Les grandes marques mondiales à l’heure de la parité

1 494 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 494
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
326
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les grandes marques mondiales à l’heure de la parité

  1. 1. Les grandes marques mondiales àl’heure de la parité Sur les 5 dernières années, la croissance des plus grandes marques mondiales intégrant des femmes dans leurs instances dirigeantes est de 66% vs 6% pour les marques dirigées par des boards exclusivement masculins. Coïncidence troublante ou lien de cause à effet, la dernière étude BrandZ Top 100, de Millward Brown, portant sur les 100 marques les plus puissantes au monde, révèle que celles qui intègrent des femmes dans leur Comité de Direction sont en meilleure santé financière que la moyenne des autres marques.Plusieurs chiffres éclairent sur l’ampleur du phénomène :• 77% du top 100 mondial intègre des femmes dans leur Comité de Direction.• Sur les 5 dernières années, la croissance des marques intégrant des femmes dans leursinstances dirigeantes est de 66%. Elle n’est que de 6% pour les marques dirigées par desboards exclusivement masculins.• Parmi les marques les plus « féminines », se trouvent Burberry, IBM, H&M, Gilette,Google, FedEx, Disney, China Mobile, BMW ou Airtel…De nombreuses études réalisées aux Etats Unis sur le sujet par Goldman Sachs, Mc Kinseyou l’Université de Columbia, corroborent ce lien entre présence féminine au plus hautniveau et une meilleure performance économique et financière des entreprises.Les explications avancées pointent les qualités de la gente féminine dans la gestion desrisques, la résistance à la tentation d’accumuler les dettes ou la capacité à générer du cashflow.Le fait également que les carrières féminines sont plus ouvertes en termes d’expériences etd’entreprises fréquentées est également souvent rappelé. Enfin le besoin d’avoir plus deprésence féminine dans les centres de décision se fait logiquement sentir pour s’adapter à laréalité des marchés et des consommateurs : 80% des décisions importantes desconsommateurs sont aujourd’hui prises par les femmes !Plusieurs pays se sont emparés de la question, notamment en Europe du Nord (paysscandinaves, Allemagne, UK, Pays-Bas…), tandis qu’en France le retard à combler est encoreimportant.
  2. 2. Selon l’INSEE, les femmes ne représentaient, en 2008, que 7,6 % des membres des instancesde décision des 300 plus grandes entreprises françaises.• Plus du quart des entreprises n’employaient pas de femmes au niveau des comités dedirections.• Seules 6 entreprises du CAC 40 comptent trois femmes ou plus dans leur conseil.• L’Oréal a le taux de féminisation du comité exécutif le plus important avec 19% de femmes• Par ailleurs, plus la taille de l’entreprise est importante, moins il y a de femmesdirigeantes : elles sont 8,6% dans les entreprises de plus de 250 salariés contre 18,9% dansles entreprises de moins de 10 salariés.La France semble néanmoins s’engager plus concrètement sur la voie de la parité. Sur leterrain politique tout d’abord : la parité parfaite dans le gouvernement de FrançoisHollande, l’exigence de parité dans les listes des législatives à venir, sous peine d’amende, etla création d’un ministère dédié aux droits de la femme en sont l’illustration.Cette volonté existe aussi pour faire progresser la cause au sein des entreprises. Ainsi, leparlement a adopté le 20 Janvier 2010, une proposition de loi obligeant les grandesentreprises à un quota de 40% de femmes dans leurs conseils d’administration d’ici à 2016.En Février 2012, l’assemblée nationale a d’ores et déjà voté l’instauration d’un quota de40% de femmes parmi les hauts fonctionnaires nommés chaque année. On peut encoreciter l’indicateur de « taux de promotion hommes-femmes » cher à Laurence Parisot,patronne du Medef…L’étude Brand Z corrobore un certain nombre d’études publiées ces dernières années quiaboutissent aux mêmes conclusions (Woman Matter de McKinsey par exemple, publiée en2009).L’idée selon laquelle la mixité est un puissant levier de performance progresse, mais la loisemble nécessaire pour la faire passer auprès de ceux qui détiennent actuellement les clésdu pouvoir politique ou économique.Rappel des autres faits marquants du classement BrandZ top 100 :Apple renforce nettement sa place de numéro 1 (+19% à 182.9 milliards de $) prise à Googlequi perd, cette année encore, une place au profit d’IBM (+15% à 115.9 milliards de $).L’entrée en bourse du porte drapeau des réseaux sociaux, Facebook, signe la consécrationd’une marque dont la valeur a cru de 74% en à peine un an et qui a connu la plus rapideascension dans le classement Brand Z top 100. Cette année elle se hisse à la 19 ème positionavec une valeur estimée à 33.2 milliards de $. En parallèle de cette évolution, Hermès signela plus spectaculaire progression dans ce classement en gagnant 39 places pour se hisser au32ème rang à 19.1 Mrds $. Portée par le luxe, présentant des résultats de ventes en nette
  3. 3. progression et provoquant un intérêt fort de LVMH cette marque exploite totalement lefilon du « made in France ».Les résultats complets sont sur le blog www.lesmarquesalaloupe.com Le Top 10 2012 des marques les plus puissantes au mondeClassement Brand Category Brand Value Brand Value 2012 2012 ($M) ▲ 1 Apple Tech 182,951 +19% 2 IBM Tech 115,985 +15% 3 Google Tech 107,857 -3% 4 McDonalds Fast Food 95,188 +17% 5 Microsoft Tech 76,651 -2% 6 Coca-Cola Soft drinks 74,286 +1% 7 Marlboro Tobacco 73,612 +9% 8 AT&T Communication Provider 68,870 -1% 9 Verizon Communication Provider 49,151 +15% 10 China Mobile Communication Provider 47,041 -18%L’étude BrandZ Top 100 est la seule démarche de valorisation financière des marques aumonde qui prend autant en compte ce que les consommateurs pensent des marques qu’ilsachètent combinée à une analyse rigoureuse des données financières, des évolutions demarchés et des rapports d’analystes financiers. Benoit TRANZER, Directeur Général Millward Brown France – +33 1 55 56 40 78

×