ne le pouvoir jamais être.” Sa décision de prendre Françoise en marriage, alors, était une illustration de ses idées sur le marriage et l’amour. Tout les signes semblent montrer qu’il a achevé le marriage parfait qu’il a décrit: un ou la distance entre les époux est soutenue pour préserver le lien robuste d’amitié temperée.
  4. 4. BIBLIOGRAPHIE 1. Michel de Montaigne, Les Essais. Ed. Tadeusz Boy-Zelenski, Panstwowy Instytut Wydawniczy (Maison d'Edition Nationale) Varsovie 1957. 2. Gray, Floyd. Gender, Rhetoric, and Print Culture in French Renaissance Writing. P. 16-22: „The Women in Montaigne's life”, Cambridge University Press, 2004. 3. http://epicurienhedoniste.blogspot.com/2013/02/montaigne-considerations-sur- les-femmes.html 4. http://wiki.epicurus.info/Montaigne,_Michel_de

×