Suivi du Conseil Communal de Liège du 28 septembre 2009

649 vues

Publié le

Un petit compte rendu de certaines de mes interventions au conseil communal de Liège de ce 28 septembre.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
649
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
28
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Suivi du Conseil Communal de Liège du 28 septembre 2009

  1. 1. Suivi du conseil communal de la Ville de Liège 28 septembre 2009 29 septembre 2009 Interpellation relative à la sécurité des utilisateurs des deux-roues motorisés Le Bourgmestre a répondu au nom du Collège, à la fois sur les suites du point relatif à l’adoption d’une charte (déposé en mai 2008), sur l’utilisation du GSM au volant et sur l’utilisation du quad en ville. Concernant la charte « Pour une meilleure prise en compte des motards dans l’infrastructure publique », je ne peux que constater que les choses n’avancent pas. L’ « encommissionnement » au sein de la Conférence des Bourgmestres de l’arrondissement, plus particulièrement dans un groupe de travail réunissant les échevins des travaux, semble ne donner aucun résultat. Je reviendrais sur ce point car, chaque semaine, l’état de nos routes cause des blessés et des morts parmi les motards. Concernant l’utilisation du GSM au volant, le Bourgmestre s’est contenté de rappeler le partenariat de la police locale avec l’IBSR visant à sensibiliser aux dangers de l’utilisation du GSM au volant et les statistiques répressives : 5200 PV en 2007 ; 5352 en 2008 et 3177 pour les huit premiers mois de 2009. A ce rythme, les constats d’infractions seront en baisse en 2009 alors même que l’utilisation ne semble pas faiblir… Par contre, le Bourgmestre ne s’est pas engagé dans une campagne de sensibilisation locale comme je le suggérais, notamment à l’occasion des contrôles de fins d’années. Enfin, la réponse du Bourgmestre relative à l’utilisation des quads en ville confirme le manque complet d’une vision politique relative à l’utilisation des deux-roues motorisés. Après avoir rappelé que 55 infractions avaient été constatées à ce jour et qu’une démarche était (enfin !) entamée envers la DIV pour connaître les utilisateurs afin de les sensibiliser à un usage correct, le Bourgmestre a signalé qu’il avait caressé l’envie de proposer au conseil communal l’adoption d’un règlement interdisant l’utilisation du quad en ville ! Des obstacles juridiques l’ont fait reculer… J’ai rappelé que, personnellement, j’estimais que la technologie et les sports moteurs sont une réalité du 21e siècle qu'il faut réglementer intelligemment et non interdire sans réflexion et concertation. S’il faut interdire les quads tonitruants sur les voies publiques, il faut tout autant les différencier des engins silencieux conduits en bon père de famille par des amateurs éclairés et respectueux de tous les usagers de la route et des riverains. Comme Touring, je suis opposé à l’interdiction généralisée et favorable à la poursuite des conducteurs individuels qui se comportent comme « des cow-boys dans le trafic ».
  2. 2. La Police de Liège dispose de deux sonomètres. Il serait temps de s’en servir… Convention TADAM (occupation d’un espace dans le Commissariat Wallonie pour le projet de délivrance contrôlée d’héroïne) J’ai rappelé mon inquiétude face à la lenteur du projet. Alors que le Conseil avait été pressé d’adopter des conventions il y a dix-huit mois, aujourd’hui le dossier stagne, les organes de gestion ne se réunissent pas. Le Bourgmestre a signalé qu’il s’inquiétait aussi de cette lenteur et qu’il ferait, suite à ma demande, un point de la situation lors de la prochaine commission du Bourgmestre. Christine Defraigne a souhaité que ce point de situation inclue la vision politique de la ville pour l’avenir du quartier. Comités de quartier Plusieurs conseillers s’étaient inquiétés, en commission, des subsides accordés à certains comités de quartier. A l’analyse des dossiers, ces craintes se sont confirmées. Un des critères d’octroi, l’indice de pondération financier, est en effet pénalisant pour les comités qui, tout en s’inscrivant dans une dynamique communale (tri de déchets verts, etc.) n’engrange que peu de recettes propres. Le rapport « subsides année x-1/recettes propres leur est dès lors défavorable. Le Bourgmestre a proposé au conseil de constituer un groupe de travail pour évaluer et redéfinir les critères d’octroi pour 2010, sans que cette redéfinition soit poussée jusqu’à l’attribution par les conseillers, acte administratif devant être laissé aux fonctionnaires. Sur cette base, les subsides 2009 ont été votés, malgré l’existence de certaines critiques objectives. Gageons que le fruit du travail des conseillers ré-objective l’octroi en 2010. Vignette de stationnement Le Collège proposait aux conseillers de modifier le règlement relatif à la redevance portant sur le plan de stationnement. La modification essentielle porte sur le prix de la vignette annuelle ou semestrielle. Celui-ci est doublé : 250 € ou 500 € ! J’ai pris bonne note des arguments du Collège et je peux concevoir que la rotation des places est primordiale, notamment pour permettre aux commerçants un renouvellement de leur clientèle. Soit. Je trouve cependant que le Collège y va un peu fort ! Une fois de plus, il ne recherche pas d’autres solutions. Il aurait pu, simplement, soit : limiter le nombre de vignette disponibles à 1500 unités, notamment en limitant le nombre de place « vignette » dans certaines rues ; permettre le renouvellement trois ans maximum, permettant ainsi une rotation des bénéficiaires ; moduler les vignettes en prévoyant, par exemple des vignettes 5 jours et des vignettes 7 jours (le prix étant différent) ; etc.
  3. 3. Le Collège omet de préciser qu’il cherche, par cette augmentation vertigineuse, à compenser la baisse des recettes horodateurs causée par la vétusté et les pannes répétées… En admettant que 1200 vignettes (sur 2250) sont acquises par des personnes non-domiciliées à Liège, le Collège reconnaît que ce sont des travailleurs qui utilisent la vignette. Il admet donc qu’il augmente la taxation des travailleurs, entamant leur pouvoir d’achat. Il augmente aussi la taxation des sociétés présentes dans les zones payantes. En cette période de difficultés économiques, la Ville donne un bien mauvais exemple. Michel Péters Conseiller communal

×