Assemblée générale constitutive d’une fédération des anciens étudiants folkloristes - Vendredi 1er juillet 2011.<br />Prés...
Pv de l'assemblée générale constitutive d’une fédération des anciens étudiants folkloristes
Pv de l'assemblée générale constitutive d’une fédération des anciens étudiants folkloristes
Pv de l'assemblée générale constitutive d’une fédération des anciens étudiants folkloristes
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pv de l'assemblée générale constitutive d’une fédération des anciens étudiants folkloristes

1 295 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 295
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pv de l'assemblée générale constitutive d’une fédération des anciens étudiants folkloristes

  1. 1. Assemblée générale constitutive d’une fédération des anciens étudiants folkloristes - Vendredi 1er juillet 2011.<br />Présents :<br />Michel Péters<br />David De Ré<br />Julien Biver<br />Damien Dodeige<br />Ghislain Lahaye<br />Ludovic Grégoire<br />Emmanuel Joly<br />Stéphane Counerotte<br />Laurence le Bussy<br />Éric André<br />Benoît Monfort<br />Didier Deville<br />Serge Kalbusch<br />Geneviève Messen <br />Nadia Seret<br />Greg Moreau<br />Jean-Yves Jehoulet<br />Geoffroy Daloze<br />Loris Piccoli<br />Aurélien Doffigny<br />Valérie Lavis<br />Joël Léonard<br />Sébastien Bovy<br />Valérie Lux<br />Sébastien Baccus<br />Étienne Lambert<br />Thierry Emany<br />Sabrina Delhalle<br />Philippe Devos<br />Philippe Cloes<br />Excusés<br />Amaury Dillien<br />Nicolas Lombard<br />Valérie Delfosse<br />Jean Killan Bihin<br />Pascal Verhasselt<br />Pascal Coquiart<br />Frédéric Rossini<br />Emmanuel Lomba<br />Philippe Mathieu<br />Steph Caligula<br />Michel Péters procède à la lecture de l’ordre du jour et demande son approbation par l’assemblée générale<br />Désignation d’un trésorier et d’un secrétaire pour la présente assemblée générale<br />Présentation générale du projet<br />but<br />forme de l’association<br />objet social<br />composition<br />etc.<br />constitution d’un comité de rédaction des statuts<br />constitution d’un comité provisoire<br />communication<br />prochaine réunion<br />Laurence le Bussy si est désigné secrétaire pour la présente assemblée générale<br />Sébastien Bovy est désigné trésorier pour la présente assemblée générale<br />Présentation Générale du projet<br />Michel Peters expose que depuis longtemps il pense qu’il manque une association d’anciens étudiants folkloristes à Liège. <br />A Bruxelles, ce type d’association existe même s’il n’est pas limité strictement aux anciens étudiants folkloristes. A Liège, la particularité de la renaissance du folklore fait qu’à côté des cercles existent des comités de baptême indépendants qui se sont regroupés en une association générale. A côté existe aussi la Maison des étudiants liégeois, asbl immobilière. En proposant la création d’une association d’anciens consacrée uniquement au folklore, on complète enfin le spectre, on boucle la boucle.<br />Le folklore estudiantin a repris vie en 1982, cela fera donc 30 ans dans un peu plus d’un an et ce serait déjà un motif pour crier une association d’anciens. La distance et le temps complique également chaque jour un peu plus la possibilité de garder le contact entre générations d’étudiants. Il est donc grandement temps. <br />Au delà, on sait que les étudiants rencontrent des difficultés. Si des générations d’étudiants ont connu des péripéties, des vexations, après une longue période d’errance, de nomadisme estudiantin, les étudiants ont enfin pu se stabiliser dans un « chapital » à Sclessin, Mais pour combien de temps encore ?<br />Ces derniers mois, une série d’accidents malheureux ont endeuillé le monde estudiantin folklorique. Il n’en fallait pas plus pour que les principales autorités se rendent coupables de raccourcis désobligeants. Pourtant, contrairement à ce que pensent certains, le folklore estudiantin ne génère pas que des ratés, des alcooliques, etc. Au contraire, il permet de tisser des liens de sympathie et d’amitié, non seulement entre les étudiants d’une faculté, mais entre étudiants de diverses facultés et écoles et entre générations d’étudiants et d’anciens étudiants.<br />De même, cette prise de responsabilité dès le plus jeune âge développe une certaine forme d’autonomie et de prise de conscience chez les organisateurs.<br />Le folklore souffre, mais il n’est pas malade ! Les conditions difficiles dans lesquelles il évolue et se développe sont la cause de ses difficultés. De même, en tant que fait social, le folklore évolue comme la société qui connaît également un désinvestissement de la part des jeunes.<br />Dans l’esprit de Michel Péters, une association d’anciens n’a pas pour but de d’organiser ce qui existe déjà. Cela n’empêche que les anciens peuvent avoir un rôle de sensibilisation, de lobbying. C’est dans ce but qu’il a souhaité prendre l’initiative via le réseau Facebook d’une réunion visant à constituer une association d’anciens guindailleurs. Cette association, au-delà du lobbying, pourrait devenir une autorité morale et porterait certains messages, certaines explications.