Mythes et réalités du cloud computing

2 144 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 144
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 406
Actions
Partages
0
Téléchargements
45
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mythes et réalités du cloud computing

  1. 1. Mythes et réalitésdu Cloud ComputingL’essentiel pour comprendre le Clouddans l’entreprise« Nous sommes déjà tous des "Monsieur Jourdain"du nuage, qui utilisons des webmails, conversons surles réseaux sociaux, stockons nos photos en ligne, etc.La nouveauté réside dans l’envergure qu’est en trainde prendre le mouvement du Cloud computing, etdans le fait que, depuis le grand public, il s’apprête àrévolutionner l’entreprise et le secteur public »Marc Jalabert, Microsoft France, in « Les enjeuxdu Cloud computing vus par les Experts RLSN »,Regards sur le numérique (www.rlsn.fr)
  2. 2. Qu’est-ce que le Cloud ?Le Cloud Computing, ou « informatique ennuage », permet à un utilisateur –  une en-treprise ou un particulier – d’accéder à desressources informatiques à distance, via In-ternet. Ces ressources peuvent être :•  des logiciels : par exemple, une messa-gerie ou un logiciel de comptabilité. Celas’appelle le SaaS et c’est certainement le casd’usage le plus fréquent.•  du stockage : de nombreux services,comme Skydrive, permettent de stockertout type de données (documents, photos,vidéos…) dans le Cloud.•  des ordinateurs : cette pratique permet àune entreprise de multiplier le nombre deses postes de travail ou de serveurs, en limi-tant ses investissements en matériel.•  une infrastructure complète : matériels(serveurs, stockage, réseau…) et logiciels(applicatifs métiers).Prenons un cas pratique : « j’ai besoin d’unlogiciel de gestion de la relation client, maisje n’ai pas les moyens d’investir dans l’achat,la maintenance et les mises à jour ». LeCloud offre une solution  : en s’abonnant àune offre de CRM en ligne, par exemple Mi-crosoft Dynamics CRM Online, l’entreprisepeut l’utiliser sans délai de déploiement, àun tarif mensuel maîtrisé, et avec l’assuranced’utiliser toujours la version la plus récente.Avec la possibilité d’augmenter ou de dimi-nuer les capacités de son infrastructure entemps réel, en fonction de ses besoins, leCloud est une solution rentable !Les opportunités du CloudSur le plan technique, le Cloud Computingrepose sur des technologies maîtrisées de-puis longtemps. Ce n’est donc pas réelle-ment une avancée technologique, mais plu-tôt un nouveau modèle économique, fondésur l’abonnement. La vraie avancée est auniveau de l’usage : comme tout est stockédans le nuage (Internet), le Cloud offre lapossibilité de disposer des solutions où quel’on soit, depuis son navigateur Internet.Témoignage :Colis Privé passe au Cloudavec Lync Online« Quand on a 20 sites sur toute la France,cela permet de réduire les frais de dépla-cement, mais aussi d’être plus réactif. C’estun atout essentiel pour nous différencierde la concurrence », explique son DSI,Laurent Baillet.Retrouvez le témoignage complet de Colis Privésur http://www.microsoft.com/France/references/IntroductionAujourd’hui, 5 % des TPE et 6 % des PME fran-çaises ont déjà adopté le Cloud1. Et sur les20  % d’entreprises réfractaires recensées parle cabinet Markess2, la moitié avait recours auCloud sans même le savoir !Productivité accrue, développement desusages collaboratifs, réduction des risqueset des coûts liés à l’informatique… Les avan-tages du Cloud Computing sont réels. Maisqu’est-ce que le Cloud, au juste ? Commenten profiter ? Voici les clés pour comprendrel’essentiel du Cloud et le mettre en place dansvotre entreprise.1Etude TNS Sofres / Cloudwatt, « Le Cloud Computing », Sept. 20122Etude Markess, « Modalités de recours aux applications SaaS dansles entreprises », Fév. 2013
  3. 3. Le premier bénéfice du Cloud est doncd’ordre économique : il offre aux entre-prises l’opportunité d’utiliser des solutionsprofessionnelles, sans aucune contraintetechnique, à un coût maîtrisé et lissé dansle temps. Plus de coûts indirects de main-tenance ni de coûts cachés pour gérer lesdéfaillances. Par exemple, héberger son in-frastructure chez un prestataire permet dedéporter les dépenses d’énergie, d’espace,les charges d’exploitation… C’est un véri-table levier de compétitivité !Sur les plans fonctionnel et opérationnel, cesont les solutions proposées dans le Cloudqui apportent de vrais bénéfices : améliorerla productivité, développer la collaborationentre les équipes, favoriser la mobilité… Sim-plement,cessolutionssontdorénavantacces-sibles à un plus grand nombre d’entreprises.Des risques maîtrisésUne enquête réalisée par IDC France enoctobre 2011 révèle deux principaux freins àl’adoption du Cloud par les entreprises.