<br />Michel explique qu’il n’a aucune idée préconçue sur le but de l’association, sur sa forme, etc. Chacun est libre de s’exprimer. De manière non exhaustive, il propose quelques idées qui pourraient être mises en œuvre par cette nouvelle association : chorale ancien, soirée d’anciens, publications, lobbying via les réseaux sociaux, réception par les autorités communales d’une délégation d’étudiants à l’occasion de la Saint-Nicolas, etc. <br />Le but est véritablement de crier autre chose qui puisse venir en aide au folklore estudiantin et non pas de concurrencer ou l’AGEL ou la MEL et encore moins un comité de baptême. <br />La parole est donnée à la salle. <br />Benoît Monfort estime qu’il faut préalablement déterminer le cadre dans lequel nous pourrions intervenir et nos grandes lignes de conduites : <br />écouter l’AGEL et ses besoins,<br />sponsoring,<br />dispenser des conseils compte tenu de notre expérience rôle de consultant<br />donner à bon nombre de parents une sorte de gage de responsabilité de la guindaille. <br />Pour Sébastien Bovy, la MEL joue déjà un rôle de conseil et apporte son appui logistique à l’AGEL. <br />Pour lui, l’image à donner aux parents est un élément important, notamment par rapport à la consommation d’alcool. Le pouvoir politique est d’ailleurs particulièrement attentif à cet aspect. <br />Pour Philippe Devos, l’association pourrait être l’interface « raisonnable » entre les étudiants et les autres intervenants (comité de quartier, etc.). Elle pourrait être « mise à disposition de l’AGEL pour jouer ce rôle puisqu’elle véhicule une certaine image de sérieux. Ces démarches pourraient donner du poids et du sérieux aux étudiants. <br />Pour Loris Piccoli, il faut avoir une action concertée avec les étudiants, mais aussi développer une mission de témoignage d notre vécu, de notre parcours, du réseau social que ce folklore nous a permis de créer. <br />Etienne Lambert estime que se positionner en tant qu’ancien ayant l’expérience n’est pas l’essentiel pour lui. Il pense qu’il faut au préalable créer une dynamique entre anciens.<br />Ghislain Lahaye rappelle que nous sommes confrontés à la mauvaise réputation de la guindaille et que le rôle de l’association est de remonter cette image et de démontrer que cette vie folklorique n’empêche nullement d’avoir, par la suite, un métier, une famille, des enfants, une situation sociale. Il pense qu’il faut créer un réseau d’anciens pour démontrer que la guindaille est respectable. Il faut montrer que l’on est fier de la guindaille et que l’on peut en sortir en réussissant. Benoît Monfort évoque l’idée d’un « pin’s » d’appartenance. <br />Sébastien Bovy intervient à nouveau en affirmant que si l’association peut créer, une ou deux fois par an, des événements qui peuvent réunir massivement des vieux, l’AGEL viendra ire ce que l’on peut faire pour elle. <br />Loris Piccoli évoque à ce moment l’importance de la communication et propose de composer une sorte de spot de promotion qui serait diffusé sur les réseaux sociaux. <br />En résumé, des premières actions pourraient être la réalisation d’un clip vidéo de promotion du folklore (du baptême ?), l’animation d’un réseau d’anciens et la réalisation d’un pin’s. <br />Michel Péters propose de poursuivre l’ordre du jour et évoque la forme que l’association prendrait. Le chois de l’asbl est retenu dans un premier temps, une coopérative pouvant être créée par la suite. <br />Concernant la composition, afin e ne pas exclure les membres des ordres estudiantins ou des régionales qui ne seraient pas baptisés, il est proposé de faire référence à l’appartenance à une association folklorique plutôt qu’au baptême. L’AGEL et la MEL auront leur place dans l’association. <br />Constitution d’un comité de rédaction des statuts<br />Se proposent pour faire partie de ce comité : Michel Péters, Ghislain Lahaye, Philippe Devos, Benoît Monfort, Sébastien Bovy et Etienne Lambert. Les personnes qui ne pouvaient être présentes aujourd’hui et qui souhaite s’y adjoindre sont les bienvenues. <br />Constitution d’un comité provisoire<br />Il est institué un comité provisoire constitué de Michel Péters, Ghislain Lahaye, Philippe Devos, Stéphane Counerotte, Laurence Lebussy et Thomas Dubois. Valérie Lavis se propose également en cas de besoin. <br />Communication<br />Il est décidé de ne pas communiquer à la presse dans l’immédiat, mais d’investiguer en vue de la réalisation du clip vidéo et de la dynamisation de la page Facebook. Thomas Dubois se propose de réaliser un site Internet. <br />Prochaine réunion<br />Elle aura lieu le 2 septembre 2011 à 20 h à l’Arrière Cour. Y seront abordés les points suivants : composition, objet social, postes à définir, non de l’association. <br />*<br />**<br /> <br />

×