•  Le premier concerne la qualité de service(performance, disponibilité…), considéréecomme aléatoire. A tort : Microsoft garan-tit contractuellement un SLA minimum de99,9 % pour toutes ses solutions Cloud.•  Le second est lié à l’externalisation de toutou d’une partie de l’infrastructure informa-tique : les DSI et dirigeants d’entreprise yvoient un risque de sécurité, voire une pertede contrôle sur leurs données.Sur ce second point, la plupart des craintessont injustifiées : les données stockées dans leCloud sont autant, sinon plus, protégées quecelles circulant sur un intranet ou un extranet.Rappelons à ce sujet que les réglementationseuropéenne et française en matière de pro-tection des données, qui imposent notam-ment que l’intégrité et la sécurité des donnéessoient garanties lors des transferts, s’ap-pliquent sans réserve au Cloud Computing.En revanche, le sujet de la souveraineté posequestion. Il faut savoir que les données sontsoumises à la loi du pays qui les héberge : parexemple, utiliser des serveurs localisés auxEtats-Unis soumet les données au Patriot Act.Seuls des accords internationaux pourrontdonc apporter une solution concrète, commele rappelait, dès janvier 2010, le vice-présidentet directeur juridique de Microsoft, BradSmith : « le secteur privé ne peut pas répondreseul à ces défis. Les pouvoirs publics jouerontA retenir…Le Cloud et sa tarification à l’abonnementconstituent de réels leviers de réductiondes coûts informatiqes pour les TPE etles PME. En recourant à des services ex-ternes, comme les solutions SaaS, celles-cipeuvent rapidement limiter leurs investis-sements informatiques.Ainsi, c’est non seulement le coût d’achat,mais aussi celui de maintenance – en unmot : le coût total de possession, ou TCO(Total Cost of Ownership) – qui est réduit.
  4. 4. Offrez de nouvelles perspectives à votreentreprise avec Office 365http://office.microsoft.com/fr-fr/Retrouvez-nous sur le Blog des Entrepreneurshttp://blogs.microsoft.fr/pme/Fiers d’entreprendreun rôle-clé, non seulement en se servant del’informatique dématérialisée pour améliorerses services mais aussi en modernisant la lé-gislation pour s’adapter à la technologie ».Quelques outils Cloudpour les PME et les TPEOffice 365, c’est tout Office dans une solu-tion Cloud associée à des solutions de com-munication et de collaboration : messagerieélectronique sous Exchange avec 25 Go deboîte de réception, calendrier, partage dedocument, site intranet, vidéoconférence.Tous les logiciels Office sont disponibles etinstallables sur 5 PC ou Mac par utilisateur.Les Office Web Apps permettent égalementde travailler depuis son navigateur Internetquand on est en déplacement. Lync offreles fonctions de communications unifiées. Ilpermet d’organiser des réunions à distanceen mobilisant les participants via les agendaspartagés d’Outlook. Avec 7 Go de stockagepar utilisateur, Skydrive Pro permet de par-tager simplement et rapidement les fichiersles plus volumineux avec toute personne àl’intérieur ou à l’extérieur de l’entreprise. Es-sayez-le dès maintenant sur http://office.microsoft.com/fr-fr/Dynamics CRM Online est la version Clouddu progiciel référence de Microsoft. Penséepour les PME, cette version permet à toutesles entreprises d’adosser leur activité à unoutil CRM professionnel, à moindre coût.Conçue pour les entreprises ayant de fortsbesoins de scalabilité (montée en chargesaisonnière ou imprévisible) de leur systèmed’information, la plateforme PaaS WindowsAzure permet d’héberger à moindre coûtsites Internet (e-commerce…), logiciels mé-tiers intensifs, bases de données…ConclusionLes technologies Cloud constituent l’évolu-tion inéluctable des solutions informatiques.Une plateforme flexible, paramétrable se-lon ses besoins, permettant d’accéder à sesdonnées de n’importe où, pour garantir sé-curité, accessibilité et… productivité nLe (petit) lexique du CloudIaaS (Infrastructure as a Service) : l’entreprise dispose surabonnement d’une infrastructure informatique externalisée.PaaS (Platform as a Service) : l’entreprise dispose d’uneplateforme d’exécution des logiciels et garde la maîtrisedes applications qu’elle peut installer, configurer et utiliserelle-même.SaaS (Software as a Service) : les logiciels, proposés sousforme d’abonnement, sont installés sur des serveurs dis-tants plutôt que sur la machine de l’utilisateur.SLA (Service Level Agreement, ou « accord de niveau deservice ») : document qui définit la qualité de service re-quise entre un prestataire et un client.Retrouvez-nous sur :

×